Organisation des États Américains Rapport d évaluation externe du Bureau de l Inspecteur général

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Organisation des États Américains Rapport d évaluation externe du Bureau de l Inspecteur général"

Transcription

1 Organisation des États Américains Le 20 mars 2014 M. Martin Guozden Inspecteur général, Bureau de l Inspecteur général Organisation des États Américains 1889 F Street NW Washington, DC, 20006, États-Unis RAPPORT SUR L ÉVALUATION EXTERNE DU BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL Mise en contexte L Organisation des États Américains (OEA) a nommé l actuel Inspecteur général en novembre 2012 à la tête du Bureau de l Inspecteur général (OIG). Ce poste n avait pas été comblé depuis un certain temps. Les Normes générales de fonctionnement du Secrétariat général prévoient l évaluation des activités de l OIG. De plus, la Commission des vérificateurs extérieurs (CVE) a recommandé que le nouvel Inspecteur général effectue un examen administratif exhaustif de l OIG et de son rendement. La présente évaluation externe de la qualité (EEQ) du Bureau de l Inspecteur général répond à ces recommandations. Responsabilités de l OIG En vertu du décret du Secrétaire général relative à la mise sur pied de l OIG, l OIG assume trois fonctions distinctes mais connexes : audit interne (IA), enquêtes et évaluations. La présente évaluation externe de la qualité visait ces trois fonctions.

2 Objectifs de l évaluation externe de la qualité (EEQ) Les objectifs particuliers de cette évaluation sont les suivants : Se prononcer sur l indépendance et l efficacité avec lesquelles le volet de vérification interne de l OIG se conforme au Cadre international de référence des pratiques professionnelles (IPPF) établi par l l Institut des auditeurs internes (IIA); Se prononcer sur la pertinence du décret visant l OIG (y compris la version 2013) et vérifier si le travail de l OIG s y conforme; Évaluer la structure de l OIG et de son modèle de recrutement ; Effectuer des observations précises sur les points forts de l OIG, ainsi que sur les possibilités d amélioration relevées au cours de l évaluation, y compris l importance relative et la priorisation recommandée pour chaque possibilité; Fournir des observations et suggérer des moyens efficaces d adopter les pratiques exemplaires en vue de les incorporer aux pratiques de l OIG ; et Se prononcer sur les manières avec lesquelles l OIG peut ajouter de la valeur pour ses parties prenantes, notamment les organes de direction, la haute direction et les vérificateurs externes. A. ÉVALUATIONS Observations principales L OIG a reçu le mandat de procéder à des évaluations autonomes, mais omet de le faire depuis plusieurs années. Lorsqu est établie la comparaison avec d autres organisations multilatérales, l activité d évaluation est souvent séparée de l activité d audit interne, et toutes deux sont indépendantes de la haute direction. Dans tous les cas, l évaluation relève de ses organes de direction respectifs (conseils de direction). Dans les organisations multilatérales qui nous servent de référence, les évaluations suivent des méthodes et des critères d évaluation qui diffèrent des normes adoptées par l OIG en ce qui a trait à ses autres responsabilités. L OIG ne prévoit pas développer ces capacités une fois que les fonctions de vérification seront arrivées à maturité. Nous notons que l OEA n effectue pas d évaluation. C est le Secrétaire général (SG), par le Bureau de la Planification et de l Évaluation, qui effectue de telles évaluations. Nous n avons pas évalué ces activités, mais comprenons que des conseillers externes 2

3 Organisation des États Américains effectuent des évaluations axées sur les résultats pour satisfaire les demandes des donateurs. L OIG ne participe pas activement à ce travail. Recommandation principale Nous notons que l OIG ne compte personne, dans ses effectifs, doté de l expérience professionnelle nécessaire pour effectuer de telles évaluations axées sur les résultats. S il devait procéder à des évaluations pour remplacer des consultants externes nous sommes d avis que l OIG n est pas susceptible, à l heure actuelle, d ajouter de la valeur ou d effectuer ce travail de manière rentable. Il lui faudrait également beaucoup de temps pour obtenir les fruits découlant des évaluations que les donateurs recherchent en général. Nous recommandons que le Conseil permanent (CP) et le SG décident à quel service de l OEA attribuer la responsabilité des évaluations et si ce n est pas à l OIG, de supprimer la référence indiquant que l OIG effectue de telles évaluations. (MESURE : SG/PC) B. ENQUÊTES En ce qui a trait au travail d enquête de l OIG, nous avons évalué son succès d après les pratiques exemplaires largement acceptées par les organisations semblables qui nous servent de référence. Pour le type d enquêtes menées par l OIG, les normes généralement acceptées pour les pratiques exemplaires relatives aux enquêtes administratives, sont les Uniform Guidelines for Investigations, 2nd Edition, endossées par la 10th Conference of International Investigators (les Directives uniformes). Observations principales o Politiques et mode de fonctionnement Bien que l OIG effectue très peu d enquêtes chaque année, il tend à adopter les Directives uniformes pour ce genre de travail. Le Bureau ne suit donc pas un ensemble reconnu de politiques, de directives et de procédures de fonctionnement uniformisées, ce qui signifie que nous n avons pas pu confirmer s il suit les pratiques exemplaires dans son travail d enquête. Au cours de l année 2013, l OIG a entrepris de recruter le premier enquêteur qui adopterait les Directives uniformes. Nous recommandons que : 1. Le décret visant l OIG stipule que l OIG adopte les Directives uniformes. (MESURE : Inspecteur général /SG)

4 2. L Inspecteur général mette en œuvre les Directives uniformes, adopte des procédures de fonctionnement uniformisées pour les enquêtes, forme le personnel de l OIG à cet effet et s assure que les directives soient respectées. (L Inspecteur général accepte de mettre cette recommandation en œuvre) 3. L Inspecteur général procède à une EEQ de suivi en 2015 pour s assurer que l OIG a fait des progrès et se conforme aux Directives uniformes. (L Inspecteur général accepte de mettre cette recommandation en œuvre) o Portée des enquêtes Le décret visant l OIG limite la portée des enquêtes de l OIG aux seules allégations internes. La direction confirme que les risques liés à la fraude, au détournement, au gaspillage des fonds et aux dépenses abusives ne sont pas du ressort du Secrétariat et échappent donc à la capacité de l OIG de réagir. En tant qu organe «répondant» du Conseil permanent, l OIG est impuissant car le champ d action de l OIG ne correspond pas à la réalité des risques auxquels l OEA est exposée. Nous recommandons que l Inspecteur général, après avoir consulté le SG et le Conseil permanent, examine et révise le décret de l OIG afin d inclure les enquêtes portant sur les allégations de fraude, de gaspillage et détournement des subventions de l OEA, pour que le champ d action de l OIG soit en adéquation avec les risques réels. (MESURE : Inspecteur général/sg/pc) o Pratiques d enquête Nous avons examiné les travaux de recherche de 2013 et observons que : Tel que mentionné précédemment, aucune procédure normalisée n a été mise en place pour guider les enquêteurs, et par conséquent, aucune approche systématique n est suivie; L OIG gère la ligne téléphonique spéciale de l OEA qui permet de signaler des actes d inconduite financière ou administrative à l Inspecteur général (en personne, au téléphone, par courrier électronique, par fax, par la poste, et de manière anonyme ou pas); Bien que modestes, les efforts globaux de l OIG en fait d enquête, sont coûteux. En 2013, à peine quatre rapports d enquête ont été finalisés, et certains n ont donné aucun résultat. Ils ont coûté dollars en moyenne 1, et la durée de chaque enquête était très longue; Notre étude de ces enquêtes confirme que : 1 Calculé en divisant le coût annuel de l OIG par le nombre total d audits et d enquêtes menées en

5 Organisation des États Américains o Les enquêtes ont été confiées à des employés de l OIG dénués d expérience dans le domaine, ce qui signifie que s il fallait lancer une enquête élaborée, l OIG ne pourrait pas s en charger sans aide extérieure; o Les enquêtes jusqu à ce jour ont été relativement «faciles»; o L OIG n a, jusqu à présent, établi aucun critère concernant son apport en vue de guider l Inspecteur général dans sa décision de déclencher ou non une enquête; et On compte actuellement sept allégations à traiter (trois datant de 2013 et quatre jusqu à présent en 2014). Nous recommandons que l OIG : 1. Mette formellement en place les Directives uniformes, des procédures administratives normalisées et termine le manuel qui guidera les mandats d enquête et instaurera une méthodologie d enquête systématisée. (L Inspecteur général accepte de mettre cette recommandation en œuvre) 2. Formule et introduise un modèle d apport pour guider l Inspecteur général qui doit décider quelles allégations méritent de faire l objet d une enquête sur la base de principes clairs. (L Inspecteur général accepte de mettre cette recommandation en œuvre) 3. Donne au personnel de l OIG une formation élémentaire sur la sensibilisation à la fraude et en enquête puisque les employés effectuent différentes tâches de manière interchangeable. (L Inspecteur général accepte de mettre cette recommandation en œuvre) 4. Introduise des règles de gestion de projet pour que les enquêtes soient effectuées plus rapidement. (L Inspecteur général accepte de mettre cette recommandation en œuvre) 5. Au début d une enquête, l Inspecteur général fasse une analyse comparative des coûts et des avantages pour déterminer s il est préférable de faire appel à des conseillers professionnels extérieurs au lieu de confier cette tâche au personnel de l OIG qui pourrait se révéler plus utile dans une affectation d audit interne. (L Inspecteur général accepte de mettre cette recommandation en œuvre) C. VÉRIFICATION INTERNE Les activités de vérification interne sont censées respecter les pratiques exemplaires internationales. Aux fins de cette EEQ et parce que l OIG entend les suivre nous nous sommes appuyés sur le Cadre international de référence des pratiques professionnelles

6 publié par l Institut des auditeurs internes (IIA) qui comprend la Définition de la vérification interne, les Normes et le Code d éthique (les Normes). Ces Normes mondiales sont suivies par toutes les organisations comparables à l OEA. Nous rappelons que l OIG n avait pas de dirigeant permanent à sa tête et que l actuel Inspecteur général n est en poste que depuis un an. Son défi immédiat a été de revitaliser l OIG : lui donner l orientation professionnelle souhaitée; mettre en place les Normes et les méthodologies IIA; forger les relations voulues et établir les voies de communication hiérarchique avec les parties prenantes principales; et de s assurer que le personnel de l OIG déjà en place comprenne, accepte et adopte les nouvelles méthodes; et d établir ou de rétablir de bonnes relations avec ses partenaires principaux. En parallèle, les exigences, justifiées, des parties prenantes se sont multipliées en vue d augmenter le volume de travail de l OIG et sa portée. Cette combinaison de défis entraîne une transformation complète des activités d IA. Dès le départ, l Inspecteur général s est donné pour mission de transformer l OIG en trois ans, ce qui est ambitieux. Afin d y contribuer, cette EEQ vise à évaluer l assise professionnelle de l OIG; évaluation exigée par les Normes, mais jamais réalisée auparavant. Au cours de nos conversations préliminaires, l Inspecteur général a affirmé douter que les activités d IA soient conformes aux Normes de l IIA. 1. Conclusion générale Conformité avec la définition de l IIA de la Vérification interne, des Normes et du Code d éthique Nous concluons que l OIG se conforme partiellement 2 à la Définition de Vérification interne, des Normes internationales pour la pratique professionnelle de la Vérification interne et du Code de conduite. 2. Exigences quant à une vérification interne de niveau Conformité générale Étant donné que l OIG se conforme partiellement à la définition mentionnée plus haut, il est instructif de savoir ce qu on attendrait de lui à un niveau de conformité générale. Ces directives sont fournies par l IIA. 2 La méthodologie relative à l assurance de qualité de l IIA comporte trois résultats possibles : Généralement conforme, Partiellement conforme et Non conforme. Le niveau «Généralement conforme» pour une fonction établie de vérification interne, telle que celle de l OIG au sein de l OEA, est censé être fondamental. 6

7 Organisation des États Américains Une activité d audit interne (IA) efficace et mature est censée, au minimum, se conformer aux Norme internationales de pratique professionnelle des vérifications internes (les Normes). Ce n est qu à ce niveau de fonctionnement que les parties prenantes clés pourront croire à la compétence de l OIG en matière d IA puisque son travail correspond aux paramètres suivants : o Services et rôle : Les services vont au-delà de l inspection et de la vérification de la conformité aux normes et suivent une approche axée sur les risques pour ce qui est des vérifications de nature administrative et financière. Le Bureau peut aussi effectuer des audits d optimisation des ressources. La haute direction demande régulièrement les conseils du service de l IA sur le volet consultatif de ses services et y donne suite. o Gestion des ressources humaines : Est mise en place une équipe de professionnels dotés de compétences techniques et qui comprennent les exigences professionnelles de leurs fonctions et ajoutent de la valeur à l Organisation par leur travail et conseils. o Pratiques professionnelles : La gestion de la qualité fait partie intégrante du processus de vérification, de la planification jusqu au suivi, en passant par les communications. o Gestion du rendement et imputabilité : Les responsables de l audit interne suivent un plan administratif approuvé et ont instauré des systèmes et une base de données pour surveiller le rendement et recueillir des informations sur la gestion utiles qui sont communiquées régulièrement au Conseil permanent (et/ou à la CAAP). o Relations et culture organisationnelles : Les responsables de l audit interne occupent une position, au sein de l Organisation, leur permettant d avoir accès à d autres répondants de l OEA, tels que la Commission des vérificateurs extérieurs et d interagir avec eux. Ils peuvent aussi interagir avec la direction, au sein de ses plus hautes instances. o Structures de gouvernance : IA est, en fait, indépendant par rapport aux cadres et à la haute direction et le Conseil permanent renforce cette posture. Observations principales L IA, dans un nombre limité de secteurs, excède ces exigences minimales et, lorsque tel est le cas, ce n est qu un développement récent. Là où il n excède pas le niveau minimal, l Inspecteur général se donne pour mandat d amener l IA à ce niveau de conformité à la fin de Nous confirmons que l Inspecteur général s est engagé à améliorer et à surpasser les obligations professionnelles de l IA et à s assurer que l OEA retire le maximum du service d IA de l OIG en fait de conseils et de rendement ainsi que des relations fructueuses avec ses partenaires principaux. Notre opinion s appuie sur les objectifs du Plan stratégique de l OIG

8 ainsi que sur les progrès réalisés jusqu à présent. Nous sommes d avis que le plan est exhaustif et comporte des visées atteignables, dans la mesure où le Conseil permanent et le SG s assurent que le décret visant l OIG est à jour et que les ressources allouées à la tâche sont suffisantes et pérennes. La haute direction observe une amélioration dans les efforts de professionnalisation et de divulgation de l IA un pas dans la bonne direction que le Plan stratégique de l Inspecteur général cherche à consolider. Nous notons que la pratique courante veut que l OIG s assure que l IA atteigne le niveau de conformité générale dès que possible, ce qui signifie qu attendre à 2015 pour le faire risque d être trop long. Nous recommandons que l Inspecteur général mette en œuvre le Plan stratégique tout en réévaluant le calendrier pour voir s il ne pourrait pas devancer ses objectifs pour que l IA fonctionne à un niveau de conformité générale aux Normes de l IIA dès que possible. (L Inspecteur général accepte de mettre cette recommandation en œuvre) 3. Pratiques courantes émergentes dans les organisations multilatérales Il est d usage, dans les organisations multilatérales, de publier ses rapports de vérification interne. Ce qui n était au début qu une option devient rapidement une exigence de la part des organes de direction. Cette pratique est dorénavant la norme à l UNICEF, au PNUD, au Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, à GAVI et dans d autres organisations. Nous n affirmons pas que l OEA soit prête à suivre ces exemples, mais elle doit s attendre à ce que ses donateurs la pressent de le faire. 4. Eléments essentiels d une vérification interne de conformité générale 4.1 Services et rôle de l IA Les services d IA dépassent l inspection et la vérification de conformité et sont dirigés principalement vers une approche de vérification axée sur les risques financiers et administratifs. L équipe de l IA peut procéder à des audits d optimisation des ressources. En ce qui a trait aux fonctions de conseiller de l équipe d IA, la haute direction demande dorénavant régulièrement conseil à l équipe de l IA, et y donne suite. 8

9 Organisation des États Américains Observations principales La haute direction confirme que la crédibilité de l OIG a souffert de la vacance au poste d Inspecteur général. Néanmoins, elle qualifie de positifs les efforts de l Inspecteur général actuel, et sa perception de l OIG commence à s améliorer. La haute direction et la Commission des questions administratives et budgétaires (CAAP) souhaitent que l OIG présente des rapports plus nombreux et de qualité supérieure pour s assurer que les risques encourus par l OEA sont bien gérés et contrôlés. La haute direction et la CAAP soulignent que le travail de l OIG jusqu à ce jour est lié à l inspection ou à la conformité, ce qui ne leur permet pas de mesurer l efficacité de l OIG dans son contrôle interne. La direction affirme que l Inspecteur général fournit des informations et des avis utiles au sein des comités de gestion clés auxquels il participe, chose qui ne se produisait pas jadis. Cet apport de collaboration est jugé utile par la direction. Par contre, l Inspecteur général ne participe pas, à titre d observateur, aux réunions des secrétaires (c est-à-dire du Cabinet) où son point de vue sur les questions de risque et de contrôle pourrait constituer une source de renseignement utiles et objectifs pour éclairer des décisions de gestion cruciales, tout en maintenant l indépendance de l Inspecteur général. Nous constatons que le Plan stratégique de l OIG sous-entend le développement du professionnalisme et des relations de cette instance afin de pouvoir espérer, en 2015, fournir à ses parties prenantes une assurance globale (Norme 2450). Si tel était le cas, l OIG fonctionnerait à un niveau de pratique optimal. Recommandations principales En 2013, l OIG a réalisé quatre vérifications de conformité ordinaire et en avait réalisé deux en Peu importe la grille d analyse employée, le type et le nombre de vérifications effectuées sont nettement insuffisants pour les besoins de l OEA et sont loin de fournir une assurance utile à la haute direction et au Conseil permanent. Nous recommandons que le SG songe à inviter l Inspecteur général à assister aux réunions du Cabinet comme observateur afin de soutenir la haute direction en lui faisant part de l opinion objective et des conseils de l Inspecteur général sur les questions de risque et d assurance, tout en maintenant l indépendance de l Inspecteur général. (MESURE : SG)

10 Nous recommandons que l Inspecteur général poursuive ses efforts en vue de rehausser la crédibilité de l OIG en mettant en application son Plan stratégique (un autre développement pour le OIG) et demeure au service de la haute direction pour la conseiller sur des nouvelles initiatives puisque que cela ajoute de la valeur en plus de rehausser la crédibilité de l OIG (L Inspecteur général accepte de mettre cette recommandation en œuvre) Nous recommandons que l Inspecteur général augmente les analyses de risque effectuées par l OIG de manière à, tel que prévu dans le Plan stratégique , pouvoir formuler un avis global sur l efficacité des systèmes de contrôle interne de l OEA. (L Inspecteur général accepte de mettre cette recommandation en œuvre) 10

11 Organisation des États Américains 4.2 Gestion du personnel Il est primordial, pour mener à bien une vérification interne professionnelle, que le personnel sous l autorité de l Inspecteur général, soit formé, discipliné, diligent et prudent dans l exercice de ses responsabilités d IA. L Inspecteur général a dû se pencher, dès le début, sur les problèmes de ressources humaines dans son organisation pour examiner et évaluer le niveau de professionnalisme au sein de l OIG, procéder à des changements (du mieux qu il a pu vu les contraintes relatives au personnel de l OEA) et améliorer la situation à partir de ce point de départ. Ces efforts démontrent actuellement leur efficacité. Pour ce qui est du travail plus technique, l Inspecteur général doit avoir accès à des conseillers spécialisés, en fonction des secteurs concernés et du mandat à effectuer. Observations principales Plans relatif aux ressources humaines L Inspecteur général met en œuvre à l heure actuelle un plan relatif au personnel d OIG découlant de ses besoins en fait de plan d audit. Il faudrait adopter un plan relatif aux effectifs à long terme pour que le Bureau exploite les bonnes compétences maintenant et à l avenir. Il faudrait, entre autres, actualiser les descriptions de poste à chaque niveau et énumérer les compétences de base exigées à chaque niveau. L OIG doit aussi prouver qu il peut gérer ses ressources pour déployer les meilleurs éléments dans toutes les fonctions en son sein. Vérification des ressources de TI nécessaire Bien que les systèmes de TI aient proliféré à l OEA, l OIG n a pas de vérificateur des TI à son service, mais plutôt un expert en exploration de données qui accède aux données pour soutenir les efforts de vérification et d enquête. D après ce que nous avons constaté des plans de technologie informatique de l OEA, l OIG serait avisé de faire appel à des experts en contrôle de TI externes, selon ses besoins occasionnels. Recommandations principales Le succès de l OIG repose, en grande partie, sur les compétences professionnelles de son personnel. Les pratiques exemplaires veulent qu on fixe, pour chaque niveau, les objectifs de formation et de perfectionnement pour que le personnel sache quelles sont les attentes de son employeur et que l Inspecteur général détermine ses attentes en fait de rendement individuel des employés.

12 Dans la même veine, étant donné qu on se sert intensément des technologies de l information et l éventualité du recours aux experts externes en contrôle de TI, l ensemble du personnel de l OIG bénéficierait d une formation de base en contrôle de TI. L Inspecteur général pourrait faire appel à son personnel pour compléter le travail effectué par les experts en contrôle de TI. Nous recommandons à l OIG de concevoir et de mettre en application un modèle de recrutement pour accompagner le Plan stratégique pour que les besoins en matière de compétences de son personnel soient connus et qu on planifie en conséquence; pour que les besoins en fait de formation et de perfectionnement professionnels soient définis en amont et que la formation soit donnée avant que le besoin s en fasse sentir. (L Inspecteur général accepte de mettre cette recommandation en œuvre) Nous recommandons que les compétences soient décrites pour chaque poste au sein de l OIG et que les exigences de formation et de perfectionnement, rattachées à un niveau, soient définies et établies. (L Inspecteur général accepte de mettre cette recommandation en œuvre) 4.3 Pratiques professionnelles Les pratiques et le rendement professionnels feront en sorte que l OIG gagne en crédibilité. Les normes Norme s 2000 et 1100 couvrent ces activités. Observations principales Après avoir étudié le Plan stratégique de l OIG et examiné les mesures adoptées par l Inspecteur général jusqu à présent, nous observons que, au fur et à mesure que le Plan est mis en œuvre, il traitera de tous les aspects importants du professionnalisme, couvrant les éléments suivants : Développer les politiques, les pratiques et les procédures qui contribuent à l amélioration continue de l activité de vérification interne; Documenter les rôles, les responsabilités et les imputabilités attribuables aux membres du personnel relatifs à la réalisation, à l examen et à l approbation des produits de contrôle interne à chaque étape de la participation au processus de vérification; Mettre en œuvre et maintenir un programme d assurance et d amélioration de la qualité, qui inclut un suivi continu à l interne ainsi que des évaluations périodiques de la qualité à l interne et à l externe (telles que cette EEQ); 12

13 Organisation des États Américains Élaborer des systèmes et des procédures internes de suivi et de divulgation du programme d assurance et d amélioration de la qualité; Améliorer les communications avec les parties prenantes menant à la formulation d une assurance globale annuelle en 2015 (Norme 2450). Recommandations principales L EEQ confirme que, durant trop longtemps, le professionnalisme de l OIG a été remis en question parce qu il ne se concentrait pas sur les volets essentiels, mais plutôt sur des vérifications de conformité de faible valeur. L OIG n a pas pris en compte les réformes au sein de l OEA et n a pas saisi les occasions pour se positionner de manière à fournir un apport utile à un niveau élevé. Nous soutenons la stratégie de l Inspecteur général de changer de cap et de diriger l OIG vers des vérifications de grande valeur, axées sur les risques avec des objectifs et une portée appropriés. Ce virage sera favorisé par l installation d un nouveau logiciel de contrôle qui permettra à tous les employés de l OIG de faire de la planification de base et d élaborer des documents de travail, des dossiers de preuve et des rapports, de manière uniforme. Nous notons que le personnel de l OIG lui-même se professionnalise. L Inspecteur général doit s assurer que tous les vérificateurs adoptent la culture de l OIG. Les activités de l OEA exigent le recours à une expertise technique en contrôle particulière à l occasion. Le personnel de l OIG s est chargé de ces mandats jusqu à maintenant sans posséder l expérience nécessaire ce qui a nui à la crédibilité et à la portée de son travail. Nous recommandons que l Inspecteur général continue à promouvoir le professionnalisme conforme aux Normes. Il constituera le meilleur des guides pour les nouveaux employés de l OIG et une base solide pour effectuer et maintenir les changements substantiels déjà en cours à l OIG. (L Inspecteur général accepte de mettre cette recommandation en œuvre) Nous recommandons que l Inspecteur général surveille de près le personnel de l OIG et les nouvelles recrues pour veiller à ce que l équipe, de concert, opère la transformation professionnelle qui est attendue de tous. (L Inspecteur général accepte de mettre cette recommandation en œuvre) Nous recommandons que l Inspecteur général sélectionne avec soin des candidats expérimentés et dotés des compétences nécessaires pour faire des vérifications dans des domaines techniques ou fasse appel à des conseillers extérieurs et qu ils travaillent de concert avec le personnel de l OIG pour assure le transfert des connaissances. (L Inspecteur général accepte de

14 mettre cette recommandation en œuvre) 4.4 Gestion du rendement et imputabilité Observations principales Il faut mesurer le rendement de l OIG pour s assurer qu il ne dévie pas de sa trajectoire professionnelle et qu il effectue la somme de travail prévu, dans les délais prescrits, et avec la qualité associée à la Norme Le Plan stratégique de l OIG traite notamment de ces aspects. Cette EEQ évalue le rendement et le cadre budgétaire de l OIG. D après les données présentées en 2013, l OIG a réalisé quatre vérifications et quatre rapports d enquête. Deux mesures simples démontrent la nécessité pour l OIG d augmenter le volume de travail effectué et de réduire les coûts engendrés par chacune des vérifications ou enquêtes : Pour ce qui est du volume de travail, les vérificateurs ont travaillé à un seul dossier d audit chacun en Les vérifications ou enquêtes coûtent en moyenne $ chacune. Ce faible niveau de productivité a été constaté par la haute direction et autres parties qui remettent en question l optimisation des ressources de l OIG. En parallèle, nous notons que les parties prenantes veulent que l OIG soit autonome «à l interne» et qu elles ne cherchent pas à sous-traiter ses activités. Elles souhaitent toutefois que la productivité et la rentabilité de l OIG soient resserrées. Le Plan stratégique tente de régler ces deux problèmes. Nous notons que dans ses présentations à la Commission des questions administratives et budgétaires (CAAP), l OIG a commencé à dévoiler ses critères d évaluation du rendement et les jalons atteints, conformément à de multiples Normes qui encouragent l imputabilité. Recommandations principales L OIG dispose désormais de feuilles de temps pour faire le suivi de l emploi du temps de son personnel. Cet outil, jumelé à une cible plus élevée en fait d exécution des contrôles et une meilleure gestion de projet et supervision de l Inspecteur général, devraient mener à une augmentation notable du rendement de l OIG et à une réduction des coûts de vérification et d enquête. 14

15 Organisation des États Américains Il est normal que le Conseil/CAAP mette en question la productivité de l OIG et le tienne responsable de l utilisation prudente et efficace de ses ressources. Il est recommandé, pour ce faire, de se servir d indicateurs de résultats, ce qui est conforme aux pratiques de gouvernance exemplaires. Nous recommandons que l Inspecteur général persévère dans sa recherche d une productivité accrue et continue à faire rapport de ses progrès au Conseil/CAAP. (L Inspecteur général accepte de mettre cette recommandation en œuvre) Nous recommandons que le Conseil/CAAP impute à l OIG la responsabilité d atteindre les jalons de rendement établis. (MESURE : Inspecteur général, PC/CAAP) 4.5 Relations et culture organisationnelles Observations principales Nous notons que l Inspecteur général participe à certaines réunions de la haute direction portant sur des questions précises et qu il peut donc se prononcer sur des problèmes de la direction pour lesquels l OIG pourrait avoir des suggestions et un point de vue utile. Néanmoins, l Inspecteur général ne participe pas, comme observateur, au Cabinet. C est pourtant une pratique qui se répand en tant que pratique exemplaire de gouvernance et de supervision. Recommandations principales La Commission des vérificateurs extérieurs constitue un répondant clé. L OIG serait censé collaborer étroitement avec la Commission pour voir à quel point la vérification incombe aux deux parties. On l envisage d ailleurs dans les Normes. L interaction et la collaboration entre l OIG et la CVE sont parfaitement conformes aux Normes et contribuent à ce que les deux parties garantissent au PC (1) qu elles respecteront les obligations professionnelles de chacune des parties et (2) prendront en compte le mandat de chacune des parties pour s assurer qu il y ait peu de chevauchements ou de lacunes. Étant donné que l OIG doit démontrer son professionnalisme à long terme, le problème ne s est pas encore posé. Cependant, plus l OIG rehausse son degré de professionnalisme, plus il devra collaborer avec la CVE; davantage qu il ne l a fait auparavant.

16 Nous recommandons que l Inspecteur général informe la CVE des progrès de l OIG en matière de professionnalisme jusqu à ce que la CVE ait la certitude que le travail de l OIG est fiable et utile, pour ses besoins professionnels. Il faudrait aussi tenir le Conseil permanent au courant de ces développements. (L Inspecteur général accepte de mettre cette recommandation en œuvre) 4.6 Structures de gouvernance Recommandations principales En vertu de la Norme 1000, le but, la direction et la responsabilité de l activité IA doivent être formellement définis dans le décret, conformément à l IPPF et révisés périodiquement par l Inspecteur général. Cette révision fait partie de l EEQ. On anticipe que le décret mis à jour et révisé proposera tous les éléments exigés par les Normes. La Norme 1100 stipule que l indépendance organisationnelle de l OIG est assurée par le fait que l Inspecteur général se rapporte, sur le plan fonctionnel, au Conseil, et sur le plan administratif, au SG. Au sein de l OEA, les relations de divulgation ne sont pas claires, puisque le SG a l autorité de créer le décret de l OIG, mais également de financer l OIG dans le cadre de sa mission globale en tant qu organisation. De surcroît, bien que l OIG se rapporte au Conseil, la nature de ce lien n est pas claire (p. ex. : fonctionnelle, informationnelle, etc.) Il n existe pas de comité d audit officiel relevant du Conseil. La CAAP semble avoir profité de cette lacune et assume certains des rôles attribués généralement à un comité de vérification, mais sans autorité explicite. L Inspecteur général se rapporte déjà au SG (PC/CAAP), mais le décret ne précise pas la relation de divulgation de l Inspecteur général par rapport à la CAAP. 16

17 Organisation des États Américains Recommandations principales Dans la mesure où l OIG relève du SG et du Conseil permanent et dorénavant de la CAAP, il serait utile de clarifier et de codifier les relations de divulgation de l OIG pour assurer l indépendance du Bureau par rapport aux cadres. L absence d harmonisation entre le cycle d approbation du Plan du Bureau de l inspecteur général (BIG) et le cycle annuel d affectation des ressources signifie que le BIG ne présente pas, comme on s y attendrait normalement, son projet de Plan annuel conjointement avec son Plan des ressources. L inverse constituerait pour l Inspecteur général (IG) un facteur de sécurité, dans la mesure où le Conseil permanent lui demanderait des comptes tant sur la mise en œuvre du Plan annuel que sur l utilisation du budget. Il est à noter qu en 2013, le Secrétariat a unilatéralement modifié les affectations budgétaires du BIG pour ladite année. Les mesures de cette nature, lorsqu elles ne font pas l objet d un débat et d un accord préalables, sont propres à saper, et peuvent compromettre, l indépendance du BIG, comme souligné dans la Norme Enfin, nous réitérons que l IG est pleinement capable d élaborer le programme de travail du BIG en tout indépendance et sans interférence, en conformité aux exigences de la Norme 1110.A1. Nous recommandons que l instruction soit révisée pour être conforme aux normes du Cadre international des pratiques professionnelles (IPPF) pour ce qui concerne le rapport hiérarchique du BIG au Secrétaire général et au Conseil permanent/commission des questions administratives et budgétaires. (ACTION : IG, SG, CP) Nous recommandons que le BIG bénéficie d une sécurité budgétaire et que toute initiative visant à réduire les dépenses qui affecte également le BIG fasse l objet d un débat et d un accord préalables avec l IG (ACTION : IG, SG, CP) Nous recommandons que, lors de l élaboration du plan des ressources, l IG montre l incidence de toute réduction de ressources sur l exécution du plan, ou l usage qu il ferait de ressources supplémentaires, si ces dernières venaient à être disponibles (l IG accepte de mettre en œuvre la présente recommandation) Nous recommandons que, lorsqu il existe une relation clé avec le BIG (à titre d exemple dans le cas du CP, CAAP, BEA, etc.), une telle relation soit codifiée dans les accords d établissements de ces autres instances. (ACTION : IG, SG, CP)

18 D. STRUCTURE DU BIG, MODÈLE DE DOTATION EN PERSONNEL ET AFFECTATION DES RESSOURCES Nous avons examiné le Plan stratégique, ainsi que les éléments livrables que le BIG est tenu de produire pour tous ses services (en matière d enquêtes et audits internes). L IG a procédé à une évaluation des compétences afin de s assurer que son personnel et sa structure aient, dans le court à moyen terme, une aptitude aux fins recherchées. Dans cette optique, nous pensons que la stratégie de l IG en matière de ressources humaines est appropriée. Il pourrait s avérer nécessaire de réviser la structure au fur et à mesure que la charge de travail s accroît. En 2013, les ressources du BIG ont fait l objet d une réorganisation et d une réduction dans le cadre d une révision d ensemble du budget de l OEA. Le BIG fait partie intégrante de l OEA et reconnaît que ses besoins en ressources doivent être examinés conjointement avec ceux de toutes les autres instances dépendant de l OEA. Cependant, le défi pour l OEA consiste à traiter les ressources du BIG d une manière qui ne compromette pas son indépendance. A cette fin, la pratique exemplaire consiste à ce que les organes directeurs approuvent les changements relatifs aux ressources du BIG. Cela préserverait l indépendance du BIG et éviterait la perception que les instances dirigeantes sapent, de fait, l indépendance du BIG en réduisant ses moyens. E. APPROCHE ET MÉTHODOLOGIE En règle générale, nous avons suivi la méthode d évaluation de la qualité de l IIA pour étudier en profondeur l autorité, la structure, les méthodes, le rendement et les ressources de l OIG. Nous avons interrogé l Inspecteur général et son personnel ainsi que ses partenaires principaux, exception faite de la CVE. Ils nous ont informés et livré leurs commentaires. Nous avons comparé le Bureau à d autres organisations qui s adonnent des activités semblables ainsi qu aux pratiques exemplaires dans les secteurs public et privé. Ces renseignements nous ont permis d évaluer la conformité du Bureau à la Définition de la vérification interne, aux Normes IIA et au Code d éthique. Une EEQ cherche toujours à obtenir des avis sur la qualité du leadership et sur le professionnalisme d une organisation ainsi que sur l utilité de ses produits consultatifs et d assurance. Le mandat de l OIG, son approche, ont d importantes conséquences pour de multiples détenteurs d enjeux. C est à cette fin que nous avons interrogé un vaste éventail de partenaires de l OIG (exception faite de la CVE en raison de contraintes de temps). 18

19 F. REMERCIEMENTS Organisation des États Américains L équipe de l évaluation souhaite remercier le SG et les autres membres du personnel de l OEA ainsi que ses partenaires pour leurs commentaires et les renseignements qu ils nous ont fournis. Nous remercions également l Inspecteur général et son équipe d avoir accédé à nos demandes au cours de cette évaluation externe de la qualité. J Graham Joscelyne CA(SA) CIA CRMA Directeur général Joscelyne + Associates, Inc.

Guide de travail pour l auto-évaluation:

Guide de travail pour l auto-évaluation: Guide de travail pour l auto-évaluation: Gouvernance d entreprise comité d audit Mars 2015 This document is also available in English. Conditions d application Le Guide de travail pour l auto-évaluation

Plus en détail

Évaluation du Programme de subventions et de contributions Bibliothèque et Archives Canada Rapport final

Évaluation du Programme de subventions et de contributions Bibliothèque et Archives Canada Rapport final Évaluation du Programme de subventions et de contributions Bibliothèque et Archives Canada Rapport final Préparé par la Division de la vérification et de l évaluation Bibliothèque et Archives Canada Mars

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières. Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration

Bureau du surintendant des institutions financières. Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration Bureau du surintendant des institutions financières Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration Avril 2014 Table des matières 1. Contexte... 3 2. Objectif, délimitation

Plus en détail

F Distribution: GÉNÉRALE RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES. Point 6 de l'ordre du jour

F Distribution: GÉNÉRALE RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES. Point 6 de l'ordre du jour Session annuelle du Conseil d administration Rome, 25 28 mai 2015 RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES Point 6 de l'ordre du jour Pour examen NOTE DE LA DIRECTRICE EXÉCUTIVE SUR LE RAPPORT

Plus en détail

Services de conciliation en assurance Cadre de collaboration et de surveillance. Approuvé par le CCRRA en juin 2015

Services de conciliation en assurance Cadre de collaboration et de surveillance. Approuvé par le CCRRA en juin 2015 Services de conciliation en assurance Cadre de collaboration et de Approuvé par le CCRRA en juin 2015 Mise à jour du Forum conjoint des autorités de réglementation du marché financier Réseau de conciliation

Plus en détail

AVIS DE RÉGLEMENTATION AUX MEMBRES RÔLES DE LA CONFORMITÉ ET DE LA SURVEILLANCE

AVIS DE RÉGLEMENTATION AUX MEMBRES RÔLES DE LA CONFORMITÉ ET DE LA SURVEILLANCE Personne-ressource : Paige Ward Avocate générale et vice-présidente, Politiques Téléphone : 416-943-5838 Courriel : pward@mfda.ca RM-0057 5 décembre 2006 (révisé le 6 février 2013) Introduction AVIS DE

Plus en détail

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la gouvernance ministérielle. Rapport final

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la gouvernance ministérielle. Rapport final BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ Vérification de la gouvernance ministérielle Division de la vérification et de l évaluation Rapport final Le 27 juin 2012 Table des matières Sommaire... i Énoncé d assurance...iii

Plus en détail

Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007

Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007 Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007 Page 1 sur 15 NOTE La présente note et les documents joints décrivent un cadre pour la collaboration continue

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06. Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit.

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06. Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit. Tunis, le 20 mai 2011 CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06 Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit. Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie,

Plus en détail

Conseil de recherches en sciences humaines du Canada

Conseil de recherches en sciences humaines du Canada Conseil de recherches en sciences humaines du Canada Annexe à la Déclaration de responsabilité de la direction englobant le contrôle interne en matière de rapports financiers (non vérifiée) Exercice 2011-2012

Plus en détail

Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada Améliorations recommandées pour étude

Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada Améliorations recommandées pour étude Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada Améliorations recommandées pour étude Rapport d inspection des pratiques professionnelles Date : le 16 janvier 2012 Table des matières DÉCLARATION DU VALIDATEUR

Plus en détail

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs Appendice 2 (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs NOTE Dans les propositions de Texte identique, XXX désigne un qualificatif de norme

Plus en détail

Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats

Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats Rapport du Secrétaire général Résumé Lors du Sommet mondial de septembre 2005, les dirigeants des pays

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009)

Plus en détail

Rapport sur l audit interne de la gouvernance de la gestion de l information et des technologies de l information

Rapport sur l audit interne de la gouvernance de la gestion de l information et des technologies de l information Rapport sur l audit interne de la gouvernance de la gestion de l information et des technologies de l information Bureau du surintendant des institutions financières Novembre 2012 Table des matières 1.

Plus en détail

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la sécurité des technologies de l information (TI) Rapport final

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la sécurité des technologies de l information (TI) Rapport final Il y a un astérisque quand des renseignements sensibles ont été enlevés aux termes de la Loi sur l'accès à l'information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels. BUREAU DU CONSEIL

Plus en détail

Western Climate Initiative, inc. Budget révisé pour l année civile 2015 et dépenses prévues en 2016 6 mai 2015

Western Climate Initiative, inc. Budget révisé pour l année civile 2015 et dépenses prévues en 2016 6 mai 2015 Western Climate Initiative, inc. Budget révisé pour l année civile 2015 et dépenses prévues en 2016 6 mai 2015 Table des matières Introduction... 1 Services de plafonnement et d échange... 2 Système de

Plus en détail

Bureau du commissaire du Centre de la sécurité des télécommunications

Bureau du commissaire du Centre de la sécurité des télécommunications Bureau du commissaire du Centre de la sécurité des télécommunications 2009-2010 Rapport sur les plans et les priorités L honorable Peter Gordon MacKay, C.P., député Ministre de la Défense nationale TABLE

Plus en détail

Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour 2011

Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour 2011 Cote du document: EB 2010/101/R.41 Point de l'ordre du jour: 17 b) Date: 9 novembre 2010 Distribution: Publique Original: Anglais F Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour

Plus en détail

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Document d orientation aux organismes publics Annexe A Rôles et responsabilités détaillés des

Plus en détail

Charte d audit du groupe Dexia

Charte d audit du groupe Dexia Janvier 2013 Charte d audit du groupe Dexia La présente charte énonce les principes fondamentaux qui gouvernent la fonction d Audit interne dans le groupe Dexia en décrivant ses missions, sa place dans

Plus en détail

Vérification des procédures en fin d exercice

Vérification des procédures en fin d exercice Vérification des procédures en fin d exercice DIVERSIFICATION DE L ÉCONOMIE DE L OUEST CANADA Direction générale de la vérification et de l évaluation Décembre 2011 Table des matières 1.0 Résumé 1 2.0

Plus en détail

Traduction de la lettre d introduction. 23 janvier 2015. Chères Mme. Peters et Mme. Moreno Fernandez,

Traduction de la lettre d introduction. 23 janvier 2015. Chères Mme. Peters et Mme. Moreno Fernandez, Traduction de la lettre d introduction 23 janvier 2015 Chères Mme. Peters et Mme. Moreno Fernandez, Au nom de l Entité des Nations Unies pour l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes (ONU ),

Plus en détail

Chapitre 7 Ministère du Développement des ressources humaines / Andersen Consulting

Chapitre 7 Ministère du Développement des ressources humaines / Andersen Consulting Ministère du Développement des ressources humaines / Andersen Consulting Contenu Contexte................................................................ 101 Examen du contrat........................................................

Plus en détail

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications La présente annexe au document de politique du Procureur

Plus en détail

Administration de l établissement. (Ressources humaines)

Administration de l établissement. (Ressources humaines) Administration de l établissement (Ressources humaines) Chapitre 3 Administration de l établissement (Ressources humaines) Section Sujet traité Page 3000 Résumé... 3-2 3100 Qualité de la gestion. 3-3 3101

Plus en détail

Gestion du capital Rapport de vérification final Rapport n o 13/13 17 février 2014

Gestion du capital Rapport de vérification final Rapport n o 13/13 17 février 2014 Gestion du capital Rapport de vérification final Rapport n o 13/13 17 février 2014 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière

Plus en détail

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES PPB-2006-8-1-CPA ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES Introduction 0. Base légale 1. Le contrôle interne 1.1. Définition et éléments constitutifs 1.2. Mesures

Plus en détail

EVALUATION DU POINT FORT 1 «LANGUE ET FORMATION» : RAPPORT INTERMEDIAIRE

EVALUATION DU POINT FORT 1 «LANGUE ET FORMATION» : RAPPORT INTERMEDIAIRE OFFICE FEDERAL DES MIGRATIONS (ODM) MESURES D ENCOURAGEMENT DE L INTEGRATION PRISES PAR LA CONFEDERATION : PROGRAMME DES POINTS FORTS 2008-2011 EVALUATION DU POINT FORT 1 «LANGUE ET FORMATION» : RAPPORT

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ Avril 2009 Table des matières Préambule... 3 Introduction... 4 Champ d application... 5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour... 6 1. Cadre de gestion de la conformité...

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières. Rapport de vérification interne sur le Groupe de l assurance-vie Conglomérats

Bureau du surintendant des institutions financières. Rapport de vérification interne sur le Groupe de l assurance-vie Conglomérats Bureau du surintendant des institutions financières Groupe de l assurance-vie Conglomérats Juin 2012 Table des matières 1. Contexte... 2 2. Objectif, portée et méthodologie... 3 3. Conclusion... 4 4. Réponse

Plus en détail

La permission de diffuser est accordée. Prière de mentionner l Association des infirmières et infirmiers du Canada.

La permission de diffuser est accordée. Prière de mentionner l Association des infirmières et infirmiers du Canada. Énoncé de position LA PLANIFICATION NATIONALE DES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ POSITION DE L AIIC L AIIC croit qu une planification réussie des ressources humaines de la santé au Canada passe par un

Plus en détail

Angle mort organisationnel : Le rôle des processus métiers documentaires dans la croissance du chiffre d affaires

Angle mort organisationnel : Le rôle des processus métiers documentaires dans la croissance du chiffre d affaires Livre blanc IDC réalisé pour Ricoh Septembre 2012 Synthèse Angle mort organisationnel : Le rôle des processus métiers documentaires dans la croissance du chiffre d affaires Angèle Boyd // Joseph Pucciarelli

Plus en détail

Analyse structurée de solutions pour BMC Remedy IT Service Management v 7

Analyse structurée de solutions pour BMC Remedy IT Service Management v 7 LIVRE BLANC SUR LES PRATIQUES ITIL Analyse structurée de solutions pour BMC Remedy IT Service Management v 7 Exploiter le potentiel des pratiques ITIL grâce aux ateliers d analyse de solutions organisés

Plus en détail

FLEGT Note d Information

FLEGT Note d Information Série 20 Note FLEGT Note APPLICATION DES REGLEMENTATIONS FORESTIERES, GOUVERNANCE ET ECHANGES COMMERCIAUX Directives sur le Contrôle Indépendant INTRODUCTION Le Plan d action de l UE pour l application

Plus en détail

Banque européenne d investissement. Charte de l Audit interne

Banque européenne d investissement. Charte de l Audit interne Charte de l Audit interne Juin 2013 Juin 2013 page 1 / 6 Juin 2013 page 2 / 6 1. Politique L Audit interne est une fonction essentielle dans la gestion de la Banque. Il aide la Banque en produisant des

Plus en détail

La planification des RH et la dotation en personnel : comment sont-elles reliées?

La planification des RH et la dotation en personnel : comment sont-elles reliées? La planification des RH et la dotation en personnel : comment sont-elles reliées? Contexte Nous entendons dire : «La planification des RH constitue le fondement de la dotation en personnel sous la nouvelle

Plus en détail

GUIDE DE SUIVI ET D ÉVALUATION

GUIDE DE SUIVI ET D ÉVALUATION GUIDE DE SUIVI ET D ÉVALUATION Lutte contre le VIH, la tuberculose, le paludisme et renforcement des systèmes de santé et des systèmes communautaires Partie 1 : Exigences du système de suivi et d évaluation

Plus en détail

Lignes directrices à l intention des praticiens

Lignes directrices à l intention des praticiens Janvier 2005 Lignes directrices à l intention des praticiens Visiter notre site Web : www.cga-pdnet.org/fr-ca Le praticien exerçant seul ou au sein d un petit cabinet et l indépendance Le Code des principes

Plus en détail

Instructions sur l assurance-qualité dans les petites et moyennes entreprises de révision

Instructions sur l assurance-qualité dans les petites et moyennes entreprises de révision Instructions sur l assurance-qualité dans les petites et moyennes entreprises de révision Les instructions sur l'assurance-qualité représentent une application des exigences dans des PME de révision formulées

Plus en détail

Lettre de mission. Services de consultant pour une évaluation à mi-parcours de la Stratégie de l UIP 2012-2017

Lettre de mission. Services de consultant pour une évaluation à mi-parcours de la Stratégie de l UIP 2012-2017 UNION INTERPARLEMENTAIRE INTER-PARLIAMENTARY UNION 5, CHEMIN DU POMMIER CASE POSTALE 330 1218 LE GRAND-SACONNEX / GENÈVE (SUISSE) Lettre de mission Services de consultant pour une évaluation à mi-parcours

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Famille professionnelle de l, Secrétaire / Assistant Assistant, assistant administratif Le secrétaire aide à la planification et à l organisation des activités afin de faciliter la gestion de l information.

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F WO/PBC/21/12 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 1 ER JUILLET 2013 Comité du programme et budget Vingt et unième session Genève, 9 13 septembre 2013 RAPPORT SUR L ÉTAT D AVANCEMENT DE LA MISE EN ŒUVRE D UN SYSTÈME

Plus en détail

Vers l amélioration continue

Vers l amélioration continue Vers l amélioration continue Devis d évaluation et planification des travaux sur l assurance qualité Document recommandé par le comité de suivi du Plan stratégique, le comité de Régie interne et la Commission

Plus en détail

ÉNONCÉ DE PRINCIPES LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE DES PRODUITS D ASSURANCE

ÉNONCÉ DE PRINCIPES LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE DES PRODUITS D ASSURANCE ÉNONCÉ DE PRINCIPES LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE DES PRODUITS D ASSURANCE Le présent document reflète le travail d organismes de réglementation membres du CCRRA. Les opinions qui y sont exprimées ne doivent

Plus en détail

Politique de gestion documentaire

Politique de gestion documentaire Politique de gestion documentaire Responsabilité de gestion : Secrétariat général Date d approbation : 24 avril 1979 C.A. C.E. Direction générale Direction Date d'entrée en vigueur : 24 avril 1995 Date

Plus en détail

Affaires autochtones et Développement du Nord Canada. Rapport de vérification interne

Affaires autochtones et Développement du Nord Canada. Rapport de vérification interne Affaires autochtones et Développement du Nord Canada Rapport de vérification interne Vérification du cadre de contrôle de gestion pour les subventions et contributions de 2012-2013 (Modes de financement)

Plus en détail

Accord sur la sécurité incendie et la sécurité des bâtiments au Bangladesh

Accord sur la sécurité incendie et la sécurité des bâtiments au Bangladesh Accord sur la sécurité incendie et la sécurité des bâtiments au Bangladesh Les parties soussignées sont attachées à l objectif d une industrie du prêt-à-porter sûre et durable au Bangladesh où aucun travailleur

Plus en détail

Adoption prochaine au Canada des réformes de la réglementation mondiale du secteur de l assurance. kpmg.ca

Adoption prochaine au Canada des réformes de la réglementation mondiale du secteur de l assurance. kpmg.ca Adoption prochaine au Canada des réformes de la réglementation mondiale du secteur de l assurance kpmg.ca Adoption prochaine au Canada des réformes de la réglementation mondiale du secteur de l assurance

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Affaires autochtones et Développement du Nord Canada. Rapport de vérification interne

Affaires autochtones et Développement du Nord Canada. Rapport de vérification interne Affaires autochtones et Développement du Nord Canada Rapport de vérification interne Vérification de la délégation des pouvoirs, de la conception organisationnelle et de la classification Préparé par la

Plus en détail

Vérification de la prestation des services ministériels à l AC du MAECI RAPPORT FINAL

Vérification de la prestation des services ministériels à l AC du MAECI RAPPORT FINAL Vérification de la prestation de services ministériels à l AC : Rapport final Vérification de la prestation des services ministériels à l AC du MAECI RAPPORT FINAL Affaires étrangères et Commerce international

Plus en détail

EUROPEAN TRADE UNION COMMITTEE FOR EDUCATION COMITE SYNDICAL EUROPEEN DE L EDUCATION

EUROPEAN TRADE UNION COMMITTEE FOR EDUCATION COMITE SYNDICAL EUROPEEN DE L EDUCATION EUROPEAN TRADE UNION COMMITTEE FOR EDUCATION COMITE SYNDICAL EUROPEEN DE L EDUCATION Document énonçant la position du CSEE sur la proposition de recommandation du Parlement européen et du Conseil établissant

Plus en détail

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données La force de l engagement MD POINT DE VUE Impartition réussie du soutien d entrepôts de données Adopter une approche globale pour la gestion des TI, accroître la valeur commerciale et réduire le coût des

Plus en détail

Modèles de profils de poste et de termes de référence pour les principales tâches de suivi-évaluation

Modèles de profils de poste et de termes de référence pour les principales tâches de suivi-évaluation Annexe E Modèles de profils de poste et de termes de référence pour les principales tâches de suivi-évaluation Pour une gestion orientée vers l'impact Guide pratique de S&E des projets Table des matières

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe

Plus en détail

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-006. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR :

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-006. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR : MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : Direction des ressources humaines OBJET : Formation et développement des ressources humaines (excluant le personnel cadre) NUMÉRO : DRH-006 EN VIGUEUR :

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2007 PFA/ICTS POUR INFORMATION. Système intégré d information sur les ressources (IRIS)

Conseil d administration Genève, mars 2007 PFA/ICTS POUR INFORMATION. Système intégré d information sur les ressources (IRIS) BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.298/PFA/ICTS/2 298 e session Conseil d administration Genève, mars 2007 Sous-comité des technologies de l information et de la communication PFA/ICTS POUR INFORMATION

Plus en détail

COMMISSARIAT À LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE DU CANADA. Vérification de la gestion des ressources humaines

COMMISSARIAT À LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE DU CANADA. Vérification de la gestion des ressources humaines COMMISSARIAT À LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE DU CANADA Vérification de la gestion des ressources humaines 13 mai 2010 Préparée par le Centre de gestion publique Inc. TABLE DES MATIÈRES 1.0 Sommaire...

Plus en détail

Appendice A I. Mission II. Domaine d'activité A. VÉRIFICATION

Appendice A I. Mission II. Domaine d'activité A. VÉRIFICATION Appendice A Charte du Bureau de l'inspecteur général I. Mission 1. Le Bureau de l'inspecteur général assure la supervision des programmes et des opérations de l'organisation, par des opérations de vérification

Plus en détail

Ressources humaines et Développement des compétences Canada Tableau du fonds de la somme désignée pour le paiement d expérience commune

Ressources humaines et Développement des compétences Canada Tableau du fonds de la somme désignée pour le paiement d expérience commune Ressources humaines et Développement des compétences Canada Tableau du fonds de la somme désignée pour le paiement d expérience commune 30 septembre 2012 (en milliers de dollars) Le présent document ne

Plus en détail

AVENIR FINANCE Société anonyme au capital de 1.253.160 Siège Social à LYON (69009) - 57 rue de Saint Cyr 402 002 687 RCS LYON

AVENIR FINANCE Société anonyme au capital de 1.253.160 Siège Social à LYON (69009) - 57 rue de Saint Cyr 402 002 687 RCS LYON AVENIR FINANCE Société anonyme au capital de 1.253.160 Siège Social à LYON (69009) - 57 rue de Saint Cyr 402 002 687 RCS LYON RAPPORT DU PRESIDENT A L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE DU 1er JUIN 2004 SUR

Plus en détail

UN PLAN D ACTION POUR L AVENIR LE RÔLE DE L AIIT DANS LA RÉALISATION D UNE INSPECTION RENFORCÉE ET PROFESSIONNELLE PARTOUT DANS LE MONDE

UN PLAN D ACTION POUR L AVENIR LE RÔLE DE L AIIT DANS LA RÉALISATION D UNE INSPECTION RENFORCÉE ET PROFESSIONNELLE PARTOUT DANS LE MONDE 3 UN PLAN D ACTION POUR L AVENIR LE RÔLE DE L AIIT DANS LA RÉALISATION D UNE INSPECTION RENFORCÉE ET PROFESSIONNELLE PARTOUT DANS LE MONDE Proposition de Michele Patterson, Présidente, juin 2008 Introduction

Plus en détail

Services de travail temporaire

Services de travail temporaire Chapitre 4 Section 4.14 Ministère des Services gouvernementaux Services de travail temporaire Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.14 du Rapport annuel 2005 Chapitre 4 Section

Plus en détail

Fonds pour la recherche en Ontario

Fonds pour la recherche en Ontario Chapitre 4 Section 4.10 Ministère de la Recherche et de l Innovation Fonds pour la recherche en Ontario Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.10 du Rapport annuel 2009 Contexte

Plus en détail

Introduction à la rémunération des cadres supérieurs

Introduction à la rémunération des cadres supérieurs Introduction à la rémunération des cadres supérieurs Résumé Au cours des dernières années, le niveau de rémunération des cadres supérieurs ainsi que le lien entre cette rémunération et la performance des

Plus en détail

L assurance qualité N 4. Décembre 2014

L assurance qualité N 4. Décembre 2014 N 4 L assurance qualité Décembre 2014 L es investissements dans les systèmes et services d orientation tout au long de la vie (OTLV) doivent démontrer le bénéfice pour les individus, les communautés et

Plus en détail

Directives du Conseil fédéral concernant les projets informatiques de l administration fédérale et le portefeuille informatique de la Confédération

Directives du Conseil fédéral concernant les projets informatiques de l administration fédérale et le portefeuille informatique de la Confédération Directives du Conseil fédéral concernant les projets informatiques de l administration du 1 er juillet 2015 Le Conseil fédéral suisse édicte les directives suivantes: 1 Dispositions générales 1.1 Objet

Plus en détail

Défis auxquels les gestionnaires de chaîne logistique de santé publique doivent faire face

Défis auxquels les gestionnaires de chaîne logistique de santé publique doivent faire face La professionnalisation des gestionnaires de chaîne logistique de santé publique pour de meilleurs résultats en matière de santé Livre blanc n 1 Coalition pour les Produits de Santé de la Procréation Défis

Plus en détail

Partie 2 : Charte du Comité d audit

Partie 2 : Charte du Comité d audit Partie 2 : Charte du Comité d audit commun aux IPSS Partie 2 : Charte du Comité d audit commun aux IPSS 3 Sommaire I. Contexte...4 1. Audit interne : un défi commun pour les IPSS...4 II. Notion de Comité

Plus en détail

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Introduction Une norme de pratique est une instruction sur le comportement attendu de l actuaire évoluant dans un contexte

Plus en détail

Avril 2014 FC 153/6. Cent cinquante-troisième Session. Rome, 12-14 mai 2014. Rapport annuel du Comité d'audit

Avril 2014 FC 153/6. Cent cinquante-troisième Session. Rome, 12-14 mai 2014. Rapport annuel du Comité d'audit Avril 2014 FC 153/6 F COMITE FINANCIER Cent cinquante-troisième Session Rome, 12-14 mai 2014 Rapport annuel du Comité d'audit Pour toute question relative au contenu du présent document, prière de s'adresser

Plus en détail

Etat de la mise en oeuvre des recommandations du Commissaire aux Comptes

Etat de la mise en oeuvre des recommandations du Commissaire aux Comptes ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTE COMMISSION DE VERIFICATION DES COMPTES DU CONSEIL EXECUTIF Septième réunion Point 2.1 de l ordre du jour provisoire EBAC7/2 30 décembre 2002 Etat de la mise en oeuvre

Plus en détail

i) Types de questions Voici les lignes directrices pour chaque type de question ainsi que la pondération approximative pour chaque type :

i) Types de questions Voici les lignes directrices pour chaque type de question ainsi que la pondération approximative pour chaque type : Raison d être Plan des examens Audit interne et contrôles internes [MU1] 2011-2012 Les examens Audit interne et contrôles internes [MU1] ont été élaborés à l aide d un plan d examen. Le plan d examen,

Plus en détail

Consultation sur le projet de mise à jour des indicateurs PEFA, 7 août 2014

Consultation sur le projet de mise à jour des indicateurs PEFA, 7 août 2014 Consultation sur le projet de mise à jour des indicateurs PEFA, 7 août 2014 Madame, Monsieur Le Programme «Dépenses publiques et Responsabilité financière» (PEFA), lancé en 2001, a mis en place un cadre

Plus en détail

Gestion de la sécurité de l information par la haute direction

Gestion de la sécurité de l information par la haute direction Étude technique Gestion de la sécurité de l information par la haute direction _la force de l engagement MC Groupe CGI inc. 2004, 2010. Tous droits réservés. Aucune partie de cette publication ne peut

Plus en détail

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE 22.05.08 RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE Le Conseil d administration de la Société Générale a pris connaissance du rapport ci-joint du Comité spécial qu il a constitué le 30

Plus en détail

Cadre de gestion du risque de fraude Rapport d audit Rapport n o 5/14 2 septembre 2014

Cadre de gestion du risque de fraude Rapport d audit Rapport n o 5/14 2 septembre 2014 Diffusion : Cadre de gestion du risque de fraude Rapport d audit Rapport n o 5/14 2 septembre 2014 Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière

Plus en détail

Opérations entre apparentés

Opérations entre apparentés exposé-sondage CONSEIL SUR LA COMPTABILITÉ DANS LE SECTEUR PUBLIC PROJET DE NORMES COMPTABLES Opérations entre apparentés Septembre 2012 DATE LIMITE DE RÉCEPTION DES COMMENTAIRES : LE 21 NOVEMBRE 2012

Plus en détail

Conseil d administration 313 e session, Genève, 15-30 mars 2012 GB.313/PFA/3/2

Conseil d administration 313 e session, Genève, 15-30 mars 2012 GB.313/PFA/3/2 BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 313 e session, Genève, 15-30 mars 2012 GB.313/PFA/3/2 Section du programme, du budget et de l administration PFA Date: 26 mars 2012 Original: anglais

Plus en détail

Evaluation des risques et procédures d audit en découlant

Evaluation des risques et procédures d audit en découlant Evaluation des risques et procédures d audit en découlant 1 Présentation des NEP 315, 320, 330, 500 et 501 2 Présentation NEP 315, 320, 330, 500 et 501 Les NEP 315, 320, 330, 500 et 501 ont fait l objet

Plus en détail

NORME INTERNATIONAL D AUDIT 550 PARTIES LIEES

NORME INTERNATIONAL D AUDIT 550 PARTIES LIEES Introduction NORME INTERNATIONAL D AUDIT 550 PARTIES LIEES (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ d application de

Plus en détail

Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE)

Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE) Point réglementation N 1 Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE) (anciennement TOS, exerçant dans les lycées et collèges) Mis à jour en septembre

Plus en détail

Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction

Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction Période de référence : Septembre à décembre 2014 Période de référence précédente : 30 septembre 2014 Nom de l auteur : K.

Plus en détail

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES*

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* R. GESTION DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* Le Groupe de travail des politiques de coopération en matière de et de normalisation: Reconnaissant que l atténuation du risque qui peut avoir une incidence

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DU COMITÉ D AUDIT 2009

RAPPORT ANNUEL DU COMITÉ D AUDIT 2009 RAPPORT ANNUEL DU COMITÉ D AUDIT 2009 Conformément à la Charte du Comité d audit, le Comité d audit doit établir chaque année un rapport dans lequel sa composition et ses compétences sont mentionnées et

Plus en détail

Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue

Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue Cette section vous propose une synthèse des questions les plus susceptibles d être posées en entrevue de sélection. Cette section peut vous aider lors de

Plus en détail

SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA

SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA TERMES DE REFERENCE SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA TDR : REFERENTIELS ET PROCEDURES

Plus en détail

ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA. Norme de formation Professionnelle continue Version 1.1

ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA. Norme de formation Professionnelle continue Version 1.1 ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA Norme de formation Professionnelle continue Version 1.1 Association des comptables généraux accrédités du Canada 100 4200 North Fraser Way Burnaby

Plus en détail

2013-2014 RAPPORT DE SÉCURITÉ DE LA SOCIÉTÉ

2013-2014 RAPPORT DE SÉCURITÉ DE LA SOCIÉTÉ 2013-2014 RAPPORT DE SÉCURITÉ DE LA SOCIÉTÉ NOVEMBRE 2014 Table des matières RAPPORT DE SÉCURITÉ DE LA SOCIÉTÉ 2013-2014 Introduction du président et chef de la direction...ii Buts en matière de sécurité

Plus en détail

L utilisation du genre masculin dans ce document sert uniquement à alléger le texte et désigne autant les hommes que les femmes

L utilisation du genre masculin dans ce document sert uniquement à alléger le texte et désigne autant les hommes que les femmes L utilisation du genre masculin dans ce document sert uniquement à alléger le texte et désigne autant les hommes que les femmes Table des matières 1. Objet de la politique... 4 2. Cadre légal et règlementaire...

Plus en détail

Formulaire d évaluation du stage d expérience pratique - cheminement CPA, CGA

Formulaire d évaluation du stage d expérience pratique - cheminement CPA, CGA 5, Place Ville Marie, bureau 800 Montréal (Québec) H3B 2G2 T. 514 288.3256 1 800 363.4688 Téléc. 514 843.8375 www.cpaquebec.ca Formulaire d évaluation du stage d expérience pratique - cheminement CPA,

Plus en détail

L entreprise prête pour l informatique en nuage Élaborer un plan et relever les principaux défis

L entreprise prête pour l informatique en nuage Élaborer un plan et relever les principaux défis ÉTUDE TECHNIQUE L entreprise prête pour l informatique en nuage Élaborer un plan et relever les principaux défis Pour une entreprise, l informatique en nuage constitue une occasion majeure d améliorer

Plus en détail

Renseignements sur la rémunération de 2011 et 2012 (conformément aux exigences de Bâle II Pilier 3)

Renseignements sur la rémunération de 2011 et 2012 (conformément aux exigences de Bâle II Pilier 3) Renseignements sur la rémunération de 2011 et 2012 (conformément aux exigences de Bâle II Pilier 3) La Banque Laurentienne a préparé la présente publication conformément aux exigences de Bâle II Pilier

Plus en détail

Le cadre de référence de la Fondation des maladies du cœur et de l AVC : La conduite responsable de la recherche

Le cadre de référence de la Fondation des maladies du cœur et de l AVC : La conduite responsable de la recherche Le cadre de référence de la Fondation des maladies du cœur et de l AVC : La conduite responsable de la recherche Juin 2013 LE CADRE DE RÉFÉRENCE DE LA FONDATION DES MALADIES DU CŒUR ET DE L AVC : LA CONDUITE

Plus en détail

Programme des Alliances de recherche universités-communautés (ARUC) : Analyse des données contenues dans le rapport d étape et

Programme des Alliances de recherche universités-communautés (ARUC) : Analyse des données contenues dans le rapport d étape et Programme des Alliances de recherche universités-communautés (ARUC) : Analyse des données contenues dans le rapport d étape et le rapport de première année Préparé pour : CRSH Conseil de recherches en

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2009 PFA POUR DÉCISION

Conseil d administration Genève, novembre 2009 PFA POUR DÉCISION BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.306/PFA/12/2 306 e session Conseil d administration Genève, novembre 2009 Commission du programme, du budget et de l administration PFA POUR DÉCISION DOUZIÈME QUESTION

Plus en détail

CADRE DE TRAVAIL. Mai 2008. Autorité des marchés financiers - Mai 2008 Page 1

CADRE DE TRAVAIL. Mai 2008. Autorité des marchés financiers - Mai 2008 Page 1 CADRE DE TRAVAIL Principes à suivre pour les coopératives de services financiers adoptant une approche de notation interne pour le risque de crédit et / ou une approche standard ou de mesure avancée pour

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AUX LOIS ANTI CORRUPTION D ALCOA, INC.

POLITIQUE RELATIVE AUX LOIS ANTI CORRUPTION D ALCOA, INC. POLITIQUE RELATIVE AUX LOIS ANTI CORRUPTION D ALCOA, INC. CONTEXTE : Alcoa Inc. («Alcoa») et sa direction se sont engagés à mener toutes leurs activités dans le monde entier, avec éthique et en conformité

Plus en détail