CREDIT UNIONS CAISSES D ÉCONOMIE CAISSES DE GROUPES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CREDIT UNIONS CAISSES D ÉCONOMIE CAISSES DE GROUPES"

Transcription

1 CREDIT UNIONS CAISSES D ÉCONOMIE CAISSES DE GROUPES Au tournant des années 1940, des associations de travailleurs, des groupes syndicaux, des professionnels, des salariés, des communautés culturelles ont fondé des credit unions, également connues sous le nom de caisses d économie ou caisses de groupes. Leur but : se donner des moyens pour faciliter l autonomie financière de leurs membres en regroupant leurs avoirs financiers. En 1979, le Mouvement Desjardins a accueilli ce réseau de caisses avec ses membres répartis sur tout le territoire du Québec. Aujourd hui, ces caisses continuent leur progression et sont fières d enrichir le grand Mouvement Desjardins par leur diversité. C est cette histoire qui vous est racontée ici. Celle des femmes et des hommes qui ont bâti un réseau de caisses uniques, originales et fortement enracinées dans leur secteur d activité ou leur communauté culturelle.

2 Table des matières 3 Une contribution originale au développement du Québec 4 L histoire d une réussite 8 Une histoire de bâtisseurs 10 Une histoire de partenaires 12 Déclaration d identité des caisses de groupes 3 Les grands secteurs 16 Policiers 18 Économie solidaire 20 Administration et services publics 22 Réseau municipal 24 Travailleurs unis (FTQ) 26 Éducation 28 Santé 30 Hydro 32 Culture 34 Défense nationale 36 Le Chaînon (CSN) D Est en Ouest 40 Côte-Nord 42 Saguenay-Lac-St-Jean 43 Capitale Nationale 44 Chaudière-Appalaches 45 Estrie 46 Mauricie 47 Montérégie 49 Laurentides 50 Laval 51 Montréal 57 Communautés culturelles UNE CONTRIBUTION ORIGINALE AU DÉVELOPPEMENT DU QUÉBEC Le vingtième siècle a vu la société québécoise mettre au monde plusieurs organismes qui ont largement contribué à son essor économique, social et culturel. Au plan social, les grandes centrales syndicales, la Fédération des travailleuses et travailleurs du Québec, la Confédération des syndicats nationaux, la Centrale des syndicats du Québec et l Union des producteurs agricoles ont forcé, chacune dans leurs sphères d activité, l amélioration des conditions de travail et de vie de centaines de milliers d hommes et de femmes d ici. D autres regroupements, comme la Fédération des infirmières et infirmiers du Québec et les fonctionnaires de l État québécois, ont agi dans la même direction. Au plan culturel, l Union des artistes en particulier, mais aussi plusieurs autres regroupements, ont contribué à ce que le Québec et ceux et celles qui le disent, le forgent et l illustrent, soient connus partout. Au plan économique, c est par la force de ses outils coopératifs que le Québec s est affirmé. Le Mouvement Desjardins en est le vaisseau amiral. Or, avec une ténacité qui ne s est jamais démentie, une force vive à l identité et à la spécificité bien démarquées se taille une place : ce sont les caisses de groupes. Leur aventure a commencé au milieu des années 1940 avec un petit nombre de caisses en milieu francophone, quelques credit unions existant déjà du côté anglophone. En 1962, elles créaient leur propre fédération. En 1979, elles joignaient le Mouvement Desjardins. Depuis, leur croissance n a de cesse. C est ce succès qui vous est présenté.

3 DESJARDINS, LE VISIONNAIRE LES PREMIÈRES CAISSES EN MILIEU FRANCOPHONE 4 Alphonse Desjardins en avait été l initiateur. Visionnaire, il fut à l origine de ce qui est certainement la plus importante réalisation collective québécoise. Mais Alphonse Desjardins ne manquait pas d imagination. Il fit la preuve de sa capacité d adapter son engagement du côté de la coopération aux réalités sociales et économiques. Ainsi, répondant à l appel de compatriotes québécois expatriés dans le Nord des États-Unis, Alphonse Desjardins constata que c étaient davantage les usines que les paroisses qui jouaient un rôle prépondérant dans l organisation de cette société. Il décida en conséquence d en faire la plaque tournante des nouvelles coopératives de crédit qu il allait y établir. Les pompiers de Montréal, les employés du CN et du CP, les policiers de Montréal fondent des caisses de groupes au milieu des années Des démarches sont entreprises auprès du Mouvement Desjardins pour une éventuelle association. L accueil est loin d être chaleureux. À cette époque, on se méfie, chez Desjardins, de ces institutions dans lesquelles les ouvriers jouent un rôle important, des caisses qui n ont rien à voir avec les caisses traditionnelles, qui se sont développées au cœur des paroisses. C est dans cette foulée que les caisses d économie décident de s affilier à la Quebec Credit Union League. Elles sont une quarantaine à poser ce geste au début des années Les caisses d économie continuent de se développer. Un malaise devient cependant de plus en plus persistant. Les caisses en milieu francophone ne sont pas imperméables, loin de là, au souffle qui parcourt le Québec au début des années 1960 et qu on a appelé la Révolution tranquille. «De 1957 à 1961, on a eu notre voyage de tout faire en anglais. C était le réveil du gouvernement Lesage qui disait de prendre nos affaires en main. Je suppose que cela a frappé tout le monde. Tout le Québec s est réveillé d un coup vers », rappelle Robert Soupras, l un des fondateurs de la Fédération des caisses d économie. 5 L HISTOIRE D UNE RÉUSSITE Les chemins empruntés par les organisations que les hommes et les femmes mettent au monde pour améliorer les conditions de vie de l ensemble de la population ne suivent pas toujours une ligne droite. Plus ces organisations sont collées aux réalités vécues par le monde, plus elles sont susceptibles d emprunter un grand nombre de détours pour que les objectifs poursuivis soient finalement atteints. Mais rien ne peut arrêter la progression d une idée généreuse quand elle est portée par des personnes qui y croient profondément. C est le fond de l histoire de ces caisses, établies dans les milieux de travail, qui sont devenues aujourd hui un acteur majeur du monde de la coopération. L organisation de la vie en société a joué un rôle de premier plan dans la mise en place par les citoyens d instruments économiques susceptibles de leur procurer un minimum d autonomie financière. Au Québec, la vie sociale s étant organisée autour de la paroisse en raison de la place prépondérante occupée par l Église catholique, c est tout naturellement dans cette structure qu ont été implantées les premières caisses populaires, au début du dernier siècle. Dans le Québec de l époque, encore peu industrialisé, la campagne agricole, avec ses villages et ses petites villes divisées en paroisses, a vu les caisses populaires se multiplier sur tout le territoire, apportant à la population le premier outil de libération économique à lui appartenir en propre. LES CREDIT UNIONS Par un curieux retour des choses, ce sont ces entreprises qui, en venant s implanter au Québec, ont été les premiers lieux où ont commencé de s implanter des caisses d épargne et de crédit. Les credit unions étaient nées et allaient prendre de l expansion grâce, entre autres, à la retenue sur le salaire. Des employés d hôpitaux de l Ouest de Montréal, des employés de Bell Canada et un premier groupe de citoyens d origine immigrante, des Ukrainiens, fondent des caisses. En 1944, la Quebec Credit Union League voit le jour et regroupe plusieurs caisses d économie en milieu anglophone. Mais du côté francophone, le goût de la coopération fondée sur l appartenance à un groupe n est pas absent, loin de là.

4 6 LE GRAND SAUT : LA FÉDÉRATION VOIT LE JOUR Le 1 er septembre 1962, avec 14 caisses qui détiennent un actif de 12 millions $, la Fédération des caisses d économie du Québec est fondée. Prenant le bâton du pèlerin, des hommes comme Robert Soupras et Albert Rémillard, le président de la Caisse d économie des pompiers, sillonnent le Québec pour fonder des caisses à la grandeur du territoire. À la fin de la première année, 32 caisses sont affiliées à la Fédération. Pas moins de 225 caisses sont fondées au cours des quatre premières années! Durant les quinze années qui ont suivi sa fondation, la Fédération voit ses membres passer de à et ses actifs de 15 millions de dollars à 250 millions de dollars. Pendant ces années d effervescence, la FCEQ naissante entretient des liens très étroits avec les grandes centrales syndicales et les syndicats affiliés. À la CSN, par exemple, un salarié, André Laurin, parcourt le Québec pour semer le germe de la coopération. Par son action, il sera à l origine de plusieurs organismes de défense des droits des consommateurs. Albert Rémillard, président fondateur de la Fédération des caisses d économie du Québec (à gauche), et Robert Soupras, directeur général (à droite), remettent une plaque commémorative à l occasion du 10 e anniversaire de la Caisse d économie des employés de l avionnerie (1964). UN NOUVEAU DÉPART Dans la foulée de cette fusion historique, d autres gestes permettent le retour de la Quebec Credit Union League au sein de la FCEQ, dont elle est séparée depuis 19 ans. Peu avant l affiliation de la FCEQ à Desjardins, les deux fédérations avaient entamé des pourparlers afin de regrouper leur fédération et l ensemble des caisses d économie. Le 21 janvier 1981, les assemblées générales ont approuvé le projet permettant l intégration des 70 caisses de la Quebec Credit Union League. La Fédération des caisses d économie Desjardins du Québec devient ainsi la cinquième fédération en importance au sein de la Confédération des caisses populaires et d économie Desjardins du Québec et compte alors plus de membres, 186 caisses et 50 centres de services, alors que son actif passe de 340 millions de dollars à 525 millions de dollars. LA FÉDÉRATION UNIQUE À la fin des années 1990, le Mouvement Desjardins s'engage dans d importantes réformes de structures qui conduisent à la fusion des 11 fédérations régionales en une seule et grande entité : la Fédération unique. Un nouveau cadre législatif régit la Fédération unique. La nouvelle Loi sur les coopératives de services financiers transforme l ensemble des caisses d'épargne et de crédit en coopératives de services financiers, qu elles soient des caisses de territoire (populaires) ou de groupes (d économie). Les caisses d économie s inquiètent alors de la place que leur réserve la Fédération unique. Des négociations mènent à l adoption d un règlement sur l entente entre la FCEQ et la Confédération. Ce règlement favorise le regroupement harmonieux des deux réseaux de caisses, tout en reconnaissant et en garantissant le développement des caisses d économie au sein du Mouvement Desjardins. Dorénavant, les caisses d économie poursuivent leur progression sous l appellation «vice-présidence et direction générale des caisses de groupes». 7 Le 19 septembre 1979, Robert Soupras, directeur général de la Fédération des caisses d économie, et Alfred Rouleau, président du Mouvement Desjardins, signent le protocole d affiliation. AVEC LE MOUVEMENT DESJARDINS, FINALEMENT La progression se poursuit. Dans plusieurs lieux où se concertent les coopérateurs qui partagent les mêmes principes, dans des comités ou encore devant le gouvernement, des représentants des caisses d économie et du Mouvement Desjardins se rencontrent. Ce qui n avait pu se faire en 1945 ni en 1962 se réalisera enfin le 19 septembre 1979 : signature d un protocole d affiliation entre la Fédération des caisses d économie du Québec et le Mouvement Desjardins. Alfred Rouleau, le président du Mouvement Desjardins, qui, contrairement à ses prédécesseurs, a fait preuve d une réelle compréhension du caractère spécifique des caisses de groupes. Le 19 décembre suivant, le gouvernement du Québec donne une existence légale à la nouvelle organisation, renommée Confédération des caisses populaires et d économie Desjardins du Québec. Dorénavant, comme le souligne Robert Soupras, directeur général de la Fédération des caisses d économie, «les caisses d économie ont accès à un système informatique raffiné qui permet le dépôt direct des salaires et les échanges inter-caisses rendant ainsi nos caisses d économie accessibles dans plus de points de service sur le territoire du Québec.» LA CROISSANCE DES CAISSES DE GROUPES CAISSES ACTIF CONSOLIDÉ (MILLIONS $) VOLUME D'AFFAIRES (MILLIONS $) N/D N/D N/D Depuis l origine des caisses d économie, l adhésion des travailleurs et des communautés culturelles n a cessé de croître. Grâce à leur engagement soutenu, ils ont réussi au fil des ans à se constituer une véritable force financière, cumulant collectivement un volume d affaires de plus de 12 milliards de dollars. Bien que le nombre de caisses ait diminué, elles ont conservé leur originalité et leur spécificité en milieu de travail. Les caisses de groupes demeurent très accessibles par l entremise d un réseau de 82 centres de services qui assure leur présence au sein des grandes entreprises, institutions et communautés culturelles implantées au Québec.

5 Il est acquis qu un mouvement coopératif tire sa force du nombre de celles et ceux qui s engagent dans cette action collective. La coopération n est donc pas un terreau fertile à la culture de l individualisme. Sans jamais jouer à la vedette, des personnes ont marqué la vie et l histoire des caisses de groupes. Ce sont des bâtisseurs. En voici quelques-uns. ROBERT SOUPRAS CLAUDE BÉLAND 8 Les caisses de groupes ne seraient pas ce qu'elles sont devenues si Robert Soupras, représentant syndical à l avionnerie Canadair, n avait pas mis toute son ardeur et toute son obstination à leur développement. «Plus j étais proche des ouvriers, plus je connaissais leurs contraintes : pas de plan de pension, exploitation par les compagnies de finance avec des taux de crédit de 24 % à 30 %. Comment faire pour s en sortir?» Mais Robert Soupras est un homme d action. En 1952, il préside à la fondation de la Aircraft Employees Credit Union. Ce sera le début d une aventure extraordinaire. Pendant dix ans, il participe aux activités de sa caisse et milite au sein de la Quebec Credit Union League, qui regroupe l ensemble des caisses d économie sur le territoire. Mais tout se passe en anglais, à la League. Son père ayant milité toute sa vie au sein du Mouvement Desjardins, il allait de soi que, jeune avocat, Claude Béland prodigue des conseils à la fédération naissante des caisses d économie, en On connaît la suite. Tour à tour conseiller juridique, premier vice-président et directeur général de la Fédération, il a présidé le Mouvement Desjardins de janvier 1987 à mars Dans un entretien, il réaffirmait avec conviction la nécessité de la coopération : «Toutes les formes de coopératisme sont fondées sur un sentiment d appartenance! S il n y a pas partage d un projet, ça ne fonctionne plus. C est d autant plus vrai pour les caisses de groupes, qui sont nées et qui ont grandi dans les milieux de travail, là où le sentiment d appartenance continue aujourd hui de s exprimer. Bien sûr, les contours ont changé et des regroupements sont nécessaires. Mais tant qu un projet commun sera au cœur des préoccupations des membres, je ne crois pas que ce type de coopération soit appelé à disparaître. Quand ce sentiment d appartenance est fort, c est l humanisme qui prévaut. C est la solidarité qui gagne du terrain. Sinon, ce sont les approches individuelles qui prennent le dessus et là, on ne fait plus de coopération. Il m apparaît fondamental qu on revienne à la formation de base en matière de valeurs de coopération. Il faut revenir à l éducation coopérative. Il faut se souvenir que nous sommes un mouvement.» Il a permis que soient créés des outils de nature à défendre l'humain dans toutes les sphères de son activité. Les ACEF, l'aide juridique, plusieurs caisses d économie sont le résultat de son action. André Laurin n'admettait pas que le système vienne siphonner au premier détour les quelques gains acquis par la négociation d'une convention collective. Il n'a rien ménagé pour mettre fin à l'exploitation éhontée des travailleurs, qui voyaient leurs chèques de paie filer directement dans les coffres des compagnies de finance. Il se met donc en marche en utilisant avec une égale ardeur les outils à sa portée, syndicalisme et coopératisme, dans une guerre totale contre tous les pouvoirs qui se dressent entre l'injustice et lui. En 1962, la CSN l engage pour mettre sur pied un service de budget familial. Avec l'acharnement du prophète, il attaque. À Shawinigan, avec des grévistes. Au Saguenay, où il révèle à elle-même le niveau de sujétion économique dans laquelle des compagnies de finance usuraires tiennent une population. Il gagne des centaines de procès. Il dérange. Visionnaire, il a senti avant tout le monde les possibilités extraordinaires qui pourraient résulter d'une jonction féconde entre syndicalisme et coopération. André Laurin a planté le germe de ce qui s'est par la suite développé dans plusieurs caisses de travailleurs. 9 UNE HISTOIRE DE BÂTISSEURS ALBERT RÉMILLARD LOUIS LABERGE En 1945, le président du syndicat des pompiers, Albert Rémillard, fonde la Caisse d économie des pompiers. Il trace la voie aux policiers et aux employés de la grande industrie (Reynolds, Hydro, Canadair et les «Shops Angus», par exemple), qui feront de même au cours des années suivantes. Appuyés par leur organisation syndicale, ces travailleurs comprennent l importance de se regrouper afin de constituer une richesse collective au service de ses participants. Mais le Mouvement Desjardins n était pas prêt à accueillir des caisses de groupes. Le conseil du sénateur Cyrille Vaillancourt aux pompiers : «Allez rejoindre les caisses de paroisses, c est là que l avenir réside.» Albert Rémillard a de la suite dans les idées. Robert Soupras s en souvient : «Quand on a annoncé aux dirigeants de la Quebec Credit Union League qu on les quittait, Albert Rémillard m a dit : Robert, j ai essayé déjà de fonder une fédération mais je n avais personne. Si tu es décidé, on fonde une fédération à l image des Québécois, une fédération qui va se donner des services.» Après un voyage aux États-Unis afin de voir sur place comment fonctionnent les caisses de groupes, les deux coopérateurs fondent, le 1 er septembre 1962, la Fédération des caisses d économie du Québec (FCEQ). Quatorze caisses en font partie. «Nous nous sommes présentés à une assemblée générale de la League et nous avons demandé que les choses se fassent en français et qu on obtienne des services. Nous n en avions pas du tout et nous payions une cotisation. On s est fait répondre, en anglais, qu il n était pas question qu ils changent quoi que ce soit et que si nous n étions pas satisfaits, nous n avions qu à partir. On leur a dit : Oui, ça ne sera pas long, on part.» C est dans ces circonstances que naît la Fédération des caisses d économie du Québec, dont Robert Soupras sera directeur général jusqu en ANDRÉ LAURIN André Laurin compte parmi ceux pour qui la jonction entre le syndicalisme et la coopération s'est opérée de la manière la plus normale et la plus naturelle qui soit. Ce sont en effet deux mondes qui répondent à des impératifs bien précis. Deux mondes qui, au-delà de leurs cultures propres, doivent se rejoindre dans ce qui demeure l'essentiel des deux mouvements, soit leur vocation, qui consiste, pour l'un et pour l'autre, à fournir aux hommes et aux femmes des outils de libération économique et sociale. C'est cette prise en compte de l'essentiel de ces deux mouvements de libération qui a permis à André Laurin de voir l'être humain comme un tout. En prenant la dimension totale de l'homme, André Laurin a permis de voir large. Louis Laberge a présidé la FTQ pendant 28 ans. Durant plus de 50 ans, le syndicalisme a été sa vie. En 1952, Robert Soupras et lui fondent, avec quelques camarades, la Caisse d économie des employés de l avionnerie, dont le premier nom avait été la Aircraft Employees Credit Union. Robert Soupras raconte comment a été créée la caisse. «Si Louis n y avait pas cru, on n aurait pas pu mettre la caisse sur pied. Il croyait à la formule coopérative et les membres lui faisaient confiance. Au début, on collectait l argent à la mitaine, des deux piastres, des cinq piastres, puis on a négocié la déduction à la source avec l employeur. On a lancé l affaire avec 300 $ de dépôts. On voulait montrer à nos membres à épargner, à ne pas s endetter auprès des requins de la finance. À la demande expresse de Louis, je suis devenu gérant de la caisse à plein temps en 1957.» Le syndicaliste Louis Laberge confiera plus tard à son biographe, Louis Fournier : «Le contrôle de nos épargnes, j y crois depuis longtemps. Et la solidarité aussi. Comme syndicats, nous pouvons gérer collectivement des réservoirs de capitaux qui deviennent des instruments de libération économique pour les travailleurs.» Il s en souviendra en mettant au monde le Fonds de solidarité, 30 ans plus tard.

6 10 Le succès des caisses de groupes s explique largement par leur capacité à constituer des réseaux. Elles ne peuvent être imaginées en dehors de l action collective. Il était donc normal que, dès l origine, elles s associent à leurs alliés naturels, les organisations syndicales, pour s implanter dans les milieux de travail. Depuis, ces liens n ont cessé de se renforcer. Ils prennent appui sur des institutions également issues du mouvement syndical, comme le Fonds de solidarité FTQ et Fondaction CSN. Le Mouvement Desjardins demeure le partenaire privilégié du développement des caisses de groupes, qui peuvent y conserver leur originalité. LES CAISSES SOUTIENNENT NOTRE MONDE Faire de l économie autrement : voilà à quoi s emploient les caisses d'économie Desjardins. Créées à l initiative de la CSN au début des années 1960, les caisses d économie ont pour mission d offrir des services sur mesure pour les travailleuses, les travailleurs et leur syndicat. Elles ont été d un précieux secours dans mille et un conflits de travail grâce à un fonds spécial conçu à cet effet. Pensons aux salariés du secteur public qui se sont retrouvés en 1989 sous le coup d une loi spéciale, la loi 160. Jamais les militantes et les militants de la CSN ne pourront oublier le rôle clé joué par la Fédération des caisses d économie. Il y allait de la survie d une partie importante de notre organisation syndicale. Dans plusieurs conflits, les caisses d économie sont là pour soutenir notre monde. Elles le font avec le souci d'introduire de la solidarité dans l'économie. Elles contribuent ainsi à renouveler les rapports avec l'argent, en prenant en compte une pluralité de valeurs sociales, environnementales et économiques dans une perspective de développement durable, solidaire et socialement responsable. À la CSN, nous souhaitons fortement que les travailleuses et travailleurs se réapproprient les caisses qu ils ont créées en continuant à y investir et à s y impliquer! Claudette Carbonneau Présidente Confédération des syndicats nationaux (CSN) CAISSES ET SYNDICATS : MÊME MOUVANCE L alliance naturelle entre les caisses de groupes et les organisations syndicales s explique par le fait qu elles ont cheminé dans une même mouvance, celle consistant à se prendre en mains pour mieux contrôler nos destinées, tant individuelles que collectives. Les caisses de groupes ont constitué un levier de taille pour le développement des régions et le soutien des travailleuses et des travailleurs. La collaboration entre notre centrale et les caisses de groupes ne date pas d hier. La raison en est simple : les caisses de groupes offrent des services mieux adaptés aux réalités de nos membres. Il ne faut pas oublier que dans le monde de l enseignement, plus de 35 pour cent du personnel se trouve dans une situation précaire. Les caisses en sont conscientes et sont plus à même d apporter leur soutien aux travailleuses et aux travailleurs. Sans oublier qu en allant à contre-courant des tendances néolibérales, la philosophie de base des caisses n est pas loin d être révolutionnaire. Réjean Parent Président Centrale des syndicats du Québec (CSQ) UNE ENTENTE DE COOPÉRATION HISTORIQUE Le 23 novembre 1997, les trois grandes centrales syndicales québécoises et la Fédération des caisses d économie Desjardins du Québec (FCEDQ) scellent une alliance. Cette alliance coulait de source puisque la plupart des caisses d économie Desjardins ont été créées à l origine par les syndicats. «Dans un souci de défendre les intérêts des travailleuses et des travailleurs du Québec et considérant l urgence de renforcer les solidarités dans un contexte de chômage, d accroissement des inégalités et de crise de finances publiques, ces quatre organisations se sont engagées à travailler ensemble en vue d apporter des solutions aux problèmes actuels et de créer de nouveaux moyens destinés à appuyer et à accompagner les salariés du Québec dans leur quête d un revenu plus stable, d une plus grande valorisation de leur travail et d un avenir financier plus sécurisant», déclaraient ensemble Lorraine Pagé (CEQ), Gérald Larose (CSN), Clément Godbout (FTQ) et Michel Parent (FCEDQ). Conférence de presse Jean Lajoie, journaliste à TQS, recueille les commentaires de Clément Godbout (FTQ), Lorraine Pagé (CEQ), et Gérald Larose (CSN), concernant l alliance conclue entre les trois centrales syndicales et la FCEDQ. 11 UNE HISTOIRE DE PARTENAIRES Les dirigeants des centrales syndicales sont unanimes pour affirmer que sans les caisses de groupes, il aurait été difficile de passer à travers certains conflits. C est ce dont témoignent Lorraine Pagé (CEQ), Gérald Larose (CSN), et Diane Lavallée (FIIQ). En 1989, la loi 160 suspendait durant plusieurs mois la retenue à la source des cotisations syndicales. Grâce aux caisses, une formule permet aux syndicats d avoir les moyens de poursuivre leur lutte et défendre leurs membres. LES CAISSES D ÉCONOMIE, UN OUTIL DE PRISE EN CHARGE Lorsqu on pense au réseau des caisses d économie, il faut certainement voir une institution financière moderne et offrant toute la gamme des produits financiers. Construites par des générations de coopérants et de coopérantes, les caisses d économie sont cependant plus que des institutions financières. Elles ont été développées et prises en charge par leurs membres. C est dans cette prise en charge collective que les caisses d économie et la FTQ se rejoignent et s unissent. Nous partageons nos membres, nos militants et nos militantes. Avec eux, et pour leur bénéfice exclusif, la FTQ et les caisses d économie ont tissé un partenariat qui a permis de renforcer nos organisations respectives. La FTQ, nos syndicats affiliés et nos membres sont fiers de leurs caisses d économie. Ensemble, nous continuerons de construire la solidarité et la coopération. Michel Arsenault Président Fédération des travailleuses et travailleurs du Québec (FTQ) LA FORCE DE L ÉCONOMIE SOLIDAIRE Partageant les mêmes valeurs et nés de la même mouvance solidaire, à la fois syndicale et coopérative, il était dans l ordre des choses que les caisses de groupes et Fondaction, le fonds de la CSN pour la coopération et l emploi, mettent en commun les ressources nécessaires pour proposer aux travailleuses et aux travailleurs des outils économiques adaptés à leurs besoins. En créant Alliaction, un alliage de Fondaction et des caisses de groupes, nous rendons disponibles à nos membres les avantages fiscaux liés aux contributions à un fonds de travailleurs dans un des véhicules du REER collectif des caisses de groupes. C est la force de cette économie solidaire, à laquelle contribuent tant Fondaction que les caisses de groupes : mettre à la disposition des travailleuses et des travailleurs des outils diversifiés, complémentaires plutôt que concurrentiels. Le tout dans le respect des caractéristiques distinctives des mouvements syndicaux et coopératifs. Léopold Beaulieu Président-directeur général Fondaction FAVORISER L ÉPARGNE : UN ENJEU ÉCONOMIQUE IMPORTANT Pour que les conditions de vie des Québécois à la retraite, notamment, s'améliorent, il faut que le taux d'épargne personnelle augmente. L épargne est au cœur même de la mission du Fonds de solidarité FTQ, une institution qui est, comme les caisses de groupes (caisses d économie), bien intégrée aux milieux de travail. Être près des gens est une valeur commune qui anime le Fonds et les caisses de groupes depuis leur création, et qui leur a permis, au fil des ans, de travailler à concevoir des outils financiers novateurs destinés à assurer le mieux-être économique des Québécois à diverses étapes de leur vie. Dans le travail de sensibilisation à l importance d épargner, les caisses de groupes et le Fonds de solidarité FTQ sont des partenaires naturels. L'épargne constitue un enjeu majeur pour les années à venir. Nous espérons que notre dialogue perpétuera la force de cette solidarité! Yvon Bolduc Président-directeur général Fonds de solidarité FTQ

7 12 Nées au centre de la tourmente qui a secoué le Québec des années 30, en lien étroit avec l activité syndicale et renforcées lors de la révolution tranquille qui a traversé les années 60, les premières caisses d économie résultent d une aspiration des travailleuses et travailleurs : vaincre la dépendance, combattre l endettement et l usure financière, se donner les moyens d accéder à l autonomie en regroupant leurs avoirs financiers. Branchée sur le quotidien des travailleuses et travailleurs, consciente que l activité de travail constitue le point majeur de référence et d insertion sociale, la caisse d économie contribue au maintien du lien d identité de ses membres à leur milieu. Cette contribution passe par des services et des conseils adaptés, personnalisés, flexibles et accessibles. POUR DE MEILLEURES CONDITIONS DE VIE La caisse d économie évolue avec ses membres dans la nouvelle réalité sociale et économique d aujourd hui. L environnement économique, l évolution de la technologie, les transformations profondes du monde du travail interpellent sans cesse la caisse d économie, ses employés, ses dirigeants, vers la création de moyens destinés à supporter et à accompagner les travailleuses et travailleurs ainsi que les membres issus des communautés culturelles, dans leur quête d un revenu plus stable, d une plus grande valorisation de leur travail et d un avenir financier plus sécurisant. Issue de la lutte à l usure financière, la caisse d économie, en collaboration avec la Fédération et ses partenaires, mobilise l épargne en faveur d emplois de qualité et de l autonomie financière de ses membres. Institutions financières coopératives, les caisses d économie sont regroupées au sein du Mouvement Desjardins; au service de plus de travailleuses et travailleurs œuvrant dans des centaines d entreprises et organismes publics et parapublics à travers le Québec; au service des communautés culturelles désireuses de se doter d institutions financières adaptées à leurs besoins; des milliers d employés (es), dirigeants (es) issus des milieux de travail les plus divers. Prolongement de la culture des groupes qu elle dessert, la caisse d économie constitue un lieu de rassemblement, de solidarité et de partage permettant à ses membres de vivre des valeurs d entraide et de coopération et de parfaire leur éducation financière. Élus démocratiquement par les membres en assemblée générale, les dirigeants (es) de la caisse d économie sont des travailleuses et des travailleurs issus de plusieurs secteurs d activité ainsi que des membres des communautés culturelles. Quel que soit leur type d emplois ou leur niveau hiérarchique dans les entreprises, tous se retrouvent à la caisse sur un même pied d égalité. Cette formule peu commune encourage le dialogue et l ouverture d esprit ainsi que les bonnes relations en entreprise. TOURNÉES VERS L AVENIR Arrimées ensemble pour partager une vision commune de leur avenir, dotées d une approche collective de réalisation, supportées par leur réseau et la Fédération, les caisses d économie doivent construire leur couleur en lien dynamique avec leurs membres. Enracinées dans leur milieu de travail, propriétés des membres, à la fois ouvertes aux changements et douées d une forte capacité à s y adapter, elles se situent à l avant-garde des institutions financières de demain. Les caisses d économie entreprennent, innovent, performent et s engagent. Considérant la mobilité de la main-d œuvre et les changements qui s accomplissent dans le monde du travail, plusieurs caisses d économie continueront à être multigroupes alors que d autres seront appelées à le devenir, sur la base d un réseau d entreprises, d un secteur d activités économiques ou de réseaux affinitaires. Les caisses d économie se rendent ainsi accessibles à de nouveaux groupes. 13 DÉCLARATION D IDENTITÉ DES CAISSES DE GROUPES UN ACTEUR DANS LES MILIEUX DE TRAVAIL Tout ce qui est relié au travail et à l organisation du travail, l occupation professionnelle, le statut, les conditions de vie, le réseau dans lequel se retrouve et agit l entreprise ou l institution, concerne la caisse d économie. Instrument de formation et de démocratisation économique, composante active de la vie en entreprise, la caisse d économie, en lien dynamique avec la Fédération, développe des rapports structurés avec son environnement. L établissement et l entretien d un dialogue constant avec les membres, les représentants des différents syndicats, les associations ainsi qu avec les gestionnaires des entreprises ou des institutions qu elle dessert lui permet ainsi d identifier les besoins individuels et collectifs. La caisse d économie participe à la mise sur pied de nouveaux services et pose des gestes favorisant l amélioration de la qualité de vie des travailleuses et des travailleurs, tels sa contribution et son support à des initiatives reliées au milieu de travail ou encore sa participation à des programmes d aide aux employés. Ancrée en milieu de travail, la caisse d économie se mobilise en fonction des aspirations financières individuelles et collectives des travailleuses et des travailleurs. DES SERVICES ADAPTÉS Partenaire privilégiée vouée à la satisfaction des besoins personnels et collectifs des travailleuses et des travailleurs ainsi que des membres issus des communautés culturelles, la caisse d économie connaît et comprend la réalité des entreprises, des institutions et des communautés culturelles où elle est implantée. Elle est ainsi en mesure d offrir des services adaptés aux besoins et à l environnement professionnel des membres. L élaboration de produits et services financiers, l accompagnement conseil, le soutien à la formation professionnelle en cours d emploi, l expertise financière et coopérative pour la réalisation de projets collectifs issus des milieux de travail sont autant de manières d assurer la présence active de la caisse d économie dans les milieux de travail. Institution financière innovatrice, moderne et complète, la caisse d économie est en mesure de développer des relations d affaires avec les entreprises, les institutions et les communautés culturelles qu elle dessert. Sa proximité combinée à une bonne connaissance de leurs perspectives de développement lui permet d élaborer à leur intention, une offre de service adaptée. Agir ensemble Pour être soutenues dans leur action et pour être en mesure d exprimer leur spécificité de caisses de groupes, les caisses d économie doivent pouvoir compter sur une relation permanente d échanges et de collaboration avec les autres caisses d économie ainsi que sur un ressourcement constant et adapté. De là, le sens et la nécessité incontournable de leur réseau. Point d intersection, de concertation, de référence et de solidarité, le réseau des caisses de groupes, soutenu par les services de la Fédération, contribue par son action à l affirmation de leur caractère unique. Il assure la continuité des liens entre les caisses, développe des interventions qui affirment, portent et nourrissent la spécificité du réseau et agit comme un partenaire privilégié dans le développement coopératif sectoriel, à partir du milieu de travail et des communautés culturelles. Le réseau des caisses de groupes met en place des mécanismes d échanges réguliers avec ses partenaires, notamment avec les syndicats du Québec, de manière à être au fait des préoccupations relatives à l emploi et au monde du travail. Il participe également à la mise en place de moyens adéquats pour développer et faire reconnaître l expertise de pointe des caisses d économie en matière de services financiers dédiés au monde du travail et des membres issus des communautés culturelles. La présence des caisses issues de communautés culturelles au sein du réseau des caisses de groupes témoigne de l importance d une intégration harmonieuse à une pleine vie citoyenne des nouveaux arrivants et que cette intégration réussie passe par l activité de travail et la synergie avec les caisses de groupes en milieu de travail. Elle témoigne du besoin d un accompagnement approprié de ceux-ci dès leur arrivée. Par leur affiliation au Mouvement Desjardins en 1979, les caisses d économie ont choisi de participer pleinement au développement et à l évolution de ce vaste regroupement coopératif, devenant ainsi pour Desjardins une porte d entrée extraordinaire sur le monde du travail, une occasion de fierté, de renouveau et de dynamisme accru. Situées au cœur de l activité économique québécoise, solidaires de leurs membres, les caisses d économie, avec leurs dirigeants (es) et leurs employés (es), constituent un outil de développement et de prise en charge pour les travailleuses et travailleurs ainsi que les membres des communautés culturelles. Les caisses d économie forment un réseau d institutions financières coopératives profondément humaines, porteuses d avenir et parties prenantes d un développement durable. Une véritable force au travail!

8 Page 1 - Pompiers: Ville de Québec Mineurs (noir et blanc) : Société des archives historiques de la région de L Amiante Les Violons du Roy : Caisse d économie solidaire Rassemblement : Caisse d économie solidaire Salle de classe : VPDG-Caisses de groupes Contrôleur : Gaz Métro Chariot élévateur : Caisse d économie des employé(es)s du Secteur industriel (Montréal) Postes Canada - Employés municipaux : Ville de Québec Pouponnière : Caisse du Réseau de la santé Alphonse Desjardins : La société d histoire Alphonse- Desjardins; Page 3 Membres participant à l AGA de leur caisse : Caisse d économie solidaire Complexe Desjardins : Mouvement Desjardins - Complexe FTQ : Archives La Presse - Grève FNEEQ : CSN; Pages 4 et 5 Pompiers (noir et blanc) : Archives du Musée des pompiers de Montréal (1956) - Une agriculture de plus en plus mécanisée : Archives nationales du Québec (1955) - Alphonse Desjardins : La société d histoire Alphonse-Desjardins - Caisse Portugaise : Ghislain Desrosiers, Ma Caisse, vol. 17, no 7 (1980) - Employés des travaux publics de Montréal : Archives nationales du Québec (1938) - Chantier maritime à Lévis: Ghislain Desrosiers, Ma Caisse, vol. 17, no 7 (1980); Page 6 Robert Soupras et Alfred Rouleau lors de la signature du protocole d affiliation : Archives VPDG-Caisses de groupes Albert Rémillard et Robert Soupras remettent une plaque commémorative à l occasion du 10 e anniversaire de la Caisse d économie des employés de l avionnerie en 1964 : Archives VPDG-Caisses de groupes; Pages 8 et 9 Albert Rémillard, Robert Soupras, Claude Béland, Louis Laberge et André Laurin : Nos caisses de groupes, Une belle histoire!; Page 10 Manifestation contre la loi 160 : Nos caisses de groupes, Une belle histoire! - Claudette Carbonneau : CSN - Michel Arsenault : FTQ; Page 11 - Réjean Parent : CSQ - Léopold Beaulieu : Fondaction CSN - Yvon Bolduc : Fonds de solidarité FTQ - Conférence de presse 1997 : Nos caisses de groupes, Une belle histoire!; Page 12 - Employés municipaux de la Ville de Québec avant 1944 : Archives de la Ville de Québec; Page 13 Mains au travail : Ma caisse d économie, vol. 1, no 4 (1977) Deux ingénieurs au travail : Ma caisse d économie, vol. 1, no 1 (1977) Soudeur : Archives VPDG-Caisses de groupes.

9 Les caisses des grands secteurs possèdent une caractéristique commune : elles distribuent leur service à l échelle du Québec. 15 Là s arrête leur ressemblance. Chacune d entre elles possède une identité et une culture qui n existe pas ailleurs dans le réseau des caisses, et c est tant mieux! Grâce à leur proximité auprès de leurs membres, la connaissance de leur groupe et l expertise qu elles ont développée avec leurs partenaires, ces caisses sont devenues des chefs de file reconnus dans leur sphère d activité.

10 Fondée en 1946, la Caisse Desjardins des policiers et policières est reconnue à travers l industrie financière comme l experte en milieu policier. Sa constitution, son expérience et sa connaissance accrue de la culture policière et de ses réalités financières lui confèrent des avantages distinctifs qui font d elle un incontournable pour les policiers et policières en matière de finances personnelles. Propulsée par la forte appartenance de ses membres, elle a développé au fil des ans une offre de service évolutive qui lui permet d accompagner les policières et policiers à travers toutes les étapes financières de leur vie, depuis leur formation en techniques policières à leur carrière active et leur retraite. Lors du lancement de l'offre de service VIP en mai 2009, plus de 325 membres dont Flik (SPVM), Polixe (SQ) et l'ours Prudent (GRC) ont répondu à l'appel! La caisse est activement impliquée auprès de la Course au flambeau des agents de la paix au profit d Olympiques spéciaux Québec, la cause adoptée par la grande communauté policière. 16 DISTINCTION JEUNESSE 17 La caisse octroie 13 bourses d'études annuellement, dont la Bourse de la Relève Armand Morin qui offre aux étudiants en techniques policières la chance de remporter le remboursement de leurs frais d'inscription à l'école nationale de police du Québec sur preuve de réussite, une valeur approximative de $. La caisse visite annuellement les étudiants en techniques policières dans les 12 cégeps de la province offrant l option techniques policières. Depuis 2005, la caisse a recruté nouveaux membres «jeunesse», soit une moyenne annuelle de 254 aspirants policiers et policières. La Caisse des policiers et policières compte plus de membres. 460, rue Gilford Montréal (Québec) H2J 1N Centre de services SQ - Montréal Centre de services Québec Centre de services Couronne Sud Centre de services Couronne Nord Trois policiers travaillent à temps plein dans la caisse dont le directeur général ainsi que les directeurs Relations avec les membres et Développement. Par une entente avec leur employeur, ils sont dégagés de leurs fonctions afin d assurer la représentation et l identité policières de l institution. Très présente dans son milieu et toujours en quête d excellence, la caisse n hésite pas à innover et à conclure des ententes sur mesure avec ses partenaires. À titre d exemple, la caisse effectue plus de 100 visites en milieux de travail et y développe des produits d épargne, de financement et d assurances distinctifs élaborés avec les partenaires du milieu et les filiales Desjardins. En 2009, la Caisse d économie Desjardins Sûreté du Québec a uni ses forces à la Caisse des policiers et policières permettant ainsi à la nouvelle caisse de devenir l institution financière exclusive aux policiers et policières du Québec. Le Projet Kilimandjaro 2009 de la Fondation des amis du SPVM : un défi qui mène l'équipe à mètres d'altitude et a permis d'amasser $ au profit d'organismes pour enfants de Montréal.

11 LE SAVIEZ-VOUS? La caisse a fait un choix éthique fondamental : soutenir une économie solidaire. Son action s'inscrit dans une stratégie transformatrice de la société. La caisse a prêté aux coopératives et aux OBNL plus d un milliard de dollars depuis 10 ans. Sa volonté de contribuer à la construction d'une société plus juste et plus solidaire, c'est-à-dire une société qui prend le parti de l'emploi, du partage, de l'entraide et du développement durable, fait en sorte qu'elle se conçoit comme un levier de développement économique social avant de se concevoir comme un instrument de financement. C est ainsi que la caisse est devenue la principale institution financière spécialisée en économie sociale et solidaire au Québec. Elle soutient plus de coopératives, organisations à but non lucratif (OBNL) et entreprises privées socialement engagées ainsi que membres individuels aspirant à conjuguer rendement et objectifs sociaux. La caisse dispose au 30 septembre 2009 de 500 millions de dollars en «Placement à rendement social» pour financer les entreprises collectives. La caisse est la première caisse du Mouvement Desjardins dans la vente des fonds socialement responsables (ISR), dont Desjardins Environnement et les portefeuilles sociéterre, au 30 septembre UN BRIN D HISTOIRE 1923 La Confédération des travailleurs catholiques du Canada (CTCC), l ancêtre de la Centrale des syndicats nationaux (CSN), constitue la Caisse populaire des syndicats catholiques de Montréal L'accès au crédit à la consommation pour le monde ordinaire n'existe pas, sauf chez les prêteurs usuraires. André Laurin veut mettre fin à cette exploitation et réussit à faire plier certaines compagnies de finance. La CSN l'engage. En renforçant le lien entre le syndicalisme et la coopération, André Laurin contribue largement à la création des caisses d économie Léopold Beaulieu devient le premier directeur général de la Caisse d économie des travailleurs à Québec, laquelle portera le nom de «Caisse d économie solidaire Desjardins». Le but de la caisse : regrouper l épargne pour donner accès au crédit tout en développant un volet éducation, mais aussi assurer le financement de projets collectifs gérés par les travailleurs ui au Cirque du Soleil Clément Guimond, coordonnateur général de la caisse à l époque, se fait demander comment il avait pu voir ce que les autres banquiers n'avaient pas vu chez les fondateurs du Cirque du Soleil. «C'est que nous ne cherchions pas la même chose chez ces quatre jeunes saltimbanques qui n'avaient que leur rêve, la force de leur jeunesse et un projet de qualité», répond-il, lui qui se souviendra toujours du premier chapiteau que la caisse a financé à hauteur de $ Le choix de l investissement socialement responsable Paul Ouellet, directeur général de la Caisse d économie solidaire Desjardins a instauré l offre de produits et de services aux citoyens soucieux de l environnement et de la finance socialement responsable. Résultat : deux ans plus tard, en 2009, les membres de la caisse achetaient quatre fois plus de fonds communs de placement socialement responsables que la plupart des Canadiens. 19 La Caisse d'économie solidaire compte plus de membres. Centre de services de Québec 155, boulevard Charest Est, bureau 500 Québec (Québec) G1K 3G Centre de services de Montréal Centre de services de Lanaudière Centre de services du Nunavik La caisse accompagne les projets des personnes, des coop, des OBNL et des entreprises socialement engagées dans les 17 régions administratives du Québec, notamment : Jardins de Métis; Domaine Forget; Ambulances de l Estrie; Cirque du Soleil; Technopole Angus; Équiterre; Église St.James; Serres de Guyenne; 14 coop du Nunavik; Festival Mémoire et Racines; Le Moulin à images; Les Violons du Roy; La Barberie; 600 syndicats; 13 fédérations de coopératives et réseaux d OBNL dans les secteurs du matériel scolaire, de l habitation, de l insertion, de l alimentation, des services funéraires, du transport ambulancier, des entreprises adaptées et des paramédics.

12 Implication dans le milieu 20 Le 16 février 1939, un groupe de 57 employés, des hommes et des femmes en provenance des ministères de l Agriculture, de la Colonisation et de la Voirie, se mobilisent et réagissent vivement à la précarité de leurs conditions de vie et à l importance de se donner une sécurité financière. Leur engagement et leur détermination sont tels, qu un mois plus tard, le 21 mars 1939, ils tiennent l assemblée de fondation de la Caisse populaire des employés civils provinciaux de Québec. UN BRIN D HISTOIRE 1939 Fondation de la Caisse populaire des employés civils provinciaux de Québec Roméo Paquet, Président du CA de la caisse annonce qu elle desservira l ensemble des fonctionnaires de la province de Québec Afin de refléter sa vocation provinciale, la caisse change son nom et devient la Caisse populaire des fonctionnaires du Québec Le siège social de la caisse s installe au Complexe G, maintenant connu sous l appellation Édifice Marie-Guyart, au cœur du centre-ville de Québec La Caisse des fonctionnaires du Québec fusionne la Caisse populaire des travailleurs de l enseignement de Louis-Fréchette. La Caisse de l Administration et des Services publics soutient les initiatives qui reflètent son engagement au sein de sa collectivité par un fonds d aide au développement du milieu : Programme Distinction, encourage et bonifie les REEE et l épargne systématique de ses membres réguliers; Participation à l éducation financière et économique de ses membres par le biais de conférences. Partenariats importants Centres de la petite enfance en milieu de travail; Bourses d études aux étudiants de l ENAP via la Fondation de l Université du Québec; Subventions au service de santé Marie-Guyart qui dessert les employés de la fonction publique de la Capitale Nationale; Fondation du CSSS de Gatineau La Caisse d économie des employés de la Société des Alcools du Québec joint la Caisse des fonctionnaires du Québec La Caisse d économie de Canipco, à Gatineau, est fusionnée avec la Caisse du personnel de l Administration et des Services publics ce qui lui permet d élargir son offre de service à tous employés de la fonction publique fédérale La caisse célèbre son 70 e anniversaire! 21 La Caisse de l'administration et des Services publics compte plus de membres. 1035, rue De La Chevrotière Québec (Québec) G1R 5X Centre de services de Gatineau Centre de services Quartier international de Montréal Deux employés du Ministère de la Colonisation, J. Octave Grondin et Napoléon Roy, seront respectivement nommés président et gérant de la nouvelle caisse. Aujourd'hui, la caisse porte le nom de Caisse de l Administration et des Services publics et se distingue par sa présence active à Québec, Montréal et Gatineau. Afin de contrer la distance qui sépare ses centres de services, la caisse s est dotée d un système de communication à la fine pointe des technologies. Forte d une équipe de 85 experts, la considération qu elle accorde à ses ressources humaines et le milieu de travail dynamique qui leur est proposé sont des atouts majeurs. Proactive et à l écoute, l organisation met tout en œuvre afin que le travail, le talent et les compétences de tous soient reconnus et mis à contribution dans l équipe. Ces distinctions permettent à la caisse d être un acteur notable parmi ses membres et de répondre aux attentes de ceux-ci, à savoir obtenir des conseils et services financiers de grande qualité. LE SAVIEZ-VOUS? La caisse donne les moyens à ses employés d avoir une vie équilibrée. Aménagement de temps de travail, conférences sur le mieux-être, semaine de relâche «Enfants au boulot» lors de laquelle la caisse fournit un service de garde sans frais pour les enfants des employés, voilà quelques exemples des efforts déployés par l organisation pour offrir un milieu de travail mobilisateur, sain et stimulant!

13 Implication dans le milieu Par le biais de dons, de commandites, de temps, la caisse appuie concrètement les projets et les événements des groupes suivants : Association des pompiers de Montréal (APM); Musée des pompiers de Montréal; Canadian Foreign Exchange Committee (CFEC); Association des pompiers retraités de Montréal; Syndicat des fonctionnaires municipaux de Montréal (SFMM); Syndicat des cols bleus regroupés de Montréal (SCFP) local 301; Fondation des pompiers du Québec pour les grands brûlés; Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP); Fraternité internationale des Teamsters; Regroupement des retraité (e)s des cols bleus de Montréal. 22 En 1945, à la suite d une longue grève, les pompiers de Montréal avaient réussi à obtenir de bonnes augmentations salariales. Leur conseiller, Me Sylvestre dit alors au président du syndicat, Albert Rémillard : «C est ensemble que vous êtes riches. Regroupez-vous pour recueillir vos épargnes!» Le message n a pas été long à mûrir dans l esprit de cet homme d action. Dans la même année, Albert Rémillard prend les choses en main et fonde la Caisse d économie des pompiers. D autres caisses de travailleurs, qui partagent la même idée, suivront son exemple et dans les années suivantes, ces caisses constitueront le premier réseau francophone des caisses d économie du Québec. UN BRIN D HISTOIRE 1945 Le pompier Albert Rémillard recueille la signature de quelque huit cents confrères et la Caisse d économie des pompiers ouvre ses portes le 16 mars à 13 h. Lors de la fermeture à 19 h, la caisse a reçu plus de $ en dépôt et crédit de ses 90 membres La caisse déménage au 3 e étage de la caserne située au 26, rue Mont-Royal Le 23 novembre, messieurs Armand Durette et Albert Rémillard procèdent à la première levée de terre marquant le début de la construction des locaux, situés au 2600, boulevard St-Joseph. On dit que cet édifice sera le plus moderne du genre au Canada Le 27 août, un nouveau système de télégestion par communication permet à un ordinateur d'effectuer et d'enregistrer les transactions financières à la caisse. Elle est la première au Canada à se doter d'un tel système La Caisse d économie des pompiers fusionne avec la Caisse d économie Multi-Co La Caisse d économie des pompiers fusionne avec la Caisse d économie des employés municipaux de Montréal Afin de reconnaître l apport de chaque groupe, la caisse change son appellation afin d instituer un nom davantage rassembleur et représentatif : La Caisse Desjardins du Réseau municipal. Deux succursales portent chacun le nom respectif de leur groupe soit : le Centre de services financiers des pompiers et le Centre de services financiers des cols bleus et cols blancs La caisse célèbre son 65 e anniversaire. 23 La Caisse du Réseau municipal compte plus de membres. Centre de services financiers des pompiers 2600, boulevard St-Joseph Est Montréal (Québec) H1Y 2A Centre de services financiers des cols bleus C est en économisant quelques dollars par semaine sur leur paye, que les pompiers ont vite fait de se constituer un capital. Ils apprennent à tenir un budget et se donnent accès au crédit à des taux raisonnables. En peu de temps, la formule de la Caisse d économie des pompiers fait ses preuves et obtient un vif succès auprès de ses membres qui n hésitent pas, à leur tour, d en parler à leur collègue ainsi qu à toutes les recrues qui joignent les rangs des pompiers. Depuis plus de 65 années, la force fondamentale de cette caisse provient de sa mission qui l anime depuis ses origines: «Enrichir collectivement et individuellement les employés municipaux, notamment, les pompiers, les cols bleus et les cols blancs.» Forte de la grande proximité et de la connaissance exceptionnelle des besoins de ses membres, la caisse est fière d affirmer que : c est Desjardins, et encore PLUS! LE SAVIEZ-VOUS? Depuis 18 ans, les pompiers de Montréal distribuent des paniers de Noël aux familles défavorisées. L Association des pompiers de Montréal se fait une fierté de recueillir, en partenariat avec la Caisse du Réseau municipal, les dons de la population composés de denrées alimentaires et de jouets afin d offrir de généreux paniers de Noël aux familles défavorisées de Montréal. En 2009, plus de 400 paniers ont été distribués! La caisse tient à souligner que le succès et la longévité de cet événement sont possibles grâce à l engagement indéfectible de nombreux bénévoles, ce qui illustre bien que la force d un groupe décuple et qu ainsi, il est possible d atteindre les plus hauts sommets!

14 Le célèbre syndicaliste Louis Laberge compte pour beaucoup dans la création de plus d une cinquantaine de caisses d économie au sein des grandes industries du Québec. En 1952, alors qu il est président du syndicat à Canadair, il fonde avec son collègue Robert Soupras la Aircraft Employees Credit Union. À l époque, la majorité des caisses d économie, des credit unions, sont issues du monde ouvrier et d expression anglophone. En 1962, ils sont une dizaine de caisses à vouloir des services en français et fondent leur propre fédération. Ce nouveau départ a littéralement relancé le développement des caisses d économie au Québec et, le premier directeur représentés au conseil d administration selon un processus démocratique rigoureux et clairement défini par les membres. Aujourd hui, la Caisse des Travailleurs unis est devenue la caisse de référence pour les travailleurs syndiqués de la FTQ, lesquels sont regroupés en 17 conseils régionaux et unités de base. Elle offre des programmes sur mesure à ses membres dont «Provision» et «Virâge», deux programmes de planification financière et à la retraite conçus en partenariat avec la caisse et la centrale syndicale qui en assure la diffusion auprès des ses membres. 24 UNE PRÉSENCE INDÉFECTIBLE Fermont est une ville monoindustrielle qui a été fondée en 1974 sous l impulsion de la découverte d un des plus importants gisements de fer au Québec, dont l exploitation a commencé en En juin 2004, la Caisse des Travailleurs unis s est portée acquéreur des actifs de la Banque Nationale à Fermont, cette dernière ayant décidé de fermer ses portes. Lorsque la caisse a été interpellée dans ce dossier, elle n a pas hésité à faire valoir son intention pour desservir ce groupe de plus de travailleurs de la compagnie minière ArcelorMittal, originalement connue sous le nom de la Compagnie minière Québec Cartier. Étant la seule institution financière sur place, la caisse dessert également la population locale, soit plus de résidants. 25 La Caisse d'économie des Travailleurs unis compte plus de membres. 545, boulevard Crémazie Est, bureau 302 Montréal (Québec) H2M 2V Centre de services Air Canada Centre de services Employés de l Aluminerie Bécancour Centre de services de l Automobile Centre de services Métallurgie et Papier Centre de services de l Aéronautique Centre de services des Travailleurs de Fermont Centre de services du Personnel de Postes Canada Centre de services des Acieries Centre de services de La Chaudière général de la fédération, Robert Soupras, un fervent militant syndical FTQ, peut compter sur l appui de son ami Louis Laberge, président de la FTQ, de 1964 à Robert Soupras a sillonné le Québec en entier pour rencontrer les dirigeants d entreprises et les présidents des syndicats FTQ afin de promouvoir la formule des caisses d économie. Les entreprises se sont toujours montrées des plus favorables à l implantation d une caisse d économie et, lorsqu une entente était conclue, il n était pas rare qu elle offre gracieusement l espace et parfois les ressources nécessaires pour aider au démarrage de la caisse. À compter des années 2000, les caisses d économie commencent à se regrouper en raison de leur affinité syndicale. En moins de cinq ans, une quinzaine de caisses desservant des groupes de syndiqués FTQ se sont fusionnées pour former la Caisse des Travailleurs unis. Profitant de ce virage, la caisse décide de réviser son modèle de gouvernance. Elle s inspire des principes de représentativité au sein de la FTQ pour s assurer que tous ses groupes soient Le tandem Soupras - Laberge Robert Soupras Louis Laberge «Pour moi, Monsieur Laberge, c est un compagnon d école. Il n y aurait pas eu de caisses d économie si Louis Laberge, que plusieurs connaissent, n'avait pas décidé de réellement plonger puis de dire à la compagnie que c était assurément quelque chose de nécessaire pour les employés, pas simplement du point de vue de la compagnie, mais du point de vue du syndicat, ça l était aussi. Et puis il avait ses exigences. Et presque tout le temps, il réussissait à avoir ses bureaux dans la compagnie!» Robert Soupras

15 26 Le 4 mai 1959, les employés du centre administratif de la Commission des écoles catholiques de Montréal (CECM) se regroupent pour fonder la première caisse en éducation. La popularité de la formule de la caisse, conjuguée à l émergence des caisses d économie au début des années 1960, a mené à la création d une vingtaine de caisses par des enseignants et enseignantes en provenance de toutes les régions du Québec. Pendant plusieurs années, ces caisses travaillent en synergie. Les caisses vouées exclusivement au milieu scolaire ainsi que les caisses desservant une clientèle multisectorielle, dont celle de l éducation, se réunissent et constituent un point d ancrage et de mise en commun de leur expertise. UN RAPPROCHEMENT SIGNIFICATIF Présente dans les universités En collaboration avec les associations étudiantes universitaires spécialisées en enseignement, la caisse tient des kiosques et conférences afin d y rencontrer les étudiants, leur parler de la caisse et leur prodiguer de précieux conseils sur la gestion de leurs finances personnelles. 27 La Caisse de l Éducation compte plus de membres. 9405, rue Sherbrooke Est Bureau 2500 Montréal (Québec) H1L 6P Centre de services Québec Centre de services Lachine Centre de services Grand-Portage Centre de services Côte-du-Sud Centre de services New Richmond Centre de services Commission scolaire de Montréal Centre de services de La Prairie Centre de services Saint-Hyacinthe Centre de services de Laval Centre de services de Rouyn-Noranda Centre de services Mauricie En octobre 2009, la caisse a emménagé dans les locaux de la CSQ. Ce geste représente pour la caisse un retour aux sources ainsi que son alliance naturelle avec les associations syndicales puisque ce sont celles-ci qui sont à l origine de plusieurs caisses d économie. La Caisse de l Éducation entend ainsi poursuivre et développer un partenariat durable et prospère avec la Centrale des syndicats du Québec. C est ainsi que plusieurs initiatives voient le jour, dont celui de mettre sur pied le REER collectif de l éducation qui profite rapidement grâce à l application de déductions fiscales immédiates, un programme d avance de salaire et de planification budgétaire conçu pour les niveaux diplômés, des conférences de planification à la retraite taillées sur mesure intègrent les programmes gouvernementaux RREOG, RRE, RRF, ou RRCE. Ces caisses bâtissent aussi de solides alliances auprès des associations syndicales et professionnelles, des commissions scolaires et associations de retraités. Naturellement, la vague des regroupements de caisses, entamée à la fin des années 1990, amène ces caisses à se regrouper au sein d une seule grande caisse et à se positionner en tant que chef de file du secteur de l éducation. Aujourd hui, la Caisse Desjardins de l Éducation dessert plus de membres dans ses 12 centres de services. Lors de l assemblée générale annuelle de la caisse, en avril 2010, la caisse a réuni par conférence Web plus de 150 membres en provenance de Rivière-du-Loup (photo ci-dessus), Montréal, Québec, Trois-Rivières et Rouyn-Noranda. Implication dans le milieu Cours de préparation à la retraite de la Fédération autonome de l enseignement (FAE) Colloque de l Association montréalaise des directions d'établissement scolaire (AMDES) Association des directions d'établissement scolaire retraitées de Montréal (ADERM) Dictée Éric-Fournier en partenariat avec l'association des étudiantes et étudiants de la faculté des sciences de l'éducation de l'uqam (ADEESE) Conférences conçues pour les stagiaires en enseignement de l UQAM Colloque provincial des Associations étudiantes en enseignement Séance de planification à la retraite organisée par la CSQ

16 Dans les années 1960, plusieurs groupes d employés des centres hospitaliers fondent des caisses d économie pour se créer une force financière collective. Pendant plusieurs années, ces caisses ont prospéré dans leur région respective. La tendance des nombreux regroupements au sein du Mouvement Desjardins amorcée au tournant des années 2000 incite les caisses d économie implantées dans les institutions du secteur de la santé à unir leur force. La Caisse Desjardins du Réseau de la santé est née de la fusion des caisses des régions de Montréal, Lanaudière, Richelieu-Yamaska, Hautes-Laurentides, Saguenay - Lac-St- Jean, Charlevoix et Québec. La Caisse du Réseau de la santé intitule son offre de service «Au cœur de la santé» afin de se démarquer auprès des milliers de travailleurs et professionnels qui œuvrent dans les différents établissements de cet important secteur d'activité. De plus, par le biais du Fonds d'aide au développement du milieu, la caisse a conçu un programme d'accès à la propriété qui favorise la jeunesse et vise ainsi à soutenir la relève dans le secteur de la santé. 28 JOURNÉE D ACCUEIL DES NOUVEAUX EMPLOYÉS Chaque année, la caisse vient rencontrer les nouveaux employés des centres hospitaliers de partout au Québec lors des journées d accueil. Elle vient y présenter son offre de service évolutive qui lui permet d accompagner ses membres à travers toutes les étapes financières de leur vie, depuis leur entrée en poste à leur carrière active, jusqu à leur retraite. La caisse donne également des conférences sur les finances personnelles et offre des sessions de préparation à la retraite à l intérieur même des lieux de travail. «J apprécie la proximité de ma caisse» «Je suis membre de la Caisse du Réseau de la santé depuis C est tout un avantage que de pouvoir compter sur une institution financière située dans mon milieu de travail! Quand j ai besoin de conseils sur les REEE pour mes enfants, par exemple, je n ai que quelques pas à faire. Je gagne donc beaucoup de temps. On sent vraiment que la caisse vibre au rythme de mon quotidien et comprend mes besoins et ma réalité en tant qu infirmière.» Douce Irma Fournier Infirmière au CHU Ste-Justine 29 La Caisse du Réseau de la santé compte plus de membres. 2100, boulevard de Maisonneuve Est Bureau 102 Montréal (Québec) H2K 4S Hôpital Rivière-des-Prairies Centre d'hébergement Notre-Dame-de-la-Merci Centre hospitalier Honoré-Mercier CHUM (Hôpital Notre-Dame) Hôpital Louis-H. Lafontaine Hôpital Maisonneuve-Rosemont Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal Centre hospitalier régional de Lanaudière Centre hospitalier Pierre-Le Gardeur CHU Sainte-Justine Centre hospitalier de Verdun Centre de services Hodelau (Rivière-Rouge) Centre d'hébergement de l'hôtel-dieu de Saint-Hyacinthe Hôpital Sainte-Croix Centre de services de Chicoutimi Hôpital Baie-Saint-Paul Une offre adaptée aux ressources intermédiaires d hébergement La désinstitutionnalisation des bénéficiaires des hôpitaux psychiatriques a créé un besoin criant de ressources intermédiaires d hébergement. Toutefois, la mise en place de ce type d hébergement se heurte à plusieurs difficultés, principalement en matière de financement. Pour répondre à cette problématique, la caisse a mis au point une expertise financière spécialisée, en partenariat avec le Centre financier aux entreprises des caisses de groupes. Depuis 2006, elle offre des solutions de financement aux propriétaires de ces résidences par l entremise de l Association des ressources intermédiaires d hébergement du Québec.

17 Au milieu de la décennie 1950, différents groupes d employés syndiqués d Hydro-Québec créent des caisses d économie aux quatre coins de la province. Pendant plusieurs années, ces nouveaux vecteurs de dynamisme financier s épanouissent dans leur région respective. En 2002, la tendance aux regroupements au sein du Mouvement Desjardins donne le coup d envoi à ce qui allait devenir la grande caisse Hydro-Québec afin de desservir tous les employés et retraités d Hydro-Québec où qu ils soient au Québec. C est ainsi que la Caisse d'économie Desjardins Hydro est née de la fusion de toutes les caisses d économie Hydro des secteurs Est, Nord et Ouest du Québec. La caisse soutient aussi diverses initiatives : Conférences thématiques sur l actualité financière; Kiosques promotionnels; Rencontres «COOP», offertes sur l heure du lunch, présentant des avantages d une coopérative financière auprès des différents groupes d employés d Hydro; Dons et commandites soutenant différentes causes d employés et retraités Hydro-Québécois; Publications des syndicats d Hydro-Québec. 30 UNE SOURCE DE FIERTÉ «La Caisse d'économie Desjardins Hydro est une source de fierté pour ses membres. Administrée selon des valeurs communes au Mouvement Desjardins et à Hydro-Québec, on y retrouve tous les services que l'on peut attendre de notre institution financière. Et le personnel est toujours agréable à côtoyer.» Michel Martinez Vice-président Ressources humaines HQ La caisse a lancé en 2006 un concept novateur afin de promouvoir l adhésion des employés et des retraités à la Caisse Hydro, et du même coup, de supporter les initiatives communautaires. Ce projet intitulé «Ambassadeurs» remporte un vif succès dans l organisation! L événement du 19 juin 2008 «Mobilisons-nous!» a regroupé tous les acteurs principaux de la grande communauté d Hydro- Québec, dont le président et directeur général Thierry Vandal. 31 La Caisse d économie Hydro compte plus de membres. 75, boulevard René-Lévesque Ouest Niveau Mezzanine Montréal (Québec) H2Z 1A Centre de services (Hydro) Centre de services Québec Implication dans le milieu La caisse s'engage auprès de ses membres. En 2009, elle a commandité trois projets d envergure menés par les employés d Hydro-Québec de Rimouski, Beauharnois et de Québec. Une équipe d employés Hydro-Québécois a réalisé Le Grand défi-vélo Pierre Lavoie, au nom de la recherche médicale sur les maladies orphelines, et de la promotion des saines habitudes de vie chez les jeunes. Un employé d Hydro-Québec a fait l ascension du Kilimandjaro à l automne 2009 au nom de la Société canadienne du cancer. Une levée de fonds pour Centraide, par le biais de la performance de cinq Hydro-Québécois décidés à grimper l Aconcagua, en Argentine. La centrale La Grande-4 fait partie d'un des plus importants groupes hydroélectriques du monde, le complexe La Grande, situé dans le Nord-du-Québec.

18 32 La Caisse de la Culture regroupe des travailleurs autonomes pour la plupart issus de différents domaines de la culture et disciplines artistiques : créateurs, artistes, artisans, comme les comédiens, danseurs, auteurs, écrivains, réalisateurs, metteurs en scène, chanteurs, techniciens, artisans des métiers d art et autres. Jacques L Heureux, comédien et actuel président de la caisse relate l anecdote suivante : «La première fois que je suis allé à la banque pour obtenir un prêt, on m a demandé quel était mon métier. J ai répondu acteur. Le banquier s est tourné vers ma conjointe et lui a posé la même question. Elle a répondu : agente d information au Cégep du Vieux- Montréal. Puis le banquier a déclaré en souriant : Ça c est un job!». AU SERVICE DE LA CULTURE AU QUÉBEC «Par ses initiatives auprès de son milieu, la Caisse de la Culture abonde dans le sens de la coopération. Nous sommes une coopérative financière au cœur du milieu culturel québécois; c est notre mission de contribuer à son rayonnement. La caisse est fière de dire qu elle remet à la culture ce qu elle reçoit. Lorsque les associations culturelles, petites et grandes, sont membres chez nous, leurs avoirs retournent dans le milieu de la culture, chez les individus, les jeunes troupes ou associations culturelles.» Jacques L Heureux Président de la caisse et comédien Principaux groupes UDA Société des auteurs de radio, télévision et cinéma (SARTEC) Union des écrivains (UNEQ) Guilde des musiciens et musiciennes (GMMQ) Association des réalisateurs et réalisatrices du Québec (ARRQ) Office national du film (ONF) Conseil des métiers d art du Québec (CMAQ) Alliance québécoise des techniciens de l image et du son (AQTIS) Association québécoise des auteurs dramatiques (AQAD) Regroupement des artistes en arts visuels (RAAV) Regroupement québécois de la danse (RQD) Alliance of canadian cinema and radio artists (ACTRA) Une AGA qui se démarque! Chaque année, la Caisse de la Culture fait preuve d originalité et d intercoopération en tenant son assemblée générale annuelle chez l un de ses membres entreprises. Les membres de la caisse ont pu ainsi vivre une expérience hors du commun à l Économusée du fier monde, en 2009, et à l Espace Libre, en La Caisse de la Culture compte plus de membres. 215, rue Saint-Jacques Ouest Bureau 200 Montréal (Québec) H2Y 1M À l initiative de l Union des artistes et grâce à la contribution de la Caisse de l Office national du film, la Caisse de la Culture voit le jour en Elle est née de la volonté de donner aux artistes, aux artisans, aux créateurs et entreprises issus du domaine de la culture, les moyens de leurs talents et de leurs aspirations. L équipe de la caisse connaît bien les ambitions et défis associés à toute carrière liée au domaine artistique et est sensible à la réalité quotidienne des travailleurs autonomes. Implication dans le milieu La Caisse de la Culture et la Fondation des artistes signaient en 2010 une importante entente de partenariat d une durée de trois ans. La caisse appuie, à hauteur de $, différentes activités de la Fondation, dont trois projets majeurs : la «Création de la Collection FDART», le lancement de la «Galerie d art virtuelle» et la présentation de deux «événements bénéfices Vente de garage». Depuis 2010, la Caisse de la Culture décerne le Prix de la Relève, nouvellement créé par le Conseil des Arts de Montréal, à des jeunes artistes et organismes professionnels qui posent des actions structurantes pour la relève dans leur milieu. Elle est accompagnée d une bourse de $. Afin de soutenir la relève, la Caisse de la Culture s implique financièrement auprès de Cartes Prem1ères. Cet organisme valorise le théâtre hors circuit en offrant, à bon prix, l opportunité de savourer les nouveautés théâtrales de la relève québécoise. L engagement de la caisse est de $ sur trois ans.

19 Engagement dans la communauté Fondée en février 2001, la Caisse Desjardins de la Défense nationale est née de la fusion des caisses d économie Desjardins de la B.F.C Bagotville et de la Base Valcartier. Forte d une présence de plus de 40 ans auprès des militaires du Québec, la caisse est devenue l institution financière la plus adaptée à leur réalité. Le savoir-faire de la caisse se reflète dans la grande souplesse de son offre de service. En calquant sur le mode de vie des militaires, que ce soit lorsqu ils partent en mission, lors de mutation à l extérieur de la province, ou encore, lorsqu ils vivent une transition dans leur carrière, la caisse est toujours en mesure de répondre à leurs besoins. La caisse appuie les organismes communautaires œuvrant sur les bases militaires notamment les centres de la famille militaires ainsi que l UISP qui vient en aide aux blessés. Tous les deux ans, elle organise une levée de fonds à leur intention et en 2009, la caisse a remis $. La caisse est également présente auprès des organisations suivantes : Agence de soutien du personnel des Forces canadiennes; Centraide Outaouais; Centres de la famille (Bagotville, St-Jean, Valcartier, Outaouais); Centre de soutien au soldat; Centre plein air Castor; Fondation Desjardins; Gala du Lion d Or; Richelain d Or. 34 UN SAVOIR-FAIRE RECONNU Depuis plus de 40 ans, la Caisse de la Défense nationale accompagne les militaires du Québec. Non seulement la caisse a acquis une notoriété indéniable sur les sites provinciaux qu elle dessert, mais également auprès de l ensemble des militaires au Canada. Fait rarissime au sein des Forces canadiennes, la caisse a reçu en 2008 la «Mention élogieuse du Commandement de la force terrestre du Canada», une marque de reconnaissance généralement réservée à un militaire ayant accompli un exploit qui dépasse les exigences de ses fonctions. Nul doute que l exploit réalisé par le personnel de la Caisse de la Défense nationale se résume par une réponse dévouée, engagée et indéfectible envers les militaires. Soucieuse de rendre accessibles l expertise et le savoirfaire qu elle a développés dans son secteur d activité, la caisse souhaiterait, qu un jour, il soit possible d élargir son offre de service aux militaires et civils répartis sur le territoire canadien. 35 De gauche à droite : Le Lieutenant-général Andrew Leslie, chef d État-major de l Armée de terre, M. Patrice Bergeron, directeur général de la Caisse Desjardins de la Défense nationale, l Adjudantchef Ford, adjudant-chef de l État-major de l Armée de terre et le Brigadier-général Christian Barabé, commandant (sortant) du Secteur du Québec de la Force terrestre. La Caisse de la Défense nationale compte plus de membres. 190, rue Dubé Centre commercial Canex Courcelette (Québec) G0A 1R Centre de services Région du Saguenay-Lac-St-Jean (Base militaire Bagotville) Centre de services Région de Montréal (Garnison Saint-Jean) Centre de services Région de l'outaouais À titre d exemple, la caisse a instauré pour ceux et celles qui partent en mission, un service de gestion des finances personnelles. Avec le programme de «Gestion de comptes personnalisée» les militaires peuvent partir l esprit tranquille. Un autre service d'accompagnement financier et fiscal s adresse spécifiquement aux employés qui ont décidé de se retirer du ministère de la Défense nationale ou des Forces canadiennes. Ici encore, les conseils offerts répondent à un profil bien spécifique. Tout au long de l année, la caisse diffuse, en collaboration avec les unités de soutien aux soldats, plus d une cinquantaine de conférences financières et fiscales. Ces conférences s adressent aux militaires blessés ou en transition de carrière. Forte d une expertise et d une connaissance approfondie des programmes de soutien mis au point pour sa clientèle, la caisse est devenue un levier important pour les militaires qui y sont membres et qui ont pris leur avenir financier en main!

20 La Caisse d économie des employés de Domtar, désireuse d élargir son action à l ensemble des milieux de travail affiliés à la CSN, modifie son appellation pour devenir, en 2005, la Caisse d économie Le Chaînon. La caisse s inscrit en synergie avec les valeurs syndicales de la CSN et place ainsi au premier rang les personnes, les droits sociaux et la préservation de l environnement. Fondaction offre une épargne-retraite qui permet à des dizaines de milliers de femmes et d hommes de mieux préparer leurs conditions de vie à la retraite et de contribuer, du même coup, au maintien et à la création d emplois au Québec. Il accorde une attention particulière aux entreprises qui sont inscrites dans un processus de gestion participative, celles de l économie sociale et celles qui se préoccupent davantage de l environnement. Composée d à peine membres, la caisse amorce un nouveau virage qui lui confère un potentiel de développement important, visant ainsi les travailleuses et travailleurs syndiqués CSN répartis dans syndicats et œuvrant dans lieux de travail. 36 En 1974, le 46 e Congrès de la CSN adoptait le sigle actuel de la Confédération des syndicats nationaux. Ce chaînon, composé de trois maillons de métal d armature, exprime la force des liens qui unissent les travailleuses et les travailleurs. Ces trois éléments représentent les formes de regroupement à l intérieur de la centrale : les syndicats, les fédérations et les conseils centraux. La force du chaînon est liée à l union de ces trois maillons. Autonomie, démocratie et solidarité sont aussi au cœur même de l existence et de l action de la CSN. Filaction s est donné pour mission de contribuer à la création et à la préservation d emplois de qualité partout au Québec. L organisme apporte aux petites entreprises et aux fonds de développement local donnant accès au microcrédit une partie des capitaux dont ils ont besoin pour atteindre leurs objectifs de développement économique et social. Neuvaction est un organisme à but non lucratif créé à l initiative de Fondaction. Il effectue les diagnostics socioéconomiques auprès des entreprises dans lesquelles Fondaction prévoit investir. 37 La Caisse d économie Le Chaînon a établi des liens de proximité solides avec ses partenaires. Son siège social prend place au «Carrefour financier solidaire» à Montréal qui abrite également les places d affaires des outils collectifs de développement créés à l initiative de la CSN soit : Fondaction, Filaction, Neuvaction, Bâtirente, la Caisse d économie solidaire et MCE conseil. 2175, boulevard de Maisonneuve Est Bureau 200 Montréal (Québec) H2K 4S Institué pour permettre aux groupes de salariés du secteur privé de bénéficier d un régime collectif en entreprise, Bâtirente offre des régimes complémentaires de retraite aux syndicats et aux entreprises d économie sociale. MCE Conseils est un groupe d experts-conseils qui soutient la création d emplois, effectue diverses études de situation et accompagne les entreprises dans le défi du développement, de la rentabilité et de la responsabilité sociale. Active auprès des entreprises privées et spécialiste des entreprises de propriété collective, cette institution favorise une réflexion éclairée, soutient la prise de décision financière et conçoit des solutions créatives en matière de gestion.

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

La Caisse d éd. économie solidaire Desjardins

La Caisse d éd. économie solidaire Desjardins La Caisse d éd économie solidaire Desjardins Le Mouvement Desjardins 1 er groupe financier au Québec. Au 18 e rang des institutions financières les plus sécuritaires au monde. Actif de 190,1 milliards

Plus en détail

VOTRE ENTREPRISE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. VOTRE CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE.

VOTRE ENTREPRISE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. VOTRE CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. VOTRE ENTREPRISE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. VOTRE CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. Ce matin, tout va encore plus vite que d habitude. Un client vous demande de devancer sa livraison. Mais votre

Plus en détail

Finance socialement responsable: une nouvelle architecture financière: l Innovation sociale pour un développement soutenable

Finance socialement responsable: une nouvelle architecture financière: l Innovation sociale pour un développement soutenable Finance socialement responsable: une nouvelle architecture financière: l Innovation sociale pour un développement soutenable 1 Finance socialement responsable Marguerite Mendell Université Concordia CRISES-HEC

Plus en détail

RENAUD DESAUTELS DRAPEAU FORTIN ca. Compétences. Synergie. Bénéfices.

RENAUD DESAUTELS DRAPEAU FORTIN ca. Compétences. Synergie. Bénéfices. RENAUD DESAUTELS DRAPEAU FORTIN ca Compétences. Synergie. Bénéfices. GROUPE SERVICAS 2 Compétences. Le Groupe Servicas a été fondé en 1992. Depuis sa création, le Groupe a toujours revêtu une importance

Plus en détail

PLAN D ACTION POUR DES COLLECTIVITÉS RURALES FORTES DE LA FÉDÉRATION CANADIENNE DES MUNICIPALITÉS

PLAN D ACTION POUR DES COLLECTIVITÉS RURALES FORTES DE LA FÉDÉRATION CANADIENNE DES MUNICIPALITÉS PLAN D ACTION POUR DES COLLECTIVITÉS RURALES FORTES DE LA FÉDÉRATION CANADIENNE DES MUNICIPALITÉS Pour notre programme complet des élections fédérales 2015, veuillez consulter la Feuille de route pour

Plus en détail

LA CAISSE DESJARDINS DE QUÉBEC

LA CAISSE DESJARDINS DE QUÉBEC GUIDE À L USAGE DE L EMPLOYEUR LA CAISSE DESJARDINS DE QUÉBEC un partenaire incontournable dans l intégration réussie de votre main-d œuvre immigrante Visitez-nous au desjardins.com/caissedequebec Être

Plus en détail

Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins. Être un employeur distinctif

Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins. Être un employeur distinctif Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins Être un employeur distinctif ASDEQ Mai 2010 La mission de Desjardins Contribuer au mieux-être économique et social des personnes et des collectivités

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

La diversité à la Banque Nationale : une richesse incontournable

La diversité à la Banque Nationale : une richesse incontournable La diversité à la Banque Nationale : une richesse incontournable Atelier : Les employeurs et la diversité ethnoculturelle 11 ième Conférence Internationale Métropolis 4 octobre 2006 Lisbonne, Portugal

Plus en détail

Habiter ma ville. Résumé de la politique d habitation de la Ville de Gatineau

Habiter ma ville. Résumé de la politique d habitation de la Ville de Gatineau Habiter ma ville Résumé de la politique d habitation de la Ville de Gatineau L habitation constitue une composante essentielle à la qualité de vie des citoyens et une préoccupation constante dans l ensemble

Plus en détail

Mémoire présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes

Mémoire présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2014 Préparé par l Association des banquiers canadiens Août 2014 EXPERTISE CANADA BANKS ON LA

Plus en détail

Deux jours pour le leadership jeunesse 9 et 10 octobre 2014, Université Laval, Québec

Deux jours pour le leadership jeunesse 9 et 10 octobre 2014, Université Laval, Québec Deux jours pour le leadership jeunesse 9 et 10 octobre 2014, Université Laval, Québec L événement Deux jours pour le leadership jeunesse offre à quelque 200 jeunes leaders des écoles secondaires EVB-CSQ

Plus en détail

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Auteurs : Christelle FOURASTIE Marion GUILLOIS Cours ICL

Plus en détail

UN SERVICE À VOTRE IMAGE

UN SERVICE À VOTRE IMAGE UN SERVICE À VOTRE IMAGE Un service Un service de de Mutuelles qui qui inspire inspire la fierté! la fierté! Depuis 2012, Depuis l AQEI 2012, offre l AQEI un offre outil un sur outil mesure à mesure ses

Plus en détail

D I S T I N C T I O N C O O P É R AT I V E 2 0 1 1 COOPÉRER POUR CRÉER L AVENIR

D I S T I N C T I O N C O O P É R AT I V E 2 0 1 1 COOPÉRER POUR CRÉER L AVENIR D I S T I N C T I O N C O O P É R AT I V E 2 0 1 1 COOPÉRER POUR CRÉER L AVENIR démocratie égalité équité Coopérer pour crée l avenir Pour un monde + responsable + équitable + durable En faisant affaire

Plus en détail

La Caisse d économie solidaire Desjardins

La Caisse d économie solidaire Desjardins La Caisse d économie solidaire Desjardins Notre mission Soutenir le développement de l économie sociale et solidaire en misant sur l entrepreneuriat collectif au sein de quatre réseaux : coopératif, communautaire,

Plus en détail

CONTEXTE. Union des Tunisiens de Québec Page 1

CONTEXTE. Union des Tunisiens de Québec Page 1 CONTEXTE L Union des Tunisiens de Québec (UTQ), et en présence du Consul de la Tunisie à Montréal, a organisé le 18 février 2012 le premier forum sur les préoccupations de la communauté tunisienne de la

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

Littératie financière : un investissement dans l avenir

Littératie financière : un investissement dans l avenir Littératie financière : un investissement dans l avenir Allocution de Terry Campbell Président Association des banquiers canadiens Prononcée devant La Conférence de Montréal Le 12 juin 2012 Montréal SEUL

Plus en détail

Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture. Mémoire Sommet économique 2015. Le 1 er avril 2015

Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture. Mémoire Sommet économique 2015. Le 1 er avril 2015 Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture Mémoire Sommet économique 2015 Le 1 er avril 2015 Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture

Plus en détail

Introduction. 1 Source : Rapport du Groupe de travail sur l'examen des organismes gouvernementaux, p.19

Introduction. 1 Source : Rapport du Groupe de travail sur l'examen des organismes gouvernementaux, p.19 Introduction L État québécois s est doté, depuis la «Révolution tranquille», d une multitude d outils pour appuyer le développement de la société québécoise. Il est si bien outillé pour se développer qu

Plus en détail

Plan Stratégique 2008-2013

Plan Stratégique 2008-2013 Plan Stratégique 2008-2013 Version finale Adopté le 26 septembre par le Conseil d administration Septembre 2008 Mission La Société Santé en français est un chef de file national qui assure, en étroite

Plus en détail

Académie Ibn Sina. Au fil du temps. Date : 12/12/2013. Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari

Académie Ibn Sina. Au fil du temps. Date : 12/12/2013. Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari Académie Ibn Sina Au fil du temps Date : 12/12/2013 Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari Table des matières De 1905 à 1960... 1 Le changement... 1 Les causes de ce changement... 1 Les conséquences de ce

Plus en détail

BATIRENSEMBLE.ca UNE INITIATIVE DES SMCC

BATIRENSEMBLE.ca UNE INITIATIVE DES SMCC GUIDE À L INTENTION DES COMMANDITAIRES BATIRENSEMBLE.ca UNE INITIATIVE DES SMCC @cbtu_women facebook.com/buildtogether.ca LE PROGRAMME «BÂTIR ENSEMBLE» INCLUT DES STRATÉGIES QUI ONT ÉTÉ ADAPTÉES POUR RECRUTER

Plus en détail

LA RÉGION ACCOMPAGNE LES JEUNES POUR UNE MOBILITÉ RÉUSSIE

LA RÉGION ACCOMPAGNE LES JEUNES POUR UNE MOBILITÉ RÉUSSIE LA RÉGION RÉUNION S ENGAGE POUR LA RÉUSSITE DES JEUNES LA RÉGION ACCOMPAGNE LES JEUNES POUR UNE MOBILITÉ RÉUSSIE Garante de l ouverture d esprit de nos jeunes, la mobilité représente l un des axes forts

Plus en détail

Notre Projet Associatif

Notre Projet Associatif Notre Projet Associatif Mobil'Emploi 73 a choisi de réviser son projet associatif : le projet de l association, détenu par la mémoire collective des administrateurs historiques, devait être traduit par

Plus en détail

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Cabinet du ministre Communiqué de presse BUDGET 2013-2014 COMMUNIQUÉ N 2 BUDGET 2013-2014 Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Québec, le 20 novembre 2012 «Pour accélérer la croissance

Plus en détail

HÉLÈNE JOLIN. 405, rue de Dieppe Saint-Jean-sur-Richelieu (Québec) J3B 1S9 Tél. : (450) 359-0141 Courriel : jolin.h@sympatico.ca SOMMAIRE D EXPÉRIENCE

HÉLÈNE JOLIN. 405, rue de Dieppe Saint-Jean-sur-Richelieu (Québec) J3B 1S9 Tél. : (450) 359-0141 Courriel : jolin.h@sympatico.ca SOMMAIRE D EXPÉRIENCE HÉLÈNE JOLIN 405, rue de Dieppe Saint-Jean-sur-Richelieu (Québec) J3B 1S9 Tél. : (450) 359-0141 Courriel : jolin.h@sympatico.ca SOMMAIRE D EXPÉRIENCE Expérience acquise dans l intervention et le développement

Plus en détail

Découvrez l avantage Raymond James

Découvrez l avantage Raymond James Découvrez l avantage Raymond James En choisissant Raymond James, vous obtenez davantage que des services d un conseiller financier d expérience. Son but : répondre à vos besoins. Vous bénéficiez aussi

Plus en détail

De par ses actions structurantes, le CLDVG a contribué à renforcer le partenariat entre les divers organismes.

De par ses actions structurantes, le CLDVG a contribué à renforcer le partenariat entre les divers organismes. Présent dans la Vallée-de-la-Gatineau depuis 1998, le Centre local de développement s est impliqué fortement dans son milieu pour combler les besoins collectifs. De par ses actions structurantes, le CLDVG

Plus en détail

C EST TOUTE UNE ÉQUIPE D EXPERTS QUI APPUIE VOTRE ENTREPRISE.

C EST TOUTE UNE ÉQUIPE D EXPERTS QUI APPUIE VOTRE ENTREPRISE. C EST TOUTE UNE ÉQUIPE D EXPERTS QUI APPUIE VOTRE ENTREPRISE. NOTRE MISSION La mission du Centre financier aux entreprises Desjardins Est de l Ontario est de contribuer à la croissance des entreprises

Plus en détail

Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente

Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente Page1 Volume 4, numéro 3 Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente Mario Tremblay, Vice-président aux affaires publiques et corporatives, et secrétaire

Plus en détail

Vers une nouvelle Politique gouvernementale d éducation des adultes et de formation continue

Vers une nouvelle Politique gouvernementale d éducation des adultes et de formation continue Vers une nouvelle Politique gouvernementale d éducation des adultes et de formation continue Historique des interventions de l ICÉA en lien avec la Politique gouvernementale d éducation des adultes et

Plus en détail

Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux

Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux Symposium international sur les services bancaires postaux John Anderson 613-290-0016 andersjs1@gmail.com «Ils sont des millions à ne pas avoir

Plus en détail

Pour une culture du savoir

Pour une culture du savoir Pour une culture du savoir Mémoire présenté à la ville de Montréal sur la proposition de Politique de développement culturel pour la ville de Montréal par Science pour Tous et la Société pour la promotion

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Parrainage. d une demande d aide financière pour le Fonds 12/17

Parrainage. d une demande d aide financière pour le Fonds 12/17 Fonds dédié aux projets citoyens initiés et portés par des jeunes de 12 à 17 ans dans la région de la Capitale-Nationale Parrainage d une demande d aide financière pour le Fonds 12/17 Une initiative de

Plus en détail

PLAN DE LA RÉUSSITE 2013-2017. Un milieu de vie, une réussite

PLAN DE LA RÉUSSITE 2013-2017. Un milieu de vie, une réussite PLAN DE LA RÉUSSITE 2013-2017 Un milieu de vie, une réussite LE CÉGEP ET LA RÉUSSITE Tributaire d une longue histoire éducative, le Cégep 1, depuis sa création, se distingue par la qualité de sa formation

Plus en détail

Une autre façon de financer le développement

Une autre façon de financer le développement Une autre façon de financer le développement Nos origines Il est né grâce à l initiative de Fondaction CSN avec qui il partage les mêmes objectifs de démocratisation économique, de participation, de solidarité

Plus en détail

SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI

SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI LE PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DE 2013 Le Plan d action économique de 2013 représente le prochain volet du plan à long terme du gouvernement pour renforcer

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Alors que les concertations sur la réforme des retraites sont actuellement en cours, l Assurance retraite, premier

Plus en détail

SGPNB au Nouveau-Brunswick. Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province

SGPNB au Nouveau-Brunswick. Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province SGPNB au Nouveau-Brunswick Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province Mise à jour juillet 2013 1 Préambule L information suivante décrit les différents

Plus en détail

L immigration : une solution à la rareté de maind œuvre et un levier de développement économique? 35 e Congrès de l ASDEQ 13 mai 2010

L immigration : une solution à la rareté de maind œuvre et un levier de développement économique? 35 e Congrès de l ASDEQ 13 mai 2010 L immigration : une solution à la rareté de maind œuvre et un levier de développement économique? 35 e Congrès de l ASDEQ 13 mai 2010 Mission PÔLE Québec Chaudière-Appalaches a pour mission de contribuer

Plus en détail

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire développement économique et économie sociale et solidaire En soutenant la création

Plus en détail

FKF34005 (10-13) Investir en harmonie avec votre style de vie. 69061_Broch_FED_FKF34005.indd 2

FKF34005 (10-13) Investir en harmonie avec votre style de vie. 69061_Broch_FED_FKF34005.indd 2 FKF34005 (10-13) Investir en harmonie avec votre style de vie 69061_Broch_FED_FKF34005.indd 2 13-09-27 17:26 LES PORTEFEUILLES DIAPASON Plus qu une solution pour vos placements Vous avez des obligations

Plus en détail

PAR COURRIEL Montréal, le 11 mai 2005. Objet : Position de la Société GRICS par rapport au logiciel libre.

PAR COURRIEL Montréal, le 11 mai 2005. Objet : Position de la Société GRICS par rapport au logiciel libre. Bureau du président-directeur général PAR COURRIEL Montréal, le 11 mai 2005 À TOUS LES DIRECTEURS GÉNÉRAUX, LES PRÉSIDENTS ET LES GESTIONNAIRES DES TECHNOLOGIES DES COMMISSIONS SCOLAIRES Objet : Position

Plus en détail

DÉCLARATION - SOMMET INTERNATIONAL DES COOPÉRATIVES

DÉCLARATION - SOMMET INTERNATIONAL DES COOPÉRATIVES DÉCLARATION - SOMMET INTERNATIONAL DES COOPÉRATIVES (version proposée par l IRECUS) CONTEXTE S inscrivant dans le cadre de l Année internationale des coopératives, le Sommet international des coopératives

Plus en détail

Rapport du séminaire

Rapport du séminaire Rapport du séminaire «La culture comme acteur du développement social et économique» Organisé par le Chantier de l économie sociale en collaboration avec l Association culturelle du Sud-Ouest et l Alliance

Plus en détail

(RIC, RID, RÉER-COOP)

(RIC, RID, RÉER-COOP) Plan de présentation 1. Définition et Modèle 2. Objectifs (Capitalisation et Relève PME) 3. Avantages 4. Obligations légales 5. Conditions de succès 6. Entreprise type - future 7. Démarche d implantation

Plus en détail

Énoncé de valeurs éthiques

Énoncé de valeurs éthiques Énoncé de valeurs éthiques Tel qu adopté par le conseil d administration le 5 octobre 2011 Membres de l Association des écoles supérieures d art de Montréal Centre NAD Conservatoire de musique de Montréal

Plus en détail

DEUX ENTREPRENEURS LANCENT BÉNÉVOLES D AFFAIRES Objectif : mettre l expertise des gens d affaires au profit des organismes à but non lucratif

DEUX ENTREPRENEURS LANCENT BÉNÉVOLES D AFFAIRES Objectif : mettre l expertise des gens d affaires au profit des organismes à but non lucratif Pour diffusion immédiate DEUX ENTREPRENEURS LANCENT BÉNÉVOLES D AFFAIRES Objectif : mettre l expertise des gens d affaires au profit des organismes à but non lucratif Une impressionnante liste de partenaires

Plus en détail

QUIZ LA PETITE HISTOIRE DE L ÉCONOMIE SOCIALE AU QUÉBEC

QUIZ LA PETITE HISTOIRE DE L ÉCONOMIE SOCIALE AU QUÉBEC QUIZ LA PETITE HISTOIRE DE L ÉCONOMIE SOCIALE AU QUÉBEC 43 Objectif : Public : Déroulement : Ce quiz a pour objectif de faire découvrir quelques événements qui ont joué un rôle majeur dans le développement

Plus en détail

Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec

Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec Consultation du Groupe conseil sur l actualisation de la Stratégie québécoise de la recherche et de l innovation 8 septembre 2009 Préambule

Plus en détail

2008-2009. SURVOL des ACTIVITÉS

2008-2009. SURVOL des ACTIVITÉS SURVOL des ACTIVITÉS 2008-2009 Apporter un soutien direct à l élève qui vit une période de crise financière ou de diff icultés personnelles et encourager l élève à poursuivre ses études jusqu à l obtention

Plus en détail

CHOISIR POUR L AVENIR

CHOISIR POUR L AVENIR CHOISIR POUR L AVENIR La politique de développement durable de la Société du parc Jean Drapeau présentée par la Direction des Affaires publiques et du développement durable Mars 2009 CHOISIR POUR L AVENIR

Plus en détail

AVIS. Présenté par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain

AVIS. Présenté par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain AVIS DEMANDE LIÉE À L ACQUISITION PROJETÉE PAR LA CORPORATION D ACQUISITION GROUPE MAPLE DU GROUPE TMX INC., D ALPHA TRADING SYSTEMS LIMITED PARTNERSHIP, D ALPHA TRADING SYSTEMS INC. ET DE LA CAISSE CANADIENNE

Plus en détail

Cadre de gestion pour le fonds de développement régional (FDR) et guide à l usage des organismes admissibles pour la présentation de projets régionaux

Cadre de gestion pour le fonds de développement régional (FDR) et guide à l usage des organismes admissibles pour la présentation de projets régionaux 16 septembre 2011 guide à l usage des organismes admissibles pour la présentation de projets régionaux Le présent cadre de gestion précise les règles d attribution du FDR à l égard du financement de projets

Plus en détail

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Mémoire intitulé : «Le patrimoine bâti : une autre approche» Présenté par : Le Service d aide-conseil

Plus en détail

CIRCULATION DE L ARGENT

CIRCULATION DE L ARGENT PARS DE LA VIE RURALE EN 1900 À TRAVERS LA VIE. VISITE LE DICTIONNAIRE BIOGRAPHIQUE DU CANADA. RECHERCHE LA FICHE ET RÉPONDS AUX QUESTIONS. 1. Quel âge avait Alphonse Desjardins en 1900? 2. Que veut dire

Plus en détail

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire Stratégie de prospection et de développement des marchés hors Québec 2009 sommaire 2013 1 Rédaction Direction du développement des marchés et de l exportation Transformation Alimentaire Québec Ministère

Plus en détail

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Discours d ouverture du Forum des Associations 2009 Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Mesdames et Messieurs les élus, Mesdames et Messieurs les responsables associatifs,

Plus en détail

Global Network. La meilleure approche en matière de protection sociale pour les multinationales

Global Network. La meilleure approche en matière de protection sociale pour les multinationales Employee Benefits Global Network La meilleure approche en matière de protection sociale pour les multinationales À l heure actuelle, les multinationales doivent relever des défis notables en matière de

Plus en détail

NAISSANCE D UNE NOUVELLE COMPAGNIE

NAISSANCE D UNE NOUVELLE COMPAGNIE NAISSANCE D UNE NOUVELLE COMPAGNIE CNIA SAADA Assurance est née de l union de deux grandes forces de l assurance, CNIA Assurance et Assurances Es Saada, qui ont mis en commun leurs compétences humaines

Plus en détail

Plus qu une entreprise... Un réseau

Plus qu une entreprise... Un réseau Société GRICS Plus qu une entreprise... Un réseau De par sa nature, la Société GRICS n est pas une entreprise comme les autres : elle est un regroupement, au centre d un réseau qui réunit l ensemble des

Plus en détail

SEPTEMBRE2013 Prise 04

SEPTEMBRE2013 Prise 04 SEPTEMBRE2013 Prise 04 Dans ce numéro Nouvelles heures d ouverture PORTRAIT DE DIRIGEANT CONSEIL FISCALITÉ OT DU IRECTEUR ÉNÉRAL Dans le but de vous offrir une prestation de service correspondant à vos

Plus en détail

POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec

POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec 1. PRÉSENTATION DE LA POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE En avril 2005, le Regroupement

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE 1.1 Mission Le Centre local de développement (CLD) de Mirabel gère trois (3) fonds destinés à la création et au maintien d emploi par le biais d

Plus en détail

Le nouveau pavillon Pierre Lassonde au Musée national des beaux-arts du Québec

Le nouveau pavillon Pierre Lassonde au Musée national des beaux-arts du Québec Le nouveau pavillon Pierre Lassonde au Musée national des beaux-arts du Québec pour l art Graph Synergie Proposition de contribution à l intention des membres de la communauté d affaires et des bâtisseurs

Plus en détail

Proservia se mobilise aux côtés de ses collaborateurs pour leur permettre de révéler leurs talents.

Proservia se mobilise aux côtés de ses collaborateurs pour leur permettre de révéler leurs talents. PROSERVIA DOSSIER DE PRESSE MARS 2013 PRÉAMBULE Depuis sa création, Proservia démontre par ses actions que la mise en œuvre d une véritable gestion des Ressources Humaines au sein d une SSII est compatible

Plus en détail

RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE

RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE Un seul investissement, tout le raffinement que vous recherchez Vous menez une vie active, riche de projets que vous souhaitez réaliser. Vous

Plus en détail

«Challenging social reality, inspiring experiences»

«Challenging social reality, inspiring experiences» «Challenging social reality, inspiring experiences» Cornélia Federkeil-Giroux Mutualité Française représentante de l Association internationale de la mutualité (AIM) 1 L Association internationale de la

Plus en détail

J investis pour la relève

J investis pour la relève J investis pour la relève CAMPAGNE MAJEURE DE FINANCEMENT 2014 18 PromouvoirEncourager AiderTRANSMETTRE Développer Favoriser Appuyer Former INSPIRER ÉDUQUER Motiver Instruire Stimuler MobiliserSoutenir

Plus en détail

!Mutuelle!!de microfinance (Québec)!!!!Défis et enjeux!

!Mutuelle!!de microfinance (Québec)!!!!Défis et enjeux! !Mutuelle!!de microfinance (Québec)!!!!Défis et enjeux! Du microcrédit à la microfinance!!!! Les défis et enjeux! La cohérence - Mission, vision! L innovation! Croissance et rentabilité! Gouvernance! L

Plus en détail

Plan DE RAPPROCHEMENT EN MATIÈRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE ET TECHNIQUE

Plan DE RAPPROCHEMENT EN MATIÈRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE ET TECHNIQUE Plan DE RAPPROCHEMENT EN MATIÈRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE ET TECHNIQUE Pour relever le défi de l accessibilité et de la qualification dans toutes les régions du Québec Table des matières Une approche

Plus en détail

DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Politique de Développement Durable

DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Politique de Développement Durable DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Politique de Développement Durable Plan d action 2011-2014 Édifice Le Delta III certifié LEED-CS «Or», ville de Québec Mot DE LA DIRECTION Dessau est née d une volonté

Plus en détail

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE Préambule PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE La réussite éducative se définit comme la recherche du développement harmonieux de l enfant et du jeune. Elle est plus large

Plus en détail

Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir. Lundi 19 mars 2012 à 14H 15

Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir. Lundi 19 mars 2012 à 14H 15 Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir Lundi 19 mars 2012 à 14H 15 «seul le prononcé fait foi» Mesdames et Messieurs les présidents, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

Les services publics: un outil historique Le SISP, le secteur public et la négociation Avenir du SISP et du SISP-N Une centrale des travailleurs du

Les services publics: un outil historique Le SISP, le secteur public et la négociation Avenir du SISP et du SISP-N Une centrale des travailleurs du Les services publics: un outil historique Le SISP, le secteur public et la négociation Avenir du SISP et du SISP-N Une centrale des travailleurs du secteur public? 2 Les services publics, une réponse aux

Plus en détail

Plan d action d Équiterre 2015

Plan d action d Équiterre 2015 Plan d action d Équiterre 2015 (présenté au Conseil d administration le 25 novembre 2014) (adopté le 15 janvier 2015) Version du 25 novembre 2014 LA MISSION L énoncé de mission d une organisation définit

Plus en détail

Avec la Mutualité Française, la santé avance. Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui

Avec la Mutualité Française, la santé avance. Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui Avec la Mutualité Française, la santé avance Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui ACCOMPAGNER LES FAMILLES D AUJOURD HUI L engagement de la Mutualité en matière

Plus en détail

ésultats RÉ/USSISSEZ tous vos projets avec les courtiers les plus performants de l industrie!

ésultats RÉ/USSISSEZ tous vos projets avec les courtiers les plus performants de l industrie! RE/NOMMÉS pour leurs performances, leur efficacité et leur implication, les courtiers RE/MAX se distinguent également par leur connaissance approfondie du marché, et le grand nombre d outils et de ressources

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

LE SOUTIEN ESSENTIEL À UN DÉVELOPPEMENT ÉQUITABLE ET DURABLE

LE SOUTIEN ESSENTIEL À UN DÉVELOPPEMENT ÉQUITABLE ET DURABLE LES CHOIX BUDGÉTAIRES 2005-2006 LE SOUTIEN ESSENTIEL À UN DÉVELOPPEMENT ÉQUITABLE ET DURABLE Mémoire présenté par le CHANTIER DE L ÉCONOMIE SOCIALE au ministre des Finances, monsieur Michel Audet Dans

Plus en détail

Comment réussir ses recrutements en gestion, comptabilité et finance?

Comment réussir ses recrutements en gestion, comptabilité et finance? Comment réussir ses recrutements en gestion, comptabilité et finance? Pour de nombreuses entreprises, la rentrée scolaire marque le début d un trimestre propice aux prises de décision. Dans le domaine

Plus en détail

TITRE : ENGAGEMENT DU DÉPARTEMENT POUR LES EMPLOIS D'AVENIR

TITRE : ENGAGEMENT DU DÉPARTEMENT POUR LES EMPLOIS D'AVENIR RAPPORT DU PRÉSIDENT AU CONSEIL GÉNÉRAL 2ème Commission Solidarités, innovation sociale et lutte contre les discriminations N 2012-02-0023 SÉANCE DU 17 DÉCEMBRE 2012 POLITIQUE : INSERTION SOCIALE SECTEUR

Plus en détail

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions :

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions : Outil Liste usuelle des conseillers L outil Liste usuelle des conseillers vous aidera à faire du transfert de votre entreprise un projet collectif et favorisera le travail d équipe entre vos différents

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ÉDITION 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. À propos du CETEQ 2. Politique de développement durable 3. Notre vision du développement durable 4. L intégration de la responsabilité

Plus en détail

Les idées peuvent bâtir le Canada. Consultations du budget 2016 Mémoire soumis à la Chambre des communes Comité permanent des finances

Les idées peuvent bâtir le Canada. Consultations du budget 2016 Mémoire soumis à la Chambre des communes Comité permanent des finances Les idées peuvent bâtir le Canada Consultations du budget 2016 Mémoire soumis à la Chambre des communes Comité permanent des finances Août 2015 1 Les idées peuvent bâtir le Canada Les défis auxquels font

Plus en détail

Conférence sur l économie coopérative

Conférence sur l économie coopérative Conférence sur l économie coopérative Bruxelles, Belgique 30 janvier 2013 Bernard Brun, Directeur Relations gouvernementales Mouvement Desjardins Plan de la présentation 1. Contexte 1.1 Contexte québécois

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 2015

DOSSIER DE PRESSE 2015 DOSSIER DE PRESSE 2015 SOMMAIRE LA SEMAINE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE, SI : RÉPONSE AUX ENJEUX MONDIAUX LA SSI, UN COUP DE PROJECTEUR POUR PARLER DE SI DES VALEURS COMMUNES

Plus en détail

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Janvier 2010, Révisée en octobre 2012 1 BUT POURSUIVI PAR LA POLITIQUE

Plus en détail

http://www.economie.gouv.fr

http://www.economie.gouv.fr PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES http://www.economie.gouv.fr Discours de Pierre MOSCOVICI, Ministre de l Economie et des Finances Conférence de presse pour le lancement de la Banque

Plus en détail

VOTRE CARRIÈRE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. DEVENIR CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE.

VOTRE CARRIÈRE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. DEVENIR CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. VOTRE CARRIÈRE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. DEVENIR CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. Vous êtes avec un client. Il vous parle de son projet de se lancer en affaires. Ça vous stimule. Après tout,

Plus en détail

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012 Stage 2012 Grenoble Ecole de Management Stage 2012 I. Vie pratique Il y a six ans, Rotary International m a donné l opportunité d aller étudier un an à l étranger. Cette expérience a été la plus enrichissante

Plus en détail

PLAN Y : Plan stratégique pour la Fédération Renforcer le YMCA pour renforcer le Canada. Les YMCA du Canada

PLAN Y : Plan stratégique pour la Fédération Renforcer le YMCA pour renforcer le Canada. Les YMCA du Canada PLAN Y : Plan stratégique pour la Fédération Renforcer le YMCA pour renforcer le Canada Les YMCA du Canada Notre vision du Canada Un pays respecté dans le monde entier pour ses collectivités sûres et dynamiques,

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Pourquoi et comment impliquer les salariés? Anne-Christine POIROT / NAMASKA Quentin BEVAN / BABYLOAN

Pourquoi et comment impliquer les salariés? Anne-Christine POIROT / NAMASKA Quentin BEVAN / BABYLOAN Pourquoi et comment impliquer les salariés? Anne-Christine POIROT / NAMASKA Quentin BEVAN / BABYLOAN NAMASKA Conçoit et déploie des opérations de communication pour mobiliser les collaborateurs autour

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail