Gestion de l innovation technologique : Défis et modalités d accompagnement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Gestion de l innovation technologique : Défis et modalités d accompagnement"

Transcription

1 Gestion de l innovation technologique : Défis et modalités d accompagnement Avis déposé aux gestionnaires des CRDI TED du Québec Dany Lussier-Desrochers Martin Caouette Marie-Ève Dupont Projet réalisé grâce au soutien financier de : Document réalisé grâce à la collaboration du :

2 Table des matières Mise en contexte... 1 Innovation technologique et profils des utilisateurs... 2 Juxtaposition du cycle de vie d un produit technologique et des phases du processus de recherche... 3 Implanter un projet impliquant l innovation technologique... 4 Analyse de la situation... 5 Vision... 6 Objectif... 7 Attitude des acteurs-clés... 8 Acteurs clés... 9 Compétences Ressources disponibles Financement Communication Contexte Accompagnement des pratiques professionnelles Développement d une stratégie d accompagnement Références... 17

3 1 Mise en contexte Depuis décembre 2007, notre équipe recherche s intéresse à l implantation des technologies auprès des personnes présentant une DI ou un TED. Au cours des dernières années, les chercheurs ont reçu plusieurs demandes des CRDI TED pour implanter, dans les milieux d intervention, plusieurs technologies. Toutefois, nos recherches préliminaires démontrent que les facteurs liés à la gestion et au milieu organisationnel constituent des éléments fondamentaux à considérer lors de la mise en place de ces technologies. Malheureusement, très peu d informations sur cette dimension précise étaient jusque-là disponibles. Notre équipe a alors réalisé un projet dans le but d identifier les perceptions des gestionnaires des CRDI TED sur les conditions à mettre en place afin d'assurer une implantation adéquate de ces technologies dans les milieux d intervention et de réadaptation. Pour ce faire, nous avons réalisé sept entrevues téléphoniques, d une vingtaine de minutes, auprès de gestionnaires de trois établissements. Les résultats obtenus auprès de cet échantillon nous ont permis de mieux définir les attentes et les besoins des gestionnaires en lien avec l implantation et l utilisation des technologies dans les CRDI TED. Les informations obtenues nous ont également permis d identifier une série de recommandations guidant l application des technologies dans les milieux de réadaptation. Dans cette foulée, nous nous sommes également intéressés aux différentes modalités d accompagnement des pratiques professionnelles susceptibles de favoriser l implantation des technologies dans les milieux d intervention. Nous avons ainsi dégagé certains paramètres guidant l élaboration d une stratégie pertinente d accompagnement des intervenants. Ce document se veut un outil d accompagnement d un atelier d appropriation destiné aux gestionnaires. Il constitue alors une synthèse de la réflexion réalisée. Conjugué à la présentation des auteurs, cet outil constitue une source de références pertinente pour les gestionnaires voulant implanter l innovation technologique dans leur milieu. Les auteurs tiennent à remercier tous les gestionnaires qui ont participé au projet de recherche. Ils tiennent également à remercier le Fonds Institutionnel de Recherche de l Université du Québec à Trois-Rivières pour le financement accordé pour la réalisation du projet. Enfin, ils tiennent à remercier le Centre de réadaptation en déficience intellectuelle et trouble envahissant du développement de la Mauricie et du Centre-du-Québec Institut Universitaire (CRDITED MCQ - IU) pour le soutien accordé à la conception de ce document.

4 2 Innovation technologique et profils des utilisateurs «Lancer une nouvelle méthode ou un nouveau matériel pour des applications ayant des objectifs commerciaux ou pratiques». Schilling & Thérin (2006) L utilisation des technologies dans les milieux d intervention doit être conjuguée à de nouvelles méthodes opérations pour les gestionnaires. En effet, ce nouveau mode d intervention doit se conjuguer à un modèle de gestion de l innovation technologique. De plus, le succès dans la mise en place de ces outils nécessite une approche axée sur l utilisateur potentiel et ses caractéristiques. Les prochaines sous-sections décrivent brièvement chacune de ces 2 dimensions. Innovation technologique Selon Schilling et Thérin (2006), ce qui caractérise l innovation technologique c est en fait sa durée de vie qui est de moins de 5 ans. Par contre, elle peut être plus courte pour certaines technologies. Par exemple, les appareils électroniques ont actuellement une durée de vie de moins de 2 ans tandis que celle des logiciels est estimée à 6 mois. Cette situation influence alors toutes les personnes qui seront impliquées de près ou de loin dans l utilisation de ces dernières redéfinissant ainsi les modes de fonctionnement et de gestion dans les institutions. De plus, la formation du personnel constitue un défi de taille pour le gestionnaire. En effet, ce dernier doit estimer les réelles retombées d une formation menant à l acquisition de compétences temporaires et déterminer les moyens qui seront mis en place pour assurer une formation continue du personnel afin que leur niveau de compétences suive l évolution rapide du domaine. Profils des utilisateurs Les utilisateurs potentiels de l innovation technologique peuvent se regrouper en 5 catégories. Pettigrew, Gauvin et Menvielle, 2007 décrivent les utilisateurs de la façon suivante : 1. Les innovateurs (une minorité environ 3%) utilisent rapidement la technologie et n en voient que les aspects positif. Ce sont des utilisateurs qui prennent des risques. 2. Les consommateurs précoces (environ 13%) s intéressent aux technologies avant la grande masse. Ils s adaptent rapidement et ne focalisent pas trop sur les inconvénients. 3. La majorité précoce (environ 33%) adhère quand la technologie arrive à maturité. Ils l utiliseront seulement si «elle améliore de manière prouvée leurs pratiques actuelles et leur apporte une valeur ajoutée». 4. La majorité tardive (33%) est craintive en lien avec l innovation et utilise le produit seulement pour ne pas être marginalisée. 5. La minorité à l écart (16%) constitue une minorité qui restera à l écart par scepticisme ou idéologie.

5 3 Juxtaposition du cycle de vie d un produit technologique et des phases du processus de recherche Cycle de vie d une innovation technologique «Temps entre l introduction sur le marché et le retrait du marché ou le remplacement par un autre produit» Schilling et Thérin (2006). - Pour les logiciels, le cycle de vie est actuellement évalué à 4 mois - Pour les ordinateurs et électronique grand public, le cycle de vie est actuellement évalué entre 12 et 24 mois Imaginons le meilleur scénario soit le cycle de vie d un produit technologique de 24 mois. Cycle de vie d une technologie 2 mois 5 mois 14 mois 3 mois Introduction Croissance Maturité Déclin 24 mois Phases du processus de recherche 2 mois 2,5 mois 8 mois 3 mois 8 mois 2-10 mois Phase conceptuelle Phase méthodologique Recherche de financement 10 mois Éthique et convenance institutionnelle Phase empirique Phase de diffusion Défis du milieu de la recherche Réaliser un processus de recherche d une durée minimale de 2 ans en moins de 1 an. Développer un mécanisme de fonctionnement plus rapide (financement, recrutement, analyse, diffusion). Défis du milieu d intervention Faire en sorte que la technologie soit implantée auprès des usagers dans la phase de maturité. - Rendre disponibles les technologies, formation, accompagnement et soutien du personnel dans les applications pilotes dès le cycle de croissance. - Assurer une application étendue dans la phase de maturité du produit technologique et miser sur le transfert de connaissances et de compétences. - Dans la phase de déclin, définir une stratégie pour limiter les impacts chez les intervenants et les usagers.

6 4 Implanter un projet impliquant l innovation technologique dans un CRDI TED «La connaissance de ces pratiques exemplaires et leur utilisation à bon escient forment deux puissants gages de succès en gestion de projet.» Corriveau (2010 ; p.66) Les écrits de Corriveau (2010) donnent quelques balises intéressantes permettant de guider la mise en place d un nouveau projet. Des opérations de gestion doivent alors être réalisées et le succès de l initiative dépendra de la prise en compte d un certain nombre de facteurs. Voici quelques-uns des éléments à considérer : Une vision «claire, globale et intégrée». Des objectifs clairement définis. Une évaluation précise des ressources requises et des compétences nécessaires pour mener à bien le projet. Une évaluation de l envergure du projet et si le contexte est favorable à la mise en place d une telle initiative. Évaluer dès le départ «les perceptions, attentes et besoins des acteurs-clés» et ne pas oublier les usagers et les proches dans cette démarche. Mobiliser rapidement les personnes qui pourraient jouer un rôle clé dans le déploiement du projet. Déterminer les ressources nécessaires et réfléchir sur la réaffectation, la libération, la formation ou l embauche de nouvelles ressources en accord avec la vision et les objectifs prédéfinis. Documenter le processus en cours de réalisation afin d avoir une trace des réflexions sous-tendant la prise de certaines décisions. Cette procédure permet également d informer rapidement les nouvelles personnes qui seront impliquées dans le projet et de limiter le temps d appropriation et ainsi favoriser une implication rapide. S assurer de l appui des parties-prenantes et de leur mobilisation et ce, à chacune des étapes de réalisation du projet. Évaluer les risques et les moyens qui seront mis en place pour les atténuer. Déterminer des modes de communication qui seront utilisés pour transmettre l information. Identité et sentiment d appartenance. Référence : Corriveau, G. (2010). Exceller dans la gestion de projet. Montréal, Qc : Collection Entreprendre.

7 5 Analyse de situation Objectifs Aucun objectif associé à l implantation des technologies dans les CRDI TED n est clairement défini. Vision Potentiel des technologies reconnu. Identifiée comme une nouvelle modalité d intervention. Les gestionnaires nomment les éléments qui devraient guider le choix et l acquisition des technologies. Attitude des acteurs-clés Le personnel des établissements a un point de vue partagé sur les technologies et une certaine résistance est manifestée. Plusieurs croient que la technologie peut soutenir la mission des établissements. Deux obstacles identifiés (coûts et technologies pas adaptées aux usagers). Compétences Actuellement, initiatives individuelles de personnes intéressées par le sujet et convaincues des impacts positifs (génération d innovateurs). Un service technique disponible mais pas dédié à spécifiquement à cet aspect. Initiatives associées à des projets de recherche Pas de formation disponible. Financement Beaucoup de questionnement en lien avec le financement et la responsabilité des différents acteurs à ce sujet. Ressources disponibles Manque de ressources matérielles et humaines. Communication Gestionnaires ont une idée de la finalité du projet. Par contre, ils ne sont pas en mesure d identifier précisément les moyens technologiques actuellement disponibles pour atteindre cette finalité. Communication limitée entre les acteurs-clés impliqués dans ce processus : - Les gestionnaires attendent des demandes en provenance des intervenants (leurs spécialistes en intervention). Attendent la mobilisation de leur personnel avant d allouer les ressources nécessaires. - Les intervenants attendent l allocation de ressources et de temps avant de formuler leurs demandes. Attendent de connaître les orientations de leur direction avant de se mobiliser. Risques 1. Gouffre de Moore (pas en mesure de convaincre la majorité de la pertinence d utiliser les outils technologique) et application de la technologie grandement limitée et pas de transfert d expertise. 2. Un processus d implantation plus long que la durée de vie des produits technologiques. 3. Un processus ralenti ou arrêté à cause des limites techniques des systèmes informatiques disponibles dans les établissements. 4. Manque d adéquation entre la vision et l attitude des acteurs-clés. 5. Une communication insuffisante entre les acteurs-clés. 6. Un investissement (temps, argent, ressources humaines) qui ne donne pas les résultats prévus.

8 6 Vision «Avec ce que je vois, ça peut aider aux apprentissages des habiletés sociales ou fonctionnelles des gens, qui vont leur permettre de mieux s intégrer.» «Je crois beaucoup aux technologies pour compenser ou soutenir la personne dans sa recherche d autonomie.» De façon générale, les gestionnaires croient au potentiel des technologies. Ils affirment que les technologies représentent une nouvelle modalité d intervention permettant de soutenir les services d adaptation, de réadaptation et de participation sociale. Ils soulignent que les technologies peuvent être utilisées pour compenser les limites adaptatives ou cognitives des personnes : Développer les habiletés sociales et fonctionnelles Promouvoir l autodétermination Favoriser l accès au milieu résidentiel Favoriser l accès à l information (Internet) Les gestionnaires mentionnent aussi que les technologies devraient être un outil d intervention intégré dans le plan d intervention de l usager. Certains croient que les technologies peuvent être utilisées comme outils de renforcement auprès de certains usagers. Selon les gestionnaires, le choix de l acquisition des technologies doit être guidé par : «Suite à la première expérimentation, qui était dans le cadre d une recherche de la Chaire, nous avons diffusé l idée de cette application-là et il y a des intervenants qui se montraient intéressés [ ] L APPR s est assis avec les gens et a regardé pour quels types d apprentissages ou habiletés, ils souhaiteraient avoir une application.» La mission de l établissement La pertinence de la technologie La rentabilité du produit Les besoins en interventions Les demandes des parents Les données probantes La recherche Actuellement, le choix de l acquisition des technologies est axé sur une approche individualisée des besoins des usagers et des professionnels guidés par la recherche.

9 7 Objectif Aucun objectif associé à l implantation des technologies dans les CRDI TED n est clairement défini.

10 8 Attitude des acteurs-clés «Ça suscite l emballement théorique, mais en petits groupes, quand on discute avec les gens, ça suscite de la résistance, ça ne s appliquera pas.» «Il y a des intervenants qui sont très à l aise, d autres moins et il y a probablement de l intergénérationnel là-dedans. Règle générale, les intervenants jeunes sont plus outillés que les intervenants plus expérimentés.» L attitude du personnel à l égard de l utilisation des technologies est partagée. Les gestionnaires constatent une différence intergénérationnelle. Les intervenants plus jeunes auraient une plus grande ouverture face à l utilisation des technologies dans leur pratique. Plusieurs membres du personnel croient que les technologies peuvent soutenir la mission des CRDI TED et qu elles représentent des outils prometteurs pour l avenir. Toutefois, l opinion d une majorité du personnel demeure mitigée pour deux principales raisons : Coûts importants. Technologies pas adaptées à l ensemble de la clientèle (peuvent être trop complexes pour les personnes qui présentent une DI ou trop simplistes pour les personnes TED). La résistance du personnel peut s expliquer par : Un manque de connaissance. Peu de valorisation formelle des technologies auprès des équipes. À cet effet, certains gestionnaires constatent que les équipes sensibilisées à l utilisation des technologies sont plus proactives dans le processus d implantation des technologies.

11 9 Acteurs clés «Je ne pense pas qu il y ait de procédure. «Si on avait à implanter de façon structurée [ ] il y aurait une planification à deux volets. La première sur les grands principes. La deuxième sur les modalités d actualisation.» «En fait, en tant que gestionnaire, il faut d abord que j aie un message clair et une vision bien exprimée sur l utilisation du TSA dans un cadre d autodétermination.» Informateurs clés Les gestionnaires ont peu d information concernant les technologies accessibles dans les CRDI TED. Toutefois, ils sont en mesure de nommer des informateurs clés qui possèdent cette information : Agent de planification, de programmation et de recherche Conseillers aux programmes Coordination TED DDPSP (direction du développement de la pratique et du soutien professionnel) Ergothérapeute et orthophoniste Spécialistes en activités cliniques et intervenants Acteurs clés Selon les gestionnaires le rôle qu ils devront assumer pour favoriser l implantation des technologies se définit comme suit : Élaborer une vision claire et articulée Planifier les opérations (analyse des besoins, prioriser les applications, évaluer les impacts et soutenir le financement) Promouvoir l utilisation des technologies auprès des intervenants, de la Fondation de l établissement et du comité des usagers Soutenir les intervenants dans l appropriation des technologies (soutien dans l application clinique, soutien technique et soutien financier). «Comme gestionnaire, j ai donc aussi à faire connaître à la fois les recherches dans ce domainelà, à la fois les expérimentations qui ont été faites, les résultats d expérimentations et j ai à faire connaître ce qui est accessible et à m assurer que l information puisse se rendre et être bien comprise par nos équipes.»

12 10 Compétences «Je pense que la formation se faisait d une façon adaptée en fonction des besoins. S il y avait un intervenant qui se questionnait, on le référait à un autre intervenant qui connaît plus l autodétermination ou les TSA [ ].» «Le premier constat que je fais c est surtout utilisé par des équipes qui ont déjà été sensibilisées sur le bénéfice de cette technologie-là.» Il n y a pas eu un plan de valorisation formelle de l utilisation du TSA». Responsables du développement de la pratique Les gestionnaires soulignent l importance que des personnes soient responsables de l implantation des technologies (porteurs de dossier). Toutefois, certaines difficultés sont notables actuellement dans plusieurs CRDI : Arriver récente des professionnels Manque de ressources professionnelles pour explorer ces approches Peu de temps accordé aux professionnels pour le développement de nouvelles approches Valorisation de l utilisation des technologies auprès du personnel Les gestionnaires soulignent le manque de valorisation formelle des technologies auprès du personnel : Peu de formations offertes en lien avec les technologies Réseautage informel entre les intervenants Séances d information via les projets de recherches «J en parlais avec une orthophoniste et elles ne sont pas nécessairement à l aise avec tous ces outils-là. Elles ont besoin d aide soit pour programmer ou connaître les façons d utiliser ces technologies-là.» Soutien aux intervenants Les gestionnaires mentionnent que plusieurs intervenants n ont pas les compétences nécessaires en informatique pour supporter seuls ces initiatives. Il faut donc mettre en place un soutien en lien avec : l utilisation dans la pratique la programmation l informatique Les gestionnaires affirment qu aucun soutien formel n est actuellement offert aux intervenants qui utilisent les technologies dans l intervention. Ils peuvent bénéficier d un soutien ponctuel du service en informatique. Toutefois, les gestionnaires précisent que le service en informatique n est pas réservé pour le soutien de ce type de technologies.

13 11 Ressources disponibles «Il y a une utilisation minimale des technologies et souvent des initiatives personnelles. On a fait quelques achats au printemps d appareil pour faciliter la communication, mais c est une utilisation minimale actuellement par rapport aux possibilités.» Ressources humaines Manque de ressources professionnelles pour explorer ces nouvelles avenues Arrivée des professionnels récente Peu de temps disponible pour développer de nouvelles approches Peu de temps pour se mettre à jour Ressources matérielles Les technologies disponibles dans les centres sont financées via la Fondation du centre de réadaptation et les projets de recherche. Les gestionnaires nomment les technologies utilisées dans les CRDI TED : Assistant à la communication Téléphone intelligent Internet Multimédia (vidéo) ipad ipod Logiciels (assistant à la réalisation de tâches, scénarios sociaux et jeux) Times-Timer Malgré le fait que plusieurs technologies semblent utilisées dans les CRDI TED, les gestionnaires affirment que l utilisation réelle des technologies est limitée : Installées, mais pas utilisées Disponibles dans un nombre limité de points de service

14 12 Financement «Mais si on parle de ce qui est destiné à la clientèle, donc les ordinateurs de poche et tout ça, présentement on n a aucun budget pour ça et les achats qu on a faits ont été financés par notre fondation.» «Il y aurait là une réflexion à faire sur : est-ce que le CRDI paie pour l ensemble de ces outils? Est-ce que les usagers en paient un bout? Estce que les parents en paient un bout? Des réflexions devraient se faire sur ce thème-là.» Financement des technologies Aucune allocation budgétaire n est actuellement allouée pour l achat de technologies destinées à l intervention auprès des usagers. Tous les centres ont un budget d acquisition de matériel mais ce budget n est pas dédié à ces technologies spécifiques. Certaines technologies expérimentées au cours des dernières années ont été financées via la Fondation des CRDI TED. Plusieurs gestionnaires ont des interrogations concernant les coûts associés à l achat et à l entretien des technologies. Est-ce que les usagers devront payer pour bénéficier d une technologie? Est-ce que le centre pourra assumer le financement des technologies pour l ensemble des usagers? Certains gestionnaires proposent de faire des essais pilotes auprès des usagers avant qu ils achètent la technologie. Selon les gestionnaires, les centres ne pourront assumer la totalité des coûts liés à l utilisation des technologies. Ils croient que les centres pourraient bénéficier de subventions, d un soutien de la Fondation et d un soutien des familles. «Peut-on avoir une façon minimale de financer l appareil qui pourrait nous permettre de voir avec l usager si ce serait fonctionnel pour lui [ ] et bien adaptée à ces besoins. [ ] Est-ce qu on devrait avoir des équipements disponibles pour l expérimentation auprès de ces usagers-là» Processus d acquisition des technologies Aucun processus d acquisition de matériel n est clairement défini dans tous les CRDI TED. Les gestionnaires identifient des personnes qui pourraient devenir responsables de cette démarche : Direction : Direction des services professionnels Direction du développement de la pratique Direction du matériel informatique Direction des finances Professionnels : Agent de planification, de programmation et de recherche Coordonnateur Ergothérapeutes Orthophonistes Autres professionnels

15 13 Communication «C est la responsabilité des professionnels, de prendre l initiative et au besoin, les professionnels peuvent faire une demande de formation, on passe encore là dans un processus [ ] de comment je dirais l autorisation ou non de recevoir ces formations-là selon les budgets et les priorités organisationnelles.» Plusieurs gestionnaires attendent des demandes en provenance des intervenants avant d allouer des ressources qui favoriseront l utilisation des technologies (ex. : formation, financement, etc.). D autres gestionnaires croient que la direction doit être proactive pour favoriser l utilisation des technologies dans les CRDI TED. Donc, en offrant de la formation, en assurant un soutien aux intervenants, en allouant le financement nécessaire, les technologies seront plus facilement utilisées. «Mais je suis certain que par de la sensibilisation, de la formation et par le temps aussi, c est clair que la pression va être de plus en plus grande [ ] je prévois que la pression va devenir exponentielle dans les prochaines.»

16 14 Contexte Certains éléments contextuels doivent être considérés pour favoriser l implantation des technologies dans les CRDI TED : «Les limites sont technologiques en lien avec le choix que notre établissement a fait généralement dans le réseau de la santé.» Domaine en émergence Aucune politique gouvernementale n appuie le financement Limites technologiques causées par un système informatique hautement sécurisé Les centres n ont pas la capacité technique de supporter certaines initiatives Aucun processus d implantation n est établi

17 15 L accompagnement des pratiques professionnelles «La mise en œuvre d un changement passe par le renouvellement des pratiques professionnelles des personnes qui ont à appliquer ce changement.» Lafortune (2008) Le développement et l application de techniques et de procédures ne peuvent à eux seuls garantir la mise en œuvre d un changement aussi complexe que celui de l intégration de technologies dans les milieux d intervention et de réadaptation (Lafortune, 2008). À cet égard, il devient indispensable de considérer l accompagnement des acteurs-clés du milieu comme un élément de premier plan pour la réussite de ce changement. Les défis posés par le changement Pour le gestionnaire, le changement associé au déploiement des technologies dans le milieu d intervention repose, en grande partie, sur un renouvellement des pratiques professionnelles des intervenants appelés à dispenser des services aux usagers. Ces acteurs-clés auront alors une responsabilité majeure quant à la réussite du changement. Or, comme tout changement, celui-ci peut présenter un lot d incertitudes, d inconforts, voire de confusions susceptibles de faire émerger des résistances. Celles-ci sont tout à fait normales et témoignent du souci de maintenir un équilibre dans les pratiques professionnelles. Le gestionnaire doit aussi être sensibilisé au fait que ce changement implique une redéfinition de l identité professionnelle des intervenants. En effet, l utilisation de technologies vient modifier considérablement les rôles et les fonctions qui leur sont habituellement dévolus. Le gestionnaire doit alors savoir que sans un accompagnement adéquat, différentes conséquences peuvent apparaître : sentiment de dépréciation des pratiques antérieures, perte du sens de sa pratique, démotivation professionnelle, perte de loyauté organisationnelle, etc. Ces conséquences sont susceptibles d être exacerbées par le rythme auquel les changements se succèdent dans l organisation. Les fonctions de l accompagnement des pratiques Accompagner les pratiques professionnelles constitue une façon de favoriser l actualisation du changement et l engagement de ceux qui ont à le réaliser. Inspiré par les travaux de Kadushin (1976), on reconnaît généralement trois fonctions principales à l accompagnement : 1. Une fonction pédagogique qui permet l acquisition des savoirs requis aux actions et l intégration de la théorie et de la pratique 2. Une fonction de soutien qui permet de composer avec les différentes dimensions du travail et de soutenir l expression du vécu professionnel 3. Une fonction administrative se traduisant par une préoccupation des différents éléments organisationnels (mission d établissement, politiques, etc.) qui sont étroitement concernés par le changement. Ces fonctions peuvent guider l élaboration d une stratégie d accompagnement.

18 16 Le développement d une stratégie d accompagnement Dynamique de l interaction dans l accompagnement (Lafortune, 2008) Modalités d accompagnement Sans être exhaustive, voici une liste de modalités Accompagner les pratiques professionnelles dans un contexte de changement doit s inscrire dans une stratégie plus large incluant différentes modalités d accompagnement. Le développement de cette stratégie et le choix des modalités doit tenir compte du changement souhaité et de son niveau d avancement, des personnes accompagnées, des personnes accompagnatrices et du contexte dans lequel se déroulera cet accompagnement. Selon nous, l accompagnement sera modulé par la nature du produit technologique implanté, le cycle de l innovation, le type d acteur clé et le profil d utilisateur. Lafortune (2008) a modélisé la dynamique de l interaction dans l accompagnement et met en évidence la nécessité que chacun des niveaux hiérarchiques d une organisation puisse bénéficier d un accompagnement adéquat. Associer un processus de recherche à cette démarche d accompagnement «permet de faire émerger des données qui constituent les traces du cheminement réalisé, de documenter les décisions et les expériences réalisées, mais aussi la vision qui se construit à l intérieur de l organisation.» (Lafortune, 2008, p. 185) 1. La formation consiste en un ensemble d activités d apprentissage planifiés visant l acquisition de savoirs (connaissances, habiletés et attitudes) propres à faciliter l adaptation des individus et des groupes à leur environnement socioprofessionnel ainsi que la réalisation des objectifs d efficacité de l organisation (Rivard, 2000). Pour être efficace, elle doit tenir compte d un ensemble de caractéristiques propres à l andragogie, soit l art et la science de l éducation des adultes. 2. La consultation est un processus limité dans le temps où une personne, une équipe ou un service sollicite l expertise d un tiers afin de répondre à un besoin. Le consultant peut être choisi à l externe ou à l interne de l organisation. 3. Le groupe de codéveloppement professionnel est une approche de développement pour des personnes qui croient pouvoir apprendre les unes des autres afin d améliorer leur pratique. La réflexion effectuée, individuellement et en groupe, est favorisée par un exercice structuré de consultation qui porte sur des problématiques vécues actuellement par les participants (Payette & Champagne, 1997). Il s agit d un groupe autogéré qui tente de maximiser les apprentissages qui peuvent être tirés de l expérience. 4. La communauté de pratique (CoP) est un groupe dont les membres s engagent régulièrement dans des activités de partage de connaissance et d apprentissage à partir d intérêts communs (Wenger, 1998). Elle vise la résolution de problèmes dans un domaine de pratique commun par l échange d informations, d opinions et de solutions. Un animateur en assure le leadership. Une communauté de pratique a habituellement une durée de vie limitée et se terminera quand les participants auront répondu à leurs besoins. 5. Le groupe d analyse de pratique est un dispositif permettant à des intervenants volontaires de s investir dans un travail en groupe afin de travailler à la co-construction du sens de leur pratique et à l amélioration de leurs techniques professionnelles (Blanchard-Laville & Fablet, 2000). Ce type de groupe vise à conscientiser l implicite de la pratique afin de favoriser un changement.

19 Références Blanchard-Laville, C., & FAblet, D. (2000). L analyse des pratiques professionnelles. Paris : L Harmattan Brekowitz, E.N., Crane, F.G., Kerin, R.A., Rudelius, W., Pettigrew, D., Gauvin, S., & Menvielle, W. (2007). Le marketing, 2 e édition. Montréal,Qc. : Chenelière Éducation. Corriveau, G. (2010). Exceller dans la gestion de projet. Montréal, Qc : Collection Entreprendre. Kadushin, A. (1976). Supervision in social work. New York : Columbia University Press. Lafortune, L. (2008). Un modèle d accompagnement professionnel d un changement pour un leadership novateur. Québec : Presses de l Université du Québec Payette, A., & Champagne, C. (1997). Le groupe de codéveloppement professionnel. Québec : Presses de l Université du Québec Rivard, P. (2000). La gestion de la formation en entreprise : Pour préserver et accroître le capital compétence de votre organisation. Québec : Presses de l Université du Québec Schilling, M., & Thérin, F. (2006). Gestion de l innovation technologique. Paris, France : Maxima. Wenger, E. (1998). Communities of practice : learning, meaning, and identity. Cambridge, Angleterre: Cambridge University Press

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en DES SERVICES DES INTERVENTIONS DE RÉADAPTATION CIBLÉES ET SPÉCIFIQUES VISANT LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DE LA PERSONNE ET AYANT COMME OBJECTIFS de favoriser l intégration et la participation sociales de

Plus en détail

PLANIFICATION STRATÉGIQUE

PLANIFICATION STRATÉGIQUE PLANIFICATION STRATÉGIQUE Le CRDITED de Montréal est une organisation innovante qui vise l excellence. Il contribue significativement, avec ses partenaires, à la participation sociale des personnes ayant

Plus en détail

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Trousse d information L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Novembre 2004 L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé L approche populationnelle

Plus en détail

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Document d orientation aux organismes publics Annexe A Rôles et responsabilités détaillés des

Plus en détail

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL Description sommaire Sous l encadrement clinique de la chef d équipe SI et dans un contexte interdisciplinaire, la titulaire du poste assume

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE

OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE Cette fi che est un outil d introduction au concept de la gestion interculturelle. Elle est destinée aux gestionnaires de PME afi

Plus en détail

Attestation de spécialisation professionnelle (ASP) LANCEMENT D UNE ENTREPRISE. www.lancement-e.com

Attestation de spécialisation professionnelle (ASP) LANCEMENT D UNE ENTREPRISE. www.lancement-e.com Attestation de spécialisation professionnelle (ASP) LANCEMENT D UNE ENTREPRISE 5264 Guide du promoteur Les étapes à suivre 2014-2015 www.lancement-e.com Prenez votre avenir en main Créez votre emploi Passez

Plus en détail

Fiche d information à l intention des parents. Volet 2 Les options résidentielles

Fiche d information à l intention des parents. Volet 2 Les options résidentielles Centre de réadaptation en déficience intellectuelle de Québec (CRDI de Québec) 7843, rue des Santolines Québec (Québec) G1G 0G3 Téléphone : 418 683-2511 Télécopieur : 418 683-9735 www.crdiq.qc.ca Fiche

Plus en détail

5.6 Concertation pour l emploi

5.6 Concertation pour l emploi 5.6 Concertation pour l emploi Soutien à la gestion des ressources humaines 5.6 CONCERTATION POUR L EMPLOI 2012-07-12 Table des matières Section 4 : p. 2 sur 13 Table des matières RÉFÉRENCE Table des matières...

Plus en détail

Les offres de services spécialisés

Les offres de services spécialisés Les offres de services spécialisés Le contexte et les enjeux, incluant les offres de services spécialisés aux familles et aux proches, aux partenaires ainsi que notre engagement dans la collectivité. PAVILLON

Plus en détail

Planification stratégique 2012-2015

Planification stratégique 2012-2015 DE CHAUDIÈRE-APPALACHES Planification stratégique 2012-2015 Reprendre du pouvoir sur sa vie. 23681_CRDCA_Planification 2012.indd 1 Description de la démarche La démarche de planification stratégique du

Plus en détail

Fiche entreprise : E10

Fiche entreprise : E10 Fiche entreprise : E10 FONCTION ET CARACTÉRISTIQUES / PERSONNE INTERVIEWÉE La personne interviewée est le directeur de la mutuelle de formation 1 dans le secteur des entreprises adaptées dont 95 % gèrent

Plus en détail

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-006. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR :

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-006. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR : MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : Direction des ressources humaines OBJET : Formation et développement des ressources humaines (excluant le personnel cadre) NUMÉRO : DRH-006 EN VIGUEUR :

Plus en détail

Les défis du mandat d une Équipe itinérante : prévenir les glissements

Les défis du mandat d une Équipe itinérante : prévenir les glissements Résumé Les défis du mandat d une Équipe itinérante : prévenir les glissements Ce texte fait partie d une banque de 50 récits de pratiques d intervention en itinérance qui ont été réalisés avec quatre Équipes

Plus en détail

LE CODE D ÉTHIQUE DU CSSS DE LA MITIS

LE CODE D ÉTHIQUE DU CSSS DE LA MITIS LE CODE D ÉTHIQUE DU CSSS DE LA MITIS Toute prise de décision implique un risque d erreur : elle exige donc le «courage de la responsabilité» nourri par la certitude que l engagement éthique est la marque

Plus en détail

FORMATION THÉORIQUE. Trait d Union TM

FORMATION THÉORIQUE. Trait d Union TM TM FORMATION THÉORIQUE Laurier Fortin, titulaire de la chaire CSRS Marie-France Bradley, Amélie Plante et Marielle Thibaudeau, psychoéducatrices et professionnelles de recherche PLAN DE LA PRÉSENTATION

Plus en détail

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada MARS 2014 ÉCHEC ET MAT! LES RÉGIMES D ÉPARGNE EN MILIEU DE TRAVAIL : UNE SOLUTION GAGNANTE POUR LES CANADIENS EN VUE DE LA RETRAITE Notre 6 e sondage annuel Indice canadien de report de la retraite montre

Plus en détail

Application de la stratégie d action au Québec

Application de la stratégie d action au Québec A. Résumé des grandes lignes de la stratégie d action À la suite d une réflexion réalisée en 2013, L ŒUVRE LÉGER a revu sa stratégie d action auprès de ses partenaires et du public en général (se référer

Plus en détail

DESCRIPTION DE POSTE

DESCRIPTION DE POSTE DESCRIPTION DE POSTE 1. IDENTIFICATION DE L'EMPLOI 1.1 Titre d'emploi : Agente ou agent de planification, de programmation et de recherche 1.2 Direction : Direction de la santé publique 1.3 Supérieur immédiat

Plus en détail

Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques

Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques Élaboré par la Direction de la qualité, de la mission universitaire et de la pratique multidisciplinaire Approuvé par le Comité de

Plus en détail

Présentation des éléments constitutifs d un plan de relève et de transmission d une entreprise

Présentation des éléments constitutifs d un plan de relève et de transmission d une entreprise I. INTRODUCTION COACHING JRT 35, rue LeGuerrier Blainville (Québec) J7E 4H5 514-236-1729 info@coachingjrt.com www.coachingjrt.com Présentation des éléments constitutifs d un plan de relève et de transmission

Plus en détail

FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS. Volet 2 - Les options résidentielles

FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS. Volet 2 - Les options résidentielles FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS Volet 2 - Les options résidentielles LES OPTIONS RÉSIDENTIELLE La Fiche d information à l intention des parents porte sur différents sujets susceptibles d

Plus en détail

PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien 2014-2015

PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien 2014-2015 1. Contexte PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien 2014-2015 Dans le passé, on recherchait des superviseurs compétents au plan technique. Ce genre d expertise demeurera toujours

Plus en détail

Guide pour réussir l implantation et l utilisation des indicateurs de gestion municipaux comme outil de prise de décision

Guide pour réussir l implantation et l utilisation des indicateurs de gestion municipaux comme outil de prise de décision Guide pour réussir l implantation et l utilisation des indicateurs de gestion municipaux comme outil de prise de décision Rédaction : Yves Gagnon, FCGA, OMA Consultant en gestion municipale Décembre 2008

Plus en détail

Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience

Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Ligne provinciale d intervention téléphonique en prévention du suicide 1 866 APPELLE Octobre 2014 Table des matières Contexte...

Plus en détail

Journée de réflexion sur la formation à la recherche 30 avril 2013. Document de synthèse

Journée de réflexion sur la formation à la recherche 30 avril 2013. Document de synthèse Journée de réflexion sur la formation à la recherche 30 avril 2013 Document de synthèse Service de la planification et de la performance, 2 mai 2013 1 Table ronde : Besoins futurs de la société et débouchés

Plus en détail

Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires

Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires Principaux défis et facteurs de réussite Dans le cadre de leurs plans stratégiques à long terme, les banques cherchent à tirer profit

Plus en détail

Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada Améliorations recommandées pour étude

Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada Améliorations recommandées pour étude Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada Améliorations recommandées pour étude Rapport d inspection des pratiques professionnelles Date : le 16 janvier 2012 Table des matières DÉCLARATION DU VALIDATEUR

Plus en détail

De la vision à l action. Démarche provinciale de transfert de connaissances du comité directeur de la recherche en traumatologie

De la vision à l action. Démarche provinciale de transfert de connaissances du comité directeur de la recherche en traumatologie De la vision à l action Démarche provinciale de transfert de connaissances du comité directeur de la recherche en traumatologie RÉDACTION Anabèle Brière, pht, Ph.D, chargée de projet en transfert des connaissances

Plus en détail

Guide explicatif Nouveau barème d allocation des UFC

Guide explicatif Nouveau barème d allocation des UFC Guide explicatif Nouveau barème d allocation des UFC Table des matières Introduction p.3 Mise en contexte Objectifs Barème d allocation des UFC Guide de pointage des activités professionnelles p.5 Activités

Plus en détail

Résultats du sondage sur l utilisation des indicateurs de gestion

Résultats du sondage sur l utilisation des indicateurs de gestion Résultats du sondage sur l utilisation des indicateurs de gestion Janvier 2010 Présentés au Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l Occupation du territoire (MAMROT) Par François Bellavance

Plus en détail

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Janvier 2005 This document is available in English under

Plus en détail

DEVIS D ÉVALUATION. Efficacité du système d assurance qualité du Collège Shawinigan. Automne 2013

DEVIS D ÉVALUATION. Efficacité du système d assurance qualité du Collège Shawinigan. Automne 2013 DEVIS D ÉVALUATION Efficacité du système d assurance qualité du Collège Shawinigan Automne 2013 La mise en contexte de l évaluation Depuis sa création en 1993, la commission d évaluation de l enseignement

Plus en détail

Fonds pour la recherche en Ontario

Fonds pour la recherche en Ontario Chapitre 4 Section 4.10 Ministère de la Recherche et de l Innovation Fonds pour la recherche en Ontario Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.10 du Rapport annuel 2009 Contexte

Plus en détail

Partenariat patient-pair aidant-équipe soignante, un trio gagnant favorisant l espoir du rétablissement.

Partenariat patient-pair aidant-équipe soignante, un trio gagnant favorisant l espoir du rétablissement. Partenariat patient-pair aidant-équipe soignante, un trio gagnant favorisant l espoir du rétablissement. Automne 2014 MOT DE BIENVENUE ET PRÉSENTATION DES FORMATRICES Réjeanne Bouchard Guylaine Cloutier

Plus en détail

Présentation des demandes de projet aux responsables de la recherche à l IRD

Présentation des demandes de projet aux responsables de la recherche à l IRD Présentation des demandes de projet aux responsables de la recherche à l IRD Le présent document vise à éclaircir le processus de présentation d une demande de projet présentée aux responsables de la recherche

Plus en détail

Gestionnaires. Parcoursd apprentissage

Gestionnaires. Parcoursd apprentissage Gestionnaires Parcoursd apprentissage V2 VOTRE PARTENAIRE EN APPRENTISSAGE L École de la fonction publique du Canada offre des produits d apprentissage et de formation qui contribuent au renouvellement

Plus en détail

SECTION : Politique NUMÉRO : P201 PAGES : 6 SERVICE ÉMETTEUR : Direction des Services aux étudiants

SECTION : Politique NUMÉRO : P201 PAGES : 6 SERVICE ÉMETTEUR : Direction des Services aux étudiants POLITIQUE POLITIQUE D ÉDUCATION INTERCULTURELLE DATE : 26 mars 2014 SECTION : Politique NUMÉRO : P201 PAGES : 6 SERVICE ÉMETTEUR : Direction des Services aux étudiants DESTINATAIRES : À toute la communauté

Plus en détail

Intervention et pratique éducative reflet et/ou révélateur des tensions entre instructions, socialisation et qualification

Intervention et pratique éducative reflet et/ou révélateur des tensions entre instructions, socialisation et qualification Reconnaissance de la professionnalité de stagiaires en enseignement au secondaire et rôles des superviseurs Intervention et pratique éducative reflet et/ou révélateur des tensions entre instructions, socialisation

Plus en détail

Poste à temps plein permanent Selon l échelle salariale de la CDRHPNQ en vigueur

Poste à temps plein permanent Selon l échelle salariale de la CDRHPNQ en vigueur AFFICHAGE DE POSTE 2 e affichage Titre du poste : Département : Gestionnaire : Lieu de travail : Catégorie : Salaire : Employés sous gestion : Priorité d embauche : Directeur des Services de soutien Services

Plus en détail

L INTÉGRATION SOCIALE, UN CADRE CONCEPTUEL PORTEUR DE CHANGEMENTS

L INTÉGRATION SOCIALE, UN CADRE CONCEPTUEL PORTEUR DE CHANGEMENTS L INTÉGRATION SOCIALE, UN CADRE CONCEPTUEL PORTEUR DE CHANGEMENTS Pierre KEABLE Centre jeunesse de Montréal - Institut Universitaire pierre.keable@cjm-iu.qc.ca INTRODUCTION C est avec grand plaisir que

Plus en détail

Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) ISBN 0-7711-3999-9

Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) ISBN 0-7711-3999-9 Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) 371.9 Un travail collectif : Renseignements aux parents d élèves ayant des besoins spéciaux ISBN 0-7711-3999-9 1. Éducation

Plus en détail

M2S. Formation Gestion de projet. formation

M2S. Formation Gestion de projet. formation Formation Gestion de projet M2S formation Conduire et gérer un projet Construire et rédiger un chahier des charges de projet Conduite de projet informatiques Découpage et planification de projet Les méthodes

Plus en détail

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada EN COLLABORATION AVEC : Sondage 2013 des canaux de revente de Direction

Plus en détail

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Dans cet atelier, nous verrons plusieurs façons d intervenir en tant que pair aidant. Anne-Marie Benoit présentera son travail

Plus en détail

Tableau de bord de l expédition

Tableau de bord de l expédition 2003-2006 Octobre 2004 COMMISSION SCOLAIRE DES HAUTS-BOIS-DE L OUTAOUAIS UNE GRANDE EXPÉDITION 2003-2006 INTRODUCTION GÉNÉRALE 2003-2006 Quelques constats préliminaires Le taux de redoublement a diminué

Plus en détail

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Natalie Rinfret, Ph.D. Colloque de l Association des directeurs généraux des services

Plus en détail

La recherche et vous. Pourquoi accepter ou refuser de participer à un projet de recherche?

La recherche et vous. Pourquoi accepter ou refuser de participer à un projet de recherche? La recherche et vous Pourquoi accepter ou refuser de participer à un projet de recherche? La recherche et vous Dépôt légal - octobre 2012 Bibliothèque et archives nationales du Québec Bibliothèque et archives

Plus en détail

Comparaison des différentes versions des cadres du PAAS ACTION

Comparaison des différentes versions des cadres du PAAS ACTION Comparaison des différentes versions des cadres du PAAS ACTION Au cours de l année 2014-2015, Emploi Québec a modifié deux fois le chapitre du Programme d aide et d accompagnement social (PAAS) ACTION

Plus en détail

Desjardins et le développement durable

Desjardins et le développement durable Desjardins et le développement durable Congrès ACE Association of Cooperative Educators 31 juillet 2008 patrice.camus@desjardins.com Rôle de l Éco-conseiller Acteur de changement / Mobilisateur Planificateur

Plus en détail

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP.

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. MOBILIS PERFORMA PRÉSENTE LE PROGRAMME DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN, UNE FORMATION ÉLABORÉE

Plus en détail

La situation financière des Canadiens

La situation financière des Canadiens La situation financière des Canadiens 1 Approche client Microsoft Advertising Hiver 2015 LA SITUATION FINANCIÈRE DES CANADIENS 2 Des décisions financières difficiles et importantes doivent être prises

Plus en détail

Annexe 1 : Modèles de plans de transition

Annexe 1 : Modèles de plans de transition 35 Annexe 1 : Modèles de plans de transition Les quatre modèles de plans de transition ci-après sont fondés sur des cas fictifs, qui ont été conçus uniquement à titre d illustration. Les trois premiers

Plus en détail

Investir dans la capacité humaine et l apprentissage pour un développement vert et résilient face aux changements climatiques

Investir dans la capacité humaine et l apprentissage pour un développement vert et résilient face aux changements climatiques Investir dans la capacité humaine et l apprentissage pour un développement vert et résilient face aux changements climatiques «Les changements climatiques se constatent jour après jour partout dans le

Plus en détail

COLLOQUE ARY BORDES. Investir dans les ressources humaines pour reconstruire un système de santé performant. Bilkis Vissandjée, PhD 24 mars 2011

COLLOQUE ARY BORDES. Investir dans les ressources humaines pour reconstruire un système de santé performant. Bilkis Vissandjée, PhD 24 mars 2011 COLLOQUE ARY BORDES Investir dans les ressources humaines pour reconstruire un système de santé performant Bilkis Vissandjée, PhD 24 mars 2011 Faculté des sciences infirmières Faculté des sciences infirmières

Plus en détail

Année propédeutique santé Présentation générale du programme

Année propédeutique santé Présentation générale du programme Année propédeutique Sante 2014-2015 DCA/sbe révision Août 2014 Année propédeutique santé s Présentation générale du programme Introduction et finalités de l année propédeutique santés L objectif de cette

Plus en détail

Profil du programme. 2 Synapse Center version : 2.0

Profil du programme. 2 Synapse Center version : 2.0 SYNAPSE CENTER CHALLENGE Un programme de création d emplois pour les jeunes Synapse Center/IYF Profil du programme Titre du programme : Challenge Composantes : 1. Renforcement de l employabilité des jeunes

Plus en détail

Étude 2013 sur la. reconnaissance des bénévoles. Contenu. Comment les bénévoles canadiens souhaitent-ils que leurs contributions soient reconnues?

Étude 2013 sur la. reconnaissance des bénévoles. Contenu. Comment les bénévoles canadiens souhaitent-ils que leurs contributions soient reconnues? Étude 2013 sur la reconnaissance des bénévoles Contenu Objectifs et méthodologie de la 2 recherche 3 Principaux résultats 4 Engagement bénévole Reconnaissance des bénévoles 6 Comment les bénévoles canadiens

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

L'Association des Étudiant(e)s Infirmier(ère)s du Canada

L'Association des Étudiant(e)s Infirmier(ère)s du Canada L'Association des Étudiant(e)s Infirmier(ère)s du Canada Documents constitutifs Dans le présent document, les termes utilisés au masculin incluent le féminin et inversement. Comité sur l informatique Diffuser

Plus en détail

PLAN D ACTION A L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES

PLAN D ACTION A L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES EXPLOITATION PLAN D ACTION A L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES -2015-2016 Adopté le 13 décembre 2013 Résolution 13-CA (AMT)-314 TABLE DES MATIÈRES PRÉSENTATION DE L AGENCE MÉTROPOLITAINE DE TRANSPORT...

Plus en détail

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion?

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion? Chantier sur la cohésion sociale et l inclusion dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés JUIN 2013 1) Mise en contexte Dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés à Saint-Camille, 4 chantiers

Plus en détail

Synthèse des «focus group» Développement des compétences CSMO- ÉSAC

Synthèse des «focus group» Développement des compétences CSMO- ÉSAC Synthèse des «focus group» Développement des compétences CSMO- ÉSAC Rédigé par Isabelle Darisse Agente de liaison Août 2010 Mise en contexte Dans le cadre de l entente spécifique sur le développement de

Plus en détail

LE PROGRAMME D APPRENTISSAGE ET DE LEADERSHIP DU PERSONNEL ENSEIGNANT Résumé : Rapport de recherche 2013-2014

LE PROGRAMME D APPRENTISSAGE ET DE LEADERSHIP DU PERSONNEL ENSEIGNANT Résumé : Rapport de recherche 2013-2014 LE PROGRAMME D APPRENTISSAGE ET DE LEADERSHIP DU PERSONNEL ENSEIGNANT Résumé : Rapport de recherche 2013-2014 Carol Campbell, Ann Lieberman et Anna Yashkina avec Nathalie Carrier, Sofya Malik et Jacqueline

Plus en détail

Guide de travail pour l auto-évaluation:

Guide de travail pour l auto-évaluation: Guide de travail pour l auto-évaluation: Gouvernance d entreprise comité d audit Mars 2015 This document is also available in English. Conditions d application Le Guide de travail pour l auto-évaluation

Plus en détail

SOMMAIRE DU RAPPORT ANNUEL 2013 DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL

SOMMAIRE DU RAPPORT ANNUEL 2013 DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL SOMMAIRE DU RAPPORT ANNUEL 2013 DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL Avertissement : LE PRÉSENT DOCUMENT CONSTITUE UN CONDENSÉ DU RAPPORT ANNUEL DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL. VOUS ÊTES INVITÉ À CONSULTER LA VERSION INTÉGRALE

Plus en détail

Repérage de la perte d autonomie

Repérage de la perte d autonomie Repérage de la perte d autonomie France Morissette, MSc. Inf Directrice, Opérations soins 24 novembre 2014 LE GROUPE MAURICE PROFIL CORPORATIF, EN BREF Fondé en 1998 Un seul créneau : l habitation pour

Plus en détail

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO concernant le suivi de la mise en œuvre des engagements de CONFINTEA VI Le 19 janvier 2012 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne

Plus en détail

Stratégie locale d inclusion de logements sociaux et abordables et de lutte à l insalubrité

Stratégie locale d inclusion de logements sociaux et abordables et de lutte à l insalubrité Stratégie locale d inclusion de logements sociaux et abordables et de lutte à l insalubrité Introduction Un milieu de vie inclusif et sain Rosemont La Petite-Patrie est reconnu comme un milieu de vie complet

Plus en détail

Adopté à l automne 2006

Adopté à l automne 2006 Adopté à l automne 2006 PRÉAMBULE Un code d éthique pour l AQEM Notre mission Mise en perspectives Nos principales valeurs Application du code d éthique Chapitre 1 : Deux valeurs fondatrices de l AQEM

Plus en détail

GUIDE DE SOUMISSION D UN PROJET DE RECHERCHE

GUIDE DE SOUMISSION D UN PROJET DE RECHERCHE Direction générale adjointe Planification, qualité et mission universitaire Coordination de l enseignement et de la recherche 1250, rue Sanguinet, Montréal, QC H2X 3E7 Tél. : (514) 527-9565 / Téléc. :

Plus en détail

ENTENTE DE PRINCIPE INTERVENUE ENTRE LA FMOQ ET LE MSSS AFIN D ACCROÎTRE ET D AMÉLIORER L ACCESSIBILITÉ AUX SERVICES MÉDICAUX DE PREMIÈRE LIGNE

ENTENTE DE PRINCIPE INTERVENUE ENTRE LA FMOQ ET LE MSSS AFIN D ACCROÎTRE ET D AMÉLIORER L ACCESSIBILITÉ AUX SERVICES MÉDICAUX DE PREMIÈRE LIGNE ENTENTE DE PRINCIPE INTERVENUE ENTRE LA FMOQ ET LE MSSS AFIN D ACCROÎTRE ET D AMÉLIORER L ACCESSIBILITÉ AUX SERVICES MÉDICAUX DE PREMIÈRE LIGNE CONSIDÉRANT les réels problèmes d accessibilité aux services

Plus en détail

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 La CONFEMEN a adhéré à l initiative «l Éducation avant tout» du Secrétaire général

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières. Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration

Bureau du surintendant des institutions financières. Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration Bureau du surintendant des institutions financières Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration Avril 2014 Table des matières 1. Contexte... 3 2. Objectif, délimitation

Plus en détail

Vers l amélioration continue

Vers l amélioration continue Vers l amélioration continue Devis d évaluation et planification des travaux sur l assurance qualité Document recommandé par le comité de suivi du Plan stratégique, le comité de Régie interne et la Commission

Plus en détail

Domaine Santé. Plan d études cadre Modules complémentaires santé. HES-SO, les 5 et 6 mai 2011. 1 PEC Modules complémentaires santé

Domaine Santé. Plan d études cadre Modules complémentaires santé. HES-SO, les 5 et 6 mai 2011. 1 PEC Modules complémentaires santé Domaine Santé Plan d études cadre Modules complémentaires santé HES-SO, les 5 et 6 mai 2011 1 PEC Modules complémentaires santé Plan d études cadre Modules complémentaires santé 1. Finalité des modules

Plus en détail

Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013)

Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013) Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013) Considérant le nombre d articles scientifiques disponibles, il est essentiel

Plus en détail

Les organismes communautaires : partenaires essentiels d une véritable assurance autonomie

Les organismes communautaires : partenaires essentiels d une véritable assurance autonomie Commission de la santé et des services sociaux L autonomie pour tous Consultations particulières sur la création d une assurance autonomie Les organismes communautaires : partenaires essentiels d une véritable

Plus en détail

Service d accompagnement pédagogique de l Université Sorbonne Paris Cité

Service d accompagnement pédagogique de l Université Sorbonne Paris Cité Service d accompagnement pédagogique de l Université Sorbonne Paris Cité CATALOGUE DE FORMATION POUR LES ENSEIGNANTS DE USPC 2014-2015 Le service SAPIENS créé en janvier 2014 propose durant l année 2014-2015

Plus en détail

Proposition d un MODÈLE D ORGANISATION DE SERVICES

Proposition d un MODÈLE D ORGANISATION DE SERVICES Proposition d un MODÈLE D ORGANISATION DE SERVICES JUIN 2007 Nous tenons à remercier Madame Suzanne Nicolas, consultante en santé primaire et gestion, pour la consultation qu elle a effectué et le rapport

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études

Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études Mai 2013 PRÉAMBULE... 3 1. DISTRIBUER LA BONIFICATION DE 25M$... 4 2. OPTIMISER L AFE... 5 3. AMÉLIORER LA SENSIBILISATION DES

Plus en détail

2 LA GESTION INTÉGRÉE DE LA QUALITÉ AU CRDI DE QUÉBEC ADOPTÉ PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION LE 29 NOVEMBRE 2011 1

2 LA GESTION INTÉGRÉE DE LA QUALITÉ AU CRDI DE QUÉBEC ADOPTÉ PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION LE 29 NOVEMBRE 2011 1 2 LA GESTION INTÉGRÉE DE LA QUALITÉ AU CRDI DE QUÉBEC cadre de référence ADOPTÉ PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION LE 29 NOVEMBRE 2011 1 Table des matières 1. Introduction : pourquoi ce cadre de référence?...

Plus en détail

d évaluation Objectifs Processus d élaboration

d évaluation Objectifs Processus d élaboration Présentation du Programme pancanadien d évaluation Le Programme pancanadien d évaluation (PPCE) représente le plus récent engagement du Conseil des ministres de l Éducation du Canada (CMEC) pour renseigner

Plus en détail

DEVENEZ UN CONSULTANT PROFESSIONNEL ET PROSPÈRE TRAVAILLER SELON SON TYPE DE PERSONNALITÉ UNE ÉQUIPE ENGAGÉE ET PERFORMANTE

DEVENEZ UN CONSULTANT PROFESSIONNEL ET PROSPÈRE TRAVAILLER SELON SON TYPE DE PERSONNALITÉ UNE ÉQUIPE ENGAGÉE ET PERFORMANTE FOCUS Ressources humaines & Stratégies de développement vous offre différentes formations. Elles sont spécialement dispensées pour votre entreprise et ne sont pas disponibles en séance publique. Chacune

Plus en détail

Évaluation périodique du programme MBA coop Résumé Faculté d administration

Évaluation périodique du programme MBA coop Résumé Faculté d administration Évaluation périodique du programme MBA coop Résumé Faculté d admini istration Mai 2012 1 Le programme de maîtrise en administration des affaires, cheminement coopératif (MBA Coop) de la Faculté d administration

Plus en détail

PROGRAMME DE MENTORAT

PROGRAMME DE MENTORAT CONSEIL SCOLAIRE ACADIEN PROVINCIAL PROGRAMME DE MENTORAT ÉNONCÉ PRATIQUE Le Conseil scolaire acadien provincial désire promouvoir un programme de mentorat qui servira de soutien et d entraide auprès des

Plus en détail

Novembre 2013. Regard sur service desk

Novembre 2013. Regard sur service desk Novembre 2013 Regard sur service desk édito «reprenez le contrôle grâce à votre service desk!» Les attentes autour du service desk ont bien évolué. Fort de la riche expérience acquise dans l accompagnement

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE # 64 INTÉGRATION COMPÉTENTE ET SÉCURITAIRE DES NOUVEAUX EMPLOYÉS

FICHE TECHNIQUE # 64 INTÉGRATION COMPÉTENTE ET SÉCURITAIRE DES NOUVEAUX EMPLOYÉS FICHE TECHNIQUE # 64 INTÉGRATION COMPÉTENTE ET SÉCURITAIRE DES NOUVEAUX EMPLOYÉS Chez les jeunes de 15 à 24 ans, 54 % des accidents du travail surviennent dans les six premiers mois de l emploi. Pour tous

Plus en détail

Formation continue obligatoire

Formation continue obligatoire Formation continue obligatoire POLITIQUE (Organismes) Version décembre 2010 S E R V I C E D U D É V E L O P P E M E N T P R O F E S S I O N N E L Table des matières Section 1 : Information générale 3 1.

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION NOVEMBRE 2014 La Fédération québécoise de l'autisme (FQA) est un regroupement

Plus en détail

Guides d introduction sur l amélioration de la qualité. Guide d introduction sur la propagation

Guides d introduction sur l amélioration de la qualité. Guide d introduction sur la propagation Guides d introduction sur l amélioration de la qualité Guide d introduction sur la propagation REMERCIEMENTS Ce manuel est le résultat des efforts de Qualité des services de santé Ontario (QSSO). Pour

Plus en détail

Réglementation des jeux de casino

Réglementation des jeux de casino Chapitre 4 Section 4.01 Commission des alcools et des jeux de l Ontario Réglementation des jeux de casino Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.01 du Rapport annuel 2010 Contexte

Plus en détail

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Compétences pour les intervenants canadiens en toxicomanie SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Cette documentation est publiée

Plus en détail

PROFIL DES COMPÉTENCES AGENT EN ASSURANCE DE DOMMAGES COURTIER EN ASSURANCE DE DOMMAGES EXPERTS EN SINISTRE GESTIONNAIRE

PROFIL DES COMPÉTENCES AGENT EN ASSURANCE DE DOMMAGES COURTIER EN ASSURANCE DE DOMMAGES EXPERTS EN SINISTRE GESTIONNAIRE PROFIL DES COMPÉTENCES AGENT EN ASSURANCE DE DOMMAGES COURTIER EN ASSURANCE DE DOMMAGES EXPERTS EN SINISTRE GESTIONNAIRE Juillet 2010 ADMINISTRATION... 4 MANAGEMENT... 4 Initiation à l organisation...

Plus en détail

Politique des stages. Direction des études

Politique des stages. Direction des études Direction des études Service des programmes et de la réussite scolaire Politique des stages Recommandée par la Commission des études du 6 décembre 2011 Adoptée par le conseil d administration du 15 mai

Plus en détail

Cadre de référence en transfert de connaissances pour leurs utilisations judicieuses et le soutien à l innovation

Cadre de référence en transfert de connaissances pour leurs utilisations judicieuses et le soutien à l innovation Cadre de référence en transfert de connaissances pour leurs utilisations judicieuses et le soutien à l innovation Février 2015 Cadre de référence en transfert de connaissances pour leurs utilisations judicieuses

Plus en détail

Guide d autoformation. Mon Gestionnaire de formation Un petit guide de survie devant toutes les formations individuelles sur Internet

Guide d autoformation. Mon Gestionnaire de formation Un petit guide de survie devant toutes les formations individuelles sur Internet Société pour l apprentissage à vie (SAVIE) Guide d autoformation Mon Gestionnaire de formation Un petit guide de survie devant toutes les formations individuelles sur Internet Par Dominique Leclair Québec

Plus en détail