INNOVATION COMPETITIVITE CONNECTIVITE STRATEGIE ET PROJETS DE COOPERATION DES METROPOLES MEDITERRANEENNES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INNOVATION COMPETITIVITE CONNECTIVITE STRATEGIE ET PROJETS DE COOPERATION DES METROPOLES MEDITERRANEENNES"

Transcription

1 INNOVATION COMPETITIVITE CONNECTIVITE BARCELONE I.M. SEVILLE GENES VALENCE MARSEILLE TURIN MALAGA STRATEGIE ET PROJETS DE COOPERATION DES METROPOLES MEDITERRANEENNES I2C - Projet co-financé par le FEDER Programme Interreg III B Medocc

2 CONTACTS & AUTEURS Synthèse des travaux Institut de la Méditerranée : Jean-Claude Tourret - Angélique Pelleau - Juliette Cristescu Projet Pilote de Barcelone Stratégies de la Ville Complexe Mairie de Barcelone : Joaquim Cuxart Aula Barcelona : Antoni Oliva - Elisabet Rosa - Albert Broggi - Alba Cerezuela Projet Pilote de l Institut de la Méditerranée Stratégies et actions pour la compétitivité des métropoles méditerranéennes Jean-Claude Tourret - Juliette Cristescu Projet Pilote de Séville Stratégies de visibilité des nouvelles métropoles méditerranéennes Sevilla Global, Agence Urbaine de Promotion Economique de la Mairie de Séville Pilar Aparicio Projet Pilote de Gênes Urban Center : fenêtre pour les stratégies de développement des villes de la Méditerranée Ville de Gênes : Silvia Capurro, Vice-Direction Générale des Grands Projets Territoriaux - Rosanna Russo, Osservatorio CIVIS - Eleonora Parlagreco, Ufficio Città Partecipata Société CHARTA S.r.l. : Carlo Bertelli Projet pilote de Valence La ville comme catalyseur de la coopération scientifique et entrepreneuriale dans le secteur santé Mairie de Valence : Juan Eduardo Santón Moreno, Concejal à l Innovation et la Société de l Information - Ernesto Faubel, Chef du Service Innovation - Gemma Pau, Technicien, Administration Générale du Service de l Innovation FIVEC : Andreu Llambrich Lemonnier, Directeur - Manuel Martínez, Directeur Technique

3 Projet Pilote de Marseille Un outil d intelligence territoriale au service des acteurs et de l emploi du secteur de la santé Ville de Marseille : Jean-Claude Aroumougom et Loïc Giraudon - Secrétariat Général Cabinet Euréca : Pascal Faucher, David Torres Projet Pilote de Turin Lignes directrices pour une mobilité urbaine durable Ville de Turin : Vice Direction Générale - Cabinet du Maire et Services Culturels Direction des Relations Internationales / Division Infrastructures et Mobilité - Coordination Infrastructure et Mobilité, Service Mobilité Projet Pilote de Malaga Guide des bonnes pratiques métropolitaines d accessibilité Projet coordonné par le Service des Programmes de la Mairie de Malaga, en collaboration avec EMT et la Direction des Déplacements Urbains. Elaboré par la Chaire des Transports de l Université de Malaga : Elvira Maeso González, Guadalupe González Sánchez Les opinions exprimées dans cette publication n engagent que leurs auteurs.

4 SOMMAIRE 1- CONCEVOIR LA STRATEGIE DE COMPETITIVITE DES METROPOLES MEDITERRANENNES...6 INTRODUCTION Origine du projet...7 Les objectifs du projet...8 Une méthodologie originale et structurée...8 Présentation de la publication...9 LES VILLES AU PRISME DE LA MONDIALISATION Mondialisation : recomposition et concurrence des territoires...10 Les métropoles méditerranéennes face à la mondialisation...11 Quelle place pour les villes en Europe?...12 Quelle politique volontariste dans un univers fragmenté?...12 LES STRATEGIES ET LEVIERS D ACTION DES METROPOLES La coopération : une ressource pour le système métropolitain méditerranéen...14 De la stratégie métropolitaine...15 aux leviers d action...16 DES PROJETS PILOTES POUR RENFORCER LA COMPETITIVITE DES METROPOLES La métropole méditerranéenne : une métropole stratégique...18 La métropole méditerranéenne : une métropole de communication et de dialogue...20 La métropole méditerranéenne : une métropole de projets pour l innovation...21 La métropole méditerranéenne : une métropole de projets pour le développement durable...22 CONCLUSIONS...24

5 2- EXPERIMENTER LES PROJETS DE COMPETITIVITE DES METROPOLES MEDITERRANEENNES...26 STRATEGIES DE LA VILLE COMPLEXE...27 STRATEGIES ET ACTIONS POUR LA COMPETITIVITE DES METROPOLES MEDITERRANEENNES...37 STRATEGIES DE VISIBILITE DES NOUVELLES METROPOLES MEDITERRANEENNES...57 URBAN CENTER : FENÊTRE POUR LES STRATEGIES DE DEVELOPPEMENT DES VILLES DE LA MEDITERRANEE...63 LA VILLE COMME CATALYSEUR DE LA COOPERATION SCIENTIFIQUE ET ENTREPRENEURIALE DANS LE SECTEUR SANTE...73 UN OUTIL D INTELLIGENCE TERRITORIALE AU SERVICE DES ACTEURS DE L EMPLOI ET DU SECTEUR DE LA SANTE...86 LIGNES DIRECTRICES POUR UNE MOBILITE URBAINE DURABLE...97 GUIDE DES BONNES PRATIQUES METROPOLITAINES D ACCESSIBILITE LA STRATEGIE ET LES LEVIERS DE COMPETITIVITE DES METROPOLES MEDITERRANEENNES OBJECTIF 1 : Mettre l innovation au centre de la stratégie des acteurs de la métropolisation OBJECTIF 2 : Aligner les grands processus urbains sur les normes de niveau mondial OBJECTIF 3 : Augmenter l attractivité et le rayonnement international de la métropole...120

6 CONCEVOIR LA STRATEGIE DE COMPETITIVITE DES METROPOLES MEDITERRANEENNES BARCELONE I.M. SEVILLE GENES VALENCE MARSEILLE TURIN MALAGA

7 INTRODUCTION Origine du projet Longtemps concurrentes, les métropoles méditerranéennes sont aujourd hui convaincues que, pour assurer leur compétitivité sur le long terme, elles ont également intérêt à coopérer, à renforcer leurs liens, à créer des synergies, à mieux coordonner leurs stratégies et leur développement. Cette volonté a été formalisée une première fois dans la Charte d Alliance signée en 1998 par les Maires de Gênes, Barcelone, Marseille et Lyon. Ils se sont alors engagés à renforcer leur coopération sur les questions de cohésion et de compétitivité du bassin méditerranéen. Cet acte politique s est dans un premier temps concrétisé par des projets touchant à différents aspects de la gestion urbaine. Les villes ont rapidement souhaité dépasser les questions techniques, et ont exprimé leur volonté de s engager sur des projets stratégiques pour l armature urbaine méditerranéenne. Lancé en 2003 dans le cadre du programme Interreg III B Medocc, le projet Coopération des Métropoles Méditerranéennes (C2M) a permis de réaliser ce saut qualitatif. Il a tout d abord élargi le réseau, avec les villes de Séville et Malaga. Il a ensuite offert aux villes méditerranéennes la possibilité d échanger sur leurs expériences en matière de stratégies, sur les politiques et les outils mis en place par chacune, ainsi que d identifier les forces et faiblesses du système métropolitain méditerranéen. L objectif principal de cette démarche était de détecter des projets de coopération permettant d agir concrètement au renforcement des atouts identifiés et de résoudre, par une action concertée, les problèmes partagés. Les conclusions de ce projet, formalisées dans un Livre Blanc, sont à l origine du projet «Innovation, Compétitivité Connectivité des Métropoles Méditerranéennes» (I2C). C2M a confirmé le potentiel exceptionnel du système urbain méditerranéen, caractérisé par une trame de centres urbains importants et dynamiques, qui parsèment les rives de la Méditerranée à seulement quelques centaines de kilomètres de distance. Ce potentiel, sans équivalent en Europe, est insuffisamment exploité. Force est de constater que l intégration économique est faible et que les métropoles demeurent polarisées par les capitales nationales. A ceci s ajoute une faible coordination des stratégies, y compris au niveau étatique et notamment dans le domaine des transports grande maille. Trois points faibles majeurs, susceptibles d être résolus par la coopération, ont été identifiés. La compétitivité des métropoles méditerranéennes est insuffisante, relativement à celle des métropoles du nord de l Europe. Le système de transport à l échelle de l espace Medocc est inadapté et ses performances sont limitées par l existence de points d étranglement. Enfin, la gouvernance métropolitaine ne correspond pas aux exigences des territoires, tant du point de vue de l adéquation entre le découpage administratif et le territoire métropolitain réel, que du point de vue de la coopération, à la fois au sein de chaque métropole et à l échelle de l espace Medocc. Le livre Blanc recommandait donc de poursuivre la coopération en l alignant sur les grandes orientations communautaires, notamment la stratégie de Lisbonne, et en plaçant l innovation au cœur des processus, dans toutes ses dimensions (innovation technologique mais aussi organisationnelle). Pour approfondir la coopération des métropoles méditerranéennes et contribuer au renforcement du système métropolitain méditerranéen, sept grandes villes du bassin se sont associées : Séville, Malaga, Valence, Barcelone, Marseille, Gênes et Turin. I2C, financé par le programme de coopération territoriale Interreg III B Medocc d avril 2006 à mars 2008, a permis d identifier et de mettre en œuvre des projets communs, susceptibles d améliorer la compétitivité, l innovation et la connectivité des métropoles méditerranéennes.

8 Les objectifs du projet Le projet «Innovation Compétitivité et Connectivité des métropoles méditerranéennes» ambitionne de créer les conditions d une meilleure intégration des systèmes économiques métropolitains du sud de l Europe. Cet objectif se décline selon deux axes prioritaires. Le renforcement du potentiel d innovation, d une part, grâce à la mise en relation des systèmes locaux de recherche, d innovation et de transfert technologique, en liaison étroite avec le tissu d entreprises. Une meilleure connectivité physique, d autre part, notamment par l amélioration de la mobilité interne des personnes et des marchandises. Outre ces deux entrées thématiques, une place centrale a été accordée, dès le lancement d I2C, et pour chaque projet pilote, à la gouvernance et aux innovations en la matière. Ce ne sont donc pas uniquement des thématiques d actions qui ont mobilisé les partenaires, mais aussi les modalités de leur mise en œuvre. I2C se singularise des projets de coopération classiques : il ne s agit plus seulement d échanger sur les expériences des uns et des autres, de comparer les diagnostics et les outils, mais de définir de nouvelles méthodologies partagées et des projets communs afin de répondre au triptyque «Innovation, Compétitivité, Connectivité». Huit projets pilotes structurants pour la compétitivité des métropoles ont été réalisés : - Stratégies de la Ville Complexe (Barcelone). - Stratégies et actions pour la compétitivité des métropoles méditerranéennes (Institut de la Méditerranée). - Stratégies de visibilité des nouvelles métropoles méditerranéennes (Sevilla Global). - Urban Center : fenêtre pour les stratégies de développement des villes de la Méditerranée (Gênes). - La ville comme catalyseur de la coopération scientifique et entrepreneuriale dans le secteur santé (Valence). - Un outil d intelligence territoriale au service des acteurs et de l emploi du secteur de la santé (Marseille). - Lignes directrices pour une mobilité urbaine durable (Turin). - Guide des bonnes pratiques métropolitaines d accessibilité (Malaga). Un dossier technique a été élaboré pour chaque projet, afin de rendre disponibles, tant aux décideurs publics que privés, les principaux résultats et conclusions de ces expérimentations. Les thématiques des projets pilotes étant en cohérence avec les priorités du volet transnational de l objectif 3 des fonds structurels , ces expérimentations ont vocation à devenir des propositions de projets, qui seront soumises aux appels d offre de ce programme. Une méthodologie originale et structurée I2C s est déroulé en quatre phases, chacune assujettie au même principe : un véritable processus de coopération, afin de construire un consensus sur les priorités et les actions. Différents lieux d échange et de mobilisation des acteurs ont été utilisés : comités de pilotage, groupes de travail métropolitains et transnationaux, plate-forme électronique, séminaires et conférence finale. La multiplicité de ces lieux d échange répond à un double objectif : concentrer les moyens du projet sur l interaction directe entre les responsables opérationnels des métropoles partenaires, et dégager, puis amorcer, sur des projets concrets, les modalités d une coopération renforcée. Une première phase a consisté, outre le lancement officiel du projet, à créer des groupes de travail «innovation, compétitivité et connectivité» au sein de chaque métropole. Ces groupes de travail métropolitains ont réuni des représentants des acteurs publics et privés, intervenant dans les

9 processus d innovation, de compétitivité et de connectivité des territoires (Chambres de Commerce, Universités, centres de transfert technologique, opérateurs de transport publics et privés, gestionnaires d infrastructures ). Ces acteurs ont été mobilisées tout au long du projet. Ils ont pu s appuyer sur un document de cadrage stratégique, réalisé par l Institut de la Méditerranée. Ce rapport, mis à disposition des partenaires directs et associés, recense les actions et politiques urbaines qui ont un véritable effet de levier sur la compétitivité métropolitaine. Il a permis de définir une stratégie de compétitivité, partagée par les métropoles partenaires 1. Les projets pilotes ont été sélectionnés et évalués à la lumière de ce cadre de référence commun. La deuxième phase a été consacrée aux choix des projets pilotes. Ce processus s est déroulé en deux étapes. La première a été consacrée à l identification des idées de projets structurants, au sein des groupes de travail métropolitains. Ces projets ont été soumis, lors d une seconde étape, au groupe de travail transnational, qui a retenu ceux qui présentaient un effet de levier maximal sur la compétitivité des territoires et pour lesquels la coopération apporterait une réelle valeur ajoutée en termes d intégration des territoires. La troisième phase, la plus importante du projet, correspond à la mise en œuvre effective des projets pilotes. Chaque partenaire a assuré le leadership de son projet pilote. Les projets pilotes ont été réalisés grâce à l étroite collaboration de tous les partenaires, et à la mobilisation des acteurs concernés au sein de chaque territoire. Plusieurs réunions transnationales ont permis de garantir une réelle dimension transnationale, et d évaluer régulièrement les activités. Ce processus permanent de coopération croisée garantit une meilleure appropriation des démarches par chacun et, surtout, la construction d un réel consensus sur les projets de coopération prioritaires. C est grâce à ce consensus patiemment construit que l engagement des institutions partenaires à réaliser les projets a été obtenu. La quatrième phase a été consacrée à la finalisation et à la diffusion des résultats. La conférence finale à Barcelone a permis de présenter les résultats des travaux et de les valider, formellement, au niveau politique. Un effort particulier a été fait pour la publicité et la diffusion des résultats auprès des décideurs publics et privés locaux, nationaux et européens, mais également auprès des populations concernées. Outre les dossiers techniques et cette publication, une vidéo présentant I2C et les projets pilotes a été réalisée, afin de rendre ce projet accessible et compréhensible au plus grand nombre. Présentation de la publication Cette publication est structurée en trois grandes parties. La première permet de resituer la démarche d I2C par rapport aux grands enjeux métropolitains, individuels et collectifs, au sud de l Europe, et de comprendre le processus de construction de la stratégie commune et des projets pilotes. La seconde est constituée des contributions de chaque partenaire, qui présentent plus en détail les projets pilotes, leur méthodologie, et les enseignements à retirer de chaque opération, pour l avenir et de futurs projets de coopération. La troisième partie présente les objectifs de la stratégie commune de compétitivité que les villes partenaires ont défini au cours du projet, en précisant la portée opérationnelle de chaque objectif et les champs de l action public à privilégier pour les réaliser. 1- Voir la troisième partie de cette publication : la stratégie de compétitivité des métropoles Méditerranéennes

10 LES VILLES AU PRISME DE LA MONDIALISATION La ville est un fait permanent de l histoire méditerranéenne. La plupart des métropoles méditerranéennes furent de grandes villes puissantes et actives qui, à des époques différentes, ont rayonné sur l ensemble du bassin méditerranéen et du Moyen-Orient. Elles ont toujours fonctionné en étroite interaction les unes avec les autres. Des interactions faites à la fois de concurrence et de complémentarités, alimentées par une intense circulation des hommes, des idées et des compétences, qui a façonné l histoire de la Méditerranée. Aujourd hui, alors que la mondialisation impose de nouvelles règles aux territoires, la structure urbaine en Méditerranée se révèle être un atout puissant. C est par la ville qu un territoire entre en contact avec la mondialisation. Elle est le lieu de toutes les interactions, le lieu où se forge l innovation, où se construit la compétitivité. Malgré ses atouts et son histoire, le tissu métropolitain méditerranéen est aujourd hui confronté à des défis importants : - la recomposition territoriale, due à une accélération sans précédent du processus de mondialisation. - la tendance à la régionalisation, qui a caractérisé l Europe au cours des dernières décennies, a conduit à minorer l importance stratégique des métropoles. - la fragmentation des systèmes de gouvernance et jeux d acteurs, qui complique considérablement la gestion stratégique des métropoles, alors que les élus et administrations urbaines sont soumis à des attentes et injonctions fortes et parfois contradictoires. Mondialisation : recomposition et concurrence des territoires La mondialisation n a pas donné naissance à un processus de «déterritorialisation», comme le craignaient certains analystes, mais à des recompositions territoriales, qui ont transformé profondément le système mondial des villes. Il est aujourd hui incontestable que les villes sont les points d entrée des flux internationaux, matériels, financiers et humains, dans les territoires. Ces nouvelles dynamiques ont favorisé l émergence de «global cities», objets territoriaux reliés au monde, métropoles réunissant en leur sein les plus hautes fonctions de direction, économique, politique et financière. La vision la plus partagée du système métropolitain mondial est profondément hiérarchique. Elle revient à assigner aux villes une fonction de réceptacle des flux, disposant de faibles marges de manœuvre. Quand certaines possibilités 10

11 d action leur sont reconnues, il s agit majoritairement de politiques d accompagnement, plutôt «réactives» et compensatrices, que «proactives». Il est vrai que les plus grandes mégalopoles mondiales, qui cumulent des fonctions de décision et d internationalisation, n ont pas a priori l obligation de mener des stratégies proactives fortes pour garantir leur insertion dans les flux mondiaux. Même si elles ne sont pas épargnées par les difficultés de gestion urbaine, de qualification de la main d œuvre, de stratégies d attractivité, leur positionnement international est un «acquis» résultant d une histoire ancienne et de l accumulation de centres décisionnels, plutôt que le fruit d une stratégie construite et explicite. De fait, leurs stratégies visent principalement à conserver leurs avantages acquis dans la course à l internationalisation, à se maintenir dans le classement des premières métropoles mondiales, à entretenir le cercle vertueux de la «sur-dotation». Les métropoles méditerranéennes face à la mondialisation Qu en est-il des villes méditerranéennes? Aucune prise individuellement ne peut prétendre au statut de «global city», au sens donné par Saskia Sassen. L enjeu pour les villes méditerranéennes n est pas vraiment une hypothétique appartenance au «top 20» des villes mondiales. Il réside plutôt dans leur capacité à définir des stratégies pour s intégrer durablement dans les flux mondiaux et en optimiser les avantages. C est ce constat qui a déterminé le parti pris d I2C. Ce projet est le fruit d un changement de regard sur les villes méditerranéennes. Au lieu de décrypter les processus économiques attestant de l internationalisation de l objet urbain, processus qui ne sont pas forcément liés à une action ou une stratégie urbaine volontariste, il était plus pertinent, surtout pour les villes méditerranéennes, d y substituer une analyse de leurs stratégies et l identification des marges de manœuvre dont elles disposent. Ce faisant, un changement substantiel s opère, puisque cette approche exige de dépasser le constat pour se positionner dans l action. Ce positionnement est d autant plus justifié que la notion de «global cities» se focalise sur quelques métropoles de rang mondial et quelques secteurs fortement mondialisés, alors que la mondialisation économique touche toutes les villes et toutes les structures territoriales. S ajoute à cela le fait que la notion de «global cities» semble empreinte d un certain «déterminisme économique» 2 : l internationalisation des villes serait liée à un processus exogène plutôt qu aux stratégies politiques. Ainsi, la ville est davantage perçue comme un espace, un lieu de marché, traversé par des réseaux et des échanges, sans qu une fonction d acteur lui soit reconnue, et quand elle l est, elle n est que marginale. C est ce déterminisme économique que refusent les métropoles méditerranéennes partenaires d I2C. Sans nier la réalité des processus économiques, elles veulent restaurer la place de l acteur urbain, au sens politique du terme, pour se redonner une capacité de production d enjeux, de conception et réalisation de leurs stratégies et projets. I2C a donc pris comme point de départ la capacité des institutions urbaines à produire un nouveau rapport avec leur territoire et l international, au lieu d être un réceptacle passif de flux mondialisés. Cette démarche exigeait de focaliser le projet sur de nouvelles fonctions, qui dépassent la simple gestion de l urbain. Ce positionnement est d autant plus justifié que si, classiquement, le champ des relations internationales ne reconnaît de légitimité qu aux Etats, les dernières décennies ont vu l entrée de nouveaux acteurs dans le jeu des relations internationales : les multinationales, les ONG, mais aussi les entités infra-étatiques. Ce phénomène, qualifié parfois dans la littérature de «para-diplomatie», a vu des entités infranationales se doter de stratégies, d institutions, s organiser en réseau pour déployer une véritable action internationale. A cette atomisation des acteurs s ajoutent de nouveaux phénomènes sociaux, des évènements politiques et des transformations technologiques : flux migratoires, mass media et mondialisation des flux de communication, fuite des cerveaux, etc. Ces phénomènes ne concernent plus uniquement les nations, mais touchent tous les territoires, jusqu aux plus locaux. 2- Antoine VION, «Au-delà de la territorialité : l internationalisation des villes?» 11

12 Quelle place pour les villes en Europe? La recomposition du jeu des acteurs internationaux s est déclinée en Europe avec une tendance forte à la régionalisation. Les Régions y sont en effet reconnues comme de véritables acteurs, au sens politique du terme. Il est vrai qu elles ont largement bénéficié de l approche promue par la Commission Européenne pour la définition et la mise en œuvre de la Politique de Cohésion. Les Institutions Communautaires ont ouvert une place de choix aux Régions en la matière, ce qui a d ailleurs permis aux Régions de devenir un véritable acteur collectif européen. Cette reconnaissance a d ailleurs été institutionnalisée par le Traité de Maastricht, avec la création du Comité des Régions. Même si l ensemble des acteurs européens s accorde à reconnaître que «cities matter», elles ne disposent finalement que d un strapontin au côté des Régions. Certes, elles sont associées au Comité des Régions, mais sous le terme générique de «pouvoirs locaux», avec d autres échelons territoriaux. Les spécificités des territoires urbains, pourtant d une relative homogénéité, ne sont pas prises en compte. En revanche, les Régions sont considérées comme un acteur collectif, alors que la notion même de Région n est pas univoque en Europe. Les Länders allemands ou les Communautés Autonomes espagnoles sont bien différents des échelons de gouvernement régional portugais ou grecs. Cette absence de l acteur urbain en Europe est d autant plus étonnante que la plupart des politiques européennes ont, et ce bien que l Union n aie pas de compétence directe sur les zones urbaines, un impact décisif sur elles (politique d innovation, de concurrence, de développement durable ). Force est de constater que les villes européennes sont le plus souvent perçues comme des espaces où se concentrent des problèmes, sociaux, environnementaux et économiques. En attestent les programmes européens qui ont pu être utilisés par les villes, comme URBAN, EQUAL, ou l objectif 2 dont elles ont pu bénéficier. Ces outils sont importants, dans la mesure où ils permettent aux villes d échanger sur la gestion des problèmes urbains, mais la vision de la ville comme le lieu de concentration de «problèmes» qu ils sous-tendent est insuffisante. Les villes sont aussi des territoires riches d opportunités, d interactions, elles sont les lieux privilégiés des échanges et de l innovation. Certes, on peut craindre que la concentration des activités sur les villes nuise à un développement spatial équilibré, mais faut-il pour autant la nier et privilégier les échelons régionaux dans le dialogue politique et les instruments européens? Dans le jeu européen, les villes elles-mêmes ne se positionnent que rarement comme un acteur et s emparent très peu des opportunités qui leur sont offertes. Elles ont ainsi été peu nombreuses à répondre à l appel de la Commission pour contribuer à la préparation des fonds structurels Tout fonctionne finalement comme si les villes, n ayant pas leur place dans le concert des acteurs européens, conçoivent l arène politique européenne au mieux comme un cadre d échange et de discussion permettant de faire valoir certaines de leurs difficultés, au pire comme une source de financement additionnel. C est au nom du refus de ce positionnement que les villes de Séville, Malaga, Valence, Barcelone, Marseille, Gênes et Turin se sont associées dans le projet I2C. Quelle politique volontariste dans un univers fragmenté? Les villes sont d autant plus incitées à interpeller les pouvoirs publics nationaux et européens sur leur devenir qu elles sont aujourd hui soumises à des tensions fortes. On attend d elles qu elles résolvent les problèmes sociaux, préservent la qualité de vie et l environnement, accompagnent le développement économique, attirent et retiennent des investissements, des entreprises et la «classe créative 3», réalisent des grands projets urbains, assurent la solidarité et la protection des plus démunis Par ailleurs, les flux migratoires, l internationalisation du système productif et des marchés, la préoccupation grandissante pour la sécurité et le développement durable poussent les décideurs, locaux et nationaux, à évaluer leur choix 3- La «classe créative» de Richard Florida regroupe des catégories socioprofessionnelles supérieures et les professions culturelles : scientifiques, ingénieurs, professeurs d université, romanciers, artistes, gens du show-business, acteurs, designers, architectes, grands penseurs de la société contemporaine» et professionnels des secteurs «à forte intensité de savoir» (nouvelles technologies, finances, conseil juridique, etc.). Elle est caractérisée par la Technologie, le Talent et la Tolérance. R. Florida considère que les possibilités de développement économique des villes sont fortement liées à l importance de la classe créative dans leur population. 12

13 non seulement à l aune de préoccupations internes mais également, dans chaque secteur, à l aune de considérations relevant de la sphère internationale. Les villes se sont donc toutes alignées sur les «standards» internationaux pour attirer les investissements et la classe créative. Cette concurrence pour capter une ressource rare entraîne une véritable course à l investissement (centres de congrès, technopoles, opérations pour développer les immeubles de bureau) et à l image (marketing urbain, grands évènements, politique culturelle). Ces stratégies sont complétées par toute une série de mesures et d actions visant à créer un bon «business climate», allant de la création de zones franches au développement de certains équipements de NTIC. Le risque est grand, dans ce contexte, de se livrer à une course sans fin, extrêmement coûteuse, à l investissement et l équipement, au «coup médiatique», sans s interroger sur les réels effets de levier. Certes, ces stratégies sont productrices d effets symboliques et politiques sur le court terme, mais, mises en œuvre de façon uniforme en tout point du globe, suffisent-elles à différencier suffisamment les «produits métropolitains» et à renforcer leurs avantages comparatifs? Les élus et les administrations urbaines sont enjoints à assurer la solidarité et le lien social, tout en réalisant les investissements ponctuels nécessaires au «rayonnement international» de la ville. Ils doivent gérer des enjeux de court et de long terme, agir sur les questions d urgence sociale et garantir le développement durable, dans un univers fragmenté et mouvant. Ils se trouvent donc incités à se positionner dans un monde de forte concurrence territoriale, tout en étant confrontés à des attentes très fortes de la part de la population, pour laquelle ils sont l échelon de proximité par excellence. Le défi est d autant plus grand que les métropoles sont caractérisées par la fragmentation de leur gouvernance : le tissu urbain réel, tel qu il est vécu par les habitants, est passé de la ville à la métropole, débordant largement le territoire de la commune centre, jusqu à créer de véritables régions urbaines, alors que les instances de décisions politico-administratives ne suivent pas ce mouvement. Elles peinent en effet à s organiser pour offrir des solutions et des politiques à l échelle métropolitaine, et ce même dans les pays où des dispositifs fortement incitatifs sont mis en place. LES STRATEGIES ET LEVIERS D ACTION DES METROPOLES Face à ces défis, les villes partenaires d I2C partagent la même conviction : la coopération est une ressource sur laquelle elles peuvent s appuyer pour définir des solutions et des projets afin de renforcer leur compétitivité et le système métropolitain méditerranéen. Néanmoins, la coopération ne pourra contribuer à cet objectif que si les villes méditerranéennes partagent une même vision stratégique, à l échelle métropolitaine, et si elles identifient ensemble les leviers sur lesquels elles peuvent agir de façon concertée pour renforcer leur compétitivité. 13

14 La coopération : une ressource pour le système métropolitain méditerranéen Plusieurs raisons poussent les villes méditerranéennes à s appuyer sur la coopération pour renforcer leur compétitivité. Elles disposent d une expérience certaine en la matière, qui permet d accélérer les apprentissages. Par ailleurs, le contexte s y prête particulièrement, puisque les échelons infranationaux sont incités par l Union à contribuer à la stratégie de Lisbonne, y compris via les programmes de coopération territoriale. Enfin, la coopération permet aux villes méditerranéennes d agir à une échelle pertinente, puisque seules, elles n atteignent pas forcément une masse critique suffisante. Toutes les villes d I2C ont déjà mis en oeuvre des actions, voire de véritables stratégies, à l international. Elles se positionnent à la fois sur la coopération décentralisée (aide au développement) et la promotion économique et territoriale, mais aussi, et de plus en plus, sur la coopération avec des villes appartenant à des Etats de même niveau de développement et partageant les mêmes problématiques et caractéristiques. Ce dernier type de coopération, inauguré en Europe par les jumelages de l après-guerre, s est considérablement développé et renforcé. Il déborde largement le cadre du jumelage à portée de réconciliation : il regroupe aujourd hui les actions de lobbying en réseau (Eurocités, par exemple), et les partenariats ad hoc sur des projets de coopération mis en œuvre pour une durée limitée (généralement dans le cadre de programmes européens, comme Interreg ou Urbact). Les métropoles sont d autant plus incitées à s appuyer sur une coopération métropolitaine à l échelle méditerranéenne que la Commission recommande, pour la mise en œuvre de la stratégie de Lisbonne, une action forte des échelons infranationaux. Or, pour «assurer une croissance économique européenne durable et créatrice d emplois de qualité», «les villes comptent», et à plus d un titre : - Les performances économiques nationales et celles des métropoles sont intrinsèquement liées. - La concentration urbaine peut générer des externalités négatives (inégalités et perte de cohésion sociale, étalement urbain, pollution, congestion routière, etc.) qui limitent la compétitivité globale des territoires. - Les biens publics urbains et la gouvernance métropolitaine sont reconnus comme ressources pour la croissance économique régionale. Au-delà de ces arguments, qui tiennent à la nature même des villes, la création d un climat propice à la coopération est un atout majeur dans le système de production post-tayloriste. La productivité y est directement liée à la capacité de coopération : la productivité des opérations est remplacée par la productivité des interfaces. Le territoire, qui n est pas uniquement une unité spatiale, mais la résultante d une articulation entre un espace, des acteurs et des politiques, devient fournisseur de ressources relationnelles, de capital social sur lequel les acteurs peuvent appuyer leur stratégie de compétitivité. Ce capital social est essentiel pour la compétitivité des PME qui subissent plus qu elles ne choisissent leur ancrage territorial. La coopération, vitale eu sein de chaque territoire métropolitain, l est aussi à l échelle de l espace Medocc : les villes méditerranéennes, prises isolément, auront davantage de difficultés, relativement aux «global cities», à tirer leur épingle du jeu de la mondialisation. Ensemble, elles optimisent leurs chances de réussite, en agissant à l échelle du système métropolitain méditerranéen. Si le fonctionnement de ce système est amélioré, si les interactions s intensifient, elles pourront atteindre une masse critique. La coopération à cette échelle permettrait d améliorer les points faibles du système métropolitain méditerranéen, à savoir : - L actuelle mauvaise exploitation des potentialités du système urbain méditerranéen. - Une forte concurrence intra-zone, qui entraîne aujourd hui une course aux investissements dans une logique presque «moutonnière». - Une faible compétitivité d ensemble de l espace en termes d emploi, d innovation, de recherche et développement, de transfert technologique. - L absence de stratégies communes pour le développement d un système intégré de transport sur l espace Medocc. - Une dégradation de l environnement et du cadre de vie, due notamment à l expansion généralisée des aires métropolitaines et une désaffection des centres urbains. - Des faiblesses en termes de gouvernance urbaine. Mais la coopération permettrait aussi, et surtout, d en cultiver les points forts : - La présence de groupes métropolitains : Madrid, Lisbonne, Séville, Barcelone, Valence, Marseille, Lyon, Gênes, 14

15 Turin, Rome... et la reconnaissance du rôle croissant des villes dans la structuration de l espace Medocc. - Un positionnement stratégique des métropoles méditerranéennes au sein des nouveaux flux de la mondialisation (Europe de l est, Corridor 5, relations Asie-Europe). - La diversité et la richesse du système métropolitain méditerranéen. - L émergence d un modèle de métropole méditerranéenne (ville compacte, mixité fonctionnelle des quartiers ). - Une convergence des stratégies conduites au niveau urbain. - Une redynamisation, depuis le début des années 1990, de toutes les grandes métropoles méditerranéennes, par une plus grande ouverture au monde et la mise en place de grands projets de rénovation urbaine. - Un foisonnement d idées innovantes en matière de gestion urbaine au sein des métropoles, qui permet d initier des expérimentations croisées. Pour renforcer la compétitivité du système métropolitain méditerranéen les villes peuvent s appuyer sur les programmes de coopération Ils accordent tous une place centrale à la Stratégie de Lisbonne : les projets de coopération financés par ces programmes devront contribuer à la réalisation de cette stratégie. L objectif d I2C était de prendre acte de ces constats et de contribuer, en anticipant les programmes , à la réussite de la Stratégie de Lisbonne, en se positionnant sur l opérationnel, en s appuyant sur une plate-forme d échange multisectorielle, afin de définir, par l expérimentation, une stratégie de compétitivité partagée. De la stratégie métropolitaine La réflexion à l échelle métropolitaine, et a fortiori à l échelle du système métropolitain méditerranéen, exige avant toute chose une évolution des modes de planification : de la traditionnelle «planification de l usage des sols» à la «planification stratégique spatialisée», pour aboutir à une «stratégie métapolitaine». Classiquement, la planification urbaine était mise en œuvre au travers de plans d organisation de l espace urbain, à l échelle de la ville. Jusque dans les années 1990, elle était focalisée sur la morphologie urbaine, et consistait à établir un zonage de l usage des sols. Ces plans d occupation des sols ont montré leurs limites, notamment en termes de flexibilité et de capacité d adaptation aux changements rapides. Ils sont focalisés sur les aspects physiques, et leurs normes opérationnelles sont trop générales face aux situations concrètes. Ils peuvent d autant moins s y adapter que l association d acteurs autres que la puissance publique et les investisseurs et constructeurs est faible, voire inexistante. A contrario, l évolution vers la planification stratégique spatialisée (PSS) est le signe d un changement majeur, vers un effort collectif pour re-imaginer la ville, et transformer une vision partagée du futur en priorités d investissements. La PSS permet de coordonner les politiques publiques à plusieurs échelles et dans plusieurs secteurs, introduisant une dimension stratégique dans l action publique territoriale. Elle ouvre la planification à de nombreux acteurs, grâce à un processus intégratif, qui favorise l émergence de nouvelles formes de partenariat. La PSS est conçue comme une expérimentation : elle n est plus la propriété de l autorité locale de planification, mais celle de l ensemble des acteurs. Préparer ces schémas est donc un défi considérable et exige une approche systémique, qui intègre les évolutions sociales, environnementales et économiques urbaines. La «gouvernance métapolitaine» reprend les principes de la PSS, avec un accent plus important sur l aspect démocratique de la démarche. L intervention d une multiplicité d acteurs aux logiques différentes y est centrale, et ouvre la voie à un urbanisme réactif, réflexif et négocié, en phase avec les dynamiques de la société 4. Basés sur un processus non linéaire, les dispositifs élaborent, discutent et font évoluer les plans de développement à l échelle de la «métapole». Cette «gouvernance métapolitaine» a pour principales caractéristiques 5 : - La mobilisation de la connaissance et de l information avant, pendant et après l action. - Le projet est un instrument de connaissance et de négociation. - Une grande place est accordée à la controverse. - Les externalités sont prises en compte. - Les exigences du développement durable sont respectées. 4- François Ascher, Les nouveaux principes de l urbanisme, Editions de L Aube, Paris (2001) 5- F. Asher op. cité.. 15

16 - L innovation architecturale y tient une grande place. - La participation citoyenne est centrale. Pour réussir cette évolution vers la stratégie «métapolitaine», les villes partenaires ont décidé, avant de sélectionner les projets pilotes qui ont été expérimentés au cours d I2C, de s accorder sur une stratégie commune, et d identifier les leviers d action qu elles partagent pour la mettre en œuvre. Chaque ville qui cherche à renforcer sa compétitivité définit des stratégies génériques, ou plutôt une «meta-stratégie». cette méta-stratégie formalise les grandes lignes d «un futur désirable et souhaitable» pour la ville, affirmé par l énoncé de quelques grands objectifs. Sur ce principe, les villes partenaires ont défini trois grands objectifs pour leur stratégie commune de compétitivité, et identifié pour chaque objectif des priorités d actions partagées et les principes de gouvernance qui permettent d atteindre l objectif dans les meilleures conditions. Objectif 1 : Mettre l innovation au centre de la stratégie des acteurs de la métropolisation Priorité 1 : Exploiter et augmenter le savoir de niveau mondial présent dans la métropole Priorité 2 : Exploiter et renforcer le capital humain Priorité 3 : Développer une culture de l innovation dans des organismes métropolitains publics Priorité 4 : Encourager l innovation dans les entreprises Gouvernance : Favoriser les synergies entre les différents acteurs de l innovation Objectif 2 : Aligner les grands processus urbains sur les normes de niveau mondial Priorité 5 : Mener une urbanisation qui favorise la mixité Priorité 6 : Promouvoir une mobilité durable Priorité 7 : Assurer l inclusion sociale Priorité 8 : Améliorer la qualité de vie des citoyens Gouvernance : Intégrer la participation citoyenne aux projets urbains d envergure Objectif 3 : Augmenter l attractivité et le rayonnement international de la métropole Priorité 9 : Transformation urbaine comme outil de rayonnement international Priorité 10 : Améliorer l offre culturelle Priorité 11 : Attirer des évènements de niveau mondial Priorité 12 : Viser un tourisme international Gouvernance : Penser la ville stratégiquement - Leadership politique et institutionnel aux leviers d action Pour ne pas se cantonner au registre incantatoire, ces objectifs génériques et priorités sont précisés par des programmes spécifiques. Chacun de ses programmes comporte à son tour un nombre limité de projets ciblés : les leviers de compétitivité 6. Les programmes d action et les projets constituent la partie opérationnelle de la stratégie commune : la mise en œuvre de ces projets, dans le cadre d une vision globale, permet de réaliser la stratégie de compétitivité. Les leviers de compétitivité que les villes peuvent actionner sont à chercher dans leurs compétences, c est-à-dire dans les politiques sectorielles qui leur incombent et pour lesquelles elles disposent de réelles possibilités d action et d arbitrage. Les actions urbaines dans chacune de ces politiques sectorielles deviennent des leviers de compétitivité si elles sont conçues comme des solutions positives et proactives, visant explicitement à réaliser les trois objectifs stratégiques. En 6- Pour une analyse plus développée des leviers de compétitivité, voir le projet pilote de l Institut de la Méditerranée, p-37 16

17 d autres termes, les villes doivent être capables de s appuyer sur une vision systémique d elles-mêmes (la stratégie), pour coordonner leur environnement politique, économique, institutionnel, mais aussi naturel (grâce aux politiques sectorielles, leviers de compétitivité). Une fois identifiés cette stratégie commune et les leviers d action potentiels pour la réaliser, les partenaires ont mobilisé les acteurs métropolitains, afin de détecter des projets susceptibles de faire l objet d une expérimentation pilote dans le cadre d I2C. Le calendrier du projet ne permettait pas, en raison de sa durée limitée, d expérimenter la totalité des leviers identifiés. Les huit projets retenus n ont donc pas vocation à l exhaustivité, mais ils explorent les possibilités de coopération, de transfert d expérience et d actions partagées pour certaines des priorités identifiées. Le premier objectif, «Mettre l innovation au centre de la stratégie des acteurs de la métropolisation», a donné lieu à deux projets pilotes. De nouvelles formes de gouvernance, visant à favoriser les synergies entre les acteurs de l innovation, ont été expérimentées par Valence, dans le domaine de la santé et des biotechnologies, et par Marseille, dans le domaine de l emploi et de la santé. Deux séries de projets pilotes ont testé des actions permettant d atteindre le deuxième objectif, «Aligner les grands processus urbains sur les normes au niveau mondial». La première a été consacrée à la «Priorité 6 : Promouvoir une mobilité durable», avec Turin et Malaga. Gênes et Séville ont travaillé sur les modalités de gouvernance, via l expérimentation d outils susceptibles d améliorer et de renforcer la participation citoyenne. Enfin, le troisième objectif, «Augmenter l attractivité et le rayonnement international de la métropole», a donné lieu à deux projets pilotes, ciblés sur la dimension «gouvernance». L Institut de la Méditerranée a, pour chaque levier d action, analysé des projets urbains dans chacune des villes partenaires, afin d identifier les conditions de gouvernance qui président à leur réussite. Barcelone a travaillé sur les modes de gouvernance de la ville «complexe», avec une attention particulière portée à la ville «créative», faisant ainsi la jonction entre le premier et le troisième objectif de la stratégie commune. 17

18 DES PROJETS PILOTES POUR RENFORCER LA COMPETITIVITE DES METROPOLES Les villes partenaires se veulent des métropoles stratégiques, c est-à-dire des métropoles capables, d une part, de construire des stratégies au long terme, et non plus uniquement des plans stratégiques de court ou moyen terme, et, d autre part, de s appuyer sur des approches systémiques, et non plus uniquement des préoccupations sectorielles. Il ne s agit pas de figer l avenir, mais plutôt de définir les grandes orientations qui leur permettront de s insérer durablement dans les flux mondiaux. En prenant pour point de départ les expériences en matière de planification et de projets stratégiques, l Institut de la Méditerranée et la ville de Barcelone ont réfléchi aux conditions d une véritable approche commune, réellement stratégique, évolutive et sur le long terme. Aucune stratégie, aussi ambitieuse soit-elle, ne peut se traduire dans la réalité sans s appuyer sur la participation et l adhésion de la société civile et des acteurs métropolitains, au sens le plus large du terme. Au-delà de la participation, les métropoles veulent faire de leurs stratégies une vision d un futur désirable qui soit partagée par le plus grand nombre et mobilisatrice pour les acteurs métropolitains publics et privés. Les Villes de Gênes et de Séville ont travaillé à l identification de nouveaux instruments de communication et de participation, qui permettent une réelle interactivité dans la construction des stratégies et canalisent les énergies vers des objectifs communs. Enfin, les métropoles doivent incarner leurs stratégies dans les projets. Deux thématiques ont été privilégiées au cours d I2C. La première, l innovation et les nouvelles technologies, a donné lieu à un processus de coopération piloté par Marseille et Valence. La deuxième, le développement durable, a permis à Turin et Malaga de mettre en œuvre une démarche de projets partagés autour de la mobilité. La métropole méditerranéenne : une métropole stratégique Les villes partenaires se sont toutes engagées, depuis plusieurs années, dans des processus de planification stratégique. Ces processus mobilisent, à des degrés divers selon les villes, toutes les dimensions de l action publique : marketing territorial, mobilité et connectivité, développement durable, économie, innovation, planification spatiale, participation démocratique Néanmoins, la fragmentation des jeux d acteurs et des territoires métropolitains, les multiples exigences qui pèsent sur l acteur urbain compliquent singulièrement l exercice, fruit de «l intervention combinée d acteurs de plus en plus divers sur un territoire de plus en plus vaste ainsi qu à la capacité de ce système d acteurs de produire des politiques publiques cohérentes sur l espace métropolitain» Christian Lefèvre, Villes, métropoles : les nouveaux territoires du politique, L Harmattan, Paris (1999) 18

19 Dans ce contexte, la réussite d une stratégie de compétitivité dépend de deux principaux éléments : d une part l identification des leviers de compétitivité sur lesquels les villes veulent fonder et mettre en œuvre leur stratégie et, d autre part, les modalités de mise en œuvre, c est-à-dire le système de gouvernance, qui sera déterminant pour une mobilisation efficace des leviers et la qualité opérationnelle de la stratégie. Les projets pilotes de Barcelone et de l Institut de la Méditerranée ont permis de mettre à plat les différentes options de mise en œuvre des leviers d action, grâce à l analyse des processus et des projets urbains. L objectif était de construire une grille d interprétation de la réalité et des tendances lourdes suffisamment solide, grâce à laquelle un système d aide à la décision stratégique pourrait être conçu. Projet pilote de Barcelone : La stratégie de ville créative pour gérer un univers complexe Le projet pilote de Barcelone, «Stratégies de la ville complexe», a traité des enjeux du système urbain complexe, et des opportunités offertes par la stratégie de ville créative pour gérer cette complexité. Les partenaires s accordent en effet à considérer que la ville compétitive doit être une «ville innovatrice», et pas uniquement une instance de régulation, ni une ville de loisirs ou une ville productive. Au-delà d un positionnement qui peut sembler conceptuel, c est un véritable enjeu pour la compétitivité : seule une ville créative est en mesure d attirer et de retenir les classes créatives. Barcelone, après une étude détaillée des évolutions productives et urbanistiques de son propre territoire, a identifié les principes qui président à l émergence d une ville créative. Ces principes sont partagés par toutes les métropoles du monde qui se positionnent en tant que «ville créative» : le développement durable, l utilisation de la culture et de l art comme leviers, la création d un environnement propice aux nouvelles technologies, le développement de l économie de la connaissance. En termes de gouvernance, la ville créative se caractérise par l existence d un vrai leadership politique et d une administration publique réactive, en mesure de proposer et mettre en œuvre une planification urbaine à la hauteur des enjeux économiques, sociaux et environnementaux. Projet pilote de l Institut de la Méditerranée : Stratégies et projets pour renforcer la compétitivité métropolitaine Barcelone, partant de l analyse de ses propres évolutions, s est donc attaché à la question du «quoi». Le projet pilote de l Institut de la Méditerranée, «les stratégies et actions pour la compétitivité métropolitaine», a voulu répondre à la question du «comment». Comment mettre les projets au service d une stratégie métropolitaine globale? Comment transformer les projets urbains en leviers pour la compétitivité? Comment, en comparant les expériences, diffuser les conditions de la réussite qui permettent aux projets métropolitains d être des leviers pour une compétitivité durable? La recherche de réponses à ces questions a donné lieu à l évaluation, à la lumière des meilleures pratiques mondiales, des systèmes de planification stratégique et des projets urbains méditerranéens. En analysant, pour les leviers d action identifiés, des projets mis en œuvre dans chaque ville partenaire, le projet pilote a permis de comprendre les mécanismes qui permettent aux stratégies métropolitaines d être un facteur de compétitivité. Ces deux projets pilotes aboutissent finalement à la même conclusion : qu il s agisse de la stratégie métropolitaine ou des projets destinés à la mettre en œuvre, c est le renouvellement de la gouvernance métropolitaine qui est au cœur de la réussite des stratégies de compétitivité. Cette gouvernance renouvelée doit s appuyer sur un changement de regard : penser la ville stratégiquement, passer de la planification urbaine au management stratégique, c est s adapter à un contexte de plus en plus complexe et incertain. Alors que la gestion urbaine classique était destinée à maîtriser le futur en réduisant l incertitude, la gestion stratégique prend pour acquis le contexte incertain. Elle prône une approche souple et pragmatique, qui permet de réduire les rigidités structurelles et d accroître la «résilience» métropolitaine, c est-à-dire la capacité des métropoles à ne pas être fondamentalement déstabilisées par des chocs externes. Ce changement de paradigme implique de s écarter des approches linéaires, et impose un management urbain caractérisé par une multitude de projets, mis en œuvre de façon conjointe, à la fois pragmatique, opportuniste, et où la notion de risque n est plus taboue. 19

20 La métropole méditerranéenne : une métropole de communication et de dialogue L importance de la société civile dans l organisation, voire dans la gestion des affaires publiques, est largement reconnue par l ensemble des métropoles européennes. Même si toutes ne l intègrent pas dans leur stratégie de développement et n y voient pas toujours un facteur d innovation, la participation citoyenne est de plus en plus importante dans les modes de gouvernance. Plusieurs modalités d actions sont possibles. Partant du principe que la métropole méditerranéenne doit, pour garantir sa compétitivité, se rendre visible et intelligible, en incluant les citoyens et les acteurs métropolitains dans l ensemble de ses processus de transformation, les villes partenaires ont choisi de privilégier deux modalités d action. La première consiste à créer des lieux de présentation des politiques, acteurs et enjeux urbains. Elle a été expérimentée par Séville, via la création d une exposition permanente dans un lieu central de la ville. La seconde vise à permettre aux citoyens de participer aux procédures d identification et de formulation des enjeux. Il ne s agit plus seulement de débattre d options différentes, mais de produire un cadre de référence propre à la métropole. Cette modalité d action a été expérimentée par Gênes, grâce au Centre Urbain Virtuel. Ces deux expérimentations répondent à un impératif : pour aller au-delà de la consultation et permettre aux citoyens d être une véritable force de proposition, la participation citoyenne doit être structurée. Projet pilote de Séville : Les nouveaux outils de communication Le projet pilote «Stratégies de visibilité des nouvelles métropoles méditerranéennes» de Séville a expérimenté un nouvel instrument de communication interne, en créant, dans un espace urbain central, une exposition permanente, qui cible à la fois les citoyens et les acteurs économiques. Ce projet pilote résulte d un double constat. D une part, le potentiel économique des villes méditerranéennes est peu valorisé, dans tous les cas moins valorisé que leur potentiel touristique. D autre part, la majorité des citoyens est peu informée des processus économiques et des grands projets urbains qui transforment leur ville. Ce type d outil permet de rendre visibles aux habitants certaines facettes méconnues de leur ville. Il ne s agit pas uniquement de communication promotionnelle ou de marketing urbain, mais aussi de rendre visible le potentiel économique et de donner du sens aux projets urbains et aux changements stratégiques, afin de permettre aux citoyens et aux acteurs économiques, une fois informés, d y participer pleinement. L objectif était donc de créer un instrument «d interprétation» de la ville, dans ses dimensions internationale, économique et stratégique. Projet pilote de Gênes : Les nouveaux outils de participation Le projet pilote «Urban Center : fenêtre pour les stratégies de développement des villes de la Méditerranée» a défini les conditions qui permettraient aux autres villes de reproduire l expérience de Gênes en matière de Centre Urbain Virtuel. Son expérience repose sur le projet «Urban Center, the City Changes, Change the City» (UC5), qui utilise les nouvelles technologies pour créer de nouvelles formes de communication, d expression démocratique et de participation à la vie de la cité. Le Centre Urbain Virtuel vise à combler le fossé existant entre, d une part, le vécu et les perceptions des citoyens et, d autre part, la réalité des changements qui s opèrent dans les villes. Pour réfléchir à la conception de cet outil, la Ville de Gênes a recensé les expériences similaires dans le monde, afin d analyser les différentes méthodologies et solutions opérationnelles existantes. Le Centre Urbain Virtuel de Gênes est le fruit de cette analyse, mais aussi, et surtout, d un travail d adaptation des différentes méthodologies de communication et de participation recensées aux réalités et besoins locaux, économiques et sociaux. Ce travail d adaptation n est pas définitif mais évolutif : le nouvel outil devra en permanence s adapter aux exigences des différentes parties prenantes et aux évolutions des politiques urbaines. 20

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Ensemble pour le développement de la chirurgie ambulatoire Recommandations organisationnelles Outils et guides Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Mai 2013 Le document source est téléchargeable

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 INVESTISSEMENT TERRITORIAL INTÉGRÉ POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 Les nouvelles règles et la législation régissant le prochain financement de la politique européenne de cohésion pour la période 2014-2020

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

PLAN DE GESTION CENTRE HISTORIQUE DE PORTO

PLAN DE GESTION CENTRE HISTORIQUE DE PORTO PLAN DE GESTION CENTRE HISTORIQUE DE PORTO LE BESOIN D UN PLAN DE GESTION Le patrimoine culturel et naturel fait partie des biens inestimables et irremplaçables non seulement de chaque pays mais de toute

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

URBANITES! Lausanne, 16 février 2015!

URBANITES! Lausanne, 16 février 2015! URBANITES Lausanne, 16 février 2015 Urbanistes dans la ville : enjeux de la formation savoirs, savoir-faire, savoir dire Antonio Da Cunha Professeur ordinaire Institut de géographie et durabilité Faculté

Plus en détail

Directive Régionale d Aménagement

Directive Régionale d Aménagement Directive Régionale d Aménagement Développer les fonctions de centralité autour des quartiers de gare Cahier d intentions Septembre 2010 Mise en œuvre du Schéma Régional d Aménagement et de Développement

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe,

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, l Europe pour la culture» (2006) Texte rédigé par le Relais Culture Europe dans le cadre de la consultation

Plus en détail

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE»

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE» Confédération Européenne des Syndicats 1 Union des Confédérations de l Industrie et des Employeurs d Europe UNICE/UEAPME 2 Centre Européen des Entreprises à Participation Publique et des Entreprises d

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBALISATION ET TRANSFORMATION RH UNE RÉPONSE FACE À L EXIGENCE DE PERFORMANCE ET DE COMPÉTITIVITÉ La globalisation des entreprises, accélérée par

Plus en détail

Notre approche de développement local

Notre approche de développement local Notre approche de développement local Renforcer le pouvoir d agir des personnes et des collectivités La grande marche de la démocratie La Déclaration universelle des droits de l homme adoptée en 1948 affirme

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 DÉVELOPPEMENT LOCAL MENÉ PAR LES ACTEURS LOCAUX POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 Les nouvelles règles et la législation régissant le prochain financement de la politique européenne de cohésion pour la période

Plus en détail

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Débutez un voyage vers la modernisation et l évolutivité : Elevez le niveau de votre performance commerciale Pour moderniser votre centre de contact : Passez

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 1. L expérience analysée L animation de la concertation dans le processus d élaboration du Plan Communal de Développement (PCD) de Jean

Plus en détail

Les outils de la stratégie

Les outils de la stratégie Jacques BOJIN et Jean-Marc SCHOETTL Les outils de la stratégie, 2005 ISBN : 2-7081-3287-3 Avant-propos et remerciements... XV Introduction... XVII Les stratégies classiques Le positionnement stratégique

Plus en détail

Capital Humain et Performance RH

Capital Humain et Performance RH Capital Humain et Performance RH Le bien-être performant, potentiel d avenir pour l entreprise Qualité de Vie et Santé au Travail Qualité de Vie et Santé au Travail, une opportunité pour se préparer aux

Plus en détail

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Conférence introductive InEE CNRS Paris, 4 avril 2012 Laurence Tubiana Institut du Développement Durable et des Relations Internationales

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de

ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de la Commission de l UEMOA Ouagadougou, 05 Mars 2015 1

Plus en détail

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO ELABORATION D UN PLAN DE DEVELOPPEMENT COMMUNAL Par : LEGONOU François, Directeur SYDEL AFRIQUE, Consultant En guise d introduction La décentralisation

Plus en détail

Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques

Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques 1. OBJECTIFS DE LA FORMATION La valeur ajoutée de cette formation de haut niveau réside dans son caractère

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC «Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» «La sécurité, c est la capacité de réagir à toute éventualité» Horemis Paris : 19 rue du Général Foy 75008 Paris - Tel: 33 (1) 55 06 01 51

Plus en détail

Pacte de responsabilité

Pacte de responsabilité Le 5 mars 2014 Pacte de responsabilité Relevé de conclusions des réunions paritaires du 28 février et du 5 mars 2014 La situation économique et sociale de notre pays est marquée par une forte ambivalence.

Plus en détail

Paris bâtit un programme stratégique de ville intelligente et accélère sur l open data

Paris bâtit un programme stratégique de ville intelligente et accélère sur l open data Paris bâtit un programme stratégique de ville intelligente et accélère sur l open data Dossier de presse Mardi 23 juin 2015 1 Sommaire Edito de Jean-Louis Missika 3 Paris bâtit un programme stratégique

Plus en détail

MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT

MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE BOURGOGNE Place des Nations Unies - B.P. 87009-21070 DIJON CEDEX Téléphone : 03 80 60 40 20 - Fax : 03 80 60 40 21 MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT Préambule

Plus en détail

Plan d'actions communes inter-instituts

Plan d'actions communes inter-instituts Plan d'actions communes inter-instituts AFSSET, INERIS, INRETS, InVS, IRSN "Les instituts d'expertise nationaux face aux évolutions de la gouvernance des activités et situations à risques pour l'homme

Plus en détail

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 PRESENTATION HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 Zone aéroparc2 Contact : M Jean-Claude REBISCHUNG 3 rue des Cigognes Email : info@hrexcellium.fr 67960 Strasbourg-aéroport Site web : www.hrexcellium.fr (en

Plus en détail

Questions clés pour la consultation élargie

Questions clés pour la consultation élargie Processus de planification stratégique de Terre des Hommes Fédération Internationale Questions clés pour la consultation élargie Beaucoup de progrès ont été accomplis lors de l Assemblée Générale (AG)

Plus en détail

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé Les défis du développement du gouvernement électronique Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé La révolution numérique a engendré une pression sur les gouvernements qui doivent améliorer leurs prestations

Plus en détail

La dimension humaine du changement

La dimension humaine du changement La dimension humaine du changement Un triptyque indissociable : Responsabilité Engagement Performance Créateur de performance La dimension humaine du changement et les défis de l entreprise Gérer une forte

Plus en détail

N 2. Favoriser des partenariats concrets entre gares et collectivités locales

N 2. Favoriser des partenariats concrets entre gares et collectivités locales 82, bd des Batignolles - 75017 Paris - FRANCE Tél. : +33 (0)1 53 42 35 35 / Fax : +33 (0)1 42 94 06 78 Web : www.carrenoir.com N 2 Favoriser des partenariats concrets entre gares et collectivités locales

Plus en détail

www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne

www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne Contexte Depuis plusieurs années, les institutions publiques doivent faire face à de nouveaux défis pour améliorer leurs

Plus en détail

Séminaire. Démarche de clustering : Stratégie et animation. 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière

Séminaire. Démarche de clustering : Stratégie et animation. 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière Séminaire Démarche de clustering : Stratégie et animation 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière En partenariat avec la Grappe d entreprises INOVAGRO et animé par France Clusters L innovation agroalimentaire

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Performance et valorisation RH

Performance et valorisation RH Performance et valorisation RH Document téléchargeable à des fins de consultation. Toute utilisation à des fins commerciales proscrite sans autorisation expresse de l auteur. 1 La fonction «Ressources

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

Objectifs de la présentation

Objectifs de la présentation Objectifs de la présentation Stimuler la réflexion des gestionnaires et des intervenants du secteur de la santé, autour de la problématique et des défis du suivi post formation Partager l expérience du

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT DIAGNOSTIC DE L INNOVATION ET DE L ETAT DE LA VALORISATION DES RESULTAS DE LA RECHERCHE AU SENEGAL 1/8 1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION Levier essentiel

Plus en détail

Comment passer efficacement de la recherche technologique au marché?

Comment passer efficacement de la recherche technologique au marché? Comment passer efficacement de la recherche technologique au marché? 3 Principaux objectifs de l atelier Partager les ambitions de l axe Innovation technologique, transfert et KET de la SRI SI visant à

Plus en détail

Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement

Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement Agence de Développement Social Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement SOMMAIRE 1. vision 2. Mission de l ADS dans le domaine de la Protection de l Environnement,

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

DU PACTE CIVIQUE JUILLET 2012 DECEMBRE 2014

DU PACTE CIVIQUE JUILLET 2012 DECEMBRE 2014 DU PACTE CIVIQUE JUILLET 2012 DECEMBRE 2014 comportement des personnes, des organisations et des institutions et politiques publiques, changements qui sont devenus indispensable pour faire face à la crise

Plus en détail

Association des parties prenantes à l'expertise sanitaire

Association des parties prenantes à l'expertise sanitaire Inspection générale des affaires sociales RM2011-048A Association des parties prenantes à l'expertise sanitaire RAPPORT THEMATIQUE Établi par Françoise BAS-THERON Christine DANIEL Nicolas DURAND Membres

Plus en détail

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS?

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 16/12/2014. PAYS DE LA LOIRE STRUCTURE GLOBALE DU

Plus en détail

40 PROPOSITIONS POUR UN ELAN NOUVEAU DE L ACTION EXTERIEURE DECENTRALISEE présentées par André LAIGNEL -- 23 janvier 2013 -

40 PROPOSITIONS POUR UN ELAN NOUVEAU DE L ACTION EXTERIEURE DECENTRALISEE présentées par André LAIGNEL -- 23 janvier 2013 - 40 PROPOSITIONS POUR UN ELAN NOUVEAU DE L ACTION EXTERIEURE DECENTRALISEE présentées par André LAIGNEL -- 23 janvier 2013 - A. DEFINIR DES PRIORITES PARTAGEES «L EXPERIENCE DE LA PROXIMITE AU SERVICE D

Plus en détail

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Consultant-Formateur Elu local Une question bien embarrassante! Parce qu elle renvoie à la capacité d une organisation

Plus en détail

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS V2. 3/23/2011 1 / 7 SOMMAIRE DU REFERENTIEL INTRODUCTION PREAMBULE POURQUOI UN REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU? P.

Plus en détail

IUCN Position Paper. Première réunion de l Assemblée Plénière d IPBES, 3-7 Octobre 2011, Nairobi, Kenya

IUCN Position Paper. Première réunion de l Assemblée Plénière d IPBES, 3-7 Octobre 2011, Nairobi, Kenya Position de l UICN IUCN Position Paper LA VISION DE L UICN POUR UNE PLATEFORME INTERGOUVERNEMENTALE ET PLURI-ACTEURS SCIENTIFIQUE ET POLITIQUE SUR LA BIODIVERSITE ET LES SERVICES ECOSYSTEMIQUES (IPBES)

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

CAPURBA 2015, ÉVÈNEMENT FÉDÉRATEUR POUR

CAPURBA 2015, ÉVÈNEMENT FÉDÉRATEUR POUR DU 02 AU 04 JUIN 2015 LYON EUREXPO FRANCE www.capurba.com AU CŒUR DES VILLES INTELLIGENTES & INNOVANTES Parce que la ville a laissé place à la Smart City, le salon CapUrba propose une réflexion globale

Plus en détail

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine Tournée régionale ADCF / ADGCF Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés Lorraine 1. Caractéristiques géographiques et démographiques 1 1. Caractéristiques

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

Préparation des programmes européens 2007-2013

Préparation des programmes européens 2007-2013 Préparation des programmes européens 2007-2013 Présentation AGILE 9h30-10h30 8 Préparation des programmes européens 2007-2013 Le contexte La méthode de travail État d avancement des travaux : bilan, diagnostic

Plus en détail

Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration)

Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration) Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration) Introduction : La proposition de créer un groupe de travail sur l entrepreneuriat

Plus en détail

Formations Management

Formations Management Formations Management MANAGEMENT ET COMMUNICATION Ecole du Management : Cycle Animateur d équipe Ecole du Management : Cycle Maîtrise Ecole du Management : Cycle Coordinateur Technique Animateur (trice)

Plus en détail

Guide. méthodologique. Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti

Guide. méthodologique. Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti Guide méthodologique Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti mieux prendre en compte le risque naturel dans l urbanisation et l aménagement du territoire Préface Monsieur Yves Germain

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan?

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Thème : Vers un ouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Auteur : Mr Mhamed MOUAACHA, Chef de Division au Haut Commissariat au Plan (HCP)

Plus en détail

Prise en compte du développement durable dans les marchés publics :

Prise en compte du développement durable dans les marchés publics : Prise en compte du développement durable dans les marchés publics : Cahier des charges pour un programme de formation à l attention des agents des institutions publiques (Collectivités locales, services

Plus en détail

Conclusions du cinquième rapport sur la cohésion économique, sociale et territoriale: l avenir de la politique de cohésion

Conclusions du cinquième rapport sur la cohésion économique, sociale et territoriale: l avenir de la politique de cohésion Conclusions du cinquième rapport sur la cohésion économique, sociale et territoriale: l avenir de la politique de cohésion Questionnaire Comment associer plus étroitement la stratégie «Europe 2020» et

Plus en détail

La diplomatie économique et la promotion économique du Maroc à l étranger

La diplomatie économique et la promotion économique du Maroc à l étranger Conseil National du Commerce Extérieur La diplomatie économique et la promotion économique du Maroc à l étranger Anticiper Partager Agir 2000 www.cnce.org.ma Sommaire INTRODUCTION 1. LE NOUVEAU CONTEXTE

Plus en détail

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 CONTEXTE Les «pauses du renouvellement urbain», temps d'échange multipartenarial, se sont tenues tout au long de l année 2012.

Plus en détail

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Cluj-Napoca / Transylvanie http://www.institutfrancais-roumanie.com Appel à contribution

Plus en détail

Gestion Prévisionnelle des emplois et des compétences. Présentation. Christian Jouvenot

Gestion Prévisionnelle des emplois et des compétences. Présentation. Christian Jouvenot 1 Gestion Prévisionnelle des emplois et des compétences Présentation Christian Jouvenot Introduction 2 L Etat a mis en place un dispositif d'aide au conseil aux entreprises pour l'élaboration de plans

Plus en détail

La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM

La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM Organisation générale Une association paritaire Un conseil d administration

Plus en détail

Contrôle de gestion. Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier

Contrôle de gestion. Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier 1. Rôle et place du Contrôle de Gestion dans l organisation Au début du XXème siècle, l émergence de la structure divisionnelle

Plus en détail

I. Le Forum mondial de l eau

I. Le Forum mondial de l eau Evénements soutenus par le 6 ème Forum Mondial de l Eau I. Le Forum mondial de l eau Historique Co-organisé tous les trois ans par le Conseil Mondial de l Eau d une part, un pays et une ville hôte d autre

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 LES INSTRUMENTS FINANCIERS DE LA POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 La Commission européenne a adopté des propositions législatives concernant la politique de cohésion 2014-2020

Plus en détail

Dispositif d'accompagnement

Dispositif d'accompagnement PRÉFET DE LA RÉGION POITOU-CHARENTES Direction régionale des s, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l Emploi de Poitou-Charentes Pôle 3E Service développement économique-innovationentreprises

Plus en détail

VERS UN CADRE EURO MEDITERRANEEN DES QUALIFICATIONS Reconnaissance et transfert des compétences et des qualifications au sein de l UpM

VERS UN CADRE EURO MEDITERRANEEN DES QUALIFICATIONS Reconnaissance et transfert des compétences et des qualifications au sein de l UpM VERS UN CADRE EURO MEDITERRANEEN DES QUALIFICATIONS Reconnaissance et transfert des compétences et des qualifications au sein de l UpM ELEMENTS DE CONTEXTE La Déclaration commune du sommet de Paris pour

Plus en détail

Livre bleu. Vers une politique maritime nationale intégrée

Livre bleu. Vers une politique maritime nationale intégrée Livre bleu Vers une politique maritime nationale intégrée Rouen, 30 mars 2010 France et politique maritime Jusqu en 2009, pas de véritable politique maritime en France superposition de politiques sectorielles,

Plus en détail

Agissant comme un trait d union entre les différentes dimensions et parties prenantes de l entreprise, Nous aidons nos clients

Agissant comme un trait d union entre les différentes dimensions et parties prenantes de l entreprise, Nous aidons nos clients Un trait d union Cabinet de conseil en management et ressources humaines, PRANA aide les organisations à faire de la relation de travail et des relations au travail une source d énergie et de création

Plus en détail

IEMA-4. Appel à participation

IEMA-4. Appel à participation Appel à participation Les tendances, méthodes et outils de mise en place des cellules de veille et d intelligence économique Sensible aux nouveaux enjeux en matière de veille, d intelligence économique

Plus en détail

L évolution de la gouvernance dans les ports espagnols, français et italiens : Unité et diversité

L évolution de la gouvernance dans les ports espagnols, français et italiens : Unité et diversité L évolution de la gouvernance dans les ports espagnols, français et italiens : Unité et diversité Introduction «Corsetés par des règles de gouvernance surannées ( ) les ports français ont connu un déclin

Plus en détail

La certification V 2010 des établissements de santé : son impact constaté et son impact recherché par la Haute autorité de santé

La certification V 2010 des établissements de santé : son impact constaté et son impact recherché par la Haute autorité de santé La certification V 2010 des établissements de santé : son impact constaté et son impact recherché par la Haute autorité de santé Thomas LE LUDEC Directeur délégué, Directeur de l'amélioration de la qualité

Plus en détail

Avec le soutien de. Lignes directrices. pour l élaboration et la mise en œuvre des stratégies régionales pour la biodiversité

Avec le soutien de. Lignes directrices. pour l élaboration et la mise en œuvre des stratégies régionales pour la biodiversité Avec le soutien de Lignes directrices pour l élaboration et la mise en œuvre des stratégies régionales pour la biodiversité Le Comité français de l UICN (Union Internationale pour la Conservation de la

Plus en détail

Cités et Gouvernements Locaux Unis - Commission de culture. Conseils sur la mise en œuvre locale de l'agenda 21 de la culture

Cités et Gouvernements Locaux Unis - Commission de culture. Conseils sur la mise en œuvre locale de l'agenda 21 de la culture Cités et Gouvernements Locaux Unis - Commission de culture Conseils sur la mise en œuvre locale de l'agenda 21 de la culture Conseils sur la mise en œuvre locale de l Agenda 21 de la culture Document approuvé

Plus en détail

Atelier thématique «Stratégies de développement durable»

Atelier thématique «Stratégies de développement durable» Atelier thématique «Stratégies de développement durable» Par Christian BRODHAG École nationale supérieure des mines de Saint-Etienne (France) brodhag@emse.fr Le thème stratégie de développement durable

Plus en détail

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national.

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national. - 1 - APPEL A PROJETS TEPOS QU EST-CE QU UN TERRITOIRE A ÉNERGIE POSITIVE? Contexte L énergie, nécessaire à tous les domaines et besoins de la vie quotidienne, devient, du fait de sa raréfaction, de plus

Plus en détail

Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences

Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences Réunion 3 11 décembre 2013 Ivry-sur-Seine Fiche synthèse Réunion 3 Emploi, formation, compétences Groupe animé par Patrick Loire, directeur des relations

Plus en détail

Point d étape relatif à la démarche d analyse des impacts du changement INC du 16 septembre 2015

Point d étape relatif à la démarche d analyse des impacts du changement INC du 16 septembre 2015 Point d étape relatif à la démarche d analyse des impacts du changement INC du 16 septembre 2015 1 1. Les objectifs de la démarche d analyse des impacts du changement Au cours de l Instance Nationale de

Plus en détail