Nos sociétés du troisième millénaire, leur nature, L enseignement supérieur et l innovation technologique : les enjeux pour Europe LES NOUVEAUX DÉFIS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Nos sociétés du troisième millénaire, leur nature, L enseignement supérieur et l innovation technologique : les enjeux pour Europe LES NOUVEAUX DÉFIS"

Transcription

1 Figel 13/10/06 11:15 Page 94 L enseignement supérieur et l innovation technologique : les enjeux pour Europe Le problème fondamental auquel se trouve confrontée l Union européenne en matière d innovation réside dans son inaptitude à exploiter et à partager pleinement les résultats de la R&D et à les traduire en valeur économique et sociétale. C est pourquoi il est nécessaire que les établissements d enseignement supérieur se fixent des priorités stratégiques reposant sur trois objectifs principaux : l intégration des éléments du triangle de la connaissance (enseignement, recherche, innovation), l excellence et la flexibilité. Pour la période , la Commission continuera à procurer de nombreux financements en faveur de l innovation à travers les programmes comme le 7 e programme cadre de recherche et développement, le programme pour l apprentissage tout au long de la vie, le programme pour la compétitivité et l emploi. Par Ján FIGEL, Commissaire Européen à l Education, Formation, Culture et Multilinguisme Nos sociétés du troisième millénaire, leur nature, leur développement, dépendent largement de notre capacité d innovation. Les défis sont multiples : il s agit d assurer à l échelle européenne et mondiale une combinaison harmonieuse entre prospérité économique, développement durable, bien-être et solidarité entre les individus. A l échelle européenne, cette question est aujourd hui devenue centrale dans le cadre de la Stratégie de Lisbonne, définie comme un moyen privilégié d évoluer harmonieusement vers une économie de la connaissance en voie de globalisation. Rappelons en effet qu à Lisbonne, en mars 2000, le Conseil européen a fixé des objectifs très ambitieux. Il a estimé que l Union doit devenir «l économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique du monde, capable d une croissance économique durable accompagnée d une amélioration quantitative et qualitative de l emploi et d une plus grande cohésion sociale». Aussi, depuis plusieurs années, les Etats membres et la Commission européenne se mobilisent afin de mettre en œuvre les moyens nécessaires pour assurer la compétitivité économique de l Union européenne. Récemment encore, le Conseil européen de printemps 2006 a demandé à la Commission européenne de présenter les bases d une stratégie d innovation pour l Europe pour traduire en produits et services les investissements dans le domaine de la connaissance [1]. De même, en janvier 2006, le rapport «Créer une Europe 94

2 Figel 13/10/06 11:15 Page 95 innovante» («Rapport Aho») a attiré l attention des responsables politiques sur la nécessité d un plan d action urgent, avant qu il ne soit trop tard, pour améliorer les conditions de marché en faveur de l innovation [2]. L enseignement et la formation, à tous les niveaux, de l enseignement primaire à l enseignement supérieur en passant par la formation tout au long de la vie, ont été largement reconnus comme des facteurs essentiels de la compétitivité de l Europe : ils doivent créer les conditions pour qu une société et une économie contribuent à l émergence de l innovation, y soient réceptives et soient capables de s y adapter. Dans ce contexte, l enseignement supérieur, en particulier, joue un rôle déterminant, étant à l interface des mécanismes de création et de diffusion du progrès scientifique et technologique. Au-delà de l aspect compétitivité, j insiste aussi sur le fait que la formation et l éducation constituent bien sûr des facteurs d épanouissement personnel et de bien-être de l individu. Après avoir rappelé, dans une première partie, les principaux défis que l enseignement supérieur doit relever, l objectif de cet article est de préciser les éléments d une stratégie à moyen et long terme en distinguant trois priorités : adapter et créer les conditions d un environnement favorable à la modernisation de l enseignement supérieur ; doter les établissements d enseignement supérieur de stratégies ambitieuses ; redéfinir les objectifs de la formation, leur contenu et les méthodes pédagogiques. Enfin, dans une dernière partie, sera précisé le rôle qu entend jouer la Commission européenne pour accompagner cette dynamique. INNOVER DANS UNE SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE GLOBALISÉE Certaines sociétés ont pu vivre et survivre pendant plusieurs siècles sans réelle innovation. Aujourd hui, notre société fonctionne sur un mode très différent. Innover est plus important que jamais. L émergence d une société post-industrielle à l échelle mondiale, où l innovation doit jouer le rôle déterminant de moteur du développement économique et social induit progressivement un changement de paradigme qui remet en cause les pratiques traditionnelles d enseignement et de recherche. Ce changement de paradigme s inscrit dans un contexte général caractérisé par : la réduction et l accélération du cycle de vie des technologies ; l abolition des barrières entre les domaines et les secteurs d activités ; la substitution massive des technologies digitales aux technologies analogiques ; la globalisation de la société, de l économie et de la culture ; l accroissement de la dispersion et de l hétérogénéité des sources d information ; l évolution des comportements et des attentes du public et des usagers ; l émergence des contraintes de l environnement et du développement durable. Par suite, la dynamique d innovation ne se limite plus à l innovation technologique au sens strict. Elle est aussi innovation organisationnelle et concerne également le secteur des services qui offre des synergies de plus en plus nombreuses avec le secteur industriel. En conséquence, le processus d innovation n exige plus de chaque individu tant l acquisition de connaissances et de savoir-faire que la maîtrise et le développement de compétences permettant notamment de : transformer une imagination créative (et celles des autres) en actions concrètes ; concevoir et mettre en œuvre des solutions innovantes, complexes et transdisciplinaires ; intervenir dans des contextes fluctuants avec des pratiques de travail qui se transforment en permanence en relation avec les évolutions des marchés ou des organisations ; ce dernier point en particulier est souvent sous-estimé alors qu à la faveur des nombreuses restructurations industrielles (fusions, acquisitions, alliances, délocalisations), les configurations des entreprises changent rapidement ; savoir gérer l accès à une information toujours plus riche, qu il faut savoir identifier, sélectionner, évaluer et critiquer en fonction de son origine et de ses sources ; œuvrer dans un environnement multiculturel où l évaluation et l appréciation des problèmes, la mise en œuvre de solutions, les mécanismes d incitation et de récompense deviennent relatifs à un contexte et une culture. Cet enjeu est au cœur des réflexions actuelles menées dans des cercles très divers (1) qui prouvent qu il n est pas encore certain que dans tous les pays et dans tous les systèmes d enseignement les objectifs soient en voie d être atteints. C est particulièrement vrai pour les établissements et les formations en lien direct avec cette problématique de l innovation et qui représentent actuellement environ le quart des étudiants de l enseignement supérieur en Europe (2). Pour atteindre ces objectifs, une mobilisation générale des différents acteurs est nécessaire pour intervenir à trois niveaux : le cadre institutionnel, les stratégies des établissements et, enfin, l activité de formation ellemême. (1) Voir par exemple, les travaux de la SEFI, Société Européenne pour la Formation des Ingénieurs, à l occasion des ses conférences annuelles. (2) Il s agit du nombre d étudiants en 2003 dans les disciplines de mathématiques, sciences et technologies, voir [3]. JÁN FIGEL 95

3 Figel 13/10/06 11:15 Page 96 Ahmet Sel / SIPA L enseignement et la formation, à tous les niveaux, de l enseignement primaire à l enseignement supérieur en passant par la formation tout au long de la vie, ont été largement reconnus comme des facteurs essentiels de la compétitivité de l Europe : ils doivent créer les conditions pour qu une société et une économie contribuent à l émergence de l innovation, y soient réceptives et soient capables de s y adapter. Dans ce contexte, l enseignement supérieur en particulier, joue un rôle déterminant, étant à l interface des mécanismes de création et de diffusion du progrès scientifique et technologique. CRÉER UN ENVIRONNEMENT FAVORABLE À LA MODERNISATION DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR Le dispositif d enseignement supérieur en Europe souffre d une façon générale de la combinaison d un excès de contrôle public, d une insuffisance de financement et de l absence de mécanismes d incitation adaptés pour susciter son évolution et sa modernisation. Dans la plupart des Etats membres, les pouvoirs publics contrôlent et régissent les établissements d enseignement supérieur de manière relativement étroite. Cette intervention étatique est en soi légitime et conforme à la législation communautaire. Aujourd hui cependant, un cadre législatif et réglementaire trop strict peut constituer un frein aux évolutions nécessaires. Par ailleurs, ces dispositifs sont souvent peu compatibles entre eux à l échelle européenne. Les cadres réglementaires et administratifs interviennent à tous les niveaux de l organisation et du fonctionnement des établissements et représentent autant d obstacles aux initiatives locales et à l innovation. Ces dispositifs créent des entraves à la mobilité des personnels et des étudiants, l innovation pédagogique et l interdisciplinarité, le développement de partenariats structurés avec le monde économique ou encore la diversification des sources de financement. Dans ce domaine en particulier, les difficultés actuelles sont exacerbées par le déficit de financement qui affecte l enseignement et la recherche. La croissance des effectifs étudiants n a pas été accompagnée par une augmentation équivalente des financements publics et le recours aux ressources privées n a pas été suffisamment encouragé. Par rapport à leurs homologues aux Etats-Unis, les universités européennes affichent des écarts de ressources moyens (incluant l enseignement et la recherche) de l ordre de euros par étudiant et par an [4]. Dans le domaine de la recherche, les dépenses des pays de l Union européenne atteignent 1,9 % du PIB, alors que celles des Etats-Unis, du Japon ou de la Corée du Sud sont proches de 3 %. Comme l enseignement supérieur et la recherche de qualité coûtent de plus en plus cher, il est d ailleurs vraisemblable qu à l avenir une proportion croissante des ressources nécessaires proviendra de sources non publiques. Enfin, les mécanismes incitatifs à l échelle institutionnelle ou des individus pour encourager les initiatives 96

4 Figel 13/10/06 11:15 Page 97 innovantes, récompenser la prise de risque et les performances, sont encore embryonnaires dans la plupart des cas. Ces mécanismes incluent notamment les dispositifs fiscaux favorisant, par exemple, le développement de partenariats durables avec l industrie. Ils concernent également, par exemple, les systèmes de bourses et de prêts pour rendre les formations attrayantes quand on sait que dans de nombreux pays, les disciplines scientifiques souffrent d un déficit chronique de recrutement. C est la raison pour laquelle les Etats membres doivent impérativement prendre des mesures en particulier dans les domaines de l autonomie, de la responsabilité et de la gestion des établissements d enseignement supérieur. Dans un environnement ouvert, concurrentiel et évolutif, l autonomie est indispensable aux établissements pour répondre aux besoins changeants de la société et en assumer pleinement la responsabilité. Faire face aux défis actuels nécessite de nouvelles approches institutionnelles et organisationnelles en matière de gestion des ressources humaines (qualitative et quantitative), de capacité managériale des dirigeants des établissements (formation et recrutement), de critères d évaluation et de financement, d enseignement et de cursus et surtout, de recherche et de formation à la recherche. Les pouvoirs publics doivent se doter de véritables politiques pour être en mesure d identifier les moyens nécessaires et les affecter de façon cohérente. Plus qu un désengagement de l Etat, il s agit de plaider au contraire pour un renforcement de sa responsabilité dans le domaine de l enseignement supérieur et de la recherche. Ces réflexions concernent également le niveau européen, où les efforts en direction d un espace européen de l enseignement et de la recherche doivent être poursuivis. Les obstacles à la mobilité des personnes, à la reconnaissance des qualifications et des diplômes sont encore trop nombreux. Certains Etats membres ont d ores et déjà entrepris la réforme du statut, de l organisation interne et du financement des établissements d enseignement supérieur. Toutefois, la Stratégie de Lisbonne met les gouvernements devant la nécessité d aller plus loin en mettant sur pied un nouveau partenariat avec eux. DOTER LES ÉTABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR DE STRATÉGIES AMBITIEUSES Dans un cadre ainsi rénové, les établissements d enseignement supérieur doivent se fixer des priorités stratégiques, obtenir les moyens adéquats et conduire les réformes et adaptations internes nécessaires. Ces stratégies doivent reposer sur trois objectifs principaux : l intégration des éléments du triangle de la connaissance (enseignement, recherche, innovation), l excellence et la flexibilité. De l avis général des experts, le problème fondamental auquel se trouve confrontée l Union européenne en matière d innovation réside dans son inaptitude à exploiter et à partager pleinement les résultats de la R&D et à les traduire en valeur économique et sociétale. L Europe doit non seulement développer les trois pôles du triangle de la connaissance mais consolider les passerelles qui les relient, comme l a souligné le «rapport Aho» [2] en La réalisation de cet objectif passe par la mobilisation directe des acteurs eux-mêmes et, en particulier, des établissements d enseignement supérieurs. Si la dimension recherche est déjà largement intégrée dans la stratégie des établissements d enseignement supérieur de la plupart de nos pays, il existe encore une marge de progrès considérable pour renforcer les liens avec la société et le monde de l entreprise. Les établissements d enseignement supérieur ont besoin d affirmer leur rôle en tant qu acteurs économiques tout en préservant le caractère public de leur mission ainsi que leurs responsabilités sociales et culturelles. L Europe dispose d un potentiel d établissements très important. Cependant, ils sont encore trop peu nombreux à atteindre, dans un nombre suffisant de domaines, les niveaux d excellence leur permettant d être attractifs à l échelle mondiale. Cette excellence doit être recherchée à tous les niveaux, à la fois dans le domaine scientifique et technologique, mais aussi en matière d enseignement et de développement. Mettre l accent sur l excellence, signifie, entre autre, de remettre en cause le principe d uniformité qui a longtemps guidé les politiques publiques en matière d enseignement supérieur. Cette approche a permis de relever le défi de la massification de l enseignement supérieur dans la deuxième moitié du XX e siècle et d assurer un bon niveau général, mais a conduit, inversement, à une dispersion des moyens et à une fragmentation du dispositif d enseignement supérieur qui peine à atteindre la masse critique dans de nombreux secteurs. Même si des progrès ont été réalisés au cours de la période récente, les établissements doivent intégrer dans leurs modalités d organisation et de fonctionnement le principe de flexibilité. C est une dimension essentielle, notamment en matière de gestion des ressources humaines, d organisation des structures (facultés, départements), de définition des programmes de formations et de méthodes pédagogiques. Cette flexibilité est indispensable pour répondre à l évolution rapide des problématiques de recherche et du marché de l emploi, à la mise en œuvre de démarches interdisciplinaires, au développement des programmes de mobilité géographique et sectorielle ou disciplinaires des étudiants et du personnel. Cette notion de flexibilité dépasse le cadre des établissements et concerne également les projets pédagogiques et les objectifs de formation puisque in fine l enjeu est d assurer l employabilité des diplômés et la formation de cadres «flexibles». Afin d atteindre ces différents objectifs, les responsables des établissements doivent développer et intégrer trois orientations stratégiques majeures. JÁN FIGEL 97

5 Figel 13/10/06 11:15 Page 98 La mise en œuvre de stratégies de différenciation Ces stratégies de différenciation doivent permettre aux établissements de valoriser leurs spécificités en terme de portefeuilles d activités, de disciplines et de services universitaires. De telles stratégies sont devenues incontournables pour concentrer les moyens limités des établissements sur leurs points forts et atteindre la masse critique, pour cultiver leur image d excellence, pour mobiliser et valoriser leurs ressources et leurs talents. C est aussi la condition nécessaire pour diversifier sur un plan général l offre de formation et l adapter à la multiplicité des publics et des demandes (3). Une stratégie de partenariats Le développement s impose, à l échelle nationale, européenne et internationale, d une stratégie de partenariats active entre les établissements d enseignement supérieur eux-mêmes (du même domaine ou appartenant à des domaines différents) (4), mais aussi avec les acteurs extérieurs et notamment les entreprises. La multiplication des accords de collaboration et les stratégies de réseau ne doivent cependant pas se substituer aux nécessaires restructurations des systèmes d enseignement supérieur comme l ont déjà compris un certain nombre de pays qui se sont engagés, depuis quelques années, dans des politiques de rapprochement et de fusion d établissements. Des démarches d assurance qualité Une systématisation des démarches d assurance qualité comme outil crédible et permanent d amélioration des performances des établissements est nécessaire. Même si la qualité est avant tout une question de culture, l expérience montre que les établissements qui se sont engagés dans cette voie ont rapidement amélioré leurs performances et la pertinence de leur projet éducatif. Ces dispositifs, internes et externes, doivent s appuyer sur des labels de qualité crédibles au niveau international et posent de nombreux problèmes méthodologiques, notamment quand il s agit de déterminer des indicateurs de la performance ou d évaluer les compétences. (3) L homogénéité des stratégies actuelles des établissements, qui poursuivent globalement tous les mêmes objectifs, rend effectivement difficile l adaptation de l offre de formation à la diversité des publics et des besoins (groupes sociaux moins favorisés par exemple). (4) Par exemple, entre les écoles de commerce et les écoles ou facultés techniques et scientifiques. REDÉFINIR LES OBJECTIFS DE LA FORMATION, LEUR CONTENU ET LES MÉTHODES PÉDAGOGIQUES Afin de répondre aux enjeux de l innovation, les programmes de formation du futur doivent nécessairement intégrer et trouver l équilibre adéquat entre les trois composantes suivantes : l acquisition des connaissances (les fondements disciplinaires de la formation), à la fois dans les domaines scientifiques, techniques (technologies, méthodes, savoir-faire professionnel) mais aussi des marchés et de la gestion ; l acquisition de compétences clés en matière de créativité, indépendance et esprit critique ; capacité d initiative, prise de décision ; communication, dialogue, interaction, compréhension à l échelle interdisciplinaire, intersectorielle ou interculturelle ; intelligence sociale ; leadership, encadrement, travail en groupe ; l acquisition d une expérience et d un savoir-faire professionnel, non seulement dans des domaines d expertise scientifique ou technique, mais également en matière de gestion de projet, d exercice du leadership, d expérience interculturelle, etc. ; cela passe par des contacts étroits et une confrontation à tous les niveaux avec le monde de la recherche et de l entreprise ; il s agit en fait de reconnaître le rôle formateur de la recherche et de l entreprise dans la construction des compétences (5). Relever ce défi passe à la fois par le renouvellement, l enrichissement et la diversification du contenu des formations, mais également par le développement de nouvelles méthodes pédagogiques. Il est désormais acquis que la technologie intègre une dimension humaine et sociale et que le progrès technique est enraciné dans une réalité historique, économique et sociale. C est la raison pour laquelle il faut poursuivre et systématiser les efforts pour introduire les disciplines des sciences humaines et sociales (économie, gestion, sociologie, droit, sciences politiques, histoire) dans les cursus scientifique et technique. Les formations à l entrepreneuriat, par exemple, doivent devenir un élément important dans les établissements d enseignement à caractère technique [5]. Par ailleurs, il faut également développer les approches et méthodes nécessaires à l action, à la mise en œuvre et à la gestion des processus et des procédés. Les enseignements comme la gestion de projet, la gestion de l innovation, la planification industrielle permettent de mettre davantage l accent sur les procédures que sur le contenu, à la différence des enseignements traditionnels. De nouvelles problématiques doivent également être introduites pour tenir compte des nouveaux défis sociétaux. Par exemple, il faut encourager la mise en place (5) Le développement de formations d ingénieurs par apprentissage ou la valorisation des acquis de l expérience professionnelle relève de cette approche. 98

6 Figel 13/10/06 11:15 Page 99 d enseignements ou de cursus complets relatifs à l environnement (ingénierie / technologie de l environnement), à la gestion et prévention des risques. La question des méthodes pédagogiques et des environnements d apprentissage est au centre des évolutions en cours. Il faut sans aucun doute intensifier l exploration et l expérimentation de nouveaux moyens et méthodes afin de permettre l intégration des différents éléments rappelés ci-dessus. La diffusion des résultats et des bonnes pratiques est indispensable et doit encore être stimulée. En effet, à travers l Europe, de nombreuses expériences sont menées qui doivent être évaluées, comparées et largement diffusées. Les méthodes d enseignement à distance, les expériences de «cooperative education» qui associent étroitement universités et entreprises dans le cadre de projets intégrés, les méthodes de travail et d enseignement en équipes (groupes d enseignants, de praticiens, d étudiants) semblent prometteuses, comme d ailleurs toutes les approches qui favorisent l ouverture d esprit, notamment envers la société au sens large, la confrontation des approches et des disciplines, ou l acquisition de compétences tacites. LE RÔLE DE LA COMMISSION EUROPÉENNE Depuis plusieurs années, la Commission européenne a consenti des efforts conséquents en matière d éducation. L éducation ne relevait pas traditionnellement des domaines de compétence communautaire. Cependant, le Traité de Maastricht a changé la donne et la Commission est désormais un partenaire important des pouvoirs publics et des établissements scolaires et universitaires. Lisbonne a, bien sûr, renforcé la place de l éducation au niveau communautaire. Dans ce contexte nouveau, la Commission intervient non seulement par le biais de financements, mais aussi en favorisant la coopération politique et en donnant des impulsions. S agissant de la problématique innovation/enseignement supérieur, les priorités de l Union européenne sont de mobiliser le réservoir de talent et d énergie dont elle dispose tout en capitalisant sur une longue tradition d innovation et sur sa diversité culturelle. Il y a désormais un consensus pour reconnaître que le potentiel d innovation de l Europe n est pas suffisamment exploité et que l Europe doit renforcer les trois pôles du triangle de la connaissance : l éducation, la recherche et l innovation. Certes, la Commission européenne n est pas un acteur direct de la modernisation de l enseignement supérieur, mais elle a néanmoins les moyens de jouer un rôle de catalyseur en apportant une impulsion politique et en mobilisant des ressources pour accompagner ce mouvement. En effet, une intervention à l échelle européenne présente de nombreux avantages dans la mesure où elle permet de mener des opérations à une échelle plus grande (en termes d impact et de mobilisation de moyens), d exploiter la diversité et la richesse des ressources intellectuelles de l Union et de créer des synergies et des opportunités de coopération et d émulation entre les acteurs. Ainsi, dans le domaine politique, la Commission a adopté récemment différents textes visant à sensibiliser et mobiliser les Etats membres sur ces questions et à définir le cadre futur de son action. Citons en particulier, la communication «Mobiliser les cerveaux européens : permettre aux universités de contribuer pleinement à la stratégie de Lisbonne» [6] et, plus récemment, la communication «Faire réussir le projet de modernisation pour les universités : formation, recherche et innovation» [7]. Grâce à la méthode ouverte de coordination qui consiste à identifier et à diffuser les bonnes pratiques, les peer learning clusters établis dans le cadre du programme de travail «Education, Formation 2010» montrent leur efficacité pour identifier et diffuser des solutions innovantes. Les efforts doivent se poursuivre en particulier pour accompagner la mise en place des réformes de Bologne, du projet de cadre européen des certifications, de la Charte européenne du chercheur et du code de conduite pour le recrutement des chercheurs ou pour la construction d un système de garantie de qualité ou d accréditation crédible au plan européen. Pour la période , la Commission continuera à procurer de nombreux financements en faveur de l innovation à travers les programmes comme le 7 e programme cadre de recherche et développement, le programme pour l apprentissage tout au long de la vie, le programme pour la compétitivité et l emploi. De plus, les Fonds structurels contribueront de façon croissante à l amélioration des ressources et des équipements universitaires, au renforcement des partenariats entre le monde académique et l entreprise ainsi que les activités de recherche et d innovation, en lien avec les objectifs de développement économique des régions et des Etats membres. Enfin, le projet de création d un Institut européen de technologie (IET) est l un des projets phare pour les années à venir. Pour la première fois, la Commission envisage la création d un acteur européen chargé d intégrer des activités d enseignement, de recherche et d innovation dans un organisme unique à l échelle européenne. Conçu pour mobiliser et fédérer les meilleures ressources des universités, des centres de recherche et des entreprises, l IET aura les moyens de devenir un établissement leader à l échelle mondiale capable d attirer les meilleurs cerveaux et une référence d excellence en matière de science et de technologie. Il devrait également devenir un modèle en matière de gouvernance et de relations avec les entreprises, capable d inspirer et de stimuler les réformes dans les établissements existants [8]. UN ENJEU DE GOUVERNANCE Afin de relever le défi de l innovation technologique, une restructuration et modernisation de l enseigne- JÁN FIGEL 99

7 Figel 13/10/06 11:15 Page 100 ment supérieur sont indispensables dans le cadre d une action coordonnée de la part de tous les acteurs concernés. Les discussions au niveau européen montrent une détermination croissante de la plupart des Etats membres qui se sont engagés dans des politiques de réforme et tendent à accroître les moyens consacrés à ce secteur. La Commission européenne contribue également, à son niveau, dans les différents domaines de sa compétence, grâce à la mise en œuvre du programme communautaire de Lisbonne [9]. Toutefois, en dernier lieu, ce sont les acteurs (établissements et individus) eux-mêmes qui doivent se mobiliser pour relever les défis actuels et porter la dynamique de leur propre renaissance. La mobilisation des ressources internes des établissements est la condition de la réussite. Moderniser et réformer l enseignement supérieur en Europe est donc, avant tout, un enjeu de gouvernance, même si la question des moyens ne doit pas être occultée. BIBLIOGRAPHIE [1] Conseil de l Union Européenne (2006) Conseil Européen Bruxelles des mars 2006, conclusions de la Présidence, 7775/1/06 REV1 du 18 mai [2] Aho E. (coord.) (2006) Créer une Europe innovante, Rapport du groupe d experts indépendant sur la R&D et l innovation créé à la suite du sommet de Hampton Court, janvier 2006, 25 pages. [3] European Commission (2006) Commission staff working paper, Progress towards the Lisbon objectives in education and training 2006 report, 237 pages. [4] Document de travail de la Commission accompagnant la Communication COM (2005) 152 final, «Mobiliser les cerveaux européens», paragraphe 42. [5] Commission Européenne (2006) Communication : «Mise en œuvre du Programme communautaire de Lisbonne : stimuler l esprit d entreprise par l enseignement et l apprentissage», COM (2006) 33 final du [6] Commission Européenne (2005) Communication : «Mobiliser les cerveaux européens : permettre aux universités de contribuer pleinement à la stratégie de Lisbonne», COM (2005) 152 final du [7] Commission Européenne (2006) Communication : «Faire réussir le projet de modernisation pour les universités : formation, recherche et innovation», COM (2006) 208 final du [8] Commission Européenne (2006) Communication : «Concrétiser le partenariat revisité pour la croissance et l emploi, développer un pôle de la connaissance : l Institut Européen de Technologie», COM (2006) 77 final du [9] Commission Européenne (2005) Communication : «Actions communes pour la croissance et l emploi : le programme communautaire de Lisbonne», COM (2005) 330 final du

Plan. stratégique 2015-2020

Plan. stratégique 2015-2020 Plan stratégique 2015-2020 Table des matières 1 2 3 5 Mot du recteur par intérim Mission Vision Valeurs Enjeu 1 Leadership et positionnement Enjeu 2 Études et formations distinctives 7 9 11 13 Enjeu 3

Plus en détail

L'Autonomie des Jeunes en question. Youg People's autonomy / Junge leute autonomie. Contact / Contact / Berührung

L'Autonomie des Jeunes en question. Youg People's autonomy / Junge leute autonomie. Contact / Contact / Berührung Ján Figel Commissaire européen en charge de l Education, de la Formation, de la Culture et du Multilinguisme Bruxelles p. 2 L'Autonomie des Jeunes en question Youg People's autonomy / Junge leute autonomie

Plus en détail

cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial

cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial INSTITUT NATIONAL DES ÉTUDES TERRITORIALES Conçu pour des cadres expérimentés, le cycle supérieur de management (CSM) vise

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Examen par les pairs: l économie sociale préparer le terrain pour des réponses innovantes face aux défis actuels

Examen par les pairs: l économie sociale préparer le terrain pour des réponses innovantes face aux défis actuels Add title 2 préparer le terrain pour des réponses innovantes face aux défis actuels L examen par les pairs tenu à Paris (France) les 10 et 11 décembre 2012 était organisé par la Direction générale française

Plus en détail

LE PARTENAIRE D AFFAIRES RH : CATALYSEUR DES CHANGEMENTS ORGANISATIONNELS RÉUSSIS

LE PARTENAIRE D AFFAIRES RH : CATALYSEUR DES CHANGEMENTS ORGANISATIONNELS RÉUSSIS LE PARTENAIRE D AFFAIRES RH : CATALYSEUR DES CHANGEMENTS ORGANISATIONNELS RÉUSSIS Par Jacqueline Codsi Comme le mentionne éloquemment Hervey Sériex, «Autrefois, le changement était l'exception et le statu

Plus en détail

INVESTIR POUR L AVENIR

INVESTIR POUR L AVENIR Employers in Education THE EUROPEAN FEDERATION OF EDUCATION EMPLOYERS INVESTIR POUR L AVENIR Déclaration conjointe sur l éducation, la formation et la recherche La présente déclaration conjointe a pour

Plus en détail

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE»

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE» Confédération Européenne des Syndicats 1 Union des Confédérations de l Industrie et des Employeurs d Europe UNICE/UEAPME 2 Centre Européen des Entreprises à Participation Publique et des Entreprises d

Plus en détail

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE European University Association Association Européenne de l'université Copyright 2008 par l Association Européenne de l Université

Plus en détail

Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004

Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004 Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004 Annexe La Conférence générale de l Organisation internationale du Travail, convoquée à Genève par le Conseil d administration du

Plus en détail

Revaloriser les métiers au service des missions de l Université

Revaloriser les métiers au service des missions de l Université Revaloriser les métiers au service des missions de l Université PREAMBULE Le capital humain est notre richesse première. La force de l Université tient à la qualité de ses universitaires et à celle de

Plus en détail

Processus de Bologne 2020 L espace européen de l enseignement supérieur au cours de la prochaine décennie

Processus de Bologne 2020 L espace européen de l enseignement supérieur au cours de la prochaine décennie -Version FR Processus de Bologne 2020 L espace européen de l enseignement supérieur au cours de la prochaine décennie Communiqué de la Conférence des ministres européens chargés de l Enseignement supérieur,

Plus en détail

Processus de Barcelone: Union pour la Méditerranée

Processus de Barcelone: Union pour la Méditerranée Processus de Barcelone: Union pour la Méditerranée Communication relative au premier forum euro-méditerranéen de l enseignement technique et de la formation professionnelle Marseille, 18 décembre 2008

Plus en détail

CHARTE DE L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS A L ETRANGER (EFE)

CHARTE DE L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS A L ETRANGER (EFE) 1 CHARTE DE L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS A L ETRANGER (EFE) Préambule Les établissements scolaires membres du réseau de l enseignement français à l étranger dispensent un enseignement à programme français ouvert

Plus en détail

MIEUX ANTICIPER ET GÉRER LE CHANGEMENT

MIEUX ANTICIPER ET GÉRER LE CHANGEMENT EUPAE AISBL / European Public Administration Employers TUNED Trade Union s National and European Delegation ORIENTATIONS POLITIQUES STRATÉGIES DE RENFORCEMENT DES RESSOURCES HUMAINES MIEUX ANTICIPER ET

Plus en détail

Priorités de la Présidence luxembourgeoise

Priorités de la Présidence luxembourgeoise Dossier de presse Priorités de la dans les domaines de l Éducation nationale, de l Enfance, de la Jeunesse, de l Enseignement supérieur et de la Recherche 30 juin 2015 Priorités de la Éducation nationale,

Plus en détail

Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques

Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques 1. OBJECTIFS DE LA FORMATION La valeur ajoutée de cette formation de haut niveau réside dans son caractère

Plus en détail

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 La CONFEMEN a adhéré à l initiative «l Éducation avant tout» du Secrétaire général

Plus en détail

Agissant comme un trait d union entre les différentes dimensions et parties prenantes de l entreprise, Nous aidons nos clients

Agissant comme un trait d union entre les différentes dimensions et parties prenantes de l entreprise, Nous aidons nos clients Un trait d union Cabinet de conseil en management et ressources humaines, PRANA aide les organisations à faire de la relation de travail et des relations au travail une source d énergie et de création

Plus en détail

La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche

La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche I - Un historique du modèle de la compétence II - Les enjeux de la GPEC III - Une démarche reliant stratégie/compétences/organisation

Plus en détail

L IFAC. Projet associatif. Le chant choral en partage, en dialogue et en action

L IFAC. Projet associatif. Le chant choral en partage, en dialogue et en action L IFAC Projet associatif Le chant choral en partage, en dialogue et en action Contexte La pratique du chant choral en France est caractérisée par une diversité remarquable héritée de sa trajectoire historique.

Plus en détail

UNE ÉCOLE D INGÉNIEUR D EXCELLENCE POUR L AFRIQUE

UNE ÉCOLE D INGÉNIEUR D EXCELLENCE POUR L AFRIQUE SOMMAIRE L ÉCOLE CENTRALE CASABLANCA, L EXCELLENCE UNIVERSITAIRE À VOCATION PANAFRICAINE... 2 L ÉCOLE CENTRALE PARIS, DEVENUE CENTRALESUPELEC LE 1 ER JANVIER 2015... 3 LE RÉSEAU INTERNATIONAL DES ÉCOLES

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011 Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement 1. La présente note d orientation a pour objet d exposer l approche plus vaste

Plus en détail

Objectifs de la présentation

Objectifs de la présentation Objectifs de la présentation Stimuler la réflexion des gestionnaires et des intervenants du secteur de la santé, autour de la problématique et des défis du suivi post formation Partager l expérience du

Plus en détail

FILIÈRE DE FORMATION INTÉGRÉE BI-NATIONALE «PROGRAMME FRANCO-ANTILLAIS»

FILIÈRE DE FORMATION INTÉGRÉE BI-NATIONALE «PROGRAMME FRANCO-ANTILLAIS» FILIÈRE DE FORMATION INTÉGRÉE BI-NATIONALE «PROGRAMME FRANCO-ANTILLAIS» MASTER POLITICAL STUDIES AND INTERNATIONAL COOPERATION ETUDES POLITIQUES ET COOPERATION INTERNATIONALE entre : L Université des West

Plus en détail

Baromètre 2015 de l ouverture sociale : une proportion et un accompagnement croissants des jeunes de milieu populaire dans les grandes écoles

Baromètre 2015 de l ouverture sociale : une proportion et un accompagnement croissants des jeunes de milieu populaire dans les grandes écoles Baromètre 2015 de l ouverture sociale des grandes écoles, réalisé par la CGE et l association Passeport Avenir, en partenariat avec le cabinet Inergie et le mécénat de compétences des groupes Orange et

Plus en détail

Des réserves d énergies pour coopérer. Denis THIEBAUD

Des réserves d énergies pour coopérer. Denis THIEBAUD Denis THIEBAUD TPE & PME face aux enjeux énergétiques Construction neuve - rénovation Normes Labels Réglementation Innovations Besoin du client potentiel Capacités de réponse? Opportunités de marché 2

Plus en détail

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 1 Les partis pris méthodologiques Privilégier la participation active pour une co-production Sont privilégiées les approches et méthodologies

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

ORIENTATIONS POLITIQUES STRATEGIE DE RENFORCEMENT DES RESSOURCES HUMAINES : MIEUX ANTICIPER ET GERER LE CHANGEMENT 8 octobre 2013

ORIENTATIONS POLITIQUES STRATEGIE DE RENFORCEMENT DES RESSOURCES HUMAINES : MIEUX ANTICIPER ET GERER LE CHANGEMENT 8 octobre 2013 Introduction : ORIENTATIONS POLITIQUES STRATEGIE DE RENFORCEMENT DES RESSOURCES HUMAINES : MIEUX ANTICIPER ET GERER LE CHANGEMENT 8 octobre 2013 1. Dans sa réponse au Livre vert de la Commission européenne

Plus en détail

Intervention PREFAS journée CNAM 14 octobre 2011. «De la diversité et de l intérêt des PREFAS» Chantal Goyau

Intervention PREFAS journée CNAM 14 octobre 2011. «De la diversité et de l intérêt des PREFAS» Chantal Goyau Intervention PREFAS journée CNAM 14 octobre 2011 2 e table ronde : savoirs professionnels savoirs académiques «De la diversité et de l intérêt des PREFAS» Chantal Goyau La circulaire de la DGAS du 6 mars

Plus en détail

INPED-Magazine : Monsieur Mohammed MATMATI, Professeur à Grenoble Ecole de Management (France) répond en exclusivité à nos questions

INPED-Magazine : Monsieur Mohammed MATMATI, Professeur à Grenoble Ecole de Management (France) répond en exclusivité à nos questions INPED-Magazine : Monsieur Mohammed MATMATI, Professeur à Grenoble Ecole de Management (France) répond en exclusivité à nos questions Dans le cadre des entretiens d INPED Magazine, Monsieur Mohammed MATMATI,

Plus en détail

Portefeuille Global des Projets du Programme d Urgence

Portefeuille Global des Projets du Programme d Urgence Portefeuille Global des Projets du Programme d Urgence 2009-2012 PROGRAMME D URGENCE Ensemble pour l école de la réussite 2009-2012 ESPACE 1 ESPACE 2 ESPACE 3 ESPACE 4 Rendre effective l obligation de

Plus en détail

COLLOQUE ARY BORDES. Investir dans les ressources humaines pour reconstruire un système de santé performant. Bilkis Vissandjée, PhD 24 mars 2011

COLLOQUE ARY BORDES. Investir dans les ressources humaines pour reconstruire un système de santé performant. Bilkis Vissandjée, PhD 24 mars 2011 COLLOQUE ARY BORDES Investir dans les ressources humaines pour reconstruire un système de santé performant Bilkis Vissandjée, PhD 24 mars 2011 Faculté des sciences infirmières Faculté des sciences infirmières

Plus en détail

Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins. Être un employeur distinctif

Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins. Être un employeur distinctif Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins Être un employeur distinctif ASDEQ Mai 2010 La mission de Desjardins Contribuer au mieux-être économique et social des personnes et des collectivités

Plus en détail

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP.

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. MOBILIS PERFORMA PRÉSENTE LE PROGRAMME DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN, UNE FORMATION ÉLABORÉE

Plus en détail

Les Retraites en France

Les Retraites en France Les Retraites en France Pour une Réforme Durable Strategie I Conseil I Digital I Technologie I Operations Une réforme en profondeur Alors que la réforme des retraites fait à nouveau l actualité, il apparaît

Plus en détail

plan du chapitre L'approche intégrée et multisectorielle NIVEAU I VII.1

plan du chapitre L'approche intégrée et multisectorielle NIVEAU I VII.1 CHAPITRE VII L'approche intégrée et multisectorielle NIVEAU I plan du chapitre Diapo 1 L approche intégrée et multisectorielle Niveau I Diapo 2 Deux traditions méthodologiques Niveau II Diapo 3 Le tout

Plus en détail

«Une Union de l Innovation : accélérer la transformation de l Europe par l innovation dans un monde en évolution rapide» Synthèse

«Une Union de l Innovation : accélérer la transformation de l Europe par l innovation dans un monde en évolution rapide» Synthèse «Une Union de l Innovation : accélérer la transformation de l Europe par l innovation dans un monde en évolution rapide» Synthèse Février 2011 Introduction... 2 Principaux axes d actions de la nouvelle

Plus en détail

UNESCO & GOUVERNEMENT DU PORTUGAL Conférence mondiale sur l éducation artistique développer les capacités créatrices pour le 21 ème siècle

UNESCO & GOUVERNEMENT DU PORTUGAL Conférence mondiale sur l éducation artistique développer les capacités créatrices pour le 21 ème siècle UNESCO & GOUVERNEMENT DU PORTUGAL Conférence mondiale sur l éducation artistique développer les capacités créatrices pour le 21 ème siècle Lisbonne, Portugal 6 9 mars 2006 PROJET DE PROGRAMME Antécédents

Plus en détail

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire?

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Cette question s inscrit dans le contexte où plusieurs acteurs

Plus en détail

Le projet associatif décline et précise la raison

Le projet associatif décline et précise la raison association pour adultes et jeunes handicapés du Val-de-Marne Projet associatif Le projet associatif décline et précise la raison d être et les statuts de l association. Il constitue le document de référence

Plus en détail

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Principes européens et code de conduite Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Une proposition du réseau IRENE Préambule Le réseau IRENE réunit des praticiens, experts, chercheurs,

Plus en détail

LE PARI D UN EMPLOI FAMILIAL DECLARE, ORGANISE ET PROFESSIONNALISE

LE PARI D UN EMPLOI FAMILIAL DECLARE, ORGANISE ET PROFESSIONNALISE LE PARI D UN EMPLOI FAMILIAL DECLARE, ORGANISE ET PROFESSIONNALISE EN EUROPE : VERS LA CONSTRUCTION D UNE UNION PLUS COMPETITIVE, PLUS SOCIALE ET PLUS SOLIDAIRE. 15 JANVIER 2010 FAIRVALUE Corporate & Public

Plus en détail

HISTOIRE A SUCCES: LMD A L UCADL

HISTOIRE A SUCCES: LMD A L UCADL HISTOIRE A SUCCES: LMD A L UCADL PRESENTATION ET JUSTIFICATION DE LA REFORME LMD POURQUOI LE CHOIX DU LMD? Pour son exemplarité dans la manière de traduire une vision en actes concrets Pour la nouvelle

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Lancement de l association D.E.F.I.S Services, Développement des Entreprises et Filières Innovantes de Services

Lancement de l association D.E.F.I.S Services, Développement des Entreprises et Filières Innovantes de Services Tél +33 (0)4 13 94 04 39 / Fax +33 (0)4 13 94 04 10 2 Lancement de l association D.E.F.I.S Services, Développement des Entreprises et Filières Innovantes de Services Jacques Pfister, Président de la CCI

Plus en détail

PARCOURS MANAGEMENT RESSOURCES MANAGERS

PARCOURS MANAGEMENT RESSOURCES MANAGERS La transversalité des compétences managériales Un parcours sur 3 niveaux pour tous les managers du Groupe selon leur expérience dans la fonction. Cette segmentation a pour objectif de doter les managers

Plus en détail

Le projet associatif. Quelques éléments d histoire

Le projet associatif. Quelques éléments d histoire Le projet associatif Quelques éléments d histoire «UNE ASSOCIATION NATIONALE NEE DE LA COOPERATION DE DEUX RESEAUX» Créée le 1 er janvier 2011, la Fédération Addiction est née de la volonté conjointe de

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

RECRUTEMENT DU DIRECTEUR GENERAL D HEC CONTEXTE ET DEFINITION DU PROFIL RECHERCHE

RECRUTEMENT DU DIRECTEUR GENERAL D HEC CONTEXTE ET DEFINITION DU PROFIL RECHERCHE A PROPOS D HEC PARIS Créée en 1881 par la Chambre de commerce et d industrie de Paris, HEC Paris est une business school française de renommée internationale. Elle se distingue par la qualité de sa pédagogie

Plus en détail

LA DEMARCHE COMPETENCE

LA DEMARCHE COMPETENCE LA DEMARCHE COMPETENCE Chapitre 6 : Les actions de la Démarche Compétence Chapitre 6 : Les actions de la Démarche Compétence... 1 6.1. Évaluation des compétences... 2 6.1.1 Mesure des écarts entre compétences

Plus en détail

PLAN D ACTION POUR LA MOBILITE

PLAN D ACTION POUR LA MOBILITE PLAN D ACTION POUR LA MOBILITE La mobilité constitue une des priorités de l Europe que nous construisons : - elle contribue, pour toute personne en mobilité, à un sentiment d appartenance à l Europe, à

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Projet d Etablissement 2013-2016

Projet d Etablissement 2013-2016 Projet d Etablissement 2013-2016 L organisation pédagogique d un établissement scolaire doit être conçue en fonction d un projet d établissement. Le dernier projet (2007-2010) est arrivé à son terme. Le

Plus en détail

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil :

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : Journée de l Ingénieur Tunisien Tunis, 30 octobre 2010

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

HR. Payroll. Benefits.

HR. Payroll. Benefits. Les ressources humaines peuvent-elles introduire plus de flexibilité, d efficacité et de fiabilité dans la croissance des entreprises? HR. Payroll. Benefits. RESSOURCES HUMAINES : SIMPLIFIER LA GESTION

Plus en détail

PLANIFICATION STRATÉGIQUE

PLANIFICATION STRATÉGIQUE PLANIFICATION STRATÉGIQUE Le CRDITED de Montréal est une organisation innovante qui vise l excellence. Il contribue significativement, avec ses partenaires, à la participation sociale des personnes ayant

Plus en détail

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION Distr.: GÉNÉRALE E/ECA/CM.38/6 6 avril 2005 NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE Vingt-quatrième réunion du Comité d experts de la

Plus en détail

Les services municipaux de loisir :

Les services municipaux de loisir : Les services municipaux de loisir : l innovation sociale au service du développement dynamique de nos communautés MÉMOIRE DÉPOSÉ DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION DU LIVRE BLANC SUR L AVENIR DES MUNICIPALITÉS

Plus en détail

Développer son expertise en tant que Responsable Formation

Développer son expertise en tant que Responsable Formation 1 Développer son expertise en tant que Responsable Formation Environnement et fondamentaux de la formation professionnelle L environnement de la formation professionnelle revêt un caractère de plus en

Plus en détail

«Le contexte général du Projet d Union pour la Méditerranée»

«Le contexte général du Projet d Union pour la Méditerranée» CONVENTION INTERNATIONALE DES JURISTES DE L UNION POUR LA MEDITERRANEE NICE, LE 28 JUIN 2008 «Le contexte général du Projet d Union pour la Méditerranée» Henry Marty-Gauquié, Représentant du Groupe BEI

Plus en détail

COMMUNIQUE SUR LES PRINCIPES APPLICABLES A LA POLITIQUE DE L INTERNET REUNION A HAUT NIVEAU DE L OCDE SUR L ECONOMIE INTERNET, 28-29 JUIN 2011

COMMUNIQUE SUR LES PRINCIPES APPLICABLES A LA POLITIQUE DE L INTERNET REUNION A HAUT NIVEAU DE L OCDE SUR L ECONOMIE INTERNET, 28-29 JUIN 2011 COMMUNIQUE SUR LES PRINCIPES APPLICABLES A LA POLITIQUE DE L INTERNET REUNION A HAUT NIVEAU DE L OCDE SUR L ECONOMIE INTERNET, 28-29 JUIN 2011 La Déclaration de Séoul sur le futur de l économie Internet

Plus en détail

Enseignement supérieur Recherche

Enseignement supérieur Recherche Enseignement supérieur Recherche Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 61 CADRE DE DIRECTION EN ÉTABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE RECHERCHE Code : RCH01 Cadre de direction

Plus en détail

Conférence sociale. Table ronde N 5 «Réunir les conditions du redressement productif» Contribution des CCI DE FRANCE. Juillet 2012.

Conférence sociale. Table ronde N 5 «Réunir les conditions du redressement productif» Contribution des CCI DE FRANCE. Juillet 2012. Conférence sociale Table ronde N 5 «Réunir les conditions du redressement productif» Contribution des CCI DE FRANCE Juillet 2012 Page 1 Introduction Si la production va mal en France, c est d abord en

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Science politique de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis Version 2 : 20 juillet 2012 L expérimentation conduite par l Agence nationale de lutte contre l illettrisme

Plus en détail

Augmenter l impact économique de la recherche :

Augmenter l impact économique de la recherche : Augmenter l impact économique de la recherche : 15 mesures pour une nouvelle dynamique de transfert de la recherche publique, levier de croissance et de compétitivité Partout dans le monde, la recherche

Plus en détail

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Executive summary (1) Les transformations des DSI L entreprise et

Plus en détail

Thématique de travail possible n 1. RSE, compétitivité et développement durable l enjeu des PME

Thématique de travail possible n 1. RSE, compétitivité et développement durable l enjeu des PME Thématique de travail possible n 1 RSE, compétitivité et développement durable l enjeu des PME Constat/Diagnostic On assiste depuis quelques années à une diffusion croissante de pratiques dites «responsables»

Plus en détail

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE Le regroupement du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l industrie en un seul établissement apporte les atouts

Plus en détail

Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant. Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures!

Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant. Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures! Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures! Adopté à l assemblée annuelle des membres Le 10 octobre 2013 La version finale,

Plus en détail

"High Performance Workplace Event: People mean business"

High Performance Workplace Event: People mean business "High Performance Workplace Event: People mean business" (Cette conférence a été organisée par la Présidence britannique de l'union européenne, avec le soutien de la Commission européenne) Londres, le

Plus en détail

www.unibe.ch Charte de l Université de Berne

www.unibe.ch Charte de l Université de Berne www.unibe.ch Charte de l Université de Berne Vision et valeurs L Université de Berne se veut une université généraliste de tradition européenne. Ses facultés comprennent la théologie, les sciences humaines

Plus en détail

RÉSUMÉ DU PLAN STRATÉGIQUE DE RECHERCHE (2013-2018) Une culture de l excellence en recherche et en développement

RÉSUMÉ DU PLAN STRATÉGIQUE DE RECHERCHE (2013-2018) Une culture de l excellence en recherche et en développement RÉSUMÉ DU PLAN STRATÉGIQUE DE RECHERCHE (2013-2018) Une culture de l excellence en recherche et en développement La recherche à l Université Sainte-Anne L Université Sainte-Anne, par son emplacement géographique,

Plus en détail

Introduire les pratiques avancées en France: contribution du master en sciences cliniques infirmières

Introduire les pratiques avancées en France: contribution du master en sciences cliniques infirmières Conférence de l IUFRS Université de Lausanne 18 décembre 2012 Introduire les pratiques avancées en France: contribution du master en sciences cliniques infirmières C.Debout,, Inf, PhD Département des Sciences

Plus en détail

L ALTERNANCE DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR

L ALTERNANCE DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR JUILLET 2012 L ALTERNANCE DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR MÉTHODOLOGIE Les résultats présentés dans cette étude sont le fruit d une enquête qualitative réalisée en mai-juin 2011 pour mieux cerner la pratique

Plus en détail

Consolider le doctorat

Consolider le doctorat Consolider le doctorat Éléments de travail pour l élaboration de positions sur le système doctoral Texte adopté par le Conseil d Administration de l ANDèS en mai 2007 Les recommandations qui suivent s

Plus en détail

Développement du leadership

Développement du leadership Développement du leadership Concevoir Construire Attirer Les leaders impulsent la stratégie Est-ce le cas des vôtres? La plupart des entreprises en croissance ont d ores et déjà amorcé une transformation

Plus en détail

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Auteurs : Jacques Potdevin : Président de la Fédération des Experts comptables Européens (FEE - Federation of European Accountants 2 ) de 2007 à 2008.

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Direction de l Economie Service des Projets d Entreprises Conseil régional Juin 2013 MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Le développement à l'international

Plus en détail

Inventons l avenir ensemble. Fonds de dotation. de l École des Mines de Nantes

Inventons l avenir ensemble. Fonds de dotation. de l École des Mines de Nantes Inventons l avenir ensemble Fonds de dotation de l École des Mines de Nantes Imaginons et construisons l avenir ensemble Dans un monde hautement concurrentiel et globalisé, sujet à de profondes mutations

Plus en détail

L assurance qualité N 4. Décembre 2014

L assurance qualité N 4. Décembre 2014 N 4 L assurance qualité Décembre 2014 L es investissements dans les systèmes et services d orientation tout au long de la vie (OTLV) doivent démontrer le bénéfice pour les individus, les communautés et

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

«Permettre à chacun de contribuer à construire la société de la connaissance»

«Permettre à chacun de contribuer à construire la société de la connaissance» entretien avec Ján FIgel Commissaire européen à l Éducation, la Formation, la Culture et la Jeunesse «Permettre à chacun de contribuer à construire la société de la connaissance» Propos recueillis par

Plus en détail

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe,

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, l Europe pour la culture» (2006) Texte rédigé par le Relais Culture Europe dans le cadre de la consultation

Plus en détail

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Déposé à la Commission de l aménagement du territoire de l Assemblée nationale du Québec Dans le cadre

Plus en détail

L innovation dans les entreprises : moteurs, moyens, enjeux

L innovation dans les entreprises : moteurs, moyens, enjeux Un premier Atelier de la compétitivité, organisé en mai dernier, a proposé un dialogue entre chercheurs, chefs d entreprises et hauts fonctionnaires sur les enjeux de l innovation. Il a été organisé à

Plus en détail

Déroulement des travaux. Jour 1

Déroulement des travaux. Jour 1 Atelier national sur le partage des résultats de l étude et la mobilisation des organisations de la société civile pour le lancement d une campagne de plaidoyer autour de l accaparement des terres au Cameroun

Plus en détail

La validation des acquis de l expérience dans une Formation d Ingénieur en Partenariat

La validation des acquis de l expérience dans une Formation d Ingénieur en Partenariat DAROUX Géraldine (7109) La validation des acquis de l expérience dans une Formation d Ingénieur en Partenariat Ce texte relate l expérience conduite au sein de l Institut Supérieur des Techniques Productiques

Plus en détail

CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH

CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH SOMMAIRE > OBJECTIFS 04 > STRUCTURE / FORMATION MODULAIRE 05 > DÉTAIL DU PROGRAMME 06 > CORPS

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

PLAN D ORIENTATION STRATÉGIQUE 2014/2017

PLAN D ORIENTATION STRATÉGIQUE 2014/2017 PLAN D ORIENTATION STRATÉGIQUE 2014/2017 Édito de la directrice Le Plan d orientation stratégique 2014/2017 de l AEFE est le fruit d une large concertation menée auprès de l ensemble des acteurs et partenaires

Plus en détail

La stratégie de Lisbonne en quelques mots

La stratégie de Lisbonne en quelques mots La stratégie de Lisbonne en quelques mots Juin 2005 Pascal Nonat La politique de l Union Européenne, dite «Stratégie de Lisbonne», a été adoptée en 200o pour doter l UE d une économie forte et hautement

Plus en détail

Cécile Dejoux MANAGEMENT ET LEADERSHIP

Cécile Dejoux MANAGEMENT ET LEADERSHIP Cécile Dejoux MANAGEMENT ET LEADERSHIP Conseiller éditorial : Frédéric Poulon Pour plus d informations sur l auteur : http://ceciledejoux.com @CecileDej sur Twitter Dunod, Paris, 2014 5 rue Laromiguière,

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

Introduction. Orientations stratégiques de la recherche et de la création de l'uqam 2014-2019 Résumé

Introduction. Orientations stratégiques de la recherche et de la création de l'uqam 2014-2019 Résumé Introduction «La recherche et la création constituent le cœur de l activité universitaire, contribuant à donner à cette institution ses lettres de noblesse sur les plans de l avancement des connaissances,

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail