Thème 2 : Cycle de vie des projets d innovation: ambigüité, incertitude, production de savoir et dynamisme

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Thème 2 : Cycle de vie des projets d innovation: ambigüité, incertitude, production de savoir et dynamisme"

Transcription

1 Thème 2 : Cycle de vie des projets d innovation: ambigüité, incertitude, production de savoir et dynamisme Serghei Floricel Dans l introduction nous avons mentionné que les projets d innovation suivent une série d étapes qui transforment l idée initiale en produit. Il est important de comprendre que, malgré la diversité de leurs contextes et caractéristiques, l évolution de ces projets présente certaines régularités. Par exemple, dans la plupart des projets d innovation on retrouve une séquence d au moins trois étapes : la recherche (ou découverte) technologique, le développement et la commercialisation. Ce genre de régularité fait en sorte que l évolution des projets est souvent comparée à un cycle de vie biologique, avec son transition inévitable de la naissance, vers l âge adulte et ensuite vers la vieillesse. Il est important aussi de comprendre que l évolution réelle des projets d innovation peut être très différente des séquences idéalisées ou normatives qu on trouve d habitude dans les manuels scolaires et chez les consultants. Par exemple, les séquences réelles sont souvent caractérisées par de nombreux faux départs et retours en arrière, par des périodes où le manque de ressources ou de financement ou l indécision ralentissent les activités, par l interférence des restructurations organisationnelles ou des changements de priorités stratégiques et, finalement, par des changements inattendus dans l environnement externe, qui remettent en question les fondements du projet. La Figure 2.1 présente une vue d ensemble du cycle de vie du projet, avec l évolution typique de plusieurs variables clé qui caractérisent le projet. Tout au long de son cycle de vie, peu importe le nom qu on donne à ses étapes (voir la partie d en bas de la figure 1), les activités d un projet d innovation produisent du savoir. On comprend mieux les besoins des clients, on apprend davantage sur les marchés, on étudie des phénomènes naturels sous-jacents à la technologie et on développe celle-ci, on met à l épreuve et on comprend mieux le fonctionnement du produit. Le projet d innovation est au départ une idée. La caractéristique principale de cette idée est son ambigüité : on ne peut pas encore dire exactement en quoi consistera le projet, quelles seront les applications des technologies résultantes ou à quels marchés les produits résultants seront-ils destinés. On ne peut pas non plus dire quels seront les objectifs commerciaux et techniques à atteindre ou quels seront les partenaires impliqués. L étape de définition du projet et la production de savoir qui s y rattache permet l élaboration de plus en plus détaillée de ses

2 objectifs (caractéristiques, performances, revenus, coûts, délais, rentabilité, etc.). Ceux-ci sont basés sur une série d hypothèses quant à l évolution future du projet et du monde qui l entoure son environnement technique, de marché, organisationnel, financier etc. Ces objectifs et les hypothèses de base sur lesquels ils s appuient forment le cadre de référence du projet, les paramètres par rapport auxquels toute évolution future sera jugée. Une fois les paramètres de base du projet définis, le problème principal devient l incertitude : on ne sait pas si les objectifs fixés seront atteints. L atteinte de ces objectifs dépend de la prévision exacte d événements qui auront lieu dans le futur. Toutefois la capacité de prévision est limitée par la complexité du projet et du monde qui l entoure. Le savoir actuel est insuffisant pour comprendre et maîtriser tous les aspects pertinents et leurs interactions, surtout que le savoir est toujours un peu «théorique» au début (cadres conceptuels, modèles, recettes etc.). En général, au fur et à mesure de l avancement des activités du projet, la production de savoir réduit l incertitude quant aux aspects anticipés par le cadre de référence du projet, ce qui explique la réduction du risque correspondant dans la Figure 2.1. La réduction de l incertitude est généralement plus rapide pour la faisabilité des

3 principales caractéristiques techniques du produit, plus lente pour le niveau de performance qui sera atteint et encore plus lente pour les coûts. Finalement, la réduction significative de l incertitude concernant l acceptation par le marché et le niveau de ventes, devra attendre le lancement du produit sur le marché. Les innovateurs doivent donc savoir vivre avec l incertitude! Le degré d incertitude, ou son équivalent, l insuffisance du savoir, est relié à la nouveauté de l idée que le projet d innovation se propose de développer ou, en d autres mots, à la différence entre cette idée et les technologies et produits existants. Une idée peut être nouvelle pour le monde ou seulement pour la compagnie qui la développe, qui peut ainsi obtenir ailleurs une partie du savoir qui lui manque. Un haut niveau d incertitude demande généralement un processus de développement qui comporte plusieurs itérations, impliquant des apprentissages importants, par exemple à la suite de tests faits sur des modèles ou de prototypes, suivis de retours en arrière significatifs, allant parfois jusqu à la redéfinition des objectifs. La réduction du graduelle du risque est à la base des systèmes de gestion de projets d innovation du type étape-porte. Toutefois, la réduction du risque est souvent interrompue par des événements inattendus, imprévus ou hors du cadre de référence crée lors des activités de définition. Ces événements sont le lot normal de la plupart des projets d innovation. L apprentissage qu ils apportent est souvent brutal et demande une redéfinition majeure du cadre de référence du projet. Une des conséquences est l augmentation imprévue du risque perçu pour le projet. Trop souvent ceci mène à l échec, par le retrait de participants importants ou par le fait que la collaboration fait place à la confrontation. Les événements inattendus sont plus fréquents entre la fin du développement et du début de la commercialisation. La raison principale est qu à ce moment-là le projet se heurte pour la première fois à une réalité complexe, celle de la production et de l opération du produit en conditions réelles, à la réalité des vrais clients et marchés, aux instances réglementaires, à d autres parties prenantes etc. En plus, au fur et à mesure qu on s éloigne du moment quand on a établi le cadre de référence, le monde change, parfois de façon sournoise, et les hypothèses qui font partie de ce cadre sont de moins en moins défendables. Certains événements inattendus sont internes au projet, par exemple des obstacles insurmontables qui proviennent d un sous-système technique pour lequel personne ne prévoyait de problèmes. Mais beaucoup d événements arrivent dans l environnement externe du projet. Le nombre et la sévérité de ces événements inattendus augmente quand l environnement du projet est plus dynamique, par exemple plus turbulent, tel qu était l environnement durant les années de l émergence d Internet. Un environnement dynamique demande des approches spécifiques de gestion, qui seront traitées en détail au Thème 13.

4 La discussion précédente renforce l idée, mentionnée déjà au Thème 1, que les projets d innovation sont différents et qu ils doivent être gérés différemment. En effet, en tenant compte de deux des principales notions discutées ci-haut (incertitude et imprévus) et des deux aspects importants de tout projet (marché et technique), on peut proposer le cadre analytique de la Figure 2.2, qui comporte trois dimensions, l incertitude technique, l incertitude de marché et le dynamisme du contexte, et qui permet de comprendre le type d enjeux auxquels un projet peut faire face. Par exemple, beaucoup de projets de nouveaux médicaments initiés par des entreprises du secteur biopharmaceutique (la joute des «coureurs de science») sont caractérisés par une forte incertitude technologique ces projets sont, à leurs débuts, presque des programmes de recherche. Par contre le marché est relativement connu car on sait le nombre et le type de patients qui auront besoin du médicament résultant, on connait plus ou moins les compétiteurs et leurs produits (par exemple par le biais de publications scientifiques ou de brevets) et on utilise des canaux de distribution existants. Le niveau de dynamisme est moyen et provient surtout de la possibilité toujours présente que des nouvelles découvertes débouchent sur des nouveaux projets rivaux de développement médicaments. De l autre côté, les projets d innovation des entreprises de télécommunications (la joute des «navigateurs d architecture»), par exemple des projets dans le domaine de la téléphonie par Internet ou des services à valeur ajoutée pour les détenteurs de cellulaires, sont généralement moins incertains du point de vue technologique mais ils doivent convaincre les gens de changer leurs habitudes et se fier à un nouveau type de téléphone ou à une nouvelle façon d accéder à leurs courriels. Pour atteindre leurs buts ils doivent préconiser l utilisation de nouveaux canaux de distribution et de communication avec la clientèle. Tout ceci rend le succès commercial plus incertain. En plus, les nombreux projets concurrents, l évolution constante des technologies et l émergence continuelle de nouveaux standards d architecture, les restructurations organisationnelles etc. créent un haut niveau de dynamisme dans le contexte des projets des télécoms. De façon générale, les projets de la Nouvelle Économie se trouvent plus loin de l intersection des trois axes de la Figure 2.2, tandis que ceux de l ancienne économie se trouvent plus près de cette intersection. Aussi, pour les projets à forte incertitude le risque sera plus élevé assez tôt dans le cycle de vie, tandis que pour les projets qui ont lieu dans un contexte plus dynamique le risque sera plus élevé assez tard dans le cycle de vie.

5

Thème 9 : Stratégie de commercialisation

Thème 9 : Stratégie de commercialisation Thème 9 : Stratégie de commercialisation Serghei Floricel Un élément clé pour le succès de tout projet d innovation est la stratégie de commercialisation, aussi appelée stratégie marketing ou stratégie

Plus en détail

Thème 10 : Développer un concept et une architecture technique de produit

Thème 10 : Développer un concept et une architecture technique de produit Thème 10 : Développer un concept et une architecture technique de produit Serghei Floricel et Eduardo Miranda Si vous réfléchissez encore à un moyen technique pour réaliser un produit qui fonctionne et

Plus en détail

Gestion du risque opérationnel

Gestion du risque opérationnel Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Gestion du risque opérationnel Le Comité de Bâle sur le contrôle bancaire a récemment entamé des travaux relatifs au risque opérationnel, dont la gestion tend à

Plus en détail

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE PENSÉE ET VISION STRATÉGIQUE Avoir une perspective globale des enjeux actuels et futurs du client ainsi que de définir des orientations visant

Plus en détail

Présentation du Système d Administration Générale des Projets (Agape )

Présentation du Système d Administration Générale des Projets (Agape ) Altaïr Conseil QUALITE - ORGANISATION - CHANGEMENT Présentation du Système d Administration Générale des Projets (Agape ) Altaïr Conseil - 2007-33, Rue Vivienne 75 002 Paris - 01 47 33 03 12 Présentation

Plus en détail

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e Les objectifs pédagogiques Savoir délimiter les trois phases distinctes de la recherche Savoir identifier, pour chacune des trois

Plus en détail

Pensions 4-2 au Québec : Vers un nouveau partenariat. Sommaire exécutif

Pensions 4-2 au Québec : Vers un nouveau partenariat. Sommaire exécutif Pensions 4-2 au Québec : Vers un nouveau partenariat Sommaire exécutif Paul Gauthier Richard Guay Michel Magnan Fellow Invité, CIRANO Fellow, CIRANO Fellow, CIRANO ESG-UQÀM JMSB-Concordia Équipe de Direction

Plus en détail

RESULTATS DE L ENQUÊTE SUR LES BESOINS DES TPE LOCALES EN MATIERE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

RESULTATS DE L ENQUÊTE SUR LES BESOINS DES TPE LOCALES EN MATIERE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES RESULTATS DE L ENQUÊTE SUR LES BESOINS DES TPE LOCALES EN MATIERE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Document réalisé par Peter Ulrich, économiste Les membres du Service de proximité aux TPE : 1 Le contexte

Plus en détail

Les incontournables médias sociaux

Les incontournables médias sociaux Les incontournables médias sociaux Pourquoi l école.. Monsieur le Directeur.. Source Zone capitale, printemps 2013. 1 La compréhension des réseaux sociaux web 2.0 par les directions d établissement en

Plus en détail

Conseils. pour les enfants, les adolescents et les adultes atteints de TDAH

Conseils. pour les enfants, les adolescents et les adultes atteints de TDAH Conseils pour les enfants, les adolescents et les adultes atteints de TDAH Conseils pour aider votre enfant atteint de TDAH Même si le traitement par VYVANSE peut permettre de gérer les symptômes du TDAH,

Plus en détail

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec MON PORTRAIT Ce portrait, obtenu à partir du questionnaire en ligne, permet de structurer l échange avec le jeune en vue de planifier les actions à entreprendre. Il procure à celui-ci un bilan de ses réponses

Plus en détail

ÉQUIPES TRANSVERSES, TEAM BUIL-

ÉQUIPES TRANSVERSES, TEAM BUIL- 1 ÉQUIPES TRANSVERSES, TEAM BUIL- DING ET LEADERSHIP INTRODUCTION LA REMISE EN CAUSE DES ORGANISATIONS TRADITIONNELLES Beaucoup d entreprises vivent encore selon un mode d organisation et de management

Plus en détail

Chapitre 7 Ministère du Développement des ressources humaines / Andersen Consulting

Chapitre 7 Ministère du Développement des ressources humaines / Andersen Consulting Ministère du Développement des ressources humaines / Andersen Consulting Contenu Contexte................................................................ 101 Examen du contrat........................................................

Plus en détail

Qu est-ce qu un Registre des entreprises?

Qu est-ce qu un Registre des entreprises? Introduction Le Registre des entreprises (RE) est essentiel à Statistique Canada (SC), car il constitue un élément fondamental des enquêtes-entreprises. Comme sa mise en service remonte à plus de 15 ans,

Plus en détail

BREVETS, Stratégies de Protection d un produit pharmaceutique

BREVETS, Stratégies de Protection d un produit pharmaceutique BREVETS, Stratégies de Protection d un produit pharmaceutique 1. Qu est-ce qu un brevet de produit? Un brevet de produit est un brevet qui donne une protection à un produit en tant que tel, comme par exemple

Plus en détail

Format de l avis d efficience

Format de l avis d efficience AVIS D EFFICIENCE Format de l avis d efficience Juillet 2013 Commission évaluation économique et de santé publique Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service documentation

Plus en détail

11. Evaluation de la qualité des essais

11. Evaluation de la qualité des essais 11. Evaluation de la qualité des essais L évaluation de la qualité méthodologique d un essai thérapeutique est une tâche difficile [117]. L essai thérapeutique contrôlé randomisé est considéré comme étant

Plus en détail

Un nouveau modèle théorique en gestion stratégique de portefeuille de projets d innovation

Un nouveau modèle théorique en gestion stratégique de portefeuille de projets d innovation Un nouveau modèle théorique en gestion stratégique de portefeuille de projets d innovation Par: Louis Rhéaume, Candidat PhD, UQÀM Stratégie de gestion et management de la technologie Colloque en gestion

Plus en détail

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada EN COLLABORATION AVEC : Sondage 2013 des canaux de revente de Direction

Plus en détail

Module 6 Enseigner et apprendre l EBM lors d un audit clinique

Module 6 Enseigner et apprendre l EBM lors d un audit clinique Module 6 Enseigner et apprendre l EBM lors d un audit clinique Bienvenue au Module 6 du cours EBM formation des formateurs. Dans ce module, vous apprendrez comment traduire un audit clinique en question

Plus en détail

Un concept central aujourd hui : les compétences dans le monde du travail

Un concept central aujourd hui : les compétences dans le monde du travail Introduction Un concept central aujourd hui : les compétences dans le monde du travail En devenant une notion clé de la gestion des ressources humaines, le concept de compétence a progressivement élargi

Plus en détail

L analytique au service des banques pour augmenter la part du portefeuille des clients

L analytique au service des banques pour augmenter la part du portefeuille des clients Siège social : 5 Speen Street Framingham, MA 01701 USA Tél. : 508 620-5533 Fax : 508 988-6761 www.idc-fi.com L analytique au service des banques pour augmenter la part du portefeuille des clients L I V

Plus en détail

ÉTUDE DE FAISABILITÉ HUMAINE (EFH) OU ÉTUDE D IMPACT HUMAIN (EIH): UN OUTIL POUR LA CONDUITE DU CHANGEMENT Jean-Pierre Brun

ÉTUDE DE FAISABILITÉ HUMAINE (EFH) OU ÉTUDE D IMPACT HUMAIN (EIH): UN OUTIL POUR LA CONDUITE DU CHANGEMENT Jean-Pierre Brun ÉTUDE DE FAISABILITÉ HUMAINE (EFH) OU ÉTUDE D IMPACT HUMAIN (EIH): UN OUTIL POUR LA CONDUITE DU CHANGEMENT Jean-Pierre Brun ACTIONS STRATÉGIQUES 1. Élever au niveau corporatif la réflexion sur les impacts

Plus en détail

Les stratégies technologiques des opérateurs de télécommunications en Afrique

Les stratégies technologiques des opérateurs de télécommunications en Afrique Les stratégies technologiques des opérateurs de télécommunications en Afrique Introduction L Afrique n a pas échappée à ce vaste phénomène de réforme du secteur des télécommunications né aux Etats-Unis

Plus en détail

DOSSIER SOLUTION Amélioration de la planification de la capacité à l aide de la gestion des performances applicatives

DOSSIER SOLUTION Amélioration de la planification de la capacité à l aide de la gestion des performances applicatives DOSSIER SOLUTION Amélioration de la planification de la capacité à l aide de la gestion des performances applicatives Comment assurer une expérience utilisateur exceptionnelle pour les applications métier

Plus en détail

Guide pratique des solutions d automatisation des processus métier Avril 2014

Guide pratique des solutions d automatisation des processus métier Avril 2014 Guide pratique des solutions d automatisation des processus métier Avril 2014 Kemsley Design Limited Kemsley Design Limited www.kemsleydesign.com www.column2.com www.kemsleydesign.com www.column2.com Présentation

Plus en détail

Athlétisme : Course de haies

Athlétisme : Course de haies www.contrepied.net 1 Athlétisme : Course de haies Y. Humbert, E. Le Levé, A. Roger Février 2009 1. Définition, enjeux et analyse des problèmes posés par l activité Le problème central posé par la course

Plus en détail

Section C. Section C. ction C. Section C. Section C. Section C. Section C. Section C G UIDE DE LA FIXATION OBJECTIFS

Section C. Section C. ction C. Section C. Section C. Section C. Section C. Section C G UIDE DE LA FIXATION OBJECTIFS ction C G UIDE DE LA FIXATION S e c t i o n C DES OBJECTIFS ction C janvier 2002 Dans ce guide, le masculin est utilisé comme représentant des deux sexes, sans discrimination à l égard des femmes et des

Plus en détail

Secteur de l électricité Dette insurmontable

Secteur de l électricité Dette insurmontable Chapitre 3 Section 3.04 Ministère des Finances Secteur de l électricité Dette insurmontable Chapitre 3 Section 3.04 Contexte Nos rapports annuels antérieurs contenaient des mises à jour de la dette insurmontable

Plus en détail

Présentation ED portable le 10 septembre 2014

Présentation ED portable le 10 septembre 2014 1 Présentation ED portable le 10 septembre 2014 Je vais m appuyer sur une séquence pour le cycle d orientation qui entre dans les thèmes de géographie du PER au 10 ème degré «De la production à la consommation

Plus en détail

SOMMAIRE SOMMAIRE 7 INTRODUCTION GENERALE...11

SOMMAIRE SOMMAIRE 7 INTRODUCTION GENERALE...11 SOMMAIRE SOMMAIRE 7 INTRODUCTION GENERALE...11 - PARTIE I - Organisation de trésorerie du régime général et principes d optimisation de la régulation des positions de trésorerie à très court terme...15

Plus en détail

Table des matières. MODULE 1 Évaluation de vos talents d entrepreneur

Table des matières. MODULE 1 Évaluation de vos talents d entrepreneur Table des matières MODULE 1 Introduction. 2 Résultats visés 3 Notes à l intention du formateur. 3 Compétences en gestion. 4 Habiletés financières... 5 Compétences en marketing. 6 Compétences personnelles.

Plus en détail

Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences

Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences La GPEC est en lien avec les politiques de rémunération et de gestion des carrières. Stratégie entreprise Changements technologiques Inventaire effectifs

Plus en détail

développement innovation

développement innovation phases d un projet de recherche développement innovation Programme, projet et opération Programme : un ensemble de projets concourant à un même objectif. Projet : un ensemble finalisé d activités et d

Plus en détail

agility made possible

agility made possible DOSSIER SOLUTION Amélioration de la planification de la capacité à l aide de la gestion des performances applicatives Comment assurer une expérience utilisateur exceptionnelle pour les applications métier

Plus en détail

COURS ENTREPRENEURIAT: APPROCHES ET OUTILS BUSINESS MODEL. Page 1/26

COURS ENTREPRENEURIAT: APPROCHES ET OUTILS BUSINESS MODEL. Page 1/26 COURS ENTREPRENEURIAT: APPROCHES ET OUTILS BUSINESS MODEL Page 1/26 Rappel des objectifs de la séance 1. Apprentissage des notions clés Business model composantes clés et typologie Innovation et création

Plus en détail

Contrôle de gestion. Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier

Contrôle de gestion. Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier 1. Rôle et place du Contrôle de Gestion dans l organisation Au début du XXème siècle, l émergence de la structure divisionnelle

Plus en détail

l assureur-vie un risque non négligeable de réinvestissement.

l assureur-vie un risque non négligeable de réinvestissement. Taux d intérêt technique pour la détermination du taux de conversion en rentes concernant la prévoyance professionnelle surobligatoire 03.11.2003 / OFAP section Vie I. Résumé Le taux de conversion en rentes

Plus en détail

Cardio-vasculaire et aviron

Cardio-vasculaire et aviron 1 Cardio-vasculaire et aviron 1/ Malaise après l effort (syncope) Pour ceux qui ont déjà assistés à des compétitions d aviron, on constate fréquemment des syncopes (surtout chez les jeunes) dès la ligne

Plus en détail

Conduire le changement avec succès

Conduire le changement avec succès Conduire le changement avec succès Lynn M.Levo, CSJ Occasional Papers Eté 2012 Le changement est inévitable et selon la nature du changement, il peut aussi être un défi. Les responsables d aujourd hui

Plus en détail

Introduction Que s est-il passé en 2014? Qu attendre de 2015?

Introduction Que s est-il passé en 2014? Qu attendre de 2015? Les grandes tendances Data & Analytics 2015 L épreuve de la réalité janvier 2015 Introduction Que s est-il passé en 2014? Qu attendre de 2015? 2014 a confirmé l intérêt croissant pour la donnée au sein

Plus en détail

BASS. Modernisation des enquêtes. dans le domaine de la formation. Le. analyse coût-utilité Résumé

BASS. Modernisation des enquêtes. dans le domaine de la formation. Le. analyse coût-utilité Résumé Modernisation des enquêtes dans le domaine de la formation: analyse coût-utilité Résumé Philipp Dubach, Tobias Fritschi, Kilian Künzi (Bureau d'études de politique du travail et de politique sociale )

Plus en détail

17/04/2014 LE PARTAGE DES REVENUS DE LA MUSIQUE ENREGISTREE VRAIS CHIFFRES ET CONTREVERITES

17/04/2014 LE PARTAGE DES REVENUS DE LA MUSIQUE ENREGISTREE VRAIS CHIFFRES ET CONTREVERITES 17/04/2014 LE PARTAGE DES REVENUS DE LA MUSIQUE ENREGISTREE VRAIS CHIFFRES ET CONTREVERITES Partage des revenus de la musique enregistrée : Les vrais chiffres Pour définir exactement la réalité du partage

Plus en détail

DÉPARTEMENT INFORMATIQUE ORIENTÉ SERVICES

DÉPARTEMENT INFORMATIQUE ORIENTÉ SERVICES NOUVELLES COMPÉTENCES POUR LE DÉPARTEMENT INFORMATIQUE ORIENTÉ SERVICES Le quotidien du responsable informatique d une entreprise s apparente à un combat de tous les instants. Le département informatique

Plus en détail

L innovation clinico-organisationnelle dans les organisations de santé

L innovation clinico-organisationnelle dans les organisations de santé L innovation clinico-organisationnelle dans les organisations de santé Juin 2001 Jean-Louis Denis, Ph. D. Marie-Dominique Beaulieu, M.D., M.Sc. Yann Hébert, Ph. D. (cand.) Ann Langley, Ph. D. Daniel Lozeau,

Plus en détail

Comparaison des processus de l expertise et de l accompagnement. http://www.reseaueval.org

Comparaison des processus de l expertise et de l accompagnement. http://www.reseaueval.org article Etudier valoriser organiser L évaluation dans les pratiques professionnelles LES REFERENCES DE L INTERVENANT Comparaison des processus de l expertise et de l accompagnement http://www.reseaueval.org

Plus en détail

Mathématiques au quotidien, 12 e année

Mathématiques au quotidien, 12 e année Mathématiques au quotidien 12 e année Mathématiques, 9 e à la 12 e année, Programme français Résultats d apprentissage et indicateurs de réalisation 157 (40S) Le cours de mathématiques au quotidien 40S

Plus en détail

LISTE DES FORMATIONS. Mai 2015

LISTE DES FORMATIONS. Mai 2015 Gestion de projet Analyse d affaires Formation Évaluation de performance +1.514.826.5534 info@lcgsolution.com www.lcgsolution.com LCG Solution se distingue par la qualité du matériel de formation, la qualité

Plus en détail

CONSEILS -EN- PATRIMOINE. Étude réalisée le : XXXXXX

CONSEILS -EN- PATRIMOINE. Étude réalisée le : XXXXXX CONSEILS -EN- PATRIMOINE ETUDE RETRAITE Étude réalisée le : XXXXXX Vous avez souhaité des éléments de réflexion concernant la préparation de votre retraite. La présente étude a été établie sur la base

Plus en détail

SOUFFRANCE AU TRAVAIL

SOUFFRANCE AU TRAVAIL Page 1 sur 8 SOUFFRANCE AU TRAVAIL «Un état de stress survient lorsqu il y a déséquilibre entre la perception qu une personne a des contraintes que lui impose son environnement et la perception qu elle

Plus en détail

Théories dynamiques et rééducation 1. INTRODUCTION

Théories dynamiques et rééducation 1. INTRODUCTION Théories dynamiques et rééducation 1. INTRODUCTION 1 De nombreux livres, conférences, articles et applications concrètes concernent Les «théories dynamiques», «l auto-organisation», la «dynamique des systèmes

Plus en détail

CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC PARTIE 1 : LA STRUCTURE DU BUSINESS PLAN POUR LA GSVC SELON BERKELEY

CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC PARTIE 1 : LA STRUCTURE DU BUSINESS PLAN POUR LA GSVC SELON BERKELEY CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC Selon les critères de la GSVC établis par la Haas School of Business de Berkeley, à la différence d un business plan classique, un business plan social

Plus en détail

Le permis Moto (A/A1 )

Le permis Moto (A/A1 ) Le permis Moto (A/A1 ) La catégorie A: toutes les motocyclettes. Le terme "motocyclette" désigne tout véhicule à deux roues à moteur autres que les cyclomoteurs, dont la puissance n'excède pas 73,6 kw

Plus en détail

Statistique de la prévoyance vieillesse L essentiel en bref

Statistique de la prévoyance vieillesse L essentiel en bref BÜRO FÜR ARBEITS- UND SOZIALPOLITISCHE STUDIEN AG KONSUMSTRASSE 20. CH-3007 BERN. TEL +41 (0)31 380 60 80. FAX +41 (0)31 398 33 63 INFO@BUERO.CH. WWW.BUERO.CH Statistique de la prévoyance vieillesse L

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Zéro énergie, le nouveau défi du bâtiment

Zéro énergie, le nouveau défi du bâtiment Zéro énergie, le nouveau défi du bâtiment Analyse de l APERe, rédigée par Jean Cech et Christophe Haveaux Version du 10/10/2013 D ici le 1 er janvier 2021, toutes les nouvelles constructions en Europe

Plus en détail

ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ

ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ INSTITUT DE MANAGEMENT PUBLIC ET GOUVERNANCE TERRITORIALE 21 RUE GASTON DE SAPORTA 13100 AIX EN PROVENCE DIPLOME UNIVERSITAIRE (DU) ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ OBJECTIFS Faire comprendre

Plus en détail

L INNOVATION DÉFINITIONS ET CONCEPTS

L INNOVATION DÉFINITIONS ET CONCEPTS L INNOVATION DÉFINITIONS ET CONCEPTS Sommaire Introduction 1 Chaîne d innovation 2 Innovation ouverte 5 Marketing 5 Types d innovation 5 Conditions d innovation 7 Bibliographie 8 Direction de l appui à

Plus en détail

Notes de recherche de l

Notes de recherche de l Notes de recherche de l DÉCEMBRE 2009 La situation du régime complémentaire de retraite de l industrie de la construction du Québec François L Italien, Doctorant, Département de sociologie, Université

Plus en détail

STRUCTURE DU PLAN D AFFAIRES

STRUCTURE DU PLAN D AFFAIRES LIGNES DIRECTRICES RELATIVES AUX PLANS D'ENTREPRISE FONDS POUR LES PROJETS PILOTES D'INNOVATION (FPPI) Le Fonds pour les projets pilotes d innovation (FPPI) est un programme régi par le Ministère du Développement

Plus en détail

1. Identification du programme : Baccalauréat en administration des affaires (management)

1. Identification du programme : Baccalauréat en administration des affaires (management) CPR-1-ÉNONCÉ DE PROGRAMME (PROGRAMMES SPÉCIALISÉS, COMBINÉS, ARTICULÉS, DE SPÉCIALISATION, DE MAJEURE ET BIDISCIPLINAIRE) ÉNONCÉ DE PROGRAMME DOCUMENT CADRE POUR LA RECONFIGURATION D UN PROGRAMME EXISTANT

Plus en détail

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas :

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : Introduction Le CRM se porte-t-il si mal? Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : «75 % de projets non aboutis» «La déception du CRM» «Le CRM : des

Plus en détail

CA Oblicore Guarantee On Demand

CA Oblicore Guarantee On Demand FICHE PRODUIT : CA Oblicore Guarantee on Demand CA Oblicore Guarantee On Demand agility made possible CA Oblicore Guarantee On Demand est une solution de SaaS (Software-as-a-Service) extensible pour la

Plus en détail

Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions

Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions Chapitre 9 Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions Savoir utiliser son argent est un art et un art qui paie. Comme toutes les ressources, l argent peut être utilisé à bon ou

Plus en détail

L avenir des contrats en euros De l avenir incertain des contrats en euros à l opportunité de nouvelles solutions en Epargne Retraite

L avenir des contrats en euros De l avenir incertain des contrats en euros à l opportunité de nouvelles solutions en Epargne Retraite Enquête épargne 2011 Optimind/OpinionWay L avenir des contrats en euros De l avenir incertain des contrats en euros à l opportunité de nouvelles solutions en Epargne Retraite Edition 2011 Réalisée entre

Plus en détail

Incidences financières de la baisse des prix du pétrole. Ottawa, Canada Le 27 janvier 2015 www.pbo-dpb.gc.ca

Incidences financières de la baisse des prix du pétrole. Ottawa, Canada Le 27 janvier 2015 www.pbo-dpb.gc.ca Incidences financières de la baisse des prix du pétrole Ottawa, Canada Le 27 janvier 2015 www.pbo-dpb.gc.ca Le directeur parlementaire du budget (DPB) a pour mandat de présenter au Parlement une analyse

Plus en détail

COMMISSARIAT À LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE DU CANADA. Vérification de la gestion des ressources humaines

COMMISSARIAT À LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE DU CANADA. Vérification de la gestion des ressources humaines COMMISSARIAT À LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE DU CANADA Vérification de la gestion des ressources humaines 13 mai 2010 Préparée par le Centre de gestion publique Inc. TABLE DES MATIÈRES 1.0 Sommaire...

Plus en détail

L apparition des transferts électroniques de fonds aux points de vente (TEF/PV)

L apparition des transferts électroniques de fonds aux points de vente (TEF/PV) 6 L apparition des transferts électroniques de fonds aux points de vente (TEF/PV) Le contexte global Les services de transfert électronique de fonds aux points de vente ont fait leur apparition durant

Plus en détail

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement 2.0 Total des dépenses de santé par source de financement Points saillants du chapitre La répartition des dépenses de santé entre les secteurs privés et publics est stable depuis plus de 10 ans En 2012,

Plus en détail

Dossier de Candidature

Dossier de Candidature Dossier de Candidature Concours de création d entreprise en création numérique 2 MODE D EMPLOI Pour compléter votre dossier de candidature, nous vous invitons à suivre la démarche suivante : 1. Téléchargez

Plus en détail

Compte rendu sur l état de préparation de la CCSN en vue de réglementer des projets proposant l utilisation de petits réacteurs modulaires (PRM)

Compte rendu sur l état de préparation de la CCSN en vue de réglementer des projets proposant l utilisation de petits réacteurs modulaires (PRM) Compte rendu sur l état de préparation de la CCSN en vue de réglementer des projets proposant l utilisation de petits réacteurs modulaires (PRM) K. Lee et M. de Vos Groupe de travail de la CCSN sur les

Plus en détail

20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith

20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith 20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith 1. Quel est le rôle du conseil en matière de stratégie par rapport à celui

Plus en détail

Cooperation across Europe by non Profit Health Insurers M. Bartomeu VICENS (E) General Manager Mutuelle Générale de Catalogne

Cooperation across Europe by non Profit Health Insurers M. Bartomeu VICENS (E) General Manager Mutuelle Générale de Catalogne Cooperation across Europe by non Profit Health Insurers M. Bartomeu VICENS (E) General Manager Mutuelle Générale de Catalogne Résumé Dans les différents pays de l Union européenne l assurance-maladie s

Plus en détail

Faites l expérience d un monde où les interactions avec vos clients se portent de mieux en mieux.

Faites l expérience d un monde où les interactions avec vos clients se portent de mieux en mieux. Faites l expérience d un monde où les interactions avec vos clients se portent de mieux en mieux. NCR SERVICES Brochure Title Goes Here Gestion Sub-header proactive, / description maintenance goes here

Plus en détail

CADRE POUR FINANCIER D OPTION NATIONALE L INDÉPENDANCE DU QUÉBEC. Document préparé par l équipe économique d Option nationale

CADRE POUR FINANCIER D OPTION NATIONALE L INDÉPENDANCE DU QUÉBEC. Document préparé par l équipe économique d Option nationale CADRE FINANCIER D OPTION NATIONALE POUR L INDÉPENDANCE DU QUÉBEC Autorisé et payé par Sylvain Gauthier, agent officiel du parti Document préparé par l équipe économique d Option nationale Vers un Québec

Plus en détail

Quand le bâtiment va, tout va

Quand le bâtiment va, tout va Quand le bâtiment va, tout va Citation de Martin Nadeau en 1849 à l Assemblée législative de la France Martin Nadeau Ancien ouvrier maçon Député à l Assemblée législative Les sots font bâtir les maisons

Plus en détail

NC 20 Norme comptable relative aux dépenses de recherche et de développement

NC 20 Norme comptable relative aux dépenses de recherche et de développement NC 20 Norme comptable relative aux dépenses de recherche et de développement Objectif 01. De plus en plus d entreprises dépensent des sommes importantes en vue d améliorer leurs produits actuels et de

Plus en détail

Master 2 : Didactique des disciplines. Spécialité Mathématiques. Parcours Professionnel

Master 2 : Didactique des disciplines. Spécialité Mathématiques. Parcours Professionnel Master 2 : Didactique des disciplines Spécialité Mathématiques Parcours Professionnel Année 2010-2011 M2 : Didactique des disciplines Spécialité : Mathématiques Parcours Professionnel Année 2010-2011 PRESENTATION

Plus en détail

Questionnaire de l investisseur

Questionnaire de l investisseur Questionnaire de l investisseur La somme que vous décidez d allouer aux actions, aux obligations et à une réserve à court terme est un élément important qui déterminera le rendement et la volatilité à

Plus en détail

Décision de télécom CRTC 2015-79

Décision de télécom CRTC 2015-79 Décision de télécom CRTC 2015-79 Version PDF Ottawa, le 4 mars 2015 Numéro de dossier : 8663-N1-201401406 Norouestel Inc. Structure des ensembles et restrictions de tarification visant les services Internet

Plus en détail

Structure typique d un protocole de recherche. Préparé par Johanne Desrosiers dans le cadre d une formation au réseau FORMSAV

Structure typique d un protocole de recherche. Préparé par Johanne Desrosiers dans le cadre d une formation au réseau FORMSAV Structure typique d un protocole de recherche Préparé par Johanne Desrosiers dans le cadre d une formation au réseau FORMSAV Introduction Planification et développement d une proposition de recherche Étape

Plus en détail

Construire un référentiel de validation en cohérence avec le référentiel de compétences : enjeux méthodologiques, pédagogiques et organisationnels

Construire un référentiel de validation en cohérence avec le référentiel de compétences : enjeux méthodologiques, pédagogiques et organisationnels Construire un référentiel de validation en cohérence avec le référentiel de compétences : enjeux méthodologiques, pédagogiques et organisationnels Marc Nagels To cite this version: Marc Nagels. Construire

Plus en détail

A la Recherche de la Sécurité Perdue des Patients

A la Recherche de la Sécurité Perdue des Patients A la Recherche de la Sécurité Perdue des Patients Patrick Triadou, Hôpital Necker, Université Paris Descartes patrick.triadou@nck.aphp.fr P Triadou 1ères Rencontres Internationales : Gouvernance des Risques

Plus en détail

Appel à Projets vague C

Appel à Projets vague C Appel à Projets vague C Programme international de recherche ISD Information System Dynamics 2010-2012 Ouverture de la campagne : 06 février 2012 Date limite pour la soumission des propositions : 06 avril

Plus en détail

Comment contrôler de manière exhaustive le contenu sensible dans Microsoft SharePoint?

Comment contrôler de manière exhaustive le contenu sensible dans Microsoft SharePoint? DOSSIER SOLUTIONS Information Lifecycle Control for Sharepoint Comment contrôler de manière exhaustive le contenu sensible dans Microsoft SharePoint? agility made possible CA Information Lifecycle Control

Plus en détail

Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction

Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction Période de référence : Septembre à décembre 2014 Période de référence précédente : 30 septembre 2014 Nom de l auteur : K.

Plus en détail

Le droit des retraites par répartition : un non-sens économique

Le droit des retraites par répartition : un non-sens économique Le droit des retraites par répartition : un non-sens économique Par Jacques Bichot Sur Economie Matin jeudi 17 janvier 2013 07:05 Le déficit de la sécurité sociale s'élèvera à 11,4 milliards d'euros d'ici

Plus en détail

Introduction à la méthodologie de la recherche

Introduction à la méthodologie de la recherche MASTER DE RECHERCHE Relations Économiques Internationales 2006-2007 Introduction à la méthodologie de la recherche geraldine.kutas@sciences-po.org Les Etapes de la Recherche Les étapes de la démarche Etape

Plus en détail

quel mode d emploi? Devant des valeurs à risque,

quel mode d emploi? Devant des valeurs à risque, Devant des valeurs à risque, quel mode d emploi? Dans les sciences exactes, la précision est reine. Pas en économie où il est difficile de quantifier certaines variables. Notamment le risque qui n est

Plus en détail

Voulez-vous offrir le service libre-service bancaire ultime?

Voulez-vous offrir le service libre-service bancaire ultime? Voulez-vous offrir le service libre-service bancaire ultime? Logiciel libre-service NCR APTRA La première plateforme logicielle libre-service financière au monde. Experience a new world of interaction

Plus en détail

1 Dispositif relatif aux auto-entrepreneurs

1 Dispositif relatif aux auto-entrepreneurs Réf. > CC 8812 Groupe /Rubrique > Texte(s) > Questions sociales/406 Sécurité Sociale Loi n 2010-1594 du 20 décembre 2010 de financement de la Sécurité Sociale pour 2011 Objet > Loi de financement de la

Plus en détail

Mise en garde à l égard des énoncés prospectifs

Mise en garde à l égard des énoncés prospectifs Présentation aux investisseurs Mars 008 Bernard Dorval Chef de groupe, Services bancaires aux entreprises et assurance, et coprésident, TD Canada Trust Mise en garde à l égard des énoncés prospectifs De

Plus en détail

Présentation de Téléfilm Canada. Comité permanent du Patrimoine canadien de la Chambre des Communes

Présentation de Téléfilm Canada. Comité permanent du Patrimoine canadien de la Chambre des Communes Présentation de Téléfilm Canada au Comité permanent du Patrimoine canadien de la Chambre des Communes Étude sur l évolution de l industrie de la télévision au Canada et son impact sur les communautés locales

Plus en détail

Programme d'amélioration continue des services

Programme d'amélioration continue des services Programme d'amélioration continue des services Le catalogue des services bien plus qu une simple liste Présenté par Yves St-Arnaud Octobre 2010 1 Définition d un catalogue des services ITIL La partie du

Plus en détail

LUTTER POUR UNE MEILLEURE SANTÉ : QUE PEUT-ON FAIRE DANS NOTRE QUARTIER?

LUTTER POUR UNE MEILLEURE SANTÉ : QUE PEUT-ON FAIRE DANS NOTRE QUARTIER? LUTTER POUR UNE MEILLEURE SANTÉ : QUE PEUT-ON FAIRE DANS NOTRE QUARTIER? Résumé des trois enjeux présentés lors de l Assemblée publique du comité de lutte en santé de la Clinique communautaire de Pointe-Saint-Charles

Plus en détail

Management de transition Une réponse au besoin de sécuriser l organisation financière de l entreprise

Management de transition Une réponse au besoin de sécuriser l organisation financière de l entreprise Article paru dans la revue de l Association des Directeurs de Comptabilité et de Gestion, décembre 2007. Management de transition Une réponse au besoin de sécuriser l organisation financière de l entreprise

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Bourse Charles Foix édition 2015 Le dossier est à retourner avant le vendredi 24 juillet 2015 à minuit par mail ou par courrier (le cachet faisant foi) à : S I L V E R V A L L E

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE DE PLANIFICATION FINANCIÈRE

MÉTHODOLOGIE DE PLANIFICATION FINANCIÈRE MÉTHODOLOGIE DE PLANIFICATION FINANCIÈRE Les outils de planification MeDirect proposent des solutions de planification d investissement en ligne qui fournissent des projections de votre patrimoine et des

Plus en détail

MNG 6511 Projet d intervention en gestion pharmaceutique (6 crédits)

MNG 6511 Projet d intervention en gestion pharmaceutique (6 crédits) Faculté des sciences de l administration Département de management Plan de cours Hiver 2012 MNG 6511 Projet d intervention en gestion pharmaceutique (6 crédits) Chargé de cours: Jacques Bernier, B.Pharm.,

Plus en détail

Production du cycle 3 / Recherche des styles cognitifs des élèves

Production du cycle 3 / Recherche des styles cognitifs des élèves Production du cycle 3 / Recherche des styles cognitifs des élèves Nous avons repris les termes proposés par M.GIRERD pour une définition des types d'apprentissages ou des styles cognitifs. Dans le " questionnaire

Plus en détail