Résumé du projet (french) Karl Krajic Jürgen Pelikan Petra Plunger Ursula Reichenpfader

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Résumé du projet (french) http://www.univie.ac.at/phc. Karl Krajic Jürgen Pelikan Petra Plunger Ursula Reichenpfader"

Transcription

1 Résumé du projet (french) Karl Krajic Jürgen Pelikan Petra Plunger Ursula Reichenpfader Institut Ludwig Boltzmann de sociologie de la santé et de la médecine Avril 2001

2

3 Introduction En été 1998, la Commission européenne, Direction générale de la santé et de la protection des consommateurs (anciennement DG V), Dr Matti Rajala, a mandaté le projet sous le titre officiel de «Développement de la promotion de la santé orientée patient, à qualité assurée et assurant la qualité, dans les soins de santé primaires - en médecine générale et en pharmacie d officine». Ce projet était soutenu par le Ministre fédéral autrichien de la santé, et cofinancé par le «Fonds Gesundes Österreich». En cours de projet, il a ensuite été convenu d utiliser un titre abrégé, à savoir «Promotion de la santé en médecine générale et en pharmacie d officine - un projet européen». Le projet a été mené à terme en avril Objectifs et principales stratégies du projet Le principal objectif défini pour le projet consistait à apporter une contribution utile au développement d une promotion de la santé orientée patient, à qualité assurée et assurant la qualité, en médecine générale et en pharmacie d officine dans tous les pays membres de l Union européenne. Les principales stratégies du projet consistaient à : - donner une plus grande priorité à la promotion de la santé - renforcer l importance de cette question : - intensifier les échanges à l échelle européenne et l apprentissage mutuel ; - développer des perspectives européennes communes sur la question : - soutenir la promotion de la santé en - transmettant des connaissances systématiquement organisées à propos de modèles de bonnes et des meilleures pratiques, - identifiant les options stratégiques pour une mise en œuvre nationale, - développant des conclusions et des propositions européennes (lignes directrices). A l issue de consultations approfondies entre les partenaires, la stratégie initialement définie de «développer des lignes directrices européennes», jugée aussi peu réalisable qu appropriée, a été abandonnée. On a préféré opter pour des conclusions et des propositions plus développées. 1

4 Les partenaires du projet Coordination du projet L Institut Ludwig Boltzmann de sociologie de la santé et de la médecine a été invité à gérer le projet en raison du rôle qu il a joué depuis 1990 dans la mise en place de la collaboration entre le Réseau international d hôpitaux pour la promotion de la santé et l OMS Europe. L Institut, qui fait partie d une grande organisation de recherche privée à but non lucratif en Autriche, est un centre collaborateur OMS dans le domaine des hôpitaux et de la promotion de la santé. Il avait déjà précédemment dirigé quelques projets de moindre envergure dans ce domaine pour la Commission européenne, Direction générale de la santé et de la protection des consommateurs. Groupe d experts européens Des experts internationaux des secteurs médecine générale, pharmacie d officine, organisations de patients, politique de santé publique et promotion de la santé ont collaboré au sein d un «groupe d experts européens», menant des consultations sur les questions de contenu et de stratégie avec les sponsors et les coordinateurs du projet. Organisations des deux professions : Une coopération avec des organisations de médecine générale et de pharmacie d officine a été mise en place à l échelle européenne et au niveau national. Associations professionnelles à l échelle européenne: Dans un premier temps, les présidents d organisations professionnelles européennes/internationales ont été invités en automne 1998 à participer au groupe d experts : pour la médecine générale, Wonca Europe-ESGP/FM, l UEMO et le réseau Europrev ; pour la pharmacie d officine, le GPUE et le Forum EuroPharm. A l exception de l UEMO (l organisation médico-politique des médecins généralistes), tous ont accepté personnellement cette invitation ou délégué un expert pour les représenter. Dans un deuxième temps, ces organisations ainsi que la FIP/section pharmacie d officine ont été invitées à participer à l organisation de la Conférence européenne en qualité de «partenaires de soutien européens» du projet, et ont accepté cette invitation. 2

5 Associations professionnelles à l échelle nationale: En mai 1999, les associations professionnelles de médecine générale et de pharmacie d officine (celles qui représentaient la profession sur le plan légal/ politique) des 15 pays membres de l Union européenne ont été invitées à devenir des «partenaires transnationaux» du projet. D autres organisations professionnelles nationales (associations volontaires) ont été informées sur le projet et invitées à y coopérer d une façon moins formelle. Le projet a réussi à établir de bonnes relations de travail avec des partenaires dans 12 des 15 Etats membres dans le domaine des pharmacies d officine, et dans 8 Etats membres dans le domaine de la médecine générale. Même si ce résultat peut être jugé assez satisfaisant, le processus de recherche de partenaires nationaux s est avéré bien plus difficile et exigeant en termes de temps et d énergie que l on ne s y attendait. Les coordinateurs du projet portent ces difficultés au compte de trois grands problèmes centraux : - Il s est avéré difficile de s adresser aux deux professions dans un même projet - plusieurs organisations de médecine générale ont ouvertement fait état de réserves quant à une collaboration aussi étroite avec l autre profession. - L implication de la politique de santé (européenne) dans la pratique quotidienne des professions - à travers la suggestion que l on pourrait développer des lignes directrices européennes - n a pas été jugée appropriée par certains partenaires potentiels. - La dimension européenne est apparue moins attrayante qu on ne s y attendait - il n a pas été possible de convaincre tous les partenaires nationaux que la dimension européenne complexe constituait une valeur ajoutée. Autres organisations : Outre les organisations professionnelles, le projet a été en mesure de coopérer avec les organisations suivantes : - UIPES - Union internationale de promotion de la santé et d éducation pour la santé - IAPO - International Alliance of Patients Organizations - OMS, Bureau régional Europe Ces organisations ont également fait fonction de partenaires de soutien européens et de co-organisateurs de la conférence. 3

6 Les principaux produits du projet Sur la base de l accord fondant le projet, des recommandations du groupe d experts européens et des discussions avec les partenaires du projet dans le cadre de deux réunions, les produits finaux ci-après ont été définis en avril 2000 : - documents de principe sous forme de définitions de travail de la promotion de la santé en médecine générale et en pharmacie d officine, et documents de fond basés sur une recherche bibliographique, - rapports nationaux des pays membres participants, élaborés par les associations professionnelles nationales coopérant au projet, et analyse croisée de ces rapports, - base de données européenne des projets de promotion de la santé, - conférence européenne sur la promotion de la santé en médecine générale et en pharmacie d officine, - conclusions et propositions du projet, résumant les résultats importants du projet, - publication finale diffusant les résultats aux partenaires du projet et aux autres organisations et personnes intéressées. Les jalons du projet 09/1998 Démarrage officiel du projet 12/ e réunion du groupe d experts 03/ e réunion du groupe d experts 09/1999 Réunion initiale avec les organisations partenaires 05/ e réunion du projet avec les organisations partenaires et les experts 11/2000 Conférence européenne à Bruxelles, accueillie par les associations professionnelles locales de pharmacie d officine et de médecine générale 11/2000 Lancement d une base de données du projet européen de promotion de la santé en pharmacie d officine sur Internet - site web du projet (http:\\www.univie.ac.at/phc) jusqu en 2/2001 Poursuite de l élaboration des rapports nationaux, développement d une analyse croisée, des conclusions et des propositions du projet, édition des documents de la conférence jusqu en 4/2001 Edition d une publication finale 4

7 Possibilités de promotion de la santé en médecine générale et en pharmacie d officine Afin de collaborer avec les partenaires pour ces produits, il s est avéré important de trouver un terrain commun, de négocier une perception commune de la promotion de la santé. Sur la base de la Charte d Ottawa pour la promotion de la santé, des projets de documents de principe discutés lors des réunions du projet et d une analyse des publications parues, des définitions de travail de la promotion de la santé dans les soins primaires (en médecine générale [dok 8] et en pharmacie d officine [dok 7]) ont été développées en coopération avec les partenaires dans le cadre d une task force du projet. La promotion de la santé orientée patient/utilisateur en médecine générale et en pharmacie d officine peut être considérée - comme un processus à travers lequel le médecin généraliste / le pharmacien et son équipe, dans une approche centrée ou axée sur le patient, en premier lieu dans l interaction directe face à face, - s efforce de donner au patient/utilisateur des services de médecine générale ou de la pharmacie la possibilité et la capacité de mieux contrôler et d améliorer sa santé - la santé s entendant comme l absence de maladie et de handicap et comme santé positive, comprenant les dimensions psychosociales complexes de la santé dans la vie quotidienne. Lors de la conférence, plusieurs contributions ont approfondi les questions de principe, notamment l exposé central d Ilona Kickbusch [dok 24] présentant les principes de la promotion de la santé et mettant en lumière «l éducation à la santé» comme secteur important où investir, celui de Claire Anderson [dok 23] donnant un aperçu des multiples options de promotion de la santé pour les pharmacies, celui de Chris van Weel [dok 26] discutant les rapports entre la promotion de la santé, les concepts de soins primaires et l approche axée sur le patient, celui de Sylvie Stachenko [dok 25] ébauchant le cadre général de la politique de santé publique, et celui de Sue Ziebland [dok 27] présentant du point de vue sociologique ce que pourrait signifier la prise en compte systématique de la perspective du patient (à la différence de la perspective professionnelle). 5

8 Conclusions Pourquoi le cabinet de médecine générale et la pharmacie constituent-ils des sites intéressants pour la promotion de la santé? Le cabinet du généraliste et la pharmacie offrent l un comme l autre de bonnes possibilités pour la promotion de la santé : dans la plupart des pays membres, ils constituent des points au seuil d accès peu élevé pour l entrée dans le système de santé, connaissant une grande fréquence d utilisation ; les généralistes et les pharmaciens voient régulièrement de grandes parties très diverses de la population : leurs patients/clients vont de sujets sains aux malades chroniques, et comprennent des personnes de toutes couches sociales et de toutes origines ethniques. La plupart des généralistes, de même que beaucoup de pharmaciens, entretiennent des relations longue durée avec nombre de leurs patients/clients ; le cabinet de médecine générale offre de bonnes possibilités pour une approche résolument orientée vers la personne et le contexte, et les interventions en pharmacie, elles aussi, comprennent régulièrement des aspects interactifs de communication et d assistance-conseil qui peuvent être utilisés comme des occasions de promouvoir la santé. La promotion de la santé a-t-elle été reconnue comme élément intégral des rôles professionnels - et dans quelle mesure la promotion de la santé a-t-elle été mise en œuvre dans la pratique professionnelle? La promotion de la santé - entendue comme un vaste concept faîtier incluant les mesures de prévention médicale et l éducation à la santé, en premier lieu sous forme d interventions personnalisées dans le cadre de la consultation - a été intégrée à la conception de rôle préconisée par nombre d associations de médecine générale en Europe. La promotion de la santé fait également l objet d une attention accrue en tant que tâche professionnelle de la pharmacie d officine : le rôle professionnel du pharmacien reste essentiellement axé sur la fourniture de médicaments (assistanceconseil comprise), mais la perception de ce rôle s est élargie ces dernières années, et l on s efforce à présent de positionner le pharmacien comme un acteur important de la santé publique, et la pharmacie comme «centre de santé». 6

9 Dans les discussions avec les deux professions, la promotion de la santé semble avoir d autant plus d attrait que sa mise en pratique est liée aux tâches essentielles courantes des deux professions. En pharmacie d officine, cet intérêt peut également être associé à une tendance générale à l approche centrée sur le patient en tant qu atout spécifique de cette institution. Toutefois, il semble qu il y ait encore un grand potentiel à exploiter pour développer encore bien davantage la promotion de la santé dans la pratique quotidienne. Le projet a réussi à mettre en lumière une série de modèles et d initiatives dans divers domaines de la promotion de la santé (cf. par exemple l analyse croisée de la promotion de la santé en médecine générale et en pharmacie d officine [dok 3]), mais a également fait ressortir le manque général de données systématiques sur cette question dans la plupart des pays membres. Néanmoins, il semble évident que la mesure dans laquelle les généralistes et les pharmaciens individuels utilisent les objectifs et les principes de la promotion de la santé pour y orienter leur pratique professionnelle quotidienne varie considérablement d un pays à l autre, comme d un praticien à l autre. Dans quelle mesure la promotion de la santé est-elle devenue un élément de la formation professionnelle? Même s il y a des initiatives prometteuses dans certains pays pour les deux professions, la promotion de la santé et les aptitudes et compétences correspondantes n occupent pas de place très proéminente dans la formation professionnelle. Ceci apparaît en particulier très clairement en ce qui concerne les études universitaires de base dans la plupart des pays membres. Au niveau de la formation professionnelle dans les deux professions, les processus d apprentissage systématique à cet égard, tels que l acquisition de connaissances sur la prévention et le développement de la santé ou le développement d'aptitudes de communication pratique, paraissent offrir de bonnes possibilités pour un développement plus poussé - et il semble y avoir en pharmacie d officine une tendance à accorder davantage d attention aux questions touchant à ce domaine. Dans la formation médicale continue (volontaire) des médecins généralistes, un grand nombre de programmes structurés pour l apprentissage tout au long de la vie ont été développés - une nécessité reconnue également par les associations professionnelles de pharmacie d officine. 7

10 Dans quelle mesure la promotion de la santé est-elle devenue un élément de la recherche pratique? Comme beaucoup d autres services de soins primaires, les interventions de promotion de la santé en médecine générale et en pharmacie d officine n ont pas été bien documentées et évaluées à ce jour. Même s il existe divers modèles et initiatives, le nombre d études d intervention conçues, documentées et évaluées de façon systématique dans ce domaine semble très restreint. L intérêt limité porté par l industrie aux innovations non liées à des produits et à la recherche correspondante constitue un facteur important pour expliquer cette carence. Néanmoins, en médecine générale, certaines activités de recherche se développent, de plus en plus souvent en liaison avec des initiatives de recherche nationales et multinationales, et on conduit de petites activités de recherche locales. Dans de nombreux pays, l infrastructure de recherche et les mesures soutenant l implication des généralistes dans la recherche en général en sont encore à leurs débuts. Un cadre cohérent pour la recherche et l évaluation semble pour l instant faire défaut. En pharmacie, la recherche pertinente pour la promotion de la santé en pharmacie d officine n a été réalisée que partiellement, comparée aux activités de recherche dans les domaines traditionnels. Toutefois, il y a quelques approches prometteuses en direction d une recherche liée à la promotion de la santé, que ce soit dans les unités universitaires de promotion de la santé ou de pharmacie sociale, ou par le biais de coopérations (internationales) de chercheurs et de praticiens/représentants des organisations professionnelles. Quel est l impact de l infrastructure donnée sur la pratique de la promotion de la santé? Il n est pas surprenant que les associations professionnelles dans plusieurs pays membres participant au projet aient porté au compte des incitations financières telles qu on les trouve dans les régimes de remboursement l exploitation insuffisante des possibilités en médecine générale. Les services considérés tomber sous le chapeau de la «promotion de la santé» ne semblent pas bien soutenus par ces régimes. En comparaison, les activités de prévention telles que le dépistage du cancer, les check-ups de santé, de même que les examens de suivi d enfants en bonne santé et les consultations spécifiques de cliniques spécialisées pour certaines maladies sont assez bien représentées (notamment dans les systèmes d assurance 8

11 sociale). Mais il ne semble guère y avoir de modèles rémunérant spécifiquement les aspects communicatifs ou relationnels de la consultation. D autre part, les systèmes de santé caractérisés par une orientation vers les soins primaires (rencontrée plus fréquemment dans les systèmes nationaux de santé publique) semblent mieux permettre aux généralistes de travailler avec une approche de collaboration et de coopération, axée sur le travail d équipe et la communauté. Dans les systèmes de santé où les généralistes travaillent essentiellement de façon isolée, on a jugé que cette forme de pratique de la médecine générale n était pas propice au travail de promotion de la santé et de prévention du généraliste. Néanmoins, des projets et des initiatives individuels ont été lancés en vue de surmonter cette barrière, et ont été, selon les rapports, bien acceptés à l échelle locale. En ce qui concerne les stratégies systématiques d amélioration de la qualité, il semble que l on n ait mis en œuvre pour l instant que quelques instruments directeurs (lignes directrices et protocoles), et que l évaluation fasse encore défaut. Pour la pharmacie d officine, le tableau toujours encore assez critique des incitations est dominé par un système de remboursement essentiellement basé sur les marges et/ou un montant fixe par médicament dispensé. Même si les services cognitifs tels que l assistance-conseil en pharmacie d officine présentent évidemment un lien avec le produit (médicaments ou autres produits relatifs à la santé), il conviendra d explorer des systèmes novateurs tenant compte de l accent croissant mis sur les services cognitifs. L organisation des cycles de travail et l agencement des locaux peuvent également être développés en vue d une pratique centrée sur le patient/utilisateur, et il est possible d allouer davantage de temps au personnel qualifié pour assister et conseiller les patients. Y a-t-il un potentiel de promotion de la santé à l interface entre la médecine générale, la pharmacie d officine et les patients/utilisateurs? Dans le projet, on a constaté un intérêt significatif pour une approche intégrée de collaboration à la promotion de la santé dans les soins primaires, spécialement axée sur les patients, leurs besoins et leurs exigences (approche centrée sur le patient), susceptible d optimiser l interface entre la médecine générale et la pharmacie d officine. 9

12 Propositions à la Commission européenne Le projet a développé des propositions pour une action possible de la part de la Commission européenne dans tous les domaines esquissés ci-dessus dans les conclusions (cf. Conclusions et propositions [dok 4]). Pour ne souligner ici qu un aspect, le projet a constaté une carence significative de recherche et de développement des connaissances, notamment sur les interventions de promotion de la santé axées sur la communication. Une base de recherche trop étroite et un manque d études systématiques, de sorte qu il est difficile de distinguer entre l innovation et la simple variation locale, pose particulièrement problème dans des secteurs professionnels dominés par un rythme rapide d innovation (technologique), tels que la pratique médicale et pharmaceutique. Cette innovation technologique est généralement bien soutenue par la recherche financée par l industrie et les méta-analyses de cette recherche, systématiquement diffusées dans les structures de la médecine factuelle, qui fournissent aux praticiens des informations rapides et fiables sur les bonnes et meilleures pratiques. Ce processus d innovation est également extrêmement bien soutenu par une structure très poussée de publicités, de publications, de conférences, d ateliers et de représentants personnels de toutes les entreprises pharmaceutiques auprès de chaque médecin. Afin de permettre un développement plus équilibré des interventions de soins et de promotion de la santé dans les années à venir, et de donner aux interventions centrées sur la communication que constituent la plupart des formes de promotions de la santé une chance équitable dans cette compétition féroce pour l attention et les priorités des praticiens, la Commission devrait investir - dans la recherche, notamment dans le domaine des projets pilotes orientés vers la pratique, de leur mise en réseau et de l échange d expériences entre ces projets, - dans le soutien de stratégies de médecine factuelle pour l étude et la diffusion de données concernant des interventions essentiellement communicatives de promotion de la santé, - dans des conférences et des ateliers, - et dans l introduction de ce type de connaissances et d aptitudes dans toutes les formes de la formation professionnell. 10

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/AC.21/2003/4 6 février 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ Bureau régional

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

Réponse du Congo ANNEXE I

Réponse du Congo ANNEXE I Réponse du Congo ANNEXE I QUESTIONNAIRE SUR LES BESOINS ET PRIORITÉS NATIONAUX EN MATIÈRE DE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS ET DE CRÉATION DE CAPACITÉS, AFIN D APPUYER LA MISE EN OEUVRE DU PROTOCOLE DE NAGOYA

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE

LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE Dans ce document, les mots de genre féminin appliqués aux personnes désignent les femmes et les hommes, et vice-versa, si le contexte s y prête. LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE POSITION DE L AIIC

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH Juillet 2012 Contexte Les prix et les bourses spéciales du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) forment

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CECI/CONF.10/1 Distr. générale 23 novembre 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration

Plus en détail

La création d une agence autonome présenterait les avantages et inconvénients suivants, recensés à travers l étude:

La création d une agence autonome présenterait les avantages et inconvénients suivants, recensés à travers l étude: RÉSUMÉ Contexte de l étude Le 4 septembre 2003, le Parlement européen a adopté une résolution contenant des recommandations à la Commission sur les langues européennes régionales et moins répandues les

Plus en détail

Avis de l AFMPS en fonction des procédures de demande d études cliniques ou les autorisations de mise sur le marché

Avis de l AFMPS en fonction des procédures de demande d études cliniques ou les autorisations de mise sur le marché DG Pre Autorisation Agence fédérale des médicaments et des produits de santé Eurostation II Place Victor Horta 40/40 1060 Bruxelles www.afmps.be Avis de l AFMPS en fonction des procédures de demande d

Plus en détail

GBIF (2008) Vers l établissement d un point nodal opérationnel de participants du GBIF : définitions et considérations générales.

GBIF (2008) Vers l établissement d un point nodal opérationnel de participants du GBIF : définitions et considérations générales. Titre: Type de document: Expéditeur: Auteur(s) principal(aux)/ contact(s): Vers l établissement d un point nodal opérationnel de participants du GBIF : définitions et considérations générales Présentation

Plus en détail

AMENDEMENTS PROPOSES A LA DECLARATION COMMUNE DE LA COORDINATION COE-UE-OIE SUR LE BIEN-ETRE DES ANIMAUX

AMENDEMENTS PROPOSES A LA DECLARATION COMMUNE DE LA COORDINATION COE-UE-OIE SUR LE BIEN-ETRE DES ANIMAUX L Europe pour le bien-être des animaux AMENDEMENTS PROPOSES A LA DECLARATION COMMUNE DE LA COORDINATION COE-UE-OIE SUR LE BIEN-ETRE DES ANIMAUX DEMANDE DE LA FRANCE Si nous voulons clairement intégrer

Plus en détail

Pratiques exemplaires et obstacles fédéraux : profession et formation des professionnels de la santé

Pratiques exemplaires et obstacles fédéraux : profession et formation des professionnels de la santé Pratiques exemplaires et obstacles fédéraux : profession et formation des professionnels de la santé Association médicale canadienne Mémoire présenté au Comité permanent de la santé de la Chambre des communes

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE Description de programme PROMOUVOIR L AUTONOMIE ÉCONOMIQUE SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE 1125, promenade Colonel By, Ottawa (Ontario) K1S 5B6 Tél. : (613) 520-2600, poste1588 Téléc. : (613) 529-3561 Courriel

Plus en détail

Pour une population plus active. L école, un milieu stimulant

Pour une population plus active. L école, un milieu stimulant Pour une population plus active L école, un milieu stimulant Quelle est la meilleure manière d amener les personnes sédentaires à faire régulièrement de l activité physique? Voilà la question sur laquelle

Plus en détail

EXAMEN DU CHAPITRE CINQ RAPPORT À LA TNMP GT n o 7 APPELS D OFFRES ÉLECTRONIQUES

EXAMEN DU CHAPITRE CINQ RAPPORT À LA TNMP GT n o 7 APPELS D OFFRES ÉLECTRONIQUES EXAMEN DU CHAPITRE CINQ RAPPORT À LA TNMP GT n o 7 APPELS D OFFRES ÉLECTRONIQUES Compte rendu des décisions de la réunion de la TNMP à Québec (les 20 et 21 novembre 2003) : Les Parties ont présenté un

Plus en détail

02 Écoles de formation technique et professionnelle (FTP) en Autriche Ministère fédéral de l éducation, des arts et de la culture (BMUKK)

02 Écoles de formation technique et professionnelle (FTP) en Autriche Ministère fédéral de l éducation, des arts et de la culture (BMUKK) 02 Écoles de formation technique et professionnelle (FTP) en Autriche Ministère fédéral de l éducation, des arts et de la culture (BMUKK) La direction générale pour la formation technique et professionnelle

Plus en détail

Position du think tank Sport et Citoyenneté relative à la santé et au sport

Position du think tank Sport et Citoyenneté relative à la santé et au sport Position du think tank Sport et Citoyenneté relative à la santé et au sport 1 Juin 2012 Position adoptée à l issue des échanges et travaux du réseau européen «Sport et Santé», créé et animé par Sport et

Plus en détail

PROMOUVOIR L ACCESSIBILITÉ DE L INFORMATION POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE

PROMOUVOIR L ACCESSIBILITÉ DE L INFORMATION POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE PROMOUVOIR L ACCESSIBILITÉ DE L INFORMATION POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE L accès à l information est un droit fondamental de tout apprenant, présentant ou non un handicap et/ou un besoin

Plus en détail

Résumé Soutenir l amélioration continue de la qualité des soins donnés aux personnes souffrant de maladies chroniques au Québec

Résumé Soutenir l amélioration continue de la qualité des soins donnés aux personnes souffrant de maladies chroniques au Québec Résumé Soutenir l amélioration continue de la qualité des soins donnés aux personnes souffrant de maladies chroniques au Québec Des indicateurs de qualité à l intention des professionnels et des gestionnaires

Plus en détail

Stratégie en faveur de l éducation et de la formation tout au long de la vie en Autriche LLL : 2020

Stratégie en faveur de l éducation et de la formation tout au long de la vie en Autriche LLL : 2020 Stratégie en faveur de l éducation et de la formation tout au long de la vie en Autriche LLL : 2020 LLL : 2020 Objectifs et indices de référence stratégiques Les objectifs et indices de référence stratégiques

Plus en détail

Liste des questions pour la consultation sur la Stratégie nationale de prévention des maladies non transmissibles (MNT)

Liste des questions pour la consultation sur la Stratégie nationale de prévention des maladies non transmissibles (MNT) Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Liste des questions pour la consultation sur la Stratégie nationale de prévention des maladies non transmissibles (MNT) Nous

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile»

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile» Conférence Le Point «Maison connectée et intelligente» Paris, 28 mars 2013 Peter Hustinx Contrôleur européen de la protection des données «Le partage des données à caractère personnel et le respect de

Plus en détail

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs 3e Conférence européenne sur la normalisation, les essais et la certification Des produits plus sûrs pour des lieux de travail compétitifs Cracovie, Pologne, 11 12 septembre 2008 «MÉMORANDUM DE CRACOVIE»

Plus en détail

Plan d Action de Gaborone sur les Activités des Noms Géographiques en Afrique

Plan d Action de Gaborone sur les Activités des Noms Géographiques en Afrique Distr.: GÉNÉRALE NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE E/ECA/STATCOM/3/19 novembre 2011 FRANÇAIS Original : ANGLAIS Troisième réunion de la Commission africaine

Plus en détail

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES Sommaire de la démarche de réorganisation SOMMAIRE Le programme régional Traité santé offre des services de réadaptation

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

Promotion Santé Suisse

Promotion Santé Suisse Promotion Santé Suisse Qu est-ce que promouvoir la santé? «La promotion de la santé est le processus qui confère aux populations les moyens d assurer un plus grand contrôle sur leur propre santé, et d

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2006 MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Initiative focale sur la responsabilité sociale des entreprises (RSE)

Conseil d administration Genève, mars 2006 MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Initiative focale sur la responsabilité sociale des entreprises (RSE) BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.295/MNE/2/1 295 e session Conseil d administration Genève, mars 2006 Sous-commission sur les entreprises multinationales MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION DEUXIÈME QUESTION

Plus en détail

L AVENIR DU FISC APRES LA SAICM : DAVANTAGE D OPTIONS POUR LE DOCUMENT DE REFLEXION

L AVENIR DU FISC APRES LA SAICM : DAVANTAGE D OPTIONS POUR LE DOCUMENT DE REFLEXION Translation L AVENIR DU FISC APRES LA SAICM : DAVANTAGE D OPTIONS POUR LE DOCUMENT DE REFLEXION Un Groupe de travail du Forum intergouvernemental sur la sécurité chimique (FISC) vient récemment de rédiger

Plus en détail

Rapport de recommandations

Rapport de recommandations Comment s assurer que les personnes souffrant d ostéo-arthrite et d arthrite rhumatoïde reçoivent des soins optimaux de par l Europe: recommandations EUMUSC.NET En partenariat avec EULAR et 22 centres

Plus en détail

Évaluation du Fonds international pour la diversité culturelle

Évaluation du Fonds international pour la diversité culturelle Évaluation du Fonds international pour la diversité culturelle 1 Contexte La Fédération pour la diversité culturelle regroupe 43 coalitions nationales, dont près du deux tiers se trouvent dans des pays

Plus en détail

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié Chapitre 1 Définition et enjeux De tout temps, l homme a tenté de se protéger collectivement contre les maladies et les décès prématurés, notamment en luttant contre les épidémies et les agressions de

Plus en détail

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités Stratégie de recherche axée sur le patient Cadre de renforcement des capacités 2015 Remerciements Les Instituts de recherche en santé du Canada tiennent à souligner la contribution des experts ayant siégé

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 LES INSTRUMENTS FINANCIERS DE LA POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 La Commission européenne a adopté des propositions législatives concernant la politique de cohésion 2014-2020

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

La Valorisation des Acquis de l Expérience (VAE) en Communauté française.

La Valorisation des Acquis de l Expérience (VAE) en Communauté française. La Valorisation des Acquis de l Expérience (VAE) en Communauté française. Dossier de presse rédigé par : Françoise de Viron, Présidente de la Commission Education tout au Long de la Vie (ETALV) du CIUF,

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

LE SYSTEME DES SOINS DE SANTE EN BELGIQUE. Jo De Cock Administrateur général Institut national d assurance maladie-invalidité

LE SYSTEME DES SOINS DE SANTE EN BELGIQUE. Jo De Cock Administrateur général Institut national d assurance maladie-invalidité LE SYSTEME DES SOINS DE SANTE EN BELGIQUE Jo De Cock Administrateur général Institut national d assurance maladie-invalidité 09 juin 2011 2 SOMMAIRE I. Introduction II. III. IV. Système de santé: objectifs

Plus en détail

Rapport spécial n 1/2004 "5e PC (1998 à 2002)"

Rapport spécial n 1/2004 5e PC (1998 à 2002) Rapport spécial n 1/2004 "5e PC (1998 à 2002)" Gestion des actions indirectes de RDT relevant du cinquième programme-cadre (5e PC) en matière de recherche et de développement technologique (1998-2002)

Plus en détail

LE SEPTIÈME PROGRAMME-CADRE

LE SEPTIÈME PROGRAMME-CADRE La recherche européenne en action LE SEPTIÈME PROGRAMME-CADRE (7 e PC) Placer la recherche européenne au premier plan Définir un nouveau standard pour la recherche européenne Le septième programme-cadre

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

Première réunion. 21 février 2006 LA PREMIERE REUNION DU COMITE REGIONAL DE PLANIFICATION DU NECEMA

Première réunion. 21 février 2006 LA PREMIERE REUNION DU COMITE REGIONAL DE PLANIFICATION DU NECEMA Première réunion 21 février 2006 LA PREMIERE REUNION DU COMITE REGIONAL DE PLANIFICATION DU NECEMA Description: Ce document constitue les termes de référence du réseau régional pour la conformité et lʹapplication

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence

Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence Beyrouth, Liban, 24 novembre 2010 CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE «RENFORCER UN ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Dialogue sur le financement

Dialogue sur le financement CONSEIL EXÉCUTIF EB137/3 Cent trente-septième session 20 mai 2015 Point 5 de l ordre du jour provisoire Dialogue sur le financement Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Par la décision WHA66(8), l Assemblée

Plus en détail

Convention entre la Fondation pour l animation socioculturelle lausannoise et l Association

Convention entre la Fondation pour l animation socioculturelle lausannoise et l Association Préambule Convention entre la Fondation pour l animation socioculturelle lausannoise et l Association Conformément aux termes de la Charte Lausannoise de l animation, la Ville de Lausanne donne mandat

Plus en détail

Résumé. 1. Introduction

Résumé. 1. Introduction Résumé 1. Introduction L éducation et l accueil des jeunes enfants ont suscité ces dix dernières années une vague d intérêt dans les pays de l OCDE. Les décideurs politiques ont reconnu que l accès équitable

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE 15 MAI 2012 Document 212021 POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE A. INTRODUCTION Le présent document énonce le processus et les critères définis par le Conseil des normes

Plus en détail

Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance

Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance Introduction Le vieillissement de la population et l inversion

Plus en détail

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique 2 ORIENTATIONS DE L'OCDE POUR LES POLITIQUES CONCERNANT LE CONTENU NUMÉRIQUE Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique Le contenu numérique est devenu un élément de plus

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Politique de santé : enjeux régionaux, fédéraux et européens

Politique de santé : enjeux régionaux, fédéraux et européens Politique de santé : enjeux régionaux, fédéraux et européens Mémorandum de la Fédération des maisons médicales Octobre 2013 et la Fédération des maisons médicales Le mouvement des maisons médicales et

Plus en détail

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Groupe de travail Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Les participants ont tous reçu une copie du rapport particulièrement riche du précédent groupe de travail. A l issue des rapports des représentantes

Plus en détail

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES conférence de presse lundi 23 avril 2007 I. La revalorisation de l enseignement

Plus en détail

VERS UN CADRE EURO MEDITERRANEEN DES QUALIFICATIONS Reconnaissance et transfert des compétences et des qualifications au sein de l UpM

VERS UN CADRE EURO MEDITERRANEEN DES QUALIFICATIONS Reconnaissance et transfert des compétences et des qualifications au sein de l UpM VERS UN CADRE EURO MEDITERRANEEN DES QUALIFICATIONS Reconnaissance et transfert des compétences et des qualifications au sein de l UpM ELEMENTS DE CONTEXTE La Déclaration commune du sommet de Paris pour

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

Fondation pour la Sécurité des Patients: une contribution concrète à l assurance qualité dans le domaine de la santé

Fondation pour la Sécurité des Patients: une contribution concrète à l assurance qualité dans le domaine de la santé Fondation pour la Sécurité des Patients: une contribution concrète à l assurance qualité dans le domaine de la santé Conférence de presse 2 juillet 2007 Conseiller d Etat Dr Markus Dürr, président de la

Plus en détail

Le but : développer la performance de l entreprise officinale en adéquation constante avec les obligations qualité inhérentes à la profession

Le but : développer la performance de l entreprise officinale en adéquation constante avec les obligations qualité inhérentes à la profession La qualité n'est pas une notion nouvelle dans le monde de la santé. Depuis un certain temps, des actions ont été engagées pour améliorer la qualité des prestations proposées dans ce domaine. Dans l'environnement

Plus en détail

*1418975* FCCC/CP/2014/6. Convention-cadre sur les changements climatiques. Nations Unies

*1418975* FCCC/CP/2014/6. Convention-cadre sur les changements climatiques. Nations Unies Nations Unies Convention-cadre sur les changements climatiques Distr. générale 21 octobre 2014 Français Original: anglais FCCC/CP/2014/6 Conférence des Parties Vingtième session Lima, 1 er -12 décembre

Plus en détail

Stratégie de positionnement et de promotion des directeurs des services professionnels (DSP) Bilan des activités du dossier marketing DSP

Stratégie de positionnement et de promotion des directeurs des services professionnels (DSP) Bilan des activités du dossier marketing DSP Stratégie de positionnement et de promotion des directeurs des services professionnels (DSP) Bilan des activités du dossier marketing DSP [Septembre 2009] Table des matières CONTEXTE ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Apprendre pour le travail, la citoyenneté et la durabilité DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Suggestions à l UNESCO pour la planification d actions en matière

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres REGLEMENT N 04/2007/CM/UEMOA PORTANT CREATION ET MODALITES DE FONCTIONNEMENT DU COMITE CONSULTATIF SUR L

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3.1. CONCEPT La formation professionnelle doit être envisagée comme un moyen de fournir aux étudiants les connaissances théoriques et pratiques requises

Plus en détail

RÉSUMÉS DES CONTRIBUTIONS ÉCRITES

RÉSUMÉS DES CONTRIBUTIONS ÉCRITES DGIV EDU HE (2007) 35 Orig. ang. Strasbourg, 24 septembre 2007 Séminaire de Bologne Forum de l enseignement supérieur du Conseil de l Europe : Les cadres de qualifications Siège du Conseil de l Europe,

Plus en détail

regiosuisse Centre du réseau de développement régional

regiosuisse Centre du réseau de développement régional Fiche d information regiosuisse Centre du réseau de développement régional Faktenblatt regiosuisse Centre du réseau de développement régional a été lancé au début 2008 par le Secrétariat d Etat à l économie

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE 12/14 JUIN 2003 25 MESURES POUR REDUIRE LES INEGALITES DE SANTE Le système de santé est confronté à une crise d une gravité sans précédent, dont la

Plus en détail

Position de la Fédération suisse pour la formation continue FSEA

Position de la Fédération suisse pour la formation continue FSEA Ordonnance sur la formation continue: Audition Position de la Fédération suisse pour la formation continue FSEA Zurich, le 7 septembre 2015 Monsieur le Conseiller fédéral Schneider-Ammann Nous vous vous

Plus en détail

Commission de la condition de la femme

Commission de la condition de la femme Commission de la condition de la femme la garde des enfants et autres personnes à charge, y compris le partage des tâches et des CSW40 Conclusions concertées (1996/3) Nations Unies, mars 1996 la garde

Plus en détail

Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004

Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004 Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004 Annexe La Conférence générale de l Organisation internationale du Travail, convoquée à Genève par le Conseil d administration du

Plus en détail

ACTIVITES DE RENFORCEMENT DE CAPACITES PREVUES POUR LE PROCHAIN TRIENNAT 2012-2014 (Préparé par le Secrétariat)

ACTIVITES DE RENFORCEMENT DE CAPACITES PREVUES POUR LE PROCHAIN TRIENNAT 2012-2014 (Préparé par le Secrétariat) DIXIEME SESSION DE LA CONFERENCE DES PARTIES Bergen, 20-25 novembre 2011 Point 18 de l ordre du jour CONVENTION SUR LES ESPECES MIGRATRICES CMS Distribution: Générale PNUE/CMS/Conf.10.17 26 septembre 2011

Plus en détail

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE FOURNIR UNE ÉNERGIE ABORDABLE, FIABLE ET DURABLE ÉNERGIE DURABLE POUR TOUS Vision de l Initiative «Énergie durable pour tous» Quelque 590 millions de personnes en Afrique subsaharienne

Plus en détail

Chapitre 6 Tendances et perspectives de la formation professionnelle 133

Chapitre 6 Tendances et perspectives de la formation professionnelle 133 Chapitre 6 Tendances et perspectives de la formation professionnelle 133 6.1. Tendances et perspectives de la formation professionnelle 133 6.1.1. Formation professionnelle dans le cadre des politiques

Plus en détail

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 PEROU Ministère de l Economie et des Finances Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 Conclusions des co-présidents Alonso Arturo SEGURA VASI, Ministre de l Economie et des

Plus en détail

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE CNUCED Division de l infrastructure des services pour le développement et l efficacité commerciale (SITE) Palais des Nations CH-1211 Genève 10

Plus en détail

ECE/AC.21/SC/2014/3 EUDCE1408105/1.6/SC12/3. Conseil économique et social

ECE/AC.21/SC/2014/3 EUDCE1408105/1.6/SC12/3. Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/AC.21/SC/2014/3 Distr. générale 10 septembre 2014 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion de haut niveau sur les transports,

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX

COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX PARLEMENTAIRE DE S COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX La Commission de l économie, du commerce, du travail et des blocs commerciaux examine les questions économiques

Plus en détail

Erasmus pour tous. Qu est-ce qu Erasmus pour tous?

Erasmus pour tous. Qu est-ce qu Erasmus pour tous? Erasmus pour tous Qu est-ce qu Erasmus pour tous? Erasmus pour tous est le nouveau programme pour l éducation, la formation, la jeunesse et le sport proposé par la Commission européenne. Ce programme,

Plus en détail

Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé

Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Réunion du réseau parlementaire de lutte contre le VIH/SIDA Libreville Gabon, 2-3 octobre 2012 Plan de la présentation

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2007 PFA POUR DÉCISION. Budgets proposés pour les comptes extrabudgétaires en 2008-09

Conseil d administration Genève, novembre 2007 PFA POUR DÉCISION. Budgets proposés pour les comptes extrabudgétaires en 2008-09 BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.300/PFA/4/2 300 e session Conseil d administration Genève, novembre 2007 Commission du programme, du budget et de l administration PFA POUR DÉCISION QUATRIÈME QUESTION

Plus en détail

Nos références Personnes de contacts Bruxelles, le 09/01/06 APPEL A COLLABORATION AUX UNIVERSITES POUR UNE EQUIPE DE RECHERCHE- ACTION

Nos références Personnes de contacts Bruxelles, le 09/01/06 APPEL A COLLABORATION AUX UNIVERSITES POUR UNE EQUIPE DE RECHERCHE- ACTION Nos références Personnes de contacts Bruxelles, le 09/01/06 COZ/VDF/E06/458 Muriel Quinet Muriel.quinet@health.fgov.be 02/524.85.78 Valérie De Nef Valerie.denef@health.fgov.be 02/524.85.79 APPEL A COLLABORATION

Plus en détail

POLITIQUE DE FORMATION

POLITIQUE DE FORMATION POLITIQUE DE FORMATION ET DE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES Table des matières 1. Préambule... - 2-2. Buts généraux... - 2-3. Objectifs... - 2-4. Axes et typologie de formation... - 3-4.1 Axes de formation...

Plus en détail

Amélioration de la performance et de l efficacité

Amélioration de la performance et de l efficacité Amélioration de la performance et de l efficacité Aperçu des activités menées en 2012 Amélioration de l outil de communication d informations sur la performance et perfectionnement des indicateurs clefs

Plus en détail

Conférence d évaluation et de suivi de la campagne

Conférence d évaluation et de suivi de la campagne Strasbourg, 10 Mars 2015 DDCP-YD/NHSM (2015) 4F LA FIN DU COMMENCEMENT? Conférence d évaluation et de suivi de la campagne Centre Européen de la Jeunesse, Strasbourg 27 au 30 Mai 2015 Informations et appel

Plus en détail

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE»

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE» Confédération Européenne des Syndicats 1 Union des Confédérations de l Industrie et des Employeurs d Europe UNICE/UEAPME 2 Centre Européen des Entreprises à Participation Publique et des Entreprises d

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

Changer les attitudes face au vieillissement de la population active Stratégies d adaptation dans les entreprises allemandes

Changer les attitudes face au vieillissement de la population active Stratégies d adaptation dans les entreprises allemandes Changer les attitudes face au vieillissement de la population active Stratégies d adaptation dans les entreprises allemandes Bettina Splittgerber 03.08 1 Les changements démographiques en Allemagne 2 L

Plus en détail

SERVICE NATIONAL DE LA JEUNESSE

SERVICE NATIONAL DE LA JEUNESSE SERVICE NATIONAL DE LA JEUNESSE 1 SERVICE NATIONAL DE LA JEUNESSE Sommaire Loi du 4 juillet 2008 sur la jeunesse (telle qu elle a été modifiée)... 3 SERVICE NATIONAL DE LA JEUNESSE 3 Loi du 4 juillet

Plus en détail