Capital social et performances économiques : une analyse basée sur le fonctionnement d une économie informelle

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Capital social et performances économiques : une analyse basée sur le fonctionnement d une économie informelle"

Transcription

1 LAMETA Working Paper Capital social et performances économiques : une analyse basée sur le fonctionnement d une économie informelle Joëlle Fopoussi Résumé : L économie informelle actuelle nous éloigne de plus en plus de la vision initiale d Arthur Lewis (1954), qui représentait la dualité comme une phase transitoire du processus de developpement. Pour expliquer ce dualisme qui se perpétue trois courants d analyse ont émergé : les héritiers de la théorie neo-classique, les néo-marxistes et les théoriciens de l économie du développement. Du débat qui existe entre ces trois courants, nous retenons deux analyses extrêmes sur l expansion de l économie informelle en Afrique subsaharienne. La première lie la vitalité de l économie informelle aux contraintes financières et réglementaires qui pèseraient sur l activité économique formelle. La seconde constate que la croissance extensive de l économie informelle en Afrique est le signe d une dérive vers une simple économie de subsistance, dont la contribution à l activité économique se limite à assurer la survie des masses populaires. Tout en reconnaissant cette dérive, nous proposons une autre vision du rôle de l économie informelle dans le processus de développement. La théorie de la croissance endogène donne de nouvelles perspectives à l analyse du dualisme économique. Elle nous permet de montrer que, l économie informelle est le lieu où le lien entre le capital social et la production des richesses est le plus concret et le plus évident. Mots clé : capital social, économie informelle, croissance économique Abstract : Arthur Lewis (1954) describes economic dualism as an intermediate phase of the development process. Nowadays, the reality of informal economy in less developed countries is too far from this conception. The dynamism of informal economy in subsaharian Africa can be explain by many reasons. Two majors visions are opposed on this debate. On one hand, there are those who think that the expansion of informal economy is a consequence of the weight of financial and administratives constraints on the official economy. On the other hand, those who notice that informal economy is growing while poverty is increasing. Although we agree with this observation, we can not conclude that informal economy is another form of subsistence economy. The endogeonous growth theory offer new perspectives to the analysis of economic dualism. The informal economy is the framework where the link between social capital and economic performances is much more tangible. Keywords : social capital, informal economy, economic growth LAMETA-CNRS UMR 5474, Université Montpellier I, Faculté des sciences économiques, Espace Richter, Avenue de la mer, CS , Montpellier cedex 2,

2 INTRODUCTION Le concept même du capital social a acquis de nos jours une place incontestée dans la pensée économique. Cependant, l idée d admettre le capital social comme un bien économique fait débat. Effet, le capital social est difficilement quantifiable, d où l absence de statistiques détaillées à l échelle nationale. Il est même difficile de dire ce qu il convient de mesurer comme facteurs déterminants du capital social, car les relations sociales et engagements communautaires susceptibles d être intégrées dans le capital social sont multiples, variées et pour beaucoup intangibles. L utilisation du terme même de capital peut paraître contestable, car ce terme est plus courant lorsqu il s agit de biens tangibles, durables ou périssables dont l accumulation peut être estimée. la notion de capital social intègre des formes d organisation sociale. Elle se réfère également à l ensemble des connaissances et pratiques partagées eu sein de l organisation. A ce propos, les économistes ont depuis longtemps admis les différentes formes de savoir comme des formes de capital. L interprétation qui considère que les règles communautaires comme des composantes du capital social, rend difficile l élaboration d une approche empirique pertinente. Une telle approche est plus aisée si le capital social est défini comme un aspect du capital humain. Dans le domaine de l économie du développement, les avis sont partagées sur les vertus ou les défauts de ce que, dans une définition large, nous nommons par «institutions informelles». Si ces formes d organisation sociale contribuent à la formation du capital social, il faudrait alors s interroger sur la nature même de cette productivité. L existence même de l économie informelle pourrait empêcher l émergence de structures socioéconomiques plus productives. 2

3 Dans une première définition, le capital social est une notion qui englobe «des caractéristiques de l organisation sociale tels le rapport de confiance, les normes, les réseaux qui améliorent l efficacité de la société en facilitant les actions coordonnées» 1. Cette définition mène à un amalgame entre le tangible et l intangible. Le tangible regroupe des éléments aussi variés que les coutumes traditionnelles et codes de conduite. L intangible représente des notions comme les relations interpersonnelles qu on peut formaliser. Certains auteurs se sont focalisés sur le rapport de confiance. D autres ont porté leur intérêt sur des aspects de l organisation sociale comme les tontines, les coopératives financières ou agricoles, qui font du capital social un actif. Cette approche implique qu il existe des formes productives et non productives de capital social 2. Dans toutes ces contributions littéraires, le champ d analyse du capital social est une espace dont les limites restent à définir, entre l individu et l Etat (la société). Il s identifie globalement aux activités de la société civile. Les mécanismes qui permettent la formation du capital social s observent le mieux dans certaines formes d institutions informelles. Le terme «institutions informelles» représente aussi bien des aspects de l économie informelle ou souterraine, certaines formes de sociétés criminelles que des structures de l économie solidaire ou populaire. Pour ce qui est de l économie informelle dans les pays en voie de développement, le poids de l organisation sociale se mesure au fait que, c est elle qui fixe implicitement les conditions d accès à cette économie. La notion de confiance est le fondement du contrat social entre les acteurs économiques de cette économie. Elle régit les relations marchandes 1 PUTNAM R.D., with R. LEONARDI and R.Y. NANETTI, 1993, Making democracy work : civic traditions in modern Italy, Princeton University Press, Princeton, P Partha DASGUPTA, Social capital and economic performance : analytics, Working Paper, Facuty of Economics, University of Cambridge, Revised version, January

4 et non marchandes entre les agents économiques. Les réseaux structurent l économie informelle. Ils constituent la principale barrière à l entrée de cette économie. Les barrières les plus difficiles à franchir à l entrée de l économie informelle sont les barrières non financières. Leur importance échappe souvent aux économistes, et est mis en lumière par un travail anthropologique de longue haleine. La plus immédiate est l existence de castes, aussi bien en Afrique qu en Inde. La caste est un des éléments d un enchevêtrement complexe de hiérarchies, elle joue un rôle de «barrière à l entrée» non écrite assez efficace. Des barrières fondées sur l appartenance ethnique, en l absence de castes, peuvent être aussi efficaces que ces dernières pour assurer à une catégorie de la population le monopole de l exercice d une activité économique. La religion joue également un rôle important en matière de barrière l entrée. Elle est généralement un facteur associé à d autres comme la communauté éthnico-geographique et/ou la transmission d un savoir-faire. La difficulté à pénétrer dans un réseau représente un obstacle majeur à l accès à certaines activités informelles. Le réseau peut prendre des multiples formes ou les combiner : Réseau de transmission de l information sur la clientèle, les fournisseurs, les concurrents, la police, etc. Réseau d autoprotection collective (milices armées). Réseau commercial (groupements d achat ou de vente). Réseau d organisation du marché (partage du marché, règlement des conflits). Ces multiples réseaux imbriquées peuvent être constitués sur des bases elles-mêmes diverses : communauté de caste ou de religion, communauté d origine géographique, communauté ethnique ou de parentèle. L importance du réseau est lié au fait que l emploi informel est surtout un emploi non qualifié. Par conséquent, des critères d embauche plus objectifs comme le niveau d étude ou de formation n ont ici que peu d utilité. Les réseaux 4

5 ou les relations personnelles sont une variable d ajustement entre l offre et la demande sur le marché du travail en Afrique subsaharienne. A Bamako, «55,7 % des salariés irréguliers et 54,4 % des salariés sans protection sociale ont accédé à leur emploi actuel par le biais de relations personnelles, alors que l incidence de cette procédure n est que de 16% pour les salariés protégés» 3. La structure des réseaux est souvent peu apparente. Pourtant, l appartenance à des réseaux familiaux, amicaux, associatifs ou syndicaux, est une condition nécessaire pour exercer certaines activités. L apprentissage d un ensemble de codes urbains, lié à l appartenance aux réseaux, constitue l élément principal de la qualification de ces travailleurs. Il devient alors difficile de distinguer les barrières de réseau des autres formes de barrières non financières, en particulier de celles qui relève de l appartenance ethnique ou de la qualification. Dans certaines ethnies, l appartenance à l ethnie et au sein de celle-ci, à un «tissu très dense d alliances matrimoniales entrecroisées» (Morice, P.61) est la condition pour accéder aux connaissances techniques qui elles-mêmes permettront de s établir à son propre compte 4. Dans d autres cas, les réseaux de relations apparaissent comme plus importants que les connaissances techniques, dont les futurs micro-entrepreneurs peuvent se dispenser. Le réseau peut être également le signe d un autre type de qualification : connaissance de l administration, des sources de financement, etc. L analyse des réseaux souligne toute la complexité que pose la notion de capital social. En effet, s il est reconnu que les relations personnelles sont une variable d ajustement sur le marché du travail, encore faut-il que les bases de l ajustement soit clairement définies ou formalisées. L appartenance au réseau suffit-elle pour que l offre satisfasse à la demande, 3 EL HADJI SIDIBE B. et LACHAUD J.-P.,1993, Pauvreté et marché du travail au Mali : le cas de Bamako, Institut international d études sociales, OIT, Genève, Discussion papers n 52, P MORICE A., 1987, «Ceux qui travaillent gratuitement : un salaire confisqué», in AGIER M., COPANS J. et MORICE A. (coord.), Classes ouvrières d Afrique noire, Karthala, Paris, pp

6 ou cette appartenance doit être combinée aux connaissances acquises dans le réseau. Cette interrogation s appuie sur le fait que pour certaines activités informelles, l entrée sur le marché du travail passe par une phase transitoire d apprentissage. Le statut de microentrepreneur ou de travailleur autonome n est effectif que lorsque l apprenti s est mis à son propre compte. Ainsi, l existence des barrières à l entrée conduit à poser la question de qualification d une façon différente de celle dont elle est posée dans les économies industrialisées. Pour ce qui est des micro-entreprises de production et de réparation, réseaux et connaissances acquises dans l apprentissage jouent toujours conjointement, l inscription dans les premiers étant toujours la condition de l acquisition des secondes. Toutefois, ces connaissances ne garantissent pas la stabilité de l emploi. Pour s installer à son propre compte, l apprenti devra fidéliser sa clientèle et profiter de son appartenance au réseau pour franchir le pas 5. La qualification est définie à la fois par les connaissances techniques acquises et par ce savoir-faire social qui permet de plus ou moins bien valoriser les réseaux. Les expériences de valorisation par un diplôme des connaissances acquises dans l apprentissage touchent peu les apprentis des petites entreprises et supposent que l apprenti ait suivi un cursus scolaire minimal 6. Le décalage entre diplôme et qualification (au sens large) est donc nécessairement élevé. A l inverse, les tentatives faites pour favoriser l accès des diplômés de l enseignement supérieur à des positions de petits chefs ont généralement mené à l échec. D abord parce que ces diplômés ne maîtrisent pas les connaissances techniques, ensuite parce que leurs réseaux sont largement étrangers à 5 ANTOINE Ph., 1992, L insertion urbaine : le cas de Dakar, IFAN-ORSTOM, Dakar, t.2., P BOURDIN Y., 1992, Analyse des modalités de la transition professionnelle en milieu urbain dans un pays francophone : le Bénin, thèse de doctorat de sociologie, Université de Nancy-II. 6

7 l activité à laquelle ils postulent. Dans les activités autres que celles de production ou de réparation, la qualification est encore plus difficile à discerner de l inscription dans les réseaux. Monter un petit restaurant de rue à Douala requiert des réseaux permettant de constituer une clientèle, de s approvisionner et de s accorder avec les concurrents, autant qu un savoir faire culinaire. Il en est de même pour les cireurs de chaussures, les motostaxis, les gardiens de voitures et les vendeurs de cigarette. Le réseau est un facteur déterminant de l entrée sur le marché du travail informel. La nature des rapports sociaux entre les différents intervenants sur le marché du travail est lié aux règles de fonctionnement du réseau. La confiance, la loyauté et la solidarité sont des notions essentielles au contrat du travail, qui est rarement un contrat écrit. L intérêt que nous portons sur le marché du travail informel s explique surtout par le fait, qu il est un cadre d étude approprié pour analyser les rapports entre l organisation sociale et la production économique. L objet d étude qu est le capital social, nous impose de statuer sur la nature même du capital social dans ce cas de figure. S agit-il d une composante du capital humain ou doit-on l intégrer dans la productivité totale des facteurs dans l élaboration d une fonction de croissance? L explosion de l économie informelle fait suite aux difficultés économiques persistantes auxquelles font face les économies africaines. La ruée vers le marché du travail informel résulte des déséquilibres du marché du travail formel. L évolution de l économie depuis la décennie faste des années 70 se décrit en trois phases : expansion et consolidation saturation progressive de l offre hétérogénéité croissante. Si l économie informelle a toujours existé, son évolution actuelle suscite des inquiétudes. La multiplication d activités informelles est le double signe d une croissance extensive de cette économie et d une précarité croissante dans les masses populaires. L idée que l économie informelle se résume à une simple économie de subsistance fait du chemin ; d autant plus que les 7

8 difficultés économiques sur le continent ne font que croître. Ce raisonnement accréditerait l idée d une croissance anti-cyclique, qui signifierait que si le contexte économique s améliorait, la taille de l économie va se réduire. L impact de l économie informelle et la place prépondérante qu elle occupe dans le système économique et même dans le tissu socio-culturel laisse à penser que le dualisme ne peut plus être perçu comme une phase transitoire ou conjoncturelle de la croissance dans les pays d Afrique subsaharienne. Ces mêmes raisons nous amène à proposer une nouvelle analyse du rôle de l économie informelle dans le processus de développement dans ces pays. L idée que l économie informelle, par la place qu y occupent les réseaux sociaux, est le meilleur champ d analyse de la formation du capital social doit être mieux développée. Elle doit être mieux développée en montrant comment la structure et le fonctionnement de ces réseaux affecte l activité économique. Comment un tel impact se traduit sur la production des richesses? S agit-il d un effet positif ou négatif? Peut-on parler de formes plus ou moins productives du capital social. 8

9 1. Les contributions littéraires à l analyse du capital social Le capital social renvoie aux ressources qui découlent de la participation à des réseaux de relations qui sont plus ou moins institutionnalisés. Son apport à la science économique se mesure sous deux angles. Sur le plan théorique, il offre une perspective d analyse instrumentale qui met l accent à la fois sur les bénéfices que les individus peuvent retirer de la participation à des réseaux et sur la construction délibérée de réseaux dans le but d augmenter le capital réseau des individus. Dans une perspective d application de la théorie, il oblige à élargir les outils d élaboration d une politique économique, en incitant les décideurs publics à chercher à résoudre les problèmes d action collective par le recours à de nouvelles formes d instruments. Ces instruments peuvent tout aussi bien être économiques que non économiques. Ils seraient potentiellement moins consommateurs en ressources budgétaires et réglementaires. 1.1 La diversité des formes de capital social Le capital social peut exister sous trois formes principales : la confiance, les normes et les réseaux (Dasgupta et Serageldin, 2000 ; Putnam, 1993). En évoquant la problématique, nous nous sommes intéressés à la typologie et au fonctionnement des réseaux. La revue de littérature porte donc essentiellement sur les autres aspects du capital social que sont la confiance et les normes de comportement. La répétition des interactions crée des conditions favorables à l instauration de la confiance. Dans les sociétés où le capital de confiance est élevé, les individus réalisent des économies sur des dépenses, qu ils devraient envisager pour se protéger de toute exploitation (tromperie ou supercherie) lors des transactions économiques (Knack et Keefer, 1997, p.1252). Les contrats écrits sont peu 9

10 nécessaires, ils peuvent même ne pas souscrire à l obligation d une clause spéciale pour parer à tout éventuel imprévu. Dans de telles sociétés, les litiges devraient être peu fréquents. Les individus dépensent peu en taxes, pots de vin, services privés de sécurité pour se protéger des violations criminelles de leur droit de propriété La confiance Si les micro-entrepreneurs devaient consacrer beaucoup de temps à anticiper d éventuels «coups bas» de leurs concurrents, employés ou fournisseurs. Il leur reste peu de temps à consacrer à l élaboration de nouvelles gammes de produits, ou à la mise en place de nouvelles méthodes de production, en un mot à l innovation technologique. L idée que la notion de confiance soit au cœur de toute transaction économique n est pas inédite. Arrow (1972, P.357), note que toute transaction commerciale à plus ou moins long terme s'appuie sur un minimum de confiance. Il ajoute qu on peut sans se tromper faire un lien entre une conjoncture économique défavorable et une crise de confiance des investisseurs lorsqu il s agit de l offre de biens et services, crise de confiance des ménages lorsqu il s agit de la demande de biens et services. L importance de la confiance a été rarement contestée. La modélisation macro-économique a toujours traité cette notion comme une variable exogène de la croissance économique ; une variable qui est liée à l environnement socioéconomique. La confiance apparaît dans une telle représentation théorique comme, ce qui incite les acteurs économiques à participer plus à la production de la richesse nationale et aux échanges économiques. La notion de confiance se prête à diverses interprétations. Elle est couramment utilisée dans le contexte d une personne qui nourrit des attentes sur les actes ou choix d autres personnes ; ces actes ou choix pouvant influer sur ses propres décisions. Cette personne 10

11 doit pouvoir agir sans avoir observé le comportement de ses partenaires. La «clause» concernant la nécessité d agir, hors du champ d observation de ceux avec qui on est en relation, est essentielle. La confiance suppose donc un partage des informations, entre ceux qui fondent leur relation sur cette notion. La notion de confiance s applique dans deux cas de figures : les actions confidentielles et les informations cachées. Des concepts comme le risque moral ou la sélection adverse ne sont pas si éloignés d une telle classification. Luhman (1988) parle de capital confiance. Par ce terme, il nomme le crédit moral que nous accordons aux institutions, et qui est fondé sur leur capacité à fonctionner de manière adéquate. Cet auteur marque une distinction entre la confiance et le capital confiance. Le capital confiance peut varier selon les circonstances, alors qu il est difficile d influer sur une perte de confiance. A titre d exemple, l absence de cohérence dans l application d une politique économique mène à une érosion du capital confiance que les gouvernés accordent à leurs gouvernants. Ces même gouvernés vont perdre confiance, et seront même amenés à défier leurs gouvernants, s ils apprennent que ces derniers sont corrompus. Les normes de comportement Elles se développent au fil du temps par des échanges et des interactions répétées. La confiance en elle-même représente une norme de comportement. D autres normes sont répertoriées comme : la réalisation d objectifs communs (communauté d intérêt), les sentiments partagés (affection mutuelle), les prédispositions sociales, le respect mutuel. La communauté d intérêt s applique au cas où les obligations nés d engagements communautaires ne s appuient pas sur des paramètres subjectif (ex : le lien sanguin). Dans le cas d un groupe de personnes qui ont des avantages à agir en commun. Le contrat social qui lie les membres du groupe définit les droits et les obligations de chacun. Il s agit ici de 11

12 partager les charges et bénéfices nés de l exploitation d une propriété commune. L existence même du contrat social (accord commun) ne doit pas éluder la question de la durée du contrat social. La durée du contrat social dépend de la «stratégie d équilibre» (Dasgupta, 2002, P.10). Il s agit ici de définir une stratégie qui aurait été celle de chaque membre du groupe, s il avait eu à prendre cette décision à la place d un autre. On peut élargir le concept de stratégie d équilibre à celui d un équilibre des opinions. Cet équilibre est basé sur une hiérarchie faite d opinions personnelles et de l opinion générale du groupe. Cette hiérarchie garantit la liberté d expression aux différents membres du groupe. Certaines transactions non quantifiables n ont lieu et même n existent que parce qu elles sont à la marge du rationnel. Dans un tel cas de figure, la transaction est basée sur les sentiments que les membres du groupe ont les uns pour les autres. L affection mutuelle fonde un groupe social comme le ménage. Cette forme «d organisation sociale» par comparaison avec d autres fait rarement face au risque moral ou à la sélection adverse. Tout membre d un groupe social fait confiance à la capacité des autres à respecter le contrat social qui les lie, s il est optimiste sur leurs prédispositions à être digne de confiance. Les prédispositions sociales découlent du processus de socialisation ; ce sont donc celles qui ont été acquises depuis le plus jeune âge. Il est important ici que les individus se rencontrent dans des situations similaires qui ont tendance à se répéter. Les engagements communautaires peuvent être honorés dans tout contexte et même sans affection mutuelle entre les individus. Ils peuvent l être dans le cas, où une des parties liées par le contrat social n est pas disposée à être sincère. Ce dernier cas représente les relations interpersonnelles à long terme. Ainsi, le contrat social est fondé sur des facteurs endogènes ou sur des facteurs exogènes. Le contrat social est explicite lorsque l accord commun est notifié dans un acte écrit ; d une décision prise par consentement mutuel, on peut passer à une décision imposée par 12

13 une personne externe. On parle alors d un accord décidé par une tierce personne. Cette tierce personne peut être l autorité publique, notamment, lorsqu il s agit de définir des règles de vie commune. Le respect ou le non respect des règles de vie commune est le résultat d une situation d équilibre. Dasgupta (2002, P.14) relève plusieurs situations, qui pour la plupart sont caractérisées par une soumissions partielle à ces règles de vie. Pour des commodités méthodologiques, il restreint sa représentation théorique à deux situations extrêmes d équilibre : la non soumission et la soumission totale aux règles de vie commune du groupe social. Le maintien de l équilibre dépend des croyances auxquelles adhèrent les différentes parties du groupe social. Le terme «croyances» est utilisé pour mettre l accent sur les fondements culturels des opinions personnelles au sein du groupe. L argumentaire culturel dans l analyse économique n a pas toujours été populaire auprès des économistes. Il faut noter une récente évolution sur ce point. Depuis Max Weber, l analyse la plus ambitieuse qui fasse appel à la culture pour expliquer les différences en performance économique entre des pays est celle de Landes (1998). Cet auteur s interroge sur la prospérité des Etats du nord de l Europe pendant le 16 e siècle. En comparant ces Etats avec d autres aux potentialités plus grandes, il montre que c est le progrès technologique et la rapidité de sa diffusion, qui a été la clé de leur succès. Pour analyser les raisons de ce progrès technologique, Landes s appuie sur l évolution des croyances et des comportements dans les régions étudiées pour expliquer les différences institutionnelles. La triple dynamique croyances comportements - différences institutionnelles permet de comprendre pourquoi certains pays connaissent des période de croissance plus ou moins longues, alors que d autres souffrent d atrophie. L approche de Landes est historique et narrative. D autres analyses vont dans le même sens en se basant sur des évidences statistiques. Putnam (1993), Knack et Keefer (1997) et La Porta et al. (1997) à partir des 13

14 données statistiques portant sur des pays de l OCDE font le lien entre la culture civique et la croissance économique Des évidences empiriques La discrimination sur le marché du travail L analyse économique montre comment peuvent persister certains stéréotypes culturels, et ce même quand il n existe aucune différence intrinsèque entre des groupes sociaux (Coate et Loury, 1993). Imaginons que tout demandeur d emploi doive investir sur lui-même pour se qualifier à un certain type d emploi. Les coûts d investissement diffèrent selon les demandeurs d emploi. Ces coûts sont liés aux aptitudes intrinsèques à tout demandeur d emploi. Supposons que ces aptitudes sont d ordre génétiques, en conséquence, il n y a pas de différences entre groupes sociaux. Les seules différences qui existent sont individuelles. Les aptitudes naturelles ne peuvent être observées ni relevées par les potentiels employeurs. Ainsi, un demandeur d emploi qui investit pour améliorer ses aptitudes naturelles, ne peut en tirer un quelconque bénéfice. Les futurs employeurs sont à priori incapables de juger le potentiel de ce demandeur d emploi avec une certitude absolue. Si, par contre, les potentiels employeurs ont des préjugés négatifs sur les aptitudes d un groupe social, ils peuvent utiliser des critères de sélection rigides pour assigner les demandeurs d emploi issus du groupe concerné à certains métiers. Ces métiers peuvent être individuellement gratifiants tout en étant très difficiles. Cette discrimination va réduire 7 Par culture civique, il faut comprendre qu il s agit de tout ce qui se rapporte à des notions comme l engagement associatif, la confiance qu accorde les individus aux institutions, et même dans une certaine mesure la citoyenneté. 14

15 le rendement espéré de l investissement consenti par tout demandeur d emploi de ce groupe social, afin de s adapter à un métier plus gratifiant. Il y a un risque pour le groupe social frappé par la discrimination, que ses demandeurs d emploi qui investissent quasiment à perte, n engager plus de dépenses pour améliorer leurs compétences. A long terme, le nombre de membres de ce groupes qui sont qualifiés pour certains types de métiers va stagner ou même diminuer. On est dans un cercle vicieux où les préjugés culturels ne sont pas démentis. En effet, il existe peu ou de moins en moins de membres du groupe social aptes à exercer certains métiers. L attitude discriminatoire des employeurs à l épreuve du temps est confortée. En d autres termes, il est possible que la perception qu une tierce personne a des différences entre les groupes sociaux soit confortée. Cette perception est confortée par les réactions des membres du dit groupe aux pratiques discriminatoires de la tierce personne ; des pratiques qui sont suscitées par la manière dont elle perçoit les membres de ce groupe. Ce mécanisme explique la persistance des pratiques discriminatoires. Il fait le lien entre des éléments culturels et le comportement des agents économiques sur le marché du travail. La critique du capital social se caractérise aussi par des réticences à introduire la culture dans l économie. Ces réticences ne sont pas dénuées de fondement. La culture peut également être argument facile pour expliquer ou théoriser toute fait économique, sans s interroger sur son caractère productif ou non productif. Capital social et performances économiques ; ce que montrent les statistiques. Les enquêtes de l OCDE s appuient sur un large échantillon de pays. L étude de 1981 recense les réponses de milliers de personnes interrogées dans vingt et une économies de 15

16 marché. L étude faite sur deux années ( ) couvre vingt-huit économies. En tout, vingt-neuf économies au moins font l objet d enquête sur le capital social. La sélection des échantillons n était pas totalement fortuite, les auteurs reconnaissent d ailleurs qu ils ont fait des ajustements 8. Parmi les questions posées, les économistes ont surtout porté leur intérêt sur une question, qui devait permettre d apprécier les prédispositions individuelles sociales à faire confiance. La dite question était formulée ainsi : «En général, pouvez-vous affirmer que la plupart des gens vous inspire confiance, ou qu il vous arrive d être prudents envers ceux avec qui vous êtes en transaction?». Le pourcentage de personnes interrogées dans chaque pays est un potentiel indice de confiance. Une telle question donne de réelles indications sur la perception générale des interrogés sur leur entourage. Elle est, en revanche, moins instructive sur le climat général de confiance dans un pays. En effet, les personnes interrogées parlent du capital confiance qu ils accordent à leurs concitoyens. Les réponses positives résument l ensemble de ceux qui sont digne de confiance aux yeux des personnes interrogées. Knack et Keefer (1997) étendent ces travaux à une expérimentation inédite. Des milliers de porte-monnaie sont délibérément abandonnés dans un échantillon de villes. Le pourcentage de porte-monnaie «perdus» rendus à leurs propriétaires est un indicateur du capital confiance pour chaque ville et par extension pour chaque pays. Il permet de suggérer que les individus sont plus dignes de confiance ou l indice de confiance TRUST est élevé. Un second indice est élaboré pour les mêmes travaux. L indice CIVIC permet d évaluer la force d imprégnation des normes de coopération civique ou sociale dans une économie. Cet indice est construit sur la base d une moyenne des réponses à cinq questions posées. 8 KNACK S. and KEEFER P., 1997, «Does Social Capital Have Economic Payoff : A Cross Country Investigation», Quarterly Journal of Economics, N 112, pp

17 Ces questions portent sur l attitude des personnes interrogées, lorsque ces dernières doivent faire face à des situations qui font appel à leur civisme 9. Dans les pays de l OCDE, l indice CIVIC varie peu. On note une relation positive entre l indice CIVIC et l indice TRUST. L application des deux indices à un même pays donne des résultats similaires. Sur la base des résultats obtenus au sein de l OCDE un faible nombre de pays sous-développés sont soumis aux mêmes travaux. L étude Knack et Keefer s applique également à un échantillon de six pays sous-développés dont deux d Afrique subsaharienne : l Afrique du sud et le Nigeria. Dans cet échantillon, l indice de confiance TRUST varie beaucoup d un pays à l autre. Porta et al. (1997) reprennent le même indice. Leurs travaux sont plus précis sur le rapport entre le capital social et les performances macro-économiques. Ils montre une faible relation de 1970 à 1993 entre l indice TRUST et le taux de croissance. Toutefois, la pertinence de leur fonction de régression de la croissance a été critiquée. En effet, l échantillon auquel a été appliqué la fonction de régression, inclut à la fois des économies planifiés à celles qui ne le sont pas. En excluant les pays socialistes, Knack et Keefer se reportent à une période plus courte ( ) avec des résultats assez probants. En évaluant le revenu par habitant, le capital humain et prix relatif des biens d investissement, ils ont constaté qu une augmentation de 10% de l indice TRUST s accompagne d une variation de 0,8% du taux de croissance. Lorsque les tests de ces auteurs sont étendus à des périodes plus longues ( et ), le lien entre l indice TRUST et le taux de croissance est moins évident. La confiance est une variable moins importante que d autres variables qui ont incluses dans l équation de croissance. Globalement, l analyse de l indice TRUST pour les pays de l OCDE donnent des résultats contrastés. Les résultats semblent 9 Il s agit de situations diverses qui vont du respect du code de la route, de l acquittement du ticket du bus ou métro à la réprobation d actes délictueux ou frauduleux, etc. 17

18 plus probants, lorsqu il s agit des pays les moins riches de l OCDE ou des pays sousdéveloppés. La porta et al. (1997) montre qu il existe un lien positif entre l indice TRUST et un certain nombre d éléments qui témoignent de la bonne gouvernance d un pays 10. Knack et keefer montre que la confiance est une des variables explicatives de la part de l investissement dans le PIB. Il faut toutefois être prudents avec l utilisation de tels résultats. En effet, la confiance en elle-même dépend de certains aspects internes ou externes à l activité économique ; des aspects dont on en tient pas compte dans la formulation d une fonction de croissance. Ainsi, le faible niveau de confiance peut s explique par la corruption ou par le non respect de la loi, qui pour des raisons indépendantes les unes des autres, ont un impact sur le taux de croissance. La confiance peut même être le résultat d un certain optimisme lié aux bonnes performances économiques d un pays. En s intéressant à la notion de confiance comme une variable endogène des certains indicateurs socio-économiques, La porta et al (1997, P.336) montrent que le confiance a un effet positif sur la réussite scolaire. Ce lien n'est pas possible dans le sens opposé ; de la réussite scolaire à la notion de confiance. Knack et Keefer (1997) relève une relation forte entre l indice TRUST et la moyenne d années d étude dans les pays de l OCDE. Si la notion de confiance peut être considérée comme une variable endogène de la formation scolaire ou académique, alors s ouvrent de nouvelles perspectives à la réflexion économique sur le capital humain. 10 A titre d exemple, on peut citer comme éléments d appréciation de la bonne gouvernance : la qualité du système judiciaire, la qualité des services publics, le respect des droits de l homme, le respect de la liberté d entreprendre ou de la liberté d expression, etc. 18

19 2. Capital social et développement économique : de l analyse micro-économique des comportements individuels à celle des performances macro-économiques. Le capital social identifie des éléments inhérents à l organisation sociale. Les réseaux inter-personnels sont un de ces éléments. L intérêt de l analyse économique n est pas uniquement de constater l existence de tels réseaux. Il s agit ici d apprécier l impact de leur fonctionnement sur l activité économique. Cette thématique fait l objet de nombreux travaux de recherche économique en cours Le capital social : une composante du capital humain Sur le marché du travail et de l emploi, les salaires et rémunération diverses des travailleurs sont la contrepartie du travail effectué. Dans l hypothèse ou les relations personnelles assurent l accès et parfois la pérennité de l emploi. La rémunération du travailleur peut aussi être considérée comme la contrepartie de la valeur de ses contacts 12. Dans une telle configuration, le capital social est une composante du capital humain, qui lui-même est un facteur de production. Sur la base d une simple modélisation de l ensemble des possibilités de production d une économie. Considérons j comme l indice qui représente tout ménage au sein de cette économie : j = 1, 2, K est le stock de capital physique, L j est le nombre d heures de travail attribuées au ménage j. Dans une économie de marché développée, K relève en grande partie de la 11 DASGUPTA P., 2002, Social capital and economic performance : analytics, Working Paper, Faculty of Economics, University of Cambridge, Revised version, January. 12 BURT R.S, 1992, Structural Holes : The social structure of competition, Harvard University Press, Cambridge Press. 19

20 propriété privée. Selon le poids de l Etat dans l économie, K peut être sous propriété publique. Dans certains cas, K peut être sous propriété privée collective (coopérative). Pour ce qui est de L, il faut relever que si dans toute économie du marché, le salaire est indexé sur le travail individuel, dans les économies de subsistance le «travail familial» est la forme le plus représentative des relations de travail. Les formes communautaires de travail sont assez répandues dans certaines régions du monde. Supposons que h j est le capital humain «détenu» par le ménage j. Le capital humain représente l investissement consenti pour l éducation, la formation professionnelle et la santé de tous ceux qui participent à l offre familiale de travail. L apport effectif en travail du ménage et donc l offre familiale de travail est h j L j ; h j peut être considéré comme le capital humain primaire. Dans cette formulation initiale, nous n insistons pas sur l organisation sociale dans laquelle se concrétise le comportement du ménage j. Par souci de simplification, le capital physique est considéré comme le capital fixe produit (usines, immeubles, machines, etc.). Le capital humain fait l objet d investissements croissants. La conjonction du capital humain et du capital physique aboutit à Y, que nous pouvons considérer comme la production nationale. Chacun des agrégats précédemment cités nécessite pour sa formalisation d évaluer les prix de ses différentes variables constituantes. Les prix que l on retient sont les prix du marché. Nous nous appuyons ici sur le modèle simple d une économie où Y représente la production d un bien unique. La capital humain total investi dans l économie est : H = Σ (h j L j ) (1) La fonction de production F est croissante, son rythme de croissance dépend de H et K. 20

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES De quoi s agit-il? L examen d un CV, un entretien téléphonique ou en face à face, constituent autant d étapes qui peuvent donner

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés*

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Chris D Souza et Alexandra Lai Jusqu à récemment, la réglementation en vigueur au

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités Simulations de l impact de politiques économiques sur la pauvreté et les inégalités L analyse de l évolution des conditions de vie et des comportements des classes moyennes, à la lumière de l observation

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin 1 ENQUETE ENTREPRISES ET TIC 2008 : TIC ET INNOVATION : LE CAS DES PME BRETONNES Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin Ces dix dernières années, la majorité des entreprises a massivement investi

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique 2 ORIENTATIONS DE L'OCDE POUR LES POLITIQUES CONCERNANT LE CONTENU NUMÉRIQUE Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique Le contenu numérique est devenu un élément de plus

Plus en détail

Evaluation du Climat des investissements à Madagascar. Résumé

Evaluation du Climat des investissements à Madagascar. Résumé Evaluation du Climat des investissements à Madagascar Résumé Qu est-ce que le climat des investissements et en quoi est-il important? Le climat des investissements est défini en termes opérationnels comme

Plus en détail

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 1 Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique 1 RÔLES DE LA COMPTABILITÉ DE GESTION INFORMER

Plus en détail

L internationalisation de sa PME : certainement possible!

L internationalisation de sa PME : certainement possible! L internationalisation de sa PME : certainement possible! 1 L internationalisation de sa PME : certainement possible! Depuis la fin des années 1980, l accélération du rythme des changements dans l économie

Plus en détail

Epargne : définitions, formes et finalités.

Epargne : définitions, formes et finalités. Epargne : définitions, formes et finalités. 1) Définitions de l épargne. Le dictionnaire Larousse définit l épargne comme une «fraction du revenu individuel ou national qui n est pas affectée à la consommation»,

Plus en détail

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement?

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? L organisation Livre blanc Objectif du document : Ce document a pour objectif de présenter les principaux éléments de choix d un cabinet de reclassement

Plus en détail

L embauche et le maintien des ressources humaines en milieu rural : principales problématiques

L embauche et le maintien des ressources humaines en milieu rural : principales problématiques Emploi Québec Mauricie L embauche et le maintien des ressources humaines en milieu rural : principales problématiques Août 2003 Plan de la présentation Introduction : la toile de fond Le contexte économique

Plus en détail

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY I- Le processus de risk management selon ISO 27001(2005), NSIT : 8000 (2002) et Frosdick (1997) : Ce processus inclut

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE

ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE APIRG/14-WP/29 ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE GROUPE REGIONAL AFI DE PLANIFICATION ET DE MISE EN OEUVRE QUATORZIEME REUNION (APIRG/14) (Yaoundé, Cameroun, 23 27 juin 2003) Point 6 de

Plus en détail

La confiance joue un rôle prépondérant en économie ; c est un fait avéré et il n est point nécessaire de produire un recensement exhaustif pour s en convaincre. Une seule référence peut suffire : celle

Plus en détail

Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004

Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004 Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004 Annexe La Conférence générale de l Organisation internationale du Travail, convoquée à Genève par le Conseil d administration du

Plus en détail

Contrôle de gestion. Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier

Contrôle de gestion. Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier 1. Rôle et place du Contrôle de Gestion dans l organisation Au début du XXème siècle, l émergence de la structure divisionnelle

Plus en détail

Une contribution aux études empiriques en économie de la croissance

Une contribution aux études empiriques en économie de la croissance Une contribution aux études empiriques en économie de la croissance Gregory Mankiw, David Romer, David Weil Quarterly Journal of Economics, Mai 1992 Résumé Cet article cherche à savoir si le modèle de

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

Systèmes d innovation et territoires. Francesco Quatraro M1 EFM 2010/2011

Systèmes d innovation et territoires. Francesco Quatraro M1 EFM 2010/2011 Systèmes d innovation et territoires Francesco Quatraro M1 EFM 2010/2011 1 Les trajectoires de croissance Théorie de la croissance traditionnelle Solow (1957) Connaissance comme bien libre Toutes pays

Plus en détail

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL :

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : ANALYSE CONCURRENTIELLE ET STRATEGIE MARKETING INTERNATIONAL : L entreprise a le choix entre 3 grands types de stratégie : La standardisation

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Économie Partie 1 Chapitre 1 Échanges sur les marchés

Économie Partie 1 Chapitre 1 Échanges sur les marchés I) Le fonctionnement du marché A) L organisation des échanges 1) A quoi sert l échange? Dans nos sociétés modernes, une personne ne peut pas tout produire pour satisfaire ses besoins. L échange va alors

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 LES INSTRUMENTS FINANCIERS DE LA POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 La Commission européenne a adopté des propositions législatives concernant la politique de cohésion 2014-2020

Plus en détail

NOUVELLES TECHNOLOGIES ET MARCHÉ DU TRAVAIL JUIN 2015

NOUVELLES TECHNOLOGIES ET MARCHÉ DU TRAVAIL JUIN 2015 NOUVELLES TECHNOLOGIES ET MARCHÉ DU TRAVAIL JUIN 2015 INFORMATISATION/AUTOMATISATION ET TÂCHES (1/3) Une tâche est aujourd hui réalisable par un ordinateur/robot de façon autonome si elle est codifiable

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 2ème journée Compte-rendu de l atelier 4 : Loyauté entre acteurs économiques Thème de la journée de consultation : Loyauté

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

J.12. Annexe LIGNE 15 OUEST DOSSIER D ENQUÊTE PRÉALABLE À LA DÉCLARATION D UTILITÉ PUBLIQUE. Été 2015

J.12. Annexe LIGNE 15 OUEST DOSSIER D ENQUÊTE PRÉALABLE À LA DÉCLARATION D UTILITÉ PUBLIQUE. Été 2015 LIGNE 15 : PONT DE SÈVRES < > SAINT-DENIS PLEYEL (LIGNE ROUGE) LIGNE 15 OUEST DOSSIER D ENQUÊTE PRÉALABLE À LA DÉCLARATION D UTILITÉ PUBLIQUE Été 2015 J.12 Annexe Suites données par la Société du Grand

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé

Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Réunion du réseau parlementaire de lutte contre le VIH/SIDA Libreville Gabon, 2-3 octobre 2012 Plan de la présentation

Plus en détail

Compte rendu provisoire 11-1

Compte rendu provisoire 11-1 Conférence internationale du Travail Compte rendu provisoire 104 e session, Genève, juin 2015 11-1 Quatrième question à l ordre du jour: Les petites et moyennes entreprises et la création d emplois décents

Plus en détail

Chapitre 4. Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi

Chapitre 4. Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi Chapitre 4 Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi 4.1 Ensemble des participants Parmi les 3 347 personnes interrogées dans le cadre de cette étude, 616 (18 %) étaient des personnes

Plus en détail

Le développement par fusionsacquisitions

Le développement par fusionsacquisitions Chapitre 1 Le développement par fusionsacquisitions Le développement par fusions-acquisitions s inscrit en général dans le champ de la croissance externe. Il est proposé de clarifier les différentes définitions

Plus en détail

SATISFACTION INTERROGATION ENQUÊTE SUJET CROISée DéVELOPPEMENT employeurs SENIOR / salariés VIE D ENTREPRISE SALAIRe SERVICE

SATISFACTION INTERROGATION ENQUÊTE SUJET CROISée DéVELOPPEMENT employeurs SENIOR / salariés VIE D ENTREPRISE SALAIRe SERVICE OBSERVATOIRE ENQUÊTE ANALYSE ENTREPRISE CADRE EMPLOYéS PME ACTIVITé FORMATION EMPLOI CHEF D ENTREPRISE QUESTION SATISFACTION INTERROGATION SUJET DéVELOPPEMENT SENIOR VIE D ENTREPRISE évolution ACTIon FEMMES

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

Un concept central aujourd hui : les compétences dans le monde du travail

Un concept central aujourd hui : les compétences dans le monde du travail Introduction Un concept central aujourd hui : les compétences dans le monde du travail En devenant une notion clé de la gestion des ressources humaines, le concept de compétence a progressivement élargi

Plus en détail

Changer les attitudes face au vieillissement de la population active Stratégies d adaptation dans les entreprises allemandes

Changer les attitudes face au vieillissement de la population active Stratégies d adaptation dans les entreprises allemandes Changer les attitudes face au vieillissement de la population active Stratégies d adaptation dans les entreprises allemandes Bettina Splittgerber 03.08 1 Les changements démographiques en Allemagne 2 L

Plus en détail

Grille d évaluation des forces et faiblesses de la PME

Grille d évaluation des forces et faiblesses de la PME Grille d évaluation des forces et faiblesses de la PME Attention! Seules les côtes + et ++ désignent des domaines satisfaisants de la gestion et les véritables points forts de l entreprise. La côte +/-

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL D'ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

CONSEIL NATIONAL D'ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE CONSEIL NATIONAL D'ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE «Les usages et pratiques de la formation dans les entreprises de 10 à 49 salariés et leurs effets sur le développement professionnel des salariés»

Plus en détail

La formation professionnelle des salariés : principes généraux

La formation professionnelle des salariés : principes généraux 2 nd forum des associations Juin 2013 - Goyave La formation professionnelle des salariés : principes généraux Direction des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier Etude réalisée par Médias sociaux L influence des médias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures 1 Introduction I Cette étude considère l urbanisation comme

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION Commission de la culture Consultation en ligne Vers une politique

Plus en détail

OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits -

OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits - OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits - PollingVox 67, rue Saint-Jacques 75005 Paris pollingvox.com SOMMAIRE Note technique... 3 Synthèse des résultats...

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile Association internationale de la sécurité sociale Quinzième Conférence internationale des actuaires et statisticiens de la sécurité sociale Helsinki, Finlande, 23-25 mai 2007 Optimisation du financement

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne

Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne Cet article présente les principaux résultats de l enquête OPSIS de Marsouin

Plus en détail

Tableau synoptique du chapitre 7

Tableau synoptique du chapitre 7 Tableau synoptique du chapitre 7 Le rôle du superviseur dans le processus de rémunération Le superviseur peut être appelé à : participer à l évaluation des postes de ses employés. prendre des décisions

Plus en détail

LABOUR NEWS - TRAVAIL

LABOUR NEWS - TRAVAIL LABOUR NEWS - TRAVAIL Qu est-ce qu un faux indépendant : quelle est la limite entre le statut de salarié et le statut d indépendant? Une personne physique peut très bien se trouver, d un point de vue administratif,

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 Juillet 11 OBJECTIF DE L ENQUÊTE Tous les six mois, l Apec interroge un échantillon représentatif de 1 cadres du secteur privé

Plus en détail

Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la gestion du risque des sociétés

Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la gestion du risque des sociétés Les nouveaux enjeux et défis du marché immobilier : comment y contribuer? Chaire Ivanhoé Cambridge ESG UQÀM Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la

Plus en détail

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles Le modèle Mundell-Flemming avec parfaite mobilité des capitaux Le modèle Mundell-Flemming (Robert Mundell, Marcus Flemming, début années 1960) est l extension du modèle IS-LM en économie ouverte. Il partage

Plus en détail

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire www.zupdeco.org Communiqué de presse Avril 2015 Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire Difficultés d apprentissage, décrochage, accompagnement scolaire et perception de réussite

Plus en détail

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme?

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? par Alain Jacquot CNAF-Bureau des Prévisions Les CAF versent une trentaine de prestations (prestations familiales stricto sensu, aides au logement, et

Plus en détail

L innovation dans les entreprises : moteurs, moyens, enjeux

L innovation dans les entreprises : moteurs, moyens, enjeux Un premier Atelier de la compétitivité, organisé en mai dernier, a proposé un dialogue entre chercheurs, chefs d entreprises et hauts fonctionnaires sur les enjeux de l innovation. Il a été organisé à

Plus en détail

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé Les défis du développement du gouvernement électronique Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé La révolution numérique a engendré une pression sur les gouvernements qui doivent améliorer leurs prestations

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

OECD Skills Strategy Spotlight Better Skills, Better Jobs, Better Lives 06

OECD Skills Strategy Spotlight Better Skills, Better Jobs, Better Lives 06 Concevoir des politiques fiscales propices à l acquisition de compétences La conception du système fiscal exerce une influence considérable sur le niveau des compétences au sein des économies de l OCDE,

Plus en détail

RENFORCEMENT DES CAPACITES DES ACTEURS EN GESTION COLLABORATIVE DE L INNOVATION

RENFORCEMENT DES CAPACITES DES ACTEURS EN GESTION COLLABORATIVE DE L INNOVATION RENFORCEMENT DES CAPACITES DES ACTEURS EN GESTION COLLABORATIVE DE L INNOVATION 1 CONTEXTE Liens avec d autres initiatives du FIDA: - Projet de développement agricole de Matam (PRODAM), Sénégal - Agrinovia,

Plus en détail

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales SO00DM24 Approches socio-économiques de la croissance TD 7 : Décrypter les liens entre productivité et rentabilité (d après J-P Piriou, Nouveau manuel de SES, éd. La découverte) Objectifs du TD : 1) analyser

Plus en détail

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle»

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Introduction Suite à l envoi du questionnaire «Clientèle», nous avons reçu un total de 588 réponses. Ce résultat nous semble tout à fait satisfaisant

Plus en détail

0. La science économique n aborde pas directement. 1.0 Science Economique? 1.1 Possible Définitions

0. La science économique n aborde pas directement. 1.0 Science Economique? 1.1 Possible Définitions 0. La science économique n aborde pas directement Comment spéculer en bourse Comment démarrer sa propre entreprise Comment trouver un job bien payé Comment investir ou dépenser intelligemment La science

Plus en détail

Séminaire sur la Gestion des Ressources Humaines en Afrique Défis pour le Troisième Millénaire. Aide Memoire

Séminaire sur la Gestion des Ressources Humaines en Afrique Défis pour le Troisième Millénaire. Aide Memoire African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES Bertrand Quélin Professeur HEC François Duhamel Etudiant du Doctorat HEC Bertrand Quélin et François Duhamel du Groupe HEC ont mené,

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

«comment faciliter et développer les échanges intra-régionaux» séminaire OIF/COI, gérard Lemoine, LemoineConseil, nov12 1

«comment faciliter et développer les échanges intra-régionaux» séminaire OIF/COI, gérard Lemoine, LemoineConseil, nov12 1 «comment faciliter et développer les échanges intra-régionaux» Lemoine, LemoineConseil, nov12 1 Diffusion de la culture entrepreneuriale et création d entreprises Lemoine, LemoineConseil, nov12 2 Le développement

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux. une enquête en Alsace et en Lorraine

La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux. une enquête en Alsace et en Lorraine La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux Les associations et la question de la qualité de l emploi: une enquête en Alsace et en Lorraine Etude réalisée pour la DIIESES

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse Iconomix Journée d économie politique Lausanne, 22 novembre 2013 Michel Peytrignet, Consultant Ancien chef

Plus en détail

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance 5 ème RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES POLITIQUES EN FAVEUR DES PME, DE L ENTREPRENARIAT ET DU CAPITAL HUMAIN ACCOMPAGNER LA CROISSANCE DES MICRO ET PETITES ENTREPRISES : RÉSOUDRE LES OBSTACLES FINANCIERS

Plus en détail

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du mercredi 26 septembre 2007 à 9 h 30 «Actualisation des projections à long terme : les hypothèses» Document N 04 Document de travail, n engage pas

Plus en détail

RÉSUMÉ DE RECHERCHE. Fondé sur un rapport de recherche préparé pour l IB par : Ling Tan et Yan Bibby, Australian Council for Educational Research

RÉSUMÉ DE RECHERCHE. Fondé sur un rapport de recherche préparé pour l IB par : Ling Tan et Yan Bibby, Australian Council for Educational Research RÉSUMÉ DE RECHERCHE Comparaison des résultats d élèves issus ou non d établissements dispensant les programmes de l IB au programme ISA d évaluation des écoles internationales, et au questionnaire sur

Plus en détail

Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones. Paris, 3-4 septembre 2013

Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones. Paris, 3-4 septembre 2013 Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones Paris, 3-4 septembre 2013 Synthèse thématique Préparé par le service de la recherche

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

Les principales méthodes d évaluation

Les principales méthodes d évaluation Attention : Cette fiche n a pas pour objet de fixer administrativement la valeur des biens. Elle ne doit pas être assimilée à une instruction administrative. Elle propose les principales méthodes d évaluation

Plus en détail

CARRIÈRES SOCIALES MODALITÉS DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES ET DES APTITUDES

CARRIÈRES SOCIALES MODALITÉS DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES ET DES APTITUDES 1 2 CARRIÈRES SOCIALES SOMMAIRE PRÉAMBULE - Organisation des études - Adaptation locale MODALITÉS DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES ET DES APTITUDES OPTION ANIMATION SOCIALE ET SOCIO-CULTURELLE 1 - Méthodologie,

Plus en détail

Le financement de l éducation : légitimité économique et contestation de l intervention publique Figure 19.

Le financement de l éducation : légitimité économique et contestation de l intervention publique Figure 19. Le financement de l éducation : légitimité économique et contestation de l intervention publique Figure 19. Part relative des dépenses publiques et privées des établissements d enseignement tous niveaux

Plus en détail

RÉSUMÉ 9. Résumé. Le concept de la «demande» appliqué à l éducation

RÉSUMÉ 9. Résumé. Le concept de la «demande» appliqué à l éducation RÉSUMÉ 9 Résumé Le concept de la «demande» appliqué à l éducation La demande est rapidement devenue une partie importante du discours sur la réforme éducative dans le monde entier. C est un concept controversé.

Plus en détail

Une introduction à la Microfinance

Une introduction à la Microfinance Une introduction à la Microfinance Présentation ENSAE Mathias ANDRÉ ENSAE Solidaire, pôle Microfinance 10 mars 2010 Mathias ANDRÉ (ENSAE Solidaire) Une introduction à la Microfinance 10 mars 2010 1 / 20

Plus en détail

UE 4 Droit fiscal Le programme

UE 4 Droit fiscal Le programme UE 4 Droit fiscal Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Introduction générale au

Plus en détail

Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes?

Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes? Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes? KPMG ENTREPRISES - ÉTUDE 2008-1ères conclusions de l étude PME et croissance Conférence de presse Mardi 16 septembre 2008 Sommaire

Plus en détail