PROGRAMME. Conférences grand public. 19h30 I Maison des Océans 195, rue Saint-Jacques Paris Entrée libre et gratuite AMAO

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROGRAMME. Conférences grand public. 19h30 I Maison des Océans 195, rue Saint-Jacques 75005 Paris Entrée libre et gratuite AMAO"

Transcription

1 Association Monegasque sur l Acidification des Oceans PROGRAMME Conférences grand public 19h30 I Maison des Océans 195, rue Saint-Jacques Paris Entrée libre et gratuite AMAO

2 Conférence 1 Mercredi 14 janvier La biodiversité à l épreuve du climat Par Gilles BOEUF Conférence 2 Mercredi 11 février Les océans du futur : entre réchauffement, acidification et élévation du niveau de la mer Par Jean-Pierre GATTUSO Conférence 3 Mercredi 11 mars A la poursuite du calmar géant Par Angel GUERRA et Michel SEGONZAC Conférence 4 Mercredi 8 avril Thon rouge : histoire d une surpêche et d une reconstitution Par Gemma QUÍLEZ-BADIA, Jean-Marc FROMENTIN et Philippe MONDIELLI Conférence 5 Mercredi 13 mai L érosion des côtes est-elle inéluctable? Par Yvonne BATTIAU-QUENEY et Patrick BAZIN Conférence 6 Mercredi 10 juin Déchets en mer, mythes et réalités Par François GALGANI et Patrick DEIXONNE Conférence 7 Mercredi 9 septembre Les tortues marines de l Outre-mer français Par Cécile GASPAR, Jérôme BOURJEA et Jean LESCURE Conférence 8 Mercredi 14 octobre Les satellites au secours des océans Par Jean-Paul MICHEL et Philippe GASPAR Conférence 9 Mercredi 9 décembre Cycle du carbone : le rôle de l océan dans le climat Par Corinne LE QUÉRÉ

3 En ces temps marqués par nombre de préoccupations sociales ou sécuritaires, saisissons l occasion de la conférence Climat qui se tiendra à Paris en décembre pour réfléchir à notre relation à notre planète bleue et prendre la mesure de notre impact sur l environnement. Dans la question climatique, l océan est longtemps resté bien discret, le climat semblant plutôt relier ciel et continents. C est que le mythe est tenace d un océan immense, étranger et inaltérable! Pour la première fois l an dernier, le 5 e rapport du GIEC a révélé en détail le rôle essentiel de l océan dans la régulation du climat. Il absorbe un quart du CO 2 que nous émettons, autant que la végétation à terre, et nous fournit en retour la moitié de l oxygène que nous respirons. Il a aussi capté 90% de la chaleur issue de l effet de serre, au point de laisser croire que le réchauffement global n était pas un sujet. Le record de température battu en 2014 participe à convaincre que ce n est pas le cas et que la planète s échauffe toujours très vite. Si l océan a été un formidable ralentisseur du réchauffement global, nous découvrons aussi qu il en pâtit. En première ligne, les récifs coralliens souffrent des pics de température et de l acidification de l océan. Tous les écosystèmes subissent cette évolution, d une vitesse inédite dans l histoire du climat. Plus inquiétant encore, la surchauffe n est pas que climatique. Nous avons cru que l océan pourrait répondre à l emballement de notre appétit. En un demi-siècle, la pêche intensive et industrialisée s est répandue sur tout l océan et, sans vigilance, certaines espèces comme le thon rouge ou les requins peuvent aujourd hui être décimées en quelques années! Nous découvrons aussi que les déchets plastiques, qui partent en mer par millions de tonnes, s accumulent de façon visible jusqu au cœur de l océan. De sinistres «continents» apparaissent et ce n est là que la partie émergée du problème. Tels des enfants prenant la mesure du monde qui les entoure en grandissant, nous nous rendons compte des limites de notre planète et des 70% d océan qui les couvrent. 150 ans après Malthus, le commandant Cousteau s est interrogé sur les limites du développement humain. Non seulement notre population croît rapidement, mais l élévation bien légitime du niveau de vie à travers le monde fait exploser les besoins. Inscrire durablement nos besoins dans les limites de l océan et de la planète est sans doute notre plus grand défi et une responsabilité collective. La technologie nous apporte constamment de nouvelles solutions pour mesurer la santé de l océan, comprendre les espèces qui y vivent et les équilibres vitaux. La technologie permet aussi de surveiller, maîtriser et optimiser les activités humaines. Mais la technique n est rien sans la volonté commune d agir. L océan partage avec l atmosphère ce qui fait sa grandeur et son drame : il appartient à tous et a besoin de chacun pour garder sa vitalité, sa diversité, son utilité. En 2015, au fil de neuf rencontres exceptionnelles, je vous invite à découvrir les limites de l océan, mais aussi les solutions qui se dessinent aujourd hui pour vivre avec, en réinventant notre relation à notre planète bleue, unique, fragile et belle. Robert CALCAGNO Directeur général Institut océanographique, Fondation Albert I er, Prince de Monaco 2 3

4 Conférence 1 Mercredi 14 janvier, 19h30 La biodiversité à l épreuve du climat Par Gilles BOEUF Dans le cadre de la Plateforme Océan & Climat La biodiversité naît dans l océan il y a quelque 3,85 milliards d années et a depuis évolué dans un monde en constant changement. La vie sort de l océan vers 460 millions d années et part à la conquête des continents. Il a été mis en évidence une soixantaine de crises d extinction depuis les dernières 600 millions d années. Cinq d entre elles ont été majeures et, à chaque fois, les causes ont été multifactorielles : volcanisme intense, énormes émissions de gaz, températures changeantes, variations de l acidité de l océan, des contenus en oxygène, de l eau et de l air, mouvements de continents Certains proposent d appeler la crise actuelle «6 e crise d extinction», la genèse en étant cette fois-ci liée à l influence de l humain. La vraie question aujourd hui est l accélération des changements du milieu et notre aptitude à réagir, en analysant les capacités de résistance et de résilience de nos écosystèmes, marins et continentaux. Gilles BOEUF Président du Muséum national d histoire naturelle Professeur invité au Collège de France sur la chaire Développement durable, énergie, environnement et société Professeur à l université Pierre et Marie Curie Spécialiste de physiologie environnementale et de biodiversité, Gilles Boeuf est professeur à l université Pierre et Marie Curie, affecté à l Observatoire océanologique de Banyuls, président du Muséum national d histoire naturelle et professeur invité, en , au Collège de France. Il est auteur de plus de 400 articles et de plusieurs livres, dont Quelle Terre allons-nous laisser à nos enfants? chez Fayard en 2010, La biodiversité, de l océan à la cité chez Fayard en 2014, et coéditeur de L Homme peut-il s adapter à lui-même? chez Quae en Il est aussi président du conseil scientifique du CIRAD, de la Commission «Environnement» de la Fondation de France, membre du conseil d administration des Aires marines protégées, du comité de perfectionnement du Centre scientifique de Monaco, du Conseil scientifique du Patrimoine naturel et de la Biodiversité, et du Bureau de l IPBES. Il a reçu en 2013 la Grande Médaille Albert I er de Monaco pour l ensemble de sa carrière. G. Boeuf Musée océanographique / M. Dagnino Musée océanographique / M. Dagnino G. Boeuf 4 5

5 Conférence 2 Mercredi 11 février, 19h30 Les océans du futur : entre réchauffement, acidification et élévation du niveau de la mer Par Jean-Pierre GATTUSO Les océans jouent un rôle prépondérant dans la régulation du climat. En freinant l augmentation du CO 2 atmosphérique depuis 250 ans, les océans ont limité la hausse des températures sur la planète. Cependant, les rejets de CO 2 par les activités humaines engendrent un réchauffement et une acidification de l eau de mer, ainsi qu une élévation du niveau de la mer. Les conséquences de ces changements sur les organismes et les écosystèmes marins sont d ores et déjà perceptibles. Elles seront considérables dans les prochaines décennies avec des répercussions certaines mais d amplitude encore mal connue. Quels seront les impacts sur les écosystèmes? Sur l économie mondiale (pêche, tourisme )? Cette conférence sera l occasion de faire le point sur l état des connaissances et sur les perspectives possibles dans le cadre de la 21 e Conférence Climat de Paris en Dans le cadre de la Plateforme Océan & Climat David Luquet Charles-Henry Frizon (Capa) Jean-Pierre GATTUSO Directeur de recherche au CNRS, Observatoire océanologique de Villefranche-sur-Mer Président de l Association Monégasque sur l Acidification des Océans Jean-Pierre Gattuso est directeur de recherche au CNRS, au Laboratoire d Océanographie de Villefranche-sur-Mer de l université Pierre et Marie Curie (Paris 6). Ses recherches concernent la réponse des organismes et écosystèmes marins aux changements de l environnement. Il a coordonné le premier projet international sur l acidification des océans qui regroupait 160 scientifiques de 32 institutions de 10 pays. Il a dirigé le premier ouvrage sur l acidification des océans, présidé un groupe de travail international sur ce thème et a contribué au lancement du Centre international de l acidification des océans, basé à l AIEA à Monaco. Jean-Pierre Gattuso est un auteur principal du récent rapport du GIEC, il a reçu plusieurs distinctions nationales et internationales, et est membre de l Académie européenne des sciences. Mortalité de Cladocora caespitosa Riccardo Rodolfo -Metalpa 6 7

6 Conférence 3 Mercredi 11 mars, 19h30 À la poursuite du calmar géant Par Angel GUERRA et Michel SEGONZAC Dans la mythologie scandinave, le Kraken était un monstre marin terrible capable d engloutir des navires entiers. C est seulement au milieu du XIX e siècle qu à la faveur d échouages, il s est révélé être un calmar géant bien réel, nommé Architeuthis dux, pouvant atteindre 18 m de longueur totale, pour un poids de 250 kg. Très rapidement, il est devenu le héros de nombreux romans et films de science-fiction, mais aussi de documentaires. Et c est seulement en 2012 qu un spécimen a pu être filmé dans son milieu naturel. Il vit essentiellement entre 300 et m de profondeur, au niveau des canyons sous-marins, là où se développe une faune particulièrement riche. Dès lors, le calmar géant pourrait-il être le symbole de la vulnérabilité des écosystèmes liés aux canyons sous-marins? La vie du plus grand invertébré de la planète garde encore de nombreux mystères. Les deux conférenciers feront le point sur cet étrange animal à partir de leur ouvrage Géants des profondeurs, récemment paru aux éditions Quae. Calmar et cachalot : deux géants des mers Dessin de Manuel Uhía G. Maisonneuve / Sipa pour le JDD Angel GUERRA Maître de recherche du CSIC à l Institut de recherches marines de Vigo (Espagne) Docteur en biologie de l université de Barcelone, Angel Guerra est maître de recherche du Conseil national des recherches scientifiques à l Institut de recherches marines de Vigo (Espagne). Il a dirigé ou participé à 39 projets de recherche et a publié 11 livres sur l écologie marine. Auteur de plus de 250 travaux scientifiques, de 185 communications dans des congrès et d une centaine d articles, il est professeur dans les trois universités galiciennes et donne des conférences dans plusieurs universités européennes et américaines. Michel SEGONZAC Attaché honoraire au Muséum national d histoire naturelle Attaché honoraire au Muséum national d histoire naturelle, Michel Segonzac a pendant toute sa carrière alterné campagnes en mer et tri des récoltes au laboratoire. Après une première expérience sur l étude des mammifères de l ouest africain et les oiseaux des terres australes, il a monté le Centre national de tri d océanographie biologique (CENTOB) à Brest, afin d identifier et décrire les animaux récoltés lors des campagnes océanographiques. En 1977, la découverte de communautés animales de sources hydrothermales qui peuvent atteindre plus de 350 C, puis la découverte en 2002 de celles des suintements froids a profondément impacté l activité du CENTOB. A. Guerra R. Ledo 8 Mandibules d un calmar géant Alexander Remeslo Femelle de calmar géant (10 m de longueur totale), pêchée par un chalutier dans les eaux des Asturies (Espagne) 9

7 Conférence 4 Mercredi 8 avril, 19h30 Thon rouge : histoire d une surpêche et d une reconstitution Par Gemma QUÍLEZ-BADIA, Jean-Marc FROMENTIN et Philippe MONDIELLI Gemma QUÍLEZ-BADIA Coordinatrice, WWF Méditerranée Docteur de biologie de l université de Newcastle, Gemma Quílez-Badia a publié 14 articles scientifiques et a co-édité un numéro spécial de la revue Environmental Research en Depuis 2010, elle travaille au Programme Pêche du WWF Méditerranée. Dans ce cadre, elle coordonne le projet de marquage du thon rouge et s occupe des contributions scientifiques associées. Elle participe également à divers processus politiques internationaux (CGPM, CICTA, MedAC). Oscar Carballo La surexploitation récente du stock de thons rouges de l Atlantique oriental et de Méditerranée a été fortement relayée par les médias. Cette espèce est devenue le symbole de la mauvaise gestion des pêches! Un scientifique, une représentante du WWF et un grand témoin retraceront l histoire de cette surpêche. L amélioration des stocks de ce poisson, suite à la mise en œuvre du plan de reconstitution, est possible, quand il existe une véritable volonté politique. Cependant, une gestion durable du thon rouge sur le long terme implique d avoir une meilleure connaissance des populations actuelles, et donc nécessite la poursuite des travaux de recherche et du soutien de la société civile. IFREMER Remontée d une capture de thon rouge en Méditerranée, faite par un thonier senneur. DR Jean-Marc FROMENTIN Chercheur, IFREMER Jean-Marc Fromentin travaille dans l écologie marine et l halieutique à l IFREMER. Il a développé des recherches sur l écologie et la dynamique des populations du thon rouge, et a coordonné pendant de nombreuses années le groupe de travail international sur cette espèce. Jean-Marc Fromentin est actuellement directeur-adjoint de l UMR MARBEC, qui regroupe des unités de l Ifremer, de l IRD, du CNRS et de l université de Montpellier. Philippe MONDIELLI Directeur Scientifique, Fondation Prince Albert II Titulaire d un doctorat en sciences sur les risques naturels de l université de Nice-Sophia Antipolis, Philippe Mondielli est le Directeur Scientifique de la Fondation Prince Albert II de Monaco dès sa création en Il est actif depuis plus de 20 ans dans la protection de l environnement, aussi bien au niveau du Gouvernement monégasque que des ONG. Fondation Prince Albert II 10 Femelle de calmar géant (10 m de longueur totale), pêchée par un chalutier dans les eaux des Asturies (Espagne) WWF-Albert González Roig Prélèvement d un échantillon de nageoire pour analyse d ADN, marquage du thon rouge à Llançà, Catalogne, Espagne (août 2014). 11

8 P. Isenman - Parc naturel régional de Camargue Conférence 5 Mercredi 13 mai, 19h30 L érosion des côtes est-elle inéluctable? Par Yvonne BATTIAU-QUENEY et Patrick BAZIN Dans le cadre de la Plateforme Océan & Climat La mer est un concentré d énergie qui se libère brutalement lors des tempêtes. La côte, comme la mer, est un espace mouvant. Toute l évolution du littoral résulte du déplacement de sédiments le long des côtes. Érosion et accumulation sont indissociables et complémentaires. Les interventions humaines le long de nos côtes ont pour résultat de corseter un littoral qui ne demande qu à respirer, à se déplacer, à évoluer librement. Et cela crée du risque. Le bétonnage des côtes n est pas une garantie contre ces risques, malgré le coût élevé et le sentiment trompeur de sécurité. D autres solutions existent. Une bande d espaces naturels, composée de dunes ou même de marais, large interface entre terre et mer, a un effet tampon qui amortit l énergie de la mer et ralentit sa progression. Les défenses positionnées en arrière peuvent alors être plus modestes tout en protégeant mieux les hommes et les biens, à moindre coût. En Camargue, terre et mer s entremêlent au gré des crues du Rhône et des tempêtes hivernales. Les ouvrages tentent d organiser cette cohabitation en prenant de plus en plus en compte des espaces de liberté. Conservatoire du Littoral Y. Battiau-Queney Yvonne BATTIAU-QUENEY Professeur émérite de l université de Lille 1, présidente d EUCC-France Agrégée de géographie, titulaire d un doctorat d État ès Lettres et d une bourse Fulbright, Yvonne Battiau-Queney a été professeur de Géomorphologie à l université Lille 1 et directrice du laboratoire Géomorphologie et Gestion des Milieux Naturels. Spécialiste de géomorphologie littorale et de gestion intégrée de la zone côtière, elle a rédigé plus de 100 publications scientifiques. Rattachée au laboratoire CNRS LOG-UMR 8187, elle est membre d un groupe de travail de la Stratégie nationale de gestion du trait de côte (MEDDE), membre du Conseil scientifique régional du patrimoine naturel Nord-Pas-de-Calais et de conseils scientifiques de réserves naturelles nationales. Professeur émérite de l université de Lille 1, elle est également présidente d EUCC-France. Patrick BAZIN Chef du département de la gestion patrimoniale, Conservatoire du littoral Ingénieur des Eaux et Forêts, Patrick Bazin travaille depuis 10 ans au Conservatoire du littoral où il dirige le département de la gestion patrimoniale. Ce service est chargé d organiser le bon état du domaine du Conservatoire ( ha) au regard des missions de l établissement : maintien de l équilibre écologique du littoral, valorisation des paysages et accueil du public. Il a auparavant occupé différents postes au sein des ministères de l environnement et de l agriculture, en bureau d études et pour des associations. Il représente actuellement le Conservatoire du littoral dans plusieurs instances nationales traitant de la gestion de l interface terre-mer. La dune blanche, mobile et vivante, peut protéger efficacement les territoires côtiers des intrusions marines si sa masse est suffisante. Michèle Bazin 12 13

9 Conférence 6 Mercredi 10 juin, 19h30 Déchets en mer, mythes et réalités Par François GALGANI et avec Patrick DEIXONNE En duplex depuis la mer des Sargasses (par liaison satellite) Les déchets plastiques constituent une pollution qui touche l océan mondial. Les courants transportent ces déchets en mer et les accumulent dans des zones de convergence. Cette pollution impacte profondément les océans. Les animaux marins sont touchés : ingestion, étranglement avec le plastique, migration d espèces transportées par ces déchets et contamination de la chaîne alimentaire. Les effets de cette pollution concernent en grande partie les zones côtières, les activités économiques et la santé humaine. Portées par des institutions comme l IFREMER ou des associations comme 7 e Continent, les expéditions tentent de mesurer l étendue du phénomène et de faire mieux connaître l ampleur de cette pollution. En mai 2014, l Expédition 7 e Continent a exploré l Atlantique Nord. Le constat est sans appel, c est une «catastrophe écologique qui passe inaperçue». La conférence présentera les activités et recherches sur le sujet. François GALGANI Chef de projet, IFREMER - Bastia Francois Galgani est chef de projet à l IFREMER. Il travaille depuis plus de 30 ans dans le domaine de la recherche océanographique, sur les effets de la contamination chimique et sur les déchets DR marins. Avec plus de 75 campagnes océanographiques, des plongées en submersible et une centaine d articles de recherche scientifique, il s est spécialisé dans la question des déchets marins. Responsable de divers comités scientifiques (CIESM, UNEP/ MEDPOL, Commission européenne), il est aussi correspondant scientifique auprès du ministère de l Écologie, du Développement Durable et de l Énergie pour la mise en place de la directive européenne pour le milieu marin, notamment sur la question des déchets. Patrick DEIXONNE Chef de l Expédition 7 e Continent Patrick Deixonne passe sa jeunesse sur un bateau à voile. À 18 ans, il rejoint les sapeurs-pompiers. En 1990, il est muté en Guyane sur la base spatiale. Il effectue des expéditions en forêt avec l IRD, participe à des missions océanographiques, intègre la mission Voyageurs des sciences, collabore à des tournages de documentaires et part régulièrement aux Antilles comme skipper professionnel. Il intègre la Société des explorateurs français en En participant à la première course transatlantique à la rame en solitaire, il mesure l impact de l homme sur les océans et veut apporter la preuve de l existence de ce 7 e continent de plastiques. Vinci Sato / Expédition 7 e Continent Vinci Sato / Expédition 7e Continent 14 15

10 Conférence 7 Mercredi 9 septembre, 19h30 Les tortues marines de l Outre-mer français Par Cécile GASPAR, Jérôme BOURJEA et Jean LESCURE Six espèces de tortues marines vivent dans l Outre-mer français, mais fréquentent inlassablement les eaux des pays voisins, dans un jeu de migrations sans frontière. Comment vivent ces espèces? Quelles menaces pèsent sur elles dans l Outremer français? Pour mieux comprendre leur fragilité, nous vous invitons à un voyage dans l océan Indien pour élucider les mystères de la biologie de ces grands migrateurs et apprendre comment la science se met au service de leur préservation, des îles Éparses à Mayotte en passant par la Réunion. Cette conférence vous emmènera également dans le Pacifique pour comprendre la relation entre les tortues marines et les Hommes dans les îles polynésiennes où des programmes de suivi de ces tortues ainsi que des actions de soins et de réhabilitation sont en cours. Cécile Gaspar / Te mana o te moana Jérôme BOURJEA Cécile GASPAR Chercheur en halieutique Écologie marine, IFREMER Délégation de La Réunion Jérôme Bourjea est chercheur à la délégation Ifremer Océan Indien. Halieute de formation, il est responsable du volet Grands Pélagiques, et s est spécialisé sur la conservation des tortues marines de l océan Indien. Il porte aujourd hui les programmes «tortue marine» de l Ifremer à la Réunion, est président depuis 2008 du Groupe des Spécialistes Tortues Marines de l UICN pour l océan Indien Occidental. Docteur vétérinaire, présidente de Te mana o te moana Cécile Gaspar est diplômée de l École vétérinaire de Nantes. Elle s est spécialisée en médecine des animaux marins. En 2004, elle fonde l association Te mana o te moana (esprit de l océan) en Polynésie française, et crée la clinique pour tortues marines de Moorea. Elle est aussi à l initiative de programmes de recherche et de conservation sur les tortues marines. Elle est membre du comité d experts tortues marines de l UICN International. Lucia Simion Pierre Lesage Jean LESCURE Attaché honoraire au Muséum national d histoire naturelle Après une carrière au CNRS, Jean Lescure est attaché honoraire au Muséum national d histoire naturelle. Membre du groupe Tortues marines de la Commission de Survie des Espèces de l UICN, il a été responsable des recherches sur la biologie des Tortues marines et sur les programmes de conservation des Tortues marines en France ( ). Il est également expert scientifique de la France auprès de nombreuses Conventions internationales. J. Bourjea Piégées par les filets de pêche ou étouffées par les sacs plastiques, qu elles confondent avec des méduses, les tortues marines meurent noyées ou deviennent des proies faciles pour les prédateurs Île de la Réunion. DR 16 17

11 Conférence 8 Mercredi 14 octobre, 19h30 Les satellites au secours des océans Par Jean-Paul MICHEL et Philippe GASPAR Dans le cadre de la Plateforme Océan & Climat Dans tous les océans, les écosystèmes sont fragilisés par l action de l Homme. Soumises à la pression de la pêche, les populations de poissons sont de moins en moins résilientes aux effets du changement climatique qui déplace ou fait disparaître les zones favorables à leur survie. La pêche illégale (20 % des captures annuelles) vient encore assombrir le tableau. Pour répondre à cette menace globale, la création de grandes réserves marines est une solution adaptée mais elle suppose des moyens de contrôle efficaces et globaux que seuls les satellites peuvent fournir. Il est en effet possible, depuis l espace, de surveiller l activité de pêche et l évolution de l état de l océan global. La France, 2 e puissance maritime, est l un des leaders mondiaux dans ce domaine, grâce notamment à la société CLS engagée sur tous les océans de la planète. Alimentés par les observations satellitaires, des modèles de plus en plus performants prévoient l évolution des conditions environnementales et des populations d animaux marins qui en dépendent. Ces outils devraient permettre, à terme, d installer une gouvernance informée et responsable sur tous les océans. ESA CNES NASA Jean-Paul MICHEL Directeur du Global Ocean-Legacy-France, The Pew Charitable Trusts Jean-Paul Michel est directeur du programme Patrimoine Océanique de l Humanité pour l Outre-mer français. Il a été engagé par Pew en 2011 pour l établissement de très grandes réserves marines hautement protégées. Dans le cadre des responsabilités qu il a précédemment tenues dans la fonction publique, il connaît bien les départements et collectivités de l Outre-mer français. Dernièrement, il a installé deux équipes, en Nouvelle-Calédonie et en Polynésie, qui ont pour mission d aider les gouvernements locaux à bâtir un projet qui bénéficiera à toutes les parties prenantes. Philippe GASPAR Coordinateur scientifique de la Direction Océanographie Spatiale de CLS Ingénieur et docteur en océanographie (université de Louvain, Belgique), Philippe Gaspar démarre sa carrière au Centre national de recherches météorologiques (Toulouse) puis au Massachusetts Institute of Technology (Cambridge, USA). Il rejoint ensuite la société CLS (Collecte Localisation Satellites). Il y crée une équipe d océanographie spatiale qui joue un rôle essentiel dans les missions franco-américaines et européennes d observation du niveau de la mer par satellite. Ses travaux se concentrent sur l évolution des populations d animaux marins, soumises à l impact du changement climatique et des activités de pêche. Auteur, ou co-auteur, de plus de 50 articles. DR CLS opère plus de 40 satellites pour la protection de l environnement. DR Arraisonnement d un bateau de pêche illégale en Asie. Bureau maritime international 18 19

12 Conférence 9 Mercredi 9 décembre, 19h30 Cycle du carbone : le rôle de l océan dans le climat Par Corinne LE QUÉRÉ L océan joue un rôle clef pour le climat : il régule les échanges de chaleur et d énergie, absorbe une partie du carbone émis dans l atmosphère et ainsi il tempère les changements climatiques. Mais l océan est lui-même affecté par ces changements : réchauffement de l océan, acidification, stratification des eaux de surface et, plus subtil mais aussi important, changement de courants. Cette conférence fera le point sur les échanges entre l océan et le climat, interactions nécessaires et millénaires. Alors que se tiendront au même moment les négociations sur le Climat «Paris 2015», les dernières données seront présentées pour comprendre les projections des changements climatiques vues des océans. Combustible fossile et ciment 8,9 ± 0,4 Cycle du carbone global (Milliard de tonnes de CO 2 par an) Croissance atmosphérique 4,3 ± 0,1 Dans le cadre de la Plateforme Océan & Climat Puits terrestre 2,9 ± 0,8 Déforestation et utilisation du sol 0,9 ± 0,5 Puits océanique 2,6 ± 0,5 Corinne LE QUÉRÉ Tyndall Centre UEA Professeur de science et politique des changements climatiques à l université d East Anglia, Directrice du centre Tyndall sur les changements climatiques, Royaume-Uni Corinne Le Quéré est professeur de science et politique des changements climatiques à l université d East Anglia (UEA au Royaume-Uni) et directeur du centre Tyndall sur les changements climatiques. Ses recherches portent sur les interactions entre les changements climatiques et le cycle du carbone. Elle a étudié la physique à l université de Montréal et a obtenu son doctorat en océanographie à l université Pierre et Marie Curie (Paris 6). Elle est l auteur de plusieurs rapports de synthèse du Groupe d experts intergouvernemental sur l évolution du climat (GIEC). Elle a fondé et dirige le «Global Carbon Budget» et est membre du comité scientifique de Future Earth, une plate-forme de recherche sur la durabilité mondiale. Coucher de soleil avant la courte nuit polaire sur l océan Austral, décembre 2002 à 22 h Impact des activités humaines sur le cycle du carbone et déséquilibre des échanges. Les flux ont été moyennés sur les années allant de 2004 à Dorothee C. E. Bakker 20 21

13 Maison des océans 195, rue Saint-Jacques Paris Tél. :

Discours de Monsieur Philippe GERMAIN, Président du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie

Discours de Monsieur Philippe GERMAIN, Président du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie Discours de Monsieur Philippe GERMAIN, Président du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie Rencontres Océaniennes 2015 «Mobiliser les savoirs pour la gouvernance face aux défis du changement climatique

Plus en détail

- 13 CANDIDATS - - CONSEIL D ADMINISTRATION TE MANA O TE MOANA -

- 13 CANDIDATS - - CONSEIL D ADMINISTRATION TE MANA O TE MOANA - - 13 CANDIDATS - - CONSEIL D ADMINISTRATION TE MANA O TE MOANA - RICHARD BAILEY Diplômé des Universités de Stansford et Harvard, Richard H. BAILEY, est le Président et Directeur Général de Pacific Beachcomber,

Plus en détail

LUTTER contre le réchauffement climatique : Pourquoi pas le plastique?

LUTTER contre le réchauffement climatique : Pourquoi pas le plastique? LES PLASTIQUES EN DEBAT 3 ODP3 LUTTER contre le réchauffement climatique : Pourquoi pas le plastique? 1 Les premières matières plastiques ont fait leur apparition autour de 1860. A l époque les premières

Plus en détail

VARIABILITÉ DES IMPACTS DU CHANGEMENT CLIMATIQUE DANS LES OUTRE-MER FRANÇAIS DES OCÉANS INDIEN ET PACIFIQUE

VARIABILITÉ DES IMPACTS DU CHANGEMENT CLIMATIQUE DANS LES OUTRE-MER FRANÇAIS DES OCÉANS INDIEN ET PACIFIQUE VARIABILITÉ DES IMPACTS DU CHANGEMENT CLIMATIQUE DANS LES OUTRE-MER FRANÇAIS DES OCÉANS INDIEN ET PACIFIQUE Virginie DUVAT Professeure, université de la Rochelle, Membre du GIEC, auteure du chapitre «Small

Plus en détail

Les AMP, éléments d un changement dans la gouvernance des écosystèmes marins. François Gauthiez Agence des aires marines protégées

Les AMP, éléments d un changement dans la gouvernance des écosystèmes marins. François Gauthiez Agence des aires marines protégées Les AMP, éléments d un changement dans la gouvernance des écosystèmes marins François Gauthiez Agence des aires marines protégées L évolution des cibles de gestion des stocks Fin des années 90 : l introduction

Plus en détail

Intervention au Colloque international Euro-Méditérranée, Toulon 20 et 21 novembre 2007

Intervention au Colloque international Euro-Méditérranée, Toulon 20 et 21 novembre 2007 Intervention au Colloque international Euro-Méditérranée, Toulon 20 et 21 novembre 2007 M le Président directeur général de l Ifremer, M. le Directeur de l INSU, Mesdames et Messieurs les délégués nationaux

Plus en détail

LES ECOSYSTEMES LITTORAUX ATTENUENT LES RISQUES LIES AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES

LES ECOSYSTEMES LITTORAUX ATTENUENT LES RISQUES LIES AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES LES ECOSYSTEMES LITTORAUX ATTENUENT LES RISQUES LIES AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES Francis MAUGARD, Loïc GOUGUET, David ROSEBERY - ONF La gestion des forêts littorales et des milieux dunaires associés constitue

Plus en détail

«PAKAIHI I TE MOANA» 1 Une campagne océanographique aux Marquises 25 octobre 2011-24 février 2012

«PAKAIHI I TE MOANA» 1 Une campagne océanographique aux Marquises 25 octobre 2011-24 février 2012 Dossier de presse 12 octobre 2011, Papeete, Polynésie Française «PAKAIHI I TE MOANA» 1 Une campagne océanographique aux Marquises 25 octobre 2011-24 février 2012 D octobre 2011 à février 2012, une quarantaine

Plus en détail

L expertise scientifique au service des territoires littoraux et de l océanographie

L expertise scientifique au service des territoires littoraux et de l océanographie L expertise scientifique au service des territoires littoraux et de l océanographie 2 Aménagement et environnement littoral et marin Le développement des zones côtières connaît une expansion à travers

Plus en détail

Cadre d Intervention Transversal 2013-2016

Cadre d Intervention Transversal 2013-2016 Cadre d Intervention Transversal 2013-2016 BIODIVERSITE Présentation aux parties prenantes françaises 10 juin 2013 Calendrier Elaboration inter services AFD Discussion avec les administrations françaises

Plus en détail

Données sur l état des populations du thon rouge de l atlantique (Thunnus thynnus).

Données sur l état des populations du thon rouge de l atlantique (Thunnus thynnus). Données sur l état des populations du thon rouge de l atlantique (Thunnus thynnus). Généralités : L exploitation du thon rouge de l Atlantique dans la Mer Méditerranée remonte au premier millénaire avant

Plus en détail

Les Français sont interrogés depuis plusieurs années sur leur perception et leur attachement à la mer, sur

Les Français sont interrogés depuis plusieurs années sur leur perception et leur attachement à la mer, sur ACTIVITES ECONOMIQUES LITTORALES ET MARITIMES Les Français et la mer : perceptions et attachements Analyse socio-économique générale A RETENIR Les Français sont interrogés depuis plusieurs années sur leur

Plus en détail

L INNOVATION DANS LES ARCHIPELS ÉLOIGNÉS: ENJEUX ET IMPACTS

L INNOVATION DANS LES ARCHIPELS ÉLOIGNÉS: ENJEUX ET IMPACTS L INNOVATION DANS LES ARCHIPELS ÉLOIGNÉS: ENJEUX ET IMPACTS L invention c est une idée. L innovation c est sa mise en œuvre. La Polynésie Française La stratégie territoriale de l innovation, le contexte

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

Application au système SONEL «Système d observation du niveau des eaux littorales», Paris, mercredi 15 octobre

Application au système SONEL «Système d observation du niveau des eaux littorales», Paris, mercredi 15 octobre Présentation du livre collectif du Bureau des longitudes (publié chez Hermann) Les observatoires: observer la Terre Application au système SONEL «Système d observation du niveau des eaux littorales», Paris,

Plus en détail

Estimation des variations du niveau de la mer en Martinique et dans la Carai be insulaire et conse quences a moyen et long terme

Estimation des variations du niveau de la mer en Martinique et dans la Carai be insulaire et conse quences a moyen et long terme Estimation des variations du niveau de la mer en Martinique et dans la Carai be insulaire et conse quences a moyen et long terme Pascal SAFFACHE* et Yoann PELIS** * Professeur des Universités, UA, Géographe-aménageur

Plus en détail

GUIDE CONSO-CITOYEN : LES ESPÈCES PROFONDES

GUIDE CONSO-CITOYEN : LES ESPÈCES PROFONDES GUIDE CONSO-CITOYEN : LES ESPÈCES PROFONDES CRIME EN EAUX PROFONDES LE MOBILE DU CRIME ET LE COMPLICE Parce qu on pêche trop, trop loin, trop profond, nos océans sont en train de mourir, tout spécialement

Plus en détail

Gouvernance de la mer et du littoral

Gouvernance de la mer et du littoral Séminaire «Gestion de l environnement marin et côtier» Gouvernance de la mer et du littoral 20 octobre 2011 Biarritz 1 La gestion intégrée de la mer et du littoral, promue par le travail du Grenelle de

Plus en détail

L eau, élément de vie

L eau, élément de vie L eau, élément de vie brochet, Jura, France Le brochet, poisson prédateur Le brochet est, en tant que prédateur, une pièce essentielle des écosystèmes d eau douce. Le fonctionnement d un écosystème est

Plus en détail

Bilan de la campagne estivales 2012 de Cybelle Planète pour le programme IMPACT-CET mené par EcoOcéan Institut

Bilan de la campagne estivales 2012 de Cybelle Planète pour le programme IMPACT-CET mené par EcoOcéan Institut Bilan de la campagne estivales 2012 de Cybelle Planète pour le programme IMPACT-CET mené par EcoOcéan Institut Depuis 2006, les écovolontaires de Cybelle planète participent, chaque été, à la collecte

Plus en détail

Chapitre 2 Les dynamiques de la population et le développement durable

Chapitre 2 Les dynamiques de la population et le développement durable Chapitre 2 Les dynamiques de la population et le développement durable Introduction : photo Ile DE Pâques p 188, exemple d une civilisation effondrée en raison d une mauvaise gestion de ses ressources

Plus en détail

Indicateur : arrêtés de catastrophe naturelle dans les communes littorales

Indicateur : arrêtés de catastrophe naturelle dans les communes littorales Indicateur : arrêtés de catastrophe naturelle dans les communes littorales Contexte Les communes littorales françaises hébergent plus de 7,5 millions d habitants et ont une capacité d accueil touristique

Plus en détail

Quelles marques proposent du thon en boîte durable aux consommateurs?

Quelles marques proposent du thon en boîte durable aux consommateurs? Quelles marques proposent du thon en boîte durable aux consommateurs? Classement des marques de thon en boîte Septembre 2015 Avec les pollutions et les impacts des changements climatiques, la surpêche,

Plus en détail

OMD 7 - Assurer un environnement durable

OMD 7 - Assurer un environnement durable OMD 7 - Assurer un environnement durable Garantir à la population un environnement durable et sain constitue le socle du septième Objectif du Millénaire pour le Développement (OMD). Cet objectif cible

Plus en détail

La COP 21 & Haïti HAÏTI PREND RACINE INFOGRAPHIE

La COP 21 & Haïti HAÏTI PREND RACINE INFOGRAPHIE La COP 21 & Haïti LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE QU EST CE QUE LA COP 21? LES ENJEUX DE LA COP 21 LES OBJECTIFS DE L ACCORD LA CONTRIBUTION D HAÏTI LA COOPERATION DE LA FRANCE HAÏTI PREND RACINE INFOGRAPHIE

Plus en détail

Québec, le 5 juillet 2008. ALLOCUTION : ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DES SOCIÉTÉS Tel que prononcée par la sénatrice Andrée Champagne

Québec, le 5 juillet 2008. ALLOCUTION : ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DES SOCIÉTÉS Tel que prononcée par la sénatrice Andrée Champagne SECTION CANADIENNE Québec, le 5 juillet 2008 ALLOCUTION : ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DES SOCIÉTÉS Tel que prononcée par la sénatrice Andrée Champagne En tant que présidente de la section canadienne

Plus en détail

L entreprise comme moteur du développement durable: Est-ce possible?

L entreprise comme moteur du développement durable: Est-ce possible? L entreprise comme moteur du développement durable: Est-ce possible? Claude Villeneuve Professeur titulaire Directeur de la Chaire en éco-conseil Département des sciences fondamentales Université du Québec

Plus en détail

Première partie De la difficulté de valoriser les ressources

Première partie De la difficulté de valoriser les ressources I ntroduction générale Entre richesse et fragilité, les ressources des îles tropicales en question......5 I. Richesse et vulnérabilité des ressources des îles intertropicales... 7 II. Les îles, des microlaboratoires

Plus en détail

COMPRÉHENSION ÉCRITE : L ENVIRONNEMENT. Les gaz à effet de serre

COMPRÉHENSION ÉCRITE : L ENVIRONNEMENT. Les gaz à effet de serre 1 COMPRÉHENSION ÉCRITE : L ENVIRONNEMENT Que fait-on en France? Gaz à effets de serre En France, il est possible de diviser par 4 les gaz à effet de serre avant 2050. Mais ça ne sera pas facile Les gaz

Plus en détail

Le génie écologique appliqué à l éco-conception des aménagements maritimes

Le génie écologique appliqué à l éco-conception des aménagements maritimes Le génie écologique appliqué à l éco-conception des aménagements maritimes Pourquoi et comment favoriser la biodiversité dans les aménagements maritimes? La lutte contre l érosion de l habitat est l un

Plus en détail

Le réchauffement climatique, c'est quoi?

Le réchauffement climatique, c'est quoi? LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE Le réchauffement climatique, c'est quoi? Le réchauffement climatique est l augmentation de la température moyenne à la surface de la planète. Il est dû aux g az à effet de serre

Plus en détail

INTERACTIONS TROPHIQUES MULTISPECIFIQUES DANS LES

INTERACTIONS TROPHIQUES MULTISPECIFIQUES DANS LES INTERACTIONS TROPHIQUES MULTISPECIFIQUES DANS LES ÉCOSYSTÈMES INSULAIRES TROPICAUX : APPLICATIONS POUR LA RÉHABILITATION DES ÎLES TROPICALES FRANÇAISES DE L OUEST DE L OCÉAN INDIEN Pr. Matthieu Le Corre

Plus en détail

PRESENTATION ET DEBAT

PRESENTATION ET DEBAT Réchauffement Climatique Mairie de MASSY Agenda 21 PRESENTATION ET DEBAT Gaël CALLENS Est-ce que la terre chauffe vraiment? Les Constats Depuis 1950, la terre s est réchauffée de 0,9 C, passant de 14 C

Plus en détail

Surdose de CO 2 : Nos villes sont-elles prêtes? Agence Locale de l Energie et du Climat de Plaine Commune

Surdose de CO 2 : Nos villes sont-elles prêtes? Agence Locale de l Energie et du Climat de Plaine Commune Agence Locale de l Energie et du Climat de Plaine Commune Surdose de CO 2 : Nos villes sont-elles prêtes? Bouleversements climatiques : nous n avons pas d ours polaire, mais nous sommes concernés. En 2013,

Plus en détail

ORGANISATION MARITIME INTERNATIONALE OMI

ORGANISATION MARITIME INTERNATIONALE OMI ORGANISATION MARITIME INTERNATIONALE OMI Agence spécialisée des Nations Unies, l O.M.I est l autorité standard pour la sécurité, la sureté et les performances environnementales des transports maritimes

Plus en détail

Faire entrer l école dans l ère du numérique

Faire entrer l école dans l ère du numérique Thème/ titre «Faire entrer l école dans l ère du numérique». Oui mais est-ce bien pour la planète? Du papier ou du numérique utilisés au collège, lequel a le plus d impact sur l environnement, lequel est

Plus en détail

PREVENTION DES RISQUES DUS AU CHANGEMENT CLIMATIQUE

PREVENTION DES RISQUES DUS AU CHANGEMENT CLIMATIQUE SOURCES : PREVENTION DES RISQUES DUS - «Climat : le vrai et le faux» Valérie Masson-Delmotte (paléo-climatologue, directrice de recherche au LSCE/CEA- Saclay) Ed «Le pommier» -«Le réchauffement climatique»

Plus en détail

N 1, 2 ET 3 TERRES D OUTRE-MER DANS LES OCÉANS PACIFIQUE, ATLANTIQUE ET INDIEN

N 1, 2 ET 3 TERRES D OUTRE-MER DANS LES OCÉANS PACIFIQUE, ATLANTIQUE ET INDIEN N 1, 2 ET 3 TERRES D OUTRE-MER DANS LES OCÉANS PACIFIQUE, ATLANTIQUE ET INDIEN INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES Introduction À travers son histoire, la France s est constituée un vaste territoire ultramarin.

Plus en détail

CHANGER DE CLIMAT! Les climats sur Terre avec NOVA

CHANGER DE CLIMAT! Les climats sur Terre avec NOVA CHANGER DE CLIMAT! Climat tropical, climat tempéré, réchauffement climatique, facteurs de climat Peut-être as-tu déjà entendu toutes ces expressions. Mais sais-tu ce qu elles signifient vraiment? Nova,

Plus en détail

Activité n 2 : Optimisation de la gestion et de l utilisation de l énergie Chapitre 13

Activité n 2 : Optimisation de la gestion et de l utilisation de l énergie Chapitre 13 Activité n 2 : Optimisation de la gestion et de l utilisation de l énergie Chapitre 13 Compétences attendues : Rechercher et exploiter des informations pour comprendre : la nécessité de stocker et de transporter

Plus en détail

Bien vivre, dans les limites de notre planète

Bien vivre, dans les limites de notre planète isstock Bien vivre, dans les limites de notre planète 7e PAE le programme d action général de l Union pour l environnement à l horizon 2020 Depuis le milieu des années 70, la politique environnementale

Plus en détail

4 pour 1 000. rejoignez L initiative. Les sols pour la sécurité alimentaire et le climat

4 pour 1 000. rejoignez L initiative. Les sols pour la sécurité alimentaire et le climat rejoignez L initiative 4 pour 1 000 Les sols pour la sécurité alimentaire et le climat En s appuyant sur une documentation scientifique solide et des actions concrètes sur le terrain, l initiative «4 pour

Plus en détail

Consultation des réseaux sur la gestion adaptative. Présentation des résultats intermédiaires!

Consultation des réseaux sur la gestion adaptative. Présentation des résultats intermédiaires! Consultation des réseaux sur la gestion adaptative Présentation des résultats intermédiaires! CONSULTATION! Objectifs! État des lieux des contraintes climatiques auxquelles sont confrontés les gestionnaires!

Plus en détail

Le projet «Planet Solar Deepwater»

Le projet «Planet Solar Deepwater» Le projet «Planet Solar Deepwater» Martin Beniston Institut des Sciences de l Environnement Université de Genève Martin.Beniston@unige.ch Caractéristiques du bateau Le bateau solaire suisse, Tûranor Planet

Plus en détail

Développement Cliquez et modifiez. Durable. École Centrale Paris Leader, entrepreneur, innovateur. Pascal da Costa 2013 NASA

Développement Cliquez et modifiez. Durable. École Centrale Paris Leader, entrepreneur, innovateur. Pascal da Costa 2013 NASA Développement Cliquez et modifiez Durable titre Pascal da Costa 2013 École Centrale Paris Leader, entrepreneur, innovateur NASA Cours dirigé par : Pascal da Costa Economiste, Maître de Conférences de l

Plus en détail

«Les sols agricoles : un atout pour la sécurité alimentaire et le climat»

«Les sols agricoles : un atout pour la sécurité alimentaire et le climat» «Les sols agricoles : un atout pour la sécurité alimentaire et le climat» Catherine Geslain-Laneelle Ministère de l agriculture, de l agroalimentaire et de la forêt de France L agriculture fait aujourd

Plus en détail

Atelier «les aires marines protégées : un outil de la réconciliation des usagers?» Le rôle des aires marines protégées

Atelier «les aires marines protégées : un outil de la réconciliation des usagers?» Le rôle des aires marines protégées Atelier «les aires marines protégées : un outil de la réconciliation des usagers?» Le rôle des aires marines protégées Ferdy LOUISY Président du Parc national de Guadeloupe Vice-président de l Agence des

Plus en détail

JEUDI 10 SAMEDI 12. SEPTEMBRE pass journée. SEPTEMBRE pass journée. SEPTEMBRE pass journée. vendredi 11. 31 Tarif réduit 28

JEUDI 10 SAMEDI 12. SEPTEMBRE pass journée. SEPTEMBRE pass journée. SEPTEMBRE pass journée. vendredi 11. 31 Tarif réduit 28 vortex de l entrepôt 18h30 TAmple 17h30 conférence d ouverture du festival hubert reeves - alain rousset - alain juppé 19h40 I me mine 20h55 botibol 22h10 year of no light 22h50 1024 x VITALIC JEUDI 10

Plus en détail

ÉNERGIES RENOUVELABLES

ÉNERGIES RENOUVELABLES ÉNERGIE HYDRAULIQUE ÉNERGIE ÉOLIENNE ÉNERGIE SOLAIRE LA BIOMASSE LA GÉOTHERMIE ÉNERGIES MARINES ÉNERGIE HYDRAULIQUE L énergie hydraulique provient de la force de l eau en mouvement, c est-à-dire l énergie

Plus en détail

PLAN DE CLASSEMENT A 1 EXPLOITATION DES RESSOURCES MARINES

PLAN DE CLASSEMENT A 1 EXPLOITATION DES RESSOURCES MARINES PLAN DE CLASSEMENT R OUVRAGES DE REFERENCES R 1 Annuaires R 2 Atlas R 3 Bibliographies - Catalogues R 4 Dictionnaires - Encyclopédies - Usuels R 5 Répertoires - Recueils généraux R 6 Enseignement - Education

Plus en détail

VII RÉUNION DES MINISTRES DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM DÉCLARATIONS FINALES

VII RÉUNION DES MINISTRES DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM DÉCLARATIONS FINALES VII RÉUNION DES MINISTRES DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM DÉCLARATIONS FINALES 1. L agriculture et la pêche sont des secteurs essentiels pour le développement social et économique

Plus en détail

Nos activités et nos rejets polluants deviennent problématiques, et génèrent des inquiétudes sur l avenir de l humanité et de son environnement.

Nos activités et nos rejets polluants deviennent problématiques, et génèrent des inquiétudes sur l avenir de l humanité et de son environnement. LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Constats et enjeux En un siècle, l impact de l homme sur la nature a bouleversé l environnement. Nos modes de production et de consommation sont en cause, ainsi que nos choix énergétiques.

Plus en détail

Programme «Biodiversité Gaz Pétrole»

Programme «Biodiversité Gaz Pétrole» République Islamique de Mauritanie Honneur - Fraternité - Justice MINISTÈRE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Programme «Biodiversité Gaz Pétrole» En partenariat avec le MINISTÈRE DU PÉTROLE,

Plus en détail

CHARTE MAGHREBINE POUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE

CHARTE MAGHREBINE POUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE CHARTE MAGHREBINE POUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Véme Session du Conseil de la Présidence de l UMA Nouakchott, 11 novembre 1992 1 INTRODUCTION A notre époque, les questions

Plus en détail

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT Service du climat et de l efficacité énergétique Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique Synthèse SYNTHESE Prise en compte de l'élévation

Plus en détail

/ 2015 en France le guide

/ 2015 en France le guide e d i u le g en Franc e / 2015 Pourquoi COP21/CMP11? Pourquoi en France? Une COP c est quoi? La France a été élue pour accueillir et présider cette 21 e Conférence des Nations unies sur les changements

Plus en détail

Auteur : Odette Chevaillier Illustrateur : David Vogel. L énergie

Auteur : Odette Chevaillier Illustrateur : David Vogel. L énergie Auteur : Odette Chevaillier Illustrateur : David Vogel I n t r o d u c t i o n Quelques données générales La Terre est née il y a 4,5 milliards d années. L eau a alors permis la naissance de la vie. Il

Plus en détail

INFORMATION A L INTENTION DES FORMATEURS EN GRD A L ECOLE

INFORMATION A L INTENTION DES FORMATEURS EN GRD A L ECOLE LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES A L ECOLE INFORMATION A L INTENTION DES FORMATEURS EN GRD A L ECOLE Les changements climatiques a l'ecole 1 OBJECTIFS Á la fin de cette session, le participant sera capable

Plus en détail

Indicateur : milieux naturels protégés par voies réglementaire, foncière et contractuelle dans les communes littorales

Indicateur : milieux naturels protégés par voies réglementaire, foncière et contractuelle dans les communes littorales Indicateur : milieux naturels protégés par voies réglementaire, foncière et contractuelle dans les communes littorales Contexte Comme toutes les lisières entre deux types de milieux (écotone), le littoral

Plus en détail

L imbroglio des incertitudes et de la gouvernance dans la gestion thon rouge. Jean-Marc Fromentin

L imbroglio des incertitudes et de la gouvernance dans la gestion thon rouge. Jean-Marc Fromentin L imbroglio des incertitudes et de la gouvernance dans la gestion thon rouge Jean-Marc Fromentin 1. Une brève histoire de la surexploitation Importantes pêcheries depuis l Antiquité Exploitation sur 2

Plus en détail

La Ville de Marseille organise le 3ème Congrès Mondial des Aires Marines Protégées en octobre 2013

La Ville de Marseille organise le 3ème Congrès Mondial des Aires Marines Protégées en octobre 2013 Lundi 6 juin 2011 La Ville de Marseille organise le 3ème Congrès Mondial des Aires Marines Protégées en octobre 2013 Historique du Congrès : Après l Australie (Geelong, octobre 2005) et les USA (Washington,

Plus en détail

CPER 2007-2013 ANNEXE FINANCIERE : PARTICIPATIONS DES PARTENAIRES SIGNATAIRES DU CPER PRG LOLF Ministère / programme LOLF / Thématique ETAT REGION Départements Autres collectivités TOTAL TOTAL GENERAL

Plus en détail

SCIENCES & TECHNOLOGIES - SANTÉ ET STAPS MASTER SCIENCES DE LA MER. FOGEM : Fonctionnement et Gestion des Ecosystèmes Marins. www.univ-littoral.

SCIENCES & TECHNOLOGIES - SANTÉ ET STAPS MASTER SCIENCES DE LA MER. FOGEM : Fonctionnement et Gestion des Ecosystèmes Marins. www.univ-littoral. SCIENCES & TECHNOLOGIES - SANTÉ ET STAPS MASTER SCIENCES DE LA MER FOGEM : Fonctionnement et Gestion des Ecosystèmes Marins www.univ-littoral.fr OBJECTIFS DE LA FORMATION La gestion intégrée de la mer

Plus en détail

CONFÉRENCES. Septembre Octobre Novembre Décembre. Institut océanographique 195, rue Saint-Jacques 75005 Paris

CONFÉRENCES. Septembre Octobre Novembre Décembre. Institut océanographique 195, rue Saint-Jacques 75005 Paris 2009 Septembre Octobre Novembre Décembre Institut océanographique 195, rue Saint-Jacques 75005 Paris Institut océanographique 195, rue Saint-Jacques 75005 Paris Tél. : +33 1 44 32 10 70 Fax +33 1 40 51

Plus en détail

Excellences, Mesdames, Messieurs

Excellences, Mesdames, Messieurs Excellences, Mesdames, Messieurs Permettez-moi d abord de vous présenter les salutations chaleureuses de Son Excellence Paul BIYA,Président de la République du Cameroun, qui aurait tant voulu prendre personnellement

Plus en détail

La restauration des écosystèmes (Point 9 de l ordre du jour)

La restauration des écosystèmes (Point 9 de l ordre du jour) DÉCLARATION DE POSITION La restauration des écosystèmes (Point 9 de l ordre du jour) 11ème réunion de la Conférence des Parties à la Convention sur la diversité biologique, Hyderabad, Inde, 8-19 octobre

Plus en détail

Partie IV RESPONSABILITÉ DE L HOMME VIS-A-VIS DE LA SANTÉ ET DE L ENVIRONNEMENT

Partie IV RESPONSABILITÉ DE L HOMME VIS-A-VIS DE LA SANTÉ ET DE L ENVIRONNEMENT Partie IV RESPONSABILITÉ DE L HOMME VIS-A-VIS DE LA SANTÉ ET DE L ENVIRONNEMENT Sujets des exposés 2015-2016 F. Mezzoud, N. Romeuf, Collège Les Hauts de l Arc, Trets Sujet 1 : Impact de la pêche sur la

Plus en détail

Capture et stockage du CO2 (CCS)

Capture et stockage du CO2 (CCS) European Technology Platform for Zero Emission Fossil Fuel Power Plants (ZEP) Capture et stockage du CO2 (CCS) Une solution majeure pour combattre le changement climatique 50% de réduction des émissions

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

Le Printemps des Chercheurs. 31.05 1 er.06 Énergie - Mer - Biodiversité - Santé - Archéologie - Environnement

Le Printemps des Chercheurs. 31.05 1 er.06 Énergie - Mer - Biodiversité - Santé - Archéologie - Environnement PROGRAMME 31.05 1 er.06 Énergie - Mer - Biodiversité - Santé - Archéologie - Environnement Le Printemps des Chercheurs à Nice, place Garibaldi & Maison des Associations Expositions - Animations - Conférences

Plus en détail

Mini transat 2015 Dossier de partenariat

Mini transat 2015 Dossier de partenariat Mini transat 2015 Dossier de partenariat «Et la mer donnera à chaque Homme des raisons d espérer» Christophe Colomb Sommaire. Le projet L esprit du projet La Mini transat Générations Océan Embarquez avec

Plus en détail

L agenda 2030 de développement durable

L agenda 2030 de développement durable L agenda 2030 de développement durable L Agenda 2030 en bref Pourquoi des objectifs mondiaux de développement durable? Le monde est confronté à des défis majeurs, comme l extrême pauvreté, le changement

Plus en détail

Réponses aux Quiz...119

Réponses aux Quiz...119 Sommaire Quiz...11 1. Agriculture...13 2. Bâtiment...15 3. Bien manger...17 4. Biodiversité...19 5. Catastrophes écologiques...21 6. Commerce équitable...25 7. Déchets...28 8. Démarche française...30 9.

Plus en détail

NAVIRE DEMONSTRATEUR OCEAN VITAL

NAVIRE DEMONSTRATEUR OCEAN VITAL NAVIRE DEMONSTRATEUR OCEAN VITAL NAVIRE À PROPULSION PROPRE hydrogène, solaire, aide à la navigation vélique, modulaire, autorisant de multiples applications : expéditions scientifiques océanographiques,

Plus en détail

Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H

Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H Page 1 DES CONFERENCES QUI ENRICHISSENT LES PROGRAMMES SCOLAIRES : Objectifs principaux : Acquérir et approfondir des

Plus en détail

Le Big Data est-il polluant? BILLET. Big Data, la déferlante des octets VIVANT MATIÈRE SOCIÉTÉS UNIVERS TERRE NUMÉRIQUE TERRE (/TERRE)

Le Big Data est-il polluant? BILLET. Big Data, la déferlante des octets VIVANT MATIÈRE SOCIÉTÉS UNIVERS TERRE NUMÉRIQUE TERRE (/TERRE) Donner du sens à la science Rechercher Se connecter / S'inscrire Suivre VIVANT MATIÈRE SOCIÉTÉS UNIVERS TERRE NUMÉRIQUE MES THÈMES Types DOSSIER Paru le 15.11.2012 Mis à jour le 29.01.2014 Big Data, la

Plus en détail

Prendre en compte les enjeux de développement durable

Prendre en compte les enjeux de développement durable Contrat de territoire2007 2013 Programme d action pluriannuel Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires. Prendre en compte les enjeux de développement durable FICHE ACTION

Plus en détail

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification 1 sur 5 04/03/2014 16:06 Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification Intitulé MASTER : MASTER Master recherche et professionnel Sciences de la

Plus en détail

Termes de références Elaboration de normes environnementales pour les activités de l industrie pétrolière et gazière en Mauritanie

Termes de références Elaboration de normes environnementales pour les activités de l industrie pétrolière et gazière en Mauritanie PROGRAMME «BIODIVERSITÉ, GAZ, PÉTROLE» Avec le soutien de : Termes de références Elaboration de normes environnementales pour les activités de l industrie pétrolière et gazière en Mauritanie 1 Préambule

Plus en détail

APPEL A PROJETS. JOURNEES MONDIALES DES ZONES HUMIDES en Languedoc-Roussillon et Provence-Alpes-Côte d Azur. Semaine du 29 janvier au 6 février 2011

APPEL A PROJETS. JOURNEES MONDIALES DES ZONES HUMIDES en Languedoc-Roussillon et Provence-Alpes-Côte d Azur. Semaine du 29 janvier au 6 février 2011 APPEL A PROJETS JOURNEES MONDIALES DES ZONES HUMIDES en Languedoc-Roussillon et Provence-Alpes-Côte d Azur Semaine du 29 janvier au 6 février 2011 «Les forêts : vitales pour l eau et les zones humides»

Plus en détail

Stratégie pour la biodiversité de Polynésie française 2006

Stratégie pour la biodiversité de Polynésie française 2006 I. LE CONTEXTE GENERAL DE LA POLYNESIE FRANÇAISE...3 A. UN ISOLEMENT GEOGRAPHIQUE FORT...3 B. UNE CONSTELLATION D ILES DISPERSEES SUR UNE SURFACE OCEANIQUE GRANDE COMME L EUROPE...3 C. UNE BIODIVERSITE

Plus en détail

Bâtir un monde vert, propre et résilient pour tous

Bâtir un monde vert, propre et résilient pour tous Bâtir un monde vert, propre et résilient pour tous Stratégie environnementale du Groupe de la Banque mondiale 2012 2022 THE WORLD BANK ii Bâtir un monde vert, propre et résilient pour tous Résumé analytique

Plus en détail

LES ATTEINTES À L ENVIRONNEMENT: DU VOL À L ÉCHELLE MONDIALE

LES ATTEINTES À L ENVIRONNEMENT: DU VOL À L ÉCHELLE MONDIALE LES ATTEINTES À L ENVIRONNEMENT: DU VOL À L ÉCHELLE MONDIALE INTERPOL PROGRAMME SUR LES ATTEINTES À L ENVIRONNEMENT istock.com 2 PROGRAMME INTERPOL SUR LES ATTEINTES À L ENVIRONNEMENT istock.com QUE SE

Plus en détail

UN VOYAGE DE CLASSE RESPONSABLE

UN VOYAGE DE CLASSE RESPONSABLE CORRIgé fiche élève ce2 - cm1 - cm2 UN VOYAGE DE CLASSE RESPONSABLE J'APPROFONDIS J OBSERVE Observe la vidéo puis réponds aux questions ECJS SÉANCE 2 - VOYAGER = POLLUER SCIENCES J'OBSERVE a) Que rejettent

Plus en détail

LES PERSONNES QUI PORTENT LE PROJET ARGONIMAUX

LES PERSONNES QUI PORTENT LE PROJET ARGONIMAUX LES PERSONNES QUI PORTENT LE PROJET ARGONIMAUX > L'équipe côté CNES Ingénieur avec un DEA d'océanographie et météorologie, Danielle de Staerke fait partie du CNES depuis 1983. Elle a d'abord travaillé

Plus en détail

Un littoral, des littoraux Le patrimoine naturel et culturel du littoral Du 7 au 9 octobre 2015

Un littoral, des littoraux Le patrimoine naturel et culturel du littoral Du 7 au 9 octobre 2015 Département des conservateurs Formation permanente Un littoral, des littoraux Le patrimoine naturel et culturel du littoral Du 7 au 9 octobre 2015 Crédit photographique : Laurent Mignaux / MEDDE-MLETR

Plus en détail

Fonds pour l environnement mondial. 20 avril 2000 PROGRAMME D OPÉRATIONS N 12 GESTION INTÉGRÉE DES ÉCOSYSTÈMES

Fonds pour l environnement mondial. 20 avril 2000 PROGRAMME D OPÉRATIONS N 12 GESTION INTÉGRÉE DES ÉCOSYSTÈMES Fonds pour l environnement mondial 20 avril 2000 PROGRAMME D OPÉRATIONS N 12 GESTION INTÉGRÉE DES ÉCOSYSTÈMES INTRODUCTION 1. Les systèmes écologiques ou écosystèmes sont responsables des fonctions de

Plus en détail

Module P1 Code Descriptif Type d activités Niveaux. La diversité des insectes aquatiques

Module P1 Code Descriptif Type d activités Niveaux. La diversité des insectes aquatiques Module P1 Co Descriptif Type d activités Niveaux P1 Le Module P1 est composé 2 ateliers: La diversité s insectes aquatiques Par la Société Entomologique France Association s Coléoptéristes Français A l'ai

Plus en détail

Le site Internet du ministère des Transports du Québec sur les changements climatiques

Le site Internet du ministère des Transports du Québec sur les changements climatiques Le site Internet du ministère des Transports du Québec sur les changements climatiques Présenté à : L Association des transports du Canada Présenté par : Le ministère des Transports du Québec PRIX DE RÉALISATION

Plus en détail

La gestion intégrée des zones côtières pour une meilleure gestion de l environnement au bénéfice des populations

La gestion intégrée des zones côtières pour une meilleure gestion de l environnement au bénéfice des populations La gestion intégrée des zones côtières pour une meilleure gestion de l environnement au bénéfice des populations Exemple du développement d un mode de gestion des risques côtiers adaptés à Ouvéa, îles

Plus en détail

LA 7EME EDITION. Ø Une édition riche et innovante

LA 7EME EDITION. Ø Une édition riche et innovante Le Salon de l Écologie est un événement annuel d envergure nationale organisé par les étudiants du master Ingénierie en Écologie et en Gestion de la Biodiversité (IEGB) de l Université de Montpellier.

Plus en détail

Défi écologique : retour de plantes disparues sur leur île natale. Conservatoire botanique national de Brest. Dossier de presse 25/11/2011

Défi écologique : retour de plantes disparues sur leur île natale. Conservatoire botanique national de Brest. Dossier de presse 25/11/2011 Conservatoire botanique national de Brest B R E S T Dossier de presse 25/11/2011 CONTACT PRESSE CHARLOTTE DISSEZ Chargée de communication c.dissez@cbnbrest.com 02 98 41 88 95 Défi écologique : retour de

Plus en détail

Nom : Groupe : La lithosphère, se compose de la croûte terrestre (continentale et océanique) et de la partie supérieure du manteau.

Nom : Groupe : La lithosphère, se compose de la croûte terrestre (continentale et océanique) et de la partie supérieure du manteau. Nom : Groupe : Date : THÉORIE UNIVERS TERRE-ESPACE, ST-STE, 4 e secondaire La lithosphère La lithosphère, se compose de la croûte terrestre (continentale et océanique) et de la partie supérieure du manteau.

Plus en détail

COLLECTION COMPRENDRE LE CIMENT. Quoi de neuf? RÉDUCTION DES ÉMISSIONS DE CO 2 LA CONTRIBUTION DE L INDUSTRIE CIMENTIÈRE

COLLECTION COMPRENDRE LE CIMENT. Quoi de neuf? RÉDUCTION DES ÉMISSIONS DE CO 2 LA CONTRIBUTION DE L INDUSTRIE CIMENTIÈRE COLLECTION COMPRENDRE LE CIMENT Quoi de neuf? RÉDUCTION DES ÉMISSIONS DE CO 2 LA CONTRIBUTION DE L INDUSTRIE CIMENTIÈRE Le matériau de construction le plus utilisé au monde Dès 1990, l industrie cimentière

Plus en détail

Le pari à réussir. Construire un nouveau projet de société : le plan B est à enclencher! by Du global au local : 2015-2030 - 2050

Le pari à réussir. Construire un nouveau projet de société : le plan B est à enclencher! by Du global au local : 2015-2030 - 2050 by Du global au local : 2015-2030 - 2050 Le pari à réussir Construire un nouveau projet de société : le plan B est à enclencher! Le 21 e siècle est à construire Le monde de demain ne sera pas la simple

Plus en détail

Passons à l action! Pour aller plus loin, compensez! http://www.actioncarbone.org/calculateur

Passons à l action! Pour aller plus loin, compensez! http://www.actioncarbone.org/calculateur Le coût des énergies augmente et les ressources fossiles (gaz, pétrole) se font rares. Or dans la plupart de nos actions quotidiennes, nous utilisons de l énergie et émettons des gaz à effet de serre qui

Plus en détail

CHANGEMENT CLIMATIQUE ET ENERGIE: UN NOUVEAU PARADIGME POUR L IMMOBILIER

CHANGEMENT CLIMATIQUE ET ENERGIE: UN NOUVEAU PARADIGME POUR L IMMOBILIER CHANGEMENT CLIMATIQUE ET ENERGIE: UN NOUVEAU PARADIGME POUR L IMMOBILIER Jean Carassus Professeur à l Ecole des Ponts ParisTech Consultant jean.carassus@immobilierdurable.eu 1/ Comment l immobilier est

Plus en détail

UMS Flotte Océanographique Française

UMS Flotte Océanographique Française UMS Flotte Océanographique Française PREMIER APPEL D OFFRES SCIENTIFIQUE RELATIF AUX NAVIRES DE FACADE POUR L ANNEE 2015 1. PRÉAMBULE Le présent appel d offres concerne l année 2015 pour l ensemble de

Plus en détail

REDD-plus. Champ d application et des options pour le rôle des forêts dans les stratégies d atténuation des changements climatiques.

REDD-plus. Champ d application et des options pour le rôle des forêts dans les stratégies d atténuation des changements climatiques. REDD-plus Champ d application et des options pour le rôle des forêts dans les stratégies d atténuation des changements climatiques novembre 2009 Programme de Conservation des Forêts Le mécanisme REDD-plus

Plus en détail