Organisation du Dialogue et de l Intelligence Sociale dans la Société Et l Entreprise. Cycle de rencontres «Idées reçues et tabous du développement»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Organisation du Dialogue et de l Intelligence Sociale dans la Société Et l Entreprise. Cycle de rencontres «Idées reçues et tabous du développement»"

Transcription

1 Organisation du Dialogue et de l Intelligence Sociale dans la Société Et l Entreprise Cycle de rencontres «Idées reçues et tabous du développement» «Aide humanitaire : comment éviter le piège de l urgence?» Collège des Bernardins 22 juin 2010 SYNTHESE DES DEBATS Avec le soutien de l Agence Française de Développement 2, rue de la Trémoille Paris. Tel :

2 SOMMAIRE Décrypter le fantasme de l urgence 1. Comprendre les facteurs qui alimentent ce fantasme : pression politique, pression médiatique 2. Mesurer les conséquences de ce fantasme : les limites de l aide d urgence L expression du fantasme sur le terrain Démotiver les acteurs locaux Déstabiliser les institutions locales Masquer les problèmes de fond Changer le paradigme de la crise 1.Parler de «catastrophes socioculturelles» 2.Accepter la politisation du débat 3.Changer les modes d intervention S inspirer des méthodes de l entreprise Se préparer à utiliser la crise comme un vecteur 4.Réinventer la notion de solidarité Saisir l opportunité médiatique Elargir les préoccupations des citoyens Conclusion 2

3 Entrer dans ce débat suppose de définir précisément les termes de la question de départ. Car à vrai dire, qu est-ce que l urgence? Le dictionnaire indique qu il s agit de la «nécessité d agir vite, sans délai, en toute hâte». Cette définition épuise-t-elle tous les types d interventions humanitaires? Comment ne pas tomber non plus dans le piège du mot «aide»? Qu est-ce qu aider veut dire, pour soi et pour les autres? Il existe en réalité des idées reçues, tant à propos de l aide qu à propos de l urgence, qui nous empêchent de porter un jugement éclairé sur les actions humanitaires. C est pourquoi il faut d une part décrypter le fantasme de l urgence, et d autre part changer notre façon d envisager et de traiter les crises. DECRYPTER LE FANTASME DE L URGENCE L urgence requiert une réponse immédiate, à chaud, qui ne permet pas toujours de discerner la complexité des enjeux entremêlés. Nombreux sont les acteurs qui cèdent alors à l émotion, ou qui tirent parti d une situation temporairement chaotique pour servir leurs intérêts. Chacun entretient ou succombe à une sorte de «fantasme de l urgence». 1. Comprendre les facteurs qui alimentent ce fantasme : pression médiatique et pression politique Le rôle des médias est primordial dans le traitement des crises humanitaires. Ils permettent en effet de susciter une prise de conscience des situations de détresse à l autre bout du monde, dans un délai quasi-immédiat. Au moment de l intervention, il est cependant indéniable que la pression des caméras et des appareils photos accentue le sentiment d urgence. Par ailleurs, ils peuvent ensuite couvrir le déroulement des interventions et en informer l opinion publique en continu. Le danger est alors qu ils se désintéressent d une situation trop tôt, avant qu elle ne soit entièrement résolue. L engagement des responsables politiques locaux est également fondamental, car il est impossible d organiser une quelconque opération sans prendre en compte les intérêts économiques et politiques en jeu, que la situation de crise vient percuter. Cette nécessité vaut aussi bien dans les pays aidés que pour les pays pourvoyeurs d aide. Il ne faut ainsi pas oublier que la «communauté internationale» est composée d Etats aux enjeux multiples, qui peuvent, sous couvert de travailler au bien commun, servir leurs propres intérêts. Il est ainsi indispensable de tenir compte de ces deux dimensions pour construire un schéma d intervention suffisamment solide pour gérer les relations entre pouvoirs et contre-pouvoirs. Dans le cas contraire, la situation d urgence ne fait que brouiller les cartes, et alimenter les rapports de forces. 2. Mesurer les conséquences de ce fantasme : les limites de l aide d urgence Lorsque ce «fantasme collectif» de l urgence est entretenu, il donne lieu à plusieurs conséquences dommageables pour tous les acteurs de la crise : l opinion publique, les décideurs, les secours, et surtout les victimes. L expression du fantasme sur le terrain Sur le terrain de la crise, ce fantasme prend une ampleur considérable puisqu il est traversé par une dimension émotionnelle (vies humaines en péril) dans un contexte difficile (destructions, carences, épidémies, etc.). S il est déjà difficile d intervenir pour sauver des vies, cela l est encore davantage et relève souvent de l exploit quand le contexte n y aide pas. L environnement dans lequel interviennent les secours oblige même dans certains cas à être agressif et prédateur. «Cloisonnement d acteurs qui ne travaillent pas en synergie : gaspillage et redondance» Le prisme de l urgence ne permet pas une réflexion en amont entre organismes intervenant sur le terrain. Cette coordination défectueuse conduit à une mauvaise utilisation des ressources, voire à un gaspillage. Ainsi, par exemple, lors d une intervention d urgence au Niger dans les années 1990, certains villages ont reçu l appui de plusieurs ONG, tandis que d autres sont restés isolés, bien que situés dans le même périmètre. Il est donc important d assurer à la fois une coordination efficace entre les ONG internationales, et entre celles-ci et les associations locales. 3

4 «Mauvaise gestion des ressources : ciblage des victimes» En matière d aide humanitaire, tout étant urgent, toute action d aide semble a priori pertinente, mais l on doit construire une grille de priorités selon une hiérarchie de valeurs, et le choix peut être difficile. Ainsi lors de l élaboration de programmes d aide d urgence, il faut nécessairement hiérarchiser les priorités : populations cibles, moyens alloués, mode d intervention... Les critères de sélection sont délicats à établir, en particulier en matière sanitaire, ce qui conduit parfois à un ciblage approximatif des victimes. De fait, l on opère souvent un tri fatal entre les populations à secourir. Démotiver les acteurs locaux Cette perception du phénomène de crise est lourde de conséquences, aussi bien pour les populations des pays aidés, que pour les intervenants extérieurs. «Prise en charge totale et déresponsabilisation» Des voix se sont élevées dans la communauté des ONG pour dénoncer le positionnement de certains acteurs qui «se prennent pour Zorro» et qui discréditent à la fois les intervenants extérieurs et déresponsabilisent les autorités locales. Le piège qui se met en place est celui du «faire à la place». «Aide ponctuelle et parfois mal dimensionnée» En Haïti, par exemple, les kits (sanitaires, alimentaires) étaient parfois inadaptés, et ont fait affluer vers les lieux de distribution des populations qui n en avaient pas forcément besoin. Le piège se trouve alors dans une forme d orgueil, véhiculée par l envie de «créer son petit projet», plutôt que d en rejoindre un qui a fait ses preuves. On assiste ainsi au pullulement de petites ONG avec des moyens très modestes et des méthodes non éprouvées, qui viennent «polluer» l action des intervenants plus expérimentés. Il convient de s appuyer sur des formations professionnelles, car la résorption de crises alimentaires ne peut pas céder à l amateurisme. A cette absence de professionnalisation pénalisante, s ajoute le fait que les crises alimentaires se règlent aussi sur les places boursières des pays du Nord (ex : la Bourse des denrées agricoles de Chicago), et qu il faudrait des transferts de compétences pour que de telles infrastructures soient créées sur le contient africain. «Effet d aubaine : détournement de l aide par des prédateurs locaux» Les financements ou les richesses convoyées par les intervenants extérieurs peuvent être détournés et avoir des effets pervers. Par exemple, en Somalie au début des années 1990, les ONG entretenaient la situation de crise en arrivant avec des voitures, prenant de grands appartements ils se faisaient voler leur matériel par les rebelles, et étaient pris en otage contre rançon. Loin de ces cas extrêmes, il ne faut pas oublier que certains interlocuteurs locaux savent coller au prisme des secouristes et leur délivrer un discours rôdé pour les orienter vers leurs intérêts. «Perturbation de la vie économique locale» La gratuité de l aide humanitaire est déstabilisante pour les marchés locaux : elle peut occasionner une perte de revenus pour les commerçants et les agriculteurs qui ne vendent plus leur production. Le secteur médical voit partir une partie de ses forces vives à l étranger, du fait de l offre de soins gratuite proposée par les personnels soignants étrangers (ex : médecins haïtiens partis aux Etats-Unis). De façon générale, l importation systématique de tous les produits à laquelle recourent les intervenants extérieurs constitue une entrave à la vie économique locale. Déstabiliser les institutions locales L intervention, quand elle se fait sans concertation avec les autorités locales, les réseaux et les acteurs locaux, provoque une déstabilisation des institutions et des mécanismes de régulation du pays en question. «Eviction de l Etat» L ingérence trop brutale des ONG dans les affaires intérieures d un Etat présente le risque de se substituer au pouvoir en place. Les autorités sont court-circuitées et la souveraineté nationale éclipsée. Cela pose en filigrane la question de la légitimité de l aide extérieure. 4

5 Il est cependant indéniable que la qualité de la gouvernance en place induit la capacité à organiser adéquatement les secours. Plus un pays est mal géré, plus une catastrophe naturelle devient catastrophique. On peut comparer à cet égard les conséquences inégales d un même tremblement de terre sur deux pays qui se partagent une île commune : la République Dominicaine et Haïti. En outre, un Etat défaillant n inspire pas confiance. Au Nord-Kivu s est ainsi posée la question de la sécurisation des acteurs de l aide, lorsque deux acteurs d une ONG internationale ont été assassinés par l armée gouvernementale. Il s agit d une défaillance grave qui rend intenable la présence de secours extérieurs. Les ONG doivent accepter que les Etats ne soient pas toujours fiables, tout en veillant à ne pas occuper leur rôle. Les ONG sont des relais, des appuis et non des palliatifs pour combler le vide étatique. Au nom de la souveraineté nationale, les Etats doivent être présents dans les décisions, car les opérations se déroulent sur leur sol. Ce principe n a pas été respecté lorsque le gouvernement haïtien a été volontairement évincé par la «communauté internationale» lors du règlement de la question de la gestion des camps. «Des donateurs qui se sont pas dupes, et demandent des comptes» Les acteurs de l urgence eux-mêmes subissent un retour de flamme de ces conséquences. En effet, un certain désaveu des ONG voit le jour. La question de la redevabilité est donc centrale : il faut des processus d évaluation en termes de moyens, et en termes d impact (ex : Quelles pathologies sont traitées? A quelle fréquence? Avec quel succès?). Un Observatoire de la bonne gouvernance de l aide d urgence pourrait être mis en place dans cette optique, qui permettrait de faire du lobbying, et de trouver des solutions pour la meilleure gestion de l aide. De façon générale, les acteurs de l humanitaire ont le souci de minimiser l impact négatif de leur intervention, et ceci devrait être perçu plus clairement par le grand public et les donateurs. «Interférence avec les modes d action locaux et peu de préparation à la transition vers l après-crise» Bien qu il s agisse d un principe communément admis dans la communauté des ONG (Déclaration de Paris, 2005), l appropriation des actions, des mesures et des systèmes par les acteurs locaux n est pas toujours effective. Non plus que le passage à une situation post-traumatique soit systématiquement envisagé. «Prolongation des situations d urgence et de la présence des acteurs humanitaires» Ce qui est le plus problématique, ce n est pas tant l urgence, que l urgence qui dure. Dans certains cas, les acteurs de l urgence interviennent pendant 20 ou 30 ans sur un même territoire. En effet, un camp de réfugiés n est jamais bâti pour durer seulement 15 jours. Peut-on encore appeler «aide d urgence» une intervention qui devient récurrente? Et puisque dans ce cas le provisoire devient permanent, comment peut-il ne pas altérer le fonctionnement régulier des instances politiques et administratives? Masquer les problèmes de fond Au-delà de la déstabilisation temporaire qu il cause aux institutions et aux acteurs locaux, le prisme de l urgence peut masquer des problèmes de développement plus profonds. «Active des leviers pulsionnels et passagers» «Exacerbe l émotif au détriment de l action obstinée et durable» Les situations de détresse font certes appel à des sentiments nobles, mais ceux-ci peuvent être instrumentalisés ou mobilisés abusivement. (Les anglo-saxons parlent de «charity business»). L intérêt du public s étiole alors rapidement, et l élan de générosité spontanée peut s avérer sans lendemain, comme dans le cas du Tsunami en De surcroît, faire appel à l émotion plutôt qu à la raison peut brouiller le regard porté sur la situation. «Développe une culture de l assistance» L aide humanitaire tend à réduire la créativité, l innovation, la responsabilité et l autonomie des populations locales, qui doivent apprendre à répondre elles-mêmes aux problèmes qui surgissent soudainement. «Ne tient pas compte de la globalité des situations» L aide d urgence, du fait des arbitrages qu elle implique, conduit souvent à traiter une portion congrue d un problème qui devrait être traité dans son ensemble. 5

6 «Repousse, voire évite la réflexion sur les causes profondes des crises» De même que pour lutter contre un incendie, on attend d abord des pompiers qu ils interviennent pour éteindre les flammes, de même l aide d urgence sert-elle prioritairement à sauver des vies et colmater les brèches. Malheureusement, cela ne permet que rarement d enclencher une réflexion sur l origine des crises, pour éviter qu elles ne se reproduisent. CHANGER LE PARADIGME DE LA CRISE Pour sortir du fantasme de l urgence, on peut considérer qu elle est un mode de réponse, et non une fin en soi. En effet, le fil rouge qui relie cette succession de «pièges» est surtout la façon dont la crise humanitaire est vécue et perçue. Il faut ainsi tendre vers un changement du paradigme de la crise. 1. De la notion de catastrophe naturelle à celle de catastrophe «socio naturelle» Dans le fantasme de l urgence, la crise est considérée comme une rupture. Autour de ce postulat, tout un imaginaire de l urgence s est créé, avec une segmentation nette entre un début et une fin. Ce piège se referme sur les acteurs de toutes sphères, aussi bien dans l humanitaire que dans la politique, l économie ou les relations internationales. Considérant les crises comme passagères, les acteurs répondent en appliquant des modes d action de choc. En Amérique latine, on ne parle pas de catastrophes naturelles mais de catastrophes «socio naturelles». Cette conception alternative permet une réflexion dans la durée où les problèmes sont compris et traités sur le long terme. Une situation de crise, lorsqu elle est récurrente, devient alors un vecteur socioculturel pour traiter des dynamiques profondes. Haïti, par exemple, a connu plus de 200 ans de crises latentes. Ce pays a été frappé en 2007 par une série d ouragans dont les dévastations ont été prises en charge par l intervention des programmes d urgence. Cela s est fait avec la ferme volonté d éviter le renouvellement d une telle catastrophe, qui n a toutefois pas empêché les conséquences dramatiques du tremblement de terre de décembre Il est prévisible que cela se reproduira, tant que les paramètres socioculturels n auront pas été pris en compte pour résoudre les crises récurrentes que connaît ce pays. 2. Accepter la politisation du débat Changer sa vision de la crise permet de comprendre celle-ci comme l occasion d une reconstruction, comme un vecteur d innovation. En cas de crise, il faut réagir vite, mais sans se décoller de la réalité. Il faut réfléchir à ce que l on veut faire, à quelles conditions on le fait et en mesurer les impacts potentiels positifs et négatifs à long terme. Il s agit d une approche politique, au sens noble du terme. On peut professionnaliser à l extrême le traitement de l urgence, mais il ne faut pas tomber dans l illusion que l on peut le dépolitiser en laissant la part belle à la technique. Il faut promouvoir le débat ici et là-bas. Une possibilité pourrait être de développer et renforcer les réseaux locaux, dont l importance n est plus à démontrer. Premièrement, dans le cas des catastrophes, les premiers à intervenir sont souvent les voisins, les amis, avant les secours extérieurs. De plus, il est possible d activer en période d urgence des réseaux déjà actifs sur place en période «normale», comme le fait par exemple SOS Enfance. La méthodologie est à construire en fonction de la situation locale. Pour y parvenir, il faut penser en termes de «capacitation» (en anglais «empowerment»), ce qui revient à donner aux acteurs locaux les moyens de construire leurs capacités d action et leurs projets. 3. Changer les modes d intervention La manière de traiter l urgence est tributaire du contexte précaire dans lequel elle s inscrit. Tout se passe comme si «l on cherchait toujours ses clefs sous le lampadaire car c est là où se trouve la lumière». Il faut changer ce réflexe pour mieux traiter l urgence. S inspirer des méthodes de l entreprise Les entreprises ont mis en place depuis plusieurs années des dispositifs d anticipation des crises et prévu les démarches à adopter. 6

7 Ces processus de réponse aux situations de crises s articulent selon deux modèles distincts : un modèle de l imprévisible («la crise est par nature quelque chose auquel on ne peut s attendre») ou un modèle de gestion prévisionnelle («la crise arrivera un jour et il faut s y préparer dès maintenant»). Les difficultés sont les mêmes pour l aide humanitaire, qui doit anticiper sa propre mobilisation. A ce titre, un parallèle peut être tracé avec des recherches scientifiques récemment menées sur la longévité. L enjeu n était pas de chercher les causes de l allongement de la durée de vie, mais de regarder comment les personnes qui vivent le plus longtemps gèrent cette longévité. Aussi la question d Haïti doit-elle nous amener à comprendre pourquoi le pays voisin, la République Dominicaine, possédant des caractéristiques très semblables, n a absolument pas les mêmes réponses ni les mêmes impacts face aux catastrophes naturelles. Se préparer à utiliser la crise comme un vecteur d évolution Changer le paradigme de la crise suppose de mettre en perspective les trois temps structurant un programme d aide : Avant : il faut penser la crise avant qu elle ne survienne Pendant : il faut être capable d intervenir rapidement en limitant les effets négatifs induits par les interventions Après : il faut prévoir et accompagner les effets sur le long-terme : reconstruction, entretien involontaire d une situation chaotique (économie de crise, corruption ) Si l on peut utiliser la crise comme vecteur de construction, il faut veiller à ne pas provoquer d autres crises. Ce repositionnement permettra par ailleurs de ne plus opposer urgence et développement car les acteurs des deux sphères seront amenés à travailler ensemble, et devront penser ensemble «l urgence» avant l intervention. 4. Réinventer la notion de solidarité On ne pourra pas faire l économie d une véritable réflexion pour changer le regard que porte notre société sur le message de solidarité. Chacun demande davantage de coordination, mais chacun préfère conduire son propre projet en aparté. Notre responsabilité est de nous demander si l aide humanitaire est montée d abord pour se faire plaisir, se donner bonne conscience ou pour rendre un réel service? Saisir l opportunité médiatique En ce sens, le rôle des médias offre de larges possibilités, car il est toujours instructif de découvrir des histoires humaines, et utile de les rapporter. D autant plus lorsque le grand public est prêt à entrer dans une compréhension de la complexité et pas à se complaire dans l émotion. En effet, si l on ne peut pas être tenu responsable des affaires du monde, on est au moins responsable de s informer. C est une chance de lire ce qui se passe actuellement en Haïti, ce qui s est passé il y a 15 ans au Rwanda. De là peut naître une prise de recul, une mutualisation des expériences, et la conviction que certaines catastrophes «naturelles» ne sont pas une fatalité. Au-delà de l information sur les crises humanitaires les médias devraient ainsi également relayer les bonnes pratiques et les réussites, certains pays ayant fait de remarquables progrès dans l anticipation et la gestion des crises après de lourdes crises ou catastrophes naturelles (comme par exemple le Bangladesh). Elargir les préoccupations des citoyens Il conviendrait en outre de réinventer la culture de solidarité des «aidants». Il faut responsabiliser les Etats, les personnes, et tous les groupements de citoyens qui s organisent pour le bien commun. Nous n avons pas encore assez réfléchi à ce qu est l homme et ce que veut dire sauver une vie Cela est indispensable pour entrer dans une culture de responsabilité. Nous devons apprendre à réfléchir ensemble. 7

8 Conclusion Au terme de ce forum-débat, on ne peut que constater les liens étroits qui existent entre l aide humanitaire, l urgence et le développement. Il est certain que les acteurs de l urgence doivent être à la fois très organisés et très flexibles pour que leur aide soit efficace. Pour autant, on ne peut élaborer un modèle unique d action, ni dans le temps, ni dans l espace. Il faut ainsi rentrer dans la complexité, et refondre notre paradigme de la crise. Cet exercice implique une réflexion sur la professionnalisation des acteurs, tout comme une définition claire des stratégies poursuivies. Ces questions sont loin d être tranchées et requièrent la mobilisation de la communauté internationale, des Etats, des institutions et des ONG, ainsi que des citoyens donateurs et bénéficiaires d aide humanitaire. Comprendre les enjeux politiques du débat permettra à l avenir d éviter autant que possible les nombreux pièges de l urgence. 8

CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES. Synthèse de quelques éléments d observation

CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES. Synthèse de quelques éléments d observation CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES Synthèse de quelques éléments d observation Marc Thiébaud Septembre 2002 Remarque préliminaire Cette synthèse

Plus en détail

COUR DES COMPTES. Synthèse. du rapport sur les organismes faisant appel à la générosité publique

COUR DES COMPTES. Synthèse. du rapport sur les organismes faisant appel à la générosité publique COUR DES COMPTES Synthèse du rapport sur les organismes faisant appel à la générosité publique Janvier 2011 L emploi des fonds collectés par les associations en faveur des victimes du Tsunami du 26 décembre

Plus en détail

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici.

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici. Introduction Cet ouvrage a été conçu à partir de sollicitations exprimées par des managers de terrain soucieux de donner une dimension plus opérationnelle à leur management au quotidien. Il rassemble des

Plus en détail

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail

Préambule de la Convention d objectifs et de gestion de la CNAV 2014-2017

Préambule de la Convention d objectifs et de gestion de la CNAV 2014-2017 Préambule de la Convention d objectifs et de gestion de la CNAV 2014-2017 Faciliter l accès et la compréhension du système de retraite aux assurés : il s agit d une exigence de service public. Depuis désormais

Plus en détail

Maison des Associations de Tourcoing

Maison des Associations de Tourcoing - Validées, à l unanimité, par le Conseil d Administration du 19 juin 2013 Maison des Associations de Tourcoing 100, rue de Lille 59200 TOURCOING tel. 03 20 26 72 38 fax 03 20 11 15 04 contact@mda-tourcoing.fr

Plus en détail

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir?

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir? FICHE N 20 : LES MISSIONS DE TERRAIN À ASSURER Pour assurer la mise en œuvre des missions de sauvegarde, il est nécessaire de disposer d intervenants de terrain. En fonction des phénomènes, de la situation,

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail

STRATEGIE NATIONALE GESTION DU RISQUE INONDATION

STRATEGIE NATIONALE GESTION DU RISQUE INONDATION Contribution CCI de région PACA STRATEGIE NATIONALE GESTION DU RISQUE INONDATION L évaluation préliminaire nationale a montré l'impact économique majeur des inondations, sachant que les zones potentiellement

Plus en détail

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués,

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Le Ministre belge de la Coopération au développement, monsieur Armand De Decker, aurait bien voulu être des nôtres

Plus en détail

AIDE HUMANITAIRE INTERNATIONALE RAPPORT 2014 RÉSUMÉ

AIDE HUMANITAIRE INTERNATIONALE RAPPORT 2014 RÉSUMÉ Pauvreté AIDE HUMANITAIRE INTERNATIONALE RAPPORT 2014 RÉSUMÉ Ressources nationales Aide humanitaire Sécurité Résilience Secours Information Conflit s des risques Réduction développement Aide au alimentaire

Plus en détail

La résolution générale

La résolution générale La résolution générale Placer la solidarité au cœur de nos ambitions! S ajoutant aux difficultés structurelles, la crise financière internationale, qui frappe également notre pays, renforce la fréquence

Plus en détail

Analyse de l image touristique de la France et de son positionnement à l étranger

Analyse de l image touristique de la France et de son positionnement à l étranger Analyse de l image touristique de la France et de son positionnement à l étranger Ipsos / Maison de la France Synthèse Jeudi 18 janvier 2007 Ipsos Public Affairs Contacts : Joachim Soëtard 01 41 98 92

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

Séminaire International. «Rôles de la formation professionnelle agricole pour répondre aux défis des différentes formes d agricultures en Afrique»

Séminaire International. «Rôles de la formation professionnelle agricole pour répondre aux défis des différentes formes d agricultures en Afrique» Attention manque AFD et Comader Séminaire International «Rôles de la formation professionnelle agricole pour répondre aux défis des différentes formes d agricultures en Afrique» Enjeux et dispositifs d

Plus en détail

Recherche de solutions durables

Recherche de solutions durables L un des principaux objectifs de la protection internationale est la recherche de solutions au sort des réfugiés. Pourtant, des millions de réfugiés à travers le monde s enlisent dans des situations d

Plus en détail

Spécialiste des ressources humaines opérationnel

Spécialiste des ressources humaines opérationnel Spécialiste des ressources humaines opérationnel Coparlead est un cabinet spécialisé dans le management opérationnel en RH à disposition des entreprises pour imaginer, mettre en œuvre et agir, au quotidien

Plus en détail

Guide. méthodologique. Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti

Guide. méthodologique. Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti Guide méthodologique Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti mieux prendre en compte le risque naturel dans l urbanisation et l aménagement du territoire Préface Monsieur Yves Germain

Plus en détail

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET?

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? 61 POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? L école de Pinay est connectée depuis deux ans et demi à l Internet. Cela laisse suffisamment de recul pour une réflexion sur cette pratique. Il convient pour

Plus en détail

Chapitre 7. Contribuer à l effort de solidarité internationale

Chapitre 7. Contribuer à l effort de solidarité internationale Chapitre 7 Contribuer à l effort de solidarité internationale Chapitre 7 Contribuer à l effort de solidarité internationale L a mondialisation offre aux économies développées des défis et des perspectives

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

PROJET DE LOI D ORIENTATION ET DE PROGRAMMATION POUR L ADAPTATION DE LA SOCIETE AU VIEILLISSEMENT

PROJET DE LOI D ORIENTATION ET DE PROGRAMMATION POUR L ADAPTATION DE LA SOCIETE AU VIEILLISSEMENT PROJET DE LOI D ORIENTATION ET DE PROGRAMMATION POUR L ADAPTATION DE LA SOCIETE AU VIEILLISSEMENT CONTRIBUTION DE L ASSOCIATION NATIONALE DES COPROPRIETES AVEC SERVICES (ANCS) Sommaire 1- Relever le défi

Plus en détail

Note de synthèse complémentaire (à partir des apports de l atelier du Caire)

Note de synthèse complémentaire (à partir des apports de l atelier du Caire) Note de synthèse complémentaire (à partir des apports de l atelier du Caire) Serge Allou, Gwénaëlle Corre Juillet 2010 A la suite des trois ateliers d échange successivement tenus à Hanoï, Abidjan et Addis

Plus en détail

Maintenir des seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action

Maintenir des seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action Maintenir des seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action Enjeux Fiche 1 À partir du 1 er janvier 2010, les entreprises et les établissements employant au moins 50 salariés risquent

Plus en détail

Risques, catastrophes, crises : vers d autres logiciels

Risques, catastrophes, crises : vers d autres logiciels Risques, catastrophes, crises : vers d autres logiciels Patrick Lagadec De façon régulière, la France est touchée par telle ou telle catastrophe, d origine «naturelle» ou non. Des missions d enquête sont

Plus en détail

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS Synthèse des débats rédigée par : 26 janvier 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Poitiers, le 26 janvier 2012,

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

Les exigences de la norme ISO 9001:2000 1.1 La gestion des ressources humaines

Les exigences de la norme ISO 9001:2000 1.1 La gestion des ressources humaines Introduction Les ressources humaines (RH) sont souvent considérées comme des fonctions de support, voire comme à l origine de certains surcoûts. Pour cela dans de nombreuses entreprises de taille moyenne

Plus en détail

RP1 / Mutualisation, territorialisation, réforme territoriale : quelles opportunités pour une gestion innovante des ressources humaines?

RP1 / Mutualisation, territorialisation, réforme territoriale : quelles opportunités pour une gestion innovante des ressources humaines? RP1 / Mutualisation, territorialisation, réforme territoriale : quelles opportunités pour une gestion innovante des ressources humaines? Animatrice : Ancienne élève administrateur territorial INET-CNFPT,

Plus en détail

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Confédération des Organisations Familiales de l Union européenne Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Commentaire général Le premier

Plus en détail

LE COACHING ET LE TEAM BUILDING. Une mode ou une tendance lourde?

LE COACHING ET LE TEAM BUILDING. Une mode ou une tendance lourde? LE COACHING ET LE TEAM BUILDING Une mode ou une tendance lourde? «Il faudrait en France un coach pour cinquante habitants!» Vincent Lenhardt I. De nouveaux accompagnements pour les mutations actuelles

Plus en détail

LES PRATIQUES D EVALUATION DE LA PERFORMANCE AU SEIN DES ORGANISMES FAISANT APPEL A LA GENEROSITE DU PUBLIC

LES PRATIQUES D EVALUATION DE LA PERFORMANCE AU SEIN DES ORGANISMES FAISANT APPEL A LA GENEROSITE DU PUBLIC LES PRATIQUES D EVALUATION DE LA PERFORMANCE AU SEIN DES ORGANISMES FAISANT APPEL A LA GENEROSITE DU PUBLIC Octobre 2008 Mesurer son efficacité, évaluer son efficience, donner à voir l impact de ses actions

Plus en détail

LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE

LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE réseau PLURIDIS LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE COACHING 1. ANALYSER LA DEMANDE, UNE ACTION DE COACHING A PART ENTIERE Dans la relation de coaching, l étape de l analyse de la demande représente

Plus en détail

Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur

Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur Thierry WIEDEMANN-GOIRAN Frédéric PERIER François LÉPINEUX Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur Préface de Frédéric Tiberghien Président de l ORSE (Observatoire sur

Plus en détail

LE PROJET EDUCATIF L ACCUEIL QUOTIDIEN DU JEUNE ENFANT A LA MAISON DE LA PETITE ENFANCE. Sommaire. 1 - Les principes... 2

LE PROJET EDUCATIF L ACCUEIL QUOTIDIEN DU JEUNE ENFANT A LA MAISON DE LA PETITE ENFANCE. Sommaire. 1 - Les principes... 2 LE PROJET EDUCATIF L ACCUEIL QUOTIDIEN DU JEUNE ENFANT A LA MAISON DE LA PETITE ENFANCE Sommaire 1 - Les principes... 2 2 - Les objectifs... 3 A - Favoriser la conciliation Vie familiale Vie professionnelle...

Plus en détail

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 La CONFEMEN a adhéré à l initiative «l Éducation avant tout» du Secrétaire général

Plus en détail

Qui doit s occuper du suivi et de l évaluation?

Qui doit s occuper du suivi et de l évaluation? 5. Qui doit s occuper du suivi et de l évaluation? S occuper ne signifie pas rassembler des informations auprès de quelqu un, mais participer à la prise de décisions concernant l évaluation et à sa réalisation.

Plus en détail

ANIMER, CONDUIRE ET ACCOMPAGNER SON EQUIPE MANAGEMENT INTERMEDIAIRE

ANIMER, CONDUIRE ET ACCOMPAGNER SON EQUIPE MANAGEMENT INTERMEDIAIRE ANIMER, CONDUIRE ET ACCOMPAGNER SON EQUIPE MANAGEMENT INTERMEDIAIRE Intégrer concrètement une équipe en tant que responsable Se positionner par rapport à l équipe et à la hiérarchie Prendre conscience

Plus en détail

Pourquoi s intéresser à ses parties prenantes?

Pourquoi s intéresser à ses parties prenantes? Les parties prenantes sont des individus ou des institutions / organisations qui impactent ou pourraient être impactés par les activités, produits ou services d'une entreprise. Cela concerne une large

Plus en détail

Regroupement CPE / Intervention Gestion de conflit 1 et 2 décembre 2014

Regroupement CPE / Intervention Gestion de conflit 1 et 2 décembre 2014 Regroupement CPE / Intervention Gestion de conflit 1 et 2 décembre 2014 Objectifs : 1. Echanger en groupe autour de situations vécues de conflits 2. Eclairer les pratiques par des apports conceptuels et

Plus en détail

Le but des différents exercices

Le but des différents exercices 1 Le but des différents exercices Lire les images : Analyser une émission, c est s arracher à l illusion du direct, du spontané, de la preuve par l image, à l évidence commune et aux stéréotypes, mais

Plus en détail

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas :

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : Introduction Le CRM se porte-t-il si mal? Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : «75 % de projets non aboutis» «La déception du CRM» «Le CRM : des

Plus en détail

Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali. Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA

Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali. Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA Novembre 2007 1 Introduction Depuis la libéralisation du marché céréalier

Plus en détail

Le management au Ministère de la Défense

Le management au Ministère de la Défense Ouvrage collectif piloté par le CFMD sous la direction du général Baudouin ALBANEL Le management au Ministère de la Défense, 2004 ISBN : 2-7081-3042-0 Introduction Baudouin Albanel par le général de division

Plus en détail

!"##""" $%$ &"'$# 1. Modéliser et qualifier la relation entre les tuteurs et les formateurs

!## $%$ &'$# 1. Modéliser et qualifier la relation entre les tuteurs et les formateurs !"##""" $%$ &"'$# F.S.E. Demandé F.S.E. Accordé 1. CONTEXTE Le projet collectif relation / Entreprises par l approche compétences vise à donner une suite et créer de nouveaux liens transversaux entre les

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

Inter Amérique : Le forum des donateurs d ADRA promouvra une plus grande mise en réseau entre les sections locales de tous les pays.

Inter Amérique : Le forum des donateurs d ADRA promouvra une plus grande mise en réseau entre les sections locales de tous les pays. Inter Amérique : Le forum des donateurs d ADRA promouvra une plus grande mise en réseau entre les sections locales de tous les pays. ADRA et les leaders de l église osent pour une photo de groupe lors

Plus en détail

CQPP Encadrement d équipe

CQPP Encadrement d équipe CQPP Encadrement d équipe OBJECTIFS ET PROGRAMME ASSOCIES (23 jours) COMPETENCE 1 (2 jours) Spécifique Organiser la production sur son périmètre d activité PROGRAMME : Contenu à finaliser (JCA) module

Plus en détail

Association de Gestion des Appartements Temporaires

Association de Gestion des Appartements Temporaires Association de Gestion des Appartements Temporaires Projet associatif 2012/2015 AGATE est une association loi 1901, née en 2003 de la réflexion de la communauté soignante de l hôpital ESQUIROL (aujourd

Plus en détail

Directeur Général de l association ALIMA

Directeur Général de l association ALIMA Directeur Général de l association ALIMA L ASSOCIATION ALIMA Lors de la création d ALIMA, en juin 2009, l objectif était de produire des secours médicaux lors de situations d urgences ou de catastrophes

Plus en détail

Assurance maladie : état des lieux

Assurance maladie : état des lieux Assurance maladie : état des lieux La réforme de l Assurance maladie, annoncée pour l automne 2003, sera plus épineuse encore que celle des retraites car elle touche à la vie quotidienne de tous les Français,

Plus en détail

Guide pour la mise en place du. Registre Santé et Sécurité au Travail

Guide pour la mise en place du. Registre Santé et Sécurité au Travail Guide pour la mise en place du Registre Santé et Sécurité au Travail I. Introduction 2 II. Référent 2 III. Obligations réglementaires 2 IV. Objectifs du registre santé et sécurité au travail 3 V. Quatre

Plus en détail

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL LI Bin Résumé 1. Thème. Le droit de propriété a été l objet de réformes successives en Chine.

Plus en détail

Associer nos savoir-faire

Associer nos savoir-faire MAC-ERCI International, cabinet spécialisé en recrutement, évaluation et gestion des compétences, a été créé début 2007. En croissance depuis notre création, nous n avons de cesse de nous remettre en question

Plus en détail

Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité

Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité Réunis à Genève pour la XXX e Conférence internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, nous, membres de ladite Conférence, avons centré

Plus en détail

Mise en place d une commission régionale du vieillissement

Mise en place d une commission régionale du vieillissement Le sociographe, 9, 2002 / 91 Pierre Chabas, Françoise Vidal-Borrossi Mise en place d une commission régionale du vieillissement L exemple du Languedoc-Roussillon A l initiative du Directeur régional des

Plus en détail

Cette disposition concerne tout le monde, mais l infraction présente un caractère aggravé lorsqu elle est le fait d un agent public en mission.

Cette disposition concerne tout le monde, mais l infraction présente un caractère aggravé lorsqu elle est le fait d un agent public en mission. Fiche n 68 164 Parfois les sapeurs-pompiers, sont amenés pour porter secours à entrer par effraction soit par la fenêtre ou par la porte. Cette action est appelée «ouverture de porte». Textes de référence

Plus en détail

Déroulement des travaux. Jour 1

Déroulement des travaux. Jour 1 Atelier national sur le partage des résultats de l étude et la mobilisation des organisations de la société civile pour le lancement d une campagne de plaidoyer autour de l accaparement des terres au Cameroun

Plus en détail

CaLP ARGENT CONTRE TRAVAIL. Travailler avec les banques Guide pratique de négociation dans le cadre des transferts monétaires en situations d urgence

CaLP ARGENT CONTRE TRAVAIL. Travailler avec les banques Guide pratique de négociation dans le cadre des transferts monétaires en situations d urgence CaLP ARGENT CONTRE TRAVAIL Travailler avec les banques Guide pratique de négociation dans le cadre des transferts monétaires en situations d urgence 4 CaLP ARGENT TRAVAILLER CONTRE AVEC TRAVAIL LES BANQUES

Plus en détail

Gestion des Projets. Gestion des Projets

Gestion des Projets. Gestion des Projets 1 A N IM É E P A R M. A M M A R I IN G É N IEU R C O N S U LT A N T E N M A N A G E M E N T IN D U S TR I E L E T LOGIS T I Q U E E N S I Gestion des projets 2 Constat : développement de plus en plus répandu

Plus en détail

Pour un mode de développement citoyen qui tire parti de ses ressources pour créer des emplois et des richesses, tout en les préservant

Pour un mode de développement citoyen qui tire parti de ses ressources pour créer des emplois et des richesses, tout en les préservant CONSEIL DE DEVELOPPEMENT Conseil de Développement durable de l Agglomération boulonnaise durable de l agglomération Boulonnaise Rapport du groupe de travail DEVELOPPEMENT DURABLE Pour un mode de développement

Plus en détail

La SENIORESCENCE ACTIVE

La SENIORESCENCE ACTIVE CENTRE RESSOURCES des INITIATIVES pour le DEVELOPPEMENT de l ECONOMIE LOCALE La SENIORESCENCE ACTIVE Avec le soutien de 1 Centre d Affaires ACTIV BURO 69120 Vaulx en Velin Permanences à MEYZIEU & VENISSIEUX

Plus en détail

ÉVA LUATION M O NDIALE DE L APPLICATION PAR L UNICEF DE L APPROCHE DE LA PROGRAMMATION FONDÉE SUR LES DROITS DE L HOMME

ÉVA LUATION M O NDIALE DE L APPLICATION PAR L UNICEF DE L APPROCHE DE LA PROGRAMMATION FONDÉE SUR LES DROITS DE L HOMME EVALUATION RAPPORT REPORT D ÉVALUATION ÉVA LUATION M O NDIALE DE L APPLICATION PAR L UNICEF DE L APPROCHE DE LA PROGRAMMATION FONDÉE SUR LES DROITS DE L HOMME R a p p o r t f i n a l Vo l u m e I MARCH

Plus en détail

Modules de formations proposés

Modules de formations proposés Modules de formations proposés 1. La boîte à outils de l organisateur 2. Améliorer les performances par l approche processus 3. Réussir un diagnostic d organisation 4. Manager un projet jusqu au succès

Plus en détail

LES «JEUNES» LEUR APPORT DANS LA DEMOCRATIE LOCALE AU TRAVERS D UNE MUNICIPALITE ET LES ENJEUX EDUCATIFS QUI EN DECOULENT.

LES «JEUNES» LEUR APPORT DANS LA DEMOCRATIE LOCALE AU TRAVERS D UNE MUNICIPALITE ET LES ENJEUX EDUCATIFS QUI EN DECOULENT. LES «JEUNES» LEUR APPORT DANS LA DEMOCRATIE LOCALE AU TRAVERS D UNE MUNICIPALITE ET LES ENJEUX EDUCATIFS QUI EN DECOULENT. Gérard SERVANT, Personnel de Direction, Académie d Aix-Marseille, Docteur en Sciences

Plus en détail

Contribution Climat Energie : Un facteur de justice sociale et environnementale

Contribution Climat Energie : Un facteur de justice sociale et environnementale Communiqué de presse - Mardi 28 juillet 2009 Contribution Climat Energie : Un facteur de justice sociale et environnementale A la suite de la conférence d experts sur la Contribution Climat Energie, Michel

Plus en détail

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment Accompagner la participation des allocataires Par Marion Drouault, responsable de projets à l (Version courte) Participation et RSA : «Accompagner la l participation des allocataires» S appuyant en particulier

Plus en détail

2 Réussir son recrutement RECRUTEMENT. 5 Mobiliser ses salariés MANAGEMENT. 8 Former ses salariés EVOLUTION DES COMPETENCES

2 Réussir son recrutement RECRUTEMENT. 5 Mobiliser ses salariés MANAGEMENT. 8 Former ses salariés EVOLUTION DES COMPETENCES 1 Décider d embaucher? 2,5 jours 1,5 jour PACK 2 Réussir son recrutement RECRUTEMENT 6 jours 3 Attirer, motiver, fidéliser ses salariés 2 jours 4 Choisir son mode de management 2 jours 1 jour PACK 5 Mobiliser

Plus en détail

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques?

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Rencontre professionnelle 4 Ont participé à cet atelier : David ALCAUD,

Plus en détail

DE L INTÉRÊT DES SCIENCES HUMAINES DANS L INTERVENTION HUMANITAIRE

DE L INTÉRÊT DES SCIENCES HUMAINES DANS L INTERVENTION HUMANITAIRE DE L INTÉRÊT DES SCIENCES HUMAINES DANS L INTERVENTION HUMANITAIRE Département de management et technologie École des sciences de la gestion Université du Québec à Montréal Chronique éditoriale DE L INTÉRÊT

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

(Texte non paru au Journal officiel)

(Texte non paru au Journal officiel) Ministère de l écologie, du développement durable et de l énergie Direction générale de la prévention des risques RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Plus en détail

«La participation des jeunes autour d un événement ponctuel, et dans le contexte associatif»

«La participation des jeunes autour d un événement ponctuel, et dans le contexte associatif» «La participation des jeunes autour d un événement ponctuel, et dans le contexte associatif» Cap Berriat est une association loi 1901. A sa création, en 1964, c est un club Léo Lagrange qui propose des

Plus en détail

Envisager la vie en résidence: quand réflexions et émotions orientent notre choix

Envisager la vie en résidence: quand réflexions et émotions orientent notre choix Envisager la vie en résidence: quand réflexions et émotions orientent notre choix Contenu 03 04 06 08 13 Introduction: Est-ce le moment? Un contexte propice à la discussion Une amorce positive à la discussion

Plus en détail

Rappelons d abord l événement dans ses grandes lignes.

Rappelons d abord l événement dans ses grandes lignes. Étude de cas : Hydro-Québec et la tempête de verglas par Steve Flanagan Présenté au colloque «Les communications en temps de crise» Organisé par l Université du Québec à Montréal janvier 1999 L analyse

Plus en détail

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Principes européens et code de conduite Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Une proposition du réseau IRENE Préambule Le réseau IRENE réunit des praticiens, experts, chercheurs,

Plus en détail

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel».

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Compte Rendu Café RH Dauphine du vendredi 7 février 2014 «L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Ce compte rendu vise à

Plus en détail

Appel à projets. Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire. Développer la connaissance

Appel à projets. Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire. Développer la connaissance Appel à projets 2011 Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire En partenariat avec le ministère de l Éducation nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative Avec

Plus en détail

Dossier d information. DROITS RECHARGEABLES Elargissement de l accès au droit d option pour prendre en compte les difficultés d application

Dossier d information. DROITS RECHARGEABLES Elargissement de l accès au droit d option pour prendre en compte les difficultés d application DROITS RECHARGEABLES Elargissement de l accès au droit d option pour prendre en compte les difficultés d application MARS 2015 DROITS RECHARGEABLES Mars 2015 SOMMAIRE Une application problématique dans

Plus en détail

Le développement du micro crédit personnel (MCP) : une contribution à l insertion sociale

Le développement du micro crédit personnel (MCP) : une contribution à l insertion sociale Le développement du micro crédit personnel (MCP) : une contribution à l insertion sociale Résumé de l étude France Bénévolat pour la Caisse des dépôts (FCS) Auteur : Jean Beaujouan Décembre 2007 1 Présentation

Plus en détail

EEPU MOURILLON 26 rue Ernest RENAN 83000 Toulon

EEPU MOURILLON 26 rue Ernest RENAN 83000 Toulon EEPU MOURILLON 26 rue Ernest RENAN 83000 Toulon Réseau du Socle ACTIONS 2012-2013 Considération due aux élèves : -restauration de la confiance dans l élève -restauration de l estime de soi -prise en compte

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

Novembre 2013. Regard sur service desk

Novembre 2013. Regard sur service desk Novembre 2013 Regard sur service desk édito «reprenez le contrôle grâce à votre service desk!» Les attentes autour du service desk ont bien évolué. Fort de la riche expérience acquise dans l accompagnement

Plus en détail

Feuille de route régionale pour la promotion de la GPECT

Feuille de route régionale pour la promotion de la GPECT Feuille de route régionale pour la promotion de la GPECT ************ Introduction : Pourquoi cette feuille de route régionale? La promotion et le développement des démarches de GPECT se trouvent au cœur

Plus en détail

A10 AU CAS OÙ : LE RISK MANAGER, ACTEUR INCONTOURNABLE

A10 AU CAS OÙ : LE RISK MANAGER, ACTEUR INCONTOURNABLE A10 AU CAS OÙ : LE RISK MANAGER, ACTEUR INCONTOURNABLE Organisateur SIDS ALPES-MARITIMES Coordinateur Frédéric TOURNAY, responsable du pôle de compétences sapeurs-pompiers et risques majeurs, CNFPT Animateur

Plus en détail

Écouter pour ne pas s écouter parler

Écouter pour ne pas s écouter parler À PROPOS DU CONSEIL 01 Écouter pour ne pas s écouter parler Imaginez-vous entrer chez un caviste pour acheter du champagne, et qu au lieu de vous demander ce que vous voulez, le sommelier vous vante les

Plus en détail

http://jaga.afrique-gouvernance.net La gestion adaptée et inclusive des affaires publiques en Afrique

http://jaga.afrique-gouvernance.net La gestion adaptée et inclusive des affaires publiques en Afrique Compte-rendu de l'atelier 4 http://jaga.afrique-gouvernance.net La gestion adaptée et inclusive des affaires publiques en Afrique Contexte et problématique La gestion des affaires publiques en Afrique

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

05 AMIANTE : SCÉNARIO DE CRISE

05 AMIANTE : SCÉNARIO DE CRISE Un incendie se déclare dans une résidence Hlm amiantée Un incendie se déclare dans une résidence Hlm construite avant 1997. Le bailleur doit alors anticiper les risques liés à l amiante vis-à-vis des différents

Plus en détail

TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE

TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE INSTITUT CATHOLIQUE DE RENNES France LE CHAMP A EXPLORER Longtemps monopole de l univers public et associatif,

Plus en détail

Politique de communication citoyenne

Politique de communication citoyenne Politique de communication citoyenne Service des relations avec le milieu Décembre 2011 Table des matières Préambule... 3 Définitions... 3 1. Raisons d être de la politique... 4 2. Définition de la communication

Plus en détail

politique de la France en matière de cybersécurité

politique de la France en matière de cybersécurité dossier de presse politique de la France en matière de cybersécurité 20 février 2014 Contact presse +33 (0)1 71 75 84 04 communication@ssi.gouv.fr www.ssi.gouv.fr Sommaire L ANSSI L ANSSI en chiffres Le

Plus en détail

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 POUR LE MAINTIEN DU CONSEIL DES AÎNÉS Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 1 er février 2011 Réseau FADOQ Responsables

Plus en détail

CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC PARTIE 1 : LA STRUCTURE DU BUSINESS PLAN POUR LA GSVC SELON BERKELEY

CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC PARTIE 1 : LA STRUCTURE DU BUSINESS PLAN POUR LA GSVC SELON BERKELEY CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC Selon les critères de la GSVC établis par la Haas School of Business de Berkeley, à la différence d un business plan classique, un business plan social

Plus en détail

Le projet pédagogique de la FNP

Le projet pédagogique de la FNP Une association, un mouvement, n existe que parce qu il poursuit un objectif. Dans son souci d accompagner les jeunes vers son objectif, le Patro s est défini un projet pédagogique. Celuici présentera

Plus en détail

Stratégie et Plan de communication Programme National des Déchets Ménagers et Assimilés

Stratégie et Plan de communication Programme National des Déchets Ménagers et Assimilés ROYAUME DU MAROC Secrétariat d Etat chargé de l Eau et de l Environnement Département de l Environnement Stratégie et Plan de communication Programme National des Déchets Ménagers et Assimilés Note de

Plus en détail

Contribution du Collectif Logement Rhône à la préparation du PDALPD 2011 2014

Contribution du Collectif Logement Rhône à la préparation du PDALPD 2011 2014 Contribution du Collectif Logement Rhône à la préparation du PDALPD 2011 2014 Dans le cadre de la rédaction du futur Plan Départemental d Action pour le Logement des Personnes Défavorisées, le Collectif

Plus en détail