Le catering sous pression

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le catering sous pression"

Transcription

1 n 36 6 septembre 2013 PROTÉGER LA BIODIVERSITÉ PRÉJUGÉS ANTI-CHÔMEURS REPRENDRE DES ÉTUDES page 3 page 4 page 6 Hebdomadaire 71 e année Rédaction: Chaussée de Haecht, 579 B-1030 Bruxelles Éditeur responsable: C. Rolin Bureau de dépôt: Bruxelles P ISSN 0772/2427 Le catering sous pression Gate Gourmet À Bruxelles, près de personnes travaillent dans la restauration collective. Parmi elles, environ 800 (sans compter les intérimaires) sont occupées dans les cantines de la Commission européenne, du Parlement européen et du Conseil européen. Des privilégiés? Pas vraiment, car, dans ces institutions, le catering, comme le gardiennage et le nettoyage, est sous-traité selon les règles des marchés publics. Des règles qui poussent à ne tenir compte que du prix dans le choix des sous-traitants. Ce qui entraîne une hyper-concurrence entre les entreprises sous-traitantes, au détriment des conditions de travail. page 5

2 Belpress Quaregnon: le point sur sa vie Qui sommes-nous? Que voulons-nous? Que valons-nous? Reprendre confiance en soi. Apprendre à s aimer. Quelles sont nos envies personnelles, professionnelles? La recherche active d emploi, c est quoi? Rédiger des CV, des lettres de motivation efficaces. C est tout cela que propose l antenne montoise de l ASBL «SOS dépannage» à travers sa formation «En-vies». Cette formation gratuite dure trois semaines, en groupe de dix personnes. Pour en savoir plus, l association organise une séance d information ce mercredi 11 septembre. Quand? Séance d information le mercredi 11 septembre, de 10h à 12h. Formation du 7 au 25 octobre. Où? Maison de l emploi, rue de Pâturages 32, à 7390 Quaregnon. Renseignements? Tél.: (ASBL SOS dépannage) ou (Maison de l emploi). Bruxelles: cafés littéraires La Commission justice et paix lance la saison de ses cafés littéraires. Le principe est simple: chacun lit pendant l année trois livres sur des thèmes «citoyens» et «droits de l homme». Deux réunions sont consacrées à chaque livre lu. L idée est de se confronter à la lecture de l autre, de s appuyer sur la subjectivité de chacun pour entrer dans le texte et mieux s en imprégner. Chacun prend la parole à son tour; ensuite, la discussion est lancée. Deux animateurs apportent leur soutien à chacun des groupes. Il ne s agit pas de faire une étude littéraire du livre, mais de raconter son voyage avec ce livre et son lien avec le thème. Les groupes se réunissent à Bruxelles six soirs par an. Sur le mode de l auberge espagnole, chacun est libre d amener boissons et autres en-cas à partager avec le groupe. La démarche ne s adresse pas aux experts en littérature, ni aux grands universitaires, mais simplement à ceux qui aiment la lecture et qui désirent aller plus loin dans leur démarche intellectuelle, partager, discuter, confronter. Quand? Réunion de lancement ce mardi 10 septembre à 19h30. Ensuite six fois par an à 19h30. Où? Commission justice et paix, rue Maurice Liétart 31, à 1150 Bruxelles. Renseignements? Courriel: Tél.: Internet: Liège: oser la diversité en entreprise La fédération CSC de Liège-Huy-Waremme organise une «Journée de la diversité» ouverte à tous. La matinée sera consacrée à des échanges et réflexions en ateliers. Thèmes proposés, au choix: travail et handicap, l Islam au travail, les discriminations de genre, la gestion des âges (CCT 104), argumentaire pour lutter contre les discriminations, déconstruire les stéréotypes et préjugés à l égard des migrants, et analyse transversale de la gestion de la diversité en entreprise. La suite du programme est plus festive, avec un barbecue parfumé aux saveurs du monde, suivi d un concert du groupe U-Percut. Inscription au plus tard ce lundi 9 septembre. Quand? Le vendredi 20 septembre, de 8h30 à 16h. Où? Fédération CSC de Liège-Huy-Waremme, boulevard Saucy 10, à 4020 Liège. Renseignements et inscription? Secrétariat PPI, boulevard Saucy 10, à 4020 Liège. Courriel: Journées du patrimoine Ce week-end des 7 et 8 septembre, les Journées du patrimoine ouvriront les portes de 434 sites en Wallonie, rassemblés sous le thème du patrimoine extraordinaire. Il sera possible de visiter tous les monuments classés «patrimoine mondial» par l Unesco, à l instar de la cathédrale de Tournai. Le patrimoine culturel immatériel sera également à l honneur avec les géants et les dragons de Wallonie, les Gilles de Binche ou les marches de l Entre-Sambre-et-Meuse. Mais aussi des sites inédits comme le tumulus d Hottomont (Ramillies) ou le château de Vervoz (Clavier). Cette balade hors des sentiers battus permettra par ailleurs de découvrir des recoins habituellement fermés au public, comme la maison Jacquet à Rochefort, et d admirer des bâtiments récemment restaurés, parmi lesquels la ferme-château et la tour d Izier. à Bruxelles, les Journées du patrimoine sont organisées une semaine plus tard, les 14 et 15 septembre, avec pour thème «Bruxelles m as-tu vu?». Une thématique permettant de mettre à l honneur les lieux qui ont animé et animent toujours la capitale, les cafés, restaurants et salles de spectacle où l on aimait se montrer dans ses plus beaux habits, se promener, boire un verre ou assister à une première. Epinglons le café Greenwich, récemment restauré; l hôtel du gouverneur de la Banque nationale, rarement accessible; ou encore l univers oriental de l ancien cinéma Aegidium, à Saint-Gilles, unique dans le panorama bruxellois. Où? 434 sites en Wallonie et 114 à Bruxelles. Quand? Les 7 et 8 septembre en Wallonie. Les 14 et 15 septembre à Bruxelles. Renseignements? Brochure gratuite disponible dans les Maisons du tourisme et sur demande aux téléphones verts 0800/ (Wallonie) et 0800/ (Bruxelles). A Bruxelles, point d information dans les Halles Saint-Géry. Internet: (Wallonie) et santé et au grand public. Il y sera question de méditation, d alimentation équilibrée, de prise de risques, de solidarité, de formation et de chômage, ou encore de l engagement d Amnesty pour la santé des citoyens belges. La part belle sera faite à des rencontres avec des écrivains belges qui abordent un thème en rapport avec la santé. L objectif est de faire se rencontrer leur point de vue personnel, subjectif et poétique avec celui des professionnels et de citoyens sensibilisés à la problématique. Premier rendez-vous ces 10 et 12 septembre avec Stéphane Lambert pour un entretien mené par un autre écrivain, Karel Logist. Le livre de Stéphane Lambert est intitulé «Mon corps mis à nu» (Les Editions Nouvelles). Il y est question de l histoire parfois douloureuse du corps, d identité sexuelle et d amour. Parmi les lecteurs: le psychologue Bruno Humbeeck et l association «Tels quels jeunes». Christine Mordant, comédienne et animatrice, assurera une lecture de larges extraits. Inscription gratuite indispensable. Sandwich offert. Quand et où? Le mardi 10 septembre au Domaine provincial du Bois d Havré, rue de Saint-Antoine 1, à 7021 Havré. Le jeudi 12 à l Institut des arts et métiers, salle Alexandre André, rue Paul Pastur 1, à 7100 La Louvière. Renseignements et inscription? Tél.: ou Courriel: Saison complète sur Bruxelles: le réalisme dans les relations internationales Aux enseignants, aux acteurs de la société civile et aux citoyens désirant mieux comprendre les relations et les conflits internationaux, l ASBL Coordination nationale d action pour la paix et la démocratie (CNAPD) propose une formation gratuite d une journée intitulée «Le réalisme dans les relations internationales». Cette formation s articulera autour de grilles d analyse. La géopolitique mondiale contemporaine, à travers l analyse de la situation des grandes puissances, fera l objet d une attention particulière. La formation alternera apports de contenu, débats en séance plénière, mises en situation concrètes et moments de travail en groupes. La réflexion autour d outils pédagogiques permettra de dégager des pistes d exploitation avec différents publics. La mixité du groupe constitue la richesse de la formation, grâce à l échange d expériences des participants. Quand? Le samedi 14 septembre, de 9h à 16h. Où? CNAPD, chaussée de Haecht 51, à 1210 Bruxelles. Renseignements et inscription? Tél.: Courriel: Han-sur-Lesse: le monde des champignons Ce dimanche 8 septembre, jour de la traditionnelle brocante de Han-sur-Lesse, le gîte d étape «Entre Pierres et Rivières» propose une exposition de champignons, mise en scène dans un décor forestier. Deux mycologues (spécialistes des champignons) seront présents pour répondre aux questions des visiteurs. La veille, les plus passionnés pourront aussi accompagner des spécialistes sur le terrain pour récolter les champignons, déterminer les variétés et participer au montage de l exposition en soirée. L accès à l exposition est libre et gratuit, mais la participation aux animations du samedi suppose une inscription préalable, le nombre de places étant limité. Quand? Récolte et montage de l exposition ce samedi 7 septembre à partir de 10h (sur réservation). Exposition ce dimanche 8 septembre, de 9h à 18h (accès libre). Petite restauration à base de champignons de 11h30 à 18h. Où? Gîte d étape-centre de rencontre et d hébergement «Entre Pierres et Rivières», rue du Gîte d étape 10, à 5580 Han-sur-Lesse. Participation? 20 euros pour les animations du samedi, repas chaud du soir compris (prévoir son pique-nique le midi). Accès libre et gratuit à l exposition dimanche. Renseignements et réservation? Tél.: Courriel: Belpress Havré et La Louvière: «Mon corps mis à nu» Les «Midis santé du Bois d Havré» redémarrent. Sous la houlette de l Observatoire de la santé du Hainaut, du Réseau louviérois de lecture publique et du Service audiovisuel provincial, ce programme s adresse à la fois aux professionnels de la Tirage moyen : exemplaires Rédaction : chaussée de Haecht, 579 BP 10 B-1031 Bruxelles (Belgique) Tél : Fax : Pour obtenir votre correspondant, faites le 02/246 suivi des quatre chiffres indiqués. Abonnements et Poste: Marleen Verlee (3281) (pas le mercredi), Chef du service presse : Marie-Ange Foret (3291), Secrétaire de rédaction : Daniel Dellisse (3287), Rédaction : Danièle Ernotte (3289), Anne-Marie Pirard (3290), Donatienne Coppieters (3283), MEP : Patricia Martin (3297) - Éditeur : Confédération des syndicats chrétiens (CSC) Imprimerie : Corelio Nevada-Nimifi - Anderlecht Suivez-nous sur facebook.com/lacsc 2 l 6 septembre 2013 l l info n 36

3 Belpress Un besoin vital de biodiversité Avec les changements climatiques, la protection de la biodiversité constitue un des deux défis majeurs que l humanité doit relever au XXI e siècle. Un défi qui est aussi l affaire des entreprises. Les papillons des prairies en déclin La moitié des papillons des prairies ont disparu en vingt ans en Europe, selon l Agence européenne de l environnement. Sur dix-sept espèces étudiées, huit ont décliné (dont l Argus bleu), deux sont restées stables (comme l Aurore) et une a augmenté. Pour huit espèces (comme l Hespérie du chiendent), la tendance est «incertaine». L agriculture intensive est à l origine de ce déclin, ainsi que l abandon de terres dans des régions montagneuses, où les prairies se transforment peu à peu en broussaille ou en bois. Dans certaines régions du nord-ouest de l Europe, les papillons des prairies n ont plus comme espace que les bords de route, des voies ferroviaires ou encore les zones urbaines. Espèces menacées en Wallonie En Wallonie, 31% des espèces étudiées sont menacées, et près de 9% ont déjà disparu. Sur la liste des espèces en danger: les hirondelles, les chauves-souris, les coccinelles indigènes, les coucous, les alouettes, les moineaux, les loutres, les grenouilles, les papillons, les chouettes chevêches, les vipères péliades, les perdrix grises, Votre jardin labellisé «Maya» En Wallonie, 350 espèces sauvages d abeilles et de bourdons permettent la fécondation et la reproduction de plus de 80% des espèces végétales. Un tiers de l alimentation humaine et trois quarts de nos cultures agricoles dépendent de la pollinisation par l intermédiaire des insectes. Pour les protéger, la Wallonie a lancé en 2011 le Plan Maya. Celui-ci s adresse aux communes et aux provinces, mais aussi aux particuliers. Férus de jardinage ou novices peuvent agir en faveur des insectes pollinisateurs dans leur propre jardin. Le jardinier «Maya» s engage, par le biais d une charte, à respecter deux choses toutes simples: ne plus utiliser de pesticides au jardin et semer 10m 2 (au moins) de pré fleuri. Plus d infos sur Plus d infos Pour en savoir plus sur ce sujet, lire la fiche «Entreprise & environnement. Balises pour une action syndicale durable» n 5 intitulée «La sauvegarde de la biodiversité, un enjeu majeur pour l humanité» éditée par le Réseau intersyndical de sensibilisation à l environnement (Rise). Disponible sur Plus d infos également auprès des groupes interprofessionnels «environnement» de la CSC de Charleroi-Sambre et Meuse et de la CSC de Liège-Huy-Waremme L homme moderne est un loup pour la flore et la faune! Sur l ensemble de la planète, 60% des milieux naturels ont été dégradés au cours des cinquante dernières années. Et les experts estiment que, à politique inchangée, d ici 2050, 25 à 50% des espèces auront disparu. Une crise biologique majeure qui fait apparaître que la biodiversité n est pas un amalgame d espèces, mais un tissu qui pourrait lâcher si le maillage devenait trop faible, entraînant des risques inattendus et considérables pour l humanité Comment enrayer cette dégradation de la biodiversité? Le sujet a été abordé dès 1992 au Sommet de la Terre de Rio, puis dix ans plus tard au Sommet mondial sur le développement durable de Johannesburg. En 2010, à Nagoya, au Japon, un accord international a été conclu. Mais, malgré l urgence, la prise de conscience tarde à se réaliser L affaire des entreprises aussi De plus en plus de citoyens, mais aussi d entreprises, commencent toutefois à intégrer cette dimension. En mai dernier, pour partager leurs expériences et faire avancer la sensibilisation, les groupes «environnement» des fédérations CSC de Charleroi et de Liège ont organisé une tableronde sous l égide de la cellule Rise (Réseau intersyndical de sensibilisation à l environnement), au cours de laquelle divers délégués syndicaux et représentants d entreprise ont témoigné de leurs actions. Exemple: chez Swift, à La Hulpe, une entreprise active dans le secteur du transfert de données interbancaires. En raison de sa situation dans une zone très verte, près du domaine Solvay, cette société prête une grande attention à son environnement. En 2010, une prairie fleurie a été réalisée et des ruches ont été implantées avec le concours d apiculteurs locaux. Un travail d inventaire ornithologique et mycologique a également été réalisé, et un projet de plantation d un verger conservatoire est en cours, en collaboration avec la faculté de Gembloux. Des mesures qui vont dans le sens de ce que préconisent les experts. Car pour maintenir la biodiversité, créer des réserves naturelles ne suffit pas. Il s agit aussi de créer un «maillage vert» pour que les espaces communiquent. A cet égard, les zonings et les parcs d entreprises ont aussi un rôle très important à jouer pour la préservation de certaines espèces et de certains milieux. Certains d entre eux (comme Crealys, en province de Namur) l ont déjà compris et on espère que beaucoup suivront cet exemple Mais le souci de la biodiversité ne se limite pas aux espaces verts, loin de là. Car la biodiversité est menacée par la nature même de l activité industrielle et par les consommations des entreprises. Pour celles-ci, une «gestion durable» implique des économies d énergie et de matières premières, une réduction des déchets et des rejets polluants, la mise en œuvre d une politique d achat et de transport durable, le développement de produits et procédés plus respectueux de l environnement, etc. Tout un programme qui s est concrétisé chez Swift, ont expliqué les délégués syndicaux, par un programme drastique d économie d énergie, par une panoplie d initiatives en matière de mobilité durable, ou encore par un partenariat avec un producteur local qui permet au personnel de commander des paniers bio et manger sain dans l entreprise. Dans un tout autre registre, l EFT (entreprise de formation par le travail) AID Soleilmont de Monceau-sur- Sambre a également orienté ses activités (l insertion professionnelle de demandeurs d emploi dans le jardinage) vers le développement de la biodiversité. Cette EFT s est en effet spécialisée dans diverses techniques spécifiques d aménagement d espaces verts. Citons les prés fleuris (qui nécessitent peu d entretien et qui permettent le développement d un biotope pour papillons, abeilles, oiseaux ), les hôtels à insectes (utiles dans la lutte contre les nuisibles et pour favoriser la pollinisation), les toitures végétales (qui assurent un confort phonique et thermique), les murs en pierre sèche et gabions (une valorisation de notre patrimoine naturel qui favorise le drainage et qui sert de repaire aux insectes et rampants), les systèmes de dallage ou de pavage qui permettent l absorption de l eau, ou encore les pièces d eau naturelles et lagunages (qui filtrent les eaux usées et favorisent le développement de la flore et de la faune aquatiques). Toute une batterie de techniques nouvelles ou redécouvertes qui contribuent à préserver la biodiversité et ouvrent des horizons professionnels Transition juste On le sait: notre modèle actuel de production et de consommation mène à des impasses sociales et environnementales. Le chemin est encore long pour une «transition juste» vers une société plus économe, plus sobre en ressources, riche en emplois décents peu délocalisables. Mais c est le même chemin qui nous conduira à enrayer l extinction de masse des espèces vivantes, un phénomène qui risque d être fatal aussi à l humanité. La protection de la biodiversité, loin d être anecdotique, est sans doute la porte d entrée et la raison d être de toutes les politiques environnementales à venir! l D.E. l info n 36 l 6 septembre 2013 l 3

4 TRAVAILLEURS Travailleurs sans emploi Combattre les préjugés «toxiques» Depuis un an et demi, les Travailleurs sans emploi de la CSC font campagne pour démonter les préjugés et dénoncer les mesures anti-chômeurs. Le 17 octobre, à Mouscron, ils organisent une journée de mise en commun ouverte à tous. «Les préjugés nuisent gravement à la perception de la réalité.» La phrase encadrée d un filet noir, sur les affiches et dépliants édités par les Travailleurs sans emploi (TSE) de la CSC, fait évidemment penser à la funèbre mention apposée sur les paquets de cigarettes. Et ce n est pas par hasard: pour les TSE, les préjugés «chômeurs profiteurs» ou «chômeurs fainéants» sont réellement dangereux. «Ces préjugés polluent de plus en plus le discours politique dominant et se traduisent en mesures qui s attaquent aux chômeurs sans s attaquer au chômage» répètent depuis plus d un an les TSE. Et de citer: la dégressivité des allocations de chômage, la limitation des allocations d insertion dans le temps, le renforcement de l activation Avec la dernière mesure en date (un système de double évaluation durant le stage d insertion, au 7 e et au 11 e mois), on peut en effet s attendre à une nouvelle vague de sanctions. Depuis un an et demi, les TSE mènent campagne pour démonter ces préjugés et lutter contre cette déferlante de mesures anti-chômeurs. Dans toutes les régionales, des Un an et demi de campagne dans le rétroviseur Janvier Les TSE distribuent une «carte de vœux anti-chômeurs» pour dénoncer les mesures annoncées par le gouvernement Papillon: durcissement des contrôles, diminution et limitation dans le temps des allocations 16 janvier Rassemblement devant la Bourse de Bruxelles. Sans-emploi, jeunes et pensionnés distribuent une soupe populaire aux passants pour dénoncer la précarisation généralisée du marché du travail. 27 janvier Les TSE décernent par communiqué un «carton rouge» à la ministre de l Emploi suite à ses propos dans «La Libre Belgique» et notamment sa conviction «qu il y a suffisamment d emplois pour tout le monde». Février Présentation du documentaire «Chômeurs malgré eux». Plusieurs sans-emploi, entre autres des militants TSE de Charleroi, décrivent leur vie. Des témoignages nuancés qui font contrepoids aux préjugés souvent véhiculés sur les chômeurs. 19 mars Une centaine de TSE marchent du service «chômage» de la CSC jusqu au CPAS de Liège pour «symboliser la démarche que beaucoup d entre eux risquent de faire d ici trois ans». Rien que pour les affiliés CSC de la région liégeoise, on estime que personnes passeront du chômage au CPAS à l horizon avril A Bruxelles, rencontre des TSE avec la ministre De Coninck. Trois cents personnes venues de tout le pays pour faire part de leurs craintes et attentes à une ministre de l Emploi qui est repartie avec une brouette de messages d encouragement à ne pas mener de politique «anti-chômeurs». Jürgen Doom 19 juin Grosse mobilisation des TSE à Bruxelles. En Région bruxelloise, environ personnes et leurs familles seront touchées par les mesures de dégressivité des allocations de chômage. Les manifestants ont marché de l Onem au CPAS et offert à Yvan Mayeur, président du CPAS de Bruxelles, un «bottin» symbolisant les victimes des mesures gouvernementales en matière de chômage. 16 octobre A Charleroi, 350 militants TSE se réunissent pour une journée de «lancement» contre les préjugés «toxiques». Tous les groupes régionaux de TSE s engagent à développer différents supports d expression destinés à médiatiser le vécu réel des sans-emploi. Au cours de cette journée, une centaine de manifestants CSC (dont quelques-uns déguisés en singes) distribuent des arachides aux passants du centre-ville carolo. Une action au ton décalé sur le thème «Ils ne nous laissent que des cacahuètes» 25 octobre Comme leurs homologues des autres villes, les TSE de Verviers déambulent dans les rues qui séparent le CPAS de l Onem verviétois. Une marche de plus contre la pauvreté et l exclusion 14 décembre Via les colonnes de «L Info» et via le site internet de la CSC, les TSE lancent un appel aux témoignages. Plusieurs dizaines de personnes sans emploi enverront le récit de ce qu est, au jour le jour, leur vie de chômeur. outils et actions ont été mis sur pied (voir ci-dessous). Le 17 octobre prochain, à Mouscron, les TSE organisent une journée de mise en commun ouverte à toutes et tous. Une journée faite de solidarité, de convivialité, d échanges, de spectacle Une journée pour faire le plein de contacts, de revendications et de projets Bienvenue à toutes les personnes intéressées! l Renseignements et inscription à la journée de mise en commun auprès des permanents régionaux des TSE. Ou par courriel: 28 février Un groupe de TSE hennuyers organise à Mons et La Louvière un «jugement en place publique», spectacle haut en couleur durant lequel un chômeur emprisonné dans un «carcan» est emmené en place publique pour entendre les chefs d accusation à son encontre: «coupable» d être trop jeune, trop vieux, d avoir perdu son emploi suite à une délocalisation, de ne pas avoir de véhicule, etc. 8 mai Dans les rues de Marche-en-Famenne, avec humour et autodérision, les TSE disent haut et fort «nuts au populisme». Une action qui s est clôturée par une rencontre avec plusieurs mandataires politiques régionaux. A un an des élections, les TSE espèrent amorcer un dialogue avec les partis démocratiques en vue d un changement de cap. l Dix demandeurs d emploi prennent la parole «En plus de mon exclusion du marché de l emploi, je me vois condamné socialement, jusque dans mon cercle familial.» «Je vis le fait d être sans emploi comme une véritable punition.» «Je n en peux plus de cette réponse: Vous ne correspondez pas exactement au profil recherché.» «On a autant de chances d être choisi que de gagner au Lotto.» N N à l emploi % AVEC VOUS! N100% AVEC VOUS! SANS EMPLOIN TRAVAILLEURS 100% AVEC VOUS! 100% AVEC VOUS! SANS EMPLOI des préjugés NE NOUS TROMPONS PAS DE CIBLE! A contre-courant des préjugés anti-chômeurs 10 demandeurs d emploi prennent la parole En , les Travailleurs sans emploi (TSE) de la CSC ont mené une campagne pour mettre en avant la réalité et les difficultés vécues par les demandeurs d emploi. Par voie de presse, ils ont fait appel aux témoignages. Objectif: battre en brèche ces préjugés nauséabonds sur les chômeurs soi-disant profiteurs, fainéants, bons à rien, etc. Qu il s agisse de recherches d emploi désespérées ou de fins de mois difficiles, ils ont reçu des quantités de témoignages. Dix d entre eux ont été sélectionnés et publiés sous forme de brochure. Ces personnes, à travers leur témoignage, démontrent que les mesures actuelles confondent lutte contre le chômage et lutte contre les chômeurs. Et qu il est temps de changer de cap Pour obtenir cette brochure, s adresser aux permanents TSE dans les fédérations régionales de la CSC, ou par courriel au secrétariat national des TSE: L Info 4 l 6 septembre 2013 l l info n 36

5 Restauration collective Institutions européennes: les travailleurs sous pression La CSC-Alimentation et services dénonce les conditions de travail chez les sous traitants en charge des restaurants de la Commission, du Parlement et du Conseil. À Bruxelles, un peu moins de personnes travaillent dans la restauration collective, une activité qui relève de la commission paritaire 302. Parmi elles, environ 800 (sans compter les intérimaires) sont occupées dans les restaurants et cafétérias de la Commission européenne, du Parlement européen et du Conseil européen. Des privilégiés? Pas vraiment, car, dans ces institutions, le catering, comme le gardiennage et le nettoyage, est sous-traité selon les règles des marchés publics. Des règles dont la logique pousse à ne tenir compte que du prix dans le choix des sous-traitants. Ce qui conduit à une hyper-concurrence entre ces firmes sous-traitantes, au détriment de la qualité et des conditions de travail. «Depuis plus de dix ans, ce problème ne fait qu enfler, dénonce Patrick Vanderhaeghe, secrétaire de la CSC-Alimentation et services. La situation est devenue telle que, pour décrocher le marché, ces sous-traitants sont obligés de brader leurs prix, ce qui engendre des pressions énormes sur le personnel, des conditions de travail parfois exécrables, ainsi que pas mal de chômage économique, voire des licenciements.» Tout cela pour permettre au personnel des institutions européennes (pas spécialement les plus mal lotis) de bénéficier d un plat du jour à 3 euros (le montant fixé par la Commission européenne dans son dernier appel d offres) «Comment oser parler d Europe sociale, alors que, dans nos propres institutions européennes, le social n existe plus» dénonce David Cosard, délégué CSC et responsable pour la société de catering Compass au Berlaymont. A partir du 1 er janvier prochain, dans les bâtiments de la Commission, trois sociétés (deux italiennes et une belge) Au cœur du catering aérien Savez-vous d où proviennent les plateaux-repas servis dans les avions? Ce ne sont en tout cas pas les hôtesses ou les stewards qui les préparent, mais des sociétés de catering restées sur le plancher des vaches. Gate Gourmet est une de ces entreprises. Située à côté de l aéroport de Zaventem, elle livre des repas à plusieurs compagnies aériennes et ferroviaires. Tous les jours de la semaine Cuisine, transport, logistique, administration: en tout, 260 travailleurs s activent tous les jours de la semaine. Lucien Van Son est chef de l équipe «store» (stock). Il gère notamment les commandes et la réception des denrées alimentaires. «Notre journée commence à 4h par le remplissage des réserves, car la cuisine ouvre à 5h. Lorsque les plats sont prêts, nous les plaçons dans des frigos où ils sont rapidement refroidis, afin de mieux les conserver. Ensuite, nos chauffeurs vont déposer ces plateaux dans les avions. L ensemble du processus ne peut prendre plus de 24 heures.» Dans les cuisines subdivisées en classes (business, première et économique), les travailleurs changent régulièrement de département afin d améliorer leur polyvalence. «Certains clients ont parfois des exigences un peu particulières, confie Luc Celis, chauffeur. Il nous est se partageront les services de restauration collective (soit 12 restaurants, 38 cafétérias, 1 brasserie, 8 espaces de petite restauration et 1 restaurant à la carte). Le dernier appel d offres a en effet scindé le marché en trois lots. «Les grandes sociétés de catering présentes en Belgique n ont même pas pris la peine de répondre, de peur de perdre trop d argent. Celles qui ont été retenues risquent de travailler à perte, et on imagine bien les conséquences pour le personnel: travail stressant dans des infrastructures pas toujours adaptées, réductions d emplois et retour en arrière pour la santé des travailleurs. Sans compter que cette stratégie revient aussi à diviser pour mieux régner. L unité syndicale qu on avait encore jusqu il y a quelques années est fort affaiblie. L interdiction de faire grève est un mot d ordre qui fait peur» affirme David Cosard. Même son de cloche au Parlement: «On doit toujours faire plus avec moins de personnel. On recourt beaucoup trop au chômage économique. Nous connaîtrons un nouvel appel d offres l an prochain. On a peur de ce qui nous attend» explique Fabienne Cantaert, déléguée CSC chez Sodexho. Jusqu ici, les parlementaires européens et autres responsables sont restés indifférents aux nombreuses interpellations de la CSC. Ces 5 et 6 septembre, l Union internationale des travailleurs de l alimentaire (Uita) organise son congrès annuel. La délégation belge en profitera pour interpeller l organisation sur la situation des travailleurs des institutions européennes. Une recommandation sera soumise aux participants afin que l Uita agisse à son niveau. l D.E. Chez Gate Gourmet, les horaires varient en fonction de la demande. Gate Gourmet Focus focus Nouveau groupe «migrants» à Charleroi Vous vous intéressez aux questions de racisme et de discrimination, et vous avez envie d agir? La participation politique, le permis de travail ou les préjugés à l égard des étrangers sont des questions qui vous touchent? Vous avez envie de partager votre parcours d immigré? Alors, rejoignez le groupe «migrants» que relance la CSC de Charleroi-Sambre & Meuse. Ce groupe est ouvert à tous, actifs ou non actifs, Belges ou étrangers. Il se réunira une fois par mois et sera animé par Marlène Henrotte, permanente interprofessionnelle. Première réunion le 12 septembre à 17h30 dans les locaux de la CSC, rue Pruniau. Plus d infos? Tél.: Courriel: l Les droits des jobistes Cet été, les Jeunes CSC ont mené des actions d information et de sensibilisation sur les droits des jobistes. Les Jeunes CSC ont insisté sur l importance d avoir un contrat de travail. Ils s opposent par ailleurs à la flexibilisation de la législation. La fausse bonne idée de passer de 50 jours de travail étudiant à 100 demi-jours n est avantageuse que pour les employeurs. Ces actions ont également permis de sensibiliser aux questions de sécurité sociale. Après la suppression de la discrimination salariale en fonction de l âge obtenue début 2013, les Jeunes CSC veulent se mobiliser sur le salaire garanti en cas de maladie, sur le paiement des jours de congé légaux, et sur la prise en compte des mois prestés dans le calcul du stage d insertion professionnel et de la pension. l La désobéissance civile Les 6 et 7 juillet, les Jeunes CSC de Bruxelles et de Verviers se sont réunis à Villers-Sainte-Gertrude pour se former à la désobéissance civile. Dès notre plus jeune âge, nous apprenons à obéir; devenus des adultes sages et responsables, nous n apprenons plus à désobéir. Sous cet angle, la désobéissance civile et l action directe non violente deviennent des outils impertinents, pacifiques et créatifs pour atteindre des objectifs. Dans le passé, des personnalités comme Gandhi, Martin Luther King ou Hannah Arendt y ont eu recours. Aujourd hui, la désobéissance civile prend différentes formes: «street art», «urban climbing», «flash mob» engagé, antipub artistique, sit-in costumé «Une source d inspiration», estime Nancy Debey, permanente Jeunes CSC de Verviers. l déjà arrivé de devoir aller chez le boulanger chercher des tartes aux fraises fraîches.» Régulièrement, les compagnies aériennes demandent à Gate Gourmet de changer de menu. De nouveaux plats sont alors présentés au client qui choisit le menu qui sera proposé aux passagers pour la période à venir. «Les compagnies aériennes essaient toujours d obtenir plus pour moins cher. En tant que clients, ils sont les rois, mais cela devient parfois très difficile car la concurrence est rude et la pression constante», insiste Lucien Van Son. éviter le chômage économique Lorsque l entreprise perd un client, ce sont plusieurs vols par jours qui tombent. L entreprise doit alors réaménager sa production. «Les délégués syndicaux essaient d éviter au maximum le recours au chômage économique, explique Luc Celis. Nous aménageons les horaires en fonction de la demande. En été, avec les vols charters, la demande est plus forte, et donc les travailleurs sont plus sollicités. Ils récupèrent leurs heures en hiver. In fine, tout s équilibre.» l l info n 36 l 6 septembre 2013 l 5

6 Chômage Dispense de disponibilité pour reprendre des études À certaines conditions, les demandeurs d emploi peuvent obtenir une dispense de disponibilité pour reprendre des études préparant à des professions en pénurie de main-d œuvre. Vous êtes chômeur complet indemnisé, vous avez terminé depuis deux ans au moins vos études ou votre apprentissage, et vous ne disposez pas encore d un diplôme de fin d études de l enseignement supérieur (sauf dérogation). Si vous remplissez ces conditions (1), vous pouvez obtenir une dispense de disponibilité pour reprendre des études de plein exercice qui préparent à des professions pour lesquelles il existe une pénurie significative de main-d œuvre. Cette liste est dressée annuellement par l Onem. En voici la version valable pour l enseignement francophone, année scolaire ou académique Enseignement secondaire supérieur technique ou professionnel Toutes les subdivisions de l enseignement technique ou professionnel en rapport avec les domaines suivants: boucher; chauffeur poids lourds (uniquement pour les chômeurs domiciliés dans la Région de Bruxelles-capitale); climatisation, installations de réfrigération et de chauffage; conducteur d engins de chantier; construction (peu importe la spécialité: vitrier, marbrier placeur, parqueteur, monteur en structures métalliques, ); cuisinier; dessinateur en construction; électricité, installations électriques; électronique ICT; infirmier (peu importe la spécialité); informatique; mécanique, électromécanique; pâtissier-boulanger; puéricultrice (uniquement pour les chômeurs domiciliés dans la Région de Bruxelles-capitale); techniques de transformation du métal et constructions métalliques (peu importe la spécialité: tourneur-ajusteur, outilleur, tôlier, chaudronnier, conducteur-régleur, tuyauteur, ); travail du bois (peu importe la spécialité: menuisier, scieur ). Enseignement supérieur professionnalisant assistant social (uniquement pour les chômeurs dépendant de la Communauté germanophone); bachelier agrégé de l enseignement secondaire inférieur: langues germaniques, mathématiques, français, sciences (biologie, physique, chimie), sciences humaines (géographie, histoire, sciences sociales) et sciences économiques; bachelier agrégé de l enseignement secondaire inférieur: cours techniques; éducateur (uniquement pour les chômeurs dépendant de la Communauté germanophone); enseignement technique supérieur (peu importe la spécialité: mécanique, électromécanique, électricité, électronique, ); infirmier (peu importe la spécialité, y compris bachelier-accoucheuse); informatique (peu importe la spécialité); instituteur primaire (le cycle complet ou la formation de réorientation pour les instituteurs préscolaires visant à acquérir le titre d instituteur primaire); instituteur maternel. Enseignement supérieur: baccalauréat et master (deux cycles) études universitaires d agrégé de l enseignement supérieur (ancienne agrégation) en langues germaniques, mathématiques, français, sciences (biologie, physique, chimie), géographie, histoire et sciences économiques; informatique (peu importe la spécialité); ingénieur industriel (peu importe la spécialité); ingénieur civil (peu importe la spécialité); ingénieur commercial; littérature et langues modernes s il y a au moins une langue germanique parmi les langues choisies; traduction français-néerlandais/néerlandais-français (uniquement pour les chômeurs domiciliés dans la Région de Bruxelles-capitale). l (1) Détail de ces conditions sur le site internet de l Onem (www.onem.be, rubrique «Documentation», feuille info travailleurs T60). Formation au métier de réceptionniste Le métier de réceptionniste présente des difficultés de recrutement. C est pourquoi le Forem propose une nouvelle formation à ce métier à Nivelles. Quelle que soit la langue et avec le sourire, le réceptionniste accueille, vérifie les réservations, gère le traitement des bagages, renseigne, etc. Il joue un rôle important dans l organisation générale d un établissement. C est une personne discrète et disponible qui jongle avec l outil informatique et avec les langues. Cette formation débutera le 15 octobre pour se terminer le 22 novembre. Elle sera suivie d un stage d un mois en entreprise. Séance d information le 30 septembre. Renseignements et inscription: Rob Stevens Luxembourg Allocations d études pour les enfants des salariés frontaliers Un arrêt de la Cour de justice de l Union européenne du 20 juin dernier a remis en cause la condition de résidence pour obtenir des allocations d études dans l enseignement supérieur («L Info» n du 2 août 2013). Le gouvernement du Grand-Duché a donc rapidement revu la loi du 26 juillet 2010 concernant l aide financière de l Etat pour études supérieures, et il en a ouvert l accès aux enfants des salariés frontaliers. Deux conditions ont été ajoutées à la loi: une clause de minimum 5 années de travail ininterrompues au Grand-Duché (au moins à mi-temps) pour un des deux parents frontaliers; des dispositions anti-cumul en cas de droit à une bourse ou à une aide du même type dans le pays de résidence. Le syndicat luxembourgeois LCGB a déjà fait savoir qu il n était pas d accord avec la première de ces deux mesures. Toutefois, en attendant une réforme plus profonde de la loi, celles-ci sont d application pour l année scolaire Quelles démarches? Concrètement, quelles sont les démarches que les enfants de 18 ans et plus d un travailleur belge occupé au Grand-Duché, doivent entreprendre pour obtenir une bourse d études supérieures auprès du Cedies (ministère de l Enseignement supérieur du Grand-Duché)? D abord, le travailleur doit introduire une demande d allocations d études auprès de la Communauté française de Belgique, pour l enfant concerné. Les formulaires sont disponibles sur le site internet de la Communauté (www.enseignement.cfwb.be). La demande doit être rentrée pour le 31 octobre Ensuite, un dossier doit être introduit auprès du Cedies. Pour les études débutant au semestre d hiver, la demande doit être transmise pour le 30 novembre 2013 au plus tard. Le formulaire est téléchargeable jusqu au 31 octobre sur le site du Cedies (www.cedies.public.lu). Pour les études débutant au semestre d été, la demande doit être transmise pour le 30 avril Le formulaire sera téléchargeable du 1 er janvier au 31 mars. Dans tous les cas, la réponse de la Communauté française devra être jointe à ce dossier, ainsi que différentes pièces justificatives: copie d une pièce d identité; copie de l extrait d acte de naissance, avec filiation de l étudiant; copie de l extrait d état civil de l étudiant; certificat d affiliation de l étudiant, délivré par le Centre commun de la sécurité sociale (CCSS); certificat d affiliation au CCSS d un des parents travaillant au Luxembourg; fiche de salaire récente du parent travaillant au Luxembourg, ou certificat d entreprise attestant la durée de travail hebdomadaire; relevé d identité bancaire de l étudiant; certificat d inscription délivré par l université, facture des frais d inscription et preuve du paiement de ces frais; document attestant que l étudiant est à charge des parents (par exemple l octroi d allocations familiales dans le pays de résidence); document émis par les instances officielles du pays de résidence de l étudiant, renseignant sur l accord ou le refus d une bourse ou d un prêt pour les études supérieures (allocations d études pour la Belgique). Aucune demande ne sera traitée sans ce document. S il n est pas disponible pour le 30 novembre, l étudiant doit tout de même remettre son formulaire au Cedies dans les délais prévus, et y ajouter ce document ultérieurement. Plus d infos Guide pratique «Aides financières pour études supérieures» (téléchargeable sur Service «frontaliers» de la CSC du Luxembourg. Tél.: Courriel: 6 l 6 septembre 2013 l l info n 36

7 Christian Kunsch: «Nous sommes des empêcheurs de danser en rond» «Une priorité du Mouvement ouvrier chrétien, c est la défense de la sécurité sociale» affirme son nouveau président, Christian Kunsch. Il met en garde contre les sirènes de la réduction des impôts. Et il affirme que si le Moc est parfois durement attaqué, c est parce qu il dérange. une chose étrange que de commencer un mandat par des interviews, alors que tout «C est à faire à mon niveau» s amuse le nouveau président du Mouvement ouvrier chrétien (Moc). Elu par le conseil politique du mouvement le 20 juin dernier, Christian Kunsch a pris ses fonctions le 1 er septembre (1). Et, tradition oblige, il a d emblée été sollicité par les médias. Le Moc doit en effet affronter des défis divers, alors que la crise persiste et que les valeurs qu il défend sont remises en cause par une partie du patronat et certains politiques. Qu est-ce qui a motivé le directeur de la dynamique Mutualité chrétienne Saint-Michel de Bruxelles à se présenter à la présidence du Moc? Je dois aimer les défis! (Rires) Voici douze ans, je me trouvais très bien au poste que j occupais à la direction nationale de la Mutualité, quand on a scindé la Mutualité de Bruxelles. François Martou m a demandé de prendre les rênes de la fédération francophone. Les défis étaient très nombreux. J ai accepté. Nous en avons relevé certains, mais il y a encore du travail et je ne suis pas fatigué de ce que je faisais, bien au contraire. Mais la Mutualité considérait qu elle devait continuer à s investir dans le Moc et elle m a demandé de me présenter. J ai fini par accepter. Le Moc m intéressait depuis longtemps et, à Bruxelles, je m y suis impliqué en considérant que le mouvement permet d agir pour la solidarité de manière transversale et cohérence. Et voilà! Quelles sont vos lignes de force pour ces quatre années de présidence? D abord, lire et analyser le contexte général de ce qui s est passé ces derniers mois. Le Moc et surtout son homologue flamand l ACW ont été durement attaqués sur Arco après la débâcle de Dexia. Certains ont voulu nous imputer la responsabilité des difficultés, alors que nous en sommes les victimes! Pourquoi ces attaques répétées? Parce que nous gênons! Nous sommes des empêcheurs de danser en rond. Donc, certains veulent nous affaiblir. Concernant Belfius, si une entreprise achète 150 véhicules a un constructeur automobile, elle aura un contrat préférentiel. Les banques aussi passent des contrats avec leurs gros clients. Mais quand le client est le mouvement ouvrier, on l attaque. Ce n est pas un hasard. Dans le dossier Arco, il y a une remise en cause de la démarche coopérative et de la protection des coopérateurs. Pourquoi ceux qui trouvent sympathiques des coopératives de viticulteurs, par exemple, en contestent-ils les principes quand il s agit d Arco? Pourtant, par les temps qui courent, l idée coopérative mérite d être revalorisée. «La solidarité ne s arrête pas aux frontières» Les relations solidaires avec les pays du Sud ont toujours été une préoccupation de Christian Kunsch. Durant ses mandats à la Mutualité, il a été l une des chevilles ouvrières des partenariats avec la RD Congo. La solidarité avec le Sud s inscrit-elle dans les priorités de votre mandat, malgré les défis que le Moc doit relever ici? Le Moc défend des valeurs d égalité et de solidarité, et la solidarité ne s arrête pas aux frontières! Même si nous vivons ici des périodes difficiles, ce n est encore rien au regard de ce qui se passe dans le Sud. Au Congo, par exemple, il y a 90% de travail informel Dans le monde global qui est le nôtre, ce qui se passe dans le Sud se répercute ici et vice-versa. La déforestation massive au profit de cultures intensives qui servent l approvisionnement du Nord, se fait au détriment des populations du Sud. L effondrement qui a causé tant de morts dans une usine textile au Bangladesh est la conséquence de ce que l économiste Joseph Stiglitz appelle «le triomphe de la cupidité». Peut-on acheter des vêtements à bas prix dans les grandes chaînes de magasins sans se poser de questions sur leurs conditions de fabrication? En Angleterre, certaines entreprises commencent à imposer des conditions de travail comparables à celles du Sud. La pression exercée sur les statuts chez nous vient de ce que, dans le Sud, les travailleurs sont obligés de travailler quasi pour rien. l «Ensemble, on fait plus que chacun séparément» Mouvement social ouvert et pluraliste, le Moc est la «coupole» de cinq organisations sociales: la CSC, la Mutualité chrétienne, Vie féminine, les Equipes populaires et la Joc. Il développe avec elles un projet politique de solidarité et d égalité et il est leur porte-parole politique. «Le Moc représente plus que la somme de ses parties, souligne le nouveau président. Ensemble, nous pouvons aborder les différents aspects de questions essentielles. Cette transversalité, c est notre richesse.» Christian Kunsch donne des exemples: «Dans le dossier complexe des soins de santé, la Mutualité porte de manière prioritaire l accès aux soins de toutes les personnes, quels que soient leurs revenus; les autres organisations s en soucient aussi, mais en mettant l accent à la CSC sur le sort des travailleurs du secteur, chez Vie féminine sur la place des femmes qui sont la majorité du personnel et des aidants proches, Idem pour les transports publics.» Enfin, «le Moc, mouvement d éducation permanente, a la capacité de former et d informer largement, souligne celui qui fut aussi formateur à l Isco. Ensemble, on fait donc plus, comme Moc, que chacune des composantes séparément.» Pourquoi s être présenté à la présidence du Moc? «Je dois aimer les défis!», rigole Christian Kunsch. Ensuite, prendre le temps de rencontrer et d écouter. Le Moc propose un incroyable foisonnement d initiatives d information, de formation (le Ciep-Isco, la Fopes) et d action de qualité. Le «voir-juger-agir» est toujours d application, ce qui permet aux militants de confronter leurs questions au point de vue des experts et de mener ensemble une démarche collective. Le président doit sans cesse (re) découvrir tout cela. Enfin, être un animateur. La motion «Sortie de crise» adoptée par le conseil politique en juin 2012 est l aboutissement d une longue réflexion et le point de départ d une mise en œuvre. A l heure où les inégalités augmentent, où le mode de décision de l Europe rogne sur la démocratie au profit de la technocratie, il faut relire ce document et s en servir comme référence de notre action. L année 2014 sera marquée par une triple échéance électorale. Comment le Moc va-t-il se positionner? Il y a les politiques et il y a le Moc. Pour reprendre une formule devenue célèbre: eux, c est eux; et nous, c est nous. Nous n avons pas le même agenda. Notre rôle est d interpeller les politiques sur ce qu ils n ont pas envie de voir et d entendre. Pour cela, nous devons être très clairs sur nos revendications. Et notre première priorité, c est la défense de la sécurité sociale et du pouvoir d achat. Suite à la 6 e réforme de l Etat, nous vivons un transfert de compétences extrêmement important. Pour la première fois, on a touché au modèle de protection sociale, puisque la gestion des allocations familiales et celle des maisons de repos sont transférées aux Régions. Le Moc et ses organisations y étaient défavorables. Cela s est fait. Certains disent que l essentiel a été sauvé. Oui, mais, dans une inondation, c est déjà la brèche qui importe! Aujourd hui, le paiement des allocations familiales fonctionne bien. Les maisons de repos sont financées. Et demain? Certains partis ne cessent de réclamer des réductions d impôts. Cela flatte l oreille de l électeur, mais c est un mirage. En effet, comment gérer les compétences transférées sans moyens financiers suffisants? Les revenus de la sécurité sociale représentent 25% des revenus des Belges. On ne peut pas les mettre en danger Le Moc doit intégrer tout cela dans le débat. Nous avons des valeurs fortes et nous sommes là pour rappeler comment elles doivent s incarner concrètement. l (1) Voir «L Info» n du 28 juin Tarik Alaoui l info n 36 l 6 septembre 2013 l 7

8 Claude Rolin: «La compétitivité, ce n est pas seulement le coût salarial» L indexation automatique des salaires est une nouvelle fois dans la ligne de mire des employeurs et de certains politiques. Le secrétaire général de la CSC rappelle que formation, recherche et productivité entrent aussi en ligne de compte. L année sociale ne verra ni négociations pour un accord interprofessionnel, ni préparation d élections sociales. Pour autant, ce ne sera pas une année tranquille. Les négociations dans les secteurs et les entreprises s annoncent difficiles. La compétitivité des entreprises, la loi de 1996, Michael De Lausnay l indexation automatique des salaires et la révision de l indice des prix sont autant de dossiers chauds sur la table de la rentrée. De plus, la mise en œuvre de la 6 e réforme institutionnelle et celle d un meilleur statut commun pour les ouvriers et les employés posent un certain nombre de questions, tout comme les mesures d économie que le gouvernement fédéral doit encore prendre. Claude Rolin, secrétaire général de la CSC, fait pour «L Info» le point sur ces grands dossiers de la rentrée. La loi de 1996 est sur la table du gouvernement. Les employeurs demandent sa révision au nom de la compétitivité. Comment la CSC considère-t-elle ce dossier? D abord, je voudrais préciser que la loi de 1996 concerne non seulement la sauvegarde de la compétitivité, mais aussi la promotion de l emploi. Il n est donc pas correct de limiter la loi à la seule compétitivité. Ensuite, il faut rappeler que la compétitivité est constituée de nombreux éléments, dont la formation, la recherche, le développement, la productivité. On ne peut donc en aucun cas la réduire à la seule maîtrise des salaires. Depuis des années, les employeurs invoquent l écart salarial qui, à les entendre, serait considérable. Depuis des années, les syndicats répondent que le calcul de cet écart est biaisé puisqu il n intègre pas les subsides salariaux accordés aux employeurs. Or, pour que le calcul soit exact, il faut bien sûr déduire ces subsides. Le gouvernement a reconnu que la remarque syndicale était pertinente. Mais les six partis qui le composent n ont pas encore réussi à s entendre sur la méthode de calcul à utiliser. Il est vrai que c est compliqué parce que chaque pays a ses propres dispositifs. Le gouvernement a donc demandé à une commission d experts de l aider à y voir clair. Ces experts ont remis leur rapport à la mi-juillet, mais la fourchette qu ils indiquent pour l écart salarial est encore plus grande que celle qui existait entre les partenaires sociaux. L enjeu pour les employeurs et certains politiques n est-il pas de supprimer l indexation automatique des salaires? Si, bien sûr, c est clairement cela qui est en jeu. Mais c est une très mauvaise analyse: on ne relancera pas l économie en diminuant les salaires des travailleurs. On a bien vu ce que cela donnait dans les pays où l Europe a réussi à imposer la baisse des salaires. Nous répétons depuis longtemps que l austérité n est pas la solution et, aujourd hui, de nombreux économistes le disent également haut et fort. Le seul pays à avoir bénéficié de cette politique, c est l Allemagne. Les autres pays ont payé le prix fort. Les libéraux flamands plaident précisément pour le modèle allemand Mais, du modèle allemand, ils ne retiennent que ce qui les arrange! Ils plaident pour les mini-jobs qui précipitent les travailleurs dans la précarité. En revanche, on ne les entend jamais parler du modèle allemand de formation en alternance. Pourtant, c est une réussite. Les grandes entreprises allemandes (le constructeur BMW, par exemple) investissent énormément dans la formation, la recherche et le développement. Là, pas question de mini-jobs! Et c est ainsi que ces entreprises proposent des produits de grande qualité. De cela, curieusement, ils ne parlent pas. La réforme de l indice des prix est l un des dossiers de la rentrée. Quelle est la position de la CSC? A la CSC, nous pensons que l adaptation de l indice des prix à la consommation doit être réalisée de manière à mieux coller à la consommation d un ménage moyen. Nous ne partageons donc pas du tout la vision de ceux qui veulent modifier cet indice pour diminuer l inflation. Depuis longtemps, à la CSC, nous répétons que modifier la graduation du thermomètre ne fait pas baisser la fièvre du patient! C est la position que nous continuerons à défendre. l De quoi s agit-il? Loi de Il s agit de la «loi de promotion de l emploi et de sauvegarde préventive de la compétitivité» votée en juillet Comme son nom l indique, cette loi poursuit deux objectifs: assurer le maintien de l emploi et ne pas mettre en danger la compétitivité des entreprises en Belgique. Norme salariale. Pour atteindre ses deux objectifs, la loi de 1996 prévoit d établir une «norme salariale», c est-à-dire une règle qui détermine l évolution des salaires. La norme salariale est calculée sur la moyenne de l évolution des coûts salariaux des trois principaux pays voisins: l Allemagne, la France et les Pays-Bas. La moyenne ainsi calculée fixe le plafond à ne pas dépasser pour le calcul des salaires en Belgique. Ecart salarial. Il s agit de la différence entre l évolution du coût salarial dans notre pays et celle de la moyenne des coûts salariaux des trois pays voisins. L écart salarial cumulé est le résultat de cette différence depuis «La CSC est favorable à une autre fiscalité» e gouvernement fédéral doit faire baisser le déficit L budgétaire. Dans ce but, il a déjà pris de nombreuses mesures d économie. Mais il doit encore trouver environ un demi-million d euros d économies nouvelles. Pour la CSC, quels sont les dossiers non négociables dans la recherche d économies nouvelles? Il n est pas question de toucher à la sécurité sociale. Les efforts budgétaires considérables que notre pays a déjà consentis ont été payés essentiellement par les travailleurs et par les allocataires sociaux. Le président des libéraux plaide pour un «électrochoc fiscal». Qu en pensez-vous? Une réforme de la fiscalité est inévitable à terme, et la CSC est prête à en discuter. La fiscalité est indispensable au bon fonctionnement de la collectivité. La CSC a consacré un congrès à la fiscalité juste, et nous avons des propositions très concrètes pour arriver à une fiscalité progressive et équitable où chacun contribue en fonction de ses moyens. Aujourd hui, en Belgique, ce sont les revenus du travail qui contribuent le plus au fonctionnement de la collectivité, et ce sont les revenus du capital qui y contribuent le moins. Il est indispensable de rééquilibrer cela. C est pourquoi la CSC est favorable à une fiscalité qui permettrait de diminuer les prélèvements sur les revenus du travail et de compenser totalement cette perte en augmentant les prélèvements sur les revenus du capital, de manière à ne pas affecter le financement de la sécurité sociale et de l Etat. Après le compromis intervenu en juillet dernier, l harmonisation des statuts des ouvriers et des employés doit être mise en œuvre. Comment cela va-t-il se passer? Il était indispensable de mettre fin à ces discriminations intolérables. Mais je regrette que les partenaires sociaux n aient pas réussi à conclure d accord entre eux et qu ils aient dû recourir à la médiation du gouvernement. Le compromis ainsi obtenu comporte des points positifs et des points négatifs, comme tout compromis. Maintenant, les décision prises doivent être concrétisées: le gouvernement et le parlement vont les traduire en lois, et les partenaires sociaux vont les traduire en conventions collectives au Conseil national du travail. La CSC sera très vigilante à la manière dont tout cela va être réalisé. Certains disent qu il ne sera plus possible de négocier des préavis plus avantageux dans les secteurs et dans les entreprises. Que resterait-il alors comme espace pour la concertation sociale? l 8 l 6 septembre 2013 l l info n 36

Tu quittes l école. Démarches à faire :

Tu quittes l école. Démarches à faire : Tu quittes l école. Démarches à faire : 1. Tu dois t inscrire, le plus rapidement possible (avant le 8 août) comme demandeur d emploi au Forem (Office Régional de l Emploi et de la Formation professionnelle)

Plus en détail

Dossier de Presse Une campagne de l Association Socialiste de la Personne Handicapée du 28 novembre au 5 décembre 2015

Dossier de Presse Une campagne de l Association Socialiste de la Personne Handicapée du 28 novembre au 5 décembre 2015 Dossier de Presse Une campagne de l Association Socialiste de la Personne Handicapée du 28 novembre au 5 décembre 2015 L ASPH L Association Socialiste de la Personne Handicapée défend les personnes en

Plus en détail

L aide financière de l Etat pour études supérieures

L aide financière de l Etat pour études supérieures L aide financière de l Etat pour études supérieures Service Information, Conseil et Assistance Tél. +352 2 6543 777 BP 2031 L-1020 Luxembourg Fax: +352 48 69 49 E-Mail: info@ogbl.lu www.ogbl.lu facebook.com/ogbl.lu

Plus en détail

Travaux du Conseil central de l économie et du Conseil national du travail dans le cadre de la stratégie Europe 2020 :

Travaux du Conseil central de l économie et du Conseil national du travail dans le cadre de la stratégie Europe 2020 : 6 avril 2011 Contribution des Secrétariats du Conseil central de l'economie et du Conseil national du Travail a l'attention du Premier Ministre, en vue de l'élaboration du plan national de réformes de

Plus en détail

#3Élargir. visuel+nouveau basline.indd 3 13/11/14 16:27. CONGRèS CSC 2015 # EXPRIME-TOI # ÉLARGIR # 15

#3Élargir. visuel+nouveau basline.indd 3 13/11/14 16:27. CONGRèS CSC 2015 # EXPRIME-TOI # ÉLARGIR # 15 #3Élargir visuel+nouveau basline.indd 3 13/11/14 16:27 CONGRèS CSC 2015 # EXPRIME-TOI # ÉLARGIR # 15 #3 Elargir Ligne de force 29 Nous voulons être un mouvement syndical large, représentatif, qui doit

Plus en détail

L organisation syndicale

L organisation syndicale L organisation syndicale 1 Les questions sociales sont en Belgique de la compétence du gouvernement fédéral Les syndicats sont donc organisés à ce niveau. Il existe trois principaux syndicats en Belgique

Plus en détail

Animations /Formations

Animations /Formations Animations /Formations DECOUVRIR > COMPRENDRE > REFLECHIR >PARTICIPER. Démocratie? La sécu? Institutions? Énergie? Communes? DECOUVRIR > COMPRENDRE > REFLECHIR >PARTICIPER. MOC-CIEP Liège -Huy-Waremme

Plus en détail

Merci de le compléter soigneusement en faisant particulièrement attention aux points suivants :

Merci de le compléter soigneusement en faisant particulièrement attention aux points suivants : Cher(e) étudiant(e), Vous souhaitez vous inscrire à l Université Saint-Louis pour l année académique 2013-2014 et venez de télécharger le formulaire de demande d inscription. Merci de le compléter soigneusement

Plus en détail

Le Contrat premier emploi

Le Contrat premier emploi www.far.be Le Contrat premier emploi Marie Greffe Septembre 06 Historique En 1999, afin de stimuler le travail des jeunes, Laurette Onkelinx (PS), alors ministre de l Emploi, lance l idée d un «Plan Rosetta»,

Plus en détail

demande d allocations en tant que chômeur complet dispensé de

demande d allocations en tant que chômeur complet dispensé de demande d allocations en tant que chômeur complet dispensé de l INSCRIPTION COMME DEMANDEUR D EMPLOI (avec une carte de contrôle C3C) document d information Version 3.1 01.04.2015 C3C Cette feuille info

Plus en détail

Discours de Mme Ségolène Royal. Vœux à la presse

Discours de Mme Ségolène Royal. Vœux à la presse Discours de Mme Ségolène Royal Ministre de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie Vœux à la presse Paris, le jeudi 15 janvier 2015 Bonjour et bienvenue à toutes et à tous, que je suis heureuse

Plus en détail

Analyse 2013/26 10 décembre 2013

Analyse 2013/26 10 décembre 2013 Analyse 2013/26 10 décembre 2013 Allocation pour l aide aux personnes âgées : mesure sacrifiée au profit de la sixième réforme de l État, ou mesure à réinventer? À découvrir dans cette analyse Garder une

Plus en détail

Fiches infos du Frontalier belgo-luxembourgeois. Je travaille au Grand-Duché de Luxembourg, Mes impôts? LE SYNDICAT N 1 AU LUXEMBOURG

Fiches infos du Frontalier belgo-luxembourgeois. Je travaille au Grand-Duché de Luxembourg, Mes impôts? LE SYNDICAT N 1 AU LUXEMBOURG Fiches infos du Frontalier belgo-luxembourgeois Je travaille au Grand-Duché de Luxembourg, Mes impôts? LE SYNDICAT N 1 AU LUXEMBOURG 1 2 Les impôts sont un mal nécessaire: c est grâce aux impôts que l

Plus en détail

Quel est le régime d assurance maladie applicable à l artiste de spectacle vivant, mobile dans la Grande Région?

Quel est le régime d assurance maladie applicable à l artiste de spectacle vivant, mobile dans la Grande Région? www.frontalierslorraine.eu www.espaceculturelgr.eu Quel est le régime d assurance maladie applicable à l artiste de spectacle vivant, Novembre 2011 2 Introduction Le CRD EURES Lorraine est une association

Plus en détail

«Vous devez être préparé à faire des heures supplémentaires sans rémunération additionnelle.»

«Vous devez être préparé à faire des heures supplémentaires sans rémunération additionnelle.» Ryanair «Attachez vos ceintures, nous déconnons» Rassurez-vous, le message ne s adresse qu au personnel de cabine qui vous accompagne. Vous, vous avez bénéficié d un tarif intéressant pour vous envoler,

Plus en détail

Veille sociale au 12 septembre 2014

Veille sociale au 12 septembre 2014 ( Veille sociale au 12 septembre 2014 La veille sociale présentée dans cette revue actualise la veille présentée le mois dernier. Les sujets qui n ont pas évolué ne sont pas repris. ( I ) Projets sociaux

Plus en détail

Réformes socio-économiques

Réformes socio-économiques Réformes socio-économiques Le 27 novembre 2011, suite à la dégradation de la note belge par l agence Standard & Poor s, les six partis ont conclu, dans l urgence, un accord sur le budget et sur la réforme

Plus en détail

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION DEMANDE D ALLOCATIONS EN TANT QUE JEUNE SORTANT DES ETUDES (avec une carte de contrôle C3A) C3A36 QUE DEVEZ-VOUS FAIRE?

DOCUMENT D INFORMATION DEMANDE D ALLOCATIONS EN TANT QUE JEUNE SORTANT DES ETUDES (avec une carte de contrôle C3A) C3A36 QUE DEVEZ-VOUS FAIRE? DOCUMENT D INFORMATION DEMANDE D ALLOCATIONS EN TANT QUE JEUNE SORTANT DES ETUDES (avec une carte de contrôle C3A) document d information Version 1 01.04.2015 C3A36 Cette feuille info vous offre un aperçu

Plus en détail

Je travaille au Grand-Duché de Luxembourg,

Je travaille au Grand-Duché de Luxembourg, F I C H E S I N F O S D U F R O N T A L I E R B E L G O - L U X E M B O U R G E O I S Je travaille au Grand-Duché de Luxembourg, Je perds mon emploi LE SYNDICAT N 1 AU LUXEMBOURG Vous travaillez au Grand-Duché

Plus en détail

Perspectives pour la sensibilisation syndicale

Perspectives pour la sensibilisation syndicale 4 Perspectives pour la sensibilisation syndicale L e débat emploi-environnement n est pas neuf dans l organisation syndicale, mais il évolue sensiblement ces dernières années. Le présent cahier retrace

Plus en détail

Vous trouverez ci-joint un descriptif du cahier des charges et des critères de sélection.

Vous trouverez ci-joint un descriptif du cahier des charges et des critères de sélection. Fonds Social pour le secteur des Milieux d Accueil d Enfants CP 332 ONSS 022 Tel 02/229.20.34 Fax 02/227.59.79 mae@apefasbl.org - www.fondsmae.org C/o APEF asbl 48, Quai du commerce 1000 Bruxelles Bruxelles,

Plus en détail

Présentation du service Nouvelles migrations & Diversité. CWEF et IWEPS Namur Mardi 13 décembre 2011

Présentation du service Nouvelles migrations & Diversité. CWEF et IWEPS Namur Mardi 13 décembre 2011 Présentation du service Nouvelles migrations & Diversité CWEF et IWEPS Namur Mardi 13 décembre 2011 Actions en faveur de la Diversité et Mesures pour lutter contre les discrimination D où l on vient? Immigration

Plus en détail

Enjeux jeunesse présentés dans le cadre de la campagne électorale fédérale. Pour que la voix des jeunes montréalaises et montréalais soit entendue!

Enjeux jeunesse présentés dans le cadre de la campagne électorale fédérale. Pour que la voix des jeunes montréalaises et montréalais soit entendue! Enjeux jeunesse présentés dans le cadre de la campagne électorale fédérale Pour que la voix des jeunes montréalaises et montréalais soit entendue! Les décisions prises au niveau fédéral peuvent sembler

Plus en détail

Le système scolaire finlandais

Le système scolaire finlandais Le système scolaire finlandais Législation des années 1970 Particularités du système Résultats obtenus Statistiques Avant les années 1970: jardin d enfants école primaire obligatoire gratuite enseignement

Plus en détail

Fiche 1 : Age légal de départ à la retraite

Fiche 1 : Age légal de départ à la retraite Fiche 1 : Age légal de départ à la retraite LE PROJET DE LA DROITE DÉCRYPTÉ Travailler plus longtemps pour gagner moins L âge légal de départ à la retraite est porté à 62 ans. Les victimes de ce recul

Plus en détail

Mes prestations familiales

Mes prestations familiales F I C H E S I N F O S D U F R O N T A L I E R B E L G O - L U X E M B O U R G E O I S Je travaille au Grand-Duché de Luxembourg Mes prestations familiales LE SYNDICAT N 1 AU LUXEMBOURG Vous travaillez

Plus en détail

1. LE CONTEXTE : PRINCIPALES DIFFÉRENCES ENTRE LA FLANDRE ET LA WALLONIE

1. LE CONTEXTE : PRINCIPALES DIFFÉRENCES ENTRE LA FLANDRE ET LA WALLONIE EXPOSÉ DE ANNICK CLAUWAERT : SYNDICAT ET ENVIRONNEMENT EN FLANDRE 1. LE CONTEXTE : PRINCIPALES DIFFÉRENCES ENTRE LA FLANDRE ET LA WALLONIE L environnement étant une matière régionalisée, chaque région

Plus en détail

Newsletter 01. www.formationtitresservices.be

Newsletter 01. www.formationtitresservices.be Newsletter 01 www.formationtitresservices.be Avant-propos Cher lecteur, Le secteur des titres-services est toujours en pleine croissance. Avez-vous déjà parcouru l étude IDEA commandée par les autorités

Plus en détail

par Sylvie Roberti E.R. : Eric Poncin - Rue des Deux Eglises 45-1000 Bruxelles

par Sylvie Roberti E.R. : Eric Poncin - Rue des Deux Eglises 45-1000 Bruxelles par Sylvie Roberti E.R. : Eric Poncin - Rue des Deux Eglises 45-1000 Bruxelles CPCP asbl - novembre 2008 CPCP - Centre Permanent pour la Citoyenneté et la Participation asbl Rue des Deux Eglises, 45-1000

Plus en détail

CinéSoupe. programme itinérant de films courts. en nord pas de calais et en belgique

CinéSoupe. programme itinérant de films courts. en nord pas de calais et en belgique CinéSoupe programme itinérant de films courts en nord pas de calais et en belgique bah voyons! asbl // Séverine Konder // +32 (0) 485 217 327 // severine.bahvoyons@gmail.com // www.cinesoupe.com Embarquez

Plus en détail

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués,

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Le Ministre belge de la Coopération au développement, monsieur Armand De Decker, aurait bien voulu être des nôtres

Plus en détail

La relève. Notre région

La relève. Notre région 1 Montréal est le milieu de vie de 575 000 jeunes 1, qu ils soient étudiants ou travailleurs, qu ils viennent des régions ou des quatre coins du globe, ils contribuent à leur manière au développement de

Plus en détail

CHECKLIST 2015-2016 POUR TOUS :

CHECKLIST 2015-2016 POUR TOUS : Nom - Prénom : DOSSIER D INSCRIPTION Spécialisation en soins infirmiers : candidats Hors Union Européenne Site ISEI Accord pédagogique de la responsable de la spécialisation Bulletin d inscription (voir

Plus en détail

ANALYSE 2015 LE STATUT D ARTISTE EXISTE-T-IL? Une publication ARC - Action et Recherche Culturelles asbl

ANALYSE 2015 LE STATUT D ARTISTE EXISTE-T-IL? Une publication ARC - Action et Recherche Culturelles asbl ANALYSE 2015 LE STATUT D ARTISTE EXISTE-T-IL? Par Romain Leloup Paula Bouffioux asbl Avec le soutien du service de l Éducation permanente de la Fédération Wallonie-Bruxelles 2 Comment l artiste bénéficie-t-il

Plus en détail

ECOLE secondaire DES FRERES INSTITUT NOTRE-DAME DE TOURNAI

ECOLE secondaire DES FRERES INSTITUT NOTRE-DAME DE TOURNAI 1 er degré d observation 1 ère et 2 ème années communes (1C/2C) 1 ère 2 ème Français 6h 5h Mathématique 4h 5h Etude du milieu 4h 4h Sciences 3h 3h Education physique 3h 3h Education par la technologie

Plus en détail

9.4. Le nouveau plan d embauche pour les jeunes et les demandeurs d emploi âgés. Dossier de presse. Le nouveau plan d embauche en détails

9.4. Le nouveau plan d embauche pour les jeunes et les demandeurs d emploi âgés. Dossier de presse. Le nouveau plan d embauche en détails 9.4. Le nouveau plan d embauche pour les jeunes et les demandeurs d emploi âgés Bruxelles, le 18 janvier 2010 Dossier de presse Le nouveau plan d embauche en détails Sur proposition de la Vice-Première

Plus en détail

MARCHÉ DE L EMPLOI. Chef de chantier - Conducteur de travaux. Un ZOOM sur les métiers. Description et conditions de travail.

MARCHÉ DE L EMPLOI. Chef de chantier - Conducteur de travaux. Un ZOOM sur les métiers. Description et conditions de travail. MARCHÉ DE L EMPLOI ANALYSE SEPTEMBRE 2013 Un ZOOM sur les métiers Chef de chantier - Conducteur de travaux Dans le cadre du Plan Marshall 2.vert, Plan stratégique transversal pour la Wallonie, le Forem

Plus en détail

PERSONNEL DE DIRECTION STAGIAIRE

PERSONNEL DE DIRECTION STAGIAIRE PERSONNEL DE DIRECTION STAGIAIRE Votre première affectation Votre position de stagiaire n est reconnue qu à compter de la nomination en délégation sur un emploi et ce pour deux ans à partir du 1 er septembre

Plus en détail

Attirer les travailleurs ressortissants de pays tiers hautement qualifiés et qualifiés au Luxembourg

Attirer les travailleurs ressortissants de pays tiers hautement qualifiés et qualifiés au Luxembourg European Migration Network National Contact Point Luxembourg (LU EMN NCP) Attirer les travailleurs ressortissants de pays tiers hautement qualifiés et qualifiés au Luxembourg European Migration Network

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

Mis à jour le 15 juin 2015 AGENDA 2015

Mis à jour le 15 juin 2015 AGENDA 2015 AGENDA 2015 Activités de la plateforme d accueil pour l intégration des étrangers Cycle de formation à destination des migrants d octobre 2014 à juin 2015 : «Bienvenue à Tournai» Pour informer et accompagner

Plus en détail

Le GUIDE STAGIAIRE PERSONNEL DE DIRECTION

Le GUIDE STAGIAIRE PERSONNEL DE DIRECTION Le GUIDE STAGIAIRE PERSONNEL DE DIRECTION Édition 2015 Dès sa création, le Sgen-CFDT a fait le choix de se structurer en syndicat général, c'est à dire regroupant l'ensemble des catégories professionnelles

Plus en détail

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Les résultats de l enquête sont analysés d après le nombre de variables explicatives pouvant influencer le comportement,

Plus en détail

CHARTE ASSOCIATIVE DES MAISONS DE QUARTIER DE REIMS Validée par Assemblée Générale Extraordinaire du jeudi 17 novembre 2011

CHARTE ASSOCIATIVE DES MAISONS DE QUARTIER DE REIMS Validée par Assemblée Générale Extraordinaire du jeudi 17 novembre 2011 CHARTE ASSOCIATIVE DES MAISONS DE QUARTIER DE REIMS Validée par Assemblée Générale Extraordinaire du jeudi 7 novembre 20 «L Association des Maisons de quartier de Reims a pour objet le développement, le

Plus en détail

demande d allocations sous le régime de chômage avec complément d entreprise

demande d allocations sous le régime de chômage avec complément d entreprise demande d allocations sous le régime de chômage avec complément d entreprise (Nouvelle réglementation régimes généraux) document d information Version 3.1 01.10.2014 C3 RCC EXTRAITS DE VOS DROITS ET OBLIGATIONS

Plus en détail

Livret de l Unité en formation

Livret de l Unité en formation Livret de l Unité en formation Les FORMATIONS RéSeAu UniFor Formateur Animateur Animateur d Unité Des étapes pour grandir De l autonomie à l engagement, les capacités de l enfant et du jeune grandissent

Plus en détail

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT www.cfdt.fr SOMMAIRE 4 5 6 7 8 9 10 11 ADHÉRER ME REPRÉSENTER ME DÉFENDRE COTISER / VOTER Rédaction, création et réalisation graphiques :

Plus en détail

Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle

Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle Repères revendicatifs Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle La CGT propose Un droit à l éducation permanente pour une formation émancipatrice tout au long de la vie. Ce droit

Plus en détail

Suggestions de pistes pédagogiques pour une éducation financière à l école

Suggestions de pistes pédagogiques pour une éducation financière à l école Suggestions de pistes pédagogiques pour une éducation financière à l école La FSMA (l Autorité des services et marchés financiers) est un organisme public autonome. Parmi les missions qui lui ont été confiées

Plus en détail

inscription Enseignement difficultés école maternelle école obligatoire associations de parents journal de classe

inscription Enseignement difficultés école maternelle école obligatoire associations de parents journal de classe difficultés journal de classe inscription école gratuiteactivités en dehors de l école école obligatoire école maternelle associations de parents Enseignement En Belgique, les enfants sont obligés d aller

Plus en détail

Avis de la Fédération des commissions scolaires du Québec

Avis de la Fédération des commissions scolaires du Québec Avis de la Fédération des commissions scolaires du Québec dans le cadre de la consultation de la Commission des relations avec le citoyen sur le deuxième plan d action gouvernemental pour l égalité entre

Plus en détail

ENSEIGNEMENT LIBRE ATH. Bienvenue!

ENSEIGNEMENT LIBRE ATH. Bienvenue! ENSEIGNEMENT LIBRE ATH Bienvenue! 20 février 2014 Les écoles secondaires libres - ATH Collège Saint-Julien Ce qui nous réunit 1. Offre d enseignement diversifiée et complémentaire 2. Souci que chaque élève

Plus en détail

PLAN DE TRAVAIL CPNAE 2012-2014. I. PRESENCE DANS LES ENTREPRISES / AFFILIATION (Niveau des affiliés et des travailleurs)

PLAN DE TRAVAIL CPNAE 2012-2014. I. PRESENCE DANS LES ENTREPRISES / AFFILIATION (Niveau des affiliés et des travailleurs) PLAN DE TRAVAIL CPNAE 2012-2014 I. PRESENCE DANS LES ENTREPRISES / AFFILIATION (Niveau des affiliés et des travailleurs) DOMAINES OBJECTIFS 2012-2014 Moyens / Mesures - Vue sur notre présence syndicale

Plus en détail

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES conférence de presse lundi 23 avril 2007 I. La revalorisation de l enseignement

Plus en détail

Agenda social de la Fonction publique pour l année 2011. Intervention de M. François BAROIN,

Agenda social de la Fonction publique pour l année 2011. Intervention de M. François BAROIN, Agenda social de la Fonction publique pour l année 2011 Intervention de M. François BAROIN, Ministre du Budget, des Comptes publics, de la Fonction publique et de la Réforme de l Etat, Porte-parole du

Plus en détail

L emploi intérimaire, entre risque de précarité et opportunité d insertion

L emploi intérimaire, entre risque de précarité et opportunité d insertion Note d éducation permanente de l ASBL Fondation Travail-Université (FTU) N 2012 11, novembre 2012 www.ftu.be/ep L emploi intérimaire, entre risque de précarité et opportunité d insertion Une analyse des

Plus en détail

Guide pratique et concret des clauses sociales dans les marchés publics

Guide pratique et concret des clauses sociales dans les marchés publics Guide pratique et concret des clauses sociales dans les marchés publics 2009 Document élaboré par Raphaël Dugailliez Consultant, Formateur Formateur pour la dynamique «marchés publics durables» Mise en

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

Programme Stratégique Transversal

Programme Stratégique Transversal Programme Stratégique Transversal 2013-2018 Avant-propos Gérer, c est prévoir! Prévoir, c est se fixer des objectifs à atteindre bien évidemment avec les moyens mis à notre disposition! En effet, la crise

Plus en détail

ENSEIGNEMENT LIBRE ATH. Bienvenue!

ENSEIGNEMENT LIBRE ATH. Bienvenue! ENSEIGNEMENT LIBRE ATH Bienvenue! 2 février 2015 Les écoles secondaires libres - ATH Collège Saint-Julien Ce qui nous réunit 1. Offre d enseignement diversifiée et complémentaire 2. Souci que chaque élève

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. La microfinance : un outil important de réinsertion sociale en Belgique depuis 10 ans

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. La microfinance : un outil important de réinsertion sociale en Belgique depuis 10 ans COMMUNIQUÉ DE PRESSE 14,7% de la population belge sous le seuil de pauvreté 1 La microfinance : un outil important de réinsertion sociale en Belgique depuis 10 ans Forte hausse des demandes de microcrédits

Plus en détail

Alors pour les défendre, pour se défendre, mais aussi pour acquérir de nouveaux droits, pour plus de solidarité, prenez votre avenir en main!

Alors pour les défendre, pour se défendre, mais aussi pour acquérir de nouveaux droits, pour plus de solidarité, prenez votre avenir en main! Pourquoi adhérer? Emploi, formation professionnelle, protection sociale, convention collective, statut toutes ces questions sont au cœur de votre vie quotidienne. Pour être efficace, il faut être informé,

Plus en détail

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Fiche n 6 Trois priorités pour les futures négociations 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Lorsque le contexte change, il est très important de vérifier si les objectifs d un système sont toujours adaptés

Plus en détail

efficace utile libre autonome1 solidaire Pour agir utile, et construire ensemble! Je crée une liste UNSA CE/DP dans mon entreprise! www.unsa.

efficace utile libre autonome1 solidaire Pour agir utile, et construire ensemble! Je crée une liste UNSA CE/DP dans mon entreprise! www.unsa. réformiste efficace www.unsa.org libre Pour agir utile, utile et construire ensemble! Je crée une liste UNSA CE/DP dans mon entreprise! solidaire autonome1 Depuis 1993, l UNSA a connu un fort développement

Plus en détail

Les différentes prestations de la CNPF Janvier 2014

Les différentes prestations de la CNPF Janvier 2014 Les différentes prestations de la CNPF Janvier 2014 Caisse Nationale des Prestations Familiales du Grand-Duché de Luxembourg Présentation de la CNPF Depuis l entrée en vigueur de la loi du 19 juin 1985

Plus en détail

Vacances, j oublie rien!

Vacances, j oublie rien! Vacances, j oublie rien! Partie 1/2 Le mois de mai est le bon moment pour rappeler quelques règles juridiques relatives au droit aux vacances annuelles. A i-je droit à des vacances, de combien de jours

Plus en détail

Mémoire soumis au COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES SUR L EMPLOI CHEZ LES JEUNES AU CANADA AVRIL 2014

Mémoire soumis au COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES SUR L EMPLOI CHEZ LES JEUNES AU CANADA AVRIL 2014 Mémoire soumis au COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES SUR L EMPLOI CHEZ LES JEUNES AU CANADA AVRIL 2014 D ici au 1 er juillet 2017, un million de Canadiens obtiendront leur premier

Plus en détail

coût et Financement d une année académique Bien poser le problème

coût et Financement d une année académique Bien poser le problème coût et Financement d une année académique Bien poser le problème Année académique 2014-2015 Pour les étudiants belges ou assimilés Vous avez pris la décision d entamer des études universitaires qui vous

Plus en détail

MEMORIAL MEMORIAL. Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg. Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION.

MEMORIAL MEMORIAL. Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg. Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION. MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 2187 1623 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 139 110 3122 juillet mai 2009 2014 S o m m a i r e Loi du 24

Plus en détail

GRILLE DE PROGRAMMATION DE L UNITÉ SENIORS ACTIFS VERSION INTERMÉDIAIRE

GRILLE DE PROGRAMMATION DE L UNITÉ SENIORS ACTIFS VERSION INTERMÉDIAIRE Le cadre de planification proposé par l unité de concertation «Seniors actifs 1» comprend : - six objectifs spécifiques à atteindre endéans les cinq ans ; - une série d objectifs intermédiaires, à initier

Plus en détail

Etat du marché de l emploi dans la région du Centre et point sur l impact de la crise économique

Etat du marché de l emploi dans la région du Centre et point sur l impact de la crise économique Etat du marché de l emploi dans la région du Centre et point sur l impact de la crise économique Contexte actuel difficile Contexte actuel local marqué par la perte de 601 emplois chez Duferco/NLMK Au-delà,

Plus en détail

Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon

Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon Alain Carrupt, Président syndicom, syndicat des médias et de la communication Fleurier 11.30 et Yverdon 18.30 Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon (Seul le texte parlé fait foi!) Les travailleuses

Plus en détail

QU EST-CE QU UN PARC NATUREL RÉGIONAL

QU EST-CE QU UN PARC NATUREL RÉGIONAL QU EST-CE QU UN PARC NATUREL RÉGIONAL Les Parcs naturels régionaux, institués il y a maintenant 40 ans, ont pour objectif de protéger le patrimoine naturel et culturel remarquable d'espaces ruraux de qualité

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR ACCUEIL PERISCOLAIRE Coordination périscolaire : 07 85 16 37 92

REGLEMENT INTERIEUR ACCUEIL PERISCOLAIRE Coordination périscolaire : 07 85 16 37 92 REGLEMENT INTERIEUR ACCUEIL PERISCOLAIRE Coordination périscolaire : 07 85 16 37 92 Ce règlement a été adopté par délibération du Conseil Municipal en date du 21 juillet 2014. GENERALITES L accueil périscolaire

Plus en détail

TRAVERSIÈRE ÉCOLE. jury & admission JURY CENTRAL & ADMISSION À L UNIVERSITÉ I SOUTIEN SCOLAIRE

TRAVERSIÈRE ÉCOLE. jury & admission JURY CENTRAL & ADMISSION À L UNIVERSITÉ I SOUTIEN SCOLAIRE ÉCOLE TRAVERSIÈRE JURY CENTRAL & ADMISSION À L UNIVERSITÉ I SOUTIEN SCOLAIRE jury & admission Ecole Traversière asbl Place de l Université 25-1348 Louvain-la-Neuve - Tél.: 010/246.369 www.traversiere.be

Plus en détail

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes Débat et argumentation Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes à travers le partage d expériences «La question se pose de savoir si le lien social ne se constitue que dans la lutte pour la

Plus en détail

POLITIQUE LINGUISTIQUE COLLÈGE DE L ASSOMPTION

POLITIQUE LINGUISTIQUE COLLÈGE DE L ASSOMPTION POLITIQUE LINGUISTIQUE COLLÈGE DE L ASSOMPTION 2013-2014 TABLE DES MATIÈRES 1. Préambule... 3 2. Politique linguistique : définition et contenu... 4 2.1. Définition d une politique linguistique... 4 2.2.

Plus en détail

Syndicalisme. d emploi

Syndicalisme. d emploi Syndicalisme de réseau Mode d emploi Table des matières P 3 - Introduction P 4 - Le syndicalisme de réseau, c est quoi? P 5 - Travailler en réseau, pourquoi? P 6 - Je crée mon réseau en 10 étapes P 11

Plus en détail

Charte «Éducation au Développement Durable» (EDD)

Charte «Éducation au Développement Durable» (EDD) Charte «Éducation au Développement Durable» (EDD) Le Cercle de c oopération des organisations non g ouvernementales de développement La Plateforme éducation à l environnement et au développement durable

Plus en détail

Capacité professionnelle au transport de marchandises par route pour gestionnaires de transport. Brochure d information - Mars 2015

Capacité professionnelle au transport de marchandises par route pour gestionnaires de transport. Brochure d information - Mars 2015 Capacité professionnelle au transport de marchandises par route pour gestionnaires de transport Brochure d information - Mars 2015 INSTITUT DU TRANSPORT ROUTIER & LOGISTIQUE BELGIQUE, a.s.b.l. Rue Archimède

Plus en détail

Des métiers d avenir DOSSIER DE PRESSE. Molinfaing, le 16 septembre 2014.

Des métiers d avenir DOSSIER DE PRESSE. Molinfaing, le 16 septembre 2014. Molinfaing, le 16 septembre 2014. DOSSIER DE PRESSE Le Centre de compétence Forem Logistique Liège a deux implantations : le centre de Bierset et son antenne de Molinfaing. Située dans le parc d activités

Plus en détail

Militants Droits Devant!

Militants Droits Devant! DOSSIER DE PRESSE Militants Droits Devant! Du 18 janvier au 19 janvier 2014 Au lycée La Joliverie à Saint Sébastien/Loire SOMMAIRE «DroitS Devant!» avec la JOC... p 3 Une nouvelle campagne d année... p

Plus en détail

STATUT. entendu? www.abvvmetaal.be

STATUT. entendu? www.abvvmetaal.be OUVRIERS EMPLOYÉS STATUT entendu? www.abvvmetaal.be le statut de salarié une étape importante Ouvrier vs. Employé Trouvez les nombreuses injustes différences Les différences entre les statuts d ouvrier

Plus en détail

DOCUMENT DE POLITIQUE EN MATIERE DE FORMATION Institut Catholique de Toulouse

DOCUMENT DE POLITIQUE EN MATIERE DE FORMATION Institut Catholique de Toulouse DOCUMENT DE POLITIQUE EN MATIERE DE FORMATION Institut Catholique de Toulouse La politique de l ICT en matière de formation s articule autour de plusieurs axes : 1. Elargissement de l offre de formation

Plus en détail

«Airbag en détails» Objectif. Pour qui? Critères de sélection SERVICES DES CONSEILLERS EN RESSOURCES HUMAINES

«Airbag en détails» Objectif. Pour qui? Critères de sélection SERVICES DES CONSEILLERS EN RESSOURCES HUMAINES SERVICES DES CONSEILLERS EN RESSOURCES HUMAINES ARLON Espace Didier, Rue de Diekirch, 38-6700 ARLON Tel. 063/67 03 56 - Fax 063/67 02 99 «Airbag en détails» CHARLEROI Rue de l'ecluse, 16-6000 CHARLEROI

Plus en détail

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France Refondation de l Ecole De la République Contribution des CCI de France Octobre 2012 Etablissements publics dirigés par des chefs d entreprises élus par leurs pairs, les CCI de France assurent globalement

Plus en détail

Dossier de presse. Construire la puissance publique de demain

Dossier de presse. Construire la puissance publique de demain Dossier de presse Construire la puissance publique de demain Jeudi 11 décembre 2014 0 Sommaire Avant-propos... 2 L État analyse ses missions : une démarche inédite... 3 Une réflexion globale et ouverte...

Plus en détail

Ecole du Premier degré d observation

Ecole du Premier degré d observation LA LOUVIERE LE ROEULX Ecole du Premier degré d observation Enseignement en immersion néerlandais A toi qui entres en 1re ou en 2e année à l Institut Saint-Joseph, nous te souhaitons la bienvenue. L Institut

Plus en détail

Rendez-vous à Lille les 18 et 19 novembre 2014!

Rendez-vous à Lille les 18 et 19 novembre 2014! vous invitent aux Rendez-vous à Lille les 18 et 19 novembre 2014! Les premières Rencontres Nationales de la Démocratie Participative, organisées par le Département du Val de Marne en 2011, ont rassemblé

Plus en détail

Intérimaire? Vous avez des droits! FGTB. Coordination intérim Ensemble, on est plus fort

Intérimaire? Vous avez des droits! FGTB. Coordination intérim Ensemble, on est plus fort Intérimaire? Vous avez des droits! FGTB Coordination intérim Ensemble, on est plus fort contenu au travail p. 5 le contrat de travail p. 6 salaire et avantages p. 7 primes p. 8 durée du travail p. 10 santé

Plus en détail

Relevé de conclusion de la réunion de négociation préalable du 20 janvier 2009

Relevé de conclusion de la réunion de négociation préalable du 20 janvier 2009 Comme le prévoit la nouvelle réglementation relative à la négociation préalable, le directeur général des ressources humaines du ministère a invité les syndicats représentatifs des personnels enseignants

Plus en détail

Documents nécessaires pour l inscription

Documents nécessaires pour l inscription Documents nécessaires pour l inscription Annexe 2 Le dossier administratif et le dossier médical complets doivent être obligatoirement déposés au secrétariat de l école avant le 15 septembre 2013 (prendre

Plus en détail

Fini les études? JE PLANIFIE MON AVENIR TESTS LA RECHERCHE D UN EMPLOI MA FARDE PRÉPAREZ ENTRETIEN!... PRÊT À PARTIR OÙ J EN SUIS RECHERCHE D EMPLOI?

Fini les études? JE PLANIFIE MON AVENIR TESTS LA RECHERCHE D UN EMPLOI MA FARDE PRÉPAREZ ENTRETIEN!... PRÊT À PARTIR OÙ J EN SUIS RECHERCHE D EMPLOI? Fini les études? JE PLANIFIE MON AVENIR TESTS TOUT CE QUE VOUS AVEZ TOUJOURS VOULU SAVOIR SUR LA RECHERCHE D UN EMPLOI PRÉPAREZ VOTRE ENTRETIEN!... PRÊT À PARTIR À L ÉTRANGER?... OÙ J EN SUIS DANS MA RECHERCHE

Plus en détail

Emissions TV contre les discriminations Discrimina Stop

Emissions TV contre les discriminations Discrimina Stop Emissions TV contre les discriminations Discrimina Stop Témoignage de Joëlle Gerber, coordinatrice au Conseil municipal des enfants de Schiltigheim. La commission «Respect de l autre» 2007-2010 du Conseil

Plus en détail

Pourquoi une préparation aux filières sélectives au LFS? Comment fonctionne la préparation aux filières sélectives?

Pourquoi une préparation aux filières sélectives au LFS? Comment fonctionne la préparation aux filières sélectives? PREPARATION AUX FILIERES SELECTIVES Année scolaire 2015-2016 Pour les élèves de Terminale et de Première qui souhaitent se préparer au mieux aux études supérieures. Approfondissements, renforcements et

Plus en détail