L aide de la Fondation mine-ex au Cambodge

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L aide de la Fondation mine-ex au Cambodge"

Transcription

1 Andrea Blumer-Schwyter, Physiothérapeute FH, Membre Rotary-Club Biel/Bienne L aide de la Fondation mine-ex au Cambodge Un rapport personnel de mon voyage au Cambodge du au Ce rapport décrit mes expériences personnelles au Cambodge. Je précise qu une partie de mes informations n ont pas pu être vérifiées. D autre part, j ai ajouté des impressions subjectives. Arrivée au Cambodge Début août, j ai atterri au Cambodge. Je suis curieuse de savoir ce qui m attend les 3 prochaines semaines. Je suis consciente des épreuves que ce pays a vécu et les nombreux défis que les organisations d entraide doivent relever. Je me réjouis de faire des nouvelles rencontres. J espère, comme délégué mine-ex du Rotary-Club Biel/Bienne apprendre le fonctionnement de la fondation en peu de temps. J aimerais savoir qui sont ces personnes que nous soutenons et quels sont les moyens les plus efficaces. La question de la durabilité me trotte dans la tête. Sur le chemin de l hôtel, je reçois les premières impressions des conditions de circulation de Phnom Penh. Le trafic très cahotique, consiste en mobilettes surchargées, voitures et camions comparables à d autres villes d Asie. Les obstacles les plus divers comme des pavés, des trous, des déchets de toute sorte, des voitures garées, des conducteurs de Tuck Tuck, des étals de marchandises ralentissent la circulation piétonne : ceci pour des êtres humains en bonne santé alors pour des handicapés Rôle du comité international de la Croix rouge (CICR) A l aéroport, je suis accueillie par Didier Cooreman, collaborateur du comité international de la croix rouge (CICR) et du «Head of Physical Rehabilitation Project» sur place. Il travaille en étroite collaboration avec les responsables des différents centres, ainsi qu avec le gouvernement. Le CIRC est un maillon important entre mine-ex et les projets sur place. Cette organisation s appuie dans ses projets sur des lignes directrices strictes et s occupe du contrôle de qualité. La fondation mine-ex soutient la «Component factory» à Phnom Penh, deux centres de réhabilitation (Kampong Speo et Battambang), l école de prothésistes CSPO de Phnom Penh et également le «Field trip», la visite des patients dans les villages. Les directives du CICR sont suivies partout où l argent de mine-ex est investi. «Component Factory» à Phnom Penh Le matin suivant, je visite la «Component Factory» à Phnom Penh. Cette fabrique appartient au gouvernement du Cambodge et est soutenue par le CICR. Ici sont fabriquées les prothèses, les cannes, les éclisses et les attelles qui sont ensuite envoyées gratuitement aux centres de réhabilitation et à l école des prothésistes. Le CICR participe à hauteur de 70% aux salaires des employés, qui gagnent, avec cet apport, 210 US$ par mois. Ce salaire est suffisant pour nourrir une famille au Cambogde. Le salaire le plus bas serait de 38 US$ sans ce soutien. Je remarque le bon climat de travail et l habileté des femmes et des hommes qui travaillent ici. Je regarde comment on apporte une bande de caoutchouc sur une structure métallique pour en faire un pied artificiel. Ensuite cette pièce est pressée dans une forme métallique. Cette presse donne la forme définitive au pied. On applique ensuite du polypropylène sur la pièce. Les restes et le vieux matériel sont transformés en granules et utilisés à nouveau. Dans un autre endroit, on procède à la fabrication d une prothèse de genou, et je m étonne du raffinement mécanique de cette articulation. La dernière acquisition est une presse à étamper pour métaux, offerte par mine-ex en juillet Cette machine permet de faire des pièces (vis, plaquettes, fils ) plus performantes et plus rapidement. Chaque morceau restant est soigneusement répertorié et rangé. La production annuelle est actuellement de 12'000 composants et 5'000 prothèses. 1

2 «Regional Physical Rehabilitation Center Battambang» Pendant mon séjour au Cambodge, je visite deux centres de réhabilitation, celui de Kampong Speo au sud de Phnom Penh et celui de Battambang au nord du pays. Le «Regional Physical Rehabilitation Center Battambang» géré par le «Ministry of Social Affairs Veterans and Youth Rehabilitation» couvre cinq provinces au nord-ouest du Cambodge où logent env. 160 personnes. Il y a un dortoir pour les hommes et un dortoir pour les femmes et les enfants. L ordre est primordial. Quelques femmes font la cuisine pour les patients et le personnel avec des légumes frais, du riz et un peu de viande. Le petit-déjeuner consiste en deux petits pains. Les 61 cambodgiens présents sont le directeur, les orthopédistes, les techniciens, les mécaniciens, les physiothérapeutes, le personnel administratif, les techniciens de surface et la sécurité. Il n y a ni médecin, ni personnel soignant. Ici aussi, le CICR complète les salaires à hauteur de 12'000 US$ par mois. Il est aussi garant pour que l argent des dons soit utilisé de manière efficace. Il y a des conversations animées, auxquelles j ai pu assister. Les protagonistes sont respectueux, à l écoute. On discute organisation, collaboration avec les hôpitaux régionaux ou l hôpital de Handa Emergency tout proche, problèmes de personnel. Les prothèses préfabriquées sont adaptées aux patients. D abord on prend une empreinte du membre amputé. De cette forme on obtient un cône en acétate de vinyl et d éthylène. Cette partie servira de lien avec la prothèse. Les orthopédistes réalisent un travail manuel de grande précision. Ils travaillent de manière consciencieuse et compétente. Ils ajustent la prothèse jusqu à ce qu elle soit confortablement adaptée au patient. Pendant le séjour de réhabilitation, les patients apprennent et exercent la coordination des mouvements pour optimiser l usage de la prothèse. Les prothèses doivent être très résistantes pour le quotidien et les patients doivent être en forme. Les infirmes, souvent des agriculteurs, doivent pouvoir travailler leurs champs de riz et assurer la base de leur subsistance. Ils doivent être capables de se déplacer sur un terrain escarpé ; leurs maisons sont souvent sur pilotis. Ils doivent pouvoir monter des escaliers. J ai mis l accent, dans mon travail comme physiothérapeute dans le centre de réhabilitation de Battambang. Heureusement, quelques physiothérapeutes parlaient quelques mots d anglais. Ils ont la possibilité d apprendre cette langue dans le centre. Un échange intéressant a pu avoir lieu. J ai souvent éveillé la curiosité parmi les patients et le personnel. La gestuelle a beaucoup aidé, car les mouvements peuvent être montrés avec les mains. Lever ou baisser le pouce est de compréhension internationale. 60 % des patients ont subi une amputation. Les autres ont des traumatismes orthopédiques ou neurologiques. Tous ont un accès gratuit. La confiance réciproque des patients m a beaucoup impressionné. Malgré la souffrance, il y a des moments de joie. Quelques patients me parlent en khmer, leur langue maternelle, et sont tout étonnés que je ne les comprenne pas du tout. Pendant mon travail, j apprends aussi énormément sur les problèmes personnels et les soucis de tous les jours : l argent, les pluies qui ne viennent pas, un morceau de terre vendu par obligation au gouvernement, des handicapés et des malades dans la famille, l écolage, même si l école est gratuite officiellement. Il est difficile d obtenir des chiffres sur l analphabétisme. Sur internet, je trouve le chiffre de 30%. Je me sens privilégiée de pouvoir habiter en Suisse. L infrastructure du centre, avec ses bancs de travail toujours rangés est d un bon niveau. Dans la salle de gymnastique de physiothérapie, je juge les engins comme les vélos, les crosswalker, les barres et les tapis suffisants. L entrainement en extérieur avec ses rampes, ses échelles, ses escaliers me plaisent beaucoup. Les physiothérapeutes aimeraient naturellement plus d engins ou des appareils d'électrothérapie. Mais je suis sceptique vis-à-vis de ces exigences, car je connais, de ma propre expérience, les exigences d entretien de ces machines, et je doute que le personnel ait le niveau de connaissance des contreindications. Personnellement, j investirais dans la formation des physiothérapeutes. Dans le domaine thérapie de recherche, thérapie de soins et coaching des patients il y a encore des progrès à faire, en particulier chez les pour les maladies complexes. Le gouvernement devrait s investir plus dans la formation. Ensuite, j ai visité la 2

3 Technical School for Medical Care à Phnom Penh, un institut d état. J ai eu l occasion d en apprendre plus sur la formation des physiothérapeutes. Cette visite a assouvi ma curiosité et n a rien a voir avec le CICR ou Mine-ex. Le métier de physiothérapeute est relativement récent, et il n existe pas de littérature spécialisée en Khmer. Les leçons ont lieu dans la langue du pays. Très peu de gens parlent anglais. Au centre de réhabilitation, je fais la connaissance du Battambang Women s Wheelchair Basketball Team. Je fais aussi connaissance du manager Christopher Minko, un australien vivant depuis 20 ans au Cambodge. J apprends beaucoup sur l esprit d engagement de ces jeunes femmes, la signification du sport pour handicapés dans un pays pauvre, le peu de chance de mariage, les difficultés de financement des équipes, etc. En un jour, j ausculte toutes les sportives et leur donne des directives d amélioration de leur entrainement. Cette fois, c est une jeune aveugle qui fait la traduction. Au début, je dois décrire exactement ce que je fais et ce que qu il n est pas permis de demander. Au Cambodge on ne questionne pas sur un passé triste. «No ask». A l entrainement des faiblesses suit un «Can not». Mais la journée finit avec des rires sur les situations comiques. «Field trip» dans la région de Pailin J ai eu de fortes impressions dans le Field trip dans la région de Pailin, proche de la frontière avec la Thailande. Avec deux véhicules tout-terrain du CICR, nous visitons surtout des patients amputés dans les villages. Le team comprend trois techniciens, un orthopédiste, un physiothérapeute, un secrétaire et deux chauffeurs. Le service sur place consiste au remplacement des prothèses, à leur réparation ainsi qu aux éclisses et chaises roulantes. La population est informée une semaine avant le déplacement par haut-parleur, monté sur une voiture qui sillonne le village. La population est aussi rendue attentive par la commune. Le maire vient à notre rencontre et dit avec fierté que l information a été diffusée pour la première fois par la radio. On nous fait comprendre que ce nouveau service devrait être couvert. Didier Cooreman n entre pas en matière. Le lieu de rencontre est situé dans une pagode. Nous sommes accueillis à notre arrivée par un grand nombre de patients, souvent amputés d une jambe. Notre groupe se met tout de suite à la tâche avec application. Une bâche est posée parterre et les patients s assoient rapidement sur le sol, sur un rang, et attendent patiemment. L établi est fixé directement au véhicule. Savon et premiers soins pour le mognon sont distribués gratuitement. Un bureau mobile est installé. Chaque patient et chaque prothèse sont répertoriés. 260 patients sont enregistrés dans cette région. Ce jour, 102 se sont présentés. Cela signifie que 40% des patients dans un cercle de cinq à huit kilomètres ont besoin de cette aide. Il s agit surtout d hommes entre 40 et 55 ans, souvent des paysans, victimes de la guerre du temps des Khmers rouges, amputés d une jambe. Il est heureux de voir comme ces prothèses et ces pieds artificiels sont utilisés et usés. Grâce au bon fonctionnement de ces prothèses, les handicapés sont entièrement intégrés dans le travail quotidien. Certains ont fait un trou dans leur jambe artificielle. De cette manière, l eau infiltrée dans les rizières peut s écouler. Un forestier a planté sa hache dans sa prothèse. La fissure est colmatée professionnellement pour lui rendre sa stabilité. Pour le remplacement complet de la prothèse les patients et leur famille peuvent se rendre au centre de réhabilitation de Battambang. Leurs frais seront remboursés, attestés par une empreinte digitale. Un jeune de quatre ans a des pieds bots. Ses rails doivent être ajustés. Grâce à ces orthèses, il saute tous les obstacles avec joie. Une vieille femme est conduite en moto avec sa chaise roulante qui tombe en mille morceaux, et subit une révision complète. Une jeune femme de 20 ans, souffrant de poliomyélite a besoin de nouvelles attèles. Son nourrisson est avec elle. Ses éclisses peuvent être réparées provisoirement sur place. On lui donne des renseignements sur le centre de réhabilitation à Battambang. L équipe travaille toute la journée entrecoupée d une petite pose à midi. Il fait nuit. Nous couchons dans un hôtel modeste sur place. Une autre région est visitée le lendemain. Les frais journaliers du team s élèvent à US$

4 Didier Cooreman participe pour la première fois à une visite de ce type. Le soir, nous discutons longtemps au sujet de l accroissement de l efficience et du report de responsabilités sur la région. Il faut utiliser de l argent des dons avec parcimonie. L équipe pourrait par exemple rentrer le soir, les routes ayant été améliorées depuis. Quelquefois, deux régions par jour pourraient être visitées. Le trajet d information pourrait être optimisé en engageant le chauffeur au repos pendant notre travail. On peut se poser la question de la distribution gratuite de savon, de chaussettes et de flip-flops., Pourrait-on les faire participer les patients plus à l aise financièrement? Comment faire un tri juste? Est-ce qu il serait plus économique que les patients de régions isolées se rendent directement à Battambang? Ces réflexions sont discutées à notre retour avec le directeur du centre de Battambang. Entre temps, j ai appris que de nouvelles mesures ont été prises. L important, c est que le noyau du service reste en place. Une prothèse défectueuse signifie : incapacité de travail. Le personnel aussi aime se rendre dans les «Field trips» et doit rester motivé, car il fait un excellent travail. Je quitte Battambang avec une grande satisfaction intérieure. Il s agit d un centre bien organisé. Le but principal est l aide au patient. Le personnel est fiable et donne le meilleur de soi. On sent un esprit positif. Cambodian School of Prosthetics and Orthotics (CSPO) De retour à Phnom Penh, je visite la Cambodian School of Prosthetics and Orthotics (CSPO). Dans cet institut international sont formés env. 14 jeunes chaque année, pendant 3 ans. Il s agit d études théoriques et pratiques. La fondation mine-ex paye les frais de scolarité pour cinq étudiants cambodgiens à 12'000. US$ chacun. Ce montant inclue un petit salaire de US$ par mois pour le coûp de la vie. Après leurs études, ils travailleront dans leur pays, dans les différents centres de réhabilitation. Avec Didier, je rencontre le team responsable pour l'éducation, qui s occupent de manière très personnelle de ses élèves du Cambodge, de Malaisie, des Philippines, d Irak, de Nouvelle Guinée, de Myanmar et du Népal. Les futurs prothésistes orthésistes sont testés en mathématiques, en anglais, en biologie et en physique. Une motivation et un sens social sont exigés. Les personnes handicapées sont également prises en considération. En règle générale un nombre égal de femmes et d hommes sont formés. Le Cambodge a un besoin pressant de spécialistes, surtout à Battambang où le personnel manque. Un problème persiste. C est celui des prothésistes qui ne restent pas dans leur métier, parce qu ils obtiennent une meilleure rémunération dans un autre domaine. Il est question d obliger les étudiants de travailler au minimum deux ans dans le métier qu ils ont appris. Le gouvernement paye des salaires très bas pour le personnel de santé. Le risque est qu ils quittent leur métier et même demandent aux patients de l argent pour améliorer leurs revenus. Je suppose qu une situation semblable se trouve dans les hôpitaux publics et dans les écoles. Pour contrer ceci, les organisations d entraide offrent un complément de salaire au personnel prothésiste. La situation devient problématique lorsque les organisations d'entre-aide se font concurrence lors de la recherche de personnel et offrent des salaires disproportionnés. Didier Cooreman planifie, pour ce faire, une séance de coordination avec les autres organisations. Les enseignants nous informent en détail sur les progrès et les difficultés des études de quelques étudiants. La langue d enseignement est l anglais. Les étudiants ont accès à internet où ils peuvent obtenir des informations sur leur métier. On encourage l échange culturel. Des enseignants étrangers sont engagés. Un prof de Tanzanie complète le groupe depuis septembre. A la fin de chaque année, 4 experts corrigent les examens. En outre, on engage deux observateurs. Didier est l un d eux. Les étudiants doivent se donner de la peine, car leur bourse pourrait revenir à un nouvel étudiant. Nous entrons dans la classe des étudiants subventionnés par mine-ex. Ils remercient pour le soutien venant de la Suisse. Avec la visite du CSPO le cercle est bouclé. 4

5 Conclusion Grâce aux donations des milliers de personnes amputés reçoivent des prothèses. Ceci est indispensables à la reprise de leur activité professionnelle et leur permet de subvenir à leurs besoins. Les difficultés du Cambodge vont se poursuivre dans les prochaines années. La guerre est finie, mais les tensions politiques internes et externes sont encore perceptibles. Une certaine classe conduit des véhicules de grand prix, mais un minimum vital pour le gros de la population n est pas encore une réalité. Même avec une diminution de nouveaux accidents, il faut de nouvelles prothèses tant que ces gens vivront. A moyen terme, le gouvernement ne va pas assumer tous les frais des handicapés. Grâce à la collaboration avec le CICR sur place, nous sommes sûrs que nos dons seront utilisés de manière optimale. La durabilité signifie pour moi que nous ne devrons pas lâcher prise et continuer notre soutien avec nos dons jusqu à ce que la situation sur place ait changé. Mon voyage au Cambodge a été un enrichissement pour moi. Chaque jour a été passionnant. Les rencontres personnelles ont touché mon cœur et m ont rempli de joie. Je remercie tout spécialement Peter Eichenberger, le président de la fondation Mine-ex, qui m a donné la possibilité d entreprendre ce voyage. Grâce à lui, j ai reçu l autorisation du CICR et du ministère cambodgien pour visiter ces projets. Il m a aussi permis de contacter Didier Cooreman, ce qui m a permis de visiter un maximum de lieux en un temps très limité. Je remercie aussi Antoine Weber, délégué du CICR pour l Asie qui m a aidé dans la préparation de ce voyage. Avec ses livres et surtout ses informations personnelles, il m a sensibilisé sur les questions essentielles. Un grand, grand merci à tous! 5

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Vivre debout : Vers un renforcement de l acceptation et de la prise en charge des personnes handicapées en Haïti

Vivre debout : Vers un renforcement de l acceptation et de la prise en charge des personnes handicapées en Haïti Vivre debout : Vers un renforcement de l acceptation et de la prise en charge des personnes handicapées en Haïti «Lorsque je ne porte pas mes orthèses, je me sens handicapée», déclare Mause-Darline Francois,

Plus en détail

CENTRE DE RÉÉDUCATION PROFESSIONNELLE. Programmes et services

CENTRE DE RÉÉDUCATION PROFESSIONNELLE. Programmes et services CENTRE DE RÉÉDUCATION PROFESSIONNELLE Programmes et services 1 2 Bienvenue Le Centre de rééducation professionnelle appartient à Travail sécuritaire NB, lequel en assure la gestion. Il offre des services

Plus en détail

Rapport bourse Explora

Rapport bourse Explora 05/09/2011 Rapport bourse Explora Stage de 3 mois au Brésil Raphaël BONSANG raphael.bonsang@ecl2012.ec-lyon.fr Ecole Centrale Lyon 1 Vie pratique - Logement : Lors de ma demande de stage, j ai demandé

Plus en détail

Recommandez Sunrise. Un partenaire de confiance.

Recommandez Sunrise. Un partenaire de confiance. Recommandez Sunrise Un partenaire de confiance. Soins de longue durée et soins pour personnes semi-autonomes Soins pour personnes souffrant de l Alzheimer ou éprouvant des troubles de la mémoire Soins

Plus en détail

Compte rendu : Bourse Explora Sup

Compte rendu : Bourse Explora Sup Compte rendu : Bourse Explora Sup J ai effectué un stage d un mois et demi passionnant au sein de l école de langue anglaise LTC à Brighton. J ai eu par la suite la chance d être embauchée durant un mois

Plus en détail

Semestre d étude à l Université de Limerick

Semestre d étude à l Université de Limerick Camille DESTOMBES Rapport fin de séjour Semestre d étude à l Université de Limerick Année 2013-2014 J ai passé le semestre d automne 2013-2014 dans l université de Limerick dans le sud-ouest de l Irlande

Plus en détail

LANGUAGE STUDIES INTERNATIONAL

LANGUAGE STUDIES INTERNATIONAL Répondez aux questions suivantes : 1. Où habitez-vous? 2. Quand êtes-vous arrivé à Paris? 3. Quelle est votre profession? Complétez les phrases : 1. Je ne (être) pas français. 2. Je (parler) un peu le

Plus en détail

La mobilité en toute sécurité.

La mobilité en toute sécurité. La mobilité en toute sécurité. Mobilité, rapidité, confort et sécurité. Les CFF transportent environ un million de passagers, jour après jour. Car le train est fiable. Car voyager en train, c est pratique

Plus en détail

TÉMOIGNAGES de participantes et de participants dans des groupes d alphabétisation populaire

TÉMOIGNAGES de participantes et de participants dans des groupes d alphabétisation populaire TÉMOIGNAGES de participantes et de participants dans des groupes d alphabétisation populaire Démarche sur l aide financière aux participantes Marie-Lourdes Pas beaucoup d argent pour tout ce qu il faut

Plus en détail

Evaluation de l organisation interne

Evaluation de l organisation interne Module 1 Module Evaluation de l organisation interne Table des matières SECTION 1 Mission et valeurs 34 SECTION 2 Gestion 1 40 SECTION 3 Gestion 2 46 T E A R F U N D 2 0 0 3 33 Module 1 Section 1 Mission

Plus en détail

CENTRES SCOLAIRES ET FOYERS D ACCUEIL AU CAMBODGE ET AUX PHILIPPINES

CENTRES SCOLAIRES ET FOYERS D ACCUEIL AU CAMBODGE ET AUX PHILIPPINES 2013 CENTRES SCOLAIRES ET FOYERS D ACCUEIL AU CAMBODGE ET AUX PHILIPPINES Bâtir les hommes et les femmes de demain L enfant que nous aidons aujourd hui sauvera son pays demain OÙ EN SOMMES-NOUS? Nos 7

Plus en détail

Institut d Études Politiques de Grenoble. Rapport de fin de séjour

Institut d Études Politiques de Grenoble. Rapport de fin de séjour Julia Lamotte Institut d Études Politiques de Grenoble Année de mobilité : Master 1 Rapport de fin de séjour Stage au Centro de Investigacion y estudios superiores en Anthropologia social (CIESAS) San

Plus en détail

Canada. Bulletin d information. Réfugiés pris en charge par le gouvernement. Réinstallation des réfugiés au

Canada. Bulletin d information. Réfugiés pris en charge par le gouvernement. Réinstallation des réfugiés au Réfugiés pris en charge par le gouvernement Canada Réinstallation des réfugiés au Bulletin d information Vous souhaitez vous réinstaller au Canada et votre demande a fait l objet d un examen initial par

Plus en détail

A/ Vie pratique : Logement :

A/ Vie pratique : Logement : A/ Vie pratique : Logement : Au cours de mon année universitaire à Wrexham, j ai logé en résidence universitaire. Wrexham village est l une des deux résidences universitaires situées au sein même du campus

Plus en détail

entraide, bénévolat, coup de main sur l exploitation

entraide, bénévolat, coup de main sur l exploitation agriculteurs, viticulteurs entraide, bénévolat, coup de main sur l exploitation assurances et responsabilités Philippe Ravillon SITMAFGR (Société des Ingénieurs et Techniciens du Machinisme Agricole) Raymond

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE

DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE Protection ACCIDENT Protection HOSPI Capital ÉQUIPEMENT HANDICAP / DÉPENDANCE Contact presse : Stéphanie ARREGROS Responsable Communication Tél. : 01 64

Plus en détail

Des solutions efficaces, économiques, écologiques. Les professionnels de la mobilité durable

Des solutions efficaces, économiques, écologiques. Les professionnels de la mobilité durable Des solutions efficaces, économiques, écologiques Les professionnels de la mobilité durable Mobili-T et la gestion des déplacements Mobili-T, le Centre de gestion des déplacements du Québec métropolitain,

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

Patrouilleur TCS. Un métier dans la high-tech, une passion. patrouille tcs

Patrouilleur TCS. Un métier dans la high-tech, une passion. patrouille tcs Patrouilleur TCS Un métier dans la high-tech, une passion. patrouille tcs En devenant Patrouilleur TCS, vous choisissez l un des métiers les plus utiles de Suisse. Principales activités» Apporter une aide

Plus en détail

SEMESTRE D ETUDE A MONASH UNIVERSITY SUNWAY MALAYSIA

SEMESTRE D ETUDE A MONASH UNIVERSITY SUNWAY MALAYSIA Adrian LAMBLIN SEMESTRE D ETUDE A MONASH UNIVERSITY SUNWAY MALAYSIA Bonjour à tous, Je m appelle Adrian et je reviens de Malaisie où j ai effectué un semestre d étude à Monash University Malaysia qui fut

Plus en détail

E V A SCORE AOFAS AVANT-PIED

E V A SCORE AOFAS AVANT-PIED Bilan pré-opératoire Questionnaire à remplir par le patient Dr. Aloïs ESPIÉ Nom : Prénom : Date de naissance : / / 19 Date de l examen : / / 201 A propos de votre pied : droit gauche Opéré le : / / 201

Plus en détail

Chez les réparateurs de zém

Chez les réparateurs de zém Chez les réparateurs de zém Thèmes Questions de société, vie quotidienne Concept Le webdocumentaire Indépendances africaines, documentaire conçu spécifiquement pour le web, offre un voyage dans 16 pays

Plus en détail

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE!

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! rétablissement et psychose / Fiche 1 JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! JJérôme s énerve : «Je ne suis pas psychotique! Vous ne dites que des conneries! Je suis moi, Jérôme, et je ne vois pas le monde comme vous,

Plus en détail

BAREME D INFIRMITE CRANE ET RACHIS MEMBRES SUPERIEURS DROITE GAUCHE MEMBRES INFERIEURS

BAREME D INFIRMITE CRANE ET RACHIS MEMBRES SUPERIEURS DROITE GAUCHE MEMBRES INFERIEURS BAREME D INFIRMITE L INFIRMITE PERMANENTE TOTALE - Aliénation mentale incurable et totale résultant directement et exclusivement d un accident 100 % - Perte complète de la vision des deux yeux 100 % -

Plus en détail

Service-conseil à la clientèle en équipement motorisé

Service-conseil à la clientèle en équipement motorisé DEP 5258 Service-conseil à la clientèle en équipement motorisé STAGE DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN MILIEU DE TRAVAIL 359-147 GUIDE DE PRÉPARATION AVANT LE STAGE Tables des matières Introduction...3 Mon

Plus en détail

Information au patient

Information au patient Information au patient Hôpital de jour médico-chirurgical Je vais subir une intervention chirurgicale en hôpital de jour, cela signifie que l intervention et le retour à domicile s effectueront le même

Plus en détail

Celui qui aime apprendre est proche du savoir. Charte de vie de la section fondamentale. Centre Scolaire de Ma Campagne. Confucius

Celui qui aime apprendre est proche du savoir. Charte de vie de la section fondamentale. Centre Scolaire de Ma Campagne. Confucius 2015 2016 Charte de vie de la section fondamentale Celui qui aime apprendre est proche du savoir. Confucius Centre Scolaire de Ma Campagne Rue Africaine, 3 1050 Bruxelles Pour vivre en groupe correctement

Plus en détail

Rapport de fin de séjour Mobilité en formation :

Rapport de fin de séjour Mobilité en formation : Rapport de fin de séjour Mobilité en formation : A. Vie pratique : J ai effectué mon Master 1 de droit public en Erasmus à Copenhague d août 2009 à fin mai 2010. Logement : Accès au logement : J ai pu

Plus en détail

ΥΠΟΥΡΓΕΙΟ ΕΘΝΙΚΗΣ ΠΑΙΔΕΙΑΣ ΚΑΙ ΘΡΗΣΚΕΥΜΑΤΩΝ ΚΡΑΤΙΚΟ ΠΙΣΤΟΠΟΙΗΤΙΚΟ ΓΛΩΣΣΟΜΑΘΕΙΑΣ

ΥΠΟΥΡΓΕΙΟ ΕΘΝΙΚΗΣ ΠΑΙΔΕΙΑΣ ΚΑΙ ΘΡΗΣΚΕΥΜΑΤΩΝ ΚΡΑΤΙΚΟ ΠΙΣΤΟΠΟΙΗΤΙΚΟ ΓΛΩΣΣΟΜΑΘΕΙΑΣ ΥΠΟΥΡΓΕΙΟ ΕΘΝΙΚΗΣ ΠΑΙΔΕΙΑΣ ΚΑΙ ΘΡΗΣΚΕΥΜΑΤΩΝ ΚΡΑΤΙΚΟ ΠΙΣΤΟΠΟΙΗΤΙΚΟ ΓΛΩΣΣΟΜΑΘΕΙΑΣ CERTIFICATION EN LANGUE FRANÇAISE NIVEAU B2 ÉPREUVE 3 : compréhension de l'oral NOVEMBRE 2008 Κρατικό Πιστοποιητικό Γλωσσομάθειας

Plus en détail

esle.qc.ca http://esle.qc.ca ou bien le premier lien qui apparaît est ma page à l école secondaire les Etchemins.

esle.qc.ca http://esle.qc.ca ou bien le premier lien qui apparaît est ma page à l école secondaire les Etchemins. 2013-2014 Bonjour parents Il me fait plaisir de me présenter et de vous envoyer ce courriel À droite, une photo de moi ; Yvan multiples 2009 dans ma classe qui a été faite avec Photoshop. Les étudiants

Plus en détail

LE PROJET SOCIAL ET ÉDUCATIF PERISCOLAIRE ACCUEIL DE LOISIRS LES CHRYSALIDES AUMETZ

LE PROJET SOCIAL ET ÉDUCATIF PERISCOLAIRE ACCUEIL DE LOISIRS LES CHRYSALIDES AUMETZ LE PROJET SOCIAL ET ÉDUCATIF PERISCOLAIRE ACCUEIL DE LOISIRS LES CHRYSALIDES AUMETZ L explosion de l activité professionnelle des femmes et la situation géographique de la commune d Aumetz et de notre

Plus en détail

Information destinée aux patients Votre rééducation après une opération du ligament croisé antérieur du genou

Information destinée aux patients Votre rééducation après une opération du ligament croisé antérieur du genou Information destinée aux patients Votre rééducation après une opération du ligament croisé antérieur du genou Service de chirurgie orthopédique et traumatologie de l appareil moteur Objectif de votre rééducation

Plus en détail

Le passé composé. J ai trouvé 100 F dans la rue. Il est parti à 5 h 00.

Le passé composé. J ai trouvé 100 F dans la rue. Il est parti à 5 h 00. Le passé composé J ai trouvé 100 F dans la rue. Il est parti à 5 h 00. Le passé composé présente des actions passées, ponctuelles, et d une durée délimitée dans le passé. Formation : avoir ou être (au

Plus en détail

Assurances véhicules à moteur. Assurance occupants pourquoi est-elle nécessaire? Assurance accidents

Assurances véhicules à moteur. Assurance occupants pourquoi est-elle nécessaire? Assurance accidents Assurances véhicules à moteur 68 69 Assurance occupants pourquoi est-elle nécessaire? J entends des avis très contradictoires sur la nécessité de l assurance occupants d un véhicule à moteur. En Suisse,

Plus en détail

La Fondatrice des Editions Bakame classée parmi les Entrepreneures Modèles

La Fondatrice des Editions Bakame classée parmi les Entrepreneures Modèles RWANDA NEWS AGENCY GRANDS LACS HEBDO La Fondatrice des Editions Bakame classée parmi les Entrepreneures Modèles Tuesday, 05 March 2013 17:49 by Gakwaya André La Fondatrice de l Edition Bakame au Rwanda

Plus en détail

LE CAR VA PARTOUT. www.qui-dautre.ch

LE CAR VA PARTOUT. www.qui-dautre.ch LE CAR VA PARTOUT. www.qui-dautre.ch que les cars sont essentiels à la mobilité durable? 3 que les cars sont indispensables aux déplacements des personnes? 4 que les cars sont des fournisseurs d emploi

Plus en détail

Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) ISBN 0-7711-3999-9

Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) ISBN 0-7711-3999-9 Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) 371.9 Un travail collectif : Renseignements aux parents d élèves ayant des besoins spéciaux ISBN 0-7711-3999-9 1. Éducation

Plus en détail

Ecole erber. Dossier de Presse. Le 20 octobre 2011 Inauguration l Ecole Kerber. Une école indépendante, laïque et gratuite

Ecole erber. Dossier de Presse. Le 20 octobre 2011 Inauguration l Ecole Kerber. Une école indépendante, laïque et gratuite Dossier de Presse,,,, Une école indépendante, laïque et gratuite Le 20 octobre 2011 Inauguration l Ecole K Une nouvelle chance pour des enfants de pouvoir apprendre dans les meilleures conditions. Ecole

Plus en détail

Échelles et autres aides à monter

Échelles et autres aides à monter Échelles et autres aides à monter Utiliser des aides à grimper et des échelles inadaptées est une des causes les plus fréquentes des chutes d une certaine hauteur. Par commodité, économie mal placée ou

Plus en détail

Excellent service, soins prodigués avec compassion

Excellent service, soins prodigués avec compassion Centre d accès aux soins communautaires du Centre Plan stratégique (2014-2017) Sommaire Excellent service, soins prodigués avec compassion EXCELLENT SERVICE, SOINS PRODIGUÉS AVEC COMPASSION Le Plan stratégique

Plus en détail

oulez habillé et gagnez entre 100 et 200 DT par mois.

oulez habillé et gagnez entre 100 et 200 DT par mois. oulez habillé et gagnez entre 100 et 200 DT par mois. Votre voiture vous fait gagner de l argent! Roulez tendance et gagnez entre 100 et 200 DT par mois. Simplement en étant sponsorisé! Vous portez un

Plus en détail

Maison Intercommunale de la Petite Enfance Inauguration le 2 février 2011

Maison Intercommunale de la Petite Enfance Inauguration le 2 février 2011 Maison Intercommunale de la Petite Enfance Inauguration le 2 février 2011 J ai pas envie d y aller, à la crèche! Déjà, on a changé de ville et de maison, et je n ai plus ma Nounou, et je suis tout perdu.

Plus en détail

L assurance des chefs d entreprise Protection à toute épreuve en cas d accident

L assurance des chefs d entreprise Protection à toute épreuve en cas d accident L assurance des chefs d entreprise Protection à toute épreuve en cas d accident L assurance des chefs d entreprise offre aux indépendants et aux membres de leur famille travaillant dans l entreprise une

Plus en détail

DEC accéléré en Soins infirmiers

DEC accéléré en Soins infirmiers P O R T R A I T S D É T U D I A N T E S I M M I G R A N T E S P A R C O U R S I N S P I R A N T S Nous vous présentons des personnes immigrantes dont le parcours de vie, professionnel et scolaire est à

Plus en détail

EOVI ENTREPRENEUR Des solutions pour ne plus jouer

EOVI ENTREPRENEUR Des solutions pour ne plus jouer EOVI ENTREPRENEUR Des solutions pour ne plus jouer en SOLO SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE dépendance la qui renouvelle la mutuelle ARTISANS, COMMerçANTS, professions LIBÉRAles, INDÉPENDANTS... Vous

Plus en détail

au Cambodge et aux Philippines

au Cambodge et aux Philippines Nos centres scolaires et foyers d accueil pour bâtir des hommes au Cambodge et aux Philippines L enfant que nous aidons aujourd hui sauvera son pays demain Qui sommes-nous? Notre vision Face la souffrance

Plus en détail

Comment générer des revenus en Affiliation

Comment générer des revenus en Affiliation Comment générer des revenus en Affiliation Apprenez comment vous créer un système pour faire de l argent sur Internet Version 6 Programme Affiliation Entreprise Nexika Inc www.marketing-affiliation.com

Plus en détail

PNL & RECRUTEMENT IMPACT SUR LES ENTRETIENS Présentation du 10/06/03

PNL & RECRUTEMENT IMPACT SUR LES ENTRETIENS Présentation du 10/06/03 PNL & RECRUTEMENT IMPACT SUR LES ENTRETIENS Présentation du 10/06/03 Introduction : Questions/réponses : Qu est-ce que pour vous un bon recrutement? Cela dépend de quoi? Qu est-ce qui est sous votre contrôle?

Plus en détail

Mon argent pour la vie

Mon argent pour la vie Mon argent pour la vie Bâtir son épargne. Protéger ses avoirs. Prendre sa retraite en toute confiance. QUESTIONNAIRE SUR LE STYLE DE VIE À LA RETRAITE NAME DATE CURRENT AGE AGE YOU HOPE TO RETIRE La vie

Plus en détail

Égalité des chances pour toutes et tous

Égalité des chances pour toutes et tous Égalité des chances pour toutes et tous L égalité des chances pour toutes les personnes vivant en Suisse et un des piliers centraux d une société juste et solidaire. L égalité des chances signifie d abord

Plus en détail

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS Strasbourg, 17 février 2010 [cdcj/cdcj et comités subordonnés/ documents de travail/cj-s-ch (2010) 4F final] CJ-S-CH (2010) 4F FINAL GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH)

Plus en détail

Circonscription de. Valence d Agen

Circonscription de. Valence d Agen Circonscription de Valence d Agen Pourquoi ce guide? Depuis des décennies, le sujet des devoirs à la maison est discuté dans et hors de l école. Nous avons souhaité faire le point sur ce sujet afin de

Plus en détail

La protection sociale qui comprend les indépendants, je suis pour!

La protection sociale qui comprend les indépendants, je suis pour! SOLUTIONS ENTREPRENEUR La protection sociale qui comprend les indépendants, je suis pour! Sophie B. Commerçante prévoyance épargne retraite ARTISANS, COMMERÇANTS, PROFESSIONS LIBÉRALES, INDÉPENDANTS......

Plus en détail

Rapport de fin de séjour

Rapport de fin de séjour Gaspard Elise Rapport de fin de séjour J ai effectué mon année 2014/2015 en échange aux Pays Bas à Arnhem à Han Business School pour un DUETI International Business and Management. a) Vie pratique : Logement

Plus en détail

S ickness Impact Profile (SIP)

S ickness Impact Profile (SIP) Nom : Prénom : Date de naissance : Service : Hôpital/Centre MPR : Examinateur : Date du jour : Étiquettes du patient S ickness Impact Profile (SIP) Il présente le même problème de droit d auteur (pour

Plus en détail

Guide de stage. Nom... Prénom... Classe...

Guide de stage. Nom... Prénom... Classe... Guide de stage Nom... Prénom... Classe... Direction de l instruction publiue, de la culture et du sport DICS Direktion für Erziehung, Kultur und Sport EKSD Guide de stage Qu est-ce ue le guide de stage?

Plus en détail

L éducation au Bénin : «Nous étions aveugles, maintenant, nous commençons à y voir clair!»

L éducation au Bénin : «Nous étions aveugles, maintenant, nous commençons à y voir clair!» L éducation au Bénin : «Nous étions aveugles, maintenant, nous commençons à y voir clair!» Richard Gerster* Le nombre des élèves augmente rapidement au niveau primaire. Au Bénin, un pays d Afrique de l

Plus en détail

LIVRET DE SUIVI DE STAGE

LIVRET DE SUIVI DE STAGE Lycée Professionnel Pierre MENDES FRANCE BRUAY BARLIN 3ième Préparatoire aux Formations Professionnelles PÉRIODES DE DECOUVERTE EN MILIEU PROFESSIONNEL LYCÉE PIERRE MENDES FRANCE Rue de Saint-OMER 62700

Plus en détail

Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles

Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles Cet outil offre aux conseillers en orientation professionnelle : un processus étape par étape pour réaliser une évaluation informelle

Plus en détail

Votre accès à la sécurité

Votre accès à la sécurité Votre accès à la sécurité security you can trust Votre accès à la sécurité Bienvenu Bienvenu chez Orell Füssli Security Printing Ltd, l une des entreprises les plus expérimentées du monde, spécialisée

Plus en détail

COMMUNIQUÉ LE PETIT LIVRET. pour dire STOP. aux idées fausses sur. la pauvreté

COMMUNIQUÉ LE PETIT LIVRET. pour dire STOP. aux idées fausses sur. la pauvreté LE PETIT LIVRET pour dire COMMUNIQUÉ STOP aux idées fausses sur la pauvreté LE PETIT LIVRET pour dire COMMUNIQUÉ As-tu déjà entendu dire : «On est chômeur parce qu on ne veut pas travailler»? C est une

Plus en détail

Combien vaut VRAIMENT votre vieille voiture

Combien vaut VRAIMENT votre vieille voiture Combien vaut VRAIMENT votre vieille voiture Ou Comment j ai appris par hasard que ma voiture avait été revendue 32 FOIS PLUS CHER que le montant de ma reprise! AVERTISSEMENT Cette fiche pratique n a qu

Plus en détail

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS.

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. MAIS UN JOUR IL PARTIT PLUS AU NORD POUR DÉCOUVRIR LE MONDE. IL MARCHAIT, MARCHAIT, MARCHAIT SANS S ARRÊTER.IL COMMENÇA

Plus en détail

«Prenez vos finances. «Comment vais-je arriver. en main.» à payer mes comptes?» Prendre soin de soi. À quoi s attendre. Que faire

«Prenez vos finances. «Comment vais-je arriver. en main.» à payer mes comptes?» Prendre soin de soi. À quoi s attendre. Que faire Prendre soin de soi À quoi s attendre Que vous travailliez à l extérieur de la maison ou que vous soyez parent au foyer, le cancer du sein pourrait nuire à votre capacité de travailler, ce qui aura inévitablement

Plus en détail

Prise en charge des fractures du fémur par enclouage intra-médullaire

Prise en charge des fractures du fémur par enclouage intra-médullaire Prise en charge des fractures du fémur par enclouage intra-médullaire GUIDE POUR LES PARENTS 514-412-4400, poste 23310 hopitalpourenfants.com/trauma Le fémur est l os le plus long du corps humain : il

Plus en détail

RAPPORT DE FIN DE SEJOUR

RAPPORT DE FIN DE SEJOUR RAPPORT DE FIN DE SEJOUR Australie / Sydney 2010 IUT2 Grenoble Département Technique de Commercialisation A/ Vie pratique -Logement- Les logements sont très chers en Australie et plus particulièrement

Plus en détail

Plan de la rencontre

Plan de la rencontre Un modèle novateur pour les élèves en difficulté de comportement Plan de la rencontre 1. L origine des classes kangourou Un résumé dans un classeur Nurture groups Gordon Neufeld 2. Qu est-ce que c est

Plus en détail

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Jalousie Du même auteur Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Dominique R. Michaud Jalousie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com

Plus en détail

Abteilung für schulische Evaluation

Abteilung für schulische Evaluation Questionnaire pour les parents type d enseignement de votre enfant/vos enfants: (si vous avez plusieurs enfants dans cette école, remplissez svp pour l enfant aîné) école fondamentale: école maternelle

Plus en détail

La reprise de la vie active

La reprise de la vie active Prothèse de hanche Les conseils de votre chirurgien La reprise de la vie active Vous êtes aujourd hui porteur d une prothèse de hanche ; elle va vous permettre de reprendre vos activités sans gène ni douleur.

Plus en détail

Rapport de fin de séjour

Rapport de fin de séjour DEQUEANT Kean Grenoble INP Génie Industriel 2013 Rapport de fin de séjour UNIVERSITY OF QUEENSLAND - AUSTRALIE Explo Ra Sup L Australie a toujours tenu une grande place dans mon cœur. Nation jeune et prospère,

Plus en détail

Le 31 octobre 2011, un Renault Trafic emprunte tranquillement et furtivement des petits chemins détournés, de la commune du Bugey.

Le 31 octobre 2011, un Renault Trafic emprunte tranquillement et furtivement des petits chemins détournés, de la commune du Bugey. ETUDE DU CAS N 1 Le 31 octobre 2011, un Renault Trafic emprunte tranquillement et furtivement des petits chemins détournés, de la commune du Bugey. A un croisement, les deux occupants sont contrôlés par

Plus en détail

COP MESSAGGIO 2014/2015 MESSAGGIO COP 2014 / 2015

COP MESSAGGIO 2014/2015 MESSAGGIO COP 2014 / 2015 MESSAGGIO COP 2014 / 2015 1 Monsieur le Secrétaire Général, Par cette lettre, j ai l honneur de vous confirmer que messaggio soutien les 10 principes du Pacte des Nations Unies concernant les droits de

Plus en détail

RÈGLEMENT SPÉCIFIQUE ÉCOLE DES BAYARDS

RÈGLEMENT SPÉCIFIQUE ÉCOLE DES BAYARDS RÈGLEMENT SPÉCIFIQUE ÉCOLE DES BAYARDS Les élèves sont pris en charge au début des leçons par les enseignantes qui arrêtent leur surveillance aux heures de sortie de l école. En hiver, les portes du collège

Plus en détail

Unité 10. Vers la vie active

Unité 10. Vers la vie active Nom Unité 10 Vers la vie active PARTIE 1 WRITING ACTIVITIES A 1 Les études Les lycéens pensent à leurs professions futures Dites à vos amis ce qu ils devront étudier pour faire le métier dont ils rêvent

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

Prisca CHABROLIN Année 2010-2011

Prisca CHABROLIN Année 2010-2011 Prisca CHABROLIN Année 2010-2011 I- Présentation de l entreprise A. Fonction B. Caractéristiques C. Tuteurs du stage II- Carnet de bord A. Horaires B. Activités III-Travaux A. Fiches de crédits à marge

Plus en détail

TIM S.A., une aventure d Homme

TIM S.A., une aventure d Homme Comité d entreprise 1 Sommaire Edito de M. Hans-Jürgen Hellich, Directeur Général de Tim SA p. 9 Edito de Cyril Terrière, Secrétaire du Comité d Entreprise Tim SA p. 11 Itinéraires croisés d une entreprise

Plus en détail

Campagnes de prévention Information aux enseignants

Campagnes de prévention Information aux enseignants Information aux enseignants 1/6 Ordre de travail Objectif Diverses campagnes ont été réalisées pour augmenter la sécurité routière. En nous appuyant sur l exemple d une campagne actuelle (turbosieste),

Plus en détail

www.assuranceski.com

www.assuranceski.com www.assuranceski.com Parce qu ils savent de quoi ils parlent, les professionnels de la montagne, adhérents de l association Orion Ticket Neige, ont créé une assurance spécifique pour vous garantir une

Plus en détail

Conditions supplémentaires d assurance (CSA) Assurance complémentaire d hospitalisation HOSPITAL CLASSICA

Conditions supplémentaires d assurance (CSA) Assurance complémentaire d hospitalisation HOSPITAL CLASSICA Le Groupe Helsana comprend Helsana Assurances SA, Helsana Assurances complémentaires SA, Helsana Accidents SA, Avanex Assurances SA, Progrès Assurances SA, Sansan Assurances SA et Maxi.ch Assurances SA.

Plus en détail

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript 2013 H I G H E R S C H O O L C E R T I F I C A T E E X A M I N A T I O N French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text FEMALE: MALE: FEMALE: MALE: FEMALE: Salut,

Plus en détail

Le caoutchouc au Cambodge

Le caoutchouc au Cambodge Le caoutchouc au Cambodge Actualisation au 14 novembre 2006 MINEFI DGTPE Prestation réalisée sous système de management de la qualité certifié AFAQ ISO 9001 Historique Les plus belles plantations d Asie

Plus en détail

Une école au Togo, épisode 1/4

Une école au Togo, épisode 1/4 Une école au Togo, épisode 1/4 Thèmes Éducation, formation Concept Ce documentaire présente la situation de l école primaire au Togo. Contenu Pour visionner le documentaire Une école au Togo, allez sur

Plus en détail

Les Allemands sont entrés en Moravie. Ils y sont arrivés à cheval, à moto, en voiture, en camion mais aussi en calèche, suivis d unités d infanterie

Les Allemands sont entrés en Moravie. Ils y sont arrivés à cheval, à moto, en voiture, en camion mais aussi en calèche, suivis d unités d infanterie 1 Les Allemands sont entrés en Moravie. Ils y sont arrivés à cheval, à moto, en voiture, en camion mais aussi en calèche, suivis d unités d infanterie et de colonnes de ravitaillement, puis de quelques

Plus en détail

UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE

UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE Bienvenue chez P&V En vous confiant à P&V, vous choisissez un assureur qui recherche avant tout l intérêt de ses assurés. Depuis son origine, en 1907, P&V s appuie sur des valeurs

Plus en détail

V64 V65. Les monte - escaliers avec plate-forme

V64 V65. Les monte - escaliers avec plate-forme V64 V65 Les monte - escaliers avec plate-forme V64 Le monte - escalier avec plate-forme pour fauteuil roulant à rail droit Accessibilité à tous les lieux publics ou privés, en toute sécurité grâce au monte-escalier

Plus en détail

ceinture bouclée, casque attaché, je prends la route en toute sérénité

ceinture bouclée, casque attaché, je prends la route en toute sérénité assurance auto & moto ceinture bouclée, casque attaché, je prends la route en toute sérénité sécurité du conducteur Pourquoi mettez-vous votre ceinture de sécurité ou votre casque de moto? Parce que vous

Plus en détail

Le Candidat paramédical Test d aptitude physique. Trousse d information. Élaboré et administré pour Ambulance Nouveau-Brunswick par

Le Candidat paramédical Test d aptitude physique. Trousse d information. Élaboré et administré pour Ambulance Nouveau-Brunswick par Le Candidat paramédical Test d aptitude physique Trousse d information Élaboré et administré pour Ambulance Nouveau-Brunswick par Le Candidat paramédical Test d aptitude physique Un partenariat entre LifeMark

Plus en détail

MONITORING DE LA COMPÉTITIVITÉ DU TRANSPORT AÉRIEN SUISSE

MONITORING DE LA COMPÉTITIVITÉ DU TRANSPORT AÉRIEN SUISSE MONITORING DE LA COMPÉTITIVITÉ DU TRANSPORT AÉRIEN SUISSE 2015 Résumé Le niveau et la dynamique de développement du transport aérien suisse sont analysés et évalués dans le cadre d un vaste monitoring

Plus en détail

Niramon et Ratree "aident" à la cuisine

Niramon et Ratree aident à la cuisine Bonjour à tous! Début Septembre, j ai passé 2 semaines d immersion dans mon centre de Maetho à suivre le rythme des sœurs et des enfants. Pendant que les jeunes étaient à l école, je les y retrouvais et

Plus en détail

A1 Parler avec quelqu un Je peux dire qui je suis, où je suis né(e), où j habite et demander le même type d informations à quelqu un. Je peux dire ce que je fais, comment je vais et demander à quelqu un

Plus en détail

Santé et relations humaines au travail Sommes-nous prêts à être plus performants?

Santé et relations humaines au travail Sommes-nous prêts à être plus performants? Santé et relations humaines au Sommes-nous prêts à être plus performants? Principaux enseignements de l enquête Mesure Management Santé chez les entrepreneurs de CroissancePlus Les traits d'identité constitutifs

Plus en détail

MES BESOINS ET MES VALEURS

MES BESOINS ET MES VALEURS MES BESOINS ET MES VALEURS Besoins : C est ce qu il faut pour me sentir bien avec moi-même. Exemples : - Pour me sentir bien, j ai besoin d être assuré d une grande sécurité d emploi. - Pour me sentir

Plus en détail

Rapport de Stage, Mobilité Allemagne

Rapport de Stage, Mobilité Allemagne Ce rapport fait office d une synthèse des événements en Allemagne, durant mon stage linguistique d une durée de 10 semaines. Rapport de Stage, Mobilité Allemagne Haus Morgenstern Yvonick Johannel Onangha

Plus en détail

Ecrire le règlement de la classe, de l école

Ecrire le règlement de la classe, de l école Ecrire le règlement de la classe, de l école Objectifs : - prendre part à l élaboration collective des règles de vie de la classe et de l école. - participer activement à la vie de la classe et de l école

Plus en détail

Présentation au. Comité sénatorial permanent de l agriculture et des forêts. à propos du

Présentation au. Comité sénatorial permanent de l agriculture et des forêts. à propos du Présentation au Comité sénatorial permanent de l agriculture et des forêts à propos du Projet de loi S-11, Loi sur la salubrité des aliments au Canada par Bob Kingston Président national Le 2 octobre 2012

Plus en détail

Index. Introduction. Page. Règles fondamentales 3. De l égard pour les piétons 5. Les transports publics 7. La priorité de droite 9

Index. Introduction. Page. Règles fondamentales 3. De l égard pour les piétons 5. Les transports publics 7. La priorité de droite 9 La priorité et moi Index Page Règles fondamentales 3 De l égard pour les piétons 5 Les transports publics 7 La priorité de droite 9 Panneaux de signalisation 10 Signaux lumineux 12 Le trafic en sens inverse

Plus en détail