MÉMOIRE DU PARTI LIBÉRAL DU QUÉBEC

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MÉMOIRE DU PARTI LIBÉRAL DU QUÉBEC"

Transcription

1 Sommet sur l enseignement supérieur MÉMOIRE DU PARTI LIBÉRAL DU QUÉBEC Enseignement supérieur qualité accessibilité et équité

2 Introduction L enseignement supérieur et la recherche sont parmi les leviers de développement économique et social les plus importants d une société. En conséquence, le gouvernement se doit d assurer la qualité de l enseignement et de favoriser l accessibilité aux études du plus grand nombre. Poursuivant cet objectif, le gouvernement libéral a déposé, en mars 2011, un plan de financement des universités sur une période de 5 ans, lequel fut plus tard étalé sur 7 ans. Ce plan prévoyait une augmentation de la contribution du gouvernement ainsi que des étudiants. L accessibilité aux études était maintenue, notamment par une bonification du régime de prêts et bourses. Ce plan visait à répondre au sous-financement de nos universités reconnu par de nombreuses études et découlant en partie de plusieurs années de gel des frais de scolarité. En fait, la part relative payée par un étudiant pour ses études aujourd hui est moindre que celle payée par un étudiant à la fin des années soixante. En 1965, la contribution étudiante s élevait à 26 % de l ensemble des revenus des universités. Aujourd hui, elle s établit à 12,7 %. À la suite des élections du 4 septembre dernier, le gouvernement du Parti Québécois a décidé d annuler la hausse des droits de scolarité prévue tout en maintenant la bonification du régime de prêts et bourses consentie par l ancien gouvernement. Il s est également engagé à tenir un sommet pour établir la hauteur de la contribution étudiante. Ce mémoire vise à présenter les pistes de solutions avancées par le Parti libéral du Québec (PLQ) lors de ce sommet. Au-delà des objectifs partisans et des solutions à court terme, nous croyons que le débat actuel devrait porter sur des principes de base assurant, pour aujourd hui et pour l avenir, des universités de calibre mondial favorisant le développement social et la prospérité économique du Québec. PAGE 1

3 Principes fondamentaux Le Parti libéral du Québec croit que le débat actuel devrait reposer sur les sept principes suivants : Faire le choix de l économie du savoir Le Québec, comme la plupart des États, vit dans un environnement économique mondialisé. De ce fait, il découle une compétition féroce pour favoriser la venue d investissements et de nouveaux capitaux. L économie du savoir est au centre de cette compétitivité et l avenir appartiendra à ceux qui démontreront leur capacité d innover et qui possèderont des pôles d innovation et de recherche de calibre international. Le partage et le développement des connaissances constituent le passage obligé pour assurer à notre société une croissance économique propice à une meilleure justice sociale. L enseignement et la recherche doivent être soutenus de manière à en assurer la plus grande qualité. Assurer un financement adéquat de nos universités Si nous faisons le choix de développer l économie du savoir, nous avons besoin d institutions de savoir de haut niveau. Le sous-financement des universités a été largement reconnu et documenté. À cet égard, nous devons collectivement reconnaitre qu un rattrapage est impératif pour donner au Québec les moyens de ses ambitions. Personne ne nie la réalité des déficits encourus année après année. En conséquence, il faut apporter une solution convaincante et permanente au problème du sous-financement. S il advenait que le gouvernement choisisse la voie d un réinvestissement égal à la hausse de la clientèle plus une simple indexation au coût de la vie, nous ne pourrions même pas parler de rattrapage. En fait, cet investissement insuffisant continuerait de creuser le sous-financement. Le soutien de la préparation scolaire Dans le débat actuel, certains pourraient être tentés de proposer de réduire les investissements dans la formation primaire et secondaire pour financer l enseignement supérieur. Nous ne croyons pas que la solution au sous-financement des universités doive se faire au détriment des autres secteurs de l enseignement. La préparation à des études postsecondaires se fait à l école primaire et secondaire, et il importe d en maintenir et d en améliorer la qualité. PAGE 2

4 La contribution raisonnable de l étudiant bénéficiaire S il est vrai que l enseignement supérieur est nécessaire à notre développement économique collectif, il est aussi profitable pour l individu qui décide de faire des études postsecondaires. Il a été maintes fois prouvé que l individu qui s engage dans des études postsecondaires verra sa qualité de vie augmenter tout au long de son existence. L enseignement supérieur a un coût, ce n est pas gratuit. Compte tenu des bénéfices pour l ensemble de la société, nous croyons qu il est normal que l État, donc l ensemble des contribuables, en assume une part importante. Par contre, compte tenu des avantages personnels qu en retirera le futur diplômé, nous considérons que celui-ci doit en assumer sa juste part. La contribution étudiante est une question de principe. La gratuité pour eux consisterait à faire assumer l ensemble de la facture aux contribuables, dont 80 % n ont jamais fréquenté l université. Demander une contribution aux étudiants, dans la mesure où celle-ci est raisonnable, est une question de justice et d équité. Assurer l accessibilité aux études Malgré des droits de scolarité beaucoup moins élevés qu ailleurs au Canada, le taux de fréquentation des universités n est pas plus élevé qu ailleurs. Nous croyons néanmoins que tout plan de réinvestissement dans les universités québécoises se doit d être accompagné d un rehaussement de l aide financière aux études et de la mise en place d un mécanisme de remboursement proportionnel au revenu. C est pourquoi le plan de financement proposé par le gouvernement libéral s accompagnait d une bonification de l aide aux études qui assurait une plus grande accessibilité. Dans le contexte de réinvestissement dans les universités et d une majoration de la contribution du bénéficiaire, le PLQ est toujours en faveur de ces mesures. Droit à l éducation Dans notre société démocratique, l éducation est un droit fondamental. Le ministre de l Éducation et le gouvernement doivent assurer ce droit et le libre accès aux établissements d enseignement. À cet égard, nous considérons que ce qui doit être défendu par le gouvernement ce n est pas le droit de grève, mais le droit d apprendre. Le rôle du gouvernement du Québec est de garantir à quiconque désire étudier qu il puisse le faire sans heurts, sans représailles et sans intimidation. Nous considérons qu un étudiant qui acquitte ses droits de scolarité a le droit d assister à ses cours en toute liberté, et ce, dans un endroit sain et sécuritaire. Gouvernance des universités Les revenus additionnels générés au profit des universités devraient être impérativement accompagnés d une saine gestion de nos universités, caractérisée par la transparence et l efficacité. Le gouvernement libéral a toujours plaidé pour une telle gestion afin d assurer l utilisation optimale des deniers publics. Lors du dépôt du plan de financement des universités, la reddition de comptes de celles-ci était incontournable. Nous avons d ailleurs proposé la création d un conseil des universités. PAGE 3

5 Faire le choix d une économie du savoir Pour se démarquer sur la planète, le Québec doit mettre en valeur son savoir-faire et sa capacité d innover. C est pourquoi nous aspirons à une scolarisation de haut niveau pour le plus grand nombre de gens, afin qu ils puissent se réaliser pleinement et assurer la compétitivité de notre économie tout en contribuant au développement social du Québec. Les bénéfices individuels et collectifs des études universitaires sont indéniables à l ère de la société du savoir dans laquelle nous vivons. Une société du savoir nécessite plusieurs éléments: Pour développer de nouvelles connaissances, il faut investir dans la recherche. Pour partager ces connaissances, il faut des établissements de savoir accessibles et de haut niveau. Pour se préparer aux études supérieures, il faut une formation primaire et secondaire de qualité et stimulante. Le réseau de l enseignement supérieur participe à la construction de la société du savoir, contribue au progrès social et permet l avancement ainsi que la transmission des connaissances. Notre système d enseignement supérieur doit continuer de viser l excellence et la qualité. Pour qu il y arrive, nous devons lui en donner les moyens. Nous devons permettre à nos universités d avoir plus de professeurs, les meilleurs chercheurs, des laboratoires à la fine pointe de la technologie, des bibliothèques bien garnies, etc. Les changements technologiques rapides obligent les entreprises à innover régulièrement si elles veulent rester compétitives et jouer un rôle de premier plan dans leur domaine. Le niveau de scolarisation de la main-d œuvre disponible est un facteur déterminant de la capacité d innover de nos entreprises et donc de leur compétitivité. La recherche et l innovation sont également d importants déterminants de la localisation des entreprises. Une étude d Ernst & Young nous apprend que plus de la moitié des investisseurs interrogés accordent une importance prépondérante aux pôles d innovation et de recherche dans leurs décisions. PAGE 4

6 Le secteur de la recherche et du développement Au Québec, le nombre d entreprises actives dans ce domaine est passé de en 1996 à en 2005, soit une augmentation de plus de 100 %. Ainsi, cette même année, 40 % des entreprises actives dans la R&D industrielle au Canada étaient québécoises. Le Québec est la juridiction canadienne qui emploie relativement plus de personnes pour habitants dans le secteur de la R&D. Ce nombre est passé de 7,4 à 11,8 en 1996 et En Ontario, il est passé de 6,81 à 9,9 et la moyenne canadienne est passée de 5,3 à 8,2. Ce ratio pour le Québec est beaucoup plus élevé que celui des États-Unis (7,3 en 2007), mais légèrement inférieur à celui de la Finlande (11,9 en 2007). En tenant compte de la taille de l économie de chacune de ces juridictions, le Québec consacre relativement plus de ressources aux dépenses de R&D que l Ontario et que la moyenne canadienne. En effet, en tenant compte du PIB, les dépenses intérieures brutes en R&D sont de l ordre de 2,54 % en moyenne au Québec, de 2,34 % en Ontario et de 1,91 % au Canada. Au cours des 15 dernières années, les entreprises québécoises ont augmenté significativement leurs dépenses en recherche et développement. Grâce à cette orientation, les entreprises québécoises font figure de leader dans le domaine au Canada. Leurs dépenses en pourcentage du PIB (1,6 % si on prend la moyenne entre 1996 et 2006) sont supérieures à celles de l Ontario (1,5 %) et à la moyenne canadienne (1,1 %). Toutefois, le Québec a encore des efforts à fournir pour combler l écart qui le sépare des principaux leaders mondiaux dans le domaine. À ce titre, les entreprises finlandaises ont engagé, au cours de la même période, des dépenses équivalentes en moyenne à 2,2 % du PIB finlandais, tandis que pour les entreprises américaines elles représentaient 1,9 % du PIB des États-Unis. Il est indéniable que l enseignement supérieur et le secteur de la recherche contribuent largement au développement économique et social du Québec. Des ressources importantes ont été consacrées au cours des 10 dernières années à la recherche scientifique et au développement expérimental. Il est primordial de poursuivre sur cet élan et d éviter à tout prix de détruire ce que l on a bâti. Compte tenu de l importance de la recherche dans le développement économique et social du Québec, nous considérons que le gouvernement doit renoncer complètement aux coupes annoncées dans les budgets de recherche. C est d autant plus important que le scientifique en chef du Québec recommandait au gouvernement de doubler les fonds de recherche au cours des 5 prochaines années. Les coupes annoncées en recherche nous éloignent de l objectif défini par le scientifique en chef. PAGE 5

7 Assurer un financement adéquat de nos universités Il nous apparaît évident que la prospérité de la société québécoise dépend grandement du partage et du développement des connaissances. L université joue un rôle de premier plan en étant le principal responsable de la formation de la main-d œuvre qualifiée et de haut niveau et en contribuant directement à la progression de la recherche. Le sous-financement des universités a été largement reconnu. Plusieurs études ont documenté cet état de fait : Liste des études démontrant le sous-financement depuis 2002 (1) Le rapport du comité conjoint CREPUQ-MEQ sur le niveau des ressources novembre 2002 (2) Le rapport final de la Commission de l éducation juin 2004 (3) Le mémoire du Conseil supérieur de l éducation à la Commission de l éducation sur la qualité, l accessibilité et le financement des universités février 2004 (4) Le rapport sur les auditions des dirigeants des établissements d enseignement de niveau universitaire de la Commission de l éducation février 2007 (5) Le sous-financement des universités québécoises et une proposition de réinvestissement de CIRANO et Université de Montréal mars 2007 (6) Un avis du Conseil supérieur de l éducation mai 2008 (7) Le financement des universités québécoises comparé à celui des universités des autres provinces canadiennes CREPUQ novembre 2010 (8) Le document de réflexion produit par les fonctionnaires du MELS et des Finances pour la rencontre des partenaires 2010 (9) Le pacte pour le financement concurrentiel de nos universités signé entre autres par Lucien BOUCHARD ET Joseph FACAL (10) Le plan de financement des universités créé par le ministère des Finances (11) Le niveau des ressources de fonctionnement des universités québécoises : comparaison aux autres universités canadiennes à CREPUQ janvier 2013 Il faut reconnaitre qu il y a un rattrapage à faire. Le nier c est nous condamner à régresser. PAGE 6

8 Pour pallier le manque de financement universitaire, nous devons investir au-delà du maintien du financement réel par étudiant. Si nous souhaitons améliorer la qualité de l enseignement, nous considérons que les montants investis dans les universités doivent être supérieurs à la hausse des prix plus la variation des clientèles. Si le réinvestissement est égal à l inflation plus la hausse des clientèles, nous ne pouvons parler de rattrapage. Afin de combler le sous-financement de nos universités, il faut : 1. Assurer le financement réel par étudiant, afin de garantir la qualité de l enseignement et de tenir compte de l évolution des effectifs : sur 7 ans, les sommes qui seront investies sont de M$, dont M$ par les contribuables et 400 M$ par les étudiants. 2. Effectuer un rattrapage : nous avions prévu M$ sur 7 ans à cette fin dont 954 M$ venaient des contribuables et 900 M$ des étudiants. Ainsi, au cours des 7 prochaines années, le budget prévoyait un investissement total de près de 4 G$ dont 1,3 G$ provenant des étudiants et 2,6 G$ des contribuables. Contribution du gouvernement du Québec au financement des universités (en millions de dollars) Contribution du gouvernement du Québec Subventions aux universités Incluant la contribution additionnelle du gouvernement du Québec au Plan de financement des universités (1) - Maintien du financement réel par étudiant Réinvestissement dans l enseignement universitaire Total de la contribution additionnelle (1) Revenus additionnels par rapport à l année financière universitaire L actuel gouvernement tient un sommet pour revoir la contribution étudiante. Nous en reparlerons plus loin. Par ailleurs, le Parti Québécois a déjà décidé de réduire le financement des universités pour et Il a choisi d effectuer des coupes de 250 M$. Alors que tous les partis de l Assemblée nationale jusqu à tout récemment convenaient qu il fallait ajouter au financement des universités, les premières décisions du PQ vont dans le sens contraire. La décision de couper est contre-productive et nous éloigne de l objectif de refinancement. Ces coupes doivent être annulées. PAGE 7

9 Le soutien à la préparation scolaire Naturellement, au cours du débat actuel, il est beaucoup question du financement et de la qualité de l enseignement postsecondaire. Cependant, nous aurions tort de négliger les secteurs de l enseignement primaire et secondaire. Pour le PLQ, ces secteurs de l enseignement sont tout aussi importants, puisqu ils ouvrent la porte à la formation professionnelle et à l enseignement supérieur. La lutte contre le décrochage scolaire doit se poursuivre. La préparation scolaire au primaire et au secondaire doit permettre à chacun de faire son choix de vie. Notre société a besoin de la contribution de tous, qu ils choisissent la formation professionnelle, la formation technique, le baccalauréat, la maîtrise ou le doctorat. Lorsqu on choisit de réduire le nombre d élèves par classe à l école primaire et secondaire, nous améliorons les chances pour chacun de réaliser ses ambitions personnelles. Évidemment, tout cela a un coût. Le débat sur l enseignement supérieur doit tenir compte de la formation préparatoire offerte dans notre réseau de l éducation. Le gouvernement doit prendre garde à ce que les coupes dans un secteur de l enseignement ne se fassent pas au détriment de l autre secteur. PAGE 8

10 La contribution raisonnable de l étudiant bénéficiaire De nombreuses études sur le taux de rendement social et privé des études universitaires dans les pays de l OCDE montrent que la formation universitaire représente un investissement très rentable aussi bien pour les individus que la société en général. Le taux d emploi des diplômés de niveau universitaire est généralement plus élevé que celui des personnes n ayant suivi qu une formation de niveau secondaire ou collégial. En effet, dans un contexte où les progrès technologiques et scientifiques évoluent rapidement et où les emplois offerts requièrent un niveau de connaissance et de compétence de plus en plus élevé, le marché du travail favorise davantage les individus ayant obtenu un diplôme de niveau universitaire. Un étudiant détenant un baccalauréat gagnera durant sa vie en moyenne $ de plus qu un étudiant ayant un diplôme d études secondaires. En ce sens, le financement de la formation universitaire doit donc devenir une responsabilité partagée entre les contribuables et les étudiants. Nous considérons que la plus grande part doit être assumée par la contribution fiscale des individus et des entreprises. Toutefois, nous sommes d avis qu on ne peut pas en demander davantage aux contribuables sans alourdir leur fardeau fiscal et sans nuire aux autres services que doit rendre l État. D autant qu en novembre dernier, le gouvernement a atteint le plafond d imposition de 50 % des revenus. Au surplus, il ne faut pas perdre de vue que 80 % des contribuables québécois qui paient la très grande partie des coûts universitaires n ont pas fait d études postsecondaires (source : recensement de Statistique Canada). La gratuité est inéquitable, car elle consiste à faire payer les cours des étudiants bénéficiaires par ceux qui n en bénéficient pas. Demander aux contribuables de tout payer pour donner la gratuité aux étudiants nous semble disproportionné et injuste. Dans un contexte de rattrapage, où les investissements seront nécessairement supérieurs au coût de la vie, les propositions de gratuité, de gel ou d indexation des frais de scolarité au coût de la vie constituent une diminution de la part relative assumée par les étudiants. Elles ne sont pas réalistes. PAGE 9

11 Au Québec, la part de l État dans le financement des universités est supérieure à la moyenne canadienne. Dans le reste du Canada, les étudiants paient 26 % des revenus globaux des universités. Actuellement, un étudiant contribue à 12,7 % des revenus des universités alors qu en 1965 cette part était de 26 %. Dans ce contexte, nous croyons que le bénéficiaire doit participer au rattrapage à la hauteur d une fourchette se situant entre 15 % et 17 % de l enveloppe globale des revenus des universités. Une fois cette enveloppe établie, la contribution par étudiant pourrait être modulée en fonction des coûts réels du programme dans lequel il décide d étudier et de l espérance de son revenu futur. La modulation qui sera convenue pourrait être pondérée pour éviter les écarts déraisonnables. Une telle pondération devrait être raisonnable et raisonnée pour éviter des écarts de coûts trop prononcés. Bien entendu, les prêts et bourses devront être adaptés à cette modulation pour maintenir l accessibilité aux programmes les plus coûteux. Une fois le rattrapage atteint, pour stabiliser la contribution proportionnelle des étudiants au financement de leurs études, l indexation annuelle des droits de scolarité devra être proportionnelle au coût de fonctionnement des universités par étudiant. Selon l exposé de Pierre Fortin à la rencontre thématique de décembre dernier, ce coût de fonctionnement par étudiant augmentera en moyenne de 3,5 % par année. PAGE 10

12 Assurer l accessibilité aux études Malgré des droits de scolarité beaucoup moins élevés qu ailleurs au Canada, le taux de fréquentation universitaire des 20 à 24 ans au Québec n est pas supérieur à ce qu il est ailleurs. À titre d exemple, les droits de scolarité en Nouvelle-Écosse sont près de trois fois ceux du Québec et la fréquentation y est équivalente. Entre 1997 et 2007, la participation aux études universitaires a augmenté au même rythme annuel au Canada et au Québec (1,6 % Canada et 1,5 % Québec). Pour cette même période, les droits de scolarité ont augmenté à un rythme annuel moyen de 5,1 % pour le Canada et de 0,5 % pour le Québec (source : ministère des Finances du Québec : Le financement des universités, décembre 2010). Cela dit, pour éviter un endettement pénalisant, nous croyons que tout plan de réinvestissement dans les universités québécoises, comprenant une augmentation de la contribution du bénéficiaire, doit être accompagné d un rehaussement de l aide financière aux études. C est pourquoi le plan de financement proposé par le gouvernement libéral s accompagnait d une bonification de l aide financière aux études qui assurait une plus grande accessibilité. Ainsi, le gouvernement libéral avait grandement bonifié les prêts et bourses en donnant suite à une demande historique des associations étudiantes : Tout étudiant dont les parents avaient des revenus allant jusqu à $ recevait des bourses égales ou supérieures à la hausse des droits de scolarité. Cela représente étudiants universitaires à temps complet. Cela signifie que plus de 50 % des étudiants universitaires à temps complet ne payaient pas 1 cent de la hausse prévue. Tout étudiant dont les parents avaient des revenus allant jusqu à $ obtenait des prêts couvrant l entièreté de la hausse des droits et le coût du matériel scolaire. Mise en place d un mécanisme de remboursement proportionnel au revenu (RPR). Ce mécanisme tenait compte de la capacité de rembourser des étudiants en balisant le remboursement du prêt en proportion de leur revenu dans un horizon temporel bien défini. Ces mesures permettent une grande progressivité dans l application de la hausse des droits de scolarité et augmentent l accessibilité. PAGE 11

13 Selon Luc Godbout, grâce à ces changements, le nombre de boursiers universitaires serait en augmentation. Ils passeraient de qu ils étaient en 2008 à en 2018, un bond de loin supérieur à l augmentation de la fréquentation universitaire. Parmi les boursiers universitaires en 2018, les modifications feraient en sorte que plus de la moitié d entre eux recevraient une bourse dont la hausse excèderait l augmentation des droits de scolarité, et près de 40 % verraient leurs bourses augmenter dans la même proportion que la hausse des droits de scolarité. Dans le contexte de réinvestissement dans les universités et d une majoration de la contribution du bénéficiaire, le PLQ est toujours en faveur d une adaptation du système de prêts et bourses à la modulation des droits de scolarité en fonction des disciplines et de la mise en place d un système de remboursement proportionnel au revenu. PAGE 12

14 Droit à l éducation Dans notre société démocratique, l éducation est un droit fondamental. L accès à l éducation est une condition à l épanouissement individuel et à la prospérité économique collective. Le ministre de l Éducation et le gouvernement doivent assurer ce droit et assurer le libre accès aux établissements d enseignement. Le PLQ reconnait la légitimité du droit d association tel que défini par la loi 32 à laquelle souscrivent les associations étudiantes. Cette loi qui encadre l accréditation et le financement des associations d élèves ou d étudiants ne reconnait pas le droit de grève à ceux-ci. Les associations étudiantes ont donc leur légitimité afin de promouvoir les intérêts de leurs membres, notamment en matière d enseignement, de pédagogie, de services aux élèves ou étudiants et d administration de l établissement d enseignement. À cet égard, nous considérons que ce qui doit être défendu par un gouvernement ce n est pas le droit de grève des étudiants, mais le droit d apprendre. Le rôle du gouvernement est de garantir à quiconque désire étudier qu il puisse le faire sans heurts, sans représailles et sans intimidation. Non seulement il nous semble profondément condamnable de priver un étudiant de l accès à ses cours, mais cela nous semble également en complète contradiction avec le message que nous devons tous envoyer à nos jeunes sur l importance de l éducation. En outre, comment justifier auprès des contribuables, qui assurent la plus grande part des coûts, qu ils doivent payer même si les cours ne se donnent pas et pire, payer en double lors de la reprise des cours. L absurdité de la situation que le gouvernement semble vouloir légaliser peut s illustrer dans le cas de figure des doubles cohortes. Devant une grève prolongée qui entraine l annulation de la session, comment le gouvernement règlerait-il les priorités d inscription lors de la session qui suit la grève? Par exemple, entre un finissant du 5e secondaire qui a suivi ses cours et complété sa formation et un étudiant de première année au CÉGEP qui n a pas suivi ses cours, lorsque la grève sera terminée, lequel se fera refuser l accès à la première année de CÉGEP faute de place conséquence de l arrivée d une double cohorte? Nous considérons que l étudiant qui acquitte ses droits de scolarité a le droit d assister à ses cours en toute liberté et dans un endroit sain et sécuritaire. Nous croyons à la liberté d expression des associations étudiantes qui décident délibérément de ne pas assister à leurs cours, pour autant que cela s effectue dans un cadre respectueux du droit à l éducation pour tous. PAGE 13

15 Gouvernance des universités Les revenus additionnels générés pour les universités devraient conduire à une amélioration de la qualité de l enseignement et de la recherche, et ainsi mener à leur reconnaissance, à leur rayonnement et à leur notoriété sur la scène canadienne et internationale. La société québécoise est certainement la première bénéficiaire d un système universitaire de qualité, mais est aussi celle qui, par les taxes et les impôts, contribue le plus à cette modernisation. Par conséquent, un investissement important doit, sans contredit, être accompagné d une saine gestion de nos universités et caractérisé par la transparence et l efficacité. Nous avons toujours insisté pour une telle gestion afin d assurer l utilisation optimale des deniers publics. Lors du dépôt du plan de financement des universités, la reddition de comptes des universités était incontournable. Des ententes de partenariat étaient directement liées au plan de financement. Ces ententes déterminaient en détail le degré d atteinte des cibles financées par le réinvestissement ainsi que les montants consacrés à l atteinte des cibles. Il y a lieu d établir des principes de saine gouvernance au regard de la gestion des établissements de niveau universitaire; par exemple, au moins 60 % des membres devraient se qualifier comme administrateurs indépendants. De plus, on devrait prévoir la création, par le conseil d administration d un comité de gouvernance et d éthique, d un comité de vérification ainsi que d un comité des ressources humaines dont les fonctions seraient déterminées par la loi. Conseil des universités : optimisation des ressources La création d un organisme indépendant chapeautant l enseignement supérieur a souvent été discutée lors des rencontres thématiques. Nous croyons opportun de créer ce conseil des universités. Il offrirait un endroit de discussion ayant une vision large de l enseignement supérieur au Québec et s assurerait du respect des objectifs préalablement visés. Bref, cette entité évaluerait la gouvernance, la qualité et le développement du réseau universitaire tout en respectant l autonomie des universités. PAGE 14

16 Le mandat de recommandation du conseil porterait sur les thématiques suivantes : - la qualité de la formation, la recherche, le soutien; - l abolition et la création de programmes; - la formation continue; - les partenariats entre les universités et les milieux; - l internationalisation; - les enjeux à l égard du parc immobilier; - la délocalisation des campus; - la reddition de comptes. PAGE 15

17 ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR : QUALITÉ, ACCESSIBILITÉ ET ÉQUITÉ CONCLUSION Les universités ainsi que la recherche et l innovation jouent un rôle fondamental dans notre société tant sur le plan économique que social. Faire le choix de l économie du savoir, c est se donner les moyens d être compétitifs au niveau international; c est se donner la capacité d innover et d attirer des investissements créateurs d emplois. En ce sens, le partage et le développement de connaissances constituent le passage obligé pour assurer à notre société une croissance économique propice à une meilleure justice sociale. Compte tenu de l importance de la recherche dans le développement économique et social du Québec, nous considérons que le gouvernement doit renoncer complètement aux coupes annoncées dans les budgets de recherche. La question du sous-financement des universités est une réalité que l on ne peut nier. La question a été largement documentée et débattue. Alors que tous les partis de l Assemblée nationale jusqu à tout récemment convenaient qu il fallait ajouter au financement des universités, les premières décisions du PQ vont dans le sens contraire. Il a choisi d effectuer des coupes de 250 M$. La décision de couper est contre-productive et nous éloigne de l objectif de refinancement. Nous considérons que ces coupes doivent être annulées. Le gouvernement a décidé de tenir un sommet afin de déterminer la contribution qui sera payée par l étudiant bénéficiaire. S il est vrai que l enseignement postsecondaire contribue au développement économique et social du Québec, il est également profitable pour l individu qui décide d entreprendre de telles études. Compte tenu des bénéfices pour l ensemble de la société, nous croyons normal que l État, donc l ensemble des contribuables, assume une part importante du financement de nos universités. Par contre, considérant les bénéfices qu en retira le futur diplômé, il doit en assumer sa juste part. Actuellement, un étudiant contribue à 12,7 % des revenus des universités alors qu en 1965 cette part était de 26 %. Dans ce contexte, nous croyons que le bénéficiaire doit participer au rattrapage à la hauteur d une fourchette se situant entre 15 % et 17 % de l enveloppe générale des revenus des universités. Une fois cette enveloppe établie, la contribution par étudiant devrait être modulée en fonction des coûts réels du programme dans lequel il décide d étudier et de l espérance de son revenu futur. La modulation devra être pondérée pour éviter les écarts déraisonnables. Une fois le rattrapage atteint, afin de maintenir la part des revenus des universités financée par les étudiants, nous considérons que les droits de scolarité devraient être indexés au niveau du coût de fonctionnement des universités. Pour éviter un endettement pénalisant, nous croyons que tout plan de réinvestissement dans les universités québécoises, comprenant une augmentation de la contribution du bénéficiaire, doit être accompagné d un rehaussement de l aide financière aux études. Nous croyons que le gouvernement devrait mettre en place un mécanisme de remboursement proportionnel aux revenus (RPR). Ce mécanisme devant tenir compte de la capacité de rembourser des étudiants en balisant le remboursement du prêt en proportion de leur revenu dans un horizon temporel bien défini. Sommet sur l enseignement supérieur - MÉMOIRE DU PARTI LIBÉRAL DU QUÉBEC PAGE 16

18 Par ailleurs, dans le débat actuel, le Parti libéral du Québec considère que nous aurions tort de négliger les autres secteurs de l éducation que sont l enseignement primaire et l enseignement secondaire. La préparation scolaire au primaire et au secondaire doit permettre à chacun de faire son choix de vie. En ce sens, nous considérons que le débat sur l enseignement supérieur doit tenir compte de la formation primaire et secondaire, et que les choix budgétaires qui sont effectués ne doivent pas être faits au détriment de l un ou l autre des secteurs de l enseignement. Le Parti libéral du Québec considère qu il appartient au gouvernement d assurer le libre accès aux établissements d enseignement. À cet égard, nous considérons que ce qui doit être défendu par le gouvernement ce n est pas le droit de grève, mais le droit d apprendre. Le contraire enverrait un message contradictoire à nos enfants sur l importance de l éducation et serait injustifiable auprès des contribuables qui paient en grande partie pour l enseignement. Enfin, nous croyons que les revenus additionnels générés au profit des universités devraient être accompagnés d une saine gestion de nos universités, caractérisée par la transparence et l efficacité. En ce sens, nous sommes en faveur de conseils d administration des universités composés à 60 % d administrateurs indépendants. Nous sommes également en faveur de l établissement d un conseil des universités. Au cours des 10 dernières années, nous avons fait le choix d investir dans l éducation, la recherche et l enseignement supérieur. Il est primordial de poursuivre sur cet élan et d éviter à tout prix de détruire ce qui a été bâti au bénéfice du développement économique et social du Québec. Les décisions que nous prenons aujourd hui auront des conséquences pour les 10 à 20 prochaines années. C est à nous de faire maintenant le choix de l économie du savoir pour l avenir du Québec. PAGE 17

UN PLAN DE FINANCEMENT DES UNIVERSITÉS ÉQUITABLE ET ÉQUILIBRÉ POUR DONNER AU QUÉBEC LES MOYENS DE SES AMBITIONS

UN PLAN DE FINANCEMENT DES UNIVERSITÉS ÉQUITABLE ET ÉQUILIBRÉ POUR DONNER AU QUÉBEC LES MOYENS DE SES AMBITIONS UN PLAN DE FINANCEMENT DES UNIVERSITÉS ÉQUITABLE ET ÉQUILIBRÉ POUR DONNER AU QUÉBEC LES MOYENS DE SES AMBITIONS 100 % Ce document est imprimé sur du papier entièrement recyclé, fabriqué au Québec, contenant

Plus en détail

DÉTAIL DE L OFFRE GOUVERNEMENTALE DU 5 MAI 2012

DÉTAIL DE L OFFRE GOUVERNEMENTALE DU 5 MAI 2012 Acces DÉTAIL DE L OFFRE GOUVERNEMENTALE DU 5 MAI 2012 Document à l attention des associations étudiantes Léo Bureau- Blouin, président de la (FECQ) CONTENU Ce document vise à vulgariser l offre faite par

Plus en détail

L éducation au Québec : L état de la situation

L éducation au Québec : L état de la situation Préscolaire Primaire Secondaire Collégial Universitaire 43101 45 509 93969 68 331 110 297 151 845 241019 251 612 240 980 251 237 L éducation au Québec : L état de la situation L éducation est un des sujets

Plus en détail

ANALYSE DES IMPACTS DE LA HAUSSE DES DROITS DE SCOLARITÉ ET DE LA BONIFICATION DU PROGRAMME DES PRÊTS ET BOURSES

ANALYSE DES IMPACTS DE LA HAUSSE DES DROITS DE SCOLARITÉ ET DE LA BONIFICATION DU PROGRAMME DES PRÊTS ET BOURSES ANALYSE DES IMPACTS DE LA HAUSSE DES DROITS DE SCOLARITÉ ET DE LA BONIFICATION DU PROGRAMME DES PRÊTS ET BOURSES Luc Godbout Professeur, Université de Sherbrooke Chercheur, Chaire de recherche en fiscalité

Plus en détail

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Commentaires du Conseil du patronat du Québec dans le cadre de la consultation sur l accessibilité

Plus en détail

Débat sur les frais de scolarité Quelques statistiques et arguments pour vous aider à faire un choix éclairé

Débat sur les frais de scolarité Quelques statistiques et arguments pour vous aider à faire un choix éclairé Débat sur les frais de scolarité Quelques statistiques et arguments pour vous aider à faire un choix éclairé Marc Frappier, Ph.D. Professeur titulaire Département d informatique Université de Sherbrooke

Plus en détail

CONCILIER LES IMPÉRATIFS FINANCIERS ET LES OBJECTIFS DE FORMATION

CONCILIER LES IMPÉRATIFS FINANCIERS ET LES OBJECTIFS DE FORMATION CONCILIER LES IMPÉRATIFS FINANCIERS ET LES OBJECTIFS DE FORMATION Commentaires du Conseil du patronat du Québec sur le document de consultation du Comité consultatif sur l accessibilité financière aux

Plus en détail

Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise

Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise LIGUE DES CONTRIBUABLES Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise (Moins d impôt pour les Québécois) Préparé par Claude Garcia pour la Ligue des contribuables Présenté

Plus en détail

Présentation 2012 au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances. 1. Reprise économique et croissance

Présentation 2012 au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances. 1. Reprise économique et croissance Présentation 2012 au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances 1. Reprise économique et croissance Compte tenu du climat d austérité budgétaire actuel au sein du gouvernement fédéral

Plus en détail

Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études

Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études Mai 2013 PRÉAMBULE... 3 1. DISTRIBUER LA BONIFICATION DE 25M$... 4 2. OPTIMISER L AFE... 5 3. AMÉLIORER LA SENSIBILISATION DES

Plus en détail

Quelques constats sur les incidences des réductions de l impôt sur le revenu

Quelques constats sur les incidences des réductions de l impôt sur le revenu Quelques constats sur les incidences des réductions de l impôt sur le revenu Présentation dans le cadre des consultations prébudgétaires du ministre des Finances du Québec portant sur le budget 2004-2005

Plus en détail

Commentaires de l Association des comptables généraux accrédités du Canada (CGA-Canada) à l occasion des consultations du ministère des Finances :

Commentaires de l Association des comptables généraux accrédités du Canada (CGA-Canada) à l occasion des consultations du ministère des Finances : Commentaires de l Association des comptables généraux accrédités du Canada (CGA-Canada) à l occasion Consultations prébudgétaires en direct pour le budget de 2006 et par la suite 19 avril 2006 800 1188

Plus en détail

Chantier sur la politique de financement des universités. Commentaires du Conseil du patronat du Québec sur le rapport d étape

Chantier sur la politique de financement des universités. Commentaires du Conseil du patronat du Québec sur le rapport d étape Chantier sur la politique de financement des universités Commentaires du Conseil du patronat du Québec sur le rapport d étape Mars 2014 Le Conseil du patronat du Québec Le Conseil du patronat du Québec

Plus en détail

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS FÉVRIER 2002 DOSSIER 02-02 La dette publique du Québec et le fardeau fiscal des particuliers Le premier ministre du Québec se plaisait

Plus en détail

Positions de la Commission-Jeunesse du PLQ Éducation À jour en date de Juin 2013

Positions de la Commission-Jeunesse du PLQ Éducation À jour en date de Juin 2013 Positions de la Commission-Jeunesse du PLQ Éducation À jour en date de Juin 2013 7 2 4 0 r u e W a v e r l y, M o n t r é a l, Q C, H 2 R 2 Y 8, 1 4-2 8 8-4 3 6 4 1131 Ch. Sainte-Foy Bur. 102, Québec,

Plus en détail

14-10-14 CD/12. 1161 répondants 1098 OUI 31 NON

14-10-14 CD/12. 1161 répondants 1098 OUI 31 NON 14-10-14 CD/12 1161 répondants 1098 OUI 31 NON Une convention établie sur 5 ans plutôt que sur 3 ans pourrait être proposée. Cette demande est raisonnable et on y tient (pas trop négocier à la baisse).

Plus en détail

MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC

MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 MISE À JOUR DE NOVEMBRE 2015 LE PLAN ÉCONOMIQUE DU QUÉBEC Mise à jour de novembre 2015 LE plan économique du québec NOTE Le masculin générique

Plus en détail

Le financement public de l enseignement universitaire au Québec

Le financement public de l enseignement universitaire au Québec RÉSUMÉ Le financement public de l enseignement universitaire au Québec Rapport de projet de Clément Lemelin http://www.cirano.qc.ca/pdf/publication/2010rp-06.pdf Rédaction du résumé : Brigitte Bouchard-Milord

Plus en détail

DOCUMENT D'APPUI À LA RÉFLEXION L

DOCUMENT D'APPUI À LA RÉFLEXION L RENCONTRES des partenaires en éducation DOCUMENT D'APPUI À LA RÉFLEXION L avenir des universités et leur contribution au développement du Québec 6 décembre 2010 Québec Gouvernement du Québec Ministère

Plus en détail

PAS PRET$ PRET$ La solidarité n a pas de frontière! C en est trop! Concordia. universités MGill et. condamnées les hausses unilatérales

PAS PRET$ PRET$ La solidarité n a pas de frontière! C en est trop! Concordia. universités MGill et. condamnées les hausses unilatérales Les 25 et 26 septembre 2004, les membres de l ASSÉ, réuni-e-s en congrès, ont décidé d envoyer un Ultimatum au parti libéral du Québec, avec quatres principales revendications à satisfaire avant le 23

Plus en détail

Notes pour l intervention de Roch Denis, président de la CREPUQ et recteur de l Université du Québec à Montréal

Notes pour l intervention de Roch Denis, président de la CREPUQ et recteur de l Université du Québec à Montréal Notes pour l intervention de Roch Denis, président de la CREPUQ et recteur de l Université du Québec à Montréal «Enjeux de l internationalisation de l enseignement supérieur» Les soirées regards croisés

Plus en détail

Gouvernance et financement des universités : pour des établissements plus autonomes

Gouvernance et financement des universités : pour des établissements plus autonomes Gouvernance et financement des universités : pour des établissements plus autonomes Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la Commission de l éducation de l Assemblée nationale dans

Plus en détail

Politique de financement des services publics

Politique de financement des services publics Politique de financement des services publics TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...1 1. CHAMPS D APPLICATION DE LA POLITIQUE...3 2. ÉNONCÉ DES PRINCIPES DE LA POLITIQUE...5 3. AXES D INTERVENTION...7 4.

Plus en détail

RÉGIME QUÉBÉCOIS D ASSURANCE PARENTALE : UN DÉBAT QUI NOUS CONCERNE

RÉGIME QUÉBÉCOIS D ASSURANCE PARENTALE : UN DÉBAT QUI NOUS CONCERNE RÉGIME QUÉBÉCOIS D ASSURANCE PARENTALE : UN DÉBAT QUI NOUS CONCERNE Position du Regroupement des jeunes gens d'affaires du Québec sur le projet de loi no 140 Loi sur l assurance parentale Document soumis

Plus en détail

Introduction. Sommaire exécutif

Introduction. Sommaire exécutif Avis de BIOQuébec auprès du Ministère de l Enseignement supérieur, Recherche, Science et Technologie du Québec (MESRSTQ) dans le cadre de l élaboration de la Politique nationale de la recherche et de l

Plus en détail

La tarification des services publics. Claude Montmarquette Chambre de commerce du Saguenay 17 février 2010

La tarification des services publics. Claude Montmarquette Chambre de commerce du Saguenay 17 février 2010 La tarification des services publics. Claude Montmarquette Chambre de commerce du Saguenay 17 février 2010 Notre marge de manœuvre est étroite, alors que s annoncent de nouveaux défis Le Québec offre des

Plus en détail

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté 18 ans après le référendum de 1995 Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté présenté par Marcel Leblanc, économiste pour le comité de travail sur la souveraineté

Plus en détail

Avis sur le Groupe de travail sur les aides fiscales (GTAF) Aux régions ressources et à la nouvelle économie

Avis sur le Groupe de travail sur les aides fiscales (GTAF) Aux régions ressources et à la nouvelle économie Avis sur le Groupe de travail sur les aides fiscales (GTAF) Aux régions ressources et à la nouvelle économie Octobre 2007 1. Contexte et historique des mesures fiscales du Québec Le gouvernement du Québec,

Plus en détail

Investir dans la prospérité future du Canada. Présentation de l Université McGill au Comité permanent des finances de la Chambre des communes

Investir dans la prospérité future du Canada. Présentation de l Université McGill au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Investir dans la prospérité future du Canada Présentation de l Université McGill au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Le 12 août 2011 Aperçu Depuis quelques années, notre pays s

Plus en détail

Le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport

Le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport Le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport La mission première du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport est de s assurer que des services éducatifs de qualité sont dispensés au Québec.

Plus en détail

Pour une éducation supérieure accessible

Pour une éducation supérieure accessible Les Services Collectifs inc. Pour une éducation supérieure accessible Mémoire présenté dans le cadre du Sommet de l éducation post-secondaire Hiver 2013 Association étudiante du Cégep de Sainte-Foy L Association

Plus en détail

Grâce à l investissement

Grâce à l investissement Appuyer la prospérité économique Grâce à l investissement Mémoire de l ACCC au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire préparé par : Association des collèges communautaires du

Plus en détail

L ACCESSIBILITÉ AUX ÉTUDES : UNE QUESTION D ÉQUITÉ ET DE JUSTICE SOCIALE

L ACCESSIBILITÉ AUX ÉTUDES : UNE QUESTION D ÉQUITÉ ET DE JUSTICE SOCIALE 8059, boul. Saint-Michel Montréal (Québec) H1Z 3C9 Téléphone : (514) 729-6666 Télécopieur : (514)729-6746 Courriel : fafmrq@cam.org Site : www.cam.org/fafmrq L ACCESSIBILITÉ AUX ÉTUDES : UNE QUESTION D

Plus en détail

Québec, 22 octobre 2015

Québec, 22 octobre 2015 Québec, 22 octobre 2015 Un contexte propice à une réforme fiscale Le contexte économique et fiscal La croissance économique potentielle est appelée à être plus modeste (Pourcentage de croissance du PIB)

Plus en détail

Déclaration concernant le budget fédéral de 2015

Déclaration concernant le budget fédéral de 2015 Déclaration concernant le budget fédéral de 2015 Présentée par : l Association canadienne des professeures et professeurs d université 2705, promenade Queensview, Ottawa (Ontario) K2B 8K2 Tél. : 1.613.820.2270

Plus en détail

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec, M me Monique Jérôme-Forget, lors des consultations

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec, M me Monique Jérôme-Forget, lors des consultations Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec, M me Monique Jérôme-Forget, lors des consultations prébudgétaires provinciales 2008-2009 Conseil du patronat

Plus en détail

Document de réflexion. Sommet sur l enseignement supérieur. Comité national des jeunes du Parti Québécois

Document de réflexion. Sommet sur l enseignement supérieur. Comité national des jeunes du Parti Québécois Document de réflexion Sommet sur l enseignement supérieur Comité national des jeunes du Parti Québécois 2 1. Avant-propos...4 2. Mot de la présidence...5 3. La présente consultation...6 3.1. Composition

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Introduction...3

TABLE DES MATIÈRES. Introduction...3 RECOMMANDATIONS AUPRÈS DE LA COMMISSION SUR L ÉDUCATION POSTSECONDAIRE AU NOUVEAU-BRUNSWICK Présenté par : L Association étudiante du Collège communautaire de Bathurst Avril 2007 TABLE DES MATIÈRES Introduction...3

Plus en détail

Droits de scolarité : contexte et argumentaire

Droits de scolarité : contexte et argumentaire Droits de scolarité : contexte et argumentaire Plan de la présentation Contexte actuel Les prochaines hausses Argumentaire du gouvernement Contre-argumentaire Conclusion et discussion Contexte actuel Augmentation

Plus en détail

L éducation postsecondaire : la clé pour atteindre l autosuffisance

L éducation postsecondaire : la clé pour atteindre l autosuffisance Résumé du plan action pour transformer l éducation postsecondaire du Nouveau-Brunswick 1 Introduction Le Nouveau-Brunswick est en voie de traverser une période de croissance et de possibilités historiques.

Plus en détail

PLANIFICATION STRATÉGIQUE 2013-2016

PLANIFICATION STRATÉGIQUE 2013-2016 PLANIFICATION STRATÉGIQUE 2013-2016 Etienne G. Juneau Wojtek Winnicki MOT DU PRÉSIDENT ET DU DIRECTEUR GÉNÉRAL Depuis plusieurs années, le système éducatif québécois s est résolument tourné vers l international,

Plus en détail

Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation

Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation M. Peter Mesheau Ministre des Finances Gouvernement du Nouveau-Brunswick Le 17 octobre 2001

Plus en détail

Journée de réflexion sur la formation à la recherche 30 avril 2013. Document de synthèse

Journée de réflexion sur la formation à la recherche 30 avril 2013. Document de synthèse Journée de réflexion sur la formation à la recherche 30 avril 2013 Document de synthèse Service de la planification et de la performance, 2 mai 2013 1 Table ronde : Besoins futurs de la société et débouchés

Plus en détail

le système universitaire québécois : données et indicateurs

le système universitaire québécois : données et indicateurs le système universitaire québécois : données et indicateurs No de publication : 2006.04 Dépôt légal 3 e trimestre 2006 Bibliothèque et Archives nationales du Québec Bibliothèque et Archives Canada ISBN

Plus en détail

Les études supérieures Se comparer aux meilleurs : le Québec face aux pays scandinaves. Jean-Patrick Brady Pier-Luc Lévesque

Les études supérieures Se comparer aux meilleurs : le Québec face aux pays scandinaves. Jean-Patrick Brady Pier-Luc Lévesque Les études supérieures Se comparer aux meilleurs : le Québec face aux pays scandinaves Jean-Patrick Brady Pier-Luc Lévesque Note de recherche novembre 2013 LA CHAIRE EN BREF La Chaire de recherche du Canada

Plus en détail

Le programme de prêts pour les études à temps partiel. Avis de la FAEUQEP au Comité consultatif sur l'aide financière aux études

Le programme de prêts pour les études à temps partiel. Avis de la FAEUQEP au Comité consultatif sur l'aide financière aux études Le programme de prêts pour les études à temps partiel Avis de la FAEUQEP au Comité consultatif sur l'aide financière aux études Décembre 2001 1 Introduction Une revendication vieille de plus de dix ans

Plus en détail

RÉSUMÉ DES BAISSES D IMPÔTS ET DES CHANGEMENTS FISCAUX

RÉSUMÉ DES BAISSES D IMPÔTS ET DES CHANGEMENTS FISCAUX PRB 06-40F RÉSUMÉ DES BAISSES D IMPÔTS ET DES CHANGEMENTS FISCAUX FÉDÉRAUX INTRODUITS ENTRE 1998 ET 2005 Alexandre Laurin Alexandre Martin Division de l économie Le 28 août 2006 PARLIAMENTARY INFORMATION

Plus en détail

financement public des écoles privées. http://www.csq.qc.net/educat/publique/financement_prive_public.pdf

financement public des écoles privées. http://www.csq.qc.net/educat/publique/financement_prive_public.pdf Financement public des écoles privées : le collégial est-il également touché? Réflexion sur le financement public des collèges privés suite à la déclaration du Regroupement pour la défense et la promotion

Plus en détail

Cahier thématique L accessibilité et la participation aux études supérieures

Cahier thématique L accessibilité et la participation aux études supérieures Cahier thématique L accessibilité et la participation aux études supérieures mesrst.gouv.qc.ca Cahier thématique L accessibilité et la participation aux études supérieures Mise en contexte 1 Où en sommes-nous?

Plus en détail

ACCÈS POUR TOUS. 1223, rue Michael nord, bureau 200 Ottawa (Ontario) K1J 7T2 Tél. : 613-746-2222 Téléc. : 613-746-6721 Web: www.accc.

ACCÈS POUR TOUS. 1223, rue Michael nord, bureau 200 Ottawa (Ontario) K1J 7T2 Tél. : 613-746-2222 Téléc. : 613-746-6721 Web: www.accc. ACCÈS POUR TOUS Mémoire de l ACCC présenté au Comité permanent des ressources humaines, du développement social et de la condition des personnes handicapées Mémoire préparé par : Association des collèges

Plus en détail

Statistiques fiscales des particuliers

Statistiques fiscales des particuliers Statistiques fiscales des particuliers ANNÉE D IMPOSITION 1996 Édition 1999 Quebec Avant-propos Ce document présente les statistiques fiscales en matière d impôt sur le revenu des particuliers pour l année

Plus en détail

BUDGET du QUÉBEC 2015

BUDGET du QUÉBEC 2015 BUDGET du QUÉBEC 2015 Services économiques TD BUDGET 2015 DU QUÉBEC : LE GOUVERNEMENT MAINTIENT LE CAP FISCAL Faits saillants Le gouvernement du Québec a déposé son deuxième budget depuis son arrivée au

Plus en détail

Enjeux jeunesse présentés dans le cadre de la campagne électorale fédérale. Pour que la voix des jeunes montréalaises et montréalais soit entendue!

Enjeux jeunesse présentés dans le cadre de la campagne électorale fédérale. Pour que la voix des jeunes montréalaises et montréalais soit entendue! Enjeux jeunesse présentés dans le cadre de la campagne électorale fédérale Pour que la voix des jeunes montréalaises et montréalais soit entendue! Les décisions prises au niveau fédéral peuvent sembler

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

CONTRAT DE PERFORMANCE DE L UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL

CONTRAT DE PERFORMANCE DE L UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL CONTRAT DE PERFORMANCE DE L UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL Entente de réinvestissement intervenue entre le ministère de l Éducation et l Université de Montréal PRÉAMBULE En juin 1999, les universités québécoises

Plus en détail

Ministère des Finances Canada

Ministère des Finances Canada Ministère des Finances Canada Rapport sur les plans et les priorités 2006-2007 James M. Flaherty Ministre des Finances Table des matières Section I : Aperçu... 1 Message du Ministre... 1 Déclaration de

Plus en détail

QUESTION 1 : Êtes-vous pour ou contre la «contribution santé»?

QUESTION 1 : Êtes-vous pour ou contre la «contribution santé»? Neuf questions pour les partis politiques : les réponses du Parti Québécois QUESTION 1 : Êtes-vous pour ou contre la «contribution santé»? Depuis 2009, l immense majorité des contribuables québécois doivent

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. TABLE DES MATIÈRES... ii. PRÉSENTATION DE L UNION DES MUNICIPALITÉS DU QUÉBEC...iii INTRODUCTION... 1

TABLE DES MATIÈRES. TABLE DES MATIÈRES... ii. PRÉSENTATION DE L UNION DES MUNICIPALITÉS DU QUÉBEC...iii INTRODUCTION... 1 MÉMOIRE Consultations sur le rétablissement de l équilibre fiscal au Canada Consultations sur le soutien financier immédiat et à long terme pour l infrastructure Présenté au Ministre des Finances et au

Plus en détail

La permission de diffuser est accordée. Prière de mentionner l Association des infirmières et infirmiers du Canada.

La permission de diffuser est accordée. Prière de mentionner l Association des infirmières et infirmiers du Canada. Énoncé de position LA PLANIFICATION NATIONALE DES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ POSITION DE L AIIC L AIIC croit qu une planification réussie des ressources humaines de la santé au Canada passe par un

Plus en détail

CAHIER DE GESTION. La présente procédure détermine les caractéristiques essentielles d un programme de dotation en ressources humaines.

CAHIER DE GESTION. La présente procédure détermine les caractéristiques essentielles d un programme de dotation en ressources humaines. CAHIER DE GESTION POLITIQUE DE DOTATION EN RESSOURCES HUMAINES COTE 30-01-00.09 OBJET : La présente procédure détermine les caractéristiques essentielles d un programme de dotation en ressources humaines.

Plus en détail

Consultation pré-budgétaire. Préparé à l attention du ministre des Finances

Consultation pré-budgétaire. Préparé à l attention du ministre des Finances Consultation pré-budgétaire Préparé à l attention du ministre des Finances Saint-Antoine, Nouveau-Brunswick Octobre 2009 Les priorités du CÉNB : - le Plan d action pour l autosuffisance du nord du Nouveau-Brunswick;

Plus en détail

Université d Ottawa. Cadre de référence Budget 2014-2015

Université d Ottawa. Cadre de référence Budget 2014-2015 Université d Ottawa Cadre de référence Budget 2014-2015 L Université d Ottawa souhaite communiquer à la communauté universitaire les priorités, les enjeux et les défis auxquels elle fera face pour la préparation

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015 Sommaire de gestion Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015 L'Association canadienne du commerce des valeurs mobilières (ACCVM) est reconnaissante

Plus en détail

Le contenu numérique original : un atout de taille pour la société canadienne

Le contenu numérique original : un atout de taille pour la société canadienne Le contenu numérique original : un atout de taille pour la société canadienne Mémoire du Regroupement des producteurs multimédia (RPM) Déposé dans le cadre de la Consultation sur l économie numérique du

Plus en détail

Pacte de croissance N-VA RESUME

Pacte de croissance N-VA RESUME N-VA Pacte de croissance N-VA Service d études N-VA Le 12 juin 2012 RESUME A travers ce pacte de croissance, la N-VA souhaite émettre des propositions destinées à résoudre de manière énergique les problèmes

Plus en détail

L impact du choc démographique sur l économie du Québec. Il faudra rehausser notre productivité afin d atténuer les bouleversements à venir

L impact du choc démographique sur l économie du Québec. Il faudra rehausser notre productivité afin d atténuer les bouleversements à venir SÉMINAIRE DE LA RÉGIE DES RENTES DU QUÉBEC Québec, 27 novembre 2009 L impact du choc démographique sur l économie du Québec Il faudra rehausser notre productivité afin d atténuer les bouleversements à

Plus en détail

CAHIER DE RECHERCHE FINANCES D UN QUÉBEC INDÉPENDANT

CAHIER DE RECHERCHE FINANCES D UN QUÉBEC INDÉPENDANT CAHIER DE RECHERCHE FINANCES D UN QUÉBEC INDÉPENDANT Résumé de l étude Par Maxime Duchesne Politologue (M. Sc. pol. ), étudiant en économie aux H.E.C et chercheur indépendant OCTOBRE 2014 «Les résultats

Plus en détail

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE MÉMOIRE DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DES AFFAIRES SOCIALES AOÛT 2009

Plus en détail

La gouvernance des universités québécoises : des instruments à la mission

La gouvernance des universités québécoises : des instruments à la mission La gouvernance des universités québécoises : des instruments à la mission Première tranche de vécu : l année précédent mon départ de l université, le directeur de mon département obtient du rectorat l

Plus en détail

L éducation Le meilleur investissement

L éducation Le meilleur investissement L éducation Le meilleur investissement Investir dans l avenir Ça commence par nos enfants Qu il s agisse d études universitaires, collégiales ou professionnelles, qu il s agisse de votre propre enfant,

Plus en détail

Des fondations pour réussir. des infrastructures

Des fondations pour réussir. des infrastructures Des fondations pour réussir PLAN québécois des infrastructures Le contenu de cette publication a été rédigé par le Secrétariat du Conseil du trésor. Cette édition a été produite par la Direction des communications.

Plus en détail

Être inspiré. Être prêt. Être meilleur. Plan d action pour transformer l éducation postsecondaire au Nouveau Brunswick

Être inspiré. Être prêt. Être meilleur. Plan d action pour transformer l éducation postsecondaire au Nouveau Brunswick Être inspiré. Être prêt. Être meilleur. Plan d action pour transformer l éducation postsecondaire au Nouveau Brunswick Rapport d étape sur le plan d action Mars 2010 Être inspiré. Être prêt. Être meilleur.

Plus en détail

PARAMÈTRES DU RÉGIME D IMPOSITION DES PARTICULIERS POUR L ANNÉE D IMPOSITION 2015. novembre 2014

PARAMÈTRES DU RÉGIME D IMPOSITION DES PARTICULIERS POUR L ANNÉE D IMPOSITION 2015. novembre 2014 PARAMÈTRES DU RÉGIME D IMPOSITION DES PARTICULIERS POUR L ANNÉE D IMPOSITION 2015 novembre 2014 4. COMPARAISON DES TAUX D INDEXATION DES RÉGIMES D IMPOSITION QUÉBÉCOIS, FÉDÉRAL ET PROVINCIAUX En 2015,

Plus en détail

Formule de financement des écoles des Premières Nations L instrument d une politique de mise en échec

Formule de financement des écoles des Premières Nations L instrument d une politique de mise en échec Formule de financement des écoles des Premières Nations L instrument d une politique de mise en échec Le sous-financement chronique de notre éducation est une stratégie pour forcer l intégration avec les

Plus en détail

Montréal, le 12 juillet 2013. Cap Finance 4200, rue Adam, Montréal (QC), H1V 1S9

Montréal, le 12 juillet 2013. Cap Finance 4200, rue Adam, Montréal (QC), H1V 1S9 MÉMOIRE DÉPOSÉ AUPRÈS DU GOUVERNEMENT FÉDÉRAL DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PORTANT SUR LA SUPPRESSION PROGRESSIVE DES CRÉDITS D IMPÔT ATTACHÉS AUX FONDS DE TRAVAILLEURS CAP finance appuie les fonds

Plus en détail

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2009-2015

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2009-2015 PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2009-2015 VERSION REVISEE EN JUILLET 2013 Avenant au plan 2009-2012 Le gouvernement du Québec a autorisé, le 29 février 2012, par décret, le report de l exercice

Plus en détail

(Communiqué) Le soutien au financement par étudiant des collèges de l Ontario est le plus bas au pays

(Communiqué) Le soutien au financement par étudiant des collèges de l Ontario est le plus bas au pays (Communiqué) L insuffisance de financement chronique menace les collèges, les étudiants, les employeurs et l économie de l Ontario Le soutien au financement par étudiant des collèges de l Ontario est le

Plus en détail

Le Parlement jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 64 E LÉGISLATURE. Projet de loi n 1

Le Parlement jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 64 E LÉGISLATURE. Projet de loi n 1 Le Parlement jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 64 E LÉGISLATURE Projet de loi n 1 Loi sur la représentativité des sexes sur le marché du travail Présenté par Mme Jade Boivin Ministre du Travail

Plus en détail

Un crédit d impôt pour l avenir du Québec

Un crédit d impôt pour l avenir du Québec Un crédit d impôt pour l avenir du Québec Mémoire présenté à la Commission d examen sur la fiscalité québécoise Par l Association canadienne de l enseignement coopératif, comité Québec (ACDEC-Québec) En

Plus en détail

Recommandations présentées par la Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec (CREPUQ) au ministre des Finances dans le cadre

Recommandations présentées par la Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec (CREPUQ) au ministre des Finances dans le cadre Recommandations présentées par la Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec (CREPUQ) au ministre des Finances dans le cadre des consultations prébudgétaires 2012-2013 Décembre

Plus en détail

Mémoire soumis au COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES SUR L EMPLOI CHEZ LES JEUNES AU CANADA AVRIL 2014

Mémoire soumis au COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES SUR L EMPLOI CHEZ LES JEUNES AU CANADA AVRIL 2014 Mémoire soumis au COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES SUR L EMPLOI CHEZ LES JEUNES AU CANADA AVRIL 2014 D ici au 1 er juillet 2017, un million de Canadiens obtiendront leur premier

Plus en détail

MISE À JOUR ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DE L AUTOMNE 2014 QUÉBEC

MISE À JOUR ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DE L AUTOMNE 2014 QUÉBEC MISE À JOUR ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DE L AUTOMNE 2014 QUÉBEC Le 2 décembre 2014 TABLE DES MATIÈRES Introduction Mesures de relance économique Mesures visant l atteinte et le maintien de l équilibre budgétaire

Plus en détail

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers entre assureurs de dommages et carrossiers Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers Novembre 2006 entre assureurs de dommages et carrossiers 2 PRÉAMBULE Le Groupement des assureurs automobiles

Plus en détail

Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada. au Comité permanent des finances. de la Chambre des communes

Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada. au Comité permanent des finances. de la Chambre des communes Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Novembre 2013 Recommandations Au nom des organismes de bienfaisance canadiens, Imagine Canada

Plus en détail

RÉFORME DE LA LOI SUR LES COMPAGNIES GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. Mémoire de la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ)

RÉFORME DE LA LOI SUR LES COMPAGNIES GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. Mémoire de la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) RÉFORME DE LA LOI SUR LES COMPAGNIES GOUVERNEMENT DU QUÉBEC Mémoire de la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) présenté à l occasion des consultations du Ministère des finances du Québec

Plus en détail

Mémoire concernant le document de consultation de la Régie des rentes du Québec intitulé

Mémoire concernant le document de consultation de la Régie des rentes du Québec intitulé 555, boul. René-Lévesque Ouest e Mémoire concernant le document de consultation de la Régie des rentes du Québec intitulé «Vers un régime de rentes du Québec renforcé et plus équitable» Présenté à La Commission

Plus en détail

LES SECRETS DU SUCCÈS

LES SECRETS DU SUCCÈS Investir - Pour un Québec résolument moderne et innovateur Colloque organisé par le Conseil du patronat du Québec Montréal, le jeudi 11 novembre 2004 POINTS SAILLANTS DU COLLOQUE LES SECRETS DU SUCCÈS

Plus en détail

MÉMOIRE DE LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS SPÉCIALISTES DU QUÉBEC COMMISSION DES FINANCES PUBLIQUES CONSULTATION GÉNÉRALE SUR LA RÉDUCTION DES IMPÔTS

MÉMOIRE DE LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS SPÉCIALISTES DU QUÉBEC COMMISSION DES FINANCES PUBLIQUES CONSULTATION GÉNÉRALE SUR LA RÉDUCTION DES IMPÔTS MÉMOIRE DE LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS SPÉCIALISTES DU QUÉBEC COMMISSION DES FINANCES PUBLIQUES CONSULTATION GÉNÉRALE SUR LA RÉDUCTION DES IMPÔTS LE 17 SEPTEMBRE 1999 Mémoire de la Consultation générale

Plus en détail

DEUXIÈME POSITION. Essai soumis par Marie-Josée Boudreau FRANCOPHONIE ET GRATUITÉ SCOLAIRE : UN ACCÈS UNIVERSEL AU SAVOIR?

DEUXIÈME POSITION. Essai soumis par Marie-Josée Boudreau FRANCOPHONIE ET GRATUITÉ SCOLAIRE : UN ACCÈS UNIVERSEL AU SAVOIR? DEUXIÈME POSITION Essai soumis par Marie-Josée Boudreau FRANCOPHONIE ET GRATUITÉ SCOLAIRE : UN ACCÈS UNIVERSEL AU SAVOIR? CONCOURS D ESSAIS JEAN-ROBERT-GAUTHIER ÉDITION 2012-2013 Alors que le Québec ressent

Plus en détail

L importance de réaffirmer et de renforcer le rôle social de l État

L importance de réaffirmer et de renforcer le rôle social de l État L importance de réaffirmer et de renforcer le rôle social de l État Avis présenté dans le cadre des consultations de la Commission de révision permanente des programmes Par la Fédération de la santé du

Plus en détail

Mise en contexte. À quoi ressemblerait un Nouveau-Brunswick prospère dans 10 ans?

Mise en contexte. À quoi ressemblerait un Nouveau-Brunswick prospère dans 10 ans? Mise en contexte Le budget 2009-2010 prévoyait un déficit global de près de 1 milliard de dollars. Depuis ce temps, le gouvernement provincial a réduit ce chiffre à plus ou moins 400 millions de dollars.

Plus en détail

MÉMOIRE sur le Projet de Loi 77 sur l équité salariale

MÉMOIRE sur le Projet de Loi 77 sur l équité salariale MÉMOIRE sur le Projet de Loi 77 sur l équité salariale Présenté au Comité permanent de modification des lois de l Assemblée législative le 26 novembre 2004 Fredericton, Nouveau-Brunswick Le Conseil économique

Plus en détail

L offre de formation technique dans les cégeps dans un contexte de diminution des effectifs étudiants

L offre de formation technique dans les cégeps dans un contexte de diminution des effectifs étudiants L offre de formation technique dans les cégeps dans un contexte de diminution des effectifs étudiants Positions de la Fédération des chambres de commerce du Québec Quelques constats Le Québec consacre

Plus en détail

ENJEUX PRIORITAIRES DU RÉSEAU COLLÉGIAL PUBLIC. Rencontre thématique Sommet sur l enseignement supérieur. Contribution de la Fédération des cégeps

ENJEUX PRIORITAIRES DU RÉSEAU COLLÉGIAL PUBLIC. Rencontre thématique Sommet sur l enseignement supérieur. Contribution de la Fédération des cégeps ENJEUX PRIORITAIRES DU RÉSEAU COLLÉGIAL PUBLIC Rencontre thématique Sommet sur l enseignement supérieur Contribution de la Fédération des cégeps Février 2013 Fédération des cégeps 500, boul. Crémazie Est

Plus en détail

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES COMMENTAIRES DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA

Plus en détail

RAPPORT DE TABLE No 5

RAPPORT DE TABLE No 5 RAPPORT DE TABLE No 5 Alliance des syndicats des professeures et des professeurs de cégep ASPPC Rencontre 27 mars 2015 1 er avril 2015 Première attaque patronale. Première réplique syndicale! Plus les

Plus en détail

ENTENTE À INTERVENIR. entre d une part : LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. et d autre part :

ENTENTE À INTERVENIR. entre d une part : LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. et d autre part : ENTENTE À INTERVENIR entre d une part : LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC et d autre part : LA FÉDÉRATION INTERPROFESSIONNELLE DE LA SANTÉ DU QUÉBEC (FIQ) LA FÉDÉRATION AUTONOME DE L'ENSEIGNEMENT (FAE) POUR LES

Plus en détail

Budget provincial 2015

Budget provincial 2015 Budget provincial 2015 Le 26 mars 2015, le gouvernement du Québec a déposé son budget 2015-2016. Parmi les nouvelles mesures annoncées, certaines pourraient avoir un impact sur les membres de l Association

Plus en détail

Renseignements sur la rémunération de 2011 et 2012 (conformément aux exigences de Bâle II Pilier 3)

Renseignements sur la rémunération de 2011 et 2012 (conformément aux exigences de Bâle II Pilier 3) Renseignements sur la rémunération de 2011 et 2012 (conformément aux exigences de Bâle II Pilier 3) La Banque Laurentienne a préparé la présente publication conformément aux exigences de Bâle II Pilier

Plus en détail

Les partis politiques se prononcent sur les enjeux liés aux troubles d apprentissage

Les partis politiques se prononcent sur les enjeux liés aux troubles d apprentissage L association québécoise des troubles d apprentissage (AQETA) profite du déclenchement de la campagne électorale provinciale pour rappeler aux partis politiques l importance de la question des troubles

Plus en détail