S. FOURNIER-FAVRE Département de Pédiatrie CHRU Montpellier.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "S. FOURNIER-FAVRE Département de Pédiatrie CHRU Montpellier."

Transcription

1 S. FOURNIER-FAVRE Département de Pédiatrie CHRU Montpellier.

2 La coqueluche. Haemophilus Influenzae B. Le Papilloma Virus. L hépatite B. La grippe.

3 LA COQUELUCHE

4 Bacille gram (bacille de Bordet et Gengou) = Bordetella pertussis. Colonisation par voie aérienne par projection de mucus au cours des quintes de toux, multiplication sur épithélium cilié respiratoire et libération de toxines avec destruction de l épithélium (toxicité cellulaire locale) La coqueluche est plus une pathologie toxinique qu infectieuse

5 Actuellement : 1000 cas par an en France. 3 décès. Epidémiologie transformée depuis la vaccination avec modification des patients à risque et surtout changement des contaminateurs. Elle est la troisième cause de mortalité due à une infection bactérienne chez l'enfant. Elle est la première cause infectieuse de décès avant 3 mois.

6 Plus de déclaration obligatoire depuis 1996

7 Recrudescence des cas aux USA

8 Pyramide des âges Réf : Bégué P., Baron S., et al. Évaluation épidémiologique clinique et microbiologique de la coqueluche en France en BEH 1995 ; 19:83-5

9 Contamination actuelle souvent par les adultes (parents, grands-parents). L adulte présente une forme bénigne. Mais contamine l enfant qui fait une forme grave!!!!

10 Primo-vaccination à 2, 3, 4 mois. Rappel à 18 mois. Rappel entre 11 et 13 ans. Rappel adulte jeune (1 seule fois et si dernier vaccin > 10 ans) dtcapolio (REPEVAX, BOOSTRIX ) tous professionnels de santé et de la petite enfance étudiants filières médicales et paramédicales avant grossesse : futurs parents pendant grossesse : père et fratrie et adultes en charge du nourrisson pendant 6 mois COCOONING

11 HAEMOPHILUS INFLUENZAE B

12 Bacille de Pfeiffer. Bacille gram -.

13 3 millions de cas de maladies graves par an Environ décès par an Principalement dus à des méningites et à des pneumonies. Surtout enfants de moins de cinq ans, les nourrissons âgés de 4 à 18 mois étant particulièrement vulnérables.

14 La politique de vaccination systématique et le taux de couverture vaccinal > 90 % a fait quasiment disparaître les pathologies liés à Hib dans les pays dits industrialisés. Actuellement incidence estimée aux alentours de 6 pour avant 6 mois. Puis 2-3 pour jusqu à 1 an.

15 Primo-vaccination à 2, 3, 4 mois. Rappel à mois. Rattrapage pour enfants non vaccinés : Entre 6 et 12 mois : 2 doses + 1 rappel. Au-delà de 12 mois et jusqu à 5 ans = 1 seule dose.

16 LE PAPILLOMA VIRUS (HPV)

17 Cancer du col de l utérus : Deuxième cause de cancers féminins dans le monde ( cas par an dans le monde) En France : incidence de 7,8 pour mortalité de 2,2 pour En France en 2005 : 3070 cas estimés 1070 décès

18 Facteurs de risque du cancer du col de l utérus : Tabagisme > 15 cigarettes par jour. Utilisation > 5 ans des contraceptifs oraux. Facteurs endogènes. Nombre de grossesses. Autres IST.

19 Le virus du papillome humain (VPH), également appelé HPV pour Human papillomavirus, est un virus à ADN faisant partie de la famille des Papovaviridae. Il est responsable des infections sexuellement transmissibles les plus fréquentes puisque l'estimation des personnes contaminées par ce virus est comprise entre 10 et 30%.

20 ADN de papillomavirus détecté dans 99,7% des cancers du col de l utérus. En Europe, 74 % des cancers du col de l utérus sont secondaires aux papillomavirus 16 ou 18.

21

22 2 vaccins : Prophylactiques. Efficacité d autant plus élevée que la jeune fille n a pas été en contact avec HPV. Un vaccin divalent (16, 18). CERVARIX Un vaccin quadrivalent (6, 11, 16, 18). GARDASIL

23 Efficacité des vaccins : 99% d efficacité en prévention des dysplasies cervicales de haut grade dues aux HPV 16 et 18 95% d efficacité en prévention des lésions cervicales de tous grades dues aux HPV 6, 11, 16 et % d efficacité en prévention des dysplasies vulvaires de haut grade dues aux HPV 16 et 18

24 3 doses : M0, M1(C) ou M2(G) et M6 Jeunes filles âgées de 14 ans. Rattrapage possible : ans n ayant pas eu de rapport sexuel. Ou au plus tard dans les 12 mois suivant les premiers rapports.

25 Le préservatif ne protège pas complètement mais diminue juste le risque de contamination.

26 L HEPATITE B

27 3,1 millions d adultes de ans ont été infectés au cours de leur vie. Prévalence HBs = 0,65% soit plus de adultes porteurs. Taux de décès = 2,2 pour décès par an en France. Chaque année : 2500 à 3000 formes aiguës. 7 % chez des enfants de 11 à 15 ans.

28 Contamination Périnatale : Faible car : Dépistage systématique pendant la grossesse. Séro-vaccination. MAIS RESTE LE MODE DE CONTAMINATION LE PLUS FREQUENT. Parentérale : Quasi nul. Intrafamiliale interfratrie : Réalité. Vaccination de toutes les personnes vivant sous le même toit.

29 Contamination Comportements sexuels à risque : 36 % Voyages en pays de forte ou moyenne endémie : 22 % Contact familial : 8 % Vie en institution : 4,5 % Usage de drogues : 2,3 % Pas de cause retrouvée : 30 %

30 Evolution vers la chronicité Tranches d âge Chronicité Nouveau-né 90 % 0-6 mois 70 % 7-12 mois 50 % 1-4 ans 30 % Adulte (immunocompétent) 8-10 % Hyam S. Clin. Infect. Dis. 1990, 20:

31 Avant campagne de vaccination Après campagne de vaccination Incidence 8500/an (début années 90) 650/an ( ) Nombre total d infections symptomatiques ou non /an (début années 90) 2500/an TH pour HB fulminante 20/an (début années 90) 2/an (2002) InVS 2008 : Chez les enfants vaccinés entre 1994 et 2007: nouvelles infections évitées infections aiguës évitées. 800 infections chroniques évitées. 40 hépatites fulminantes évitées.

32 Amélioration de la couverture vaccinale à 6 mois

33 Vaccination recommandée pour tous les enfants avant l âge de 13 ans Privilégier la vaccination des nourrissons à partir de l âge de 2 mois ainsi que celle des groupes à risque Schéma unique en 3 injections de type qui respecte un intervalle de 1 à 2 mois entre les 2 premières injections et de 5 à 12 mois entre les 2ème et 3ème injections

34 Recommandations pour les adolescents âgés de 11 à 15 ans non antérieurement vaccinés Soit un schéma classique à 3 doses Soit un schéma à 2 doses avec un intervalle de 6 mois entre les 2 doses (ENGERIX B, 20 µg ou GENEVAC B 20 µg)

35 Nés de mères porteuses d Ag HB (3 inj + IgG anti HBs) Si prématurés = 4 injections Enfants accueillis en institutions pour enfants handicapés Enfants et adultes accueillis en structures psychiatriques Enfants d âge préscolaire accueillis en collectivité Toxicomanes Personnes ayant des partenaires multiples

36 Voyageurs en pays de moyenne ou forte endémie Personnes amenées à résider en zone de moyenne ou forte endémie Professionnels «potentiellement» exposés Patients devant bénéficier de transfusions massives ou itératives Entourage d un sujet infecté ou porteur d Ag HBs Partenaires d un sujet infecté ou porteur d Ag HBs Personnes détenues cumulant des facteurs d exposition au VHB

37 LA GRIPPE

38

39 Environ 2,5 millions de personnes par an en France (2 à 7 millions). 25 à 50 % des consultations pour jeunes de moins de 15 ans. Formes graves surtout chez les personnes à risque. Première cause de mortalité par maladie infectieuse en France. Taux de décès de 0,87 pour mille soit entre 6000 et 8000 décès par an.

40 Personnes > 65 ans. Nourrissons et femmes enceinte à risque. Personne en établissement de moyen ou long séjour indépendamment de l âge. Entourage d un nourrisson < 6 mois à risque de grippe grave. Enfant de 6 mois à 18 ans avec nécessité de traitement prolongé par acide acétylsalycilique. Professionnels de santé.

41

42

43 Soin : Du nom latin "sensus, us" affection vers quelque chose ou vers quelque personne Soigner : S'occuper avec attention de, avoir soin de Se vacciner en tant que soignant: C est se protéger. Mais aussi protéger les autres.

LES NOUVEAUX DEFIS DE LA VACCINATION. Printemps Médical de Bourgogne M Duong - Service des Maladies Infectieuses

LES NOUVEAUX DEFIS DE LA VACCINATION. Printemps Médical de Bourgogne M Duong - Service des Maladies Infectieuses LES NOUVEAUX DEFIS DE LA VACCINATION Printemps Médical de Bourgogne 2013 M Duong - Service des Maladies Infectieuses LA RECRUDESCENCE DE LA COQUELUCHE EN FRANCE Aujourd hui : Transmission d adultes ou

Plus en détail

Question 1 : Schéma vaccinal Vaccin contre VHB en pratique

Question 1 : Schéma vaccinal Vaccin contre VHB en pratique Dossier N 3 Mme V vient en consultation avec sa fille Léa, qui a 14 ans. Léa consulte en raison de douleurs au moment des règles apparues il y a 6 mois. A cette occasion, vous faites le point sur les vaccinations

Plus en détail

Prévention du risque infectieux Place de la vaccination. COREVIH Haute Normandie

Prévention du risque infectieux Place de la vaccination. COREVIH Haute Normandie Prévention du risque infectieux Place de la vaccination COREVIH Haute Normandie Transmission croisée hépatite B Belgique 2002: Femme de 83 ans en EHPAD hépatite B fulminante Enquête épidémiologique portant

Plus en détail

Vaccinations,Ouvrons le Dialogue

Vaccinations,Ouvrons le Dialogue Vaccinations,Ouvrons le Dialogue Pourquoi vacciner contre l hépatite B dès l enfance? Henri Laurichesse, Faculté de Médecine de Clermont-Ferrand, Université d Auvergne Histoire naturelle de l hépatite

Plus en détail

Dépistage et prévention de l hépatite B en CDAG L expérience de Bichat Claude-Bernard Projet d étude multicentrique

Dépistage et prévention de l hépatite B en CDAG L expérience de Bichat Claude-Bernard Projet d étude multicentrique Dépistage et prévention de l hépatite B en CDAG L expérience de Bichat Claude-Bernard Projet d étude multicentrique Politique vaccinale VHB en France ENFANTS Nouveau-nés de mère porteuse de l'antigène

Plus en détail

Assurance Qualité Procédure de dispensation d un vaccin

Assurance Qualité Procédure de dispensation d un vaccin Assurance Qualité Procédure de dispensation d un vaccin Nom de l entreprise : Remedeo SAS Adresse : 3, rue Louis le Grand 7500 Paris Personne à contacter dans l entreprise : Sandra Chasseloup : +33 (0)

Plus en détail

Nouveautés des vaccins pédiatriques

Nouveautés des vaccins pédiatriques Nouveautés des vaccins pédiatriques Semaine de la vaccination Samedi 30 avril 2016 Dr Hugues Pflieger Conflits d intérêt Invitation à des réunions scientifiques par : Sanofi Pasteur MSD GlaxoSmithKline

Plus en détail

Vaccinations en Item 143

Vaccinations en Item 143 Vaccinations en 2014 Item 143 Objectifs Appliquer le calendrier des vaccinations en France. Conseiller une vaccination adaptée en fonction du risque individuel et collectif. Argumenter les contre-indications

Plus en détail

Incidence des maladies

Incidence des maladies Incidence des maladies Les vaccins ont contribué à la réduction spectaculaire du nombre de personnes malades et de décès provoqués par ces microbes ou virus. L effort vaccinal doit être maintenu afin d

Plus en détail

Le vaccin dans tous ses états. Françoise Roudot-Thoraval Service d hépatologie Hôpital Henri Mondor, Créteil

Le vaccin dans tous ses états. Françoise Roudot-Thoraval Service d hépatologie Hôpital Henri Mondor, Créteil Le vaccin dans tous ses états Françoise Roudot-Thoraval Service d hépatologie Hôpital Henri Mondor, Créteil Liens d intérêt Orateur/consultant pour : AbbVie, BMS Gilead Janssen Roche Plan Quelques chiffres,

Plus en détail

Vaccination anti-hbv et sclérose en plaques

Vaccination anti-hbv et sclérose en plaques Vaccination anti-hbv et sclérose en plaques Morbidité-Mortalité en France 100 hépatites B aiguës en DO annuelle depuis 10 ans Infection chronique (Meffre et al. J Med Virol. 2010; 82: 546-55 ) Prévalence

Plus en détail

Epidémiologie du VHB 2 milliards/ 6 milliard ont été infectés 350 millions de porteurs chroniques 1 million de décès par an

Epidémiologie du VHB 2 milliards/ 6 milliard ont été infectés 350 millions de porteurs chroniques 1 million de décès par an Hépatite B Epidémiologie du VHB 2 milliards/ 6 milliard ont été infectés 350 millions de porteurs chroniques 1 million de décès par an zone de forte endémie (8-20%): Asie SE, Afrique zone d endémie moyenne

Plus en détail

Être vacciné pour se. Dr Sandrine HENARD Maladies infectieuses et tropicales CHU Nancy

Être vacciné pour se. Dr Sandrine HENARD Maladies infectieuses et tropicales CHU Nancy 2012 Être vacciné pour se protéger et protéger Dr Sandrine HENARD Maladies infectieuses et tropicales CHU Nancy Cadre généralg Les vaccinations dans le milieu du travail sont régies par 2 réglementations

Plus en détail

Docteur Christophe Hommel, Centre de vaccinations internationales et Centre antirabique, Service des Maladies Infectieuses, HUS

Docteur Christophe Hommel, Centre de vaccinations internationales et Centre antirabique, Service des Maladies Infectieuses, HUS CALENDRIER VACCINAL Docteur Christophe Hommel, Centre de vaccinations internationales et Centre antirabique, Service des Maladies Infectieuses, HUS I. LE CALENDRIER VACCINAL 2014 A l exception de l assainissement

Plus en détail

Les vaccins. Dr Matthieu Roustit

Les vaccins. Dr Matthieu Roustit Les vaccins Dr Matthieu Roustit Pharmacologie clinique Faculté de Médecine et de Pharmacie, Université Joseph Fourier, Grenoble Centre d Investigation Clinique Inserm CIC3, CHU de Grenoble Institut de

Plus en détail

VACCINATIONS. Amboise, le 10 septembre Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours

VACCINATIONS. Amboise, le 10 septembre Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours VACCINATIONS Amboise, le 10 septembre 2012 Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours Historique Première vaccination humaine avec un virus atténué : contre la rage en juillet 1885

Plus en détail

Vaccination contre l hépatite B : histoire d une polémique

Vaccination contre l hépatite B : histoire d une polémique Vaccination contre l hépatite B : histoire d une polémique Maxime Catrice Une association entre la vaccination contre l hépatite B et la SEP été évoquée en 1994. En 2001, la DGS initie une mission d expertise

Plus en détail

L HÉPATITE B VACCIN. contre. Vaccinez votre bébé! L hépatite B est évitable... Docteur LOUSTAUD-RATTI Professeur DENIS CHU LIMOGES.

L HÉPATITE B VACCIN. contre. Vaccinez votre bébé! L hépatite B est évitable... Docteur LOUSTAUD-RATTI Professeur DENIS CHU LIMOGES. Le VACCIN contre L HÉPATITE B L hépatite B est évitable... Création Dr Véronique LOUSTAUD-RATTI Fédération des Hépatites CHU DUPUYTREN - Limoges Pr François DENIS Service de Bactériologie et Virologie

Plus en détail

Journée Étude «FEMMES»

Journée Étude «FEMMES» Journée Étude «FEMMES» IVG IST Vaccin HPV Mutilations sexuelles 2009 2010 IVG Environ 200 000 IVG chaque année en France (chiffre stable): 210 700 en 2004 8% des mineures en 2006 (vs 4% il y a quelques

Plus en détail

Signalements de cas groupés de coqueluche dans les établissements de santé

Signalements de cas groupés de coqueluche dans les établissements de santé Signalements de cas groupés de coqueluche dans les établissements de santé JNI Dijon 13 au 15 juin 2007 I. Bonmarin, I. Poujol (Département des maladies infectieuses) Quelques clés sur le nosocomial Procédure

Plus en détail

3. CALENDRIER VACCINAL 2009 TABLEAUX SYNOPTIQUES 3.1 Tableau des recommandations vaccinales pour les enfants et les adolescents

3. CALENDRIER VACCINAL 2009 TABLEAUX SYNOPTIQUES 3.1 Tableau des recommandations vaccinales pour les enfants et les adolescents 156 BEH 16-17 / 20 avril 2009 3.1 Tableau des recommandations vaccinales pour les enfants et les adolescents RECOMMANDATIONS GÉNÉRALES RATTRAPAGE POPULATIONS PARTICULIÈRES ET À RISQUE Diphtérie (D), Tétanos

Plus en détail

Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed 2

Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed 2 Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed 2 Information du 25.09.2015 Catherine Lazor-Blanchet Giorgio Zanetti Service de Médecine Préventive Hospitalière Pourquoi un plan

Plus en détail

Stratégies de dépistage biologique de l'hépatite B

Stratégies de dépistage biologique de l'hépatite B QUI ET COMMENT DEPISTER? Stratégies de dépistage biologique de l'hépatite B 9ème Journée du Réseau Hépatites de Basse-Normandie - Jeudi 17 octobre 2013 - Dr Marie-Anne SALAUN ( médecin coordinateur CPMI

Plus en détail

Vaccin hépatite B Mise au point

Vaccin hépatite B Mise au point Vaccin hépatite B Mise au point Épidémiologie Rappels sur L infection à VHB Les vaccins Historique de la vaccination en France Liens avec affectations démyélinisantes Résultats «mitigés» Recommandations

Plus en détail

Simplification du calendrier vaccinal

Simplification du calendrier vaccinal FMC Soirée Actualités RMC Vienne 12/12/2013 Simplification du calendrier vaccinal Cliquez Dr Anissa Bouaziz pour ajouter un texte Service de Médecine Interne Rhumatologie Maladies Infectieuses et Tropicales

Plus en détail

DEPISTAGE ET PRISE EN CHARGE DE L'HEPATITE B EN CDAG/CIDDIST

DEPISTAGE ET PRISE EN CHARGE DE L'HEPATITE B EN CDAG/CIDDIST DEPISTAGE ET PRISE EN CHARGE DE L'HEPATITE B EN CDAG/CIDDIST Journée régionale Sens, 02 Octobre 2015 M Duong Service des Maladies Infectieuses CHU Dijon INFECTION VHB EN FRANCE - Porteurs chroniques(ag

Plus en détail

Denise ANTONA. Hépatite B : données épidémiologiques récentes et stratégie vaccinale

Denise ANTONA. Hépatite B : données épidémiologiques récentes et stratégie vaccinale Denise ANTONA Hépatite B : données épidémiologiques récentes et stratégie vaccinale Connaître l'évolution de l'épidémiologie de l'infection par HBV. Connaître l'état actuel et l'évolution souhaitable de

Plus en détail

Epidémiologie de l hépatite B aiguë en France Déclaration obligatoire ( ) C. Larsen Institut de veille sanitaire

Epidémiologie de l hépatite B aiguë en France Déclaration obligatoire ( ) C. Larsen Institut de veille sanitaire Epidémiologie de l hépatite B aiguë en France Déclaration obligatoire (2003-2010) C. Larsen Institut de veille sanitaire Conflit d intérêts aucun Contexte épidémiologique politique de prévention vaccinale

Plus en détail

Epidémiologie des pathologies à papillomavirus humains et distribution des génotypes dans le monde et en France

Epidémiologie des pathologies à papillomavirus humains et distribution des génotypes dans le monde et en France Epidémiologie des pathologies à papillomavirus humains et distribution des génotypes dans le monde et en France JNI 2007 Professeur Didier Riethmuller Infection à HPV : épidémiologie 2. Quelles pathologies

Plus en détail

Auteur principal : Docteur Georges PICHEROT

Auteur principal : Docteur Georges PICHEROT Auteur principal : Docteur Georges PICHEROT Centre Hospitalier Universitaire de Nantes Chef du Service de Pédiatrie Quai Moncousu 44093 NANTES cedex Soumission d'un dossier de candidature à l'association

Plus en détail

LES HÉPATITES VIRALES. Dr David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes

LES HÉPATITES VIRALES. Dr David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes LES HÉPATITES VIRALES Dr David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes Plan 1. Généralités 2. Hépatite A 3. Hépatite E 4. Hépatite B 5. Hépatite delta 6. Hépatite C Définition Groupe

Plus en détail

Le calendrier vaccinal en pratique. N Viget DUACAI 21/04/2011

Le calendrier vaccinal en pratique. N Viget DUACAI 21/04/2011 Le calendrier vaccinal en pratique N Viget DUACAI 21/04/2011 Calendrier 2011 BEH mars 2011 Calendrier 2011 BEH mars 2011 Rattrapage vaccinal BEH mars 2011 cocooning» Coqueluche Coqueluche Coqueluche Coqueluche

Plus en détail

Une épidémie dans un hôpital général

Une épidémie dans un hôpital général Une épidémie dans un hôpital général Au CHIC, après 3 cas groupés de coqueluche parmi des membres du personnel soignant (MPS), examen de tous les «tousseurs» Procédures diagnostiques Examen clinique et

Plus en détail

Le rôle de l IDE dans la prise en charge des IST

Le rôle de l IDE dans la prise en charge des IST Le rôle de l IDE dans la prise en charge des IST (INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES) S. Decock IDE, S. Maesen IDE, Dr V. Baclet Service Universitaire des Maladies Infectieuses et du Voyageur (SUMIV)

Plus en détail

La coqueluche en maternité

La coqueluche en maternité La coqueluche en maternité D.Floret Université Claude Bernard Lyon1 Hôpital Femme Mère Enfant Bron Président du Comité Technique des Vaccinations Journée Mater Sud Est- Lyon 25 novembre 2008 La coqueluche

Plus en détail

Vaccination Exemples de controverses

Vaccination Exemples de controverses Vaccination Exemples de controverses ADJUVANTS HPV (MÉNINGITE C) Dr Sandrine GAZAIGNES Contexte Vaccination en situation de controverse durable mais en situation de succès vaccinal Des critiques constantes

Plus en détail

PREVENTION DU CANCER DU COL DE L UTERUS

PREVENTION DU CANCER DU COL DE L UTERUS PREVENTION DU CANCER DU COL DE L UTERUS Janvier, février 20, unité médico judiciaire de l HOPITAL X Module santé publique Prenome nom, p.nom@hotmail.com Tuteur tuteur@wandoo.fr EPIDEMIOLOGIE En France:

Plus en détail

Questions-réponses. sur le calendrier des vaccinations Les principaux points à retenir du nouveau calendrier des vaccinations 2013

Questions-réponses. sur le calendrier des vaccinations Les principaux points à retenir du nouveau calendrier des vaccinations 2013 PROTÉGEONS-NOUS, VACCINONS-NOUS. Questions-réponses sur le calendrier des vaccinations 2013 Le calendrier des vaccinations 2013 introduit des modifications importantes pour l ensemble de la population

Plus en détail

Contre quelles hépatites existe-t-il un. Il existe aujourd hui des vaccins contre les hépatites A et B. Pourquoi se faire vacciner contre l hépatite

Contre quelles hépatites existe-t-il un. Il existe aujourd hui des vaccins contre les hépatites A et B. Pourquoi se faire vacciner contre l hépatite Hépatites : je comprends pourquoi et quand me faire vacciner 5 000 nouvelles contaminations par le virus de l hépatite B surviennent tous les ans en France, alors qu il existe un moyen sûr et efficace

Plus en détail

Vaccination contre le virus de l hépatite B Réunion de consensus Paris, septembre 2003

Vaccination contre le virus de l hépatite B Réunion de consensus Paris, septembre 2003 Vaccination contre le virus de l hépatite B Réunion de consensus Paris, 10-11 septembre 2003 Dr Marie-Josèphe JEAN-PASTOR Centre de Pharmacovigilance Hôpital Salvator, Marseille Médecine du travail - 20/I/2003

Plus en détail

37 C est-à-dire les facteurs de risque déjà identifiés dans les recommandations actuelles.

37 C est-à-dire les facteurs de risque déjà identifiés dans les recommandations actuelles. 4 -RECOMMANDATIONS PARTICULIÈRES 4.1 - Vaccination contre la coqueluche Adultes susceptibles de devenir parents dans les mois ou années à venir. Également recommandée à l occasion d une grossesse, la mise

Plus en détail

Infections HPV et leur prévention par le vaccin

Infections HPV et leur prévention par le vaccin Infections HPV et leur prévention par le vaccin J.J. Baldauf 1, C.Y. Akladios 1, E. Baulon 1, E. Faller 1, M. Fender 2 Liens d intérêts: Investigateur principal et crédits de recherche : MSD Sanofi-Pasteur

Plus en détail

PROGRAMME NATIONAL D IMMUNISATION ÉVOLUTION ET PERSPECTIVES

PROGRAMME NATIONAL D IMMUNISATION ÉVOLUTION ET PERSPECTIVES PROGRAMME NATIONAL D IMMUNISATION ÉVOLUTION ET PERSPECTIVES Casablanca, 06 Janvier 2017 Plan I. Contexte et place de la vaccination dans la politique sanitaire II. Evolution Programme National d Immunisation

Plus en détail

prévention vaccinations La vaccination peut vous sauver la vie.

prévention vaccinations La vaccination peut vous sauver la vie. PS70252 Depliant vaccination 15/06/07 12:11 Page 1 en savoir plus BEH Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire www.invs.sante.fr Institut Pasteur www.pasteur.fr www.plateforme-sante.fr prévention vaccinations

Plus en détail

VOTRE ENFANT RENTRE AU COLLÈGE

VOTRE ENFANT RENTRE AU COLLÈGE VOTRE ENFANT RENTRE AU COLLÈGE Est-il à jour de ses vaccinations? D après le calendrier vaccinal 2014 1 ette 105x210 vaccinations V11.indd 1 30/09/2014 10 Le rendez-vous POUR TOUS LES ADOLESCENT(E)S DE

Plus en détail

RUPTURE DE STOCK de Vaccin HEPATITE B, ADULTE, susp inj, srg (ENGERIX B20, HBVAXPRO 10)

RUPTURE DE STOCK de Vaccin HEPATITE B, ADULTE, susp inj, srg (ENGERIX B20, HBVAXPRO 10) Page : 1/5 Services destinataires Fonctions concernées Services de soin, Pharmacie Médecins, soignants RUPTURE DE STOCK de Vaccin HEPATITE B, ADULTE, susp inj, srg (ENGERIX B20, HBVAXPRO 10) Rupture de

Plus en détail

Réticences à la vaccination: une vérité scientifique?

Réticences à la vaccination: une vérité scientifique? Réticences à la vaccination: une vérité scientifique? Dr Magali Vidal-Roux Maladies Infectieuses et Tropicales CHU Clermont-Ferrand Samedi 3 décembre 2016 De 1881 à 2016 1881 «Des virus affaiblis ayant

Plus en détail

Dr PENALBA. Formation NANCY 03 et

Dr PENALBA. Formation NANCY 03 et Dr PENALBA Formation NANCY 03 et 04.02.2016 Hépatite = inflammation du foie toxiques / des virus causée par des Le virus pénètre la cellule, se multiplie, le système immunitaire détruit les cellules infectées

Plus en détail

Estimated Incidence of Acute Hepatitis B. United States,

Estimated Incidence of Acute Hepatitis B. United States, Cases per 100,000 Population Estimated Incidence of Acute Hepatitis B 80 70 60 50 40 30 20 10 0 * Provisional date United States, 1978-1995 Vaccine licensed HBsAg screening of pregnant women recommended

Plus en détail

Les hépatites virales Dr Aissa.FILALI

Les hépatites virales Dr Aissa.FILALI Les hépatites virales Dr Aissa.FILALI 1. Quels sont les agents responsables? 2. Quand suspecter une hépatite virale aigue? 3. Comment faire le diagnostic d une hépatite aigue virale? 4. Comment surveiller

Plus en détail

Item 163: Hépatites virales.

Item 163: Hépatites virales. Item 163: Hépatites virales. Objectifs pédagogiques Connaître les modes de transmission des différentes hépatites virales et les modalités de leur prévention. Prescrire et interpréter les examens sérologiques

Plus en détail

VACCINATION CONTRE LE MÉNINGOCOQUE C ET CONTRE LE PAPILLOMAVIRUS HUMAIN CHEZ LES HOMMES AYANT DES RAPPORTS SEXUELS AVEC LES HOMMES (HSH)

VACCINATION CONTRE LE MÉNINGOCOQUE C ET CONTRE LE PAPILLOMAVIRUS HUMAIN CHEZ LES HOMMES AYANT DES RAPPORTS SEXUELS AVEC LES HOMMES (HSH) VACCINATION CONTRE LE MÉNINGOCOQUE C ET CONTRE LE PAPILLOMAVIRUS HUMAIN CHEZ LES HOMMES AYANT DES RAPPORTS SEXUELS AVEC LES HOMMES (HSH) Anne-Sophie Barret Santé publique France, Direction des maladies

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE Août 2005 I. PROMOTEURS Association française de pédiatrie ambulatoire (AFPA). Haute Autorité de santé (HAS). II. SOURCES Calendrier vaccinal 2005

Plus en détail

Semaine européenne de la vaccination

Semaine européenne de la vaccination Semaine européenne de la vaccination Du 22 au 26 avril 2014 Une semaine e de rapp pel pour mett ettre tre ses s vaccins à jour CONTACTS PRESSE TBWA\Corporate : Elsa Gueroult Tél : 01 49 09 26 20 inpes.presse@tbwa-corporate.com

Plus en détail

Calendrier des vaccinations 2013

Calendrier des vaccinations 2013 PROTÉGEONS-NOUS, VACCINONS-NOUS. État des connaissances : mars 2013 Calendrier des vaccinations 2013 Poi int sur les pr rincipales nouvea autés Le calendrier des vaccinations ou calendrier vaccinal, élaboré

Plus en détail

Maladies contagieuses transmissibles à l hôpital et en EHPAD

Maladies contagieuses transmissibles à l hôpital et en EHPAD Maladies contagieuses transmissibles à l hôpital et en EHPAD Epidémiologie et conduite à tenir autour d un cas Dr JAFFUEL Sylvain Définitions Maladies infectieuses à transmission directe inter-humaine

Plus en détail

Dépistage. Nouvelles recommandations Coordination Régionale de lutte contre l infection due au Virus de l Immunodéficience Humaine

Dépistage. Nouvelles recommandations Coordination Régionale de lutte contre l infection due au Virus de l Immunodéficience Humaine Dépistage Nouvelles recommandations 2010 Pr Jean-Marie LANG Président COREVIH Alsace 8 mars 2011 Coordination Régionale de lutte contre l infection due au Virus de l Immunodéficience Humaine Enjeux du

Plus en détail

23/09/2015 ARlin corse EHPAD INFO Pourquoi vacciner? Qui vacciner? Contre quelles maladies? Quand vacciner?

23/09/2015 ARlin corse EHPAD INFO Pourquoi vacciner? Qui vacciner? Contre quelles maladies? Quand vacciner? Pourquoi vacciner? Qui vacciner? Contre quelles maladies? Quand vacciner? Pourquoi vacciner dans un EHPAD? Population âgée en augmentation : doublée de 1980 à 2000 et va tripler en 2030 ( 260 à > 900 millions

Plus en détail

Un point sur la vaccination

Un point sur la vaccination Journée d actualisation des assistants de prévention 2014 Un point sur la vaccination Dr Isabela LORENTE Mme Tatiana Bourcier 17, 26 et 30 sept 2014 Vrai / Faux Quand je me vaccine, je protège les autres.

Plus en détail

Les avancées thérapeutiques 2006 dans le domaine des vaccins

Les avancées thérapeutiques 2006 dans le domaine des vaccins Les avancées thérapeutiques 2006 dans le domaine des vaccins Bertrand Alexandre Président du Comité Vaccins Leem 29 janvier 2007 1 Les vaccins : une contribution majeure à l éradication ou l atténuation

Plus en détail

La coqueluche de l adulte

La coqueluche de l adulte La coqueluche de l adulte Est-elle un marqueur d épidémie? Dominique GENDREL La coqueluche a longtemps été considérée comme une maladie uniquement infantile Elle a été cliniquement identifiée au XVIe siècle

Plus en détail

«Actualités vaccinales» FMC du 05/03/08 - Dr BIAVAT (Espace de Santé Publique - CH Chambéry)

«Actualités vaccinales» FMC du 05/03/08 - Dr BIAVAT (Espace de Santé Publique - CH Chambéry) Ne seront pas traitées dans ce chapitre, car ne relevant pas de recommandations de vaccination large et/ou systématique les vaccinations contre les pathologies suivantes : - varicelle - rotavirus - zona

Plus en détail

Hépatite B : je comprends sa. dépistage et de la prévention

Hépatite B : je comprends sa. dépistage et de la prévention Hépatite B : je comprends sa gravité, l'importance du dépistage et de la prévention L hépatite B est une maladie du foie, due à un virus. On estime à près de 300 000 le nombre de porteurs chroniques de

Plus en détail

Protection vaccinale du personnel en maternité

Protection vaccinale du personnel en maternité Protection vaccinale du personnel en maternité Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 Journée du Réseau Mater- Lyon 29 Septembre 2016 Conflits d intérêt Président du Comité Technique des Vaccinations

Plus en détail

J'ai des condylomes génitaux : que faire?

J'ai des condylomes génitaux : que faire? J'ai des condylomes génitaux : que faire? Les condylomes sont des verrues anogénitales dues à un virus appartenant au groupe des papillomavirus (HPV). Certains papillomavirus peuvent provoquer des cancers,

Plus en détail

La a d onne e c hange g Novembre 2014

La a d onne e c hange g Novembre 2014 Novembre 2014 La donne change IST -Chaque année 500 millions de personnes dans le monde contractent une IST parmi chlamydia, gonocoque, syphilis, trichomonase - 530 millions de personnes atteintes de HSV2-290

Plus en détail

VHB : pas directement cytopathogène!

VHB : pas directement cytopathogène! Hépatite B VHB : pas directement cytopathogène! Réactions immunologiques > effet cytopathogène L intensité du conflit entre le VHB et les défenses immunitaires de l hôte détermine la gravité de l infection

Plus en détail

Vaccination au féminin

Vaccination au féminin CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Vaccination au féminin Journées Périnatales de Mayotte Novembre 2016 Christelle VAULOUP-FELLOUS Faculté de Médecine Paris Sud Service de Virologie du GH Hôpitaux

Plus en détail

LA LETTRE D ACTUALITÉS

LA LETTRE D ACTUALITÉS LA LETTRE D ACTUALITÉS N 173 - Mai 2017 SOMMAIRE La vaccination en 2017 1. Les nouvelles recommandations du calendrier vaccinal p 2 2. Les adaptations face aux ruptures de stock p 6 3. Test de lecture

Plus en détail

ETUDE PREVAC B 2. Laboratoire BMS financeur

ETUDE PREVAC B 2. Laboratoire BMS financeur + ETUDE PREVAC B 2 Prévalence de l infection par le virus de l hépatite B et prévention de l'hépatite B chez les migrants originaires d Afrique subsaharienne et d Asie, en médecine générale en France Laboratoire

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DU GRELL SUR LA VACCINATION POUR LA PREVENTION DES CANCER DUS AUX VIRUS HPV

RECOMMANDATIONS DU GRELL SUR LA VACCINATION POUR LA PREVENTION DES CANCER DUS AUX VIRUS HPV RECOMMANDATIONS DU GRELL SUR LA VACCINATION POUR LA PREVENTION DES CANCER DUS AUX VIRUS HPV Les registres du cancer des Pays de langue latine, réunis a Lugano le 20 May 2009 au cours de la XXXIV réunion

Plus en détail

LA POLITIQUE VACCINALE CALENDIER VACCINAL DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ EN FRANCE LE CALENDRIER VACCINAL LA POLITIQUE VACCINALE (2)

LA POLITIQUE VACCINALE CALENDIER VACCINAL DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ EN FRANCE LE CALENDRIER VACCINAL LA POLITIQUE VACCINALE (2) LA POLITIQUE VACCINALE Est élaborée par le Ministère chargé de la santé S appuie principalement sur les avis du Comité technique des vaccinations (CTV-HCSP), qui a pour mission de CALENDIER VACCINAL DES

Plus en détail

CALENDIER VACCINAL DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ EN FRANCE

CALENDIER VACCINAL DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ EN FRANCE CALENDIER VACCINAL DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ EN FRANCE Dominique Abiteboul LA POLITIQUE VACCINALE Est élaborée par le Ministère chargé de la santé S appuie principalement sur les avis du Comité technique

Plus en détail

HPV et cancer du Col de l Utérus: les liaisons dangereuses

HPV et cancer du Col de l Utérus: les liaisons dangereuses HPV et cancer du Col de l Utérus: les liaisons dangereuses Diaporama expert MG Soirées de formation ADOC 94 Campagne de dépistage organisé cancer du col de l utérus Epidémiologie des HPV Très répandus

Plus en détail

LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL DES ADOLESCENTS ET DES ADULTES MIS À JOUR EN FÉVRIER 2008

LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL DES ADOLESCENTS ET DES ADULTES MIS À JOUR EN FÉVRIER 2008 LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL DES ADOLESCENTS ET DES ADULTES MIS À JOUR EN FÉVRIER 2008 SOMMAIRE LA VACCINATION : LE POINT SUR LES CONNAISSANCES ACTUELLES 3-7 LES MALADIES : POURQUOI, COMMENT, QUAND SE

Plus en détail

Vaccination contre le virus de l hépatite B

Vaccination contre le virus de l hépatite B Trace d apprentissage n 2: Vaccination contre le virus de l hépatite B I-Hospitalisation pour sevrage et vaccination contre l hépatite B Poster pour le Congrès T.H.S.; Biarritz, octobre 2011. II-Vaccination

Plus en détail

FAITS CHIFFRES. Novembre 2012

FAITS CHIFFRES. Novembre 2012 & FAITS CHIFFRES Novembre 212 1 2 Résultats 1 Les preuves sont éclatantes : les vaccins représentent l un des investissements les plus rentables de l histoire en matière de santé et de développement. GAVI

Plus en détail

Santé Publique Maladies infectieuses et vaccination

Santé Publique Maladies infectieuses et vaccination Santé Publique Maladies infectieuses et vaccination Définitions Epidémie : Maladies infectieuses transmissibles qui se développent dans une région ou un pays et qui atteint un grand nombre d individu dans

Plus en détail

Vaccins : quoi de neuf? Guillemain Richard Pédiatre CH Mâcon

Vaccins : quoi de neuf? Guillemain Richard Pédiatre CH Mâcon Vaccins : quoi de neuf? Guillemain Richard Pédiatre CH Mâcon PLAN Méningo C à 5 mois, rappel chez l adolescent? Coqueluche : quels vaccins pour quel âge? Et la Grossesse? Rougeole: penser au rattrapage

Plus en détail

Les vaccinations. Les vaccinations

Les vaccinations. Les vaccinations Les vaccinations Généralités : Les vaccins font partie du domaine de la prévention. Ils permettent de protéger contre des maladies dites «historiques» qui ont fait beaucoup de ravages et qui maintenant,

Plus en détail

Dr Jean-Dominique POVEDA

Dr Jean-Dominique POVEDA Hépatite virale B Données épidémiologiques Dr Jean-Dominique POVEDA Laboratoire PASTEUR CERBA Tunis Février 2008 Hépatite virale B Plus de 2 milliards d humains contaminés, Plus de 350 millions de porteurs

Plus en détail

Vaccinations: les nouvelles recommandations du HCSP. Daniel Floret Professeur Emérite Université Claude Bernard Lyon1

Vaccinations: les nouvelles recommandations du HCSP. Daniel Floret Professeur Emérite Université Claude Bernard Lyon1 Vaccinations: les nouvelles recommandations du HCSP Daniel Floret Professeur Emérite Université Claude Bernard Lyon1 Hygiène, Risques et Qualité chez la personne âgée- Lyon- 24 Septembre 2013 Conflits

Plus en détail

La vaccination de prévention du cancer du col de l utérus Les réponses aux questions les plus importantes

La vaccination de prévention du cancer du col de l utérus Les réponses aux questions les plus importantes La vaccination de prévention du cancer du col de l utérus Les réponses aux questions les plus importantes Le novembre 2006 une nouvelle vaccination capable de protéger les femmes contre le cancer du col

Plus en détail

Prévention du cancer du col de l'utérus chez les jeunes filles : ce qu'il faut savoir

Prévention du cancer du col de l'utérus chez les jeunes filles : ce qu'il faut savoir Prévention du cancer du col de l'utérus chez les jeunes filles : ce qu'il faut savoir Ces informations sur la vaccination anti- HPV dans le cadre de la prévention du cancer du col de l utérus vous concernent

Plus en détail

Vaccination en Ehpad Actualité Dr Jean-Baptiste EUZEN Service de Maladies Infectieuses et Tropicales

Vaccination en Ehpad Actualité Dr Jean-Baptiste EUZEN Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Vaccination en Ehpad Actualité 2016 Dr Jean-Baptiste EUZEN Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Pourquoi vacciner en Ehpad? De plus en plus de personnes âgées Année % 65 ans 1901 8,5 1950 11,4

Plus en détail

Vaccination et grossesse

Vaccination et grossesse Vaccination et grossesse Pr Odile Launay Fédération d infectiologie Hôpital Cochin DESC maladies infectieuses 14 octobre 2016 1 Vaccination Rappels vaccins vivants (atténués)/inertes Les vaccins vivants

Plus en détail

Votre pharmacien vous informe CALENDRIER VACCINAL ANNEE Tout le monde a ses vaccinations à jour?

Votre pharmacien vous informe CALENDRIER VACCINAL ANNEE Tout le monde a ses vaccinations à jour? CALENDRIER VACCINAL ANNEE 2013 Tout le monde a ses vaccinations à jour? Source : Bulletin Épidémiologique Hebdomadaire (BEH) n 14-15, 19 avril 2013 Votre pharmacien vous informe Tableau des vaccinations

Plus en détail

UE «Santé, Société, Humanité», Module Santé Publique DCEM1, janvier 2011

UE «Santé, Société, Humanité», Module Santé Publique DCEM1, janvier 2011 UE «Santé, Société, Humanité», Module Santé Publique DCEM1, janvier 2011 Ce sujet comporte 5 pages et 20 QCM. Le nombre de réponses correctes peut varier de 1 à 5. 1 QCM 1 : Concernant les cancers A. C

Plus en détail

Calendrier Vaccinal Ce qui Change Comment s y retrouver? Robert COHEN InfoVac CHI Créteil

Calendrier Vaccinal Ce qui Change Comment s y retrouver? Robert COHEN InfoVac CHI Créteil Calendrier Vaccinal Ce qui Change Comment s y retrouver? Robert COHEN InfoVac CHI Créteil 1 2013 Refonte Profonde du Calendrier Vaccinal Diminution du nombre d injections suppression des injections de

Plus en détail

Cas n 1. Elle a reçu son dernier rappel diphtérie-tétanos-polio-coqueluche ( Tétravax ) à l âge de 13 ans

Cas n 1. Elle a reçu son dernier rappel diphtérie-tétanos-polio-coqueluche ( Tétravax ) à l âge de 13 ans Cas n 1 Elle a reçu son dernier rappel diphtérie-tétanos-polio-coqueluche ( Tétravax ) à l âge de 13 ans 1. Lui conseille-t-on un rappel dtp ou dtcap? Cas n 1 1. Jeune femme en âge en âge d avoir des enfants

Plus en détail

VACCINATION. carnet. de bord

VACCINATION. carnet. de bord VACCINATION carnet de bord Professionnels de santé votre vaccination est essentielle Médecin, infirmier, pharmacien, chirurgien-dentiste et sage-femme, en vous vaccinant, vous vous assurez une protection

Plus en détail

Prévention des Maladies Contagieuses

Prévention des Maladies Contagieuses Prévention des Maladies Contagieuses Prévention des Maladies Contagieuses - Vaccins Lorsqu un vaccin est disponible, la vaccination est le moyen le plus efficace pour lutter contre les maladies contagieuses.

Plus en détail

Le nouveau calendrier vaccinal. Daniel Floret Professeur émérite Université Claude Bernard Lyon1

Le nouveau calendrier vaccinal. Daniel Floret Professeur émérite Université Claude Bernard Lyon1 Le nouveau calendrier vaccinal Daniel Floret Professeur émérite Université Claude Bernard Lyon1 Forum Médical Lyonnais- 28 septembre 2013 Conflits d intérêt Président du Comité Technique des Vaccinations/

Plus en détail

15èmes Journées scientifiques du Réseau Sécurité Naissance 17 Novembre Vaccination. Périnatalité. ROUSSEAU Julie Promotion

15èmes Journées scientifiques du Réseau Sécurité Naissance 17 Novembre Vaccination. Périnatalité. ROUSSEAU Julie Promotion 15èmes Journées scientifiques du Réseau Sécurité Naissance 17 Novembre 2011 Vaccination & Périnatalité ROUSSEAU Julie Promotion 2006-2011 Politique vaccinale française Calendrier Vaccinal = ensemble des

Plus en détail

Prévention du cancer du col

Prévention du cancer du col Prévention du cancer du col La vaccination anti papilloma virus en milieu scolaire Soirée médicale avec l intervention du Pr Graesslin Mardi 30 juin à 19h30 - Hôtel Le Méridien Contact : Loïc BROQUART,

Plus en détail

Pierre Lahmek, Nadine Meunier, Eve Bettach, Jean Baptiste Trabut, Mohamed-Ali Gorsane, Sylvain Balester-Mouret.

Pierre Lahmek, Nadine Meunier, Eve Bettach, Jean Baptiste Trabut, Mohamed-Ali Gorsane, Sylvain Balester-Mouret. Pertinence de la mise en place d un programme de dépistage et de vaccination contre le virus de l hépatite virale B chez des patients hospitalisés pour une conduite addictive Pierre Lahmek, Nadine Meunier,

Plus en détail

DOCUMENTS GRAND PUBLIC

DOCUMENTS GRAND PUBLIC Liste des documents sur la vaccination proposés par le Co.D.E.S. 04 dans la limite des stocks disponibles (sur commande) 2017 DOCUMENTS GRAND PUBLIC Calendrier simplifié des vaccinations- Vaccination :

Plus en détail

Vaccinations 2009 : Obligations et recommandations

Vaccinations 2009 : Obligations et recommandations Vaccinations 2009 : Obligations et recommandations Dr Florence GAUTHIER-DAVID Service de médecine et santé au travail, CH de la Région d Annecy ANMTEPH Une évidence, deux objectifs en établissement de

Plus en détail