ANNEXE 1. Présentation Les systèmes et réseaux européens d échange de données relatives au trafic maritime

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ANNEXE 1. Présentation Les systèmes et réseaux européens d échange de données relatives au trafic maritime"

Transcription

1 ANNEXE 1 Présentation Les systèmes et réseaux européens d échange de données relatives au trafic maritime 1. Introduction En permanence, plus de navires marchands sillonnent les mers européennes. Avec un nombre aussi élevé de navires effectuant des chargements et des déchargements dans les ports européens, les informations concernant les cargaisons, la sécurité des navires et les ports de destination sont vitales pour la sécurité maritime, la protection de l environnement marin et les acteurs économiques. Pourtant ces données sont traitées par une multitude d acteurs aux niveaux local et national. Très souvent, il est difficile d échanger des informations, parce que des instances telles que les autorités portuaires utilisent différentes méthodes pour collecter, stocker et transférer les données, et possèdent souvent des systèmes informatiques incompatibles. Les informations sont transmises par d autres moyens non automatiques, tels que le télécopieur, le téléphone ou le courrier électronique. Bien que le principe d échanger au niveau européen des données relatives au trafic maritime ait débuté en 1993 avec la politique commune de la sécurité maritime et la directive 93/75/CEE (directive HAZMAT, marchandises dangereuses), établissant un système d information sur les navires transportant des marchandises dangereuses ou polluantes, ce n est qu après le naufrage de l Erika en décembre 1999 que des actions au niveau communautaire, les paquets Erika, ont vraiment été lancés : la directive 2002/59/CE «relative à la mise en place d un système communautaire de suivi du trafic des navires et d information» fait partie de ces paquets. C est pour cela que depuis 2002, les Etats membres et la Commission européenne coopèrent pour appliquer cette directive et résoudre les problèmes d échange d information, créer un réseau paneuropéen, SafeSeaNet, et harmoniser l échange de données maritimes. Le réseau SafeSeaNet réunit de nombreuses autorités maritimes en Europe, qui possèdent toutes leur propre système informatique et leurs propres méthodes de stockage et d accès aux données. SafeSeaNet met en réseau les diverses bases de données et conserve les informations grâce à un système d indexation central. L index ne stocke pas les données elles-mêmes, mais les références permettant de les localiser. Les autorités nationales compétentes, désignées par chaque Etat membre, sont responsables du bon fonctionnement du système dans leur pays, alors que la responsabilité technique de SafeSeaNet a été transférée de la Commission Européenne à l Agence Européenne de Sécurité Maritime en Les informations contenues dans les messages sont collectées Page 1 of 7

2 auprès des autorités locales compétentes, telles que les centres côtiers et les autorités portuaires. Les utilisateurs autorisés accèdent aux données dont ils ont besoin en envoyant une demande, sous un format spécifique. Leur demande est utilisée par l index central pour localiser et récupérer les données auprès de la source concernée. Les données leur sont ensuite envoyées. Ce système est flexible et convivial, accessible 24 heures sur 24, et offre une réponse rapide à toute demande d information. 2. Les obligations de la directive 2002/59/CE du point de vue de l échange de données au niveau européen L article premier de la directive 2002/59/CE précise l objectif poursuivi : «instituer dans la Communauté un système de suivi du trafic des navires et d information en vue d accroître la sécurité et l efficacité du trafic maritime, d améliorer la réaction des autorités en cas d accidents ou de situations potentiellement dangereuses en mer, notamment les opérations de recherche et de sauvetage, et de contribuer à mieux assurer la prévention et la détection de la pollution causée par les navires.» De nombreux moyens utilisés par la directive pour rassembler ces données sont déjà rendus obligatoires par l OMI (Organisation Maritime Internationale), au travers principalement de la convention SOLAS (Sauvegarde de la vie humaine en mer) ; d autres ont été développé spécifiquement. Le rôle de cette directive est de favoriser la collecte et l échange de ces données entre Etats Membres. Parmi les premiers, citons : - les systèmes de comptes rendus obligatoires des navires. Les informations collectées sont l identification du navire, sa position, son cap et sa vitesse, son port de destination avec l heure probable d arrivée, le nombre de personnes à bord et sa cargaison ; - le système d identification automatique: l est obligatoire pour les navires faisant escale dans un port d un Etat Membre, et fournit l identification et la position du navire ; - les systèmes d organisation du trafic permettent de séparer, dans une région où le trafic maritime est dense, le trafic en plusieurs couloirs de circulation opposées ; - les services de trafic maritime permettent l identification et le suivi des navires lors de l approche ou du départ du port, et leurs fournissent également des informations de navigation ou sur le trafic maritime afin de les assister. Les seconds moyens d obtenir des informations sur les navires, spécifiquement développés par la directive, sont les suivants : - la notification préalable à l entrée dans les ports des Etats Membres qui comprend l identification du navire, le port de destination, l heure probable d arrivée (ETA) et le nombre total de personne à bord ; Page 2 of 7

3 - la notification des marchandises dangereuses ou polluantes transportées à bord fournit la description exacte des marchandises dangereuses transportées et leur quantité ; - la transmission d informations concernant certains navires entre les centres côtiers qui détiennent des informations sur des navires à risque ; - le signalement des incidents et accidents en mer par les capitaines de navires. Concernant l échange de ces données, la directive prévoit : - la mise en place de réseaux nationaux et l échange entre ces réseaux, avant la fin 2008 ; - que les Etats Membres coopèrent en vue d assurer l interconnexion et l interopérabilité des systèmes nationaux utilisés pour gérer les informations collectés ; - que les informations doivent pouvoir être transmises 24 heures sur 24, de manière confidentielle et sans délai, par voie électronique lorsque c est possible, en format XML ou Edifact. Cette directive forme donc la base réglementaire du système européen d échange de données sur le trafic maritime. 3. Fonctionnement de SafeSeaNet Pour «la mise en place d un système communautaire de suivi du trafic des navires et d information», la Commission a lancé en 2002 le développement d un système européen pour l échange de données maritime : SafeSeaNet (SSN). C est un réseau spécialisé conçu à l origine pour être utilisé dans des situations de crise et pour faciliter l échange de données relatives aux navires sous format électronique entre les administrations maritimes des Etats Membres. Ce système a été développé pour répondre aux obligations législatives européennes, principalement la directive 2002/59/CE, mais également pour être compatible avec d autres outils liés aux installations de réceptions portuaires (directive 2000/59/CE), à la sureté des navires et des installations portuaires (règlement CE 725/2004) et au contrôle par l Etat du port (directive 95/21/CE). Le cœur de l architecture de SSN est un système de messagerie XML, qui fonctionne comme un index sûr et fiable, permettant d envoyer des notifications et des requêtes sur les navires et les incidents, et de recevoir des informations détaillées d un Etat Membre au travers de son autorité compétente nationale (NCA, National Competent Authority). Les Etats Membres sont les seuls à fournir les informations, en envoyant des notifications à SSN et en répondant aux demandes d information provenant de SSN, de la part d autres Etats Membres Les autorités compétentes reçoivent les informations des centres côtiers ou des ports, mais également de leur réseau national. En effet, les Etats Membres ont développé à partir de stations placées le long de leurs côtes et reliées afin de construire un réseau, une couverture. L étant basé sur des communications VHF, la portée de ces stations Page 3 of 7

4 dépend grandement de la hauteur des antennes d émission et de réception, et est en général comprise entre 30 et 50 milles nautiques. Au travers de notifications, les NCA envoient les références de ces informations au Serveur Central Européen (EIS, European Index Server), qui les indexe dans une base de données. Les informations ne sont pas directement envoyées et stockées : seul les références permettant de les demander et de les retrouver sont transmises (figure 1). Stations côtières NCA1 SSN : EIS NCA2 Stations côtières Ports Ports Figure 1 : transit des informations entre utilisateurs Les échanges de données entre l EIS et les NCA sont réalisés par Internet ou par le réseau Testa II (Trans-European Services for Telematics between Administrations). Il existe 2 types d interface pour fournir et demander des informations à SSN : l interface XML et l interface Web. L interface XML permet un échange automatisé entre les Etats Membres et l EIS pour envoyer les notifications et envoyer et recevoir les informations proprement dites, alors que l interface Web permet un échange manuel, mais aussi permet une recherche plus détaillée par zone maritime. Il existe 4 sortes de notification : - Port : port de destination d un navire, son ETA et le nombre de personnes à bord. L information provient du port ; - Navire : position et cargaison d un navire, provenant soit de son, soit d un système de comptes rendus obligatoires des navires. Ces notifications représentent 90% des messages de SSN ; - Hazmat : permet d obtenir le détail des marchandises dangereuses à bord d un navire. L information provient du port ; - Alerte : l expéditeur a des informations sur des incidents particuliers : SITREP (SITuation REPort, en France ils sont rédigés par les CROSS en guise de compterendu d'opérations suite à un événement de mer, un appel de détresse ), POLREP (POLution REPort, rédigé suite à la constatation d une pollution), alerte déchets (directive 2000/59/CE), conteneurs perdus/trouvés, et doit les communiquer. Page 4 of 7

5 Les notifications (mise à part la notification de type Port, qui inclut toutes les données) contiennent la manière d obtenir l information en détail : - à travers internet : l URL est jointe ; - par téléphone ou fax : les numéros sont joints ; - sous forme de message XML. Dans ce cas, l information est demandée à l EIS, qui retransmet la demande à l Etat Membre détenant l information. Celui-ci la renvoie à l EIS, qui finalement la fait suivre au demandeur. Après avoir reçu une notification d un NCA, SSN analyse la notification et vérifie sa validité, puis envoi un accusé de réception. Lors de ce processus, SSN vérifie également si le navire n a pas été banni dans le cadre de la directive 95/21/CE. Si tel est le cas, un avertissement est joint à l accusé de réception, prévenant l expéditeur de cette situation. La prochaine version de SSN devrait en plus vérifier, dans le cas d un pétrolier, s il est à simple ou double coque. Les informations sont échangées de manière sûre et fiable grâce à différents niveaux de protection : - L utilisateur doit être autorisé à accéder au données ; - Les transactions sont authentifiées en utilisant le protocole SSL ; - Les données échangées sont cryptées, et ne peuvent pas être altérées. 4. Les améliorations en cours Actuellement, SSN met à jour l information de position d un navire toutes les 2 heures : ce réseau n a pas été conçu pour fournir une image en temps réel du trafic maritime dans une zone donnée. Pour atteindre cet objectif additionnel, des pays ont déjà regroupés leur réseau afin de couvrir des zones maritimes entières : c est le cas du projet HELCOM (Helsinki Commission), mis en place en 2001 pour protéger l environnement marin de la mer Baltique de toute source de pollution au travers d une coopération intergouvernementale. Le réseau HELCOM est opérationnel depuis février 2005, et la fréquence de mise à jour des positions de navires est de 6 minutes ou moins. Un système équivalent (Safety at Sea, a été développé pour la mer du Nord afin de réduire le risque et l impact d un accident, et est opérationnel depuis février Enfin, Mediterranean Server est en phase de test pour la mer Méditerranée et la mer Noire. Afin de permettre l échange automatique de données sur le trafic maritime en temps réel entre Etats Membres, et ainsi obtenir une vue globale de l ensemble des eaux européennes, le projet STIRES (SafeSeaNet Traffic Information Relay and Exchange System) a été lancé en STIRES doit être intégré à SSN, et être compatible avec les réseaux nationaux et régionaux. Le principe est le suivant (figure 2) : les réseaux régionaux précédemment cités sont regroupés, et les Etats Membres non inclus dans un de ces réseaux sont connectés directement. Page 5 of 7

6 MS1 MS2 MS3 MS4 MS5.... MSx National Level Baltic Region North Sea Region Mediterranean Region Other Region Regional Level STIRES (EU ) EU Level Figure 2 : regroupement des réseaux 5. SafeSeaNet demain Avec la prochaine mise en place au niveau mondial du LRIT (Long Range Identification and Tracking), il deviendra possible, pour celui autorisé à accéder à ces informations, d identifier et de suivre un navire ou une flotte de navires en mer sans limite de portée. SSN assurera la distribution, au niveau européen, des données LRIT collectées par le Centre de Données LRIT Européen, hébergé par l Agence Européenne de Sécurité Maritime. 6. Conclusion La figure 3 ci-dessous montre l état d avancement de SafeSeaNet. Page 6 of 7

7 Figure 3 : SafeSeaNet, septembre 2008 Legend: Countries participating in SSN through XML Countries participating in SSN through the Web Countries ready to participate in SSN Countries not participating in SSN Landlocked countries Les usagers auront finalement accès aux informations maritimes partout dans l Union Européenne, en Norvège et en Islande, au travers d un seul réseau : SafeSeaNet. La fenêtre unique visible par les usagers sera mise en place et maintenue par l Agence Européenne de Sécurité Maritime : les Services de Support Maritime, ou MSS (Maritime Support Services) répondront aux demandes standards de SSN mais également à celles relatives au LRIT et à STIRES. Une aide aux usagers 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 sera également offerte. Le MSS assurera également une veille permanente pour tout type d alerte maritime et, par exemple en cas de pollution, pourra fournir de manière immédiate les informations nécessaires à un déploiement rapide des navires dépollueurs affrétés par l AESM. Page 7 of 7

Séminaire Marseille. 13 janvier 2015

Séminaire Marseille. 13 janvier 2015 La dématérialisation des formalités déclaratives pour les navires en escale Directive européenne 2010 / 65 Séminaire Marseille 13 janvier 2015 Ministère de l'écologie, du Développement Durable, et de l

Plus en détail

NOTE TECHNIQUE DU SECRETARIAT GENERAL DE LA CRPM MARITIMES

NOTE TECHNIQUE DU SECRETARIAT GENERAL DE LA CRPM MARITIMES CRPMDTR110 192 A3 CONFERENCE DES REGIONS PERIPHERIQUES MARITIMES D EUROPE CONFERENCE OF PERIPHERAL MARITIME REGIONS OF EUROPE 6, rue Saint-Martin, 35700 RENNES - F Tel. : + 33 (0)2 99 35 40 50 - Fax :

Plus en détail

Questionnaire relatif au système de surveillance des navires par satellite/centre de surveillance des ressources halieutiques (SSN/FMC)

Questionnaire relatif au système de surveillance des navires par satellite/centre de surveillance des ressources halieutiques (SSN/FMC) Questionnaire relatif au système de surveillance des navires par satellite/centre de surveillance des ressources halieutiques (SSN/FMC) D avance nous vous remercions pour vos réponses à ce questionnaire.

Plus en détail

E-SCALEPORT Système d'information des capitaineries des ports de commerce

E-SCALEPORT Système d'information des capitaineries des ports de commerce E-SCALEPORT Système d'information des capitaineries des ports de commerce Ministère de l Écologie, du Développement durable et de l énergie www.developpement-durable.gouv.fr Ministère de l Écologie, du

Plus en détail

La sécurité & sûreté maritime en Tunisie. Ministère du transport Direction Générale de la Marine Marchande

La sécurité & sûreté maritime en Tunisie. Ministère du transport Direction Générale de la Marine Marchande La sécurité & sûreté maritime en Tunisie Ministère du transport Direction Générale de la Marine Marchande 1 QUELQUES DONNEES Une façade maritime de 1300 Km de côtes. La flotte nationale Tunisienne comporte

Plus en détail

Institut Français de la Mer Article paru dans : Défense nationale et sécurité collective

Institut Français de la Mer Article paru dans : Défense nationale et sécurité collective Institut Français de la Mer Article paru dans : Défense nationale et sécurité collective N 2 de février 2007 L Agence européenne de sécurité maritime taille bien la route... Francis Vallat Président de

Plus en détail

Messagerie sécurisée, fiable et économique

Messagerie sécurisée, fiable et économique rie Services de messagerie SWIFT rie sécurisée, fiable et économique Un ensemble complet de services de messagerie est la plateforme de messagerie de SWIFT basée sur un protocole Internet avancé. Elle

Plus en détail

L iphone en entreprise Présentation de la sécurité

L iphone en entreprise Présentation de la sécurité L iphone en entreprise Présentation de la sécurité Avec iphone vous pourrez accéder de façon totalement sécurisée aux services de l entreprise tout en protégeant les données de l appareil. Vous profiterez

Plus en détail

CETMEF - DT Point sur les travaux internationaux: élaboration de la e-navigation et modernisation du SMDSM

CETMEF - DT Point sur les travaux internationaux: élaboration de la e-navigation et modernisation du SMDSM CETMEF - DT Point sur les travaux internationaux: élaboration de la e-navigation et modernisation du SMDSM AC1AM Jean-Charles CORNILLOU décembre 2013 Ministère de l'écologie, du Développement durable,

Plus en détail

N O T E A LA COMMISSION EUROPEENNE (DG MOVE) -=-=-=-=-

N O T E A LA COMMISSION EUROPEENNE (DG MOVE) -=-=-=-=- Septembre 2011 N O T E A LA COMMISSION EUROPEENNE (DG MOVE) -=-=-=-=- Objet : contribution des Autorités françaises à la consultation publique de la Commission européenne sur la directive 2000/59/CE du

Plus en détail

Annexe IV du Protocole au Traité sur l'antarctique, relatif à la protection de l environnement

Annexe IV du Protocole au Traité sur l'antarctique, relatif à la protection de l environnement Annexe IV du Protocole au Traité sur l'antarctique, relatif à la protection de l environnement Prévention de la pollution marine ARTICLE 1 DEFINITIONS Aux fins de la présente Annexe: a) "rejet" désigne

Plus en détail

ADDENDUM AU MANUEL D APPLICATION PRATIQUE DU RÈGLEMENT INN

ADDENDUM AU MANUEL D APPLICATION PRATIQUE DU RÈGLEMENT INN ADDENDUM AU MANUEL D APPLICATION PRATIQUE DU RÈGLEMENT INN Ce document est un addendum à la première édition du manuel d application pratique du règlement (CE) n 1005/2008 du Conseil du 29 septembre 2008

Plus en détail

SYSTÈME DE STOCKAGE NUMÉRIQUE ET DE TRANSMISSION VIDÉO

SYSTÈME DE STOCKAGE NUMÉRIQUE ET DE TRANSMISSION VIDÉO SYSTÈME DE STOCKAGE NUMÉRIQUE ET DE TRANSMISSION VIDÉO La vision d un leader ADEMCO Vidéo présente Ademco Vidéo, un fournisseur de premier plan en matière de solutions vidéo de niveau international, vous

Plus en détail

IBM WebSphere MQ File Transfer Edition, Version 7.0

IBM WebSphere MQ File Transfer Edition, Version 7.0 Transfert de fichiers administré pour architecture orientée services (SOA) IBM, Version 7.0 Solution de transport polyvalente pour messages et fichiers Transfert de fichiers haute fiabilité basé sur la

Plus en détail

Alinto Protect. Guide de l administrateur. Alinto Version 1.7

Alinto Protect. Guide de l administrateur. Alinto Version 1.7 Alinto Protect Guide de l administrateur Alinto Version 1.7 Index 1. Rappels sur Alinto Protect......................................................................... 1 1.1. Niveau 1 : relais de messagerie................................................................

Plus en détail

Point sur les spécifications du module M3 11/12/2013

Point sur les spécifications du module M3 11/12/2013 Point sur les spécifications du module M3 11/12/2013 Rappel des hypothèses de travail 2 3 Hypothèse A MODULE EMBARQUE NAVIRE Échange de mail AGENT PORTAIL PSW Redirection vers l URL FALs Données d escale

Plus en détail

d éliminer les risques d accidents pour les membres de l équipage, le navire de pêche et l environnement marin.

d éliminer les risques d accidents pour les membres de l équipage, le navire de pêche et l environnement marin. SGS - Système officiel i institué par une entreprise dans le but de diminueri et d éliminer les risques d accidents pour les membres de l équipage, le navire de pêche et l environnement marin. - Un système

Plus en détail

IBM Managed Security Services for Web Security

IBM Managed Security Services for Web Security Description des services 1. Nature des services IBM Managed Security Services for Web Security Les services IBM Managed Security Services for Web Security («MSS for Web Security») peuvent inclure : a.

Plus en détail

Solutions ADVANCED SOLUTIONS FOR SMART COMMUNICATIONS. http://www.ip2air.com BRIDGE RADIO OPERATEUR FLOTTE APPLICATION SMARTPHONE

Solutions ADVANCED SOLUTIONS FOR SMART COMMUNICATIONS. http://www.ip2air.com BRIDGE RADIO OPERATEUR FLOTTE APPLICATION SMARTPHONE ADVANCED SOLUTIONS FOR SMART COMMUNICATIONS IP2AIR L IP2AIR est une solution innovante dédiée à la gestion de réseau de Radiocommunication développée par la société ICOM FRANCE. Bridge VHF/HF La solution

Plus en détail

CHAPITRE ONZE TÉLÉCOMMUNICATIONS

CHAPITRE ONZE TÉLÉCOMMUNICATIONS CHAPITRE ONZE TÉLÉCOMMUNICATIONS Article 11.1 : Portée et champ d application 1. Le présent chapitre s applique : a) aux mesures adoptées ou maintenues par une Partie qui ont une incidence sur l accès

Plus en détail

MARPOL Édition récapitulative de 2011

MARPOL Édition récapitulative de 2011 MARPOL Édition récapitulative de 2011 Convention internationale pour la prévention de la pollution par les navires Supplément Septembre 2015 Depuis la publication de l édition récapitulative de 2011 de

Plus en détail

DIVISION 351 SYSTÈME D ALERTE DE SÛRETÉ DU NAVIRE

DIVISION 351 SYSTÈME D ALERTE DE SÛRETÉ DU NAVIRE Affaires Maritimes DIVISION 351 SYSTÈME D ALERTE DE SÛRETÉ DU NAVIRE Edition du 09 FEVRIER 2004, parue au J.O. le 21 MARS 2004 A jour des arrêtés suivants : Date de signature Date de parution au JO Numéro

Plus en détail

Garde côtière canadienne. Contributions à la sûreté maritime

Garde côtière canadienne. Contributions à la sûreté maritime Garde côtière canadienne Contributions à la sûreté maritime Publié par : Sûreté maritime Garde côtière canadienne Pêches et Océans Canada Ottawa (Ontario) K1A 0E6 Sa Majesté la Reine du chef du Canada

Plus en détail

Business Central Wireless Manager

Business Central Wireless Manager Business Central Wireless Manager Guide de présentation Sommaire CATÉGORIE DE PRODUIT... 3 PRÉSENTATION... 3 PRÉSENTATION DE BUSINESS CENTRAL... 3 FONCTIONNALITÉS ET ATOUTS... 4 POINTS D ACCÈS WIFI PRIS

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION FR FR FR COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 16.12.2008 COM(2008) 886 final COMMUNICATION DE LA COMMISSION Plan d action pour le déploiement de systèmes de transport intelligents en Europe

Plus en détail

Avantages. Protection des réseaux corporatifs de gestion centralisée

Avantages. Protection des réseaux corporatifs de gestion centralisée Protégez votre univers Protection des réseaux corporatifs de gestion centralisée Avantages Gestion centralisée de protection des postes de travail des serveurs de fichier Windows et des serveurs de messagerie

Plus en détail

DECRET n 2010-426 du 31 mars 2010 fixant les taux des ressources financières de l Agence nationale des Affaires maritimes (ANAM).

DECRET n 2010-426 du 31 mars 2010 fixant les taux des ressources financières de l Agence nationale des Affaires maritimes (ANAM). DECRET n 2010-426 du 31 mars 2010 fixant les taux des ressources financières de l Agence nationale des Affaires maritimes (ANAM). RAPPORT DE PRESENTATION La création, l organisation et le fonctionnement

Plus en détail

Principe de la messagerie électronique

Principe de la messagerie électronique Principe de la messagerie électronique Plan Des notions de base Principe de la messagerie électronique Une boîte aux lettres (compte) électronique? Une adresse électronique? Un courrier électronique? Un

Plus en détail

Numérotation Modification de la décision n 02-1179 établissant la liste des numéros d urgence

Numérotation Modification de la décision n 02-1179 établissant la liste des numéros d urgence Octobre 2013 Numérotation Modification de la décision n 02-1179 établissant la liste des numéros d urgence Consultation publique (14 octobre 15 novembre 2013) ISSN : 2258-3106 Autorité de régulation des

Plus en détail

La solution IdéoSanté une suite Web 2.0

La solution IdéoSanté une suite Web 2.0 La solution IdéoSanté une suite Web 2.0 SQLI et la santé : Une Histoire Des engagements dans la durée Etapes clés de l industrialisation de la suite Idéo santé Conseil SIS MOA, Urbanisation Réseaux de

Plus en détail

MATEL TAGE ET PL NGÉE

MATEL TAGE ET PL NGÉE MATEL TAGE ET PL NGÉE - Présentation - Comment organiser la plongée - Le bateau de plongée - Les nœuds - Conclusion Benoît Maugis formation N4 1 C est quoi le matelotage? Le matelotage ne se résume pas

Plus en détail

Navigation électronique. Foire aux questions

Navigation électronique. Foire aux questions Navigation électronique Foire aux questions 1. Qu'est-ce que la navigation électronique? La navigation électronique est un concept préconisé par l'organisation maritime internationale (OMI), pour l'harmonisation

Plus en détail

Cours CCNA 1. Exercices

Cours CCNA 1. Exercices Cours CCNA 1 TD3 Exercices Exercice 1 Enumérez les sept étapes du processus consistant à convertir les communications de l utilisateur en données. 1. L utilisateur entre les données via une interface matérielle.

Plus en détail

1 LE L S S ERV R EURS Si 5

1 LE L S S ERV R EURS Si 5 1 LES SERVEURS Si 5 Introduction 2 Un serveur réseau est un ordinateur spécifique partageant ses ressources avec d'autres ordinateurs appelés clients. Il fournit un service en réponse à une demande d un

Plus en détail

Tunisie TradeNet. TradeNet Outil de Facilitation des Echanges Internationaux. Le Projet LIASSE UNIQUE T.T.N. CETMO BARCELONE 3-4 Mai 2001

Tunisie TradeNet. TradeNet Outil de Facilitation des Echanges Internationaux. Le Projet LIASSE UNIQUE T.T.N. CETMO BARCELONE 3-4 Mai 2001 Tunisie TradeNet Le Projet LIASSE UNIQUE TradeNet Outil de Facilitation des Echanges Internationaux CETMO BARCELONE 3-4 Mai 2001 Karim Gharbi PDG de Tunisie TradeNet 1 SOMMAIRE Présentation de la LIASSE

Plus en détail

Ocularis. NOVADIS 14 place Marie Jeanne Bassot 92 300 Levallois Perret Tel : +(33) 1 41 34 03 90 Fax : +(33) 1 41 34 09 91 www.novadis.

Ocularis. NOVADIS 14 place Marie Jeanne Bassot 92 300 Levallois Perret Tel : +(33) 1 41 34 03 90 Fax : +(33) 1 41 34 09 91 www.novadis. Ocularis NOVADIS 14 place Marie Jeanne Bassot 92 300 Levallois Perret Tel : +(33) 1 41 34 03 90 Fax : +(33) 1 41 34 09 91 www.novadis.eu Ocularis La dernière génération de plateforme VMS d OnSSI, Ocularis,

Plus en détail

Le Concept Dynamics Nav. B.I.Conseil

Le Concept Dynamics Nav. B.I.Conseil Développement Croissance Développement Productivité Investissement Environnement Ouverture B.I.Conseil Nous sommes Microsoft Business Solutions Partner, ce qui nous permet de travailler en étroite collaboration

Plus en détail

LoReNa : pour dynamiser votre Relation Client (CRM)

LoReNa : pour dynamiser votre Relation Client (CRM) LoReNa : pour dynamiser votre Relation Client (CRM) Valorisez votre Relation Client! http://www.lorena.pro/nossolutions/crm.aspx Introduction La connaissance du client est une des bases de la réussite

Plus en détail

ARRETE PREFECTORAL N 18 / 2008

ARRETE PREFECTORAL N 18 / 2008 PRÉFECTURE MARITIME DE LA MANCHE ET DE LA MER DU NORD Cherbourg, le 10 avril 2008 ARRETE PREFECTORAL N 18 / 2008 Division action de l Etat en mer : 02 33 92 59 96 Fax : 02 33 92 59 26 PORTANT REGLEMENTATION

Plus en détail

Discovering Hidden Value

Discovering Hidden Value Discovering Hidden Value A la découverte de la valeur cachée Consultation pour les Opérations de Forage Proposées en Offshore Marocain 2013 Qui est Cairn Energy? Cairn est une société de pétrole et de

Plus en détail

Comparatif avec Microsoft Exchange

Comparatif avec Microsoft Exchange Comparatif avec Microsoft Exchange Page 1/11 Sommaire Résumé...3 MDaemon vs Exchange...4 Coût total de possession (TCO)...4 Configuration et ressources requises...4 Sécurité...5 MDaemon : la solution pour

Plus en détail

Tout savoir sur ICS (Import Control System) DHL Global Forwarding France Décembre 2010

Tout savoir sur ICS (Import Control System) DHL Global Forwarding France Décembre 2010 Tout savoir sur ICS (Import Control System) DHL Global Forwarding France Décembre 2010 Qu est-ce que ICS? ICS est nouvelle une mesure de Sûreté / Sécurité pour les importations à destination de l Union

Plus en détail

A. Formalités douanières à l importation (ICS)

A. Formalités douanières à l importation (ICS) Le 15 juin 2009 Communication à l attention des opérateurs économiques qui effectuent des formalités d importation ou d exportation en Belgique Mesdames, Messieurs, Objet : état de la situation au 1 er

Plus en détail

Tanger Med : Une grande plateforme logistique intermodale pour la Région

Tanger Med : Une grande plateforme logistique intermodale pour la Région Royaume du Maroc Agence Spéciale Tanger Méditerranée Tanger Med : Une grande plateforme logistique intermodale pour la Région Mai 2008 Sommaire 1. Vision & Stratégie 2. Port Tanger Med et intermodalité

Plus en détail

Résumé CONCEPTEUR, INTEGRATEUR, OPERATEUR DE SYSTEMES CRITIQUES

Résumé CONCEPTEUR, INTEGRATEUR, OPERATEUR DE SYSTEMES CRITIQUES Aristote ----- Cloud Interopérabilité Retour d'expérience L A F O R C E D E L I N N O V A T I O N Résumé Les systèmes d'information logistique (SIL) sont des outils qui amènent des gains de productivité

Plus en détail

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes,

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes, Décision n 2013-1405 de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en date du 17 décembre 2013 modifiant la décision n 02-1179 du 19 décembre 2002 établissant la liste des

Plus en détail

FileMaker Server 14. Guide de démarrage

FileMaker Server 14. Guide de démarrage FileMaker Server 14 Guide de démarrage 2007-2015 FileMaker, Inc. Tous droits réservés. FileMaker, Inc. 5201 Patrick Henry Drive Santa Clara, Californie 95054 FileMaker et FileMaker Go sont des marques

Plus en détail

Les pistes civiles, communautaires et internationales pour la réparation des dommages écologiques consécutifs à une marée noire

Les pistes civiles, communautaires et internationales pour la réparation des dommages écologiques consécutifs à une marée noire Les pistes civiles, communautaires et internationales pour la réparation des dommages écologiques consécutifs à une marée noire Elisabeth TERZIC CDES STRASBOURG 03 décembre 2008 L exclusivité de la Convention

Plus en détail

QUELLES PERSPECTIVES POUR UNE MEILLEURE REPARATION

QUELLES PERSPECTIVES POUR UNE MEILLEURE REPARATION CRPMDTR110 077 B4 CONFERENCE DES REGIONS PERIPHERIQUES MARITIMES D EUROPE CONFERENCE OF PERIPHERAL MARITIME REGIONS OF EUROPE 6, rue Saint-Martin, 35700 RENNES - FR Tel. : + 33 (0)2 99 35 40 50 - Fax :

Plus en détail

SOLUTIONS DE NAVIGATION PROFESSIONNELLE POUR POIDS LOURDS ET FLOTTES DE VÉHICULES

SOLUTIONS DE NAVIGATION PROFESSIONNELLE POUR POIDS LOURDS ET FLOTTES DE VÉHICULES SOLUTIONS DE NAVIGATION PROFESSIONNELLE POUR POIDS LOURDS ET FLOTTES DE VÉHICULES EXISTE-T-IL DES OUTILS CAPABLES DE VOUS ORIENTER EN TOUTE SÉCURITÉ? Routes étroites, ponts bas, aucune possibilité de faire

Plus en détail

GUP : COMITE TECHNIQUE du 6 Mai 2014. Module embarqué

GUP : COMITE TECHNIQUE du 6 Mai 2014. Module embarqué GUP : COMITE TECHNIQUE du 6 Mai 2014 Module embarqué 1/6 Travaux menés par le GPM de Marseille : sous forme de maquette MODULE EMBARQUE MER : module générique, émetteur et récepteur, communiquant au travers

Plus en détail

AdBackup Laptop. Solution de sauvegarde pour flotte nomade. Société Oodrive www.adbackup-corporatesolutions.com

AdBackup Laptop. Solution de sauvegarde pour flotte nomade. Société Oodrive www.adbackup-corporatesolutions.com AdBackup Laptop Solution de sauvegarde pour flotte nomade Société Oodrive www.adbackup-corporatesolutions.com Sommaire Présentation d Oodrive...3 Carte d identité...3 Références clients...3 Les enjeux...4

Plus en détail

Solutions Microsoft Identity and Access

Solutions Microsoft Identity and Access Solutions Microsoft Identity and Access 2 Solutions Microsoft Identity and Access Microsoft Identity and Access (IDA) permet aux entreprises d améliorer leur efficacité et leurs connexions internes et

Plus en détail

Documentation utilisateur MyGed. Documentation MyGed / Utilisation de MyGed Entreprise

Documentation utilisateur MyGed. Documentation MyGed / Utilisation de MyGed Entreprise Documentation MyGed / Utilisation de MyGed Entreprise 1 SOMMAIRE 1 Le classement...4 1.1 Le classement depuis une panière...4 1.2 Le traitement par lot...6 1.3 Classement depuis l explorateur Windows...7

Plus en détail

SMart esolutions. Guide d installation pour Xerox SMart esolutions pour Windows Pour les produits office installés en Europe

SMart esolutions. Guide d installation pour Xerox SMart esolutions pour Windows Pour les produits office installés en Europe SMart esolutions Une plate-forme de service à distance Xerox Guide d installation pour Xerox SMart esolutions pour Windows Pour les produits office installés en Europe 1 INSTALLATION 2 CONFIGURATION Mars

Plus en détail

MailStore Server 7 Caractéristiques techniques

MailStore Server 7 Caractéristiques techniques MailStore Server 7 Caractéristiques techniques MailStore Server La référence en matière d archivage d e-mails La solution MailStore Server permet aux entreprises de toutes tailles de bénéficier des avantages

Plus en détail

le CANADA est déterminé à atteindre les objectifs du milieu maritime international Candidat à une réélection au Conseil de l OMI TP 14916 (05/2011)

le CANADA est déterminé à atteindre les objectifs du milieu maritime international Candidat à une réélection au Conseil de l OMI TP 14916 (05/2011) TP 14916 (05/2011) le CANADA est déterminé à atteindre les objectifs du milieu maritime international Candidat à une réélection au Conseil de l OMI TC-1004366 *TC-1004366* Le Canada est l un des membres

Plus en détail

Constat ERP 20% ECM 80% ERP (Enterprise Resource Planning) = PGI (Progiciel de Gestion Intégré)

Constat ERP 20% ECM 80% ERP (Enterprise Resource Planning) = PGI (Progiciel de Gestion Intégré) Constat Les études actuelles montrent que la proportion d'informations non structurées représente aujourd'hui plus de 80% des informations qui circulent dans une organisation. Devis, Contrats, Factures,

Plus en détail

REGLEMENT D EXPLOITATION DU PORT DE CASABLANCA

REGLEMENT D EXPLOITATION DU PORT DE CASABLANCA 1 ROYAUME DU MAROC REGLEMENT D EXPLOITATION DU PORT DE CASABLANCA VERSION FINALE : 09 JUILLET 2012 2 REGLEMENT D EXPLOITATION DU PORT DE CASABLANCA SOMMAIRE TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES..... CHAPITRE

Plus en détail

Solutions de sécurité des données Websense. Sécurité des données

Solutions de sécurité des données Websense. Sécurité des données Sécurité des données Data Security Suite Data Discover Data Monitor Data Protect Data Endpoint Solutions de sécurité des données Sécurité des Données: l approche de permet d assurer l activité de l entreprise

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE 07.07.11

COMMUNIQUE DE PRESSE 07.07.11 COMMUNIQUE DE PRESSE 07.07.11 Analyses de Cycles de Vies des Technologies de l Information et de la Communication Courriers électroniques, requête Web, clé USB : quels impacts environnementaux? L ADEME

Plus en détail

Pratiquons ensemble Outlook 2003 Support de notes - Laurent DUPRAT - Pratiquons ensemble. Outlook 2003 Support de notes - Laurent DUPRAT -

Pratiquons ensemble Outlook 2003 Support de notes - Laurent DUPRAT - Pratiquons ensemble. Outlook 2003 Support de notes - Laurent DUPRAT - Pratiquons Outlook 2003 Support de notes - Laurent DUPRAT - ensemble Outlook 2003 Support de notes - Laurent DUPRAT - ensemble Outlook 2003 Support de notes - Pratiquons ensemble Outlook ensemble 2003

Plus en détail

EFIDEM easy messaging systems. EFIDEM SAS 3 rue de Téhéran 75008 Paris T : 01 46 40 10 86 F : 01 70 55 50 20 Email : info@efidem.

EFIDEM easy messaging systems. EFIDEM SAS 3 rue de Téhéran 75008 Paris T : 01 46 40 10 86 F : 01 70 55 50 20 Email : info@efidem. EFIDEM easy messaging systems 3 rue de Téhéran 75008 Paris T : 01 46 40 10 86 F : 01 70 55 50 20 Email : info@efidem.com Copyright 2012 Reproduction Interdite sans l accord écrit d EFIDEM Date du document

Plus en détail

e-biscus e-business for customs and trade

e-biscus e-business for customs and trade e-biscus e-business for customs and trade La suite logicielle pour les opérations douanières Pour les Douanes du monde entier, la globalisation impose une évolution permanente de l environnement réglementaire

Plus en détail

MESSAGERIE ÉLECTRONIQUE

MESSAGERIE ÉLECTRONIQUE MESSAGERIE ÉLECTRONIQUE ou comment envoyer un e-mail 2 SOMMAIRE Applications et services 4 Webmail 5 Outlook 2013 6 Interfaces 7 Backstage 15 Rubans 18 Courrier Configuration 20 Courrier Fonctionnalités

Plus en détail

NOTICE DU SERVICE COFIN COmmunication avec la Flotte de l INsu (31/03/2006)

NOTICE DU SERVICE COFIN COmmunication avec la Flotte de l INsu (31/03/2006) NOTICE DU SERVICE COFIN COmmunication avec la Flotte de l INsu (31/03/2006) I PRESENTATION : Le service COFIN permet l échange de fichiers et de mails entre les bateaux de l Insu (Côte d Aquitaine, Côte

Plus en détail

Le système eregistrations

Le système eregistrations NATIONS UNIES CNUCED Le système eregistrations Guichets uniques en ligne pour des administrations efficaces eregistrations est un système de gouvernement électronique configurable, conçu pour automatiser

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE DE L AACE

ASSEMBLEE GENERALE DE L AACE Guichet Unique National pour la facilitation des procédures du Commerce Extérieur ASSEMBLEE GENERALE DE L AACE PortNet, au service de l intégration et de la simplification des échanges logistiques et commerciaux

Plus en détail

Projet de Système d Information National (SIN) SAMU Grippe A H1N1 / Déploiement dans les SAMU Centre 15

Projet de Système d Information National (SIN) SAMU Grippe A H1N1 / Déploiement dans les SAMU Centre 15 Projet de Système d Information National (SIN) SAMU Grippe A H1N1 Déploiement dans les SAMU-Centre 15 Mission de préfiguration ASIP 9, rue Georges Pitard 75 015 Paris Tél 01 58 45 32 50 Fax 01 58 45 33

Plus en détail

Le point de vue des constructeurs automobiles. Alain SERVEL PSA

Le point de vue des constructeurs automobiles. Alain SERVEL PSA Le point de vue des constructeurs automobiles Alain SERVEL PSA 38 39 Contexte Européen En 2006, constitution du consortium Car2car CC CC pour la promotion d un système de communication inter véhicules

Plus en détail

OMNIS LA MAITRISE DE LA TECHNOLOGIE DE LOCALISATION CONFIGURATION DESTINEE AU SECTEUR PRIVE

OMNIS LA MAITRISE DE LA TECHNOLOGIE DE LOCALISATION CONFIGURATION DESTINEE AU SECTEUR PRIVE OMNIS LA MAITRISE DE LA TECHNOLOGIE DE LOCALISATION CONFIGURATION DESTINEE AU SECTEUR PRIVE 2 NOTRE VISION: RENDRE LE TRANSPORT DE MARCHANDISES PLUS EFFICACE Le développement considérable du transport

Plus en détail

INVENTAIRES NATIONAUX SERVICES DANS LE SECTEUR DE LA PÊCHE ISLANDE

INVENTAIRES NATIONAUX SERVICES DANS LE SECTEUR DE LA PÊCHE ISLANDE INVENTAIRES NATIONAUX SERVICES DANS LE SECTEUR DE LA PÊCHE ISLANDE Aquaculture Services vétérinaires coûts a été mis en place, ou, à défaut le mode de financement de ce service. L Islande possède, depuis

Plus en détail

LE LOGICIEL ENTIEREMENT INTEGRE ET UNIQUE DE L UNODC. Spécialement conçu pour les unites de renseignement financier. goaml.unodc.

LE LOGICIEL ENTIEREMENT INTEGRE ET UNIQUE DE L UNODC. Spécialement conçu pour les unites de renseignement financier. goaml.unodc. LE LOGICIEL ENTIEREMENT INTEGRE ET UNIQUE DE L UNODC conçu pour les unites de renseignement financier Spécialement conçu pour les unites de renseignement financier Spécialement goaml.unodc.org INTRODUCTION

Plus en détail

Une alliance stratégique des communautés portuaires et du commerce extérieur pour un opérateur économique plus compétitif

Une alliance stratégique des communautés portuaires et du commerce extérieur pour un opérateur économique plus compétitif Guichet Unique National pour la facilitation des procédures du Commerce Extérieur Une alliance stratégique des communautés portuaires et du commerce extérieur pour un opérateur économique plus compétitif

Plus en détail

Solution de sauvegarde pour flotte nomade

Solution de sauvegarde pour flotte nomade Solution de sauvegarde pour flotte nomade > PRÉSENTATION D OODRIVE > Les enjeux LA SOLUTION > La solution AdBackup Laptop > Sécurité et options de protection > Monitoring et services > Hébergement (mode

Plus en détail

ORGANISMES NATIONAUX DE FACILITATION DU COMMERCE

ORGANISMES NATIONAUX DE FACILITATION DU COMMERCE NATIONS UNIES COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE ORGANISMES NATIONAUX DE FACILITATION DU COMMERCE RECOMMANDATION n 4, deuxième édition, adoptée par le Centre des Nations Unies pour la facilitation du

Plus en détail

Le code INF et les navires spécialisés

Le code INF et les navires spécialisés WNTI W O R L D N U C L E A R T R A N S P O RT I N S T I T U T E BROCHURE Le code INF et les navires spécialisés Dédié au transport sûr, efficace et fiable des matières radioactives Le code INF et les

Plus en détail

SEMINAIRE DE FORMATION DES ACTEURS DES TRANSPORTS ROUTIERS ET DE LA SECURITE ROUTIERE EN ZONE CEMAC Douala, 10-14 juin 2013

SEMINAIRE DE FORMATION DES ACTEURS DES TRANSPORTS ROUTIERS ET DE LA SECURITE ROUTIERE EN ZONE CEMAC Douala, 10-14 juin 2013 SEMINAIRE DE FORMATION DES ACTEURS DES TRANSPORTS ROUTIERS ET DE LA SECURITE ROUTIERE EN ZONE CEMAC Douala, 10-14 juin 2013 Instruments légaux internationaux de sécurité et de facilitation du transport

Plus en détail

Garde côtière canadienne Direction générale des services maritimes. Garde côtière canadienne Stratégie relative à la navigation électronique

Garde côtière canadienne Direction générale des services maritimes. Garde côtière canadienne Stratégie relative à la navigation électronique Garde côtière canadienne Direction générale des services maritimes Garde côtière canadienne Stratégie relative à la navigation électronique Octobre 2008 Introduction La navigation électronique a été définie

Plus en détail

SURVEILLANT DE PORT DE PLAISANCE: UN NOUVEAU METIER PLEIN D AVENIR

SURVEILLANT DE PORT DE PLAISANCE: UN NOUVEAU METIER PLEIN D AVENIR SURVEILLANT DE PORT DE PLAISANCE: UN NOUVEAU METIER PLEIN D AVENIR 6 ème rencontres nationales Activités portuaires & développement durable - La Baule le 28 mars 2012 Maître Geneviève REBUFAT-FRILET Avocat

Plus en détail

EP 1 931 091 A1 (19) (11) EP 1 931 091 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 11.06.2008 Bulletin 2008/24

EP 1 931 091 A1 (19) (11) EP 1 931 091 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 11.06.2008 Bulletin 2008/24 (19) (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (11) EP 1 931 091 A1 (43) Date de publication: 11.06.2008 Bulletin 2008/24 (51) Int Cl.: H04L 12/58 (2006.01) (21) Numéro de dépôt: 07291423.7 (22) Date de dépôt: 29.11.2007

Plus en détail

Politique de sécurité de l actif informationnel

Politique de sécurité de l actif informationnel TITRE : Politique de sécurité de l actif informationnel Adoption par le conseil d administration : Résolution : CARL-130924-11 Date : 24 septembre 2013 Révisions : Résolution : Date : Politique de sécurité

Plus en détail

CRM Assurance. Fonctionnalités clés. Vue globale de l assuré. Gestion des échanges en Multicanal

CRM Assurance. Fonctionnalités clés. Vue globale de l assuré. Gestion des échanges en Multicanal CRM Assurance Fonctionnalités clés Vue globale de l assuré Le CRM pour les compagnies d'assurances est une solution spécialement conçue pour mettre en place et soutenir les fondements d une orientation

Plus en détail

GESTION DU RÉSEAU DANS LES ENVIRONNEMENTS DISTRIBUÉS. Défis et Opportunités pour l Entreprise

GESTION DU RÉSEAU DANS LES ENVIRONNEMENTS DISTRIBUÉS. Défis et Opportunités pour l Entreprise GESTION DU RÉSEAU DANS LES ENVIRONNEMENTS DISTRIBUÉS Défis et Opportunités pour l Entreprise I. INTRODUCTION Le développement des réseaux ne se limite pas à leur taille et à leurs capacités, il concerne

Plus en détail

Sécurisez votre serveur Web Internet Information Services de Microsoft (MS IIS) avec un certificat numérique de thawte thawte thawte thawte thawte

Sécurisez votre serveur Web Internet Information Services de Microsoft (MS IIS) avec un certificat numérique de thawte thawte thawte thawte thawte Sécurisez votre serveur Web Internet Information Services de Microsoft (MS IIS) avec un certificat numérique de thawte UN GUIDE ÉTAPE PAR ÉTAPE, pour tester, acheter et utiliser un certificat numérique

Plus en détail

ZetesChronos Visibilité totale de votre processus de livraison

ZetesChronos Visibilité totale de votre processus de livraison ZetesChronos Visibilité totale de votre processus de livraison WWW.ZETES.COM ALWAYS A GOOD ID Donnez une nouvelle dimension à vos services de preuve de livraison Que vous soyez une entreprise de transport

Plus en détail

Proposition technique de Système Intégré de Gestion Portuaire

Proposition technique de Système Intégré de Gestion Portuaire Proposition technique de Système Intégré de Gestion Portuaire * 6ème Assemblée de la Section Régionale Canaries Afrique de l ICHCA au Burkina Faso Ouagadougou Le 27 Juillet 2011 Système Intégré de Gestion

Plus en détail

PLAN DE RECEPTION DE TRAITEMENT DES DECHETS

PLAN DE RECEPTION DE TRAITEMENT DES DECHETS Port départemental de Dahouët PLAN DE RECEPTION ET DE TRAITEMENT DES DECHETS DU PORT DE PÊCHE Etabli conformément à la directive 2000/59/CE et approuvé par le Conseil Portuaire de Dahouët en date du 27

Plus en détail

Surveiller les applications et les services grâce à la surveillance réseau

Surveiller les applications et les services grâce à la surveillance réseau Surveiller les applications et les services grâce à la surveillance réseau Livre Blanc Auteur : Daniel Zobel, Responsable du Développement Logiciel, Paessler AG Publication : Mars 2014 PAGE 1 SUR 9 Sommaire

Plus en détail

Une solution de relève SQL et SAN intégrée

Une solution de relève SQL et SAN intégrée Une solution de relève SQL et SAN intégrée Par : Marc Balardelle et Maurice Pelchat Société GRICS Société GRICS Plan de la présentation Le serveur de relève Service de relève SQL Démonstration Société

Plus en détail

DESCRIPTION DE L'ARCHITECTURE et PRESENTATION DES ESPACES DE TRAVAIL

DESCRIPTION DE L'ARCHITECTURE et PRESENTATION DES ESPACES DE TRAVAIL PORTAIL D ECHANGES DE DONNEES COMPTABLES ENTRE LE SECRETARIAT GENERAL DE LA COBAC ET LES ETABLISSEMENTS DE CREDIT DESCRIPTION DE L'ARCHITECTURE et PRESENTATION DES ESPACES DE TRAVAIL SOMMAIRE CHAPITRE

Plus en détail

CA ARCserve D2D. Une récupération après sinistre ultra-rapide vous permet d'éviter une interruption de service. DOSSIER SOLUTION : CA ARCserve D2D r16

CA ARCserve D2D. Une récupération après sinistre ultra-rapide vous permet d'éviter une interruption de service. DOSSIER SOLUTION : CA ARCserve D2D r16 CA ARCserve D2D CA ARCserve D2D est un produit de récupération sur disque conçu pour offrir la combinaison idéale de protection et de récupération rapides, simples et fiables de vos données professionnelles.

Plus en détail

Guide de l utilisateur de Cisco IP Phone Messenger et Cisco Unified Presence version 7.0

Guide de l utilisateur de Cisco IP Phone Messenger et Cisco Unified Presence version 7.0 Guide de l utilisateur de Cisco IP Phone Messenger et Cisco Unified Presence version 7.0 INCLUANT LA LICENCE ET LA GARANTIE Siège social aux États-Unis Cisco Systems, Inc. 170 West Tasman Drive San Jose,

Plus en détail

Cahier des charges des dispositifs de télétransmission des actes soumis au contrôle de légalité. Annexe 2 : sécurisation des échanges

Cahier des charges des dispositifs de télétransmission des actes soumis au contrôle de légalité. Annexe 2 : sécurisation des échanges Cahier des charges des dispositifs de télétransmission des actes Annexe 2 : sécurisation des échanges Page 2 / 7 1. OBJET DU DOCUMENT...3 2. PRINCIPES...3 3. SÉCURISATION DES DÉPÔTS DE FICHIERS SUR LES

Plus en détail

Avec Siveillance TM Vantage, gérez les incidents les plus simples aux crises les plus graves de votre infrastructure critique.

Avec Siveillance TM Vantage, gérez les incidents les plus simples aux crises les plus graves de votre infrastructure critique. *Des réponses pour les infrastructures et les villes. www.siemens.fr/buildingtechnologies Avec Siveillance TM Vantage, gérez les incidents les plus simples aux crises les plus graves de votre infrastructure

Plus en détail

Incident survenu le 2 mai 2009 sur l aérodrome de Manihi (Polynésie française) à l ATR 72-212 immatriculé F-OIQR exploité par Air Tahiti

Incident survenu le 2 mai 2009 sur l aérodrome de Manihi (Polynésie française) à l ATR 72-212 immatriculé F-OIQR exploité par Air Tahiti Rapport Incident survenu le 2 mai 2009 sur l aérodrome de Manihi (Polynésie française) à l ATR 72-212 immatriculé F-OIQR exploité par Air Tahiti Bureau d Enquêtes et d Analyses pour la sécurité de l aviation

Plus en détail

Annexe II POURSUITE DE LA PROMOTION DES TRANSPORTS PAR VOIE NAVIGABLE. Résolution n o 258

Annexe II POURSUITE DE LA PROMOTION DES TRANSPORTS PAR VOIE NAVIGABLE. Résolution n o 258 page 29 [Original: ANGLAIS, FRANÇAIS et RUSSE] POURSUITE DE LA PROMOTION DES TRANSPORTS PAR VOIE NAVIGABLE Résolution n o 258 adoptée par le Comité des transports intérieurs le 8 février 2007 Le Comité

Plus en détail

E 3357 DOUZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2006-2007

E 3357 DOUZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2006-2007 E 3357 ASSEMBLÉE NATIONALE S É N A T DOUZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2006-2007 Reçu à la Présidence de l'assemblée nationale Enregistré à la Présidence du Sénat le 13 décembre 2006 le 13 décembre

Plus en détail

Système de vidéosurveillance Guide de configuration

Système de vidéosurveillance Guide de configuration Guide de configuration Introduction Les technologies de vidéosurveillance ne sont plus considérées comme «nouvelles» de nos jours, puisque l on enregistre et archive des vidéos depuis maintenant de nombreuses

Plus en détail