L EUROPE ET L EAU. «Quelle idée d appeler cette planète Terre alors qu elle est clairement océan». Arthur C. Clarke.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L EUROPE ET L EAU. «Quelle idée d appeler cette planète Terre alors qu elle est clairement océan». Arthur C. Clarke."

Transcription

1 L EUROPE ET L EAU L eu est indispensble à l vie. Elle soutient nos écosystèmes et régule le climt. Agriculture, limenttion, énergie, trnsports : l eu est u cœur de notre existence. Cependnt, elle est inéglement réprtie. Les pollutions l mencent. Ses richesses, surexploitées, risquent de s épuiser. L Union européenne git pour ider les pys européens, mis ussi le reste du monde, à protéger cette ressource vitle et à en tirer le meilleur prti. Cette exposition vous propose un perçu de ce que l eu représente en Europe et de ce que l Europe fit pour l eu. «Quelle idée d ppeler cette plnète Terre lors qu elle est clirement océn». Arthur C. Clrke. Exposition rélisée pr l Représenttion régionle de l Commission européenne en Frnce Crédits photos : dule964 - Nj - Rven - Fotoli.com

2 L eu pour l homme Certes, l eu couvre les trois-qurts de notre plnète. Mis l eu douce, nécessire à l homme, est rre. Glciers et bnquises en retiennent l plus grnde prt. L eu douce ccessible : cours d eu, lcs, nppes souterrines et eux de pluie, représente moins de 1% de l eu sur Terre. En Europe comme illeurs, cette ressource est sous pression. L eu européenne sous pression L eu dns le monde Estimtion des pports moyens nnuels ux cours d eu en Europe Glces polires Eux superficielles Eux souterrines A rctic O c en 40 À première vue, l eu douce semble plutôt bondnte en Europe. Mis elle n est ps églement réprtie. De nombreuses régions, surtout dns les pys méditerrnéens, font fce à un déséquilibre croissnt entre l demnde et leurs ressources en eu. L ugmenttion de l popultion, les hbitudes de consommtion, le développement d une griculture intensive ou de nouvelles industries peuvent cuser un «stress hydrique» importnt. De plus, le chngement climtique modifie les cycles de l eu, ggrvnt prfois les tensions. 50 s nt re B Se Se 30 N or we Wh it e g in S e 60 A t l n t i c Source : lt ic Eux slées Eux douces S e O c e n 60 N orth Se B e l n n C h ck Bl Se Ad ri tic 40 M Les usges de l eu en Europe e d i t e r km en mm 40 Plus de Aegen Se Tyrrh e nin Se r Se Ionin Se n e n S e moins de 50 Production d énergie Agriculture Industrie Approvisionnement public Le système européen d informtion sur l eu est un portil interctif européen sur l eu, piloté pr l Agence européenne de l environnement. Il fournit des informtions pour les professionnels comme pour le grnd public sur les politiques, les données et l recherche européenne sur l eu. Crédit photo : goodluz - Fotoli.com

3 L homme contre l eu? Pollution Surexploittion, pollution, chngement climtique induit pr l homme : utnt de mences pour l eu contre lesquelles l Union européenne se mobilise. Voici un rpide perçu des impcts de l ctivité humine. 20% des eux de surfce européennes sont sérieusement mencées pr l pollution. En cuse : prtiques gricoles, déchrges, rejets industriels ou urbins. L une des conséquences en est l eutrophistion qui touche à des degrés divers 40% des rivières, lcs et zones côtières en Europe. Ce phénomène fvorise l prolifértion d lgues et est ftl à de nombreuses espèces qutiques. Eutrophistion : Enrichissement de l eu en mtières nutritives (sels minérux) perturbnt son équilibre biologique pr désoxygéntion. >Définition Sécheresse Destruction des écosystèmes Les modifictions morphologiques non mîtrisées des bssins hydrogrphiques pr l crétion de brrges ou de systèmes d irrigtion peuvent modifier les écosystèmes jusqu à les détruire. Le chngement climtique cusé pr l ctivité humine se fit déjà ressentir, en prticulier dns les régions du sud de l Europe, où les sécheresses tendent à se multiplier. Le tourisme croissnt dns ces mêmes régions renforcé l pression sur l eu, cusnt une surexploittion, prfois l désertifiction et l intrusion d eu slée dns des eux douces côtières. Bssin hydrogrphique : Toute zone dns lquelle toutes les eux de ruissellement convergent à trvers un réseu de ruisseux, rivières, lcs et fleuves vers l mer, dns lquelle elles se déversent pr une seule embouchure, estuire ou delt. >Définition Crédits photos : Igor Korionov - Neyk - MC - Fotoli.com

4 L eu, richesse privée ou bien public? Les ctivités liées à l eu ont un impct économique importnt. Cependnt, elles doivent respecter l environnement et ne ps mettre en péril le droit qu tout Européen d ccéder à une eu sine. Dns ce contexte, l Union européenne s est dotée en 2000 d une «Directive-Cdre sur l eu». Cette législtion intègre les notions de protection et de gestion de l eu dns le cdre d un développement durble. Le texte reconnît en prémbule que «L eu n est ps un bien mrchnd comme les utres mis un ptrimoine qu il fut protéger, défendre et triter comme tel». L Directive-Cdre sur l eu Elle étblit une nouvelle pproche de l gestion de l eu : celle-ci ne dépend plus des frontières ntionles, mis des bssins hydrogrphiques utour desquels les pys concernés doivent coopérer. Elle fixe des normes et des délis stricts pour l mise en plce de plns et de mesures de protection des écosystèmes qutiques dns chque bssin hydrogrphique. Elle prévoit l prticiption des citoyens à l prise des décisions. Des notes pour l eu L Directive-Cdre sur l eu vise à obtenir un «bon étt de l eu» prtout en Europe en L qulité de l eu est évluée selon une série de critères écologiques : fune et flore qutiques, composition de l eu, pollution, débit et qulité des cours d eu. L étt des eux de surfce est insi clssé selon cinq ctégories : très bon, bon, moyen, médiocre et muvis. Très bon étt Bon étt Étt moyen Crédits photos : Nthlie Diz - Fotoli.com

5 L eu des villes Quelques impcts de l urbnistion Plus de trois Européens sur qutre vivent en ville. Il fut ssurer leur pprovisionnement en eu en qulité et quntité suffisntes tout en limitnt l impct environnementl. L Union européenne y contribue. L concentrtion humine u sein des villes ugmente les prélèvements dns les nppes phrétiques. 60% des villes européennes surexploitent leurs ressources en eux souterrines. Les rejets d eux urbines usées constituent, pr leur importnce, l deuxième source de pollution des msses d eu. L impermébilistion des surfces pr l emprise croissnte des constructions peut entrîner une disprition de l végéttion et créer un environnement fvorble ux crues. Nppe phrétique : Nppe d eu souterrine. >Définition Des réponses L Union européenne étblit les normes uxquelles doivent stisfire les eux destinées à l consommtion humine. Relâcher l pression L Union européenne et les pys membres explorent toutes les pistes pour diminuer l pression urbine sur les ressources en eu : Réduction des fuites dns les réseux de distribution qui engendrent des pertes de 5 à 40%. Elle oblige les gglomértions à s équiper de systèmes de collecte et de tritement des eux. Les exigences diffèrent selon le nombre d hbitnts, l présence d industries polluntes ou l sitution en zone sensible. Elle demnde ux pys européens d identifier les zones à risque d inondtion et d évluer leur probbilité et les dommges potentiels. Des crtes doivent être étblies et rendues publiques d ici fin Modultion du prix de l eu. Technologies et prtiques plus économes en eu. Eduction et promotion de comportements économes en eu. Pr exemple : L Union européenne encourge l réutilistion des eux urbines usées. Après épurtion, l eu peut être réemployée pour des usges industriels, l irrigtion ou le rechrgement de mris et de nppes phrétiques. Crédits photos : klikk - Aleksndr Lesik - MC - Fotoli.com

6 L eu des chmps L Union européenne soutient l griculture depuis 50 ns. Il fllit d bord ssurer l sécurité limentire des Européens. Cet objectif été tteint, mis l évolution des prtiques gricoles, culture et élevge intensifs, engris, irrigtion mssive, etc. ont fit peser des risques importnts sur notre environnement et prticulièrement sur nos ressources en eu. L Union européenne donc dpté ses ctions pour répondre à ces nouveux défis. L griculture, grnde buveuse d eu En moyenne, 22 % des eux prélevées en Europe sont utilisées dns le cdre d ctivités gricoles. Toutefois, ce pourcentge peut monter jusqu à 80% dns certins pys du sud de l Europe, où l irrigtion est indispensble à l griculture. L irrigtion peut y multiplier pr six l production gricole et pr qutre les bénéfices des exploittions. Pr illeurs, les pollutions d origine gricole peuvent mettre en péril des nppes phrétiques et des cours d eu. L politique gricole commune Les prtiques gricoles sont régulées u niveu européen et les ides publiques ux griculteurs viennent principlement du budget européen de l Union européenne. De nos jours, l Union européenne utilise ces moyens pour promouvoir les bonnes prtiques, notmment pour évoluer vers des modes d griculture économes en eu et respectueux de l environnement. Pr exemple, certines ides sont conditionnées u remplcement des systèmes d irrigtion nciens pr des systèmes plus économes en eu, l conversion de terres rbles en pririe, ou l crétion et le mintien de zones humides. Pr exemple : Économiser l eu grâce u téléphone portble. Grâce à un projet finncé pr l Union européenne, les griculteurs peuvent ctiver ou progrmmer l irrigtion de leurs cultures à prtir de leur portble. Le système fournit les informtions nécessires sur l évportion, l quntité d eu utile dns le sol, les sttistiques et l historique d irrigtion ; il se connecte même utomtiquement à l bnque pour fcturer l eu consommée. Crédits photos : Bernrd 63 - minicel73 - Fotoli.com

7 Un océn de richesses L mer recèle notmment deux richesses essentielles : des ressources hlieutiques et énergétiques. L Union européenne fit en sorte que ces ressources soient exploitées u mieux en concilint ctivité économique et impértifs environnementux. Une politique mritime intégrée L Union européenne développé une politique mritime intégrée, englobnt tous les spects de notre reltion vec les mers et les océns. Il s git d ssurer l coexistence pcifique et durble de toutes les ctivités humines qui sollicitent le milieu mrin : trnsport mritime, chntiers nvls, ctivités portuires, pêche et quculture, production d énergie en mer, plisnce et tourisme, etc. Cette strtégie s ppuie sur des instruments européens d étude et d observtion des mers, tels que le système GMES. GMES, l surveillnce des océns Le GMES (Globl Monitoring for Erth nd Security) est un grnd progrmme européen de surveillnce et de suivi de l environnement sur l plnète. Son module sur l environnement mrin fournit des données de référence en temps réel sur l étt des mers et des océns. Il est utilisé dns de nombreux domines : Sécurité mritime : lutte contre les mrées noires, nvires de routge, opértions de suvetge, défense et sécurité. Ressources mrines : gestion des stocks de poissons, étt de l fune et de l flore mrines. Environnement : qulité de l eu, pollution, surveillnce des ctivités côtières. Etude du climt et prévisions sisonnières. > Définition Hlieutique : qui concerne l pêche. Pêche : vers une gestion durble Les poissons ignorent les frontières : ils constituent pr excellence une ressource commune. Mis cette ressource été surexploitée u point de réduire drstiquement les stocks de poissons, mettnt l ctivité des pêcheurs en dnger. Energie : des ressources fossiles ux énergies nouvelles Les gisements de pétrole et de gz nturel découverts sous l mer du Nord représentent une très importnte source d énergie pour les pys européens. Mis plus de l moitié de ces réserves ont déjà été extrites. Depuis 1983, les pys européens ont mis en plce une politique commune de l pêche. L Union européenne interdit les modes de pêche les plus destructeurs, comme les filets dérivnts. Elle fixe des droits de pêche dns chque bssin mritime fin de reconstituer progressivement les stocks de poissons. Elle négocie ussi des droits de pêche hors des eux européennes. Enfin, elle soutient les revenus des pêcheurs, elle les ide à fire évoluer leur flotte, elle promeut l quculture et finnce l recherche scientifique et l collecte de données. De nos jours ce sont les énergies nouvelles, renouvelbles, qui sont promises à un développement exponentiel offshore : les prcs éoliens en mer, dont l Europe est leder mondil ; mis ussi l force des mrées, des vgues, des cournts mrins et même les différences de tempérture ou de slinité entre les msses d eu. Certines commencent déjà à être exploitées vec le soutien de l Union européenne, tndis que pour d utres l recherche se poursuit. Crédits photos : shocky - Yves Rolnd - MC - Fotoli.com

8 Les trnsports mritimes et fluviux Les touts des trnsports mritimes et fluviux : ils sont fibles, économiques, peu pollunts et peu bruynts. L Union européenne soutient leur développement. Le trnsport mritime 90 % du commerce extérieur de l Union européenne et 40 % du commerce «intérieur» entre les pys européens insi que 400 millions de pssgers pr n utilisent les trnsports mritimes. Le trnsport fluvil L Union européenne grntit leur sécurité et leur performnce environnementle, vec des normes très strictes, étblies vec l Agence européenne pour l sécurité mritime et l Orgnistion mritime interntionle (OMI). Elle git ussi pour combttre l pirterie, méliorer l formtion et les conditions de trvil des mrins, grntir les droits des pssgers. L Union européenne soutient églement le développement des grnds ports notmment pour ssurer leurs liisons «intermodles» vec le ril, les voies fluviles et l route. Pr exemple : Le progrmme européen Mrco Polo soutenu l crétion de «l utoroute de l mer» entre le port frnçis de Nntes Sint-Nzire et le port espgnol de Gijón, inugurée en A terme, cette liison devrit trnsporter cmions pr n, llégent d utnt les utoroutes terrestres. Avec plus de km de voies nvigbles, l Europe dispose d un réseu encore sous-exploité. Pourtnt, psser de l route u fleuve divise pr cinq l consommtion énergétique et pr qutre les émissions de CO2. L Union européenne soutient l modernistion des voies nvigbles et des nvires fluviux. Elle ide ussi à l extension du réseu nvigble à grnd gbrit : un seul grnd nvire fluvil équivut à plusieurs centines de semi-remorques! Pr exemple : L Union européenne finnce ctuellement des études pour ccroître le gbrit de l Oise, entre l Seine et les grnds réseux fluviux d Europe du Nord. Crédits photos : il-fede - neeshm - Robert Asento - Fotoli.com

9 L eu dns le monde Déjà inégl en Europe, l ccès à l eu est encore plus difficile dns d utres prties du monde. Dns de vstes régions d Afrique et d Asie, les excès du climt provoquent inondtions ctstrophiques d un côté, sécheresses trgiques de l utre. Dns des zones en forte croissnce démogrphique et économique, prfois politiquement instbles, l eu devient une source mjeure de tensions, voire de conflits. L Union européenne est en première ligne pour ider ces régions. Les inéglités d ccès en chiffres Dns le monde, 1,2 millirds de personnes n ont ps ccès à l pprovisionnement en eu potble. 2.7 millirds ne bénéficient d ucun système d ssinissement de bse. Le besoin d eu miniml pour un être humin est estimé à 20 litres pr jour. Dns certines régions du monde, ce volume n est ps ccessible. A l utre extrême, chque Européen consomme en moyenne 200 litres pr jour, chque Nord-Américin 600 litres pr jour. L ONU et les objectifs du millénire En 2000, les dirigents de 189 pys des Ntions-Unies ont fixé une série d objectifs fin de diminuer de moitié l extrême puvreté d ici Un de ces objectifs est de réduire de moitié le pourcentge de l popultion qui n ps ccès à l eu et à un système d ssinissement correct. En 2002, une «Inititive UE pour l eu» été lncée pour renforcer l coopértion entre l Europe et les utres régions du monde utour de cet objectif. En 2010, l Assemblée générle de l ONU reconnu le droit à une eu potble, slubre et propre comme un droit fondmentl, essentiel u plein exercice du droit à l vie et de tous les droits de l homme. L coopértion u développement Sur le pln finncier, l Union européenne : Appuie les progrmmes ntionux et régionux de développement, dns le cdre d ccords de coopértion. Finnce des projets dns les pys d Afrique, des Crïbes et du Pcifique (ACP) vec l «Fcilité ACP-UE pour l eu». Soutient le développement des grnds réseux d infrstructures, y compris les infrstructures hydruliques, en Afrique et dns les pys voisins, notmment en Méditerrnée. L Union européenne est le premier contributeur mondil d ide u développement. En 2010, elle y conscré : 54 millirds d euros dont 5% dévolus exclusivement u secteur de l eu. Soit 53% du volume totl de l ide ux pys en développement. Pr exemple : Dns sept pys d Afrique du Nord (Mroc, Tunisie, Egypte) et du Proche-Orient (Jordnie, Libn, Turquie, Plestine), le progrmme européen MEDA WATER idé les griculteurs à gérer leurs ressources en eu et les villges à méliorer l ccès à l eu et son utilistion. Crédits photos : flucs - Fotoli.com

10 L Méditerrnée L Union européenne porte une ttention prticulière à l eu dns l région méditerrnéenne, où les déséquilibres sont igus. Elle git tnt pour les pys européens de l rive Nord que pour leurs voisins des rives Est et Sud. En voici des exemples. «Les pys méditerrnéens sont insi fits qu il s y trouve trop d eu pendnt trop peu de temps et ps ssez d eu pendnt trop longtemps». Jcques Berthemont. Les Mémoires de l Eu en Méditerrnée Un projet Euromed Heritge Foggrs, cnux, queducs, puits, terrsses, moulins, fontines, hmmms, bins publics, thermes, jrdins méditerrnéens Afin de s dpter ux conditions climtiques et hydrologiques de l région, les Méditerrnéens ont très tôt développé des techniques de gestion de l eu. Le projet REMEE ide à recenser, suvegrder et vloriser ce ptrimoine. Le progrmme Euromed Héritge vise à contribuer à l entente mutuelle et u dilogue entre les cultures méditerrnéennes en vlorisnt leur ptrimoine culturel. Il est finncé à huteur de 17 millions d euros pr l Instrument européen de voisinge et de prtenrit. >Définition Foggr : Cnlistion souterrine de grnde longueur permettnt l limenttion en eu des osis, lorsqu il n est ps possible de creuser des puits. Le chngement climtique et l eu en Méditerrnée Un projet de recherche et développement Le projet CLIMB étudie l impct des chngements climtiques sur le cycle de l eu des bssins versnts méditerrnéens. Il doit déboucher sur un outil d évlution du risque, qui permettr de mieux gérer les ressources en eu. CLIMB est finncé à huteur de 3 millions d euros pr l Union européenne. Sûreté et sécurité mritimes en Méditerrnée Un projet EuroMed régionl Le projet SfeMed vise à réduire les écrts qui existent ctuellement dns l ppliction de l législtion mritime entre les Étts européens et non-européens riverins de l Méditerrnée. Ses ctions portent sur les obligtions de l Étt du pvillon, mis ussi sur l formtion des personnels, le suivi du trfic, l protection du milieu mrin, l sûreté des nvires et des instlltions portuires. Les projets SfeMed I et II sont des projets régionux finncés pr l Union européenne depuis 2006 pour près de 10 millions d euros. L Union pour l Méditerrnée Lncé en 2008, le projet d Union pour l Méditerrnée vise à unir les pys riverins utour de grnds projets communs. L eu, notmment l dépollution de l mer Méditerrnée, fit prtie de ses priorités. L Union européenne soutient politiquement et finncièrement le développement de l Union pour l Méditerrnée et ses projets. Crédits photos : ALCE - MC - Fotoli.com

11 L venir de l eu Tour d horizon L venir de l eu psse pr l recherche scientifique, le développement technologique et l innovtion. L Union européenne possède le plus grnd progrmme de recherche publique du monde. Ce progrmme investi 1,3 millirds d euros pour l recherche sur l eu u cours des dix dernières nnées. Les projets insi finncés concernent presque tous les spects de l gestion durble de l eu. Ils bénéficient à l Europe mis ussi à de nombreuses utres régions du monde. En voici quelques exemples. Les projets de recherche finncés pr l Union européenne concernent, pr exemple, les sujets suivnts : Préservtion des ressources en eu Améliortion de l qulité de l eu Tritement de l eu Récupértion de l chleur des eux usées Techniques gricoles plus économes en eu et moins polluntes Mécnismes de dépollution Mécnismes de surveillnce et lerte sur les inondtions et sécheresses en Europe Réhbilittion des mers européennes Absorption du CO2 pr les océns Nouvelles sources d'énergie Tour du monde Les projets de recherche finncés pr l Union européenne ne bénéficient ps uniquement ux pys européens, mis ussi, pr exemple : Coordonner l recherche entre les pys de l Union européenne. Aux régions méditerrnéennes, pour méliorer le sort de l femme dns l gestion de l eu. À l Afrique du Sud et à Cub, pour y mettre u point des modèles plus durbles de gestion de l eu. Aux pys d Asie Centrle, pour comprendre l désertifiction de l région de l mer d Arl. À l Amérique Ltine, pour ider à résoudre les conflits d ccès à l eu. À l Chine et u Vietnm, pour le recyclge des eux usées dns les petites exploittions gricoles. Les différents pys européens conscrent environ 370 millions d euros pr n à l recherche sur l eu. Avec les 130 millions investis u niveu de l Union européenne, ce sont donc 500 millions d euros d rgent public qui sont conscrés à l recherche sur l eu tous les ns en Europe. Mis ces ressources sont divisées en progrmmes ntionux (et européens) qui, jusqu à récemment, étient menés lrgement dns l ignornce les uns des utres. Pour y remédier, l Commission européenne et un grnd nombre de pys de l Union européenne ont proposé de lncer une «inititive de recherche conjointe», fin de bien coordonner ces ressources et même, à terme, de les réunir dns des progrmmes communs. Crédits photos : goodluz - Tryfonov - Fotoli.com

12 L eu et vous Nous l vons vu, l Union européenne s engge fortement pour méliorer l gestion de l eu en Europe et dns le monde. Mis pour que ces ctions soient réellement efficces, votre prticiption est indispensble. Votre vis compte L Directive-Cdre sur l eu prévoit que le pln de gestion de chque bssin hydrogrphique doit être étbli en consulttion vec les hbitnts. Vous vez donc votre mot à dire sur l gestion de l eu dns votre région! Plus générlement, u niveu européen : L législtion européenne est décidée conjointement pr le Prlement européen, que vous élisez, et pr le Conseil de l Union européenne, qui réunit les ministres de tous les pys de l Union. L Commission européenne, elle, propose l législtion européenne et ssure son exécution. Vous pouvez donner votre vis sur tous les projets de législtion envisgés pr l Commission européenne, sur lesquels elle orgnise systémtiquement des consulttions publiques. Des Centres d Informtion Europe Direct existent dns toutes les régions de Frnce ( Vous pouvez ussi contcter le numéro grtuit européen Vos choix font l différence En vcnces, les Européens consomment trois à six fois plus d eu. Un relâchement que l on ne s ccorderit sns doute ps à l mison. Pour contribuer vous ussi à l gestion durble de l eu, voici quelques gestes simples de bonne conduite - en vcnces comme à l mison : Je ne lisse ps couler l eu inutilement. Je nettoie mes légumes dns un bol plutôt qu en lissnt couler l eu du robinet. Je préfère l douche u bin (en moyenne 80 litres pour une douche, 150 litres pour un bin). J utilise mon lve visselle (en moyenne 10 litres d eu pr lvge contre 40 litres dns l évier). Je lve m voiture dns une sttion spécilisée (100 à 350 litres pour un lvge u rouleu contre 500 litres pour un lvge à l mison). Le sviez-vous? Pour produire Il fut environ 1 tsse de cfé 140 litres d eu 1 kg de mïs 900 litres d eu 1 kg de boeuf litres d eu Pour plus de bonnes prtiques : Crédits photos : Armnd - Irochk - Fotoli.com

Pour développer votre entreprise LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI!

Pour développer votre entreprise LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI! Pour développer votre entreprise Gestion Commercile Gérez le cycle complet des chts (demnde de prix, fcture fournisseur), des stocks (entrée, sortie mouvement, suivi) et des ventes (devis, fcture, règlement,

Plus en détail

Sommaire. 6. Tableau récapitulatif... 10. Sophos NAC intégré Vs. NAC Advanced - 17 Février 2009 2

Sommaire. 6. Tableau récapitulatif... 10. Sophos NAC intégré Vs. NAC Advanced - 17 Février 2009 2 Sommire 1. A propos de Sophos... 3 2. Comprtif des solutions Sophos NAC... 4 3. Sophos NAC pour Endpoint Security nd Control 8.0... 4 3.1. Administrtion et déploiement... 4 3.2. Gestion des politiques

Plus en détail

Transfert. Logistique. Stockage. Archivage

Transfert. Logistique. Stockage. Archivage Trnsfert Logistique Stockge Archivge Trnsfert, logistique, stockge Pour fire fce ux nouveux enjeux, il est importnt de pouvoir compter sur l'expertise d'un spéciliste impliqué à vos côtés, en toute confince.

Plus en détail

LOGICIEL FONCTIONNEL EMC VNX

LOGICIEL FONCTIONNEL EMC VNX LOGICIEL FONCTIONNEL EMC VNX Améliortion des performnces des pplictions, protection des données critiques et réduction des coûts de stockge vec les logiciels complets d EMC POINTS FORTS VNX Softwre Essentils

Plus en détail

Réalisation de sites Internet PME & Grandes entreprises Offre Premium. Etude du projet. Webdesign. Intégration HTML. Développement.

Réalisation de sites Internet PME & Grandes entreprises Offre Premium. Etude du projet. Webdesign. Intégration HTML. Développement. Rélistion de sites Internet PME & Grndes entreprises Offre Premium Etude du projet Réunions de trvil et étude personnlisée de votre projet Définition d une strtégie de pré-référencement Webdesign Définition

Plus en détail

Statuts ASF Association Suisse Feldenkrais

Statuts ASF Association Suisse Feldenkrais Sttuts ASF Assocition Suisse Feldenkris Contenu Pge I. Nom, siège, ojectif et missions 1 Nom et siège 2 2 Ojectif 2 3 Missions 2 II. Memres 4 Modes d ffilition 3 5 Droits et oligtions des memres 3 6 Adhésion

Plus en détail

3- Les taux d'intérêt

3- Les taux d'intérêt 3- Les tux d'intérêt Mishkin (2007), Monnie, Bnque et mrchés finnciers, Person Eduction, ch. 4 et 6 Vernimmen (2005), Finnce d'entreprise, Dlloz, ch. 20 à 22 1- Mesurer les tux d'intérêt comprer les différents

Plus en détail

Toyota Assurances Toujours la meilleure solution

Toyota Assurances Toujours la meilleure solution Toyot Assurnces Toujours l meilleure solution De quelle ssurnce vez-vous besoin? Vous roulez déjà en Toyot ou vous ttendez s livrison. Votre voiture est neuve ou d occsion. Vous vlez les kilomètres ou

Plus en détail

ManSafe. pour les Utilitiés. La Protection antichute pour les Industries de l'energie. Français. TowerLatch LadderLatch

ManSafe. pour les Utilitiés. La Protection antichute pour les Industries de l'energie. Français. TowerLatch LadderLatch MnSfe pour les Utilitiés L Protection ntichute pour les Industries de l'energie Frnçis TowerLtch LdderLtch Les questions de protection nti-chute Les chutes de huteur sont l cuse de mortlité l plus importnte

Plus en détail

Meg Gawler Bréhima Béridogo. Mars 2002

Meg Gawler Bréhima Béridogo. Mars 2002 EVALUATION FINALE PROJET D APPUI A LA GESTION DES ZONES HUMIDES DANS LE DELTA INTERIEUR DU FLEUVE NIGER RAPPORT FINAL Meg Gwler Bréhim Béridogo ARTEMIS Services pour l conservtion de l nture et le développement

Plus en détail

Pour développer votre entreprise. Compta LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI!

Pour développer votre entreprise. Compta LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI! Pour développer votre entreprise Compt Avec EBP Compt, vous ssurez le suivi de l ensemble de vos opértions et exploitez les données les plus complexes en toute sécurité. Toutes les fonctionnlités essentielles

Plus en détail

Guide des bonnes pratiques

Guide des bonnes pratiques Livret 3 MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE 3 Guide des bonnes prtiques OUTILS DE LA GRH Guide des bonnes prtiques Tble des mtières 1. Introduction p.

Plus en détail

Santé et sécurité psychologiques en milieu de travail

Santé et sécurité psychologiques en milieu de travail CAN/CSA-Z1003-13/BNQ 9700-803/2013 Norme ntionle du Cnd Snté et sécurité psychologiques en milieu de trvil Prévention, promotion et lignes directrices pour une mise en œuvre pr étpes Avilble in English

Plus en détail

LITE-FLOOR. Dalles de sol et marches d escalier. Information technique

LITE-FLOOR. Dalles de sol et marches d escalier. Information technique LITE-FLOOR Dlles de sol et mrches d esclier Informtion technique Recommndtions pour le clcul et l pose de LITE-FLOOR Générlités Cette rochure reprend les règles de se à respecter pour grntir l rélistion

Plus en détail

TRam «Gestion de la Toxicité en zone Ramsar» Toxicity management in Ramsar area

TRam «Gestion de la Toxicité en zone Ramsar» Toxicity management in Ramsar area TRm «Gestion de l Toxicité en zone Rmsr» Toxicity mngement in Rmsr re Progrmme Evlution et réduction des risques liés à l utilistion des Pesticides Rpport finl- Juillet_2014 CIHEAM-IAMM 3191 Route de Mende

Plus en détail

EnsEignEmEnt supérieur PRÉPAS / BTS 2015

EnsEignEmEnt supérieur PRÉPAS / BTS 2015 Enseignement supérieur PRÉPAS / BTS 2015 Stnisls pour mbition de former les étudints à l réussite d exmens et de concours des grndes écoles de mngement ou d ingénieurs. Notre objectif est d ccompgner chque

Plus en détail

Livret de l étudiant 2015-2016

Livret de l étudiant 2015-2016 Livret de l étudint 2015-2016 Le mot du directeur Soyez les bienvenus à l IUT Pris Descrtes. L'IUT ccueille chque nnée 3000 étudints, sur le site de l'venue de Versilles et, depuis cette nnée, sur le site

Plus en détail

Classeur courtier d assurance. Comment organiser son activité et se préparer à un contrôle

Classeur courtier d assurance. Comment organiser son activité et se préparer à un contrôle Clsseur courtier d ssurnce Comment orgniser son ctivité et se préprer à un contrôle 67, venue Pierre Grenier 92517 BOULOGNE-BILLANCOURT CEDEX Tél : 01.46.10.43.80 Fx : 01.47.61.14.85 www.streevocts.com

Plus en détail

Interview p.10. Francis Delpérée. Dossier pédagogique des Equipes Populaires Bimestriel n 154 Janvier-Février 2013

Interview p.10. Francis Delpérée. Dossier pédagogique des Equipes Populaires Bimestriel n 154 Janvier-Février 2013 Dossier pédgogique des Equipes Populires Bimestriel n 154 Jnvier-Février 2013 Belgique - België P.P. - P.B. 5000 - Nmur 1 BC 4854 Interview p.10 Frncis Delpérée Bureu de dépôt : 5000 Nmur mil. N d grétion

Plus en détail

Influence du milieu d étude sur l activité (suite) Inhibition et activation

Influence du milieu d étude sur l activité (suite) Inhibition et activation Influence du milieu d étude sur l ctivité (suite) Inhibition et ctivtion Influence de l tempérture Influence du ph 1 Influence de l tempérture Si on chuffe une préprtion enzymtique, l ctivité ugmente jusqu

Plus en détail

L'algèbre de BOOLE ou algèbre logique est l'algèbre définie pour des variables ne pouvant prendre que deux états.

L'algèbre de BOOLE ou algèbre logique est l'algèbre définie pour des variables ne pouvant prendre que deux états. ciences Industrielles ystèmes comintoires Ppnicol Roert Lycée Jcques Amyot I - YTEME COMBINATOIRE A. Algère de Boole. Vriles logiques: Un signl réel est une grndeur physique en générl continue, on ssocie

Plus en détail

Conseils et astuces pour les structures de base de la Ligne D30

Conseils et astuces pour les structures de base de la Ligne D30 Conseils et stuces pour les structures de bse de l Ligne D30 Conseils et stuces pour l Ligne D30 Ligne D30 - l solution élégnte pour votre production. Rentbilité optimle et méliortion continue des séquences

Plus en détail

bienvenue dans un environnement naturellement plus frais contact climespace OPÉRA PALAIS DE TOKYO LES HALLES 42 MW LA TOUR MAUBOURG 17 MW CANADA

bienvenue dans un environnement naturellement plus frais contact climespace OPÉRA PALAIS DE TOKYO LES HALLES 42 MW LA TOUR MAUBOURG 17 MW CANADA 16 contct 02 - centrle cnd p r i s 02 - iceberg n t r c t i q u e contct climespce CLIMESPACE &- b 185, rue de Bercy - 752 Pris Tél. : 44 74 89 40 - Fx : 44 73 92 93 www.climespce.fr &, b Y #GVee dj kv

Plus en détail

Bloc notes. a À faire tout de suite. Gardez secret votre code confidentiel. À conserver précieusement. Protégez votre carte

Bloc notes. a À faire tout de suite. Gardez secret votre code confidentiel. À conserver précieusement. Protégez votre carte Q U O T I D I E N Crte Mestro Comment voir tous les touts de votre crte bien en min Guide mémo + Notice d Assistnce Octobre 2010 Bloc notes À fire tout de suite Votre crte est strictement personnelle,

Plus en détail

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE L' Algère de BOOLE L'lgère de Boole est l prtie des mthémtiques, de l logique et de l'électronique qui s'intéresse ux opértions et ux fonctions sur les vriles logiques. Le nom provient de George Boole.

Plus en détail

NEWS PRO ACTIV. www.activexpertise.fr. [Juillet 2015] Ce mois-ci on vous parle de. L arrêté est applicable à compter du 1er Juillet 2015.

NEWS PRO ACTIV. www.activexpertise.fr. [Juillet 2015] Ce mois-ci on vous parle de. L arrêté est applicable à compter du 1er Juillet 2015. Ce mois-ci on vous prle de i Rpport de repérge minte : Trnsmission u Préfet obligtoire à compter du 1 er juillet 2015 Simplifiction des formlités : De bonnes nouvelles pour les entreprises de dignostic

Plus en détail

/HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV

/HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV /HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV I. Définition On ppelle système combintoire tout système numérique dont les sorties sont exclusivement définies à prtir des vribles d entrée (Figure ). = f(x, x 2,,, x n ) x x

Plus en détail

La réforme des soins de santé mentale en Belgique

La réforme des soins de santé mentale en Belgique 1 L réforme des soins de snté mentle en Belgique Isbel MOENS Cbinet de l Vice Première-Ministre Ministre des Affires sociles et de l Snté publique En prtenrit vec: Kristel KARLER Cbinet de l Ministre de

Plus en détail

Partie 4 : La monnaie et l'inflation

Partie 4 : La monnaie et l'inflation Prtie 4 : L monnie et l'infltion Enseignnt A. Direr Licence 2, 1er semestre 2008-9 Université Pierre Mendès Frnce Cours de mcroéconomie suite 4.1 Introduction Nous vons vu dns l prtie introductive que

Plus en détail

Le canal étroit du crédit : une analyse critique des fondements théoriques

Le canal étroit du crédit : une analyse critique des fondements théoriques Le cnl étroit du crédit : une nlyse critique des fondements théoriques Rfl Kierzenkowski 1 CREFED Université Pris Duphine Alloctire de Recherche Avril 2001 version provisoire Résumé A l suite des trvux

Plus en détail

La paye. La comptabilité. Comparez et choisissez votre logiciel. Comparez et choisissez votre logiciel. Paye Bâtiment 2012. Paye Agricole 2013

La paye. La comptabilité. Comparez et choisissez votre logiciel. Comparez et choisissez votre logiciel. Paye Bâtiment 2012. Paye Agricole 2013 L comptbilité Comprez et choisissez votre logiciel L pye Comprez et choisissez votre logiciel TABLEAUX COMPARATIFS Compt Prtic Pour les créteurs et les entrepreneurs novice en Compt Compt Clssic Pour l

Plus en détail

Guide d'utilisation Easy Interactive Tools Ver. 2

Guide d'utilisation Easy Interactive Tools Ver. 2 Guide d'utilistion Esy Interctive Tools Ver. 2 Guide d'utilistion Esy Interctive Tools Ver.2 Présenttion de Esy Interctive Tools 3 Crctéristiques Fonction de dessin Vous pouvez utiliser Esy Interctive

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mthémtiques nnée 2009-2010 Chpitre 2 Le prolème de l unicité des solutions 1 Le prolème et quelques réponses : 1.1 Un exemple Montrer que l éqution différentielle :

Plus en détail

Chapitre 11 : L inductance

Chapitre 11 : L inductance Chpitre : inductnce Exercices E. On donne A πr 4π 4 metn N 8 spires/m. () Selon l exemple., µ n A 4π 7 (8) 4π 4 (,5) 5 µh (b) À prtir de l éqution.4, on trouve ξ ξ 4 3 5 6 6,3 A/s E. On donne A πr,5π 4

Plus en détail

La pratique institutionnelle «à plusieurs»

La pratique institutionnelle «à plusieurs» L prtique institutionnelle «à plusieurs» mury Cullrd Février 2013 Nicols, inquiet: «Qund je suis seul vec quelqu un, il se psse des choses» Vlentin, à propos de l institution : «Ici, y beucoup de gens,

Plus en détail

Avant d utiliser l appareil, lisez ce Guide de référence rapide pour connaître la procédure de configuration et d installation.

Avant d utiliser l appareil, lisez ce Guide de référence rapide pour connaître la procédure de configuration et d installation. Guide de référence rpide Commencer Avnt d utiliser l ppreil, lisez ce Guide de référence rpide pour connître l procédure de configurtion et d instlltion. NE rccordez PAS le câle d interfce mintennt. 1

Plus en détail

SYSTEME DE TELEPHONIE

SYSTEME DE TELEPHONIE YTEME DE TELEPHOIE LE OUVEUTE PTIE MOITEU COULEU Le système de téléphonie comporte un moniteur vec un écrn couleurs de intégré u téléphone. Cette prtie est disponile en lnc, nthrcite et Tech. TLE DE MTIEE

Plus en détail

www.oseades.com Du 12 au 23 novembre 2012 Les acteurs Oséades

www.oseades.com Du 12 au 23 novembre 2012 Les acteurs Oséades Les cteurs Osédes 70 intervennts, spécilistes de l crétion d entreprise, prtgent vec vous leur expertise et bonnes prtiques. Retrouvez les cteurs Osedes sur : www.osedes.com Du 12 u 23 novembre 2012 www.osedes.com

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E. UFR Mathématiques de la décision. Notes de cours. Analyse 2. Filippo SANTAMBROGIO

Université Paris-Dauphine DUMI2E. UFR Mathématiques de la décision. Notes de cours. Analyse 2. Filippo SANTAMBROGIO Université Pris-Duphine DUMI2E UFR Mthémtiques de l décision Notes de cours Anlyse 2 Filippo SANTAMBROGIO Année 2008 2 Tble des mtières 1 Optimistion de fonctions continues et dérivbles 5 1.1 Continuité........................................

Plus en détail

Turbine hydraulique Girard simplifiée pour faibles et très faibles puissances

Turbine hydraulique Girard simplifiée pour faibles et très faibles puissances Turbine hydrulique Girrd simplifiée pour fibles et très fibles puissnces Prof. Ing. Zoltàn Hosszuréty, DrSc. Professeur à l'université technique de Kosice Les sites hydruliques disposnt de fibles débits

Plus en détail

Thèse Présentée Pour obtenir le diplôme de doctorat en sciences En génie civil Option : structure

Thèse Présentée Pour obtenir le diplôme de doctorat en sciences En génie civil Option : structure République Algérienne Démocrtique et Populire Ministère de l enseignement supérieur et de l recherche scientifique Université Mentouri de Constntine Fculté des sciences et sciences de l ingénieur Déprtement

Plus en détail

- Phénoméne aérospatial non identifié ( 0.V.N.I )

- Phénoméne aérospatial non identifié ( 0.V.N.I ) ENQUETE PRELIMINAIRE ANALYSE ET REFEREWCES : Phénoméne érosptil non identifié ( 0VNI ) B8E 25400 DEF/GEND/OE/DOlRENS du 28/9/1992 Nous soussigné : M D L chef J S, OPJ djoint u commndnt de l brigde en résidence

Plus en détail

INSTRUCTIONS POUR L INSTALLATION ET LE FONCTIONNEMENT DES SERRURES À POIGNÉE BÉQUILLE

INSTRUCTIONS POUR L INSTALLATION ET LE FONCTIONNEMENT DES SERRURES À POIGNÉE BÉQUILLE INSTRUCTIONS POUR L INSTALLATION ET LE FONCTIONNEMENT DES SERRURES À POIGNÉE BÉQUILLE POUR LES SERRURES D ENTRÉE À CLÉ EXTÉRIEURES VERROUILLABLES, À POIGNÉE DE BRINKS HOME SECURITY. POUR LES PORTES DE

Plus en détail

Directives COV et alternative lipochimique : peintures, encres, nettoyage, dégraissage...

Directives COV et alternative lipochimique : peintures, encres, nettoyage, dégraissage... Directives COV et lterntive lipochimique : peintures, encres, nettoyge, dégrissge... Alin LEMOR Recherche & Développement, Novnce, BP 20609, Venette, 60206 Compiègne Cedex, Frnce, Fx. +33 (0)3 44 90 70

Plus en détail

INSTALLATION DE DETECTION INCENDIE

INSTALLATION DE DETECTION INCENDIE reglement > > instlltion E ETECTON NCENE NSTALLATON E ETECTON NCENE Une instlltion de détection incendie pour objectif de déceler et signler, le plus tôt possible, d une mnière fible, l nissnce d un incendie,

Plus en détail

Clients légers IGEL et bureaux virtuels : synergie idéale et coût minimal

Clients légers IGEL et bureaux virtuels : synergie idéale et coût minimal Clients légers IGEL et bureux virtuels : synergie idéle et coût miniml Infrstructure de bureux virtuels vec clients légers IGEL Universl Desktop : Une plus grnde liberté de conception pour vos postes de

Plus en détail

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) (

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) ( Correction de l épreuve CCP PSI Mths PREMIÈRE PARTIE I- Soit t u voisinge de, t Alors ϕt t s = ϕt ρt s ρs Pr hypothèse, l fonction ϕt ϕt est lorsque t, il en est donc de même de ρt s ρt s ρs cr ρ s est

Plus en détail

Commencer DCP-7055W / DCP-7057W /

Commencer DCP-7055W / DCP-7057W / Guide d instlltion rpide Commencer DCP-7055W / DCP-7057W / DCP-7070DW Veuillez lire ttentivement le livret Sécurité et réglementtion vnt d'effectuer les réglges de votre ppreil. Consultez ensuite le Guide

Plus en détail

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral Synthèse de cours (Terminle S) Clcul intégrl Intégrle d une onction continue positive sur un intervlle [;] Dns cette première prtie, on considère une onction continue positive sur un intervlle [ ; ] (

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir en math

Tout ce qu il faut savoir en math Tout ce qu il fut svoir en mth 1 Pourcentge Prendre un pourcentge t % d un quntité : t Clculer le pourcentge d une quntité pr rpport à une quntité b : Le coefficient multiplicteur CM pour une ugmenttion

Plus en détail

semestre 3 des Licences MISM annnée universitaire 2004-2005

semestre 3 des Licences MISM annnée universitaire 2004-2005 MATHÉMATIQUES 3 semestre 3 des Licences MISM nnnée universitire 24-25 Driss BOULARAS 2 Tble des mtières Rppels 5. Ensembles et opértions sur les ensembles.................. 5.. Prties d un ensemble.........................

Plus en détail

Electrovanne double Dimension nominale Rp 3/8 - Rp 2 DMV-D/11 DMV-DLE/11

Electrovanne double Dimension nominale Rp 3/8 - Rp 2 DMV-D/11 DMV-DLE/11 Electrovnne double Dimension nominle 3/8 - DMV-D/11 DMV-DLE/11 7.30 M Edition 11.13 Nr. 223 926 1 6 Technique L électrovnne double DUNGS DMV intère deux électrovnnes dns un même bloc compct : - vnnes d

Plus en détail

LANGAGES - GRAMMAIRES - AUTOMATES

LANGAGES - GRAMMAIRES - AUTOMATES LANGAGES - GRAMMAIRES - AUTOMATES Mrie-Pule Muller Version du 14 juillet 2005 Ce cours présente et met en oeuvre quelques méthodes mthémtiques pour l informtique théorique. Ces notions de bse pourront

Plus en détail

Modification simultanée de plusieurs caractéristiques d un bien hédonique : une nouvelle méthode de calcul de la variation de bien-être des ménages

Modification simultanée de plusieurs caractéristiques d un bien hédonique : une nouvelle méthode de calcul de la variation de bien-être des ménages Modifiction simultnée de plusieurs crctéristiques d un bien hédonique : une nouvelle méthode de clcul de l vrition de bien-être des ménges Trvers Muriel * Version provisoire Résumé : De nombreuses situtions

Plus en détail

Le vademecum de l apprentissage dans la fonction publique territoriale SERVICES À LA PERSONNE

Le vademecum de l apprentissage dans la fonction publique territoriale SERVICES À LA PERSONNE Le vdemecum de l pprentissge dns l fonction publique territorile SERVICES À LA PERSONNE 1 REMERCIEMENTS Nous tenons à remercier pour leur disponibilité et l richesse de nos échnges toutes les personnes

Plus en détail

Théorème de Poincaré - Formule de Green-Riemann

Théorème de Poincaré - Formule de Green-Riemann Chpitre 11 Théorème de Poincré - Formule de Green-Riemnn Ce chpitre s inscrit dns l continuité du précédent. On vu à l proposition 1.16 que les formes différentielles sont bien plus grébles à mnipuler

Plus en détail

COURS D ANALYSE. Licence d Informatique, première. Laurent Michel

COURS D ANALYSE. Licence d Informatique, première. Laurent Michel COURS D ANALYSE Licence d Informtique, première nnée Lurent Michel Printemps 2010 2 Tble des mtières 1 Éléments de logique 5 1.1 Fbriquer des énoncés........................ 5 1.1.1 Enoncés élémentires.....................

Plus en détail

Bilan pédagogique / Projet ipad Contexte

Bilan pédagogique / Projet ipad Contexte t e j n r i t P t n e m i r é d p x d e es ip e d s s l c en gie. l chn, p s e g iss rent p p es ur l s é r cent t e j n pr Bil g g éd n p l2 vri, e iqu U d ps égrtin m t L sch en in tin duc en De gique

Plus en détail

1. 1.1. 1.2. 1.3. 1.4. 1.5. 1.6. 2. 2.1.

1. 1.1. 1.2. 1.3. 1.4. 1.5. 1.6. 2. 2.1. T/TR 01-01 Pge 3 r+ 1. EQUIPMENT CONCERNE L interconnexion numerique interntionl pour le service visiophonique et de visioconf&ence necessite l stndrdistion des principux prmttres num&iques tels que d~it,

Plus en détail

Techniques d analyse de circuits

Techniques d analyse de circuits Chpitre 3 Tehniques d nlyse de iruits Ce hpitre présente différentes méthodes d nlyse de iruits. Ces méthodes permettent de simplifier l nlyse de iruits ontennt plusieurs éléments. Bien qu on peut résoudre

Plus en détail

INFORMATIONS TECHNIQUES

INFORMATIONS TECHNIQUES 0 INFORMATIONS TECHNIQUES tle des mtieres 06 Alimenttions et ccessoires 08 Postes extérieurs Sfer Postes extérieurs minisfer 9 Postes internes Accessoires d instlltion Centrux téléphoniques PABX Cmérs

Plus en détail

Séquence 8. Probabilité : lois à densité. Sommaire

Séquence 8. Probabilité : lois à densité. Sommaire Séquence 8 Proilité : lois à densité Sommire. Prérequis 2. Lois de proilité à densité sur un intervlle 3. Lois uniformes 4. Lois exponentielles 5. Synthèse de l séquence Dns cette séquence, on introduit

Plus en détail

Solutions IHM. Gammes Graphite et G3 Outils pour l'usine connectée

Solutions IHM. Gammes Graphite et G3 Outils pour l'usine connectée Solutions IHM Gmmes Grphite et G3 Outils pour l'usine connectée Des IHM ux fonctions étendues : > Conversion de plus de 250 protocoles > Serveur Web intégré > Enregistreur de données sécurisées > Modules

Plus en détail

LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE. Unité d enseignement LCMA 4U11 ANALYSE 3. Françoise GEANDIER

LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE. Unité d enseignement LCMA 4U11 ANALYSE 3. Françoise GEANDIER LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE Unité d enseignement LCMA 4U ANALYSE 3 Frnçoise GEANDIER Université Henri Poincré Nncy I Déprtement de Mthémtiques . Tble des mtières I Séries numériques. Séries

Plus en détail

Portiers audio et vidéo ABB-Welcome et ABB-Welcome M

Portiers audio et vidéo ABB-Welcome et ABB-Welcome M Portiers udio et vidéo ABB-Welcome et ABB-Welcome M Connectivité Votre regrd vers l'extérieur et ce, où que vous soyez Flexiilité Des esoins les plus simples ux instlltions les plus complexes Gmmes ABB-Welcome

Plus en détail

Inclure la vidéo comme levier de sa stratégie marketing

Inclure la vidéo comme levier de sa stratégie marketing Inclur l vidéo comm lvir d s strtégi mrkting 2motion.com Stphni Prot, Dirctric Adjoint, 2motion sprot@2motion.com Strtégi mrkting Un strtégi mrkting s définit comm un pln d ctions coordonnés miss n ouvr

Plus en détail

Casino : LES JEUX SONT FAITS! P. 6 & 7. > Page 4. > Pages 3

Casino : LES JEUX SONT FAITS! P. 6 & 7. > Page 4. > Pages 3 MERS-Les-Bins Mer et lumières JOURNAL MUNICIPAL - PRINTEMPS 2012 - N 40 S T A T I O N B A L N É A I R E E T D E T O U R I S M E S TA T I ON V ER TE D E VA C A NCE S Urbi &Orbi Architecture Csino : LES

Plus en détail

essais dossier Oser s équi Prothèses auditives

essais dossier Oser s équi Prothèses auditives essis dossier u LES AUDIOPROTHÉSISTES AU BANC D ESSAI p. 46 u UN APPAREIL ADAPTÉ À VOS BESOINS p. 50 u FAIRE BAISSER LA FACTURE? PAS SI SIMPLE p. 52 Prothèses uditives Oser s équi AUDIOPROTHÉSISTES Fe

Plus en détail

COACHER VOS COLLABORATEURS

COACHER VOS COLLABORATEURS 59000 LILLE COCHER VOS COLLBORTEURS Pourquoi POUR coacher LE MONDE vos UTO collaborateurs? 1. Le coaching : de quoi s agit-il? 2. SOLUTIONS Quel RH déroulement pour une action de coaching? 3. Quels comportements

Plus en détail

Jean-François Vian. To cite this version: HAL Id: pastel-00005158 https://pastel.archives-ouvertes.fr/pastel-00005158

Jean-François Vian. To cite this version: HAL Id: pastel-00005158 https://pastel.archives-ouvertes.fr/pastel-00005158 Comprison of different tillge systems in orgnic frming : effect of soil structure nd orgnic mtter reprtition on soil micro-orgnisms nd their ctivities of cron nd nitrogen minerliztion Jen-Frnçois Vin To

Plus en détail

FONDATION CLEMENTINE ET MAURICE ANTILLE

FONDATION CLEMENTINE ET MAURICE ANTILLE FONDATION CLEMENTINE ET MAURICE ANTILLE Règlement d ttriution de ourses et de prêts d études et de formtion du déemre 006 Artile premier Ojet et hmp d pplition Le présent règlement est étli en pplition

Plus en détail

Algorithmes sur les mots (séquences)

Algorithmes sur les mots (séquences) Introduction Algorithmes sur les mots (séquences) Algorithmes sur les mots (textes, séquences, chines de crctères) Nomreuses pplictions : ses de données iliogrphiques ioinformtique (séquences de iomolécules)

Plus en détail

Guide de l'utilisateur

Guide de l'utilisateur Guide de l'utilisteur Symboles Utilisés Dns ce Guide Indictions de sécurité L documenttion et le projecteur utilisent des symboles grphiques qui indiquent comment utiliser l ppreil en toute sécurité. Veillez

Plus en détail

Conditions Générales d Assurances Edition 2012.10

Conditions Générales d Assurances Edition 2012.10 Assurne ménge Etudints Conditions Générles d Assurnes Edition 2012.10 Index Pge Art. A Couverture de se...... 2 Choses ssurées, risques ssurles... 2 Presttions et sommes d ssurne....... 4 Art. B Couverture

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

Systèmes de plafonds

Systèmes de plafonds Systèmes de plfonds Sommire Une connissnce ultime des systèmes 4 2 Présenttion 5 Types de plfonds Gyproc 5 Applictions et vntes 6 Choix de l structure du plfond 7 Choix de l plque de revêtement 8 Pose

Plus en détail

Exprimer ses goûts, son opinion

Exprimer ses goûts, son opinion Exprimer ses goûts, son opinion O B J E C T I F S Svoir-fire linguistiques : Exprimer ses goûts. Exprimer une opinion. Énoncer un jugement de vleur. Nuncer l expression d une opinion, d un jugement. Comprer.

Plus en détail

McAfee Firewall Enterprise Control Center

McAfee Firewall Enterprise Control Center Guie e émrrge rpie Révision A MAfee Firewll Enterprise Control Center version 5.3.1 Ce guie e émrrge rpie fournit es instrutions générles sur l onfigurtion e MAfee Firewll Enterprise Control Center. 1

Plus en détail

Cours d Analyse IV Suites et Séries de fonctions

Cours d Analyse IV Suites et Séries de fonctions Université Clude Bernrd, Lyon I Licence Sciences, Technologies & Snté 43, boulevrd 11 novembre 1918 Spécilité Mthémtiques 69622 Villeurbnne cedex, Frnce L. Pujo-Menjouet pujo@mth.univ-lyon1.fr Cours d

Plus en détail

Déroulement de l épreuve de mathématiques

Déroulement de l épreuve de mathématiques Dérouleet de l épreuve de thétiques MATHÉMATIQUES Extrit de l ote de service 2012-029 du 24 février 2012 (BOEN 13 du 29-3-2012) Durée de l épreuve : 2 heures Nture de l épreuve : écrite pr le socle cou

Plus en détail

L éditorial. rapport d activité 2010-2012. Francis Daumas. décembre 2014 éditorial

L éditorial. rapport d activité 2010-2012. Francis Daumas. décembre 2014 éditorial déemre 2014 éditoril L éditoril Frnis Dums Direteur Conernnt l onservtion à long terme des Un premier oup d œil dns le rétroviseur nous L onstrution du nouveu «pôle énergie» données numériques, à ôté des

Plus en détail

Réglementation de l'epa (agence américaine de protection de l'environnement) relative aux émissions

Réglementation de l'epa (agence américaine de protection de l'environnement) relative aux émissions Merci d'voir choisi l'un des meilleurs moteurs hors-bord disponibles sur le mrché. C'est un investissement judicieux dns l nvigtion de plisnce. Votre moteur hors-bord été fbriqué pr Mercury Mrine, l'un

Plus en détail

Notes de révision : Automates et langages

Notes de révision : Automates et langages Préprtion à l grégtion de mthémtiques 2011 2012 Notes de révision : Automtes et lngges Benjmin MONMEGE et Sylvin SCHMITZ LSV, ENS Cchn & CNRS Version du 24 octore 2011 (r66m) CC Cretive Commons y-nc-s

Plus en détail

MINIMUM DE DONNÉES STANDARDISÉES (MDS) POUR L ÉVALUATION DU RÉSIDANT EN INSTITUTION EN VUE D UN PLAN DE SOINS

MINIMUM DE DONNÉES STANDARDISÉES (MDS) POUR L ÉVALUATION DU RÉSIDANT EN INSTITUTION EN VUE D UN PLAN DE SOINS MINIMUM DE DONNÉES STANDARDISÉES (MDS) POUR L ÉVALUATION DU RÉSIDANT EN INSTITUTION EN VUE D UN PLAN DE SOINS ÉTAT DURANT LES SEPT DERNIERS JOURS (SAUF AUTRE INDICATION) 1/9 SECTION A IDENTIFICATION ET

Plus en détail

Chapitre VI Contraintes holonomiques

Chapitre VI Contraintes holonomiques 55 Chpitre VI Contrintes holonomiques Les contrintes isopérimétriques vues u chpitre précéent ne sont qu un eemple prticulier e contrintes sur les fonctions y e notre espce e fonctions missibles. Dns ce

Plus en détail

AUTOUR D UN MÉMOIRE INÉDIT : LA CONTRIBUTION D HERMITE AU DÉVELOPPEMENT DE LA THÉORIE DES FONCTIONS ELLIPTIQUES. Bruno BELHOSTE (*)

AUTOUR D UN MÉMOIRE INÉDIT : LA CONTRIBUTION D HERMITE AU DÉVELOPPEMENT DE LA THÉORIE DES FONCTIONS ELLIPTIQUES. Bruno BELHOSTE (*) Revue d histoire des mthémtiques, 2 (1996), p. 1 66. AUTOUR D UN MÉMOIRE INÉDIT : LA CONTRIBUTION D HERMITE AU DÉVELOPPEMENT DE LA THÉORIE DES FONCTIONS ELLIPTIQUES Bruno BELHOSTE (*) RÉSUMÉ. Dns cet rticle,

Plus en détail

Introduction à la modélisation et à la vérication p. 1/8

Introduction à la modélisation et à la vérication p. 1/8 Introduction à l modélistion et à l vériction Appliction ux systèmes temporisés Ptrici Bouyer LSV CNRS & ENS de Cchn Introduction à l modélistion et à l vériction p. 1/8 Modélistion & Vériction Introduction

Plus en détail

FIG. 1 Module de stockage en position horizontale ; positionnement des jauges de déformation.

FIG. 1 Module de stockage en position horizontale ; positionnement des jauges de déformation. Anlyse thermo-mécnique dun prototype de stockge hybride (solide-gzeux) dhydrogène D. CHAPELLE, O. GILLIA b, M. FELDIC. Institut FEMTO ST, UMR 6174, Déprt. Mécnique Appliquée, 24 rue de l Epitphe, 25000

Plus en détail

Weekly epidemiological record Relevé épidémiologique hebdomadaire

Weekly epidemiological record Relevé épidémiologique hebdomadaire 2014, 89, 389-400 No. 36 Weekly epidemiologicl record Relevé épidémiologique hebdomdire 5 SEPTEMBER 2014, 89th yer / 5 SEPTEMBRE 2014, 89 e nnée No. 36, 2014, 89, 389-400 http://www.who.int/wer Contents

Plus en détail

INTENTION LES PROCESSUS MATHÉMATIQUES

INTENTION LES PROCESSUS MATHÉMATIQUES INTENTION Adpttios u Cdre commu des progrmmes d études de mthémtiques M-9 telles que reflétées ds le documet Mthémtiques M-9 : Progrmme d études de l Albert (2007) Le coteu du documet Mthémtiques M-9 :

Plus en détail

dans Supply Chain sortir ERP commencent à de leur carcan prise de décision en temps réel au niveau des ateliers. La nouvelle génération de solutions

dans Supply Chain sortir ERP commencent à de leur carcan prise de décision en temps réel au niveau des ateliers. La nouvelle génération de solutions dvntge informtique Suppl commct Suppl tit sortir s i Ces N dte prution : 27-01/09/2008 Périodicité : Msuel Pge : 56 SupplCh3_27_57_337pdf T : 95 % Site Web : wwwsupplchinmgzinefr Le dns invite Suppl Chin

Plus en détail

l appareil et vérifier les composants Module tambour-cartouche de toner (pré-installé)

l appareil et vérifier les composants Module tambour-cartouche de toner (pré-installé) Guide d instlltion rpide Commener MFC-8510DN MFC-8520DN Commenez pr lire le Guide de séurité du produit, puis suivez ttentivement l proédure d instlltion et de onfigurtion dérite dns e Guide d'instlltion

Plus en détail

ANALYSE NUMERIQUE NON-LINEAIRE

ANALYSE NUMERIQUE NON-LINEAIRE Université de Metz Licence de Mthémtiques - 3ème nnée 1er semestre ANALYSE NUMERIQUE NON-LINEAIRE pr Rlph Chill Lbortoire de Mthémtiques et Applictions de Metz Année 010/11 1 Tble des mtières Chpitre

Plus en détail

Module 2 : Déterminant d une matrice

Module 2 : Déterminant d une matrice L Mth Stt Module les déterminnts M Module : Déterminnt d une mtrice Unité : Déterminnt d une mtrice x Soit une mtrice lignes et colonnes (,) c b d Pr définition, son déterminnt est le nombre réel noté

Plus en détail

SOCIÉTÉ LINNÉENNE DE LYO N FONDEE EN 182 2

SOCIÉTÉ LINNÉENNE DE LYO N FONDEE EN 182 2 39 nnée N 6 Juin 197 0 BULLETIN MENSUE L DE LA SOCIÉTÉ LINNÉENNE DE LYO N FONDEE EN 182 2 RECONNUE D'UTILITE PUBLIQUE PAR DECRET DU 9 AOUT 193 7 des SOCIETES BOTANIQUE DE LYON, D'ANTHROPOLOGIE ET DE BIOLOGIE

Plus en détail

Promouvoir une énergie sûre, compétitive et durable en Europe

Promouvoir une énergie sûre, compétitive et durable en Europe Promouvoir une énergie sûre, compétitive et durable en Europe L une des priorités stratégiques de l Union européenne consiste à promouvoir une énergie sûre, compétitive et durable pour l Europe. La BEI

Plus en détail

GUIDE DE L AGENT ÉCORESPONSABLE. pour économiser les fournitures et les ressources

GUIDE DE L AGENT ÉCORESPONSABLE. pour économiser les fournitures et les ressources GUIDE DE L AGENT ÉCORESPONSABLE pour économiser les fournitures et les ressources En route vers une administration écoresponsable Aujourd hui notre planète est en danger : sa biodiversité est menacée.

Plus en détail

Bien vivre, dans les limites de notre planète

Bien vivre, dans les limites de notre planète isstock Bien vivre, dans les limites de notre planète 7e PAE le programme d action général de l Union pour l environnement à l horizon 2020 Depuis le milieu des années 70, la politique environnementale

Plus en détail

CARDIOLOGIE. Conférences scientifiques

CARDIOLOGIE. Conférences scientifiques www.crdiologieconferences.c 0 4 v o l u m e X V, n u m é r o CARDIOLOGIE MD Conférences scientifiques Guide prtique sur l usge des nouveux nticogulnts pour prévenir l ccident vsculire cérébrl dns l fibrilltion

Plus en détail