III LE FONDEUR DE BRIQUES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "III LE FONDEUR DE BRIQUES"

Transcription

1 III LE FONDEUR DE BRIQUES «D ER ZIEGELBRENNER n est pas une revue et ne l a jamais été. Je suis hélas bien obligé d employer le mot revue car je n ai pas d autre vocable à ma disposition. À l avenir, il me faudra chercher bien autant que jusqu à présent la forme adéquate sous laquelle j ai quelque chose à dire», indique Marut dans le numéro 9-14 du 15 janvier 1919 du Ziegelbrenner. Ce numéro de la revue a pour thème, énoncé en page de titre : «La censure. Tous les articles, commentaires critiques et comédies censurés pendant la guerre.» Et Ret Marut de compléter sa pensée : «J avais l intention, dès l armistice, de laisser disparaître Der Ziegelbrenner sans mot dire. Mais la révolution n avait que quelques semaines lorsque j eus soudain un sentiment qui ne trompait pas : Der Ziegelbrenner avait encore un devoir à remplir, égal en ampleur et en importance à celui qu il avait assumé durant la guerre. Je souhaite de tout cœur à l humanité que ce sentiment n ait été que le fruit d une vision inconsistante qui m était venue parce que j étais recru de fatigue.» Les cahiers du Ziegelbrenner furent comparés pendant la guerre à telle ou telle autre revue, notamment à celle de Karl Kraus à Vienne, Die Fackel [«le flambeau»], ou à Die Aktion de Franz Pfemfert à Berlin. Qu en pense Ret Marut? «On ne saurait nier toute similitude avec Karl Kraus. [ ] Mais je n ai appris l existence de Karl Kraus que je ne connais pas personnellement que quand le premier numéro du Ziegelbrenner était déjà bouclé et déjà sous presse.»

2 66 INSAISISSABLE Mais pourquoi un tel rapprochement? «Parce que le brave Allemand moyen a l épouvantable habitude de consigner dans un registre, d étiqueter tout ce qui lui tombe sous les yeux. [ ] Pourquoi n aurais-je pas moi qui fais des efforts pour m appuyer sur une civilisation qui a eu besoin de quatre mille ans pour revenir à son point de départ en quatre ans de prédécesseur, de compagnon de route et de continuateur? Tout homme doit au fond, dans son travail, sa pensée et son vouloir, tout recommencer du début. [ ] Et même si Le Fondeur de briques n avait pas la moindre originalité et n avait nullement adopté de position particulière, mais n était au contraire qu un cas fort banal, il n en demeurerait pas moins que la cause de cette insuffisance ne tiendrait pas à ce qu on puisse trouver de meilleurs écrits, mais uniquement au fait que je nie être un écrivain. Les écrivains sont évidemment à même de faire un bien meilleur travail que moi. Voilà ce que je n ai jamais contesté. Mais alors, faites-le donc! Accomplissez enfin cette œuvre supérieure que nous attendons tous. Et pourquoi ne l avez-vous pas fait lorsqu il a fallu répondre de son œuvre en payant de sa propre personne, lorsque douze balles bien ajustées, lorsque le pénitencier, lorsque l internement attendaient celui qui menaçait d étrangler le mensonge et l hypocrisie? Maintenant, voilà qu ils la ramènent, tous ceux qui chiaient dans leur froc, voilà qu on fonde, chaque jour, de nouveaux journaux révolutionnaires et portés par l esprit nouveau. Vous devriez en éprouver quelque honte. Mais je ne fais pas partie de vos concurrents. 1» Marut et Mermet étaient mus par le désir de diffuser leur revue auprès de libraires dignes de confiance et prêts à promouvoir les «projets de construction» du Ziegelbrenner. La plupart de ces libraires étaient considérés comme «compagnons briquetiers», à l instar de Richard Lányi à Vienne ou d A. Brüning qui tenait une succursale de la Junfermann s Buchhandlung à Paderborn. Un émissaire se rendit dans quelques villes (à Paderborn et à Francfort-sur-le-Main, par exemple) afin de visiter des libraires et des amis partageant leurs convictions dans le but d organiser la diffusion du Ziegelbrenner. Le 21 mars, Marut écrivait à Brüning : «Pour chaque nouveau numéro paru, la

3 Couverture du premier numéro du Ziegelbrenner. Titre : le jour va se lever.

4 68 INSAISISSABLE firme Junfermann [dont A. Brüning n était que l employé] vous jetterait un anathème. Aussi vaut-il peut-être mieux que nous passions en compte tous les cahiers [ ] en tant que souscription individuelle, mais au prix des abonnements. Si de votre côté vous vous retiriez de l entreprise, nous suspendrions nos envois [ ] Nous pensons que cette proposition vous garantit une certaine liberté de manœuvre personnelle. [ ] Et puis nous vous prions encore de rester, une fois la paix conclue et au cas où vous vous retireriez de la firme Junfermann, en contact avec nous, même si ce n était que pour l occasion de nous fournir une adresse où envoyer la revue. Il se pourrait qu avec le temps s offrent des moyens d en arriver à collaborer sous une forme plus intéressante qu aujourd hui.» Certaines lettres du Fondeur de briques sont estampillées «Der Ziegelbrenner-Schriftleitung» [«rédaction en chef»] sans signature, tandis que les autres arborent le tampon «Der Ziegelbrenner-Verlag» [«éditions»], agrémenté d un M ou d un Z manuscrit. De même que dans les lettres dactylographiées de B. Traven, on ne trouve pas, dans le courrier signé Marut, d espace après les virgules et certaines corrections manuscrites sont identiques d un signataire à l autre. Quelques ajouts ou commentaires écrits à la main dans le courrier émanant des Éditions du Fondeur de briques montrent que les écritures concordent. Au fur et à mesure que Der Ziegelbrenner se développe, les deux auteurs nous fournissent des données ne correspondant pas toujours aux indications des lettres du Fondeur de briques. Le 27 juillet 1918, ils prétendent que «Der Ziegelbrenner a obtenu son premier abonné dix jours après la parution de la première livraison, le deuxième, dix-sept jours après et, au bout de trente jours (le 30 septembre), il avait trois abonnés. Il avait encore ces trois abonnés, pas un de plus, le 30 novembre, soit trois mois après la publication du premier numéro. Quoique la deuxième livraison ait paru entre-temps, la recette globale se monte à ce jour à 14,20 marks.» Et le 9 novembre 1918 : «Le nombre des abonnés du Ziegelbrenner est si gros (ou si mince) qu un enfant ayant passé six mois dans la plus basse classe de l école communale pourrait

5 LE FONDEUR DE BRIQUES 69 aisément avec ce nombre faire toutes les opérations de calcul qu il a apprises. [ ] J ai aussi peu de suiveurs que d éclaireurs, je n ai qu un collaborateur, mais qui, en revanche, vaut pour moi autant que tout un monde! 2» C est souvent que Marut dut «compter avec une interdiction complète du journal», car son travail pendant la guerre «n a consisté, très exactement et jusqu au dernier moment, qu à trouver la forme sous laquelle [il s évertuait] à désarmer la censure. À celui qui lit et a lu avec attention ces cahiers, cette recherche de la forme n aura pas échappé». Marut nous avoue qu il aurait été reconnaissant aux «autorités de la censure d être interdit» : «Je n avais en effet que trois abonnés et tout un lot de numéros que personne ne m achetait et qui dévoraient avec autant d avidité que d absence de scrupules mon avoir, lequel n était pas destiné à cela. Ma seule satisfaction consistait à être propriétaire d un journal allemand qui ne participait pas à l imposture et refusait de mentir au peuple allemand et à l humanité et de les duper. En fin de compte cette possession valait largement l argent perdu.» La facture nous est présentée le 10 mars 1919 : «Aujourd hui chaque abonné au Ziegelbrenner me coûte 25 marks de frais de publicité et chaque lecteur du journal environ 150 marks.» Huit mois auparavant, le 27 juillet 1918, Marut avait déjà confié : «Depuis trois ans, mon revenu n est plus que le tiers de ce qu il était avant la guerre ; ce qui s explique par le fait que je ne suis impliqué dans la production de munitions ni directement ni indirectement. Et comme je ne fais pas travailler ma fortune personnelle au marché noir, dans l agiotage sur les subsistances ou dans les fournitures de guerre, mais qu au contraire je la dilapide à me rendre violemment impopulaire et indésirable en rappelant sans relâche que nous ne voulons pas être un peuple d épiciers, mais le peuple des poètes et des critiques dont est issu Goethe, on me dit : Ce journal n est pas nécessaire!» Pour produire les quatre premières livraisons du 1 er septembre 1917 au 27 juillet 1918, Marut eut besoin approximativement de marks-or.

6 70 INSAISISSABLE Avec la révolution de novembre 1918 et la fin du régime impérial, le Ziegelbrenner trouva soudain ses abonnés et ses lecteurs. Le courrier des lecteurs fournit néanmoins à Ret Marut une révélation : «Je vois que j ai trop d abonnés.» D où : «Un peu de patience, je vais réduire votre nombre! [ ] J ai besoin de véritables lecteurs : les consommateurs n ont qu à se tourner vers la presse quotidienne ou harceler les revues qui ont besoin d abonnés. Moi, je n en ai pas besoin. [ ] Les lecteurs qu il me faut et que j aurai, parce qu ils sont des hommes, ils arrivent! Ce n est pas là mon espoir, mais bien ma certitude.» Der Ziegelbrenner va lors des prochaines livraisons «remettre sur leurs jambes un grand nombre d abonnés qui persistent à tort ; selon mon estimation, il s agit là d environ centsoixante non-lecteurs que j aimerais reconduire chez la catin publique. À propos du dernier numéro, je sais pertinemment qu il en est parti neuf en Angleterre, cinq en Écosse, deux en Irlande, dix aux États-Unis, quatre en France, trois en Hollande, neuf en Scandinavie, vingt en Suisse, six en Belgique, quatorze en Italie, six en Espagne, deux en Argentine, un au Brésil, un au Mexique, un au Chili, trois en Inde, trois au Japon, un en Chine. Combien de numéros sont partis pour d autres pays par le commerce de librairie, c est ce que je ne sais pas encore. [ ] Un vieux proverbe dit que nul n est prophète en son pays. Il se peut que ce soit vrai. En tout cas, ça m est égal.» Dans Der Zwiebelfisch [«la coquille», au sens typographique], «petite revue à propos de livres et autres» (Munich, 1918), Hans von Weber qualifia en ces termes, après quelques livraisons du Ziegelbrenner, l opiniâtre revue de Ret Marut : «De petits cahiers, d une alerte écriture, qui distribuent des coups tous azimuts, dans un style très personnel, pleins d une rage honorable. Personne n acquiescera à tout ce qu écrit Ret Marut, son éditeur, mais quiconque préfère la rudesse sincère à l insipidité polie trouvera à s y réjouir sur bien des sujets.» Ret Marut y alla d une assertion bien dans sa manière : «Je n acquiesce pas toujours moi-même à tout ce qu écrit l éditeur. [ ]» D une part le «rédacteur en chef» prenait ses distances avec l «éditeur», d autre part il avouait indirectement les faiblesses de sa revue. On relève à ce sujet dans le courrier des lecteurs :

7 LE FONDEUR DE BRIQUES 71 «Vous parlez des droits de l homme, de la liberté, des mensonges de l ancien régime ; mais ce que devrait être le nouveau régime, vous n en parlez pas, ou vous ne l évoquez que confusément.» Face à de telles critiques, le Fondeur de briques se prévaut le plus souvent de son «sens des êtres humains», de sa «manière de penser», vu qu il n aurait pas de «science politique» et parce que les «convictions» peuvent varier. * * * En novembre 1918, Munich fut l une des places fortes de la Révolution allemande qui mit fin à la Première Guerre mondiale. Dès le 7 novembre, un meeting de masse eut lieu sur la Theresienwiese. Les orateurs socialistes se succédèrent à la tribune, parmi lesquels le journaliste Kurt Eisner qui appela les soldats à se mutiner, à prendre le contrôle des casernes et des stocks d armes, ce qu ils s empressèrent de faire, occupant les édifices publics et parcourant la ville en tous sens. Eisner entérina ensuite la constitution des premiers conseils d ouvriers et de soldats à la brasserie Matthäser ; puis, au cœur de la nuit, la Diète, située Prannerstrasse, accueillit la première session des conseils (le «Parlement de la révolution») qui proclama la République et nomma Eisner président du Conseil. Le roi Louis III s enfuit le 8. Le 9, alors qu une grève générale paralysait le pays, ce fut au tour du Kaiser Guillaume II d abdiquer. Le 11 était signé l armistice qui sonnait le glas des dynasties bavaroise et prussienne des Wittelsbach et des Hohenzollern, tandis que les sociaux-démocrates d Ebert et de Noske étaient portés au pouvoir à Berlin avec l appui de la rue, des soldats et marins mutinés et de la classe ouvrière insurgée qui sortait de sa léthargie après quatre ans de boucherie dans les tranchées. Kurt Eisner.

8 72 INSAISISSABLE Eisner avait compris les aspirations des masses allemandes et, remettant à des temps moins troublés la convocation d une assemblée constituante, il invita le peuple à se gouverner en s appuyant sur les «forces vives élémentaires» des conseils révolutionnaires. Il prônait un État ouvrier qui soit en même temps un État paysan la Bavière rouge d Eisner fut la seule région allemande où les conseils de paysans jouèrent dès le début un rôle non négligeable. Mais si la bourgeoisie, discréditée par la guerre et sa funeste issue, se faisait discrète, les sociaux-démocrates du SPD, soucieux de rétablir l ordre et de préserver les intérêts des grands groupes industriels, ne s avouaient pas vaincus. En décembre, ils manœuvrèrent les conseils pour fixer au 12 janvier les élections à la Diète, remportées par les catholiques du Parti populaire (Bayerische Volkspartei). Mais l hostilité des Bavarois à l endroit de la Prusse était telle que les prises de position d Eisner lequel avait dès le 26 novembre rompu les relations avec Berlin lui permirent de se maintenir à la présidence, malgré la sévère défaite électorale de son parti, les socialistes indépendants (trois sièges sur cent quatre-vingts). Conrad Felixmüller, Vive la révolution mondiale, 1919.

9 LE FONDEUR DE BRIQUES 73 Cependant le ferment révolutionnaire couvait chez les ouvriers et les soldats munichois ; ils exigeaient une «deuxième révolution» pour défendre les conseils de Bavière tandis que ceux du reste de l Allemagne avaient été dissous sous la pression sanglante des troupes du ministre de l Intérieur Noske. Politiquement affaibli, Eisner dut se résoudre à démissionner mais, en se rendant le 21 février à la Diète, il tomba sous les balles d un extrémiste de droite, le comte Arco-Valley, lié à la société de Thulé, une confrérie clandestine proto-nazie. La nouvelle de son assassinat souleva immédiatement une intense émotion à Munich : sous l effet de la panique, la Diète se Couverture du premier numéro de Revolution, journal paraissant à Munich juste avant la guerre et qui ne connut que cinq numéros (avec un bois gravé de Richard Seewald).

10 74 INSAISISSABLE dispersa. La Bavière se retrouvait sans gouvernement. Une grève générale se déclencha à Munich, placée en état de siège. Il n y avait plus d autorité constituée en dehors des conseils. Après des semaines de tractations confuses, un nouveau gouvernement de coalition socialiste dirigé par le social-démocrate Johannes Hoffmann fut investi le 17 mars, sans obtenir la confiance des conseils. Le 7 avril, la République des conseils de Bavière est proclamée dans des circonstances assez dramatiques qu Erich Mühsam a relatées dans La République des conseils de Bavière, rédigé plus tard en prison. Les ouvriers en grève d Augsbourg pressaient les Munichois d instaurer la dictature du prolétariat. Elle fut finalement le fruit d un compromis entre plusieurs tendances. Membres de la garde ferroviaire dans la gare centrale de Munich, en mai 1919.

11 LE FONDEUR DE BRIQUES 75 Les difficultés surgirent immédiatement à cause des divergences de vues entre deux factions rivales au sein du mouvement révolutionnaire. D un côté, un groupe d intellectuels, hommes d une grande probité mais dotés d une insuffisante maturité politique des poètes expressionnistes comme Erich Mühsam et Ernst Toller, des théoriciens universitaires tel l historien de la littérature Gustav Landauer, auxquels se joindront les Eugen Leviné. économistes Otto Neurath et Silvio Gesell ainsi que Ret Marut. De l autre, les communistes c est une première dans l histoire de la révolution allemande. Ou plutôt un communiste : Eugen Leviné, jeune homme d une indomptable énergie. Leviné était arrivé à Munich au début de mars, pour y organiser le Parti communiste naissant qui n y comptait que sept membres. Il commença par en exclure cinq et entreprit de bâtir une organisation de combat susceptible de mener à la dictature du prolétariat. Remarqué pour ses interventions tranchantes et sans illusions au sein des conseils, il s opposa dans un premier temps à la République des conseils : à ses yeux, les conseils n étaient pas encore mûrs. Mais, une semaine plus tard, le 13 avril, les communistes s emparèrent des commandes de cette même république Entre-temps s était déclenchée une véritable guerre civile. Ce même 13 avril, une tentative de putsch, fomentée par le ministre de la Guerre du gouvernement Hoffmann, Schneppenhorst, échoua à la suite d une sanglante bataille de rues qui débuta sur la Marienplatz et s acheva cinq heures plus tard par la prise d assaut de la gare : les troupes de Schneppenhorst furent battues par des forces ouvrières improvisées, commandées par le matelot Rudolf Eglhofer. Une deuxième tentative de reprendre Munich aux Rouges se solda trois jours plus tard par une nouvelle défaite des contrerévolutionnaires : le 16 avril, l «armée rouge» commandée par le poète Ernst Toller défit ses adversaires «blancs» à Dachau et occupa la ville.

12 76 INSAISISSABLE Tandis que Leviné se hâtait d organiser une armée prolétarienne de quelque hommes, Hoffmann appela, de mauvaise grâce, Noske à la rescousse. On lui envoya hommes des corps francs prussiens et wurtembourgeois qui firent irruption en Bavière par l ouest et le nord, où ils se comportèrent comme des troupes d occupation en pays conquis. Le territoire contrôlé par Munich fut isolé et soumis au Gustav Landauer. blocus alimentaire. Devant la pénurie de réserves monétaires, Leviné dut réquisitionner les comptes bancaires et les stocks de vivres. Ce fut aussi le premier révolutionnaire allemand à faire emprisonner des adversaires politiques. Et la fin approchant, alors que le canon tonnait déjà dans les faubourgs, huit d entre eux, six membres de la société de Thulé et deux officiers, furent passés par les armes. Ce fut l unique acte de terreur que l on pût imputer à la révolution allemande et il sera abominablement vengé. Le 30 avril, les troupes de Noske entrèrent dans Munich et toute résistance cessa dans l après-midi du 2 mai. Alors s ensuivit une «terreur blanche» telle qu aucune ville d Allemagne n en avait encore connue. La chasse aux spartakistes se prolongea une semaine entière. C est l ensemble de la classe ouvrière qui se retrouva hors la loi. Le sadisme des troupes se déchaîna, lors du massacre, dans la cour de la prison de Stadelheim, du brillant ministre de l Éducation de la première République des conseils Gustav Landauer, comme lors d atroces scènes dont furent victimes nombre de femmes traitées de «femelles spartakistes». Les tribunaux militaires et spéciaux prirent la relève : les condamnations à mort tombèrent comme grêle. Eglhofer fut fusillé, Mühsam condamné à quinze ans de forteresse, Toller à cinq ; l écrivain Oskar Maria Graf fut arrêté, puis relâché, et le domicile de Rainer Maria Rilke lui-même fut perquisitionné à deux reprises. Quant à Marut, nous verrons qu il n échappa que de justesse à la vindicte des soudards.

13 LE FONDEUR DE BRIQUES 77 Berta Döring-Selinger, compagne de lutte de Clara Zetkin, de Rosa Luxemburg et de Karl Liebknecht, confirme rétrospectivement la turbulence des points de vue et des opinions qui marqua les dernières années de la guerre et les premières de l aprèsguerre. Elle rapporte l impression que lui fit alors Der Ziegelbrenner : «Dès le premier numéro, ce qui me fascina, ce fut sa vision volontaire, parfois crispée comme sous l emprise du défi ou de la George Grosz, Rue libre, douleur et d une agressivité exacerbée, mais toujours valeureuse et spirituelle. D un esprit non pas imprégné de la lecture de Marx, mais plutôt de celle de Rousseau ou de Bakounine, de Kropotkine ou de Sorel, de cet esprit libertaire qui animait les socialistes révolutionnaires russes dans leur combat pour les droits du moujik piétiné» Berta Döring- Selinger évoque ici l esprit critique qui prévalait à l époque parmi les intellectuels se revendiquant de l opposition et de la révolution. Ces rebelles et ces révoltés se manifestèrent en masse, en particulier dans la vie munichoise et ils contribuèrent à préparer la révolution de Novembre, mais aussi à encourager le pouvoir des conseils ouvriers, dont le prolétariat avait fait, dans la foulée de la révolution russe, l objectif de ses combats. Or Der Ziegelbrenner est justement un exemple d une dissonance entre utopie subversive et politique réaliste. Son «contre quoi?» est en contradiction avec le «pour quoi?». Le 15 janvier 1919, Der Ziegelbrenner tenta de résumer sans détour la tâche qu il s était fixée avec ses publications : il voulait «préserver deux choses du naufrage : 1. L idée que l homme a plus de valeur que l État ne doit pas se perdre. 2. Celui qui ne veut pas mentir n a pas besoin de mentir. On peut tout dire, même la vérité, quand on place la vérité au-dessus de son confort personnel».

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

El Tres de Mayo, GOYA

El Tres de Mayo, GOYA Art du visuel / «Arts, ruptures, continuités» Problématique : «Comment l expression du sentiment surgit-elle dans l art au XIX è siècle?» El Tres de Mayo, GOYA Le Tres de Mayo, Francisco Goya, huile sur

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

C était la guerre des tranchées

C était la guerre des tranchées C était la guerre des tranchées Jacques Tardi Format 23,2 x 30,5 cm 128 pages C et album consacré, comme son titre l indique, à la vie dans les tranchées pendant la Première Guerre mondiale est constitué

Plus en détail

Choisir et décider ensemble

Choisir et décider ensemble Choisir et décider ensemble Catherine Ollivet Présidente de l'association France Alzheimer 93, coordinatrice du groupe de réflexion et de recherche "éthique et vieillesse", Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.»

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.» Métonymie : image désuète de l instrument servant à écrire. Représentation traditionnelle et glorieuse du travail de l écrivain. Allusion à une époque révolue. Idée de durée, de permanence. edoublée dans

Plus en détail

«Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère»

«Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère» «Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère» * Précision apportée par l auteur, publiée le 26 novembre. Voir en fin d'article Gabriel Zucman vient de publier un livre, «La Richesse cachée

Plus en détail

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie?

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? «En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? Paroles : «En avant les p tits gars». Fragson. 1913.

Plus en détail

Mon boss ne délègue pas

Mon boss ne délègue pas Situation 3 Mon boss ne délègue pas L importance d une rhétorique soignée Les situations de pur rapport de force Autonomie et contrôle La délégation Explication/justification La situation Pierre, notre

Plus en détail

DEC accéléré en Soins infirmiers

DEC accéléré en Soins infirmiers P O R T R A I T S D É T U D I A N T E S I M M I G R A N T E S P A R C O U R S I N S P I R A N T S Nous vous présentons des personnes immigrantes dont le parcours de vie, professionnel et scolaire est à

Plus en détail

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important?

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important? Pages 77-78. Passage en italique. «Je crois devoir attirer votre attention sur le fait qu en exécution des ordres reçus du commandeur des SS, les arrestations ont été opérées uniquement par la police française

Plus en détail

Les Français et leurs dépenses en voyage

Les Français et leurs dépenses en voyage Les Français et leurs dépenses en voyage Etude Visa Europe menée par TNS Sofres en Novembre 14 Sommaire 1 Rappel méthodologique 3 Résultats détaillés 5 3 Annexes 1 1 Rappel Méthodologique Rappel du dispositif

Plus en détail

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités Continuité d activité Enjeux juridiques et responsabilités Introduction Pourquoi le droit? - Contrainte - Outil de gestion Droit et management de la continuité d activité : 3 niveaux d intervention Dans

Plus en détail

CLASSE : : : ; : : : : LA LIBERTE GUIDANT LE PEUPLE EUGENE DELACROIX

CLASSE : : : ; : : : : LA LIBERTE GUIDANT LE PEUPLE EUGENE DELACROIX HISTOIRE DES ARTS CLASSE : 4 ème Période historique : XIXème siècle Moment choisi : le retour à la monarchie ; les Trois Glorieuses Thématique : Arts, Etats et pouvoir (œuvre engagée) Sujet : Comment un

Plus en détail

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie Décembre 2012 Biographie Sylvie Louis Sylvie Louis a toujours ADORÉ les livres, surtout ceux que ses parents lui racontaient, le soir, quand elle était toute petite. Ensuite, apprendre à lire a constitué

Plus en détail

REGISTRE DE LA MÉMOIRE DU MONDE. Journal d Anne Frank

REGISTRE DE LA MÉMOIRE DU MONDE. Journal d Anne Frank REGISTRE DE LA MÉMOIRE DU MONDE Journal d Anne Frank Réf. N 2008-42 PARTIE A - INFORMATIONS ESSENTIELLES 1. RÉSUMÉ Le Journal d Anne Frank porte l attention du monde entier l histoire de cette jeune fille.

Plus en détail

Méthodologie du dossier. Epreuve d histoire de l art

Méthodologie du dossier. Epreuve d histoire de l art Méthodologie du dossier Epreuve d histoire de l art Fiche d identité de l oeuvre Nature de l oeuvre : Huile sur toile Auteur Eugène Delacroix (1798-1863) Titre : La liberté guidant le peuple : le 28 juillet

Plus en détail

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE!

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! rétablissement et psychose / Fiche 1 JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! JJérôme s énerve : «Je ne suis pas psychotique! Vous ne dites que des conneries! Je suis moi, Jérôme, et je ne vois pas le monde comme vous,

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

L éthique dans les relations commerciales. Par Johanne Boucher, trad. a. Cuba, le 13 décembre 2012. Bonjour tout le monde,

L éthique dans les relations commerciales. Par Johanne Boucher, trad. a. Cuba, le 13 décembre 2012. Bonjour tout le monde, L éthique dans les relations commerciales Par Johanne Boucher, trad. a. Cuba, le 13 décembre 2012 Bonjour tout le monde, Aujourd hui j ai l intention de vous expliquer ce qui m a amenée à réfléchir sur

Plus en détail

Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions

Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions Chapitre 9 Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions Savoir utiliser son argent est un art et un art qui paie. Comme toutes les ressources, l argent peut être utilisé à bon ou

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

La liberté guidant le peuple sur les barricades

La liberté guidant le peuple sur les barricades La liberté guidant le peuple sur les barricades Eugène DELACROIX 1830 Une étrange lumière Le soleil brille à travers la fumée de la poudre. Les écrits nous disent que nous sommes en début de matinée et

Plus en détail

De l Etat français à la IVème République (1940-1946)

De l Etat français à la IVème République (1940-1946) De l Etat français à la IVème République (1940-1946) Introduction : Présentation de la défaite : -En juin 1940, la chute de la IIIème République (1875-1940) accompagne la déroute militaire. -Le 10 juillet

Plus en détail

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Stephen Wang COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Mariage, sacerdoce, vie consacrée, diaconat permanent, célibat «Petits Traités Spirituels» Série III «Bonheur chrétien» éditions des Béatitudes Ava n t-p r o

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. Rabat Jeudi 4 avril 2013

CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. Rabat Jeudi 4 avril 2013 PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE Rabat Jeudi 4 avril 2013 LE PRESIDENT : «Ce voyage et cette visite arrivent au terme de tous leurs moments

Plus en détail

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait.

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait. Jeudi 8 mai 2014 Cérémonie patriotique / Parvis de l Hôtel de Ville Discours de Karl Olive, Maire de Poissy, Conseiller général des Yvelines Monsieur le Ministre, Monsieur le Préfet, Madame la Conseillère

Plus en détail

1958-1962, une nouvelle république

1958-1962, une nouvelle république Première S, histoire LMA, 2011-2012 Thème 5 Les Français et la République Question 1 La République, trois républiques Cours 3 1958-1962, une nouvelle république I La fin de la IV e République et l adoption

Plus en détail

Projet de loi n o 78 (2012, chapitre 12)

Projet de loi n o 78 (2012, chapitre 12) DEUXIÈME SESSION TRENTE-NEUVIÈME LéGISLATURE Projet de loi n o 78 (2012, chapitre 12) Loi permettant aux étudiants de recevoir l enseignement dispensé par les établissements de niveau postsecondaire qu

Plus en détail

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT Série LÉGISLATION COMPARÉE L INTERDICTION DE FUMER DANS LES RESTAURANTS n LC 142 Janvier 2005 - 3 - L INTERDICTION DE FUMER DANS LES RESTAURANTS Sommaire Pages NOTE DE

Plus en détail

Mon argent pour la vie

Mon argent pour la vie Mon argent pour la vie Bâtir son épargne. Protéger ses avoirs. Prendre sa retraite en toute confiance. QUESTIONNAIRE SUR LE STYLE DE VIE À LA RETRAITE NAME DATE CURRENT AGE AGE YOU HOPE TO RETIRE La vie

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

DIPLÔME NATIONAL DU BREVET SESSION 2010 FRANÇAIS. Séries Technologique et Professionnelle. Coefficient : 2

DIPLÔME NATIONAL DU BREVET SESSION 2010 FRANÇAIS. Séries Technologique et Professionnelle. Coefficient : 2 DIPLÔME NATIONAL DU BREVET SESSION 2010 FRANÇAIS Séries Technologique et Professionnelle Coefficient : 2 Première partie : 1 h 30 - Questions (15 points) et réécriture (5 points) 1 h 15 - Dictée (5 points)

Plus en détail

Épreuve de Compréhension orale

Épreuve de Compréhension orale 60 questions (4 sections) 40 minutes L épreuve de compréhension orale rassemble 4 sections comprenant 60 questions (questions 51 à 110). SECTION A SECTION B 8 questions Associer des illustrations à des

Plus en détail

La seconde guerre mondiale

La seconde guerre mondiale CM2 Découverte du monde Histoire Compétences : La violence du XXe siècle : les deux conflits mondiaux La seconde guerre mondiale - À partir de l étude de cartes et de documents statistiques, comprendre

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

SÉRIE SUR LA LOCATION IMMOBILIÈRE. Le déménagement

SÉRIE SUR LA LOCATION IMMOBILIÈRE. Le déménagement SÉRIE SUR LA LOCATION IMMOBILIÈRE Le déménagement La présente brochure traite de la façon de donner un préavis, de la façon de déménager plus tôt que prévu tout en respectant la loi, et de ce que vous

Plus en détail

RECOMMANDATIONS PROPOSÉES

RECOMMANDATIONS PROPOSÉES SYNDICAT CANADIEN DE LA FONCTION PUBLIQUE RECOMMANDATIONS PROPOSÉES (Ce guide doit être utilisé avec le Programme de vérification des syndics) **Ce n est pas nécessaire de le retourner au Bureau national**

Plus en détail

Dossier de Presse 5 juin 2008 20. L Oeuvre de Vauban à Besançon

Dossier de Presse 5 juin 2008 20. L Oeuvre de Vauban à Besançon Dossier de Presse 5 juin 2008 20 L Oeuvre de Vauban à Besançon Dossier de Presse 5 juin 2008 21 Besançon : des défenses façonnées par un méandre dominé > 21 27 La citadelle Historique La position stratégique

Plus en détail

1 ère partie - Avant la libération, le contexte historique

1 ère partie - Avant la libération, le contexte historique A l'est - En janvier 1944, débute l'offensive soviétique qui entraîne la retraite de la Wehrmarcht de ses alliés. En juillet 1944, l'armée rouge, désormais supérieure en effectifs et en armements, pénètre

Plus en détail

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous?

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous? Les textes de l exposition «Dictature et démocratie» et le questionnaire pédagogique sont assez longs. Nous vous conseillons donc de répartir les fiches de travail entre vos élèves et de mettre les réponses

Plus en détail

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Jalousie Du même auteur Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Dominique R. Michaud Jalousie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com

Plus en détail

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chanson : Nuit et brouillard de Jean Ferrat http://www.youtube.com/watch?v=94yoxycqo6s

Plus en détail

LA ZONE EURO TRAVERSE UNE CRISE d une exceptionnelle gravité ; les

LA ZONE EURO TRAVERSE UNE CRISE d une exceptionnelle gravité ; les 01 Intérieur LP 56 12/03/12 19:17 Page 129 Sortir de la crise de la dette en zone euro PIERRE DE LAUZUN* Points d attention 2012 * Économiste. Derniers ouvrages parus : L Économie et le Christianisme (F.-X.

Plus en détail

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ----------

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Cher David Lasfargue, Mesdames, Messieurs, C est toujours un honneur et un plaisir pour un Ambassadeur

Plus en détail

Retrouver l état signalétique ou le passé militaire d un combattant des armées françaises nés en France

Retrouver l état signalétique ou le passé militaire d un combattant des armées françaises nés en France Retrouver l état signalétique ou le passé militaire d un combattant des armées françaises nés en France Origine, composition des fonds d archives C est la loi Jourdan du 15 septembre 1798 qui substitue

Plus en détail

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Type d outil : Outil pour favoriser la mise en mémoire et développer des démarches propres à la gestion mentale. Auteur(s) : Sarah Vercruysse,

Plus en détail

Concours AEFE Paroles de Presse Edition 2015

Concours AEFE Paroles de Presse Edition 2015 Concours AEFE Paroles de Presse Edition 2015 Cette année, dans le cadre du concours Parole de Presse, la classe de CE2 de M. Sébastien Allaire de la Petite Ecole d Hydra d Alger (école d Entreprise du

Plus en détail

Traité d'amitié, de coopération et d'assistance mutuelle (Varsovie, 14 mai 1955)

Traité d'amitié, de coopération et d'assistance mutuelle (Varsovie, 14 mai 1955) Traité d'amitié, de coopération et d'assistance mutuelle (Varsovie, 14 mai 1955) Légende: Le 14 mai 1955, l'albanie, la Bulgarie, la Hongrie, la République démocratique allemande, la Pologne, la Roumanie,

Plus en détail

Les sculptures égarées de Jean-Pierre Duprey : épaves terrestres et trésors

Les sculptures égarées de Jean-Pierre Duprey : épaves terrestres et trésors Bruno Pompili Les sculptures égarées de Jean-Pierre Duprey : épaves terrestres et trésors Nous avions cru que c était vrai, et que les sculptures de Jean-Pierre Duprey étaient définitivement perdues. Un

Plus en détail

COLLEGE 10 CLASSE DE 3ème B TITRE DE LA NOUVELLE : «Un stylo, une vie»

COLLEGE 10 CLASSE DE 3ème B TITRE DE LA NOUVELLE : «Un stylo, une vie» COLLEGE 10 CLASSE DE 3ème B TITRE DE LA NOUVELLE : «Un stylo, une vie» J'ai cinquante-quatre ans, je me prénomme Will et je suis un passionné d'écriture. Je suis un écrivain. Aujourd'hui, si j'essayais

Plus en détail

Règlement jeu concours les essais connectés PEUGEOT

Règlement jeu concours les essais connectés PEUGEOT Article 1 : Organisateur Règlement jeu concours les essais connectés PEUGEOT La société AUTOMOBILES PEUGEOT, société anonyme au capital de 171 284 859 euros dont le siège social est sis 75 avenue de la

Plus en détail

243 La Belgique, le contrôle démocratique et la prolifération nucléaire

243 La Belgique, le contrôle démocratique et la prolifération nucléaire La Belgique, le contrôle démocratique et la prolifération nucléaire >Luc Barbé chercheur-associé à Etopia. barbe@telenet.be Le fait que les premières bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki aient été

Plus en détail

Rapport de fin de séjour

Rapport de fin de séjour Rapport de fin de séjour INTRODUCTION Je remercie la région Rhône-Alpes pour m avoir permis d effectuer ce stage dans de bonnes conditions, grâce au soutien non négligeable qu a représenté la bourse Explor

Plus en détail

Je paie content! Je fais un chèque. FRANÇAIS 10-4 Écriture Nom : Thématique : Mes affaires personnelles G

Je paie content! Je fais un chèque. FRANÇAIS 10-4 Écriture Nom : Thématique : Mes affaires personnelles G Je paie content! Je fais un chèque. FRANÇAIS 10-4 Écriture Nom : Thématique : Mes affaires personnelles G Je paie content! DESCRIPTION DU PROJET Je fais un chèque. D ÉCRITURE Je respecte le format. Pages

Plus en détail

Fichier enseignant. Voici les lieux de visite que nous vous conseillons pour couvrir le programme et les objectifs qu il vise :

Fichier enseignant. Voici les lieux de visite que nous vous conseillons pour couvrir le programme et les objectifs qu il vise : Fichier enseignant Dans le programme d histoire du cycle 3 au chapitre le 20 ème siècle et notre époque les deux conflits mondiaux sont abordés. L accent est mis sur ce qui fit basculer l humanité dans

Plus en détail

Un contrat de respect mutuel au collège

Un contrat de respect mutuel au collège Apprentissage du respect - Fiche outil 01 Un contrat de respect mutuel au collège Objectifs : Décrire une action coopérative amenant élèves et adultes à s interroger sur leurs propres comportements en

Plus en détail

QUELQUES MOTS SUR L AUTEURE DANIELLE MALENFANT

QUELQUES MOTS SUR L AUTEURE DANIELLE MALENFANT Activité pédagogique autour du roman, de Danielle Malenfant ISBN 978-2-922976-38-0 ( 2013, Joey Cornu Éditeur) Téléchargeable dans la rubrique Coin des profs sur 1 Activités autour du roman RÉSUMÉ DU

Plus en détail

Comment sont nés les Etats-Unis?

Comment sont nés les Etats-Unis? Comment sont nés les Etats-Unis? Au début du 18ème siècle, l Amérique est composée de colonies européennes. En 1776, les 13 colonies Anglaises d Amérique du nord se révoltent et prennent le nom d Etats-Unis

Plus en détail

La compétitivité de l industrie française est un enjeu majeur pour la politique européenne.

La compétitivité de l industrie française est un enjeu majeur pour la politique européenne. 007-011 Avant propos_avant-propos 25/07/13 17:20 Page7 Avant-propos Gerhard CROMME* L Europe et l Allemagne ont besoin d une France compétitive Cet article reprend les thèmes du discours prononcé par Gerhard

Plus en détail

Le jugement de Pâris et la pomme Par A. Labarrière 2 2

Le jugement de Pâris et la pomme Par A. Labarrière 2 2 Le jugement de Pâris et la pomme Par A. Labarrière 2 2 I. Origine et Protagonistes Cette légende fut narrée pour la première fois par Homère, un poète grec du 9 e siècle avant J.-C. ayant écrit l Iliade

Plus en détail

CHAP. I : LA PREMIÈRE GUERE MONDIALE, VERS UNE GUERRE TOTALE (1914-1918)

CHAP. I : LA PREMIÈRE GUERE MONDIALE, VERS UNE GUERRE TOTALE (1914-1918) FICHE DE PRÉSENTATION DE LA LEÇON PARTIE I : GUERRES MONDIALES ET RÉGIMES TOTALITAIRES CHAP. I : LA PREMIÈRE GUERE MONDIALE, VERS UNE GUERRE TOTALE (1914-1918) Pourquoi dit-on de la Première Guerre mondiale

Plus en détail

L ENTREPRISE GÉNÉRALE DANS LE BÂTIMENT : UN CHEF D ORCHESTRE AUX MULTIPLES FACETTES

L ENTREPRISE GÉNÉRALE DANS LE BÂTIMENT : UN CHEF D ORCHESTRE AUX MULTIPLES FACETTES L Entreprise générale dans le bâtiment : un chef d orchestre aux multiples facettes L Entreprise générale n a pas de définition légale ou réglementaire ; elle est seulement identifiée dans un certain nombre

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013. M. Jory Orlando T.

Commentaire. Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013. M. Jory Orlando T. Commentaire Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013 M. Jory Orlando T. (Conditions d attribution d une carte de séjour mention «vie privée et familiale» au conjoint étranger d un ressortissant français)

Plus en détail

LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée

LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée (JO n 4984 p. 13) L assemblée nationale à délibéré et adopté, Le président de la république promulgue la loi dont la teneur suit

Plus en détail

Perspective Historique: La Déclaration sur la Liberté d'expression Intellectuelle dans les Bibliothèques Japonaises

Perspective Historique: La Déclaration sur la Liberté d'expression Intellectuelle dans les Bibliothèques Japonaises Submitted on: August 18, 2013 Perspective Historique: La Déclaration sur la Liberté d'expression Intellectuelle dans les Bibliothèques Japonaises Traduction du texte original en Anglais: Historical Perspective;

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA

ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA Après ces projets dont notre Président nous permet d espérer la réalisation

Plus en détail

De l idée au livre Expérience d un auteur, conseils d un éditeur

De l idée au livre Expérience d un auteur, conseils d un éditeur La Master Class de Grégoire Solotareff, auteur-illustrateur et responsable de la collection Salon du livre - mars 2015 De l idée au livre Expérience d un auteur, conseils d un éditeur Mon expérience d

Plus en détail

Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel. (Université de Nancy 21 octobre 2010)

Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel. (Université de Nancy 21 octobre 2010) Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel (Université de Nancy 21 octobre 2010) Le Conseil constitutionnel a fêté, il y a deux ans, son cinquantième anniversaire. Cet événement

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

PROTECTION DES DROITS DU TRADUCTEUR ET DE L INTERPRETE

PROTECTION DES DROITS DU TRADUCTEUR ET DE L INTERPRETE PROTECTION DES DROITS DU TRADUCTEUR ET DE L INTERPRETE Le traducteur ou l interprète non salarié doit en permanence veiller à la préservation de ses droits tant dans l établissement de sa relation avec

Plus en détail

Me Balat, SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Boulloche, SCP Odent et Poulet, SCP Ortscheidt, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s)

Me Balat, SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Boulloche, SCP Odent et Poulet, SCP Ortscheidt, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s) Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 22 novembre 2012 N de pourvoi: 11-19523 11-19806 Non publié au bulletin Cassation Mme Flise (président), président Me Balat, SCP Boré et Salve de

Plus en détail

Sebastian Haffner. «Histoire d un allemand- Souvenirs 1914-1933»

Sebastian Haffner. «Histoire d un allemand- Souvenirs 1914-1933» Sebastian Haffner «Histoire d un allemand- Souvenirs 1914-1933» Ed. Actes Sud, 2002. Introduction : L ouvrage de Sebastian Haffner a eu un curieux destin. Ecrit entre 1938 et 1939 pour une commande de

Plus en détail

LA RÉPUBLIQUE DE L ENTRE-DEUX- GUERRES : VICTORIEUSE ET FRAGILISÉE

LA RÉPUBLIQUE DE L ENTRE-DEUX- GUERRES : VICTORIEUSE ET FRAGILISÉE LA RÉPUBLIQUE DE L ENTRE-DEUX- GUERRES : VICTORIEUSE ET FRAGILISÉE Léon Blum Général de Gaulle Georges Clemenceau Maréchal Pétain De l Union sacrée à la fin de la 1ere guerre mondiale L UNION SACRE, c

Plus en détail

DES SOCIÉTÉS FERMÉES DANS L UNION EUROPÉENNE...

DES SOCIÉTÉS FERMÉES DANS L UNION EUROPÉENNE... DES SOCIÉTÉS FERMÉES DANS L UNION EUROPÉENNE... DROIT ET PRATIQUE DE LA SOCIÉTÉ FERMÉE DANS L UNION EUROPÉENNE : DIVERSITÉ ET CONVERGENCES Exposé introductif * M. Jean-Jacques DAIGRE, Professeur à l Université

Plus en détail

Comment parier jute sur les sites de paris sportifs

Comment parier jute sur les sites de paris sportifs Comment parier jute sur les sites de paris sportifs Ne pariez pas sur Internet avant d avoir lu en totalité cet ebook, vous risqueriez de perdre votre argent bêtement. Si vous voulez mettre de l argent

Plus en détail

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance) partenaire de Créateurs d avenirs PREPAVOGT Yaoundé, le 28 mars 2015 B.P. : 765 Yaoundé Tél. : 22 01 63 72 / 96 16 46 86 E-mail. : prepavogt@yahoo.fr www.prepavogt.org PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

Plus en détail

Souvenir de la nuit du 4 1

Souvenir de la nuit du 4 1 SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : SOUVENIR DE LA NUIT DU 4 1 / 5 Souvenir de la nuit du 4 1 Conforme aux nouvelles dispositions de l épreuve du nouveau brevet des collèges [...] Est-ce que ce n est pas

Plus en détail

Action de l UE : défendre les droits des victimes

Action de l UE : défendre les droits des victimes défendre les droits des victimes Quel est le problème? Chaque année dans l UE, plus de 75 millions de personnes sont victimes de délits graves et 40 000 meurent dans des accidents de la route. Ces événements

Plus en détail

Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009.

Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009. Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009. Rendue le mardi, 10 février 2009 par Nous, Marie MACKEL, juge de paix, siégeant comme Présidente du tribunal du travail de et à LUXEMBOURG, assistée

Plus en détail

F a c e à l a p o l i c e

F a c e à l a p o l i c e Face à la police Si tu as besoin d aide. Parfois, les choses ne se passent pas comme nous l expliquons. En général, il y a moyen de réagir. Fais-toi aider. Une des premières personnes qui peut t aider

Plus en détail

Conditions générales de prestations de services

Conditions générales de prestations de services Conditions générales de prestations de services Article 1 Objet Les présentes conditions générales (ci-après les «Conditions Générales») ont pour objet de préciser les modalités d intervention de GEVERS

Plus en détail

JOURNAL D UN TEMOIN DEPUIS LA BELGIQUE (Roberto J. PAYRO, pour La Nación)

JOURNAL D UN TEMOIN DEPUIS LA BELGIQUE (Roberto J. PAYRO, pour La Nación) JOURNAL D UN TEMOIN DEPUIS LA BELGIQUE (Roberto J. PAYRO, pour La Nación) Bruxelles, lundi 3 août (1914) Bruxelles vient de s éveiller avec une effroyable impression. On n a appris qu aujourd hui, ce matin,

Plus en détail

BULLETIN DES LOIS ET DECRETS DU GOUVERNEMENT DU CHILI. Livre XXVIII Numéro 6. Ministère des Finances. Les banques d émission 1

BULLETIN DES LOIS ET DECRETS DU GOUVERNEMENT DU CHILI. Livre XXVIII Numéro 6. Ministère des Finances. Les banques d émission 1 BULLETIN DES LOIS ET DECRETS DU GOUVERNEMENT DU CHILI Livre XXVIII Numéro 6 Ministère des Finances Les banques d émission 1 Santiago, Chili 23 Juillet 1860 Article 1 Les personnes capables de mener des

Plus en détail

L interchange. Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa.

L interchange. Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa. L interchange Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa. Il n y a pas si longtemps, les consommateurs n avaient d autre choix que d utiliser

Plus en détail

Une nuit magique dans l hiver

Une nuit magique dans l hiver Patrick ALLEN Une nuit magique dans l hiver A magic night in Winter Conte pour le temps de Noël 2009 ne nuit magiqu dans l hive 1 Il était une fois, dans une lointaine province située au nord d un immense

Plus en détail

PROCÉDURE POUR L OUVERTURE DE LA PREMIÈRE SESSION DE LA 55 e LÉGISLATURE. Chambre de l Assemblée législative. le mardi 29 juillet 2003

PROCÉDURE POUR L OUVERTURE DE LA PREMIÈRE SESSION DE LA 55 e LÉGISLATURE. Chambre de l Assemblée législative. le mardi 29 juillet 2003 PROCÉDURE POUR L OUVERTURE DE LA PREMIÈRE SESSION DE LA 55 e LÉGISLATURE Chambre de l Assemblée législative le mardi 29 juillet 2003 1. À 15 heures, la greffière, les greffiers adjoints et le sergent d

Plus en détail

RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation

RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation DEVELOPMENT CENTER Damien xxx Poste cible : Entreprise : Assesseurs Evaluesens : Responsable

Plus en détail

TIM S.A., une aventure d Homme

TIM S.A., une aventure d Homme Comité d entreprise 1 Sommaire Edito de M. Hans-Jürgen Hellich, Directeur Général de Tim SA p. 9 Edito de Cyril Terrière, Secrétaire du Comité d Entreprise Tim SA p. 11 Itinéraires croisés d une entreprise

Plus en détail

Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010)

Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010) Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010) Frais excessifs, tarification difficilement compréhensible, les litiges entre les banques et leurs clients sont nombreux. Des

Plus en détail

Avec un nouveau bébé, la vie n est pas toujours rose

Avec un nouveau bébé, la vie n est pas toujours rose Avec un nouveau bébé, la vie n est pas toujours rose Le «blues du post-partum» est FRÉQUENT chez les nouvelles mères. Quatre mères sur cinq auront le blues du post-partum. LE «BLUES DU POST-PARTUM» La

Plus en détail

HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS

HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS DOCUMENT : 1979. 29489 (1). «L'Actualité. L'union fait la force. Jeu stratégique». Sans éditeur. Vers 1915. PLACE

Plus en détail

-----------------------------------------------------------------

----------------------------------------------------------------- Stephen BRUN Aujourd hui, nous partons à la rencontre de Stephen BRUN, qui revient à Cholet 15 ans après son passage au Centre de Formation. À quelques semaines du lancement de la saison, comment vas-tu?

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

Déclaration de M. Philipp Hildebrand, Président de la Direction générale de la Banque nationale suisse

Déclaration de M. Philipp Hildebrand, Président de la Direction générale de la Banque nationale suisse Déclaration de M. Philipp Hildebrand, Président de la Direction générale de la Banque nationale suisse Berne, le 9 janvier 2012 Ce que la Banque nationale suisse (BNS) a pu accomplir depuis ma nomination

Plus en détail

«rend service» Xavier FONTANET

«rend service» Xavier FONTANET 198 LA REVUE CIVIQUE LA REVUE CIVIQUE 199 L entreprise «rend service» Xavier FONTANET Ancien Président du Groupe Essilor, Xavier Fontanet a créé une Fondation qui porte son nom, dédiée à l explication

Plus en détail

VISA PLATINE AFFAIRES VOYAGES RBC BANQUE ROYALE ASSURANCE ACHATS D ARTICLES DE PREMIÈRE NÉCESSITÉ CERTIFICAT D ASSURANCE INTRODUCTION

VISA PLATINE AFFAIRES VOYAGES RBC BANQUE ROYALE ASSURANCE ACHATS D ARTICLES DE PREMIÈRE NÉCESSITÉ CERTIFICAT D ASSURANCE INTRODUCTION VISA PLATINE AFFAIRES VOYAGES RBC BANQUE ROYALE ASSURANCE ACHATS D ARTICLES DE PREMIÈRE NÉCESSITÉ CERTIFICAT D ASSURANCE VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT CE QUI SUIT : Le présent certificat d assurance est

Plus en détail