Le droit patrimonial de la famille : réformes accomplies et à venir

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le droit patrimonial de la famille : réformes accomplies et à venir"

Transcription

1 Le droit patrimonial de la famille : réformes accomplies et à venir

2 Actes du colloque organisé le 15 octobre 2004 à l Université Robert Schuman de Strasbourg par l Association Henri Capitant des Amis de la Culture Juridique Française

3 Le droit patrimonial de la famille : réformes accomplies et à venir Journée nationale Tome IX / Strasbourg avec les contributions de : Isabelle Dauriac Frédérique Granet-Lambrechts Marc Nicod Jean-Marie Ohnet Nathalie Peterka Philippe Simler Alice Tisserand-Martin Georges Wiederkehr 2006

4 DANGER LE PHOTOCOPILLAGE TUE LE LIVRE Le pictogramme qui figure ci-contre mérite une explication. Son objet est d alerter le lecteur sur la menace que représente pour l avenir de l écrit, particulièrement dans le domaine de l édition technique et universitaire, le développement massif du photocopillage. Le Code de la propriété intellectuelle du 1 er juillet 1992 interdit en effet expressément la photocopie à usage collectif sans autorisation des ayants droit. Or, cette pratique s est généralisée dans les établissements d enseignement supérieur, provoquant une baisse brutale des achats de livres et de revues, au point que la possibilité même pour les auteurs de créer des œuvres nouvelles et de les faire éditer correctement est aujourd hui menacée. Nous rappelons donc que toute reproduction, partielle ou totale, de la présente publication est interdite sans autorisation de l auteur, de son éditeur ou du Centre français d exploitation du droit de copie (CFC, 20, rue des Grands-Augustins, Paris) , rue Froidevaux, Paris cedex 14 Le Code de la propriété intellectuelle n autorisant, aux termes de l article L , 2 o et 3 o a), d une part, que les «copies ou reproductions strictement réservées à l usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective» et, d autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d exemple et d illustration, «toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite» (art. L ). Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L et suivants du Code de la propriété intellectuelle. ÉDITIONS DALLOZ 2006

5 Sommaire VII Avant-propos par Denis Mazeaud, professeur à l Université Panthéon-Assas (Paris II) 1 De quelques insuffisances du régime matrimonial légal par Philippe Simler, professeur à l Université Robert Schuman Strasbourg III 13 Les réformes accomplies : le point sur les avantages matrimoniaux par Frédérique Granet-Lambrechts, professeur à l Université Robert Schuman Strasbourg III 21 Les incidences de la réforme du divorce du 26 mai 2004 sur les libéralités entre époux et les avantages matrimoniaux par Alice Tisserand-Martin, professeur à la Faculté de droit de Nancy 33 Les incidences de la réforme des successions du 3 décembre 2001 sur la pratique des libéralités entre époux par Isabelle Dauriac, professeur à l Université de Rouen 47 Le notaire dans les projets de réforme du droit des successions par Jean-Marie Ohnet, membre de l Institut d études juridiques du Conseil supérieur du notariat, notaire 55 La réforme du droit des testaments par Marc Nicod, professeur à l Université de Toulouse I 71 La réforme des libéralités familiales par Nathalie Peterka, professeur à la Faculté de droit de l Université Paris Rapport de synthèse par Georges Wiederkehr, professeur à l Université Robert Schuman Strasbourg III

6 VI Le droit patrimonial de la famille 97 Statuts de l Association Henri Capitant des Amis de la Culture Juridique Française 103 Publications de l Association Henri Capitant 109 Travaux des groupes de l Association Henri Capitant 111 Composition du Conseil d administration de l Association 113 Composition du Bureau de l Association

7 Avant-propos Lille, Nice, Limoges, Nantes, Toulouse, Aix-en-Provence, Bordeaux, Grenoble, autant d Universités et de Facultés qui, depuis l année 1997, ont successivement accueilli l Association Henri Capitant et lui ont apporté leur concours en vue de l organisation de sa traditionnelle journée nationale. Le 15 octobre 2004, ce fut au tour de la Faculté de droit de l Université Robert Schuman Strasbourg III, d ouvrir ses portes à notre Association et d œuvrer pour la réussite de cette neuvième édition. Portant sur Le droit patrimonial de la famille : réformes accomplies et à venir, cette neuvième journée nationale a rassemblé de très nombreux participants, étudiants, praticiens et enseignants, et a donné lieu à de stimulants rapports et de riches débats, portant évolutions récentes et futures du droit des régimes matrimoniaux, des successions et des libéralités. Ont ainsi été au centre des exposés et des débats qui les ont suivis, les insuffisances du régime matrimonial légal, la pratique des avantages matrimoniaux, les libéralités entre époux, et les projets de réforme portant sur le droit des successions et des libéralités. Ce sont les rapports présentés à l occasion de cette journée strasbourgeoise qui sont reproduits dans le présent ouvrage. L organisation de cette nouvelle journée nationale n aurait pas été possible sans le très précieux concours que nous a apporté le Centre de droit privé fondamental de la Faculté de droit, de sciences politique et de gestion de l Université Robert Schuman Strasbourg III. Qu il nous soit permis, en outre, de rendre un amical hommage et d adresser nos plus vifs remerciements à monsieur Philippe Simler, dont l aide efficace et chaleureuse a très largement contribué à la réussite de cette manifestation! D. M.

8

9 De quelques insuffisances du régime matrimonial légal Philippe Simler Professeur à l Université Robert Schuman Strasbourg III La réforme des régimes matrimoniaux opérée par la loi du 13 juillet 1965, parachevée par celle du 23 décembre 1985, a été unanimement saluée comme une grande réforme. Elle est en effet de celles portant la marque de Jean Carbonnier. Le régime légal proposé aux Français et plébiscité par eux, si l on observe que 10 % à peine des époux s en écartent et encore, une bonne partie de ces derniers se contentent-ils de l aménager, sans le récuser nullement apparaît comme une belle construction, fondée sur les objectifs d égalité des époux, dans un subtil équilibre entre indépendance et interdépendance. Sans révoquer en doute ces indéniables qualités, il est tout de même possible de détecter quelques malfaçons et lacunes mineures dans le dispositif, dont l une, issue de la loi du 23 décembre 1985, a été dénoncée d emblée par quelques auteurs il s agit de l article 1483 du Code civil, et dont l autre a été mise en lumière par une jurisprudence récente, s agissant de la saisissabilité des revenus de l époux caution ou emprunteur au sens de l article Il est même permis aujourd hui de se demander si une pièce majeure du dispositif n est pas aujourd hui inappropriée, compte tenu de l évolution du contexte économique et social actuel, et si le législateur n a pas fait, en 1985 car c est cette dernière réforme qui a révélé l ampleur du problème un choix contestable, générateur aujourd hui de profondes injustices : je veux parler de l article 1413 du Code civil. Le propos portera successivement sur ces trois textes et sur les interrogations critiques qu ils suscitent.

10 2 Le droit patrimonial de la famille I. L ARTICLE 1483 ET LA QUESTION DE L OBLIGATION À LA DETTE DU CONJOINT DU DÉBITEUR APRÈS DISSOLUTION DU RÉGIME On sait qu aux termes de l article 1413 du Code civil, chacun des époux engage la totalité du patrimoine commun (pour le plus grand malheur de son conjoint, parfois : ce sera l objet du troisième point), à l exclusion des gains et salaires de l autre (mais non des revenus de ses propres). On sait aussi qu après le partage, chacun peut limiter son obligation au passif, s agissant des dettes entrées en communauté du chef de son conjoint, à la mesure de l émolument perçu lors de ce partage (art. 1483, al. 2). De tout temps, le législateur a ainsi voulu protéger la femme jusqu en 1965, chacun des époux depuis la réforme, contre les dettes excessives de son conjoint contractées durant le mariage et non encore acquittées au jour du partage. Restait la période intermédiaire entre la dissolution de la communauté et le partage. S il y avait bien, dans la section du Code civil traitant de la dissolution de la communauté, après un premier paragraphe relatif aux causes de dissolution, un second consacré à la liquidation et au partage, celui-ci était muet sur le sort du passif. Quant au dernier paragraphe de cette section, tel qu il était issu de la loi du 13 juillet 1965, il était intitulé «De l obligation et de la contribution au passif après le partage». Et l on trouvait dans le premier alinéa de l article 1483 la formule, irréprochable et non modifiée depuis, selon laquelle : «Chacun des époux ne peut être poursuivi que pour la moitié des dettes qui étaient entrées en communauté du chef de son conjoint». Il peut l être, dans cette limite, hier comme aujourd hui, même sur ses biens personnels..., mais sous réserve du bénéfice d émolument prévu au second alinéa du même article. Mais voilà que le législateur s est avisé, en 1985, de la lacune du dispositif s agissant de la période intermédiaire entre la dissolution et le partage, période qui, comme chacun sait, peut durer fort longtemps et sur laquelle le législateur avait fait l impasse en Pour combler cette lacune, il a cru pouvoir simplement modifier l intitulé précité de ce troisième paragraphe, désormais ainsi libellé : «De l obligation et de la contribution au passif après la dissolution». L intention était louable. Mais il eût fallu, bien sûr, réfléchir préalablement aux effets du déplacement vers l amont du champ d application des textes subséquents. C est ce qui n a pas été fait, de sorte que, sans aucun doute involontairement 1, le législateur a créé un véritable traquenard, pouvant causer aux époux, suivant les circonstances, un préjudice considérable et totalement injustifiable, ce que la doctrine n a pas manqué de souligner. L article 1482 dispose que «Chacun des époux peut être poursuivi pour la totalité des dettes existantes au jour de la dissolution [et non plus au jour du partage], qui étaient entrées en communauté de son chef». La solution est parfaitement logique et, en dépit 1. Les modifications des articles 1482 et 1483 ont été présentées, lors des travaux préparatoires de la loi du 23 décembre 1985, comme de simples ajustements rédactionnels (v. rapport Cacheux à l Assemblée nationale, Doc. n o 2646, p. 43, et rapport Dejoie au Sénat, Doc. n o 360, p. 51).

11 De quelques insuffisances du régime matrimonial légal 3 du déplacement du point de départ de son application, rien n était véritablement changé. En effet, le droit de l indivision, indéniablement applicable à celle née de la dissolution de la communauté, permet aux créanciers visés de se payer sur l actif indivis et aussi, bien sûr, sur le patrimoine personnel de leur débiteur. Il faut surtout souligner que le gage de ces créanciers reste, à peu de choses près 2, le même que ce qu il était au cours du mariage. L article dispose, en son 1 er alinéa, que les créanciers qui auraient pu agir sur les biens indivis avant qu il y eût indivision sont payés par prélèvement sur l actif avant le partage 3. Ils peuvent donc saisir les biens indivis. Mais, comme ces mêmes créanciers sont nécessairement créanciers de l un ou de l autre époux, voire des deux, ils peuvent aussi poursuivre le paiement, pour l intégralité de leurs créances, sur le ou les patrimoines personnels qui en répondaient avant la dissolution. Celui qui a payé en totalité ou au-delà de sa part une dette commune est en droit, sans attendre le partage, de recourir en contribution contre l autre 4. Fort différente est à présent la situation du conjoint du débiteur visé à l article Le 1 er alinéa de l article 1483, resté rigoureusement inchangé, dispose, en effet que «Chacun des époux ne peut être poursuivi que pour la moitié des dettes qui étaient entrées en communauté du chef de son conjoint». Rien de choquant à première vue, d autant que le texte est resté inchangé..., sauf que la solution qu il édicte s applique depuis 1985 dès la dissolution, alors qu elle ne valait avant cette réforme qu après le partage 5. Il pouvait alors (et il peut toujours, s il n est poursuivi qu après le partage) opposer le bénéfice d émolument. Par hypothèse, avant le partage le béné- 2. Les revenus des biens propres du conjoint, qui tombaient en communauté avant sa dissolution, cessent d alimenter l indivision post-communautaire. Avant l entrée en vigueur de la loi du 23 décembre 1985, la dissolution de la communauté emportait extension du gage de ces créanciers, puisque disparaissait la distinction entre biens communs ordinaires et réservés. De la disparition des biens réservés résulte une parfaite continuité par rapport à la situation antérieure à la dissolution. Il en va de même pour les gains et salaires de l autre époux, insaisissables pendant la durée du régime en vertu de l article 1414, après sa dissolution parce qu ils n alimentent plus la masse indivise. 3. V. Civ. 1 re, 17 mars 1987, JCP G 1988, II, 21021, et N 1988, II, 73, note Simler; Civ. 1 re, 9 juillet 1991, Bull. civ. I, n o 235, D. 1992, somm. p. 372, obs. A. Honorat, JCP G 1992, I, 3567, n o 15, obs. Tisserand, RTD civ. 1992, p. 437, obs. Lucet et Vareille; Civ. 1 re, 21 mai 1997, Bull. civ. I, n o 163, JCP G 1997, IV, 1452 (en l espèce, la saisie est intervenue deux ans et demi après la transcription du jugement de divorce pour une créance antérieure). 4. Civ. 1 re, 17 novembre 1999, Juris-Data n o , JCP G 2000, I, 245, n o 17, obs. Simler. Ce recours en contribution avant partage est de nature, comme celui des créanciers, objet des développements suivants, de tenir en échec le bénéfice d émolument opposable dans les rapports entre époux. 5. La question était, en réalité, discutée. Une partie de la doctrine estimait que l action pour moitié contre le conjoint du débiteur était possible dès après la dissolution (v. en ce sens, Patarin et Morin, La réforme des régimes matrimoniaux, éd. Defrénois, n o 344 ; Ponsard, sur Aubry et Rau, t. VIII, Régimes matrimoniaux, 7 e éd., n o 299 et note 4, et n o 308 et note 48 ; Marty et Raynaud, Les régimes matrimoniaux, Sirey, 1978, n o 329). Statuant encore sous l empire de la rédaction antérieure à 1985, la Cour de cassation s est, elle aussi, prononcée en ce sens (Civ. 1 re, 1 er mars 1988, Bull. civ. I, n o 53, D. 1988, IR p. 74, JCP G 1988, II, 21158, note Simler, et N 1988, II, 318, note Arrault et Cornille, Defrénois 1988, art , p. 923, obs. Champenois). Une autre fraction de la doctrine considérait plus justement qu elle n était ouverte, conformément aux dispositions des articles 1482 et 1483, qu après le partage (en ce sens, Colomer, Régimes matrimoniaux, 11 e éd., Litec, 2002, n o 907; Cornu, Régimes matrimoniaux, 9 e éd., PUF, 2002, n o 82, p , et n o 100, p ; H., L. et J. Mazeaud et M. de Juglart, Leçons de droit civil, 5 e éd., Domat-Montchrestien, t. IV, 1 er vol., 1982, n o 472 et 474).

12 4 Le droit patrimonial de la famille fice d émolument ne peut être invoqué, faute d émolument connu. D ailleurs, le second alinéa du même article est clair : «Après le partage et sauf le cas de recel, il n est tenu qu à concurrence de son émolument [...]». Est-ce si grave, peut-on se demander? La réponse ne peut qu être clairement affirmative. La solution est juridiquement injustifiée et injustifiable. Elle peut avoir, concrètement, des conséquences dramatiques. Rien ne justifie l extension du gage de ces créanciers au patrimoine personnel du conjoint du débiteur, patrimoine qui était hors de leur atteinte avant la dissolution et qui le sera de nouveau après le parage, par l effet du bénéfice d émolument. Au contraire, dans la période intermédiaire, cet époux devra répondre sur son patrimoine personnel pour moitié des dettes entrées en communauté du chef de l autre, sans être protégé par le bénéfice d émolument, solution que la jurisprudence a retenue sans hésitation 6. Quant aux conséquences, est-il besoin d insister? Dès après décès ou divorce, les créanciers de l un des époux, s ils sont bien informés, peuvent profiter de l aubaine de ce droit de poursuite pour moitié, certes, mais ce n est pas négligeable sur le patrimoine personnel du conjoint, qui n est pas leur débiteur. Pire, un époux bien avisé, voyant la situation de son conjoint se dégrader, peut être incité à demander la séparation judiciaire des biens, mesure censée salutaire pour ses intérêts. L article 1483 sera pour lui une véritable chausse-trappe, car il ouvrira aux créanciers de ce conjoint une action sur son patrimoine personnel, qu il voulait précisément protéger. Certes, l article 1487 ouvre à l époux qui a payé au-delà de son émolument un recours contre l autre pour l excédent. Mais ce recours sera le plus souvent illusoire. De plus, le texte suivant lui laisse la possibilité de se réserver un droit de répétition contre le créancier désintéressé, en spécifiant dans la quittance «qu il n entend payer que dans la limite de son obligation». Mais qui connaît, parmi les juristes et, a fortiori, parmi ceux qui ne le sont pas, cette disposition? Et de quelle efficacité peuton la créditer? La bévue législative a été vigoureusement dénoncée en doctrine. Un auteur l a jugée si énorme qu il a pensé qu elle pourrait être corrigée sans nouvelle intervention législative : «Ce système serait absurde et il faut comprendre, malgré la lettre du texte, que c est le droit de poursuite du créancier lui-même qui est subordonné à l accomplissement du partage» 7. Sans espérer pareille audace, le doyen Cornu a 6. En ce sens, Civ. 1 re, 7 mars 1989 et CA Limoges, 27 février 1992, préc. ; CA Dijon, 21 juin 1994, D. 1995, somm. p. 338, obs. Lucet; CA Grenoble, 23 juillet 1997, Juris-Data n o Grimaldi, «Commentaire de la loi du 23 décembre 1985», Gaz. Pal. 1986, 2, p. 529, n o 61. V. aussi Simler, «Commentaire de la loi du 23 décembre 1985», Éd. techniques, n o spécial, n o 135. Terré et Simler, Régimes matrimoniaux, 4 e éd., Dalloz, 2005, n o 626. Malaurie et Aynes, Les régimes matrimoniaux, éd. Defrénois, 2004, n o 653, pour qui «la seule solution... est que l époux oppose une exception dilatoire». Mais sur quel fondement? V. cependant Flour et Champenois, Les régimes matrimoniaux, 2 e éd., A. Colin, 2001, n o 654, qui, moyennant le correctif (illusoire?) de l article 1488, approuvent finalement la solution issue de la rédaction actuelle des textes. La dernière proposition n est pas conforme à la lettre de l article 1483 alinéa 2, d après laquelle, tant que le partage n est pas intervenu, l obligation pour moitié des dettes du conjoint doit être exécutée sans réserves.

13 De quelques insuffisances du régime matrimonial légal 5 porté un jugement très sévère sur ce «loupé» législatif : «anticipation exorbitante», «ouverture agressive (qui) n est fondée ni en droit, ni en équité» 8, ajoutant que «dans un combat bien réglé, on n arme pas l assaillant d un glaive avant que le défenseur n ait droit au bouclier» 9. La correction qui s impose serait aisée : il suffirait de déplacer l expression «Après le partage» de l alinéa 2 vers l alinéa 1 er de l article 1483 : «Après le partage, chacun des époux ne peut être poursuivi que pour la moitié des dettes qui étaient entrées en communauté du chef de son conjoint. (al. 1 er ). Sauf le cas de recel, il n en est tenu que jusqu à concurrence de son émolument... (al. 2)». Encore faudrait-il que le législateur saisisse une occasion elles ne manquent pas d adopter ce correctif. Il pourrait ne pas être le seul. II. L ARTICLE 1415 ET LA SAISISSABILITÉ DES REVENUS DE L ÉPOUX CAUTION OU EMPRUNTEUR Aux termes de l article 1415 du Code civil, «Chacun des époux ne peut engager que ses biens propres et ses revenus, par un cautionnement ou un emprunt, à moins que ceux-ci n aient été contractés avec le consentement exprès de l autre conjoint qui, dans ce cas, n engage pas ses biens propres». La même question est d ailleurs susceptible de se poser à propos de l article 1411, relatif, au passif personnel d un époux, qui permet à ses créanciers de saisir, outre ses biens propres, «les revenus de leur débiteur». Mais c est dans le contexte de l article 1415 que la Cour de cassation a eu à y répondre. Les solutions peuvent ne pas être considérées comme satisfaisantes. Concrètement, les revenus ceux de l industrie des époux, comme ceux de leurs biens propres sont aujourd hui très généralement versés sur divers types de comptes bancaires, ouverts au nom de l époux créancier ou des deux époux (compte joint). Dans quelle mesure le solde créditeur de tels comptes est-il saisissable par les créanciers d un époux qui s est porté caution ou qui a emprunté sans l accord de son conjoint? La Cour de cassation a jugé que la solution ne pouvait être que celle du tout ou rien : un compte n est saisissable par un tel créancier, sans qu il y ait à distinguer entre compte personnel et compte joint, entre compte de chèques et compte d épargne, que si ce compte a été exclusivement alimenté par les revenus de l époux débiteur 10, mais le solde de ce compte est alors saisissable sans limite. Elle a seu- 8. Cornu, op. cit., p Ibid; p V. Civ. 1 re, 3 avril 2001, Bull. civ. I, n o 92; JCP G 2002, I, 103, n o 13, obs. Simler, et JCP G 2002, II, 10080, note Bourdaire; D. 2001, somm. p. 2933, obs. Nicod ; Defrénois 2001, art , p. 1129, obs. Champenois. L arrêt décide que, faute pour le créancier d identifier les revenus de l époux débiteur, le compte joint, alimenté par les revenus des deux époux, était insaisissable. Civ. 1 re,

14 6 Le droit patrimonial de la famille lement établi une distinction, à propos de l épargne-logement, entre le compte d épargne-logement, saisissable dans les mêmes conditions, et le plan d épargnelogement (ou, a fortiori, un compte de titres), même exclusivement alimentés par les revenus de l époux emprunteur ou caution, ces comptes devant être considérés comme constitutifs d acquêts de la communauté 11, non saisissables. Cette dernière distinction révèle que la difficulté est en réalité double. Il s agit d abord de savoir quels comptes sont saisissables, à supposer qu ils soient exclusivement alimentés par les revenus de l époux caution ou emprunteur, et plus précisément si les comptes d épargne doivent l être (la solution étant évidente pour les comptes de titres, qui sont indéniablement des acquêts, non saisissables dans cette hypothèse). Mais les sommes figurant sur un compte d épargne sont-elles encore des revenus? On peut sérieusement en douter. Ainsi que le terme «épargne» le suggère, elles méritent plus raisonnablement la qualification de «capital», économisé dans l attente d investissements futurs. Elles produisent d ailleurs elles-mêmes des revenus, dont nul ne paraît avoir songé à déterminer la nature et le régime 12. Par ailleurs, la distinction entre «compte» et «plan d épargne logement», au motif que les fonds placés sur le premier sont disponibles à tout moment, alors qu il en va différemment pour le second, n est guère convaincante. Les fonds sont également disponibles dans le second cas, sous la seule précision que le bénéfice du taux d intérêt le plus favorable est partiellement perdu, dans une proportion variable selon le moment de la «rupture» du plan. Mais on aura compris que, si on raisonnait ainsi, les revenus perçus et placés sur un compte (ou, au moins, sur un compte d épargne) ne seraient jamais saisissables. Les créanciers visés ne pourraient saisir que les revenus à percevoir (solution qui, compte tenu de la portée aujourd hui reconnue à la saisie-attribution de créances périodiques, ne serait pas tellement pénalisante). Sans aller jusque-là, on pourrait raisonnablement admettre que les revenus ne restent des revenus que pendant la durée qui les a générés et qu au-delà ils ont perdu cette nature du fait de leur capitalisation. N est-ce pas très exactement ce que le législateur a admis, dans l article 1414, pour les gains et salaires versés à un compte, qui, inversement, ne sont insaisissables par les créanciers du conjoint qu à concurrence du dernier mois 14 janvier 2003, Bull. civ. I, n o 2; JCP G 2003, I, 124, n o 4, obs. Simler, et JCP G 2003, II, 10019, concl. Sainte-Rose; D. 2003, p. 2793, note Barabé-Bouchard ; Defrénois 2003, art , p. 544, obs. Champenois; RTD civ. 2003, p. 534, obs. Vareille. Cet arrêt juge que «la cour d appel, [...] après avoir relevé que le compte de dépôt, objet de la saisie, n était alimenté que par les revenus de l époux débiteur, a décidé à bon droit que ce compte était saisissable». V. aussi, à propos d un compte personnel non exclusivement alimenté par les revenus de son titulaire, CA Lyon, 28 février 1996, JCP G 1997, I, 4008, n o 10, obs. Simler. 11. Civ. 1 re, 14 janvier 2003, préc. 12. Les revenus des économies ne sont, à l évidence, ni des revenus de l époux débiteur, comme le sont les gains et salaires, ni des revenus de biens propres, puisque nul ne doute que lesdites économies sont communes. Les revenus générés par les économies sur revenus devraient donc être considérés comme biens communs ordinaires. Dès lors le solde global, formé par les économies elles-mêmes et les intérêts qu elles ont produits, ne serait plus exclusivement constitué par des revenus saisissables par les créanciers des articles 1411 et Mais peut-être trouvera-t-on excessif pareil affinement du raisonnement.

15 De quelques insuffisances du régime matrimonial légal 7 ou de la moyenne mensuelle du gain annuel? Telle est la raison pour laquelle quelques audacieux avaient proposé de retenir par analogie une solution semblable pour l hypothèse voisine de l article Ils n ont pas été suivis, l analogie ayant été jugée insuffisante, voire inexistante 14. Telle est aussi la solution retenue en dernier lieu par la Cour de cassation censurant, le 17 février 2004, un arrêt qui avait cru pouvoir mettre en œuvre une telle application par analogie de l article 1414 alinéa 2 : «Attendu que le cantonnement prévu à l article 1414 alinéa 2, du Code civil, qui protège les gains et salaires d un époux contre les créanciers de son conjoint, n est pas applicable en cas de saisie, sur le fondement de l article 1415 qui protège la communauté, d un compte bancaire alimenté par les revenus des époux ; qu en statuant comme elle l a fait, après avoir relevé que le compte, objet de la saisie, était alimenté par les fruits des biens communs ainsi que par les revenus des époux et qu il n était pas établi que le solde créditeur saisi provenait des seuls revenus du mari, la cour d appel a violé [l article 1415 du Code civil]» 15. Toujours est-il que la situation actuelle n est pas satisfaisante, à deux égards, et cela tant, redisons-le, dans l hypothèse visée à l article 1415 que dans celle de l article Il n est pas raisonnable que des revenus économisés et capitalisés pendant de longues années soient soumis au même régime que les revenus échus et non encore perçus ou que les revenus à échoir. Il est surtout profondément choquant que l époux qui a soigneusement isolé, dans un souci de saine gestion, ses revenus des autres disponibilités du ménage, soit lourdement pénalisé par rapport à celui qui a laissé ses revenus tomber dans la caisse commune, ce qui paraît être le cas le plus courant. Le premier se mordra les doigts pour sa rigueur, tandis que le second se félicitera de son laxisme comptable. Tant l inconvénient du tout ou rien, résultant de ce que, au gré des situations, les revenus économisés sont encore ou non identifiables, que celui de la frontière incertaine entre l économie et l acquêt disparaîtraient si le législateur se résolvait à établir une limite quantitative de la saisissabilité, comparable mais non forcément identique à celle prévue à l article 1414 alinéa 2, pour les gains et salaires. Telle est la solution qu on voudrait proposer. Si l on peut sans doute nier l analogie des situations visées aux articles 1414 et 1415, c est cependant le même type d argument qui justifie une solution symétrique. Si les salaires économisés ne sont plus des salaires et méritent d être soumis au régime ordinaire du passif commun, les revenus économisés ne sont plus, symé- 13. V., Grimaldi, commentaire, préc. n o 49 ; Simler, commentaire, préc., n o V., Champenois, op. cit., n o 431, qui propose cependant de soustraire à la saisie les revenus «thésaurisés». Dans le même sens, J. Sainte-Rose, concl. sur l arrêt du 14 janvier 2003, préc. 15. Civ. 1 re, 17 février 2004, Bull. civ. I, n o 45; JCP G 2004, I, 176, n o 16, obs. Simler; D. 2004, somm. p. 2260, obs. Brémond ; Dr. fam. mai 2004, n o 84, obs. Beignier; Banque et Droit mai-juin 2004, p. 41, obs. Jacob ; RJDA 7/2004, n o 899.

16 8 Le droit patrimonial de la famille triquement, des revenus et doivent suivre le régime ordinaire de l obligation aux dettes communes. Une telle limitation de la saisissabilité, dans le cas de l article 1415, aurait en outre pour avantage de supprimer l irritante distinction entre comptes exclusivement ou non exclusivement alimentés par les revenus de l époux caution ou emprunteur. Dès lors qu un compte aurait encaissé des revenus de cet époux, il serait saisissable dans une certaine mesure. Resterait à déterminer cette mesure. La solution la plus simple serait évidemment de retenir la même que celle prévue à l article Faut-il redire qu elle ne serait pas exagérément pénalisante pour le créancier, qui, en pratiquant une saisie-attribution, étend son appréhension aux revenus périodiques non encore échus. Mais on pourrait aussi concevoir une limite différente : par exemple un trimestre au lieu d un mois. Il suffirait, pour ce faire, de compléter l article 1415, comme aussi l article 1411 car la modification de l un de ces textes ne pourrait logiquement se justifier sans celle de l autre par une disposition précisant que, «Lorsque les revenus sont versés à un compte, ils sont saisissables à concurrence d une somme équivalant au montant des revenus perçus au cours du mois (ou trimestre) précédent ou au montant moyen mensuel (ou trimestriel) des revenus perçus au cours des douze mois précédant la saisie». III. L ARTICLE 1413 ET L ENGAGEMENT PAR CHACUN DES ÉPOUX DE LA TOTALITÉ DE L ACTIF COMMUN Il s agit cette fois d une question plus fondamentale, touchant une pièce maîtresse du dispositif du régime de communauté : celui du passif commun. Il est permis de penser que les solutions actuelles sont inappropriées et même franchement dangereuses, dans un contexte économique, sociologique et moral qui a profondément changé depuis 1965 ou même depuis Une majorité d époux sont aujourd hui professionnellement «bi-actifs», si l on autorise ce néologisme, et aspirent à une certaine indépendance patrimoniale, même s ils ont, volontairement ou, plus probablement par défaut, adopté le régime de la communauté. On écartera d emblée, précisément, l objection tenant au choix possible d un autre régime que la communauté. Certes, de tels époux peuvent choisir la séparation de biens ou la si délaissée participation aux acquêts, ce que tout le monde recommande. Le fait indéniable, c est que, massivement, ils s en abstiennent, pour toutes sortes de raisons qui, en cet instant, importent peu. Le régime légal est parfaitement satisfaisant tant que tout va bien : il est bien connu, comme l a écrit le doyen Carbonnier et comme l a chanté Brassens, que les gens heureux n ont besoin ni de droit, ni de parchemin, ni, par conséquent, de régime matrimonial. Mais survient l adversité pour l un des époux, et ledit régime se referme comme un piège ruinant le

17 De quelques insuffisances du régime matrimonial légal 9 conjoint et le frustrant, le cas échéant, du fruit de longues années de labeur et d économies. Il était normal, en 1804, que le mari engageât la totalité de la communauté, puisqu il était le seul à l alimenter et même à pouvoir, juridiquement, contracter. Il faut ici rendre hommage au législateur qui, lorsque le travail féminin a commencé à se développer, a très tôt perçu les conséquences néfastes de cette règle pour les femmes exerçant une profession séparée et a créé en 1907 la catégorie des «biens réservés», mis à l abri des poursuites des créanciers du mari. Nul ne disconviendra que l institution a été largement un échec. Mais le problème était réel et les intentions parfaitement louables. Les «biens réservés» ont sombré, sans laisser des regrets excessifs, dans l euphorie de la parfaite égalité parachevée le 23 décembre Chacun des époux ayant les mêmes pouvoirs sur les mêmes biens communs, il pouvait paraître naturel qu il engageât désormais ces mêmes biens par ses dettes. Mais que le malheur survienne pour l un, et le piège se referme sur l autre. Tout ce qu il aura édifié ou du moins contribué à édifier par sa propre activité professionnelle est emporté dans le naufrage de son conjoint. Peut-on se contenter de compatir et d observer que, mariés pour le meilleur et pour le pire, l issue est inéluctable? Est-il raisonnable, alors que les tiers sont protégés contre toute remise en cause des opérations faites par un époux, y compris les donations (sauf fraude paulienne, bien sûr), mais que le conjoint se voie privé des fruits de son travail, sans restriction, ni limite? À une époque où le mariage est devenu extrêmement fragile et se trouve, au surplus, en situation de concurrence avec d autres formes, moins contraignantes, de communauté de vie, est-il raisonnable d admettre qu il puisse produire des effets aussi pernicieux? Sauf à opter pour un autre régime légal, ce qui est peu plausible et ne répondrait pas, au surplus, aux aspirations du plus grand nombre, qui reste à juste titre très attaché à l idée de communauté, il paraît nécessaire en ce début du XXI e siècle d envisager une refonte de cette aile de l édifice bâti en Mais, contrairement aux deux points précédemment traités, le remède ne peut procéder d une simple retouche de détail. C est une pièce majeure du dispositif qui est en cause. La «reprise en sous-œuvre» s avère extrêmement périlleuse. Il n est possible ici que d esquisser quelques pistes de réflexion, sans prétendre affiner des plans de détails. Deux questions doivent être posées : est-il possible d envisager une modification du seul article 1413 ou la remise en cause de la règle formulée par ce texte implique-t-elle une refonte plus profonde du régime légal? Une solution simple trop simple? pourrait consister dans la limitation du droit de poursuite des créanciers de l un des époux à la moitié en valeur des biens communs. Outre qu elle serait empreinte d arbitraire, car il subsiste des ménages dans lesquels un seul a des revenus professionnels et beaucoup d autres dans lesquels les revenus des deux époux sont très inégaux, cette idée séduisante soulève immédiatement une autre question : quel sort réserver, dans cette hypothèse, à l autre moitié de l actif commun? Plusieurs réponses pourraient être imaginées : soit l attribu-

18 10 Le droit patrimonial de la famille tion de cette moitié restant de l actif à l autre conjoint, ce qui se traduirait par une liquidation anticipée du régime ; soit son maintien en communauté, avec une seconde alternative : maintien pur et simple et sans restriction particulière ou maintien à titre de masse définitivement soustraite aux créanciers antérieurs de l époux poursuivi, constitutive d une nouvelle variété de «biens réservés». Ces dernières solutions seraient sans doute très difficiles à mettre en œuvre, de sorte qu une liquidation anticipée pure et simple, qui rapprocherait la situation des époux communs en biens de celle des époux séparés de biens disposant d une masse indivise, serait une issue plus réaliste. Et l on pourrait alors imaginer que le partage se fasse non par moitié, mais en proportion des revenus de chacun des époux ayant alimenté la masse commune. Mais si l on franchit ce pas, l on se situe d emblée bien au-delà de la seule remise en cause du principe posé par l article Deux réflexions peuvent être faites à ce stade. La première est qu une telle dissolution anticipée n aurait en soi rien d aberrant. Elle s apparenterait à une séparation judiciaire des biens, provoquée par les poursuites d un ou plusieurs créanciers (mais avec des effets différents, bien sûr, de ceux de l actuelle séparation judiciaire). On pourrait ainsi concevoir que l ouverture contre un époux commun en biens de toute procédure collective, commerciale ou civile, emporterait de plein droit séparation de biens et partage anticipé de la communauté, opposable aux créanciers actuels. Cette issue devrait sans doute être assortie de quelques correctifs, afin de prévenir et de neutraliser des comportements frauduleux. Ainsi, les biens acquis pendant la période suspecte pourraient être (simplement ou même irréfragablement) présumés avoir été acquis avec des fonds provenant de l époux défaillant. Plus généralement, une disposition semblable à l article L du Code de commerce (anc. art. 112, L. 25 janv. 1985) pourrait permettre aux créanciers de l époux défaillant ou à leur représentant de prouver par tous moyens que les biens communs acquis au cours des trois ou cinq dernières années l ont été avec des valeurs provenant de cet époux. On pourrait concevoir aussi seconde réflexion que le dispositif ci-dessus imaginé ne mette pas fin définitivement au régime de communauté et que, celle-ci une fois liquidée, le même régime reprenne, en quelque sorte, son cours pour l avenir. La situation de ces époux se rapprocherait ainsi à nouveau de celle, plus satisfaisante, qui, pour les époux séparés de biens (ou pour des concubins), est consécutive au partage de leurs biens indivis, à l initiative de l un d eux ou à la suite de poursuites engagées par des créanciers. Ils peuvent en effet librement alimenter une nouvelle masse indivise destinée à être partagée lors de la dissolution définitive de leur régime, par décès ou par séparation. L on voit donc que la seule modification de la règle de l article 1413 est impossible et que le déplacement de cette pièce du dispositif en bouscule d autres, non moins importantes. N est-ce pas, dès lors, l ensemble du régime de communauté qu il serait possible ou opportun de reconstruire sur de nouvelles bases? À nouveau, deux voies paraissent pouvoir être explorées.

19 De quelques insuffisances du régime matrimonial légal 11 La première est celle d une communauté à gestion séparée. L idée n est pas nouvelle. Elle existait en germe, avant 1985, pour les «biens réservés». Sa généralisation signifierait que chacun administrerait et engagerait seul les biens par lui acquis, sans remise en cause des règles de cogestion actuellement en vigueur, tant pour le logement de la famille que pour certains actes graves portant sur des biens communs limitativement énumérés. Elle ne résoudrait cependant qu une partie du problème et susciterait de considérables difficultés de preuve. Ainsi ne permettrait-elle certainement pas d éviter la constitution d une masse commune intermédiaire, soit faute de preuve de l acquisition des biens par l un ou l autre des époux, particulièrement en matière mobilière, soit plus simplement en raison d acquisitions faites conjointement par les deux époux, ne serait-ce que parce qu ils n auraient pu éviter de mettre en commun leurs ressources pour réaliser des investissements, au premier rang desquels on trouverait assurément le logement de la famille. De plus, cette gestion séparée des biens communs ne serait d aucun secours pour les époux n exerçant pas une profession séparée ou n ayant pas un niveau de revenus leur permettant de réaliser séparément des investissements significatifs. Une seconde voie, qui s écarterait davantage encore du modèle traditionnel de la communauté, conduirait à un rapprochement avec l idée fondatrice du régime de la participation aux acquêts et consisterait dans l établissement d une communauté différée, au sein de laquelle il n existerait, pendant la durée du régime, que deux patrimoines, les acquêts faits pendant la durée du régime ayant cependant vocation à être partagés et donnant lieu, comme aujourd hui, à une gestion contrôlée par le conjoint. Chacun des époux serait donc, pendant la durée du régime, seul propriétaire des biens de toute nature et de toute origine et répondrait seul de ses dettes sur l intégralité de son patrimoine. En cas d acquisitions communes ou à défaut de preuve de l acquisition par l un ou par l autre, les biens en question seraient réputés indivis entre les époux et seraient soumis au régime qui est actuellement celui de l indivision entre époux séparés de biens, c est-à-dire qu ils seraient partageables à tout moment, au gré des époux ou à la demande des créanciers de l un d eux, et ne répondraient corrélativement des dettes de chacun qu à concurrence de moitié. Néanmoins, à la différence de l actuelle participation aux acquêts, qui est d essence séparatiste, les biens constitutifs d acquêts au sens actuel du terme, ne relèveraient pas du pouvoir exclusif et discrétionnaire de leur propriétaire et resteraient soumis aux restrictions telles qu elles sont actuellement prévues, notamment par les articles 1422 et suivants du Code civil. Un tel régime resterait ainsi d essence communautaire. Son caractère mixte pourrait cependant être de nature à satisfaire ceux des époux ou futurs époux qui, en l état actuel de la législation, choisissent la participation aux acquêts. Seule la séparation de biens pure et simple constituerait une véritable alternative. Est-il permis au juriste de rêver? Alors rêvons d un régime matrimonial qui satisferait à la fois les aspirations contradictoires, d indépendance et néanmoins de communauté, que des époux peuvent ressentir.

20

Jusqu au 1 er janvier 2007, le Pacte civil de solidarité (PACS) est demeuré soumis aux inconvénients de la

Jusqu au 1 er janvier 2007, le Pacte civil de solidarité (PACS) est demeuré soumis aux inconvénients de la Promotion Réal du MASTER II DE DROIT NOTARIAL sous la direction de Philippe Delmas Saint-Hilaire Professeur à l Université Montesquieu Bordeaux IV Bordeaux, décembre 2011 LE STATUT DES BIENS DANS LES COUPLES

Plus en détail

CAS CAS VALIN-PRATON

CAS CAS VALIN-PRATON CAS 1 CAS VALIN-PRATON COMMUNAUTÉ LÉGALE LIQUIDATION-PARTAGE ACTIF COMMUN, ACTIF PROPRE PASSIF COMMUN, PASSIF PROPRE RÉCOMPENSES, ÉVALUATION ÉTAT LIQUIDATIF, PARTAGE, FISCALITÉ Hervé VALIN, 50 ans, et

Plus en détail

Le champ d application de l article 1415 du code civil

Le champ d application de l article 1415 du code civil Fiche à jour au 28 janvier 2009 FIICHE PEDAGOGIIQUE VIIRTUELLE diplôme : Master 1 Matière : Droit des sûretés Web-tuteur : Catherine d Hoir-Lauprêtre SEANCE N 3 - REGIIMES MATRIIMONIIAUX ET CAUTIIONNEMENT

Plus en détail

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux Personnes et familles Vie familiale / vie à deux les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux www.notaires.paris-idf.fr Vie familiale, vie à deux LES CONTRATS DE MARIAGE ET LES RÉGIMES MATRIMONIAUX

Plus en détail

LES CLAUSES PARTICULIERES DE DONATION

LES CLAUSES PARTICULIERES DE DONATION MAJ 23/04/12 Avec la collaboration du Cridon Nord-Est LES CLAUSES PARTICULIERES DE DONATION Une donation peut imposer au donataire une ou plusieurs obligations (charge), ou prévoir une résolution de l

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-212 QPC du 19 janvier 2012. Madame Khadija A., épouse M. (Procédure collective : réunion à l actif des biens du conjoint)

Commentaire. Décision n 2011-212 QPC du 19 janvier 2012. Madame Khadija A., épouse M. (Procédure collective : réunion à l actif des biens du conjoint) Commentaire Décision n 2011-212 QPC du 19 janvier 2012 Madame Khadija A., épouse M. (Procédure collective : réunion à l actif des biens du conjoint) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 2 novembre

Plus en détail

Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV

Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV sous la direction de M. Philippe DELMAS SAINT-HILAIRE Professeur à l Université Montesquieu-Bordeaux

Plus en détail

Calcul des parts contributives des père et mère au profit de leurs enfants Analyse bisannuelle de décisions de jurisprudence 155 Sophie Louis

Calcul des parts contributives des père et mère au profit de leurs enfants Analyse bisannuelle de décisions de jurisprudence 155 Sophie Louis sommaire DOCTRINE Calcul des parts contributives des père et mère au profit de leurs enfants Analyse bisannuelle de décisions de jurisprudence 155 Sophie Louis LÉGISLATION 1. Législation fédérale Loi du

Plus en détail

INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE

INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE DIRECTION DES SERVICES ADMINISTRATIFS SERVICE POPULATION ET CITOYENNETE SECTEUR ETAT CIVIL INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE Annexe du décret n 2002 1556 du 23 décembre 2002 Ce document est destiné

Plus en détail

INSTRUMENTS DE PAIEMENT ET DE CRÉDIT

INSTRUMENTS DE PAIEMENT ET DE CRÉDIT INSTRUMENTS DE PAIEMENT ET DE CRÉDIT MISE À JOUR OCTOBRE 2009 Christian Gavalda Jean Stoufflet Agrégé des facultés de droit Professeur émérite de l Université de Clermont-Ferrand I Doyen honoraire de

Plus en détail

Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV

Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV sous la direction de M. Philippe DELMAS SAINT-HILAIRE Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-151 QPC du 13 juillet 2011 M. Jean-Jacques C. (Attribution d un bien à titre de prestation compensatoire)

Commentaire. Décision n 2011-151 QPC du 13 juillet 2011 M. Jean-Jacques C. (Attribution d un bien à titre de prestation compensatoire) Commentaire Décision n 2011-151 QPC du 13 juillet 2011 M. Jean-Jacques C. (Attribution d un bien à titre de prestation compensatoire) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 17 mai 2011 par la première

Plus en détail

L assurance-vie. Caractéristiques Ι Atouts Ι Solutions

L assurance-vie. Caractéristiques Ι Atouts Ι Solutions L assurance-vie Caractéristiques Ι Atouts Ι Solutions L assurance-vie Caractéristiques 3 Atouts 7 Solutions 8 2 Caractéristique du contrat d assurance-vie Un contrat d assurance- vie est un contrat en

Plus en détail

La souscription d un contrat d assurance-vie par une personne vulnérable après les lois des 5 mars et 7 décembre 2007

La souscription d un contrat d assurance-vie par une personne vulnérable après les lois des 5 mars et 7 décembre 2007 La souscription d un contrat d assurance-vie par une personne vulnérable après les lois des 5 mars et 7 décembre 2007 Une étude réalisée par Nathalie Gaulon L actualité de la matière de l assurance vie

Plus en détail

ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 22 SEPT-OCT 2011

ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 22 SEPT-OCT 2011 ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 22 SEPT-OCT 2011 A propos du bénéficiaire à titre gratuit d'un contrat d'assurance-décès (v. Cass. 2 ème civ., 1 er juin 2011, n 10-30430)

Plus en détail

Parlons Assurance-vie

Parlons Assurance-vie Parlons Assurance-vie Aléa : événement incertain lié au risque assuré par le contrat. Arbitrage : possibilité de modifier la répartition entre les différents supports de placement des primes. Arrérage

Plus en détail

LOI RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (EIRL)

LOI RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (EIRL) LOI RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (EIRL) - Loi n 2010-658 du 15 juin 2010 - - Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 - - Arrêté du 29 décembre 2010 - Vendredi 11 Mars 2011

Plus en détail

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Texte adopté par la Commission du droit international à sa soixante-troisième session, en 2011, et soumis à l Assemblée générale dans le cadre de

Plus en détail

DROIT DE LA FAMILLE ET DES PERSONNES

DROIT DE LA FAMILLE ET DES PERSONNES BULLETIN DROIT DE LA FAMILLE ET DES PERSONNES LE PATRIMOINE FAMILIAL À l occasion du lancement imminent de la première loi annotée sur le patrimoine familial au Québec, réalisée par les avocates du groupe

Plus en détail

Le couple. et l argent

Le couple. et l argent LES FICHES PRATIQUES DE FINANCES & PÉDAGOGIE Le couple Mariage, PACS, ou concubinage, la vie à deux implique le plus souvent des choix mais aussi des obligations. Alors, qu en est-il en matière de gestion

Plus en détail

Marseille 12 13 Octobre 2006. Table ronde n 6 : La famille

Marseille 12 13 Octobre 2006. Table ronde n 6 : La famille 1 er COLLOQUE DES NOTARIATS EUROMEDITERRANEENS Marseille 12 13 Octobre 2006 Table ronde n 6 : La famille Rapporteur Général : Monsieur Umberto Morello, Professeur de droit à l Université de Gênes (Italie).

Plus en détail

Le maintien du niveau de vie après le divorce : la prestation compensatoire. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le maintien du niveau de vie après le divorce : la prestation compensatoire. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 27 juin 2007 à 9 h 30 «Niveau de vie, veuvage et divorce» Document N 02 Document de travail, n engage pas le Conseil Le maintien du niveau de vie

Plus en détail

REGIMES MATRIMONIAUX

REGIMES MATRIMONIAUX REGIMES MATRIMONIAUX Le sujet est vaste et complexe. L exposé se limitera au rappel des règles essentielles et à l examen des problèmes les plus fréquemment rencontrés. Un rappel : il existe un régime

Plus en détail

DES MEUBLES INCORPORELS

DES MEUBLES INCORPORELS Un bien meuble incorporel est un bien qui n a pas d existence matérielle. C est un bien impalpable (ex : une somme d argent, les parts d une société). En France, il existe différents types de saisies de

Plus en détail

«Succession, comment ça marche?»

«Succession, comment ça marche?» «Succession, comment ça marche?» JARVILLE Jeudi 19 mars 2015 Serge CONSTANT Notaire à NANCY Président de la Chambre des Notaires PLAN I. Comment est composée la succession? Cela dépend de la situation

Plus en détail

Personnes et familles. Vie à deux. www.notaires.paris-idf.fr

Personnes et familles. Vie à deux. www.notaires.paris-idf.fr Personnes et familles LE DIVORCE Vie à deux LA PRESTATION COMPENSATOIRE www.notaires.paris-idf.fr Vie à deux LE DIVORCE - LA PRESTATION COMPENSATOIRE Au fil du temps, le divorce a été simplifié et pacifié.

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 26 septembre 2012 N de pourvoi: 11-22929 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président Me Foussard, SCP Boré et Salve

Plus en détail

DES MEUBLES INCORPORELS

DES MEUBLES INCORPORELS de meubles incorporels (aussi appelée saisie-arrêt) est une procédure au moyen de laquelle il est possible pour un créancier d appréhender les biens dématérialisés constituant le patrimoine de son débiteur

Plus en détail

Néanmoins, il existe deux exceptions au principe de l application de la loi au 1 er novembre 2010.

Néanmoins, il existe deux exceptions au principe de l application de la loi au 1 er novembre 2010. DROIT CIVIL 64/2012 LA VENTE D IMMEUBLE PAR UN PROPRIÉTAIRE SURENDETTÉ Jusqu à présent, même admis au bénéfice du surendettement, le débiteur conservait la possibilité de consentir valablement un acte

Plus en détail

LA DONATION ENTRE VIFS

LA DONATION ENTRE VIFS Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LA DONATION ENTRE VIFS La donation entre vifs est l acte par lequel le donateur se dépouille actuellement et irrévocablement d un bien ou d un droit au profit

Plus en détail

La transmission de patrimoine au Grand-Duché de Luxembourg

La transmission de patrimoine au Grand-Duché de Luxembourg _ FR PLANIFICATION SUCCESSORALE La transmission de patrimoine au Grand-Duché de Luxembourg La planification successorale La planification successorale au Grand-Duché de Luxembourg Planification successorale

Plus en détail

Colloque AJAR du 5 décembre 2013 Le conseil constitutionnel et l assurance

Colloque AJAR du 5 décembre 2013 Le conseil constitutionnel et l assurance 1 Colloque AJAR du 5 décembre 2013 Le conseil constitutionnel et l assurance Principes constitutionnels et assurances de personnes Le cas des assurances de groupe et des assurances sur la vie par Luc Mayaux

Plus en détail

COMMUNAUTE ENTRE EPOUX

COMMUNAUTE ENTRE EPOUX Numéro du document : GACIV/12/2007/0077 Publication : Les grands arrêts de la jurisprudence civile, 12e édition 2007, p. 567 Décision commentée : Cour de cassation, 1re civ., 31-03-1992 n 90-17.212 Indexation

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Rapport au Président de la République relatif à l ordonnance n o 2010-1512 du 9 décembre 2010 portant adaptation du

Plus en détail

SIMPLIFIE ET PACIFIE LA PROCÉDURE. À TOUTES LES ÉTAPES DE LA PROCÉDURE ET SUR TOUTES LES QUESTIONS LIÉES À LA LIQUIDATION DU RÉGIME

SIMPLIFIE ET PACIFIE LA PROCÉDURE. À TOUTES LES ÉTAPES DE LA PROCÉDURE ET SUR TOUTES LES QUESTIONS LIÉES À LA LIQUIDATION DU RÉGIME Le Divorce LA LOI DU 26 MAI 2004 RÉFORMANT LE DIVORCE EST ENTRÉE EN VIGUEUR LE 1 ER JANVIER 2005. CETTE LOI SIMPLIFIE ET PACIFIE LA PROCÉDURE. ELLE RENFORCE LE RÔLE DU NOTAIRE. CE DERNIER PEUT INTERVENIR

Plus en détail

Le sort fiscal d un contrat d assurance vie nanti : Quelques précisions

Le sort fiscal d un contrat d assurance vie nanti : Quelques précisions Le sort fiscal d un contrat d assurance vie nanti : Quelques précisions NEWSLETTER 14 195 du 27 MAI 2014 ANALYSE PAR STEPHANE PILLEYRE Une mise à jour du BOFiP en date du 9 juillet 2013 a intégré une décision

Plus en détail

Insaisissabilité de la demeure principale [1] de l indépendant

Insaisissabilité de la demeure principale [1] de l indépendant Insaisissabilité de la demeure principale [1] de l indépendant Loi du 25 avril 2007 Moniteur Belge 8 mai 2007 Note destinée à nos collaboratrices et collaborateurs Jean-Claude Brulé 23 mai 2007 1 On entend

Plus en détail

S I M O N, D A C O S T A & C A T R O U

S I M O N, D A C O S T A & C A T R O U S I M O N, D A C O S T A & C A T R O U N O T A I R E S OUVERTURE DE SUCCESSION LISTE DES PIECES A FOURNIR AU NOTAIRE Concernant le défunt : - Deux extraits de son acte de décès, - Livret de famille et

Plus en détail

Georgette Josserand, lassée du comportement de son mari, qui refuse désormais de lui adresser la parole, décide de demander le divorce.

Georgette Josserand, lassée du comportement de son mari, qui refuse désormais de lui adresser la parole, décide de demander le divorce. Cas pratique sur un sujet de droit civil ou de procédure civile (1 er concours) Note : 17/20 Enoncé du cas pratique : Lors d une passionnante conférence sur L influence de la pensée pré-socratique sur

Plus en détail

PARTIE I LE CHAMP D APPLICATION DU DROIT DE LA CONSOMMATION

PARTIE I LE CHAMP D APPLICATION DU DROIT DE LA CONSOMMATION PARTIE I LE CHAMP D APPLICATION DU DROIT DE LA CONSOMMATION Fiche 1 La notion de consommateur Les objectifs de la fiche : Identifier le consommateur afin de délimiter le champ d application du droit de

Plus en détail

LA PROTECTION DU PATRIMOINE DU CHEF D ENTREPRISE. Les petits déjeuners de l entreprise 17 11 09

LA PROTECTION DU PATRIMOINE DU CHEF D ENTREPRISE. Les petits déjeuners de l entreprise 17 11 09 LA PROTECTION DU PATRIMOINE DU CHEF D ENTREPRISE Les petits déjeuners de l entreprise 17 11 09 Avec la participation de Maître Mary-Line LEGRAND-MAMPEY, Notaire Maître Thierry BESSON, Avocat Sommaire INTRODUCTION

Plus en détail

LES STATUTS DES CONJOINTS DE COMMERCANTS ET D ARTISANS.

LES STATUTS DES CONJOINTS DE COMMERCANTS ET D ARTISANS. LES STATUTS DES CONJOINTS DE COMMERCANTS ET D ARTISANS. Hôtel Consulaire Nouveau-Port 20293 BASTIA Tél : 04.95.54.44.44 Fax : 04.95.54.44.47 DIRECTION DES SERVICES AUX ENTREPRISES CCI Bastia Haute Corse

Plus en détail

Projet de la Commission de rédaction pour le vote final. (Partage de la prévoyance professionnle en cas de divorce)

Projet de la Commission de rédaction pour le vote final. (Partage de la prévoyance professionnle en cas de divorce) Projet de la Commission de rédaction pour le vote final Code civil suisse (Partage de la prévoyance professionnle en cas de divorce) Modification du 19 juin 2015 L Assemblée fédérale de la Confédération

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-330 QPC du 28 juin 2013. Mme Nicole B.

Commentaire. Décision n 2013-330 QPC du 28 juin 2013. Mme Nicole B. Commentaire Décision n 2013-330 QPC du 28 juin 2013 Mme Nicole B. (Décharge de plein droit de l obligation de paiement solidaire de certains impôts) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 29 avril 2013

Plus en détail

SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR

SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR Outil d'optimisation fiscale très performant par rapport à la détention directe d'un patrimoine, la société civile permet de choisir

Plus en détail

1 La transmission de l entreprise en cas de décès de l entrepreneur individuel

1 La transmission de l entreprise en cas de décès de l entrepreneur individuel 1 La transmission de l entreprise en cas de décès de l entrepreneur individuel À défaut de préparation, le plus souvent, l entreprise, faute de personnalité juridique, va disparaître. Elle va se trouver

Plus en détail

Personnes et familles. Transmettre. La succession. www.notaires.paris-idf.fr

Personnes et familles. Transmettre. La succession. www.notaires.paris-idf.fr Personnes et familles Transmettre www.notaires.paris-idf.fr Transmettre Dès le décès, le patrimoine d une personne est transmis à ses héritiers. La loi détermine qui sont les héritiers du défunt. Toutefois,

Plus en détail

Chapitre 2 L inexécution des contrats: la responsabilité contractuelle

Chapitre 2 L inexécution des contrats: la responsabilité contractuelle Chapitre 2 L inexécution des contrats: la responsabilité contractuelle La responsabilité contractuelle est la sanction de l inexécution ou de la mauvaise exécution du contrat. Elle est prévue par l article

Plus en détail

Conciliation Droit de la famille et faillite

Conciliation Droit de la famille et faillite Conciliation Droit de la famille et faillite Formation AJBL 14 mars 2014 Lynda Lalande, CIRP, Syndic Olivier Noiseux, Conseiller Table des matières 2 Déclaration de résidence familiale. Réclamations alimentaires.

Plus en détail

sommaire DOCTRINE LÉGISLATION La domiciliation de l enfant en hébergement égalitaire : enjeux et projet de réforme François-Xavier Delogne

sommaire DOCTRINE LÉGISLATION La domiciliation de l enfant en hébergement égalitaire : enjeux et projet de réforme François-Xavier Delogne sommaire DOCTRINE La domiciliation de l enfant en hébergement égalitaire : enjeux et projet de réforme François-Xavier Delogne 605 LÉGISLATION 1. Législation fédérale Loi du 6 mai 2009 portant des dispositions

Plus en détail

PARTIE 1. Principes généraux

PARTIE 1. Principes généraux PARTIE 1 Principes généraux CHAPITRE 1 Introduction générale 1 LA NOTION DE SUCCESSION A - Définition de la succession La succession désigne plusieurs choses : il s agit d abord d un procédé de transmission

Plus en détail

La transformation d une assurance vie adhésion simple en co-adhésion ne constitue pas une novation

La transformation d une assurance vie adhésion simple en co-adhésion ne constitue pas une novation La transformation d une assurance vie adhésion simple en co-adhésion ne constitue pas une novation NEWSLETTER 15 276 du 14 AVRIL 2015 Analyse par STEPHANE PILLEYRE Dans un arrêt du 19 mars dernier 1, la

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-436 QPC du 15 janvier 2015. Mme Roxane S.

Commentaire. Décision n 2014-436 QPC du 15 janvier 2015. Mme Roxane S. Commentaire Décision n 2014-436 QPC du 15 janvier 2015 Mme Roxane S. (Valeur des créances à terme pour la détermination de l assiette des droits de mutation à titre gratuit et de l ISF) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

LE CHOIX DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE COMME STRUCTURE JURIDIQUE

LE CHOIX DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE COMME STRUCTURE JURIDIQUE 1 LE CHOIX DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE COMME STRUCTURE JURIDIQUE 1. Pourquoi choisir l entreprise individuelle La création d une entreprise individuelle est simple : pas de capital social, pas de statuts,

Plus en détail

Article 221 du code civil : le mandat domestique est sans application à l'égard du banquier

Article 221 du code civil : le mandat domestique est sans application à l'égard du banquier Recueil Dalloz 2004 p. 1479 Article 221 du code civil : le mandat domestique est sans application à l'égard du banquier Maxence Laugier, Docteur en droit Le mariage peut faire de l'argent du ménage un

Plus en détail

7. Comment éviter que votre patrimoine ne revienne à votre belle-famille?

7. Comment éviter que votre patrimoine ne revienne à votre belle-famille? 7. Comment éviter que votre patrimoine ne revienne à votre belle-famille? 7.1. De quoi s agit-il? Si vous organisez un planning patrimonial et successoral, vous essayerez sans doute que votre patrimoine

Plus en détail

TRIBUNAL D INSTANCE D AMIENS. Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction du tuteur

TRIBUNAL D INSTANCE D AMIENS. Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction du tuteur TRIBUNAL D INSTANCE D AMIENS Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction du tuteur Ces dispositions ne concernent pas les renouvellements à l identique des mesures de tutelle. Par contre, si

Plus en détail

Historiquement, la loi n 65-557 du

Historiquement, la loi n 65-557 du 04RL861-p472 25/06/08 10:03 Page 472 La dispense d ouverture d un compte bancaire séparé : tribulations RL>215 POUR POUVOIR APPRÉCIER LA PORTÉE DES OBLIGATIONS QUI PÈSENT AUJOURD HUI SUR LE SYNDIC, CONCERNANT

Plus en détail

15 La donation-partage transgénérationnelle

15 La donation-partage transgénérationnelle LES LIBÉRALITÉS-PARTAGES 15 La donation-partage transgénérationnelle Pourquoi choisir une donationpartage transgénérationnelle? Avantages au point de vue juridique... 691 Avantages au point de vue fiscal...

Plus en détail

Succession L un de vos proches est décédé

Succession L un de vos proches est décédé Succession L un de vos proches est décédé Qui hérite? Dans quelle proportion? Quel en est le coût? Votre notaire est là pour vous aider et vous assister dans les opérations successorales que vous aurez

Plus en détail

Les cohabitants et l immobilier

Les cohabitants et l immobilier Les cohabitants et l immobilier 3Des cohabitants non mariés achetant ensemble un terrain à bâtir ou une habitation acquièrent ce bien en copropriété. Cela veut dire que le terrain ou l habitation appartient

Plus en détail

a. Sur l irrecevabilité de la demande au cours des six premiers mois de mariage

a. Sur l irrecevabilité de la demande au cours des six premiers mois de mariage III- LE DIVORCE 1.ANALYSE I. Les cas de divorce A. Le divorce sur demande conjointe A.1. Dénomination Il paraît opportun de placer les dispositions relatives à ce divorce (les articles 230 à 232 C. civ.)

Plus en détail

II. - Dispositions du projet de loi

II. - Dispositions du projet de loi Le développement de l économie passe en priorité par la réhabilitation du travail comme moyen de procurer aux salariés un meilleur confort de vie et de relancer la machine économique. Le confort de vie,

Plus en détail

La société civile de droit commun et la planification successorale

La société civile de droit commun et la planification successorale La société civile de droit commun et la planification successorale PRIVATE BANKING WWW.INGPRIVATEBANKING.BE La société civile de droit commun et la planification successorale La société civile de droit

Plus en détail

Me ANGELE KOUASSI, Notaire, Past-Présidente AFJCI 2013 FORMATION SUR LES SUCCESSIONS

Me ANGELE KOUASSI, Notaire, Past-Présidente AFJCI 2013 FORMATION SUR LES SUCCESSIONS FORMATION SUR LES SUCCESSIONS 1 SUCCESSIONS, Loi N 64-379 du 07 Octobre 1964. Chers séminaristes, Mesdames et Messieurs, le sujet qui nous réunis ce jour a toujours été d actualité et le demeure encore

Plus en détail

CIRCULAIRE D INFORMATION No 14

CIRCULAIRE D INFORMATION No 14 20 décembre 1999 Dr. Hermann Walser CIRCULAIRE D INFORMATION No 14 Nouveau droit du divorce : obligations des institutions de prévoyance Les modifications résultant de la révision du droit du divorce entrent

Plus en détail

Séparation, rupture. Séparation, rupture de la vie commune. Comment. ma? mapeut-elle. Bon à savoir

Séparation, rupture. Séparation, rupture de la vie commune. Comment. ma? mapeut-elle. Bon à savoir ? Séparation, rupture Séparation, rupture de la vie commune? Comment ma? mapeut-elle banque m accompagner?? Bon à savoir 2 NOTES Édito Chère cliente, cher client, Nous nous connaissons peut-être depuis

Plus en détail

Numéro du rôle : 1333. Arrêt n 54/99 du 26 mai 1999 A R R E T

Numéro du rôle : 1333. Arrêt n 54/99 du 26 mai 1999 A R R E T Numéro du rôle : 1333 Arrêt n 54/99 du 26 mai 1999 A R R E T En cause : les questions préjudicielles relatives aux articles 127, 128 et 148, 3, de la loi du 25 juin 1992 sur le contrat d assurance terrestre,

Plus en détail

Chapitre 1 : Notions. Partie 9 - Rente viagère. Qu est-ce q u u n e «r e n t e v i a g è r e»?

Chapitre 1 : Notions. Partie 9 - Rente viagère. Qu est-ce q u u n e «r e n t e v i a g è r e»? Chapitre 1 : Notions Qu est-ce q u u n e «r e n t e v i a g è r e»? Principe. Une rente viagère, c est en fait une dette à vie d une personne envers une autre, que l on connaît surtout dans le cadre de

Plus en détail

L INDIVISION. légal conventionnelle régime conventionnel

L INDIVISION. légal conventionnelle régime conventionnel L INDIVISION L indivision peut résulter d une convention. Elle permet d organiser la propriété de plusieurs personnes : copropriété familiale, dont la communauté de biens entre époux est l exemple le plus

Plus en détail

Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier

Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier Introduction L assurance vie cédée en garantie d un prêt est une stratégie de planification financière qui utilise la valeur de

Plus en détail

Les modalités de la vente. La société civile immobilière SCI. www.notaires.paris-idf.fr

Les modalités de la vente. La société civile immobilière SCI. www.notaires.paris-idf.fr IMMOBILIER Les modalités de la vente La société civile immobilière SCI www.notaires.paris-idf.fr Les modalités de la vente La société civile immobilière SCI Une Société Civile Immobilière (SCI) est une

Plus en détail

NOTE JURIDIQUE - INDEMNISATION

NOTE JURIDIQUE - INDEMNISATION Conseil Technique National Service juridique Droit des personnes et des familles NOTE JURIDIQUE - INDEMNISATION - OBJET : Le devenir des indemnités Base juridique Articles 885 K et 81-9 bis du Code Général

Plus en détail

E.I.R.L. Un nouveau statut à découvrir. Animé par : M. Yann AUBIN, expert-comptable

E.I.R.L. Un nouveau statut à découvrir. Animé par : M. Yann AUBIN, expert-comptable E.I.R.L. Un nouveau statut à découvrir Animé par : M. Yann AUBIN, expert-comptable Préambule 1. Présentation du dispositif EIRL Caractéristiques juridiques, fiscales et sociales Modalités de constitution,

Plus en détail

Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010

Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010 Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010 Âge Accès aux crédits à la consommation Recommandations L établissement de crédit X, filiale de F, a refusé d attribuer une carte de paiement adossée à une

Plus en détail

DIVORCE l intérêt du consentement amiable

DIVORCE l intérêt du consentement amiable Conférence-débat du jeudi 2 octobre 2014 DIVORCE l intérêt du consentement amiable Depuis le 1 er janvier 2005 (date d entrée en vigueur de la loi sur le divorce du 26 mai 2004), les époux ont le choix

Plus en détail

Cas pratique : Le droit du divorce à l épreuve de la liquidation matrimoniale et de la rédaction d acte

Cas pratique : Le droit du divorce à l épreuve de la liquidation matrimoniale et de la rédaction d acte Cas pratique : Le droit du divorce à l épreuve de la liquidation matrimoniale et de la rédaction d acte Proposé par Sylvie FERRE-ANDRE, Professeur des universités, Directeur du MASTER de droit notarial

Plus en détail

Numéro du rôle : 4035. Arrêt n 61/2007 du 18 avril 2007 A R R E T

Numéro du rôle : 4035. Arrêt n 61/2007 du 18 avril 2007 A R R E T Numéro du rôle : 4035 Arrêt n 61/2007 du 18 avril 2007 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 44, alinéa 2, de la loi du 17 juillet 1997 relative au concordat judiciaire, posée

Plus en détail

Stratégie d assurance retraite

Stratégie d assurance retraite Stratégie d assurance retraite Département de Formation INDUSTRIELLE ALLIANCE Page 1 Table des matières : Stratégie d assurance retraite Introduction et situation actuelle page 3 Fiscalité de la police

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, premier décembre deux mille onze.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, premier décembre deux mille onze. N 66 / 11. du 1.12.2011. Numéro 2897 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, premier décembre deux mille onze. Composition: Marie-Paule ENGEL, présidente

Plus en détail

L INFORMATION DU CREANCIER MUNI DE SURETE... 2

L INFORMATION DU CREANCIER MUNI DE SURETE... 2 Fiche à jour au 20 mars 2009 FIICHE PEDAGOGIIQUE VIIRTUELLE diplôme : Master 1 Matière : Droit des sûretés Web-tuteur : Catherine Bernardin-Rabsztyn SEANCE N 2 - ASSURANCE DE CHOSE ET CREANCIIER MUNII

Plus en détail

CONDITIONS SPÉCIALES

CONDITIONS SPÉCIALES ASSURANCE-CRÉDIT POLICE INDIVIDUELLE D ASSURANCE-CRÉDIT CONDITIONS SPÉCIALES ETABLISSEMENTS DE CREDIT Garantie d un crédit acheteur - DGP 507 A - SOMMAIRE Article 1 Prise d effet de la garantie 5 Article

Plus en détail

La délégation de pouvoirs

La délégation de pouvoirs La délégation de pouvoirs DELEGATIONS DE POUVOIR Secteur Pharmaceutique Paris, 27 septembre 2006 Introduction: définition, contexte et rappel des principes généraux Délégation de pouvoirs et notions voisines

Plus en détail

Personnes et familles. transmettre. la donation. www.notaires.paris-idf.fr

Personnes et familles. transmettre. la donation. www.notaires.paris-idf.fr Personnes et familles transmettre www.notaires.paris-idf.fr Transmettre «Donner c est donner». La donation est un acte important car le donateur transmet immédiatement et définitivement la propriété des

Plus en détail

Les conjoints et l assurance-vie

Les conjoints et l assurance-vie Les conjoints et l assurance-vie Lorsqu il s agit de conseiller des époux qui envisagent de souscrire un contrat d assurance-vie, le premier réflexe doit être de leur demander leur régime matrimonial.

Plus en détail

Séparation, rupture de la vie commune

Séparation, rupture de la vie commune Séparation, rupture de la vie commune ÊTRE ACCOMPAGNÉ PAR SA BANQUE À CHAQUE ÉTAPE DE SA VIE. 2 SOMMAIRE QUELLES DÉMARCHES POUR... Que notre relation soit ancienne ou plus récente, nous nous engageons

Plus en détail

«DROIT DE LA FAMILLE, DROIT DES BIENS ET DROIT DES SUCCESSIONS DANS UN CONTEXTE FRANCO-JAPONAIS ET INTERNATIONAL»

«DROIT DE LA FAMILLE, DROIT DES BIENS ET DROIT DES SUCCESSIONS DANS UN CONTEXTE FRANCO-JAPONAIS ET INTERNATIONAL» UFE-Japon COMPTE RENDU DES CONFERENCES DU 20 MARS 2014 «DROIT DE LA FAMILLE, DROIT DES BIENS ET DROIT DES SUCCESSIONS DANS UN CONTEXTE FRANCO-JAPONAIS ET INTERNATIONAL» Avec la participation de : Maître

Plus en détail

DÉTERMINATION DE L ACTIF SUCCESSORAL :

DÉTERMINATION DE L ACTIF SUCCESSORAL : CRIDON Nord-Est CHRONIQUE COMMENTEE DÉTERMINATION DE L ACTIF SUCCESSORAL : LA BOÎTE À OUTILS DU NOTAIRE SE COMPLÈTE Les difficultés de recherche des éléments constitutifs de l actif successoral limitent

Plus en détail

Droit notarial Leçon 6 : Les successions ab intestat

Droit notarial Leçon 6 : Les successions ab intestat Droit notarial Leçon 6 : Les successions ab intestat Vincent Egéa Table des matières Section 1. Ouverture de la succession?... p. 2 1. La détermination des biens à transmettre...p. 2 2. La détermination

Plus en détail

CHAMP D APPLICATION DES DISPOSITIONS DU CODE DE LA CONSOMMATION

CHAMP D APPLICATION DES DISPOSITIONS DU CODE DE LA CONSOMMATION INC document JURISPRUDENCE LE CRÉDIT À LA CONSOMMATION Malgré l existence des dispositions protectrices du code de la consommation, le contentieux reste abondant en matière de crédit à la consommation.

Plus en détail

LA RECONNAISSANCE DES PROCÉDURES COLLECTIVES OUVERTES DANS LES ÉTATS MEMBRES DANS LE RÈGLEMENT 1346/2000

LA RECONNAISSANCE DES PROCÉDURES COLLECTIVES OUVERTES DANS LES ÉTATS MEMBRES DANS LE RÈGLEMENT 1346/2000 1 LA RECONNAISSANCE DES PROCÉDURES COLLECTIVES OUVERTES DANS LES ÉTATS MEMBRES DANS LE RÈGLEMENT 1346/2000 Michel Menjucq Professeur à l Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne Grâce à la communautarisation

Plus en détail

STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA. (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18)

STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA. (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18) STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18) Le présent document est une version refondue des Statuts du Régime de pension complémentaire de la Banque

Plus en détail

Mariage et dettes. Information de www.dettes.ch; Version: 04.07.06, page 1 / 5

Mariage et dettes. Information de www.dettes.ch; Version: 04.07.06, page 1 / 5 Mariage et dettes En droit suisse, depuis 1988, les conjoint-e-s ont les mêmes droits et donc les mêmes obligations. Chaque conjoint-e répond de ses dettes personnelles et est solidaire pour les dettes

Plus en détail

Les régimes matrimoniaux et la. protection financière du Conjoint

Les régimes matrimoniaux et la. protection financière du Conjoint Les régimes matrimoniaux et la protection financière du Conjoint Le jeudi 28 novembre 2013 de 18h30 à 20h30, au Château de Brindos, 1 Allée du château à Anglet Pascal SOULAINE, spécialiste de la protection

Plus en détail

Dix ans de contentieux familiaux

Dix ans de contentieux familiaux Population, famille 1 Dix ans de contentieux familiaux Sonia Lumbroso, Odile Timbart* En 2003, les affaires familiales ont généré 402 000 procédures devant les tribunaux, soit une progression de 13 % en

Plus en détail

Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction du tuteur

Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction du tuteur TRIBUNAL D INSTANCE D AMIENS Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction du tuteur Ces dispositions ne concernent pas les renouvellements à l identique des mesures de tutelle. Par contre, si

Plus en détail

LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE

LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE Jean-Marc AVELINE LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE Groupe Eyrolles, 2006 ISBN : 2-7081-3467-1 Chapitre 1 LES RELATIONS BANCAIRES : COMPTES, COFFRE, EMPRUNTS Le compte courant Les comptes courants

Plus en détail

ordre 1 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE PREMIER CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES ET PRINCIPES Section I Définition et législation Rôle du notaire

ordre 1 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE PREMIER CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES ET PRINCIPES Section I Définition et législation Rôle du notaire ordre 1 TABLE DES MATIÈRES Inhoud.............................................................. 9 Table alphabétique.................................................... 17 Zaakregister..........................................................

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 12 avril 2012 N de pourvoi: 11-14653 Publié au bulletin Rejet M. Charruault (président), président Me Copper-Royer, SCP Fabiani et Luc-Thaler, avocat(s)

Plus en détail

1) Le nantissement du contrat d assurance : principes juridiques

1) Le nantissement du contrat d assurance : principes juridiques Diane Patrimoine NANTISSEMENT ET GARANTIE DE PASSIF : le contrat d assurance-vie ou de capitalisation, un outil au service du client, de l entrepreneur et de ses conseils. (Réunion du Pole Ingénierie Patrimoniale

Plus en détail