SECTEUR PUBLIC : AGENDA NUMÉRIQUE 2020

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SECTEUR PUBLIC : AGENDA NUMÉRIQUE 2020"

Transcription

1 LIVRE BLANC SECTEUR PUBLIC : AGENDA NUMÉRIQUE 2020 Transformation numérique et innovation, leviers de la performance

2 Transformation numérique et innovation, leviers de la performance L agenda numérique 2020 des collectivités et des établissements publics Ce Livre Blanc a été réalisé par Gfi Informatique. Il se base sur des entretiens individuels avec des décideurs et des responsables de systèmes d information de plus de vingt collectivités locales, collectivités territoriales et établissements publics locaux, régionaux ou nationaux, que nous tenons particulièrement à remercier ici pour leur accueil, leur franchise, et leurs idées sur la feuille de route à adopter. Les collectivités et établissements publics de coopération intercommunale interrogés : Conseil général de la Vienne (CG86), ville de Sète, Conseil général de la Mayenne (CG53), ville du Havre, ville de Lyon, Conseil général du Loir-et-Cher (CG41), Conseil régional de Martinique, ville de Tours, Conseil général des Hautsde-Seine (CG92), Communauté d agglomération Seine-Eure, Metz métropole, ville de Bordeaux, Conseil régional Rhône-Alpes, Communauté d'agglomération Angers Loire Métropole Les établissements publics interrogés : Bibliothèque Nationale de France (BNF), Eau de Paris, Centre d Action Sociale de la ville de Paris (CCAS Paris), Chambre de Commerce et de l Industrie (CCI) Nice-Côte d Azur, Grand Port Maritime de Dunkerque, OPH du Val-de-Marne, Parcs Nationaux de France. L ensemble du document est sous copyright Gfi et PAC. Les citations et reproductions sont autorisées pour un usage non commercial uniquement, dans la presse et au sein de tout organisme du secteur public. 2

3 Editorial Dans un contexte de réforme des territoires et des compétences associées, de maîtrise des dépenses, de révision de la gestion budgétaire et comptable publique, mais aussi de redéfinition de la relation à l usager, le numérique est incontestablement un levier majeur de succès et de performance pour les administrations et les collectivités. La mobilité, le Cloud, le SaaS, les progiciels de gestion intégrés, les outils de CRM, les portails de services, les outils cartographiques, les plateformes de dématérialisation, le décisionnel, la gestion d activité constituent autant de technologies qui, associées aux métiers du secteur public, créent une vraie valeur et un fort retour sur investissement. La branche Software de Gfi accompagne depuis plus de 30 ans les collectivités locales et les établissements publics dans leurs grands projets de gestion autour d une suite applicative riche de près de 50 produits et services. En qualité de leader des solutions dédiées à ces organismes, Gfi a souhaité dessiner l agenda 2020 de leurs chantiers innovants. C est chose faite avec ce livre blanc, réalisé en collaboration avec PAC, premier acteur français sur l analyse et le conseil des stratégies numériques, qui a cédé la parole à plus d une vingtaine de décideurs de la sphère publique. Nous espérons qu à travers ces retours d expérience vous disposerez d un éclairage pertinent sur les technologies d avenir d un secteur public résolument en quête d innovation au service de la performance. Laurent Leenhardt Directeur Gfi branche Software 3

4 Sommaire 1. Des objectifs métier de mieux en mieux cadrés Une IT au service des métiers Une IT au services des citoyens Mais une IT très morcelée Des contraintes fortes qui incitent à innover Des budgets sous (forte) pression Une quête de l efficience Une exploration timide des apports du Cloud La transformation est en marche Vers des SI prêts pour la réforme territoriale Un véritable pilotage grâce à une vue unifiée Le service public au service du public Quelle feuille de route pour 2020?

5 Illustrations Fig. 1: Chantiers actuels des DSI (en nombre de réponses spontanées)... 8 Fig. 2: La France au 4 e rang du classement de l ONU pour le e-gouvernement... 9 Fig. 3: Part du SaaS dans les dépenses du secteur public en logiciels applicatifs, Fig. 4: Les «5 forces de Porter» décidant des priorités des DSI Fig. 5: Feuille de route idéale d ici à

6 Avant-propos Dans le secteur public comme dans le privé, l informatique n est plus considérée comme un poste de dépense, mais comme le meilleur outil pour optimiser le fonctionnement des organisations et accompagner leur transformation. Du moins, ce changement de perception est clairement à l œuvre dans le secteur public. C est vrai au niveau central : l engagement pris par le gouvernement, lors du Conseil des ministres le 3 septembre dernier, autour du concept de «République numérique», est sans équivoque. C est vrai aussi dans le domaine de la santé, qui poursuit son programme Hôpital numérique. Les situations sont beaucoup plus diverses dans le secteur public décentralisé ; c est donc aux collectivités et établissements publics que nous avons choisi de consacrer ce livre blanc. Ce qui nous a permis de dresser un constat très encourageant sur l importance prise par le numérique dans ces organisations. Particulièrement touchés par la situation économique, bousculés par les projets de réformes territoriales, collectivités et établissements publics se sont engagés dans des programmes de mutualisation et de modernisation de leurs outils numériques. L objectif de ces innovations : optimiser le fonctionnement actuel, dégager des marges de manœuvre pour devenir des acteurs de plein droit de la société numérique, et améliorer le service rendu au citoyen. S il faut encore parfois résoudre quelques équations budgétaires pour mener à bien tous les projets, la transformation numérique du secteur public local est bel et bien engagée. Notre enquête le montre : les nouvelles technologies sont toujours en première ligne pour répondre aux demandes des élus, des directions générales et des agents tout en offrant de nouveaux services aux usagers. 6

7 1. Des objectifs métier de mieux en mieux cadrés L alignement entre les directions des systèmes d information (DSI) et les métiers est un sujet récurrent dans le monde de l informatique. De ce point de vue, les DSI du Secteur public n ont rien à envier à leurs homologues du privé. D autant plus qu ils font face à trois types de clients bien distincts les élus, les agents et les usagers qu ils doivent satisfaire, tout en se conformant aux exigences réglementaires et autres contraintes édictées par le pouvoir législatif. 1.1 UNE IT AU SERVICE DES METIERS Chaque étude que nous réalisons dans le secteur public confirme la rapide professionnalisation des directions IT. Tous nos interlocuteurs sont aujourd hui passés de la «simple» fonction support à une mission d accompagnement des directions métier. C est particulièrement vrai dans les établissements publics dont la fonction est proche de celle d entreprises privées. A l OPH 94 (Valophis Habitat, office public de l habitat du Val-de-Marne), par exemple, la DSI participe activement à la mission d acquisition de terrains et de construction : prospection foncière grâce à un système d informations géographiques (SIG) modernisé, simulation financière, gestion des opérations de construction Le SIG est aussi un atout de premier plan pour le Grand port maritime de Dunkerque. Sa modernisation, qui courra encore sur 2015, permettra d aménager bien plus efficacement le port : localisation des canalisations avant et après travaux, pose de la fibre optique, dessin des réseaux d assainissement, gestion des déclarations de travaux Chez Eau de Paris, régie de la ville chargée de l approvisionnement et de la distribution de l eau, la DSI a d ores et déjà équipé la centaine d agents sur le terrain de solutions de mobilité, et travaille à des solutions de type Big Data, capables de gérer de grands volumes de données, pour optimiser son activité à partir de la relève à distance de quelque compteurs. Les collectivités ne sont pas en reste, notamment grâce à une meilleure perception des apports des technologies numériques au sens large par 7

8 les élus et les directions métier. «Les directions des services demandent plus de dématérialisation, témoigne Ghislaine Classe, responsable du service Informatique-Projets de la Ville de Tours. Nos collègues veulent une gestion électronique de documents orientée métier, et qu elle soit interopérable, communicante. Même chose du côté des élus, qui souhaitent pouvoir être informés de l avancement d un dossier, pouvoir travailler sur les documents à distance, les valider grâce à la signature électronique» Fig. 1: Chantiers actuels des DSI (en nombre de réponses spontanées) Etablissements Publics Collectivités Territoriales Au Havre, le SIG se double d un projet de cartographie en 3D. La vitrine extérieure de ce projet sera une visite virtuelle de la ville. Mais le projet apportera aussi une innovation aux services de la ville, sous forme de simulations : ensoleillement, inondations «Un tableau de bord pour gérer la ville du futur», résume le responsable du projet. Dans beaucoup de villes, le DSI joue un rôle de fédérateur, voire d agent de la transformation : lorsqu il est soutenu par la direction générale, il peut mettre en œuvre des outils qui vont simplifier ou optimiser le travail des services. La mobilité est un sujet porteur, de ce point de vue. A Lyon, par exemple, les agents de terrain sont équipés de tablettes pour procéder aux relevés concernant l éclairage public. Les services comptables et financiers sont aussi parmi les plus demandeurs : une gestion centralisée de la comptabilité au lieu d une répartition dans les services allège la tâche dans chaque service tout en garantissant un meilleur contrôle global. Autre élément remonté par notre enquête, l ajout d une gestion des temps et activités (GTA) simplifie le travail des Ressources humaines, «C est un plus indéniable compte tenu de la complexité des catégories de personnels à gérer», indique par exemple 8

9 Jacques Pouvreau, directeur adjoint de la DSI d Angers Loire Métropole. Dans certains cas, cela permet même de s ouvrir à la collaboration avec d autres collectivités et à la mutualisation. 1.2 UNE IT AU SERVICES DES CITOYENS Cet alignement avec les objectifs métier se propage en direction du public. A Metz, après la refonte des outils des directions Finances et Ressources humaines, c est le service d accueil du public qui se modernise, avec un outil de gestion de la relation usager englobant les contacts par téléphone, par courrier et par courriel. Plus généralement, la notion de «bénéfice citoyen» prend corps. Et même si les projets avancent en ordre dispersé, en fonction des moyens ou des priorités des élus, l e-administration est devenue une tendance de fond. Il ne s agit pas seulement de transférer une partie de la charge des agents sur le public, comme la saisie de formulaires, de façon à dégager du temps aux agents voire à justifier le non renouvellement de certains postes. Cela est vrai, mais il s agit surtout d augmenter la satisfaction du public, en termes de services disponibles, de temps gagné, de souplesse sur les horaires et les moyens de communication Fig. 2: La France au 4 e rang du classement de l ONU pour le egouvernement Selon l enquête de l ONU, effectuée tous les deux ans auprès des 193 Etats membres, la France est le premier pays européen en e-gouvernement. A consulter sur : «Nous avons refondu notre site Web avec une volonté d aller au maximum vers les téléservices, témoigne Eric Cerutti, DSI du conseil général du Loir-et-Cher (CG 41). L e-administration est bien sûr synonyme d économies de traitement, cela donne une image moderne, 9

10 mais surtout cela répond à une volonté de suivre les usages du grand public, de répondre aux demandes des usagers, qui peuvent effectuer leurs demandes ou payer en ligne. J'y vois aussi une démarche environnementale : dans des zones rurales où les gens ont Internet, cela leur permet d éviter de faire 50km pour payer 30 ou 40 euros.» L Office public de l habitat du Val-de-Marne prévoit aussi de lancer très prochainement son portail d information et de paiement en ligne pour les locataires. D autres services viendront s y greffer, comme le téléchargement de justificatifs ou la possibilité d effectuer des réclamations. Tous nos interlocuteurs affichent de la même façon une volonté claire de fournir un large éventail de services en ligne. Le «portail usagers» fait ainsi partie des priorités du Centre communal d action sociale (CCAS) de la Ville de Paris. «On est très en retard aujourd'hui, admet Cédric Bucheton, chef du service Organisation et Informatique. On a des téléprocédures qui se limitent au téléchargement de formulaires, et à l'envoi de pièces par le B.A.-BA de l'eadministration. On doit monter en puissance dessus, avec un bouquet de services, la prise de contact, le dépôt des pièces, éventuellement du paiement en ligne...» Les services en ligne de première génération servaient surtout de façade moderne : des documents à remplir ou télécharger, qui n étaient pas intégrés avec le reste du système d information. Des agents devaient même parfois ressaisir les informations, engendrant une perte de temps et des risques d erreur supplémentaires. Aujourd hui, la nécessité d intégrer Visite virtuelle et 24/24 à la CCI ces téléservices est mieux comprise, et conduit à des projets relativement ambitieux. Au sein d Angers Loire Métropole, c est la mise en œuvre d un ESB (logiciel de gestion des flux La Chambre de commerce et d industrie de Nice- Côte d Azur a décidé d aller au-delà des téléservices : «Nous proposons déjà aux entreprises des formalités en ligne, explique Didier Montes, chef du département SI. Notre grand projet est maintenant de proposer une CCI ouverte 24H/24, en se basant sur une plateforme 3D. Le client pourra entrer dans une reconstitution virtuelle de la CCI, avec son avatar. Le prototype est opérationnel.» interapplicatifs) et d un référentiel centralisé des données qui a permis de donner vie au projet «carte de vie quotidienne» : une carte de transports en commun partagée par les communes de l agglomération, qui s enrichit au fur et à mesure de nouveaux services. D ores et déjà, la carte permet d accéder aux équipements culturels et sportifs, et va bientôt s ouvrir au stationnement, à la location de vélos, etc. 10

11 Les obstacles, au final, ne sont plus tellement techniques, mais bien plutôt humains : il faut avoir confiance dans son service pour offrir un certain degré de transparence. Au Conseil régional de Martinique, on hésitait par exemple à donner la possibilité aux entreprises locales de suivre le traitement de leur dossier depuis une interface en ligne. L obstacle a disparu avec le changement de la direction des Finances. «Aujourd hui, témoigne David Cyrille, directeur délégué des systèmes d'information et télécommunications, tous les processus refondus le sont dans l'optique d un meilleur service au citoyen et de l excellence opérationnelle!» 1.3 MAIS UNE IT TRÈS MORCELÉE Ces nouveaux projets d intégration ne sauraient toutefois masquer une réalité douloureuse : le morcellement des systèmes d information dans la totalité ou presque des collectivités et établissements que nous avons interrogés. La première phase de l informatisation a conduit à équiper séparément chaque service, en fonction de son activité, sans se préoccuper d intégration ou de centralisation des données. La plupart du temps, au mieux, ce sont des domaines connexes qui vont parler ensemble, parce qu un éditeur aura fourni les ponts nécessaires au sein de son offre. C est souvent le cas en ce qui concerne la petite enfance et l enfance. Mais là encore, certaines fonctions pourtant transversales par nature, comme le paiement en ligne, seront gérées en silos. Comme le souligne un de nos répondants, les collectivités ont tellement de métiers qu elles ressemblent au final à un patchwork de PME, «dont chacune est portée par un applicatif, voire un éditeur différent». Les établissements publics, dont le rôle est relativement spécialisé, avouent déjà un grand nombre d applicatifs : une cinquantaine pour la CCI Nice-Côte d Azur, par exemple, idem pour le Grand port maritime de Dunkerque. Dans les collectivités, dont les missions sont encore plus nombreuses, et les périmètres fonctionnels en hausse, ce nombre explose. Au Conseil général du Loir-et-Cher, le DSI évalue le nombre d applications différentes «entre 120 et 140». Au Conseil général de la Mayenne (CG 53), deux agents ont commencé à recenser les applications, à l occasion d un projet de migration des postes clients. Le premier décompte aboutit à 220 logiciels métiers et 39 contrats de maintenance avec les éditeurs. La Ville de Tours compte 130 applications ; en plus des services classiques, il faut gérer les services en régie, explique la directrice des applications : l eau, le théâtre, le conservatoire A Metz, Sabine Guillaume, DSI de la Ville, explique que le programme de rationalisation et d urbanisation est devenu urgent : la ville doit gérer plus de 250 applications! 11

12 Didier Marteau, directeur général adjoint, chargé des finances, de l administration générale et de l informatique du CG 53 résume les inconvénients : «La gestion des licences n'est pas centralisée et avec seulement 20 personnes à la DSI, il est difficile de suivre les demandes de changements et les incidents. En outre, la multiplication des applicatifs a un effet direct sur la croissance exponentielle de la capacité de stockage demandée.» La grande majorité de nos répondants souligne également un autre inconvénient majeur : l absence de vue unifiée, centralisée, des données, aussi bien comptables que liées aux usagers. Il existe certes encore des collectivités où une telle vision centralisée n est pas souhaitée par les élus, mais il s agit de cas isolés. Globalement, mettre fin à ce système en silos, rationaliser le système d informations et fournir aux métiers et aux élus un système de pilotage digne de ce nom font partie des priorités dans l agenda 2020 des DSI du secteur public. 12

13 2. Des contraintes fortes qui incitent à innover «Quand vous êtes contraint financièrement, vous êtes obligé d être innovant.» Directeur des services mutualisés de la communauté d agglomération Seine-Eure (Finances, Ressources humaines, DSI), Hervé Neveu résume la situation des DSI du secteur public. Confrontés à une situation économique guère florissante, des citoyens déjà fortement soumis à l impôt, et une baisse drastique de la dotation de l Etat alors même que les périmètres d intervention s élargissent, les collectivités et établissements publics doivent être, comme le souligne Hervé Neveu, «en recherche permanente d efficience». Ou comment être plus efficace et continuer d investir avec des moyens en constante réduction : un sport que commencent à bien pratiquer certains DSI, adeptes de rationalisation, mutualisation, progicialisation, Cloud parfois 2.1 DES BUDGETS SOUS (FORTE) PRESSION Qu il s agisse des collectivités ou des établissements publics, l heure est à la réduction drastique des dépenses. Il s agit de faire face à une baisse globale, structurelle, durable des recettes, tout en maintenant un niveau de service aux usagers élevé. Le ciel tombe sur la tête des nouveaux élus. La crise lors de la précédente mandature était conjoncturelle. Aujourd hui, la baisse des dotations de l'etat représente un appauvrissement structurel qu'on n a jamais vécu. La donne change vraiment. On avait une gestion rigoureuse, on encadrait la dépense, mais là on change d'échelle. Il faut complètement reformater notre structure financière. Nous conserverons notre stratégie de recours modéré à la pression fiscale, mais pour garder un niveau d investissement suffisant ne serait-ce que pour répondre à l'accroissement démographique nous allons devoir réduire les dépenses de fonctionnement. Faire des choix, douloureux, beaucoup plus drastiques que par le passé. Louis-Antoine Souchet, Directeur général adjoint, Finances, Gestion, Systèmes d Information, Commande Publique et Sports, ville de Lyon 13

14 Décidée par l Etat dans le cadre de son plan global d économies, la baisse de la dotation globale de fonctionnement (DGF) porte un rude coup aux finances des collectivités. En 2014, ce sont 1,5 milliard d Euros qui ont été supprimés de la DGF. Entre 2015 et 2017, la DGF baissera encore de 11 milliards d Euros. La conséquence est directe pour les collectivités. Dans la plupart de celles que nous avons interrogées, les budgets de fonctionnement doivent êtres revus à la baisse, de l ordre de 3 à 5% par an, ou «au mieux ne pas augmenter». Un challenge d autant plus difficile que les systèmes d information sont morcelés, ce qui impacte à la hausse les coûts de maintenance. En Baisse de la DGF : le cri d alarme de l AMF La baisse de la dotation globale de fonctionnement, de 1,5 puis de 11 milliards d Euros, pourrait représenter, selon l hypothèse de l Association des maires de France, quelque 28 milliards d Euros de manque à gagner d ici à 2017 pour les collectivités et EPCI. Un chiffre obtenu en comparant chaque année par rapport au niveau de référence de outre, comme l explique Eric Cerutti (CG 41), les recettes locales sont elles aussi en diminution : «Les recettes dynamiques du département disparaissent : suppression de la taxe professionnelle, frais de notaire en baisse (à cause d un marché immobilier en creux) Or nous avons la volonté de ne pas trop emprunter ni augmenter les impôts. L impact sur le budget est évident.» La situation n est pas forcément plus florissante dans les établissements publics. Il y a bien sûr quelques exceptions, comme le CCAS de Paris, qui a la chance de disposer d un fonds de roulement grâce à des recettes propres (loyers, placements financiers ). Mais dans l ensemble, les DSI sont dans une situation très comparable à celle de leurs homologues des collectivités. La BNF, qui vit sur les crédits de l Etat, a vu son budget diminuer de 12% en 4 ans. Dans les CCI, le contexte devient très délicat, l Etat cherchant à prélever une partie des taxes affectant les entreprises revenant jusqu à présent au réseau des Chambres de commerce et 14

15 d industrie. «On a encore du mal à évaluer le montant exact, explique Didier Montes. Cela devrait se situer entre 10 et 30% de moins. Si c'est 30%, la moitié des chambres vont disparaître.» La CCI de Nice-Côte d Azur est relativement protégée, dans la mesure où elle bénéficie de ressources propres, liées au port et aux frais de scolarité de ses centres d apprentissage. Néanmoins, le budget 2015 prévoit une baisse comprise aujourd hui entre 5 et 10%. 2.2 UNE QUÊTE DE L EFFICIENCE Malgré ces contraintes budgétaires, établissements publics comme collectivités affichent leur volonté de continuer d investir, les budgets consacrés à l investissement étant souvent stables, voire en légère augmentation. Trois explications à cela : les élus ont compris le rôle stratégique de l IT pour mener à bien leurs projets et s inscrire dans une démarche de transformation Le décret GBCP, facteur d efficience opérationnelle? numérique, les périmètres d intervention continuent de toute façon d augmenter, et les DSI eux-mêmes ont mis en œuvre des stratégies à même de leur garantir de plus grandes marges de manœuvre. Eric Potaux, DSI du Conseil général de la Vienne (CG 86), estime par exemple qu il pourra «rendre L objectif du décret n du 7 novembre 2012, relatif à la Gestion budgétaire et comptable publique (GBCP) est de rénover le Règlement général de la comptabilité publique (RGCP). Le décret GBCP doit ainsi permettre aux organismes public le développement de la démarche de pilotage budgétaire, l amélioration de la qualité comptable et de l auditabilité des comptes, l amélioration de l efficience de la fonction financière (dépenses, recettes, comptabilité, etc.) et la mise à disposition d un cadre budgétaire et comptable harmonisé facilitant le dialogue avec les tutelles et avec les instances de contrôle Euros par an sur un budget d investissement de Euros, grâce au travail d optimisation et un pilotage au plus juste». Arrivé en 2013, Eric Potaux s est attelé à un grand chantier de modernisation : définition d un schéma directeur, cartographie et rationalisation du système d information, échanges avec les DSI d autres collectivités, mise en place d'actions de mutualisation de moyens (convention avec le rectorat pour la gestion des interventions dans les collèges du département) La tâche est loin d être terminée, souligne-t-il : «Nous sommes juste après le Big Bang, pas encore à la formation des étoiles» Néanmoins, les gains sont déjà là. 15

16 A Lyon, Louis-Antoine Souchet mise aussi beaucoup sur la rationalisation du SI pour tenir dans les contraintes du budget. «Trop d applications se recoupent, aujourd hui. Donc lors des demandes de nouveaux outils, on regarde d'abord dans l'existant, si des outils peuvent répondre à 70 ou 80% minimum des nouvelles demandes.» Bien entendu, une telle démarche d urbanisation n est possible que si le dialogue entre l IT et les métiers a été intelligemment instauré, ce qui est chose faite aujourd hui parfois avec l aide de partenaires de conseil externes, qui aident à trouver les synergies, optimiser les processus tout en désamorçant les tensions. La progicialisation est aussi un axe fort pour la grande Vers une certification des comptes des majorité de nos collectivités répondants. Rares sont ceux qui La directive européenne n 2011/85/UE prévoyait l obligation (à fin 2013), de produire un audit choisissent de indépendant des comptes des entités publiques. développer en La transposition de cette obligation pour les interne ; les collectivités locales et territoriales se précise, développements avec le dépôt en juillet dernier d une proposition sont réservés à de de loi «visant à instituer une procédure de l interfaçage, ou certification des comptes des collectivités pour répondre à des territoriales de plus de habitants». besoins extrêmement Une première expérimentation est en cours auprès des 200 plus grosses collectivités. Selon spécifiques. Plutôt le premier président de la Cour des comptes, cet que des impératif de fiabilisation devrait les inciter à développeurs ou développer des outils de contrôle interne. des agents chargés de la maintenance, on privilégie aujourd hui des profils orientés davantage chef de projet, et on confie les opérations à moindre valeur ajoutée à des prestataires externes. Le logiciel libre n est considéré que de façon opportuniste, pour sa gratuité et son utilité pour certains besoins spécifiques. Beaucoup plus souvent, les DSI préfèrent passer des conventions avec des éditeurs et ne pas trop s éloigner des standards du progiciel choisi. «Il s agit, explique Pascal Caloone, chef du département Informatique & Réseaux du Grand port maritime de Dunkerque (GPMD), d éviter de se disperser, et devoir maintenir ensuite trop de solutions techniques hétérogènes.» Le GPMD a dû développer lui-même un outil de gestion d escale, mais a pu réutiliser, pour la gestion des matières dangereuses, un outil développé au port du Havre. La progicialisation a aussi un impact très fort en-dehors du SI. De plus en plus transverses, les progiciels doivent souvent donner lieu à une réorganisation du travail des agents et un accompagnement au 16

17 changement ; ils nécessitent donc le soutien de la direction, qui y gagne une optimisation des processus internes, ainsi qu une vue unifiée et plus immédiate sur les données des différents services. Ces efforts de mutualisation entre services se prolongent fréquemment hors des frontières de l établissement (réseau de ports, réseau de CCI ) ou de la collectivité : entre villes, entre villes et départements, avec les conseils régionaux Et eux aussi sont porteurs de gains en matière de maîtrise budgétaire. La communauté d agglomération Seine- Eure, par exemple, a dupliqué le schéma de dématérialisation adopté par la ville-centre (Louviers), ce qui a permis de mutualiser les ressources. De même, la gestion financière est en cours d homogénéisation. Dans la communauté d agglomération Angers Loire Métropole, la mutualisation de la DSI entre la ville et l EPCI permet d effectuer un constat immédiat, pour son DSI adjoint Jacques Pouvreau : «Il y a un distinguo à faire entre les situations de la ville et de l agglomération. Nous devons réduire la voilure du côté de la ville, mais nous sommes moins contraints du côté de l agglomération. En tant que direction mutualisée, on a encore une marge de manœuvre pour les projets mutualisés. On devrait rester dans des niveaux de budget habituels avec un effort portant plus sur le volet fonctionnement.» 2.3 UNE EXPLORATION TIMIDE DES APPORTS DU CLOUD Les stratégies de progicialisation et de mutualisation vont rarement jusqu au recours au Cloud. Nos interlocuteurs reconnaissent que le Cloud va dans le sens de l innovation et de l optimisation des ressources, mais qu il s agisse de Clouds publics, privés, français ou non, il subsiste encore beaucoup d hésitations. Ce qui représente déjà un immense progrès par rapport à nos enquêtes précédentes dans le secteur public, où le Cloud provoquait méfiance et réticence. Le sujet de la sécurité des données reste présent, bien sûr, mais il ne s agit plus d une barrière infranchissable : les DSI attendent des certifications appropriées. En fait, les questions aujourd hui relatives au Cloud montrent un niveau de maturité en constante progression. En Martinique, on soulève l argument de la qualité et du coût des connexions réseau. Au sein d Angers Loire Métropole, la question du Cloud se pose pour chaque projet, et on examine soigneusement l adhérence de chaque outil avec les autres composantes du SI avant de prendre une décision. A Lyon, le Cloud fait partie d une «réflexion ouverte» sur l avenir du système d information, une fois que ce dernier aura été correctement urbanisé. Louis-Antoine Souchet : «Le Cloud est une évidence dans le 17

18 privé, donc ça peut être une alternative pour la mutualisation des infrastructures avec le Grand Lyon et les autres communes. Pourraient être concernés à la fois les applicatifs et les datacenters. A nous de définir le périmètre, d estimer les coûts, la gestion de la transition... On pourrait voir une évolution rapide à ce sujet dans les années qui viennent. Mais il faut d'abord avoir une structure propre, bien connaître son SI, et nous, on est encore dans une démarche d urbanisation.» Fig. 3: Part du SaaS dans les dépenses du secteur public en logiciels applicatifs, ,0% 6,0% 4,0% 2,0% 0,0% Source : Chiffres PAC Les DSI ayant fait le choix de solutions SaaS se montrent plutôt satisfaits de leurs choix, à l image d Eric Cerutti, pour le Loir-et-Cher : «J ai pris la décision il y a 4 ans pour notre messagerie et je m en félicite. Lorsque j ai renouvelé le marché il y a deux ans, le prix n avait pas augmenté, mais les services avaient augmenté, eux : j ai des boîtes de courriels plus grandes pour le même prix.» Toutefois, le DSI du CG 41 rejoint la préoccupation générale des décideurs du secteur public, collectivités et établissements publics confondus : opter pour le mode SaaS, cela signifie augmenter le budget de fonctionnement. Un message difficile à faire passer auprès de la direction ou des élus, quand la priorité est à la baisse des dépenses. Quelques DSI ont donc commencé à expliquer que le IaaS (Infrastructure as a Service : serveurs et stockage dans le Cloud) permet d importants gains sur la gestion des infrastructures, et que le SaaS (Software as a Service, logiciels en ligne) réduit le coût total d exploitation, dans la mesure où il sollicite moins le service informatique. Car la plupart sont persuadés que le Cloud va se généraliser. «Pour notre nouveau progiciel de gestion intégré, nous avons préféré acquérir des serveurs et gérer notre propre infrastructure, raconte Pascal Caloone. Mais on perçoit bien que les applications sont de plus en plus tournées vers les utilisateurs, et proposées en ligne. On finira par y venir, c est l évolution.» Ne manque plus, finalement, qu un modèle de tarification adapté aux contraintes du secteur public. 18

19 3. La transformation est en marche Thème très à la mode dans le secteur privé, la transformation numérique trouve une résonance particulière dans le secteur public. Le projet en cours de transformation territoriale va induire de profonds bouleversements dans les rôles et responsabilités des différentes collectivités. La baisse de la dotation de l Etat implique, pour les collectivités comme pour les établissements publics, d optimiser leur fonctionnement. Et la société elle-même change, les attentes du public évoluent, il s agit donc de préparer cette mutation au mieux, en exploitant les possibilités des nouvelles technologies. 3.1 VERS DES SI PRETS POUR LA REFORME TERRITORIALE Dans l attente d une version définitive du projet de réforme territoriale, il est difficile de travailler sur des projets concrets de rapprochement, voire de mutualisation. Néanmoins, les collectivités et établissements publics n ont pas attendu le gouvernement pour mener des projets de ce type. Des projets riches d enseignements. Créé en 2007, l établissement des Parcs nationaux de France a généré d immenses économies d échelle en regroupant certaines fonctions des Parcs nationaux, et réfléchit aujourd hui à un hébergement mutualisé dans le Cloud. En Martinique, où Conseil régional et général vont être fondus dans le cadre du passage en cours au nouveau statut de collectivité territoriale unique, le SI migre lui aussi vers un système unique. Et ce sont la plupart du temps de nouvelles applications qui ont été retenues : un choix qui a le mérite de ne froisser personne et, comme l indique le Directeur délégué des SI, «cela permet aussi d en profiter pour effectuer un saut technique». A Lyon, la réflexion est aussi en cours pour harmoniser les outils avec la métropole. «Même si les priorités sont ailleurs, cela n'empêche pas un alignement stratégique de nos outils et de nos organisations pour faciliter l arrimage le moment venu, estime Louis-Antoine Souchet. Il faut être vigilant, ne pas entrer dans des incohérences. Avec le chantier de rapprochement entre Lyon, les communes, et le Grand Lyon, il serait 19

20 navrant d'avoir des divergences!» Autant que faire se peut c est-àdire au gré des rapports entre les dirigeants des différentes collectivités les choix sont effectués en commun. Comme l ont souligné tous nos intervenants, ces choix en commun sont beaucoup plus simples lorsque les collectivités sont de même couleur politique Une situation regrettable, dont les DSI doivent s accommoder. Le DSI du CG du Loir-et-Cher s est ainsi rapproché de ses homologues de deux autres départements de même couleur politique pour lancer des projets communs et mutualiser les achats. A titre purement personnel, je pense qu il y aurait matière à aller plus loin en termes de mutualisation. On a tendance à faire chacun les choses dans son coin, et donc reproduire ce que font les autres. En outre, on est conditionné par l interactivité au niveau politique. Je serais donc favorable au fait que puisse se constituer un niveau d'animation territorial des SI, avec une mise à disposition de ressources communes (hébergement, services, gestion financière et comptable...) aux collectivités. Ce serait un facteur d'économies, d'efficience, et de meilleurs services rendus au citoyen par rapport aux démarches qu'il est amené à faire auprès de plusieurs institutions. Jacques Pouvreau Directeur adjoint, Direction des Systèmes d Information, Angers Loire Métropole Les établissements publics n ont pas cette contrainte politique, et peuvent plus facilement mettre leurs intérêts en commun. Soumises elles aussi à une réforme territoriale, les CCI ont beaucoup misé sur la mutualisation pour réduire leurs coûts tout en optimisant leur fonctionnement. Didier Montes, DSI de la CCI Nice-Côte d Azur, raconte : «Nous avons mis en place un système de gouvernance avec l ensemble des DSI de CCI de la région PACA. L idée est de privilégier les outils déjà existants au sein du réseau, pour éviter les appels d offre. On a déjà tranché pour le SI Ressources humaines, l intranet régional, et on va bientôt déployer le progiciel intégré pour les finances, les achats, le budget...» Concrètement, dans les CCI comme dans le cas des rapprochements de communes, ce sont souvent les outils utilisés dans les structures les plus grosses qui sont retenus. Mais c est le plus souvent bien vécu, dans la mesure où ces outils sont déjà bien maîtrisés, et apportent des niveaux de service supérieurs. 20

UNE EXPERTISE UNIQUE : LA PAIE ET LES RESSOURCES HUMAINES

UNE EXPERTISE UNIQUE : LA PAIE ET LES RESSOURCES HUMAINES SOLUTIONS & SERVICES PAIE/RH POUR RÉPONDRE AUX BESOINS SPÉCIFIQUES DE L HABITAT SOCIAL UNE EXPERTISE UNIQUE : LA PAIE ET LES RESSOURCES HUMAINES 25 25 ANS D EXPÉRIENCE DES SOLUTIONS ET DES SERVICES SUR

Plus en détail

La réponse aux enjeux des RH du 21 ème siècle

La réponse aux enjeux des RH du 21 ème siècle La réponse aux enjeux des RH du 21 ème siècle Comment répondre aux nouveaux enjeux des DRH du 21 ème siècle? Besoin n 1 : innover et développer de nouveaux usages métier en décloisonnant les différents

Plus en détail

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit EXPERTISE COMPTABLE (1/3) Les cabinets de grande taille sont affectés par des évolutions similaires à celles qui touchent les cabinets de petite taille. Cette page reprend la description donnée pour les

Plus en détail

ITSM - Gestion des Services informatiques

ITSM - Gestion des Services informatiques Chapitre 1 - COMPRENDRE LE MARCHÉ ITSM - Gestion des Services informatiques Copyright 2011 CXP. 1 ITSM - Gestion des Services informatiques L'étude a été réalisée par : Dalila Souiah OBJECTIF DU DOCUMENT.

Plus en détail

1. Présentation de l ADIE. 2. Approche e-sénegal. 3. Notre approche des formulaires 5. Conclusions

1. Présentation de l ADIE. 2. Approche e-sénegal. 3. Notre approche des formulaires 5. Conclusions 1. Présentation de l ADIE o Qu est ce que l ADIE? o Notre mission o Nos activités 2. Approche e-sénegal o o o Double Approche Approche e-gouvernement Approche e-citoyen 3. Notre approche des formulaires

Plus en détail

Système d information : démystification, facteur de croissance et conduite du changement

Système d information : démystification, facteur de croissance et conduite du changement Système d information : démystification, facteur de croissance et conduite du changement Patrick CONVERTY Directeur Commercial www.cibeo-consulting.com Approche globale de la performance Stratégie Système

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES

APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES Dispositif : USAGES NUMERIQUES (7.2.C) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter l usage des services numériques. 1. Actions éligibles :

Plus en détail

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Application Services France the way we do it Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Chaque direction informatique

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM IN ACTION auprès des équipes de Maitrise d Œuvre Cette consultation a pour objectif d

Plus en détail

Résultats de l enquête EPCI

Résultats de l enquête EPCI Sondage Résultats de l enquête EPCI Intitulé du sondage : Les EPCI françaises et Internet Intranet, Extranet Référence : 02SD421 Destinataire(s) : Répondants à l enquête Version : 1.0 Date : Octobre 2002

Plus en détail

pour Une étude LES DÉFIS DES DSI Avril 2013

pour Une étude LES DÉFIS DES DSI Avril 2013 Une étude pour LES DÉFIS DES DSI Avril 2013 Présentation de l étude Objectifs : Faire le point sur les orientations IT des DSI : cloud, mobilité, sécurité, poste de travail Identifier les principaux défis

Plus en détail

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013 Rapport d études Etudes des spécificités du marché du SaaS en France Rapport de synthèse février 2013 Conception Caisse des Dépôts (Service communication DDTR) février 2013 Veille stratégique, conseil

Plus en détail

PÉRENNISER LA PERFORMANCE

PÉRENNISER LA PERFORMANCE PÉRENNISER LA PERFORMANCE La recherche de performance est aujourd hui au cœur des préoccupations des organisations : succession des plans de productivité et de profitabilité, plans de reprise d activités,

Plus en détail

Pour une entreprise plus performante

Pour une entreprise plus performante Pour une entreprise plus performante Smart Technology Services Raison Sociale - Smart Technology Services llc Pôle d activités - Service et conseil dans la technologie de l information Pôle d activités

Plus en détail

Association ESSONNE CADRES

Association ESSONNE CADRES Association ESSONNE CADRES 10 avenue du Noyer Lambert - 91300 MASSY : 01 60 12 01 45 Email : competences91@essonnecadres.org Site web : www.essonnecadres.org Besoin d un Professionnel pour une situation

Plus en détail

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBALISATION ET TRANSFORMATION RH UNE RÉPONSE FACE À L EXIGENCE DE PERFORMANCE ET DE COMPÉTITIVITÉ La globalisation des entreprises, accélérée par

Plus en détail

Webinar EBG Nouvelles perspectives d'exploitation des données clients avec le big data

Webinar EBG Nouvelles perspectives d'exploitation des données clients avec le big data Webinar EBG Nouvelles perspectives d'exploitation des données clients avec le big data Approches & opportunités face aux enjeux de volume, variété et vélocité France, 2012-2014 28 mars 2013 Ce document

Plus en détail

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI 3 R A LLER PL US L OI CRM et GRC, la gestion de la relation client Comment exploiter et déployer une solution de relation client dans votre entreprise? Les usages d une CRM Les fonctionnalités d une CRM

Plus en détail

L importance du volet comptable de la loi organique

L importance du volet comptable de la loi organique Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire Journée d études des trésoriers-payeurs-généraux, relative à la nouvelle fonction comptable - 3 octobre 2003 - Mesdames et

Plus en détail

Repenser le SI à l'ère du numérique : apports des solutions de big data, cloud computing et confiance numérique

Repenser le SI à l'ère du numérique : apports des solutions de big data, cloud computing et confiance numérique Repenser le SI à l'ère du numérique : apports des solutions de big data, cloud computing et confiance numérique Extraits d analyses publiées par MARKESS International Emmanuelle Olivié-Paul epaul@markess.com

Plus en détail

Conseil opérationnel en transformation des organisations

Conseil opérationnel en transformation des organisations Conseil opérationnel en transformation des organisations STRICTEMENT CONFIDENTIEL Toute reproduction ou utilisation de ces informations sans autorisation préalable de Calliopa est interdite Un cabinet

Plus en détail

Ensemble mobilisons nos énergies

Ensemble mobilisons nos énergies Ensemble mobilisons nos énergies «Lancé en Juin 2005, SIRIUS est désormais un projet au cœur de notre entreprise, au service des ambitions et des objectifs qui s inscrivent dans le cadre de notre stratégie

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Conduire un projet d organisation Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe 75015 Paris Adresse de correspondance : La

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion de la réunion du Pacte de Responsabilité et de Solidarité Lundi 26 mai 2014 Lesparre-Médoc Mesdames et Messieurs les Parlementaires Mesdames et Messieurs

Plus en détail

Evolution des infrastructures informatiques au Cerema. Patrick Berge Comité Technique d Établissement

Evolution des infrastructures informatiques au Cerema. Patrick Berge Comité Technique d Établissement Evolution des infrastructures informatiques au Cerema Patrick Berge 1 Objectifs de cette présentation Le contexte de l informatique au Cerema Les besoins du Cerema en matière d Infrastructure Informatique

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM DATA auprès des collectivités et des bailleurs sociaux Cette consultation a pour objectif

Plus en détail

LE BACCALAUREAT PROFESSIONNEL GESTION ADMINISTRATION Janvier 2012 Page 1

LE BACCALAUREAT PROFESSIONNEL GESTION ADMINISTRATION Janvier 2012 Page 1 LE BACCALAUREAT PROFESSIONNEL GESTION ADMINISTRATION Janvier 2012 Page 1 La rénovation de la voie professionnelle, filière du tertiaire administratif a conduit à la création du baccalauréat professionnel

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Déploiement de la fibre optique sur le territoire : premiers travaux à Mées

DOSSIER DE PRESSE. Déploiement de la fibre optique sur le territoire : premiers travaux à Mées DOSSIER DE PRESSE 19 mars 2014 Déploiement de la fibre optique sur le territoire : premiers travaux à Mées I. Pourquoi la fibre optique? II. Rappel du projet III. Calendrier de déploiement de la fibre

Plus en détail

Baromètre des investissements numériques en France

Baromètre des investissements numériques en France Baromètre des investissements numériques en France Novembre 2015 Objectifs Baromètre des investissements numériques en France avec pour objectifs : de suivre l évolution de l opinion des responsables informatique

Plus en détail

6ème édition du Baromètre des investissements informatiques en France

6ème édition du Baromètre des investissements informatiques en France 6ème édition du Baromètre des investissements informatiques en France Objectifs Baromètre des investissements informatiques en France avec pour objectifs : de suivre l évolution de l opinion des responsables

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES REUNION DU 20 DECEMBRE 2013 RAPPORT N CR-13/06.653 CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES Stratégie régionale de formation des jeunes et

Plus en détail

OPTIMISATION DE LA FONCTION FINANCIERE

OPTIMISATION DE LA FONCTION FINANCIERE OPTIMISATION DE LA FONCTION FINANCIERE Janvier 2012 Créateur de performance économique 1 Sommaire CONTEXTE page 3 OPPORTUNITES page 4 METHODOLOGIE page 6 COMPETENCES page 7 TEMOIGNAGES page 8 A PROPOS

Plus en détail

Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs. Avril 2014

Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs. Avril 2014 Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs Avril 2014 Lors de son installation, en mars 2010, Didier Migaud, Premier président, a souligné que la Cour devait s appliquer à elle-même

Plus en détail

PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net?

PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net? PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net? Petit Déjeuner Syntec_Costalis, le 17 novembre 2009 L optimisation des coûts dans vos PME : Quelles

Plus en détail

PACK ON DEMAND. Solution SaaS pour PME

PACK ON DEMAND. Solution SaaS pour PME PACK ON DEMAND Solution SaaS pour PME 1 Yourcegid RH Pack On Demand : Solution de gestion de la Paie et des Ressources Humaines, dédiée aux PME, en mode SaaS. Un grand souffle sur les ressources humaines

Plus en détail

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil AGO BIAT du 28 Mai 2010 Allocution d ouverture Allocution d ouverture de Monsieur le Président du Conseil Chers Actionnaires, Mesdames, Messieurs : L année 2009 a été globalement une année très positive

Plus en détail

Forum panafricain sur le leadership et le management de l action gouvernementale. Forum des secrétaires généraux de gouvernement

Forum panafricain sur le leadership et le management de l action gouvernementale. Forum des secrétaires généraux de gouvernement Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le développement Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) Forum panafricain sur le leadership et le management de

Plus en détail

L évolution du métier de communicant public et l impact du numérique

L évolution du métier de communicant public et l impact du numérique L évolution du métier de communicant public et l impact du numérique Intervenante : Dominique MÉGARD Présidente Cap Com, réseau de la communication publique et territoriale La communication publique, une

Plus en détail

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé Les défis du développement du gouvernement électronique Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé La révolution numérique a engendré une pression sur les gouvernements qui doivent améliorer leurs prestations

Plus en détail

Définir un nouveau modèle économique Présentation de l axe 4

Définir un nouveau modèle économique Présentation de l axe 4 Définir un nouveau modèle économique Présentation de l axe 4 Le développement du numérique dans la sphère de l édition, les mutations induites par la dématérialisation des supports ont profondément influencé

Plus en détail

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT?

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Accueil de jour de la petite enfance ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Propositions en vue d un partenariat public privé pour la mise en place de crèches et garderies Lausanne Région Août 2002

Plus en détail

Conseil - Formation Management du changement

Conseil - Formation Management du changement KEY PARTNERS 55 avenue Marceau, 75116 Paris Tel 09 77 19 51 14 / Fax 01 53 01 35 68 email : infos@key-partners.biz www.key-partners.biz Conseil - Formation Management du changement Key Partners est un

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins MINISTERE D AFFAIR SOCIAL ET DE LA SANTE Bureau de l efficience des établissements de

Plus en détail

Fédération des NTIC «AIDONS LE DEVELOPPEMENT DES PME FRANÇAISES ET CREONS DE L'EMPLOI» Paris Mercredi 28 Janvier 2009

Fédération des NTIC «AIDONS LE DEVELOPPEMENT DES PME FRANÇAISES ET CREONS DE L'EMPLOI» Paris Mercredi 28 Janvier 2009 Fédération des NTIC «AIDONS LE DEVELOPPEMENT DES PME FRANÇAISES ET CREONS DE L'EMPLOI» Paris Mercredi 28 Janvier 2009 Président: Pierre Violo Secrétaire Générale: Gisèle Mary-Dugue FPNTIC Une Equipe Secteur

Plus en détail

LA GESTION DE LA RELATION CLIENT

LA GESTION DE LA RELATION CLIENT Conquérir un prospect coûte beaucoup plus cher que de fidéliser un client. C est la raison pour laquelle un grand nombre d entreprises orientent leur stratégie autour des services proposés à leurs clients.

Plus en détail

LE VOYAGE D AFFAIRES DANS LES AGENCES AFAT VOYAGES et SELECTOUR

LE VOYAGE D AFFAIRES DANS LES AGENCES AFAT VOYAGES et SELECTOUR DOSSIER DE PRESSE LE VOYAGE D AFFAIRES DANS LES AGENCES AFAT VOYAGES et SELECTOUR PROXIMITE, SERVICE, TECHNOLOGIE Contacts Presse : Sophie ORIVEL : 06 32 10 69 71 Julie SORIEUL : 06 32 14 53 37 presse@asvoyages.fr

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Contact : ch.michelet@partenairesfl.com

Contact : ch.michelet@partenairesfl.com PARTENAIRES Finances Locales, société totalement indépendante sur le plan financier et commercial, est un cabinet spécialisé dans le conseil aux collectivités locales et aux établissements publics locaux.

Plus en détail

Les avantages de la solution Soluciteam

Les avantages de la solution Soluciteam Qui sommes nous? Les avantages de la solution Soluciteam Notre offre Nos missions Nos références 1 - QUI SOMMES NOUS? PRESENTATION DE L ENTREPRISE Soluciteam, société de prestations de services informatiques

Plus en détail

Simpl Cité LA SOLUTION DE GESTION ADMINISTRATIVE COMPLÈTE ET FACILE À UTILISER POUR LES PETITES ET MOYENNES COLLECTIVITÉS.

Simpl Cité LA SOLUTION DE GESTION ADMINISTRATIVE COMPLÈTE ET FACILE À UTILISER POUR LES PETITES ET MOYENNES COLLECTIVITÉS. Dans la période actuelle, sous l impulsion des nouvelles lois et pour accomplir leurs nouvelles missions, notamment dans le cadre de la décentralisation, les collectivités territoriales font face à un

Plus en détail

Cas d application client

Cas d application client Cas d application client Synolia, partenaire Gold de SugarCRM, implémente et personnalise la solution Sugar, en adéquation avec les spécificités métiers du GESEC. GESEC développe une vision à 360 de ses

Plus en détail

SOUTIEN A L INNOVATION NUMERIQUE TERRITORIALE

SOUTIEN A L INNOVATION NUMERIQUE TERRITORIALE Unité Développement Direction du Développement Economique et de l Innovation Sous-direction de l Innovation et des Partenariats DISPOSITIF REGIONAL SOUTIEN A L INNOVATION NUMERIQUE TERRITORIALE Règlement

Plus en détail

RAPPORT MAIRIE PARIS. Ville de Paris. Interview du 14 Février 2013 avec Richard Malachez, Chef du Bureau des Projets Patrimoniaux et Géographiques.

RAPPORT MAIRIE PARIS. Ville de Paris. Interview du 14 Février 2013 avec Richard Malachez, Chef du Bureau des Projets Patrimoniaux et Géographiques. Ville de Paris Interview du 14 Février 2013 avec Richard Malachez, Chef du Bureau des Projets Patrimoniaux et Géographiques. Mail : richard.malachez@paris.fr Tel : 01 43 47 62 96 Organisme d accueil Présentation

Plus en détail

Plan Pluriannuel d Investissement Informatique. Bureau municipal du 15 février 2016

Plan Pluriannuel d Investissement Informatique. Bureau municipal du 15 février 2016 Plan Pluriannuel d Investissement Informatique Sommaire I Introduction II Synthèse de l audit de l infrastructure III Proposition de PPI Page 2 I. Introduction A. Etat des lieux du système d'information

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Débutez un voyage vers la modernisation et l évolutivité : Elevez le niveau de votre performance commerciale Pour moderniser votre centre de contact : Passez

Plus en détail

Transformation digitale et communication interne

Transformation digitale et communication interne Transformation digitale et communication interne Présentation des résultats de l enquête en ligne Novembre 2015 Sommaire 1 2 3 4 Profil des répondants et de leur organisation Position et rôle : perception

Plus en détail

FRH RESSOURCES HUMAINES

FRH RESSOURCES HUMAINES FRH RESSOURCES HUMAINES 1 Yourcegid Ressources Humaines FRH : Paie et administration du personnel Congés et absences Gestion des talents/gpec : formation, compétences et entretiens Planification, optimisation

Plus en détail

Schéma directeur pour la ville numérique 2015-2020. Repères #1

Schéma directeur pour la ville numérique 2015-2020. Repères #1 Schéma directeur pour la ville numérique 2015-2020 Repères #1 Février 2015 A - L état des lieux Des systèmes d information, levier de modernisation de l administration Grâce aux investissements réalisés

Plus en détail

STAGE - Chargé(e) de communication junior 6 mois à pourvoir dès que possible Paris 9 ème

STAGE - Chargé(e) de communication junior 6 mois à pourvoir dès que possible Paris 9 ème STAGE - Chargé(e) de communication junior Au sein du service Communication Groupe, vous aurez essentiellement en charge les missions suivantes : > Participer aux missions de communication interne et externe,

Plus en détail

Livre Blanc. Construire un système d information collaboratif de pilotage de l action publique. Mai 2010

Livre Blanc. Construire un système d information collaboratif de pilotage de l action publique. Mai 2010 Livre Blanc Construire un système d information collaboratif de pilotage de l action publique Mai 2010 Un livre blanc édité par : NQI - Network Quality Intelligence Tél. : +33 4 92 96 24 90 E-mail : info@nqicorp.com

Plus en détail

Guichet unique : Aperçu des nouvelles technologies au service du Citoyen (particulier et entreprise)

Guichet unique : Aperçu des nouvelles technologies au service du Citoyen (particulier et entreprise) Guichet unique : Aperçu des nouvelles technologies au service du Citoyen (particulier et entreprise) Développer la communication et le travail collaboratif pour mieux servir le citoyen Thomas Coustenoble

Plus en détail

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Pourquoi encourager la création de Centres Intercommunaux d Action Sociale est une réponse pertinente aux difficultés sociales auxquelles

Plus en détail

Vers une gestion performante du patrimoine public local

Vers une gestion performante du patrimoine public local Programme conjoint sur le renforcement de l administration locale en Serbie Vers une gestion performante du David CARASSUS Université de Pau et des Pays de l Adour 1 Eléments introductifs 1) Le des collectivités

Plus en détail

Secteur Finance - Assurance

Secteur Finance - Assurance Secteur Finance - Assurance isatech est spécialiste des solutions de gestion d entreprise Microsoft Dynamics ERP, CRM et Office365 Les problématiques du secteur financier Selon l INSEE, en 2011, le secteur

Plus en détail

PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE RAPPORT CONTROLE INTERNE. Enjeux du Contrôle interne au sein du Groupe Cegedim

PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE RAPPORT CONTROLE INTERNE. Enjeux du Contrôle interne au sein du Groupe Cegedim RAPPORT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LES CONDITIONS DE PRÉPARATION ET D ORGANISATION DES TRAVAUX DU CONSEIL AINSI QUE SUR LES PROCÉDURES DE CONTRÔLE INTERNE MISES EN PLACE PAR LA SOCIÉTÉ

Plus en détail

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Appel d offres Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Le GIM, chambre syndicale territoriale de l UIMM en région parisienne,

Plus en détail

AMUE 2012-2016 : Nouveaux enjeux et nouvelles méthodes Claude RONCERAY, Directeur Journées ABES, juin 2012

AMUE 2012-2016 : Nouveaux enjeux et nouvelles méthodes Claude RONCERAY, Directeur Journées ABES, juin 2012 université de Nantes AMUE 2012-2016 : Nouveaux enjeux et nouvelles méthodes Claude RONCERAY, Directeur Journées ABES, juin 2012 cnam SOMMAIRE 1. Présentation 2. Mutualisation? 3. La nouvelle offre 4. Quelques

Plus en détail

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 -

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - Avec un chiffre d affaires total de 3.5 Milliards d euros par an, la formation professionnelle est un secteur apparemment

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION OMPI SCIT/5/6 ORIGINAL : anglais DATE : 18 mai 2000 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION COMITÉ PLÉNIER Cinquième session Genève,

Plus en détail

L expérience des Hommes

L expérience des Hommes L expérience des Hommes audia est un cabinet d expertise comptable et de commissariat aux comptes, fort d une équipe qualifiée et experte installée au Maroc à Casablanca. Notre cabinet vous apportera l

Plus en détail

www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne

www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne Contexte Depuis plusieurs années, les institutions publiques doivent faire face à de nouveaux défis pour améliorer leurs

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

PRESENTATION. AP Formation Informatique (Accompagnement Professionnel Informatique)

PRESENTATION. AP Formation Informatique (Accompagnement Professionnel Informatique) PRESENTATION AP Formation Informatique (Accompagnement Professionnel Informatique) Un Centre de formation, indépendant, avec rayonnement régional spécialisé dans le transfert de compétences autour des

Plus en détail

Retour sur une enquête du PRES Université Paris-Est : Pratiques informationnelles des chercheurs et des doctorants

Retour sur une enquête du PRES Université Paris-Est : Pratiques informationnelles des chercheurs et des doctorants Retour sur une enquête du PRES Université Paris-Est : Pratiques informationnelles des chercheurs et des doctorants Auteur : Université Paris-Est Rédacteurs : Isabelle Gautheron, Ecole des Ponts ParisTech,

Plus en détail

Partie I Organisations, management et systèmes d information... 1

Partie I Organisations, management et systèmes d information... 1 Liste des cas d entreprise............................................................ Liste des figures..................................................................... Liste des tableaux...................................................................

Plus en détail

PROFITEZ-EN POUR DIGITALISER VOS PARCOURS DE PAIEMENT

PROFITEZ-EN POUR DIGITALISER VOS PARCOURS DE PAIEMENT PROFITEZ-EN POUR DIGITALISER VOS PARCOURS DE PAIEMENT DOCAPOST - SAS au capital de 69 705 520 euros 493 376 008 RCS Créteil - Siège social : 10-12 Avenue Charles de Gaulle - 94220 ChARENTON-LE-PONT - ref

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

«LE DEFI DE L'OPTIMISATION DES REGIES FINANCIERES AU SERVICE DE L'ECONOMIE IVOIRIENNE»

«LE DEFI DE L'OPTIMISATION DES REGIES FINANCIERES AU SERVICE DE L'ECONOMIE IVOIRIENNE» «LE DEFI DE L'OPTIMISATION DES REGIES FINANCIERES AU SERVICE DE L'ECONOMIE IVOIRIENNE» I. Introduction II. Définitions des notions clés III. Optimisation des régies financières IV. Conclusion INTRODUCTION

Plus en détail

Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en

Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en Relancer l investissement en France, un impératif pour la croissance. Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en 2015 surement inférieur à 1%. Ce n

Plus en détail

REJOIGNEZ NOTRE RÉSEAU

REJOIGNEZ NOTRE RÉSEAU REJOIGNEZ NOTRE RÉSEAU PRÉSENTATION DU GROUPE Présent depuis plus de 17 ans en région Rhône Alpes où il a acquis une position de leader sur son marché, le Groupe CFI a élaboré, développé et modélisé avec

Plus en détail

COMMENT LE BPM MODERNISE LE SECTEUR PUBLIC

COMMENT LE BPM MODERNISE LE SECTEUR PUBLIC COMMENT LE BPM MODERNISE LE SECTEUR PUBLIC Découvrez comment la mise en place de Bonita BPM a permis d optimiser les processus au sein du secteur public, tant pour les agents que pour les usagers. Le grand

Plus en détail

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins Qu une entreprise cherche à s adapter à son environnement et/ou à exploiter au mieux ses capacités distinctives pour développer un avantage concurrentiel, son pilotage stratégique concerne ses orientations

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêts Economie numérique

Appel à manifestation d intérêts Economie numérique Appel à manifestation d intérêts Economie numérique CONTEXTE La Région considère comme prioritaire le secteur numérique, vecteur essentiel de performance, de modernité et d attractivité du territoire,

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES MISSION D APPUI AU DEPLOIEMENT DU DECRET DU 7 NOVEMBRE 2012 RELATIF A LA COMPTABILITE BUDGETAIRE ET LA COMPTABILITE PUBLIQUE

CAHIER DES CHARGES MISSION D APPUI AU DEPLOIEMENT DU DECRET DU 7 NOVEMBRE 2012 RELATIF A LA COMPTABILITE BUDGETAIRE ET LA COMPTABILITE PUBLIQUE CAHIER DES CHARGES MISSION D APPUI AU DEPLOIEMENT DU DECRET DU 7 NOVEMBRE 2012 RELATIF A LA COMPTABILITE BUDGETAIRE ET LA COMPTABILITE PUBLIQUE 1. Présentation de l Anses L'Anses, Agence nationale de sécurité

Plus en détail

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE Référentiel de certification du Baccalauréat professionnel GESTION ADMINISTRATION PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE 1 Le référentiel de certification du Baccalauréat GESTION ADMINISTRATION Architecture

Plus en détail

Programme de Développement concerté de l Administration Numérique Territoriale

Programme de Développement concerté de l Administration Numérique Territoriale Programme de Développement concerté de l Administration Numérique Territoriale Les 4 principes directeurs 4 principes directeurs pour développer l Administration numérique territoriale a. Une gouvernance

Plus en détail

soluris.fr OFFRE LES INCON TOUR NABLES LES QUELQUES-UNS DE NOS SERVICES ET PRESTATIONS

soluris.fr OFFRE LES INCON TOUR NABLES LES QUELQUES-UNS DE NOS SERVICES ET PRESTATIONS soluris.fr L OFFRE LES INCON TOUR NABLES LES QUELQUES-UNS DE NOS SERVICES ET PRESTATIONS 02 Un principe forfaitaire, une politique de prix transparente Soluris est une structure publique de mutualisation

Plus en détail

PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020

PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020 PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020 La Belgique joue actuellement un rôle de premier plan dans le déploiement de nouvelles technologies pour l internet à très haut débit. Les

Plus en détail

http://www.economie.gouv.fr

http://www.economie.gouv.fr PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES http://www.economie.gouv.fr Discours de Pierre MOSCOVICI, Ministre de l Economie et des Finances Conférence de presse pour le lancement de la Banque

Plus en détail

6 & 7 juin 2007 Parc des Expositions Paris-Nord Villepinte. Un point sur ASP : marché, acteurs et perspectives UPS 07

6 & 7 juin 2007 Parc des Expositions Paris-Nord Villepinte. Un point sur ASP : marché, acteurs et perspectives UPS 07 6 & 7 juin 2007 Parc des Expositions Paris-Nord Villepinte Un point sur ASP : marché, acteurs et perspectives UPS 07 Emmanuel Layot Définitions AGENDA Caractéristiques / avantages du mode ASP Marché Fonctionnalités

Plus en détail

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Executive summary (1) Les transformations des DSI L entreprise et

Plus en détail

PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : DIRECTION DE L ACTION DU GOUVERNEMENT

PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : DIRECTION DE L ACTION DU GOUVERNEMENT PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : DIRECTION DE L ACTION DU GOUVERNEMENT Version du 01/10/2013 à 16:02:01 PROGRAMME 401 : TRANSITION NUMÉRIQUE DE L ÉTAT ET MODERNISATION DE L ACTION

Plus en détail

L offre de gestion de la relation client adaptée à vos besoins. Sage CRM. et Sage CRM.com

L offre de gestion de la relation client adaptée à vos besoins. Sage CRM. et Sage CRM.com L offre de gestion de la relation client adaptée à vos besoins Sage CRM et Sage CRM.com Sage CRM, le CRM * à votre mesure LA TECHNOLOGIE AU SERVICE DE L EFFICACITÉ Sage CRM dispose d une architecture technique

Plus en détail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail Services à la personne Agir pour améliorer les conditions de travail Expériences d entreprises de moins de 20 salariés Propositions d axes de travail Des problématiques des Des petites entités souvent

Plus en détail

AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE. BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015

AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE. BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015 AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015 La conscience qu il faut agir autrement? Une conscience inscrite dans le projet de la nouvelle équipe municipale Un acte fondateur avec la délibération

Plus en détail