Annexe 7 Rapport détaillé des focus group

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Annexe 7 Rapport détaillé des focus group"

Transcription

1 Annexe 7 Rapport détaillé des focus group Méthode Objectif intermédiaire Soumettre et valider par le terrain les choix opérés quant aux définitions de concepts, de choix de modèle conceptuel et comme choix de la taxonomie. Déterminer leurs craintes ou/ et souhaits par rapports au DIIA Partie 1 : identification Age : Nombre année sur le terrain : Statu : indépendant ou salarié Diplôme : brevet, graduat, licence Expérience d un travail pluridisciplinaire Utilisation d un dossier papier Travail en réseau et intérêt d un outil qui permet le partage des données Les brevetés ne sont pas formées à la DSI et il semblerait qu elles soient majoritaires en SAD Pertinence d un dossier patient et du partage des données Comment utilise-t-elle le papier pour transmettre les infos et à qui? Participe au projet Vinca Familiarisées avec l outil informatique et plus critiques Partie 2 : Représentation d un dossier patient déterminé au travers des craintes/souhaits émis lors des focus group Comment pensez-vous que l informatique peut influencer votre travail? Quels outils permettraient au dossier de répondre à vos attentes? Quels outils permettraient la continuité des soins? Pensez-vous que cette continuité soit importante? Pourquoi? Comment le dossier infirmier doit-il devenir un dossier patient? En annexe : le contexte dans lequel la recherche est menée Emergence des craintes et des solutions que chacun peut trouver Nomenclature et taxonomie Interdisciplinarité et intradisciplinarité Interdisciplinarité Attention, ne pas partir dans le partage des données Temporalité et organisation pratique : Présentation des membres, des objectifs et de la méthode de la séance Partie 1 : Présentation individuelle: 10 min (optionnel si remplissage du papier ) Partie 2 : représentation d un dossier animation par l animateur 20 min synthèse par l observateur 5 min présentation des concepts par l observateur : 10 min réponses aux questions 10 min (en option ) conclusions et perspectives : 5 min Méthodologie du recueil d information : Nous nous situons dans le cadre d une approche qualitative. Les focus group vont nous permettre de mettre en évidence une série de préoccupations, représentations, craintes, souhaits des infirmières concernant le dossier infirmier informatisé ambulatoire.

2 Etape 1 : guide d entretien (ci-dessus) Etape 2 : grille d identification (ci-après) Etape 3 : enregistrement des focus group (disponibles sur clé USB) Etape 4 : une feuille sera donnée à chaque participant l invitant à se questionner plus longuement et à avoir des discussions avec ses collègues afin d enrichir la base de données (meilleure réponse à leurs besoins) Etape 5 : analyse des enregistrements Etape 6 : mise en évidence de pistes Etape 7 : retour vers le public le contexte dans lequel nous nous situons. Le contexte dans lequel nous nous situons est un contexte qui vise à l amélioration de la qualité des soins au travers de l utilisation d un dossier infirmier informatisé dans un cadre pluridisciplinaire. Nous ne souhaitons pas avoir de débats concernant la facturation, mais celle-ci doit être possible et même facilitée par l utilisation de ce dossier infirmier. Au travers d un dossier, nous souhaiterions que l approche infirmière soit plus professionnelle (réfléchie) et plus visible. Un dossier doit non seulement refléter les activités des infirmières, mais surtout doit refléter la qualité de la démarche sous-jacente à l exécution. Stratégie de constitution des différents focus group. Nous nous situons dans le cadre d une approche qualitative. Les focus group vont nous permettre de mettre en évidence une série de préoccupations, représentations, craintes et souhaits des infirmières concernant le dossier infirmier informatisé ambulatoire. Nous allons tenir compte de ces craintes et souhaits non seulement pour construire un dossier qui réponde le mieux à leurs demandes et préoccupations, mais aussi pour mettre en évidence des manques ou difficultés qui pourraient émerger et pour lesquelles nous devrions proposer une solution ou une piste de solution (recommandations). Afin de recueillir un maximum d informations, nous avons convenu d une double méthode. La première est le focus group, la seconde, un questionnaire avec des questions ouvertes qui seraient remis lors des focus group pour des débats internes (technique boule de neige). Nous leur avons fixé une limite de temps pour répondre. Une fiche d identification a aussi été proposée afin de faire ressortir les caractéristiques des personnes présentes et des personnes qui répondent par courrier. Nous avons convenu que nous éliminerions les «double emploi». Afin d avoir un maximum d infirmières présentes lors des focus group, nous avons déterminé que le temps de midi était à privilégier. En effet, nous nous situons dans un créneau où les soins d hygiènes sont faits et les soins du soir sont pour plus tard. Seules les infirmières ayant des soins sur l heure du midi sont pénalisées. C est pour cette raison que nous avons rajouté la possibilité de répondre par courrier. Afin de limiter la perte de temps sur les routes, nous avons optés pour organiser 2 focus group différents. Un sur Bruxelles et un autre à Namur. Nous avons également laissé la porte ouverte pour la création d un troisième focus dans une autre région, si le besoin se faisait sentir. A ce jour, seule une infirmière de La Louvière était intéressée. Nous lui avons proposé de rejoindre le groupe qui lui convenait le mieux. A la demande de l association des infirmières indépendantes de Belgique, nous avons organisé une troisième rencontre à Liège. Elles ont elle-même proposé différentes dates. Nous avons convenu d une date qui correspondait au maximum d intervenants. L heure de cette rencontre est située à 14h au lieu de 13h à la demande des infirmières. Pour les néerlandophones, il a été convenu que lors de leur journées soins infirmiers et informatique, ils interrogeraient leurs collègues. (cf leur focus group) Comment avons-nous invité les infirmières? Nous souhaitions avoir un panel le plus large possible et reprenant les infirmières tant en pratique de groupe qu indépendantes. Nous avons donc envoyé une invitation par les associations professionnelles (ACN /FNIB) l AIIB (l association des infirmières indépendantes de Belgique) les mutuelles de Bruxelles et de chaque grande ville les ASD et CSD les CISD les infirmières des maisons médicales par leur déléguées

3 Nous avons envoyé une invitation à la personne responsable, lui demandant de distribuer cette invitation à ses membres et ses connaissances. Il était demandé à chaque personne recevant l invitation de transmettre celle-ci à ses contacts infirmiers (technique boule de neige) et de répondre en cas de présence. Cette réponse n a pas été apportée systématiquement, dès lors il était difficile de savoir combien de personnes seraient présentes lors de chaque focus group. L objectif était de s assurer que les conditions de réalisation optimales d un focus group seraient remplies (entre 6 et 12 participants maximum). Les focus group Après un accueil et une présentation individuelle de chacun des participants, l animateur a demandé l autorisation d enregistrer l entièreté des échanges. Cette autorisation a été accordée. Nous gardons donc une copie des enregistrements faits et ce afin de perdre le moins d informations possible. Il a été également dit aux participants qu ils pourraient recevoir une copie de l analyse faite à partir des enregistrements. Après la présentation personnelle, nous avons commencé par expliquer les objectifs du projet et les objectifs de la rencontre. Une première question ouverte a été posée. La question a amené de nombreux échanges au sein des différents groupes, permettant l exploration des représentations, souhaits et craintes des intervenants concernant le dossier. En moyenne, une heure d échange a été nécessaire pour avoir une idée assez précise des infirmières. Au bout de cette heure d échange, une présentation brève du travail effectué a permis de voir comment les participants se positionnaient par rapport au travail déjà réalisé. Ceci a permis également d ouvrir le débat quant aux connaissances par rapport à la revue de littérature présentée. Au lieu de 2 heures initialement prévues, les focus group ont du être arrêté au bout 3 heures, voire 3h30. Biais Dans 2 focus group, nous avons pu noter une participation importante des infirmières de maison médicale. Ces infirmières ont déjà été sensibilisées à la problématique du dossier infirmier informatisé. Dans le troisième, il n y avait que des indépendantes. Dans les 2 premiers groupes, nous remarquons aussi que nous n avons pas atteints d infirmières de terrain. Outre des infirmières de maison médicale, ce sont principalement les «administratifs» qui se sont déplacés. Il est dommage que les infirmières de terrains ne se soient pas déplacées car ce sont elles qui doivent utiliser le dossier. Ce sont donc les administratifs (même s ils sont infirmier au départ) qui se font porte parole des praticiens de terrain. Par contre, dans le dernier focus organisé, il n y avait que des infirmières de terrain accompagnées d une responsable, mais qui effectue aussi des actes techniques. Dans deux focus group, nous avions des infirmières qui font également partie du comité d accompagnement de projet. Cependant, les focus group ont eu lieu avant le premier comité d accompagnement. Premières impressions D une manière générale, nous pouvons dire que nous sommes assez déçus du peu de participation des infirmières de terrain. Plusieurs hypothèses peuvent être posées pour ce faible taux de participation : les horaires ne conviennent pas. Si tel est le cas, les infirmières auraient pu proposer d autres heures, or elles ne l ont pas fait les jours ne conviennent pas : il était possible de proposer d autres jours, seule une association l a fait les lieux ne conviennent pas : il était possible de proposer d autres lieux. Le sujet ne les intéresse pas : ce qui est problématique Elles ne se sentent pas concernées : il faut dès lors se demander pourquoi D autres hypothèses peuvent être mises en évidence. Description de la méthodologie de l analyse L analyse se fait en 4 temps. Tout d abord il y a l analyse des données administratives issues des focus group (en annexe) Résultats Etant donné que les deux premiers enregistrements se sont faits à une semaine d intervalle, ils ont été analysés ensemble. La technique utilisée fut une analyse sur base de la prise de note le jour du focus group, et une écoute attentive de chaque enregistrement. Sur base de ces matériaux, nous avons mis en évidence des catégories qui semblaient pertinentes et refléter les préoccupations des infirmières

4 interrogées. Une fois la première analyse terminée, une seconde écoute des enregistrements a été effectuée afin de s assurer que l analyse correspondait au contenu des enregistrements. Comme les catégories ont été définies sur base des deux premiers focus group, elles serviront de fil conducteur pour le troisième. Si de nouvelles choses émergent, une nouvelle lecture des premiers enregistrements se fera. Dans un troisième temps, nous analyserons les questionnaires qui ont été remis lors des focus. Il faut préciser que les catégories ne sont pas crées par ordre chronologique lors de la discussion, mais émergent littéralement lorsque nous écoutons les enregistrements. Elles sont également en lien avec les données que nous souhaitions collecter. Certains éléments se retrouvant dans plusieurs catégories, un modèle (ci-dessous) fut proposé. Trois catégories ont été définies : le contenu, l organisation et les aspects pratiques. Des sous catégories sont décrites pour mieux cibler le contenu. Contenu du dossier L apport d un dossier infirmier est perçu comme un plus en ce qui concerne la cohérence et la continuité des soins, la participation active du patient, l extraction de données à visée de santé publique et à visée de revalorisation de la profession. Cela permettra aussi de mieux connaître le travail de l infirmière, de montrer l étendue de ses compétences, de faire une différence entre ce qui est pratique de soins et pratique de santé. L unicité d un dossier qui soit compréhensible par l ensemble de la profession est aussi un plus. Ce n est plus simplement un secteur infirmier qui parle la même langue, c est l ensemble de la profession qui est unie au travers de sa langue. Cela favorisera la cohésion de la profession. De plus, cela pourrait être un gain de temps en faveur de la qualité des soins. Le transfert des informations d une ligne à l autre sur base d un modèle commun et d un langage commun permet un gain en qualité des soins, une diminution des pertes de temps, une diminution des pertes d informations concernant le patient. Cela peut donc permettre d avoir plus de temps auprès du patient. Le financement, pour certaines infirmières est problématique : lié à une prescription et basé sur un manque. Certaines disent que pour gagner décemment leur vie, elles doivent soit augmenter leur rythme de travail au détriment de la prévention, voire de la qualité des soins, soit mentir sur l indépendance du patient. En aucun cas, le fait de stimuler le patient ne leur est favorable Certaines infirmières sont «frustrées» de ne pouvoir jour leur rôle d éducateur pour la santé, qui est un rôle fondamental dans le maintien à domicile des patients. A l heure actuelle, le côté éducationnel et/ou préventif, n est valorisé financièrement que dans de rares cas. L utilisation d un langage commun et d outils communs semblent intéresser les infirmières présentent. Elles se rendent cependant compte que cela nécessitera de leur part un travail important au départ tant dans l apprentissage de ces outils que dans leur manipulation. Cependant, les taxonomies ne sont utilisées que depuis une quinzaine d années en Belgique dans l enseignement. Les infirmières diplômées depuis 1998 sont donc formées à ces outils. Cependant, il semble que ce qui ait été enseigné ne soit pas appliqué dans la pratique quotidienne. Il y a encore à l heure actuelle une différence importante entre ce qui est enseigné aux cours et l utilisation sur le terrain. Certaines infirmières trouvent qu à partir d un certain âge, il ne faut pas forcer les gens à utiliser des outils qui n apportent rien à l exécution d un acte. L accès à ces guidelines doit être aisé pour qu elles soient utilisées. Les guidelines mises en évidence comme pertinents pour les infirmières sont la liste des diagnostics infirmiers avec leur définitions et attributs, les NIC, les NOC, les guides de bonnes pratiques (CIPIQS), les échelles (KATZ, Norton, Best), les protocoles s ils existent.( soins de plaies, douleurs,..) Certaines ont proposé d y inclure des liens vers la législation et la liste d actes. Lors de l évocation du RAI version home care, les infirmières se sont montrées réticentes. L intérêt de cet outil ne semble pas leur parler. Elles ne souhaitent pas inclure un outil de plus. La question de la faisabilité et de la pertinence de l outil se pose aussi : il faut réunir une équipe pluridisciplinaire autour du patient pour remplir de manière efficace et la plus univoque possible. L organisation de tels groupes leur semble compliquée à organiser compte tenu des multiples interactions possibles. Certaines ont l impression que les infirmières devront encoder à la place du médecin, augmentant encore leur travail de «bénévolat». Il est difficile aux infirmières de se former : il y a une pénurie d infirmières dans certaines régions, il n est donc pas aisé de se faire remplacer. De plus, les jours de formations sont des jours où les indépendantes ne sont pas payées. Organisation formation

5 Bien que la tenue d un dossier infirmier soit obligatoire, il semble qu il ne soit pas toujours tenu. Les raisons invoquées sont multiples : pas de temps, c est un moyen de contrôle, ça n a pas d intérêt, les écoles n apprennent pas à le faire. Il semble que certaines infirmières ignorent même qu il s agit d une obligation légale. Une crainte importante des infirmières de terrain réside dans le fait qu elles ont peur qu un dossier informatisé puisse être utilisé comme moyen de contrôle de leur pratique et comme moyen de comparaison du nombre d actes effectués. Elles insistent sur le fait qu on ne peut pas dire quel est le temps pour un acte précis, cela dépend aussi de différents facteurs tels que le patient, le temps de trajet, les imprévus Il y a une confusion entre dossier infirmier et nomenclature. C est la raison pour laquelle nous avions d emblée exclus les débats sur la facturation. Cependant, si nous ôtons cela, nous nous rendons compte que les infirmières ne perçoivent pas forcément qu il y a autre chose que de la facturation derrière le dossier. Il semble qu il y ait une méconnaissance de la législation tant concernant le dossier que concernant la nomenclature. Il semble également que le terme dossier ne veuille pas dire la même chose pour chaque infirmière. Pour certaines, le dossier infirmier est une partie du dossier médical et est uniquement conditionné par la pratique médicale. La question des autres intervenants se pose aussi : aide-familiale, aide-soignante, Il semble qu il y ait une méconnaissance sur ce qu est un dossier infirmier et sur la responsabilité de l infirmière quant à la tenue de ce dossier les procédures La problématique de la prescription médicale émerge principalement des infirmières de maison médicale. En effet, les prescriptions écrites sont rares et elles doivent la demander plusieurs fois au médecin. Les traditions orales sont encore fort présentes. Pour les autres infirmières cette problématique est reliée à la facturation. Sans prescriptions, elles ne peuvent facturer. Cela représente donc un manque à gagner. De plus, les actes préventifs et d éducation, mêmes s ils font partie intégrante de la fonction, ne sont que dans des rares cas rétribués. Cependant toutes les infirmières ne sont pas prêtes à intégrer la pratique éducative dans les soins, n y voyant pas un intérêt, ni un impact immédiat sur la santé du patient. Si pour les infirmières travaillant dans une structure constituer un dossier fait partie de leur travail et qu elles ont une rémunération pour cet acte, il n est pas sur que pour les infirmières indépendantes, le fait de remplir un dossier ne leur fasse pas «perdre de l argent». Dans certains cas, il n y a pas de concordance entre la liste d acte et l obligation de la prescription. Les infirmières sont tentées de ne réaliser que ce pour quoi elles sont rémunérées. Dans la majorité des cas, la rémunération se fait uniquement sur acte prescrit pas un médecin, même si l acte réalisé est un acte B1 dans la liste d actes. Il existe donc une grande confusion et une mainmise importante du secteur médical sur le secteur infirmier. Un problème mis en évidence par les infirmières qui ne travaillent pas en pratique de groupe concerne l accès aux données notamment médicales. L accès à ces dernières est fonction du bon vouloir du médecin généraliste, du prescripteur. Or, si les infirmières doivent réaliser des soins adaptés aux patients, elles ont besoin de certaines données médicales telles que le diagnostic, les antécédents pertinents, les médications. D un point de vue légal, elles ne peuvent pas elles-mêmes poser le diagnostic. Les infirmières sont demandeuses d un serveur contenant l ensemble des données médicales, sociales du patient et où chaque profession aurait un accès différent sur base de ses compétences. Ainsi l accès et la mise à jour pourrait se faire en direct et permettre de réagir au mieux et au plus vite pour la Santé du patient. Si les infirmières ont besoin d informations médicales, elles se rendent compte également que les médecins peuvent avoir besoin de leurs informations aussi. La question se pose aussi concernant les autres intervenants, principalement les aides-soignantes (qui commencent à arriver dans le secteur du domicile) et les aide-familiales et ménagères sécurité La gestion des accès doit être aisée et rapide afin de permettre de faire des soins «en ligne». Ces informations doivent être accessibles de «n importe où», pour faciliter l encodage des données et diminuer la perte d informations. A tout moment, des historiques doivent pouvoir être consultés. Les infirmières en pratique monodisciplinaire et travaillant seule ne voient pas l intérêt de s équiper d un dossier informatisé, elles disent ne pas avoir besoin de partager leurs données avec d autres. Aspects utilisateurs Certaines infirmières ont peur de devoir changer de dossier du jour au lendemain. Elles estiment que dans un premier temps, il serait plus judicieux de pouvoir choisir entre le papier et l informatique.

6 Elles s inquiètent également de savoir qui et comment on leur donnera les moyens financiers de s équiper (matériel, logiciel, ) Pour la majorité des infirmières, l outil doit être simple, intuitif, facile d accès, transportable, global et adapté aux différentes pratiques. Les modifications doivent pouvoir se faire de n importe quel endroit (voiture, domicile, dispensaire, ) Il doit également être ergonomique. Il ne faudrait que «cocher». Si nous voulons une adhésion importante, il faut que cela simplifie la vie des soignants au lieu de la compliquer. Des solutions comme proposer des dossiers pré-remplis est proposée. Il faut de nombreux liens de telle manière qu il ne faille pas encoder la même information à plusieurs endroits. Les liens doivent se faire au travers de la signalétique du patient (commun à tout intervenant), mais aussi entre les différents dossiers. Si un médecin change un traitement, il faut que l infirmière en soit avertie lorsqu elle ouvre le dossier du patient. Une trame où les éléments obligatoires doivent être présents doit être proposée comme minimum à encoder. L informatique doit être au service du soignant et non l inverse. Il est donc fondamental que l informaticien puisse «réfléchir comme une infirmière» pour s adapter à nos besoins et non l inverse. Lorsque des modifications sont nécessaires, il faut que cela puisse se faire rapidement. De même, lorsqu un nouveau protocole sort, il faut qu il soit intégré rapidement dans le logiciel pour que les infirmières puissent se l approprier le plus rapidement possible. Le logiciel doit être évolutif. Une fonctionnalité vers une planification des tournées devrait pouvoir être envisagée. Le prestataire doit pouvoir travailler dans sa langue. Il est donc important que le logiciel traduise instantanément les données. Pistes de travail : formation sur la législation du dossier tant chez les diplômées que dans les écoles formation sur la tenue du dossier tant chez les diplômées que dans les écoles formation et sensibilisation sur le rôle infirmier et ses obligations légales formation sur la nomenclature tant chez les diplômées que dans les écoles formation sur la législation de l art infirmier et des autres arts vers lesquels nous pouvons déléguer valoriser la tenue correcte des dossiers en montrant les avantages de ce dernier proposer des financements pour améliorer l indépendance du patient. Revoir le système de financement? favoriser les actes éducatifs auprès du patient et de sa famille revisiter la nomenclature en tenant compte de la liste d actes et de la législation proposer plus de valorisation des actes éducatifs, de préventions dans ce qui est rémunéré élaboration d un plan à moyen terme pour permettre aux infirmières de s équiper élaboration d un plan financier déterminer les informations utiles aux différentes professionnels de la santé afin de permettre à chaque soignant de prodiguer des soins de qualité et adapté aux patients déterminer les informations utiles aux différentes professionnels de la santé afin de permettre à chaque soignant de prodiguer des soins de qualité et adapté aux patients déterminer les informations utiles aux différentes professionnels de la santé afin de permettre à chaque soignant de prodiguer des soins de qualité et adapté aux patients déterminer les droits et les clés pour accéder aux données et modifier les données déterminer le temps que les infos doivent rester visibles groupe de travail infirmier-médecin sur le partage et l accès aux informations (y intégrer des infirmières monodisciplinaires) groupe de travail infirmier-aide-soignant sur le partage et l accès aux informations formation à la démarche en soins tant sur le terrain qu en partenariat avec les écoles. Les formations devront tenir compte de facteurs comme la connaissance préalable de la démarche sensibilisation et formation à l éducation du patient (via les NIC) formation à l utilisation des outils (échelles, taxonomies) information au RAI et lever des réticences si l outil est utilisé réflexion sur la faisabilité du RAI : qui rempli quoi, comment? nécessité de réflexion interdisciplinaire sur l encodage qui financera les formations former un duo infirmier-informaticien pour que l informaticien comprenne la philosophie des soins infirmiers

7 étudier le marché quant à la transportabilité et la sécurité des données étudier la faisabilité qu une infirmière puisse elle-même réaliser certaines modifications dans le contenu du logiciel Analyse sur base des courriers renvoyés Nous avions optés pour transmettre aux infirmières n ayant pas su se rendre à un focus group, mais souhaitant émettre un avis, un questionnaire comprenant trois questions ouvertes reprenant les objectifs transmis lors des focus group. Analyse sur base des données administratives Cf annexe La première chose frappante est que l âge est sensiblement plus bas que les infirmières ayant participé aux focus. Les réponses apportées ont été brèves et peu explorées. Question 1 : quels sont vos souhaits quant à l utilisation du DIIA? Principalement des caractéristiques techniques : clarté, facilité d utilisation, outil pluridisciplinaire où les PM soient bien encodées. L utilisation d une anamnèse simple basée sur le modèle conceptuel de Virginia Henderson est mentionnée une fois. L accès aux données des autres intervenants est aussi soulignée comme étant un plus pour l utilisation de l outil. Question 2 : Quels sont vos craintes quant à l utilisation du DIIA? Lourdeur des procédures, trop «strict» (pas assez de texte libre). Des craintes liées à l informatique sont mentionnées : zones de non-accès, panne informatique. Une crainte liée aux niveaux d encodages différents selon les prestataires est également signalée. Question 3 : que pensez-vous que l informatique peut apporter à votre pratique? Rapidité, respect de la législation, richesse dans les plans de soins.

8 Grille de lecture des courriers par courier Age expérience de X X terrain domicile x x x hospitalier x autre x x stat actuel indépendant salarié x x x X X Dipôme brevet x baccalauréat x x X X masters doctorat spécialisation plaies x X diabéto x palliatif x autre x(sté com) x(directeur) interdisciplinaire oui x x x(directeur) X X non dossier infirmier informatique x(soft 33) X X papier x x x(soft 33) X X (s oft 33 ) Vinca oui non x x x x x

Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais

Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais Introduction Ce document est un complément au Code d Éthique et de Conduite Professionnelle

Plus en détail

Elaborer un projet d action

Elaborer un projet d action FICHE PRATI QUE Elaborer un projet d action Un projet n est pas le fruit du hasard mais le résultat d une situation que l on juge insatisfaisante et que l on souhaite changer. On pourrait dans ce sens

Plus en détail

USAGES ET PRATIQUES DES JEUNES TARNAIS EN MATIERE DE RECHERCHE ET D INFORMATION

USAGES ET PRATIQUES DES JEUNES TARNAIS EN MATIERE DE RECHERCHE ET D INFORMATION USAGES ET PRATIQUES DES JEUNES TARNAIS EN MATIERE DE RECHERCHE ET D INFORMATION Etude 2013 Usages et pratiques des jeunes tarnais en matière de recherche d information Contexte général : La Fédération

Plus en détail

L alliance thérapeutique

L alliance thérapeutique L alliance thérapeutique UE 4.2 S3 Le 5 septembre 2012 FC Un peu d histoire (1) Terme employé par FREUD dès 1913: Alliance forte entre patient et thérapeute indispensable dans le cadre d une psychothérapie

Plus en détail

Projet de Service spécifique Antenne PSE de Coronmeuse 2014-2020

Projet de Service spécifique Antenne PSE de Coronmeuse 2014-2020 2014-2020 ANTENNE PSE DE CORONMEUSE Place Coronmeuse, 21 4040 HERSTAL 04/248 80 58 pse.herstal-coron@provincedeliege.be Code Fase : 5605 Projet de Service spécifique Antenne PSE de Coronmeuse 2 Sommaire

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

Nos références Personnes de contacts Bruxelles, le 09/01/06 APPEL A COLLABORATION AUX UNIVERSITES POUR UNE EQUIPE DE RECHERCHE- ACTION

Nos références Personnes de contacts Bruxelles, le 09/01/06 APPEL A COLLABORATION AUX UNIVERSITES POUR UNE EQUIPE DE RECHERCHE- ACTION Nos références Personnes de contacts Bruxelles, le 09/01/06 COZ/VDF/E06/458 Muriel Quinet Muriel.quinet@health.fgov.be 02/524.85.78 Valérie De Nef Valerie.denef@health.fgov.be 02/524.85.79 APPEL A COLLABORATION

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

Introduction. pour ANTICIPER > Développement d un logiciel de gestion des actions de prévention pour les professionnels préventionnistes.

Introduction. pour ANTICIPER > Développement d un logiciel de gestion des actions de prévention pour les professionnels préventionnistes. Pour un meilleur accompagnement de votre parcours à domicile Introduction Mutualité Française Puy-de-Dôme a développé un nouveau système d information santé favorisant la coordination des acteurs de santé

Plus en détail

Les remontées du terrain. Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE

Les remontées du terrain. Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE Les remontées du terrain Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE Les programmes d Evaluation des Pratiques Professionnelles Pertinence des hospitalisations en HDT HO *Formalisation de certificats

Plus en détail

Méthodes et outils de l analyse des pratiques professionnelles

Méthodes et outils de l analyse des pratiques professionnelles Méthodes et outils de l analyse des pratiques professionnelles Dr Nelly LE REUN, DIU soignant en gérontologie, Brest, 9 mai 2012 11/05/2012 1 Formation initiale Formation continue: acquisition de nouvelles

Plus en détail

L ECOLE D AUXILIAIRES DE PUERICULTURE DE LA FONDATION LENVAL

L ECOLE D AUXILIAIRES DE PUERICULTURE DE LA FONDATION LENVAL L ECOLE D AUXILIAIRES DE PUERICULTURE DE LA FONDATION LENVAL L Ecole d Auxiliaires de Puériculture de la Fondation LENVAL à Nice assure la formation des auxiliaires de puériculture depuis 2010. A cette

Plus en détail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail Services à la personne Agir pour améliorer les conditions de travail Expériences d entreprises de moins de 20 salariés Propositions d axes de travail Des problématiques des Des petites entités souvent

Plus en détail

COORDINATION INTERPROFESSIONNELLE A LA SORTIE DES HOPITAUX URPS PHARMACIENS PACA

COORDINATION INTERPROFESSIONNELLE A LA SORTIE DES HOPITAUX URPS PHARMACIENS PACA COORDINATION INTERPROFESSIONNELLE A LA SORTIE DES HOPITAUX URPS PHARMACIENS PACA BILAN D ETAPE 1 MATERIEL MEDICAL : UN CHAMP D INTERVENTION QUI SUSCITE DES ATTENTES FORTES RESUME Au printemps 2013, l URPS

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

ASSOCIATION DE PROMOTION DU PLURILINGUISME PROGRAMME 2014-2015. Le bilinguisme est un cadeau, pas un fardeau!

ASSOCIATION DE PROMOTION DU PLURILINGUISME PROGRAMME 2014-2015. Le bilinguisme est un cadeau, pas un fardeau! ASSOCIATION DE PROMOTION DU PLURILINGUISME PROGRAMME 2014-2015 Le bilinguisme est un cadeau, pas un fardeau! D Une Langue A L Autre Qui sommes-nous? NOTRE MISSION Favoriser une éducation au plurilinguisme

Plus en détail

Tableau de Bord du Réseau Graine Midi Pyrénées

Tableau de Bord du Réseau Graine Midi Pyrénées Tableau de Bord du Réseau Graine Midi Pyrénées Un outil de connaissance et de suivi du réseau EE de Midi Pyrénées Contexte / Enjeux : Le contexte actuel, dans lequel, l environnement prend une place de

Plus en détail

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle»

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Introduction Suite à l envoi du questionnaire «Clientèle», nous avons reçu un total de 588 réponses. Ce résultat nous semble tout à fait satisfaisant

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

en établissement sanitaire, médico-social et à domicile Promotion de l amélioration des pratiques professionnelles

en établissement sanitaire, médico-social et à domicile Promotion de l amélioration des pratiques professionnelles en établissement sanitaire, médico-social et à domicile Promotion de l amélioration des pratiques professionnelles 1 La bientraitance : le socle du programme MobiQual La «trousse de bientraitance» est

Plus en détail

EHPAD La Vasselière Enquêtes de satisfaction résidents 2015 / familles 2015

EHPAD La Vasselière Enquêtes de satisfaction résidents 2015 / familles 2015 1 Introduction Au début de l année 2015, l EHPAD La Vasselière a réalisé une enquête de satisfaction auprès des résidents et des familles. Celle-ci s est articulée autour de 6 thèmes : Situation personnelle

Plus en détail

Enquête sur les attentes et besoins des personnes en situation de handicap vis-à-vis des Services d Aide à la Personne

Enquête sur les attentes et besoins des personnes en situation de handicap vis-à-vis des Services d Aide à la Personne Ce questionnaire est aussi disponible en ligne sur le site : www.handirhoneservices.org Ou par flash code : Vous pouvez être aidé au remplissage par téléphone au : 06 52 16 34 84 Enquête sur les attentes

Plus en détail

Mutualisation des moyens héliportés sur la région Bourgogne. Etude initiale 06.06.2013 V1.2

Mutualisation des moyens héliportés sur la région Bourgogne. Etude initiale 06.06.2013 V1.2 sur la région Bourgogne Etude initiale 06.06.2013 V1.2 Contenu 1. Contexte...3 1.1. Objectifs...3 1.2. Descriptif de l existant...3 2. Etude des solutions...3 2.1. Solution n 1 : uniformisation du système

Plus en détail

// Enquête de satisfaction. Résultats 2014-2015

// Enquête de satisfaction. Résultats 2014-2015 // Enquête de satisfaction Résultats 2014-2015 Des résultats encourageants Nos clients ont eu l amabilité de bien vouloir répondre à notre enquête de satisfaction annuelle et nous les en remercions chaleureusement.

Plus en détail

PACTE : Programme d Amélioration Continue du Travail en Equipe Phase d expérimentation

PACTE : Programme d Amélioration Continue du Travail en Equipe Phase d expérimentation PACTE : Programme d Amélioration Continue du Travail en Equipe Phase d expérimentation Centre Hospitalier d Argenteuil (95) F. Lémann, PH-coordonnateur de la gestion des risques associés aux soins Co-facilitateur

Plus en détail

Gestion collective des déchets industriels de PLAINE ET SAONE cahier des charges pour une proposition d assistance.

Gestion collective des déchets industriels de PLAINE ET SAONE cahier des charges pour une proposition d assistance. Gestion collective des déchets industriels de PLAINE ET SAONE cahier des charges pour une proposition d assistance. I-] Contexte général. Le contexte réglementaire français en matière d élimination des

Plus en détail

Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne

Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne Avant d entrer dans le vif du sujet, je vous présenterai rapidement la CIJOC, puis je vous donnerai quelques exemples de

Plus en détail

FICHE RESSOURCE N 3 GUIDE D ENTRETIEN

FICHE RESSOURCE N 3 GUIDE D ENTRETIEN Cette fiche vous propose une base de guide d entretien illustrée par des exemples pour comprendre le travail de salariés afin d effectuer l étape 2a : repérer des situations-problème. Avant d utiliser

Plus en détail

L externat en médecine générale L exemple de Paris V

L externat en médecine générale L exemple de Paris V L externat en médecine générale L exemple de Paris V Mémoire DIU Pédagogie Médicale 2010 Dr Olivier Benainous CCA médecine générale Dr Mirna Salloum Urgentiste 1 Sommaire I. Externat en médecine générale

Plus en détail

EDITION 2015. Conditions de participation au système de bonus BENEVITA. POUR LA MEILLEURE DES MÉDECINES.

EDITION 2015. Conditions de participation au système de bonus BENEVITA. POUR LA MEILLEURE DES MÉDECINES. EDITION 2015 Conditions de participation au système de bonus BENEVITA. POUR LA MEILLEURE DES MÉDECINES. Système de bonus BENEVITA: Informations destinées aux clients. Les informations ci-après vous donneront

Plus en détail

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS DE LA CAMPAGNE «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 Réalisé par le Service Prévention Santé de

Plus en détail

Compte Rendu 8 ème Colloque FINE Europe à Lisbonne Octobre 2010

Compte Rendu 8 ème Colloque FINE Europe à Lisbonne Octobre 2010 Compte Rendu 8 ème Colloque FINE Europe à Lisbonne Octobre 2010 Rapporteur : A Santucci qui représentait FINE Belgique de par son mandat au sein de FINE Belgique «Relations Internationales» a eu un rôle

Plus en détail

GUIDE d UTILISATION. des chèques virtuels

GUIDE d UTILISATION. des chèques virtuels Chèque-Formation / Chèque-Formation Langues GUIDE d UTILISATION des chèques virtuels Pour les Opérateurs de formation agréés 05/2006 2 Processus Introduction Chapitre 1 : Confirmation d affiliation Chapitre

Plus en détail

142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE?

142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE? Item 142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE? I/ Introduction 1 On rappelle la définition des soins palliatifs, par la S.F.A.P.

Plus en détail

Guide pour remplir le formulaire de candidature Recherche

Guide pour remplir le formulaire de candidature Recherche Guide pour remplir le formulaire de candidature Recherche Rappel Le «Prix Recherche» a pour objectif de créer et de diffuser des «supports d application 1» à destination des acteurs de terrain 2 pour que

Plus en détail

Évaluation du retard de développement. Lignes directrices

Évaluation du retard de développement. Lignes directrices Évaluation du retard de développement Lignes directrices Aucun instrument de mesure n est légalement réservé à un professionnel ou à un autre. Par contre, dans ce domaine, des règles de compétence s appliquent,

Plus en détail

TP 14693F (05/2007) Aviation civile. Norme du Système de gestion intégrée TC-1002302 *TC 1002302*

TP 14693F (05/2007) Aviation civile. Norme du Système de gestion intégrée TC-1002302 *TC 1002302* Transports Canada Transport Canada TP 14693F (05/2007) Aviation civile Norme du Système de gestion intégrée TC-1002302 *TC 1002302* Imprimé au Canada Veuillez acheminer vos commentaires, vos commandes

Plus en détail

Livret aide-mémoire LE DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL (DMP) EN PICARDIE

Livret aide-mémoire LE DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL (DMP) EN PICARDIE Livret aide-mémoire Secrétaires médicales LE DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL (DMP) EN PICARDIE 1 Le présent livret vise à : Former les secrétaires médicales à l information et la promotion du DMP auprès des

Plus en détail

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan?

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Thème : Vers un ouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Auteur : Mr Mhamed MOUAACHA, Chef de Division au Haut Commissariat au Plan (HCP)

Plus en détail

www.trustteam.be T +32 56 23 46 06 info@trustteam.be

www.trustteam.be T +32 56 23 46 06 info@trustteam.be www.trustteam.be T +32 56 23 46 06 info@trustteam.be Table des matières 1 Introduction...3 2 Pourquoi choisir Health@Work?...3 2.1 Concentrez-vous désormais sur vos activités clés...4 2.2 Nombreuses fonctionnalités

Plus en détail

Mesure du transfert des connaissances dans les pratiques cliniques suite à un e-learning douleur

Mesure du transfert des connaissances dans les pratiques cliniques suite à un e-learning douleur Congrès SIDIIEF 2015 Montréal Mesure du transfert des connaissances dans les pratiques cliniques suite à un e-learning douleur Yolande KOTTELAT, inf, ICL Jenny GENTIZON, inf, MScSI Martine ROESSLI, responsable

Plus en détail

l atelier collectif : une nouvelle approche de la sante sexuelle des PVVIH

l atelier collectif : une nouvelle approche de la sante sexuelle des PVVIH l atelier collectif : une nouvelle approche de la sante sexuelle des PVVIH Mercredi 7 Octobre 2015 NANTES JF. Souchon, M. Laprevotte, N. Edeb, A. Simon, O Benveniste Département de Médecine Interne Pôle

Plus en détail

Direction des services d hébergement Description de fonction

Direction des services d hébergement Description de fonction Direction des services d hébergement Description de fonction ASSISTANT(E)-INFIRMIER(ÈRE)-CHEF SUPÉRIEUR IMMÉDIAT : STATUT : QUART DE TRAVAIL : CHEF D UNITÉ ET/OU CHEF D ACTIVITÉS EN SERVICE POSTE SYNDIQUÉ

Plus en détail

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 2 ème année bachelor

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 2 ème année bachelor Semestre automne printemps Répétition Lieu de période de formation pratique Institution : Nom de l'étudiant-e : Service : Promotion : Site de formation : Période du / au : PFP 3 PFP 4 ÉVALUATION DES COMPÉTENCES

Plus en détail

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp D après une initiative de Champ AGJIR Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp www.remplachamp.fr Contacts : Sylvain DURIEZ, Président de Champ AGJIR, president@champagjir.fr Jacques

Plus en détail

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar En région Rhône-Alpes, les établissements préparant au BTS GPN rythment leur formation par des périodes de stages. Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche

Plus en détail

Les droits syndicaux en matière d environnement

Les droits syndicaux en matière d environnement Les droits syndicaux en matière d environnement 1. Introduction Le CPPT dispose de compétences par rapport à l environnement. Le CE n a, quant à lui, pas de compétence propre par rapport à l environnement

Plus en détail

DISPOSITIONS PRATIQUES DE LA «CHARTE QUALITÉ-NUTRITION» EN MAISON DE REPOS (MR) ET MAISON DE REPOS ET DE SOINS (MRS)

DISPOSITIONS PRATIQUES DE LA «CHARTE QUALITÉ-NUTRITION» EN MAISON DE REPOS (MR) ET MAISON DE REPOS ET DE SOINS (MRS) DISPOSITIONS PRATIQUES DE LA «CHARTE QUALITÉ-NUTRITION» EN MAISON DE REPOS (MR) ET MAISON DE REPOS ET DE SOINS (MRS) Critères pour la certification de maisons de repos porteuses du label régional «Qualité-Nutrition»,

Plus en détail

Associations : construisez aujourd hui votre formation de demain

Associations : construisez aujourd hui votre formation de demain ORLY CHAMPIGNY-SUR-MARNE NOGENT-SUR-MARNE VILLECRESNES VILLEJUIF Associations : construisez aujourd hui votre formation de demain Synthèse des résultats du questionnaire BONNEUIL-SUR-MARNE SUCY-EN-BRIE

Plus en détail

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Fiche E13 Service de location et lavage de gobelets - SMTD BASSIN EST Monographie complète SMTD Bassin Est (Pyrénées Atlantiques) Année 1 du

Plus en détail

Plan d action annuel

Plan d action annuel Plan d action annuel Mise en contexte La Coordination ATL a pour objectif de développer l offre d accueil Temps libre sur le territoire de la Commune afin de répondre aux besoins des familles, de développer

Plus en détail

Junior ESSEC 19/01/2015

Junior ESSEC 19/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 3ème journée Compte-rendu de l atelier 4 : Transformation numérique des relations administration-usagers Thème de la journée

Plus en détail

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION APRÈS LA FORMATION 2.3. APRÈS LA FORMATION Lorsque la formation est terminée, l organisation doit finalement s assurer que l apprenant puisse utiliser de manière concrète les nouveaux apprentissages. Cette

Plus en détail

e-mail : Etude «les Français et leur pharmacien»

e-mail : Etude «les Français et leur pharmacien» Contacts Ipsos : Patrick KLEIN Tél : 01 41 98 97 20 e-mail : patrick.klein@ipsos.com Sonia BENCHIKER Tél : 01 41 98 95 08 e-mail : Etude «les Français et leur pharmacien» sonia.benchiker@ipsos.com Rapport

Plus en détail

Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel

Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel Démarche de valorisation du stage dans l élaboration du projet de l étudiant Définition : C est une démarche complémentaire du suivi de stage existant

Plus en détail

Salon Préventica Lille 2013

Salon Préventica Lille 2013 Centre de gestion de la Fonction Publique Territoriale du Nord www.cdg59.fr Risques psychosociaux : méthodologie d intervention pluridisciplinaire du pôle prévention du CDG 59 Salon Préventica Lille 2013

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

CONSEILS METHODOLOGIQUES POUR LA REDACTION DU SUPPORT POWER POINT POUR L EPREUVE CPPC

CONSEILS METHODOLOGIQUES POUR LA REDACTION DU SUPPORT POWER POINT POUR L EPREUVE CPPC CONSEILS METHODOLOGIQUES POUR LA REDACTION DU SUPPORT POWER POINT POUR L EPREUVE CPPC I. Introduction Comme nous vous l avons expliqué dans le support «Déroulement de l épreuve de CPPC», vous devez produire

Plus en détail

Les Belges sont satisfaits de leur médecin Transparence et coûts restent cependant à améliorer

Les Belges sont satisfaits de leur médecin Transparence et coûts restent cependant à améliorer Les Belges sont satisfaits de leur médecin Transparence et coûts restent cependant à améliorer Annexe À l occasion du 50 ème anniversaire de l assurance soins de santé et indemnités, la MC a mené une enquête

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

QUESTIONNAIRE ANONYME

QUESTIONNAIRE ANONYME QUESTIONNAIRE ANONYME Crèche ARC-EN-CIEL Octobre 2011 Nous souhaiterions connaître vos impressions sur la structure et votre ressenti en tant que parent. De ce fait, nous vous proposons de compléter et

Plus en détail

Le guide de la travailleuse enceinte secteur des centres de la petite enfance (CPE)

Le guide de la travailleuse enceinte secteur des centres de la petite enfance (CPE) Le guide de la travailleuse enceinte secteur des centres de la petite enfance (CPE) Le retrait préventif Pour appuyer vos démarches visant à obtenir un retrait préventif, un congé de maternité ou les prestations

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence :

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : La définition du métier «Infirmier» Les référentiels de formation, d activités et de compétences infirmiers 2009 Le portfolio de l étudiant Version 1,

Plus en détail

PAPRICA Petite enfance

PAPRICA Petite enfance PAPRICA PETITE ENFANCE PHYSICAL ACTIVITY PROMOTION IN PRIMARY CARE PAPRICA Petite enfance Concept de formation La sédentarité du jeune enfant augmente de manière inquiétante. Or, la promotion du mouvement

Plus en détail

«Aidez-nous, comptez vos sous!»

«Aidez-nous, comptez vos sous!» SITUATION D APPRENTISSAGE ET D ÉVALUATION (SAÉ) 2 e cycle - Enseignement primaire «Aidez-nous, comptez vos sous!» Guide de l enseignant Version2009 Leucan inc. TABLE DES MATIÈRES Description de la situation

Plus en détail

PROMOTION DE LA COMMUNICATION ENTRE PRESTATAIRES DE SOINS CONCERNES PAR LES PATIENTS AGES DEPENDANTS

PROMOTION DE LA COMMUNICATION ENTRE PRESTATAIRES DE SOINS CONCERNES PAR LES PATIENTS AGES DEPENDANTS PROMOTION DE LA COMMUNICATION ENTRE PRESTATAIRES DE SOINS CONCERNES PAR LES PATIENTS AGES DEPENDANTS RAPPORT FINAL - PERIODE DU 01 JANVIER 2006 AU 31 OCTOBRE 2006 - COORDONNEES DU SISD : SISD de la région

Plus en détail

SF2H-Lille-2012 AUDIT CONTINU SUR LES PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES ET AMELIORATION DES PRATIQUES

SF2H-Lille-2012 AUDIT CONTINU SUR LES PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES ET AMELIORATION DES PRATIQUES SF2H-Lille-2012 AUDIT CONTINU SUR LES PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES ET AMELIORATION DES PRATIQUES CONTEXTE Contexte Surveillance quotidienne par l EOH des BMR et autres germes nécessitant la mise en place

Plus en détail

Manuel d utilisateur BilanKine Version 1.5

Manuel d utilisateur BilanKine Version 1.5 Manuel d utilisateur BilanKine Version 1.5 Manuel d utilisateur BilanKine 2 Table des matières 1 Introduction 3 2 Installation 3 2.1 Sous Windows................................... 3 2.2 Sous Macintosh..................................

Plus en détail

RESIDENCE «LA FLEUR DE L AGE» 20 Bis Allée des Sports 59960 Neuville en Ferrain

RESIDENCE «LA FLEUR DE L AGE» 20 Bis Allée des Sports 59960 Neuville en Ferrain RESIDENCE «LA FLEUR DE L AGE» 20 Bis Allée des Sports 59960 Neuville en Ferrain RAPPORT DE PRESENTATION DES RESULTATS DE L ENQUETE DE SATISFACTION AUPRES DES RESIDENTS 2014 1 TABLE DES MATIERES I. INTRODUCTION...

Plus en détail

C:\ADCW\GESTION ADMINISTRATIVE GENERALE\SERVICES ADMINISTRATIFS\GESTION DES RESSOURCES HUMAINES\FICHES DE POSTE\Fiche poste IDE.

C:\ADCW\GESTION ADMINISTRATIVE GENERALE\SERVICES ADMINISTRATIFS\GESTION DES RESSOURCES HUMAINES\FICHES DE POSTE\Fiche poste IDE. C:\ADCW\GESTION ADMINISTRATIVE GENERALE\SERVICES ADMINISTRATIFS\GESTION DES RESSOURCES HUMAINES\FICHES DE \Fiche poste IDE.doc Association Diaconale Nord Alsace CSI WOERTH 10, rue de l église 67360 WOERTH

Plus en détail

Accompagnement des personnes surendettées ou financièrement fragiles. Programme de formation 1er trimestre 2014

Accompagnement des personnes surendettées ou financièrement fragiles. Programme de formation 1er trimestre 2014 Association Crésus Île-de-France Paris Riches de notre solidarité Accompagnement des personnes surendettées ou financièrement fragiles Programme de formation 1er trimestre 2014 Personnes concernées Les

Plus en détail

«COHABITONS EN DROME» Hébergement partagé

«COHABITONS EN DROME» Hébergement partagé RECUEIL D EXPERIENCES : SERVICES AUX POPULATIONS EN MILIEU RURAL «COHABITONS EN DROME» Hébergement partagé INFORMATIONS : Territoire concerné : Département de la Drôme L ACTION Descriptif Le projet «Cohabitons

Plus en détail

Thème 1 Handicap en général - Fiche 1

Thème 1 Handicap en général - Fiche 1 Thème 1 Handicap en général - Fiche 1 Enfants de 9 à 12 ans Elèves de l enseignement secondaire inférieur 1 - Aborder le thème de la différence - Quelle place a la personne handicapée dans la société -

Plus en détail

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT?

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Accueil de jour de la petite enfance ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Propositions en vue d un partenariat public privé pour la mise en place de crèches et garderies Lausanne Région Août 2002

Plus en détail

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS REGARDS CROISÉS DES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE Administrateurs Présidents de conseil d administration/surveillance

Plus en détail

Edition et intégration de logiciels médicaux. Service commercial 22 rue de Chantepie 37300 JOUE LES TOURS. Tél : 02 47 67 81.81 Fax : 02 47 67 42 25

Edition et intégration de logiciels médicaux. Service commercial 22 rue de Chantepie 37300 JOUE LES TOURS. Tél : 02 47 67 81.81 Fax : 02 47 67 42 25 Edition et intégration de logiciels médicaux Service commercial 22 rue de Chantepie 37300 JOUE LES TOURS Tél : 02 47 67 81.81 Fax : 02 47 67 42 25 LOGICIEL AXILA Le dossier médical informatisé pour les

Plus en détail

Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc.

Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc. 11 mars 2005 Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc. 2004) Introduction Tous les produits de construction

Plus en détail

Conseil. en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire. www.adessa-software.com. tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657

Conseil. en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire. www.adessa-software.com. tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657 Conseil en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657 www.adessa-software.com Avant-Propos De part sa nature complexe et évolutive, le bloc opératoire est

Plus en détail

Rôle de l ENT dans l apprentissage des langues vivantes dans l enseignement secondaire.

Rôle de l ENT dans l apprentissage des langues vivantes dans l enseignement secondaire. Rôle de l ENT dans l apprentissage des langues vivantes dans l enseignement secondaire. Le fait que tous les enseignants de l Académie de Clermont-Ferrand disposent d un environnement numérique de travail

Plus en détail

Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé

Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé 2013 Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé Ipsos Public Affairs 24/06/2013 1 Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé Table

Plus en détail

Solvabilité II Solution elearning

Solvabilité II Solution elearning Solvabilité II Solution Solvabilité II Solution Jusqu à présent les programmes Solvabilité II se sont surtout concentrés sur les éléments quantitatifs. La mise en place réussie de Solvabilité II exige

Plus en détail

PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE

PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE LA FORMATION DES EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS A L I.F.R.A.S.S. La formation des Educateurs de Jeunes Enfants est réalisée conformément à l arrêté du

Plus en détail

Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012

Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012 Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012 «2012: État des lieux et perspectives de la coordination par

Plus en détail

Guide d utilisation de la base de données

Guide d utilisation de la base de données Guide d utilisation de la base de données Introduction Ce guide a pour objet de présenter le contenu de la base de données relatives aux traductions de textes économiques disponibles sur le site Web EE-T

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

CHARTE DU RESEAU 1. PREAMBULE 2. MODALITES D ACCES AU RESEAU

CHARTE DU RESEAU 1. PREAMBULE 2. MODALITES D ACCES AU RESEAU CHARTE DU RESEAU Adoptée dans le cadre des dispositions de l article D. 766-1-4 du code de la santé publique 1. PREAMBULE La présente charte fixe les règles applicables aux membres du réseau constitué,

Plus en détail

Conférence de citoyens sur l hôpital Charte de recommandations des citoyens

Conférence de citoyens sur l hôpital Charte de recommandations des citoyens Conférence de citoyens sur l hôpital Charte de recommandations des citoyens Nous constatons des problèmes ou des insuffisances dans le fonctionnement actuel de l hôpital. Sur l information et la communication

Plus en détail

Cahier des Charges de la Formation La chirurgie ambulatoire

Cahier des Charges de la Formation La chirurgie ambulatoire ACTION COLLECTIVE REGIONALE 2015 Cahier des Charges de la Formation La chirurgie ambulatoire Commanditaire UNIFAF est l organisme paritaire agréé de la branche Sanitaire et sociale du secteur privé à but

Plus en détail

Projet PHARES. Note de cadrage sur la production de livrables en phase finale du projet

Projet PHARES. Note de cadrage sur la production de livrables en phase finale du projet Projet PHARES Note de cadrage sur la production de livrables en phase finale du projet L.Brami, S.Damart, M. Detchessahar, M. Devigne, J. Habib, F. Kletz, C. Krohmer. Document joint à l avenant au contrat

Plus en détail

COMPETENCES INFIRMIERES 1

COMPETENCES INFIRMIERES 1 COMPETENCES INFIRMIERES 1 Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine des soins infirmiers Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins Concevoir et conduire

Plus en détail

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL 1 1. Le raisonnement clinique Définition Face à une demande de soin, le professionnel infirmier axe son raisonnement clinique

Plus en détail

2 - Quels sont les intérêts des exercices?

2 - Quels sont les intérêts des exercices? FICHE N 29 : LES ENTRAÎNEMENTS - EXERCICES DE SIMULATION 1 - Qu est-ce qu un exercice? Les exercices servent à mettre en œuvre de manière pratique les dispositions prévues dans le PCS en se substituant

Plus en détail

Kit d organisation des rencontres académiques

Kit d organisation des rencontres académiques Concertation nationale sur le numérique pour l éducation Kit d organisation des rencontres académiques Ce kit a été réalisé en coopération avec 1 Comment organiser une rencontre au sein de mon académie

Plus en détail

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit :

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Synthèse des résultats de l audit croisé et interhospitalier 2008 à propos de l isolement thérapeutique Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Type d établissement Nombre EPSM 4 CH Général

Plus en détail

Rapport de Post- Campagne 1

Rapport de Post- Campagne 1 Rapport de Post- Campagne 1 Résumé - La campagne Adwords que nous avons mené pour Galerie Photo-Originale a duré 21 jours (5.05-26.05) et nous a coûté $250,18. L objectif principal est en premier de stimuler

Plus en détail

PREAVIS DE LA MUNICIPALITE AU CONSEIL COMMUNAL

PREAVIS DE LA MUNICIPALITE AU CONSEIL COMMUNAL PREAVIS DE LA MUNICIPALITE AU CONSEIL COMMUNAL N 35/6.13 DEMANDE D'UN CREDIT DE CHF 35'000.00 POUR LA MISE EN PLACE DU LOGICIEL DE RESER- VATION DE SALLES, DE CHF 34'000.00 POUR LA MISE EN PLACE DU LOGICIEL

Plus en détail

Projet Addictions sans substance. Questionnaire

Projet Addictions sans substance. Questionnaire Projet Addictions sans substance Questionnaire Ce projet a pour objectif d établir un état des lieux de l accueil et de l accompagnement dans les structures du secteur médico-social, des addictions sans

Plus en détail

Programme Régional de formation des Acteurs de la Formation. La Validation des Acquis de l Expérience. La mise en dynamique par l approche collective

Programme Régional de formation des Acteurs de la Formation. La Validation des Acquis de l Expérience. La mise en dynamique par l approche collective Programme Régional de formation des Acteurs de la Formation La Validation des Acquis de l Expérience La mise en dynamique par l approche collective Mise en dynamique : L approche collective Trois expériences

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail