Analyse d une expérience contemporaine de souffrance à partir de l ouvrage de Primo Levi, Si c est un homme. Travail présenté par Léandre ZÉFACK

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Analyse d une expérience contemporaine de souffrance à partir de l ouvrage de Primo Levi, Si c est un homme. Travail présenté par Léandre ZÉFACK"

Transcription

1 Analyse d une expérience contemporaine de souffrance à partir de l ouvrage de Primo Levi, Si c est un homme. Travail présenté par Léandre ZÉFACK

2 1 Si c est un homme 1 aborde la lancinante question du mal et de la souffrance au XXI e siècle, dans le contexte particulier des déportations en camps d extermination à Auschwitz. Cette approche permet de dégager d autres pistes de compréhension de cette question. Le présent travail, qui s articulera sur deux parties principales, va permettre de dresser un bilan sur le mal et la souffrance qui se dégage de la lecture de Si c est un homme, ainsi que l exploitation d une piste de lecture supplémentaire de l ouvrage. Dans cette seconde partie, nous aborderons les différents aspects de la souffrance et du mal du chapitre 9 : «Les élus et les damnés 2». De possibles éléments de réponse à la question «Que pouvaient bien justifier au Lager des mots comme "bien" et "mal", "juste" et "injuste" 3?» seront légalement exposés. Bilan sur le mal et de la souffrance se dégageant de la lecture de l ouvrage La souffrance telle que définie dans cette œuvre n est pas un état, elle est plutôt subie. Le récit de Primo Levi n est pas un exposé chronologique ni logique comme il l évoque dans son ouvrage : «Je suis conscient des défauts de structure de ce livre [ ], les chapitres en ont été rédigés non pas selon un déroulement logique, mais par ordre d urgence 4». Il nous plonge dans une expérience singulière du mal et de la souffrance. La raison d être de cet ouvrage repose sur ces propos de l auteur : «Je ne l ai pas écrit dans le but d avancer de nouveaux chefs d accusation, mais plutôt pour fournir des documents à une étude dépassionnée de certains aspects de l âme humaine 5». La condition souffrante est mise en lumière par Primo Levi. En effet, souffrir c est autre chose qu une simple douleur, cela ne se mesure pas. Cette condition souffrante est présentée comme la démolition de l homme qui est réduit au besoin et qui touche le fond comme le partage l auteur dans le récit de son expérience : «En insistant, dans une intuition quasi prophétique, la réalité nous apparaît : nous avons touché le fond. Il est impossible d aller plus bas : il n existe pas, il 1 Primo Levi, Si c est un homme, traduit de l italien par Martine Schruoffenrger, Paris, Julliard/Éd. Pocket, Primo Levi, Si c est un homme, p Ibid., p Ibid., p Ibid., p. 7.

3 2 n est pas possible de concevoir condition humaine plus misérable que la nôtre 6». Primo Levi montre ainsi que la condition souffrante de l homme, surtout dans le contexte d Auschwitz, est l une des pires expériences qu un être humain puisse faire. L homme dans sa condition souffrante est vidé, il est privé de tout discernement à cause du système 7 dans lequel il est introduit et contraint. Il est «oublieux de toute dignité : car il n est pas rare, quand on a tout perdu, de se perdre soi-même [ ]. On comprendra alors le double sens du terme "camp d extermination" et ce que nous entendons par l expression "toucher le fond" 8» L auteur présente le mal comme le non sens, comme un système de contradiction. Ce qui a du sens est démoli par le non sens, ce qui est logique est en même temps illogique. Primo Levi expose une succession d actions incompréhensibles pour expliquer davantage ce système d illogismes : «Si nous sommes nus dans une salle de douches, c est qu ils ne vont pas encore nous tuer. Et alors pourquoi nous faire rester debout, sans boire, sans personne pour nous expliquer, sans chaussures, sans vêtements, nus, les pieds dans l eau, avec le froid qu il fait et après un voyage de cinq jours, et sans pouvoir nous asseoir 9?». De nombreuses règles sont données, mais elles sont cependant incompréhensibles. Relevons par exemples le paradoxe du travail qui rend libre évoqué par l auteur, surtout dans le contexte de camps de concentration, pourtant nous savons que c est un système d aliénation de l homme par le travail, de réduction de l homme à une chose, à un instrument de travail dont on se débarrasse lorsqu on n a plus besoin par des moyens atroces et inhumains tels les chambres à gaz et les fours crématoires. La question de la responsabilité face au bien et au mal est également abordée par l auteur dans cet ouvrage. Primo Levi n a pas d intentions particulières lorsqu il décrit des personnages dans son ouvrage. L enjeu n est pas de soulever la question de l éthique du bien et du mal. Il la regarde plutôt à travers l expérience quotidienne à Auschwitz dans des situations concrètes comme la bourse, les échanges, les pratiques, etc., «le vol à la Buna, puni par la Direction civile, est autorisé et encouragé par les SS ; le vol au camp, sévèrement sanctionné par les SS, est considéré par les civils comme une simple modalité d échange. Le vol entre Häflinge est généralement 6 Ibid., p Il s agit su système nazi. 8 Ibid., p Ibid., p. 29.

4 3 puni, mais la punition frappe aussi durement le voleur que le volé 10». Dans un tel système organisé, dans une telle situation, qui est responsable du bien ou du bien? À qui pouvons-nous imputer la faute? C est une question complexe à laquelle l on est confronté quant à la responsabilité face au mal et à la souffrance. Puisque dans le contexte d Auschwitz la valeur insignifiante d une chose est très signifiante pour quelqu un d autre. Tout semble arbitraire, car la valeur tien à l avantage que la chose procure, «certains n hésitent pas à se faire arracher leurs couronnes en or pour les troquer à la Buna contre du pain ou du tabac 11». Primo Levi évoque également la valeur des personnes lorsqu il fait la peinture de la grande sagesse antique des Grecs qui «se manifeste au camp par la pratique systématique et scientifique du vol, par la lutte acharnée pour accéder aux postes importants et par le monopole de la répugnance pour toute la brutalité gratuite et leur incroyable sens de la persistance, au moins virtuelle, d une dignité humaine, faisaient des Grecs, au Lager, le groupe national le plus cohérent et de ce point de vue le plus évolué 12». Il y a là une contradiction profonde au niveau des valeurs, car la Grèce incarne l éthique, la sagesse au regard de son histoire, de ses grands penseurs. Or, les valeurs des Grecs à Auschwitz sont totalement contraires. À qui la faute? Qu est-ce qui est bien? Qu est ce qui est mal? Ce récit montre que face à la souffrance, il est difficile d engager la responsabilité de la victime en tenant compte de sa condition souffrante, voire impossible d engager sa responsabilité sans tenir compte de cette condition souffrante. Les différents aspects de la souffrance et du mal du chapitre 9 «Les élus et les damnés» Nous avons choisi de tenter de répondre à la question de l auteur «Nous voudrions dès lors inviter le lecteur à s interroger : que pouvaient bien justifier au Lager des mots comme "bien" et "mal", "juste" et "injuste" 13?» à partir de la thématique qu il aborde dans le chapitres sur «Les élus et les damnés». Primo Levi expose en ces termes la condition souffrante de l homme à Auschwitz : «Au Lager, où l homme est seul et où la lutte pour la vie se réduit à son mécanisme primordial, la loi inique 10 Ibid., p Ibid., p Ibid., p Ibid., p. 132.

5 4 est ouvertement en vigueur et unanimement reconnue 14». Bien que ce soit une triste réalité, cela demeure tout de même un mécanisme inné en l homme, puisque dans ces conditions particulières, il développe des instincts de survie. Cela se traduit par exemple par la remise en question du vrai sens de l amitié. Dans un tel contexte, l amitié est dénuée de sens, car ce qui prime, est la survie personnelle : «Inutile, à plus forte raison, de s en faire des amis : ils ne connaissent personne d important au camps, ils ne mangent rien en dehors de leur ration, ne travaillent pas dans des Kommandos intéressants et n ont aucun moyen secret de s organiser 15». La solidarité humaine est ici trahie, car des individus réduits à l esclavage se voient offrir quelques avantages en contrepartie «qu ils trahissent la solidarité naturelle qui les lie à leurs camarades 16». Il en va de même de la dignité humaine qui est bafouée au regard de tous les traitements, les conditionnements tant physiques que psychologiques subis par les personnes concernées. Voltaire (XVIII e siècle) stipule que le mal est lié à la structure sociale, à la condition sociale de l être humain. Selon lui, si on étudiait la nature sociale de l être humain, on arriverait à savoir qui fait le mal et le bien, qui fait le mal dans quelle condition. L homme adopte ainsi une certaine attitude face à la souffrance, face à la torture comme évoquée précédemment. Voltaire invite à rejeter toute métaphysique, mais en ayant une morale naturelle. Cependant, l homme confronté à l expérience que nous livre Primo Levi a-t-il encore une morale naturelle? La formule connue de tous «ne pas faire à l autre ce que l on ne voudrait pas qu il nous fasse» a t-elle encore un sens dans un contexte de lutte pour sa survie? L état de nature de l homme est un état de guerre, telle fut la description de Thomas Hobbes (XVII e siècle). Selon lui, le mal n est pas dans la nature des choses, le mal est conventionnel. Tout ce qui existe, ce sont des rapports, des relations d aversion par rapport aux choses. Sa célèbre formule «l homme est un loup pour l homme» trouve un sens dans l expérience que partage Primo Levi dans son ouvrage : «Il faut [ ] résister aux ennemis, être sans pitié pour les rivaux ; aiguiser son intelligence, affermir sa patience, tendre sa volonté 17». Thomas Hobbes 14 Ibid., p Ibid., p Ibid., p Ibid., p. 142.

6 5 poursuit cependant en proposant de faire des lois afin d établir par convention ce qui est bien et ce qui est mal. Or l expérience que nous livre Primo Levi montre que nous sommes plongés dans un système où la logique qu auraient des lois conventionnelles en situation de liberté y est illogique, elle est contradictoire. Bien que l auteur fasse un portrait sombre des relations humaines, de la nature de l homme à l instar de Thomas Hobbes, il présente tout de même une situation dans laquelle l homme est également par essence bon, et l homme en est capable même au delà de pires conditions. C est le cas du personnage Jean, le Pikolo du Kommando, «il ne manquait pas d entretenir des rapports humains avec ses camarades moins privilégiés [ ]. Bien que Jean n abusât pas de sa position, nous avions déjà pu constater qu un mot de lui, dit au bon moment et sur le ton qu il fallait, pouvait faire beaucoup ; plusieurs fois déjà il avait pu ainsi sauver certains d entre nous de la cravache ou de la dénonciation aux SS 18». On peut également lire l usage de la cruauté dont l être humain peut être capable, usage cher à Machiavel, ainsi que l apologie du mal de Sade dans ce récit de Primo Levi : Il faut [ ] résister aux ennemis, être sans pitié pour les rivaux ; aiguiser son intelligence, affermir sa patience, tendre sa volonté. Ou même abandonner toute dignité, étouffer toute lueur de conscience, se jeter dans la mêlée comme une brute contre d autres brutes, s abandonner aux forces souterraines insoupçonnées qui soutiennent les générations et les individus dans l adversité 19. Mais la bonté dont fait preuve Jean, sa solidarité avec ses semblables, montrent que l homme est également par essence plein de bonté et met davantage en lumière les différentes contractions que le mal génère chez l homme soumis à la condition souffrante. Primo Levi à partir de l expérience qui est la sienne, pense que «sous la pression harcelante des besoins et des souffrances physiques, bien des habitudes et biens des instincts sociaux disparaissent 20», ainsi les lois conventionnelles suggérées par Thomas Hobbes sont ici vides de sens. Emmanuel Kant (XIX e siècle) dit que la loi morale est dans la nature humaine, il la définit comme étant cette loi que la volonté se donne à elle-même. Cependant, faire le bien pour le bien, et par devoir selon lui n a pas la même résonnance dans le contexte d Auschwitz où tout est question de survie, de lutte pour satisfaire un minimum au besoin vital. Ainsi, «survivre sans 18 Ibid., p Ibid., p Ibid., p. 134.

7 6 avoir renoncé à rien de son propre monde moral, à moins d interventions puissantes et directes de la chance, n a été donné qu à un tout petit nombre d êtres supérieurs, de l étoffe des saints et des martyrs 21» comme l évoque Primo Levi dans son récit. L auteur désigne dans son œuvre deux catégories de personnes : les élus et les damnés. Ce portrait permet de mieux saisir la condition souffrante qui n a pas le même fonctionnement que tout concept philosophique, mais aussi de mettre en lumière la contradiction profonde que revêtent le mal et la souffrance. Les damnés sont «des non-hommes en qui l étincelle divine s est éteinte, et qui marchent et peinent en silence, trop vides déjà pour souffrir vraiment. On hésite à les appeler des vivants : on hésite à appeler mort une mort qu ils ne craignent pas parce qu ils sont trop épuisés pour comprendre 22». Ainsi, ce que l on pourrait appeler le patior ergo sum 23 de Schopenhauer (XIX e siècle) ne fonctionne pas dans ce cas, dans cette condition souffrante que décrit Primo Levi, bien que le mal radical y soit présent. En effet, Schopenhauer présente la nature du mal comme une confusion avec l existence. Chez lui, la souffrance est le moteur et l essence même de l existence, où la seule issue est d accepter la souffrance car elle est liée à l existence. Pourtant à travers les damnés, Primo Levi voit le mal de notre temps : «un homme décharné, le front courbé et les épaules voûtées, dont le visage et les yeux ne reflètent nulle trace de pensée 24». Les Prominenz, ou les élus, sont les fonctionnaires du camp, non juifs, jouissant de nombreux avantages du fait «de leur suprématie naturelle 25» à contrario des damnés, des juifs qui, «eux, devraient intriguer et lutter durement pour les obtenir 26». Comme le montre l auteur, ceux-ci devaient payer le prix de leur origine, du culte de la xénophobie et être réduits à des montres asociaux, ainsi qu être dépourvus de toute sensibilité. 21 Ibid., p Ibid., p Je souffre donc je suis. 24 Ibid., p Ibid., p Ibid., p. 139.

8 Si la souffrance est l essence de l existence tel que Schopenhauer le présente, alors tout homme quelque soit son origine, sa race, devrait y en être soumis, et non seulement une catégorie. Or le système nazi présenté par Primo Levi révèle le contraire. L être humain est voué à la condition souffrante parce qu il est juif, à cause d un système xénophobe mis en place. Il subit le mal. Nous sommes ainsi dans deux systèmes qui, sans se réfuter, exposent des situations diamétralement opposées. Le mal chez Primo Levi tue la pensée ; l homme en proie aux souffrances n est plus capable de penser. Mais lorsqu il n est plus soumis à cette oppression, son humanité resurgit : La veille encore, pareil événement eût été inconcevable. La loi du Lager disait : «mange ton pain, et si tu peux celui de ton voisin» ; elle ignorait la gratitude. C était bien le signe que le Lager était mort. Ce fut là le premier geste humain échangé entre nous. Et c est avec ce geste, me semble-t-il, que naquit en nous le lent processus par lequel, nous qui n étions pas morts, nous avons cessé d être des Häftlinge pour apprendre à redevenir des hommes 27. Conclusion Primo Levi, dans son œuvre Si c est un homme, nous présente le mal et la souffrance en dehors des concepts philosophiques, car il nous fait apercevoir la souffrance à partir d une expérience singulière qui est la sienne et celle de nombreux autres hommes et femmes. Il montre la condition souffrante de l homme, le sens contradictoire du mal et pose la question de la responsabilité, non dans un sens éthique. L auteur décrit la condition souffrante d hommes et de femmes luttant au quotidien pour leur survie. Dans de tels contextes, l amitié et la solidarité, la justice et l injustice, le bien et le mal, etc., prennent un caractère contradictoire par rapport à celui que ces termes auraient en situation de liberté. Ce qui pourrait sembler logique devient illogique, et inversement. L homme est révélé comme foncièrement mauvais, capable du pire, d un très bon usage de la cruauté pour sa survie. C est ce qu on retrouve respectivement chez Thomas Hobbes, Machiavel et Sade. En même temps, l homme est également bon, telle est la présentation faite par l auteur à travers le personnage de Jean qui, manifestant sa solidarité pour ses camarades, n hésitait pas à leur venir en aide dès qu une occasion se présentait. C est également ce que l on retrouve dans la solidarité qui naquit après la chute de l oppression durant les dix derniers jours. La morale que Kant définie 7 27 Ibid., p. 250.

9 8 comme étant la nature humaine est dénuée de sens, car ce qui est premier pour l homme sous la condition souffrante c est lutter par tous les moyens pour survivre. Le système contradictoire de l homme en proie aux souffrances est également présenté par Primo Levi à travers les catégories de personnes qu il appelle les damnés et les élus, catégories permettant de mieux saisir l expérience singulière du mal et de la souffrance qui est la sienne. Ces catégories montrent que le juif qui, parce qu il est considéré comme un non-homme, doit être réduit à la condition d esclavage, d asservissement, perdant ainsi sa dignité et menant une vie de souffrance extrême. Vivre pour lui c est alors souffrir, non pas dans le sens de Schopenhauer pour qui la souffrance est l essence de l existence. Car à Auschwitz, le juif fait l expérience du mal, de la condition souffrante, d abord parce qu il est victime du racisme. «Nous voudrions dès lors inviter le lecteur à s interroger : que pouvaient bien justifier au Lager des mots comme "bien" et "mal", "juste" et "injuste" 28?» : au regard du récit et de tout ce qui a été évoqué, nous lecteurs, sommes dans l incapacité de répondre à une telle question. Car il faut vivre cette expérience singulière de la souffrance. Une souffrance qui ne se mesure pas, mais que l homme subit, qui le ramène au plus bas, qui le fait toucher le fond, bafouant ainsi toute sa dignité. Une souffrance que l auteur qualifie de «démolition de l homme 29», puisque celui-ci subit le mal, acte qualifiable de soumission de l homme à la condition souffrance, «à un mode de vie uniforme, contrôlable, identique pour tous et inférieur à tous les besoins est ce qu il peut y avoir de plus rigoureux comme champ d expérimentation, pour déterminer ce qu il y a d inné et ce qu il y a d acquis dans le comportement de l homme confronté à la lutte pour la vie 30». 28 Ibid., p Ibid., p Ibid., p. 134.

MARTIN GRAY MA VIE EN PARTAGE AU NOM DE TOUS LES MIENS. Par l auteur de. Entretiens avec. l aube. Mélanie Loisel.

MARTIN GRAY MA VIE EN PARTAGE AU NOM DE TOUS LES MIENS. Par l auteur de. Entretiens avec. l aube. Mélanie Loisel. MARTIN GRAY MA VIE EN PARTAGE Ma vie en partage Entretiens avec Mélanie Loisel AU NOM DE TOUS LES MIENS Par l auteur de l aube Avant-propos Vivre, c est savoir pourquoi l on vit. Pourquoi a-t-il voulu

Plus en détail

Florence Delorme. Le Secret du Poids. Éditions Delorme

Florence Delorme. Le Secret du Poids. Éditions Delorme Florence Delorme Le Secret du Poids Éditions Delorme www.lesecretdupoids.com Florence Delorme, Éditions Delorme, Paris, 2012. "À toutes les filles, je vous dédie mon livre et ma méthode". 6 Introduction

Plus en détail

Groupes de parole sur l argent (GPA) :

Groupes de parole sur l argent (GPA) : Jean Beaujouan jean.beaujouan@free.fr Tel : 01 42 23 18 58 Groupes de parole sur l argent (GPA) : les enseignements d une expérience 1. Présentation Définition : dans un groupe de parole sur l argent (GPA),

Plus en détail

Survies. 20 portraits et témoignages de personnes victimes d un accident de la route. Une exposition de Catherine Cabrol

Survies. 20 portraits et témoignages de personnes victimes d un accident de la route. Une exposition de Catherine Cabrol 20 portraits et témoignages de personnes victimes d un accident de la route Une exposition de Catherine Cabrol 03 Note d intention «Tour à tour automobiliste, motarde, cycliste ou piétonne, je pense à

Plus en détail

17 eme Dimanche du temps ordinaire (A) : Dimanche 27 juillet 2014

17 eme Dimanche du temps ordinaire (A) : Dimanche 27 juillet 2014 17 eme : Dimanche 27 juillet 2014 Au service du Royaume déjà là! Comme un négociant qui recherche des perles fines. Réf. Biblique : 1 ère lecture : Rois (1 R 3,5.7-12) 5 A Gabaon, pendant la nuit, le Seigneur

Plus en détail

PHILOCOURS.COM. Autrui. Sujets les plus fréquents. http://www.philocours.com/bac/sujet/ficheautrui.html

PHILOCOURS.COM. Autrui. Sujets les plus fréquents. http://www.philocours.com/bac/sujet/ficheautrui.html Page 1 sur 5 PHILOCOURS.COM Accueil Cours Corriges Methode Dossiers Liens Aide Perso Fiches Bac Newsletter Contact Programmes Accueil > Les Fiches du Bac > Autrui page 1 2 3 4 Autrui page créée le 01/01/2003

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

Douleur, souffrance, démence et fin de vie

Douleur, souffrance, démence et fin de vie Douleur, souffrance, démence et fin de vie Qu est ce que la douleur? Différence entre douleur et souffrance La souffrance serait morale et la douleur physique La douleur serait locale et la souffrance

Plus en détail

Mieux vaut seul que mal accompagné

Mieux vaut seul que mal accompagné Mieux vaut seul que mal accompagné C est là le plus souvent une formule que l on prononce en étant désolé et qui console assez mal les gens esseulés. L humanité a la plupart de temps considéré la solitude

Plus en détail

Il est de notre devoir de rappeler ce que fut l une des plus effroyables et honteuses pages de notre Histoire. La

Il est de notre devoir de rappeler ce que fut l une des plus effroyables et honteuses pages de notre Histoire. La Discours de Frédérik BERNARD, Maire de Poissy Journée nationale du souvenir des victimes et héros de la déportation - dimanche 24 avril 2011 - Monsieur le Député (présence non confirmée), Monsieur le Vice-Président

Plus en détail

Ce qui a du prix aux yeux de Dieu

Ce qui a du prix aux yeux de Dieu Chapitre 35 Ce qui a du prix aux yeux de Dieu Parmi ceux qui professent être enfants de Dieu, il y a des hommes et des femmes qui aiment le monde, et les choses du monde, et ces âmes sont corrompues par

Plus en détail

1 Les centres: centres d intelligence pour nous relier au monde extérieur:

1 Les centres: centres d intelligence pour nous relier au monde extérieur: Généralités Le mot "Ennéagramme" vient de deux mots grecs signifiant neuf (ennea) et points (grammos). En effet, l'ennéagramme est à l'origine un symbole, constitué de neuf points également répartis sur

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Annexe I : Hiérarchie des remèdes et hiérarchie des causes..26

TABLE DES MATIERES. Annexe I : Hiérarchie des remèdes et hiérarchie des causes..26 TABLE DES MATIERES Mini-Préface..... 7 Avant-propos un peu inconfortable...9 INTRODUCTION : La Pyramide de la Guérison Peut-on guérir d exister? 21 Dessin Pyramide de la Guérison..25 Annexe I : Hiérarchie

Plus en détail

ATELIER DE DE LANCEMENT DE LA CARTOGRAPHIE ET L ANALYSE DES SYSTEMES DE PROTECTION DE L ENFANT AU TOGO. Discours de Docteur Viviane VAN STEIRTEGHEM,

ATELIER DE DE LANCEMENT DE LA CARTOGRAPHIE ET L ANALYSE DES SYSTEMES DE PROTECTION DE L ENFANT AU TOGO. Discours de Docteur Viviane VAN STEIRTEGHEM, Hotel SARAKAWA, Vendredi 22 novembre 2013 ATELIER DE DE LANCEMENT DE LA CARTOGRAPHIE ET L ANALYSE DES SYSTEMES DE PROTECTION DE L ENFANT AU TOGO Discours de Docteur Viviane VAN STEIRTEGHEM, Représentante

Plus en détail

La mort est comme une. chandelle. qui s éteint lorsque. le soleil se lève. CHSLD (villa Pabok)

La mort est comme une. chandelle. qui s éteint lorsque. le soleil se lève. CHSLD (villa Pabok) La mort est comme une chandelle qui s éteint lorsque le soleil se lève CHSLD (villa Pabok) Nous attirons plus particulièrement votre attention sur les besoins du résidant à ses derniers moments de vie

Plus en détail

Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie.

Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie. Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie. Introduction «Je n ai pas fait exprès», «je n avais pas toute ma tête», «ce n était pas moi» : autant

Plus en détail

Explication de texte.

Explication de texte. Charlène Lozano TS1 «La science, dans son besoin d'achèvement comme dans son principe, s'oppose absolument à l'opinion. S'il lui arrive, sur un point particulier, de légitimer l'opinion, c'est pour d'autres

Plus en détail

Hommage du Barreau de Paris Au Président GASTON MONNERVILLE (1897-1991) Ancien Président du Sénat, ancien avocat au Barreau de Paris

Hommage du Barreau de Paris Au Président GASTON MONNERVILLE (1897-1991) Ancien Président du Sénat, ancien avocat au Barreau de Paris Hommage du Barreau de Paris Au Président GASTON MONNERVILLE (1897-1991) Ancien Président du Sénat, ancien avocat au Barreau de Paris Paris le 14 avril 2008 Egalité sociale, égalité politique Intervention

Plus en détail

Lycée du Dolmen à Poitiers le 26 janvier 2009

Lycée du Dolmen à Poitiers le 26 janvier 2009 Le handicap au quotidien. J émettrai d abord une question : qu est-ce que le handicap? Pour moi, c est seulement une façon différente de penser, d être, d exister et de fonctionner. Je revendique mon statut

Plus en détail

L APPROCHE «DES VERTS PATURAGES» SUR LES TCA Anorexie, boulimie, compulsions alimentaires www.lesvertspaturages.com

L APPROCHE «DES VERTS PATURAGES» SUR LES TCA Anorexie, boulimie, compulsions alimentaires www.lesvertspaturages.com L APPROCHE «DES VERTS PATURAGES» SUR LES TCA Anorexie, boulimie, compulsions alimentaires www.lesvertspaturages.com Il existe beaucoup d écrits, beaucoup de théorisation, d angles d approche sur les troubles

Plus en détail

Poser des limites à l enfant. Sanction : comment avoir une attitude éducative constructive et cohérente avec l enfant?

Poser des limites à l enfant. Sanction : comment avoir une attitude éducative constructive et cohérente avec l enfant? «Poser des limites à l enfant. Sanction : comment avoir une attitude éducative constructive et cohérente avec l enfant?» Intervention de Madame Mireille Colin, formatrice et psychopraticienne. Pourquoi

Plus en détail

S ouvrir aux différences ou s y enfarger

S ouvrir aux différences ou s y enfarger Audet, G. (2006). Voir http://www.recitdepratique.fse.ulaval.ca/ S ouvrir aux différences ou s y enfarger Je suis enseignante à la maternelle depuis trente ans, dont treize ans vécus en milieu défavorisé.

Plus en détail

Rapport de stage. Travail présenté à Mer et Monde. Par Yohann Lessard

Rapport de stage. Travail présenté à Mer et Monde. Par Yohann Lessard Rapport de stage Travail présenté à Mer et Monde Par Yohann Lessard Université Laval Le 25 octobre 2014 Formation préparatoire Nos formatrices étaient Amélie et Raphaelle. Nous avons abordé plusieurs thèmes,

Plus en détail

DIX DANS UN DORTOIR. Les compléments à 10 en Grande Section : pourquoi? comment?

DIX DANS UN DORTOIR. Les compléments à 10 en Grande Section : pourquoi? comment? DIX DANS UN DORTOIR Les compléments à 10 en Grande Section : pourquoi? comment? Jacqueline Viennot, Ecole Maternelle du Centre, 92 Saint-Cloud Dominique Valentin Introduction Au moment où la tentation

Plus en détail

L A DÉFINITION DE LA BEAUTÉ U NE RELECTURE DE L HIPPIAS M AJEUR. Louis Brunet, professeur Cégep de Sainte-Foy Québec

L A DÉFINITION DE LA BEAUTÉ U NE RELECTURE DE L HIPPIAS M AJEUR. Louis Brunet, professeur Cégep de Sainte-Foy Québec L A DÉFINITION DE LA BEAUTÉ U NE RELECTURE DE L HIPPIAS M AJEUR EN COMPAGNIE D ARISTOTE Louis Brunet, professeur Cégep de Sainte-Foy Québec QUELLE EST LA DÉFINITION DE LA BEAUTÉ, pour Aristote? À parcourir

Plus en détail

Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l

Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l opposé vers celle, coulissante, de la penderie, dans

Plus en détail

POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ?

POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ? POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ? Ce n est pas juste un petit bébé qui a été perdu. C est une vie au complet qui ne sera pas vécue. Contrairement aux idées véhiculées dans la société, le

Plus en détail

Le texte précise bien que c est la terre qui fait pousser «automatiquement» la plante. Le semeur ne doit plus se mêler de la croissance.

Le texte précise bien que c est la terre qui fait pousser «automatiquement» la plante. Le semeur ne doit plus se mêler de la croissance. Mc 4.26-32 Espérer, c est s oublier Jésus a souvent donné la simplicité des enfants comme modèle de réception de sa Parole ; nous allons suivre leur exemple. Merci les enfants. Les deux histoires que nous

Plus en détail

CARTE DE L ETHIQUE DE SPINOZA. Ethique, partie I (de Deo) La nature des choses

CARTE DE L ETHIQUE DE SPINOZA. Ethique, partie I (de Deo) La nature des choses CARTE DE L ETHIQUE DE SPINOZA Ethique, partie I (de Deo) La nature des choses Elucidation des lois générales qui déterminent globalement la nature des choses en tant que celle-ci est soumise au principe

Plus en détail

PASSERELLES VERS DIEU TRANSCRIPTION DES INTERVENTIONS BIBLIQUES 2/6. www.conceptpasserelles.com

PASSERELLES VERS DIEU TRANSCRIPTION DES INTERVENTIONS BIBLIQUES 2/6. www.conceptpasserelles.com PASSERELLES VERS DIEU TRANSCRIPTION DES INTERVENTIONS BIBLIQUES 2/6 www.conceptpasserelles.com 2 ème Intervention : Dieu, moi, et le sens de la vie 1 Genèse 1.1-4, 26, 28, 31 ; 2.15-17 Bienvenue à chacun

Plus en détail

Les Systèmes. Témoignage d un praticien EFT sur l utilisation des outils PEAT

Les Systèmes. Témoignage d un praticien EFT sur l utilisation des outils PEAT Les Systèmes P.E.A.T. & E.F.T. Témoignage d un praticien EFT sur l utilisation des outils PEAT Frédéric Piton - www.eft-energie.be Frédéric Piton - www.eft-energie.be Témoignage d un praticien EFT sur

Plus en détail

Le bon berger. Comment Dieu prend soin de nous

Le bon berger. Comment Dieu prend soin de nous Le bon berger Comment Dieu prend soin de nous Jésus dit : «Celui qui boit l eau que je lui donnerai n aura plus jamais soif. Au contraire, l eau que je lui donnerai deviendra en lui une source, et cette

Plus en détail

LE GUIDE DU MAUVAIS MANAGER

LE GUIDE DU MAUVAIS MANAGER Gilles Roux LE GUIDE DU MAUVAIS MANAGER Pourquoi tant de chefs sont-ils nuls? Mon Petit Éditeur en collaboration avec les Éditions Majarogi Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur :

Plus en détail

RESSOURCEMENT SUR MESURE

RESSOURCEMENT SUR MESURE RESSOURCEMENT SUR MESURE Le Centre Assomption de Lourdes propose d avril à octobre la formule innovante du RESSOURCEMENT SUR MESURE La nouvelle équipe d animation, composée de sœurs et de laïcs, répond

Plus en détail

Le magazine AIRES : «Handicap mental et recrutement»

Le magazine AIRES : «Handicap mental et recrutement» Le magazine AIRES : «Handicap mental et recrutement» N 1 Novembre 2015 Créée il y a 19 ans, la semaine européenne de l emploi des personnes handicapées a pour objectif de lutter contre les préjugés, et

Plus en détail

QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT. Comment avez-vous été accueillis et contactés sur place?

QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT. Comment avez-vous été accueillis et contactés sur place? Université à l étranger: Université Nationale de La Plata Semestre/Année de séjour : Semestre 1/ 2012/2013 Domaine d études : Etudes européennes L accueil : QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT Comment avez-vous

Plus en détail

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Jalousie Du même auteur Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Dominique R. Michaud Jalousie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com

Plus en détail

Les Français et leur retraite

Les Français et leur retraite Département Consommation Marketing 142, rue du Chevaleret 75013 Paris 01 40 77 85 60 Les Français et leur retraite Rapport d étude réalisé pour Décembre 2002 Franck LEHUEDE Sous la Direction de Jean-Pierre

Plus en détail

L Europe contre la gauche

L Europe contre la gauche GEORGES SARRE Référendum L Europe contre la gauche, 2005 ISBN : 2-7081-3322-5 Introduction DIRE LA VÉRITÉ! Disons-le clairement : la nation française est menacée en tant que projet politique. Les considérations

Plus en détail

Lettre de Jean-Marie Domenach à l auteur

Lettre de Jean-Marie Domenach à l auteur Lettre de Jean-Marie Domenach à l auteur «Cher monsieur, cher ami, J ai lu votre manuscrit avec une sorte de passion, faite d amitié et de colère. Je connais pourtant la partialité de la magistrature française,

Plus en détail

Rappel sur le taux de variation et la variation en pourcentage et en point

Rappel sur le taux de variation et la variation en pourcentage et en point Rappel sur le taux de variation et la variation en pourcentage et en point Coupons, cadeaux, objets publicitaires On reçoit tous des produits gratuits Quand c est gratuit, ça fait toujours plaisir! De

Plus en détail

Le livre était sur la table devant nous, ainsi que la théière, les deux tasses et une assiette de tartelettes de Noël aux fruits secs.

Le livre était sur la table devant nous, ainsi que la théière, les deux tasses et une assiette de tartelettes de Noël aux fruits secs. 1 Le livre était sur la table devant nous, ainsi que la théière, les deux tasses et une assiette de tartelettes de Noël aux fruits secs. C était un livre et non pas le manuscrit auquel je m étais attendue

Plus en détail

Violence conjugale vécue par les aînées 1

Violence conjugale vécue par les aînées 1 Violence conjugale vécue par les aînées 1 7 À ce jour, l intervention en matière de violence La violence psychologique, conjugale auprès des femmes aînées a été peu abordée. «Ça fait son chemin et ça On

Plus en détail

Et pourtant, pourtant quelle puissance vit en moi, quelle puissance tu as pour moi!

Et pourtant, pourtant quelle puissance vit en moi, quelle puissance tu as pour moi! 1 Lecture : Ephésiens 4 : 17-32 N attristez pas le St Esprit. Bonjour Cher Saint Esprit J ai décidé de prendre ma plus belle plume, plus exactement le clavier de mon ordinateur, pour t écrire une lettre,

Plus en détail

Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002

Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002 Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002 I Christian Gattinoni : travail personnel A Travail plastique L œuvre créatrice de Christian Gattinoni se voit dirigée vers

Plus en détail

Management : De la difficulté d être chef...

Management : De la difficulté d être chef... Management : De la difficulté d être chef... À l hôpital, le cadre infirmier doit échapper au «jeu de la mise en difficulté du responsable» par l équipe soignante, qui réduit son pouvoir décisionnaire.

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

FOCUS définition. Charteterritoriale. Vieillir et s épanouir AIDER UN PROCHE ÂGÉ. en Pays de Redon. la formule «aidants familiaux» reflète la grande

FOCUS définition. Charteterritoriale. Vieillir et s épanouir AIDER UN PROCHE ÂGÉ. en Pays de Redon. la formule «aidants familiaux» reflète la grande Vieillir et s épanouir en Pays de Redon AIDER UN PROCHE ÂGÉ Charteterritoriale En France, 3,4 millions de personnes apportent un soutien à un proche âgé. La présence d un aidant constitue souvent une condition

Plus en détail

PMU Analyses et logiques pour bien jouer!

PMU Analyses et logiques pour bien jouer! Dany Jurdeczka PMU Analyses et logiques pour bien jouer! Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est

Plus en détail

Partie I. Le manager et la qualité

Partie I. Le manager et la qualité Partie I Le manager et la qualité 1 La prophétie autoréalisatrice : une démarche qualité devient ce que le management voit en elle 1.1 Les démarches qualité sont porteuses d ambivalence Les démarches

Plus en détail

Un homme de 42 ans, du diagnostic au décès

Un homme de 42 ans, du diagnostic au décès Une mère, parlant à ses enfants : Un homme de 42 ans, du diagnostic au décès Vous savez que papa ne se sent pas très bien et qu il a des problèmes depuis un certain temps. Eh bien, le docteur nous a dit

Plus en détail

Plus de méditations. Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande

Plus de méditations. Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande Plus de méditations «Ce que je vous commande, c est de vous aimer les uns les autres» Saint Jean emploie à plusieurs reprises cette expression, on la retrouve par exemple dans Jean 13, 34-35 : «Je vous

Plus en détail

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique BUT : Découvrir ton profil préférentiel «Visuel / Auditif / Kinesthésique» et tu trouveras des trucs

Plus en détail

Le TEST pour le surpoids :

Le TEST pour le surpoids : Le TEST pour le surpoids : Ce test initial va permettre de repérer les phrases qui vous concernent, et qui sont liées à un conflit spécifique. Ainsi on pourra retrouver rapidement et facilement les conflits

Plus en détail

David et Goliath Pour parler de Dieu avec notre enfant

David et Goliath Pour parler de Dieu avec notre enfant 1 Les étiquettes On fait souvent des murs avec des mots, alors qu on devrait faire des ponts. Chacun, c est pas bête, fait des étiquettes, qu il colle à la tête de ses voisins. Ainsi, c est la pratique,

Plus en détail

6Des lunettes pour ceux qui en ont besoin

6Des lunettes pour ceux qui en ont besoin 6Des lunettes pour ceux qui en ont besoin Des lunettes pour ceux qui en ont besoin De nombreuses personnes dans le monde sont atteintes d erreurs de réfraction. Cela signifie que leurs yeux ne voient pas

Plus en détail

Communication non-violente et médiation. Étienne Godinot 04.06.2014

Communication non-violente et médiation. Étienne Godinot 04.06.2014 Communication non-violente et médiation Étienne Godinot 04.06.2014 La communication non-violente et la médiation Sommaire 1 - La communication non-violente Qu est ce que la CNV? Définition, rôle Une démarche

Plus en détail

apprentissage et obtenu mon certificat avec mention. À la remise des diplômes, j ai reçu un bon de deux cents francs, remis en mains propres par un

apprentissage et obtenu mon certificat avec mention. À la remise des diplômes, j ai reçu un bon de deux cents francs, remis en mains propres par un apprentissage et obtenu mon certificat avec mention. À la remise des diplômes, j ai reçu un bon de deux cents francs, remis en mains propres par un politicien, moment immortalisé par les photographes.

Plus en détail

Qu'est-ce que l économie? Leurs objectifs? Pourquoi l économie est-elle différente de la gestion?

Qu'est-ce que l économie? Leurs objectifs? Pourquoi l économie est-elle différente de la gestion? Chapitre 1. Introduction a la macroéconomie I. La spécificité de la science économique 1. Définitions de la science économique Qu'est-ce que l économie? Leurs objectifs? Pourquoi l économie est-elle différente

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

L Héritage de Jean La prévention des mauvais traitements envers les aînés

L Héritage de Jean La prévention des mauvais traitements envers les aînés L Héritage de Jean La prévention des mauvais traitements envers les aînés produit par L Association yukonnaise d éducation et d information juridiques janvier 2015 L Héritage de Jean Une production de

Plus en détail

Ministère de la Préparation de l Epouse Glorieuse de Christ (éphesiens5 :27) ; Contact : epousedechrist@ymail.com. La Repentance :

Ministère de la Préparation de l Epouse Glorieuse de Christ (éphesiens5 :27) ; Contact : epousedechrist@ymail.com. La Repentance : La Repentance : La repentance c est se repentir, c est changer radicalement de direction sans plus revenir en arrière. C est abandonner quelque chose pour toujours. Dans la bible, nous avons une multitude

Plus en détail

Reprenez vos pouvoirs pour devenir Créateur de votre Vie

Reprenez vos pouvoirs pour devenir Créateur de votre Vie Reprenez vos pouvoirs pour devenir Créateur de votre Vie Reprendre vos pouvoirs, c est en fait reconnaître les capacités que votre divin Créateur vous a données à votre naissance. Tout être humain est

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

Prix de la laïcité 2012. Discours de Françoise Laborde, lauréate du Prix national Sénatrice de la Haute-Garonne - 9 octobre

Prix de la laïcité 2012. Discours de Françoise Laborde, lauréate du Prix national Sénatrice de la Haute-Garonne - 9 octobre Prix de la laïcité 2012. Discours de Françoise Laborde, lauréate du Prix national Sénatrice de la Haute-Garonne - 9 octobre Remise des Prix le 8 octobre 2012 à la mairie de Paris Madame la Première adjointe,

Plus en détail

Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple

Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple L augmentation des traitements en clinique de fertilité et l âge plus avancé des femmes qui s engagent dans une grossesse contribuent à une plus

Plus en détail

Ne et les adverbes : pas, aucunement, nullement, plus, jamais, guère, point, mie, goutte. Je n ai. Je n ai

Ne et les adverbes : pas, aucunement, nullement, plus, jamais, guère, point, mie, goutte. Je n ai. Je n ai La négation Ne et les adverbes : pas, aucunement, nullement,,, guère, point, mie, goutte. J ai l intention d y jouer. Je n ai pas aucunement nullement l intention d y jouer. Je joue au tennis. Je joue

Plus en détail

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la 1 Mon stage en résumé Je dois avouer avoir de la difficulté à faire un bilan qui va au-delà du déjà dit dans mes rapports antérieurs, parce que j ai l impression d y avoir presque tout écrit. Par contre,

Plus en détail

HISTOIRE DES ARTS. Prob: Comment l artiste, David Olère, a-t-il représenté l horreur des camps de la mort et la situation des femmes juives déportées?

HISTOIRE DES ARTS. Prob: Comment l artiste, David Olère, a-t-il représenté l horreur des camps de la mort et la situation des femmes juives déportées? HISTOIRE DES ARTS Prob: Comment l artiste, David Olère, a-t-il représenté l horreur des camps de la mort et la situation des femmes juives déportées? Etude du tableau de David Olère réalisé en 1950 : Les

Plus en détail

La place des Terreaux est là, éclaboussée de lumière et de l eau de la Fontaine, enténébrée car les lumières de la ville sont chiches, balayée par un

La place des Terreaux est là, éclaboussée de lumière et de l eau de la Fontaine, enténébrée car les lumières de la ville sont chiches, balayée par un La place des Terreaux est là, éclaboussée de lumière et de l eau de la Fontaine, enténébrée car les lumières de la ville sont chiches, balayée par un vent glacial, parcourue en tous sens par des vélo v,

Plus en détail

LA CONFIANCE FAIT DES MIRACLES

LA CONFIANCE FAIT DES MIRACLES TANGUY MARIE POULIQUEN LA CONFIANCE FAIT DES MIRACLES selon sainte Thérèse de Lisieux «Petits Traités Spirituels» Série I «Spiritualité» Éditions des Béatitudes «Ma confiance était si grande que je ne

Plus en détail

CONDITIONS NÉCESSAIRES ET DÉPENDANCE EXISTENTIELLE

CONDITIONS NÉCESSAIRES ET DÉPENDANCE EXISTENTIELLE CONDITIONS NÉCESSAIRES ET DÉPENDANCE EXISTENTIELLE Introduction Le concept de condition nécessaire est largement utilisé en philosophie, quelquefois explicitement pour définir d autres concepts importants.

Plus en détail

Minute. Manager. Le nouveau. ken blanchard spencer johnson. Le best-seller mondial du management, 20 millions d exemplaires vendus

Minute. Manager. Le nouveau. ken blanchard spencer johnson. Le best-seller mondial du management, 20 millions d exemplaires vendus Le best-seller mondial du management, 20 millions d exemplaires vendus Le nouveau Manager Minute Réussir vite et mieux dans un monde en pleine mutation ken blanchard spencer johnson Le nouveau Manager

Plus en détail

au s s i on t un e âm e

au s s i on t un e âm e Frère Marie-Angel Les canailles au s s i on t un e âm e Itinéraire spirituel d un enfant SDF éditions des Béatitudes Préface Je m appelle Angel. Mon second prénom chrétien est Gabriel et c est par ce dernier

Plus en détail

Les démons de Deming

Les démons de Deming Les démons de Deming Le gourou du management pense que les entreprises américaines démotivent complètement leur personnel The Wall Street Journal, 1er juin 1990 Si vous demandez à W. Edwards Deming ce

Plus en détail

Difficultés liées aux remédiations Commentaires sur les difficultés et les moyens d action proposés

Difficultés liées aux remédiations Commentaires sur les difficultés et les moyens d action proposés Difficultés liées aux remédiations Commentaires sur les difficultés et les moyens d action proposés Des heures de remédiations sont organisées dans tous les établissements et présentes dans toutes les

Plus en détail

Harry Mathews. 20 lignes par jour. traduit par Marie Chaix. P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e

Harry Mathews. 20 lignes par jour. traduit par Marie Chaix. P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e Harry Mathews 20 lignes par jour traduit par Marie Chaix P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e PRÉFACE Comme beaucoup d écrivains je trouve souvent que me mettre au travail le matin est une entreprise

Plus en détail

Entretien avec Richard Silver

Entretien avec Richard Silver Entretien avec Richard Silver par Claude Larivière et Sarah Boucher-Guévremont 1. Richard Silver, vous combinez deux domaines de formation professionnelle, le droit et le travail social. Pour plusieurs

Plus en détail

Avis n 139 du Bureau, du 8 novembre 2013, du Conseil de l Egalité des Chances entre Hommes et Femmes, concernant l avant-projet de loi visant à

Avis n 139 du Bureau, du 8 novembre 2013, du Conseil de l Egalité des Chances entre Hommes et Femmes, concernant l avant-projet de loi visant à Avis n 139 du Bureau, du 8 novembre 2013, du Conseil de l Egalité des Chances entre Hommes et Femmes, concernant l avant-projet de loi visant à renforcer la lutte contre le sexisme Introduction La Vice-Première

Plus en détail

Conclusion générale Synthèse, perspectives et recommandations

Conclusion générale Synthèse, perspectives et recommandations Rapport Général de l Instance Nationale pour la Réforme de l Information & de la Communication 2012 Conclusion générale Synthèse, perspectives & recommandations 227 Rapport Général de l Instance Nationale

Plus en détail

Préparation pour la garderie et l école

Préparation pour la garderie et l école 135 Chapitre14 Préparation pour la garderie et l école Dans certaines communautés, il y a des endroits où l on prend soin des enfants pendant que leurs parents travaillent. Ce sont généralement des écoles

Plus en détail

Finalités de l ouvrage

Finalités de l ouvrage Introduction Il est commun de souligner que la fonction ressources humaines a subi des évolutions rapides et profondes depuis les années qui ont suivi la seconde guerre mondiale. Le rôle du DRH n a cessé

Plus en détail

«Parmi les décompositions additives d un entier naturel, trouver celle(s) dont le produit des termes est le plus grand.»

«Parmi les décompositions additives d un entier naturel, trouver celle(s) dont le produit des termes est le plus grand.» Recherche d un problème ouvert en classe de seconde Le produit maximum Stéphane Millet Lycée d Andrézieu-Bouthéon «Parmi les décompositions additives d un entier naturel, trouver celle(s) dont le produit

Plus en détail

Yuliana Fransani. Une aventure à Paris. Publibook

Yuliana Fransani. Une aventure à Paris. Publibook Yuliana Fransani Une aventure à Paris Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois

Plus en détail

BOULEVERSANT DE PURETÉ NAÏVE

BOULEVERSANT DE PURETÉ NAÏVE Pascal Nowacki BOULEVERSANT DE PURETÉ NAÏVE Mon Petit Éditeur Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur : http://www.monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur est protégé

Plus en détail

«Les enjeux de la liberté d expression et de la garantie des droits au regard des technologies de l information et de la communication»

«Les enjeux de la liberté d expression et de la garantie des droits au regard des technologies de l information et de la communication» Journées des réseaux institutionnels de la Francophonie Paris, du 13 au 14 mars 2012 «Les enjeux de la liberté d expression et de la garantie des droits au regard des technologies de l information et de

Plus en détail

La cigale et la fourmi I

La cigale et la fourmi I Enseignant La cigale et la fourmi I Socles de compétences de français Enseignement secondaire 1 er degré COMPTE D'ÉPARGNE + INTÉRÊT ALEX 230 Porte d entrée Banque Compétences Gérer la compréhension du

Plus en détail

Panorama de la méthode en organisation

Panorama de la méthode en organisation Albert Moundosso Panorama de la méthode en organisation Les différents visionnaires, concepteurs et praticiens de l organisation du travail Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions

Plus en détail

Un garçon raconte les viols ordinaires qu il a commis. Pour qu ils cessent d être ordinaires. Pour qu ils cessent.

Un garçon raconte les viols ordinaires qu il a commis. Pour qu ils cessent d être ordinaires. Pour qu ils cessent. Un garçon raconte les viols ordinaires qu il a commis. Pour qu ils cessent d être ordinaires. Pour qu ils cessent. «Je ne veux plus être un violeur» Mise en garde Trigger warning Contient plusieurs récits

Plus en détail

Témoignage de Jean-Pierre Bénisti

Témoignage de Jean-Pierre Bénisti L HOMME Bénisti Témoignage de Jean-Pierre Bénisti Parler de son père n est pas aisé; je vais cependant tenter de le faire. Je voudrais d abord saluer le père que Louis Bénisti a été, lui qui n a pas eu

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

CLUB 2/3 Division jeunesse d Oxfam-Québec 1259, rue Berri, bureau 510 Montréal (Québec) H2L 4C7

CLUB 2/3 Division jeunesse d Oxfam-Québec 1259, rue Berri, bureau 510 Montréal (Québec) H2L 4C7 CLUB 2/3 Division jeunesse d Oxfam-Québec 1259, rue Berri, bureau 510 Montréal (Québec) H2L 4C7 Téléphone : 514 382.7922 Télécopieur : 514 382.3474 Site Internet : www.2tiers.org Courriel : club@2tiers.org

Plus en détail

Outils et procédures aidantes pour accompagner la classe ou les groupes

Outils et procédures aidantes pour accompagner la classe ou les groupes Conférence du 5.05.2010 Marie Christine SEYS Outils et procédures aidantes pour accompagner la classe ou les groupes I. La posture du responsable 1) Prendre conscience de ses propres besoins 3 besoins

Plus en détail

La GRH au cœur de la stratégie d entreprise

La GRH au cœur de la stratégie d entreprise 17ème Université d Eté La GRH au cœur de la stratégie d entreprise Tunis, 05 06 Juin 2014 Abdellah CHENGUITI DRH Sews Cabind Maroc, Vice-Président de l AGEF Qu est-ce que le changement Processus de passage

Plus en détail

Le conte du Petit Chaperon rouge

Le conte du Petit Chaperon rouge Le conte du Petit Chaperon rouge d après les frères Grimm Il était une fois une petite fille que tout le monde aimait et sa grand-mère encore plus. Elle ne savait que faire pour lui faire plaisir. Un jour,

Plus en détail

LA ONZIÈME CAPITALE ALEXANDRA WOOD. Traduit de l anglais par Sarah Vermande. ouvrage publié avec le concours du centre national du livre

LA ONZIÈME CAPITALE ALEXANDRA WOOD. Traduit de l anglais par Sarah Vermande. ouvrage publié avec le concours du centre national du livre ALEXANDRA WOOD LA ONZIÈME CAPITALE Traduit de l anglais par Sarah Vermande ouvrage publié avec le concours du centre national du livre maison antoine vitez répertoire contemporain La collection Répertoire

Plus en détail

Fédération Francophone de Yoga Secrétariat Officiel du World Wide Council of Yoga. De L ingénieur au maître spirituel

Fédération Francophone de Yoga Secrétariat Officiel du World Wide Council of Yoga. De L ingénieur au maître spirituel Fédération Francophone de Yoga Secrétariat Officiel du World Wide Council of Yoga Conférence de Swami Sai Shivananda Colloque FFY 2013 De L ingénieur au maître spirituel Comme vous le savez je suis docteur

Plus en détail

3COMMENT ORGANISER LA SÉANCE 3INTERGÉNÉRATIONNELLE EN CLASSE

3COMMENT ORGANISER LA SÉANCE 3INTERGÉNÉRATIONNELLE EN CLASSE 3 On peut récréer des liens intergénérationnels réels en construisant des activités où les enfants et les personnes âgées dans un même espace vont apprendre et échanger des expériences. Une heure de visite

Plus en détail