Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download ""

Transcription

1 L extermination En 1910, un an après la déposition du sultan Abdülhamid II et l arrivée au pouvoir des Jeunes Turcs, la décision fut prise d exterminer les chiens des rues d Istanbul. L affaire fut rondement menée. On commença par détruire les portées. Puis des agents de police et des gitans recrutés pour l occasion capturèrent les chiens adultes et les enfermèrent dans des cages en fer qu ils chargèrent ensuite sur des charrettes. Au tout début, cela ne posa pas trop de difficultés, les chiens se laissaient tenter par un appât. Mais, alertés par les aboiements de leurs congénères, ils opposèrent très vite une farouche résistance. Les personnes chargées de leur capture durent se munir de gants de cuir épais. Elles employèrent aussi des lassos et de grosses tenailles. Un missionnaire qui enseignait à Istanbul, P. Colomban, rapporte la suite des événements. Son témoignage est corroboré par d autres écrits publiés à la même époque : On avait d abord pensé entretenir les chiens aux portes de la ville, mais on n avait pas calculé avec les protestations bruyantes des proscrits. Entassés les uns sur les autres, hurlant jour et nuit, se battant sans cesse, ils 15

2 rendaient le voisinage inhabitable. Les gens étaient écœurés de ce spectacle de chiens se dévorant entre eux. Tout le monde protesta contre cette relégation. La municipalité, pour en finir, résolut alors de reléguer les tapageuses bêtes dans l île déserte de Sivri, où elles seraient, dit-on, parquées par groupe de vingt. Les chiens furent donc de nouveau chargés dans des voitures, jetés dans des embarcations et exilés. Chaque jour, une barque leur porte du pain de munition, et deux gardiens sont chargés de tirer de l eau d un puits creusé dans l île. Malgré cela, la situation de ces pauvres animaux ne s est guère améliorée. Habitués à vivre des restes de viandes, beaucoup ne touchent pas au pain qu on leur jette, préférant dévorer leurs congénères. Beaucoup meurent et leurs cadavres abandonnés au soleil ont rendu l île inabordable. Sur l îlot désert, les quelques personnes chargées de l approvisionnement en eau et en nourriture avaient rapidement cessé d être payées. De toute façon, les rations étaient insuffisantes et leur distribution s avérait extrêmement périlleuse. Toute tentative de rapatriement était en outre formellement interdite et passible de poursuites exemplaires. Les chiens, ainsi abandonnés, s entredévorèrent et moururent les uns après les autres. Un caricaturiste français, Sem, qui avait interrogé un officiel sur le sort réservé à ces chiens, s était entendu répondre que «trente mille francs avaient été votés par le parlement pour leur entretien, qu ils étaient bien 16

3 soignés et nourris aux frais de l État». Toutefois, témoin de «rafles» musclées, il avait eu quelques doutes sur la véracité de cette version et avait décidé de se rendre sur place. Le yacht leva l ancre le 12 juillet. À près d un mile de l îlot, il découvrit un lieu escarpé et aride, sans la moindre trace de végétation. Ébloui par la lumière, il ne distingua pas les chiens mais seulement une sorte de «grouillement informe», comme si toutes les pierres tremblaient. Il attribua d abord ce phénomène à l effet de la chaleur, mais, à mesure que l embarcation s approchait et que la puanteur devenait toujours plus insupportable, il comprit que ces pierres étaient des chiens. Voici la suite de son témoignage, vision qui, écrit-il, continuait à lui soulever le cœur et qu il compara à une «sorte de Stromboli vomissant des plaintes et des râles» : Les plus nombreux se pressaient, se bousculaient sur la grève ; ils montaient les uns sur les autres pour atteindre l eau, cherchaient à rafraîchir leurs membres cuits par le soleil et brûlés de fièvre. Beaucoup d entre eux nageaient, se battant dans la mer, se disputant des charognes qui flottaient de tous côtés. Quelques-uns, à moitié morts de soif, essayaient de boire l eau salée. À terre, ce n était que sauvages mêlées de chiens qui s arrachaient des cadavres. Des groupes, fuyant la morsure du soleil, s entassaient dans les creux d ombre et utilisaient les moindres saillies. D autres enfin, atteints d une sorte de folie, couraient, s agitaient comme des possédés. Des bandes nageaient désespérément vers nous. Le yacht en fut bientôt environné. Ils étaient tout près, à nous toucher, 17

4 essayant de s accrocher aux parois glissantes du navire. Beaucoup avaient les oreilles à moitié dévorées, ils étaient couverts de plaies hideuses qui, avivées par le sel, laissaient des traînées de sang sur l eau limpide. Une Anglaise, ne pouvant supporter la vue de ce spectacle, suppliait les marins d achever les chiens. À un kilomètre de l île, nous rencontrâmes encore des groupes errants de ces affreux nageurs mutilés, agitant leurs pattes comme des bras, avec des convulsions d agonie, qui s entêtaient à nous suivre et finissaient par se noyer dans le remous de l hélice. Au loin, nous aperçûmes un petit vapeur qui remorquait vers l île deux gabarres chargées de cages. On apportait de Stamboul à ces chiens affamés du chien frais. Peutêtre était-ce ainsi que les Turcs entendaient les nourrir * L idée de se débarrasser des chiens en les expédiant sur une île n était pas nouvelle. Elle avait été lancée une première fois sous le règne du sultan réformateur Mahmud II ( ). Selon Paul de Régla, qui fonda à Istanbul un établissement d hydrothérapie, la décision fut prise peu après qu un ressortissant anglais eut été «trouvé sur la voie publique, les habits en lambeaux, le corps tatoué de plusieurs coups de dents et l âme complètement dégagée de sa prison mortelle». Aux dires des défenseurs des chiens, l homme était ivre et leur avait jeté des pierres. Scénario que n entendait pas admettre l ambassade d Angleterre qui exigea illico presto que la ville fût débarrassée 18

5 de ces dangereuses créatures. Mahmud II, soucieux d entretenir de bons rapports diplomatiques, signa un décret en ce sens. Celui-ci fut suivi de peu d effet. «La guerre ayant éclaté avec la Russie à peu de temps de là, écrit Camille Allard dans ses Souvenirs d Orient, la population, excitée par la partie hostile aux réformes du Sultan, s était empressée d attribuer à cet ostracisme les revers de l armée ottomane.» En 1828, des bateliers allèrent chercher les chiens exilés et les ramenèrent en triomphe. Le Sultan ne songea plus à renouveler l expérience. Même scénario sous Abdülaziz ( ). Cette fois, l opération était sur le point de réussir lorsqu un incendie ravagea la ville. Les habitants établirent alors un lien entre le sort des chiens et les feux destructeurs, dans lesquels d aucuns virent la marque d un châtiment divin. Cette façon d envisager les événements était suffisamment partagée et répandue pour que les chiens fissent l objet d un rapatriement dans leur quartier d origine. * En 1910, des Occidentaux proposèrent différents projets pour régler la question de la surpopulation canine. L un d entre eux fut rédigé par le docteur Remlinger, directeur de l Institut Pasteur d Istanbul : Avec sa peau, ses poils, ses os, sa graisse, ses muscles, ses matières albuminoïdes en général, son intestin même, la valeur marchande d un chien de rue est de 3 à 4 francs. 19

6 Il y a en ville de à chiens. Ils représentent donc un capital de 200 à francs. Ne serait-il pas possible de confier, après adjudication, la décanisation à un concessionnaire qui, en différents points de la banlieue, installerait des enclos d équarrissage économiques? Ceux-ci comprendraient une chambre hermétique communiquant avec la canalisation du gaz et un atelier de dépeçage pourvu de ce qui serait nécessaire pour le traitement des produits utilisables de l animal. Les animaux seraient appréhendés la nuit discrètement et transportés à pied d œuvre dans des voitures du modèle des fourrières européennes. Dix enclos d équarrissage pourraient chacun traiter par jour une centaine de chiens. En deux mois la décanisation serait terminée et l opération procurerait à la ville un bénéfice qui serait affecté à des œuvres de bienfaisance. Le rapport du docteur Remlinger fut rejeté par le Conseil d hygiène. «La jeune Turquie n avait pas besoin de l avis d un étranger et ce dit étranger ne réclamerait-il pas pour lui, et conformément à la loi, le dixième de ce qui était dû à la ville?» Tels furent, selon l intéressé, les arguments avancés pour que «la manière forte l emportât». Remlinger, qui jugeait son programme «moins barbare» que celui qu appliquèrent finalement les Jeunes Turcs, préconisait cependant, dans le but de ne pas éveiller les soupçons de la population, de capturer les chiens seulement à la nuit tombée et de les mettre à mort en périphérie deux procédés que les Jeunes Turcs devaient par la suite reprendre à leur compte. Pour justifier le bien-fondé de 20

7 son projet, Remlinger avait pris soin de préciser que les bénéfices de l opération seraient distribués à des œuvres de bienfaisance. Toutefois, avant d en arriver à ces considérations, les méthodes qu il prônait étaient bien celles d une organisation industrielle d extermination, prévoyant une mécanisation du travail, visant à l efficacité et à la rationalité. Remlinger est revenu sur les événements de 1910 dans un article paru en 1932 dans le Mercure de France : Dans cette extermination, la morale et l hygiène n intervinrent en rien. [ ] Les malheureuses bêtes furent anéanties parce que, par une de ces bouffonneries dont la politique est coutumière, on s avisa de voir en elles chose à peine croyable! la personnification, le symbole de l ancien régime turc. [ ] Leur présence dans les rues n était-elle pas un symbole d obscurantisme, de réaction? Quelle réforme serait plus accessible à toutes les intelligences, plus propre à frapper les imaginations, plus facile surtout à réaliser que le changement radical dans la physionomie de la ville obtenu par la suppression de ces animaux historiques? Aussi est-ce dans les quartiers traditionnels musulmans que les habitants furent les plus hostiles à la capture des chiens. Certains étaient prêts à la désobéissance civile et à affronter physiquement policiers et gendarmes. Toujours selon Remlinger, un imam d une mosquée des environs de Péra, mécontent de voir les chiens traités de manière aussi violente, rappela les 21

8 préceptes coraniques aux hommes en charge de les capturer, leur recommandant plus de ménagement. Il fut conduit manu militari au poste de police le plus proche. Pierre Loti, dans Suprêmes visions d Orient, rapporte qu un général, soucieux de protéger les chiens qui vivaient dans la cour de sa caserne, en interdit l accès aux agents venus les capturer. Il fut mis aux arrêts par le ministre de la Guerre. Un capitaine de cavalerie chassa les mêmes agents et confisqua leurs grosses pinces. Il écopa quant à lui d un mois de prison. De toute évidence, des habitants d Istanbul éprouvaient un réel attachement pour ces chiens qui partageaient avec eux le même espace. Le missionnaire P. Colomban avait entièrement raison lorsqu il protestait contre les épithètes d errants et de vagabonds dont on gratifiait ces animaux : «De toute la population de Constantinople, la plus sédentaire, la moins coureuse, était certainement la population canine.» Les chiens vivaient depuis des siècles en bon voisinage avec la population et, si des citadins étaient prêts à empêcher la capture des chiens, ce n était pas tant par crainte de perdre de bons gardiens et des auxiliaires dans le nettoiement de la voirie que par réaction à des mesures considérées comme une inadmissible ingérence dans leur mode de vie traditionnel. Les croyances religieuses, en contribuant à façonner une représentation à la fois irrationnelle et empreinte de compassion de l animal, ont également influencé les Stambouliotes. Tuer une bête inoffensive était considéré 22

9 comme un péché, une atteinte à la Création, tandis qu éprouver de la pitié pour un chien assoiffé et affamé était un acte méritoire. Dans les quartiers musulmans, ce rapport à l animal était renforcé par des réactions hostiles au gouvernement jeune-turc conduit par le Comité Union et Progrès. Dès octobre 1908, des religieux et des étudiants d écoles de théologie l accusèrent de favoriser l occidentalisation et le relâchement des mœurs. Le leader du mouvement fut condamné et exécuté quelques semaines plus tard. L année suivante, l opposition n avait pas lâché prise. Elle était le fait d oulémas de rangs inférieurs, d étudiants d écoles religieuses et de cheikhs de confréries soufies, en particulier du cheikh Vahdetî, de la confrérie nakchibendie, qui, dans le journal Volkan, accusait les autorités politiques d impiété. Cette attitude, foncièrement hostile aux réformes des Unionistes qu on accusait d abandonner la religion, trouvait un large écho parmi les gens du peuple. Les musulmans qui manifestèrent leur opposition à l exécution des chiens de leur quartier virent sans doute en eux des victimes innocentes et sans défense. C est parfois, comme le souligne François Lyotard, «parce que l animal est privé de la possibilité de témoigner selon les règles humaines d établissement du dommage que tout dommage est comme un tort qui fait de lui une victime ipso facto». Autre hypothèse : le sort des chiens, relativement facile à régler, pouvait prêter à l identification : à qui le tour, après eux? 23

10 Selon le maire d Istanbul de l époque, l Unioniste Cemil Topuzlu, trente mille chiens furent éliminés. Des Occidentaux, telle l enseignante américaine Mary Mills Patrick, louèrent le régime jeune-turc pour cette campagne d éradication, au motif que les chiens n étaient «pas à leur place dans une ville civilisée». Un linguiste américain, qui avait décrit les rues d Istanbul en 1907 comme «un endroit où le pied pressé pouvait à peine trouver où se poser pour éviter les hordes de roquets galeux qui faisaient office de nettoyeurs de la ville», apprécia, en y revenant en 1910, qu ils en eussent été chassés. D autres observateurs furent cependant plus récalcitrants, voire dénoncèrent sans ambages l opération. Un officier britannique, Sir Mark Sykes, regretta ainsi la disparition des chiens, l associant à la déposition d Abdülhamid II et à son envoi en exil. Durant le règne du sultan, écrit-il, «on assistait à une grande et noble tolérance : l idiot sans défense, les chiens, les pauvres, les mendiants, les orphelins, chacun avait sa place dans la société». À ses yeux, l élimination des chiens errants s inscrivait dans le prolongement des mesures instituées par la nouvelle Constitution visant notamment à mettre fin à l ancienne organisation bureaucratique et à confier des responsabilités aux femmes. Selon l officier britannique, qui voyait d un très mauvais œil les bouleversements qui agitaient la capitale ottomane, cette éradication constituait la marque indéniable de l insensibilité des nouvelles autorités : «Les chiens avaient été tués en 1910 avec la même cruelle violence, la même stupidité insensée et impitoyable avec lesquelles les honnêtes soldats furent tués en

11 en combattant dans les Balkans et en Libye.» Lorsqu il retourna à Istanbul en 1913, les chiens des rues avaient disparu, mais le choléra avait fait son apparition, signe, selon lui, de l incurie du gouvernement constitutionnel. Claude Farrère, dans Fin de Turquie, tient des propos similaires et pointe du doigt «le gouvernement jeuneturc, qui, sous prétexte de civilisation prétexte aussi vaniteux que barbare, massacra soixante ou quatrevingt mille chiens, et se montra dans cette occurrence infiniment plus cruel et sanguinaire que n avait jamais été le vieil Abdülhamid, Sultan prétendu rouge». Par la suite, ajoute-t-il, «ce même gouvernement massacra pareillement la Turquie elle-même. Il ne fallait pas être grand prophète pour prévoir ceci, après cela» En fait, pour Farrère, «il y a Turc et Turc», et le responsable de «ce crime imbécile», du «hideux massacre» des chiens errants, ce n est pas «le vrai Turc musulman» mais «le Turc mi-occidental, le Jeune-Turc, encanaillé par trop de contacts avec les Levantins, qui furent de tout temps les mauvais génies de la Turquie». * La presse, surtout satirique, ne fut pas en reste de commentaires et de rapprochements. Le sujet s y prêtait d autant mieux que le théâtre d ombre traditionnel et populaire, Karagöz, qui mettait en scène les aventures d un héros du même nom (littéralement «œil noir», 25

12 homme pauvre, moqueur et insolent), associait déjà de façon récurrente les chiens des rues aux hommes miséreux. Les dialogues farfelus et pleins de drôlerie étaient d un humour appuyé, parfois scabreux, et la critique sociale, plus ou moins explicite, souvent présente. Dans une scène, un ivrogne dit à Karagöz : «Chacun doit gagner sa vie, quitte à ramasser des cadavres de chiens dans les rues.» Il apparaît clairement, dans les reparties, que le paresseux Karagöz est assimilé à un chien des rues et que le ramassage des cadavres de chiens pouvait constituer une source de revenu pour les plus démunis. C est aux marginaux, aux exclus que revenaient ces tâches ingrates. Le docteur Remlinger n hésita d ailleurs pas à parler d hommes «appartenant à la lie de la population». Dans une caricature publiée en avril 1910 dans le journal Karagöz, le héros interpelle un officiel jeune-turc et lui dit : «Pourquoi voulez-vous empoisonner ces pauvres créatures? Laissez-les donc nettoyer les rues. Depuis leur départ, la saleté n a fait qu augmenter» (cf. p. 27, en haut). Les réformes imposées à la société traditionnelle s inscrivaient dans une idéologie de progrès. Les chiens, qui furent les premières victimes de cette politique, inspirèrent de la sympathie à la population qui les érigea en symboles de la résistance au changement, l ancien mode de vie étant jugé plus humain que celui que l on voulait instaurer. Ils incarnèrent bientôt le mécontentement populaire et le rejet des réformes (cf. p. 27, en bas ; Kalem, avril 1909). 26

13 27

14 Dans d autres caricatures, les chiens demandent justice et réparation à la place des hommes. Ainsi ce Meeting non autorisé, pétition à l appui, qui réclame l annulation du projet d éradication. (cf. p. 29, en haut ; Kalem, avril 1909). La caricature de deux chiens rescapés du massacre de leurs congénères dénonce les traitements de faveur tels qu ils se pratiquent toujours sous le nouveau régime et à tous les échelons (cf. p. 29, en bas ; Cem, novembre 1910). De nombreux journalistes établirent un parallèle entre le sort des chiens et celui du peuple, en proie à l impérialisme européen. De plus, les chiens, qui préféraient mendier leur nourriture aux hommes plutôt que de chasser, symbolisaient la dépendance de l Empire ottoman à l égard des puissances occidentales. Autrement dit, accepter ou refuser la pitance des mains du maître revenait à se soumettre ou à résister. Des caricatures exprimaient la même idée avec parfois pour légende ce proverbe bien connu que le Parti socialiste ottoman utilisa comme slogan pour son journal : «Entre celui qui mange et celui qui le regarde, la querelle n est pas loin» (cf. p. 30, Kalem, décembre 1909). Les chiens pouvaient également incarner les appétits des grandes puissances, en particulier dans les Balkans. Ainsi ces chiens salivant autour de la Macédoine : 28

15 29

16 «La Macédoine n est autre qu un os autour duquel six chiens se surveillent mutuellement. Ils se contentent de le regarder. Personne ne veut encore s en emparer» (cf. p. 31, Karagöz, 1911). 30

17 Avec les guerres balkaniques, ce sont dorénavant des bateaux chargés de réfugiés qui passent au large de l île de Sivri. Les Stambouliotes continuaient-ils à établir un lien entre la chute de leur Empire et l exil des chiens? C est ce que suggère Pierre Mille, témoin de leur extermination, qui, dans les Mémoires d un vagabond en retraite, met en scène deux ultimes survivants de «l île des chiens» et des pêcheurs qui les virent en jetant près de là leurs filets : «Mahmoud, dit l un d eux à son compagnon, est-ce que tu te rappelles la prophétie : les Ottomans sont entrés à Constantinople avec les chiens, et, quand il n y aura plus de chiens à Constantinople, c en sera fait des Ottomans. Ne crois-tu pas que ce temps est venu? Allah le sait, répondit l autre pêcheur, gravement.» 31

18 Le gouvernement jeune-turc ne renouvela pas l opération de Il fit au contraire des efforts pour redorer son image auprès des Occidentaux, en particulier des Français et des Britanniques, dont il attendait soutien et approbation. Il s agissait d appréhender le dossier des chiens errants dans un esprit progressiste. Plus question, dès lors, de montrer des photographies d hommes hilares brutalisant des chiens et les brandissant au bout de longues tenailles. En 1913, le journal officiel de la police donnait pour modèle un officier français à la mine grave et au costume flambant neuf s acquittant de la capture des chiens et les enfermant dans les cages individuelles d un camion. Reste toutefois que le sombre épisode de 1910 a frappé et frappe encore les esprits. Il ne s agissait pas d un simple «exil», pour reprendre un euphémisme prisé des Européens et des Levantins. Une page de l histoire commençait à se tourner. La cohabitation entre les habitants d Istanbul et les chiens de leur quartier serait à l avenir de moins en moins fondée sur la familiarité, les intérêts communs et les échanges mutuels. 32

Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l

Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l opposé vers celle, coulissante, de la penderie, dans

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-348 QPC du 11 octobre 2013. Mme Henriette B.

Commentaire. Décision n 2013-348 QPC du 11 octobre 2013. Mme Henriette B. Commentaire Décision n 2013-348 QPC du 11 octobre 2013 Mme Henriette B. (Répartition de la pension de réversion entre ayants cause de lits différents) Le Conseil d État a renvoyé au Conseil constitutionnel

Plus en détail

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS.

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. MAIS UN JOUR IL PARTIT PLUS AU NORD POUR DÉCOUVRIR LE MONDE. IL MARCHAIT, MARCHAIT, MARCHAIT SANS S ARRÊTER.IL COMMENÇA

Plus en détail

L émigration irlandaise au XIXème siècle

L émigration irlandaise au XIXème siècle 1 L émigration irlandaise au XIXème siècle Au XIXème siècle, l Irlande fait partie (depuis 1800) du Royaume-Uni de Grande Bretagne. C est un des pays les plus peuplé d Europe, compte tenu de sa superficie.

Plus en détail

Des tragédies humaines derrière la traite des êtres humains

Des tragédies humaines derrière la traite des êtres humains Des tragédies humaines derrière la traite des êtres humains L histoire de Maria Tous les jours après l école, Maria vendait du pain au bord de la route pour contribuer au faible revenu familial. Lorsqu

Plus en détail

Avis à l opinion Public

Avis à l opinion Public Avis à l opinion Public La Syrie était le berceau de la civilisation humaine où toutes les civilisations ont né et se sont épanouies. La Syrie a une situation géographique et stratégique très importante

Plus en détail

Réflexion-Débats. Le génocide des arméniens. Spécificité et difficulté d un enseignement.

Réflexion-Débats. Le génocide des arméniens. Spécificité et difficulté d un enseignement. Réflexion-Débats Le génocide des arméniens. Spécificité et difficulté d un enseignement. Par Sophie Ferhadjian Présentation du génocide des Arméniens, 1915 L Arménie est un territoire situé entre l Euphrate

Plus en détail

AIDE MEMOIRE DE L HOMME D ATTAQUE OFFICIEL

AIDE MEMOIRE DE L HOMME D ATTAQUE OFFICIEL AIDE MEMOIRE DE L HOMME D ATTAQUE OFFICIEL Pour les amateurs de dressage qui ont choisi de devenir Homme d Attaque, rien ne doit être plus important que l Amour du chien et du Travail bien fait Le programme

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 331669 Mentionné dans les tables du recueil Lebon 5ème et 4ème sous-sections réunies M. Philippe Martin, président Mme Anissia Morel, rapporteur Mme Sophie-Justine Lieber, rapporteur public

Plus en détail

Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010

Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010 Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010 Délibération faisant suite à un refus d embauche en raison de la grossesse de la réclamante Grossesse - Emploi Emploi privé Rappel à la loi La haute autorité

Plus en détail

Dossier d expatriation

Dossier d expatriation 3 ème année IPAG Alexis Keuleyan Dossier d expatriation Expatriation réalisée dans l université d Huddersfield en Angleterre. Arrivant à la fin de mon premier semestre de 3 ème année à l IPAG, que j ai

Plus en détail

LA CONFÉRENCE DE PRESSE

LA CONFÉRENCE DE PRESSE Fiche aide-mémoire : l organisation d une conférence de presse OBJECTIFS La conférence de presse La rencontre de presse La conférence de presse La conférence de presse sert à annoncer une nouvelle ou à

Plus en détail

PRÉFECTURE DE LA CREUSE

PRÉFECTURE DE LA CREUSE PRÉFECTURE DE LA CREUSE Direction Départementale des Services Vétérinaires de la Creuse 9, Avenue Fayolle - B.P. 321-23006 GUERET Tél. 05 55 41 72 20 - Fax. 05 55 41 72 39 Janvier 2005 Les pouvoirs du

Plus en détail

Se Renseigner sur la Loi

Se Renseigner sur la Loi Se Renseigner sur la Loi Les tribunaux de la Colombie-Britannique Les tribunaux et le gouvernement Les canadiens éluent leurs gouvernements. Les gouvernements créent les lois. Les tribunaux imposent le

Plus en détail

Cas de discrimination dénoncés en 2012

Cas de discrimination dénoncés en 2012 Cas de discrimination dénoncés en 2012 total: 85 cas 4 5 9 36 Erwerbstätigkeit Privatversicherungen 9 Sozialversicherungen Datenschutzverletzungen 11 11 Ausländerrecht Strafbarkeit Diverses activité lucrative

Plus en détail

Délibération n 2011-61 du 7 mars 2011

Délibération n 2011-61 du 7 mars 2011 Délibération n 2011-61 du 7 mars 2011 Sexe - Emploi secteur public Recommandation La réclamante, agent de brigade municipale n a pu conserver son poste au sein de la brigade canine au motif de ses faibles

Plus en détail

Pourquoi le Chien. chasse le Chat

Pourquoi le Chien. chasse le Chat Pourquoi le Chien chasse le Chat 1 Pourquoi le Chien chasse le Chat Par Liz Hutchison À Madame Yannick Post, mon premier professeur de français. Ce livre est un don à l organisme non gouvernemental Seeds

Plus en détail

EXEMPLE DE QUESTION À DÉVELOPPEMENT PARTIE II : COMPRÉHENSION DE L ÉCRIT TEXTE D INFORMATION

EXEMPLE DE QUESTION À DÉVELOPPEMENT PARTIE II : COMPRÉHENSION DE L ÉCRIT TEXTE D INFORMATION FRANÇAIS LANGUE SECONDE IMMERSION 12 EXEMPLE DE QUESTION À DÉVELOPPEMENT PARTIE II : COMPRÉHENSION DE L ÉCRIT TEXTE D INFORMATION Comment le café est-il devenu une boisson très populaire? Petite histoire

Plus en détail

POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW

POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW Adoptée le 18 mai 2006 par le Conseil d administration ATTENDU que les archives sont la propriété du Conseil de la Nation Atikamekw

Plus en détail

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Version Facile à lire Réalisé avec le soutien de l AWIPH 1 Ce texte est une explication en Facile à lire de la Convention. Ce n est pas

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Marseille N 09MA02599 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre-formation à 3 Mme FELMY, président M. Dominique REINHORN, rapporteur M. GUIDAL, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

ALL RACES RING. Règlement officiel. Appartenant au Kennel Club Belge

ALL RACES RING. Règlement officiel. Appartenant au Kennel Club Belge ALL RACES RING Règlement officiel Appartenant au Kennel Club Belge Ce règlement a été volontairement effacé en grande partie, vous pouvez le commander Programme Ring pour chiens toutes races Dobberman,

Plus en détail

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes.

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. 8 Le droit de la famille et les femmes immigrantes, réfugiées ou sans statut FR 008 LE DROIT DE LA FAMILLE ET LES FEMMES EN ONTARIO Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. Renseignez-vous sur

Plus en détail

Classe de CM2 de Mme Blaisot Ecole Edouard Herriot 6 rue des pérets 76240 Le Mesnil Esnard LES RISQUES MAJEURS

Classe de CM2 de Mme Blaisot Ecole Edouard Herriot 6 rue des pérets 76240 Le Mesnil Esnard LES RISQUES MAJEURS LES RISQUES MAJEURS Chaque année, aux informations et dans les journaux, on voit des catastrophes qui se passent dans notre pays : des inondations, des tempêtes, des accidents. Il y a parfois beaucoup

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

LE GHETTO DE VARSOVIE

LE GHETTO DE VARSOVIE LA SECONDE GUERRE MONDIALE LE GHETTO DE VARSOVIE Gaumont Pathé archives, collection Pathé Les documents d archives Pathé nous transportent dans une actualité devenue, aujourd hui, de l histoire. Ces fragments

Plus en détail

Note de service. Processus officiel d adoption des normes de pratique Date limite pour commentaires : Le 30 avril 2007 Document 207024

Note de service. Processus officiel d adoption des normes de pratique Date limite pour commentaires : Le 30 avril 2007 Document 207024 Note de service À : De : Tous les Fellows, affiliés, associés et correspondants de l Institut canadien des actuaires Geoff Guy, président Conseil des normes actuarielles Date : Le 29 mars 2007 Objet :

Plus en détail

Il est de notre devoir de rappeler ce que fut l une des plus effroyables et honteuses pages de notre Histoire. La

Il est de notre devoir de rappeler ce que fut l une des plus effroyables et honteuses pages de notre Histoire. La Discours de Frédérik BERNARD, Maire de Poissy Journée nationale du souvenir des victimes et héros de la déportation - dimanche 24 avril 2011 - Monsieur le Député (présence non confirmée), Monsieur le Vice-Président

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70 Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative au caractère discriminatoire des mentions faisant référence aux absences pour raisons de santé sur les bulletins

Plus en détail

Poser des limites à l enfant. Sanction : comment avoir une attitude éducative constructive et cohérente avec l enfant?

Poser des limites à l enfant. Sanction : comment avoir une attitude éducative constructive et cohérente avec l enfant? «Poser des limites à l enfant. Sanction : comment avoir une attitude éducative constructive et cohérente avec l enfant?» Intervention de Madame Mireille Colin, formatrice et psychopraticienne. Pourquoi

Plus en détail

Corpus : Allégories & Métaphore Travail présenté à :

Corpus : Allégories & Métaphore Travail présenté à : Corpus : Allégories & Métaphore Travail présenté à : LIT455G-40 Stéphane Leclerc L opposition entre les deux personnages principaux dans Seven de David Fincher par Simon Dor Travail dû le 9 mai 2005 UQÀM

Plus en détail

La guérison pour tous. - Tanya Barnett

La guérison pour tous. - Tanya Barnett La guérison pour tous - Tanya Barnett w w w.projectjessica.ca Elle est à 6 semaines de sa graduation, à 3 semaines de son bal de finissants. Cette jeune femme est à la porte de son avenir. Mais elle n

Plus en détail

- Pourquoi utilise-t-il de nombreuses animalisations tout au long de son livre?

- Pourquoi utilise-t-il de nombreuses animalisations tout au long de son livre? L animalisation Les animalisations sont présentes tout au long du roman «Les Misérables». C est un procédé stylistique qui permet de décrire un personnage avec les traits ou les caractéristiques propres

Plus en détail

CONSEIL DE LA MAGISTRATURE I. B. M. le juge [...] RAPPORT D'EXAMEN. LE plaignant formule deux (2) reproches à l endroit du juge intime soit:

CONSEIL DE LA MAGISTRATURE I. B. M. le juge [...] RAPPORT D'EXAMEN. LE plaignant formule deux (2) reproches à l endroit du juge intime soit: CANADA PROVINCE DE QUÉBEC CONSEIL DE LA MAGISTRATURE CM-8-90-55 DANS L'AFFAIRE DE: I. B. plaignant et M. le juge [...] intimé RAPPORT D'EXAMEN LE plaignant formule deux (2) reproches à l endroit du juge

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

Voulez-vous savoir la suite? Oui. texte 2 Non. texte 13

Voulez-vous savoir la suite? Oui. texte 2 Non. texte 13 Un beau jour trois pandas jouaient au ballon dans un parc de jeux. Là un des trois pandas a vu un papier par terre et il a compris que c'était une carte au trésor. Voulez-vous savoir la suite? Oui. texte

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Marseille N 09MA00702 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre-formation à 3 Mme FELMY, président Mme Elydia FERNANDEZ, rapporteur M. GUIDAL, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

ANNEXE N 5. Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif. Description

ANNEXE N 5. Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif. Description ANNEXE N 5 Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif À l instar du dispositif de médiation de la FFSA, celui du GEMA, dans sa forme actuelle, découle

Plus en détail

Se Renseigner sur la Loi

Se Renseigner sur la Loi Se Renseigner sur la Loi Le droit pénal Les crimes et la police Qu est-ce que le droit pénal? Le droit pénal rend illégal tout actes qui mènent à la blessure ou la mort de quelqu un à la main de quelqu

Plus en détail

Intitulé de l activité

Intitulé de l activité Intitulé de l activité L origine des feux de la Saint-Jean Branche Histoire (Leçon adaptée pour les 3 e et 4 e années) Compétence(s) visée(s) / Objectif Socle de compétences : Formation historique 3.1.2.

Plus en détail

L Université résistante au défilé du 14 juillet

L Université résistante au défilé du 14 juillet L Université résistante au défilé du 14 juillet Le 14 juillet prochain, Alain Beretz, président de l Université de Strasbourg assistera au défilé du 14 juillet dans la tribune Brest proche de la tribune

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDS-2014-051

Décision du Défenseur des droits MDS-2014-051 Paris, le 18 mars 2014 Décision du Défenseur des droits MDS-2014-051 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative aux conditions dans lesquelles il a été opposé un refus d enregistrement de plainte

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

Exemple de cahier des charges pour mener à bien l'évaluation d'un conflit

Exemple de cahier des charges pour mener à bien l'évaluation d'un conflit Extrait de : Évaluer les activités de construction de la paix dans les situations de conflit et de fragilité Mieux comprendre pour de meilleurs résultats Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264106833-fr

Plus en détail

Avis n 139 du Bureau, du 8 novembre 2013, du Conseil de l Egalité des Chances entre Hommes et Femmes, concernant l avant-projet de loi visant à

Avis n 139 du Bureau, du 8 novembre 2013, du Conseil de l Egalité des Chances entre Hommes et Femmes, concernant l avant-projet de loi visant à Avis n 139 du Bureau, du 8 novembre 2013, du Conseil de l Egalité des Chances entre Hommes et Femmes, concernant l avant-projet de loi visant à renforcer la lutte contre le sexisme Introduction La Vice-Première

Plus en détail

Recommandation M96-04 du Bureau (le 25 avril 1996)

Recommandation M96-04 du Bureau (le 25 avril 1996) RÉÉVALUATION DES RÉPONSES DE TRANSPORTS CANADA À LA RECOMMANDATION EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ MARITIME M96-04 NORMES DE CONSTRUCTION ET INSPECTION PAR TRANSPORTS CANADA Introduction Le 11 août 1993, le Tan

Plus en détail

03.460. Initiative parlementaire

03.460. Initiative parlementaire 03.460 Initiative parlementaire Procédures de la délégation des Commissions de gestion et enquêtes disciplinaires ou administratives de la Confédération menées parallèlement et sur un même objet Rapport

Plus en détail

M me Melanson 1. RECONNAÎTRE 2. VÉRIFIER. Avant d agir, posez-vous les questions suivantes :

M me Melanson 1. RECONNAÎTRE 2. VÉRIFIER. Avant d agir, posez-vous les questions suivantes : Cas n o 1 M me Melanson M me Melanson (75 ans) vit dans une région rurale de la Nouvelle-Écosse. Sa fille aînée, Caroline (54 ans), est retournée vivre avec elle il y a cinq ans après le décès du mari

Plus en détail

N 3 LES ATTENTATS À PARI S 16. 11. 15. Pourquoi les terroristes ont-ils attaqué? Que s est-il passé le 13 novembre?

N 3 LES ATTENTATS À PARI S 16. 11. 15. Pourquoi les terroristes ont-ils attaqué? Que s est-il passé le 13 novembre? N 3 LES ATTENTATS À PARI S 16. 11. 15 Que s est-il passé le 13 novembre? Pourquoi les terroristes ont-ils attaqué? Qu est-ce que ça change dans le quotidien? Et maintenant, que va-t-il se passer? Pour

Plus en détail

Le sanctuaire céleste

Le sanctuaire céleste Chapitre 53 Le sanctuaire céleste Deux mille trois cents soirs et matins; puis le sanctuaire sera purifié. Daniel 8:14 (Segond). Ce passage biblique, fondement et clef de voûte de la foi adventiste, était

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte?

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte? pratiques [comité d entreprise] Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Le comité d entreprise peut exercer un droit d alerte lorsqu il considère que la situation économique

Plus en détail

Choisir et décider ensemble

Choisir et décider ensemble Choisir et décider ensemble Catherine Ollivet Présidente de l'association France Alzheimer 93, coordinatrice du groupe de réflexion et de recherche "éthique et vieillesse", Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

Magic Manouches. Enfants voyageurs et auteurs de BD s échangent des histoires. Éditions Flblb / Les Alliers

Magic Manouches. Enfants voyageurs et auteurs de BD s échangent des histoires. Éditions Flblb / Les Alliers Magic Manouches Enfants voyageurs et auteurs de BD s échangent des histoires Éditions Flblb / Les Alliers 2015, Centre Social Les Alliers & Éditions FLBLB ISBN : 978-2-35761-084-2 Dépôt légal : premier

Plus en détail

------------------ Unité - Progrès - Justice CHAMBRE CIVILE ------------------ AUDIENCE PUBLIQUE

------------------ Unité - Progrès - Justice CHAMBRE CIVILE ------------------ AUDIENCE PUBLIQUE COUR DE CASSATION BURKINA FASO ------------------ Unité - Progrès - Justice CHAMBRE CIVILE ------------------ Dossier n 104/08 ---------- Arrêt n 24 du 07 juillet 2011 AUDIENCE PUBLIQUE du 07 juillet 2011

Plus en détail

Question 1 : Rappelez les principes qui guident le régime de responsabilité des chefs d Etat dans un Etat de droit, pendant le mandat.

Question 1 : Rappelez les principes qui guident le régime de responsabilité des chefs d Etat dans un Etat de droit, pendant le mandat. Cas pratique Cours : Droit constitutionnel de la Vème République Enoncé : Le Président de la République française, lors de vacances privées, a eu un léger accident de voiture avec un automobiliste qui

Plus en détail

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Emploi privé- âge- procédure de recrutement-rejet de la candidature sans entretien profil surdimensionné- diplôme- compétences managériales expérience professionnelle

Plus en détail

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Gens du voyage - Schéma départemental exemptant une commune de ses obligations en matière d accueil des gens du voyage - Violation de la Loi Besson Recommandations.

Plus en détail

Règlement intérieur. 1. Assemblée Générale. Association Gitoyen Version du 26 octobre 2011

Règlement intérieur. 1. Assemblée Générale. Association Gitoyen Version du 26 octobre 2011 Règlement intérieur Association Gitoyen Version du 26 octobre 2011 Le présent règlement intérieur est établi conformément à l article 15 des statuts de Gitoyen. Il s impose à l ensemble des adhérents de

Plus en détail

«Pour vous accorder la permission de

«Pour vous accorder la permission de «Pour vous accorder la permission de déménager, la cour se basera sur le seul critère du «meilleur intérêt de l enfant».» Déménager avec les enfants Il s agit d une question délicate, particulièrement

Plus en détail

Questionnaire du projet Innocence

Questionnaire du projet Innocence 1 Questionnaire du projet Innocence Directives : Répondez de façon aussi détaillée que possible à chacune des questions suivantes ayant trait à votre dossier. Des réponses complètes et précises nous permettront

Plus en détail

Expulsion des étrangers en Algérie, entre dispositions normatives et pratiques pertinentes.

Expulsion des étrangers en Algérie, entre dispositions normatives et pratiques pertinentes. Expulsion des étrangers en Algérie, entre dispositions normatives et pratiques pertinentes. Ziad LATTOUF 1 LZ Pour entrer en Algérie, l étranger doit accomplir quelques formalités. Etre détenteur d'un

Plus en détail

UNIS. Ce que tout copropriétaire doit connaître COLLECTION LIVRET 4 TOUT SAVOIR SUR. Le conseil syndical

UNIS. Ce que tout copropriétaire doit connaître COLLECTION LIVRET 4 TOUT SAVOIR SUR. Le conseil syndical UNIS COLLECTION Ce que tout copropriétaire doit connaître LIVRET 4 TOUT SAVOIR SUR Le conseil syndical EXPOSÉ La loi du 10 juillet 1965 et son décret du 17 mars 1967 déterminent le cadre et les règles

Plus en détail

De l Aide aux Suisses à l étranger à la Fondation pour les enfants suisses à l étranger Rétrospective sur 90 ans d une oeuvre d entraide en mutation

De l Aide aux Suisses à l étranger à la Fondation pour les enfants suisses à l étranger Rétrospective sur 90 ans d une oeuvre d entraide en mutation De l Aide aux Suisses à l étranger à la Fondation pour les enfants suisses à l étranger Rétrospective sur 90 ans d une oeuvre d entraide en mutation Depuis plus de 90 ans, la Fondation pour les enfants

Plus en détail

Sicard et Attias pour un barreau pénal digne

Sicard et Attias pour un barreau pénal digne Sicard et Attias pour un barreau pénal digne Anne MOREAUX - publié le 19 mai 2015 - Actualité [1] Envoyer par mail [2] Imprimer Pour leur 8e Bar à Idées, les jeunes avocats du mouvement «BAI» (bousculer-animer-innover),

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 RESUMÉ ANONYMISÉ DE LA DÉCISION Décision relative à une Recommandation Domaines de compétence de l Institution : Défense des droits de l'enfant, Droits

Plus en détail

Notre devoir envers ceux de la Maison de la Foi

Notre devoir envers ceux de la Maison de la Foi Chapitre 71 Notre devoir envers ceux de la Maison de la Foi Il y a deux catégories de pauvres que nous aurons toujours parmi nous: ceux qui se ruinent eux-mêmes en faisant leur propre volonté et qui persévèrent

Plus en détail

Le palais des papes. Avignon

Le palais des papes. Avignon Le palais des papes Avignon Le mardi 21 janvier, nous sommes allés visiter le Palais des papes. Nous avons pris le bus. Nous avions nos manteaux car il faisait très froid. Chez nous c est l hiver. Il y

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER

LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER ANNEE 2014 SEPTEMBRE N 752 LOI ALUR TROISIEME PARTIE : COPROPRIETE Jean-Jacques Salmon Philippe Salmon Christine Baugé David Alexandre Droit immobilier Droit de la construction

Plus en détail

Aff. 15PA03498, 3ème chambre. Acte d appel enregistré le 2 septembre 2015. REQUETE EN APPEL

Aff. 15PA03498, 3ème chambre. Acte d appel enregistré le 2 septembre 2015. REQUETE EN APPEL COUR ADMINISTRATIVE D APPEL DE PARIS Aff. 15PA03498, 3ème chambre. Acte d appel enregistré le 2 septembre 2015. REQUETE EN APPEL POUR : L Association Cercle de Réflexion et de Proposition d Action sur

Plus en détail

L «éducation» du bouvier

L «éducation» du bouvier L «éducation» du bouvier Si le terme éducation est mis entre guillemets dans cet article, c est qu il ne convient pas tout à fait dans le domaine canin ni animalier de façon générale. En effet, éduquer

Plus en détail

Se Renseigner sur la Loi

Se Renseigner sur la Loi Se Renseigner sur la Loi Le droit de la famille Les droits de mariage Les droits et les responsabilités Si vous êtes mariés ou si vous êtes dans une relation de conjoint de fait pour deux ans ou plus,

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005

CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005 CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005 L article 11 du Code de procédure civile énonce que la procédure au cours de l'enquête et de l'instruction est secrète. La divulgation des informations contenues

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

Patrick VIDAL AU CHEVET DE FRANCE. OU COMMENT ESSAYER De LA soigner

Patrick VIDAL AU CHEVET DE FRANCE. OU COMMENT ESSAYER De LA soigner Patrick VIDAL AU CHEVET DE FRANCE OU COMMENT ESSAYER De LA soigner 1 Patrick VIDAL Au chevet de France Ou comment essayez de la soigner 2 Toute reproduction ou publication partielle, de cet ouvrage est

Plus en détail

Louis et Zélie Martin

Louis et Zélie Martin Louis et Zélie Martin Qu ont-ils fait de si extraordinaire pour être béatifiés le 19 octobre 2015? Sommaire : 1. Les époux Martin, qui sont-ils? 2. Texte à trou / texte à trou réponses 3. Création d un

Plus en détail

Le conte du Petit Chaperon rouge

Le conte du Petit Chaperon rouge Le conte du Petit Chaperon rouge d après les frères Grimm Il était une fois une petite fille que tout le monde aimait et sa grand-mère encore plus. Elle ne savait que faire pour lui faire plaisir. Un jour,

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL Toutes spécialités. BREVET DES MÉTIERS D ART Toutes spécialités ÉPREUVE DE FRANÇAIS

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL Toutes spécialités. BREVET DES MÉTIERS D ART Toutes spécialités ÉPREUVE DE FRANÇAIS SESSION 2015 BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL Toutes spécialités BREVET DES MÉTIERS D ART Toutes spécialités ÉPREUVE DE FRANÇAIS - ÉPREUVE DU MERCREDI 17 JUIN 2015 - (L usage du dictionnaire et de la calculatrice

Plus en détail

Loulou et ses héros «Equipage de remorqueur»

Loulou et ses héros «Equipage de remorqueur» Loulou et ses héros «Equipage de remorqueur» Christian RAITEUX 1 Loulou est un petit garçon qui parfois s interroge sur ce que peut être un héros. Il y a bien tous les personnages des contes et des légendes

Plus en détail

Aucune politique en faveur du chien ne se révélera efficace sans une évolution des comportements des possesseurs de chiens vers plus de civisme.

Aucune politique en faveur du chien ne se révélera efficace sans une évolution des comportements des possesseurs de chiens vers plus de civisme. T.A.E.S.C. Test d Aptitude à l Education Sociale du Chien LE CHIEN CITOYEN Le chien recevant le plus de suffrage des animaux de compagnie, présents dans la ville, concentre aussi le plus de critiques avec

Plus en détail

Activité Domaines Langue française Éducation humaine (vivre ensemble)

Activité Domaines Langue française Éducation humaine (vivre ensemble) 1 Activité Domaines Langue française Éducation humaine (vivre ensemble) Objectif général Sensibiliser les élèves au respect des locaux. Objectifs spécifiques Réfléchir à un code de conduite. Découvrir

Plus en détail

Préparation de l épreuve orale du CAPES interne d histoire- géographie AEFE Madagascar - Arnaud Léonard 1/14

Préparation de l épreuve orale du CAPES interne d histoire- géographie AEFE Madagascar - Arnaud Léonard 1/14 Enseigner «La Première Guerre mondiale : vers une guerre totale (1914-1918)» en classe de troisième, dans le cadre de la partie «Guerres mondiales et régimes totalitaires (1914-1945)» Préparation de l

Plus en détail

Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal

Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal Loi n 91-14 du 11 février 1991 Article Premier Il est institué un Médiateur de la République, autorité indépendante qui reçoit, dans les conditions

Plus en détail

Le congédiement fondé sur l impossibilité d exécution de contrat ce que les employeurs doivent savoir

Le congédiement fondé sur l impossibilité d exécution de contrat ce que les employeurs doivent savoir decembre 2010 Le congédiement fondé sur l impossibilité d exécution de contrat ce que les employeurs doivent savoir Les employeurs font face à des défis lorsqu un employé souffre d une maladie ou d une

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

d'annuler la décision en date du 14 mars 2007 par laquelle le préfet de la Loire a refusé de lui délivrer un titre de séjour,

d'annuler la décision en date du 14 mars 2007 par laquelle le préfet de la Loire a refusé de lui délivrer un titre de séjour, TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LYON RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS N0702717 M. A X M. Pernot Conseiller Audience du 30 avril 2007 Lecture du 30 avril 2007 MD LA DEMANDE M. A X, de nationalité

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

pour l assemblée générale des établissements membres le 24 mai 2007 à Dresde

pour l assemblée générale des établissements membres le 24 mai 2007 à Dresde RAPPORT DES REPRESENTANTS DES ETUDIANTS DE L UNIVERSITE FRANCO-ALLEMANDE pour l assemblée générale des établissements membres le 24 mai 2007 à Dresde Les représentants des étudiants publient chaque année

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis Commentaire Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis (Exonération de cotisation d assurance vieillesse en matière d aide à domicile) Le Conseil constitutionnel a été saisi

Plus en détail

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit J ai droit, tu as droit, il/elle a droit Une introduction aux droits de l enfant Toutes les personnes ont des droits. Fille ou garçon de moins de 18 ans, tu possèdes, en plus, certains droits spécifiques.

Plus en détail

INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL

INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL 1/ Le phénomène criminel est un fait inhérent au groupe social et à la nature humaine. Dans le temps, il remonte aux origines de l humanité, dans l espace aucun pays n y échappe.

Plus en détail

Assemblée du 14 mars 2015

Assemblée du 14 mars 2015 Animation : Gabrielle Compte-rendu : Camille Assemblée du 14 mars 2015 au Collège de Maisonneuve 3800 rue Sherbrooke Est 5 participantes et participants, 1 observateur. Début de l assemblée à 13h20. Tour

Plus en détail

Caractéristiques générales de nos voitures

Caractéristiques générales de nos voitures Caractéristiques générales de nos voitures Table des matières Page 1. Témoins lumineux... 2 1.1 Airbag... 2 2. Boutons et leviers... 3 2.1 Porte barrée «childlock».....3 2.2 Fenêtre bloquée.3 2.3 trappe

Plus en détail

N 07/00217 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 07/00217 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COUR D APPEL DE NOUMÉA N 07/00217 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Président : M. THIOLET AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier lors des débats : Cécile KNOCKAERT Chambre sociale Arrêt du 4 Juin 2008 PARTIES EN CAUSE

Plus en détail

ILLUSTRATIONS : FLORENCE GOSSUIN

ILLUSTRATIONS : FLORENCE GOSSUIN ILLUSTRATIONS : FLORENCE GOSSUIN Beaucoup d animaux déménagent pendant leur vie En mer, dans les airs, sur terre, ils parcourent de grandes distances pour trouver à manger, pour pondre leurs œufs, pour

Plus en détail

Francis Polizzi, Sous-directeur du permis de construire et du paysage de la rue, Ville de Paris

Francis Polizzi, Sous-directeur du permis de construire et du paysage de la rue, Ville de Paris Le caractère exécutoire des décisions prises par le maire sur les demandes d autorisation d urbanisme, la transmission au préfet de ces décisions et le contrôle de légalité. Francis Polizzi, Sous-directeur

Plus en détail

LES AVENTURES DE CYRIL A L ILE MAURICE

LES AVENTURES DE CYRIL A L ILE MAURICE LES AVENTURES DE CYRIL A L ILE MAURICE Le 9 Août 2006, au petit matin, les habitants des Salines Pilot à Rivière-Noire, ont eu la surprise de découvrir, échoué sur la plage devant chez eux, un étrange

Plus en détail