CHAPITRE 2 La Seconde Guerre mondiale : Guerre d anéantissement et génocide des juifs et des Tziganes.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CHAPITRE 2 La Seconde Guerre mondiale : Guerre d anéantissement et génocide des juifs et des Tziganes."

Transcription

1 CHAPITRE 2 La Seconde Guerre mondiale : Guerre d anéantissement et génocide des juifs et des Tziganes. INTRODUCTION ET RAPPELS Comme la Première Guerre mondiale, la seconde est une Guerre Totale qui implique que l ensemble des sociétés en guerre participent à l effort de guerre. Cependant, la 2 nde Guerre mondiale est d une ampleur encore plus grande tant par sa violence que par son extension géographique. D ailleurs le bilan des pertes humaines de ce second conflit mondial est plus lourd, puisque l on compte 60 millions de morts au total. Les origines de cette guerre résident dans les frustrations nées des traités de paix non négociés au lendemain de la Première Guerre mondiale (surtout pour l Allemagne) et de l expansionnisme agressif du Japon et de l Allemagne. Apres une série de violations du Traité de Versailles de la part de l Allemagne à partir de l accession au pouvoir d Hitler (remilitarisation de la Rhénanie, réarmement, annexion de l Autriche et des Sudètes) n ayant pas entraîné de réactions militaires de la part des puissantes garantes du respect de ce traité (Signature des Accords de Munich en septembre 1938), l attaque de la Pologne par Hitler le 1 er septembre 1939 provoque finalement la déclaration de guerre de la France et du RU. Le déroulement de cette guerre peut se résumer en trois phases. PROBLEMATIQUE 1. Quelles idéologies et moyens militaires expliquent l anéantissement pendant la 2 nde guerre mondiale? 2. Quelle est la singularité historique du génocide des juifs et des Tziganes d Europe? PLAN 1. Une guerre d anéantissement des soldats et des civils. 2. Les facteurs de l anéantissement. 3. Le génocide des juifs et des Tziganes par les nazis. 1

2 1. Une guerre d anéantissement des soldats et des civils. A- L anéantissement des soldats. Malgré la signature en 1929 de la Convention de Genève*, qui réglemente la guerre, celle-ci est systématiquement violée pendant la 2 nde mondiale. Guerre * Convention de Genève du 27 juillet 1929 : La Convention de Genève signée en 1929 porte sur le traitement des prisonniers de guerre et compte 97 articles. Elle pose le principe selon lequel les prisonniers de guerre doivent être traités avec humanité. Ils doivent être protégés contre tout acte de violence, les insultes et la curiosité publique. Il est en outre interdit d exercer des représailles contre eux. Alors que près de 95% des prisonniers russes ont survécu à leur captivité pendant la Première guerre mondiale, la majorité d entre eux (58%) sont morts pendant la 2 nde GM. Cette différence est le signe d une évolution radicale dans le traitement des prisonniers de guerre. En effet, pendant ce conflit on ne tient plus compte des règles de la guerre ni de la dignité humaine. D après les chiffres de la mortalité, le traitement des prisonniers dans le cadre de la guerre entre l Allemagne et l URSS est beaucoup plus dur que celui des Britanniques et des Américains prisonniers en Allemagne. Cette différence n est pas due au hasard, elle est le fait de l idéologie raciale et raciste nazie qui établit une hiérarchie entre les races et, de ce fait, cherche à anéantir les peuples slaves. A cela s ajoutait la haine mutuelle qui animait les Allemands et les Russes, liée à une opposition historique et au projet d expansion de leur «espace vital» par les Allemands. Tant dans la confrontation Allemands/Russes que dans l affrontement Américains/Japonais, on a affaire à des combattants qui ne se perçoivent comme appartenant à la même humanité. 2

3 Aussi, se sont généralisés les actes de cruauté comme par exemple : Massacre des élites : à Katyn, en Pologne en 1939, officiers polonais sont tués par les Soviétiques. Lors de l invasion de l URSS par les Allemands, 3,5 millions de prisonniers de guerre soviétiques sont volontairement affamés, un programme de pillage et d extermination par la famine est mis en place en Biélorussie (la population passe de 9,2 à 7 millions d habitants dont 3 millions de sans-abri). Cette mortalité élevée est le résultat de la combinaison d un double objectif : pragmatique (ravitailler l armée en pillant les ressources des pays occupés) et idéologique (hâter l extermination des Slaves). Généralisation de pratiques barbares sur le front Pacifique dans les deux camps : mutilations de cadavres, prélèvements d organes Lors de l avancée soviétique en Allemagne, viol systématique des femmes. B- Les civils au cœur de la violence de guerre. Pendant cette guerre, la distinction civils/ militaires tend à s estomper. Dans les pays occupés, les civils organisent la résistance (armée ou non). Elle est plus minoritaire en France mais massive en URSS. Les civils constituent 60% des pertes humaines : c est un basculement historique majeur. Avec la 2 nde Guerre mondiale, les civils sont devenus des cibles à part entière: Tactique de bombardement des villes initiée par l Allemagne en Angleterre (Bataille d Angleterre) en 1940, reprise ensuite par les Alliés à la fin de la guerre (bombardement de Dresde en février 1945, bombe atomique de Hiroshima et Nagasaki au Japon en août 1945) : Au début de la guerre, l Angleterre est la principale cible des bombardements allemands : entre juillet 1940 et mai 1941, la «Bataille d Angleterre» désigne les bombardements systématiques (Le «Blitz») des villes anglaises, surtout Londres, Coventry, Liverpool, 3

4 Portsmouth, Manchester... Cette opération est destinée d abord à détruire la Royal Air Force et la production aéronautique britannique et à anéantir les infrastructures aéroportuaire dans l objectif final d envahir la GB. L Allemagne cherche aussi, à l aide de cette opération, à terroriser la population britannique afin de pousser le gouvernement britannique à signer la paix avec l Allemagne. En effet, face à la farouche résistance de la Royal Air Force, le 15 septembre 1940 Hitler renonce à débarquer en Angleterre et décide d engager une campagne de bombardements stratégiques sur les grandes cites industrielle et les ports de façon à paralyser l économie de guerre ennemie. Entre août 1940 et mai 1941, civils britanniques sont tués. Les Britanniques dénoncent un crime de guerre et les Allemands justifient les bombardements car leurs cibles abritent des industries militaires. A partir de 1942, la GB emploiera des procédés identiques sur les villes allemandes A partir de février 1942, le Premier ministre britannique W. Churchill autorise les bombardements massifs étendus aux zones urbaines. Churchill espère de cette façon dresser la population allemande contre Hitler. On estime le nombre de victimes allemandes à morts et blessés. Dans la France occupée, les bombardements britanniques auraient causé morts. Le bombardement de Dresde (Allemagne orientale) les 13 et 14 février 1945 marque le paroxysme de cette stratégie. Outre ses richesses artistiques et architecturales, la ville abritait une population de près d un million d habitants, dont beaucoup de refugiés. Actuellement, les historiens estiment à environ le nombre de morts. Le tiers de la ville est détruit. Massacres de civils présentés souvent comme des représailles aux actes de résistance. Ex : massacres commis par la 2 e division Das Reich à Tulles (99 morts le 9 juin 1944) et Oradour-sur-Glane (642 morts, le 10 juin 1944). Ces pratiques, rares à l Ouest étaient beaucoup plus courantes sur le front de l Est. 4

5 2. Les facteurs de l anéantissement A- Le poids des stratégies militaires et des technologies utilisées. BLITZKRIEG Les premiers mois de la 2 nde Guerre mondiale sont marqués par les victoires rapides de l armée allemande grâce à la stratégie de la Blitzkrieg, fondée sur des offensives rapides très intenses appuyées par les chars et l aviation chargés d enfoncer les premières lignes. Son efficacité doit permettre d éviter de mobiliser toutes les forces dans une guerre totale (Ne pas oublier que l Allemagne sait qu elle ne peut pas soutenir une guerre longue). Toutefois, cette tactique échoue lors de l invasion de l URSS (immensité du territoire, farouche résistance des Partisans Russes, conditions climatiques extrêmes). BOMBARDEMENTS STRATEGIQUES Une autre spécificité des guerres du XXème siècle est le rôle de la ville que l on détruit de loin et depuis les airs. Cela a commence durant la Premier Guerre mondiale. Puis, entre les deux guerres le général Douhet élabore la théorie du bombardement stratégique. La 2 nde Guerre mondiale met en application cette théorie et le bombardement stratégique contribue à la radicalisation de la violence de guerre. Les bombardements stratégiques posent une question éthique puisque malgré la cible militaire désignée, ce sont les populations civiles que l on bombarde massivement. 5

6 B- Le rôle des violences idéologiques et racistes DOCUMENT Discours d Himmler devant des officiers supérieurs SS à Poznan les 4 et 6 octobre Je voudrais aussi vous parler très franchement d'un sujet extrêmement important. Entre nous, nous allons l'aborder franchement, mais en public, nous ne devrons jamais en parler, pas plus que du 30 juin 1934, date à laquelle nous n'avons pas hésité à faire notre devoir comme on nous l'avait ordonné, et à mettre nos camarades qui s'étaient montrés indignes, contre un mur et à les exécuter. C'était pour nous une question de tact de n'en avoir pas discuté, de n'en avoir pas parlé. Chacun en a été effrayé, et pourtant, chacun sait qu'il le fera à la prochaine occasion, si on lui en donne l'ordre et si cela est nécessaire. «Je me réfère à présent à l'évacuation des juifs, à l'extermination du peuple juif. C'est une des choses qu'il est aisé d'exprimer : "Le peuple juif est en train d'être exterminé," déclare chaque membre du Parti, "Effectivement, c'est une partie de nos plans, l'élimination des juifs, l'extermination, nous l'accomplissons... peuh! Une bricole! Et puis ils viennent, 80 millions de braves Allemands, et chacun a son «bon» Juif. Evidemment, les autres, ce sont des porcs, mais celui-là, c'est un Juif de première qualité. Pas un d'eux n'a vu [les cadavres], pas un n'était sur place. La plupart d'entre vous savent ce que c'est que de voir un monceau de cent cadavres, ou de cinq cents, ou de mille. Etre passés par là, et en même temps, sous réserve des exceptions dues à la faiblesse humaine, être restés corrects, voilà ce qui nous a endurcis. C'est là une page de gloire de notre histoire, une page non écrite et qui ne sera jamais écrite.» (4 octobre 1943) «Je vous demande avec insistance d'écouter simplement ce que je dis ici en petit comité et de ne jamais en parler. La question suivante nous a été posée: «Que fait-on des femmes et des enfants?» - Je me suis décidé et j'ai là aussi trouvé une solution évidente. Je ne me sentais en effet pas le droit d'exterminer les hommes -dites, si vous voulez, de les tuer ou de les faire tuer- et de laisser grandir les enfants qui se vengeraient sur nos enfants et nos descendants. Il a fallu prendre la grave décision de faire disparaître ce peuple de la terre.» (6 octobre 1943) 6

7 L AUTEUR. Heinrich HIMMLER : ( ) Chef de la SS, principale organisation du régime nazi, d abord chargée de la protection rapprochée d Hitler, puis accumulant de plus en plus de fonctions (répression, contrôle des camps de concentration ). Il s est suicidé en mai 1945 tandis que la guerre est perdue par les Allemands, afin d échapper à toute forme de procès. Il est le principal responsable de la liquidation de l opposition en Allemagne et du régime de terreur instaurée dans les pays occupés pendant la guerre. Les camps de concentration et d extermination étaient directement sous son autorité et il mit en œuvre la «Solution finale». Himmler évoque dans ce discours une raison pragmatique (la nécessité de mettre les civils au service de l effort de guerre allemand), mais aussi une raison idéologique (dans le cadre d une guerre des «races», certaines ne méritent plus de vivre), pour justifier l élimination systématique des juifs. Les forces de l Axe (Allemagne, Italie et Japon) ont une volonté expansionniste, fondée sur la certitude d appartenir à une civilisation supérieure et sur une vision positive de la guerre, de la force et de la violence, dans l objectif de construire un homme nouveau. Cette idéalisation de la force est d ailleurs présente dans les expressions artistiques de ces pays (Cf. Futurisme italien, Cinéma de Leni Riefenstahl, artiste nazis par exemple). Dans le cas particulier du nazisme, il s agit d une idéologie fondamentalement raciste et antisémite : pour Hitler, la guerre est un moyen pour conquérir «l espace vital» (Lebensraum) des Allemands vers l Est. En outre, Hitler veut débarrasser la population allemande de toute présence étrangère (Slaves, Tsiganes et juifs constituent pour les nazis les populations les plus néfastes), mais aussi de toute population allemande mais jugée indésirable et «inferieure» (handicapés, alcooliques, délinquants ). Ainsi, c est à la lumière de cette idéologie qu il faut analyser l invasion de l URSS par l Allemagne alors que militairement cette opération («Opération 7

8 Barbarossa») a affaibli l armée allemande : en effet, cette attaque est conçue comme une guerre d anéantissement du «judéo-bolchevisme» et l invasion a pour objectif de détruire la société soviétique ainsi que son idéologie. 3. La singularité du génocide des juifs et des tziganes par les Nazis. La spécificité du crime nazi est liée à l ampleur du massacre, à l idéologie qui en constitue le cadre et aux méthodes employées. Il s agit du plus grand génocide de l histoire. A- Le temps de l exclusion et des premiers massacres. Déjà avant son arrivée au pouvoir le 31 janvier 1933, Hitler se fixe comme objectif de mettre la population allemande à l abri des juifs. Ce souci repose à la fois sur un antisémitisme radical et sur la volonté de créer un homme nouveau. La politique d extermination s étend sur trois phases : Avant la guerre : émigration forcée. Il s agit de rendre la vie impossible aux juifs en Allemagne pour les forcer à partir : Lois discriminatoires, violences. De la conquête de la Pologne à l enlisement en URSS (Août 1939 Hiver 1941) : transplantation de tous les juifs dans un territoire conquis : le gouvernement General de Pologne ou la Sibérie : o Début de la concentration des juifs dans des quartiers fermés (ghetto) en Europe de l Est ( dans celui de Varsovie en 1941). o Adoption de lois discriminatoires envers les juifs dans plusieurs Etats satellites de l Allemagne, dont la France. A partir de l invasion en URSS (juin 1941) : Basculement dans une politique d anéantissement systématique : extermination de tous les juifs et Tziganes d Europe. 8

9 B- L industrialisation de la mort de masse a partir de Il se produit une radicalisation progressive de la violence dans le cadre de la guerre d anéantissement en URSS : La «shoah par balles» : entre 1941 et 1944, environ 1,3 millions de juifs d Ukraine assassinés par les Einsatzgruppen («Groupes d intervention») : bataillons de police chargés de liquider systématiquement communistes et juifs en arrière du front. Ces techniques de mise a mort apparaissent insuffisamment efficaces. Une date-clé marque le basculement vers des techniques d extermination plus massives : le 20 janvier 1942, lors de la Conférence de Wansee est organisée la «Solution finale». L organisation en est confiée la SS qui regroupe l élite du parti nazi et dirigée par Himmler. Quinze hauts fonctionnaires du parti nazi et de l administration allemande sont réunis dans une villa de la banlieue de Berlin pour coordonner et organisée l extermination des juifs. D autres acteurs sont impliqués, tels que des Etats collaborateurs (France de Vichy), la police, l armée, des médecins et la Compagnie de Chemins de fer. Une organisation en aval devient nécessaire pour rendre possible la mise en œuvre de la «Solution Finale» : on accélère le recensement, la discrimination, la concentration des juifs (ainsi en France lors de la Rafle du Vel d hiv les 16 et 17 juillet 1942 au cours de laquelle juifs sont envoyés dans des camps comme celui de Drancy). Le ghetto de Varsovie regroupe fin juifs. Grace à une organisation des transports ferroviaires très efficace, on organise la déportation des juifs d Europe en direction des camps situés souvent en Pologne. On distingue deux types de camps : extermination et concentration. Camps de concentration : ouverts en 1933, ils sont destinées a ceux considérés comme ennemis du Reich : opposants politiques, homosexuels, Tziganes, juifs. Tous les détenus sont soumis a du travail 9

10 force dans des conditions inhumaines : maladies, sous-nutrition, sévices, tortures, expérimentations. La mortalité y est très élevée. Le processus de deshumanisation y est décrit par Primo Levi. Camps d extermination : construits à partir de l hiver 1941 en Pologne, dans le but d éliminer les juifs et les Tziganes par des procédés industriels (Treblinka, Sobibor, Belzec, Auschwitz). Certains camps sont mixtes. C est le cas d Auschwitz et de Maidanek. Les camps sont organisés de manière minutieuse et l élimination des prisonniers y est effectuée de manière industrielle : A leur arrivée, les déportés sont sélectionnés en fonction de leur capacité à travailler. Ceux qui sont jugés inaptes au travail sont tués immédiatement dans des chambres à gaz (Zyklon B) Les cadavres sont brûlés dans des fours crématoires ou des bûchers (hygiène et camouflage du crime). Les déportés jugés aptes au travail sont déshumanisés : rasés, déshabillés, leurs biens sont volés et inventoriés. Près de 6 millions de juifs (50% des juifs d Europe en 1939) et plus de Tziganes sont exterminés. Le projet nazi d extermination est mis en œuvre grâce à une hiérarchisation de la main d œuvre chargée de l exécuter et à une stricte division des tâches qui permet de diluer les responsabilités. Le sale travail est effectué par les kapos et les Sonderkommandos : Kapos : Ce sont les personnes chargées d encadrer les prisonniers dans les camps. Ils étaient souvent recrutés parmi les prisonniers de droit commun les plus violents. Ce sont qui effectuent les actions les plus violentes à l égard des détenus. De la sorte, les rancœurs des prisonniers se tournent vers eux, au point de faire passer les vrais gardiens pour plus humains. Ces derniers sont alors moins exposés à la 10

11 colère des déportés. Dans certains camps, les détenus de droit commun («Triangles verts») et les détenus politiques («Triangles Rouges») rivalisent pour les postes de kapos. Lorsque les «Triangles Verts» dominaient, le régime du camp était plus dur, tandis que lorsque c étaient les «Triangles Rouges», la vie du camp y était moins sévère. C était le cas de Buchenwald, devenu un «camp communiste» comme le décrit Jorge Semprun dans Un si beau dimanche. Sonderkommandos : Ce sont des détenus, pour la plupart juifs, chargés du fonctionnement des fours crématoires, des salles de déshabillage, des chambres à gaz et des fosses d incinération. Comme ils sont en contact direct avec les installations de cette industrie de la mort, ils sont régulièrement exterminés afin qu ils ne puissent témoigner. Seuls quelques uns d entre eux ont survécu car ils étaient encore vivants au moment de la libération des camps par l armée soviétique, les SS étant saisis par la panique. C- Un bilan génocidaire effroyable (CONCLUSION) EXTERMINATION DES TSIGANES C est pour des raisons raciales que le régime nazi a persécuté les Tsiganes : internement, travail forcé, assassinat, et déportations dans des camps d extermination. En 1940, environ 7500 Tsiganes furent déportés vers divers camps d extermination en Pologne, avant la suspension de ces déportations. Puis, en 1942, Himmler signa un ordre de déportation pour tous les Tsiganes d Allemagne. Ils furent alors déportés à Auschwitz ou un camp avait été conçu spécialement pour eux : «Le camp des familles gitanes». Des familles entières y ont été incarcérées ensemble. On estime à le nombre de Tsiganes d Allemagne déportés dans ce camp, parmi lesquels moururent. La persécution des Tsiganes s étendit aussi aux pays occupés par les nazis. 11

12 Les historiens estiment que sur environ 1 million de Tsiganes vivant en Europe avant la guerre, au moins auraient été tués. La reconnaissance formelle et officielle du génocide des Tsiganes par l Etat allemand n a eu lieu qu en 1982, alors qu Helmut Kohl était chancelier et que la plupart des victimes susceptibles de toucher des réparations conformément à la loi allemande étaient déjà mortes. EXTERMINATION DES JUIFS Les responsables de l extermination? Il existe un débat entre les historiens au sujet du rôle d Hitler. Tandis que certains minimisent le rôle d Hitler et font porter la responsabilité sur les échelons inferieurs, d autres au contraire considèrent que le génocide n aurait pu avoir lieu sans l initiative du dictateur. En fait, si la responsabilité d Hitler est incontestable, le projet n aurait pu être mis en œuvre sans la collaboration de décideurs locaux. En outre, il faut tenir compte de la concurrence et des rivalités des lieutenants du Führer qui les poussent à une surenchère dans la violence (approche fonctionnaliste). Cette thèse, se heurte à celle de la planification (approche intentionnaliste) : certains acteurs (Himmler, Goering, Heydrich, Goebbels) se seraient appliqués à mettre en œuvre le projet hitlérien. En fait, ces deux thèses ne sont pas vraiment incompatibles : la responsabilité des prises de décision sont à attribuer à Hitler, mais la concurrence entre les collaborateurs d Hitler a radicalisé la mise en œuvre. Le peuple allemand porte lui aussi une part de responsabilité. En effet, les historiens identifient 3 types d antisémites en Allemagne : les antisémites passifs, les plus nombreux, héritiers de l antijudaïsme traditionnel, les agitateurs, acteurs des pogroms, militants d extrême droite et les antisémites idéologiques se basant sur des théories pseudo scientifiques. On peut considérer que l antisémitisme passif a pu constituer un terreau favorable à la mise en place d une politique antisémite. La planification du génocide? Il faut replacer dans son contexte la planification du génocide : elle intervient dans le cadre de l échec de l armée allemande en URSS. La «Shoah par 12

13 balles» qui commence en 1941 en fut la première étape marquante. Puis, Hitler comptait déporter les juifs de l Ouest vers l Est dans le but d un «anéantissement par le travail», or, du fait du recul des positions nazies en URSS, il ne disposait plus de l espace nécessaire à l installation de camps de travail. En outre, avec l entrée en guerre des EUA, la situation se détériore pour l Allemagne nazie, et face a une dégradation de sa situation militaire, Hitler choisit d accélérer le processus d extermination. C est pourquoi, à partir du printemps 1942, les juifs sont souvent mis a mort immédiatement sans passer par l étape du travail. C est dans ce contexte qu il faut replacer la Conférence de Wansee. Passivité des Occidentaux? Voir le film de C. Costa-Gavras, Amen. Les Américains et les Anglais disposaient d informations précises transmises notamment par des institutions juives. Toutefois, les administrations étasunienne et britannique sont restées inactives, prises entre l antisémitisme présent jusque dans les cercles du pouvoir et l influence des juifs. Dimension industrielle du génocide? Lorsque l on se réfère au génocide mis en œuvre dans les camps d extermination, il semble bien que l on puisse parler de méthodes et d une échelle industrielles. Toutefois, les recherches plus récentes sur les Einsatzgruppen responsables de la «Shoah par balle» nous obligent à nuancer cette idée. Ces recherches ont prouvé l importance de ces méthodes puisqu environ 1/3 des victimes du génocide juif sont morts «par balles» en URSS principalement. Les Commandos spéciaux les traquaient dans des villages reculés, ou l absence de moyens de transport empêchait de les déporter en masse. 13

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chanson : Nuit et brouillard de Jean Ferrat http://www.youtube.com/watch?v=94yoxycqo6s

Plus en détail

I) La politique nazie d extermination

I) La politique nazie d extermination I) La politique nazie d extermination La Seconde guerre mondiale a été marquée par l extermination de 10 millions de personnes par les nazis. Les Juifs en particulier ont été les victimes d un génocide

Plus en détail

La IIe Guerre mondiale, une guerre d anéantissement et génocides Introduction : «radicalisation de la violence» une guerre d anéantissement

La IIe Guerre mondiale, une guerre d anéantissement et génocides Introduction : «radicalisation de la violence» une guerre d anéantissement H2.1 : Guerres mondiales et espoirs de paix. La II e Guerre mondiale, une guerre d anéantissement et génocides. Introduction : Si la 1 ère guerre mondiale fut la première guerre totale, la 2 ème GM, par

Plus en détail

III. Comment les nazis ont-ils organisé ces deux génocides?

III. Comment les nazis ont-ils organisé ces deux génocides? III. Comment les nazis ont-ils organisé ces deux génocides? Dans les régions occupées par l URSS, des divisions SS les Einsatzgruppen) massacrent systématiquement les Juifs à partir de 1941. Ils sont gazés

Plus en détail

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème LE NAZISME (1933-1945) DU TRAITE DE VERSAILLES A L ARRIVEE D HITLER AU POUVOIR PAGES 4-5 Comment Mussolini, nouveau dirigeant de l Italie est-il mis en valeur

Plus en détail

Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) Dates : 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche

Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) Dates : 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche Septembre 1939 : début de la deuxième guerre mondiale Anschluss : annexion

Plus en détail

Chapitre 4 LA SECONDE GUERRE MONDIALE

Chapitre 4 LA SECONDE GUERRE MONDIALE Chapitre 4 LA SECONDE GUERRE MONDIALE Pourquoi la Seconde guerre mondiale est-elle une guerre d anéantissement? I. Un affrontement planétaire A. Les grandes phases de la guerre ...................... 1

Plus en détail

Thème 3 : La Seconde Guerre mondiale, une guerre d anéantissement (1939-1945)

Thème 3 : La Seconde Guerre mondiale, une guerre d anéantissement (1939-1945) Proposition de mise en œuvre des nouveaux programmes d histoire-géographie en 3 ème 2 ème partie : guerres mondiales et régimes totalitaires (1914-1945) Thème 3 : La Seconde Guerre mondiale, une guerre

Plus en détail

Dossier VI. Le XX ème siècle et le monde actuel (1 ère partie) Questions appelant des réponses concises

Dossier VI. Le XX ème siècle et le monde actuel (1 ère partie) Questions appelant des réponses concises 1 Dossier VI Le XX ème siècle et le monde actuel (1 ère partie) Questions appelant des réponses concises A/ Les guerres au XX ème siècle 1 La Première Guerre mondiale (la «Grande Guerre») a) Quelles sont

Plus en détail

La Seconde Guerre mondiale : guerre d anéantissement et génocide des Juifs et des Tziganes.

La Seconde Guerre mondiale : guerre d anéantissement et génocide des Juifs et des Tziganes. Première S, histoire LMA, 2011-2012 Thème 2 La guerre au XXe siècle Question 1 Guerres mondiales et espoirs de paix Cours 2 La Seconde Guerre mondiale : guerre d anéantissement et génocide des Juifs et

Plus en détail

MAUS par Art SPIEGELMAN

MAUS par Art SPIEGELMAN HISTOIRE DES ARTS MAUS par Art SPIEGELMAN I. IDENTIFIER ET PRESENTER L ŒUVRE L œuvre présentée ici est une bande-dessinée intitulée Maus, l intégrale, un survivant raconte réalisée par Art Spiegelman en

Plus en détail

1 ère partie - Avant la libération, le contexte historique

1 ère partie - Avant la libération, le contexte historique A l'est - En janvier 1944, débute l'offensive soviétique qui entraîne la retraite de la Wehrmarcht de ses alliés. En juillet 1944, l'armée rouge, désormais supérieure en effectifs et en armements, pénètre

Plus en détail

Dans nos classes. La Résistance et la Déportation dans les manuels. Classe de troisième. Les leçons : Collection. Auteurs (sous la direction de)

Dans nos classes. La Résistance et la Déportation dans les manuels. Classe de troisième. Les leçons : Collection. Auteurs (sous la direction de) Dans nos classes La Résistance et la Déportation dans les manuels Classe de troisième Les leçons : Belin, avril 2003. Eric Chaudron, Remy Knafou. Leçons La 2 guerre mondiale. * Les grandes phases de la

Plus en détail

Glossaire 3 : 3 Ressources :

Glossaire 3 : 3 Ressources : Le vocabulaire concernant l extermination des Juifs d Europe par les nazis Le régime nazi a, de 1941 à 1945, mis en œuvre sa décision planifiée de destruction des populations juives d Europe. L objectif

Plus en détail

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important?

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important? Pages 77-78. Passage en italique. «Je crois devoir attirer votre attention sur le fait qu en exécution des ordres reçus du commandeur des SS, les arrestations ont été opérées uniquement par la police française

Plus en détail

La seconde guerre mondiale

La seconde guerre mondiale CM2 Découverte du monde Histoire Compétences : La violence du XXe siècle : les deux conflits mondiaux La seconde guerre mondiale - À partir de l étude de cartes et de documents statistiques, comprendre

Plus en détail

III) La Seconde Guerre mondiale (5)

III) La Seconde Guerre mondiale (5) III) La Seconde Guerre mondiale (5) 1) La Seconde Guerre Mondiale : une radicalisation de la guerre totale? (3) 1.1) les grandes phases de la guerre a) les victoires de l'axe (1939-1942) b) le reflux de

Plus en détail

Fiche de travail n 1 : la mise en place des régimes totalitaires (corrigé)

Fiche de travail n 1 : la mise en place des régimes totalitaires (corrigé) Fiche de travail n 1 : la mise en place des régimes totalitaires (corrigé) Activité n 1 : compléter la chronologie en s appuyant sur les extraits de K7 vidéo Le MONDE L URSS L Italie L Allemagne 1914 Début

Plus en détail

CORRECTION BREVET BLANC 2015 PREMIER PARTIE/HISTOIRE

CORRECTION BREVET BLANC 2015 PREMIER PARTIE/HISTOIRE CORRECTION BREVET BLANC 2015 PREMIER PARTIE/HISTOIRE 1/ en 1804 2/ le second empire 3/JULES FERRY 4/régime de Vichy : 1940/1944 La collaboration caractérise ce régime. Par exemple, la milice française

Plus en détail

L antisémitisme et les premières actions contre les juifs

L antisémitisme et les premières actions contre les juifs L idéologie nazie Basée sur l idée d une race aryenne supérieure, l idéologie nazie s imposera à tous les niveaux dans l état allemand. Le parti nazi se base sur toute une série de principes. L ensemble

Plus en détail

De la discrimination à l extermination

De la discrimination à l extermination De la discrimination à l extermination La crise des années trente a réveillé en France l antisémitisme qui sommeillait depuis l affaire Dreyfus. Les groupes d extrême-droite mènent des campagnes dont la

Plus en détail

Chronologie comparée de la Shoah

Chronologie comparée de la Shoah Chronologie comparée de la Shoah Cadre général Le sort des Juifs en Europe En France 1933 1933 1933 30 janvier : Adolf Hitler chancelier 1 avril : journée de boycott des magasins juifs 7 avril : révocation

Plus en détail

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous?

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous? Les textes de l exposition «Dictature et démocratie» et le questionnaire pédagogique sont assez longs. Nous vous conseillons donc de répartir les fiches de travail entre vos élèves et de mettre les réponses

Plus en détail

COMPTE RENDU DU STAGE ACADEMIQUE AU MEMORIAL DE LA SHOAH A PARIS ET A CRACOVIE (I)

COMPTE RENDU DU STAGE ACADEMIQUE AU MEMORIAL DE LA SHOAH A PARIS ET A CRACOVIE (I) COMPTE RENDU DU STAGE ACADEMIQUE AU MEMORIAL DE LA SHOAH A PARIS ET A CRACOVIE (I) du 11 au 14 février 2010 G. Sabatier, Lycée Claude Fauriel et IUFM de Saint-Etienne (42) L objectif de ce compte-rendu

Plus en détail

Sommaire. Séquence 7 Histoire. Thème 1 : La Seconde Guerre mondiale, une guerre d anéantissement, 1939-1945

Sommaire. Séquence 7 Histoire. Thème 1 : La Seconde Guerre mondiale, une guerre d anéantissement, 1939-1945 Sommaire Histoire Thème 1 : La Seconde Guerre mondiale, une guerre d anéantissement, 1939-1945 Séance 1 La Seconde Guerre mondiale, un affrontement aux dimensions planétaires Séance 2 Séance 3 La bataille

Plus en détail

Fichier enseignant. Voici les lieux de visite que nous vous conseillons pour couvrir le programme et les objectifs qu il vise :

Fichier enseignant. Voici les lieux de visite que nous vous conseillons pour couvrir le programme et les objectifs qu il vise : Fichier enseignant Dans le programme d histoire du cycle 3 au chapitre le 20 ème siècle et notre époque les deux conflits mondiaux sont abordés. L accent est mis sur ce qui fit basculer l humanité dans

Plus en détail

La politique d'extermination nazie. Les ghettos

La politique d'extermination nazie. Les ghettos La politique d'extermination nazie Les ghettos Le regroupement des Juifs dans les ghettos (ici : le ghetto de Varsovie) Vivre dans le ghetto de Varsovie Les plus pauvres ne pouvaient se protéger du froid

Plus en détail

Présentation du DVD Une petite fille privilégiée Un témoignage de Francine Christophe Une histoire dans l Histoire

Présentation du DVD Une petite fille privilégiée Un témoignage de Francine Christophe Une histoire dans l Histoire Présentation du DVD Une petite fille privilégiée Un témoignage de Francine Christophe Une histoire dans l Histoire Ce témoignage de Francine Christophe, expérience douloureuse d une partie de sa vie, «croise»

Plus en détail

Brève histoire de l Holocauste aux Pays-Bas

Brève histoire de l Holocauste aux Pays-Bas Brève histoire de l Holocauste aux Pays-Bas La présence juive aux Pays-Bas En 1579, l abolition de l Inquisition par la République hollandaise fait de ce pays une terre d accueil par excellence pour les

Plus en détail

Les assassins de la mémoire : l Holocauste et le révisionnisme historique

Les assassins de la mémoire : l Holocauste et le révisionnisme historique www.gersi.umontreal.ca LES CHRONIQUES DU GERSI volume 1 numéro 2 (mars 2005) Les assassins de la mémoire : l Holocauste et le révisionnisme historique Le soixantième anniversaire de la libération d Auschwitz

Plus en détail

CORRECTION BREVET PONDICHERY 2014

CORRECTION BREVET PONDICHERY 2014 CORRECTION BREVET PONDICHERY 2014 PREMIERE PARTIE : HISTOIRE (13 POINTS) 1. Questions (6 points) 1. A quels siècles correspond l «âge des églises gothiques»? (1 point) L «âge des églises gothiques» va

Plus en détail

TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS. Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale

TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS. Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale Qu est-ce que ce film nous apprend sur l évolution de la mémoire de la Seconde Guerre mondiale en France?

Plus en détail

1er sept. 1939 Les troupes allemandes... C'est le début de la Seconde Guerre mondiale.

1er sept. 1939 Les troupes allemandes... C'est le début de la Seconde Guerre mondiale. Le contexte historique : la France pendant la Seconde Guerre mondiale Complétez la chronologie suivante. Vous pouvez vous référer au site http://www.e-chronologie.org/monde/ww2.php 1er sept. 1939 Les troupes

Plus en détail

Révision de l ombudsman du texte sur le camp d extermination nazi de Sobibor en Pologne, diffusé au Téléjournal le 30 novembre 2009.

Révision de l ombudsman du texte sur le camp d extermination nazi de Sobibor en Pologne, diffusé au Téléjournal le 30 novembre 2009. Révision de l ombudsman du texte sur le camp d extermination nazi de Sobibor en Pologne, diffusé au Téléjournal le 30 novembre 2009. SOMMAIRE Un plaignant estime que le Téléjournal du 30 novembre a commis

Plus en détail

De l Etat français à la IVème République (1940-1946)

De l Etat français à la IVème République (1940-1946) De l Etat français à la IVème République (1940-1946) Introduction : Présentation de la défaite : -En juin 1940, la chute de la IIIème République (1875-1940) accompagne la déroute militaire. -Le 10 juillet

Plus en détail

II. La mise en place d un régime totalitaire, fasciste et raciste. 1. Comment Hitler met en place un État totalitaire et raciste?

II. La mise en place d un régime totalitaire, fasciste et raciste. 1. Comment Hitler met en place un État totalitaire et raciste? II. La mise en place d un régime totalitaire, fasciste et raciste 1. Comment Hitler met en place un État totalitaire et raciste? Extrait du film de propagande réalisé par Leni Riefenstahl, Le Triomphe

Plus en détail

L ordre nazi : exploitation et extermination

L ordre nazi : exploitation et extermination C h a p i t r e 1 4 L ordre nazi : exploitation et extermination Point du programme Ce chapitre porte sur l occupation de l Europe pendant la Seconde Guerre mondiale et l instauration d un ordre nouveau

Plus en détail

Les Principes fondamentaux

Les Principes fondamentaux Les Principes fondamentaux DU MOUVEMENT INTERNATIONAL DE LA CROIX-ROUGE ET DU CROISSANT-ROUGE Christoph von Toggenburg/CICR Les Principes fondamentaux du Mouvement international de la Croix-Rouge et du

Plus en détail

Communiqué de presse. Les Voies de la Liberté. Exposition temporaire 2015 Mémorial National de la Prison de Montluc

Communiqué de presse. Les Voies de la Liberté. Exposition temporaire 2015 Mémorial National de la Prison de Montluc Exposition temporaire 2015 Mémorial National de la Prison de Montluc Les Voies de la Liberté Du 15 septembre 2015 au 28 mai 2016 Communiqué de presse Mémorial de la Shoah, CDLV82017 Le Mémorial En 2009,

Plus en détail

Leçon n 5 : «La Seconde Guerre Mondiale, une guerre d anéantissement (1939-1945)»

Leçon n 5 : «La Seconde Guerre Mondiale, une guerre d anéantissement (1939-1945)» Leçon n 5 : «La Seconde Guerre Mondiale, une guerre d anéantissement (1939-1945)» Introduction : Le 1 er septembre 1939, l Allemagne nazie attaque puis envahit la Pologne, c est le début de la Seconde

Plus en détail

Carrière des Fusillés Musée de la Résistance de Châteaubriant

Carrière des Fusillés Musée de la Résistance de Châteaubriant INFORMATIONS Carrière des Fusillés Musée de la Résistance de Châteaubriant Le musée est situé route de Laval, à 2 km environ du centre de Châteaubriant (44), à la Sablière, carrière des fusillés. Horaires

Plus en détail

03 Contexte historique

03 Contexte historique 03 Contexte historique Samuel Robitchek, sa femme Ida, Mitzie Sicher et son mari Ernest posent devant le magasin de Samuel Robitchek, dans les années 1920. République Tchèque. Les communautés juives avant

Plus en détail

Exposition Camps d internement du Limousin (1940-1944)

Exposition Camps d internement du Limousin (1940-1944) COMMUNIQUE DE PRESSE Exposition Camps d internement du Limousin (1940-1944) Du 11 mars au 20 avril 2013 au musée Edmond-Michelet Destinés à l origine à regrouper les étrangers «indésirables», les camps

Plus en détail

Symphonie n 13. ou «Babi Yar» Dimitri Chostakovitch sur un poème de Evgueni Evtouchenko.

Symphonie n 13. ou «Babi Yar» Dimitri Chostakovitch sur un poème de Evgueni Evtouchenko. Symphonie n 13. ou «Babi Yar» Dimitri Chostakovitch sur un poème de Evgueni Evtouchenko. Né en 1906 et mort à Moscou en 1975, Dimitri Chostakovitch est un compositeur russe et un pianiste majeur du 20

Plus en détail

ENSEIGNER LA DEPORTATION ET L EXTERMINATION

ENSEIGNER LA DEPORTATION ET L EXTERMINATION ENSEIGNER LA DEPORTATION ET L EXTERMINATION Enseigner la déportation n est pas une tâche facile et ce pour différentes raisons. Mais deux approches sont fondamentales et complémentaires pour faire en sorte

Plus en détail

Notions et principes à maîtriser

Notions et principes à maîtriser Capacités Connaître et utiliser les repères suivants : - La Seconde Guerre mondiale : 1939-1945 - La libération des camps d extermination : 1945 - Fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe : 8 mai 1945

Plus en détail

Les régimes totalitaires dans l entre-deux-guerres : genèse, points communs et spécificités.

Les régimes totalitaires dans l entre-deux-guerres : genèse, points communs et spécificités. Première S, histoire LMA, 2011-2012 Thème 3 Le siècle des totalitarismes Question 1 Genèse et affirmation des régimes totalitaires (soviétique, fasciste et nazi) Cours 1 et 2 Les régimes totalitaires dans

Plus en détail

Les Républicains Espagnols sous Vichy et l occupation

Les Républicains Espagnols sous Vichy et l occupation Les Républicains Espagnols sous Vichy et l occupation Après le drame de l agression contre leur République par une partie de l armée soutenus par les dictateurs européens, après l épreuve de l exode et

Plus en détail

Les camps de concentration et d extermination nazis : quelle organisation spatiale? L exemple d Auschwitz. DIAPO I :

Les camps de concentration et d extermination nazis : quelle organisation spatiale? L exemple d Auschwitz. DIAPO I : Les camps de concentration et d extermination nazis : quelle organisation spatiale? L exemple d Auschwitz. DIAPO I : Les camps de concentration et d extermination nazis : quelle organisation spatiale?

Plus en détail

LA SHOAH. Document du Mémorial de la Shoah. 2007

LA SHOAH. Document du Mémorial de la Shoah. 2007 LA SHOAH Document du Mémorial de la Shoah. 2007 Au cours de la Seconde Guerre mondiale, 5 à 6 millions de Juifs européens ont été assassinés par l Allemagne nazie et ses complices. Le nombre des victimes,

Plus en détail

Guide des expositions temporaires. Service Educatif Édition 2015

Guide des expositions temporaires. Service Educatif Édition 2015 Guide des expositions temporaires Service Educatif Édition 2015 Résistance et Monde rural en Zone interdite 1940-1944 Le Musée de la Résistance de Bondues Le musée a pour vocation de transmettre ce que

Plus en détail

27 Janvier : Journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de l'holocauste

27 Janvier : Journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de l'holocauste 27 Janvier : Journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de l'holocauste "Le bourreau tue toujours deux fois, la seconde fois par l'oubli" (Elie Wiesel) Quand ils ont arrêté les communistes,

Plus en détail

Q : Quels sont les changements politiques engagés par le régime de Vichy?

Q : Quels sont les changements politiques engagés par le régime de Vichy? III. La France dans la guerre : de Pétain à De Gaulle. Q : Comment la France et les Français ont-ils vécu cette période? A. La France de Vichy. Q : Quels sont les changements politiques engagés par le

Plus en détail

L'Holocauste. Table des matières. L Holocauste : aperçu

L'Holocauste. Table des matières. L Holocauste : aperçu L'Holocauste Table des matières The Holocaust: Theme Overview 1 Objets personnels Helena Zaleska 2 Auschwitz-Birkenau, 1944 3 Étoile de David 4 Gobelet de métal 5 Chaussure d enfant 6 L Holocauste : aperçu

Plus en détail

CONCOURS DE LA RÉSISTANCE ET DE LA DÉPORTATION 2 005

CONCOURS DE LA RÉSISTANCE ET DE LA DÉPORTATION 2 005 CONCOURS DE LA RÉSISTANCE ET DE LA DÉPORTATION 2 005 Le Comité creusois du concours de la Résistance et de la Déportation se propose, cette année encore, de vous aider à préparer le concours dont le thème

Plus en détail

REVISIONS BREVET HISTOIRE-GEOGRAPHIE EDUCATION CIVIQUE. Histoire Géographie Education civique

REVISIONS BREVET HISTOIRE-GEOGRAPHIE EDUCATION CIVIQUE. Histoire Géographie Education civique REVISIONS BREVET HISTOIRE-GEOGRAPHIE EDUCATION CIVIQUE Histoire Géographie Education civique sommaire HISTOIRE Pour chaque sujet, vous pouvez choisir: QC: questions de connaissances DC: développement construit

Plus en détail

CHAP. I : LA PREMIÈRE GUERE MONDIALE, VERS UNE GUERRE TOTALE (1914-1918)

CHAP. I : LA PREMIÈRE GUERE MONDIALE, VERS UNE GUERRE TOTALE (1914-1918) FICHE DE PRÉSENTATION DE LA LEÇON PARTIE I : GUERRES MONDIALES ET RÉGIMES TOTALITAIRES CHAP. I : LA PREMIÈRE GUERE MONDIALE, VERS UNE GUERRE TOTALE (1914-1918) Pourquoi dit-on de la Première Guerre mondiale

Plus en détail

1ère partie - Guerres mondiales et régimes totalitaires (1914-1945)

1ère partie - Guerres mondiales et régimes totalitaires (1914-1945) REPÈRES HISTOIRE programme des années précédentes 2014 Amérique Cet homme politique de l Antiquité a dirigé la cité d Athènes et associé son nom à la démocratie : Nom Dates Ce ministre de la IIIè République

Plus en détail

LES GUERRES AU XX ème SIECLE ; LE NAZISME

LES GUERRES AU XX ème SIECLE ; LE NAZISME LES GUERRES AU XX ème SIECLE ; LE NAZISME D après les documents d application des programmes de l école primaire, cette question des guerres contemporaines doit considérer tout le siècle : la Première

Plus en détail

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait.

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait. Jeudi 8 mai 2014 Cérémonie patriotique / Parvis de l Hôtel de Ville Discours de Karl Olive, Maire de Poissy, Conseiller général des Yvelines Monsieur le Ministre, Monsieur le Préfet, Madame la Conseillère

Plus en détail

C était la guerre des tranchées

C était la guerre des tranchées C était la guerre des tranchées Jacques Tardi Format 23,2 x 30,5 cm 128 pages C et album consacré, comme son titre l indique, à la vie dans les tranchées pendant la Première Guerre mondiale est constitué

Plus en détail

Brevet Blanc d'histoire Géographie Education Civique Mardi 17 Avril 2012

Brevet Blanc d'histoire Géographie Education Civique Mardi 17 Avril 2012 Brevet Blanc d'histoire Géographie Education Civique Mardi 17 Avril 2012 (Rappel : la maîtrise de la langue (orthographe et expression écrite) est notée sur 4 points) Pour la première partie, le candidat

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture POURQUOI

Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture POURQUOI Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture POURQUOI enseigner l Holocauste? Publié en 2013 par l Organisation des Nations unies pour l éducation, la science et la culture

Plus en détail

Jour 3 : Annecy/Lyon/Vassieux-en-Vercors

Jour 3 : Annecy/Lyon/Vassieux-en-Vercors Jour 3 : Annecy/Lyon/Vassieux-en-Vercors Nous quitterons Annecy vers 7h45 pour nous rendre à Lyon. La visite du Mémorial de Montluc est prévue à 10h30. Si nous ne sommes pas retardés lors du trajet, nous

Plus en détail

Documents et pistes d utilisation sur le thème «les mémoires de la Seconde Guerre Mondiale.

Documents et pistes d utilisation sur le thème «les mémoires de la Seconde Guerre Mondiale. Documents et pistes d utilisation sur le thème «les mémoires de la Seconde Guerre Mondiale. Approfondissement en accompagnement personnalisé T L / ES. Il s agit de deux journaux de la Résistance et d un

Plus en détail

27 janvier 2015 Journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l Humanité

27 janvier 2015 Journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l Humanité Monsieur le Maire, Eric LEJOINDRE Mesdames et Messieurs Les enseignants et représentants de l Education Nationale Mesdames et Messieurs les Présidents et représentants d associations patriotiques Mesdames

Plus en détail

Mémorial de Caen 70 E ANNIVERSAIRE DE LA BATAILLE DE NORMANDIE POINT DE RENCONTRE. 5 / Réf. : 140B4560 ISBN : 978-2-86618-613-5

Mémorial de Caen 70 E ANNIVERSAIRE DE LA BATAILLE DE NORMANDIE POINT DE RENCONTRE. 5 / Réf. : 140B4560 ISBN : 978-2-86618-613-5 POINT DE RENCONTRE Mémorial de Caen 70 E ANNIVERSAIRE DE LA BATAILLE DE NORMANDIE 5 / Réf. : 140B4560 ISBN : 978-2-86618-613-5 Mémorial de Caen Sommaire CANOPÉ ACADÉMIE DE CAEN Directeur de la publication

Plus en détail

Sommaire. Présentation de l exposition et informations pratiques...3. Contenu de l exposition. 4

Sommaire. Présentation de l exposition et informations pratiques...3. Contenu de l exposition. 4 Exposition «Les Juifs de Corrèze dans la Shoah» Dossier pédagogique Sommaire Présentation de l exposition et informations pratiques....3 Contenu de l exposition. 4 Les Juifs en Corrèze pendant la Seconde

Plus en détail

DISCOURS MADAME SIMONE VEIL. Présidente de la FONDATION POUR LA MEMOIRE DE LA SHOAH

DISCOURS MADAME SIMONE VEIL. Présidente de la FONDATION POUR LA MEMOIRE DE LA SHOAH DISCOURS DE MADAME SIMONE VEIL Présidente de la FONDATION POUR LA MEMOIRE DE LA SHOAH Athènes, le 30 janvier 2006 Journée nationale à la mémoire des héros et des martyrs de l Holocauste en Grèce Monsieur

Plus en détail

Timothy Snyder La réalité ignorée de l'extermination des juifs

Timothy Snyder La réalité ignorée de l'extermination des juifs Timothy Snyder La réalité ignorée de l'extermination des juifs À nous focaliser sur Auschwitz et le goulag généralement considérés comme les symboles adéquats, voire ultimes, du fléau des massacres collectifs,

Plus en détail

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie?

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? «En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? Paroles : «En avant les p tits gars». Fragson. 1913.

Plus en détail

CORRIGE DU CAHIER D HISTOIRE NIVEAU 3 ème LE MONDE DE 1918 A 1989

CORRIGE DU CAHIER D HISTOIRE NIVEAU 3 ème LE MONDE DE 1918 A 1989 CORRIGE DU CAHIER D HISTOIRE NIVEAU 3 ème LE MONDE DE 1918 A 1989 LA FAILLITE DE LA PAIX 1918-1939 PAGES 4-5 Quel nom porte ce traité? Le Traité de Versailles Comment l Allemagne le considère-t-elle? Comme

Plus en détail

l HOLOCAUSTE Un guide de référence

l HOLOCAUSTE Un guide de référence Brève histoire de l HOLOCAUSTE Un guide de référence 1 Centre commémoratif de l Holocauste à Montreal 5151, chemin de la Côte-Sainte-Catherine (Maison Cummings) Montréal (Québec) H3W 1M6 Canada Téléphone

Plus en détail

Préparation à la visite du Mémorial de la Résistance. A l attention des enseignants

Préparation à la visite du Mémorial de la Résistance. A l attention des enseignants Préparation à la visite du Mémorial de la Résistance A l attention des enseignants En Préambule Afin que les élèves puissent pleinement profiter de leur visite Nous attirons votre attention sur le fait

Plus en détail

De la Guerre Froide à un nouvel ordre mondial?(1975-2009)

De la Guerre Froide à un nouvel ordre mondial?(1975-2009) (1975-2009) Ruptures et continuités dans les relations internationales des années 80 à nos jours? L ouverture du mur de Berlin : le 9/11/1989 Sommet d Oslo : un espoir de paix en 1993 I/ Une remise en

Plus en détail

HISTOIRE - GÉOGRAPHIE ÉDUCATION CIVIQUE

HISTOIRE - GÉOGRAPHIE ÉDUCATION CIVIQUE ministère de l éducation nationale HISTOIRE - GÉOGRAPHIE ÉDUCATION CIVIQUE 3e Livret de corrigés Coordination pédagogique Rémi Boyer (RF CIF) Validation pédagogique Stéphane Vautier (IA-IPR Histoire Géographie)

Plus en détail

A u t e u r : P e r s o n n a g e s :

A u t e u r : P e r s o n n a g e s : Damien L. 3éme1 Auteur : Anne Frank Livre de poche. Edition Définitive. Personnages : - Anne Frank - Mr Otto Frank ou Pim : son père - Mme Frank ou Edith Hollander : sa mère - Margot : sa soeur - Mr Van

Plus en détail

LA SECONDE GUERRE MONDIALE DE 1939-1945

LA SECONDE GUERRE MONDIALE DE 1939-1945 1 LA SECONDE GUERRE MONDIALE DE 1939-1945 [Les agressions de la dictature Nazi conduisent à la guerre en Europe occidentale en 1939 et en 1941 la guerre devient mondiale][ La Seconde Guerre mondiale de

Plus en détail

HISTOIRE : 18 points dont 10 pour le paragraphe argumenté

HISTOIRE : 18 points dont 10 pour le paragraphe argumenté Collège René Long 74 540 Alby-sur-Chéran Page 1 Brevet blanc d Histoire et d Education Civique * Durée : 2 heures * Présentation et Orthographe : 4 points * Le candidat/ la candidate traitera l un de deux

Plus en détail

Action de l UE : défendre les droits des victimes

Action de l UE : défendre les droits des victimes défendre les droits des victimes Quel est le problème? Chaque année dans l UE, plus de 75 millions de personnes sont victimes de délits graves et 40 000 meurent dans des accidents de la route. Ces événements

Plus en détail

Ancienne gare de déportation de Bobigny. Rencontre avec les enseignants de Bobigny Connaître les ressources locales 05.12.2012

Ancienne gare de déportation de Bobigny. Rencontre avec les enseignants de Bobigny Connaître les ressources locales 05.12.2012 Ancienne gare de déportation de Bobigny Rencontre avec les enseignants de Bobigny Connaître les ressources locales 05.12.2012 Sommaire : 1. Bobigny, une gare entre Drancy et Auschwitz 2. Après la guerre,

Plus en détail

Chronologie du système concentrationnaire nazi (1933-1945)

Chronologie du système concentrationnaire nazi (1933-1945) LES MESURES ANTI-JUIVES. LE GÉNOCIDE Le sort des juifs de France «Les négociations avec le gouvernement français ont donné les résultats suivants. L ensemble des Juifs de France sont tenus prêts à notre

Plus en détail

L AGENCE INTERNATIONALE DES PRISONNIERS DE GUERRE. Le CICR dans la Première Guerre mondiale

L AGENCE INTERNATIONALE DES PRISONNIERS DE GUERRE. Le CICR dans la Première Guerre mondiale L AGENCE INTERNATIONALE DES PRISONNIERS DE GUERRE Le CICR dans la Première Guerre mondiale Août 1914. Le monde entre en guerre et, durant 52 mois, brutalité, violence et souffrances déchirent l humanité.

Plus en détail

Éléments des crimes *,**

Éléments des crimes *,** des crimes *,** * Note explicative: La structure des éléments des crimes de génocide, des crimes contre l humanité et des crimes de guerre suit celle des dispositions correspondantes des articles 6, 7

Plus en détail

Films à la Fiche. NUIT ET BROUILLARD Un dispositif d alerte NUIT ET BROUILLARD

Films à la Fiche. NUIT ET BROUILLARD Un dispositif d alerte NUIT ET BROUILLARD Films à la Fiche NUIT ET BROUILLARD Un dispositif d alerte TH6790 Présentation Musique de l allemand Eisler, commentaire écrit par l ex-déporté Jean Cayrol et lu par Michel Bouquet, ce court métrage «de

Plus en détail

A Eperlecques, le Blockhaus de 100 000 m3 était destiné à devenir une base de lancement de fusées V2.

A Eperlecques, le Blockhaus de 100 000 m3 était destiné à devenir une base de lancement de fusées V2. Les élèves de troisième ont découvert les principaux faits de la Seconde Guerre Mondiale (1939-1945) qui se sont déroulés dans notre région, le Nord-Pas-de-Calais. Cette visite sert d introduction à l

Plus en détail

Pourquoi et comment le monde se divise-t-il après 1945? I/DEUX BLOCS FACE A FACE ( p90/91)

Pourquoi et comment le monde se divise-t-il après 1945? I/DEUX BLOCS FACE A FACE ( p90/91) LA GUERRE FROIDE p82 à 89 Fiche d objectifs/plan détaillé Pourquoi et comment le monde se divise-t-il après 1945? I/DEUX BLOCS FACE A FACE ( p90/91) Comment à partir de 1947, Etats-Unis et l URSS s affrontent-ils

Plus en détail

Code de conduite pour les responsables de l'application des lois

Code de conduite pour les responsables de l'application des lois Code de conduite pour les responsables de l'application des lois Adopté par l'assemblée générale des Nations Unies le 17 décembre 1979 (résolution 34/169) Article premier Article 2 Les responsables de

Plus en détail

Centre aéré (ancien moulin de Lavray)

Centre aéré (ancien moulin de Lavray) Centre aéré (ancien moulin de Lavray) ancien chemin de Saint-Jorioz à Saint-Eustache Lavray Saint-Eustache Dossier IA74001642 réalisé en 2011 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire

Plus en détail

CLASSE DE PREMIERE GÉNÉRALE Commentaires des programmes Option Internationale franco-marocaine du Baccalauréat

CLASSE DE PREMIERE GÉNÉRALE Commentaires des programmes Option Internationale franco-marocaine du Baccalauréat INSPECTION GENERALE DE L'EDUCATION NATIONALE Groupe Histoire Géographie SERVICE DE COOPERATION ET D ACTION CULTURELLE Service de l Enseignement Français PROGRAMMES D HISTOIRE ET DE GÉOGRAPHIE CLASSE DE

Plus en détail

Etude annuelle 2014 La Shoah, génocide exemplaire

Etude annuelle 2014 La Shoah, génocide exemplaire Etude annuelle 2014 La Shoah, génocide exemplaire Par Joël Kotek Revue Regards Centre Communautaire Laïc Juif David Susskind Rue de l'hôtel des Monnaies 52-1060 Bruxelles 02/543 02 81-02/543 02 82 02/537

Plus en détail

Traduction. Madame la Haut-Commissaire, Monsieur le Président, Excellences, Mesdames, Messieurs,

Traduction. Madame la Haut-Commissaire, Monsieur le Président, Excellences, Mesdames, Messieurs, Traduction Discours de Monsieur Joachim Gauck, président de la République fédérale d Allemagne, au Conseil des droits de l homme des Nations Unies le 25 février 2013 à Genève Madame la Haut-Commissaire,

Plus en détail

HISTOIRE. Chapitre 1. Lecture historique de mémoires : l historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France

HISTOIRE. Chapitre 1. Lecture historique de mémoires : l historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France HISTOIRE Chapitre 1 Lecture historique de mémoires : l historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France Je révise et je me perfectionne Structure de la leçon I. Une mémoire sélective (1945

Plus en détail

1 LA FRANCE DANS LA SECONDE GUERRE MONDIALE (8 HEURES)

1 LA FRANCE DANS LA SECONDE GUERRE MONDIALE (8 HEURES) 1 LA FRANCE DANS LA SECONDE GUERRE MONDIALE (8 HEURES) N.B. : ce cours introductif rappelle un certain nombre d éléments de culture historique, supposés connus, sur les grandes lignes de la Seconde Guerre

Plus en détail

La Libération du Nord-Pas de Calais

La Libération du Nord-Pas de Calais La Libération du Nord-Pas de Calais I Une Libération éclair : 1 er au 5 septembre 1944 A La libération de la région et de la Belgique en 5 jours, du 1 er au 5 septembre : une ruée fulgurante des Alliés,

Plus en détail

REVUE. Annexe : liste des règles coutumières du droit international humanitaire. Le principe de la distinction

REVUE. Annexe : liste des règles coutumières du droit international humanitaire. Le principe de la distinction Volume 87 Sélection française 2005 REVUE INTERNATIONALE de la Croix-Rouge Annexe : liste des règles coutumières du droit international humanitaire La liste ci-après est fondée sur les conclusions exposées

Plus en détail

Kétèls Sophie 6LS Le 10 février 2010 Van Melkebeke Mary 6LG3. Le génocide des Hereros

Kétèls Sophie 6LS Le 10 février 2010 Van Melkebeke Mary 6LG3. Le génocide des Hereros Le génocide des Hereros 1 Introduction Avant de commencer à parler du génocide des Hereros, peut-être vaudrait-il la peine de définir ce qu est un génocide. Un génocide vise à l'extermination d une minorité

Plus en détail

victimes civiles de la guerre en Belgique :

victimes civiles de la guerre en Belgique : Direction générale Victimes de la Guerre victimes civiles de la guerre en Belgique : entre droits et mémoire NOS ACTIVITÉS Plus de 70 ans après la Deuxième Guerre mondiale, on peut se demander pourquoi

Plus en détail

Bataille de la Somme Ressources: Documents de source primaire

Bataille de la Somme Ressources: Documents de source primaire Tués au combat dans la Somme Liste des 118 soldats tués au combat avec le 38 e bataillon, unité levée à Ottawa, pendant l attaque contre la tranchée Desire et Grandcourt, dans la Somme, le 18 novembre

Plus en détail