Stress test des programmes de François Hollande et Nicolas Sarkozy Principales conclusions

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Stress test des programmes de François Hollande et Nicolas Sarkozy Principales conclusions"

Transcription

1 Stress test des programmes de et Principales conclusions Malgré des progrès significatifs, la transparence sur le coût des programmes reste incomplète Sous l impulsion des travaux engagés depuis 2007 par l Institut de l entreprise, on peut se féliciter des progrès accomplis en termes de transparence démocratique. Les citoyens se trouvent en effet aujourd hui mieux informés sur le coût budgétaire des programmes des principaux candidats, grâce au chiffrage réalisé par les équipes de ces derniers ainsi que par les différents observateurs qui se sont engagés sur les traces de la cellule de chiffrage de l Institut de l entreprise. Néanmoins, cet exercice de chiffrage laisse subsister de nombreuses zones d ombres. Il permet en effet de n établir que des comparaisons partielles entre les différents programmes, du fait des hypothèses de croissance économique divergentes sur lesquels reposent ces derniers. De plus, certains pans des programmes sont insuffisamment documentés ; c est le cas, en particulier, des économies budgétaires. Si celles-ci sont partiellement explicitées chez, le programme de ne comporte que des objectifs très généraux sur l ONDAM 1, la stabilisation du nombre de fonctionnaires et l évolution de la dépense publique (en volume). Or l expérience montre qu il s agit là du volet le plus difficile à mettre en œuvre. Enfin, l établissement d un budget pour les cinq prochaines années suppose un principe de prudence. Celui-ci devrait conduire à retenir des scénarios plus exigeants sur l environnement macroéconomique, afin de s assurer que les propositions mises en œuvre soient compatibles avec l objectif de maîtrise des déficits, quels que soient les aléas auxquels risque d être soumise l économie française au cours des prochaines années. En effet, un programme qui serait basé sur des hypothèses de croissance trop optimistes n engagerait pas véritablement celui qui le porte. L approche de l Institut de l entreprise : modéliser la sensibilité des programmes à une dégradation de la conjoncture Ces limites sont préjudiciables à la transparence du débat public. Sans prendre parti, il nous est donc apparu nécessaire de créer un modèle de simulation qui permette de : - comparer les programmes à contexte économique équivalent ; - soumettre les programmes à un «stress test», à savoir des conditions dégradées par rapport aux hypothèses des candidats 2 ; - prendre conscience de l effet des principales variables sur le niveau de déficit en Ce travail a été réalisé sur la base de la documentation publiée par les équipes de campagne des candidats ainsi que sur les rapports publics issus de l INSEE, de la direction générale du Trésor et de 1 Institué par la loi organique du 22 juillet 1996, L objectif national des dépenses d'assurance maladie (ONDAM) est le montant prévisionnel établi annuellement pour les dépenses de l'assurance maladie en France. Il est soumis au vote du Parlement. 2 Le terme de «stress test» est issu du secteur bancaire. Les tests de résistances visent à vérifier qu un établissement financier peut résister à une forte dégradation de l environnement macro-économique ou à des évènements imprévus de grande ampleur.

2 la Cour des Comptes. Nous avons veillé à maintenir une approche rigoureusement non partisane dans sa conception. Le modèle développé par l Institut de l entreprise simule l évolution des finances publiques (dépenses, recettes, déficit, dette publique), en fonction d un jeu de paramètres : inflation, croissance, évolution des dépenses de l Etat, de santé, et du chômage. Pour que chacun puisse fixer ses propres paramètres, une version simplifiée de ce modèle sera prochainement disponible sur internet 3. Quels enseignements sur le programme des deux candidats? Trois enseignements peuvent être tirés de ce modèle (le détail chiffré des scenarii figure en annexe de ce document). Le premier enseignement consiste à observer les effets des propositions des candidats «à armes égales», c'est-à-dire en partant des mêmes hypothèses de croissance du PIB. Que l on retienne celles qui figurent dans le projet de ou celles qui figurent dans le projet de François Hollande, on observe dans les deux cas sur le solde budgétaire de 2017 un écart d environ 1,2 point de PIB (1,4 point de PIB, si l on retient le chiffrage de l Institut de l entreprise) en faveur de Nicolas Sarkozy 4. Le deuxième enseignement est que les deux programmes requièrent des niveaux élevés de croissance, en comparaison des taux observés par le passé. Avec une croissance moins favorable 5 (1,5, par exemple), aucun des deux programmes n atteint ses objectifs (déficit de 0,9 % du PIB en ,3 % si l on retient le chiffrage de l Institut de l entreprise pour et de 2,2 % respectivement 2,7 % pour ). En revanche, le programme de Nicolas Sarkozy parvient encore à réduire la dette publique de 1,5 point de PIB (ou la stabilise si l on retient le chiffrage de l Institut de l entreprise), contrairement à celui de son adversaire qui l augmente de 2,1 points (respectivement 4,3 points). Si on choisit de dégrader davantage les conditions économiques à un niveau qui n a rien d irréaliste (1 % de croissance moyenne du PIB sur le quinquennat), aucun des programmes ne passe le test : hausse de la dette publique à 88,4 % du PIB dans le cas du programme de l UMP, et 92,2 % pour le PS (respectivement 89,9 % et 94,4 % du PIB si l on retient le chiffrage de l Institut de l entreprise). Cet écart découle de la logique même des deux programmes. Celui de étant fondé sur une augmentation des prélèvements obligatoires plutôt que sur une réduction des dépenses, et le niveau des recettes étant en partie corrélé à la croissance, il présente donc une moindre résistance à une dégradation de la conjoncture. Le troisième enseignement fait ressortir l enjeu lié à la maîtrise des dépenses publiques. Afin d isoler l effet de ces dernières, il convient tout d abord de retenir des hypothèses de croissance homogènes pour les deux programmes. Par convention, on retient ici les dernières projections du FMI. Dans ce cadre, si les dépenses publiques dérivent à 2 % de hausse par an 6 au lieu des 0,4 % projetés par et des 1,1 % pour, les deux programmes se retrouvent avec des 3 Sur la base d une interface graphique développée en partenariat avec lefigaro.fr 4 Cf. tableau en annexe. 5 Il s agit de la croissance potentielle calculée par l OCDE, c'est-à-dire la moyenne à long terme de la croissance de l économie française. 6 Le scenario n a rien d invraisemblable : il s agit de la hausse constatée entre 2001 et Direction des Etudes de l Institut de l entreprise Stress tests des programmes Hollande et Sarkozy 26 avril

3 performances semblablement dégradées, autour de 4,2 % de PIB de déficit (4,6 % si l on retient le chiffrage de l Institut de l entreprise). L impact est mécaniquement plus important pour le candidat de l UMP, dans la mesure où sa stratégie de désendettement repose principalement sur la maîtrise des dépenses publiques. Si lors de son quinquennat a réussi à en contenir partiellement la hausse 7, l exercice reste difficile car il dépend aussi des moyens de contrainte dont l Etat dispose sur les collectivités territoriales, ainsi que de l évolution des prestations de protection sociale celles-ci croissant naturellement avec le vieillissement de la population. Inversement, chez, le risque de glissement est élevé, car certaines de ses propositions (recrutements et revalorisation salariale dans la fonction publique, arrêt de la mise en œuvre «mécanique» de la RGPP, retour partiel sur la réforme des retraites) ne semblent pas cohérentes avec ses engagements en termes de maîtrise des dépenses publiques. Afin de tenir compte de cette divergence, on peut chercher à apprécier l effet d une dérive des dépenses publiques relativement aux engagements que se sont fixés chacun des deux candidats. Si les dépenses publiques croissent de 0,6 % par rapport à la cible des programmes respectifs 8, on obtient alors un déficit de 1,7 % (2,1 % selon le chiffrage de l Institut de l entreprise) en 2017 chez, contre 2,8 % (respectivement 3,3 %) chez. Chez le premier, la dette publique reste stable en proportion du PIB (mais se dégrade de 1,4 points si l on retient le chiffrage de l Institut de l entreprise), tandis qu elle augmente de 3,2 points chez le second (respectivement 5,2 points). La maîtrise de la dépense publique comme impératif Au final, cette analyse pose la question de la crédibilité du programme qui serait appliqué avec une croissance modérée. Si elle semble donner un léger avantage à, plus prudent sur les hypothèses de croissance, et plus précis sur la maîtrise des dépenses, elle montre aussi un point de convergence entre les programmes, imposé par les objectifs de finances publiques : les candidats devront agir sur les dépenses publiques encore plus fortement que lors du précédent quinquennat. Cet objectif n est pas inatteignable au vu d exemples étrangers mais, sauf à reprendre et à accentuer les méthodes de la RGPP, la transparence des débats appelle encore à plus de précisions sur la méthode comme sur les choix difficiles qui seront nécessaires. 7 Cette inflexion a été permise par des mesures telles que la révision générale des politiques publiques, même si son impact budgétaire est moins fort qu affiché par le gouvernement, les réformes des retraites et les économies sur les remboursements de l assurance maladie. 8 i.e. dans le cas du programme de, la dépense publique croît en volume de 1 % par an vs. 0,4 %, tandis que dans le cas du programme de, elle croît de 1,7 % par an vs. 1,1 %. Direction des Etudes de l Institut de l entreprise Stress tests des programmes Hollande et Sarkozy 26 avril

4 Annexe - Rappel des hypothèses macroéconomiques des candidats Le cadrage macro-économique de chaque candidat constitue les hypothèses clé sur lesquelles son programme est construit. Les deux jeux d hypothèses servent de point de référence pour le développement du «stress test». Les cadrages macroéconomiques des candidats Consensus Inflation (Programme de Stabilité) 1,8% 1,7% 1,7% 1,7% 1,7% François Hollande Nicolas Sarkozy Croissance 1,7% 2,0% 2,5% 2,5% 2,5% Evolution des dépenses publiques 1,1% 1,1% 1,1% 1,1% 1,1% ONDAM 3,0% 3,0% 3,0% 3,0% 3,0% Prélèvements obligatoires (en points de PIB) 46,5% 46,6% 46,8% 46,8% 46,9% Dépenses publiques (en points de PIB) 56,3% 55,6% 55,3% 54,6% 53,9% Solde (en points de PIB) -2,3% -1,6% -0,8% Croissance 1,8% 2,0% 2,0% 2,0% 2,0% Evolution des dépenses publiques 0,40% 0,40% 0,40% 0,40% 0,40% ONDAM 2,50% 2,50% 2,50% 2,50% 2,50% Prélèvements obligatoires (en points de PIB) 45,1% 45,4% 45,6% 45,8% 45,6% Dépenses publiques (en points de PIB) 55,0% 54,1% 53,3% 52,5% 51,9% Solde (en points de PIB) 3,0% 2,0% 1,0% 0,5% Enseignement 1 Comparaison des programmes des candidats «à armes égales» Il s agit ici d observer l évolution du programme de lorsqu on applique le taux de croissance du programme de et vice-versa. Aucune autre variable n est modifiée. F. Hollande table sur une croissance de 2,5 % par an en volume entre 2015 et 2017, contre 2 % pour N. Sarkozy. (1) Comparaison des programmes avec les hypothèses de croissance de 1,0% 0,5% -0,7% -1,3% -1,8% -2,3% Solde en -5,2% -4,4% 0,5% Institut de l'entreprise en -5,2% -4,4% -3,3% -2,3% -1,3% -0,3% 0,2% Dette en 85,1% 77,1% l'entreprise en _ 78,6% Solde en -5,2% -4,4% -2,3% -1,8% -1,3% -0,7% Institut de l'entreprise en -5,2% -4,4% -3,4% -2,7% -2,3% -1,8% -1,2% Dette en 85,1% 80,6% l'entreprise en _ 82,8% Direction des Etudes de l Institut de l entreprise Stress tests des programmes Hollande et Sarkozy 26 avril

5 (2) Comparaison des programmes avec les hypothèses de croissance de 2,0% 1,2% 0,5% -0,8% -0,8% -1,6% -2,3% Solde en -5,2% -4,4% -0,8% 0,5% 1,2% Institut de l'entreprise en Dette en ,2% -4,4% -3,3% -2,3% -1,1% 0,1% 0,9% 85,1% 74,7% l'entreprise en _ 76,2% Solde en -5,2% -4,4% -2,3% -1,6% -0,8% Institut de l'entreprise en Dette en ,2% -4,4% -3,4% -2,7% -2,1% -1,3% -0,5% 85,1% 78,1% l'entreprise en _ 80,2% Direction des Etudes de l Institut de l entreprise Stress tests des programmes Hollande et Sarkozy 26 avril

6 Enseignement 2 Comparaison des programmes avec des conditions de croissance dégradée L objectif est de soumettre les programmes à un taux de croissance de l économie inférieur aux prévisions retenues par les candidats tout en restant réaliste. Nous avons testé deux scenarii de croissance. Le premier rejoint, en 2017, le taux de croissance potentielle tel qu il est déterminé par l OCDE. Le second correspond à un taux de croissance moyen de 1 % entre 2012 et Scenarii de croissance retenus (Enseignement 2) Scénario "Croissance potentielle OCDE" 1,0% 1,5% 1,5% 1,5% 1,5% "Sortie de crise difficile" 0,7% 1,0% 1,1% 1,2% 1,3% (1) Comparaison des programmes avec un scenario de croissance «Croissance potentielle de l OCDE» La croissance du PIB en volume est de 1 % en 2013, puis de 1,5 % entre 2014 et L inflation reste fixée à 1,7 % en moyenne. Les recettes (exprimées en points de PIB) et les dépenses (exprimées en valeur) restent au niveau fixé par les programmes des candidats. Aucune modification n est apportée aux dépenses de santé (ONDAM, 2,5 % pour, 3 % pour ) ni au taux de chômage. -3,4% -3,4% -2,7% -2,8% -1,9% -2,5% -1,2% -2,2% -0,9% Solde en -5,2% -4,4% -3,4% -2,7% -1,9% -1,2% -0,9% Institut de l'entreprise en -5,2% -4,4% -3,7% -2,2% -1,5% -1,3% Dette en 85,1% 83,5% l'entreprise en _ 85,0% Solde en -5,2% -4,4% -3,4% -2,8% -2,5% -2,2% Institut de l'entreprise en -5,2% -4,4% -3,8% -3,4% -3,3% -2,7% Dette en 85,1% 87,2% l'entreprise en _ 89,4% Direction des Etudes de l Institut de l entreprise Stress tests des programmes Hollande et Sarkozy 26 avril

7 (2) Comparaison des programmes avec un scenario de croissance «Sortie de crise difficile» (1 % en moyenne entre 2012 et 2017) La croissance du PIB en volume est de 0,7 % en 2013, puis évolue progressivement vers 1,3 % en 2017, avec une moyenne de 1,1 % sur l ensemble de la période. L inflation reste fixée à 1,7 % en moyenne. Les recettes (exprimées en points de PIB) et les dépenses (exprimées en valeur) restent au niveau fixé par les programmes des candidats. Aucune modification n est apportée aux dépenses de santé (ONDAM, 2,5 % pour Nicolas Sarkozy, 3 % pour ). En revanche le taux de chômage évolue à la baisse vers un niveau maximal de 13 % en 2017, pour refléter l absence de reprise forte de l économie. Variable Taux de chômage (*) Variables retenus (Enseignement 2, test 2) ,0% 11,0% 11,5% 12,0% 13,0% (*) nombre de demandeurs d'emploi (DEFM Cat A + B + C) rapporté à la population active selon le scenario médian de l'insee -3,6%-3,7% -2,1% -2,1% -2,7% -3,2% -3,5% -3,6% -3,5% -3,4% Solde en -5,2% -4,4% -3,7% -3,2% -2,7% -2,1% -2,1% Institut de l'entreprise en -5,2% -4,4% -3,9% -3,5% -2,5% -2,4% Dette en 85,1% 88,4% l'entreprise en _ 89,9% Solde en -5,2% -4,4% -3,6% -3,5% -3,6% -3,5% -3,4% Institut de l'entreprise en -5,2% -4,4% -4,1% -3,9% -4,1% -3,9% Dette en 85,1% 92,2% l'entreprise en _ 94,4% Direction des Etudes de l Institut de l entreprise Stress tests des programmes Hollande et Sarkozy 26 avril

8 Enseignement 3 Comparaison des programmes avec des scenarii de dérive des dépenses publiques On teste ici l effet d un manque de capacité des candidats à maîtriser l évolution des dépenses publiques. Pour rappel, s engage à maîtriser la croissance des dépenses publiques à 0,4 % par an en volume, tandis que s engage sur une hausse annuelle de 1,1 %. Afin d isoler l effet de cette variable, on retient comme hypothèses de croissance les prévisions du FMI. L inflation reste fixée à 1,7 % par an. Le taux de chômage reste à son niveau de Variables retenus (Enseignement 3) Tests Variables Tests 1 et 2 Croissance (prévisions du FMI) 1,0% 1,9% 1,9% 1,9% 2,0% Test 1 Taux de croissance des dépenses publiques 2,1% 2,1% 2,1% 2,1% 2,1% Y compris taux de croissance ONDAM 4,0% 4,0% 4,0% 4,0% 4,0% Taux de dérive des finances publiques 0,6% 0,6% 0,6% 0,6% 0,6% Test 2 Y compris taux de croissance ONDAM 3,5% 3,5% 3,5% 3,5% 3,5% Taux de croissance des dépenses pour 1,7% 1,7% 1,7% 1,7% 1,7% Taux de croissance des dépenses pour 1,0% 1,0% 1,0% 1,0% 1,0% (1) Hausse des dépenses publiques de 2% par an en volume pour les deux candidats Le test 1 consiste à soumettre les programmes des deux candidats au même niveau de croissance de la dépense publique. Ce scenario fait abstraction des différences d orientation des deux programmes. Sa vocation est de montrer la sensibilité des stratégies de désendettement à la maîtrise des dépenses. Pour mémoire, le taux de croissance des dépenses publiques de 2,1 % par an correspond à celui observé historiquement entre 2001 et 2007, avant la mise en place de la RGPP, y compris un ONDAM à 4 % par an en valeur. -3,9% -4,2% -4,1% -3,8% -4,1% -4,2% -4,2%-4,1% Solde en -5,2% -4,4% -4,2% -4,1% -3,8% -4,1% Institut de l'entreprise en -5,2% -4,4% -4,5% -4,4% -4,3% -4,2% -4,5% Dette en 85,1% 92,0% l'entreprise en _ 93,4% Solde en -5,2% -4,4% -3,9% -4,1% -4,2% -4,2% Institut de l'entreprise en -5,2% -4,3% -4,6% -4,7% -4,7% Dette en 85,1% 92,0% l'entreprise en _ 94,2% Direction des Etudes de l Institut de l entreprise Stress tests des programmes Hollande et Sarkozy 26 avril

9 (2) Dérive des dépenses publiques de + 0,6 % par an en volume pour les deux candidats Le test 2 prend comme point de départ le niveau de croissance des dépenses publiques tel qu affiché par les programmes des deux candidats. A ce taux de croissance, on ajoute 0,6 %, qui correspond à la différence entre le taux de croissance annuel des dépenses publiques annoncé par (1,1 %) et celui observé entre 2007 et 2011 (1,7 %), incluant les efforts réalisés dans le cadre de la RGPP. L ONDAM est fixé au taux de 3,5% par an, soit la valeur de On passe ainsi à une hausse annuelle des dépenses publiques (en volume) de 1% pour et 1,7 % pour. -3,7% -3,7% -2,5% -3,2% -3,4% -3,3% -3,1% -1,9% -2,8% -1,7% Solde en -5,2% -4,4% -3,7% -3,2% -2,5% -1,9% -1,7% Institut de l'entreprise en -5,2% -4,4% -3,5% -2,9% -2,2% -2,1% Dette en 85,1% 85,0% l'entreprise en _ 86,5% Solde en -5,2% -4,4% -3,7% -3,4% -3,3% -3,1% -2,8% Institut de l'entreprise en -5,2% -4,4% -4,1% -3,8% -3,8% -3,6% -3,3% Dette en 85,1% 88,2% l'entreprise en _ 90,3% Direction des Etudes de l Institut de l entreprise Stress tests des programmes Hollande et Sarkozy 26 avril

Projections de la situation financière. de l UNEDIC à long terme. Direction générale du Trésor

Projections de la situation financière. de l UNEDIC à long terme. Direction générale du Trésor CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES 11 mai «Variantes de durée d assurance et d âges de la retraite» Dossier technique préparé par le secrétariat général du COR Document N 5 Document de travail, n engage

Plus en détail

LES FINANCES PUBLIQUES EN 2009 ET LA PROGRAMMATION PLURIANNUELLE

LES FINANCES PUBLIQUES EN 2009 ET LA PROGRAMMATION PLURIANNUELLE LES FINANCES PUBLIQUES EN 2009 ET LA PROGRAMMATION PLURIANNUELLE Pour la première fois, conjointement avec le projet de loi de finances traditionnel, le Gouvernement présente un projet de loi de programmation

Plus en détail

7) Le solde structurel. A) La méthode d estimation du solde structurel

7) Le solde structurel. A) La méthode d estimation du solde structurel 1 FIPECO le 02.06.2016 Les fiches de l encyclopédie II) Déficit et dette publics, politique budgétaire 7) Le solde structurel Le niveau du déficit public dépend fortement de l activité économique et donc

Plus en détail

Évolutions et perspectives des retraites en France Rapport annuel du COR Juin 2016

Évolutions et perspectives des retraites en France Rapport annuel du COR Juin 2016 Évolutions et perspectives des retraites en France Rapport annuel du COR Juin 2016 Point presse 16 juin 2016 Contact presse Anne-Sophie Le Guiel T. : 01 42 75 65 57 E-mail : anne-sophie.le-guiel@cor-retraites.fr

Plus en détail

L impact de la crise sur les retraites en France

L impact de la crise sur les retraites en France Les systèmes de retraite face à la crise en France et à l étranger Maison de la Chimie, 3 décembre 2009 L impact de la crise sur les retraites en France Dominique LIBAULT Directeur de la Sécurité sociale

Plus en détail

Les dettes publiques de la France et de l Allemagne depuis 1995 : les origines du grand écart

Les dettes publiques de la France et de l Allemagne depuis 1995 : les origines du grand écart 1 FIPECO le 13.06.2017 Les commentaires d actualité Les dettes publiques de la et de l depuis 1995 : les origines du grand écart François ECALLE La dette publique de la continue à augmenter et, selon les

Plus en détail

emploi.versunnouveaumonde.fr DOSSIER DE PRESSE - 5 ANS POUR L EMPLOI

emploi.versunnouveaumonde.fr DOSSIER DE PRESSE - 5 ANS POUR L EMPLOI DOSSIER DE PRESSE emploi.versunnouveaumonde.fr SITUATION ACTUELLE DE NOS FINANCES PUBLIQUES. LE NIVEAU DES DÉPENSES PUBLIQUES EN FRANCE EST RÉSOLUMENT EXCESSIF Le graphique ci-dessous positionne la France

Plus en détail

Analyse du programme de François Hollande par la cellule de chiffrage de l Institut de l entreprise

Analyse du programme de François Hollande par la cellule de chiffrage de l Institut de l entreprise Analyse du programme de François Hollande par la cellule de chiffrage de l Institut de l entreprise Le cadrage général du programme de François Hollande repose sur ses engagements européens et son programme

Plus en détail

4) Le niveau et l évolution de la masse salariale publique

4) Le niveau et l évolution de la masse salariale publique 1 FIPECO le 15.10.2016 Les fiches de l encyclopédie VI) La masse salariale publique 4) Le niveau et l évolution de la masse salariale publique Les rémunérations brutes, hors cotisations sociales et contributions

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2016 ET 2017 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Février 2016

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2016 ET 2017 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Février 2016 SITUATION FINANCIERE DE L ASSURANCE CHOMAGE PREVISION POUR LES ANNEES 2016 ET 2017 Février 2016 Cette note présente la prévision de la situation financière de l Assurance chômage pour les années 2016 et

Plus en détail

2) L évolution des prélèvements obligatoires

2) L évolution des prélèvements obligatoires 1 FIPECO, le 30.05.2016 Les fiches de l encyclopédie IV) Les prélèvements obligatoires 2) L évolution des prélèvements obligatoires La définition, les méthodes d estimation, le montant et la répartition

Plus en détail

2. Finances publiques : austérité confirmée

2. Finances publiques : austérité confirmée Du social mais pas de sortie de crise 21 2. Finances publiques 2012-2017 : austérité confirmée Plus de 100 milliards d économies prévues sur le mandat 2012-2017 L objectif de retour vers l équilibre des

Plus en détail

Le financement de la dette publique en période de crise

Le financement de la dette publique en période de crise Communication présentée par Philippe Auberger Membre du Conseil Général de la Banque de France, Ancien rapporteur général du budget à l Assemblée Nationale 1 Introduction la crise financière de 20082009

Plus en détail

Simulation de l impact de l élévation de l âge légal de départ à la retraite. pour le régime des fonctionnaires de l état. Direction du Budget

Simulation de l impact de l élévation de l âge légal de départ à la retraite. pour le régime des fonctionnaires de l état. Direction du Budget CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES «Augmentation de l âge minimum légal de départ en retraite» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil Simulation de l impact de l élévation de l âge

Plus en détail

2) La croissance des dépenses publiques

2) La croissance des dépenses publiques 1 FIPECO, le 31.05.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 2) La croissance des dépenses publiques La définition, le montant et la répartition des dépenses publiques, en France et dans

Plus en détail

Avis n HCFP relatif au deuxième projet de loi de finances rectificative pour novembre 2014

Avis n HCFP relatif au deuxième projet de loi de finances rectificative pour novembre 2014 Avis n HCFP-2014-06 relatif au deuxième projet de loi de finances rectificative pour 2014 6 novembre 2014 En application de l'article 15 de la loi organique n 2012-1403 du 17 décembre 2012 relative à la

Plus en détail

Situation financière de l Assurance chômage

Situation financière de l Assurance chômage Situation financière de l Assurance chômage Prévision pour les années 2017 et 2018 28 février 2017 Cette note présente la prévision de la situation financière de l Assurance chômage pour les années 2017

Plus en détail

SANTE 2050 Les Tribunes de la santé cycle 2016

SANTE 2050 Les Tribunes de la santé cycle 2016 SANTE 2050 Les Tribunes de la santé cycle 2016 Environnement économique et financement des dépenses de santé 17/03/2016 Gérard CORNILLEAU, Conseiller scientifique au Département des études de l'ofce (Observatoire

Plus en détail

Quel héritage budgétaire en 2017?

Quel héritage budgétaire en 2017? Commission des Finances Quel héritage budgétaire en 2017? ALBÉRIC DE MONTGOLFIER, RAPPORTEUR GÉNÉRAL Dossier de presse 2 QUEL HÉRITAGE BUDGÉTAIRE EN 2017? Le projet de loi de finances ne porte pas le véritable

Plus en détail

Evaluation des finances publiques

Evaluation des finances publiques Evaluation des finances publiques à l occasion du Programme de stabilité et de croissance du Grand-Duché de Luxembourg pour la période 2015 à 2019 Juin 2015 Structure de l évaluation SYNTHESE INTRODUCTION

Plus en détail

Les énormes trous financiers du programme économique du Front national

Les énormes trous financiers du programme économique du Front national Les énormes trous financiers du programme économique du Front national Préambule Un responsable politique disait naguère, «le FN pose les bonnes questions mais propose de mauvaises solutions.» C est toujours

Plus en détail

Projet de Loi de Finances MICHEL SAPIN, CHRISTIAN ECKERT,

Projet de Loi de Finances MICHEL SAPIN, CHRISTIAN ECKERT, PLF 2017 Projet de Loi de Finances 2017 Conférence de presse du 28 septembre 2016 présenté par MICHEL SAPIN, ministre de l Économie et des Finances CHRISTIAN ECKERT, secrétaire d État chargé du Budget

Plus en détail

FRANCE : déficit ramené à 3,3 % du PIB en 2016

FRANCE : déficit ramené à 3,3 % du PIB en 2016 Apériodique n 15/293 1 er octobre 2015 FRANCE : déficit ramené à 3,3 % du PIB en 2016 Le gouvernement a annoncé ses nouvelles prévisions de déficit public pour 2015 et 2016. Elles sont fixées à respectivement

Plus en détail

RAPPORT SUR L ÉVOLUTION DE L ENDETTEMENT

RAPPORT SUR L ÉVOLUTION DE L ENDETTEMENT RAPPORT SUR L ÉVOLUTION DE L ENDETTEMENT La Ville de Tarbes a mis en place depuis plusieurs années déjà une gestion active de sa dette. Celle-ci a guidé ses choix dans les négociations qu elle a menées

Plus en détail

Les critères de Maastricht et les performances de l économie turque

Les critères de Maastricht et les performances de l économie turque Les critères de Maastricht et les performances de l économie turque Irem Zeyneloglu L article propose d évaluer la capacité de l économie turque à remplir les conditions imposées par le traité de Maastricht

Plus en détail

Une reprise toujours incomplète 31/07/2014

Une reprise toujours incomplète 31/07/2014 CONJONCTURE ÉCONOMIQUE DE LA RÉGION ILE-DE-FRANCE L actualité en 12 graphiques Une reprise toujours incomplète L activité économique mondiale s est renforcée au cours du second semestre 2013, s installant

Plus en détail

13) L effet de boule de neige et le solde stabilisant la dette

13) L effet de boule de neige et le solde stabilisant la dette 1 FIPECO le 17.05.2016 Les fiches de l encyclopédie II) Déficit et dette publics, politique budgétaire 13) L effet de boule de neige et le solde stabilisant la dette La dette publique, rapportée au PIB,

Plus en détail

13) Les cotisations sociales

13) Les cotisations sociales 1 FIPECO, le 23.09.2016 Les fiches de l encyclopédie IV) Les prélèvements obligatoires 13) Les cotisations sociales Les prélèvements obligatoires (44,7 % du PIB en 2015) recouvrent les impôts (27,9 % du

Plus en détail

Haut Conseil des finances publiques

Haut Conseil des finances publiques Haut Conseil des finances publiques Avis n o HCFP-2015-04 du 6 novembre 2015 relatif au projet de loi de finances rectificative pour 2015 NOR : HCFX1527493V En application de l article 15 de la loi organique

Plus en détail

9) La charge d intérêts de la dette publique

9) La charge d intérêts de la dette publique 1 FIPECO, le 7.1.1 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 9) La charge d intérêts de la dette publique En 15, la charge d intérêts de la «dette publique», c est-à-dire la dette consolidée

Plus en détail

Chiffrage du maintien à 160 trimestres de la durée requise pour le taux plein. CNAV Direction statistiques et prospective

Chiffrage du maintien à 160 trimestres de la durée requise pour le taux plein. CNAV Direction statistiques et prospective CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES «Maintien de la durée d assurance à 40 ans» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil Chiffrage du maintien à 160 trimestres de la durée requise pour

Plus en détail

Indicateur n 9 : Niveau et évolution du coût du travail

Indicateur n 9 : Niveau et évolution du coût du travail 54 Partie I Données de cadrage Indicateur n 9 : Niveau et évolution du coût du travail 1er sous-indicateur: Comparaison du coût du travail au niveau du salaire moyen entre pays européens Coût annuel du

Plus en détail

La remontée des taux, un danger pour la dette publique française?

La remontée des taux, un danger pour la dette publique française? La remontée des taux, un danger pour la dette publique française? Par Maeva Courtois, Consultante en salle de marché chez Quanteam Depuis quelques mois, les taux d intérêt repartent à la hausse partout

Plus en détail

5) Le PIB potentiel et la croissance potentielle

5) Le PIB potentiel et la croissance potentielle 1 FIPECO le 02.06.2016 Les fiches de l encyclopédie II) Déficit et dette publics, politique budgétaire 5) Le PIB potentiel et la croissance potentielle L estimation du «PIB potentiel», ou de la «croissance

Plus en détail

CERTIFICATION DES COMPTES DE L ÉTAT Exercice LE BUDGET DE L ÉTAT EN 2014 Résultats et gestion. 27 mai 2015

CERTIFICATION DES COMPTES DE L ÉTAT Exercice LE BUDGET DE L ÉTAT EN 2014 Résultats et gestion. 27 mai 2015 1 Cour des comptes Le budget de l État en 2014 : résultats et gestion CERTIFICATION DES COMPTES DE L ÉTAT Exercice 2014 LE BUDGET DE L ÉTAT EN 2014 Résultats et gestion LES QUATRE RAPPORTS REMIS PAR LA

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE DE L ASSURANCE CHOMAGE

SITUATION FINANCIERE DE L ASSURANCE CHOMAGE SITUATION FINANCIERE DE L ASSURANCE CHOMAGE PREVISION POUR L ANNEE 2015 Janvier 2015 Cette note présente la prévision de la situation financière de l Assurance chômage pour l année 2015, les dépenses et

Plus en détail

Actualisation des projections à l horizon 2060

Actualisation des projections à l horizon 2060 à l horizon 2060 Secrétariat général du COR Plan de la présentation 1) La méthode et les hypothèses des projections [Documents n 2 et n 3] 2) Les résultats à court terme (horizon du PLFSS pour 2015) 3)

Plus en détail

FRANCE. France. La faible accumulation de capital et le progrès technologique ralentissent la croissance de la productivité du travail

FRANCE. France. La faible accumulation de capital et le progrès technologique ralentissent la croissance de la productivité du travail FRANCE La croissance économique devrait atteindre 1.4 % cette année et 1.5 % en 2017 grâce à la baisse des prix de l énergie, aux allègements des cotisations sociales et des impôts sur les entreprises

Plus en détail

RAPPORT D ANALYSE DU BUDGET CITOYEN 2012 DU MALI

RAPPORT D ANALYSE DU BUDGET CITOYEN 2012 DU MALI RAPPORT D ANALYSE DU BUDGET CITOYEN 2012 DU MALI Sikasso, Juin 2012 Introduction L Etat malien a publié au premier trimestre 2012 le deuxième budget citoyen. Ce document, qui est une présentation synthétique

Plus en détail

2) L emploi public. A) La répartition de l emploi public

2) L emploi public. A) La répartition de l emploi public 1 FIPECO le 28.10.2016 Les fiches de l encyclopédie VI) La masse salariale publique 2) L emploi public La fonction publique rassemblait 5,4 millions de personnes à la fin de 2014 (comme à la fin de 2013),

Plus en détail

Avis du Comité d alerte n sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie

Avis du Comité d alerte n sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie Comité d alerte sur l évolution des dépenses d assurance maladie Le 27 mai 2016 Avis du Comité d alerte n 2016-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie Dans son avis rendu

Plus en détail

Définition et mesure de la pauvreté

Définition et mesure de la pauvreté Définition et mesure de la pauvreté Taux de pauvreté et seuil de pauvreté Selon l Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), un individu (ou un ménage) est considéré comme pauvre

Plus en détail

Avis du Comité d alerte n sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie

Avis du Comité d alerte n sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie Comité d alerte sur l évolution des dépenses d assurance maladie Le 7 octobre 2014 Avis du Comité d alerte n 2014-3 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie En application

Plus en détail

France - Programme de stabilité : objectif confirmé de retour à 3% du déficit/pib en 2015

France - Programme de stabilité : objectif confirmé de retour à 3% du déficit/pib en 2015 Apériodique n 14/33 25 avril 2014 France - Programme de stabilité : objectif confirmé de retour à 3% du déficit/pib en 2015 Le gouvernement a publié le 23 avril le «programme de stabilité» 2014-2017. Ce

Plus en détail

Calcul de taux de remplacement sur cas-types de salariés du secteur privé. et de fonctionnaires de l Etat. Direction de la Sécurité Sociale (DSS)

Calcul de taux de remplacement sur cas-types de salariés du secteur privé. et de fonctionnaires de l Etat. Direction de la Sécurité Sociale (DSS) CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 26 février à 14 h 30 «Compléments aux perspectives du système de retraite en 2020, 2040 et 2060» Document N 6 Document de travail, n engage pas le

Plus en détail

L AGENCE FRANCE TRÉSOR

L AGENCE FRANCE TRÉSOR L AGENCE FRANCE TRÉSOR a pour mission de gérer la dette et la trésorerie de l État au mieux des intérêts du contribuable et dans les meilleures conditions de sécurité HTTP://WWW.AFT.GOUV.FR BLOOMBERG TRESOR

Plus en détail

La dette publique : un poids du passé, un défi pour l avenir. Albéric de Montgolfier, rapporteur général Commission des finances Mercredi 31 mai 2017

La dette publique : un poids du passé, un défi pour l avenir. Albéric de Montgolfier, rapporteur général Commission des finances Mercredi 31 mai 2017 La dette publique : un poids du passé, un défi pour l avenir Albéric de Montgolfier, rapporteur général Commission des finances Mercredi 31 mai 2017 L inexorable élévation du niveau de la dette La dette

Plus en détail

R A F P. Régime Additionnel de la Fonction Publique

R A F P. Régime Additionnel de la Fonction Publique CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Document N 3.12 Document de travail, n engage pas le Conseil Septembre 2005 R A F P Régime Additionnel

Plus en détail

Analyse de la fiabilité des prévisions financières des établissements de santé antérieurement sous dotation globale

Analyse de la fiabilité des prévisions financières des établissements de santé antérieurement sous dotation globale Service Information sur la Performance des établissements de santé (IP) Pôle Analyse des Données et Indicateurs (ADI) Juin 2014 Analyse de la fiabilité des prévisions financières des établissements de

Plus en détail

Indexation des pensions

Indexation des pensions CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière du 4 avril 2002 «Prospective des retraites et inégalités» Indexation des pensions Le Conseil d orientation des retraites a considéré dans son premier

Plus en détail

Bilan Région Auvergne

Bilan Région Auvergne Bilan Région Auvergne Population au 01/01/2014 1,36 million Economie PIB 2013 (2013, en M ) : 35 662 (2013, en ): 26 260 Évolution du PIB / habitant de 2000 à 2013 (moyenne annuelle en volume) : 0,2 %

Plus en détail

Programme de Marine Le Pen. - Synthèse -

Programme de Marine Le Pen. - Synthèse - Programme de Marine Le Pen - Synthèse - Notre démarche Cet exercice de synthèse a pour objectif de recenser les propositions des candidats dont l'impact strictement budgétaire peut être évalué de façon

Plus en détail

France : objectif de déficit public à 3,6 % du PIB en 2014

France : objectif de déficit public à 3,6 % du PIB en 2014 Apériodique n 13/61 26 septembre 2013 France : objectif de déficit public à 3,6 % du PIB en 2014 Le gouvernement a présenté le 25 septembre le projet de loi de finances pour 2014. Le déficit public passerait

Plus en détail

Perspectives financières de l Assurance chômage

Perspectives financières de l Assurance chômage RÉFÉRENCES Septembre 2016 Perspectives financières de l Assurance chômage 2016-2019 SYNTHÈSE UNE CROISSANCE PLUS ATONE QUE PRÉVUE POUR 2017 NE PERMET PAS À L ASSURANCE CHÔMAGE DE REDRESSER SES FINANCES

Plus en détail

Réforme de l IRCANTEC Eléments d éclairage sur les projets de textes soumis à la concertation par le gouvernement (août 2005)

Réforme de l IRCANTEC Eléments d éclairage sur les projets de textes soumis à la concertation par le gouvernement (août 2005) 02/09/2005 Réforme de l IRCANTEC Eléments d éclairage sur les projets de textes soumis à la concertation par le gouvernement (août 2005) Le présent document est constitué de deux parties : - présentation

Plus en détail

Rue de la Banque N 46 Juillet 2017

Rue de la Banque N 46 Juillet 2017 L écart de dépenses publiques entre la et l Marie AOURIRI Héloïse TOURNOUX Direction de la Conjoncture et des Prévisions macroéconomiques Les idées exposées dans ce document reflètent l opinion personnelle

Plus en détail

COM(2013) 907 final QUATORZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE Le 2 décembre 2013 Le 2 décembre 2013

COM(2013) 907 final QUATORZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE Le 2 décembre 2013 Le 2 décembre 2013 COM(2013) 907 final ASSEMBLÉE NATIONALE S É N A T QUATORZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014 Reçu à la Présidence de l'assemblée nationale Enregistré à la Présidence du Sénat Le 2 décembre

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROSPECTIVE FINANCIERE DE LA COMMUNE SAINT JULIEN EN GENEVOIS 20 octobre 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Rozenn LE CALVEZ STRATORIAL FINANCES wwwstratorial-financesfr Les Tours Gamma - Tour A 193 rue de Bercy

Plus en détail

Les prélèvements obligatoires en France et en Allemagne

Les prélèvements obligatoires en France et en Allemagne 1 FIPECO le 15.12.2016 Les commentaires de l actualité Les prélèvements obligatoires en et en François ECALLE A la demande du Président de la République, la Cour des comptes a publié en mars 2011 un rapport

Plus en détail

DIX ANS DE MARCHE DU TRAVAIL

DIX ANS DE MARCHE DU TRAVAIL DIX ANS DE MARCHE DU TRAVAIL EN GUADELOUPE ET ÎLES DU NORD Principales évolutions de 2000 à 2009 Malgré une croissance de l emploi sur la décennie 2000 en Guadeloupe, le nombre d inscrits à Pôle emploi

Plus en détail

Les réformes des retraites de 2010 à 2015 Une analyse détaillée de l impact pour les affiliés et pour les régimes

Les réformes des retraites de 2010 à 2015 Une analyse détaillée de l impact pour les affiliés et pour les régimes Les réformes des retraites de 2010 à 2015 Une analyse détaillée de l impact pour les affiliés et pour les régimes Cindy DUC, Henri MARTIN et Julie TREGUIER Deux publications récentes de la Drees Sommaire

Plus en détail

Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 11 février 2015 à 9 h 30 «La revalorisation des pensions et des droits à la retraite : problématique et résultats de projection» Document N 6 Document

Plus en détail

ÉPREUVE COMPOSÉE TROISIÈME PARTIE : RAISONNEMENT S APPUYANT SUR UN DOSSIER DOCUMENTAIRE

ÉPREUVE COMPOSÉE TROISIÈME PARTIE : RAISONNEMENT S APPUYANT SUR UN DOSSIER DOCUMENTAIRE THÈME : RÉGULATION ET DÉSÉQUILIBRES MACROÉCONOMIQUES ÉPREUVE COMPOSÉE TROISIÈME PARTIE : RAISONNEMENT S APPUYANT SUR UN DOSSIER DOCUMENTAIRE Sujet Ce sujet comporte trois documents. En quoi les politiques

Plus en détail

Note de synthèse. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Note de synthèse. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES «Maintien de la durée d assurance à 40 ans» Document N 1 Document de travail, n engage pas le Conseil Note de synthèse Secrétariat général du Conseil d orientation des

Plus en détail

Budget Citoyen. 9ème édition du Colloque International sur : «La Modernisation de l Administration Publique et la Gouvernance»

Budget Citoyen. 9ème édition du Colloque International sur : «La Modernisation de l Administration Publique et la Gouvernance» Royaume du Maroc MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DU BUDGET 1 Budget Citoyen 9ème édition du Colloque International sur : «La Modernisation de l Administration Publique et la Gouvernance»

Plus en détail

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Indicateur n 8 : Niveau et évolution du coût du travail 1 er sous-indicateur : comparaison du coût du travail au niveau du salaire moyen entre pays

Plus en détail

La soutenabilité des finances publiques après la crise :

La soutenabilité des finances publiques après la crise : La soutenabilité des finances publiques après la crise : quelle contribution de la réforme des retraites? Marie Magnien Stéphane Sorbe Séminaire Fourgeaud Plan de la présentation 1. Définir et mesurer

Plus en détail

Evaluation des finances publiques

Evaluation des finances publiques Evaluation des finances publiques à l occasion du projet de budget pour 2016 et du projet de loi de programmation financière pluriannuelle pour la période 2015-2019 Novembre 2015 Structure de l évaluation

Plus en détail

BILAN DU QUINQUENNAT : LES FINANCES PUBLIQUES

BILAN DU QUINQUENNAT : LES FINANCES PUBLIQUES BILAN DU QUINQUENNAT 2012-2017 : LES FINANCES PUBLIQUES Les notes de l IPP n 27 Avril 2017 Antoine Bozio Sophie Cottet Marion Monnet www.ipp.eu Résumé La maîtrise du déficit public était clairement affichée

Plus en détail

Impact macro-budgétaire et macro-économique du vieillissement

Impact macro-budgétaire et macro-économique du vieillissement Institut belge des Finances publiques Impact macro-budgétaire et macro-économique du vieillissement Maurice WEBER 25 février 2013 1. Introduction 2. Le coût budgétaire du vieillissement Une comparaison

Plus en détail

Vers l union de stabilité L état de la zone euro

Vers l union de stabilité L état de la zone euro Des chiffres et des faits 06.09.2013 Vers l union de stabilité L état de la zone euro L euro : une monnaie stable Grâce à notre monnaie unique, les prix sont moins sujets à des fluctuations qu à l époque

Plus en détail

La timide reprise de l économie espagnole qui s était enclenchée

La timide reprise de l économie espagnole qui s était enclenchée FICHE PAYS ESPAGNE : CHAMPIONNE DE LA RIGUEUR Département analyse et prévision La timide reprise de l économie espagnole qui s était enclenchée au premier trimestre 2010 a tourné court fin 2011 avec une

Plus en détail

La politique budgétaire 1. Enjeux 2. Théories 3. Politiques

La politique budgétaire 1. Enjeux 2. Théories 3. Politiques La politique budgétaire 1. Enjeux 2. Théories 3. Politiques 1 Enjeux Mesurer la situation des finances publiques: - Etat / Administrations publiques - Déficit financier ou total / primaire - Déficit apparent

Plus en détail

Évolutions et perspectives des retraites en France

Évolutions et perspectives des retraites en France Évolutions et perspectives des retraites en France Rapport annuel du COR Juin 2015 Point presse 11 juin 2015 Contact presse : Anne Sophie Le Guiel Tél. : 01 42 75 65 57 E mail : anne sophie.le guiel@cor

Plus en détail

Un portrait équivoque : la pauvreté chez les personnes âgées au Québec

Un portrait équivoque : la pauvreté chez les personnes âgées au Québec Un portrait équivoque : la pauvreté chez les personnes âgées au Québec Colloque CIQSS-ISQ Le vieillissement démographique : de nombreux enjeux à déchiffrer Guy Fréchet, Ph. D. Centre d étude sur la pauvreté

Plus en détail

Bilan Région Poitou-Charentes

Bilan Région Poitou-Charentes Bilan Région Poitou-Charentes Population au 01/01/2014 1 796 434 Economie PIB 2013 46 622 25 995 Évolution depuis 2000 +0,3% Emploi 2013 Niveau d emploi 690 249 - Évolution depuis 2000 +5,0% Taux de chômage

Plus en détail

1- Compte de résultat 2013 résumé comparaison par rapport à 2012

1- Compte de résultat 2013 résumé comparaison par rapport à 2012 Introduction Les Comptes de l'exercice 2013 font apparaître un résultat net négatif à hauteur de - 4092 soit un niveau très inférieur à celui de l exercice précédent (+1.366 ). Ces variations et évolutions

Plus en détail

RAPPORT PROVISOIRE D EXECUTION DU BUDGET GENERAL DE L ETAT AU PREMIER TRIMESTRE 2012

RAPPORT PROVISOIRE D EXECUTION DU BUDGET GENERAL DE L ETAT AU PREMIER TRIMESTRE 2012 RAPPORT PROVISOIRE D EXECUTION DU BUDGET GENERAL DE L ETAT AU PREMIER TRIMESTRE 2012 L état d exécution provisoire du budget général de l Etat au premier trimestre 2012, se présente comme suit : des recettes

Plus en détail

Perspectives 2020, 2040 et 2060 Le régime de retraite complémentaire des salariés du secteur privé ARRCO

Perspectives 2020, 2040 et 2060 Le régime de retraite complémentaire des salariés du secteur privé ARRCO CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 26 mars 2013 à 14 h 30 «Compléments aux perspectives du système de retraite en 2020, 2040 et 2060 : les projections régime par régime» Document N

Plus en détail

Bilan Guadeloupe. PIB ,2 Md / habitant +3,0% depuis Emploi nd. Taux de chômage ,7% - nd.

Bilan Guadeloupe. PIB ,2 Md / habitant +3,0% depuis Emploi nd. Taux de chômage ,7% - nd. Bilan Guadeloupe Population au 01/01/2014 403 750 habitants Economie PIB 2013 8,2 Md 20 428 / habitant +3,0% depuis 2006 Emploi 2014 123 681 - nd Taux de chômage 2014 23,7% - nd Dépenses 2013 Montant brut

Plus en détail

PERSPECTIVES financières de l Assurance

PERSPECTIVES financières de l Assurance PERSPECTIVES financières de l Assurance chômage 2015-2018 JUIN 2015 SOMMAIRE p 3 SYNTHÈSE p 13 1 SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES ET FINANCIÈRES POUR 2015 ET 2016 1.1

Plus en détail

Note de synthèse. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Note de synthèse. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES «Augmentation de l âge minimum légal de départ en retraite» Document N 1 Document de travail, n engage pas le Conseil Note de synthèse Secrétariat général du Conseil

Plus en détail

ORGANIC (Régime de base)

ORGANIC (Régime de base) CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Document N 3.6 Document de travail, n engage pas le Conseil Septembre 2005 ORGANIC (Régime de base)

Plus en détail

La situation d ensemble des finances publiques (à fin janvier 2015)

La situation d ensemble des finances publiques (à fin janvier 2015) La situation d ensemble des finances publiques (à fin janvier 2015) PRÉSENTATION Le programme de stabilité transmis par la France à la Commission européenne en avril 2014 prévoyait de ramener le déficit

Plus en détail

5) Les prélèvements sur le travail

5) Les prélèvements sur le travail 1 FIPECO, le 07.04.2016 Les fiches de l encyclopédie IV) Les prélèvements obligatoires 5) Les prélèvements sur le travail Les économistes distinguent souvent les prélèvements obligatoires sur la consommation

Plus en détail

Le contexte général. Une situation économique mondiale encore très tendue

Le contexte général. Une situation économique mondiale encore très tendue D.O.B 2014 Introduction La loi du 6 février 1992 dite loi A.T.R. (Administration Territoriale de la République) a créé l obligation, pour les communes de plus de 3500 habitants, d organiser dans les deux

Plus en détail

UN 1 ER SEMESTRE CONTRASTÉ

UN 1 ER SEMESTRE CONTRASTÉ 2015 UN 1 ER SEMESTRE CONTRASTÉ Activité : maintien de l activité Emploi : réduction des effectifs Plus optimistes qu en novembre dernier, les chefs d entreprise anticipent une légère reprise de leur activité

Plus en détail

DE-FRANCE L actualité en 12 graphiques

DE-FRANCE L actualité en 12 graphiques CONJONCTURE ÉCONOMIQUE DE LA RÉGION R GION ILE-DE DE-FRANCE L actualité en 12 graphiques Une reprise incomplète L activité économique mondiale s est renforcée au cours du second semestre de 2013, s installant

Plus en détail

FINANCES ET COMPTES PUBLICS LA SITUATION ET LES PERSPECTIVES DES FINANCES PUBLIQUES

FINANCES ET COMPTES PUBLICS LA SITUATION ET LES PERSPECTIVES DES FINANCES PUBLIQUES FINANCES ET COMPTES PUBLICS LA SITUATION ET LES PERSPECTIVES DES FINANCES PUBLIQUES Synthèse Juin 2015 g AVERTISSEMENT Le présent document est destiné à faciliter la lecture du rapport de la Cour des comptes

Plus en détail

Les ménages sous le seuil de pauvreté dans la Région Provence-Alpes-Côte d Azur

Les ménages sous le seuil de pauvreté dans la Région Provence-Alpes-Côte d Azur Colloque du DROS 10 Octobre 2006 - Document de travail Les ménages sous le seuil de pauvreté dans la Région Provence-Alpes-Côte d Azur La pauvreté «monétaire», mesurée à travers le seul critère du revenu

Plus en détail

Conférence de presse. avec Christian ECKERT, secrétaire d'etat chargé du Budget. sur la situation économique et budgétaire

Conférence de presse. avec Christian ECKERT, secrétaire d'etat chargé du Budget. sur la situation économique et budgétaire MICHEL SAPIN MINISTRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Conférence de presse avec Christian ECKERT, secrétaire d'etat chargé du Budget sur la situation économique et budgétaire en vue de la présentation

Plus en détail

Un budget 2017 au service de l'ensemble de la population burgienne * * *

Un budget 2017 au service de l'ensemble de la population burgienne * * * DEBAT D ORIENTATION BUDGETAIRE 2017 Un budget 2017 au service de l'ensemble de la population burgienne * * * Maîtriser la dépense Réaliser les projets du mandat Promouvoir la solidarité intercommunale

Plus en détail

Evaluation des programmes économiques de François Fillon, Alain Juppé, Bruno Le Maire et Nicolas Sarkozy, candidats à la Primaire de la droite et du

Evaluation des programmes économiques de François Fillon, Alain Juppé, Bruno Le Maire et Nicolas Sarkozy, candidats à la Primaire de la droite et du Evaluation des programmes économiques de François Fillon, Alain Juppé, Bruno Le Maire et Nicolas Sarkozy, candidats à la Primaire de la droite et du centre Fondation ifrap www.ifrap.org Octobre 2016 2

Plus en détail

3) Le montant et l évolution de la dette publique. A) Le montant et la répartition de la dette publique

3) Le montant et l évolution de la dette publique. A) Le montant et la répartition de la dette publique 1 FIPECO le 25.04.2017 Les fiches de l encyclopédie II) Déficit et dette publics, politique budgétaire 3) Le montant et l évolution de la dette publique L expression «dette publique» désigne la dette des

Plus en détail

3) Le montant et l évolution de la dette publique. A) Le montant et la répartition de la dette publique

3) Le montant et l évolution de la dette publique. A) Le montant et la répartition de la dette publique 1 FIPECO le 16.05.2017 Les fiches de l encyclopédie II) Déficit et dette publics, politique budgétaire 3) Le montant et l évolution de la dette publique L expression «dette publique» désigne la dette des

Plus en détail

«Dire la vérité est utile à celui à qui on la dit mais désavantageux à ceux qui la disent, parce qu ils se font haïr.

«Dire la vérité est utile à celui à qui on la dit mais désavantageux à ceux qui la disent, parce qu ils se font haïr. «LA COMPETITIVITE DES ENTREPRISES MISE A MAL PAR 35 ANNEES DE DERIVE DES FINANCES PUBLIQUES QUELLES MESURES PRENDRE? EXEMPLES DE L ALLEMAGNE ET DU DANEMARK» 4 décembre 2015 «Dire la vérité est utile à

Plus en détail

Quelle réforme fiscale pour accélérer le retour de la croissance?

Quelle réforme fiscale pour accélérer le retour de la croissance? Après avoir imposé, en 2011, la compétitivité des entreprises comme un enjeu majeur des politiques publiques, Coe-Rexecode ouvre aujourd hui un nouveau débat sur l'impact de la fiscalité sur la croissance.

Plus en détail

«Les enfants de la récession»

«Les enfants de la récession» Rapport sous embargo jusqu'au 28 octobre 2014, 11 heures «Les enfants de la récession» Impact de la crise économique sur le bien-être des enfants dans les pays riches Messages clés et principales données

Plus en détail

Cercle de lecture. Résumé : Normand Bianchi,

Cercle de lecture. Résumé : Normand Bianchi, Cercle de lecture Forum de discussion sur Facebook : https://www.facebook.com/socialdemocratie Forum de discussion sur http://novabec.com/lecture/ Résumé : Normand Bianchi, http://novabec.com/contact.html

Plus en détail

3) Le montant et l évolution de la dette publique. A) Le montant et la répartition de la dette publique

3) Le montant et l évolution de la dette publique. A) Le montant et la répartition de la dette publique 1 FIPECO le 21.10.2016 Les fiches de l encyclopédie II) Déficit et dette publics, politique budgétaire 3) Le montant et l évolution de la dette publique L expression «dette publique» désigne la dette des

Plus en détail