LES CONTRATS DE GESTION EN BELGIQUE, EXEMPLE D UNE DEJURIDICISATION 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES CONTRATS DE GESTION EN BELGIQUE, EXEMPLE D UNE DEJURIDICISATION 1"

Transcription

1 LES CONTRATS DE GESTION EN BELGIQUE, EXEMPLE D UNE DEJURIDICISATION 1 Maya MARESCHAL Avocate au barreau de Bruxelles La présente contribution vise à apporter quelques éléments de réflexion dans le cadre du séminaire «l Etat doit-il être efficace?». Il s agira, ici, d approcher la question de la déjuridicisation du droit public à travers l exemple de la contractualisation des rapports entre des organismes publics et leur autorité de tutelle ou entre des entités d une administration et celle-ci. La présente contribution s attachera, tout d abord, à présenter la notion de convention de prestation, telle qu elle est envisagée en management public (I). Il s agira, ensuite, d examiner comment l autorité fédérale et les entités fédérées ont intégré les conventions de prestation dans leur droit respectif au nom de l efficacité (II). La question de la nature juridique de cet outil de gestion sera enfin abordée (III) avant de conclure (IV). I. DE L UNILATERALITE A L HORIZONTALITE DANS L ACTION DE L ADMINISTRATION 1. Classiquement, l on enseigne que l action de l administration a toujours été caractérisée par l unilatéralité. L acte unilatéral est l expression juridique d un pouvoir permettant à l autorité de prendre des décisions exécutoires qui produisent directement des effets de droit indépendamment du consentement des particuliers auxquels elles s appliquent. 2 Cette prérogative d action unilatérale constitue l un des privilèges exorbitants par rapport au droit commun dont jouit l autorité publique, et traduit par là même la nature fondamentalement inégalitaire du droit administratif. L action unilatérale permet d imposer des obligations aux particuliers en l absence de leur consentement et implique, de la sorte, une restriction à la liberté des individus. 3 Ce privilège ne peut, cependant, être exercé de manière purement discrétionnaire. Les pouvoirs octroyés à 1 La contribution qui suit est inspirée de l étude «La contractualisation au sein de la sécurité sociale - Les dimensions juridiques des contrats d administration» faite par l auteur à l ULB dans le cadre d un programme de recherche IAU- SPF Sécurité sociale, non publiée à ce jour. 2 FLAMME, M.-A., Droit administratif, t. II, Bruxelles, Bruylant, 1989, p. 331 ; DUPUIS, G., «Définition de l acte unilatéral», in Hommage à Charles Eisenmann, Paris, Cujas, 1975, p PÂQUES, M., De l acte unilatéral au contrat dans l action administrative, Bruxelles, Story-Scientia, 1991, p. 64.

2 l autorité publique ne sont pas des droits dont elle peut jouir en toute liberté. 4 L action de l administration est, partant, soumise au principe de légalité en vertu duquel l autorité publique ne peut agir que dans les limites que lui assignent la Constitution et les lois prises en vertu de celle-ci. 5 L administration doit constamment agir en vue de satisfaire l intérêt général L unilatéralité dans l action administrative n est, cependant, pas exclusive de toute forme de consensualisme. Depuis quelques temps déjà en effet bon nombre de décisions sont prises par les autorités publiques à la suite de procédures qui associent les sujets concernés, en vue de les consulter ou de recueillir leur adhésion. 7 Cette manière de procéder vise à s assurer l efficacité de l action de l administration. Les particuliers dont les intérêts auront été pris en considération dans un processus décisionnel seront davantage enclins à accepter la décision qui s impose à eux. Il peut s agir de situations dans lesquelles l administration dispose d un pouvoir discrétionnaire d appréciation et où les particuliers concernés peuvent tenter de la convaincre d agir dans un sens déterminé. Parfois, certains textes légaux ou réglementaires imposent des concertations, lesquelles constituent alors des formalités substantielles. Ces procédures de concertation et de consultation visent à permettre la prise en compte par l autorité de l intérêt des sujets concernés, mais elles n ôtent pas pour autant à la décision son caractère unilatéral. L autorité garde, juridiquement, le pouvoir du dernier mot. 8 Si dans certaines procédures l administration peut être tenue de prendre en compte le résultat de consultations préalables, elle n est pas contrainte de l intégrer tel quel dans sa décision. Ces procédures ne produisent aucun effet juridique à l égard des destinataires de l acte et ne changent pas la nature de l acte unilatéral. 3. À côté de ces procédés d action unilatérale de type consensuel, s est également développé un mouvement de contractualisation dans l action de l administration. L action administrative se manifeste alors par la conclusion de contrats, de conventions, de protocoles entre les autorités publiques ou entre celles-ci et des acteurs du secteur privé. Ces procédés contractuels constituent un mode de gestion administrative qui se démarque de l action unilatérale en ce sens que l échange de consentement entre chacune des parties à l accord est producteur de droits et d obligations. 9 Le contrat s est ainsi développé tant comme outil d action publique que comme outil de gestion de l administration. 4 n CHEVALLIER, J., «Loi et contrat dans l action publique», Cahier du Conseil constitutionnel, 2004, L article 33 de la Constitution énonce en effet que «Tous les pouvoirs émanent de la Nation. Ils sont exercés de la manière établie par la Constitution» et l article 105 précise encore que «le Roi n a d autres pouvoirs que ceux que lui attribuent formellement la Constitution et les lois particulières portes en vertu de la Constitution». 6 ANDERSEN, R., «Autorité et contrat dans l administration moderne en Belgique», Annuaire européen d administration publique, 1997, p QUERTAINMONT, Ph., «Les nouveaux instruments contractuels utilisés par l Administration et la compétence du juge administratif», T.B.P., 2000, 1, p ANDERSEN, R., op. cit., p. 36 ; PÂQUES, M., o. c., p PÂQUES, M., o.c., p

3 Comme outil d action publique, on peut citer à titre d exemple, les contrats de programme qui, dès les années 1970, ont permis à l Etat de bénéficier d un outil de politique économique d un nouveau genre. Ces conventions qui visent à programmer l évolution des prix à court terme constituent de véritables contrats générateurs de droits et d obligations pour chacune des parties. 10 Dans ce cadre, les entreprises s engagent, pour la durée du contrat, à faire évoluer leurs prix en fonction des paramètres fixés par voie contractuelle. En contrepartie, le ministre compétent soustrait la partie cocontractante au régime autoritaire auquel elle était précédemment soumise et s interdit, pour la durée du contrat, de la replacer sous un tel régime. Néanmoins, une possibilité est également accordée au ministre de recouvrer, si l intérêt général le requiert, son pouvoir d action unilatérale. 11 Un autre exemple, plus récent, est celui des conventions environnementales. Ces conventions passées entre une Région et des organismes représentatifs d entreprises ont pour objet de prévenir la pollution de l environnement, d en limiter ou neutraliser les effets ou de promouvoir une gestion efficace de l environnement. 12 Ces conventions sont obligatoires pour chacune des parties, mais la Région conserve le droit de modifier certains éléments en cas d urgence ou lorsque l intérêt général le requiert ou encore afin de satisfaire à des obligations de droit international ou européen Parallèlement, le contrat s est également développé comme outil de gestion de l administration. Le contrat est en effet de plus en plus utilisé dans le cadre des rapports entre l Etat, les Communautés et les Régions, d une part, et les organismes d intérêt public qui en dépendent, d autre part. Parmi les exemples les plus fréquents, on peut citer les contrats de gestion conclus entre l Etat et les entreprises publiques autonomes, entre la Communauté française et la R.T.B.F., entre la Région de Bruxelles-capitale et la STIB ou encore entre la Communauté flamande et la VRT etc. Ce dernier type de contrat se particularise par son origine conceptuelle. Les contrats de gestion sont, en effet, une application des conventions dites de prestation ou de management dont l utilisation dans les administrations publiques est promue par les tenants de la Nouvelle Gestion Publique (NGP pour la suite). 14 Il se caractérise par l introduction de techniques de 10 ANDERSEN, R., La réglementation des prix en droit belge, Bruxelles, Larcier, 1977, spéc. pp. 217 et 275 et s. ; PÂQUES, M., op. cit., p ; M.-A. FLAMME y voit par contre une forme d action unilatérale avec concertation préalable : «De la réglementation des prix à l économie dirigée», J.T., 1978, pp. 237 et s. 11 ANDERSEN, R., «Le contrat de programme», R.J.D.A., 1975, p Ordonnance du 29 avril 2004 de la Région de Bruxelles-Capitale relative aux conventions environnementales, M.B. du 27 mai 2004 ; Décret du 20 décembre 2001 de la Région wallonne relatif aux convention environnementales, M.B. du 6 février 2002 ; Décret du 15 juin 1994 du Parlement flamand relatif aux conventions environnementales, M.B. du 8 juillet DELGRANGE, X. et DETROUX L., «Les limites constitutionnelles à la privatisation», in sous la dir. de LOMBAERT Bruno, Les partenariats public-privé (PPP) : Un défi pour le droit des services publics, La Charte, Bruxelles, 2005, p et spéc. p. 67 ;, BOCKEN, H. et TRAEST, I., Milieubeleidsovereenkomsten : verslagboek van het colloquium gehouden te Brussel op 14 september 1989 = Conventions sectorielles : instrument de gestion de l'environnement : compte rendu du colloque tenu à Bruxelles le 14 septembre 1989, Story-Scientia, BOUCKAERT, G., VERHOEST, K. et DE CORTE, J., «Public sector performance contracting in Belgium and Flanders», Performance Contracting : Lessons from Performance Contracting Case-studies & A framework for Public Sector Performance Contracting, OCDE-PUMA, Paris, 1999 ; CLUZEL, L., «De la responsabilisation à la responsabilité : l exemple des contrats de service dans les services publics en France», 3

4 management en vue de faire évoluer les structures administratives gouvernées par des règles vers un modèle de structures gouvernées par des résultats. 15 Les administrations doivent donc désormais être performantes et être guidées par des objectifs de qualité et d efficience plus que par le souci de la neutralité et du respect des règles. Dans cette optique, l organisation administrative wébérienne de l Etat-providence axée sur le mode centralisé et hiérarchisé est particulièrement condamnée par la NGP. 16 L obéissance hiérarchique n est pas considérée comme le meilleur moyen d atteindre efficacement les objectifs d une institution. Lorsque le personnel n adhère pas pleinement au projet de la hiérarchie, il existerait une tendance à la création de pouvoirs parallèles freinant l exercice du pouvoir hiérarchique officiel. 17 Le seul moyen d éviter ce phénomène de blocage est l adhésion du personnel au projet institutionnel. Celui-ci, plutôt que d être soumis, doit pouvoir participer à la définition de certains objectifs et des moyens pour les atteindre. Il faut ainsi remplacer les relations purement verticales par des liens de types horizontaux permettant la participation. L évolution vers une administration axée sur les résultats ne peut être réalisée, selon les tenants de la doctrine de la NGP, qu en instaurant, en outre, une distinction organisationnelle entre, d une part, la responsabilité politique destinée à fixer les objectifs politiques et, d autre part, la responsabilité administrative opérationnelle de la réalisation de ces objectifs. 18 En d autres termes, chacun des acteurs doit voir son rôle précisé et délimité : les acteurs politiques doivent se concentrer sur la détermination de «ce qui doit être fait», tandis que l administration est chargée de définir «comment cela doit être fait», elle exécute les objectifs stratégiques et gère les décisions opérationnelles. Dans cette optique, l administration doit se voir accorder une autonomie de gestion tout en étant assurée que le gouvernement n interfère pas dans ses activités opérationnelles. Cet accroissement d autonomie peut se faire en interne, par l instauration d une déconcentration administrative ou par un renforcement de celle-ci, ou en externe par une décentralisation des services. Afin d assurer l effectivité de son autonomie, l administration doit se voir doter de ressources de gestion et du pouvoir décisionnel nécessaire. En contrepartie, elle devient responsable de la réalisation des objectifs de gestion à atteindre. Les tenants de la NGP insistent sur l équilibre P.M.P., vol. 19, mars 2001, n 1, pp. 1 et s. ; POLLIT, Christopher et BOUCKAERT, Geert, Public management reform. A comparative analysis, Oxford University Press, Oxford, 2000, p. 80 ; REICHARD, Ch., «kontraktmanagement Experiences with Internral Management Contracts in German Local Government», Européenan group of public administration, Budapest, août 1996 ; TANQUEREL, Th., «Le contrôle du respect des contrats de prestations en Suisse», Contracts, Performance Measurement and Accountability in the Public Sector, IOS Press, 2005, pp. 115 et s. ; VANCOPPENOLLE, D., LEGRAIN, A., «Le new public management en Belgique : comparaison des réformes en Flandre et en Wallonie», A.P.T., 2003, pp. 112 et s. ; VERHOEST, K., «The Impact of Contractualisation on Control an Accountability in Government-Agency Relations : the case of Flanders (Belgium)», Contracts, Performance Measurement and Accountability in the Public Sector, IOS Press, 2005, pp. 135 et s. 15 MONKS, J., «La nouvelle gestion publique : boîte à outils ou changement paradigmatique?», sous la direction de HUFTY, M., La pensée comptable. Etat, néolibéralisme, nouvelle gestion publique, P.U.F., Paris, 1998, pp HUFTY, M., «Aux racines de la pensée comptable», La pensée comptable. Etat, néolibéralisme, nouvelle gestion publique, P.U.F., Paris, 1998, pp. 19 et 23 et s. 17 MESCHERIAKOFF, A.-S., «Ordre intérieur administratif et contrat», R.F.D.Adm., nov.-déc. 1997, pp ; SCHICK, A., «Opportunité, stratégie et tactique pour la réforme de la gestion publique», in OCDE, Construire aujourd hui l administration de demain, 2001, pp et spéc. p Ibidem ; VARONE, F., «De l irrationalité institutionnelle de la nouvelle gestion publique», sous la direction de HUFTY, M., La pensée comptable. Etat, néolibéralisme, nouvelle gestion publique, P.U.F., Paris, 1998, p

5 entre autonomie et responsabilité : dès lors que les administrations sont responsables de leur travail et de ses conséquences, elles sont supposées travailler avec plus d efficacité et d efficience. Le contrat de prestation constitue, selon les tenants de la NGP, la solution permettant d implémenter les changements préconisés. 19 Cet outil de gestion, établi à la suite d une négociation entre les responsables politiques et administratifs, permet de mieux définir les missions publiques et les moyens dont disposent l administration pour atteindre les objectifs fixés par les décideurs politiques. 20 En outre, il permet également d éviter le danger de la perte de contrôle des unités administratives qui se voient accorder davantage d autonomie. 21 Plus clairement, la convention de prestation, négociée entre le gouvernement et l unité administrative, «précise, à l aide d indicateurs, la quantité et la qualité de ce que l unité s engage à produire. En retour, elle reçoit un budget global, non plus détaillé poste par poste, mais forfaitaire. L unité administrative est libre d utiliser ce budget comme bon lui semble pour produire ce à quoi elle s est engagée de la manière la plus efficiente et efficace possible». 22 Le contrat de prestation est ainsi présenté comme un instrument de clarification des rôles de chacun mais aussi comme un outil de contrôle permettant de vérifier la mesure dans laquelle l administration a atteint les objectifs fixés. Celle-ci devient donc responsable de la réalisation des engagements conventionnels et donc de sa propre performance, soit de son efficacité et de son efficience. Le recours à ce procédé contractuel s est substitué, dans certains cas, aux procédés classiques de contrôle hiérarchique visant à assurer l unité de l appareil étatique. La logique unilatérale et verticale de contrainte fait ainsi place à une logique horizontale et négociée. La contractualisation vise à assouplir les conditions d exercice des différents contrôles pesant sur les organismes publics 23 et est censée, de la sorte, améliorer la performance de l action publique, en responsabilisant les exécutants et en leur donnant une plus grande autonomie de gestion. II. LES CONVENTIONS DE PRESTATION EN DROIT BELGE 5. Les contrat de prestation, ou de performance, peuvent donc être définit succinctement comme des contrats conclus entre, d une part, une autorité publique, et d autre part, son administration ou un organisme de droit public qui en dépend en vue de régler leurs rapports réciproques et de trouver un équilibre entre autonomie et contrôle. 24 Une tendance à la 19 MONKS, J., op. cit., p. 85 ; VANCOPPENOLLE, D., LEGRAIN, A., op. cit., p. 114 ; VARONE, F., op. cit., p VARONE, F., op. cit., p MONKS, J., op. cit., p Ibidem. 23 QUERTAINMONT, Ph., «Les objectifs de la loi du 21 mars 1991 : du desserrement de l étreinte étatique à l émergence de nouveaux critères de gestion des entreprises publiques», Les entreprises publiques autonomes La nouvelle loi du 21 mars 1991, Bruxelles, Bruylant, 1992, p. 65 et s. 24 QUERTAINMONT, Ph., «Les nouveaux instruments contractuels», op. cit, pp

6 généralisation de l utilisation de tels contrats se dessine très nettement en droit belge avec l intégration des contrats de gestion, et ce tant au sein des instances fédérales que des entités fédérées. L aperçu qui suit tend à présenter la manière dont l autorité fédérale et les entités fédérées ont chacune intégré l outil du contrat de gestion dans leur arsenal juridique. L exposé ne prétend nullement faire un inventaire exhaustif de tous les régimes de contrat de gestion existant en droit belge. Seules les grandes tendances au sein de l autorité fédérale et des entités fédérées seront d abord présentées (A). Quelques éléments de comparaison seront ensuite abordés (B). A. Aperçu par entité 1. L autorité fédérale 6. La loi du 21 mars 1991 portant réforme de certaines entreprises publiques économiques 25 a, sans conteste, initié le processus de contractualisation de la tutelle en Belgique. Cette législation a introduit en droit belge un nouveau régime applicable aux organismes d intérêt public à caractère économique qui étaient anciennement soumis à la loi du 16 mars 1954 relative au contrôle de certains organismes d intérêt public. Il s agit plus particulièrement des entreprises du secteur des transports et des télécommunications, à savoir la Régie des télégraphes et des téléphones (devenue «Belgacom») 26, la Régie des postes (devenue «La Poste»), la Société nationale des chemins de fer belges (devenue Le Groupe SNCB réunissant la «SNCB Holding», «Infrabel», la «Société nationale des Chemins de fer belges» ainsi que le «Fonds des infrastructures ferroviaires») et la Régie des voies aériennes (devenue Belgocontrol). Le nouveau dispositif a été justifié à l époque par la nécessité pour les entreprises visées par la loi de faire face au développement rapide de la concurrence du secteur privé et à l achèvement du grand marché européen. 27 Le législateur de 1991 a donc entendu poursuivre un double objectif : assurer la compétitivité des entreprises publiques agissant désormais dans des secteurs ouverts à la concurrence, d une part, et améliorer les conditions dans lesquelles elles exercent leurs missions de service public, d autre part. La réforme a, de la sorte, établi un nouveau régime juridique censé constituer un juste équilibre entre les obligations de contrôle sur les entreprises publiques et en particulier sur la réalisation des missions de 25 M.B. du 27 mars Il faut, toutefois, noter qu en ce qui concerne Belgacom, le mécanisme du contrat de gestion a été fortement modifié par la loi du 19 décembre 1997 modifiant la loi du 21 mars 1991 portant réforme de certaines entreprises publiques économiques afin d adapter le cadre réglementaire aux obligations en matière de libre concurrence et d harmonisation sur le marché des télécommunications découlant des décisions de l Union européenne (M.B. du 30 décembre 1997). 27 Projet, Doc. parl., Chambre, n 1287/1, pp

7 service public, et le degré d autonomie de gestion qui leur était nécessaire pour réaliser leur objet social de la manière la plus performante possible. 28 Ce faisant, le législateur de 1991 a intégré, pour la première fois en droit belge, le contrat de gestion comme un outil destiné à permettre l autonomisation de certaines entreprises publiques par rapport à leur autorité de tutelle. Cet instrument de gestion s inscrit dans le cadre d un ensemble de mesures destinées à répartir les responsabilités entre l Etat et les gestionnaires des entreprises publiques, telles que l allègement de la tutelle, l installation d organes propres et indépendants, l octroi d une plus grande responsabilité managériale en matière de gestion financière et de gestion du personnel. 29 Le contrat de gestion est, selon la loi, la convention conclue entre l Etat et l entreprise publique concernée qui «fixe les règles et conditions spéciales selon lesquelles une entreprise publique autonome exerce les missions de service public qui lui sont confiées par la loi». 30 Le contrat de gestion ne concerne que les missions de service public de l entreprise publique autonome (EPA). Celle-ci peut entreprendre librement toutes autres activités industrielles ou commerciales compatibles avec son objet social. Elle dispose pour les activités non réglées par le contrat d une large autonomie tarifaire, mais ne bénéficie d aucun privilège et est soumise à la concurrence normale du secteur privé. 31 La loi fixe le contenu du contrat de gestion et distingue les matières qui doivent obligatoirement être réglées par les parties (tâches de l EPA en vue de l exécution de ses missions légales, principes tarifaires, règles de conduite vis-à-vis des usagers, les relations financières entre l Etat et l entreprise publique autonome, les sanctions, etc) des matières qui peuvent facultativement compléter le dispositif (les matières d'intérêt économique stratégique, les objectifs relatifs à la structure financière de l'entreprise publique, la répartition des bénéfices nets et la fixation d'un montant des opérations immobilières que le ministre de tutelle doit approuver, etc). L autorité de tutelle sera désormais chargée de contrôler le respect par l EPA de la loi, des statuts et du contrat de gestion. Dans le cadre des activités non couvertes par le contrat de gestion, le contrôle de tutelle générale est limité au respect de la loi et des statuts. 32 Le contrat de gestion constitue de la sorte un instrument de management visant à assurer la performance, à savoir l efficience et l efficacité, de la gestion du service public concerné en agissant sur la conduite de l entreprise, la manière dont elle doit exercer ses missions légales Pour plus de détails, voy. : Les entreprises publiques autonomes La nouvelle loi du 21 mars 1991, Actes de la journée d études organisée à l Université Libre de Bruxelles le 23 octobre 1991, Bruxelles, Bruylant, 1992 ; MATHIJS, H., «De federale overheidsbedrijven : een analyse van de Wet van 21 maart 1991», T.B.P., 2000, pp ; NUCHELMANS, D. et PAGANO, G., «Les entreprises publiques autonomes», C.R.I.S.P., n ; QUERTAINMONT, Ph., «Les entreprises publiques autonomes - Bilan de l application de la loi du 21 mars 1991», R.D.C., 1996, p NUCHELMANS, D. et PAGANO, G., op. cit., p Article 3 de la loi du 21 mars PAGANO, G., «Les contrats de gestion des entreprises publiques autonomes», in Les fonctions collectives dans une économie de marché, Xème Congrès des économistes belges de langue française, Centre interuniversitaire de formation permanente, Mons, 1992, p Art. 23 de la loi du 21 mars DRUMAUX, A., «Notes préliminaires sur les contrats de gestion», op. cit., p

8 7. Depuis lors, l autorité fédérale a multiplié l utilisation du contrat de gestion avec d autres organismes d intérêt public qui n interviennent cependant pas toujours dans un domaine soumis à la concurrence. La contractualisation intervenue pour les EPA s est faite de manière la plus extensive en ce sens que l autonomisation accordée à ces entreprises va audelà des aspects purement opérationnels ou administratifs. Les EPA sont en effet libres de définir les objectifs de gestions en tant que tels. Chacun de des contrats de gestion établi pour d autres organismes publics ne s accompagne donc pas nécessairement de l ensemble des mesures d autonomisation adoptées en 1991 pour les entreprises publiques autonomes. Ainsi, le législateur fédéral a, pour l essentiel, intégré le contrat de gestion pour les Institutions publiques de sécurité sociale (pour lesquelles le législateur a préféré le terme de «contrat d administration» en raison du fait qu il ne porte que sur la gestion administrative quotidienne des IPSS sans régler ni les conditions d octroi des allocations sociales, ni les conditions de perception des cotisations, ces domaines continuant à relever de la compétence exclusive du pouvoir politique) 34, la Coopération Technique Belge, 35 la Loterie Nationale, 36 le Palais de Beaux-Arts, 37 l agence Apetra, société anonyme de droit public à finalité sociale chargée de la détention et gestion des stocks obligatoires de pétrole et de produits pétroliers 38, et A.S.T.R.I.D., la société anonyme de droit public chargée de la constitution, l'exploitation, l'entretien et les adaptations et élargissements évolutifs d'un réseau de radiocommunications pour la transmission de voix et de données au bénéfice des services belges de secours et de sécurité, de la Sûreté de l'etat et d'institutions, sociétés ou associations, de droit public ou privé, qui fournissent des services dans le domaine des secours et de la sécurité En Région de Bruxelles-Capitale 8. Le processus de contractualisation a été initié en Région de Bruxelles-Capitale en même temps qu au niveau fédéral pour les entreprises publiques autonomes. L ordonnance bruxelloise du 22 novembre 1990 relative à l organisation des transports en commun dans la 34 Article 47 de la loi du 26 juillet 1996 portant modernisation de la sécurité sociale et assurant la viabilité des régimes légaux des pensions (M.B. du 1 er août 1996) et l arrêté royal du 3 avril 1997 portant des mesures en vue de la responsabilisation des institutions publiques de sécurité sociale (M.B. du 30 avril 1997). 35 Deux lois du 21 décembre 1998 règlent la question et ont été publiées au M.B. du 30 décembre L une d elles règle uniquement la question de la nature juridique du contrat de gestion en précisant qu il ne constitue pas un acte ou un règlement visé à l article 14 des lois coordonnées sur le Conseil d Etat et que toutes ses clauses sont réputées contractuelles. 36 Loi du 19 avril 2002 relative à la rationalisation du fonctionnement et de la gestion de la Loterie Nationale, article 14 à 17, M.B. du 4 mai Loi du 7 mai 1999 portant création du Palais des Beaux-Arts sous la forme d'une société anonyme de droit public à finalité sociale et modifiant la loi du 30 mars 1995 concernant les réseaux de distribution d'émissions de radiodiffusion et l'exercice d'activités de radiodiffusion dans la région bilingue de Bruxelles- Capitale, M.B. du 20 août Loi du 26 janvier 2006 relative à la détention des stocks obligatoires de pétrole et des produits pétroliers et à la création d'une agence pour la gestion d'une partie de ces stocks et modifiant la loi du 10 juin 1997 relative au régime général, à la détention, à la circulation et aux contrôles des produits soumis à accises, M.B. du 13 février Loi du 8 juin 1998 relative aux radiocommunications des services de secours et de sécurité, M.B. du 13 juin

9 Région de Bruxelles-Capitale 40 prévoit qu un contrat de gestion doit être conclu entre la Région et la Société régionale (la STIB). La loi du 21 mars 1991 et l ordonnance bruxelloise ne procèdent cependant pas de la même approche. Alors que la démarche fédérale a consisté à accorder une autonomie de gestion aux organismes désignés et à faire sortir ceux-ci du champ d application de la loi du 16 mars 1954, la démarche bruxelloise a davantage reposé sur la création d une nouvelle entreprise et sur l établissement unilatéral par l autorité des missions de l entreprise dans un cahier des charges avant la négociation et, ensuite, la conclusion d un contrat de gestion. 9. A la suite de l ordonnance du 22 novembre 1990 propre à la STIB, l utilisation du contrat de gestion s est multipliée dans les rapports entre le Gouvernement bruxellois et d autres organismes d intérêt public bruxellois, tels que la Société de développement pour la 43 Région de Bruxelles-Capitale (SDRB), l Office régional bruxellois de l emploi (l ORBEM), 44 la Société de logement de la Région de Bruxelles-Capitale (SLRB), 45 la Société bruxelloise pour la gestion de l eau (SBGE), 46 et le Port de Bruxelles 47. Tout comme la législation fédérale, aucune ordonnance-cadre ne fixe des règles uniformes pour les contrats de gestion. Chacune des ordonnances organiques règle ainsi l intervention d un contrat de gestion entre l organisme public concerné et le Gouvernement bruxellois. De manière générale, ces dispositions se contentent de fixer, à peu de chose près, le contenu minimum du contrat, sa durée et la compétence du Gouvernement pour régler unilatéralement la matière en cas d absence ou de non-renouvellement du contrat de gestion, voire dans certains cas la communication du contrat au Parlement bruxellois. La procédure particulière de conclusion du contrat de gestion de la STIB impliquant l existence d un cahier des charges établi unilatéralement par l autorité bruxelloise n a toutefois pas été reprise dans les autres ordonnances. 3. En Communauté française 10. Le législateur de la Communauté française a, pour la première fois, intégré l outil du contrat de gestion en réglant le statut de la R.T.B.F. Le décret du 14 juillet 1997 portant statut de la Radio Télévision belge de la Communauté française organise un statut spécifique pour 40 M.B. du 28 novembre DRUMAUX, A., «Notes préliminaires sur les contrats de gestion dans les entreprises publiques», in Liber Amicorum Henry Vander Eycken, 1991, V.U.B., p Article 2 de l ordonnance du 22 novembre Ordonnance de la Région de Bruxelles-Capitale du 20 mai 1990 relative à la Société de développement pour la Région de Bruxelles-Capitale, M.B. du 29 juillet Ordonnance de la Région de Bruxelles-Capitale du 18 janvier 2001 portant organisation et fonctionnement de l Office régional bruxellois de l emploi, M.B. du 13 avril Ordonnance de la Région de Bruxelles-Capitale du 17 juillet 2003 portant le code du logement, M.B. du 9 septembre Ordonnance de la Région de Bruxelles-Capitale du 20 octobre 2006 établissant un cadre pour la politique de l eau, M.B. du 3 novembre Ordonnance de la Région de Bruxelles-Capitale du 3 décembre 1992 relative à l exploitation et au développement du canal, du port, de l avant-port et de leurs dépendances dans la Région de Bruxelles-Capitale ; HUYGENS Ch., Les contrats de gestion : un facteur de performance pour les entreprises publiques de la région de Bruxelles-Capitale?, Les cahiers des sciences administratives, Bruxelles, Larcier, n 12/

10 l entreprise et la soustrait au régime de la loi du 16 mars 1954 auquel elle était soumise jusqu alors. Ce faisant, le législateur communautaire s est directement inspiré de la loi du 21 mars 1991 et a, selon ses propres termes, réellement entendu créer «une entreprise publique autonome». 48 L objectif de cette législation vise, entre autres, à renforcer «l autonomie de gestion» de la R.T.B.F. en lui «donnant la capacité d intervenir plus efficacement dans des initiatives rentables pour l entreprise mais limitée par un contrat de gestion fixant les obligations de service public». 49 Le processus de contractualisation en Communauté française est marqué par deux tendances distinctes. La première, qui concerne la R.T.B.F., a consisté à sortir l organisme du champ d application de la loi du 16 mars 1954 et à le soumettre à un contrat de gestion en vue de créer une sorte d entreprise publique autonome et de la rendre compétitive dans un secteur également ouvert à la concurrence. La seconde, qui concerne les autres organismes, a maintenu ceux-ci sous le régime de contrôle de la loi du 16 mars 1954 et les a parallèlement soumis à un contrat de gestion en vue d améliorer leur mode de gestion. Le législateur décrétal a ainsi étendu l utilisation du contrat de gestion à d autres paracommunautaires tels que l ETNIC (Entreprise publique des Technologies Nouvelles de l Information et de la Communication de la Communauté française), 50 l ONE (Office de la Naissance et de l Enfance) 51 ou le Fonds Ecureuil (organisme d intérêt public créé par le décret du 20 juin 2002) En Région wallonne 11. En Région wallonne, le contrat de gestion a, dans un premier temps, été intégré dans des décrets particuliers relatifs à certains «pararégionaux». Le législateur régional a, ensuite, élaboré une législation cadre. Deux décrets adoptés le 12 février 2004 relatifs au contrat de gestion et aux obligations d information prévoient la conclusion de contrats de gestion avec certains organismes publics. De manière générale, ces décrets visent à mettre en place un cadre formalisé qui précise les règles et mécanismes de définition des missions, d évaluation de l accomplissement de celles-ci, d autonomie et de contrôle des organismes concernés. L objectif annoncé tend à garantir un service public plus efficient, transparent tant à l égard de la Région wallonne en sa qualité d autorité publique, de pouvoir subsidiant, d actionnaire ou encore de mandant, qu à l égard du bénéficiaire du service public (citoyen, utilisateur, entreprise, etc.). Plus particulièrement, les dispositions relatives aux contrats de gestion visent «à clarifier, non seulement le cadre et le rôle du contrat de gestion, mais également l autonomie et la responsabilité des organismes concernés en tenant compte de l expérience 48 Doc. Cons. Com. fr., , n 104-1, p Doc. Cons. Com. fr., , n 104-1, p Décret du 27 mars 2002 portant création de l Entreprise publique des Technologies Nouvelles de l Information et de la Communication de la Communauté française, M.B. du 17 mai Décret du 17 juillet 2002 portant réforme de l Office de la Naissance et de l Enfance, M.B. du 2 août Organisme d intérêt public créé par le décret du 20 juin 2002 et soumis au contrat de gestion par le décret du 9 janvier 2003 relatif à la transparence, à l autonomie et au contrôle des organismes publics, des sociétés de bâtiments scolaires et des sociétés de gestion patrimoniale qui dépendent de la Communauté française, M.B. du 21 février

11 acquise de plus de dix années de contractualisation en Région wallonne». 53 Les décrets visent donc à redéfinir en profondeur le cadre du contrat de gestion avec pour ambition de rendre plus performante et plus transparente la gestion des organismes qui ont conclu un tel contrat avec le Gouvernement wallon. Selon l exposé des motifs, le contrat de gestion constitue «un rouage de l action publique qui se situe entre, d une part, la décision politique et son cadre réglementaire, et, d autre part, la gestion autonome et le responsable d un organisme». 54 Le premier des deux décrets est adopté par le Parlement wallon dans le cadre de l exercice des compétences régionales et s applique aux organismes publics repris sur les listes établies aux articles 3 et 4. Seuls ceux visés à l article 3 se voient appliquer les dispositions relatives aux contrats de gestion. Figurent dans cette liste les organismes publics wallons qui disposent «d une autonomie véritable et suffisante». 55 Sont ainsi exclus du champ d application du décret les organismes personnalisés ne disposant que d un très faible degré d autonomie, comme les régies personnalisées et les fonds, pour lesquels le Gouvernement wallon assure directement la gestion et dispose à leur égard d un pouvoir hiérarchique. Parmi la liste des organismes d intérêt public concernés, figurent certains organismes soumis au régime de la loi du 16 mars 1954, comme le Port autonome de Charleroi, ceux de Liège et de Namur, ainsi que l Office Wallon de la Formation Professionnelle et de l Emploi. D autres organismes non soumis à la loi de 1954 sont également visés, telle l Agence wallonne à l Exportation. Par ailleurs, parmi l ensemble de ces organismes, certains disposaient déjà, au moment de l adoption du décret de 2004, d un contrat de gestion, d autres pas encore. Le second décret du 12 février 2004 concerne les compétences exercées par la Région wallonne en application de l article 138 de la Constitution, à savoir celles qui lui ont été transférées par la Communauté française en Il s applique dès lors à des organismes compétents en matière culturelle ou personnalisable, tels l Institut wallon de formation en alternance et des indépendants et des petites et moyennes entreprises ou l Agence wallonne pour l intégration des personnes handicapées. 5. En Flandre 12. Le contrat de gestion est également un instrument fort utilisé par les autorités flamandes. C est sans aucun doute au nord du pays que la contractualisation a été intégrée de la manière la plus aboutie au regard de la doctrine de la NGP. Le décret cadre de politique administrative du 18 juillet généralise la conclusion d un tel contrat entre la Communauté et les organismes qui en dépendent. Il étend ainsi une 53 Doc. parl. Wal., , n et p Ibidem. 55 Ibidem, p V. décret du 7 juillet 1993 du Conseil régional wallon relatif au transfert de l exercice de certaines compétences de la Communauté française à la Région wallonne, M.B. 10 septembre 1993 et décret du 19 juillet 1993 du Conseil de la Communauté française attribuant l exercice de certaines compétences de la Communauté française à la Région wallonne et à la Commission communautaire française, M.B. du 10 septembre M.B. du 22 août

12 pratique de contractualisation que le Gouvernement flamand avait déjà entamée avec plusieurs pararégionaux. 59 Plus particulièrement, ce décret prévoit que des contrats de gestion doivent désormais être conclus entre la Communauté flamande et l ensemble des agences autonomisées internes et externes. Les agences autonomisées internes sont des services issus de la déconcentration et restent soumis à l autorité hiérarchique du Gouvernement. 60 Les agences autonomisées externes, par contre, visent toute une série d organismes ou d entreprises issus de la décentralisation par service. 61 Il s agit d organismes qui, soit sont créés par la Communauté ou la Région flamande en vue de «l accomplissement de tâches de mise en œuvre de la politique ou dans laquelle ces autorités participent dans ce but», soit subissent «une influence déterminante» de la Communauté ou de la Région flamande en raison de leur financement public, de leur soumission au contrôle public ou de la composition de leur actionnariat. 62 Une distinction est établie entre les agences autonomisées externes de droit public et les agences autonomisées externes de droit privé. 63 Seules ces dernières ne doivent pas conclure de contrat de gestion avec la Communauté flamande. La généralisation de l utilisation du contrat de gestion en Communauté flamande s est faite de manière relativement novatrice. En effet, jusqu alors, de tels contrats étaient conclus avec des organismes publics issus de la décentralisation par service, dotés de la personnalité juridique et bénéficiant d une autonomie de gestion. Le décret du 18 juillet 2003 prévoit que la Communauté flamande conclut des contrats de gestion avec les agences autonomisées internes. Or, bien que bénéficiant d une certaine autonomie, ces agences restent soumises à l autorité hiérarchique du ministre. 64 De même, parmi les agences autonomisées internes qui doivent conclure un contrat de gestion, certaines sont dépourvues de la personnalité juridique. 65 Si la contractualisation avec des services administratifs déconcentrés a déjà été mise en œuvre dans des pays comme la France, 66 l Allemagne 67 ou la Suisse, 68 elle présente un caractère 58 BERCKX, P., «Kroniek De vlaamse homogene beleidsdomeinen en de opriching van vlaamse IVA s en EVA s», T.B.P., 2004, liv 8, p. 488 ; «Kroniek Statuten overheidsdiensten», T.B.P., 2005, liv 2, p. 95 ; VEROEST, K., «The impact of contractualisation on», op. cit., pp Il s agit du Vlaamse Dienst voor Arbeidsbemiddeling en Beroepsopleiding (VDAB), la Vlaamse Vervoersmaatschappij (VVM), le Vlaams Instituut voor Technologische Onderzoek (VITO), la Vlaamse Radio en Televisie (VRT) et le Vlaamse Opera (VLOPERA). L utilisation d un contrat de gestion résultait des décrets organiques de chacun de ces para-régionaux, sauf pour le VDAB pour lequel la contractualisation était dépourvue de base légale. 60 Doc. parl. fl., Projet, , n 1642, p Ibidem. 62 Article 11 du décret. 63 Selon l article 29 du décret, les agences autonomisées externes de droit privé sont les personnes morales visées à l article 11, dont la forme juridique correspond complètement aux dispositions impératives du droit privé des sociétés ou des associations. 64 Articles 7 et 10, 4, du décret. 65 L article 10 du décret prévoit que des agences autonomisées internes dotées de la personnalité juridique sont des personnes morales chargées de tâches de mise en œuvre de la politique, qui sont soumises à l'autorité du Gouvernement flamand mais qui disposent d'une autonomie opérationnelle telle que visée à l'article 7. Ces agences sont dotées de la personnalité juridique sont créées par décret. 66 CLUZEL, L., «De la responsabilisation à la responsabilité : l exemple des contrats de service dans les services publics en France», P.M.P., vol. 19, mars 2001, n 1, pp REICHARD, Chr., «kontraktmanagement Experiences with Internral Management Contracts in German Local Government», Européenan group of public administration, Budapest, août 1996, pp

13 innovant en Belgique. Cette forme de contractualisation poussée se situe dans la droite ligne des préceptes de la Nouvelle Gestion Publique qui postulent le passage d une organisation hiérarchique et verticale vers une structure organisationnelle davantage horizontale et axée sur les résultats. 69 B. Quelques éléments de comparaison 13. L aperçu des quelques régimes de contrat de gestion que l on vient de donner démontre que la contractualisation s est largement généralisée au sein des différentes entités de la Belgique fédérale. Parmi ces régimes, certains points communs peuvent être relevés. Tout d abord, l objet de l ensemble de ces conventions porte sur la manière dont l organisme public va exécuter ses missions légales de service public. Les textes fixent avec des degré de précision variable le contenu des contrats et leur mode de conclusion et de renouvellement. Tous les textes évoqués plus haut prévoient également qu en vue d assurer la continuité du service public, le gouvernement fixe unilatéralement les mesures provisoires qui valent comme contrat de gestion à défaut d accord entre parties sur un nouveau contrat. Au titre des points communs, l on relèvera également que la plupart des contrat de gestion doivent fixer les objectifs quantifiés de gestion et contenir des règles relatives aux rapports financiers entre les parties à l accord, des règles de conduite à l égard des usagers, des systèmes de sanctions en cas de non-respect des engagements. Ensuite, les contrats de gestion n entrent en vigueur qu après leur approbation par le gouvernement et à une date fixée par celui-ci. Un mode de publicité doit être organisé pour chacune d elles. En outre, les différents régimes tendent à permettre aux Parlements d exercer leur mission de contrôle en prévoyant soit une simple communication des contrats approuvés, soit, l évaluation de leur exécution, soit leur association à la procédure d élaboration des contrats. Enfin, la plupart des régimes, à l exception des législations bruxelloises, font référence au droit commun des contrats civils en précisant que les clauses résolutoires expresses sont réputées non écrites et que l article 1184 du Code civil ne s applique pas au contrat de gestion. On peut également parfois lire que la partie envers laquelle un engagement n est pas respecté ne peut uniquement solliciter l exécution en nature, ou le cas échéant une indemnisation, sans préjudice de l application des sanctions spécifiques prévues dans le contrat. 68 TANQUEREL, T., «Le contrôle du respect des contrats de prestations en Suisse», Contracts, Performance Measurement and Accountability in the Public Sector, IOS Press, 2005, pp MONKS, J., op. cit., pp ; MESCHERIAKOFF, A.-S., op. cit., pp

14 14. Malgré ces similitudes, des dissemblances importantes existent entre chacun des régimes et peuvent être de nature à influencer la nature des conventions. Plusieurs différences importantes peuvent, en effet, être relevées. Tout d abord, l utilisation de tels contrats de gestion vise de manière générale à établir un équilibre entre, d une part, l intervention et le contrôle des autorités publiques et, d autre part, l autonomie des organismes publics concernés. Toutefois, le degré d autonomie accordé à l organisme cocontractant varie d un régime à l autre de manière significative. Ainsi, l une des innovations importantes de la loi du 21 mars 1991 relative aux EPA consistait à alléger les modes de contrôle et de tutelle en vue d assurer l autonomisation des entreprises publiques autonomes. La conclusion d un contrat de gestion par les entreprises publiques économiques a impliqué leur retrait du champ d application de la loi du 16 mars 1954 et l octroi corrélatif d une large autonomie par une limitation des pouvoirs de l autorité de tutelle qui peut se résumer de la manière suivante. Tout d abord, les entreprises publiques autonomes sont soumises au contrôle de leur ministre de tutelle, lequel est exercé à l intervention d un commissaire de gouvernement. Les entreprises ne sont ainsi plus soumises au lien hiérarchique qui caractérisait, pour certaines, leurs rapports avec l Etat et qui avait pour conséquence de les placer dans un lien de dépendance directe avec l Etat en matière d investissements, de tarifs et de politique du personnel. 70 Le rapport hiérarchique a de la sorte été remplacé par «un lien contractuel concrétisé par un contrat de gestion négocié». 71 Ensuite, la loi du 21 mars 1991 a supprimé, comme critère justifiant l exercice de la tutelle, le contrôle de la conformité à l intérêt général et l a remplacé, pour ce qui concerne les activités de service public, 72 par le contrôle de la conformité au contrat de gestion. Les commissaires de gouvernement ne peuvent, pour ces activités là, exercer un contrôle sur les décisions de l entreprise qu au regard de leur conformité à la loi, aux statuts organiques de l entreprise et au contrat de gestion. 73 Le champ du contrôle de tutelle est ainsi plus restreint. Le commissaire du gouvernement ne peut intervenir sur ce qui est étranger au contrat de gestion et donc au service public. Le contrôle ne pourra s exercer sur le choix des moyens à mettre en œuvre pour réaliser les missions de service public ou sur la fixation des moyens et objectifs dans la sphère commerciale. 74 Mais surtout, le contrôle est objectivé. Les aléas d une appréciation purement discrétionnaire de l intérêt général, et donc variable en fonction des fluctuations politiques, sont censés ne plus peser sur l entreprise publique La Poste et Belgacom étaient, antérieurement, rangées parmi les parastataux de type A et, bien que disposant de la personnalité juridique, ces organismes étaient soumis au pouvoir hiérarchique du ministre dont il relèvaient et étaient logiquement gérés par ce ministre. 71 QUERTAINMONT, Ph., «Les entreprises publiques autonomes Bilan», op. cit., p Pour rappel, le contrôle de l autorité de tutelle sur les activités étrangères au service public est limité au respect de la loi et des statuts. 73 Articles 23 et 24 de la loi. 74 MEUNIER, B., «Le contenu et les objectifs de la loi du 21 mars 1991 portant réforme de certaines entreprises publiques économiques», in Les entreprises publiques autonomes, op. cit., p. 59 ; voir, toutefois, les nuances apportées sur ce point par DEOM, D. : «Les contraintes», op. cit., pp DEOM, D., «Les contraintes», op. cit. p

15 De plus, la troisième innovation consiste dans la suppression de la tutelle de substitution. Si le Ministre de tutelle ou le commissaire du gouvernement peut encore requérir l entreprise publique de délibérer sur toute question que l un ou l autre détermine, il ne peut plus délibérer en lieu et place de l entreprise lorsque celle-ci n obtempère pas. Les entreprises publiques autonomes disposent, enfin, d une large autonomie budgétaire. Elles échappent à l organisation budgétaire relevant du système de la comptabilité publique 76 et décident librement de l étendue, des techniques et des conditions de leur financement, sous réserve de ce qui est éventuellement prévu dans le contrat de gestion. 77 Si ce régime de tutelle a sans conteste inspiré les modes de contrôle des autres organismes fédéraux concernés par un contrat de gestion, il n a toutefois pas été repris dans sa globalité. A titre d exemple, l on peut citer le cas des contrats d administration des IPSS (Institutions publiques de sécurité sociale). Alors que le contrat d administration est devenu un critère de contrôle de l autorité de tutelle, celle-ci continue à vérifier si les actes des IPSS sont conformes à l intérêt général. De même, le contrôle de substitution de l article 23 de la loi 16 mars 1954 a été repris tel quel dans la réglementation relative à ces institutions D autres organismes qui concluent un contrat de gestion, tels la STIB à Bruxelles ou encore l ONE ou l ETNIC en Communauté française, ne bénéficient pas d un allègement des contrôles de tutelle. En effet, soit ceux-ci continuent à relever du champ d application de la loi du 16 mars 1954, soit leur statut propre maintient la tutelle d opportunité portant sur le respect de l intérêt général 79, voire ajoute d autres critères permettant une intervention discrétionnaire de l autorité de tutelle, tel le respect «des principes de bonne gestion» prévu par le décret relatif à l Agence wallonne à l exportation. 80 Le décret flamand du 18 juillet 2003 prévoit également que les délégués du Gouvernement contrôle le respect de «l intérêt public» Ensuite, il est généralement prévu que les contrats de gestion sont conclus à la suite d une négociation entre l autorité et l organisme concerné. 82 Toutefois, tel n était pas le cas pour les organismes relevant de la Région wallonne, laquelle a organisé un mode d élaboration unilatérale du contrat de gestion. La particularité des contrats de gestion régis par les décrets du 12 février 2004 réside dans l unilatéralisme qui caractérise la procédure de conclusion. Le contrat de gestion wallon ne résulte pas d une réelle négociation entre la Région et l organisme concerné. 76 NUCHELMANS, D. et PAGANO, G., op. cit., p ; QUERTAINMONT, Ph., «Les entreprises publiques autonomes Bilan», op. cit., p Arrêté royal du 3 avril 1997 précité, articles 23, 24 et Il en va ainsi des organismes soumis au décret cadre wallon du 12 février 2002 précité. 80 Décret du 2 avril 1998 portant création de l Agence wallonne à l exportation, M.B. du 10 avril 1998, article Article 23 du décret. 82 À titre d exemple, voy. l article 4 de la loi du 21 mars 1991 pour les EPA, l article 7 de l arrêté royal du 23 avril 1997 pour les IPSS, l article 16 de la loi du 21 décembre 1998 pour la CTB, l article 9, 3bis, du décret du 14 juillet 1997 pour la RTBF, l article 26 du décret du 17 juillet 2002 pour l ONE. 15

16 Il est en effet prévu que préalablement à la rédaction du projet de contrat de gestion, le Gouvernement, en concertation avec l'organisme, à l'intervention de son organe de gestion, procède à l'évaluation du fonctionnement et de l'état du service public dont est chargé l'organisme. Cette évaluation doit comporter les aspects relatifs au contexte économique, social et environnemental dans lequel travaille l'organisme, aux perspectives d'avenir du secteur d'activité, à la satisfaction des usagers et, le cas échéant, une analyse des effets du contrat de gestion précédent. Il est, également précisé à ce propos, que lors du renouvellement du contrat de gestion, le Gouvernement procède lui-même, en concertation avec l'organisme l'intervention de son organe de gestion, à l'évaluation du fonctionnement du service public. Le Gouvernement doit ensuite adopter, sur proposition du Ministre de tutelle, une note d'orientation déterminant les lignes directrices du projet de contrat de gestion. Dans le respect de cette note d'orientation, le Ministre de tutelle établit un projet de contrat de gestion en tenant compte de l'évaluation précitée. Ce projet est soumis pour concertation à l'organisme, à l'intervention de son organe de gestion. Le contrat de gestion est, ensuite, approuvé par le Gouvernement et par l'organe de gestion. Dans le mois de sa conclusion, le Gouvernement transmet le contrat de gestion au Conseil régional wallon et le publie au Moniteur belge. Cette procédure maintient le pouvoir d établissement du contenu du contrat dans les mains du Gouvernement. C est, en effet, ce dernier qui établit le projet de contrat de gestion, lequel sera soumis, ensuite, pour concertation, et non pour négociation, à l organisme concerné Toujours au sujet de la formation du contrat, la Communauté flamande a prévu de conclure des contrats de gestion avec les agences autonomisées internes dénuées de la personnalité juridique et soumises à l autorité hiérarchique de leur ministre et ce même alors que le projet de décret définit le contrat de gestion comme un «contrat synallagmatique» qui fixe des règles spécifiques et des conditions suivants lesquelles l agence remplit ses tâches. 84. L on s interroge, ici, sur l admissibilité en droit d un processus de création bilatérale de normes dans un tel contexte. L absence de personnalité juridique empêche, en principe, toute personne ou service de s engager juridiquement. 18. Pour conclure, trois types d actes peuvent être distingués. Le premier vise les conventions négociées entre une autorité publique et un organisme doté de la personnalité juridique. Ces conventions se rapprochent le plus de ce que l on qualifie de contrat, même si cette qualification doit être examinée au regard des spécificités de ces accords de gestion. Le deuxième concerne les contrats de gestion qui sont, en fait, adoptés unilatéralement par un gouvernement après concertation de l organisme public concerné, tel en Région wallonne. Enfin, le troisième type de conventions vise celles conclues entre un ministre et le chef d une unité administrative bénéficiant, certes, d une certaine autonomie de gestion mais qui reste malgré tout soumis à l autorité hiérarchique de ce ministre et qui représente un service dépourvu de la personnalité juridique. De tels accords ne peuvent être qualifiés de contrat au sens juridique du terme mais constitueraient davantage des plans de management. 83 La section de législation du Conseil d Etat n a pas manqué de relever cet aspect de la procédure dans l avis rendu sur l avant-projet de décret. Le contrat étant une convention, il doit recueillir le consentement des deux parties. La section de législation a, en conséquence, invité l auteur de l avant-projet à le préciser expressément (Doc.parl. R.W., op. cit., p. 13). Aucune modification n a, toutefois, été insérée sur ce point. 84 Projet, Doc. parl. fl., , n 1642, p

17 Dans tous les cas de figure, le contrat de gestion constitue un outil de contrôle de l autorité, hiérarchique ou de tutelle, qui vient soit s ajouter aux critères existants de contrôle que sont la loi et l intérêt général, soit est supposé objectiver le contrôle de l autorité en se substituant au contrôle du respect de l intérêt général. III. EXAMEN DE LA NATURE JURIDIQUE DES CONVENTIONS DE PRESTATION A. La question de la nature juridique 19. La contractualisation pose la question de la nature véritablement contractuelle de ces accords. Ils revêtent un caractère particulier en raison de la qualité des parties et des rapports qu elles entretiennent, des contrôles effectués par l autorité sur son cocontractant, des dérogations prévues au droit commun des contrats, et des régimes de sanctions spécifiques. Ces particularités sont-elles de nature à permettre la requalification de ces accords en actes unilatéraux ou, à l inverse, en déclarations d intention dénuées de force contraignante? La doctrine de la NGP ne dit rien quant à la nature juridique, voire quant à la valeur juridique des contrats de prestation. Ce silence n est en soi pas étonnant dès lors que les principes de la NGP et de la «gouvernance moderne» ont été élaborés en réaction à l organisation bureaucratique de l administration qui se caractérise par la prédominance de la rationalité juridique. Dans ce type d organisation, la légitimité de l action publique est fondée sur la régularité des procédures et sur la conformité à la loi des conduites et des comportements. Selon les adeptes du New public management et de la nouvelle gouvernance, les réglementations sont particulièrement défavorables à une administration publique axée sur les résultats. 85 Ils proposent un système de «gouvernance non-impérative», fondé sur une approche non juridique, accommodante, 86 et suggèrent l utilisation d outils efficaces, c est-àdire souples et évolutifs. Les préceptes managériaux sont par essence considérés comme non formels et fixés dans une norme juridique, ils perdent leur caractère «plastique et adaptable». 87 Le droit ne doit, toutefois, pas être compris comme un phénomène statique. 88 Il reste un instrument indispensable à la modernisation de l administration, l essentiel étant de bien percevoir la complémentarité entre le droit public et la gestion publique. 89 Au-delà de son rôle classique visant à la mise en place d un cadre légal d autorité, le droit joue aussi un rôle fondamental dans la mise en oeuvre d un cadre de responsabilité. 90 Or, cette même 85 HARLOW, C., «Le droit et l administration publique : rivalité et symbiose», Rev. Int. Sc. Adm., vol. 71, juin 2005, n 2, p Ibidem, p. 307 ; SCHICK, A., op. cit. pp CHEVALLIER, J., «La juridicisation des préceptes managériaux», P.M.P., vol. 11, décembre 1993, n 4, p HARLOW, C., op. cit., p ZILLER, J., «Le droit public, un outil de gestion public moderne et non un frein à la réforme», Rev. Int. Sc. Adm., vol. 71, juin 2005, n 2, pp MOLITOR, A., op. cit., pp et

18 responsabilité est aujourd hui exigée des administrations. Il est, en outre, désormais reconnu que l application aveugle des préceptes managériaux, prônés par les travaux relatifs à la gouvernance publique de l OCDE, dans le cadre de réformes administratives s est accompagnée d effets négatifs non prévus. Ainsi, l accroissement de l autonomie par la décentralisation a pu entraîner l aggravation des problèmes de gestion financière et de corruption. 91 Par ailleurs, l examen de l impact de la mise en œuvre de certains préceptes managériaux à l occasion de réformes administratives entreprises dans différents Etats a pu démontrer que même si le droit public, y compris le droit administratif est de plus en plus, dans les affaires publiques, complété par le droit civil, droit par essence horizontal, il reste l instrument principal du fonctionnement de l Etat de droit et des relations entre l Etat et les citoyens. 92 Le droit ne peut donc pas purement et simplement être évité au profit d une gestion qui se veut souple et performante et fondée essentiellement sur des relations de confiance. L objectif doit donc consister à trouver un équilibre entre l Etat de droit et l efficacité administrative. 20. Par ailleurs, il n est pas inutile de se rappeler à l esprit que l objectif de «performance» de l administration n est qu une nouvelle facette d un concept déjà existant en droit administratif belge, à savoir le bon fonctionnement du service. En vue d assurer le bon fonctionnement des services qu ils dirigent, les agents investis d un pouvoir hiérarchique peuvent prendre des mesures d ordre intérieur. Il est intéressant ici d indiquer que ces mesures sont prises en vue d organiser le fonctionnement de l administration mais ne sont normalement pas susceptibles de faire l objet d un recours en annulation parce qu elles sont sans incidence sur la situation juridique des agents qui y sont soumis. 93 Ceci ne signifie pas pour autant que les mesures d ordre intérieur sont dépourvues d effet contraignant. Au contraire, elles sont l expression du pouvoir hiérarchique et leurs violations par les agents subalternes entraînent pour l essentiel des conséquences d ordre disciplinaire. Il en va de même des circulaires administratives qui, si elles ont une vocation plus globale que les mesures d ordre intérieur et visent à aménager l exercice du pouvoir discrétionnaire de l administration, ne constituent pas des règles de droit obligatoires au même titre qu une norme juridique. Selon le Conseil d Etat, une directive se distingue précisément d une règle de droit en cela qu elle se réfère à une règle de conduite générale par laquelle l autorité se laissera guider ou du moins de laquelle elle s inspirera, dans l exercice de son pouvoir discrétionnaire, à l occasion de cas concrets. L autorité ne sera pas liée par le respect de la directive comme elle le serait par une règle de droit. On peut concevoir qu une règle de droit soit assortie de possibilités d exception mais cette possibilité doit elle-même faire l objet d une règle ; ce qui n est pas le cas d une directive, la notion de directive contenant en ellemême la possibilité d exception, 94 même si celle-ci doit reposer sur de justes motifs. 91 DRUMAUX, A., «Celle qui croyait», op. cit., p. 115, l auteur cite un article collectif «La modernisation du secteur public», publié dans la revue Synthèse de l OCDE, novembre 2003, pp. 2-3 ; GURRIA, A., «Les travaux actuels de l OCDE contre la corruption», discours prononcé le 5 décembre 2006, 92 BOUCKAERT, G., «La réforme de la gestion publique change-t-elle les systèmes administratifs?», Rev. fr. adm. pub., 2003, p LEROY, M., Contentieux administratif, op. cit., p Notamment, C.E., 20 juin 1984, Beheyt, n

19 Il existe donc déjà en droit administratif des actes qui influencent la vie quotidienne d une administration mais qui sont considérés comme des «pseudo règles de droit». 95 Leur utilisation était déjà justifiée par la nécessité de répondre aux besoins impérieux d efficacité, d efficience et de souplesse pour l autorité, de protection contre l arbitraire et partant, de sécurité juridique pour les citoyens mais aussi pour permettre à l administration de s organiser sur un mode plus opérationnel que normatif. 96 Ces actes demeurent toutefois unilatéraux et émanent d une autorité compétente en vertu du pouvoir hiérarchique. Ceci n est pas satisfaisant pour les tenants de la NGP qui partent du principe qu il faut passer d un mode d organisation hiérarchique et vertical vers un système davantage horizontal centré sur l égalité des partenaires entre lesquels se nouent des accords, qui ne sont pas nécessairement juridiquement obligatoires, sur la livraison d un certain service en échange d un certain niveau d autonomie managériale et d un budget stable Lorsqu en 1991 le législateur fédéral créa le nouveau régime des EPA en intégrant pour la première fois le contrat de gestion en droit belge, cette tendance à la flexibilité n a pas été intégralement suivie. Le législateur a en effet estimé nécessaire de fixer la nature juridique des contrats de gestion liant les EPA. Ainsi, l article 3 de la loi du 21 mars 1991 précise que les clauses du contrat de gestion sont réputées contractuelles. Le contrat de gestion n est pas, selon cette même disposition, un acte ou un règlement au sens de l article 14 des lois sur le Conseil d Etat, coordonnées le 12 janvier Le contrat de gestion doit donc être considéré comme un contrat et non comme un acte administratif. Tous litiges résultant de l exécution du contrat de gestion relèvent donc de la compétence des cours et tribunaux judicaires et sont soumis au droit commun des contrats. Certaines exceptions sont néanmoins prévues pour assurer la continuité du service public. Il est, ainsi, précisé que toute clause résolutoire expresse dans le contrat de gestion est réputée non écrite. L'article 1184 du Code Civil n'est pas applicable au contrat de gestion. 98 La partie envers laquelle une obligation dans le contrat de gestion n'est pas exécutée, ne peut poursuivre que l'exécution de l'obligation, et, le cas échéant, demander des dommages-intérêts, sans préjudice de l'application de toute sanction spéciale prévue dans le contrat de gestion. 99 La résolution conventionnelle ou judiciaire du contrat de gestion est ainsi exclue. 22. Cette disposition va influencer bon nombre de législations relatives aux contrats de gestion. Si la référence aux compétences du Conseil d Etat est une matière fédérale et ne peut 95 FLAMME, M.-A., Droit administratif, op. cit., p. 401, n 168ter. 96 Ibidem. 97 POLLIT, Ch. et BOUCKAERT, G., Public management reform. A comparative analysis, Oxford University Press, Oxford, 2000, p. 80 ; VERHOEST, K., «The impact», op. cit., pp Pour rappel, l article 1184 du code civile prévoit que «La condition résolutoire est toujours sousentendue dans les contrats synallagmatiques, pour le cas où l'une des deux parties ne satisfera point à son engagement. Dans ce cas, le contrat n'est point résolu de plein droit. La partie envers laquelle l'engagement n'a point été exécuté, a le choix ou de forcer l'autre à l'exécution de la convention lorsqu'elle est possible ou d'en demander la résolution avec dommages et intérêts. La résolution doit être demandée en justice, et il peut être accordé au défendeur un délai selon les circonstances». 99 Article 3, 3, de la loi. 19

20 être réglée par les entités fédérées, la référence à l inapplicabilité de l article 1184 du Code civil se retrouve par contre dans la majorité des textes relatifs aux contrats de gestion, mis à part à Bruxelles. Certaines législations cependant ne fixent rien, directement ou indirectement, quant à la nature juridique des contrats de gestion, tel est le cas pour bon nombre de textes bruxellois ou pour certains textes fédéraux Il semble illusoire de rechercher une qualification juridique unique qui s appliquerait indistinctement à l ensemble des conventions de prestation. En effet, les réglementations présentées plus haut démontrent que l intégration de cet outil de gestion par les différentes autorités publiques belges s est faite selon des modalités propres et distinctes. Pour ne citer qu un exemple, le contrat de gestion, en Région wallonne, est principalement utilisé dans les rapports entre le gouvernement et des organismes décentralisés et par un mode qui reste encore fort empreint d unilatéralité, alors que la Flandre l utilise désormais également pour organiser ses services administratifs dénués d une personnalité juridique propre et de manière davantage bilatéralisée. Ces différences de régimes constituent la conséquence logique de l origine de la convention de prestation qui a précisément été conçue comme un outil non formel faisant partie de la «boîte à outils» destinée à s intégrer dans toutes les administrations, indépendamment de leurs caractéristiques politiques et culturelles. 101 Il en résulte que chaque autorité publique intègre l outil selon des modalités qui répondent aux objectifs politiques qu elle s est assignée. Ces modalités influencent directement la nature juridique de ces conventions. Pour reprendre l exemple cité, une convention conclue entre deux institutions dotées de la personnalité juridique pourra présenter une nature juridique différente de celle conclue entre deux organes, dénués en tant que tels de la personnalité juridique, d une seule personne morale. L examen de la nature juridique d une convention de prestation doit donc se fonder sur le cadre juridique dans lequel elle s insère. Ce constat n empêche cependant pas de formuler quelques réflexions générales qui peuvent guider l examen au cas par cas. B. Les contrats de gestion sont-ils de simples déclarations d intention? 24. Peut on affirmer, à l instar des tenants de la NGP, que les contrats de gestion constitueraient de simples déclarations d intention, sorte de «gentlemen s agreements» dénués de force contraignante ou faut-il les considérer comme de réels contrats? Le contrat consiste essentiellement en un accord de volontés entre deux ou plusieurs personnes au moins qui exige pour pouvoir produire des effets en droit, l animus contrahendae obligationis, c est-à-dire l intention de produire des effets juridiques Si 100 On peut citer pour exemple les ordonnances précitées relatives à la STIB (du 22 novembre 1990), à la SDRB (du 20 mai 1999) ou la SLRB (du 17 juillet 2003) et les lois prévoyant un contrat de gestion pour l agence APETRA (du 26 janvier 2006 précitée) ou encore pour les Beaux-Arts (du 7 mai 1999). 101 DRUMAUX, A. op. cit., pp ; MONKS, J., op. cit., p. 85 ; VARONE, F., op. cit., p Cass., 2 décembre 1875, Pas, I, 1976, I, COIPEL, M., Eléments de théorie générale des contrats, Kluwer, Story-Scientia, 1999, p

21 DÉCEMBRE 1989. Décret relatif au service de transport public de personnes en Région wallonne (M.B. du 08/03/1990, p. 4400)

21 DÉCEMBRE 1989. Décret relatif au service de transport public de personnes en Région wallonne (M.B. du 08/03/1990, p. 4400) 21 DÉCEMBRE 1989. Décret relatif au service de transport public de personnes en Région wallonne (M.B. du 08/03/1990, p. 4400) Ce décret a été modifié par le décert du 25 juillet 1991. Session 1989-1990.

Plus en détail

Commentaire de la décision n 2010-601 DC du 4 février 2010

Commentaire de la décision n 2010-601 DC du 4 février 2010 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 28 Commentaire de la décision n 2010-601 DC du 4 février 2010 Loi relative à l entreprise publique La Poste et aux activités postales Le projet de loi relatif

Plus en détail

Numéro du rôle : 2801. Arrêt n 119/2004 du 30 juin 2004 A R R E T

Numéro du rôle : 2801. Arrêt n 119/2004 du 30 juin 2004 A R R E T Numéro du rôle : 2801 Arrêt n 119/2004 du 30 juin 2004 A R R E T En cause : le recours en annulation du décret de la Commission communautaire française du 16 janvier 2003 modifiant la loi du 21 avril 1965

Plus en détail

La participation financière des collectivités territoriales à la protection sociale complémentaire de leurs agents

La participation financière des collectivités territoriales à la protection sociale complémentaire de leurs agents La participation financière des collectivités territoriales à la protection sociale complémentaire de leurs agents La protection sociale complémentaire des agents de la fonction publique territoriale est

Plus en détail

Le monopole de la Sécurité Sociale est abrogé

Le monopole de la Sécurité Sociale est abrogé Le monopole de la Sécurité Sociale est abrogé Source : Institut du travail : http://www.istravail.com/article49.html L ordonnance n 2001-350 du 19 avril 2001, parue au Journal officiel du 22 avril 2001,

Plus en détail

PETER HUSTINX CONTRÔLEUR. Objet: avancée sur le paquet de mesures pour une réforme de la protection des données

PETER HUSTINX CONTRÔLEUR. Objet: avancée sur le paquet de mesures pour une réforme de la protection des données PETER HUSTINX CONTRÔLEUR Président du Conseil de l Union européenne Secrétariat général Conseil de l Union européenne Rue de la Loi 175 1048 Bruxelles, Belgique Bruxelles, le 14 février 2014 PH/ABu/mk/

Plus en détail

Loi-programme (I) du 27 décembre 2006, art. 113 jusqu à 133

Loi-programme (I) du 27 décembre 2006, art. 113 jusqu à 133 Parue dans le Moniteur Belge du 28 décembre 2006 Loi-programme (I) du 27 décembre 2006, art. 113 jusqu à 133 CHAPITRE VI. Fonds d indemnisation des victimes de l amiante Section 1re. Mission et fonctionnement

Plus en détail

Postes diplomatiques et consulaires

Postes diplomatiques et consulaires Postes diplomatiques et consulaires La Cour des comptes a réalisé un audit de la gestion financière des moyens dont les quelque 140 postes diplomatiques et consulaires belges disposent. À cette occasion,

Plus en détail

EMAS AU SERVICE DES COMMUNES

EMAS AU SERVICE DES COMMUNES LA GESTION ENVIRONNEMENTALE EN BELGIQUE EMAS AU SERVICE DES COMMUNES Le système de management et d audit environnemental (EMAS) est un outil promu par la Commission européenne pour évaluer, rendre compte

Plus en détail

Numéros du rôle : 5687 et 5707. Arrêt n 109/2014 du 17 juillet 2014 A R R E T

Numéros du rôle : 5687 et 5707. Arrêt n 109/2014 du 17 juillet 2014 A R R E T Numéros du rôle : 5687 et 5707 Arrêt n 109/2014 du 17 juillet 2014 A R R E T En cause : le recours en annulation partielle de l article 20, 2, du décret du 21 décembre 2012 contenant le budget général

Plus en détail

Numéro du rôle : 3717. Arrêt n 36/2006 du 1er mars 2006 A R R E T

Numéro du rôle : 3717. Arrêt n 36/2006 du 1er mars 2006 A R R E T Numéro du rôle : 3717 Arrêt n 36/2006 du 1er mars 2006 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative aux articles 147, 148, 149 et 152 du Code des droits de succession, posée par le Tribunal

Plus en détail

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Texte adopté par la Commission du droit international à sa soixante-troisième session, en 2011, et soumis à l Assemblée générale dans le cadre de

Plus en détail

0.784.03. Convention européenne sur la protection juridique des services à accès conditionnel et des services d accès conditionnel.

0.784.03. Convention européenne sur la protection juridique des services à accès conditionnel et des services d accès conditionnel. Texte original 0.784.03 Convention européenne sur la protection juridique des services à accès conditionnel et des services d accès conditionnel Conclue à Strasbourg le 24 janvier 2001 Approuvée par l

Plus en détail

Les paris sportifs peuvent-ils, d un point de vue juridique, être un mode de financement du sport?

Les paris sportifs peuvent-ils, d un point de vue juridique, être un mode de financement du sport? Les paris sportifs peuvent-ils, d un point de vue juridique, être un mode de financement du sport? En fédération Wallonie-Bruxelles Johan Vanden Eynde Avocat (Bruxelles Paris) Arbitre auprès de la Cour

Plus en détail

JOURNAL. OFFICIEL de la. naturelles en République Démocratique du Congo et, SOMMAIRE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE

JOURNAL. OFFICIEL de la. naturelles en République Démocratique du Congo et, SOMMAIRE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE Première partie 55 e année n spécial JOURNAL OFFICIEL de la République Démocratique du Congo Cabinet du Président de la République Kinshasa 18 février 2014 SOMMAIRE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE 11 février

Plus en détail

L ÉTABLISSEMENT PUBLIC DE COOPÉRATION CULTURELLE (EPCC) : SYNTHÈSE À L USAGE DES DIFFUSEURS DU SECTEUR DES ARTS PLASTIQUES

L ÉTABLISSEMENT PUBLIC DE COOPÉRATION CULTURELLE (EPCC) : SYNTHÈSE À L USAGE DES DIFFUSEURS DU SECTEUR DES ARTS PLASTIQUES L ÉTABLISSEMENT PUBLIC DE COOPÉRATION CULTURELLE () : SYNTHÈSE À L USAGE DES DIFFUSEURS DU SECTEUR DES ARTS PLASTIQUES Créés par la loi du 4 janvier 2002, les Etablissements Publics de Coopération Culturelle

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/08/011 DÉLIBÉRATION N 05/042 DU 6 SEPTEMBRE 2005, MODIFIÉE LE 5 FÉVRIER 2008, RELATIVE A L ÉCHANGE DE DONNEES SOCIALES

Plus en détail

TRAVAUX RÉGLEMENTAIRES INTERNATIONAUX

TRAVAUX RÉGLEMENTAIRES INTERNATIONAUX TRAVAUX RÉGLEMENTAIRES INTERNATIONAUX Agence internationale de l énergie atomique Résolutions adoptées par la Conférence générale de l AIEA (2004)* La 48 ème session de la Conférence générale de l AIEA

Plus en détail

NOTE SUR LES SUBVENTIONS. - Récapitulatif des obligations des associations subventionnées

NOTE SUR LES SUBVENTIONS. - Récapitulatif des obligations des associations subventionnées NOTE SUR LES SUBVENTIONS - Récapitulatif des obligations des associations subventionnées - Les produits de la tarification ne sont pas des subventions A. Récapitulatif des obligations des associations

Plus en détail

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES PPB-2006-8-1-CPA ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES Introduction 0. Base légale 1. Le contrôle interne 1.1. Définition et éléments constitutifs 1.2. Mesures

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

Liste récapitulative de mise en œuvre. Convention de La Haye du 30 juin 2005 sur les accords d élection de for

Liste récapitulative de mise en œuvre. Convention de La Haye du 30 juin 2005 sur les accords d élection de for conférence de la haye de hague droit conference international private privé international law Liste récapitulative de mise en œuvre Convention de La Haye du 30 juin 2005 sur les accords d élection de for

Plus en détail

Avis A. 1123. sur l application de la réglementation en matière d enregistrement et/ou d agrément des agences de placement

Avis A. 1123. sur l application de la réglementation en matière d enregistrement et/ou d agrément des agences de placement Avis A. 1123 sur l application de la réglementation en matière d enregistrement et/ou d agrément des agences de placement Adopté par le Bureau du CESW le 24 juin 2013 INTRODUCTION Le 8 avril 2013, le Président

Plus en détail

La protection des associés en droit congolais et en droit OHADA

La protection des associés en droit congolais et en droit OHADA Le statut des associés des sociétés commerciales La protection des associés des sociétés commerciales constitue une avancée du droit OHADA sur le droit congolais La République démocratique du Congo (RDC)

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ; Avis n 02/2014 du 15 janvier 2014

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ; Avis n 02/2014 du 15 janvier 2014 1/8 Avis n 02/2014 du 15 janvier 2014 Objet: Avant-projet d arrêté du Gouvernement wallon modifiant certaines dispositions du Code réglementaire wallon relatives à l'intégration des personnes étrangères

Plus en détail

COMMISSION BANCAIRE, FINANCIERE ET DES ASSURANCES Politique Prudentielle

COMMISSION BANCAIRE, FINANCIERE ET DES ASSURANCES Politique Prudentielle Politique Prudentielle Bruxelles, le 22 juin 2004 Circulaire PPB 2004/5 sur les saines pratiques de gestion en matière de sous-traitance par des établissements de crédit et des entreprises d investissement

Plus en détail

8 Comment concevoir un marché public

8 Comment concevoir un marché public 8 Comment concevoir un marché public d assurance? Les marchés publics d assurance soumis au code des marchés publics, y compris ceux en relevant en application de l arrêté du 31 janvier 2002, doivent être

Plus en détail

mars 2004, des dispositions adoptées d une norme professionnelle. Ces dispositions adoptées antérieurement par le Conseil

mars 2004, des dispositions adoptées d une norme professionnelle. Ces dispositions adoptées antérieurement par le Conseil CONSEI SUPERIEUR DES PROFESSIONS ECONOMIQUES North Gate III - 5ème étage 16 Bld Roi Albert II - 1000 Bruxelles Tél. 02/206.48.71 Fax 02/201.66.19 E-mail : CSPEHREB@skynet.be www.cspe-hreb.be Avis du 16

Plus en détail

L éthique, un engagement de chacun qui se concrétise par :

L éthique, un engagement de chacun qui se concrétise par : Code d Éthique 2 L éthique, un engagement de chacun qui se concrétise par : une prise de responsabilités, dans le cadre de principes de gouvernement d entreprise approuvés par les pays de l OCDE ; une

Plus en détail

PROCÉDURES DE FONCTIONNEMENT STANDARD APPLICABLES AUX ACHATS (SOP)

PROCÉDURES DE FONCTIONNEMENT STANDARD APPLICABLES AUX ACHATS (SOP) PROCÉDURES DE FONCTIONNEMENT STANDARD APPLICABLES AUX ACHATS (SOP) TABLE DES MATIÈRES 1. LA RESPONSIBILITÉ 1.1 La responsabilité en matière d achats 1.2 La responsabilité en matière de planification des

Plus en détail

Olivier Huart Directeur Général

Olivier Huart Directeur Général J ai souhaité, dès mon arrivée à la tête du Groupe TDF, doter l entreprise de valeurs fortes pour rassembler les collaborateurs et créer la confiance de nos partenaires. Ces valeurs, au nombre de cinq

Plus en détail

Numéro du rôle : 5371. Arrêt n 24/2013 du 28 février 2013 A R R E T

Numéro du rôle : 5371. Arrêt n 24/2013 du 28 février 2013 A R R E T Numéro du rôle : 5371 Arrêt n 24/2013 du 28 février 2013 A R R E T En cause : les questions préjudicielles concernant l article 3 de la loi du 31 janvier 2009 relative à la continuité des entreprises,

Plus en détail

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Direction Générale Finances et Gestion Direction du Contrôle Interne Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Sociétés publiques locales et sociétés publiques locales d aménagement - Dispositif

Plus en détail

Circulaire Projet de la Commission fédérale des banques: Surveillance et contrôle internes du xxx Sommaire Objet... 2 Champ d application...

Circulaire Projet de la Commission fédérale des banques: Surveillance et contrôle internes du xxx Sommaire Objet... 2 Champ d application... Circulaire de la Commission fédérale des banques: Surveillance et contrôle internes Projet du xxx Sommaire 1 Objet... 2 2 Champ d application... 2 3 Conseil d administration... 2 3.1 Indépendance des membres

Plus en détail

ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES Luxembourg REGLEMENT SUR LE CONTROLE CONFRATERNEL

ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES Luxembourg REGLEMENT SUR LE CONTROLE CONFRATERNEL ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES Luxembourg REGLEMENT SUR LE CONTROLE CONFRATERNEL INDEX 1. INTRODUCTION Page 2 1.1 Base légale 1.2. Objectifs 2. CHAMP D APPLICATION Page 3 3. METHODOLOGIE Page 3 3.1 Contrôle

Plus en détail

Directives de la CHS PP D 01/2014

Directives de la CHS PP D 01/2014 Commission de haute surveillance de la prévoyance professionnelle CHS PP Directives de la CHS PP D 01/2014 français Habilitation des gestionnaires de fortune actifs dans la prévoyance professionnelle Edition

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PARTIE I NOTIONS GÉNÉRALES PARTIE II LE BUDGET CHAPITRE I. LE BUDGET... 15 CHAPITRE II. LE BUDGET ET LA GESTION PUBLIQUE...

TABLE DES MATIÈRES PARTIE I NOTIONS GÉNÉRALES PARTIE II LE BUDGET CHAPITRE I. LE BUDGET... 15 CHAPITRE II. LE BUDGET ET LA GESTION PUBLIQUE... TABLE DES MATIÈRES PAGES Sommaire... 5 Introduction générale... 7 PARTIE I NOTIONS GÉNÉRALES CHAPITRE I. LE BUDGET... 15 CHAPITRE II. LE BUDGET ET LA GESTION PUBLIQUE... 16 SECTION 1. Autoriser... 16 SECTION

Plus en détail

Vu le rapport d auditorat de la Banque-carrefour reçu le 7 mars 2006;

Vu le rapport d auditorat de la Banque-carrefour reçu le 7 mars 2006; CSSS/06/052 1 DELIBERATION N 06/020 DU 18 AVRIL 2006 RELATIVE A LA DEMANDE D ACCES AUX REGISTRES BANQUE CARREFOUR DE LA SECURITE SOCIALE DANS LE CHEF DU SERVICE PUBLIC FEDERAL FINANCES DANS LE CADRE DE

Plus en détail

Questions / réponses - Urssaf

Questions / réponses - Urssaf Questions / réponses - Urssaf La généralisation de la complémentaire santé à toutes les entreprises entre bientôt en vigueur... et pourtant des questions demeurent. Au 1 er janvier 2016, les entreprises

Plus en détail

relative à la formation continue du personnel de l Etat

relative à la formation continue du personnel de l Etat Ordonnance du 30 mai 2012 Entrée en vigueur : 01.01.2013 relative à la formation continue du personnel de l Etat Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Vu les articles 20, 73, 118 al. 2 et 121 de la loi

Plus en détail

Jean-Marie SEEVAGEN Avocat au Barreau de PARIS

Jean-Marie SEEVAGEN Avocat au Barreau de PARIS EDITORIAL I SECURITE JURIDIQUE II REGIME DES CONTRATS 1- Loi du 11 décembre 2001 2. Contrats entre personnes publiques III TECHNIQUES ET SAVOIR FAIRE 1. Externalisation de la production de chaleur 2. Les

Plus en détail

Partie I. Le principe de bonne administration construit par la pluralité des sources de l espace administratif européen... 49

Partie I. Le principe de bonne administration construit par la pluralité des sources de l espace administratif européen... 49 Table des matières Remerciements... 11 Sommaire... 13 Liste des principales abréviations... 15 Préface... 19 Introduction générale... 23 I. L enrichissement de la conception de l administration au sein

Plus en détail

Numéro du rôle : 4931. Arrêt n 62/2011 du 5 mai 2011 A R R E T

Numéro du rôle : 4931. Arrêt n 62/2011 du 5 mai 2011 A R R E T Numéro du rôle : 4931 Arrêt n 62/2011 du 5 mai 2011 A R R E T En cause : les questions préjudicielles concernant l article 70ter des lois relatives aux allocations familiales pour travailleurs salariés,

Plus en détail

La mise en conformité des statuts des associations syndicales de propriétaires

La mise en conformité des statuts des associations syndicales de propriétaires La mise en conformité des statuts des associations syndicales de propriétaires Fiche n 13 Références : Article 60 de l ordonnance (O) n 2004-632 du 1er juillet 2004 relative aux associations syndicales

Plus en détail

1. La directive européenne 2006/68/CE et sa transposition en droit luxembourgeois.

1. La directive européenne 2006/68/CE et sa transposition en droit luxembourgeois. INTRODUCTION 1. La directive européenne 2006/68/CE et sa transposition en droit luxembourgeois. La loi du 10 juin 2009 1 transpose en droit luxembourgeois (notamment) la directive 2006/68/CE modifiant

Plus en détail

la séparation totale des activités des postes et télécommunications;

la séparation totale des activités des postes et télécommunications; LE CADRE GENERAL D ASSISTANCE PAR CONSULTANTS POUR L ELABORATION ET LA MISE EN OEUVRE D UN CADRE LEGAL APPROPRIE POUR LE SECTEUR DES TELECOMMUNICATIONS CONTEXTE GENERAL Le Gouvernement [PAYS] a adopté,

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 12 février 2015 de présentation des dispositions du décret n 2014-1633 du 26 décembre 2014 modifiant le décret n 2010-434 du 29 avril 2010 relatif à la communication par la voie électronique

Plus en détail

SOCIÉTÉ FÉDÉRALE DE PARTICIPATIONS ET D INVESTISSEMENT FEDERALE PARTICIPATIE- EN INVESTERINGSMAATSCHAPPIJ («SFPI» / «FPIM») CHARTE DE GOUVERNANCE

SOCIÉTÉ FÉDÉRALE DE PARTICIPATIONS ET D INVESTISSEMENT FEDERALE PARTICIPATIE- EN INVESTERINGSMAATSCHAPPIJ («SFPI» / «FPIM») CHARTE DE GOUVERNANCE 1 SOCIÉTÉ FÉDÉRALE DE PARTICIPATIONS ET D INVESTISSEMENT FEDERALE PARTICIPATIE- EN INVESTERINGSMAATSCHAPPIJ («SFPI» / «FPIM») CHARTE DE GOUVERNANCE La Société fédérale de Participations et d Investissement

Plus en détail

PARTIE E INSCRIPTIONS AU REGISTRE SECTION 3 LA MARQUE COMMUNAUTAIRE EN TANT QU OBJET DE PROPRIÉTÉ CHAPITRE 2 LICENCES

PARTIE E INSCRIPTIONS AU REGISTRE SECTION 3 LA MARQUE COMMUNAUTAIRE EN TANT QU OBJET DE PROPRIÉTÉ CHAPITRE 2 LICENCES DIRECTIVES RELATIVES À L'EXAMEN PRATIQUÉ À L'OFFICE DE L HARMONISATION DANS LE MARCHÉ INTÉRIEUR (MARQUES, DESSINS ET MODÈLES) SUR LES MARQUES COMMUNAUTAIRES PARTIE E INSCRIPTIONS AU REGISTRE SECTION 3

Plus en détail

CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU

CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU Préambule Le sport de haut niveau joue un rôle social et culturel de première importance. Conformément aux valeurs de l Olympisme énoncées dans la Charte olympique et aux

Plus en détail

Accord de libre échanges Maroc-USA Maroc/USA

Accord de libre échanges Maroc-USA Maroc/USA Conseil National du Commerce Extérieur Accord de libre échanges Maroc-USA Maroc/USA Anticiper Partager Agir 2006 www.cnce.org.ma SOMMAIRE A. Vers une importante ouverture du marché marocain des produits

Plus en détail

Ordonnance sur les ressources d adressage dans le domaine des télécommunications

Ordonnance sur les ressources d adressage dans le domaine des télécommunications Ordonnance sur les ressources d adressage dans le domaine des télécommunications (ORAT) Modification du 19 décembre 2001 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 6 octobre 1997 sur les ressources

Plus en détail

Règlement intérieur. Son existence et ses termes principaux seront portés à la connaissance des actionnaires et du public.

Règlement intérieur. Son existence et ses termes principaux seront portés à la connaissance des actionnaires et du public. Règlement intérieur du Conseil d administration (tel que modifié le 25 août 2014) Les membres du Conseil d administration de Accor (ci-après la «Société») ont souhaité adhérer aux règles de fonctionnement

Plus en détail

Convention ou accord collectif

Convention ou accord collectif ENGAGEMENT INTERNE A L ENTREPRISE DIFFERENTES METHODES DE MISE EN PLACE UN CONTRAT L article L.911-1 du Code de la sécurité sociale précise que les garanties collectives relevant de la protection sociale

Plus en détail

LE PRESENT CONTRAT DE PRESTATION DE SERVICES DE DECLARATION DELEGUEE (le «Contrat»)

LE PRESENT CONTRAT DE PRESTATION DE SERVICES DE DECLARATION DELEGUEE (le «Contrat») LE PRESENT CONTRAT DE PRESTATION DE SERVICES DE DECLARATION DELEGUEE (le «Contrat») ENTRE : (1) (le «Client») et (2) ING Belgique SA (la «Banque») INTRODUCTION (A) (B) (C) Le Client et la Banque ont conclu

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LA COMMUNE ET LE CPAS APRÈS LE 1 ER JANVIER 2004

LES RELATIONS ENTRE LA COMMUNE ET LE CPAS APRÈS LE 1 ER JANVIER 2004 LES RELATIONS ENTRE LA COMMUNE ET LE CPAS APRÈS LE 1 ER JANVIER 2004 Le 1 er janvier 2004 est entrée en vigueur l ordonnance du 3 juin 2003 relative à la tutelle administrative et aux règles financières,

Plus en détail

Numéro du rôle : 5510. Arrêt n 120/2013 du 7 août 2013 A R R E T

Numéro du rôle : 5510. Arrêt n 120/2013 du 7 août 2013 A R R E T Numéro du rôle : 5510 Arrêt n 120/2013 du 7 août 2013 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 6, alinéa 1er, 1, de la loi du 10 avril 1990 réglementant la sécurité privée et

Plus en détail

LA REVISION DE LA LEGISLATION PHARMACEUTIQUE DOCUMENT DE DISCUSSION COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE ENTREPRISES

LA REVISION DE LA LEGISLATION PHARMACEUTIQUE DOCUMENT DE DISCUSSION COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE ENTREPRISES COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE ENTREPRISES Marché unique, environnement législatif, législation verticale Produits pharmaceutiques et cosmétiques Bruxelles, le 22 janvier 2001 F4 LA REVISION

Plus en détail

NOTE DE REFLEXION SUR LA MISSION DU REVISEUR DANS UN PLAN DE STOCK OPTION DECEMBRE 1999

NOTE DE REFLEXION SUR LA MISSION DU REVISEUR DANS UN PLAN DE STOCK OPTION DECEMBRE 1999 NOTE DE REFLEXION SUR LA MISSION DU REVISEUR DANS UN PLAN DE STOCK OPTION DECEMBRE 1999 Le statut fiscal des options sur actions ou parts bénéficiaires octroyées en raison ou à l'occasion de l'activité

Plus en détail

Numéro du rôle : 4954. Arrêt n 93/2011 du 31 mai 2011 A R R E T

Numéro du rôle : 4954. Arrêt n 93/2011 du 31 mai 2011 A R R E T Numéro du rôle : 4954 Arrêt n 93/2011 du 31 mai 2011 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 3, 2, de l arrêté royal du 30 janvier 1997 «relatif au régime de pension des travailleurs

Plus en détail

Numéro du rôle : 4315. Arrêt n 136/2008 du 21 octobre 2008 A R R E T

Numéro du rôle : 4315. Arrêt n 136/2008 du 21 octobre 2008 A R R E T Numéro du rôle : 4315 Arrêt n 136/2008 du 21 octobre 2008 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 118, alinéa 2, de la loi relative à l assurance obligatoire soins de santé

Plus en détail

MODIFICATIONS DU REGLEMENT FÉDÉRAL RELATIF À L ACTIVITÉ D AGENT SPORTIF DU RUGBY

MODIFICATIONS DU REGLEMENT FÉDÉRAL RELATIF À L ACTIVITÉ D AGENT SPORTIF DU RUGBY Marcoussis, le 29 mai 2013 AVIS HEBDOMADAIRE n 960 MODIFICATIONS DU REGLEMENT FÉDÉRAL RELATIF À L ACTIVITÉ D AGENT SPORTIF DU RUGBY La loi du 1er février 2012 visant à renforcer l éthique du sport et les

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1401144L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT. I- Situation de référence et objectifs de la convention

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1401144L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT. I- Situation de référence et objectifs de la convention RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et du développement international PROJET DE LOI autorisant l approbation de la convention entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement

Plus en détail

SAM/TES Samenwerken voor een meer rechtvaardige maatschappij Travailler ensemble pour une société plus juste

SAM/TES Samenwerken voor een meer rechtvaardige maatschappij Travailler ensemble pour une société plus juste DESCRIPTIF DE VISION SAM/TES Samenwerken voor een meer rechtvaardige maatschappij Travailler ensemble pour une société plus juste Un centre d expertise en tant que balise pour le huissier de justice soucieux

Plus en détail

Les compétences du Conseil d Administration d une société anonyme et les recours fiscaux : la prudence s impose!

Les compétences du Conseil d Administration d une société anonyme et les recours fiscaux : la prudence s impose! Les compétences du Conseil d Administration d une société anonyme et les recours fiscaux : la prudence s impose! 1. Introduction Le présent article se limite aux sociétés anonymes et ne prend pas en compte

Plus en détail

LIVRE VERT MODERNISER LA DIRECTIVE SUR LA RECONNAISSANCE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES

LIVRE VERT MODERNISER LA DIRECTIVE SUR LA RECONNAISSANCE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES LIVRE VERT MODERNISER LA DIRECTIVE SUR LA RECONNAISSANCE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES Réponses de l Ordre des Experts-Comptables de France aux questions posées par le Livre vert Question 1 : Avez-vous

Plus en détail

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 25.11.2011 COM(2011) 832 final 2007/0229 (COD) COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN conformément à l'article 294, paragraphe 6, du traité sur le fonctionnement

Plus en détail

Statuts de la. Communauté d universités et établissements. Université Sorbonne Paris Cité

Statuts de la. Communauté d universités et établissements. Université Sorbonne Paris Cité Document n 4 Statuts de la Communauté d universités et établissements Université Sorbonne Paris Cité Version 1-4 de travail du 10/03/2014 Post-CCOU du 06/03/2014 1 L Université Sorbonne Paris Cité regroupe

Plus en détail

Charte du management des risques du groupe La Poste

Charte du management des risques du groupe La Poste Direction de l'audit et des Risques du Groupe Direction des Risques du Groupe Destinataires Tous services Contact Béatrice MICHEL Tél : 01 55 44 15 06 Fax : E-mail : beatrice.michel@laposte.fr Date de

Plus en détail

PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 28 SEPTEMBRE 2015 PROJET DE DÉCRET

PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 28 SEPTEMBRE 2015 PROJET DE DÉCRET 266 (2014-2015) N 2 266 (2014-2015) N 2 PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 28 SEPTEMBRE 2015 PROJET DE DÉCRET portant assentiment à l accord de coopération du 15 juillet 2014 entre l État fédéral, la Région

Plus en détail

Numéro du rôle : 5169. Arrêt n 72/2012 du 12 juin 2012 A R R E T

Numéro du rôle : 5169. Arrêt n 72/2012 du 12 juin 2012 A R R E T Numéro du rôle : 5169 Arrêt n 72/2012 du 12 juin 2012 A R R E T En cause : les questions préjudicielles concernant les articles 23 et 25 du décret de la Communauté flamande du 30 avril 2004 relatif à l

Plus en détail

REFLEXIONS DE LA CGPME

REFLEXIONS DE LA CGPME DROIT DE LA CONSOMMATION REFLEXIONS DE LA CGPME Réponse à la consultation publique sur le Livre Vert relatif à la révision de l acquis communautaire en matière de protection des consommateurs Le 8 février

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

Décision n 2010-45 QPC 6 octobre 2010. M. Mathieu P.

Décision n 2010-45 QPC 6 octobre 2010. M. Mathieu P. Décision n 2010-45 QPC 6 octobre 2010 M. Mathieu P. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 9 juillet 2010 par le Conseil d État d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) posée à l occasion

Plus en détail

ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF

ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF INTRODUCTION Un Etablissent Public Administratif est une personne morale de Droit Public, dotée de l autonomie

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES RELATIF A L AUTORISATION D EXPLOITATION DES SERVICES FINANCIERS POSTAUX

CAHIER DES CHARGES RELATIF A L AUTORISATION D EXPLOITATION DES SERVICES FINANCIERS POSTAUX AUTORITE DE REGLEMENTATION REPUBLIQUE TOGOLAISE DES SECTEURS DE POSTES ET DE Travail Liberté Patrie TELECOMMUNICATIONS ----------- --------------------- CAHIER DES CHARGES RELATIF A L AUTORISATION D EXPLOITATION

Plus en détail

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 RÈGLEMENT (UE) N o 1259/2010 DU CONSEIL du 20 décembre 2010 mettant en œuvre une coopération renforcée dans le domaine de la loi applicable au

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1419878L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1419878L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et du développement international PROJET DE LOI autorisant l approbation de l arrangement concernant les services postaux de paiement NOR : MAEJ1419878L/Bleue-1

Plus en détail

Vu la demande du Service des Pensions du Secteur public reçue le 01/12/2014 ;

Vu la demande du Service des Pensions du Secteur public reçue le 01/12/2014 ; 1/9 Comité sectoriel du Registre national Délibération RN n 11/2015 du 18 février 2015 Objet : Demande d autorisation du Service des Pensions du Secteur public, institution de gestion du réseau secondaire

Plus en détail

Définition de l audit interne

Définition de l audit interne CHAPITRE 1 Définition de l audit interne Les collectivités territoriales sont régies par l article 72 de la Constitution française qui dispose que «Les collectivités territoriales de la République sont

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 02.III.2005 C (2005) 434 fin

COMMISSION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 02.III.2005 C (2005) 434 fin COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 02.III.2005 C (2005) 434 fin Objet : Aide d État n E 20/2004 - France Proposition de mesures utiles concernant les dispositions fiscales applicables aux mutuelles et

Plus en détail

Le nouveau régime de l appel public à l épargne

Le nouveau régime de l appel public à l épargne Émilie CRÉTÉ Direction de la Coordination pour la Stabilité financière Service des Relations avec la Place La transposition de la directive européenne «Prospectus» dans le droit national (Loi Breton du

Plus en détail

LES CLAUSES SOCIALES DANS

LES CLAUSES SOCIALES DANS 39 Fiche LES CLAUSES SOCIALES DANS LES MARCHÉS PUBLICS La politique des marchés publics est l une des composantes de la politique du marché intérieur. Les directives en la matière visent à garantir la

Plus en détail

APPEL D OFFRES. Correspondant Notre référence Votre référence Date info@icci.be EV/svds le 10 septembre 2015

APPEL D OFFRES. Correspondant Notre référence Votre référence Date info@icci.be EV/svds le 10 septembre 2015 APPEL D OFFRES Correspondant Notre référence Votre référence Date info@icci.be EV/svds le 10 septembre 2015 Concerne : Développement par un cabinet de révision d un programme de travail et d un rapport

Plus en détail

Update@Work. Pensions complémentaires dans la loi du 15.5.2014 portant des dispositions diverses. Actualité en matière de gestion des RH

Update@Work. Pensions complémentaires dans la loi du 15.5.2014 portant des dispositions diverses. Actualité en matière de gestion des RH Aon Hewitt Update@Work Août 2014 - Numéro 5 10 ème année Actualité en matière de gestion des RH Table des matières 01 Sortie 03 Régime multi-organisateurs 03 Banque de données relative aux pensions complémentaires

Plus en détail

Gestion de la conformité à la réglementation (GCR) (Se substitue à Gestion du respect de la législation (GRL))

Gestion de la conformité à la réglementation (GCR) (Se substitue à Gestion du respect de la législation (GRL)) Ligne directrice Objet : Catégorie : (GCR) (Se substitue à Gestion du respect de la législation (GRL)) Saines pratiques commerciales et financières N o : E-13 Date : Novembre 2014 I. Objet et portée de

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2007-01 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Séance du 6 juillet 2007 Lors de la séance du

Plus en détail

Aperçu des 37 principes directeurs

Aperçu des 37 principes directeurs Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des finances AFF Gouvernement d entreprise de la Confédération Aperçu des 37 principes directeurs Principe n o 1 En principe, il convient d

Plus en détail

AUTONOMIE DES ORGANISMES DE FORMATION PROFESSIONNELLE Des solutions variées et nombreuses pour plus de performance dans la FP

AUTONOMIE DES ORGANISMES DE FORMATION PROFESSIONNELLE Des solutions variées et nombreuses pour plus de performance dans la FP Mai 2015 AUTONOMIE DES ORGANISMES DE FORMATION PROFESSIONNELLE Des solutions variées et nombreuses pour plus de performance dans la FP Presentation Marc Ziegler UN ENJEU : LA PERFORMANCE DU SYSTÈME DE

Plus en détail

JORF n 0192 du 21 août 2015. Texte n 43

JORF n 0192 du 21 août 2015. Texte n 43 Le 22 octobre 2015 JORF n 0192 du 21 août 2015 Texte n 43 ORDONNANCE Ordonnance n 2015-1033 du 20 août 2015 relative au règlement extrajudiciaire des litiges de consommation NOR: EINC1512728R ELI:http://www.legifrance.gouv.fr/eli/ordonnance/2015/8/20/EINC1512728R/jo/texte

Plus en détail

Le Secrétariat Exécutif

Le Secrétariat Exécutif REPUBLIQUE DU SENEGAL N MEF/CAB/SE/PCRBF Un Peuple Un But Une Foi ------------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES --------- Dakar, le Projet de Coordination des Réformes Budgétaires et Financières

Plus en détail

LE PROJET URBAIN PARTENARIAL (PUP) :

LE PROJET URBAIN PARTENARIAL (PUP) : Paris, le 30 mars 2015 LE PROJET URBAIN PARTENARIAL (PUP) : UN OUTIL DE FINANCEMENT DES EQUIPEMENTS PUBLICS Le projet urbain partenarial -PUP-, outil de financement des équipements publics, créé en 2009,

Plus en détail

Commentaire. Société Distrivit et autres. (Droit de consommation sur les tabacs outre-mer)

Commentaire. Société Distrivit et autres. (Droit de consommation sur les tabacs outre-mer) Commentaire Décision n o 2012-290/291 QPC du 25 janvier 2013 Société Distrivit et autres (Droit de consommation sur les tabacs outre-mer) La chambre commerciale de la Cour de cassation a renvoyé au Conseil

Plus en détail

Vu la loi du 15 juin 2006 relative aux marchés publics et à certains marchés de travaux, de fournitures et de services ;

Vu la loi du 15 juin 2006 relative aux marchés publics et à certains marchés de travaux, de fournitures et de services ; Règlement général de la Centrale de marchés de l intercommunale Interfin pour l achat d énergie au profit des Pouvoirs locaux de la Région de Bruxelles-Capitale Vu la loi du 15 juin 2006 relative aux marchés

Plus en détail

CONVENTION régissant l Union Monétaire de l Afrique Centrale (UMAC).

CONVENTION régissant l Union Monétaire de l Afrique Centrale (UMAC). CONVENTION régissant l Union Monétaire de l Afrique Centrale (UMAC). PRÉAMBULE Le Gouvernement de la République du Cameroun ; Le Gouvernement de la République Centrafricaine ; Le Gouvernement de la République

Plus en détail

La loi du 31 janvier 2009 relative à la continuité des entreprises

La loi du 31 janvier 2009 relative à la continuité des entreprises La loi du 31 janvier 2009 relative à la continuité des entreprises Les instruments préprocéduraux Médiateur d entreprise Mandataire de justice Administrateur provisoire La réorganisation judiciaire 30

Plus en détail

Le contingent d heures supplémentaires et les contreparties

Le contingent d heures supplémentaires et les contreparties Le contingent d heures supplémentaires et les contreparties La loi n 2008-789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail rénove les règles en matière de

Plus en détail

Fiche 8 - La nouvelle comptabilité communale

Fiche 8 - La nouvelle comptabilité communale Fiche 8 - La nouvelle comptabilité communale 1. Généralités Trois documents d importance fondent l essentiel des règles applicables en matière de confection du budget, de gestion financière quotidienne

Plus en détail

Notion de droit administratif.

Notion de droit administratif. Introduction 1 Notion de droit administratif. De prime abord, le droit administratif peut se définir comme l ensemble des règles relatives à l organisation et à l action de l administration, la branche

Plus en détail

Organisation des fonctions de contrôle et articulation avec la gouvernance

Organisation des fonctions de contrôle et articulation avec la gouvernance Séminaire EIFR Gouvernance et contrôle des établissements financiers : pour une surveillance des risques et un contrôle efficace Organisation des fonctions de contrôle et articulation avec la gouvernance

Plus en détail