Étape 1: Le portrait du commerce de détail

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Étape 1: Le portrait du commerce de détail"

Transcription

1 Étape 1: Le portrait du commerce de détail Introduction au commerce de détail Commerce de détail et opérations MV Cahier 1 préparé par: Monique Vaillancourt 1

2 TABLE DES MATIÈRES 1-Évolution des entreprises de détail au Québec.. p Lesvariables stratégiques d un commerce de détail p Défis du 21 ième siècle pour les détaillants. p La main d oeuvre dans un commerce de détail p Catégorie de commerce de détails. p Classification des commerces selon la marge bénéficiaire et le taux de rotation des stocks.. p Conclusion en statistiques p

3 1. Évolution des entreprises de détail au Québec Simons en 1870 Côte de la Fabrique Simons en 2007 place Ste-Foy 3

4 1. Évolution des entreprises de détail au Québec A. Le magasin général (début du 20ième siècle) Il y a 100 ans, tous les villages, ou presque, avaient leur magasin général. On y passait pour acheter divers types de marchandises; la farine, une pelle, une robe pour la petite dernière... Surtout, on venait s'informer des dernières nouvelles (ou colporter les derniers potins). 4

5 1. Évolution des entreprises de détail au Québec A. Fin 19ième début 20ième siècle Après avoir connu des conditions de vie difficiles, les familles ouvrières voient leur pouvoir d'achat augmenter. À partir des années 1920, elles participent à une activité jusqu'ici réservée aux familles aisées : le magasinage. Il n'est plus rare d'aller dans les grands magasins comme ceux de la rue Sainte-Catherine à Montréal. La société de consommation fait son apparition q.1 Toutefois la crise économique des années 30 freine cette expansion. 5

6 1. Évolution des entreprises de détail au Québec B. L âge d or des magasins à rayon ou grands magasins (fin 19 ième début du 20 ième siècle) Les grands magasins apparaissent dans les grandes villes. Afin de rejoindre les communautés rurales, ces derniers inventent le système de vente par catalogue. v/f 6

7 1. Évolution des entreprises de détail au Québec B. L essor des artères commerciales ( ) Après la fin de la crise, les années 1940 marquent l essor des artères commerciales comme la rue Sainte-Catherine et la rue Saint-Hubert à Montréal. Désormais les commerces se spécialisent! Contrairement au magasin général, les commerces de vêtements, chaussures, et tissus ne vendent que des marchandises sèches dry goods excluant de leur assortiment la nourriture et la quincaillerie Rue Saint-Hubert (octobre 1937) Photographie, Ville de Montréal. Gestion de documents et archives Ville de Montréal. Gestion de documents et archives, (VM94,Z179-2), Héritage Montréal 7

8 1. Évolution des entreprises de détail au Québec C. Le magasin à escompte (1960) À partir de 1960, le magasin à escompte prend place. Ce nouveau concept a raffiné celui du magasin à rayons en proposant des prix inférieurs rendus possibles par un marketing de masse et une distribution à très haut volume. Ce concept a été supporté par le renforcement de la classe moyenne. 8

9 1. Évolution des entreprises de détail au Québec D. La popularité du centre commercial ( ) Une forte croissance démographique de l après-guerre, une hausse du niveau de vie, l exode vers les banlieues et l adoption de l automobile par la grande majorité de la population favorisent l apparition du centre commercial. q.2 Ce concept commercial a connu son essor dans les années 1960 et Les années 1980 ont marqué la fin de la période de croissance de ce concept. q.1 En 1981 une hausse spectaculaire des taux d intérêt et en 1991 l apparition de la TPS et de la TVQ freinent le commerce. 9

10 1. Évolution des entreprises de détail au Québec E. La compétitivité des grandes surfaces ( ) Ce sont des magasins d une surface supérieure aux standards établis qui offrent un très bon rapport qualité-prix. Ils sont souvent situés dans un méga centre / power center qui regroupe des détaillants majeurs afin de concurrencer les centres commerciaux. 10

11 1. Évolution des entreprises de détail au Québec F. Le centre style de vie ou lifestyle ( ) Le centre «style de vie» est apparu au début des années 2000 dans le Sud des États-Unis. C est un power center, mais avec une âme! v/f et q.3 La particularité de ces centres commerciaux «life style», est qu on intègre au magasinage le divertissement On mange, on se fait masser et on termine la soirée par un spectacle à l Étoile En 2008 la récession américaine entraîne un ralentissement du commerce au Canada. Q.1 11

12 1. Évolution des entreprises de détail au Québec G. Les boutiques éphémères ou pop up stores (2011) Des boutiques ouvertes de façon temporaire (de quelques jours à quelques mois) suscitent une frénésie depuis quelques temps. v/f Ex: Aktion la boutique artistique ambulante du designer belge A.F. Vandevorst s installe au Quai 417 de la rue St-Pierre pour le mois de mars 2012., 12

13 1. Évolution des entreprises de détail au Québec H. Le magasin concept concept store ( ) Concept réservé à la haute couture, il est impensable d ouvrir un commerce de détail en 2012 sans thématique Le concept se développe.avec de nouveaux attributs et une réelle valeur ajoutée :offre, merchandising, services, politique de vente, animation Ex: Le Château rénove son concept aux promenades St-Bruno. Il change son logo et l aménagement du magasin. Il laisse entrer en ses murs d'autres marques que la sienne. Blondo, Jessica Simpson, Franco Sarto et Vince Camuto côtoient la marque Le Château. Les prix des chaussures atteignent 150 $. 13

14 1. Évolution des entreprises de détais au Québec H. Le magasin concept ( ) Les 8 clés pour créer un concept : Un positionnement stratégique et marketing Un espace suffisamment «grand» pour s exprimer, circuler, animer, présenter... Une décoration innovante,repérable, identifiable et mémorisable. Une communication Des produits sélectionnés Un bon emplacement Un personnel formé Un merchandising efficace Réf. Jean Claude Prinz La parfumerie Murale au Canada a fait de la luminosité un signe de distinctionimage: lejournaldunet 14

15 1. Évolution des entreprises de détail au Québec H. Le magasin concept ( ) Ces nouveaux concepts seront orientés vers certaines valeurs d avenir telles que : - Le confort - La responsabilité sociale - La gestion du temps - Le bien-être - La sécurité - Les loisirs Réf. Jean Claude Prinz Dans les nouveaux magasins Tous, en Espagne les clients sont accueillis dans des salons aux meubles et fauteuils vintage 19

16 1. Évolution des entreprises de détail au Québec I. Le commerce électronique...e-commerce Les sites des entreprises : Catalogue de produits offerts en ligne. Permettent de voir/acheter les produits sans se déplacer Body Kiss by La SenzaTM Body Kiss Demi Lightly) Les aubaines en ligne: Ebay.france Beyond the Rack Groupon.. 82% de rabais sur pinceaux Big Bad Wolf 20

17 1. Évolution des entreprises de détail au Québec I. Les codes Q.R Le code QR: code barres en 2D "QR" signifie Quick Reponse: le contenu peut être décodé rapidement. QR peut contenir beaucoup d'informations sur les produits et permet de comparer les prix Se lit à l aide d un téléphone portable Vuitton -Muraka 17

18 2. Les variables stratégiques du commerce de détail Message de Sam Walton fondateur de Walmart «Il n y a qu un chef dans l entreprise et c est le consommateur. L avenir même de l entreprise dépend de lui, car il peut licencier tout le personnel, y compris son président en allant dépenser son argent chez les concurrents.» Qu est-ce qui pousse le consommateur à entrer dans un magasin? Qu est-ce qui influence son parcours? 18

19 Le parcours du client 3-Il paye 2-Il se fait servir CE QUI INFLUENCE LE CLIENT 4-Il sort 1-Il entre 5- Il revient! 19

20 2. Les variables stratégiques du commerce de détail Stratégie PPDC ou les 4P 1. Prix 2. Produit 3. Distribution 4. Communication Stratégie 7V PASCCAL 1. Prix 2. Assortiment 3. Service à la clientèle 4. Communication commerciale de masse (CCM) 5. Communication commerciale personnalisée (CCP) 6. Aménagement et présentation des produits 7. Localisation 20

21 2. Lien entre les deux stratégies Stratégie de produit q.4 Stratégie d assortiment : Sélectionner et assortir les produits, services et marques qui, ensemble, créeront un attrait pour le client. Stratégie de distribution Stratégie de localisation : Choisir l endroit le plus approprié pour l emplacement du commerce. Stratégie de SAC : Définir les conditions dans lesquelles le produit est disponible ainsi que les services offerts. Stratégie de prix q.5 Stratégie de prix : Définir la politique des prix qui attirera le consommateur tout en garantissant des profits pour l entreprise. Stratégie de communication Stratégie d aménagement : Communiquer l image de l entreprise Stratégie de CCP : Définir l approche client. Stratégie de CCM : Sélectionner les moyens de communication commerciale de masse (publicité, promotion, marketing direct, commandite, R.P. et CLV). 21

22 3. Réalité du 21 ième siècle: défis pour le détaillant Des frais qui ne cessent d augmenter; il faut accroître la productivité et la rentabilité de chaque point de vente. Une croissance ralentie. Des marchés saturés; une concurrence intense et mondiale. Des marchés qui se fragmentent de plus en plus Le vieillissement de la population. Un mini bébé-boum favorisé par le RQAP. Des clients parfois infidèles à une marque. L embauche d une main d oeuvre adéquate. 22

23 4-L embauche d une main d oeuvre adéquate. Q.6 23

24 4-La main d oeuvre dans une entreprise de détail. Acheteur acheteuse: choisit des fournisseurs, de la marchandise garde un œil sur la concurrence. Caissier caissière: reçoit le paiement, emballe la marchandise balance la caisse. Commis au service à la clientèle: répond aux demandes, s occupe des plaintes Directeur/ gérant: planifie, organise, dirige, contrôle et évalue les activités du commerce. Superviseur: développe, dirige et supervise la mise en marché et l équipe de plusieurs établissements. Conseiller/ conseillère à la vente: conseille la clientèle et vend des produits et services. 24

25 5. Catégories de commerces de détail 25

26 5. Catégories de commerces de détail Indépendant : Les indépendants ont un maximum de trois points de vente qui sont généralement administrés par le propriétaire. La petite entreprise indépendante a quelque chose que la grande n a pas: la liberté et la possibilité d agir rapidement. v/f Chaîne de magasins : Plusieurs boutiques du même nom proposant les mêmes produits et le même aménagement. Les chaînes possèdent au moins quatre boutiques. Les chaînes disposent d un pouvoir d achat accru permettant de réaliser des économies d échelle au niveau de l approvisionnement. 26

27 5. Catégories de commerces de détail Propriété du fabricant : certains fabricants sont propriétaires des magasins de détail qui vendent leur produits. Leurs magasins servent de vitrine pour y proposer toutes les collections qu ils fabriquent et commercialisent. Propriété des consommateurs : Les coopératives de consommateurs sont des magasins appartenant à ceux-ci Poursuivant un but non lucratif, elles permettent aux clients membres de réaliser des économies. Commerce de détail hors magasins : vente par catalogue : vente électronique : vente à domicile : distributeurs automatiques : 27

28 6. Classification des commerces selon la marge bénéficiaire et le taux de rotation des stocks Exemples de marges : q.7a Marge élevée Rotation lente Holt s Coût $ 20 Détail $ 50 Marge $ 30 Marge faible Rotation élevée Tigre Géant Coût $ 20 Détail $ 30 Marge $ 10 28

29 6. Classification des commerces selon la marge bénéficiaire et le taux de rotation des stocks Marge faible - rotation élevée Marchandises pré vendues ou en libre-service Des emplacements isolés Assortiment large et peu profond Prix en dessous de ceux du marché Efforts promotionnels axés sur le prix 29

30 6. Classification des commerces selon la marge bénéficiaire et le taux de rotation des stocks Marge élevée rotation faible Plusieurs services proposés Emplacements regroupés Structure organisationnelle complexe Assortiment restreint et profond Prix au-dessus de ceux du marché Prix justifiés par une excellente réputation 30

31 6. Classification des commerces selon la marge bénéficiaire et le taux de rotation des stocks Marge élevée rotation élevée Dépanneur Service plus important : heures d ouvertures prolongées plusieurs emplacements Structure organisationnelle simple Assortiment large et peu profond Prix au-dessus de ceux du marché Peu ou pas de promotion, marché captif 31

32 En conclusion Le commerce de détail c est: 24,712 établissements ; 14.8% d entre eux vendent des vêtements et 2.4% des chaussures 19 sous-secteurs permettant de regrouper l offre de chaque détaillant. 298,845 employés dont 47.8% sont affectés à la vente ou au service à la clientèle. Ils travaillent en moyenne 28.3 heures/semaine. Le taux de roulement est problématique car les salaires sont peu élevés. 32

33 33

34 Médiagraphie Rapport Altus Géocom section économie Jean-Claude Prinz Nouvelles tendances :la vente au détail de vêtements au Canada Jane Lin Statistiques Canada: Détail Québec comité sectoriel du commerce de détail 34

M09/3/BUSMT/SP2/FRE/TZ0/XX. COMMERCE ET Gestion Niveau MOYEN. Vendredi 22 mai 2009 (matin) 1 heure 45 minutes

M09/3/BUSMT/SP2/FRE/TZ0/XX. COMMERCE ET Gestion Niveau MOYEN. Vendredi 22 mai 2009 (matin) 1 heure 45 minutes 22095026 COMMERCE ET Gestion Niveau MOYEN ÉPREUVE 2 Vendredi 22 mai 2009 (matin) 1 heure 45 minutes Instructions destinées aux candidats N ouvrez pas cette épreuve avant d'y être autorisé(e). Section A

Plus en détail

Chap 8 : L agencement de l unité commerciale I. L organisation de l espace de vente dans une grande surface

Chap 8 : L agencement de l unité commerciale I. L organisation de l espace de vente dans une grande surface Chap 8 : L agencement de l unité commerciale I. L organisation de l espace de vente dans une grande surface A. L organisation de la circulation dans le magasin B. L implantation des rayons 1. Les contraintes

Plus en détail

PLAN. --> PDV (Promotion de ventes) et PLV (Publicité sur lieu de vente)

PLAN. --> PDV (Promotion de ventes) et PLV (Publicité sur lieu de vente) COURS N 4 : LA POLITIQUE DE DISTRIBUTION COURS DE MARKETING / Cours n 4 : La politique de distribution --> MSG / IAE --> Novembre 2005 1 --> Introduction --> Les fonctions de la distribution --> Canal

Plus en détail

Plans comptables. PLAN COMPTABLE Chapitres 1 à 4 (entreprises à but lucratif)

Plans comptables. PLAN COMPTABLE Chapitres 1 à 4 (entreprises à but lucratif) Plans comptables PLAN COMPTABLE Chapitres 1 à 4 (entreprises à but lucratif) ACTIF Actif à court terme Banque opérations 1010 Dépôts à terme 1040 Titres négociables 1050 Placements temporaires obligations

Plus en détail

Pas d installations ou d équipement particuliers.

Pas d installations ou d équipement particuliers. COURS MAM1010 : Niveau : Préalable : Description : Paramètres : MARKÉTING ET GESTION Débutant Aucun L élève acquiert des notions de base en gestion et en markéting et donne des indications sur les meilleures

Plus en détail

Rédaction d un Plan d affaires

Rédaction d un Plan d affaires Rédaction d un Plan d affaires Catherine Raymond 2001 INTRODUCTION Raisons qui ont motivé la rédaction du plan d affaires Personnes ou organismes qui ont collaboré à l élaboration du plan d affaires Sommaire

Plus en détail

Plan de commercialisation

Plan de commercialisation Plan de commercialisation Plan de commercialisation Organigramme VAliDATiON Du POSiTiONNEMENT ET DE la MiSSiON STrATÉGiES MArKETiNG MESSAGE PuBliciTÉ relations PuBliQuES PrOMOTiONS radio AcTiViTÉS SOciAlES

Plus en détail

LE MARCHÉ DE LA LOCATION DU

LE MARCHÉ DE LA LOCATION DU LE MARCHÉ DE LA LOCATION DU COMMERCE DE DÉTAIL É À MONTRÉAL É Plan de la présentation 1 Quelques tendances 2 Les projets en cours 3 Les nouveaux joueurs 2 1. Quelques tendances La demande Évolution des

Plus en détail

Pour une stratégie de produits dérivés : compte rendu de la recherche effectuée par la SMQ

Pour une stratégie de produits dérivés : compte rendu de la recherche effectuée par la SMQ Pour une stratégie de produits dérivés : compte rendu de la recherche effectuée par la SMQ Katy Tari, Orange Kiwi Chargée de projet 1. Mise en contexte La Société des musées québécois (SMQ) s intéresse

Plus en détail

MODÈLE DE PRÉSENTATION PLAN D AFFAIRES

MODÈLE DE PRÉSENTATION PLAN D AFFAIRES MODÈLE DE PRÉSENTATION PLAN D AFFAIRES (Nom de l entreprise) PRÉPARÉ PAR : (Nom du ou des promoteurs) EN COLLABORATION AVEC : CDEC ROSEMONT PETITE-PATRIE (Mois et année) POURQUOI UN PLAN D AFFAIRES? Le

Plus en détail

COMMENTAIRE PORTAIT COMPARÉ DES CONSOMMATEURS CANADIENS ET AMÉRICAINS. Services économiques TD. Quelques faits stylisés

COMMENTAIRE PORTAIT COMPARÉ DES CONSOMMATEURS CANADIENS ET AMÉRICAINS. Services économiques TD. Quelques faits stylisés COMMENTAIRE Services économiques TD PORTAIT COMPARÉ DES CONSOMMATEURS CANADIENS ET AMÉRICAINS Quelques faits stylisés Au cours de la dernière décennie, les sociétés ont eu tendance à vouloir étendre leurs

Plus en détail

5 La comptabilisation des opérations

5 La comptabilisation des opérations 5 La comptabilisation des opérations d une entreprise commerciale Sujets abordés dans chacun des travaux suggérés Problèmes de Sujets abordés Exercices compréhension Une vue d ensemble des états financiers

Plus en détail

Salon Marketing Point de Vente 2012 : un bilan positif pour HL Display!

Salon Marketing Point de Vente 2012 : un bilan positif pour HL Display! Salon Marketing Point de Vente 2012 : un bilan positif pour HL Display! La dernière édition du salon, qui a eu lieu fin mars, s est clôturée sous le signe du succès pour HL Display. Souhaitant avoir une

Plus en détail

5.6 Concertation pour l emploi

5.6 Concertation pour l emploi 5.6 Concertation pour l emploi Soutien à la gestion des ressources humaines 5.6 CONCERTATION POUR L EMPLOI 2012-07-12 Table des matières Section 4 : p. 2 sur 13 Table des matières RÉFÉRENCE Table des matières...

Plus en détail

Note partielle sur le E-Commerce

Note partielle sur le E-Commerce Note partielle sur le E-Commerce (Centrée sur le marché de l habillement ; source : IFM 2011) 1. Remarques générales ; quelques définitions et orientations 1. Les Pure Player Il s agit du commerce en ligne

Plus en détail

Code de Conduite SIEA / PEGI pour la protection des Jeunes

Code de Conduite SIEA / PEGI pour la protection des Jeunes Code de Conduite SIEA / PEGI pour la protection des Jeunes Le présent Code de conduite a été élaboré par la Swiss Interactive Entertainment Association SIEA (www.siea.ch) afin de promouvoir et de garantir

Plus en détail

Examen des exigences relatives aux cartes prépayées Document de consultation publique et sondage

Examen des exigences relatives aux cartes prépayées Document de consultation publique et sondage Examen des exigences relatives aux cartes prépayées Document de consultation publique et sondage Cette initiative fait partie du plan quinquennal du Manitoba pour une meilleure protection du consommateur.

Plus en détail

UN CONCEPT UN FACTEUR DE SUCCÈS. Décoration et cadeaux pour la maison et le jardin.

UN CONCEPT UN FACTEUR DE SUCCÈS. Décoration et cadeaux pour la maison et le jardin. UN CONCEPT ATTRACTIF, UN FACTEUR DE SUCCÈS Décoration et cadeaux pour la maison et le jardin. LA PROMESSE CASA Un chez-soi plus agréable pour tous 2 www.casashops.com Page 4 Page 5 Page 6 Page 7 Page 8

Plus en détail

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F. Adm.A., CMC Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

La dette des particuliers

La dette des particuliers L EMPLOI ET LE REVENU EN La dette des particuliers Si l économie et la population des États-Unis sont presque dix fois supérieures à celles du, les deux pays comportent plusieurs similitudes. Les deux

Plus en détail

Sage 100 Entreprise Edition Etendue Module CRM Inclus

Sage 100 Entreprise Edition Etendue Module CRM Inclus Sage 100 Entreprise Edition Etendue Module CRM Inclus Nouveau produit! 1 1 Sommaire 1. Découpage fonctionnel ------------------------------------------------------------------------------ p3 2. Schéma

Plus en détail

PLUSIEURS OFFRES DE VISIBILITÉ PROMOTIONNELLE CIBLÉES! PROFITEZ DE NOTRE OFFRE COMBO!

PLUSIEURS OFFRES DE VISIBILITÉ PROMOTIONNELLE CIBLÉES! PROFITEZ DE NOTRE OFFRE COMBO! DU 22 AU 25 OCTOBRE 2015 AU STADE OLYMPIQUE 50 000 visiteurs / 300 exposants Le seul Salon d automne à Montréal. Plus de 50 000 consommateurs sur place à la recherche de produits et services en habitation

Plus en détail

Fonds tripartite de financement privé de la culture. Modèle de plan d affaires avec exemples. Entreprise ou organisme : Coordonnées :

Fonds tripartite de financement privé de la culture. Modèle de plan d affaires avec exemples. Entreprise ou organisme : Coordonnées : Fonds tripartite de financement privé de la culture Entreprise ou organisme : Coordonnées : Promoteur responsable : Date : Modèle de plan d affaires avec exemples TABLE DE MATIÈRES RÉSUMÉ Identification...1

Plus en détail

Mieux gérer le personnel. 6 manières d optimiser le personnel et la rentabilité grâce aux données de trafic

Mieux gérer le personnel. 6 manières d optimiser le personnel et la rentabilité grâce aux données de trafic Mieux gérer le personnel 6 manières d optimiser le personnel et la rentabilité grâce aux données de trafic Améliorer la gestion du personnel et obtenir des résultats financiers en contrôlant le trafic

Plus en détail

MODÈLE DE PROPOSITION COMMERCIALE D UNE PME AUX GRANDES CHAÎNES

MODÈLE DE PROPOSITION COMMERCIALE D UNE PME AUX GRANDES CHAÎNES MODÈLE DE PROPOSITION COMMERCIALE D UNE PME AUX GRANDES CHAÎNES Direction du développement des entreprises et des affaires Cet outil de gestion est une initiative conjointe de la Direction du commerce

Plus en détail

Développement économique Innovation Exportation. L industrie manufacturière québécoise du meuble de bureau : des marchés et des tendances à exploiter

Développement économique Innovation Exportation. L industrie manufacturière québécoise du meuble de bureau : des marchés et des tendances à exploiter Développement économique Innovation Exportation L industrie manufacturière québécoise du meuble de bureau : Un aperçu de l industrie Les activités économiques de l industrie manufacturière du meuble sont

Plus en détail

27 au 31 mai. Montréal, Canada. publicité et commandites. www.odq.qc.ca. 46 e congrès annuel. Palais des congrès de Montréal

27 au 31 mai. Montréal, Canada. publicité et commandites. www.odq.qc.ca. 46 e congrès annuel. Palais des congrès de Montréal publicité et commandites Montréal, Canada 2016 27 au 31 mai Palais des congrès de Montréal 46 e congrès annuel de l ordre des dentistes du québec www.odq.qc.ca Publicité et commandites L application mobile

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING 1. La notion de marché 2. La définition du Marketing et du Marketing - Mix 3. Les fonctions de l entreprise 4. La stratégie push ( fonction de production ) 5. La stratégie

Plus en détail

Intégrez la puissance du. «Où» dans votre entreprise. Obtenez de meilleurs résultats grâce à Esri Location Analytics

Intégrez la puissance du. «Où» dans votre entreprise. Obtenez de meilleurs résultats grâce à Esri Location Analytics Intégrez la puissance du «Où» dans votre entreprise Obtenez de meilleurs résultats grâce à Esri Location Analytics Quand la question est «Quoi», la réponse est «Où» Dans le contexte actuel d explosion

Plus en détail

www.pwc.com/ca/retail Prendre la mesure Étude comparative sur le commerce de détail

www.pwc.com/ca/retail Prendre la mesure Étude comparative sur le commerce de détail www.pwc.com/ca/retail Prendre la mesure Étude comparative sur le commerce de détail Étude comparative sur le commerce de détail Le groupe Conseils de PwC, en partenariat avec le Conseil canadien du commerce

Plus en détail

Chap 3 : La connaissance du client. I. Les fondements de la connaissance du client. Les principales évolutions sont résumées dans le tableau suivant :

Chap 3 : La connaissance du client. I. Les fondements de la connaissance du client. Les principales évolutions sont résumées dans le tableau suivant : Chap 3 : La connaissance du client I. Les fondements de la connaissance du client A. D une société de consommation à une société de consommateurs Depuis les années 1980, les mutations sociales ont eu d

Plus en détail

Comment développer l attractivité d un commerce multiservices?

Comment développer l attractivité d un commerce multiservices? Comment développer l attractivité d un commerce multiservices? L attractivité pour un commerce multiservices : Comment la déterminer? Quel sens lui donner? Quel sens donnez-vous au mot ATTRACTIVITE, dans

Plus en détail

Multi Menu franchising inc. Franchiseur 1700 Boul. St-Elzear Ouest, local 105 Laval, Qc H7L 3N2 1-877-462-0056 info@multimenu.ca

Multi Menu franchising inc. Franchiseur 1700 Boul. St-Elzear Ouest, local 105 Laval, Qc H7L 3N2 1-877-462-0056 info@multimenu.ca Multi Menu franchising inc. Franchiseur 1700 Boul. St-Elzear Ouest, local 105 Laval, Qc H7L 3N2 1-877-462-0056 info@multimenu.ca Bonjour, Nous vous remercions de votre intérêt pour Multi Menu. Si vous

Plus en détail

Le Québec, terre de traduction

Le Québec, terre de traduction Le Québec, terre de traduction S il est un endroit au monde où les traducteurs ont un marché établi, c est bien le Canada. Et le Québec, au sein du Canada, jouit d une situation encore plus privilégiée.

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

CHAPITRE 5 Le passif

CHAPITRE 5 Le passif CHAPITRE 5 Le passif Problème 5.1 L existence et l estimation des éléments de passif a) Oui. La partie des articles que la boutique s est engagée à acheter crée un passif au 25 novembre 20X6, puisque ces

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE D ENQUÊTE

MÉTHODOLOGIE D ENQUÊTE MÉTHODOLOGIE D ENQUÊTE Échantillon de départ tiré de la base de données de Dun and Bradstreet 4 secteurs d activités ciblés (entreprises de 5 employés et plus) : Des entreprises québécoises du secteur

Plus en détail

Mobile & achats à la demande. Comment le marketing à la performance permet-il aux mobiles d influencer le parcours d achat. tradedoubler.

Mobile & achats à la demande. Comment le marketing à la performance permet-il aux mobiles d influencer le parcours d achat. tradedoubler. Mobile & achats à la demande Comment le marketing à la performance permet-il aux mobiles d influencer le parcours d achat tradedoubler.com En Europe, les canaux mobiles de marketing à la performance transforment

Plus en détail

Comportement Web des touristes québécois

Comportement Web des touristes québécois Comportement Web des touristes québécois Faits saillants - Mai 2011 Sondage Ipsos Descarie Réseau de veille en tourisme En partenariat avec le ministère du Tourisme du Québec Le sondage concernant le comportement

Plus en détail

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos»)

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Sommaire Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Novembre 2013 Table des matières 1. CONTEXTE ET OBJECTIFS... 3 2. MÉTHODES DE RECHERCHE...

Plus en détail

Modèle/Exemple - Business plan

Modèle/Exemple - Business plan Modèle/Exemple - Business plan Insérez ici le logo de votre enseigne/société NOM/Prénom Addresse 1 Addresse 2 Ville Code Postal Téléphone Fax Mobile E-mail Site Internet Sommaire Page 1. Introduction -

Plus en détail

DES EXEMPLES DE PROJETS PRESENTES EN PDUC

DES EXEMPLES DE PROJETS PRESENTES EN PDUC Type d UC Outils du diagnostic Problématique Projet Magasin spécialisé dans la vente de produits pour l équitation Observation Analyse du compte de résultat Enquête clientèle Etude de concurrence Perte

Plus en détail

Le commerce. électronique et ses répercussions sur les boutiques

Le commerce. électronique et ses répercussions sur les boutiques Le commerce électronique et ses répercussions sur les boutiques Table des matières 2 Introduction 3 4 5 6 Le commerce en ligne gruge une partie des ventes au détail Le furetage en magasin est maintenant

Plus en détail

Comment préparer une demande de financement

Comment préparer une demande de financement Comment préparer une demande de financement SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Présenter votre entreprise Cibler vos points forts Faire les démarches SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Obtenir des sommes d argent

Plus en détail

Le fonctionnement et l importance des agences de recrutement et de placement de personnel

Le fonctionnement et l importance des agences de recrutement et de placement de personnel Le fonctionnement et l importance des agences de recrutement et de placement de personnel Annexe technique à la Note économique sur les avantages d un marché du travail flexible Dans la Note économique

Plus en détail

PRÉPARÉ PAR : PAGE 1

PRÉPARÉ PAR :   PAGE 1 (Nom de l entreprise) PRÉPARÉ PAR : (Nom du ou des promoteurs) (Mois et année) PAGE 1 POURQUOI UN PLAN D AFFAIRES? Le plan d affaires vous permet de faire une réflexion sur tous les aspects de l entreprise

Plus en détail

Les variables contrôlables et l environnement l marketing

Les variables contrôlables et l environnement l marketing Les variables contrôlables et l environnement l du marketing Denis Pettigrew Normand Turgeon Chapitre 2 Réalisé par Gilbert Rock et adapté par Guy Grégoire Sommaire Le marketing mix Le produit Le prix

Plus en détail

Réussir son affiliation

Réussir son affiliation David Sitbon Étienne Naël Réussir son affiliation Comment gagner de l argent avec Internet, 2012 ISBN : 978-2-212-55350-5 1 Comprendre que tout est marketing de rentrer dans le détail, il nous a semblé

Plus en détail

BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR

BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR Vous êtes tuteur d un étudiant en BTS management des unités commerciales. Ce guide vous est destiné : il facilite votre préparation de l arrivée du

Plus en détail

CAHIER DU PARTICIPANT

CAHIER DU PARTICIPANT CAHIER DU PARTICIPANT Coordination des travaux : Pascale Daigle, Chaire de Tourisme de l UQAM Conception,recherche, rédaction : Pascale Daigle et Brigitte Maheu, Chaire de Tourisme de l UQAM Collaboration

Plus en détail

Success Story pour le marché Américain

Success Story pour le marché Américain pour le marché Américain Votre passerelle sur le marchée américain. Al Hamman, Président, Hamman Marketing Associates Avec plus de 30 ans d expériences nationales et internationales derrière nous en marketing

Plus en détail

Possibilités de marketing et de commandite 2013 Accédez à un vaste auditoire

Possibilités de marketing et de commandite 2013 Accédez à un vaste auditoire Possibilités de marketing et de commandite 2013 Accédez à un vaste auditoire Grâce aux forfaits combinés de l ACP, vous pouvez augmenter votre part de marché sans vous ruiner. Revue DIALOGUE Plus de 20

Plus en détail

Les pourcentages. Un pourcentage est défini par un rapport dont le dénominateur est 100. Ce rapport appelé taux de pourcentage est noté t.

Les pourcentages. Un pourcentage est défini par un rapport dont le dénominateur est 100. Ce rapport appelé taux de pourcentage est noté t. Les pourcentages I Définition : Un pourcentage est défini par un rapport dont le dénominateur est 100. Ce rapport appelé taux de pourcentage est noté t. Exemple : Ecrire sous forme décimale les taux de

Plus en détail

SiS Contrôle d accès. 1 888 463-2867 www.datorsis.com

SiS Contrôle d accès. 1 888 463-2867 www.datorsis.com SiS Contrôle d accès SiS Contrôle d accès est un module qui vous permet de gérer les accès à vos sites et bâtiments, de gérer les entrées et sorties de vos employés et visiteurs grâce à des équipements

Plus en détail

Grégory Bressolles L E-MARKETING

Grégory Bressolles L E-MARKETING Grégory Bressolles L E-MARKETING Conseiller éditorial : Christian Pinson Dunod, Paris, 2012 ISBN 978-2-10-057045-4 SOMMAIRE Avant-propos 5 CHAPITRE 1 Qu est-ce que l e-marketing? I COMMENT INTERNET A-T-IL

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire PROJET D ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE OCTOBRE 2014 TABLE DES MATIÈRES POURQUOI UN ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE?...

Plus en détail

Coûts de production et de distribution

Coûts de production et de distribution Le prix Coûts de production et de distribution Coûts directs et indirects Clés de répartition Coûts fixes et coûts variables Fixes : indépendants du volume de vente : amortissement des machines, salaires

Plus en détail

A. Comprendre les attentes des internautes et leurs évolutions permanentes en B2C

A. Comprendre les attentes des internautes et leurs évolutions permanentes en B2C Chapitre 1 : Pourquoi intégrer Internet à sa stratégie d'entreprise 15 A. Comprendre les attentes des internautes et leurs évolutions permanentes en B2C Chapitre 1 : Pourquoi intégrer Internet à sa stratégie

Plus en détail

CHAPITRE 9 LE SYSTÈME BANCAIRE

CHAPITRE 9 LE SYSTÈME BANCAIRE CHAPITRE 9 LE SYSTÈME BANCAIRE 9.1 LE SYSTÈME BANCAIRE AMÉRICAIN Contrairement aux banques de plusieurs pays, les banques américaines ne sont ni détenues ni gérées par le gouvernement. Elles offrent des

Plus en détail

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : Dossier à l attention des dirigeants Centres d évaluation de la technologie inc. Stratégies gagnantes pour l industrie : Synthèse Jusqu ici, les

Plus en détail

Traitement de Visa Débit

Traitement de Visa Débit Traitement de Visa Débit Information à l intention des marchands sur le traitement des transactions du commerce électronique et des commandes par téléphone Table des matières À propos de ce guide 3 Procédures

Plus en détail

Fiche méthodologique Le Business to Consumer (B to C)

Fiche méthodologique Le Business to Consumer (B to C) Fiche méthodologique Le Business to Consumer (B to C) Plan de la fiche : 1 : Présentation de la fiche 2 : Définition et catégories 3 : Critère de définition 1 : la nature des produits 4 : Critère de définition

Plus en détail

Du Web to Store au Digital in Store

Du Web to Store au Digital in Store Livre blanc Du Web to Store au Digital in Store Quand votre audience online se transforme en acheteurs offline www.kontestapp.com Introduction Le commerce digital et le commerce traditionnel évoluent de

Plus en détail

La dette de consommation au Québec et au Canada

La dette de consommation au Québec et au Canada La dette de consommation au Québec et au Canada par : James O Connor Direction des statistiques sur les industries INTRODUCTION La croissance de l endettement à la consommation au Québec et au Canada entre

Plus en détail

Nouvelle construction habitation unifamiliale 2009

Nouvelle construction habitation unifamiliale 2009 Nouvelle construction habitation unifamiliale 2009 Remise du sac d'accueil Informations sur les organismes de la Ville Informations sur les commerces de la Ville Information sur les services municipaux

Plus en détail

Guide pratique : Les coûts d emprunt d argent

Guide pratique : Les coûts d emprunt d argent QUESTION Guide pratique : Les coûts d emprunt Commanditaire fondateur ABC Alpha pour la vie Canada Guide pratique Question : Les coûts d emprunt Faire l épicerie coûte de l argent. Les vêtements coûtent

Plus en détail

Communiqué de presse Mardi 12 décembre 2006

Communiqué de presse Mardi 12 décembre 2006 Communiqué de presse Mardi 12 décembre 2006 RESULTATS ANNUELS 2006 Chiffre d affaires en hausse de 5,6% : première année de croissance depuis 4 ans Résultat net positif à 5 M vs 3 M en 2005 2006 : une

Plus en détail

PHOTOGRAPHE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1

PHOTOGRAPHE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1 PHOTOGRAPHE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU PHOTOGRAPHE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU PHOTOGRAPHE... 5 L'ACTIVITÉ DU PHOTOGRAPHE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DU PHOTOGRAPHE... 10 EN SAVOIR PLUS SUR CE SECTEUR... 12

Plus en détail

IPÉSUP ADMISSIONS PARALLÈLES 2015 FICHE-MÉTIER : LA FONCTION COMMERCIALE

IPÉSUP ADMISSIONS PARALLÈLES 2015 FICHE-MÉTIER : LA FONCTION COMMERCIALE IPÉSUP ADMISSIONS PARALLÈLES 2015 FICHE-MÉTIER : LA FONCTION COMMERCIALE Ø Panorama du secteur de la grande distribution en France o Les grands chiffres o Typologie de la grande distribution o Les mutations

Plus en détail

Aménager. son point de vente

Aménager. son point de vente Aménager son point de vente L aménagement du point de vente est l un des principaux piliers de la réussite d une entreprise commerciale. La conception de l espace marchand doit permettre : une identification

Plus en détail

La question financière. www.guidesulysse.com

La question financière. www.guidesulysse.com 1 La question financière Connaître le coût des études à Montréal, faire un budget efficace et réaliste, trouver des moyens pour financer ses études et comprendre les conséquences de l endettement, voilà

Plus en détail

Les pourcentages. Vérifier qu il y a proportionnalité en calculant le coefficient multiplicateur k.

Les pourcentages. Vérifier qu il y a proportionnalité en calculant le coefficient multiplicateur k. Les pourcentages I Approche : Lors d une période de soldes, un commerçant a affiché, pour chaque article, le prix habituel et le montant de la réduction accordée : Chemise : Prix habituel : 15 Remise :

Plus en détail

Communication intelligente

Communication intelligente Communication intelligente Solutions simplifiées pour petites et moyennes entreprises À l intérieur : Solutions voix et IP Casques d écoute et appareils d audioconférence Maintenance et financement Téléphone

Plus en détail

M06/3/BUSMT/HP2/FRE/TZ0/XX+ COMMERCE ET Gestion. Mercredi 17 mai 2006 (matin) 2 heures 30 minutes

M06/3/BUSMT/HP2/FRE/TZ0/XX+ COMMERCE ET Gestion. Mercredi 17 mai 2006 (matin) 2 heures 30 minutes IB DIPLOMA PROGRAMME PROGRAMME DU DIPLÔME DU BI PROGRAMA DEL DIPLOMA DEL BI COMMERCE ET Gestion Niveau supérieur ÉPREUVE 2 22065024 Mercredi 17 mai 2006 (matin) 2 heures 30 minutes Instructions destinées

Plus en détail

b. Détermination du coût de Production------------------------------------------------14

b. Détermination du coût de Production------------------------------------------------14 I. INTRODUCTION ----------------------------------------------------------------------------------- 3 II. LA PAGE DE COUVERTURE ------------------------------------------------------------------ 5 III.

Plus en détail

PLAN D ACTION À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES 1 er avril 2014 au 31 mars 2015

PLAN D ACTION À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES 1 er avril 2014 au 31 mars 2015 DES PERSONNES HANDICAPÉES 1 er avril 2014 au 31 mars 2015 Vice-présidence principale aux ressources humaines et à l administration TABLE DES MATIÈRES MISE EN CONTEXTE... 4 DÉFINITION... 4 PORTRAIT DE

Plus en détail

Offre de services. PHPCreation Inc. info@phpcreation.com - www.phpcreation.com. Date : 2015. Présenté à : À l'attention de : Représentant :

Offre de services. PHPCreation Inc. info@phpcreation.com - www.phpcreation.com. Date : 2015. Présenté à : À l'attention de : Représentant : Date : 2015 Offre de services Présenté à : À l'attention de : Représentant : PHPCreation Inc. T- info@phpcreation.com - www.phpcreation.com Table des matières OFFRE DE SERVICES... 3 SOMMAIRE EXÉCUTIF...

Plus en détail

L État du commerce électronique dans l industrie du sport au Canada

L État du commerce électronique dans l industrie du sport au Canada L État du commerce électronique dans l industrie du sport au Canada Mars 2002 icongo, Inc 740, rue St Maurice, bureau 602 Montréal, (Québec) Canada H3C 1L5 Tél. : 514-866-2664 Télécopieur : 514-866-8404

Plus en détail

La marque : clé du succès de la stratégie commerciale dans un marché global

La marque : clé du succès de la stratégie commerciale dans un marché global La marque : clé du succès de la stratégie commerciale dans un marché global Historique Les marques existent depuis les premiers échanges commerciaux et servaient essentiellement à authentifier l origine

Plus en détail

Les métiers du commerce

Les métiers du commerce Les métiers du commerce Présentation des métiers Plus de trois millions de personnes en France travaillent dans le secteur du commerce. Dans les rayons d'une grande surface, dans une boutique, dans une

Plus en détail

Exemple de Plan d Affaires

Exemple de Plan d Affaires Université de Sfax Centre Universitaire d Insertion et d Essaimage de Sfax Projet Culture Entrepreneuriale et Création d Entreprise à l Université de Sfax CE & CE Annexe Exemple de Plan d Affaires A l

Plus en détail

Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014

Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014 Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014 Résumé L industrie des produits alimentaires et des produits de consommation est le principal

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

Solution d intelligence marketing et CRM

Solution d intelligence marketing et CRM Solution d intelligence marketing et CRM L entreprise d aujourd hui est littéralement ensevelie sous une masse d information générée par son activité commerciale et par les liens qu elle tisse avec ses

Plus en détail

Mix Distribution : où vendre ses produits?

Mix Distribution : où vendre ses produits? 28/07/2010 Confidentiel - Tous droits de reproduction réservés 1 mondirecteurmarketing N attendez pas d être grand pour croître! Mix Distribution : où vendre ses produits? 28/07/2010 Confidentiel - Tous

Plus en détail

RISK INDEX 2014 SUISSE

RISK INDEX 2014 SUISSE RISK INDEX SUISSE L indice de risque a été conçu par Intrum Justitia. Depuis 1998, Intrum Justitia recense les données de dizaines de milliers d entreprises européennes. Le premier rapport portant sur

Plus en détail

PROGRAMME ENTREPRENEURSHIP

PROGRAMME ENTREPRENEURSHIP PROGRAMME ENTREPRENEURSHIP 12 ateliers 48 heures en partenariat avec Pour information ou inscription : Chambre de commerce du Saguenay 418 543.5941 poste 221 194, rue Price Ouest, Chicoutimi, G7J 1H1 info@ccsaguenay.ca

Plus en détail

Omer DeSerres Développement de la Quincaillerie. par JoAnne Labrecque Cahier n o 94-001R Cahier de recherche Janvier 1994 ISSN : 1181-9383

Omer DeSerres Développement de la Quincaillerie. par JoAnne Labrecque Cahier n o 94-001R Cahier de recherche Janvier 1994 ISSN : 1181-9383 Omer DeSerres Développement de la Quincaillerie par JoAnne Labrecque Cahier n o 94-001R Cahier de recherche Janvier 1994 ISSN : 1181-9383 Copyright 1994. La Chaire de commerce Omer DeSerres, École des

Plus en détail

RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION

RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION Contexte L accès à une prestation de retraite ou de pension pour les employés des organismes du secteur

Plus en détail

AGENCE IMMOBILIÈRE SOMMAIRE

AGENCE IMMOBILIÈRE SOMMAIRE AGENCE IMMOBILIÈRE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'AGENCE IMMOBILIÈRE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'AGENCE IMMOBILIÈRE... 5 L'ACTIVITÉ DE L'AGENCE IMMOBILIÈRE... 8 LES POINTS DE VIGILANCE DE L'AGENCE IMMOBILIÈRE...

Plus en détail

Des solutions efficaces, économiques, écologiques. Les professionnels de la mobilité durable

Des solutions efficaces, économiques, écologiques. Les professionnels de la mobilité durable Des solutions efficaces, économiques, écologiques Les professionnels de la mobilité durable Mobili-T et la gestion des déplacements Mobili-T, le Centre de gestion des déplacements du Québec métropolitain,

Plus en détail

I ON S S IR E OI R ULT U R A MO S AV LE LIVRE, AU CŒUR DE LA CULTURE. Plan d action sur le livre

I ON S S IR E OI R ULT U R A MO S AV LE LIVRE, AU CŒUR DE LA CULTURE. Plan d action sur le livre P A HI S S S T C R I ON M Ê IR E ULT U R A MO V ÉM E O IR E UR S AV OI R E LE LIVRE, AU CŒUR DE LA CULTURE Plan d action sur le livre OCCUPATION : DÉVOREUSE DE LIVRES VOTRE LIBRAIRE, AUTEUR DE PETITS BONHEURS

Plus en détail

FRANCHISE. Rejoignez la high-tech expérience

FRANCHISE. Rejoignez la high-tech expérience FRANCHISE Rejoignez la high-tech expérience LA PASSION DE L INFORMATIQUE ET DU HIGH-TECH DEPUIS 1996 LDLC.COM, L ESPRIT CONNECTÉ Après avoir créé sa start-up en 1996, Laurent de La Clergerie a participé

Plus en détail

D O S S I E R D E P R E S S E 1 2 J U I N 2 0 1 5

D O S S I E R D E P R E S S E 1 2 J U I N 2 0 1 5 D O S S I E R D E P R E S S E 1 2 J U I N 2 0 1 5 GÉANT CASINO FAIT PEAU NEUVE Après une baisse des tarifs sans précédent qui a permis à Géant Casino de devenir leader des prix bas, l enseigne d hypermarchés

Plus en détail

U41 Analyse diagnostique des marchés étrangers. Corrigé SOCONA

U41 Analyse diagnostique des marchés étrangers. Corrigé SOCONA Session 2012 Brevet de Technicien Supérieur COMMERCE INTERNATIONAL à référentiel commun européen U41 Analyse diagnostique des marchés étrangers Corrigé SOCONA Première partie Élaboration d un diagnostic

Plus en détail

Dossier de presse. 5 commerçants du Vignoble nantais sélectionnés pour la 1 ère étape du concours «Mon commerce a des idées»

Dossier de presse. 5 commerçants du Vignoble nantais sélectionnés pour la 1 ère étape du concours «Mon commerce a des idées» Dossier de presse Nantes, le 17/07/2014 5 commerçants du Vignoble nantais sélectionnés pour la 1 ère étape du concours «Mon commerce a des idées» SOMMAIRE Communiqué de presse p. 2 Les membres du jury

Plus en détail

aux entreprises textiles Le parte n aire dédié www.sc-2.com Mail : commercial@sc-2.com

aux entreprises textiles Le parte n aire dédié www.sc-2.com Mail : commercial@sc-2.com 8 rue des 2 communes 94300 Vincennes, France Fax : +33 (0)1 70 70 21 30 SC-2 accompagne les entreprises textiles en leur apportant ses compétences multiples et significatives acquises au sein d enseignes

Plus en détail

Documents mis à disposition par : http://www.marketing-etudiant.fr. Attention

Documents mis à disposition par : http://www.marketing-etudiant.fr. Attention Documents mis à disposition par : http://www.marketing-etudiant.fr Attention Ce document est un travail d étudiant, il n a pas été relu et vérifié par Marketing-etudiant.fr. En conséquence croisez vos

Plus en détail