Étape 1: Le portrait du commerce de détail

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Étape 1: Le portrait du commerce de détail"

Transcription

1 Étape 1: Le portrait du commerce de détail Introduction au commerce de détail Commerce de détail et opérations MV Cahier 1 préparé par: Monique Vaillancourt 1

2 TABLE DES MATIÈRES 1-Évolution des entreprises de détail au Québec.. p Lesvariables stratégiques d un commerce de détail p Défis du 21 ième siècle pour les détaillants. p La main d oeuvre dans un commerce de détail p Catégorie de commerce de détails. p Classification des commerces selon la marge bénéficiaire et le taux de rotation des stocks.. p Conclusion en statistiques p

3 1. Évolution des entreprises de détail au Québec Simons en 1870 Côte de la Fabrique Simons en 2007 place Ste-Foy 3

4 1. Évolution des entreprises de détail au Québec A. Le magasin général (début du 20ième siècle) Il y a 100 ans, tous les villages, ou presque, avaient leur magasin général. On y passait pour acheter divers types de marchandises; la farine, une pelle, une robe pour la petite dernière... Surtout, on venait s'informer des dernières nouvelles (ou colporter les derniers potins). 4

5 1. Évolution des entreprises de détail au Québec A. Fin 19ième début 20ième siècle Après avoir connu des conditions de vie difficiles, les familles ouvrières voient leur pouvoir d'achat augmenter. À partir des années 1920, elles participent à une activité jusqu'ici réservée aux familles aisées : le magasinage. Il n'est plus rare d'aller dans les grands magasins comme ceux de la rue Sainte-Catherine à Montréal. La société de consommation fait son apparition q.1 Toutefois la crise économique des années 30 freine cette expansion. 5

6 1. Évolution des entreprises de détail au Québec B. L âge d or des magasins à rayon ou grands magasins (fin 19 ième début du 20 ième siècle) Les grands magasins apparaissent dans les grandes villes. Afin de rejoindre les communautés rurales, ces derniers inventent le système de vente par catalogue. v/f 6

7 1. Évolution des entreprises de détail au Québec B. L essor des artères commerciales ( ) Après la fin de la crise, les années 1940 marquent l essor des artères commerciales comme la rue Sainte-Catherine et la rue Saint-Hubert à Montréal. Désormais les commerces se spécialisent! Contrairement au magasin général, les commerces de vêtements, chaussures, et tissus ne vendent que des marchandises sèches dry goods excluant de leur assortiment la nourriture et la quincaillerie Rue Saint-Hubert (octobre 1937) Photographie, Ville de Montréal. Gestion de documents et archives Ville de Montréal. Gestion de documents et archives, (VM94,Z179-2), Héritage Montréal 7

8 1. Évolution des entreprises de détail au Québec C. Le magasin à escompte (1960) À partir de 1960, le magasin à escompte prend place. Ce nouveau concept a raffiné celui du magasin à rayons en proposant des prix inférieurs rendus possibles par un marketing de masse et une distribution à très haut volume. Ce concept a été supporté par le renforcement de la classe moyenne. 8

9 1. Évolution des entreprises de détail au Québec D. La popularité du centre commercial ( ) Une forte croissance démographique de l après-guerre, une hausse du niveau de vie, l exode vers les banlieues et l adoption de l automobile par la grande majorité de la population favorisent l apparition du centre commercial. q.2 Ce concept commercial a connu son essor dans les années 1960 et Les années 1980 ont marqué la fin de la période de croissance de ce concept. q.1 En 1981 une hausse spectaculaire des taux d intérêt et en 1991 l apparition de la TPS et de la TVQ freinent le commerce. 9

10 1. Évolution des entreprises de détail au Québec E. La compétitivité des grandes surfaces ( ) Ce sont des magasins d une surface supérieure aux standards établis qui offrent un très bon rapport qualité-prix. Ils sont souvent situés dans un méga centre / power center qui regroupe des détaillants majeurs afin de concurrencer les centres commerciaux. 10

11 1. Évolution des entreprises de détail au Québec F. Le centre style de vie ou lifestyle ( ) Le centre «style de vie» est apparu au début des années 2000 dans le Sud des États-Unis. C est un power center, mais avec une âme! v/f et q.3 La particularité de ces centres commerciaux «life style», est qu on intègre au magasinage le divertissement On mange, on se fait masser et on termine la soirée par un spectacle à l Étoile En 2008 la récession américaine entraîne un ralentissement du commerce au Canada. Q.1 11

12 1. Évolution des entreprises de détail au Québec G. Les boutiques éphémères ou pop up stores (2011) Des boutiques ouvertes de façon temporaire (de quelques jours à quelques mois) suscitent une frénésie depuis quelques temps. v/f Ex: Aktion la boutique artistique ambulante du designer belge A.F. Vandevorst s installe au Quai 417 de la rue St-Pierre pour le mois de mars 2012., 12

13 1. Évolution des entreprises de détail au Québec H. Le magasin concept concept store ( ) Concept réservé à la haute couture, il est impensable d ouvrir un commerce de détail en 2012 sans thématique Le concept se développe.avec de nouveaux attributs et une réelle valeur ajoutée :offre, merchandising, services, politique de vente, animation Ex: Le Château rénove son concept aux promenades St-Bruno. Il change son logo et l aménagement du magasin. Il laisse entrer en ses murs d'autres marques que la sienne. Blondo, Jessica Simpson, Franco Sarto et Vince Camuto côtoient la marque Le Château. Les prix des chaussures atteignent 150 $. 13

14 1. Évolution des entreprises de détais au Québec H. Le magasin concept ( ) Les 8 clés pour créer un concept : Un positionnement stratégique et marketing Un espace suffisamment «grand» pour s exprimer, circuler, animer, présenter... Une décoration innovante,repérable, identifiable et mémorisable. Une communication Des produits sélectionnés Un bon emplacement Un personnel formé Un merchandising efficace Réf. Jean Claude Prinz La parfumerie Murale au Canada a fait de la luminosité un signe de distinctionimage: lejournaldunet 14

15 1. Évolution des entreprises de détail au Québec H. Le magasin concept ( ) Ces nouveaux concepts seront orientés vers certaines valeurs d avenir telles que : - Le confort - La responsabilité sociale - La gestion du temps - Le bien-être - La sécurité - Les loisirs Réf. Jean Claude Prinz Dans les nouveaux magasins Tous, en Espagne les clients sont accueillis dans des salons aux meubles et fauteuils vintage 19

16 1. Évolution des entreprises de détail au Québec I. Le commerce électronique...e-commerce Les sites des entreprises : Catalogue de produits offerts en ligne. Permettent de voir/acheter les produits sans se déplacer Body Kiss by La SenzaTM Body Kiss Demi Lightly) Les aubaines en ligne: Ebay.france Beyond the Rack Groupon.. 82% de rabais sur pinceaux Big Bad Wolf 20

17 1. Évolution des entreprises de détail au Québec I. Les codes Q.R Le code QR: code barres en 2D "QR" signifie Quick Reponse: le contenu peut être décodé rapidement. QR peut contenir beaucoup d'informations sur les produits et permet de comparer les prix Se lit à l aide d un téléphone portable Vuitton -Muraka 17

18 2. Les variables stratégiques du commerce de détail Message de Sam Walton fondateur de Walmart «Il n y a qu un chef dans l entreprise et c est le consommateur. L avenir même de l entreprise dépend de lui, car il peut licencier tout le personnel, y compris son président en allant dépenser son argent chez les concurrents.» Qu est-ce qui pousse le consommateur à entrer dans un magasin? Qu est-ce qui influence son parcours? 18

19 Le parcours du client 3-Il paye 2-Il se fait servir CE QUI INFLUENCE LE CLIENT 4-Il sort 1-Il entre 5- Il revient! 19

20 2. Les variables stratégiques du commerce de détail Stratégie PPDC ou les 4P 1. Prix 2. Produit 3. Distribution 4. Communication Stratégie 7V PASCCAL 1. Prix 2. Assortiment 3. Service à la clientèle 4. Communication commerciale de masse (CCM) 5. Communication commerciale personnalisée (CCP) 6. Aménagement et présentation des produits 7. Localisation 20

21 2. Lien entre les deux stratégies Stratégie de produit q.4 Stratégie d assortiment : Sélectionner et assortir les produits, services et marques qui, ensemble, créeront un attrait pour le client. Stratégie de distribution Stratégie de localisation : Choisir l endroit le plus approprié pour l emplacement du commerce. Stratégie de SAC : Définir les conditions dans lesquelles le produit est disponible ainsi que les services offerts. Stratégie de prix q.5 Stratégie de prix : Définir la politique des prix qui attirera le consommateur tout en garantissant des profits pour l entreprise. Stratégie de communication Stratégie d aménagement : Communiquer l image de l entreprise Stratégie de CCP : Définir l approche client. Stratégie de CCM : Sélectionner les moyens de communication commerciale de masse (publicité, promotion, marketing direct, commandite, R.P. et CLV). 21

22 3. Réalité du 21 ième siècle: défis pour le détaillant Des frais qui ne cessent d augmenter; il faut accroître la productivité et la rentabilité de chaque point de vente. Une croissance ralentie. Des marchés saturés; une concurrence intense et mondiale. Des marchés qui se fragmentent de plus en plus Le vieillissement de la population. Un mini bébé-boum favorisé par le RQAP. Des clients parfois infidèles à une marque. L embauche d une main d oeuvre adéquate. 22

23 4-L embauche d une main d oeuvre adéquate. Q.6 23

24 4-La main d oeuvre dans une entreprise de détail. Acheteur acheteuse: choisit des fournisseurs, de la marchandise garde un œil sur la concurrence. Caissier caissière: reçoit le paiement, emballe la marchandise balance la caisse. Commis au service à la clientèle: répond aux demandes, s occupe des plaintes Directeur/ gérant: planifie, organise, dirige, contrôle et évalue les activités du commerce. Superviseur: développe, dirige et supervise la mise en marché et l équipe de plusieurs établissements. Conseiller/ conseillère à la vente: conseille la clientèle et vend des produits et services. 24

25 5. Catégories de commerces de détail 25

26 5. Catégories de commerces de détail Indépendant : Les indépendants ont un maximum de trois points de vente qui sont généralement administrés par le propriétaire. La petite entreprise indépendante a quelque chose que la grande n a pas: la liberté et la possibilité d agir rapidement. v/f Chaîne de magasins : Plusieurs boutiques du même nom proposant les mêmes produits et le même aménagement. Les chaînes possèdent au moins quatre boutiques. Les chaînes disposent d un pouvoir d achat accru permettant de réaliser des économies d échelle au niveau de l approvisionnement. 26

27 5. Catégories de commerces de détail Propriété du fabricant : certains fabricants sont propriétaires des magasins de détail qui vendent leur produits. Leurs magasins servent de vitrine pour y proposer toutes les collections qu ils fabriquent et commercialisent. Propriété des consommateurs : Les coopératives de consommateurs sont des magasins appartenant à ceux-ci Poursuivant un but non lucratif, elles permettent aux clients membres de réaliser des économies. Commerce de détail hors magasins : vente par catalogue : vente électronique : vente à domicile : distributeurs automatiques : 27

28 6. Classification des commerces selon la marge bénéficiaire et le taux de rotation des stocks Exemples de marges : q.7a Marge élevée Rotation lente Holt s Coût $ 20 Détail $ 50 Marge $ 30 Marge faible Rotation élevée Tigre Géant Coût $ 20 Détail $ 30 Marge $ 10 28

29 6. Classification des commerces selon la marge bénéficiaire et le taux de rotation des stocks Marge faible - rotation élevée Marchandises pré vendues ou en libre-service Des emplacements isolés Assortiment large et peu profond Prix en dessous de ceux du marché Efforts promotionnels axés sur le prix 29

30 6. Classification des commerces selon la marge bénéficiaire et le taux de rotation des stocks Marge élevée rotation faible Plusieurs services proposés Emplacements regroupés Structure organisationnelle complexe Assortiment restreint et profond Prix au-dessus de ceux du marché Prix justifiés par une excellente réputation 30

31 6. Classification des commerces selon la marge bénéficiaire et le taux de rotation des stocks Marge élevée rotation élevée Dépanneur Service plus important : heures d ouvertures prolongées plusieurs emplacements Structure organisationnelle simple Assortiment large et peu profond Prix au-dessus de ceux du marché Peu ou pas de promotion, marché captif 31

32 En conclusion Le commerce de détail c est: 24,712 établissements ; 14.8% d entre eux vendent des vêtements et 2.4% des chaussures 19 sous-secteurs permettant de regrouper l offre de chaque détaillant. 298,845 employés dont 47.8% sont affectés à la vente ou au service à la clientèle. Ils travaillent en moyenne 28.3 heures/semaine. Le taux de roulement est problématique car les salaires sont peu élevés. 32

33 33

34 Médiagraphie Rapport Altus Géocom section économie Jean-Claude Prinz Nouvelles tendances :la vente au détail de vêtements au Canada Jane Lin Statistiques Canada: Détail Québec comité sectoriel du commerce de détail 34

La vente en gros et ses particularités. Introduction au cours de Commercialisation de la mode au gros 571-342-MV

La vente en gros et ses particularités. Introduction au cours de Commercialisation de la mode au gros 571-342-MV La vente en gros et ses particularités Introduction au cours de Commercialisation de la mode au gros 571-342-MV Table des sujets présentés! P.3- Particularités de chaque marché! P.4- Types de marchés!

Plus en détail

Marchandisage: aménagement d un commerce. Chapitre 1. L apparition du marketing de détaillant et du marchandisage

Marchandisage: aménagement d un commerce. Chapitre 1. L apparition du marketing de détaillant et du marchandisage Marchandisage: aménagement d un commerce Chapitre 1 L apparition du marketing de détaillant et du marchandisage Les diverses approches Les diverses approches de conception et de développement des produits

Plus en détail

Rédaction d un Plan d affaires

Rédaction d un Plan d affaires Rédaction d un Plan d affaires Catherine Raymond 2001 INTRODUCTION Raisons qui ont motivé la rédaction du plan d affaires Personnes ou organismes qui ont collaboré à l élaboration du plan d affaires Sommaire

Plus en détail

INPACQ L accès à la grande distribution. Jean-Claude Dufour, Ph.D Université Laval

INPACQ L accès à la grande distribution. Jean-Claude Dufour, Ph.D Université Laval INPACQ L accès à la grande distribution Jean-Claude Dufour, Ph.D Université Laval Trois façons d entrer dans la grande distribution 1) Proposition et négociation directes par le fournisseur auprès du grossiste

Plus en détail

L effet Wal-Mart : Une analyse du secteur du commerce de détail

L effet Wal-Mart : Une analyse du secteur du commerce de détail L effet Wal-Mart : Une analyse du secteur du commerce de détail Jacques Nantel Ph.D. Professeur Titulaire Directeur de la Chaire RBC en commerce électronique ASDEQ 22 février 2006 L effet Wal-Mart est

Plus en détail

Le commerce. électronique et ses répercussions sur les boutiques

Le commerce. électronique et ses répercussions sur les boutiques Le commerce électronique et ses répercussions sur les boutiques Table des matières 2 Introduction 3 4 5 6 Le commerce en ligne gruge une partie des ventes au détail Le furetage en magasin est maintenant

Plus en détail

CONSÉQUENCES LOGISTIQUES DU MARKETING ÉLECTRONIQUE.

CONSÉQUENCES LOGISTIQUES DU MARKETING ÉLECTRONIQUE. CONSÉQUENCES LOGISTIQUES DU MARKETING ÉLECTRONIQUE. Jacques Picard School of Business Administration, Netanya Academic College École des Sciences de la Gestion, Université du Québec à Montréal I Introduction.

Plus en détail

Notes de cours/cahier 2 préparées par Monique Vaillancourt Marc Caron Joanne Lafond

Notes de cours/cahier 2 préparées par Monique Vaillancourt Marc Caron Joanne Lafond Notes de cours/cahier 2 préparées par Monique Vaillancourt Marc Caron Joanne Lafond Permet de voir les occasions de marché c est-à-dire les places qui restent sur la carte perceptuelle. Enables to see

Plus en détail

Habitudes d achats et sources d information des Canadiens des régions rurales et urbaines. Mai 2011

Habitudes d achats et sources d information des Canadiens des régions rurales et urbaines. Mai 2011 Habitudes d achats et sources d information des Canadiens des régions rurales et urbaines Mai 2011 1 Overview Les journaux rejoignent efficacement les Canadiens puisque huit sur dix d entre eux lisent

Plus en détail

Chapitre 5 : La politique de distribution

Chapitre 5 : La politique de distribution Chapitre 5 : La politique de distribution (Extraits du support des cours de MM. Berset et Di Meo) 1. Notion de distribution Ensemble des opérations qui permettent d acheminer un produit du lieu de production

Plus en détail

Commerce électronique et impact économique

Commerce électronique et impact économique Commerce électronique et impact économique 11 juin 2015 En collaboration avec : Croissance des ventes au détail La valeur des ventes au détail 2013 (en milliards) 2014 (en milliards) Total des ventes au

Plus en détail

Groupe PGP Planification et gestion de projets 5955, rue Saint-Laurent, bureau 201, Lévis (Québec) G6V 3P5 Tél. 418 838-4747 Téléc.

Groupe PGP Planification et gestion de projets 5955, rue Saint-Laurent, bureau 201, Lévis (Québec) G6V 3P5 Tél. 418 838-4747 Téléc. Analyse du sondage auprès de la population québécoise sur la consommation de produits biologiques Filière biologique du Québec Groupe PGP Avril 2013 Groupe PGP Planification et gestion de projets 5955,

Plus en détail

L étude de marché. L étude de marché se fait en plusieurs étapes. ÉTAPE I

L étude de marché. L étude de marché se fait en plusieurs étapes. ÉTAPE I L étude de marché Le marché d une entreprise est composé de la clientèle, de la concurrence et de l environnement externe. Il est important de distinguer le marché potentiel (individus ou entreprises susceptibles

Plus en détail

Gestion des marchandises

Gestion des marchandises CONNAISSANCE DU COMMERCE DE DÉTAIL Gestion des marchandises Examens 2009 GESTIONNAIRES DU COMMERCE DE DÉTAIL Série 1A Nom :... Prénom :... No :... Experts :...... Durée de l'épreuve : Moyen auxiliaire

Plus en détail

LES LOGICIELS DE GESTION DE STOCK

LES LOGICIELS DE GESTION DE STOCK LES LOGICIELS DE GESTION DE STOCK Un stock est utile à de nombreux acteurs économiques : Pour le commerçant : il est une sécurité pour garantir la disponibilité des produits et satisfaire plus rapidement

Plus en détail

Note partielle sur le E-Commerce

Note partielle sur le E-Commerce Note partielle sur le E-Commerce (Centrée sur le marché de l habillement ; source : IFM 2011) 1. Remarques générales ; quelques définitions et orientations 1. Les Pure Player Il s agit du commerce en ligne

Plus en détail

L avenir du commerce est en ligne

L avenir du commerce est en ligne chapitre 1 L avenir du commerce est en ligne A llons-nous perdre l habitude «d aller» faire nos courses? Succomberons-nous plus facilement à l achat d impulsion au hasard de notre navigation sur le Web

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING 1. La notion de marché 2. La définition du Marketing et du Marketing - Mix 3. Les fonctions de l entreprise 4. La stratégie push ( fonction de production ) 5. La stratégie

Plus en détail

NOM DE L ENTREPRISE NO, RUE MUNICIPALITÉ (QUÉBEC) CODE POSTAL Téléphone d entreprise

NOM DE L ENTREPRISE NO, RUE MUNICIPALITÉ (QUÉBEC) CODE POSTAL Téléphone d entreprise NOM DE L ENTREPRISE NO, RUE MUNICIPALITÉ (QUÉBEC) CODE POSTAL Téléphone d entreprise Nom du promoteur Terminé le : insérer DATE TABLE DES MATIÈRES NOTE AU LECTEUR...4 1. LE PROJET...5 1.1 RÉSUMÉ DU PROJET...5

Plus en détail

VENTES PROMOTIONNELLES

VENTES PROMOTIONNELLES VENTES PROMOTIONNELLES 13/04/2012 Elle consiste pour le commerçant à accorder une réduction (rabais, remise ou ristourne) aux consommateurs, sur l'un ou l'autre des articles mis en vente. Une telle pratique

Plus en détail

Cinq grandes tendances de la consommation digitale : défis et opportunités pour les distributeurs

Cinq grandes tendances de la consommation digitale : défis et opportunités pour les distributeurs Cinq grandes tendances de la consommation digitale : défis et opportunités pour les distributeurs 20 Juin 2012 CONFIDENTIEL ET PROPRIÉTÉ DE McKINSEY & COMPANY Toute utilisation de ce support, ainsi que

Plus en détail

2.1. Les stades d évolution de la fonction de Supply Chain Management 7 2.2. L intégration horizontale des fonctions de l entreprise 12

2.1. Les stades d évolution de la fonction de Supply Chain Management 7 2.2. L intégration horizontale des fonctions de l entreprise 12 Table des matières Avant-propos 3 Introduction 1. L entreprise et l environnement financier...5 2. Le concept traditionnel...6 2.1. Les stades d évolution de la fonction de Supply Chain Management 7 2.2.

Plus en détail

FONDS POUR LE COMMERCE ET LES ENTREPRISES

FONDS POUR LE COMMERCE ET LES ENTREPRISES FONDS POUR LE COMMERCE ET LES ENTREPRISES PETITES ENTREPRISES Développement économique Yukon INVESTYUKON.COM Le Fonds pour le commerce et les entreprises du Yukon (FCE) a été créé par le ministère du Développement

Plus en détail

Le meilleur programme de financement par cartes-cadeaux au Canada

Le meilleur programme de financement par cartes-cadeaux au Canada Le meilleur programme de financement par cartes-cadeaux au Canada Aperçu du programme Juin 2015 À propos du programme FundScrip FundScrip est un programme de levée de fonds pancanadien qui fait en sorte

Plus en détail

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse Q0Z-Employés de la banque et des assurances Synthèse Après avoir baissé au cours de la première moitié des années 1990, les effectifs d employés de la banque et des assurances se sont stabilisés pour à

Plus en détail

COURS DE MARKETING LE MERCHANDISING

COURS DE MARKETING LE MERCHANDISING COURS DE MARKETING LE MERCHANDISING Disponible en PPT sur www.layebamba.com DEFINITIONS ET CONCEPTS CLE DU MERCHANDISING L Institut français du merchandising définit le merchandising comme «un ensemble

Plus en détail

LES PARTICULARITÉS DE LA COOPÉRATIVE DE SOLIDARITÉ

LES PARTICULARITÉS DE LA COOPÉRATIVE DE SOLIDARITÉ Vous envisagez de vous lancer en affaires sous la formule «Coopérative»? Une coopérative est une personne morale regroupant des personnes ou sociétés qui ont des besoins économiques, sociaux ou culturels

Plus en détail

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Les partenariats de marketing contribuent à augmenter les taux de conversion de ventes La campagne de services à domicile de Home Depot donne des résultats remarquables

Plus en détail

DOMOTIQUE et CONFORT. 4Ci1- Comment le contexte historique et géographique influe-t-il sur la conception?

DOMOTIQUE et CONFORT. 4Ci1- Comment le contexte historique et géographique influe-t-il sur la conception? CONNAISSANCES / Historique et géographie des solutions techniques (doc.1/3) 4EVOT-Ci1 / Associer l utilisation d un objet technique à une époque, à une région du globe. Les évolutions des objets techniques

Plus en détail

Corrigé à l usage exclusif des experts

Corrigé à l usage exclusif des experts Procédure de qualification Gestionnaire du commerce de détail CFC CONNAISSANCE DU COMMERCE DE DÉTAIL Gestion des marchandises Série 2, 2012 Corrigé à l usage exclusif des experts Durée de l'épreuve : Moyens

Plus en détail

BOURSE DE SOUTIEN FINANCIER EN ENTREPRENEURIAT DES CLD DOCUMENT D ACCOMPAGNEMENT POUR RÉDIGER LE PLAN D AFFAIRES

BOURSE DE SOUTIEN FINANCIER EN ENTREPRENEURIAT DES CLD DOCUMENT D ACCOMPAGNEMENT POUR RÉDIGER LE PLAN D AFFAIRES BOURSE DE SOUTIEN FINANCIER EN ENTREPRENEURIAT DES CLD DOCUMENT D ACCOMPAGNEMENT POUR RÉDIGER LE PLAN D AFFAIRES 1. LE PROJET 1.2 Résumé du projet Sous cette rubrique, il est important de préciser l origine

Plus en détail

Vous pouvez choisir 4 à 5 questions, selon votre inspiration.

Vous pouvez choisir 4 à 5 questions, selon votre inspiration. QUIZ MYTHES ET RÉALITÉ SUR L ÉCONOMIE SOCIALE 49 Objectif : Public : Déroulement : Ce quiz permet de vérifier la compréhension de certains concepts liés à l économie sociale. Il vise aussi à aborder certains

Plus en détail

ROWING CANADA AVIRON Directeur du développement des affaires* 1.3 CATÉGORIE D EMPLOI : Professionnel à temps plein

ROWING CANADA AVIRON Directeur du développement des affaires* 1.3 CATÉGORIE D EMPLOI : Professionnel à temps plein ROWING CANADA AVIRON Directeur du développement des affaires* 1.0 DESCRIPTION 1.1 ORGANISATION : Association canadienne d aviron amateur (Rowing Canada Aviron ou RCA) 1.2 TITRE : Directeur du développement

Plus en détail

La supply chain: définition

La supply chain: définition SUPPLY CHAIN ET CREATION DE VALEUR Colloque de droit maritime Chine/France CPV Associes 41-43 Rue Périer 92120 MONTROUGE La supply chain: définition La Supply Chain : C est l ensemble des opérations nécessaires

Plus en détail

PLAN DE PARTENARIAT ET DE VISIBILITÉ

PLAN DE PARTENARIAT ET DE VISIBILITÉ PLAN DE PARTENARIAT ET DE VISIBILITÉ Plan de soutien au développement des équipes de football scolaire des Loups des écoles secondaires Curé-Antoine-Labelle et Poly-Jeunesse Mot du responsable du programme

Plus en détail

Tous les termes de cette définition doivent être parfaitement définis pour la qualité des résultats de cette étude permanente.

Tous les termes de cette définition doivent être parfaitement définis pour la qualité des résultats de cette étude permanente. LES PANELS DE DISTRIBUTEURS. Le fonctionnement et l utilisation des données. Définition Un panel est une étude permanente de recueil d informations (achat, vente, lecture, TV, radio etc.) auprès d un échantillon

Plus en détail

Les variables contrôlables et l environnement l marketing

Les variables contrôlables et l environnement l marketing Les variables contrôlables et l environnement l du marketing Denis Pettigrew Normand Turgeon Chapitre 2 Réalisé par Gilbert Rock et adapté par Guy Grégoire Sommaire Le marketing mix Le produit Le prix

Plus en détail

MODELE PLAN D AFFAIRES

MODELE PLAN D AFFAIRES MODELE PLAN D AFFAIRES NOM DE L ENTREPRISE : MUNICIPALITÉ : TÉLÉPHONE : TÉLÉCOPIEUR : COURRIER ELECTRONIQUE : TABLE DES MATIÈRES Module 1 : Projet d entreprise Module 2 : Promoteur(s) & gestion Module

Plus en détail

LE FONCTIONNEMENT MARKETING DES GRANDES SURFACES :

LE FONCTIONNEMENT MARKETING DES GRANDES SURFACES : LE FONCTIONNEMENT MARKETING DES GRANDES SURFACES : A ) La rémunération de la grande distribution : 1. La facturation entre fabricant et grossistes : Pour tenter de contrôler les marges et par là les prix

Plus en détail

PLAN D AFFAIRES. Contenu. Un plan d affaires, c est un guide, la preuve que le promoteur sait où il va, et un outil de

PLAN D AFFAIRES. Contenu. Un plan d affaires, c est un guide, la preuve que le promoteur sait où il va, et un outil de PLAN D AFFAIRES Contenu Un plan d affaires, c est un guide, la preuve que le promoteur sait où il va, et un outil de conviction pour les financiers, à condition qu il contienne six éléments essentiels

Plus en détail

MISES EN OEUVRE ET BAREME. Question no 1.1 c3 Dégager des points forts et des points faibles pour la localisation d un point de vente

MISES EN OEUVRE ET BAREME. Question no 1.1 c3 Dégager des points forts et des points faibles pour la localisation d un point de vente CAPACITES MISES EN OEUVRE ET BAREME PREMIERE PARTIE Question no 1.1 c3 Dégager des points forts et des points faibles pour la localisation d un point de vente 22 points 6 points Question no 1.2.1 Question

Plus en détail

Répertoire des sources d information sur les secteurs d activité comparables

Répertoire des sources d information sur les secteurs d activité comparables Programme Initiative d appui aux conseillers agricoles Répertoire des sources d information sur les secteurs d activité comparables (IACA-525) Réalisé par Le Centre de référence en agriculture et agroalimentaire

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

Sommaire. 1. Gérer la publicité : 1. Gérer la publicité : 2. La promotion des ventes : 3. la communication événementielle et le parrainage :

Sommaire. 1. Gérer la publicité : 1. Gérer la publicité : 2. La promotion des ventes : 3. la communication événementielle et le parrainage : Sommaire 1. Gérer la publicité : 1.1 Les acteurs de la publicité : 1.2. Les objectifs publicitaires : 1.3 La détermination du budget : 1.4 L élaboration du message : 1.5 Le choix des médias et des supports

Plus en détail

PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE. www.ffps.fr 2013 (données 2012)

PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE. www.ffps.fr 2013 (données 2012) PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE www.ffps.fr 2013 (données 2012) 1 SOMMAIRE Données économiques La Parfumerie Sélective p 3 Le marché de la Parfumerie Sélective p 3 L organisation du marché p 5

Plus en détail

Mag. à la carte de fidélité virtuelle? Solution de fidélisation sur application mobile. Et si vous passiez

Mag. à la carte de fidélité virtuelle? Solution de fidélisation sur application mobile. Et si vous passiez http5000 Mag Et si vous passiez à la carte de fidélité virtuelle? Solution de fidélisation sur application mobile Retrouvez ce magazine et tous les autres numéros sur notre application mobile! Tapez http5000

Plus en détail

Programme et concept initiés par Palason Billard Inc.

Programme et concept initiés par Palason Billard Inc. Programme et concept initiés par Palason Billard Inc. Opérant déjà des magasins Palason Jeux, Billard & Décor, nous mettons en place un programme d expansion afin d étendre notre présence à la grandeur

Plus en détail

Pas d installations ou d équipement particuliers.

Pas d installations ou d équipement particuliers. COURS FIN1010 : Niveau : Préalable : Description : Paramètres : INFORMATION FINANCIÈRE PERSONNELLE Débutant Aucun L élève explore les concepts qui touchent aux finances des particuliers, y compris le code

Plus en détail

La marque : clé du succès de la stratégie commerciale dans un marché global

La marque : clé du succès de la stratégie commerciale dans un marché global La marque : clé du succès de la stratégie commerciale dans un marché global Historique Les marques existent depuis les premiers échanges commerciaux et servaient essentiellement à authentifier l origine

Plus en détail

Les Instants E-Commerce

Les Instants E-Commerce Les Instants E-Commerce TPE/PME, Commerçants, Artisans ou Auto-Entrepreneurs : VOUS êtes concernés par le E-Commerce! Présentation Le E-Commerce 1 Introduction 2 Le marché Paysage du E-Commerce 3 - Profil

Plus en détail

formation des prix I - Etude d une situation : II - Formation des prix :

formation des prix I - Etude d une situation : II - Formation des prix : formation des prix I - Etude d une situation : - Retrouver et souligner dans le texte les nouveaux termes. - Mettre sous forme d expressions mathématiques les indications du texte. Un commerçant achète

Plus en détail

Corrigé à l usage exclusif des experts

Corrigé à l usage exclusif des experts Procédures de qualification Assistant du commerce de détail AFP / PRATIQUE DU COMMERCE DE DÉTAIL Série 2, 2014 Corrigé à l usage exclusif des experts Durée de l'épreuve : Moyens auxiliaires autorisés :

Plus en détail

Coupé cousu! Ronde finale Cas de comptabilité. Place à la jeunesse 2009

Coupé cousu! Ronde finale Cas de comptabilité. Place à la jeunesse 2009 Coupé cousu! Place à la jeunesse 2009 COUPÉ COUSU! Paul et Louise Cousu offrent depuis plus de 30 ans des services de confection et de réparation de vêtements. Aujourd hui, leurs économies et leurs investissements

Plus en détail

Rédaction du plan d affaires Projet commercial

Rédaction du plan d affaires Projet commercial Rédaction du plan d affaires Projet commercial Nom de l entreprise ou du projet Avis aux lecteurs Les informations continues dans ce document demeurent l entière responsabilité du promoteur du projet d

Plus en détail

qpop-up store et Box-shop

qpop-up store et Box-shop qpop-up store et Box- Plus que dix jours avant la fermeture! Affiches et flyers annoncent clairement la couleur : la boutique va définitivement baisser le rideau. Mais ni le patron ni les employés ne s

Plus en détail

La proximité des magasins Hard. Discount : possible avantage

La proximité des magasins Hard. Discount : possible avantage CHAPITRE La proximité des magasins Hard Discount : possible avantage concurrentiel 3.1. Le consommateur recherche toujours plus de proximité 90 3.2. L évolution des implantations des magasins Hard Discount

Plus en détail

LES COMPORTEMENTS D ACHAT DES QUÉBÉCOIS SONDAGE TÉLÉPHONIQUE

LES COMPORTEMENTS D ACHAT DES QUÉBÉCOIS SONDAGE TÉLÉPHONIQUE LES COMPORTEMENTS D ACHAT DES QUÉBÉCOIS SONDAGE TÉLÉPHONIQUE Octobre 2012 En collaboration avec 2 Les comportements d achat des Québécois - 2012 1 2 3 4 5 Perception de la situation économique Intentions

Plus en détail

Métro Cash and Carry France

Métro Cash and Carry France Métro Cash and Carry France Présentation de l unité commerciale Les quatre enseignes du groupe Métro Grossiste alimentaire CA 2010: 33 milliards d euros CA Metro Groupe: 68 milliards d euros Commerce électronique

Plus en détail

Arts, Communication et Organisation d'é vénements.

Arts, Communication et Organisation d'é vénements. Arts, Communication et Organisation d'é vénements. communication Communication globale Communication des marques, entreprises, associations... Aujourd hui le poste de responsable de communication est difficilement

Plus en détail

Chap 8 : L agencement de l unité commerciale I. L organisation de l espace de vente dans une grande surface

Chap 8 : L agencement de l unité commerciale I. L organisation de l espace de vente dans une grande surface Chap 8 : L agencement de l unité commerciale I. L organisation de l espace de vente dans une grande surface A. L organisation de la circulation dans le magasin B. L implantation des rayons 1. Les contraintes

Plus en détail

Modèles de Données & d Opportunités BI. Michel Bruley Directeur Marketing & PR Teradata

Modèles de Données & d Opportunités BI. Michel Bruley Directeur Marketing & PR Teradata Modèles de Données & d Opportunités BI Michel Bruley Directeur Marketing & PR Teradata 2003 Potentiel de la Donnée Quelles sont mes ventes par magasin la Comment les ventes sur le net impactent les semaine

Plus en détail

Définition: La politique de distribution consiste à choisir le réseau, les partenaires qui seront chargés de distribuer le produit sur le marché.

Définition: La politique de distribution consiste à choisir le réseau, les partenaires qui seront chargés de distribuer le produit sur le marché. Définition: La politique de distribution consiste à choisir le réseau, les partenaires qui seront chargés de distribuer le produit sur le marché. Les étapes de la commercialisation Les opérations d acheminement

Plus en détail

5 La comptabilisation des opérations

5 La comptabilisation des opérations 5 La comptabilisation des opérations d une entreprise commerciale Sujets abordés dans chacun des travaux suggérés Problèmes de Sujets abordés Exercices compréhension Une vue d ensemble des états financiers

Plus en détail

3 ème atelier de conjoncture de la DEEFI :

3 ème atelier de conjoncture de la DEEFI : 3 ème atelier de conjoncture de la DEEFI : La grande distribution en Seine-Saint-Denis face aux évolutions du commerce et de la société Les réponses de la distribution à l évolutions des attentes des consommateurs

Plus en détail

DES EXEMPLES DE PROJETS PRESENTES EN PDUC

DES EXEMPLES DE PROJETS PRESENTES EN PDUC Type d UC Outils du diagnostic Problématique Projet Magasin spécialisé dans la vente de produits pour l équitation Observation Analyse du compte de résultat Enquête clientèle Etude de concurrence Perte

Plus en détail

L interchange. Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa.

L interchange. Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa. L interchange Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa. Il n y a pas si longtemps, les consommateurs n avaient d autre choix que d utiliser

Plus en détail

Salon Marketing Point de Vente 2012 : un bilan positif pour HL Display!

Salon Marketing Point de Vente 2012 : un bilan positif pour HL Display! Salon Marketing Point de Vente 2012 : un bilan positif pour HL Display! La dernière édition du salon, qui a eu lieu fin mars, s est clôturée sous le signe du succès pour HL Display. Souhaitant avoir une

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. R0Z-Caissiers, employés de libre service

Synthèse. Dynamique de l emploi. R0Z-Caissiers, employés de libre service R0Z-Caissiers, employés de libre service Synthèse En moyenne sur la période 2007-2009, 207 000 personnes occupent un emploi de caissier et 103 000 sont employés de libre-service. Alors que les premiers

Plus en détail

UE Marketing Opérationnel

UE Marketing Opérationnel UE Marketing Opérationnel La politique de distribution La Stratégie de Distribution Séance 3 I Les circuits de distribution 1.1 Les fonctions de la distribution 1.2 La longueur des circuits 1.3 La rémunération

Plus en détail

LES EMBALLAGES. compléments à la facturation : consignations d'emballages, restitution, non retour.

LES EMBALLAGES. compléments à la facturation : consignations d'emballages, restitution, non retour. LES EMBALLAGES Objectif(s) : o compléments à la facturation : consignations d'emballages, restitution, non retour. Pré-requis : o o maîtrise des opérations de facturation, maîtrise des traitements comptables

Plus en détail

Diplôme/certificat. Conseiller en vente

Diplôme/certificat. Conseiller en vente Profil professionnel DAP Diplôme/certificat Conseiller en vente Finalisé le 11/06/2009 PROFIL PROFESSIONNEL Partie A a. Dénomination officielle du métier/de la profession Conseiller en vente b. Dispositions

Plus en détail

Graphique 1 Évolutions de l emploi à l horizon 2022 selon le scénario central

Graphique 1 Évolutions de l emploi à l horizon 2022 selon le scénario central R Commerce Employant près de 2,8 millions de personnes en 2010-2012 (soit un emploi sur dix), les métiers du commerce bénéficieraient de perspectives d emploi favorables, en particulier dans un scénario

Plus en détail

Compétitivité internationale des industries françaises des filières animales

Compétitivité internationale des industries françaises des filières animales Compétitivité internationale des industries françaises des filières animales Carl Gaigné Directeur de Recherche INRA RMT Economie des filières animales Compétitivité des filières animales françaises 10/12/13

Plus en détail

en Mauricie Transport et entreposage Répartition des établissements du secteur du transport et de l entreposage (LIC 2005)

en Mauricie Transport et entreposage Répartition des établissements du secteur du transport et de l entreposage (LIC 2005) Ce secteur comprend les établissements dont l activité principale consiste à fournir des services de transport de personnes et de marchandises, des services d entreposage des marchandises et des services

Plus en détail

Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP. Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique

Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP. Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP // Introduction Introduction

Plus en détail

PLAN. Introduction. Conclusion. I-CONTEXTE ET HISTORIQUE DU PROJET 1- Identification de l Idée du Projet 2-Identification des entrepreneurs

PLAN. Introduction. Conclusion. I-CONTEXTE ET HISTORIQUE DU PROJET 1- Identification de l Idée du Projet 2-Identification des entrepreneurs Introduction PLAN I-CONTEXTE ET HISTORIQUE DU PROJET 1- Identification de l Idée du Projet 2-Identification des entrepreneurs II-ANALYSE DU MARCHE 1-Description et perspectives du secteur d activité 2-Clientèle

Plus en détail

Compte rendu d entretien Abidjan Côte d Ivoire. Mme COULIBALY Date de l entretien : 28/01/2009

Compte rendu d entretien Abidjan Côte d Ivoire. Mme COULIBALY Date de l entretien : 28/01/2009 Compte rendu d entretien Abidjan Côte d Ivoire Mme COULIBALY Date de l entretien : 28/01/2009 Age 33 Ans Niveau d Etude Brevet de Technicien Supérieur (BTS) Statut marital Mariée, un enfant (4ans et demi)

Plus en détail

Success Story pour le marché Américain

Success Story pour le marché Américain pour le marché Américain Votre passerelle sur le marchée américain. Al Hamman, Président, Hamman Marketing Associates Avec plus de 30 ans d expériences nationales et internationales derrière nous en marketing

Plus en détail

Le DSI du futur Rapport d'étude

Le DSI du futur Rapport d'étude Le DSI du futur Rapport d'étude Devenir un catalyseur du changement Partagez ce rapport d'étude Le DSI du futur : Devenir un catalyseur du changement Tandis que la plupart des DSI s accordent à dire que

Plus en détail

N é g o c e. S e r v i c e s. I n d u s t r i e l. Développement Formation Assistance technique Gestion - Comptabilité & Paie e-commerce

N é g o c e. S e r v i c e s. I n d u s t r i e l. Développement Formation Assistance technique Gestion - Comptabilité & Paie e-commerce La Solution Informatique des Entreprises N é g o c e S e r v i c e s I n d u s t r i e l Développement Formation Assistance technique Gestion - Comptabilité & Paie e-commerce login : Mot de passe : Azur

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

PRÉSENTATION ESC CHAMBÉRY - CESNI. Manager son merchandising

PRÉSENTATION ESC CHAMBÉRY - CESNI. Manager son merchandising PRÉSENTATION ESC CHAMBÉRY - CESNI Manager son merchandising Manager son merchandising > Sommaire Rappel des objectifs du merchandising Satisfaire les clients Contribuer à la rentabilité Comment atteindre

Plus en détail

Politique de Produit et Politique de prix 2015-2016

Politique de Produit et Politique de prix 2015-2016 Politique de Produit et Politique de prix 2015-2016 TANGARA Mahamadou Bassirou Tél : 66 86 90 61/73 11 68 50 Site web : www.mbtangara.fr Email : mbtangara@gmail.com OUTLINE Objectifs; Les Prérequis du

Plus en détail

RÉSEAU MICROAGE POSSIBILITÉ DE FRANCHISE

RÉSEAU MICROAGE POSSIBILITÉ DE FRANCHISE RÉSEAU MICROAGE POSSIBILITÉ DE FRANCHISE À titre d entrepreneur, cherchez-vous à faire croître votre entreprise et votre part de marché local? À titre de fournisseur de solutions TI, cherchez-vous une

Plus en détail

TENS Corrigé Sciences économiques

TENS Corrigé Sciences économiques 1. Lequel des besoins suivants n est pas un besoin primaire? a) Se loger b) Se nourrir c) S instruire d) Se vêtir 2. Parmi les besoins suivants, lequel est un besoin tertiaire? a) Manger b) Se déplacer

Plus en détail

La mise en place d une force de vente. Leçon 7 Commercialisation de la mode au gros. 571-342-MV

La mise en place d une force de vente. Leçon 7 Commercialisation de la mode au gros. 571-342-MV La mise en place d une force de vente Leçon 7 Commercialisation de la mode au gros. 571-342-MV 1 Tableau des sujets P.3-8- P.9- P.10- P.11- P.12- P.13- P.14- P.15- P.16- Estimation du marché potentiel

Plus en détail

Benchmark multi-secteurs VERTONE Expérience client en point de vente

Benchmark multi-secteurs VERTONE Expérience client en point de vente Contact presse : Florence Gillier Communication Frédérique Guillo fredg@fgcom.fr 01 41 18 85 55 Information Presse 26 mai 2014 Benchmark multi-secteurs VERTONE Expérience client en point de vente Zoom

Plus en détail

Projet Détail Formation

Projet Détail Formation Projet Détail Formation Programmation 2015-2016 des ateliers, formations et services-conseils pour les entreprises de détail, de services, de restauration, d alimentation et de tourisme. Partenaires du

Plus en détail

Mobile & achats à la demande. Comment le marketing à la performance permet-il aux mobiles d influencer le parcours d achat. tradedoubler.

Mobile & achats à la demande. Comment le marketing à la performance permet-il aux mobiles d influencer le parcours d achat. tradedoubler. Mobile & achats à la demande Comment le marketing à la performance permet-il aux mobiles d influencer le parcours d achat tradedoubler.com En Europe, les canaux mobiles de marketing à la performance transforment

Plus en détail

Crédit-bail d équipement agricole

Crédit-bail d équipement agricole Services financiers à l entreprise Crédit-bail d équipement agricole Un moyen rapide et souple d équiper votre entreprise. Qu est-ce que le crédit-bail? n Le crédit-bail est une solution de financement

Plus en détail

La société Distapro inc.

La société Distapro inc. 9 20 93 003 La société Distapro inc. Cas rédigé par Amir KARIM sous la direction du professeur Jacques BOURGEOIS et révisé par le professeur Jean-Pierre FRÉNOIS. En février 2002 M. Normand Anderson, président

Plus en détail

PLAN D ACTION À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES 2015-2016. Plan d action à l égard des personnes handicapées 2009-2012

PLAN D ACTION À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES 2015-2016. Plan d action à l égard des personnes handicapées 2009-2012 1 PLAN D ACTION À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES 2015-2016 Plan d action à l égard des personnes handicapées 2009-2012 Mise à jour le 10 juillet 2015 M:\07 RESSOURCES IMMOBILIERES\07-4000 Administration\07-4050

Plus en détail

Module 5 - Transparents

Module 5 - Transparents Module 5 - Transparents Qu est-ce que le marketing? Les cinq principes de base du marketing 87 Activités de marketing (PRIX) 89 Concept de marketing 90 Le marketing mix (quatre principes). 91 Marketing

Plus en détail

Retombées économiques de la vente et l achat de propriétés par l entremise du. province de Québec

Retombées économiques de la vente et l achat de propriétés par l entremise du. province de Québec Retombées économiques de la vente et l achat de propriétés par l entremise du système MLS dans la province de Québec May 12, 2009 Retombées économiques de la vente et l achat de propriétés par l entremise

Plus en détail

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F.Adm.A., CMC Conseiller en gestion Direction de la gestion

Plus en détail

préparé par votre équipe du Centre local de développement (CLD) MRC de Matawinie 3184, 1 re Avenue Rawdon (Québec) J0K 1S0

préparé par votre équipe du Centre local de développement (CLD) MRC de Matawinie 3184, 1 re Avenue Rawdon (Québec) J0K 1S0 LE SOMMAIRE EXÉCUTIF DE MON PROJET D AFFAIRES préparé par votre équipe du Centre local de développement (CLD) MRC de Matawinie 3184, 1 re Avenue Rawdon (Québec) J0K 1S0 Téléphone : 450 834-5222 Sans frais

Plus en détail

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE Description de programme PROMOUVOIR L AUTONOMIE ÉCONOMIQUE SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE 1125, promenade Colonel By, Ottawa (Ontario) K1S 5B6 Tél. : (613) 520-2600, poste1588 Téléc. : (613) 529-3561 Courriel

Plus en détail

Votre revendeur de confiance www.mercaway.com. Mercaway Time for shopping..com

Votre revendeur de confiance www.mercaway.com. Mercaway Time for shopping..com Votre revendeur de confiance www.mercaway.com Time for shopping.com Time for shopping.com Développez votre activité. Vos ventes en lignes sont prises en charge! est la plateforme de commerce en ligne et

Plus en détail

CCPQ CAISSIER / CAISSIERE PROFIL DE QUALIFICATION 7. ECONOMIE 7.3. COMMERCE

CCPQ CAISSIER / CAISSIERE PROFIL DE QUALIFICATION 7. ECONOMIE 7.3. COMMERCE CCPQ Bd Pachéco - 19 - boîte 0 1010 Bruxelles Tél. : 02 210 50 65 Fax : 02 210 55 33 Email : ccpq@profor.be www.enseignement.be 7. ECONOMIE 7.3. COMMERCE CAISSIER / CAISSIERE PROFIL DE QUALIFICATION Validation

Plus en détail

financières de Pôle Emploi Mme LE CALLONEC Sophie / M LERAY Jean Paul

financières de Pôle Emploi Mme LE CALLONEC Sophie / M LERAY Jean Paul Accompagnement Construire son site e-commerce et pas aides à pas! Mme LE CALLONEC Sophie / M LERAY Jean Paul 2- Site Internet : moyen de communication indispensable Hausse du marché e- commerce 13% (2013)

Plus en détail