Préparation au concours interne de l agrégation économie-gestion. option économie et gestion commerciale

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Préparation au concours interne de l agrégation économie-gestion. option économie et gestion commerciale"

Transcription

1 Préparation au concours interne de l agrégation économie-gestion option économie et gestion commerciale Exploitation pédagogique d un thème Cas pour le concours interne n 5 Corrigé 1/13

2 Partie théorique La théorie économique classique a toujours accordé au prix un rôle majeur. Instrument de l équilibre des marchés, il y est une variable que l entreprise ne peut maîtriser. Curieusement pour la seule variable du mix qui rapporte de l argent à l entreprise, le marketing s y est jusqu à un passé récent peu intéressé ; «Pricing, le paramètre oublié» titrait la revue Marketing mix il y a une dizaine d années. L arrivée en France du hard discount, la percée des marques de distributeurs et des premiers prix, l attitude générale du consommateur qui n hésite plus à négocier et accorde moins de poids aux marques l ont remis au premier plan des préoccupations des universitaires, d une part, qui ont, ces dernières années, partiellement rattrapé le retard (parution de nombreux ouvrages Desmet et Zollinger, Simon, Hugues et de nombreux dossiers dans les revues marketing) et des entreprises, d autre part, qui en ont sophistiqué la gestion (yield management, every day low price EDLP ). Certains incluent dans la notion de «prix» tous les coûts, monétaire, psychologique, en temps qu induisent l achat d un produit. Sans nier l intérêt de cette définition, il nous semble qu elle cadre mal avec la pratique des entreprises qui n expriment par ce terme que la contrepartie monétaire à l achat. C est donc cette deuxième acception que nous retiendrons par la suite. Toutefois, conformément aux travaux de Guilbert qui, s interrogeant sur «la place de la promotion des ventes dans le marketing-mix», a mis en évidence qu elle n est pas qu une variable de communication comme le laissent supposer les 4P mais aussi tantôt une modification de l offre (primes, produit en plus, etc.), tantôt une modification du prix (réductions, coupons, etc.), nous considérerons que la variable prix a une composante promotionnelle. C est donc à la fois un instrument qu on manipule dans une vision de long terme (le prix nominal est fait pour durer) et de court terme (la promotion permet un ajustement périodique, une animation, une remise en mémoire du produit dans l esprit du consommateur). Le prix est donc, nous le voyons, une variable complexe. Il soulève de nombreuses questions : Que représente-t-il pour le consommateur? N est-il que l expression d un débours conformément à la définition retenue? Ne provoque-t-il pas également des phénomènes psychologiques? Comment le consommateur l utilise-t-il? Les entreprises l emploient-elles réellement comme une arme concurrentielle? Autant de questions qui rendent nécessaire de dresser le bilan de la variable prix, de son utilisation par le consommateur et par les entreprises. Y fournir une réponse, même partielle, c est éclairer les choix de politique de prix, permettre aux dirigeants de ne pas s en remettre à leur seule intuition, à des jugements simplistes («je dois absolument baisser mes prix pour rester dans le marché»). C est ce que nous efforcerons de faire en examinant dans un premier temps le rôle du prix et de sa composante promotionnelle dans l esprit du consommateur pour, dans un deuxième temps, montrer son intégration dans la stratégie marketing des entreprises. 1 Le consommateur et l information «prix» Le marketing se veut la science des marchés et a pour principe de partir du consommateur pour décider de ses actions. Le prix n échappe pas à la règle : expliquer le rôle du prix dans 2/13

3 l esprit du consommateur, c est s interroger sur l utilité de l information et sur la façon dont il l utilise. 1.1 L utilité de l information «prix» pour le consommateur Selon la théorie économique classique, le consommateur est à la recherche (toutes choses égales par ailleurs, notamment l utilité) du produit le moins coûteux et dispose par ailleurs d une information parfaite sur les produits offerts et les satisfactions qu ils peuvent procurer (Desmet et Zollinger). Ce consommateur idéal, totalement rationnel, n existe pas. D une part, tous les consommateurs n utilisent pas de la même façon l information prix, d autre part bien peu sont réellement en mesure de l utiliser car ils ne connaissent pas le prix des produits qu ils achètent Des sensibilités variables au prix et à la promotion La sensibilité aux prix est une variable individuelle (au niveau global, on parlera d élasticité) qui mesure l intensité avec laquelle l information prix est prise en compte par le consommateur. La sensibilité n est ni constante, ni homogène. Elle varie d un individu à l autre et, pour un même individu, en fonction de facteurs personnels (ex. humeur) ou situationnels (ex. conjoncture économique) ; un même consommateur sera très attentif au prix pour sa consommation courante et pas du tout lorsqu il s agira de réaliser le même achat pour offrir ou qu il devra présenter le produit à ses invités. Nagle (1990) a relevé neuf facteurs influençant la sensibilité au prix. Ces facteurs sont liés à la nature de l offre d une part qui, en fonction de l implication du consommateur vis-à-vis du produit, va déterminer la prise en compte de l information par le consommateur, et à des paramètres individuels propres à chaque consommateur comme son pouvoir d achat ou le prestige social qu il attache au produit. Un constat sensiblement identique a été fait par Froloff sur l existence de la sensibilité du consommateur à la promotion des ventes. Au titre des variables intra-individuelles (pourquoi un même individu ne réagit pas toujours de la même façon), elle relève le temps disponible, la situation financière, l humeur, le but de l achat, le coût de substitution et l implication à l égard du produit. La «capacité à être influençable par la promotion» est pour elle la seule variable inter-individuelle (pourquoi deux consommateurs ne réagissent pas de la même façon à la promotion) Le consommateur ne connaît pas le prix des produits De nombreuses études, tant étrangères (Dickson et Sawyer, 1990) que françaises (Fady, 1976) ont montré que le consommateur ignore la plupart du temps le prix des produits qu il achète. La dernière en date est vraisemblablement celle de Marc Vanhuele et Xavier Drèze (2001) qui confirme les résultats précédents : ils ne sont que 2 % des interviewés à donner le prix juste pour des produits courants qu ils achètent habituellement ; 21 % seulement proposent un prix dans une fourchette à ± 5 % du prix réel et 40 % des réponses présentent un écart de prix supérieur de 20 % à la réalité. Qui plus est, ils ne sont que deux clients sur trois parmi ceux qui sont sûrs du prix qu ils avancent à effectivement ne pas se tromper. Ces auteurs attribuent ces résultats au fait que le consommateur ne regarde pas le prix des produits qu il achète. Pour preuve, des enquêteurs ont été chargés, aux rayons yaourts et eaux minérales, de demander à des consommateurs le prix du produit qu ils venaient de mettre dans leur chariot. Seulement 10 % des consommateurs ont été capables d indiquer le prix exact ; 30 % commettent une erreur de plus de 20 %. On retrouve là l imprécision déjà constatée 3/13

4 dans une enquête menée dans les années 80 par Elf où un tiers seulement des personnes venant de remplir leur réservoir à une station service s étaient révélées capables d indiquer le prix au litre du carburant. Ils arrivent à une conclusion sensiblement analogue en ce qui concerne les prix promotionnels puisque si 86 % des interviewés identifient une bonne ou mauvaise affaire quand l écart de prix avec le prix normal est de ± 20 %, ils ne sont plus que 33 % à les repérer correctement quand l écart n est que de ± 5 %. L information «prix» n est donc peut-être pas aussi importante qu on le croit puisque les consommateurs présentent des sensibilités très différentes au prix. Qui plus est le consommateur ne semble pas en mesure d utiliser l information car il ignore en pratique le prix des produits qu il achète. Comment alors l utilise-t-il? 1.2 L utilisation de l information prix par le consommateur Les travaux récents partent du principe que pour juger du niveau du prix d un produit, de l attractivité d une promotion, l information sur le prix est utilisée comparativement (Zollinger) par le consommateur. Ce n est pas le prix absolu qui est jugé mais un prix relatif Une comparaison limitée Pour ce faire, le consommateur utilise un prix de référence. Son existence a été confirmée quel que soit le type de bien par une étude menée par Zollinger. Ce prix peut aussi bien être interne, stocké dans la mémoire de l individu (prix d un produit connu comparable, prix mémorisé lors du dernier achat, etc.) qu externe, présent dans l environnement d achat (figurant sur un ISA, prix des produits concurrents en rayon, etc.). Il peut être ponctuel ou prendre la forme d une marge, cette deuxième solution étant la plus couramment admise. Il importe de comprendre que le prix de référence n est pas forcément conforme à la réalité ; le prix de référence est ce que croit l individu et non ce qui est. Par ailleurs, le consommateur ne compare pas tous les prix. Par la catégorisation cognitive (Alba et Hutchinson, 1987), il classe les produits en ensembles homogènes et fait son choix à l intérieur d un segment, ignorant les autres produits. Une offre de bas de gamme n est donc pas en concurrence avec une offre de haut de gamme. C est ce que reflète la «théorie de la crémaillère» (Alice Nielsen, 1990). Certaines organisations de magasins en «univers» peuvent être la conséquence directe de ce phénomène (ex. Le Printemps consacre un étage entier à «la maison du luxe») Une comparaison sommaire Par ailleurs, il semble que l information «prix» ne soit pas utilisée de façon très précise. La théorie de l assimilation / contraste fournit une explication à cette sous-utilisation. Il existe dans l esprit du consommateur une zone de latence où, lorsqu un prix est jugé proche du prix de référence, ils sont considérés comme identiques (assimilation). C est ce phénomène que s efforcent d exploiter les «prix rompus» : 5,90 est plus perçu comme 5 que comme 6. A contrario, lorsque le prix est jugé éloigné du prix de référence (contraste) l écart de prix est amplifié par le consommateur qui considère qu il appartient à une autre catégorie de prix, entraîne doute et rejet par le consommateur. Cette théorie est particulièrement importante en matière de politique de prix. Les enseignes de distribution n ont par exemple pas besoin d être les moins chères sur tous les produits ; il 4/13

5 suffit qu elles se situent en matière d image prix dans la zone de latence du consommateur pour être perçues comme équivalentes à la concurrence. De la même façon, en matière de réduction promotionnelle sur le prix, il faudra faire attention à ce que le différentiel de prix soit suffisamment fort pour être perçu mais ne soit pas excessif pour ne pas engendrer la méfiance du consommateur. On le voit, l information «prix» se révèle, au moins pour les produits de consommation courante (il est possible que pour les produits chers, la recherche d informations soit plus poussée) assez sommaire. Ajoutons que dans de nombreux cas, le consommateur simplifie encore plus le processus en recourant à des heuristiques décisionnelles, des règles de jugement («si c est en promotion, c est qu on fait une affaire») ou de choix («je prends toujours le moins cher du rayon») simples. Comment les entreprises exploitent-elles cet état de fait? 2 Le prix dans la stratégie marketing Face à un consommateur qui déclare prendre en compte la variable prix mais apparaît de fait peu enclin ou capable de le faire réellement, toutes les entreprises ne réagissent pas de la même façon. Certaines font du prix l arme majeure de leur stratégie concurrentielle et entrent dans la guerre des prix, d autres s en servent, avec d autres variables, pour se positionner. 2.1 Une arme privilégiée La théorie économique classique a toujours fait du prix l arme privilégiée de la concurrence. Les politiques économiques n ont pas manqué de s en faire l écho : c est au nom de la baisse des prix que l on exalte la concurrence. La concurrence par les prix n est pourtant peut-être pas aussi facile ni aussi utilisée qu on veut bien le faire croire Entrer dans la guerre des prix Dès le début des années 1980, Porter envisageait parmi ses trois stratégies génériques la «domination par les coûts». Les analystes du Boston Consulting Group parlaient, eux, d activité de volume. Tous sont d accord que, pour envisager de déclencher de façon avantageuse une guerre des prix, il faut disposer d un avantage structurel de coût sur ses concurrents. Le fournisseur d accès à Internet Mangoosta l a appris à ses dépens fin En proposant un forfait ADSL à prix cassé, il a entraîné la riposte du principal opérateur du marché, Wanadoo. «L opérateur nous a littéralement exécutés en baissant ses prix d un tiers dès janvier 2001» raconte un ex-cadre de l entreprise au magazine Management. Trois méthodes principales permettent d entrer dans la guerre des prix : le coût cible, le prix cible et l every day low price. La méthode des coûts cibles (target costing) est inspirée des pratiques japonaises. Elle repose sur l analyse de la valeur. Le cahier des charges du produit n inclut pas seulement les fonctionnalités qu il doit apporter, déterminées en fonction de la valeur que leur accordent les clients ; il fixe aussi des limites de coûts de production à ne pas dépasser. Le prix devient ainsi un élément de marketing et non une conséquence du coût de production. La méthode des prix cibles (target pricing) est une extension de la méthode des coûts cibles. Elle consiste à prendre comme prix de référence l offre d un produit concurrent (la cible) et à proposer plus de fonctionnalités pour un prix inférieur. C est ainsi qu Audi aurait procédé pour «attaquer» la 605 de Peugeot et lancer la A6. 5/13

6 En matière promotionnelle, l every day low pricing est en parfaite cohérence avec une politique de prix constamment attractif. En effet, contrairement à ce qui se pratique habituellement, l EDLP chasse de façon systématique les coûts qui n apportent pas de valeur ajoutée au consommateur (la promotion des ventes pour une large part) et consacre l argent ainsi économisé à une baisse durable des prix de vente au consommateur. L accroissement des ventes de Procter & Gamble qui l a mis en œuvre en 1992, aurait été de 30 % Les risques de la guerre des prix Mais la guerre des prix n est pas sans risque. Bon et Jallat l ont bien montré. Tout d abord parce que toute réduction de prix est avant tout une réduction de la marge si elle ne s accompagne pas d une réduction des coûts et que l accroissement des ventes que l on retire de la baisse des prix est souvent très vite annihilé par la réplique de la concurrence qui baisse ses prix en retour. On se retrouve avec une part de marché qui n a pas évolué mais une marge qui a diminué. C est ce qui risque de se produire sur la liaison aérienne Paris-Nice où, à force de prix cassés, les protagonistes (Air Lib Express, EasyJet et Air France) ne gagnent plus d argent. Ensuite parce que la baisse continue des prix perturbe le client qui devient rancunier (que doivent penser les premiers acheteurs de la XBox de Microsoft quand ils voient le prix passer de 479 à 249 en l espace de quelques mois), attentiste (il n achète plus qu en promotion ou pendant les soldes, diffère ses achats en pensant que les prix vont baisser), se focalise sur l argument prix au détriment de tout autre avantage, argument d autant plus dangereux qu il abaisse son prix de référence (c est le prix discounté qui devient le prix normal), négocie ses achats. Enfin parce qu il s ensuit une dévalorisation de la marque qui perd toute valeur ajoutée, n est plus un contrat, une promesse vis-à-vis du client. Face au danger que représente la guerre des prix, les entreprises hésitent à s affronter sur ce terrain. Mais, si elles ne font pas du prix le centre de leur argumentation, cela ne signifie nullement que la variable prix ait perdu toute utilité. 2.2 Un élément du positionnement Au-delà du sacrifice financier qu elle exprime, en effet, la variable prix est un élément du positionnement des entreprises. Elle délivre une information sur le produit et permet de répondre aux attentes variées des consommateurs La variable prix pour communiquer Le prix est un élément visible du produit (un élément de communication intrinsèque selon Guilbert) ; il délivre une information sur le produit. Les entreprises se doivent de l exploiter pour positionner et animer le produit. Ainsi, Gabor et Granger (1966), Rao et Monroe (1989) ont montré que le prix est un indicateur de qualité pour le consommateur dès lors que celui-ci ne dispose pas des éléments nécessaires à une évaluation correcte (notamment pour les achats qui requièrent des compétences techniques). Les premières études, uni-critères, consacrées à ce sujet, ont sûrement donné trop d importance à la variable prix. Des études multicritères plus récentes ont relativisé ce rôle mais l ont néanmoins confirmé. Dans ce cadre, le prix est également une variable qui permet de baliser à l attention du consommateur une gamme de produits, de le conserver lorsqu il veut changer de niveau dans la gamme (Citroën a un temps souffert de son absence de produit intermédiaire entre la 2CV 6/13

7 et la DS). C est une gestion difficile car les écarts ne doivent être ni trop grands pour ne pas perdre de clients, ni trop faibles pour que les produits ne se cannibalisent pas entre eux. Le recours à la hi-lo strategy (prix tantôt normal, tantôt en promotion) permet une flexibilité et une réactivité de court terme vis-à-vis de la concurrence. C est pour le producteur un moyen de mettre en place une stratégie de pénétration ou de participer de manière défensive à une guerre des prix. C est aussi un moyen d animer un produit, de le remettre périodiquement en mémoire, de rappeler qu il est en rayon alors que le consommateur ne le voit plus parce qu il s est «institutionnalisé» La variable prix pour exploiter toutes les sensibilités «La fragmentation du marché aboutit à une plus grande différenciation et les prix sont fixés en fonction du segment de marché» affirment Schindehutte et Morris. Le prix est la valeur que le client est disposé à payer. Tous les clients n étant pas disposés à payer le même prix (ils n ont pas tous la même sensibilité au prix), les techniques modernes de fixation des prix s efforcent de proposer à chacun d eux un prix qui leur convienne, de bannir la rigidité de la tarification. Simon a montré qu on pouvait optimiser le résultat avec une politique discriminante de prix. De nombreuses techniques permettent d y parvenir. Citons : la différenciation, selon le volume des ventes (remise quantitative), le client (la coupe est moins chère pour les étudiants que pour les autres clients chez Jean-Louis David), le moment de consommation ( 30 % sur les plats commandés après 14h30 chez Hippopotamus), le moment d achat (billets J 30, J 8 à la SNCF et principe du yield management dans les compagnies aériennes et les hôtels), le lieu, le canal de distribution, etc. ; les structures non linéaires de prix (partie fixe et partie variable) ; les structures complexes qui font intervenir plusieurs paramètres dans la tarification (les forfaits de téléphonie mobile!) ; les offres groupées (760 pour Office XP, 560 pour le seul Word). En matière promotionnelle, on peut également exploiter la plus ou moins forte sensibilité des clients en les faisant participer à la construction de leur propre satisfaction. Ainsi Danone offre, via son site Internet, la possibilité de choisir et d imprimer ses coupons de réduction. N en profiteront que ceux qui sont sensibles à la promotion. Dans le même ordre d idée, le discounter on line Clust offre des codes permettant à ceux qui prennent le temps de cliquer sur le lien «foire aux coupons» d obtenir certains produits à tarif réduit. La place qu occupe le prix dans le mix est donc variable dans les entreprises. Soit elles en font, à l image de Télé2, l élément moteur de leur stratégie, prenant le risque d ouvrir une dangereuse guerre des prix, soit elles en font un élément de leur stratégie de positionnement, élément qui leur permet de communiquer un niveau de qualité, d animer la marque et, pour celles qui, comme dans la téléphonie mobile, adoptent une politique discriminante de prix, de mieux couvrir l ensemble des segments du marché. Contrepartie demandée au consommateur à l offre de l entreprise, le prix et sa composante promotionnelle sont, en pratique, des variables difficiles à manipuler. Même s il se dit attaché au prix, on sait que, au moins pour les produits de consommation courante, c est une information que le consommateur n utilise pas en l état car il ne connaît pas le prix des 7/13

8 produits qu il achète, ou de façon sommaire dans ses comparaisons, simplifiant rapidement l information prix. Certaines entreprises, pourtant, continuent à l utiliser comme variable majeure de leur stratégie, prenant le risque de laminer leurs marges, de détruire leur image et, à terme, de disparaître. D autres l utilisent pour adapter leur offre aux différentes sensibilités aux prix exprimées sur le marché. Mais le rôle de la variable prix tel qu il vient d être décrit pourrait être remis en cause dans les prochaines années par l arrivée d Internet. Le vieux rêve de la transparence des marchés et de l information pure et parfaite est en effet, avec cet outil, en passe de devenir réalité. De chez lui, le consommateur peut, en quelques clics de souris, comparer l offre prix de plusieurs magasins, voire demander à un comparateur de prix de le faire pour lui. Dans un tel contexte, l obligation de compétitivité sur les prix pourrait devenir essentielle, discriminante, même si le choix définitif se fait sur d autres critères. Le bilan de la variable prix que nous venons de dresser, de son utilisation par le consommateur et par les entreprises, n est peut-être pas définitif. 8/13

9 Partie pédagogique Responsable ou gestionnaire de rayon, animateur, marchandiseur dans le commerce de détail selon le référentiel professionnel le technicien supérieur en action commerciale sera, au cours de sa vie professionnelle, confronté à la promotion des ventes, appelé à remplir des tâches d animation. Il lui faut donc être capable, en conformité avec les axes d activité du référentiel professionnel et les fonctions 3 (animer) et 4 (administrer) du référentiel de certification de : choisir un style d animation en fonction du point de vente et des objectifs, prévoir et gérer les modifications du linéaire pour les promotions, choisir une cible et un positionnement publicitaire en adéquation avec la politique mercatique globale, établir ou utiliser un budget de communication, organiser l information dans la zone de chalandise, aménager l accueil de la clientèle, adapter la disposition des locaux, la présentation des produits, gérer le budget d une action commerciale spécifique, d actions publicitaires ou promotionnelles. Il ne faut donc pas s étonner que le point des savoirs associés en action commerciale théorique («La promotion des ventes») ait pour objectif : «organiser et mettre en œuvre les actions de promotion des ventes de l entreprise». Globalement, l étudiant se révèle donc plus opérationnel que stratège. Le contenu de formation est toutefois un peu plus ambitieux puisqu il indique d étudier les objectifs et cibles, les outils et la réglementation de la promotion des ventes. Cela se conçoit aisément : pour bien gérer l action sur le terrain, le commercial doit être en mesure d en comprendre les tenants et les aboutissants. En outre, sans être décideur en la matière, sauf dans de très petites structures, le technicien supérieur peut être amené à participer aux choix, à formuler des avis La tâche de l enseignant est donc de construire un cadre théorique permettant à l étudiant de se situer et de participer efficacement à la conception et à la mise en place d une opération de promotion des ventes dans le cadre de son entreprise. 1 Le cadre pédagogique On peut envisager de traiter assez tôt (milieu du premier semestre de première année) ce thème afin que les élèves qui seront confrontés au sujet lors de leurs ACA aient déjà en tête l ensemble des connaissances qu ils doivent maîtriser. Plus classiquement cependant, le sujet ne sera abordé qu au début du deuxième semestre de seconde année car il fait peu l objet de questions à l étude de cas (ou alors soit sous forme simpliste, soit sous l angle «outils de gestion») et parce qu il sera alors vraisemblablement possible de s appuyer sur des ACA d étudiants. On y consacrera entre cinq et six heures. Le chapitre arrivera après l étude générale sur la communication commerciale où auront été présentés les différents types de communication (publicité, promotion, marketing direct ) à partir du traditionnel tableau France pub / Irep sur les dépenses publicitaires et promotionnelles des annonceurs. Ces distinctions constituent un pré-requis à l action de 9/13

10 formation car il importe que l étudiant puisse situer la promotion des ventes dans le cadre de la communication de son entreprise. Au titre des pré-requis que ce chapitre introductif aura permis de préciser, il convient d ajouter les notions de cible de communication et d objectif de communication qui seront réutilisées dans la séquence. Ces termes auront déjà été illustrés au cours de la séquence consacrée à la publicité qui aura suivi l introduction à la communication. Du point de vue des transversalités, la technique de l analyse de décision de justice doit être maîtrisée. Cela ne pose en principe pas de problème puisque le début du cours de droit y est consacré (thème I «approche méthodologique»). Il serait par ailleurs souhaitable que le thème V du même cours de droit («les relations juridiques de l entreprise avec les consommateurs») ait été vu. Non pas que son contenu soit fondamentalement utile à l avancement du cours sur la promotion mais parce qu il permet de poser la nécessité et l existence d un droit de la consommation au sein duquel les aspects juridiques de la promotion des ventes trouvent leur place. 2 Préparation de la séquence 2.1 Objectifs d apprentissage Le contenu notionnel du chapitre est, nous l avons vu, très clairement défini par le référentiel (3.4.4). Les étudiants doivent pouvoir : distinguer la promotion des ventes des autres types de communication, classer des actions de promotion dans l une des quatre grandes catégories (jeuxconcours, primes et échantillon, réductions de prix, cadeaux), identifier en conséquence les règles juridiques qui s appliquent et juger la licéité d une action promotionnelle, proposer dans un cadre donné une action de promotion et justifier son choix. 2.2 Préalables à l action Le professeur aura, dès le chapitre introductif à la communication d entreprise, demandé aux élèves de collectionner des emballages, prospectus ou autres qui leur paraissent relever de la promotion des ventes. 3 Le déroulement de la séquence d apprentissage La stratégie pédagogique est une stratégie en deux temps, fondée sur la méthode inductive : dans un premier temps (point 3.2 et 3.3) on observe (documents fournis par le professeur ou apportés par les étudiants) et dans un deuxième temps (point 3.4) on construit le cours et apporte les compléments notionnels indispensables (notamment la législation). 3.1 L accroche (10mn) À cette période de l année, quelques étudiants auront vraisemblablement eu à mener une opération de promotion des ventes (ex. anniversaire d un salon de coiffure) ou y auront participé en tant qu animateur (ex. Téléthon). Le professeur demandera à ces élèves de raconter leur expérience, notamment les difficultés qu ils ont dû surmonter. Il s appuiera sur ces expériences pour faire admettre l aspect technique du sujet et la nécessité d une démarche structurée. 10/13

11 3.2 Réflexion sur la méthodologie : l utilisation du document Le document annexé sera utilisé en début de cours. Ludique (les hommes canettes), impliquant pour les élèves (par l événement et par le produit), il constitue un support attractif approprié à une mise en route. L objectif opérationnel de cette partie est de construire avec les étudiants une grille d observation d une action promotionnelle qu ils pourront réutiliser, notamment en étude de cas, pour juger ou proposer une opération Préparation Le professeur n aura gardé du document que les rubriques : client et marque concernée, dates de l opération, description du mécanisme, médias promotionnels, puissance de l opération Lancement (10mn) Le professeur laisse un temps d observation puis demande de raconter l opération ; il fait ainsi «rentrer dans le sujet» et s assure de la bonne compréhension du document. Il demande aux élèves ce qu ils pensent de l opération et pourquoi. Il est tout à fait vraisemblable que c est l aspect «iconoclaste» de l opération qui aura séduit les élèves et reviendra prioritairement Exploitation (10mn) Il recentre sur l aspect commercial de l opération en rappelant qu elle a un coût et qu elle n est donc pas lancée parce qu elle est amusante mais bien parce qu elle apporte quelque chose à l entreprise qui la met en place. Il fait réfléchir à cet apport sur le cas Virgin. Les propositions des étudiants (ex. notoriété) amèneront automatiquement les questions «auprès de qui» et «pourquoi». On aura ainsi fait porter la réflexion sur les notions d objectif, de cible et de problème à résoudre Reformulation (15mn) Le professeur construit avec les étudiants la grille des points à observer pour apprécier la pertinence d une opération promotionnelle : problème, cible, objectif, mécanisme (description et énoncé du «pourquoi ça marche»), etc. Il rétroprojette l ensemble du document et constate que les points relevés sont bien ceux qui sont mis en évidence dans le monde professionnel. Il insiste sur l intérêt de leur connaissance dans le cadre de l étude de cas de l examen : c est sur leur respect que seront jugés les élèves plus que sur l originalité de leurs propositions. 11/13

12 3.2.5 Évaluation (15mn) Le professeur demande alors aux étudiants d appliquer cette analyse à quelques-unes des opérations promotionnelles qu ils ont collectées. En l absence de proposition, il projette d autres exemples issus du même site. Il s assure ainsi de la compréhension des différents points de la grille. 3.3 Définir les techniques promotionnelles Construction du contenu notionnel (10mn) On constate, lors de l exploitation des documents apportés par les étudiants, la grande diversité des techniques promotionnelles (jeux-concours, produits girafes, primes ). Le professeur le fait remarquer et demande d établir une classification. Il distribue en guise de synthèse le tableau statistique des opérations promotionnelles du BIPP. Il insiste sur l intérêt de la classification en évoquant les conséquences juridiques de l appartenance à une technique ou à une autre Évaluation (10 mn) Il demande de classer les documents apportés mais non encore exploités dans l une des quatre catégories. Il s assure ainsi de la bonne compréhension des caractéristiques de chaque type de promotion et apporte au besoin les précisions nécessaires. 3.4 Construction du cours (2h) Le cours respecte le référentiel et la progression suivie jusqu à présent ; après un recentrage du thème à l intérieur des techniques de communication, le professeur aborde les notions de : 1. cibles et objectifs ; il développe à cette occasion les points qui n ont pas été abordés (ex. il est vraisemblable que seuls les consommateurs auront jusque là été envisagés comme cible potentielle et il s agit donc d élargir la notion à la distribution et à la force de vente) ; 2. outils de la promotion ; il insiste sur l adéquation nécessaire dans le choix d un outil avec l objectif retenu (ex. on ne fait pas découvrir un produit avec un jeuconcours) ; 3. réglementation. Si les deux premiers points s appuient sur les éléments déjà vus, il n en va pas de même du troisième qui requiert du professeur un apport de connaissances sous forme magistrale. Quelques «incursions» vers les documents déjà utilisés peuvent égayer le propos et faire sentir sa réalité (ex. présence de la mention «jeu sans obligation d achat»). Pour illustrer son propos, le professeur s appuiera, dans la mesure du possible, sur les ACA présentées en introduction et sur des décisions de justice (nombreuses références dans la presse professionnelle, de consommateurs, dans le mémento commercial de la revue fiduciaire et dans les ouvrages spécialisés) qu il fera analyser. Il mettra ainsi en évidence : l existence réelle d un droit des consommateurs qui peut faire condamner des entreprises, la complexité de l application des textes, l inobservation de certaines règles légales (tentatives de contournement?) par les entreprises et les risques qu elles encourent alors (ex. société de VPC dont la publicité a été jugée trompeuse et qui a été condamnée à payer plusieurs fois le «premier lot»), etc. 12/13

13 3.5 Évaluation terminale (1h30) L évaluation de la bonne compréhension des notions se fera par une série de mises en situation (non notée). On s assurera ainsi que : L étudiant est capable de classer des opérations promotionnelles dans une catégorie et d apprécier leur licéité. L étudiant doit retrouver les catégories promotionnelles (ex. jeu ) d une dizaine d opérations qu on lui décrit (ex. les colles Oho proposent un jeu où le bulletin réponse est constitué par le carton sur lequel est collé un lot de trois bâtons de colle ; on pourra prendre des exemples sur le site cité en référence dans l annexe) et sur lesquelles il doit porter une appréciation justifiée quant à leur légalité. L étudiant est capable de suggérer une technique promotionnelle appropriée à une situation donnée. On propose une dizaine de problèmes d entreprises (ex. à l occasion du lancement du fromage frais «P tit Yaka», l entreprise souhaite faire essayer le produit et dynamiser l ensemble de la gamme) pour lesquelles l étudiant doit proposer en justifiant son choix une ou des actions promotionnelles. La réflexion pourra être individuelle mais il semble préférable, pour qu il y ait confrontation de points de vue, qu elle se fasse par groupes de deux étudiants. Le professeur, passant de groupe en groupe dans la classe pourra aider les élèves à formuler leurs réponses. La correction immédiate permettra de montrer la difficulté du montage de certaines opérations (ex. dans l exemple des colles Oho, il y a à la fois vente par lot et jeu) et de préciser les points non compris. Les discussions qui s instaureront à l occasion de chaque proposition seront l occasion de bien montrer qu il n existe pas de solution juste ou fausse mais plutôt réalisable ou pas, plus ou moins bien adaptée au problème posé, etc. Ainsi présenté, le thème de la promotion des ventes garde son aspect ludique et créatif tout en insistant sur la nécessaire rigueur qui préside à sa conception. L évaluation terminale proposée est une évaluation «à chaud», alors que les étudiants ont encore présent à l esprit les recommandations de construction et les éléments de législation. Il convient de s assurer de leur assimilation «en profondeur». Cela pourra se faire en de multiples occasions : évaluation sommative sur le thème, étude de cas, ACA, ou, et cela semble préférable, autre chapitre (ex. marketing direct) pouvant présenter le même type de raisonnement (problème / objectif / cible / moyen) et les mêmes contraintes juridiques (l offre de marketing direct s accompagne en général d un accélérateur ; ex. calculatrice gratuite pour tout abonnement d un an à un magazine). 13/13

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES CORRIGÉ TYPE DE L EXAMEN

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES CORRIGÉ TYPE DE L EXAMEN ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES Module : Marketing Fondamental Niveau : 1 ère Année Master Enseignant : KHERRI Abdenacer Date : 13/04/2015 Site web : www.mf-ehec.jimdo.com Durée : 1 heure 30 minutes

Plus en détail

Coûts de production et de distribution

Coûts de production et de distribution Le prix Coûts de production et de distribution Coûts directs et indirects Clés de répartition Coûts fixes et coûts variables Fixes : indépendants du volume de vente : amortissement des machines, salaires

Plus en détail

Achats en ligne. et conversion. Le marketing à la performance, du premier affichage au dernier clic. tradedoubler.com

Achats en ligne. et conversion. Le marketing à la performance, du premier affichage au dernier clic. tradedoubler.com Achats en ligne et conversion Le marketing à la performance, du premier affichage au dernier clic tradedoubler.com Lorsqu il s agit de choisir une marque ou un produit à acheter, les consommateurs européens

Plus en détail

LE MARKETING DIRECT, SUPPORT DU MARKETING CLIENT

LE MARKETING DIRECT, SUPPORT DU MARKETING CLIENT 11 CHAPITRE PREMIER LE MARKETING DIRECT, SUPPORT DU MARKETING CLIENT En moins d un siècle, le marketing direct a profondément évolué. Passant de la commande traditionnelle par courrier à la multiplication

Plus en détail

BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR

BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR Vous êtes tuteur d un étudiant en BTS management des unités commerciales. Ce guide vous est destiné : il facilite votre préparation de l arrivée du

Plus en détail

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION Introduction L a question de la rémunération se situe, par nature, au fondement même des pratiques de gestion du personnel. Aussi peu développée soit-elle, toute gestion des ressources humaines s organise

Plus en détail

SOCIAL CRM: DE LA PAROLE À L ACTION

SOCIAL CRM: DE LA PAROLE À L ACTION LIVRE BLANC SOCIAL CRM: DE LA PAROLE À L ACTION Découvrez comment le Social CRM peut travailler pour vous LIVRE BLANC SOCIAL CRM: DE LA PAROLE À L ACTION 2 À PROPOS Au cours des dernières années, vous

Plus en détail

De ces définitions qui précèdent, Quels liens pouvons nous relever entre ces deux notions? La force de vente et la communication

De ces définitions qui précèdent, Quels liens pouvons nous relever entre ces deux notions? La force de vente et la communication De nos jours, la force de vente et la communication apparaissent comme des fers de lance de toute entreprise. En effet leur prise en compte engendre des chiffres d affaires notoires. La force de vente

Plus en détail

Analyse du comportement des joueurs : les décisions relevaient-elle du hasard ou d une vraie réflexion?

Analyse du comportement des joueurs : les décisions relevaient-elle du hasard ou d une vraie réflexion? Expérimentation Business Game Enseignant : Philippe PALACIN Descriptif : Classes concernées Descriptif général du cadre et des objectifs expérimentaux Contexte Période et temps consacrés à l expérimentation

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL COMMERCE. Cahier des charges. Action «Promotion - Animation» (en application à la rentrée de septembre 2005)

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL COMMERCE. Cahier des charges. Action «Promotion - Animation» (en application à la rentrée de septembre 2005) BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL COMMERCE Cahier des charges Action «Promotion - Animation» (en application à la rentrée de septembre 2005) Participants : Christiane DUPONT IEN-ET Économie Gestion Rosine REGNAULT

Plus en détail

MRK-66728 : Marketing pharmaceutique

MRK-66728 : Marketing pharmaceutique Université Laval MBA Laval Faculté des sciences de l administration Gestion pharmaceutique Département de marketing Hiver 2006 MRK-66728 : Marketing pharmaceutique Chargé de cours : 450-622-5725 1 OBJECTIFS

Plus en détail

Réussir son affiliation

Réussir son affiliation David Sitbon Étienne Naël Réussir son affiliation Comment gagner de l argent avec Internet, 2012 ISBN : 978-2-212-55350-5 1 Comprendre que tout est marketing de rentrer dans le détail, il nous a semblé

Plus en détail

ilottery 2.0 DÉVELOPPER LE JEU En collaboration avec

ilottery 2.0 DÉVELOPPER LE JEU En collaboration avec ilottery 2.0 DÉVELOPPER LE JEU L I V R E B L A N C En collaboration avec RÉSUMÉ 2 Ce livre blanc repose sur une étude commandée par Karma Gaming et réalisée par Gaming Insights Group. Les données viennent

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit PCI -TD _ Centres Resp et Profit_Correction CAS.doc 1 / 28 CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit INTRODUCTION SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 1 NOTIONS

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

GUIDE DU TUTEUR ACCUEIL D UN ETUDIANT EN BTS MUC. Management des Unités Commerciales. Stage de 1ère année

GUIDE DU TUTEUR ACCUEIL D UN ETUDIANT EN BTS MUC. Management des Unités Commerciales. Stage de 1ère année GUIDE DU TUTEUR Ce guide est complété par le tuteur durant la première année de BTS. Une copie doit être fournie au professeur et à l étudiant ACCUEIL D UN ETUDIANT EN BTS MUC Management des Unités Commerciales

Plus en détail

Débroussailler les paiements mobiles :

Débroussailler les paiements mobiles : UN LIVRE BLANC DE CHASE PAYMENTECH Débroussailler les paiements mobiles : ce que les commerçants canadiens doivent savoir Utilisation de la technologie mobile pour les paiements Depuis quelques mois, on

Plus en détail

LA QUALITE, L ASSURANCE DE LA QUALITE ET LA CERTIFICATION ISO 9001

LA QUALITE, L ASSURANCE DE LA QUALITE ET LA CERTIFICATION ISO 9001 LA QUALITE, L ASSURANCE DE LA QUALITE ET LA CERTIFICATION ISO 9001 I/ HISTORIQUE DE LA QUALITE La qualité est un souci permanent de l homme depuis longtemps. Jusqu au XIX ème siècle, c est l ère artisanale

Plus en détail

Stratégies gagnantes pour les prestataires de services : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants

Stratégies gagnantes pour les prestataires de services : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Centres d évaluation de la technologie inc. Le cloud computing : vue d ensemble Les sociétés de services du monde entier travaillent dans un environnement en pleine

Plus en détail

Tirer parti des renseignements sur les clients : leçons tirées des réalisations en matière de services bancaires au consommateur

Tirer parti des renseignements sur les clients : leçons tirées des réalisations en matière de services bancaires au consommateur La force de l engagement MD ÉTUDE TECHNIQUE Tirer parti des renseignements sur les clients : leçons tirées des réalisations en matière de services bancaires au consommateur Les entreprises de commerce

Plus en détail

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F.Adm.A., CMC Conseiller en gestion Direction de la gestion

Plus en détail

Transcription médicale: comment faire le bon choix

Transcription médicale: comment faire le bon choix Transcription médicale: comment faire le bon choix La réduction des coûts et l optimisation des investissements sont des préoccupations majeures pour tout entrepreneur qui se respecte. À travers ce document,

Plus en détail

Publicité comportementale. Etudes de marché à l international

Publicité comportementale. Etudes de marché à l international Publicité comportementale Etudes de marché à l international Emergence concept en 2007 Modification profonde de la stratégie des annonceurs E-publicité en plein essor et de mieux en mieux adaptée aux consommateurs

Plus en détail

Animer une association

Animer une association FICHE PRATIQUE N 7 www.animafac.net gestion de projet Animer une association Une association vit mieux si elle est composée de plusieurs membres partageant un projet collectif. Si la loi 1901 est une loi

Plus en détail

Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise

Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise On ne peut concevoir l entreprise comme une entité isolée du milieu dans lequel elle agit. L entreprise

Plus en détail

Définition des objectifs Caractéristiques de l offre définitive Marché cible positionnement. Evaluation du potential de vente

Définition des objectifs Caractéristiques de l offre définitive Marché cible positionnement. Evaluation du potential de vente Chapitre 3 Lancement et développement de la jeune entreprise Une fois, l étude de marché réalisée, le créateur doit maintenant l explorer, c'est-à-dire en tirer les éléments qui serviront à la rédaction

Plus en détail

UNIVERSITÉ LAVAL. PLAN DE COURS PROGRAMME en GESTION du DÉVELOPPEMENT TOURISTIQUE. Titre et sigle du cours : Marketing touristique, MRK 20578

UNIVERSITÉ LAVAL. PLAN DE COURS PROGRAMME en GESTION du DÉVELOPPEMENT TOURISTIQUE. Titre et sigle du cours : Marketing touristique, MRK 20578 1 UNIVERSITÉ LAVAL FACULTÉ DES SCIENCES DE L'ADMINISTRATION Certificat en gestion du développement touristique PLAN DE COURS PROGRAMME en GESTION du DÉVELOPPEMENT TOURISTIQUE IDENTIFICATION Titre et sigle

Plus en détail

Le livret des réponses

Le livret des réponses Le livret des réponses Achat 1 Avant de dépenser tout ton argent, il faut réfléchir aux conséquences de cet achat. Auras-tu besoin d argent pour faire d autres activités dans les semaines qui viennent,

Plus en détail

DÉPARTEMENT COMMERCIAL & MARKETING COMMUNICATION & MARKETING COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE OU D ENTREPRISE COMMUNICATION EXTERNE DÉFINITION MARKETING

DÉPARTEMENT COMMERCIAL & MARKETING COMMUNICATION & MARKETING COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE OU D ENTREPRISE COMMUNICATION EXTERNE DÉFINITION MARKETING COMMUNICATION & MARKETING COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE OU D ENTREPRISE Ensemble des actions de communication qui visent à promouvoir l image de l entreprise vis-à-vis de ses clients et différents partenaires.

Plus en détail

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION DES NOMBRES par Jean-Luc BREGEON professeur formateur à l IUFM d Auvergne LE PROBLÈME DE LA REPRÉSENTATION DES NOMBRES On ne conçoit pas un premier enseignement

Plus en détail

Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions

Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions Chapitre 9 Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions Savoir utiliser son argent est un art et un art qui paie. Comme toutes les ressources, l argent peut être utilisé à bon ou

Plus en détail

DEMARCHE MARKETING MODULE : Aouichaoui Moez BTS : Conseiller d apprentissage. moez.aouichaoui@atfp.tn. Démarche Marketing

DEMARCHE MARKETING MODULE : Aouichaoui Moez BTS : Conseiller d apprentissage. moez.aouichaoui@atfp.tn. Démarche Marketing 2012/2013 Démarche Marketing MODULE : BTS : DEMARCHE MARKETING Aouichaoui Moez Conseiller d apprentissage moez.aouichaoui@atfp.tn - Janvier 2014 www.logistiquetn.me.ma, Tunis Aouichaoui Moez 1 Plan N.B

Plus en détail

www.styleanalytics.com

www.styleanalytics.com www.styleanalytics.com Style Analytics EuroPerformance a le plaisir de vous présenter Style Analytics, outil de mesure des risques et de la performance des fonds d investissement. Style Analytics offre

Plus en détail

COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB?

COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB? COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB? Lorraine Pour être efficace, un site web doit être réfléchi et en adéquation avec la stratégie de l entreprise. Cette notice présente les différentes possibilités

Plus en détail

S5 - MANAGEMENT. 511 L organisation notion d organisation modèles organisationnels

S5 - MANAGEMENT. 511 L organisation notion d organisation modèles organisationnels S5 - MANAGEMENT Le Management est un élément central de la formation. C est d ailleurs la fonction n 1 du référentiel des activités professionnelles. Il mobilise non seulement des savoirs issus de la psychologie,

Plus en détail

Relations Commerciales Chapitre 3 Créer des contacts

Relations Commerciales Chapitre 3 Créer des contacts Un prospect est un client potentiel. Lorsque l on contacte le prospect, il faut opter pour un angle d attaque (prétexte fondé pour prise de contact), montrer que l on ai renseigné sur l annonceur et lui

Plus en détail

Créer un mémento grammatical portatif et évolutif pour tablettes et smartphones

Créer un mémento grammatical portatif et évolutif pour tablettes et smartphones Enseigner les Langues et Cultures de l Antiquité avec les TICE http://lettres.ac-dijon.fr TraAM travaux académiques mutualisés, un accompagnement au développement des usages des TIC Créer un mémento grammatical

Plus en détail

La segmentation et le ciblage : principaux piliers de la stratégie Marketing de l entreprise Par M.B

La segmentation et le ciblage : principaux piliers de la stratégie Marketing de l entreprise Par M.B La segmentation et le ciblage : principaux piliers de la stratégie Marketing de l entreprise Par M.B Pour bien servir son marché, une entreprise doit mettre en œuvre une démarche en trois temps : segmentation,

Plus en détail

Sylvie Guessab Professeur à Supélec et responsable pédagogique du Mastère Spécialisé en Soutien Logistique Intégré des Systèmes Complexes

Sylvie Guessab Professeur à Supélec et responsable pédagogique du Mastère Spécialisé en Soutien Logistique Intégré des Systèmes Complexes Préface Toute personne est un jour confrontée à devoir prendre une décision, qu il s agisse de l étudiant qui réfléchit à son orientation académique, du chercheur qui doit privilégier une option scientifique

Plus en détail

Fiche 3.3 : Comment les marchés imparfaitement concurrentiels fonctionnent-ils?

Fiche 3.3 : Comment les marchés imparfaitement concurrentiels fonctionnent-ils? eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 3. La coordination par le marché Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 3.3 : Comment les marchés imparfaitement

Plus en détail

Pricing : la technique ne suffit pas

Pricing : la technique ne suffit pas Pricing : la technique ne suffit pas Par Frédéric Milgrom Vice President, Estin & Co Optimiser les prix recèle un potentiel d amélioration des résultats significatif et plus aisé à atteindre que des réductions

Plus en détail

«COMMENT PROSPECTER ET FIDÉLISER VOS CLIENTS GRÂCE À LA COMMUNICATION ET AU MARKETING DIRECT?»

«COMMENT PROSPECTER ET FIDÉLISER VOS CLIENTS GRÂCE À LA COMMUNICATION ET AU MARKETING DIRECT?» «COMMENT PROSPECTER ET FIDÉLISER VOS CLIENTS GRÂCE À LA COMMUNICATION ET AU MARKETING DIRECT?» Sommaire 1. Introduction : les clients, les Médias et la Publicité 2. Construire une Stratégie de Communication

Plus en détail

MiniKonf 2007 Marketing: Passer d un produit technologique à un produit marketing

MiniKonf 2007 Marketing: Passer d un produit technologique à un produit marketing MiniKonf 2007 Marketing: Passer d un produit technologique à un produit marketing Stéphanie MICHEL AMATO Consultante AJEM Consultants Avec le témoignage de François CHALUMEAU Directeur GlobaWare International

Plus en détail

Collège (3DP). Le texte du programme -Mathématiques- :

Collège (3DP). Le texte du programme -Mathématiques- : L évaluation des Mathématiques en Lycée Professionnel Quelle est la place de l évaluation dans une séquence de mathématiques en Lycée professionnel? Collège (3DP). Le texte du programme -Mathématiques-

Plus en détail

Les stéréotypes sont aussi vieux que l'humanité et reflètent l'idée que nous nous faisons de ceux qui sont différents de nous.

Les stéréotypes sont aussi vieux que l'humanité et reflètent l'idée que nous nous faisons de ceux qui sont différents de nous. Qu'est-ce qu'un stéréotype? (by Krystyna Szymankiewic) Stéréotype : idée ou image populaire et caricaturale que l'on se fait d'une personne ou d'un groupe, en se basant sur une simplification abusive de

Plus en détail

Chapitre 2 Marketing (Mercatique)

Chapitre 2 Marketing (Mercatique) Introduction Chapitre 2 Marketing (Mercatique) Définition : «Le marketing consiste à prévoir tous les changements qui peuvent survenir sur un marché et à déterminer la manière dont l'entreprise pourra

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

Chap 1 : LA DEMARCHE MERCATIQUE

Chap 1 : LA DEMARCHE MERCATIQUE I. La démarche mercatique globale A. Définition Chap 1 : LA DEMARCHE MERCATIQUE La mercatique est l ensemble des techniques et actions ayant pour objet de prévoir, constater, stimuler, susciter ou renouveler

Plus en détail

Le déroulement de l animation

Le déroulement de l animation 10020_GererAnimer_p076p087 Page 83 Vendredi, 12. août 2005 9:00 09 Le déroulement de l animation DOSSIER 15 Correspondance référentiel Dossier Page livre élève Compétences professionnelles Savoirs associés

Plus en détail

SOMMAIRE. Présentation 3. Marketing de l offre 15 Marketing de la demande 16 Marketing de l échange 16

SOMMAIRE. Présentation 3. Marketing de l offre 15 Marketing de la demande 16 Marketing de l échange 16 Présentation 3 Chapitre 1 Le concept de marketing 15 1 Définitions 15 Marketing de l offre 15 Marketing de la demande 16 Marketing de l échange 16 2 Principaux outils du marketing 16 3 Les critiques envers

Plus en détail

Assises de l éducation prioritaire Collège BARBUSSE-VAULX EN VELIN Document 6 : Demi-journée de concertation, partie 2 : leviers d évolution proposés

Assises de l éducation prioritaire Collège BARBUSSE-VAULX EN VELIN Document 6 : Demi-journée de concertation, partie 2 : leviers d évolution proposés Assises de l éducation prioritaire Collège BARBUSSEVAULX EN VELIN Document 6 : Demijournée de concertation, partie 2 : leviers d évolution proposés Synthèse des échanges sur la mise en œuvre des leviers

Plus en détail

Formation Repreneurs MODULE COMMERCIAL

Formation Repreneurs MODULE COMMERCIAL Formation Repreneurs MODULE COMMERCIAL I. Introduction Plan L objet du marketing Les étapes de la démarche commerciale Les déclencheurs d achat II. La notion de produit Les caractéristiques du produit

Plus en détail

Résumé de «The psychology of Security- DRAFT»

Résumé de «The psychology of Security- DRAFT» Résumé de «The psychology of Security- DRAFT» 1. Introduction La sécurité est un sentiment et une réalité. La réalité de la sécurité est mathématique, elle est basée sur la probabilité de différents risques

Plus en détail

Circulaire du 7 juillet 2009

Circulaire du 7 juillet 2009 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l économie, de l industrie et de l emploi NOR : ECEC0907743C Circulaire du 7 juillet 2009 concernant les conditions d application de l arrêté du 31 décembre 2008 relatif

Plus en détail

Baccalauréat professionnel vente (prospection - négociation - suivi de clientèle) RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION

Baccalauréat professionnel vente (prospection - négociation - suivi de clientèle) RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 16 I. COMPÉTENCES C1. PROSPECTER C11. Élaborer un projet de prospection C12. Organiser une opération de prospection C13. Réaliser une opération de prospection C14. Analyser

Plus en détail

Clément ALBRIEUX (69)

Clément ALBRIEUX (69) Pratique 20 : Une nouvelle identité entrepreneuriale 287 Le témoin : Clément ALBRIEUX (69) 30 collaborateurs Comment est définie et gérée l innovation dans votre cabinet? Les collaborateurs du cabinet

Plus en détail

Tous les termes de cette définition doivent être parfaitement définis pour la qualité des résultats de cette étude permanente.

Tous les termes de cette définition doivent être parfaitement définis pour la qualité des résultats de cette étude permanente. LES PANELS DE DISTRIBUTEURS. Le fonctionnement et l utilisation des données. Définition Un panel est une étude permanente de recueil d informations (achat, vente, lecture, TV, radio etc.) auprès d un échantillon

Plus en détail

DU Paris II Modèle de l économie numérique. Commerce électronique et conflits de canaux de distribution

DU Paris II Modèle de l économie numérique. Commerce électronique et conflits de canaux de distribution DU Paris II Modèle de l économie numérique Commerce électronique et conflits de canaux de distribution Introduction La notion de canaux de distribution : => réseaux de distribution propre : automobiles,

Plus en détail

Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur?

Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur? Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur? Un Livre Blanc Experian Marketing Services d après une enquête menée par le

Plus en détail

C o n f é r e n c e 7 LA PARTICIPATION, PIEGE OU SIMULATION CREATIVE POUR LES MARQUES?

C o n f é r e n c e 7 LA PARTICIPATION, PIEGE OU SIMULATION CREATIVE POUR LES MARQUES? C o n f é r e n c e 7 LA PARTICIPATION, PIEGE OU SIMULATION CREATIVE POUR LES MARQUES? Animateur Isabelle MUSNIK INFLUENCIA Intervenants Maryelle ALLEMAND CARLIN INTERNATIONAL Sauveur FERNANDEZ SAUVEUR

Plus en détail

ITIL V3. Transition des services : Principes et politiques

ITIL V3. Transition des services : Principes et politiques ITIL V3 Transition des services : Principes et politiques Création : janvier 2008 Mise à jour : août 2009 A propos A propos du document Ce document de référence sur le référentiel ITIL V3 a été réalisé

Plus en détail

L article qui suit tente de mettre en lumière les erreurs les plus courantes en ce qui concerne la fidélité client et sa gestion.

L article qui suit tente de mettre en lumière les erreurs les plus courantes en ce qui concerne la fidélité client et sa gestion. www.julienrio.com Introduction: L article qui suit tente de mettre en lumière les erreurs les plus courantes en ce qui concerne la fidélité client et sa gestion. Cet article s est inspiré de l ouvrage

Plus en détail

TNS Behaviour Change. Accompagner les changements de comportement TNS 2014 TNS

TNS Behaviour Change. Accompagner les changements de comportement TNS 2014 TNS Accompagner les changements de comportement TNS 2014 Comprendre et accompagner les changements de comportement Inciter et accompagner les changements de comportements des individus est un enjeu fondamental

Plus en détail

BEP Vente - action marchande I - COMPETENCES ET SAVOIR FAIRE

BEP Vente - action marchande I - COMPETENCES ET SAVOIR FAIRE I - COMPETENCES ET SAVOIR FAIRE 15 COMPETENCES PROFESSIONNELLES C.1. Participer à l approvisionnement du point de vente C.2. Intervenir dans la gestion et la présentation marchande des produits C.3. Communiquer

Plus en détail

Le Mix Marketing (les 4 P)

Le Mix Marketing (les 4 P) Le Mix Marketing (les 4 P) Chapitre 4 Yohan Bernard Le mix Produit (Product) Prix (Price) Distribution (Place) Communication (Promotion) Satisfaire les cibles Exprimer le positionnement Orientation Actions

Plus en détail

FORMATION L ÉVALUATION

FORMATION L ÉVALUATION FORMATION L ÉVALUATION Economie-gestion en lycée professionnel Académie de la Guyane 2014-2015 Formation Date : vendredi 05 Décembre 2014 Lieu : LP Raymond TARCY / Saint Laurent du Maroni Public : professeurs

Plus en détail

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : Dossier à l attention des dirigeants Centres d évaluation de la technologie inc. Stratégies gagnantes pour l industrie : Synthèse Jusqu ici, les

Plus en détail

1 De la logique de l entreprise au projet managérial

1 De la logique de l entreprise au projet managérial De la logique de l entreprise au projet managérial Caisse à outils du manager en quête de performances managériales!. Rappel de ce qu est la logique de l entreprise Une entreprise se définit comme la somme

Plus en détail

A. Le contrôle continu

A. Le contrôle continu L audit d achat est une action volontaire décidée par l entreprise avec pour objet d apprécier la qualité de l organisation de sa fonction achats et le niveau de performance de ses acheteurs. L audit achat

Plus en détail

Formation PME Etude de marché

Formation PME Etude de marché Formation PME Etude de marché Fit for Business (PME)? Pour plus de détails sur les cycles de formation PME et sur les business-tools, aller sous www.banquecoop.ch/business L étude de marché ou étude marketing

Plus en détail

Qu est-ce qu un programme de dons?

Qu est-ce qu un programme de dons? 1 Qu est-ce qu un programme de dons? Le terme «programme de dons» réfère à votre approche politique, stratégique, active visant à construire une relation durable avec vos abonnés et les donateurs. Tout

Plus en détail

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION VO SANG Xuan Hoang 1 Introduction Du moment où une personne se décide de choisir une carrière d enseignant,

Plus en détail

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Un premier semestre en deux temps : recul au premier trimestre et stabilisation au second semestre. Les investissements

Plus en détail

La situation est bien pire qu on ne le pense: De la mauvaise qualité des processus documentaires découle des risques majeurs pour les entreprises

La situation est bien pire qu on ne le pense: De la mauvaise qualité des processus documentaires découle des risques majeurs pour les entreprises Un livre blanc d IDC sponsorisé par Ricoh Juin 2012 Points Clés La situation est bien pire qu on ne le pense: De la mauvaise qualité des processus documentaires découle des risques majeurs pour les entreprises

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

B A R O M È T R E 2 0 0 9 Voyage d affaires :

B A R O M È T R E 2 0 0 9 Voyage d affaires : B A R O M È T R E 2 0 0 9 Voyage d affaires : l état des lieux après un an de crise Observation Le baromètre 2009 poursuit la mission engagée l an dernier, à savoir : «comprendre et mesurer les attentes

Plus en détail

Concours interne de l agrégation du second degré. Section économie et gestion. Programme de la session 2013

Concours interne de l agrégation du second degré. Section économie et gestion. Programme de la session 2013 Concours interne de l agrégation du second degré Concours interne d accès à l échelle de rémunération des professeurs agrégés dans les établissements d enseignement privés sous contrat du second degré

Plus en détail

La relation client constitue un axe progrès stratégique pour toutes les entreprises.

La relation client constitue un axe progrès stratégique pour toutes les entreprises. Relation client PME PMI attention danger! Résumé La relation client constitue un axe progrès stratégique pour toutes les entreprises. Nous essaierons de montrer, dans cet article, que la relation client

Plus en détail

13 Modification de l article L.122-11 du Code de la consommation sur les pratiques commerciales agressives.

13 Modification de l article L.122-11 du Code de la consommation sur les pratiques commerciales agressives. 5. LA PUBLICITÉ Les analyses réalisées ci-après s appuient sur l examen des supports transmis par les prêteurs, sur des recherches sur les sites Internet de ces établissements, sur l observation sur des

Plus en détail

ETRE OBSEDE PAR LA PSYCHOLOGIE DE L ACHETEUR

ETRE OBSEDE PAR LA PSYCHOLOGIE DE L ACHETEUR ETRE OBSEDE PAR LA PSYCHOLOGIE DE L ACHETEUR Évolution du comportement de l acheteur Ces dix dernières années, la pression concurrentielle et (surtout) l omniscience de Google, a changé radicalement le

Plus en détail

HONORAIRES - L ENJEU D UN LITIGE NE DONNE PAS LA MESURE DES PRESTATIONS QUE REQUIERT LA SOLUTION JURIRIQUE DES PROBLEMES QU IL POSE.

HONORAIRES - L ENJEU D UN LITIGE NE DONNE PAS LA MESURE DES PRESTATIONS QUE REQUIERT LA SOLUTION JURIRIQUE DES PROBLEMES QU IL POSE. HONORAIRES - L ENJEU D UN LITIGE NE DONNE PAS LA MESURE DES PRESTATIONS QUE REQUIERT LA SOLUTION JURIRIQUE DES PROBLEMES QU IL POSE. AVIS SUR HONORAIRES Extrait du procès-verbal de la séance du conseil

Plus en détail

Mix Distribution : où vendre ses produits?

Mix Distribution : où vendre ses produits? 28/07/2010 Confidentiel - Tous droits de reproduction réservés 1 mondirecteurmarketing N attendez pas d être grand pour croître! Mix Distribution : où vendre ses produits? 28/07/2010 Confidentiel - Tous

Plus en détail

S e r v i r l e s clients actuels de maniè r e e f f ic a ce grâce a u «Co n s u m er Insight»

S e r v i r l e s clients actuels de maniè r e e f f ic a ce grâce a u «Co n s u m er Insight» Siège mondial : 5 Speen Street Framingham, MA 01701 États-Unis P.508.935.4400 F.508.988.7881 www.idc-ri.com S e r v i r l e s clients actuels de maniè r e e f f ic a ce grâce a u «Co n s u m er Insight»

Plus en détail

COM 300 / CHAPITRE 5: COMMUNICATION HORS. Mme. Zineb El Hammoumi

COM 300 / CHAPITRE 5: COMMUNICATION HORS. Mme. Zineb El Hammoumi COM 300 / CHAPITRE 5: COMMUNICATION HORS MEDIAS Mme. Zineb El Hammoumi Communication hors médias Marketing direct Définition Objectifs Moyens Outils SOMMAIRE PLV (Publicité sur lieu de Vente) Définition

Plus en détail

Guide du Tuteur Banque et Assurance

Guide du Tuteur Banque et Assurance Guide du Tuteur Banque et Assurance QU EST-CE QUE LE BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES? Il s agit d une formation en 2 ans proposée aux titulaires d un baccalauréat technologique ou général. Elle

Plus en détail

LA STRATÉGIE «BIG DATA» DE ROULARTA MEDIA GROUP PREND DE L AMPLEUR GRÂCE À SELLIGENT TARGET

LA STRATÉGIE «BIG DATA» DE ROULARTA MEDIA GROUP PREND DE L AMPLEUR GRÂCE À SELLIGENT TARGET LA STRATÉGIE «BIG DATA» DE ROULARTA MEDIA GROUP PREND DE L AMPLEUR GRÂCE À SELLIGENT TARGET Le groupe, véritable machine à idées des médias, tire parti de l analyse comportementale pour optimiser son marketing

Plus en détail

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos»)

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Sommaire Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Novembre 2013 Table des matières 1. CONTEXTE ET OBJECTIFS... 3 2. MÉTHODES DE RECHERCHE...

Plus en détail

b) Fiche élève - Qu est-ce qu une narration de recherche 2?

b) Fiche élève - Qu est-ce qu une narration de recherche 2? Une tâche complexe peut-être traitée : Gestion d une tâche complexe A la maison : notamment les problèmes ouverts dont les connaissances ne sont pas forcément liées au programme du niveau de classe concerné

Plus en détail

Progiciels de gestions & services pour le Commerce et la Distribution

Progiciels de gestions & services pour le Commerce et la Distribution Progiciels de gestions & services pour le Commerce et la Distribution AVANT...... la richesse d un commerce était constituée par son stock et son fond de commerce c est-à-dire sa clientèle fidèle qui se

Plus en détail

Règlement Enquête Eduniversal France Masters MS - MBA

Règlement Enquête Eduniversal France Masters MS - MBA Règlement Enquête Eduniversal France Masters MS - MBA CONTEXTE L enquête menée auprès des entreprises, des établissements d enseignement supérieur français et de leurs étudiants a pour objectif de permettre

Plus en détail

2.1 Ingénierie pédagogique des modules. 2.2 Conception des séquences de cours. 2.3 Conception des séquences de travaux pratiques

2.1 Ingénierie pédagogique des modules. 2.2 Conception des séquences de cours. 2.3 Conception des séquences de travaux pratiques Campus numérique de formation à la comptabilité - gestion Sommaire 1. L offre modulaire 1.1 Les modules 1.2 L usage des modules 2. Les aspects pédagogiques 2.1 Ingénierie pédagogique des modules 2.2 Conception

Plus en détail

Les dessous des moteurs de recommandation

Les dessous des moteurs de recommandation Les dessous des moteurs de recommandation La personnalisation est un enjeu majeur du e-commerce aujourd hui. Elle réveille l esprit commerçant dans les boutiques en ligne en remettant le visiteur au cœur

Plus en détail

Choisir son logiciel de caisse

Choisir son logiciel de caisse GUIDE PRATIQUE Choisir son logiciel de caisse Qu est-ce qu un logiciel de caisse? Un logiciel de caisse, aussi appelé caisse enregistreuse ou caisse tactile est un programme informatique qui vous permet

Plus en détail

Nombreuses sont les occasions où l on réunit. Connaître les techniques de présentation collective. Méthodes pédagogiques. Animation.

Nombreuses sont les occasions où l on réunit. Connaître les techniques de présentation collective. Méthodes pédagogiques. Animation. Connaître les techniques de présentation collective Grâce à une journée de formation interne, les ingénieurs de ont fait le point sur l animation de séquences de présentation. Moments opportuns pour utiliser

Plus en détail

DYNAMIQUE DE GROUPE et EFFICACITE COLLECTIVE

DYNAMIQUE DE GROUPE et EFFICACITE COLLECTIVE DYNAMIQUE DE GROUPE et EFFICACITE COLLECTIVE CONTENU Journée 1 matin : Communication et efficacité de travail de groupe. - Approche de la communication en groupe et de ses effets sur les modes de participation,

Plus en détail

L unité commerciale X&Y «Fidéliser la clientèle»

L unité commerciale X&Y «Fidéliser la clientèle» Exemple de dossier de PDUC L unité commerciale X&Y «Fidéliser la clientèle» NB1 : Le dossier doit comporter 10 pages : passer en annexes les documents qui prennent trop de place dans le dossier (ex : Etude

Plus en détail

Prospection. Laurent Dorey

Prospection. Laurent Dorey Prospection Laurent Dorey Mercredi 17 Sep 2014 Programme : Appel ca. 05 Concepts abordés Prospection Calcom CI processus commercial données empiriques raisons de fidéliser philosophie types de clients

Plus en détail

Du diagnostic au plan marketing stratégique - - dossier 3 - .I. Les études de marché - La phase exploratoire et l organisation générale de l étude -

Du diagnostic au plan marketing stratégique - - dossier 3 - .I. Les études de marché - La phase exploratoire et l organisation générale de l étude - Du diagnostic au plan marketing stratégique - - dossier 3 -.I. Les études de marché - La phase exploratoire et l organisation générale de l étude - 1.1 - La recherche ou phase exploratoire : Définir précisément

Plus en détail

Route d Illins 38200 Luzinay Vienne 04.74.57.05.01 06.89.23.26.82. La communication : un outil de vente ouvert à tous

Route d Illins 38200 Luzinay Vienne 04.74.57.05.01 06.89.23.26.82. La communication : un outil de vente ouvert à tous Route d Illins 38200 Luzinay Vienne 04.74.57.05.01 06.89.23.26.82 La communication : un outil de vente ouvert à tous jeudi 6 mars 2008 Go Between - Christian Fabre Plan de la présentation Pourquoi communiquer?

Plus en détail