Ce document provient du site L œuvre multimédia

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Ce document provient du site www.droit-ntic.com. L œuvre multimédia"

Transcription

1 L œuvre multimédia A l heure actuelle une œuvre multimédia peut se présenter sous des formes aussi variées qu un CD-Rom, qu une encyclopédie, qu un jeu vidéo, qu une disquette, et enfin qu un DVD-Rom. Le multimédia associe selon l arrêté du ministère des postes et des télécommunications et du commerce extérieur du 2 mars 1994 «plusieurs modes de représentation des informations tels que texte, son, image». D autres auteurs comme les professeurs G. Vercken et P. Sirrinelli mettent en avant d autres aspects en effet pour ces derniers le multimédia «consiste en la réunion sur un même support numérique ou lors de la consultation d élément de genres différents, et notamment de sons, de textes, d images fixes ou animées, de programmes informatiques dont la structure et l accès sont régis par un logiciel permettant l interactivité et qui a une identité propre, différente de celle résultant de la simple réunion des éléments qui la composent». L interactivité est considérée comme l essence même du multimédia et est définie par D.Monet comme la «possibilité donnée à l utilisateur d un programme de déterminer lui-même les flux d informations qui lui sont proposés». La pluralité d apports caractérise donc le multimédia. De plus, dans la plupart des cas, l œuvre multimédia aura fait appel à une pluralité d intervenants ce qui évoque l idée d une œuvre ayant plusieurs auteurs. La difficulté se situe dans le fait que bien qu une définition à peu près consensuelle puisse être donnée au multimédia, la doctrine ne s accorde pas quand il s agit de dire à quelle œuvre ayant plusieurs auteurs peut être assimilé le multimédia. S agit-il d une œuvre collective, d une œuvre de collaboration, d une œuvre audiovisuelle d une base de données, d une œuvre composite ou d une création salariale. Cette question de qualification a de réelles conséquences pratiques et juridiques selon que l on sera tel ou tel acteur du multimédia. Nous verrons donc ce que représentent ces différentes notions (I) avant de tenter à notre tour d y classer le phénomène que constitue le multimédia (II) et enfin de montrer quelles sont les contraintes et difficultés qui accompagnent généralement la création d une œuvre multimédia. (III) I- Les différentes notions auxquelles peut être assimilé le multimédia Parmi ces différentes notions on peut faire une distinction entre les qualifications tenant compte de la nature de l œuvre de celles qui tiennent compte des modalités de sa réalisation. L article donne la définition d une œuvre collective et de collaboration. A-les qualifications tenant compte des modalités de sa réalisation 1)Définition d une œuvre de collaboration. Article du code de la propriété intellectuelle dispose que c est «une œuvre créée par plusieurs personnes physiques et uniquement par des personnes physiques». Elles doivent avoir travaillé par une action commune et s être concertées. Il est possible que les créateurs fassent des métiers différents ( chanteur, parolier, scénariste, dessinateur, graphiste).

2 La jurisprudence précise que les apports peuvent être d importance inégale mais ne doivent pas être dissociables. L article L du Code de la propriété intellectuelle précise que l œuvre de collaboration est la propriété commune des coauteurs qui doivent exercer ce droit d un commun accord. La jurisprudence a aussi aménagé la règle en prévoyant que lorsque l œuvre à des genres différents ; chacun pourra l exploiter séparément tout en ne portant pas atteinte à l exploitation commune. 2)Définition d une œuvre collective Selon l article L113-2 du Code de la propriété intellectuelle «est dite collective l œuvre créée sur l initiative d une personne physique ou morale qui l édite, la publie et la divulgue sous sa direction et son nom et dans laquelle la contribution personnelle des auteurs participant à son élaboration se fond dans l ensemble en vue duquel elle est conçue, sans qu il soit possible d attribuer à chacun d eux un droit distinct sur l ensemble réalisé». Dans cette œuvre la contribution personnelle des différents auteurs se fond dans un ensemble sans qu il soit possible d attribuer à un auteur un droit d ensemble sur l œuvre réalisée. Le critère est celui de l initiative exclusive du promoteur qui a pris l'initiative à l origine de l œuvre. Dans une œuvre collective selon l article L et sauf preuve contraire l œuvre collective est la propriété de la personne physique ou morale sous le nom de laquelle elle est divulguée ce qui la distingue bien de l œuvre de collaboration. Cette propriété peut naître sur la tête de la personne morale. Le titulaire pourra exploiter l œuvre librement et n a pas à associer les contributeurs au résultat d une nouvelle édition quand ils ont déjà reçu une rémunération forfaitaire. L exploitation de l œuvre collective nécessite également l accord des différents contributeurs. Chaque contributeur peut l exploiter à condition que cela ne nuise pas à l ensemble. 3)œuvre composite Elle est définie à l article L alinéa 2 du Code de la propriété intellectuelle comme «l œuvre nouvelle à laquelle est incorporée une œuvre préexistante sans la collaboration de l auteur de cette dernière». L article L du Code de la propriété intellectuelle précise également que l œuvre composite est «la propriété de l auteur qui l a réalisée, sous réserve des droits de l auteur de l œuvre préexistante». Il faut donc dans ce cas que l auteur de l œuvre multimédia demande préalablement une autorisation a l auteur de l œuvre première et qu il respecte ses droits patrimoniaux et moraux. Cette qualification se retrouvera fréquemment du fait de la multiplicité des apports dans un produit multimédia et n empêchera pas la «superposition de telle ou telle catégories d œuvres». En effet chacun des éléments de l œuvre reçoit sa propre qualification et donc son propre régime, indépendamment de la qualification générale «qui s appliquerait à l œuvre multimédia envisagée globalement». 4)Création salariale

3 Le fait que l'œuvre multimédia puisse être assimilée ou non à une création salariale ne devrait pas avoir d'incidences pratiques car le Code de la propriété intellectuelle ne confère pas de régime particulier aux œuvres soumises au droit d'auteur et réalisées par les salariés. L'assimilation à une création salariale trouvera néanmoins un intérêt si l'œuvre reçoit la qualification de logiciel. L'article L du Code de la propriété intellectuelle dispose en effet que «sauf dispositions statutaires ou stipulations contraires, les droits patrimoniaux sur les logiciels et leur documentation créées par un ou plusieurs employés dans l'exercice de leurs fonctions ou d'après les instructions de leur employeur sont dévolus à l'employeur qui est seul habilité à les exercer». Un arrêt CA Lyon 3eme chambre 26 septembre 1997 précise que n étant pas prévu dans le texte, l employeur n a pas l obligation d offrir une rémunération ou indemnité au profit du salarié. B-Les qualifications tenant compte de la nature de l œuvre 1)Définition d une œuvre audiovisuelle Selon l article L du Code de la propriété intellectuelle «les œuvres audiovisuelles consistent «dans des séquences animées d images sonorisées ou non». Ces termes méritent néanmoins de s y attarder. Tout d abord une séquence peut être qualifiée comme «une suite de plan formant un sousensemble lorsqu on analyse la construction d un film». De son coté l animation constitue «l art d animer l immobile, de créer le mouvement par juxtaposition d images, d objets ou de photographies représentant les phases successives d un même mouvement» (Dictionnaire du cinéma Larousse). On peut donc en déduire qu une succession d images statiques ne répond à la définition donnée par l article précitée du fait de l absence d un véritable enchaînement caractéristique d une animation. 2)Définition d une base de données Le texte de référence en l espèce est la Loi du 01 juillet 1998 transposant la directive communautaire du 11 mars 1996 relative à la protection des bases de données. Cette loi trouve son application dans les articles L et L qui visent désormais les bases de données au titre du droit d auteur chose qui n existait pas avant 1998 puisque cellesci n appartenaient «à aucune catégorie du droit d auteur ni à un genre déterminé (comme le logiciel ou l œuvre audiovisuelle). Du point de vue du droit d auteur elles obéissaient essentiellement au droit commun des œuvres dérivées.» L article L du Code de la propriété intellectuelle dispose qu «on entend par base de données un recueil d œuvres, de données ou d autres éléments indépendants, disposés de

4 manière systématique ou méthodique, et individuellement accessible par des moyens électroniques ou par tous autres moyens. La directive européenne relative à la protection des bases de données du 11 mars 1996 affine quant à elle cette définition en précisant «que le terme base de données doit être compris comme s appliquant à tout recueil d œuvres littéraires, artistiques, musicales ou autres ou de matières tels que textes, sons, images, chiffres, faits et données ; qu il doit s agir de recueils d œuvres, de données ou d autres éléments indépendants, disposés de manière systématique ou méthodique et individuellement accessible ; Qu il s ensuit qu une fixation d une œuvre audiovisuelle, cinématographique, littéraire ou musicale en tant que telle n entre pas dans le champ d application de la présente directive». 3)Définition du logiciel Même si la loi française ne donne volontairement pas de définition du logiciel, une grande partie de la doctrine fait référence à l arrêté du 22 décembre 1981 relatif à l enrichissement du vocabulaire informatique qui la définit comme «un ensemble de programmes, procédés et règles et éventuellement de la documentation relatifs au fonctionnement d un ensemble de traitement de l information». L inconvénient de la définition du logiciel réside dans le fait que celle ci ne suffit pas à appréhender l intégralité de l œuvre multimédia. Des auteurs ont en effet affirmé que «la qualification de logiciel ne permet pas de rendre compte de l ensemble que représente l œuvre multimédia, constituée d un ou plusieurs logiciels, plus autre chose». Le problème se situe dans le fait que malgré les définitions données précédemment il n en existe pas une qui «colle» de façon certaine au multimédia. II- Une tentative de qualification du multimédia L œuvre multimédia de part la complexité de son élaboration tant au niveau du nombre d intervenants qu au niveau de la multitude et de la diversité des créations autonomes la constituant pose un véritable problème de qualification. Les auteurs tentent donc de rattacher l œuvre à l une ou l autre des catégories connues du droit d auteur dans un souci de gérer au plus sûr l environnement juridique de production, de réalisation et d exploitation du produit multimédia. Cette volonté de «coller» l une ou l autre des étiquettes existantes s est produite suite au refus, aussi bien de la Commission européenne dans son livre vert du mois de juillet 1995 que d auteurs comme le professeur Sirinelli dans le cadre de sa commission «Industries culturelles et nouvelles techniques» en 1994, de créer une protection spécifique à l instar d une protection connue Le droit d auteur tout comme les droits voisins ont la possibilité de s adapter à la spécificité du multimédia.

5 La qualification de l œuvre multimédia se révèle être le préalable nécessaire à la détermination du régime juridique applicable à celle ci notamment concernant la titularité des droits sur le multimédia ainsi que les formes de protection envisageables selon que l on se place sur le terrain de telle ou telle qualification Ainsi parmi les notions précédemment définies certaines présentent des points communs avec le multimédia sans pour autant qu elles suffisent à le qualifier dans son ensemble. Parmi elles nous parlerons dans un premier temps du logiciel, de l œuvre audiovisuelle ou de la base des données. A-Le multimédia : base de données, logiciel ou œuvre audiovisuelle? 1)Le rattachement au logiciel Quand on sait que l interactivité qui est un des éléments fondamentaux du multimédia est assurée en grande partie par le logiciel, la tentation est grande de l assimiler à l œuvre multimédia. Cette assimilation est parfois retenue quand il est prouvé que le logiciel en est l élément «fédérateur et essentiel». Ainsi le concept d œuvre logicielle a été retenu par la Cour d appel de Caen à propos d un jeu vidéo. Elle justifie sa décision en disant que le logiciel apparaissait bien comme «spécifique et primordial dans le produit complexe qu est le jeu vidéo», et qu en conséquence il devait «bénéficier de la protection particulière aux logiciels». Fort de cette affaire E.Treppoz a prôné dans son ouvrage «la qualification logicielle d un jeu vidéo : un modèle pour les œuvres multimédia» l extension par analogie de cette solution à l ensemble des œuvres multimédias. Cette opinion a néanmoins ses détracteurs comme N. Mallet-Poujol qui pense qu on ne saurait ramener la création multimédia à un ou plusieurs logiciels. Le TGI de Nanterre dans un arrêt du 26 novembre 1997 a également exclu la qualification de logiciel au motif qu il ne suffit pas à caractériser l ensemble que constitue le multimédia. Selon lui le logiciel «qui est la condition de l interactivité» est un «élément nécessaire mais non suffisant du produit multimédia». Dans cette optique la doctrine considère que la partie logicielle du produit multimédia bénéficiera tout simplement de la protection accordée aux logiciels, selon une attribution distributive des régimes de protection. En conclusion sauf exception( le jeu vidéo) l assimilation au logiciel de l œuvre multimédia ne paraît pas justifiée. 2)Le rattachement à l œuvre audiovisuelle Les avis sont partagés pour attribuer cette qualification à l œuvre multimédia. En effet, suite à la lecture de la définition d une œuvre audiovisuelle on remarque immédiatement que les séquences les images et le son sont également les composantes du multimédia des similitudes techniques peuvent également être mises en avant : le processus d élaboration est le même, il existe pour ces deux types d œuvres un effort de conception, un travail d équipe et l on

6 remarque une certaine identité des intervenants puisque l on retrouve des acteurs, des scénaristes, des producteurs A. Latreille a d'ailleurs défendu ce rattachement en avançant de la même manière que la présentation générale du produit revêt une forme audiovisuelle» et que «le processus de création» s apparente à celui d une œuvre audiovisuelle. Cependant, il est aisé de s apercevoir que l œuvre multimédia n est pas constituée que d images de textes et de sons il existe en effet une dimension logicielle qui n est pas négligeable et qui confère à l ensemble une spécificité que l on peut opposer à la qualification d œuvre audiovisuelle. Le second argument venant réfuter ce rapprochement trouve sa source dans le caractère interactif du multimédia qui s oppose à la linéarité de l œuvre audiovisuelle. En effet, A.Weber observe que le multimédia n est pas constitué de «séquences animées d images mais de fichiers de données informatisées qui peuvent être interrogés par les utilisateurs, ce qui lui donne ce caractère interactif.» A l inverse M. Bourg affirme que «l œuvre qui répond aux exigences légales susceptibles d en faire une œuvre audiovisuelle ne perd pas ce caractère parce qu elle devient interactive. Des raisons d opportunités juridiques peuvent également être mises en avant pour effectuer le rapprochement en question en effet les conséquences pratiques qui découlent de cette qualification avantagent certains acteurs de la production multimédia cependant M. Jean Jacques Raynel affirme que «l analyse doit porter sur les éléments factuels et juridiques et non pas (cela est pourtant tentant) s effectuer en fonction des avantages conférés par telle ou telle qualification à une catégorie d intervenants». En conclusion tout comme pour le logiciel on peut penser que l œuvre audiovisuelle ne recouvre pas une notion assez large pour caractériser le multimédia, c'est d'ailleurs ce que l'on observe lors de la qualification de certaines œuvres multimédias par la jurisprudence. -Etudes des différents cas Les jeux-vidéos : Dans deux arrêts en date du 7 mars 1986 : Atari et Williams Electronics, Babolat contre Pachot, la Cour de cassation a reconnu la possible protection du droit d auteur aux jeux vidéos si ces derniers remplissent le critère d originalité requis pour cette protection, elle n a donc pas qualifié ces créations multimédias d œuvre audiovisuelles ou logicielles. Ce critère d originalité doit s apprécier au regard de l ensemble de l œuvre, ce sont donc les images, les sons, l'animation, le logiciel qui devront être appréhendés globalement. La Cour d Appel de Paris, 4e ch. dans son arrêt en date du 4 juin 1999 adopte cette analyse tout comme récemment la Cour de cassation ch. Crim. dans son arrêt rendu le 21 juin 2000 qui pour apprécier le caractère original du logiciel contrefait «Mortal Kombat» apprécie la programmation informatique du jeu électronique ainsi que la combinaison des sons et des images formant les différentes phases du jeu, en raison du caractère indissociable de ces éléments.

7 Il est également intéressant d observer comment la Cour de cassation délimite cette notion en affirmant dans un arrêt du 15 avril 1982 que ce critère d originalité doit être analysé «indépendamment de toute considération esthétique ou artistique.». Cette position est conforme à l art. L Code de la propriété intellectuelle qui prohibe la prise en compte du mérite ainsi que la destination de l œuvre. En effet, «une création est protégée dés sa réalisation, dès lors qu elle est originale ; les modalités de son utilisation et donc de son adaptation éventuelle importent peu». L intégration d une contribution dans un ensemble plus vaste n est donc pas de nature à priver la création de son originalité. Cependant depuis les modifications apportées par la loi du 3 juillet 1985 à la loi de 1957 reprises aujourd'hui dans le Code de la propriété intellectuelle à l article L , il est désormais possible d assimiler les jeux vidéos à des œuvres audiovisuelles puisque ledit article vise les œuvres cinématographiques «et autres œuvres consistant dans des séquences animées d'images, sonorisées ou non, dénommées ensemble œuvres audiovisuelles» Malgré tout le TGI de Nanterre le 26 nov a refusé cette qualification à un jeu vidéo au motif que «l œuvre audiovisuelle ne saisit pas la caractéristique essentielle de l interactivité qui oppose au défilé séquentiel et linéaire d images qui s imposent à un spectateur passif, le dynamisme propre de l utilisateur qui choisit les séquences auxquelles il désire accéder». Cet arrêt est également intéressant au regard de l appréciation du caractère original de la contribution d un individu à un jeu vidéo. En effet, la cour d appel de Versailles 13 ème chbre le 18novembe 1999 a estimé contrairement au jugement du TGI de Nanterre que les conditions d élaboration de la prestation du demandeur à savoir des règles d encadrement très strictes issues du contrat entre ce dernier et la société éditrice de jeux vidéos ne permettaient pas d exclure l expression d une «liberté créatrice» de celui ci donc un apport original de sa part susceptible de lui offrir la protection du droit d auteur. La cour se réfère à la mise en œuvre des «facultés d imagination et de sensibilité» du demandeur. Il nous semble par conséquent plus approprié d assimiler les jeux vidéos à des bases de données au regard de l évolution technique de ces derniers et de la jurisprudence. Le DVD(Digital Versatile Disc) : Celui-ci se distingue du CD-ROM par sa plus grande capacité de stockage des données et par la qualité supérieure des images et des sons qu il restitue. Le fait que ce dernier offre la possibilité aux utilisateurs d accéder à toutes sortes de données se rapportant à l œuvre cinématographique telles que des interviews, des archives ou encore la sélection de différents angles de prises de vues ne semble pas convaincre les auteurs à sa qualification en œuvre audiovisuelle, la partie logicielle du DVD leur semblant être principale au regard de la partie audiovisuelle, «les données ayant pour caractéristiques essentielles d être organisées et interrogeables au moyen d un logiciel.» Ce qui conduit donc les auteurs à lui préférer la qualification de bases de données. 3-Le rattachement aux bases de données

8 Quand on envisage la définition de la création multimédia donnée par N.Mallet-Poujol en tant que «création regroupant, sous forme numérique, du texte, de l image ou du son, création fixée sur un support électronique et interrogeable, en local ou à distance, de façon interactive» on lui trouve de fortes ressemblances avec celles vues précédemment sur la base de données. L assimilation de la création multimédia à une base de données reçoit l approbation d une majorité de la doctrine. Parmi eux on trouve des auteurs tels que A.Lucas ou encore N.Mallet- Poujol. Il est cependant primordial de préciser que cette protection s applique «à la forme et non à la substance»ce qui signifie qu elle ne protège ni les logiciels constituant «la technologie sousjacente» des bases de données ni le son, les images ou le texte constituant le contenu de celles-ci. Cette protection ne concerne donc que l architecture de la base c est à dire l agencement, le choix des éléments du contenu». M. Jean Jacques Raynel avance cependant l idée que face à une définition aussi vaste de la base de données qui permet de définir comme telle un CD-ROM «conçu et réalisé comme une œuvre audiovisuelle», la qualification d œuvre audiovisuelle est désormais difficilement applicable à une création multimédia. -Etudes des différents cas Les CD-ROM Ce dernier est désormais expressément visé dans le considérant 22 de la Directive de 1996 qui les assimilent donc à des bases de données électroniques. Ainsi un arrêt TGI Paris 8 septembre 1998 a refusé la qualification d œuvre audiovisuelle à un CD-ROM culturel, au motif que «retenir le seul critère de l existence de séquences animées d images reviendrait à réduire la potentialité offerte par les œuvres multimédias aux consommateurs dans la mesure ou leur spécificité tient aussi au caractère interactif de l œuvre». Les annuaires : La définition des bases de données semble permettre d y assimiler tout recueil d œuvres, de données ou d éléments dès l instant où ce recueil participe «à un ensemble organisé c est à dire à un système ou à une démarche logique et cohérente érigée en méthode» Il est donc possible d en déduire que tout ordonnancement tel qu un classement alphabétique ou chronologique rentre dans le champ d application de cette définition. Les compilations : Selon le considérant 29 de la directive de 1996 «la compilation de plusieurs fixations d exécutions musicales sur un CD n entre pas dans le champ d application de la directive.» Sont donc exclus de la protection les vidéogrammes ou phonogrammes dès lors qu ils constituent de simples compilations. Ce considérant permet en effet d éviter que le producteur d une simple compilation ne soit investi de droits d auteur ce qui à notre avis, est parfaitement logique.

9 Après avoir tenté de rattacher le multimédia aux notions précitées il nous faut envisager son rattachement à l une des œuvres à pluralité d auteurs que sont l œuvre de collaboration, l œuvre collective et l œuvre composite. 1)Oeuvre de collaboration? B-Le multimédia : Œuvre de collaboration ou œuvre collective L analyse du multimédia nous permet de dire qu une qualification unitaire est à exclure. Le multimédia sera par conséquent, selon les cas, assimilé à des notions différentes les unes des autres. On est tenté de rejeter la qualification d œuvre de collaboration pour le multimédia au motif que la «communauté d inspiration», élément caractéristique de l œuvre de collaboration serait absente dans un domaine où les intervenants sont «de spécialités fort diverses». En effet, cette qualification implique une «collaboration horizontale qui voit chacun des intervenants influer sur le projet et progresser dans la réalisation en concertation avec les autres». Contrairement à l œuvre collective qui se caractérise par sa structure verticale où les différents contributeurs travaillent individuellement sur l apport qui leur a été demandé par le directeur de création. La CA de Paris, dans son arrêt en date du 17 sept. 1995, se charge d affirmer qu en vertu de l art. L Code de la propriété intellectuelle une œuvre audiovisuelle recevra du fait de sa nature celle d œuvre de collaboration. Cas de CD-ROM culturels : Le TGI de Paris le 8 sept a accordé la qualification d œuvre de collaboration à des CD-ROM culturels au motif que l auteur requérant avait apporté sa propre contribution mais avait également participé à celles des autres auteurs, ce qui va bien dans le sens d une concertation entre les coauteurs. Il nous semble cependant que cette qualification a été possible du fait du nombre limité de coauteurs, dans une situation où ils seraient nombreux la «concertation» devient difficile à prouver. On est alors tenté de basculer sur la qualification d œuvre collective qui prévoit l existence d un tiers coordinateur dont la présence est très fréquente et même pourrait-on dire indispensable lors de la multiplicité d intervenants. 2)Oeuvre collective? La définition de l œuvre collective énoncée dans la première partie fait apparaître qu une telle qualification concerne les créations multimédias ayant fait l objet d une «fusion» des contributions de la part de ses différents auteurs (CA Versailles, 16 oct. 1997). Selon M. Henri Desbois, cette fusion ne doit cependant pas avoir fait l objet d une concertation entre les différents auteurs, leurs contributions respectives doivent en effet avoir un caractère isolé par rapport à l œuvre multimédia en tant que telle. Cette condition nous semble contestable en ce sens qu elle se révèle être difficilement remplie par les créations multimédias. Force est de constater la difficulté qu ont les juges du fond à déceler cette «fusion dans un ensemble des différentes contributions», ce qui les poussent alors à se baser sur l existence du tiers coordinateur pour attribuer la qualification d œuvre collective ou la refuser ( TGI Paris, 8 sept. 1999). Cette seconde condition résidant dans l existence d un directeur de la création sous les instructions duquel les auteurs élaborent leur production et sous le nom duquel la création a été divulguée étant plus facilement détectable. A ce propos, il est utile de préciser qu un éditeur, achetant des clichés à un photographe en vue de les incorporer dans une encyclopédie, n exerce aucun pouvoir de direction ou de contrôle sur ce dernier. Dans ce cas, la qualification d œuvre collective ne saurait être retenue.

10 Il est également nécessaire que ces contributions soient spécifiquement crées en vue de fusionner ce qui exclue les contributions existant déjà lors de l élaboration du projet de conception d une œuvre multimédia. Ainsi, des photos choisies par un éditeur pour illustrer son encyclopédie sur CD-ROM ne peuvent être considérées comme des «contributions» au sens de l article L CPI (TGI Paris, 13 sept. 1999). Le fait qu il ne soit pas possible d attribuer à chaque contributeur de droits distincts ou indivis(terminologie recommandée par M. Henri Desbois dans «le droit d auteur en France») n exclut pas une «éventuelle individualisation des contributions» ce qui signifie que les contributions peuvent être identifiées. On peut donc en déduire que connaître les différents participants à l élaboration d un dictionnaire ou d une encyclopédie ne suffit pas à lui enlever son caractère d œuvre collective et n est pas un obstacle à ce que les contributions soient analysées comme se fondant dans un «ensemble.» Il convient également de remarquer le régime d exception qu introduit la qualification d œuvre collective. En effet, contrairement à la logique personnaliste du droit d auteur qui ne concerne que les personnes physiques, l article L al.3 Code de la propriété intellectuelle ouvre la possibilité aux personnes morales de se voir investies de droits d auteur. -Etude des différents cas : Les dictionnaires, les journaux et les encyclopédies : Selon certains auteurs comme André Lucas, il est clair que la catégorie des œuvres collectives a été mise en place par le législateur en 1957 pour résoudre le cas de ces œuvres qui ont été divulguées par une seule personne physique ou morale. En effet, cette qualification permet aux personnes morales de se voir reconnaître la titularité des droits d auteurs ce qui est contraire à la philosophie personnaliste de ce droit. Cette catégorie permet également d attribuer une qualification pour les œuvres dont le projet n a pas été conduit en commun par les auteurs et dont la publication s est faite sous le nom et sous la direction d un coordinateur. Les créations d agents publics : Ces dernières sont assimilées à des œuvres collectives si elles constituent «un ensemble organisé et structuré d informations» établi sous «l impulsion» d un directeur de projet représenté par l Etat. Cette qualification permet alors d attribuer à ce dernier la titularité des droits d auteur sur l oeuvre sans procéder préalablement à la cession des droits détenus par les agents publics, à son profit. Le Conseil d Etat dans son arrêt en date du 10 juill a adopté ce raisonnement en reconnaissant à l INSEE des droits sur son répertoire SIRENE en lui laissant la liberté de soumettre, aux bénéficiaires d une licence de rediffusion sur ce répertoire, une obligation de lui payer une redevance de rediffusion. Les jeux-vidéos : La tendance actuelle tend à préférer la qualification de base de données pour ces créations multimédias à celle d œuvre audiovisuelle. Ceci a une incidence sur la qualification d œuvre collective, ces deux notions étant assimilables du fait de la corrélation pouvant exister entre leurs deux définitions. Cette position recevant par ailleurs l approbation d une grande majorité de la doctrine. En effet, une base de donnée semble réunir les différentes conditions propres à la qualifier d œuvre collective à savoir la présence d un responsable de projet ayant en charge la coordination des différentes contributions des auteurs, contributions ayant été élaborées de manière isolée par rapport à l ensemble en vue duquel elles ont été réunies. Le TGI de Nanterre, le 26 novembre 1997, a d ailleurs qualifié un jeu vidéo d œuvre collective au motif qu il «était le résultat de la fusion entre elles de contributions dans des domaines distincts, élaborées en vue et pour les besoins de la réalisation d un objectif commun différent des éléments qui la composent et créé sous l impulsion d une personne morale qui l édite, le publie et le divulgue sous son nom».

11 C-Conséquences et enjeux juridiques des différentes qualifications Le choix entre ces différentes qualifications n est pas sans présenter des enjeux déterminants selon que l on soit tel ou tel acteur du multimédia. En effet d un côté on trouve les auteurs qui en leurs noms personnels prônent un rattachement de l œuvre multimédia au régime de l œuvre de collaboration et de l autre on trouve les producteurs qui soucieux de l aspect économique sont favorables à l adoption du régime de l œuvre collective. Il se révèle donc primordial d analyser les conséquences juridiques respectives de ces notions afin de comprendre en quoi telle ou telle qualification avantage ces différents acteurs de la création multimédia. 1-Les conséquences juridiques de l assimilation du multimédia aux œuvres collectives, œuvres de collaboration, et œuvres composites. a)conséquences juridiques du rattachement à une œuvre de collaboration. L assimilation à une œuvre de collaboration a des conséquences quant à la titularité des droits. L œuvre est la propriété commune des coauteurs qui doivent exercer leurs droits d un commun accord. Une situation assimilable au droit commun de l indivision. De plus «dans l hypothèse d œuvres multimédias à auteurs multiples, la liste des coauteurs doit être établie afin que leurs contributions apparaissent clairement et que les droits afférents à la qualité d auteur puissent s exercer normalement et dans les conditions prévues par la loi». On comprend d autant plus facilement en quoi cette situation est avantageuse pour les auteurs quand on la compare à celle spécifique à l œuvre collective. b)conséquences juridiques de l assimilation à une œuvre collective. La grande différence entre les 2 régimes se situe dans la titularité des droits. En effet, la propriété de l œuvre est dans ce cas dévolue à son initiateur qui est investi des droits de l auteur à titre originaire et non en qualité de cessionnaire. Par l intermédiaire de cette qualification le promoteur de l œuvre est le maître de l exploitation de cette œuvre sans qu il est à rendre compte aux auteurs initiaux ni aucune rémunération supplémentaire à leur verser. Il faut savoir que le fait d intégrer des œuvres aussi diverses que l image, le texte, et le son dans une œuvre nouvelle comme un DVD Rom pose des problèmes de cession de droit d auteur. La règle est que «seule une cession explicite des droits peut légitimer cette nouvelle forme d exploitation».

12 Dans la pratique on a pu constater que certains producteurs tentent de répondre aux auteurs qu ils ont cédé implicitement leurs droits d auteur du fait même que leur œuvre soit incorporée à une œuvre collective. attention pour suite Dans une œuvre collective selon l article L et sauf preuve contraire l œuvre collective est la propriété de la personne physique ou morale sous le nom de laquelle elle est divulguée ce qui la distingue bien de l œuvre de collaboration. Cette propriété peut naître sur la tête de la personne morale. Le titulaire pourra exploiter l œuvre librement et n a pas à associer les contributeurs au résultat d une nouvelle édition quand ils ont déjà reçu une rémunération forfaitaire. L exploitation de l œuvre collective nécessite également l accord des différents contributeurs. Chaque contributeur peut l exploiter à condition que cela ne nuise pas à l ensemble. c) Les conséquences juridiques d une assimilation à une œuvre composite L œuvre demeure la propriété de l auteur qui l a réalisée sous réserve des droits de l auteur de l œuvre préexistante. Ce principe est contenu à l article L du Code de la propriété intellectuelle. En effet l intégration d œuvres protégées par le droit d auteur dans un produit multimédia devra faire l objet d une autorisation préalable de l auteur de l œuvre première et cela même si l œuvre seconde présente les caractéristiques d une œuvre originale. Après s être rendu compte que loin de trouver une qualification unitaire du multimédia, il s agira plutôt de chercher au cas par cas quelle est la qualification, nous verrons quelles sont les contraintes et les difficultés qui accompagnent généralement la création d une œuvre multimédia III-Contraintes et difficultés accompagnant la création d une œuvre multimédia Comme on a pu le voir précédemment le multimédia consiste en la réunion sur un même support numérique d éléments de genres différents, et notamment de sons, de textes, d images fixes ou animées. C est la que se situe le problème, en effet comme a pu le dire N. Mallet-Poujol «l utilisation de ces créations et prestations n est pas toujours libre et suppose évidemment le respect d un certain nombre de règles résultant du Code de la propriété intellectuelle». Ainsi si une personne veut créer une œuvre multimédia en y incorporant des œuvres ou éléments d œuvres préexistantes celle-ci devra préalablement en acquérir les droits.

13 Le producteur d une oeuvre multimédia devra par l intermédiaire d un contrat gérer au mieux les droits d auteur et droits voisins du droit d auteur accompagnant les œuvres qu il a décidé d utiliser. A-La nécessité d une négociation stricte des contrats Le producteur doit solliciter des autorisations, identifier les droits d exploitation et enfin respecter le droit moral des auteurs. Toutes les œuvres qu il décidera d intégrer possède un statut spécifique et obéissent à des régimes distincts. 1)Le régime juridique des œuvres préexistantes incorporées à l œuvre multimédia -a) Le texte Le texte est souvent sollicité dans le multimédia. Celui ci bénéficie d une protection par l intermédiaire du droit d auteur à condition pour lui de prouver qu il remplit tous les critères d originalité en portant l empreinte de la personnalité de l auteur. Le droit d auteur sera néanmoins exclu dans le cas particulier ou le texte est dit «du domaine public». Cela sera le cas si les textes sont trop anciens ou dénués d originalité. -Textes anciens Pour ce type de texte la durée de protection du droit d auteur est expirée. L article L du Code de la propriété intellectuelle dispose en effet que «l auteur jouit, sa vie durant, du droit exclusif d exploiter son œuvre sous quelque forme que ce soit et d en tirer un profit pécuniaire. Au décès de l auteur, ce droit persiste au bénéfice de ses ayants droit pendant l année civile en cours et les 70 années qui suivent» En vertu de ce principe le producteur n aura aucun droit pécuniaire à solliciter. Le droit moral étant néanmoins perpétuel, inaliénable et imprescriptible, un respect dans l adaptation que l on fait de l œuvre est de mise. -Les textes non originaux sont ceux qui par définition ne portent pas l empreinte de la personnalité de l auteur. Par mi eux on trouve les écrits procédant d un travail très «méthodique»comme les notices, les inventaires ou encore les formulaires. -b) Les images Le multimédia se sert également de l image. La numérisation de ces images par le producteur nécessite une autorisation de photographier et même de reproduire le bien photographié. Ils bénéficient en effet de la protection par le droit d auteur.

14 -Bien photographié La photographie de biens meubles ou immeubles suppose l autorisation des titulaires effectifs des droits d auteur. Le photographe devra donc solliciter préalablement l autorisation de l auteur de l œuvre (par exemple le sculpteur auteur d une œuvre exposé dans un musée). Dans ce sens un arrêt Paris 4eme chambre civile 17 juin 1997 «a reproché à une agence de publicité, autorisée par un musée à filmer une de ses fresques, de ne pas avoir vérifié si les droits sur l œuvre appartenaient au musée ou bien à l artiste ou à ses ayants droit». La cour a qualifié la reproduction de contrefaçon, engageant la responsabilité de l agence de publicité. -Photographie reproduite Selon l article L du code de la propriété intellectuelle «les photographies sont des œuvres de l esprit protégées par le droit d auteur dès qu elles répondent à la condition d originalité». -c) Le son L article L 112-2,5 fait figurer «les compositions musicales avec ou sans paroles» parmi les œuvres de l esprit susceptibles d être protégées par le droit d auteur. L originalité se situera alors dans le choix de la mélodie, de l harmonie et du rythme. Le multimédia est composé d éléments sonores différents qui possèdent un régime spécifique. On distinguera la musique originale conçue spécialement pour la création multimédia de la musique préexistante qui est quant à elle «spécialement conçue pour l illustration musicale d œuvre audiovisuelles». La musique préexistante s accompagne de procédures d obtention des autorisations plus faciles et bénéficient de tarifs moins élevés. Maintenant que l on a admis le fait que chaque œuvre préexistante bénéficie d un régime juridique que l on peut distinguer de l œuvre multimédia nous allons voir qu il est nécessaire d envisager tous les modes d utilisations possibles de ces œuvres. 2) La nécessité d une cession du droit de reproduction, du droit d adaptation et du droit de représentation. Ce mécanisme de cession trouve son importance lors de la transposition sur un support numérique d œuvres constituées initialement sur un support papier ou de manière générale de toute nouvelle forme d exploitation d œuvres préexistantes. En la matière, le principe veut que l auteur de l œuvre première soit maître des divulgations ultérieures de celle-ci. Une cession explicite de ses droits d auteurs se révèle donc indispensable pour l exploitation de son œuvre par le producteur multimédia.

15 En effet, lorsque l on se retrouve en présence d un nouveau mode d exploitation de l œuvre initiale, ce producteur devra se voir accorder un droit de reproduction sur l œuvre mais aussi et de manière corrélative le droit d adaptation et de représentation de cette dernière. -a) Cession du droit de reproduction Selon l article L du code de la propriété intellectuelle, la reproduction consiste en «la fixation matérielle de l œuvre portant priorité qui permet de la communiquer au public de manière indirecte». L autorisation de l auteur est d ailleurs nécessaire chaque fois qu il y a une reproduction mise à disposition du public. En matière de multimédia on peut imaginer la photo d une sculpture qui après numérisation permet grâce à un CD Rom de voir cette même sculpture en 3 dimensions ou encore la transposition sur un support numérique d une encyclopédie papier. L évolution des techniques et notamment Internet ont entraîné en la matière une vive controverse. En effet, la numérisation des œuvres implique un changement de support de ces dernières. On s est donc alors posé la question de savoir si dans ces cas de nouvelles fixations, l autorisation de l auteur devait être sollicitée pour chacune d entre elles. Des arguments comme celui qui consiste à affirmer que «le produit multimédia ne constituerait qu un réédition du support papier ou une mise à jour de l édition papier» ou encore l idée selon laquelle une autorisation n est pas nécessaire quand la fixation est volatile, ont été avancés. Il nous paraît cependant clair comme l ont observé la majorité des auteurs que l œuvre multimédia est une création de forme nouvelle et de ce fait une œuvre dérivée dont la reproduction nécessite une cession explicite des droits de son ou de ses auteurs. Dans le cas d Internet, c est la consultation en ligne sur le réseau qui est considérée comme un acte d exploitation en amont duquel l auteur a son mot à dire. Il convient donc en la matière de protéger le créateur contre un dépouillement de l ensemble de ses droits sans contrepartie financière comme il est courant de le voir dans les contrats passés entre les éditeurs et ces derniers. L auteur est en effet selon l article L al.1 Code de la propriété intellectuelle «le seul en droit de divulguer son œuvre il détermine le procédé de divulgation ainsi que les conditions de celle-ci», étant donné qu il existe autant d actes de divulgation que de procédés distincts, il est donc possible d en déduire que l accord de ce dernier est nécessaire pour chacun d eux. On peut d ailleurs citer à cet égard les articles L et L Code de la propriété intellectuelle qui préconisent que les modes d exploitation de chaque droit cédé soit déterminé ainsi que leur étendue et leur destination. L étendue peut être définie comme l acceptation ou le choix du créateur parmi l ensemble des supports utilisables (à titre d exemples : CD-ROM, CD-I, DVD-ROM, disquettes informatiques ) pour la reproduction de l œuvre. La destination quant à elle concerne l intégration de la création dans une œuvre multimédia avec tout ce qu elle implique en terme d interactivité. Le créateur se doit donc d être vigilant quant aux termes du contrat de cession de ses droits.

16 -a.a) Exception à ce droit de reproduction L article L du code de la propriété intellectuelle précise que l auteur ne peut pas interdire les copies et reproduction exclusivement réservées à l usage privé et non destinés à l utilisation collective. Toujours en ce qui concerne qui est assimilé à un œuvre multimédia. -Plusieurs décisions ont affirmé que la mise à disposition d une œuvre sur le réseau ne peut relever d un usage. On peut citer l affaire «Raymond Quenau» Tribunal de grande instance de Paris Ordonnance de référé du 5 mai 1997 (Jean-Marie Q. / Christian L., l'université Paris VIII, l'association Mygale Point ORG, Frédéric C, où l auteur Jean-Marie Q. avait écrit un roman intitulé «cent mille milliard de poèmes». Cette œuvre a été divulguée sur Internet sans son autorisation sous la forme d un logiciel sur Internet. Ce logiciel permettait de recomposer des poèmes à volonté. Le tribunal a mis en avant le fait que «la numérisation d'une oeuvre, technique consistant à traduire le signal analogique qu'elle constitue en un mode numérique ou, binaire qui représentera l'information dans un symbole à deux valeurs 0 et 1 dont l'unité est le Bit, constitue une reproduction de l œuvre qui requiert en tant que telle lorsqu'il s'agit d'une oeuvre originale, l'autorisation préalable de l'auteur ou de ses ayants droits». On a donc affirmé que l exception de copie privée ne pouvait pas jouer en l espèce du fait d une «potentialité d utilisation collective». Le tribunal a précisé que peu importe que celui qui a mis l œuvre sur le réseau ait eu la volonté de réaliser des actes d émission. La volonté de prendre copie étant explicitement contenue dans la possibilité de consulter. Dans la mesure ou l on a pu voir précédemment que l œuvre multimédia peut dans certains cas être assimilé à un logiciel, il nous faudra les exceptions au droit de reproduction spécifique au logiciel. -a.b) Exception spécifique au logiciel La protection du logiciel prévue à l article L du code de la propriété intellectuelle indique que l auteur du logiciel a le droit d autoriser : -La reproduction du logiciel, sa modification et sa mise sur le marché. Il pose par la suite des exceptions d ordre public ce qui signifie qu elles ne peuvent pas être supprimées par contrat (article L ). Elles sont au nombre de 3 1)Copie de sauvegarde

17 L utilisateur et lui seul a le droit à une copie de sauvegarde. Les autres copies sont interdites. La jurisprudence a même admis que le vendeur fournisse lui-même la copie de sauvegarde. 2)Décompilation Cela consiste à démonter la structure du logiciel pour retrouver les instructions déterminant la constitution du logiciel. La loi de 1994 l autorise dans des conditions strictes. L objet doit être d obtenir les informations nécessaires pour assurer l interopérabilité du logiciel avec les interfaces des logiciels. Cette autorisation est soumise à des conditions -Il ne doit pas utiliser les informations dans d autres buts. -Il ne doit pas les communiquer à des tiers. -IL ne doit pas s en servir pour créer un logiciel pratiquement similaire. Ces conditions nombreuses et strictes rendent en réalité difficile l exploitation de cette exception de décompilation. 3)Acte de reproduction nécessaire à l utilisation normale du logiciel Cela permet la correction des erreurs et la maintenance du logiciel. Le titulaire du droit sur le logiciel peut se réserver par contrat le droit de corriger l œuvre et interdire la maintenance par un tiers. Après avoir vu les limites tenant au respect des droits pécuniaires attachés au droit moral de l auteur, voyons maintenant les limites tenant au respect du droit moral proprement dit. -b) Cession du droit d adaptation Pour pouvoir utiliser l œuvre première, le producteur doit obtenir préalablement un droit d adaptation. Il faut pour cela que l auteur de l œuvre «accepte la numérisation et en mesure pleinement les conséquences». L obtention de ce droit sera néanmoins limitée et ne devra donc pas porter préjudice au droit moral de l auteur. Selon l article L131-3 alinéa 3 du Code de la propriété intellectuelle «la cession portant sur les droits d adaptation audiovisuelle doivent faire l objet d un contrat écrit sur un document distinct d un contrat relatif à l édition proprement dite de l œuvre imprimée. -c) Cession du droit de représentation Selon l article L du Code de la propriété intellectuelle «la représentation consiste dans la communication de l œuvre public par un procédé quelconque. La cession de ce droit est nécessaire en cas de télé diffusion, visualisation à l écran, récitation publique, diffusion musicale ou audiovisuelle.

18 On a pu se rendre compte que des produits comme «les CD-Rom nécessitent, aux fins de vulgarisation, des démonstrations et une mise à disposition du public dans les magasins(via les bornes interactives». Le multimédia pouvant être assimilé à l Internet, il faut préciser qu une ordonnance de référé du 3 mars 1997 a mis l accent sur le fait que la diffusion d une œuvre sur le réseau est assimilable à une représentation. Il s agissait en l occurrence d un logiciel mis sur le réseau sans autorisation de l auteur. En l espèce 2 arguments ont été mis en avant contre cette décision. Le premier consistait à dire qu il n y avait pas de volonté de diffusion de l œuvre car l internaute va lui-même la chercher sur le site Internet. Le deuxième consistait à dire qu il n y a pas le «public» exigé par l article L122-2 du code de la propriété intellectuelle, chacun des internautes recevant l œuvre dans un lieu différent. Malgré cela l ordonnance a considéré qu il y a bien représentation dans la mesure où la personne prend l initiative de la diffusion sur Internet, et peu importe selon elle l évolution de la notion de «public». -Exceptions au droit de représentation L article L122-5 du code de la propriété intellectuelle prévoit qu un certain nombre d actes peuvent être effectué sans que l auteur ait à donné son autorisation. Il s agit de la représentation privée et gratuite effectuée dans un cercle de famille. Cela joue quand les personnes sont des amis. La doctrine dominante considère que l exception ne doit pas jouer quand il s agit d une diffusion sur Internet. -Sanctions du défaut d autorisation Cela pourrait entraîner un retrait du produit du marché. Afin de cerner encore mieux les contraintes liées à la création d une œuvre multimédia nous devons analyser le formalisme qui en découle notamment en ce qui concerne le contrat. 3)Les règles communes à tous ces contrats a-règles de forme -L exigence d un écrit L article L131-2 du Code de la propriété intellectuelle indique que les contrats de représentation doivent être constatés par écrit. La cour de cassation dans un arrêt cassation civile 1ere 12 Avril 1976 précise que «cette exigence d écrit ne vaut qu à titre de preuve du contrat». Ainsi le défaut d écrit n est pas une cause de nullité, l auteur pouvant prouver par tous moyens l exécution du contrat, le principe étant la liberté de la preuve conformément à l article 109 du Code de commerce qui prône la liberté de la preuve. b-règles de fond -Le consentement personnel de l auteur

19 L article L du code précise que le consentement de l auteur donné par écrit est obligatoire. Cette règle impose la présence de l auteur lors de la conclusion du contrat. D autres règles visent à limiter les autorisations d exploiter données par chaque auteur. -Les règles limitant les autorisations d exploiter L article L du Code précise que la cession du droit de reproduction n entraîne pas cession du droit de représentation. L article L du Code indique qu en cas de cession totale du droit de reproduction ou de représentation, le domaine d exploitation doit être délivré quant à son étendue, sa situation, son lieu et sa durée. Les modes d exploitations doivent avoir été envisagés dans le contrat. L article L prévoit l indépendance de la propriété corporelle de l objet de la propriété incorporelle de l œuvre. Ainsi la cession de l objet n entraîne pas cession du droit d auteur. (Le fait d acheter un CD Rom n implique donc pas qu on en emprunter des séquences pour concevoir une œuvre quasi-similaire). Enfin l article L du code de la propriété intellectuelle prévoit quant à lui la nullité de la cession globale des œuvres futures. La jurisprudence a précisé qu elle n est interdite que si la cession n est pas identifié. Un auteur pourrait donc céder ses droits sur une œuvre conçue mais non encore réalisée. Quand bien même ces droits de représentations, d adaptations et de reproductions auraient été obtenus par le producteur celui-ci devrait respecter le droit moral de l auteur de l œuvre préexistante. B-Les limites tenant au respect du droit moral L article L121-1 du code de la propriété intellectuelle dispose que «l auteur jouit du droit au respect de son nom, de sa qualité et de son œuvre. Ce droit est attaché à sa personne. Il est perpétuel, inaliénable et imprescriptible. Il est transmissible à cause de mort aux héritiers de l auteur». Cet article procède à une énumération des attributs du droit moral plus qu a une définition. Le droit moral implique que lorsque l œuvre d un auteur est exploité son nom figure sur cette exploitation. On peut donc imaginé que le producteur d une œuvre multimédia comme un CD Rom soit dans l obligation en vertu de ce principe de mentionner les noms des auteurs des différentes œuvres incorporés dans l œuvre (ex : scénariste, photographe, graphiste, dessinateur, etc. ).

20 En ce qui concerne le caractère inaliénable du droit moral on a pu voir précédemment qu il subit des limitations à travers la possibilité de cession des droits de reproductions, de représentations, et d adaptations. Le caractère imprescriptible du droit moral implique quant à lui qu en cas de décès de l auteur, ses ayants droits puissent réagir dans le cadre de la prescription triennale. Seul la personne qui a la qualité d auteur jouit du droit moral. Il faudra donc que le producteur fasse attention à l œuvre qu il utilise notamment quand il se sert du procédé de numérisation ou quand il offre à l utilisateur une certaine interactivité. 1) Numérisation et interactivité : 2 procédés pouvant porter atteinte au droit moral -Numérisation Selon N. Mallet-Poujol «le procédé de numérisation rend plus facile les manipulations de l œuvre». De plus comme l a souligné C.Caron le stockage massif de données que permet la numérisation ne peut «qu accroître les cohabitations difficiles entre des créations aux esprits complètement différents». Un auteur pouvant être choqué par le fait que son œuvre soit présenter sur un CD-ROM à coté d une autre qu il juge d une qualité inférieure. L association permise par le procédé de numérisation doit donc faire l objet d une attention toute particulière. -Interactivité L interactivité définie comme «la possibilité donnée à l utilisateur d un programme de déterminer lui-même les flux d informations qui lui sont proposés» peut aussi porter atteinte au droit moral. Le CD-Rom peut par exemple donner à l utilisateur la possibilité de déformer l œuvre en lui faisant perdre les éléments fondamentaux qui la caractérisait. Par exemple un CD-Rom qui permettrait de modifier le sourire légendaire de Mona Lisa serait une atteinte au droit moral de Léonard De Vinci, sauf autorisation donnée préalablement par l auteur ou ses ayants droit. Parfois le respect du droit moral trouvera application dans des cas tout à fait différents. 2- Application jurisprudentielle Dans un arrêt Cour d appel de Versailles 13eme chambre 18 novembre 1999 une société spécialisée dans la création de jeux vidéo interactifs a commandé à Jean Marc V, le tournage de scènes animées avec des acteurs de chair et d os qui devait ensuite être numérisées puis intégrées dans le jeu vidéo. La société a fait remanier sa contribution par un tiers, sans demander à Jean Marc V son avis et ce malgré la mise en demeure que celui ci lui avait adressé, au motif que Jean Marc V n avait pas respecté toutes les exigences du cahier des charges.

Cours n 3 Valeurs informatiques et propriété (2)

Cours n 3 Valeurs informatiques et propriété (2) Cours n 3 Valeurs informatiques et propriété (2) - Les Bases De Données - Le multimédia - Les puces et topographies - La création générée par ordinateur 1 LES BASES DE DONNEES Depuis 1998, les Bases De

Plus en détail

1/ Le commanditaire Pour permettre au prestataire de réaliser sa mission, le commanditaire s engage à :

1/ Le commanditaire Pour permettre au prestataire de réaliser sa mission, le commanditaire s engage à : Article 1 : Principes de cession La reproduction et la réédition des créations du prestataire sont soumises à la perception de droits d auteur selon la loi du 11 mars 1957. La cession de ces droits ne

Plus en détail

Le droit d auteur et les. thèses électroniques

Le droit d auteur et les. thèses électroniques Le droit d auteur et les Projet soutenu par l ANR thèses électroniques 26 mars 2009 Sommaire 1.Droit d auteur a. Définition b. Types d œuvres c. Titularité des droits d. Cession des droits d auteur e.

Plus en détail

DROIT D AUTEUR & BASES DE DONNÉES

DROIT D AUTEUR & BASES DE DONNÉES DROIT D AUTEUR & BASES DE DONNÉES Un mémento incontournable pour tous les utilisateurs du web soucieux de protéger leurs bases de données Le droit français accorde aux bases de données un système original

Plus en détail

QU EST-CE QU UN CONTRAT D EDITION?

QU EST-CE QU UN CONTRAT D EDITION? QU EST-CE QU UN CONTRAT D EDITION? Le contrat d édition est un contrat par lequel L auteur d une œuvre de l esprit (ou ses ayants droit) cède le droit de fabriquer (ou faire fabriquer) en nombre des exemplaires

Plus en détail

SEMINAIRE NATIONAL DE L OMPI SUR LA CONTREFAÇON ET LA PIRATERIE DANS LE DOMAINE AUDIOVISUEL

SEMINAIRE NATIONAL DE L OMPI SUR LA CONTREFAÇON ET LA PIRATERIE DANS LE DOMAINE AUDIOVISUEL ORIGINAL : français DATE : Mars 2005 F MINISTÈRE DE LA COMMUNICATION BUREAU MAROCAIN DU DROIT D AUTEUR (BMDA) ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE SEMINAIRE NATIONAL DE L OMPI SUR LA CONTREFAÇON

Plus en détail

La protection des bases de données au regard du droit Marie-Josée de Saint Robert, Chef du Service linguistique de l'office des Nations Unies à Genève

La protection des bases de données au regard du droit Marie-Josée de Saint Robert, Chef du Service linguistique de l'office des Nations Unies à Genève Séminaire technique sur les droits d'auteur, la propriété intellectuelle et les outils d'aide à la traduction Barcelone, le 13 octobre 2007 La protection des bases de données au regard du droit Marie-Josée

Plus en détail

Ressources APIE. Sécuriser la réalisation et la diffusion d une brochure. l immatériel. Cahier pratique. En bref

Ressources APIE. Sécuriser la réalisation et la diffusion d une brochure. l immatériel. Cahier pratique. En bref Ressources de l immatériel APIE Agence du patrimoine immatériel de l état Sécuriser la réalisation et la diffusion d une brochure En bref Les brochures, quelle que soit leur forme, sont un élément clé

Plus en détail

DIRECTIVE 98/71/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 13 octobre 1998 sur la protection juridique des dessins ou modèles

DIRECTIVE 98/71/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 13 octobre 1998 sur la protection juridique des dessins ou modèles L 289/28 FR Journal officiel des Communautés européennes 28. 10. 98 DIRECTIVE 98/71/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 13 octobre 1998 sur la protection juridique des dessins ou modèles LE PARLEMENT

Plus en détail

Droits d auteurs : quelles opportunités fiscales?

Droits d auteurs : quelles opportunités fiscales? Droits d auteurs : quelles opportunités fiscales? Vincent Lamberts et Jean-Luc Wuidard Avocats au Barreau de Liège 26 novembre 2010 Petit déjeuner conférence Etudes et Expansion ASBL Plan des exposés -1.

Plus en détail

Recommandations à usage des compositeurs de musiques de films (cinéma et télévision : fictions et documentaires)

Recommandations à usage des compositeurs de musiques de films (cinéma et télévision : fictions et documentaires) Recommandations à usage des compositeurs de musiques de films (cinéma et télévision : fictions et documentaires) Seule une attitude commune et responsable des compositeurs permettra une défense de nos

Plus en détail

CONTRAT TYPE DE CESSION DE DROITS D AUTEUR

CONTRAT TYPE DE CESSION DE DROITS D AUTEUR CONTRAT TYPE DE CESSION DE DROITS D AUTEUR ENTRE LES SOUSSIGNES : L'AGENCE XXX dont le siège est situé représentée aux fins des présentes par CI-APRES DENOMMEE : " L'Agence" D'une part, ET : «NOM» Photographe,

Plus en détail

Les Licences Libres Ouverture et Protection des Logiciels. Plan

Les Licences Libres Ouverture et Protection des Logiciels. Plan Les Licences Libres Ouverture et Protection des Logiciels Daniel Quintart Avocat au barreau de Bruxelles juris@belgacom.net CETIC 1 Plan Préliminaires Première partie Aperçu de la protection des logiciels

Plus en détail

Sommaire analytique. Livre I - Clausier. Agent... I.120 Arbitrage... I.140 Attribution de compétence... I.160 Back-up... I.180

Sommaire analytique. Livre I - Clausier. Agent... I.120 Arbitrage... I.140 Attribution de compétence... I.160 Back-up... I.180 Sommaire analytique Livre I - Clausier Numéro des dossiers PARTIE 1 A B Agent............................................................................................ I.120 Arbitrage........................................................................................

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28 Ordonnance n 03-08 du 19 Joumada El Oula 1424 correspondant au 19 juillet 2003 relative à la protection des schémas de configuration des circuits intégrés TABLE DES MATIERES Articles Titre I : Dispositions

Plus en détail

La protection juridique des bases de données illustrée par les dernières jurisprudences

La protection juridique des bases de données illustrée par les dernières jurisprudences La protection juridique des bases de données illustrée par les dernières jurisprudences Les bases de données sont protégées juridiquement et sauf exception, l extraction de contenus, même librement accessibles,

Plus en détail

CONTRAT DE LICENCE D UTILISATION DU LOGICIEL MORPH M SOUS LA FORME MORPH M PYTHON

CONTRAT DE LICENCE D UTILISATION DU LOGICIEL MORPH M SOUS LA FORME MORPH M PYTHON CONTRAT DE LICENCE D UTILISATION DU LOGICIEL MORPH M SOUS LA FORME MORPH M PYTHON Version du 3 mai 2007 PREAMBULE ARMINES via le Centre de Morphologie Mathématiques commun à ARMINES et l Ecole des Mines

Plus en détail

Loi n o 2000/011 du 19 décembre 2000 relative au droit d auteur et aux droits voisins. Des dispositions générales

Loi n o 2000/011 du 19 décembre 2000 relative au droit d auteur et aux droits voisins. Des dispositions générales CAMEROUN Loi n o 2000/011 du 19 décembre 2000 relative au droit d auteur et aux droits voisins 1 er. La présente loi régit le droit d auteur et les droits voisins du droit d auteur au Cameroun. Titre I

Plus en détail

15. Protection de la propriété intellectuelle au Canada. Brevets

15. Protection de la propriété intellectuelle au Canada. Brevets Protection de la propriété intellectuelle au Canada En cette période où la recherche scientifique, le domaine technique et les activités commerciales évoluent rapidement, il devient de plus en plus important

Plus en détail

Les ateliers numériques 2014. Créer et utiliser la vidéo pour ma communication et dynamiser ma présence sur internet

Les ateliers numériques 2014. Créer et utiliser la vidéo pour ma communication et dynamiser ma présence sur internet Les ateliers numériques 2014 Créer et utiliser la vidéo pour ma communication et dynamiser ma présence sur internet Privas, vendredi 7 mars 2014 L'animation numérique de territoire: un service Ardèche

Plus en détail

LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL. I Le droit positif avant l arrêt du Conseil Constitutionnel du 18 juin 2010

LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL. I Le droit positif avant l arrêt du Conseil Constitutionnel du 18 juin 2010 LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL En 1896, un arrêt de la Chambre Civile de la Cour de Cassation, l arrêt TEFFAINE, a retenu le principe d une responsabilité directe

Plus en détail

Assises Professionnelles du Livre A l heure du numérique. Place des médias au sein de l édition numérique (images fixes, animées et son)

Assises Professionnelles du Livre A l heure du numérique. Place des médias au sein de l édition numérique (images fixes, animées et son) Assises Professionnelles du Livre A l heure du numérique Place des médias au sein de l édition numérique (images fixes, animées et son) Animation : Nathalie BOCHER-LENOIR, Sejer/Editis Avec la participation

Plus en détail

CONTRAT D ÉDITION A POUR TOUTES LES COLLECTIONS. Diffère du contrat d édition B sur deux points :

CONTRAT D ÉDITION A POUR TOUTES LES COLLECTIONS. Diffère du contrat d édition B sur deux points : 1/4 CONTRAT D ÉDITION A POUR TOUTES LES COLLECTIONS Diffère du contrat d édition B sur deux points : 1) La cession est consentie pour la durée de la propriété littéraire d'après les lois françaises et

Plus en détail

Appel à projets : Economie numérique et propriété intellectuelle

Appel à projets : Economie numérique et propriété intellectuelle 28/04/2014 Appel à projets : Economie numérique et propriété intellectuelle L Institut National de la Propriété Industrielle, à travers sa direction des Etudes, souhaite mobiliser les spécialistes de la

Plus en détail

INSTRUMENTS DE PAIEMENT ET DE CRÉDIT

INSTRUMENTS DE PAIEMENT ET DE CRÉDIT INSTRUMENTS DE PAIEMENT ET DE CRÉDIT MISE À JOUR OCTOBRE 2009 Christian Gavalda Jean Stoufflet Agrégé des facultés de droit Professeur émérite de l Université de Clermont-Ferrand I Doyen honoraire de

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE Arnaud REDOUTEY v.1.2 au 01/12/13 1 Généralités 1-1. GÉNÉRALITÉS Les présentes conditions générales de vente ont pour objet de définir les droits et obligations des parties

Plus en détail

Ressources APIE. Réutilisation des informations publiques, bases de données et marchés publics. de l immatériel. Cahier pratique.

Ressources APIE. Réutilisation des informations publiques, bases de données et marchés publics. de l immatériel. Cahier pratique. Ressources de l immatériel APIE Agence du patrimoine immatériel de l état Réutilisation des informations publiques, bases de données et marchés publics En bref La majorité des informations publiques détenues

Plus en détail

CONTRAT De concession du droit d usage de progiciel. CONDITIONS GENERALES Entre la société «CLIENT» et la société Generix

CONTRAT De concession du droit d usage de progiciel. CONDITIONS GENERALES Entre la société «CLIENT» et la société Generix CONTRAT De concession du droit d usage de progiciel CONDITIONS GENERALES Entre la société et la société Generix ENTRE : «dénomination_sociale» Société au capital social de : Dont le siège est situé à :

Plus en détail

Quelles sont les informations légales à faire figurer sur un site Internet?

Quelles sont les informations légales à faire figurer sur un site Internet? > Accueil > Le Droit en pratique > Fiches pratiques Quelles sont les informations légales à faire figurer sur un site Internet? Le site Internet est un vecteur d informations. Mais il en collecte également,

Plus en détail

Sommaire. 1. Préambule

Sommaire. 1. Préambule 2. Annexe juridique Sommaire 1. Préambule.......................... page 11 2. La protection des données nominatives..... page 11 3. La protection des personnes............. page 12 4. La protection des

Plus en détail

Droits de reproduction phonographique

Droits de reproduction phonographique Droits de reproduction phonographique PRINCIPES GENERAUX L Auteur d une œuvre littéraire ou artistique a seul le droit de la REPRODUIRE ou d en AUTORISER la reproduction, de quelque manière et sous quelque

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION. 1.1 On entend par «Site» le site web à l adresse URL www.creativlink.fr édité par CREATIV LINK.

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION. 1.1 On entend par «Site» le site web à l adresse URL www.creativlink.fr édité par CREATIV LINK. CONDITIONS GENERALES D UTILISATION Les présentes Conditions Générales lient tout Utilisateur du Site à CREATIV LINK à compter de la création d un compte sur le Site afin de bénéficier d une Prestation

Plus en détail

CONTRAT DE CESSION DE DROITS Acquisition des droits sur des contributions créées pour un site Internet

CONTRAT DE CESSION DE DROITS Acquisition des droits sur des contributions créées pour un site Internet 1 CONTRAT DE CESSION DE DROITS Acquisition des droits sur des contributions créées pour un site Internet ENTRE : Le ministère de la Culture et de la Communication situé 182, rue Saint-Honoré - 75033 Paris

Plus en détail

ANNEXE RELATIVE AUX CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DES FICHIERS GEOGRAPHIQUES

ANNEXE RELATIVE AUX CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DES FICHIERS GEOGRAPHIQUES ANNEXE RELATIVE AUX CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DES FICHIERS GEOGRAPHIQUES Préambule La Poste est propriétaire de fichiers informatiques de données géographiques. Lesdits fichiers permettent de

Plus en détail

1. Modèle de clause de cession de droit de logiciel

1. Modèle de clause de cession de droit de logiciel 1. Modèle de clause de cession de droit de logiciel 1. Propriété 1.1 Support physique : Le Cessionnaire aura la propriété matérielle des supports physiques (copie Zip, CD-ROM, DVD ou tout autre support

Plus en détail

guide du créateur d entreprise 7

guide du créateur d entreprise 7 01 Protéger les idées guide du créateur d entreprise 7 Si votre projet se base sur une nouvelle invention, sur un concept original ou sur une création novatrice, pensez à protéger votre idée. Vous n aimeriez

Plus en détail

Règlement du Concours «Reflexe Civique»

Règlement du Concours «Reflexe Civique» Règlement du Concours «Reflexe Civique» Article 1 : Objet Wipplay.com (dénommé ci-après «l Organisateur»), Société par actions simplifiées, immatriculée au Registre du Commerce et des Sociétés de Paris

Plus en détail

Licence ODbL (Open Database Licence) - IdéesLibres.org

Licence ODbL (Open Database Licence) - IdéesLibres.org Licence ODbL (Open Database Licence) - IdéesLibres.org Stipulations liminaires La licence ODbL (Open Database License) est un contrat de licence ayant pour objet d autoriser les utilisateurs à partager,

Plus en détail

Atelier CCI Innovation TECHNIQUE CONTRACTUELLE ET RECHERCHE-DÉVELOPPEMENT LA COMMUNICATION DU SAVOIR-FAIRE

Atelier CCI Innovation TECHNIQUE CONTRACTUELLE ET RECHERCHE-DÉVELOPPEMENT LA COMMUNICATION DU SAVOIR-FAIRE TECHNIQUE CONTRACTUELLE ET RECHERCHE-DÉVELOPPEMENT LA COMMUNICATION DU SAVOIR-FAIRE Jeudi 25 juin 2015 Agnès Robin Maître de conférences à la Faculté de Droit de Montpellier Equipe de Recherche Créations

Plus en détail

Politique sur la propriété intellectuelle en matière de recherche

Politique sur la propriété intellectuelle en matière de recherche TITRE : Politique sur la propriété intellectuelle en matière de recherche Adoption par le conseil d administration : Résolution : CARL-150421-13 Date : 21 avril 2015 Révisions : Résolution : Date : TABLE

Plus en détail

BAREMES DE REMUNERATION POUR COPIE PRIVEE APPLICABLES AU 1er JANVIER 2014 (MONTANTS HORS TAXES)

BAREMES DE REMUNERATION POUR COPIE PRIVEE APPLICABLES AU 1er JANVIER 2014 (MONTANTS HORS TAXES) BAREMES DE REMUNERATION POUR COPIE PRIVEE APPLICABLES AU 1er JANVIER 2014 (MONTANTS HORS TAXES) Supports d'enregistrement analogiques Support Durée d'enregistrement Rémunération pour copie privée Cassette

Plus en détail

Prix du Reportage France Info / XXI RÈGLEMENT 2014

Prix du Reportage France Info / XXI RÈGLEMENT 2014 Prix du Reportage France Info / XXI RÈGLEMENT 2014 ARTICLE 1 OBJET, Société Nationale de Programme au capital de 1 560 000, inscrite au RCS de Paris sous le numéro 326 094 471, dont le siège social est

Plus en détail

La délégation de pouvoirs

La délégation de pouvoirs La délégation de pouvoirs DELEGATIONS DE POUVOIR Secteur Pharmaceutique Paris, 27 septembre 2006 Introduction: définition, contexte et rappel des principes généraux Délégation de pouvoirs et notions voisines

Plus en détail

Article 1 : Objet. Article 2 : Organisation et dates du Concours

Article 1 : Objet. Article 2 : Organisation et dates du Concours Règlement du Concours «Un week-end à la campagne» Certifié concours équitable naturapics http://www.naturapics.com/la-certification-concours-equitablenaturapics/ Article 1 : Objet Wipplay.com (dénommé

Plus en détail

RÈGLES DE GESTION INTERNE

RÈGLES DE GESTION INTERNE RÈGLES DE GESTION INTERNE POLITIQUE DE GESTION Règlement Procédure Politique Directive CA CE CG Direction générale Résolution : CA-14-376-8.00 Direction : Nouveau document Remplace le document : DATE D

Plus en détail

Règlement de la Bibliothèque municipale

Règlement de la Bibliothèque municipale VILLE DE LA CELLE SAINT-CLOUD DIRECTION DES AFFAIRES CULTURELLES BIBLIOTHEQUE MUNICIPALE CW/GC/règlement intérieur.doc Règlement de la Bibliothèque municipale Article 1 La Bibliothèque municipale est constituée

Plus en détail

la prospection commerciale est-elle une mission importante au sein d'une petite entreprise?

la prospection commerciale est-elle une mission importante au sein d'une petite entreprise? SANAH Yacine Date de création : 01.11.2005 Date de dépôt : 07.11.2005 Niveau : BAC + 3 la prospection commerciale est-elle une mission importante au sein d'une petite entreprise? ! # # % &!! (%)# % )#

Plus en détail

Contrat de partenariat et domaine public

Contrat de partenariat et domaine public Contrat de partenariat et domaine public Le titulaire d un contrat de partenariat est souvent dans la situation d un occupant du domaine public, ce qui conduit à s interroger sur l articulation des régimes

Plus en détail

Conditions générales d utilisation

Conditions générales d utilisation Conditions générales d utilisation L utilisation du site internet www.mutuelle-smi.com (le Site) est régie par les présentes Conditions générales d utilisation. Les présentes Conditions générales d utilisation

Plus en détail

DATABOXECO.COM CONDITIONS GENERALES D UTILISATION ET DE VENTE

DATABOXECO.COM CONDITIONS GENERALES D UTILISATION ET DE VENTE DATABOXECO.COM CONDITIONS GENERALES D UTILISATION ET DE VENTE 1 Champ d application Informations générales Les présentes conditions générales régissent l accès, l utilisation et les conditions de vente

Plus en détail

Conditions Générales d utilisation de l Application «Screen Mania Magazine»

Conditions Générales d utilisation de l Application «Screen Mania Magazine» Conditions Générales d utilisation de l Application «Screen Mania Magazine» Les présentes Conditions Générales d Utilisation régissent l ensemble des différentes utilisations de l APPLICATION tablettes

Plus en détail

Conditions Générale de «Prestations de services»

Conditions Générale de «Prestations de services» Conditions Générale de «Prestations de services» Article 1 - Définitions Nom commercial, ORDI-HS, désigne l Auto-entrepreneur, M. HAMID Farid, 5 Avenue de Jouandin, 64100, Bayonne. (A.E, entreprise non

Plus en détail

Manuela Dournes Juillet 2011 1

Manuela Dournes Juillet 2011 1 CONTRAT DE TRADUCTION D UNE ŒUVRE LITTERAIRE Entre les soussignés : M, demeurant..ci-dessous dénommé "le Traducteur", d'une part ET Les Editions XXX, dont le siège social est ci-dessous dénommé "l'éditeur",

Plus en détail

Société française des intérêts des auteurs de l écrit

Société française des intérêts des auteurs de l écrit Société française des intérêts des auteurs de l écrit Le droit de prêt La rémunération pour copie privée numérique La retraite complémentaire des écrivains et des traducteurs L action culturelle Les livres

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Ordonnance n o 2006-344 du 23 mars 2006 relative aux retraites professionnelles supplémentaires NOR

Plus en détail

Photos et Droit à l image

Photos et Droit à l image Photos et Droit à l image 1) Le droit à l image (photos-vidéos) L atteinte au droit à l image n est pas caractérisée dès lors que la personne photographiée n est pas identifiable et que sa vie privée n

Plus en détail

PUBLICITÉ ET CRÉDIT À LA CONSOMMATION. Les modifications apportées par la Loi du 1 er juillet 2010

PUBLICITÉ ET CRÉDIT À LA CONSOMMATION. Les modifications apportées par la Loi du 1 er juillet 2010 PUBLICITÉ ET CRÉDIT À LA CONSOMMATION Les modifications apportées par la Loi du 1 er juillet 2010 La Directive «crédit à la consommation» du 23 avril 2008 a été transposée par la loi n 2010-737 du 1 er

Plus en détail

LICENCE SNCF OPEN DATA

LICENCE SNCF OPEN DATA LICENCE SNCF OPEN DATA Préambule Dans l intérêt de ses utilisateurs, SNCF a décidé de s engager dans une démarche «OPEN DATA», de partage de certaines informations liées à son activité, par la mise à disposition

Plus en détail

Chapitre 6 Les aspects juridiques de l'e-pub

Chapitre 6 Les aspects juridiques de l'e-pub Chapitre 6 Les aspects juridiques de l'e-pub A. Publicité : généralités................................................... 149 B. Définition large de la publicité...........................................

Plus en détail

ÉPREUVE E5. ACTIVITÉS DE COMMUNICATION

ÉPREUVE E5. ACTIVITÉS DE COMMUNICATION I ÉPREUVE E5. ACTIVITÉS DE COMMUNICATION Fonction 1 F1 : Mise en œuvre et suivi de projets de communication Fonction 2 F2 : Conseil et relation annonceur Fonction 3 F3 : Veille opérationnelle 1 Mobiliser

Plus en détail

Document publié le 21/05/2012 par Adam Lamzourhi sur le site http://www.ejuristes.org. Sous licence Créative Commons CC BY-SA 2.0

Document publié le 21/05/2012 par Adam Lamzourhi sur le site http://www.ejuristes.org. Sous licence Créative Commons CC BY-SA 2.0 Document publié le 21/05/2012 par Adam Lamzourhi sur le site http://www.ejuristes.org. Sous licence Créative Commons CC BY-SA 2.0 http://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0/fr/ Droit de la propriété

Plus en détail

REUTILISATION D'INFORMATIONS PUBLIQUES DETENUES PAR LES ARCHIVES DEPARTEMENTALES DE LA LOIRE REGLEMENT GENERAL

REUTILISATION D'INFORMATIONS PUBLIQUES DETENUES PAR LES ARCHIVES DEPARTEMENTALES DE LA LOIRE REGLEMENT GENERAL REUTILISATION D'INFORMATIONS PUBLIQUES DETENUES PAR LES ARCHIVES DEPARTEMENTALES DE LA LOIRE Préambule La réutilisation des informations publiques REGLEMENT GENERAL La réutilisation des informations publiques

Plus en détail

Conditions générales d utilisation

Conditions générales d utilisation Conditions générales d utilisation L utilisation du site internet www.fastt-mut.org (le Site) est régie par les présentes Conditions générales d utilisation. Les présentes Conditions générales d utilisation

Plus en détail

CHARTE DE L E-MAILING. Code relatif à l utilisation de coordonnées électroniques à des fins de prospection directe

CHARTE DE L E-MAILING. Code relatif à l utilisation de coordonnées électroniques à des fins de prospection directe Déclaré conforme à la loi Informatique et Libertés par la CNIL, le 30 mars 2005, suivant procédure prévue par l article 11-3 de la loi du 6 janvier 1978. CHARTE DE L E-MAILING Code relatif à l utilisation

Plus en détail

Convention N 2013/P1/MMSH/015

Convention N 2013/P1/MMSH/015 1 sur 10 CONVENTION DE PARTENARIAT Convention N 2013/P1/MMSH/015 Entre L université d Aix-Marseille Etablissement public national à caractère scientifique, culturel et professionnel Jardin du Pharo, 58,

Plus en détail

WIPO Training of trainers Program on Effective Intellectual Property Asset Management by Small and Medium-Sized Enterprises (SMEs)

WIPO Training of trainers Program on Effective Intellectual Property Asset Management by Small and Medium-Sized Enterprises (SMEs) Creative Expression Benefiting From Your Copyright and Using the Copyright Works of Others in Your Business Edouard Treppoz, Professeur à l Université Jean Moulin Lyon 3 WIPO Training of trainers Program

Plus en détail

COMMERCE ELECTRONIQUE - Signature électronique et cryptographie 71. Sommaire

COMMERCE ELECTRONIQUE - Signature électronique et cryptographie 71. Sommaire COMMERCE ELECTRONIQUE - Signature électronique et cryptographie 71 SIGNATURE ELECTRONIQUE ET CRYPTOGRAPHIE Sommaire A- Signature électronique I - Textes luxembourgeois 1. Code civil (Extrait: Articles

Plus en détail

LE MAJEUR PROTEGE ET SON LOGEMENT.

LE MAJEUR PROTEGE ET SON LOGEMENT. LE MAJEUR PROTEGE ET SON LOGEMENT. Un des soucis du législateur de 1968 a été d assurer la protection du logement des majeurs protégés hospitalisés ou en établissement. L article 490-2 du Code civil prévoit

Plus en détail

Réutilisation d informations publiques provenant des Archives départementales de Saône-et-Loire

Réutilisation d informations publiques provenant des Archives départementales de Saône-et-Loire Réutilisation d informations publiques provenant des Archives départementales de Saône-et-Loire Contrat de licence de type ODbL (Open Database Licence) n.. Entre : Le Département de Saône-et-Loire, représenté

Plus en détail

Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010

Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010 Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010 Âge Accès aux crédits à la consommation Recommandations L établissement de crédit X, filiale de F, a refusé d attribuer une carte de paiement adossée à une

Plus en détail

Médiathèque DASTRI Mentions légales

Médiathèque DASTRI Mentions légales Médiathèque DASTRI Mentions légales I. Objet... 1 II. Définitions... 1 III. Inscription et accès Utilisateur et Professionnel... 2 IV. Utilisation des services de la médiathèque par les Utilisateurs...

Plus en détail

PUBLICITE ET DROITS D AUTEUR

PUBLICITE ET DROITS D AUTEUR PUBLICITE ET DROITS D AUTEUR Par Lorène CHOQUET et Juliette MANT Etudiantes en DEA «Droit des Médias», à l université d Aix-Marseille III Il n existe pas de définition générique légale de la publicité.

Plus en détail

LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE ET LES FESTIVALS D ARTS

LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE ET LES FESTIVALS D ARTS DOSSIER D INFORMATION N 4 LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE ET LES FESTIVALS D ARTS INTRODUCTION Les festivals d arts visent à célébrer la richesse et la diversité des cultures dans le monde en réunissant des

Plus en détail

TD 1 Marque vs Nom de Domaine

TD 1 Marque vs Nom de Domaine TD 1 Marque vs Nom de Domaine 1 COUR DE CASSATION, chambre commerciale, 13 décembre 2005 Publié le 30 janvier 2006 SA Soficar c/ SA Le Tourisme moderne compagnie parisienne du tourisme N 04-10.143 Cassation

Plus en détail

Conditions Générales d Utilisation de la plateforme depot-doublage.fr

Conditions Générales d Utilisation de la plateforme depot-doublage.fr Conditions Générales d Utilisation de la plateforme depot-doublage.fr ARTICLE 1 : Préambule Le présent document a pour objet de définir les conditions générales d utilisation de la plateforme «depot-doublage.fr»

Plus en détail

GESTION DES ARCHIVES

GESTION DES ARCHIVES GESTION DES ARCHIVES Principes et législation NOTIONS FONDAMENTALES D ARCHIVISTIQUE Définition de l archive Définition du producteur d archives Les outils de gestion des archives Principes Outils fondés

Plus en détail

Les déplacements du salarié

Les déplacements du salarié Les déplacements du salarié Aller d un lieu à un autre. Action bien anodine de la vie professionnelle source pourtant de situations génératrices de nombreux problèmes. Sait- on que près de 19 500 accidents

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES D UTILISATION

CONDITIONS GÉNÉRALES D UTILISATION CONDITIONS GÉNÉRALES D UTILISATION APPLICATION MOBILE «PLUCHE PLUCHE» Date d entrée en vigueur des Conditions Générales d Utilisation : 13 Mars 2013 Mise à jour le 13 Mars 2013 Les présentes conditions

Plus en détail

1. L ENTREPRISE 2. CARACTERISTIQUES ET DEROULEMENT DE LA PRESTATION CHARTE QUALITE 2.1. DEMARCHE VOLONTAIRE 2.2. REALISATION DE L AUDIT

1. L ENTREPRISE 2. CARACTERISTIQUES ET DEROULEMENT DE LA PRESTATION CHARTE QUALITE 2.1. DEMARCHE VOLONTAIRE 2.2. REALISATION DE L AUDIT REGLEMENT DU DISPOSITIF CHARTE QUALITE 1. L ENTREPRISE Cette prestation est réservée à toute personne physique ou morale immatriculée au Répertoire des Métiers, quelle que soit la forme juridique que revêt

Plus en détail

Conditions d'utilisation de la plateforme Défi papiers

Conditions d'utilisation de la plateforme Défi papiers Conditions d'utilisation de la plateforme Défi papiers Préambule : La lecture et l acceptation des présentes conditions d utilisation, ci-après les «Conditions d Utilisation», sont requises avant toute

Plus en détail

Décision du 28 janvier 2009

Décision du 28 janvier 2009 Recours 08/35 CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES (2ème Section) Décision du 28 janvier 2009 Dans la présente affaire, enregistrée sous le numéro 08/35, ayant pour objet un recours introduit le 4

Plus en détail

Conditions Générales de Licence Logicielle de la société CENIT (Schweiz) AG

Conditions Générales de Licence Logicielle de la société CENIT (Schweiz) AG Conditions Générales de Licence Logicielle de la société CENIT (Schweiz) AG Mise à jour des informations Décembre 2011 1. Objet de la licence 1.1 L objet de la licence est le logiciel mis au point et fabriqué

Plus en détail

C O N D I T I O N S G É N É R A L E S

C O N D I T I O N S G É N É R A L E S VERSION GLOBALE 13 novembre 20142 mai 2014 C O N D I T I O N S G É N É R A L E S D E S E R V I C E 1. INTRODUCTION VOLVO souhaite vous offrir les meilleurs Services disponibles (tels que définis au bas

Plus en détail

DECRET N 91-199 portant organisation et fonctionnement du Bureau Togolais du Droit d Auteur (BUTODRA) LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE,

DECRET N 91-199 portant organisation et fonctionnement du Bureau Togolais du Droit d Auteur (BUTODRA) LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE MINISTERE DE LA JEUNESSE DES SPORTS ET DE LA CULTURE REPUBLIQUE TOGOLAISE Union Paix Solidarité DECRET N 91-199 portant organisation et fonctionnement du Bureau Togolais du

Plus en détail

Loi fédérale sur le transfert international des biens culturels

Loi fédérale sur le transfert international des biens culturels Loi fédérale sur le transfert international des biens culturels (Loi sur le transfert des biens culturels, LTBC) 444.1 du 20 juin 2003 (Etat le 1 er janvier 2012) L Assemblée fédérale de la Confédération

Plus en détail

Décompilation d un logiciel : état des lieux

Décompilation d un logiciel : état des lieux 1 sur 6 Décompilation d un logiciel : état des lieux MARDI 28 JUILLET 2015 07:03 PIERRE -YVES MARGNOUX ET HUGO ROY J aime Partager 0 Tweeter 0 Dans un arrêt du 18 mars 2015, la Cour d appel de Caen a retenu

Plus en détail

LICENCE SNCF OPEN DATA

LICENCE SNCF OPEN DATA LICENCE SNCF OPEN DATA PREAMBULE Dans l intérêt de ses utilisateurs, la SNCF a décidé de s engager dans une démarche de partage de certaines informations liées à son activité, permettant ainsi aux personnes

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C.

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C. Commentaire Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011 Consorts C. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 mars 2011 par la Cour de cassation d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) relative

Plus en détail

Applications mobiles : du développement à la distribution, les droits et obligations du développeur

Applications mobiles : du développement à la distribution, les droits et obligations du développeur Fermer la fenêtre Applications mobiles : du développement à la distribution, les droits et obligations du développeur Le développement et l exploitation d applications mobiles interviennent dans un environnement

Plus en détail

Propriété intellectuelle en informatique

Propriété intellectuelle en informatique 47 Chapitre 4 Propriété intellectuelle en informatique 1. Introduction Propriété intellectuelle en informatique Nous avons été amenés précédemment à examiner les principes relatifs à la propriété intellectuelle.

Plus en détail

Le e-tourisme et les enjeux juridiques

Le e-tourisme et les enjeux juridiques Le e-tourisme et les enjeux juridiques du Web 2.0 Aurélie Klein 4 novembre 2010 1 Plan Introduction: Un encadrement juridique du Web 2.0 difficile il mais nécessaire Cas pratique n 1: Les enjeux et risques

Plus en détail

Les règlements sur la marque communautaire, et sur les dessins ou modèles communautaires, et leurs «raisons particulières».

Les règlements sur la marque communautaire, et sur les dessins ou modèles communautaires, et leurs «raisons particulières». Les règlements sur la marque communautaire, et sur les dessins ou modèles communautaires, et leurs «raisons particulières». Dans le règlement sur la marque communautaire (ci-après «le RMC»), l expression

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Commentaire de la décision n 2007-557 DC du 15 novembre 2007 Loi relative à la maîtrise de l immigration, à l intégration et à l asile Déposé sur le bureau

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION CONDITIONS GENERALES D UTILISATION Les présentes Conditions Générales d Utilisation sont conclues entre : L Association MAJI, Association loi de 1901, créée en Juillet 1994 et inscrite au répertoire SIREN

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 11 mars 2015 relative à la communication aux administrations publiques et aux organismes exerçant une prérogative de puissance publique d informations ou copies de pièces issues des procédures

Plus en détail

Le présent site accessible à l adresse http://www.o2.fr/ (ci-après le Site ) est la propriété de la société O 2 Développement.

Le présent site accessible à l adresse http://www.o2.fr/ (ci-après le Site ) est la propriété de la société O 2 Développement. Mentions légales Le présent site accessible à l adresse http://www.o2.fr/ (ci-après le Site ) est la propriété de la société Il est édité par la société Développement, SAS au capital de 737 600 euros,

Plus en détail

Guide juridique de l'utilisateur des systèmes d information des ministères de l éducation nationale, et de l'enseignement supérieur et de la recherche

Guide juridique de l'utilisateur des systèmes d information des ministères de l éducation nationale, et de l'enseignement supérieur et de la recherche Guide juridique de l'utilisateur des systèmes d information des ministères de l éducation nationale, et de l'enseignement supérieur et de la recherche 1/ 10 Sommaire Article I Préambule... 3 Article II

Plus en détail

CONCLUSIONS. M. L. DEREPAS, Commissaire du Gouvernement

CONCLUSIONS. M. L. DEREPAS, Commissaire du Gouvernement N 279685 M. Saïd Oularbi Rapporteur : A. Lallet 1 ère et 6 ème sous-sections réunies Séance du 28 septembre 2007 Lecture du 9 novembre 2007 CONCLUSIONS M. L. DEREPAS, Commissaire du Gouvernement Agé aujourd

Plus en détail

La délégation de pouvoirs

La délégation de pouvoirs La délégation de pouvoirs, est un acte juridique par lequel une personne/autorité (le délégant) se dessaisit d'une fraction des pouvoirs qui lui sont conférés et les transfère à une personne/autorité subordonnée

Plus en détail