Cohérence de Données en Environnement Mobile

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cohérence de Données en Environnement Mobile"

Transcription

1 Cohérence de Données en Environnement Mobile Sophie Chabridon Master Recherche MOPS Module RM Télécom SudParis, CNRS UMR SAMOVAR 10 Octobre 2014

2 Table des matières Cohérence de Données en Environnement Mobile Sophie Chabridon,, Télécom SudParis, CNRS UMR SAMOVAR, Master Recherche MOPS Module RM 10 Octobre Plan de la présentation 4 1 Introduction Définition Mobilité et réplication Verrous à lever Solutions envisageables Réplication pessimiste Réplication pessimiste (2) Réplication optimiste Réplication optimiste (2) Réplication optimiste - Exemples Modèles de cohérence Cohérence à terme Cohérence à terme forte - SEC Cohérence continue Deux catégories d applications Cas des applications discrètes Caractéristiques et critères de classification Modèle de transfert Unité de transfert Mode de transfert Maintien de la cohérence Résolution de conflit Bayou Bayou (2) Bayou - Exemple d architecture IceCube IceCube (2) Conflict-free Replicated Data Types - CRDTs Exemples de CRDTs Set Graph Transformées opérationnelles Exemple d application : Éditeurs collaboratifs Travaux basés sur SOCT Précédence causale vs concurrence Trois critères pour le maintien de la cohérence ) Préservation de l intention de l utilisateur : ) Convergence des copies : Exemple : Transformée avant pour un éditeur de texte SOCT4 en action Extensions de SOCT Extension de SOCT4 pour la mobilité : SOCT4mob Famille des algorithmes OT Télécom SudParis, CNRS UMR SAMOVAR Sophie Chabridon 10 Octobre 2014 MOPS/RM 2

3 3 Cas des applications continues Synchronisation pour les jeux multijoueurs Caractéristiques des jeux multijoueurs Impact de la latence - Exemple Point sur l état de l art Dead reckoning Dead reckoning (suite) Pre-reckoning TimeWarp Trailing State Synchronization - TSS Trailing State Synchronization - TSS (suite) RendezVous Synthèse sur l état de l art Références 34 Télécom SudParis, CNRS UMR SAMOVAR Sophie Chabridon 10 Octobre 2014 MOPS/RM 3

4 Plan de la présentation 1 Introduction # 2 1 Introduction Cas des applications discrètes Cas des applications continues Références Introduction # Définition Mobilité et réplication Verrous à lever Solutions envisageables Réplication pessimiste Réplication optimiste Modèles de cohérence Deux catégories d applications Télécom SudParis, CNRS UMR SAMOVAR Sophie Chabridon 10 Octobre 2014 MOPS/RM 4

5 1.1 Définition 1 Introduction # 4 Un service de cohérence de données répliquées et partagées est un service capable de contrôler le nombre de répliques, leur localisation, leur déplacement, et leur contenu en fonction de leurs attributs, de l environnement d exécution et des contraintes applicatives. Domaines concernés par la problématique de la cohérence : architectures pair à pair, grilles de calcul, architectures multiprocesseurs, architectures de stockage, bases de données, Web, applications mobiles, réseaux de capteurs, applications multimédia (jeux, serveurs de contenu), applications embarquées, systèmes temps réel. 1.2 Mobilité et réplication # 5 Dans le contexte des environnements mobiles, besoin de répliquer les données pour : Améliorer les performances et augmenter la disponibilité des données Offrir continuité de service en cas de déconnexion réseau Préserver l autonomie : travail collaboratif, jeux multijoueurs... Menaces pour la cohérence des données Applications multi-écrivains Théorème CAP (Consistency, Availability and Partition Tolerance) [Brewer, 2000] : Impossibilité d avoir les trois propriétés C, A et P simultanément. Télécom SudParis, CNRS UMR SAMOVAR Sophie Chabridon 10 Octobre 2014 MOPS/RM 5

6 1.3 Verrous à lever 1 Introduction Non-commutativité des opérations Concevoir pour la commutativité [Shapiro and Preguiça, 2007] # 6 Solutions spécifiques aux types d applications Opérations entièrement déterminées à l avance Éditeur de texte Système de gestion de fichiers Base de données Réconciliation plus ou moins automatisée Réplication pessimiste 1.4 Solutions envisageables Prise d un verrou avant de modifier une donnée Pas de mise à jour concurrente Evite les conflits a priori Réplication optimiste # 7 Mises à jour concurrentes autorisées Apparition possible de conflits Nécessité d une phase de réconciliation a posteriori Télécom SudParis, CNRS UMR SAMOVAR Sophie Chabridon 10 Octobre 2014 MOPS/RM 6

7 1.5 Réplication pessimiste 1 Introduction Encore appelée réplication synchrone Propagation impatiente (eager) des mises à jour # 8 Cas d une base de données : mise à jour des différentes copies au sein de la même transaction Equivalent à la sérialisabilité sur une copie unique 1-copy serialisability [Bernstein et al., 1987] : Une exécution d un ensemble de transactions sur une base de données dupliquée est sérialisable si elle est équivalente à une exécution en série de ces transactions sur une base de données non dupliquée Réplication pessimiste (2) Avantages Simple à mettre en oeuvre Cohérence des copies garantie en empêchant l apparition de divergences # 9 Inconvénients Ne passe pas à l échelle avec un grand nombre d écritures Vulnérable Etreinte fatale (deadlock) Déconnexions Latence Télécom SudParis, CNRS UMR SAMOVAR Sophie Chabridon 10 Octobre 2014 MOPS/RM 7

8 1 Introduction 1.6 Réplication optimiste 1.6 Réplication optimiste Encore appelée réplication asynchrone # 10 Propagation paresseuse (lazy) des mises à jour Cas d une base de données : Transaction initiale met à jour une seule copie Ensuite propagation asynchrone aux autres copies au sein de transactions séparées Réplication optimiste (2) Avantages Permet de modifier une copie locale Seule approche possible en environnement mobile pour la continuité de service # 11 Tolère Déconnexions Latence variable Inconvénients Ne passe pas à l échelle avec un grand nombre d écritures Apparitions de divergences transitoires Complexe à mettre en oeuvre Télécom SudParis, CNRS UMR SAMOVAR Sophie Chabridon 10 Octobre 2014 MOPS/RM 8

9 1 Introduction 1.7 Modèles de cohérence Réplication optimiste - Exemples # 12 Usenet Publication de messages dans des groupes de news Opération principale : envoi de messages indépendants, pas de conflit Utilisateurs acceptent de voir la réponse et quelque temps après la question Systèmes de fichiers répartis Basés sur la règle de Thomas : Last writer wins Conservation du dernier état seulement Utilisateurs acceptent de perdre des écritures 1.7 Modèles de cohérence # 13 Nombreux modèles ont été définis pour les systèmes distribués (à mémoire distribuée partagée, gestion de bases de données...) Pour plus de détails, voir Chap. 6 de [Tanenbaum and van Steen, 2002] Classification proposée par [Tanenbaum and van Steen, 2002] : Modèles centrés sur les données Avec synchronisation permanente : stricte, séquentielle, causale, FIFO Avec synchronisation uniquement à des moments précis, lors de la prise ou du relâchement d un verrou faible, au relâchement, en entrée Modèles centrés client Monotonic reads Monotonic writes Read your writes Writes follow reads Télécom SudParis, CNRS UMR SAMOVAR Sophie Chabridon 10 Octobre 2014 MOPS/RM 9

10 1 Introduction 1.7 Modèles de cohérence Cohérence à terme Eventual consistency # 14 En l absence de nouvelles mises à jour, l ensemble des copies convergent vers la même valeur Garantit que les opérations d écriture seront propagées En cas de conflit, arbitrage et éventuellement retour en arrière Modèle de cohérence le plus faible Aucun ordre sur les opérations n est imposé Cohérence à terme forte - SEC [Shapiro et al., 2011] # 15 Cohérence à terme + aucun conflit Mises à jour concurrentes déterministes Pas besoin de consensus tant que n 1 fautes Résoud l impossibilité CAP Disponibilité, rapidité Ne plus choisir entre passage à l échelle et cohérence Télécom SudParis, CNRS UMR SAMOVAR Sophie Chabridon 10 Octobre 2014 MOPS/RM 10

11 1.7.3 Cohérence continue Modèle TACT : Tunable Availability and Consistency Tradeoff [Yu and Amin, 2001] Niveau de cohérence peut fluctuer entre cohérence forte : obtenue par la réplication pessimiste cohérence faible : obtenue par la réplication optimiste # 16 Trois métriques Erreur numérique : nombre maximal d écritures manquées Erreur d ordre Manque de fraîcheur (staleness) Détermination de bornes max (upper bound) pour chaque métrique Corrélation entre disponibilité de service et niveau de cohérence Placement des copies pour maximiser la disponibilité 1.8 Deux catégories d applications Applications discrètes Etat change uniquement en fonction d opérations de lecture/écriture # 17 Exemples : News Bases de données Systèmes de fichiers Applications continues Etat change à la fois avec les opérations de l utilisateur ET avec le passage du temps Exemples : Supervision d un procédé industriel Applications multimedia interactives et Distribuées : Réalité virtuelle, réalité augmentée, Jeux vidéo, Performances musicales en réseau (concert réparti), Théâtre virtuel Télécom SudParis, CNRS UMR SAMOVAR Sophie Chabridon 10 Octobre 2014 MOPS/RM 11

12 2 Cas des applications discrètes 2.1 Caractéristiques et critères de classification 2 Cas des applications discrètes # Caractéristiques et critères de classification Maintien de la cohérence Résolution de conflit Bayou IceCube Conflict-free Replicated Data Types - CRDTs Transformées opérationnelles Caractéristiques et critères de classification Caractéristiques : Opérations de lecture/écriture Faites à des instants précis # 19 Critères de classification et de comparaison voir Etat de l art paru en 2005 [Saito and Shapiro, 2005] Modèle de transfert : maître unique ou multi-maîtres Unité de transfert : état vs opération Sens du transfert : pull vs push Télécom SudParis, CNRS UMR SAMOVAR Sophie Chabridon 10 Octobre 2014 MOPS/RM 12

13 2 Cas des applications discrètes 2.1 Caractéristiques et critères de classification Modèle de transfert Maître/écrivain unique Site primaire seul autorisé à faire les mises à jours et à les diffuser aux autres répliques Bon passage à l échelle si nombreuses écritures # 20 Mais : master = point de défaillance et goulot d étranglement Multi-maîtres Chaque copie peut être mise à jour à tout instant et assure la diffusion des mises à jour aux autres copies Meilleure disponibilité mais complexe Nécessite une technique globale de détection et de résolution des conflits Unité de transfert Etat Transmission du nouvel état Simple à mettre en oeuvre # 21 Ne facilite pas la réconciliation : un état en remplace un autre Opération Conservation de la suite des opérations effectuées (histoire) Convergence obtenue en rejouant les opérations sur chacune des copies Permet différentes stratégies de réconciliation Télécom SudParis, CNRS UMR SAMOVAR Sophie Chabridon 10 Octobre 2014 MOPS/RM 13

14 2.1.3 Mode de transfert 2 Cas des applications discrètes A la demande (pull) Une copie doit interroger le maître/une autre copie afin de récupérer la nouvelle valeur # 22 Interrogation périodique Sur notification (push) Lorsqu une copie est mise à jour, elle doit en informer les autres copies En multi-maître, nécessite un mécanisme de diffusion efficace 2.2 Maintien de la cohérence Distribution des Majs entre les copies Détection et résolution des conflits entre les Majs conflit : violation de la cohérence # 23 dépendance entre 2 opérations : relation "happens-before" cohérence interne vs externe interne : entre les répliques d un même objet externe : définition d invariants sur un ensemble d objets conflit syntaxique vs sémantique syntaxique : basé uniquement sur l occurrence des opérations sémantique : lié à la sémantique de l application Télécom SudParis, CNRS UMR SAMOVAR Sophie Chabridon 10 Octobre 2014 MOPS/RM 14

15 2 Cas des applications discrètes 2.4 Bayou 2.3 Résolution de conflit A la charge de l utilisateur Ex : Lotus, Palm Pilot - 2 versions de l objet sont présentées pour choisir Résolution automatique selon la sémantique de l application # 24 Ex : Coda, Locus, Ficus, Roam - programmes de résolution prévus pour des types de fichiers connus Limitée dans le cas des systèmes à transfert d état Plusieurs propriétés à respecter pour garantir l uniformité sur toutes les répliques : déterminisme commutativité : résultat identique indépendamment de l ordre 2.4 Bayou Projet de Xerox PARC ( ) [Terry et al., 1995, Petersen et al., 1997] Système de gestion de bases de données collaboratives mobiles Transfert d opérations # 25 Critères syntaxiques (basés sur les estampilles) pour déterminer l ordre d exécution des opérations Chaque écriture est estampillée (accept-stamp) et marquée à l aide de l id de l écrivain Protocole Primary Commit : Estampille de validation ( tant que l opération n est pas validée) Serveur primaire estampille les opérations (séquenceur) Cohérence obtenue avec ordre global par un consensus centralisé Télécom SudParis, CNRS UMR SAMOVAR Sophie Chabridon 10 Octobre 2014 MOPS/RM 15

16 Bayou (2) 2 Cas des applications discrètes Pour chaque opération, le développeur de l application doit définir un test de vérification des dépendances (détection de conflit) une procédure de fusion (merge) # 26 Chaque site maintient un journal des écritures et une copie de la base de données Propagation des mises à jour par un algorithme anti-entropique épidémique Retour arrière possible (rollback) Faiblesse principale : complexité de l écriture de la procédure de fusion Bayou - Exemple d architecture # 27 Télécom SudParis, CNRS UMR SAMOVAR Sophie Chabridon 10 Octobre 2014 MOPS/RM 16

17 2.5 IceCube 2 Cas des applications discrètes Travaux démarrés en 2000 par M. Shapiro chez Microsoft Research Laboratory (UK) [Kermarrec et al., 2001] Basé sur une exploration heuristique des ordonnancements possibles Applications visées : Applications collaboratives mobiles # 28 Définition très détaillée de contraintes Contraintes statiques, indépendantes de l état de l objet : log, object Contraintes dynamiques (assertion, détection de conflit à la Bayou...) Extension de Bayou, avec prise en compte de la sémantique des opérations et flexibilité pour l ordonnancement des opérations IceCube (2) Gestion de plusieurs versions de l état répliqué des données partagées Réconciliation des logs de deux copies en 3 étapes : 1. Génération d ordonnancements en combinant les opérations des 2 logs en respectant les contraintes statiques # Simulation : abandon d un ordonnancement si non satisfaction des contraintes dynamiques 3. Sélection d une solution optimale Proposition d un modèle de cohérence Décomposition de la dépendance causale en deux nouvelles notions before : une opération en précède une autre must have : une opération ne se produit que si autre opération a été exécutée avec succès et fait partie de son histoire Télécom SudParis, CNRS UMR SAMOVAR Sophie Chabridon 10 Octobre 2014 MOPS/RM 17

18 2 Cas des applications discrètes 2.6 Conflict-free Replicated Data Types - CRDTs 2.6 Conflict-free Replicated Data Types - CRDTs [Shapiro et al., 2011] # 30 Deux conditions suffisantes Évolution monotone : mises à jour non destructives Commutativité (par conception) Réduire la taille des objets manipulés Limité à certains types d applications Exemples de CRDTs Set # 31 Graph (DAG) Counter Sequence Register Télécom SudParis, CNRS UMR SAMOVAR Sophie Chabridon 10 Octobre 2014 MOPS/RM 18

19 Set 2 Cas des applications discrètes # 32 Conserver les valeurs intermédiaires Opération "delete" > ajout d un marqueur (tombstone) À terme, convergence vers le même ensemble de valeurs Graph # 33 Choisir une implémentation déterministe. Ex : "addedge" prioritaire Par défaut, cohérence à terme Consensus nécessaire pour une cohérence à terme forte Télécom SudParis, CNRS UMR SAMOVAR Sophie Chabridon 10 Octobre 2014 MOPS/RM 19

20 2 Cas des applications discrètes 2.7 Transformées opérationnelles 2.7 Transformées opérationnelles Permet de transformer une opération (changement de paramètres...) afin de sérialiser des opérations concurrentes (potentiellement non-commutatives) pour assurer la convergence des copies # 34 Preuves théoriques associées ([Vidot, 2002]) Plusieurs types de transformées Transformée en avant : tient compte de l effet d une opération concurrente Transformée en arrière : change l ordre d exécution de deux opérations Transformée inverse Exemple d application : Éditeurs collaboratifs # 35 Télécom SudParis, CNRS UMR SAMOVAR Sophie Chabridon 10 Octobre 2014 MOPS/RM 20

21 2 Cas des applications discrètes 2.7 Transformées opérationnelles Travaux basés sur SOCT4 SOCT4 : Sérialisation des opérations concurrentes par transposition [Vidot, 2002] # 36 Conçu pour le travail collaboratif à contraintes de temps Exploitation des propriétés sémantiques des opérations Utilise la transformée en avant uniquement Ordre global continu (besoin d un séquenceur) Une seule condition (C1) à vérifier pour converger Précédence causale vs concurrence # 37 Télécom SudParis, CNRS UMR SAMOVAR Sophie Chabridon 10 Octobre 2014 MOPS/RM 21

22 2 Cas des applications discrètes 2.7 Transformées opérationnelles Trois critères pour le maintien de la cohérence # 38 1) Préservation de la causalité : Ordre d exécution identique sur tous les sites Livraison causale des opérations à l aide de vecteurs d état [Mattern, 1989] # 39 Télécom SudParis, CNRS UMR SAMOVAR Sophie Chabridon 10 Octobre 2014 MOPS/RM 22

23 2 Cas des applications discrètes 2.7 Transformées opérationnelles 2) Préservation de l intention de l utilisateur : Gestion des opérations concurrentes (-> transposition avant) # 40 3) Convergence des copies : La fonction de transposition AVANT doit vérifier : C1 : op1.op2 op1 op2.op1 op2 # 41 Résolution des conflits Au moment de l écriture des transformées Choix arbitraire si possible en garantissant que le même choix sera fait sur tous les sites Sinon, définition d un conflit avec réconciliation par les utilisateurs Télécom SudParis, CNRS UMR SAMOVAR Sophie Chabridon 10 Octobre 2014 MOPS/RM 23

24 2 Cas des applications discrètes 2.7 Transformées opérationnelles Exemple : Transformée avant pour un éditeur de texte Transpose_forward (insert(p1, c1), insert(p2, c2) ) { // Param1 : opération locale, Param 2: opération distante # 42 case p1? p2 of p1 < p2 : return insert(p2 +1, c2); p1 > p2 : return insert(p2, c2); p1 = p2 : if c1 = c2 then return id else // Cas d un conflit // Choix selon valeur du caractère if code (c2) > code (c1) then return insert(p2, c2) else return insert(p2+1, c2); endif; endif; endcase } SOCT4 en action # 43 Télécom SudParis, CNRS UMR SAMOVAR Sophie Chabridon 10 Octobre 2014 MOPS/RM 24

25 2 Cas des applications discrètes 2.7 Transformées opérationnelles Extensions de SOCT4 SOCT4 suppose une connexion permanente entre les sites Une opération est diffusée immédiatement aux sites distants # 44 Travail collaboratif multi-synchrone [Bouazza and Molli, 2000] Travail local avec possibilité de mesurer la divergence Synchronisation périodique possible pour faciliter la convergence Modes de travail couplé et découplé, avec basculement d un mode à l autre En mode couplé (phases synchrones) utilisation de SOCT4 En mode découplé (phases asynchrones) Placement des opérations générées localement dans une file, sans estampille Mise en attente des opérations distantes reçues pour traitement différé L utilisateur/application décide quand envoyer les opérations locales intégrer les opérations distantes # 45 Télécom SudParis, CNRS UMR SAMOVAR Sophie Chabridon 10 Octobre 2014 MOPS/RM 25

26 2.7.8 Extension de SOCT4 pour la mobilité : SOCT4mob [Chateigner et al., 2004] Pas de site fixe Communication directe entre les sites joignables (Utilisation de Javagroups) Séquenceur réparti # 46 Déconnexion volontaire Diffusion préalable des opérations locales déjà estampillées Pendant la déconnexion Travail isolé sur les composants déconnectés et journalisation des opérations locales A la reconnexion Récupération des opérations des autres sites et intégration dans l histoire Diffusion des opérations effectuées localement après estampillage Famille des algorithmes OT Avec condition C1 uniquement SOCT4 [Vidot, 2002] COT (Context-based OT) [Sun and Sun, 2006] : opération UNDO Avec 2 conditions C1 et C2 # 47 C2 : T(op3,op1.T(op2,op1)) = T(op3,op2.T(op1,op2)) Pas d ordre de réception des opérations ADOPTED [Ressel et al., 1996], GOTO [Sun and Sun, 1998], SOCT2 [Suleiman et al., 1998] Très difficile d écrire des transformées vérifiant C2 Preuve que les transformées proposées ne garantissent pas toujours C2 [Imine et al., 2003] Télécom SudParis, CNRS UMR SAMOVAR Sophie Chabridon 10 Octobre 2014 MOPS/RM 26

27 3 Cas des applications continues 3.1 Synchronisation pour les jeux multijoueurs 3 Cas des applications continues # Synchronisation pour les jeux multijoueurs Point sur l état de l art Dead reckoning Pre-reckoning TimeWarp Trailing State Synchronization - TSS RendezVous Synthèse sur l état de l art Synchronisation pour les jeux multijoueurs Développement des jeux multijoueurs tributaire de la qualité du réseau Latence élevée des réseaux de téléphonie mobile 2, 2.5 et 3G plusieurs secondes # 49 Latence tolérée par un être humain 250 ms [Pantel and Wolf, 2002] Etude des solutions déjà utilisées dans les jeux multijoueurs en réseau fixe Sont-elles adaptées aux téléphones mobiles (capacité de calcul et mémoire limitées)? Télécom SudParis, CNRS UMR SAMOVAR Sophie Chabridon 10 Octobre 2014 MOPS/RM 27

28 3 Cas des applications continues 3.1 Synchronisation pour les jeux multijoueurs Caractéristiques des jeux multijoueurs Importance de la notion de temps Applications continues Etat modifié par les opérations effectuées ET par le passage du temps # 50 Temps de jeu vs temps réel Durée entre deux événements dans le jeu doit rester proche de la durée dans le monde réel Exemple du décollage d un avion : pas plus de quelques minutes de calcul # 51 Impact de la latence diffère suivant le type de jeu Exigence la plus forte : Jeux de tir (First-Person Shooter) avec latence tolérée de seulement 150 ms Exigence la plus faible : Au tour par tour Trois classes de données Données locales Propres à un joueur - affichées localement Données distantes Besoin de cohérence primordial - pas de copie locale Données partagées Besoin de disponibilité primordial - copie locale à synchroniser avec les copies distantes Priorité à la jouabilité au détriment de la cohérence Télécom SudParis, CNRS UMR SAMOVAR Sophie Chabridon 10 Octobre 2014 MOPS/RM 28

29 3.1.2 Impact de la latence - Exemple 3 Cas des applications continues Cas d une course de voitures [Pantel and Wolf, 2002] Qui a gagné? # Point sur l état de l art Solutions en environnement fixe # 53 Méthodes de prédiction d état Dead reckoning Pre-reckoning Méthodes de synchronisation Time Warp Trailing State Synchronisation Solution sur téléphone mobile RendezVous Télécom SudParis, CNRS UMR SAMOVAR Sophie Chabridon 10 Octobre 2014 MOPS/RM 29

30 3.3 Dead reckoning 3 Cas des applications continues Signifie "calcul par déduction" (Deduced reckoning) Recommandé par la norme IEEE DIS (Simulation Interactive distribuée) [IEEE, 1995] But : # 54 Minimiser le nombre de messages échangés entre les sites Prédire le mouvement des objets des sites distants sans rafraîchissement systématique Utiliser uniquement les paramètres connus localement : direction et vitesse de déplacement Deux étapes : Un algorithme de prédiction du prochain état Un algorithme de convergence après réception d un message de mise à jour Dead reckoning (suite) Prédiction du prochain état : # 55 Localement, chaque site estime par calcul la position (et/ou l orientation) des entités distantes impliquées Chaque site gère deux modèles pour une entité locale : Un modèle représentant son mouvement réel Un modèle fantôme représentant le modèle prédictif de la position de l entité sur les sites distants Télécom SudParis, CNRS UMR SAMOVAR Sophie Chabridon 10 Octobre 2014 MOPS/RM 30

31 3.4 Pre-reckoning 3 Cas des applications continues Extension du dead reckoning Anticiper : ne pas attendre que le seuil d erreur soit dépassé pour envoyer une mise à jour Probabilité de dépassement du seuil entre le modèle réel et le modèle prédictif # 56 Conçu pour les chemins à grande variabilité Comparaison des résultats avec le dead reckoning dans un jeu en 3D (CUBE) [Duncan and Graĉanin, 2003] Moins de mises à jour Virages moins marqués Trajectoire plus précise Taux d erreur plus faible 3.5 TimeWarp Algorithme optimiste prévu pour les simulations militaires interactives Principe : Un cliché (snapshot) de l état de chaque joueur est pris à chaque réception de message # 57 Retour en arrière (rollback) si un événement antérieur aux derniers événements exécutés est reçu Ré-exécution accélérée de tous les événements entre le cliché et l instant courant Optimisations possibles [Mauve et al., 2004] Clichés périodiques Retarder la prise en compte des commandes locales pour contre-balancer la latence réseau = Réduit les besoins mémoire, mais rollbacks plus coûteux Télécom SudParis, CNRS UMR SAMOVAR Sophie Chabridon 10 Octobre 2014 MOPS/RM 31

32 3.6 Trailing State Synchronization - TSS 3 Cas des applications continues Algorithme optimiste inspiré de TimeWarp Créé pour les jeux FPS sur des architectures miroir # 58 Chaque site miroir gère plusieurs états de remorquage (trailing states) du même jeu décalés dans le temps Plusieurs copies du jeu Exécution de chaque commande mais avec un décalage Testé sur le jeu Quake [Cronin et al., 2002] Trailing State Synchronization - TSS (suite) Temps de simulation Temps de simulation Etat S0 d0 = 50 ms 0 100ms 200ms 300ms Etat S0 d0 = 50 ms 0 100ms 200ms 300ms # 59 Etat S1 d1 = 100 ms Etat S1 d1 = 100 ms RECOPIE amplitude de reprise a) Arrivée d une commande avec l estampille : 175 ms b) Reprise après détection d une incohérence Détection des incohérences : Après la prise en compte d une commande, comparaison avec le fil d exécution précédent (le plus ancien) Incohérence (prise en compte d une commande à des dates différentes) = retour en arrière (rollback) en recopiant l état du jeu vers l état précédent L état antérieur ré-exécute les événements survenus après l incohérence jusqu à l état courant Télécom SudParis, CNRS UMR SAMOVAR Sophie Chabridon 10 Octobre 2014 MOPS/RM 32

Gestion de copies multiples en environnement mobile

Gestion de copies multiples en environnement mobile Gestion de copies multiples en environnement mobile Lydialle Chateigner, Sophie Chabridon et Guy Bernard CNRS UMR Samovar 5157 13 septembre 2004 Plan Gestion de copies multiples en environnement mobile

Plus en détail

Service de réconciliation pour la synchronisation de copies

Service de réconciliation pour la synchronisation de copies Service de réconciliation pour la synchronisation de copies L. Chateigner, S. Chabridon, N. Sabri et G. Bernard CNRS UMR SAMOVAR 01-03 juin 2004 Plan Service de réconciliation pour la synchronisation de

Plus en détail

Cohérence de copies multiples en environnement sans fil

Cohérence de copies multiples en environnement sans fil Cohérence de copies multiples en environnement sans fil Sophie Chabridon CSC 5004 ASR8 Janvier 2009 Plan de la présentation 1 Introduction....................................................................

Plus en détail

Réplication des données

Réplication des données Réplication des données Christelle Pierkot FMIN 306 : Gestion de données distribuées Année 2009-2010 Echange d information distribuée Grâce à un serveur central Une seule copie cohérente Accès à distance

Plus en détail

Scalable XML Collaborative Editing with Undo

Scalable XML Collaborative Editing with Undo INSTITUT NATIONAL DE RECHERCHE EN INFORMATIQUE ET EN AUTOMATIQUE Scalable XML Collaborative Editing with Undo Stéphane Martin Pascal Urso Stéphane Weiss N 7362 August 2010 Thème COG apport de recherche

Plus en détail

Programme accédant et/ou modifiant des données persistantes (fichier ou BD) avec propriétés :

Programme accédant et/ou modifiant des données persistantes (fichier ou BD) avec propriétés : Transaction réservation(date, nbplace) select reste into r from RESERVATION where dateresa=:date si (r >= nbplace) alors update RESERVATION set reste=reste-nbplace where dateresa=:date éditer-place(date,

Plus en détail

Cohérence des données dans les environnements d édition collaborative

Cohérence des données dans les environnements d édition collaborative 1 / 66 Cohérence des données dans les environnements d édition collaborative Pascal Molli Nancy-Université Habilitation à diriger des recherches 26 avril 2007 2 / 66 Introduction Édition Collaborative

Plus en détail

Conception des systèmes répartis

Conception des systèmes répartis Conception des systèmes répartis Principes et concepts Gérard Padiou Département Informatique et Mathématiques appliquées ENSEEIHT Octobre 2012 Gérard Padiou Conception des systèmes répartis 1 / 37 plan

Plus en détail

Concurrence. Concurrence d accès. Nicolas Travers nicolas.travers@cnam.fr

Concurrence. Concurrence d accès. Nicolas Travers nicolas.travers@cnam.fr Concurrence Concurrence d accès FIP1 - Bases de Données Nicolas Travers nicolas.travers@cnam.fr Équipe Vertigo Laboratoire CEDRIC Conservatoire National des Arts & Métiers, Paris, France 1 / 36 Plan Concurrence

Plus en détail

CSCW : une Bibliographie

CSCW : une Bibliographie CSCW : une Bibliographie 1 Si Vous êtes pressés 2 Objectif bibliographie de CSCW + documentation de notre démarche : support de la création d applications CSCW par le Model Driven Engineering La mobilité

Plus en détail

MEAD : temps réel et tolérance aux pannes pour CORBA

MEAD : temps réel et tolérance aux pannes pour CORBA MEAD : un intergiciel temps-réel et tolérant aux pannes pour CORBA Master 2 Informatique Recherche Université de Marne-la-Vallée Vendredi 3 mars 2006 Plan 1 Introduction 2 Solutions existantes 3 Concilier

Plus en détail

Exécution des applications réparties

Exécution des applications réparties Exécution des applications réparties Programmation des Applications Réparties Olivier Flauzac URCA Master STIC-Informatique première année Olivier Flauzac (URCA) PAR : Exécution des applications réparties

Plus en détail

Tolérance aux pannes

Tolérance aux pannes Tolérance aux pannes Arnaud Labourel Université de Provence 15 mars 2012 Arnaud Labourel (Université de Provence) Tolérance aux pannes 15 mars 2012 1 / 55 Présentation Tolérances aux pannes Pannes Définition

Plus en détail

Multi-processeurs, multi-cœurs et cohérence mémoire et cache

Multi-processeurs, multi-cœurs et cohérence mémoire et cache Multi-processeurs, multi-cœurs et cohérence mémoire et cache Intervenant : Thomas Robert Institut Mines-Télécom Rappel système d exploitation & Parallélisme L unité d exécution pour un système d exploitation

Plus en détail

Synchronisation de données divergentes. Pascal Molli,Maître de Conférence Université Henri Poincaré, Nancy 1 Projet Inria ECOO

Synchronisation de données divergentes. Pascal Molli,Maître de Conférence Université Henri Poincaré, Nancy 1 Projet Inria ECOO Synchronisation de données divergentes Pascal Molli,Maître de Conférence Université Henri Poincaré, Nancy 1 Projet Inria ECOO Contexte Travail mobile Avant la déconnection -> réplication A la reconnection

Plus en détail

SURETE DE FONCTIONNEMENT ET REPRISE APRES PANNE

SURETE DE FONCTIONNEMENT ET REPRISE APRES PANNE Université des sciences et de la Technologie Houari Boumediene USTHB Alger Département d Informatique ARCHITECTURE ET ADMINISTRATION DES BASES DE DONNÉES 2013-2014 RESPONSABLES M. KAMEL BOUKHALFA (SII)

Plus en détail

T h è s e. Convergence des Copies dans les Environnements Collaboratifs Répartis

T h è s e. Convergence des Copies dans les Environnements Collaboratifs Répartis Numéro d identification : Académie de Montpellier U n i v e r s i t é M o n t p e l l i e r I I Sciences et Techniques du Languedoc T h è s e présentée à l Université des Sciences et Techniques du Languedoc

Plus en détail

Nicolas Bouillot NFP111-2006/2007

Nicolas Bouillot NFP111-2006/2007 LA COHÉRENCE DANS LES APPLICATIONS MULTIMÉDIA INTERACTIVES : DU CONCERT RÉPARTI SUR INTERNET AUX JEUX MULTI-JOUEURS EN RÉSEAU Nicolas Bouillot CEDRIC-CNAM 292 rue St Martin 75141 Paris Cedex 03 NFP111-2006/2007

Plus en détail

Bases de données temps-réel www.enst.fr/~talel/cours/tram/rtdbms.pdf

Bases de données temps-réel www.enst.fr/~talel/cours/tram/rtdbms.pdf Bases de données temps-réel www.enst.fr/~talel/cours/tram/rtdbms.pdf Talel.Abdessalem@enst.fr Plan Applications temps réel et SGBD Les SGB traditionnels Modèles et approches pour le temps réel Produits

Plus en détail

Contrôle de la réplication dans les SGBD temps réel distribués

Contrôle de la réplication dans les SGBD temps réel distribués 41 Prépublication n 13 Fascicule n 2 Contrôle de la réplication dans les SGBD temps réel distribués Anis Haj Said, Laurent Amanton, Bruno Sadeg Laboratoire d Informatique, de Traitement de l Information

Plus en détail

Copyright (C) 1997-2007. JM Rodriguez. Tous droits réservés. Reproduction interdite par tous moyens sauf à des fins de citation.

Copyright (C) 1997-2007. JM Rodriguez. Tous droits réservés. Reproduction interdite par tous moyens sauf à des fins de citation. 1 Les Transactions Une transaction est une séquence d opérations sur un serveur. 1.1 Le concept Le principe s'inspire des transactions tout ou rien de l'époque primitive des bandes magnétiques sans l'utilisation

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 12 : Concurrence d accès Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Accès concurrents Définitions Verrous Collisions Niveaux de cohérence Blocage

Plus en détail

Ordonnancement temps réel

Ordonnancement temps réel Ordonnancement temps réel Laurent.Pautet@enst.fr Version 1.5 Problématique de l ordonnancement temps réel En fonctionnement normal, respecter les contraintes temporelles spécifiées par toutes les tâches

Plus en détail

Algorithmique distribuée d exclusion mutuelle : vers une gestion efficace des ressources

Algorithmique distribuée d exclusion mutuelle : vers une gestion efficace des ressources Algorithmique distribuée d exclusion mutuelle : vers une gestion efficace des ressources Jonathan Lejeune LIP6-UPMC/CNRS, Inria 19 septembre 2014 Directeur : Pierre Sens Encadrants : Luciana Arantes et

Plus en détail

Architecture des ordinateurs. Optimisation : pipeline. Pipeline (I) Pipeline (II) Exemple simplifié : Instructions de type R

Architecture des ordinateurs. Optimisation : pipeline. Pipeline (I) Pipeline (II) Exemple simplifié : Instructions de type R Architecture des ordinateurs Licence Informatique - Université de Provence Jean-Marc Talbot Optimisation : pipeline jtalbot@cmi.univ-mrs.fr L3 Informatique - Université de Provence () Architecture des

Plus en détail

Conception d Applications Réparties

Conception d Applications Réparties Jean-François Roos LIFL - équipe GOAL- bâtiment M3 Extension - bureau 206 -Jean-Francois.Roos@lifl.fr 1 Objectifs du Cours Appréhender la conception d applications réparties motivations et concepts architectures

Plus en détail

Architecture serveur de pages (2) Bilan architecture serveur de pages. Architecture multi-serveur. Pertes de mise à jour

Architecture serveur de pages (2) Bilan architecture serveur de pages. Architecture multi-serveur. Pertes de mise à jour Introduction Chapitre 5. Implémentation des SGBDO 1 architectures client/serveur 2 concurrence, pannes 3 Quelques SGBDRO 4 Quelques SGBDOO années 80 : serveur : BD client : applications et langages appel

Plus en détail

Clermont Ferrand - Janvier 2003

Clermont Ferrand - Janvier 2003 DISDAMIN: Algorithmes de Data Mining Distribués Valerie FIOLET (1,2) - Bernard TOURSEL (1) 1 Equipe PALOMA - LIFL - USTL - LILLE (FRANCE) 2 Service Informatique - UMH - MONS (BELGIUM) Clermont Ferrand

Plus en détail

Bases de données réparties

Bases de données réparties Bases de données réparties J. Akoka - I. Wattiau 1 Contexte Technologique : des solutions de communication efficace entre les machines des SGBD assurent la transparence des données réparties standardisation

Plus en détail

Analyse abstraite de missions sous PILOT

Analyse abstraite de missions sous PILOT Analyse abstraite de missions sous PILOT Damien Massé EA 3883, Université de Bretagne Occidentale, Brest damien.masse@univ-brest.fr Résumé Nous étudions la possibilité de réaliser un analyseur par interprétation

Plus en détail

10/04/2011. Serveur de données. Serveur de données. Client. Programme d'application Logiciel intermédiaire Pilote de télécommunication.

10/04/2011. Serveur de données. Serveur de données. Client. Programme d'application Logiciel intermédiaire Pilote de télécommunication. 1 BD locale BD locale Programme d'application Logiciel intermédiaire Client SGBD réparti Logiciel intermédiaire données SGBD réparti Logiciel intermédiaire données 2 Bénéfices potentiels Performance Fiabilité

Plus en détail

Les systèmes de gestion de version

Les systèmes de gestion de version Les systèmes de gestion de version Matthieu Herrb Envol 2010 http://homepages.laas.fr/matthieu/talks/envol10-sgv.pdf Systèmes de gestion de version - kesako? Logiciel permettant de gérer l historique des

Plus en détail

Besoin de concevoir des systèmes massivement répartis. Comment tester le système? Solution. Évaluation de systèmes répartis à large échelle

Besoin de concevoir des systèmes massivement répartis. Comment tester le système? Solution. Évaluation de systèmes répartis à large échelle Besoin de concevoir des systèmes massivement répartis. Évaluation de systèmes répartis à large échelle Sergey Legtchenko Motivation : LIP6-INRIA Tolérance aux pannes Stockage de données critiques Coût

Plus en détail

Gestion répartie de données - 1

Gestion répartie de données - 1 Gestion répartie de données - 1 Sacha Krakowiak Université Joseph Fourier Projet Sardes (INRIA et IMAG-LSR) http://sardes.inrialpes.fr/~krakowia Gestion répartie de données Plan de la présentation Introduction

Plus en détail

Des outils pour l optimisation et la robustesse. Marc Sevaux

Des outils pour l optimisation et la robustesse. Marc Sevaux Des outils pour l optimisation et la sse Marc Sevaux Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis Laboratoire d Automatique, de Mécanique et d Informatique Industrielles et Humaines (UMR CNRS 8530)

Plus en détail

Évaluation de l occupation mémoire des CRDTs pour l édition collaborative temps-réel mobile 1

Évaluation de l occupation mémoire des CRDTs pour l édition collaborative temps-réel mobile 1 Évaluation de l occupation mémoire des CRDTs pour l édition collaborative temps-réel mobile 1 Mehdi Ahmed-Nacer 1, 2, 3, Pascal Urso 1, 2, 3, Claudia-Lavinia Ignat 3, 1, 2, Gérald Oster 1 Université de

Plus en détail

SGBDR. Systèmes de Gestion de Bases de Données (Relationnelles)

SGBDR. Systèmes de Gestion de Bases de Données (Relationnelles) SGBDR Systèmes de Gestion de Bases de Données (Relationnelles) Plan Approches Les tâches du SGBD Les transactions Approche 1 Systèmes traditionnels basés sur des fichiers Application 1 Gestion clients

Plus en détail

EJB avancés. Transactions Sécurité Ressources Performances

EJB avancés. Transactions Sécurité Ressources Performances EJB avancés Transactions Sécurité Ressources Performances Les transactions Concept fondamental dans les applications distribuées Indispensable pour une exécution sure des services Difficile à mettre en

Plus en détail

Services et protocoles pour l'exécution fiable d'applications distribuées dans les grilles de calcul

Services et protocoles pour l'exécution fiable d'applications distribuées dans les grilles de calcul Services et protocoles pour l'exécution fiable d'applications distribuées dans les grilles de calcul Thomas Ropars Équipe-projet PARIS 1 Les applications de calcul scientifique Objectifs : Simuler des

Plus en détail

Contrôlez et Maîtrisez votre environnement de messagerie Lotus Notes Domino

Contrôlez et Maîtrisez votre environnement de messagerie Lotus Notes Domino Contrôlez et Maîtrisez votre environnement de messagerie Lotus Notes Domino avec MailFlow Analyzer TM un produit de l Infrastructure Management Suite TM Copyright COOPERTEAM SOFTWARE 2013 La gestion de

Plus en détail

Gestion de déconnexion pour applications réparties à base de composants dans un environnement mobile

Gestion de déconnexion pour applications réparties à base de composants dans un environnement mobile Gestion de déconnexion pour applications réparties à base de composants dans un environnement mobile Nabil Kouici, Lydialle Chateigner, Denis Conan, Sophie Chabridon et Guy Bernard GET/INT, CNRS UMR SAMOVAR,

Plus en détail

Bases de données et sites WEB Licence d informatique LI345

Bases de données et sites WEB Licence d informatique LI345 Bases de données et sites WEB Licence d informatique LI345 Anne Doucet Anne.Doucet@lip6.fr http://www-bd.lip6.fr/ens/li345-2013/index.php/lescours 1 Contenu Transactions en pratique Modèle relationnel-objet

Plus en détail

Shaman-X projet de de logiciel libre Plan de de secours informatique

Shaman-X projet de de logiciel libre Plan de de secours informatique Shaman-X projet de de logiciel libre Plan de de secours informatique Nouvelles fonctionnalités à moindre coût pour la haute disponibilité, la tolérance au désastre et la gestion de crise Auteur: Dominique

Plus en détail

1.1 Remote Procedure Call (RPC)

1.1 Remote Procedure Call (RPC) 1.1 Remote Procedure Call (RPC) Le modèle Client-Serveur est un modèle simple à utiliser pour la structuration des systèmes répartis. Mais ce modèle s appuie sur des communications de type entrée/sortie

Plus en détail

Interaction Homme/Machine Part. III

Interaction Homme/Machine Part. III Interaction Homme/Machine Part. III Notion d Interaction 3D multi-utilisateurs en RV et RA Samir OTMANE (PR UEVE), Frédéric DAVESNE (IGR UEVE) samir.otmane@ibisc.univ-evry.fr, frederic.davesne@ibisc.univ-evry.fr

Plus en détail

Définition: Transaction

Définition: Transaction Concurrence des accès Atomicité à la concurrence Concurrency atomicity Concepts 2PL Définition: Transaction Une transaction est une unité de travail Un ensemble d actions qui prend la base de données dans

Plus en détail

HAUTE DISPONIBILITE & CONTINUITÉ DE SERVICE MULTI PLATES FORMES. Simple & Performant. www.quick software line.com

HAUTE DISPONIBILITE & CONTINUITÉ DE SERVICE MULTI PLATES FORMES. Simple & Performant. www.quick software line.com HAUTE DISPONIBILITE & CONTINUITÉ DE SERVICE MULTI PLATES FORMES Haute disponibilité pour Serveurs Ouverts (Windows, UNIX, AIX, Linux, VMware (Windows, UNIX, AIX, Linux, VMware ) Généralités Quelques définitions

Plus en détail

Caches web. Olivier Aubert 1/35

Caches web. Olivier Aubert 1/35 Caches web Olivier Aubert 1/35 Liens http://mqdoc.lasat.com/online/courses/caching/ (prise en compte des caches dans la conception de sites) http://mqdoc.lasat.com/online/courses/proxyserver http://www.web-caching.com/mnot_tutorial/

Plus en détail

Objectifs. Maîtriser. Pratiquer

Objectifs. Maîtriser. Pratiquer 1 Bases de Données Objectifs Maîtriser les concepts d un SGBD relationnel Les modèles de représentations de données Les modèles de représentations de données La conception d une base de données Pratiquer

Plus en détail

Objectifs du cours. Master mention Informatique M1. Construction d Applications Réparties. Sommaire. Organisation.

Objectifs du cours. Master mention Informatique M1. Construction d Applications Réparties. Sommaire. Organisation. Master mention Informatique M1 Construction d s Réparties Lionel Seinturier USTL-LIFL Équipe GOAL/Projet INRIA Jacquard Lionel.Seinturier@lifl.fr 2006/2007 1 Objectifs du cours Appréhender la conception

Plus en détail

Cours Systèmes d exploitation 1

Cours Systèmes d exploitation 1 Cours Systèmes d exploitation 1 Achraf Othman Support du cours : www.achrafothman.net 1 Plan du cours Chapitre 1 : Gestion des processus Chapitre 2 : Ordonnancement des processus Chapitre 3 : La communication

Plus en détail

Introduction. La gestion des qualités de services dans Internet. La garantie de QoS. Exemple

Introduction. La gestion des qualités de services dans Internet. La garantie de QoS. Exemple Introduction Aujourd hui les applications (en particulier multimédia) nécessitent des qualités de service de natures très différentes La gestion des qualités de services dans Internet Exemples: Transfert

Plus en détail

IRL : Simulation distribuée pour les systèmes embarqués

IRL : Simulation distribuée pour les systèmes embarqués IRL : Simulation distribuée pour les systèmes embarqués Yassine El Khadiri, 2 ème année Ensimag, Grenoble INP Matthieu Moy, Verimag Denis Becker, Verimag 19 mai 2015 1 Table des matières 1 MPI et la sérialisation

Plus en détail

Module BDR Master d Informatique

Module BDR Master d Informatique Module BDR Master d Informatique Cours 8- Reprise sur pannes Anne Doucet Anne.Doucet@lip6.fr 1 Gestion de transactions Définition Exemples Propriétés des transactions Fiabilité et tolérance aux pannes

Plus en détail

Replication des données. Pascal Molli, Gérald Oster LORIA, INRIA Lorraine ECOO Project molli@loria.fr, oster@loria.fr

Replication des données. Pascal Molli, Gérald Oster LORIA, INRIA Lorraine ECOO Project molli@loria.fr, oster@loria.fr Replication des données Pascal Molli, Gérald Oster LORIA, INRIA Lorraine ECOO Project molli@loria.fr, oster@loria.fr November 9, 2005 2 Contents 1 Introduction 7 1.1 les pannes.............................

Plus en détail

Ordonnancement des processus. Didier Verna. didier@lrde.epita.fr http://www.lrde.epita.fr/ didier. Systèmes d Exploitation. Didier Verna EPITA

Ordonnancement des processus. Didier Verna. didier@lrde.epita.fr http://www.lrde.epita.fr/ didier. Systèmes d Exploitation. Didier Verna EPITA 1/16 Ordonnancement des processus didier@lrde.epita.fr http://www.lrde.epita.fr/ didier 2/16 Table des matières 1 Ordonnancement et réquisition d ordonnancement 2 d ordonnancement Premier arrivé premier

Plus en détail

Algorithmique distribuée. Exclusion mutuelle

Algorithmique distribuée. Exclusion mutuelle Algorithmique distribuée Exclusion mutuelle Eric Cariou Master Technologies de l'internet 1 ère année Université de Pau et des Pays de l'adour Département Informatique Eric.Cariou@univ-pau.fr 1 Exclusion

Plus en détail

Tolérance aux pannes dans les systèmes distribués. Alain BUI

Tolérance aux pannes dans les systèmes distribués. Alain BUI Tolérance aux pannes dans les systèmes distribués Alain BUI Professeur Département de Mathématiques et Informatique alain.bui@univ-reims.fr Alain BUI -- Université de Reims 1 Introduction Nombre croissant

Plus en détail

Eléments de spécification des systèmes temps réel Pierre-Yves Duval (cppm)

Eléments de spécification des systèmes temps réel Pierre-Yves Duval (cppm) Eléments de spécification des systèmes temps réel Pierre-Yves Duval (cppm) Ecole d informatique temps réel - La Londes les Maures 7-11 Octobre 2002 - Evénements et architectures - Spécifications de performances

Plus en détail

Guillaume SOLDERA (B guillaume.soldera@serli.fr) SERLI Informatique Bull OW2 Consortium. Comparatif Choco/Drools dans le cadre du projet JASMINe

Guillaume SOLDERA (B guillaume.soldera@serli.fr) SERLI Informatique Bull OW2 Consortium. Comparatif Choco/Drools dans le cadre du projet JASMINe Guillaume SOLDERA (B guillaume.soldera@serli.fr) SERLI Informatique Bull OW2 Consortium dans le cadre du projet JASMINe Avril 2008 Table des matières 1 Introduction 3 1.1 Rappel sur JASMINe.......................................

Plus en détail

Vers une définition des systèmes répartis multi-échelle

Vers une définition des systèmes répartis multi-échelle Vers une définition des systèmes répartis multi-échelle Sam Rottenberg Sébastien Leriche, Claire Lecocq, Chantal Taconet Institut Mines-Télécom Télécom SudParis UMR CNRS 5157 SAMOVAR 25 juin 2012 Introduction

Plus en détail

Cours de Systèmes d Exploitation

Cours de Systèmes d Exploitation Licence d informatique Synchronisation et Communication inter-processus Hafid Bourzoufi Université de Valenciennes - ISTV Introduction Les processus concurrents s exécutant dans le système d exploitation

Plus en détail

Catalogue de Pattern pour le CSCW

Catalogue de Pattern pour le CSCW Catalogue de Pattern pour le CSCW La création d application dans le cadre du CSCW (Computer Supported Cooperative Work), ou TCAO en français (Travail collaboratif assisté par ordinateur) a donné lieu à

Plus en détail

Intégration des paramètres de maintenance dans la conception du Health Monitoring. Saintis Laurent Laboratoire LASQUO (futur LARIS)

Intégration des paramètres de maintenance dans la conception du Health Monitoring. Saintis Laurent Laboratoire LASQUO (futur LARIS) 2ème Colloque National de la Performance Industrielle LA MAINTENANCE A DISTANCE & E-MAINTENANCE Intégration des paramètres de maintenance dans la conception du Health Monitoring Saintis Laurent Laboratoire

Plus en détail

Autostabilisation. de l exclusion mutuelle sur un anneau à l élection d un chef sur un graphe quelconque

Autostabilisation. de l exclusion mutuelle sur un anneau à l élection d un chef sur un graphe quelconque : de l exclusion mutuelle sur un anneau à l élection d un chef sur un graphe quelconque Laboratoire d Informatique Fondamentale d Orléans, Université d Orléans, Orléans, FRANCE JIRC 30 juin 2005 Blois

Plus en détail

Les transactions 1/40. I même en cas de panne logicielle ou matérielle. I Concept de transaction. I Gestion de la concurrence : les solutions

Les transactions 1/40. I même en cas de panne logicielle ou matérielle. I Concept de transaction. I Gestion de la concurrence : les solutions 1/40 2/40 Pourquoi? Anne-Cécile Caron Master MAGE - BDA 1er trimestre 2013-2014 Le concept de transaction va permettre de définir des processus garantissant que l état de la base est toujours cohérent

Plus en détail

Réunion GDS 13 octobre 2006

Réunion GDS 13 octobre 2006 École normale supérieure de Lyon Réunion GDS 13 octobre 2006 Plan Introduction 1 Introduction 2 3 4 5 6 Les workflows Ensemble de tâches connectées La structure du workflow représente la relation temporelle

Plus en détail

Le client/serveur repose sur une communication d égal à égal entre les applications.

Le client/serveur repose sur une communication d égal à égal entre les applications. Table des matières LES PRINCIPES DE BASE... 1 Présentation distribuée-revamping...2 Présentation distante...3 Traitements distribués...3 données distantes-rd...4 données distribuées-rda distribué...4 L'ARCHITECTURE

Plus en détail

Structure du bus système Gestion du bus système Fonctionnement des périphériques

Structure du bus système Gestion du bus système Fonctionnement des périphériques Périphériques et bus système Structure du bus système Gestion du bus système Fonctionnement des s MÉMOIRE PRINCIPALE BUS SYSTÈME Cache d'instructions MMU TLB Unité de de contrôle Unité de de traitement

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 4: l approche processus et le management du système d informations

Plus en détail

Systèmes et algorithmes répartis

Systèmes et algorithmes répartis Systèmes et algorithmes répartis Tolérance aux fautes Philippe Quéinnec Département Informatique et Mathématiques Appliquées ENSEEIHT 4 novembre 2014 Systèmes et algorithmes répartis V 1 / 45 plan 1 Sûreté

Plus en détail

Programmation de services en téléphonie sur IP

Programmation de services en téléphonie sur IP Programmation de services en téléphonie sur IP Présentation de projet mémoire Grégory Estienne Sous la supervision du Dr. Luigi Logrippo Introduction La téléphonie sur IP comme support à la programmation

Plus en détail

Planification et ordonnancement sous incertitudes Application à la gestion de projet

Planification et ordonnancement sous incertitudes Application à la gestion de projet Toulouse, 14 mai 2003 Planification et ordonnancement sous incertitudes Application à la gestion de projet Julien Bidot Plan Séminaire au LAAS Planification de tâches et ordonnancement Domaine d application

Plus en détail

Cours CCNA 1. Exercices

Cours CCNA 1. Exercices Cours CCNA 1 TD1 Exercices Exercice 1 : Décrivez les facteurs internes qui ont un impact sur les communications réseau. Les facteurs internes ayant un impact sur les communications sont liés à la nature

Plus en détail

Concours interne d ingénieur des systèmes d information et de communication. «Session 2010» Meilleure copie "étude de cas architecture et systèmes"

Concours interne d ingénieur des systèmes d information et de communication. «Session 2010» Meilleure copie étude de cas architecture et systèmes Concours interne d ingénieur des systèmes d information et de communication «Session 2010» Meilleure copie "étude de cas architecture et systèmes" Note obtenue : 14,75/20 HEBERGE-TOUT Le 25 mars 2010 A

Plus en détail

RAPPORT DU PREMIER MINI PROJET «FORUM DE CHAT» Novembre 2005

RAPPORT DU PREMIER MINI PROJET «FORUM DE CHAT» Novembre 2005 Oussama ELKACHOINDI Wajdi MEHENNI RAPPORT DU PREMIER MINI PROJET «FORUM DE CHAT» Novembre 2005 Sommaire I. Préliminaire : Notice d exécution et mode opératoire...4 II. Architecture globale de l application...5

Plus en détail

Service d Audit des logiciels Qualité et Conformité Cobol/Cics/IMS

Service d Audit des logiciels Qualité et Conformité Cobol/Cics/IMS GT-8 Service d Audit des logiciels Qualité et Conformité Cobol/Cics/IMS IMS-DC DC/SQL/ /SQL/IMS (disponible aussi pour Java/J2EE) IMS-DLI 03/12/2007 1 Prestation de service : Audit Qualimétrique I. Description

Plus en détail

Sélectionner la bonne base de données de gestion de configurations pour mettre en place une plate-forme efficace de gestion de services.

Sélectionner la bonne base de données de gestion de configurations pour mettre en place une plate-forme efficace de gestion de services. Solutions de Service Management Guide d achat Sélectionner la bonne base de données de gestion de configurations pour mettre en place une plate-forme efficace de gestion de services. Aujourd hui, toutes

Plus en détail

Introduction aux bases de données Cours 1 : Généralités sur les bases de données

Introduction aux bases de données Cours 1 : Généralités sur les bases de données Cours 1 : Généralités sur les bases de données ESIL Université de la méditerranée Odile.Papini@esil.univmed.fr http://odile.papini.perso.esil.univmed.fr/sources/bdmat.html Plan du cours 1 1 Qu est ce qu

Plus en détail

Analyse qualitative et quantitative des Systèmes Automatisés de Production

Analyse qualitative et quantitative des Systèmes Automatisés de Production Analyse qualitative et quantitative des Systèmes Automatisés de Production Jean-Luc Cojan Laboratoire LISyC Université de Bretagne Occidentale Encadrants : M. Philippe Le Parc M. Loïc Plassart M. Franck

Plus en détail

Les transactions 1/46. I même en cas de panne logicielle ou matérielle. I Concept de transaction. I Gestion de la concurrence : les solutions

Les transactions 1/46. I même en cas de panne logicielle ou matérielle. I Concept de transaction. I Gestion de la concurrence : les solutions 1/46 2/46 Pourquoi? Anne-Cécile Caron Master MAGE - SGBD 1er trimestre 2014-2015 Le concept de transaction va permettre de définir des processus garantissant que l état de la base est toujours cohérent

Plus en détail

Application de K-means à la définition du nombre de VM optimal dans un cloud

Application de K-means à la définition du nombre de VM optimal dans un cloud Application de K-means à la définition du nombre de VM optimal dans un cloud EGC 2012 : Atelier Fouille de données complexes : complexité liée aux données multiples et massives (31 janvier - 3 février

Plus en détail

Objectifs du cours Modèles et Approches Formels de Systèmes Distribués

Objectifs du cours Modèles et Approches Formels de Systèmes Distribués Objectifs du cours Modèles et Approches Formels de Systèmes Distribués Mohamed Mosbah LaBRI ENSEIRB - Université Bordeaux 1 mosbah@labri.fr dept-info.labri.fr/~mosbah/mafsd.html Connaître les caractéristiques

Plus en détail

Systèmes d exploitation Gestion des processus

Systèmes d exploitation Gestion des processus Systèmes d exploitation Gestion des processus Didier Verna didier@lrde.epita.fr 5 décembre 2000 Table des matières Table des matières Généralités... 3 États d un processus... 4 Bloc de contrôle d un processus

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion d OPCVM ou d OPCI et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des risques Textes

Plus en détail

Gestion répartie de données - 1 Duplication et cohérence

Gestion répartie de données - 1 Duplication et cohérence École Doctorale de Grenoble Master 2 Recherche Systèmes et Logiciel Gestion répartie de données : bref historique (1) Gestion répartie de données - 1 Duplication et cohérence Sacha Krakowiak Université

Plus en détail

Cours de Génie Logiciel

Cours de Génie Logiciel Cours de Génie Logiciel Sciences-U Lyon Diagrammes UML (2) http://www.rzo.free.fr Pierre PARREND 1 Avril 2005 Sommaire Les Diagrammes UML Diagrammes de Collaboration Diagrammes d'etats-transitions Diagrammes

Plus en détail

Les journées SQL Server 2013

Les journées SQL Server 2013 Les journées SQL Server 2013 Un événement organisé par GUSS Les journées SQL Server 2013 Les Verrous Arian Papillon, MVP SQL Server Frédéric Brouard, MVP SQL Server Un événement organisé par GUSS Arian

Plus en détail

Table des Matières. Table des Figures 7. Introduction Générale 9. Chapitre 1 - Langages de description d architectures matérielles hybrides 23

Table des Matières. Table des Figures 7. Introduction Générale 9. Chapitre 1 - Langages de description d architectures matérielles hybrides 23 Table des Figures 7 Introduction Générale 9 1. Outils et plate-formes de construction d application 9 2. Intégration de paradigmes de conception dans le cycle de vie 10 2.1. Equilibrage de charge et équilibrage

Plus en détail

Supervision des réseaux et services pair à pair

Supervision des réseaux et services pair à pair Supervision des réseaux et services pair à pair Présentation des travaux de Thèse Guillaume Doyen LORIA - Université Henri Poincaré pour l obtention du Doctorat en Informatique de l université Henri Poincaré

Plus en détail

Historique. Streaming et VOD. Client / Serveur ou P2P? Optimisations. Conclusion. TONGUET / GONZALEZ 20/11/2009 La Vidéo à la demande

Historique. Streaming et VOD. Client / Serveur ou P2P? Optimisations. Conclusion. TONGUET / GONZALEZ 20/11/2009 La Vidéo à la demande Historique Streaming et VOD Client / Serveur ou P2P? Optimisations Conclusion En septembre 1994 : Cambridge Interactive TV trial Service VOD sur le Cambridge Cable Network Accessible pour 250 foyers et

Plus en détail

Systèmes de gestion de code source

Systèmes de gestion de code source Systèmes de gestion de code source Matthieu Herrb CNRS-LAAS Envol, 22 octobre 2008 http://www.laas.fr/~matthieu/talks/envol08-sgv.pdf Agenda 1 Introduction 2 Concepts d un système de gestion de version

Plus en détail

Les premiers pas d utilisation

Les premiers pas d utilisation Suite infrastructure cloud Les premiers pas d utilisation 1 SOMMAIRE : Les premiers pas Les principes de l interface La création de votre premier serveur Le démarrage L administration de votre serveur

Plus en détail

Introduction à l'algorithmique Distribuée. Exclusion mutuelle

Introduction à l'algorithmique Distribuée. Exclusion mutuelle Introduction à l'algorithmique Distribuée Exclusion mutuelle Eric Cariou Université de Pau et des Pays de l'adour Département Informatique Eric.Cariou@univ-pau.fr 1 Exclusion mutuelle distribuée Exclusion

Plus en détail

Architectures Parallèles

Architectures Parallèles Architectures Parallèles Cours pour Ingénieur Préparé par Dr. Olfa Hamdi-Larbi ola_ola79@yahoo.fr Reçoit les signaux du contrôleur, cherche les données et les traite Instructions, Données à traiter et

Plus en détail

WEA Un Gérant d'objets Persistants pour des environnements distribués

WEA Un Gérant d'objets Persistants pour des environnements distribués Thèse de Doctorat de l'université P & M Curie WEA Un Gérant d'objets Persistants pour des environnements distribués Didier Donsez Université Pierre et Marie Curie Paris VI Laboratoire de Méthodologie et

Plus en détail

Introduction aux systèmes répartis

Introduction aux systèmes répartis Introduction aux systèmes répartis Grappes de stations Applications réparties à grande échelle Systèmes multicalculateurs (1) Recherche de puissance par assemblage de calculateurs standard Liaison par

Plus en détail

Performance de la planification > Optimisation des stocks, des prévisions et de la qualité de service

Performance de la planification > Optimisation des stocks, des prévisions et de la qualité de service Performance de la planification > Optimisation des stocks, des prévisions et de la qualité de service OPTIMISATION DES STOCKS, DES PRÉVISIONS ET DE LA QUALITÉ DE SERVICE Objectifs : Augmenter les performances

Plus en détail

Web et bases de données : un mariage nécessaire pour faire face aux défis des données massives

Web et bases de données : un mariage nécessaire pour faire face aux défis des données massives Web et bases de données : un mariage nécessaire pour faire face aux défis des données massives Module 6 : Changement d échelle et cohérence Les bases de données relationnelles sont mûres : elles ont bientôt

Plus en détail

Influence De La Taille Du Jeton Sur Les Performances De L algorithme D'exclusion Mutuelle De Ricart - Agrawala

Influence De La Taille Du Jeton Sur Les Performances De L algorithme D'exclusion Mutuelle De Ricart - Agrawala Influence De La Taille Du Jeton Sur Les Performances De L algorithme D'exclusion Mutuelle De Ricart - Agrawala Sarah Benkouider, Souhila Labgaa 2, Mohamed Yagoubi 3 Université Amar Telidji Département

Plus en détail