Travailler ensemble : Coopération, Collaboration, Coordination

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Travailler ensemble : Coopération, Collaboration, Coordination"

Transcription

1 Travailler ensemble : Coopération, Collaboration, Coordination Emmeric DUPONT Comment travailler dans un environnement de plus en plus irrationnel complexe et contraint? 20 ans de la SCM, Paris, février

2 Travailler ensemble : Coopération, Collaboration, Coordination Mon parcours professionnel : CEA/DSM, Saclay, Service de Physique Nucléaire (2014-) Agence de l OCDE pour l Énergie Nucléaire ( ) CEA/DSM, Saclay, Service de Physique Nucléaire ( ) CEA/DEN, Cadarache, Service de Physique des Réacteurs ( ) JRC-IRMM, Geel, Belgique ( ) février 2015 Colloque SCM E. Dupont Travailler ensemble : Coopération, Collaboration, Coordination 2

3 Travailler ensemble : Coopération, Collaboration, Coordination Comment organiser la recherche scientifique de manière efficace? Quelles sont les difficultés rencontrées? Quelques exemples à suivre (ou pas ) : n_tof (CERN) EXFOR (AIEA), JEFF, WPEC (AEN) Université Paris-Saclay 3

4 Pourquoi travailler ensemble? C est un mode de travail complexe. Le travail collectif n'est pas nécessairement synonyme d'efficacité (résultats vs. objectifs), d efficience (résultats vs. ressources), ni de rapidité. Il est indispensable lorsque le projet dépasse les capacités (humaines, financières, techniques, etc.) d un groupe. Le travail collectif est la norme dans le domaine de la recherche scientifique, à tous les niveaux (local, national, international). Avantage : Il permet potentiellement d obtenir ce qu'il y a de mieux avec les ressources disponibles (sous réserve d une bonne coordination). 4

5 Rappel de quelques définitions Compétition : plusieurs entités qui s affrontent dans un but qui ne peut pas être partagé ou qui est désiré à titre individuel. Exemple : Conquête de l espace pendant la guerre froide. Coopération : plusieurs entités qui interagissent dans un but commun en se partageant les tâches (opposé de compétition). Exemples : Recherche du boson de Higgs au CERN, Forum International Génération IV (réacteurs). Collaboration : plusieurs entités qui travaillent ensemble pour atteindre un objectif commun sans division fixe des tâches. Exemples : Collaboration DSM-DAM en Physique Nucléaire, Wikipédia, Linux et autres logiciels libres. Coordination : planification et suivi des actions permettant d atteindre un objectif donné. 5

6 Comment travailler ensemble (cas idéal)? il ne suffit évidemment pas de placer côte à côte des entités qui travaillaient avant de manière séparée. Il faut (au minimum) : Définir des objectifs communs Formaliser un cadre commun S accorder sur le programme de travail, évaluer les risques S accorder sur le partage des tâches (cas d une coopération) S accorder sur les ressources mises en commun Contributions humaines (souvent pluridisciplinaires) Contributions techniques (équipements parfois uniques) Contributions financières (partiellement communes) Contributions en nature (livrables à définir) S accorder sur l organisation du travail Gouvernance, modes de communication, prise de décision Planification, coordination, suivi des actions, relations extérieures Créer un collectif, socialiser et motiver les participants 6

7 Quelles sont les difficultés (monde réel)? Difficultés les plus courantes : Objectifs seulement partiellement communs Liste d objectifs des participants Objectifs communs Pas de cadre collaboratif formellement défini Programme de travail mal défini ou trop approximatif Risques négligés ou pas suffisamment pris en comptes Ressources insuffisantes (financière, humaine ) Financements aléatoires (bourses, subventions ) Contributions trop fractionnées (5 x x temps plein) La masse critique théorique n est pas l optimum Organisation déficiente Mauvaise communication/coordination entre les participants Manque de flexibilité et de réactivité Pas d esprit d équipe Absence de leadership 7

8 Quelques exemples de travail collectif Exemples de collaborations internationales CERN/n_TOF : Collaboration scientifique pour la mesure de données de réactions nucléaires AIEA/NRDC/EXFOR : Coopération internationale pour la compilation de données de réactions nucléaires expérimentales AEN/JEFF : Coopération internationale pour le développement d une bibliothèque de données nucléaires évaluées AEN/WPEC : Coopération internationale entre les principaux projets de bibliothèques de données évaluées Exemple d une coopération locale (d actualité) Création de l Université Paris-Saclay 8

9 Quelques exemples de travail collectif Illustration du cycle des données nucléaires Base EXFOR Applications Mesures (n_tof) Théorie Simulation Validation Expériences intégrales Données évaluées Pour des centaines de noyaux : sections efficaces, distributions en angle, spectres en énergie, données de décroissance, etc. Bibliothèques de données (JEFF, ENDF/B) 9

10 Collaboration scientifique : Source pulsée de neutrons de spallation mise en service en 2001 dédiée à la mesure des données nucléaires (1 ev E n 1 GeV) 2 aires expérimentales EAR1 L = 185 m meilleure résolution EAR2 L = 20 m Flux plus intense EAR2 10

11 Collaboration scientifique : Collaboration mise en place à la fin des années 1990 pour : Construire et exploiter une source de neutrons au CERN Mesurer des données scientifiques d intérêt pour l astrophysique (nucléosynthèse stellaire), l énergie nucléaire (neutronique), la recherche fondamentale en physique nucléaire. Collaboration formelle entre 30 instituts (MoU), 100 chercheurs (contrats d association) dont ~10 employés/détachés au CERN Programme de travail riche et ambitieux sur les plans scientifique (recherche d excellence) et technique (développement de nouveaux instruments) Contributions financières du CERN et des participants Comités de pilotage (administratif, technique et scientifique) Réunions régulières (tous les 3 mois) avec des échanges fréquents entre les participants 11

12 Collaboration scientifique : Points forts : Source de neutrons unique en Europe Collaboration compétitive et très visible à l international Collaboration attractive de très haut niveau scientifique Excellente organisation pilotée par un «noyau» très actif Équipe locale CERN très active (~10 personnes) Accès aux services techniques du CERN Difficultés : Dissémination des résultats à améliorer Peu de contacts avec les utilisateurs des données mesurées Perspectives à long terme assez floues (au-delà de 5 ans) 12

13 Travailler ensemble : Bilan qualitatif/subjectif (Bien, Acceptable, Insuffisant) Définir des objectifs communs Formaliser un cadre commun S accorder sur le programme de travail, évaluer les risques S accorder sur le partage des tâches S accorder sur les ressources mises en commun Contributions humaines Contributions techniques Contributions financières Contributions en nature S accorder sur l organisation du travail Gouvernance, modes de communication, prise de décision Planification, coordination, suivi des actions, relations extérieures Créer un collectif, socialiser et motiver les participants 13

14 Quelques exemples de travail collectif Illustration du cycle des données nucléaires Base EXFOR Applications Mesures (n_tof) Théorie Simulation Validation Expériences intégrales Données évaluées Bibliothèques de données (JEFF, ENDF/B) 14

15 Coopération internationale : International Network of Nuclear Reaction Data Centres (NRDC) 15

16 Coopération internationale : Le réseau NRDC est une coopération internationale entre Centres de Données (dont la Banque de Données de l AEN) responsables de la compilation dans la base EXFOR de toutes les données expérimentales de réactions nucléaires : Réactions induites par neutrons, photons et particules chargées jeux de données provenant de plus de expériences EXFOR est essentielle pour l évaluation des données nucléaires Collaboration AEN-SCM pour détecter d éventuelles données aberrantes dans les bases de données (EXFOR, JEFF) ED et al, Statistical methods for the verification of databases, NEA News 29.1, 32-35, 2011 ( O. Zeydina et al, Cross-checking of large evaluated and experimental nuclear reaction databases, Nuclear Data Sheets 120, , 2014 ( 16

17 Coopération internationale : février 2015 Coopération mise en place dans les années 1960 (réseau 4C), puis étendue dans les années 1970 (réseau NRDC) pour : Coordonner la compilation des données nucléaires mesurées aux USA, en Europe, en URSS et dans le reste du monde Échanger des données (EXFOR = EXchange FORmat) Préserver les données sur le long terme Disséminer l ensemble des données dans tous les pays Adhésion formelle au réseau de 13 Centres de Données Chaque Centre contribue au réseau à hauteur de 1 à 3 ETP Les responsabilités au sein du réseau sont clairement identifiées L AIEA assure la coordination du réseau Programme de travail construit sur celui des Centres Pas de contribution financière des Centres de Données Un comité unique pour le pilotage du réseau NRDC et la gestion des aspects techniques du format et de la base EXFOR Réunions annuelles avec des échanges techniques fréquents entre les participants Colloque SCM E. Dupont Travailler ensemble : Coopération, Collaboration, Coordination 17

18 Coopération internationale : Points forts : EXFOR est une base de données unique et reconnue Coopération naturelle et stable entre Centre de Données nationaux et régionaux Coordination par l AIEA très efficace (~3 ETP au total) Difficultés : Internet a rendu caduque le modèle régional de dissémination Le format EXFOR date des années 1960 (cartes perforées) Avantage : robuste et simple (plus de 50 ans d utilisation) Inconvénient : difficile à faire évoluer et à associer au Technologies de l Information et de la Communication (TIC) modernes février 2015 Colloque SCM E. Dupont Travailler ensemble : Coopération, Collaboration, Coordination 18

19 Travailler ensemble : Bilan qualitatif/subjectif (Bien, Acceptable, Insuffisant) Définir des objectifs communs (compilation, dissémination) Formaliser un cadre commun S accorder sur le programme de travail, évaluer les risques S accorder sur le partage des tâches S accorder sur les ressources mises en commun Contributions humaines Contributions techniques Contributions financières Contributions en nature S accorder sur l organisation du travail Gouvernance, modes de communication, prise de décision Planification, coordination, suivi des actions, relations extérieures Créer un collectif, socialiser et motiver les participants 19

20 Quelques exemples de travail collectif Illustration du cycle des données nucléaires Base EXFOR Applications Mesures (n_tof) Théorie Simulation Validation Expériences intégrales Données évaluées Bibliothèques de données (JEFF, ENDF/B) 20

21 Coopération internationale : Le «projet» JEFF (Joint Evaluated Fission and Fusion File) a pour objectif de développer une bibliothèque de données évaluées de référence : (en principe) pour une large gamme d'applications scientifiques et techniques. (en pratique) pour les applications électronucléaires : réacteurs et cycle du combustible. Données évaluées (nécessaires à la simulation) Sections efficaces, distributions en angle, spectres en énergie, données de décroissance, rendements de fission, etc. pour des centaines de noyaux (x nombre de particules incidentes requises) Bibliothèques produites JEF-1 (1985), JEF-2.2 (1993) JEFF-3.1 (2005), mises à jour JEFF-3.1.x ( ) JEFF-3.2 (2014- ) 21

22 Coopération internationale : Coopération internationale mise en place dans les années 80 (Fission JEF), puis étendue dans les années 90 (Fission & Fusion JEFF) Coopération entre une partie des pays membres de la Banque de données de l AEN : France, Allemagne, Royaume Uni (membres fondateurs), Pays-Bas, Belgique, Corée, Russie Mandat de 3 ans renouvelable Pas d engagement formel des participants à JEFF Pas de contribution financière des participants (seulement AEN) Programme de travail basé sur celui des participants (+ AEN) Comité de coordination scientifique Réunions biannuelles (technique + coordination) 22

23 Coopération internationale : Points forts : La bibliothèque JEFF est bien validée et utilisée par l industrie électronucléaire Les réunions JEFF rassemblent une large communauté de physiciens et d utilisateurs Difficultés : Pas de masse critique pour le travail d évaluation des données Contributions volontaires (et très aléatoires) Financements aléatoires des participants affectant le potentiel collaboratif Pas de ressources financières communes Pas d équipe locale à l AEN pour coordonner (ni contribuer) Manque de leadership parmi les participants 23

24 Travailler ensemble : Bilan qualitatif/subjectif (Bien, Acceptable, Insuffisant) Définir des objectifs communs Formaliser un cadre commun S accorder sur le programme de travail, évaluer les risques S accorder sur le partage des tâches S accorder sur les ressources mises en commun Contributions humaines Contributions techniques Contributions financières Contributions en nature S accorder sur l organisation du travail Gouvernance, modes de communication, prise de décision Planification, coordination, suivi des actions, relations extérieures Créer un collectif, socialiser et motiver les participants 24

25 Quelques exemples de travail collectif Illustration du cycle des données nucléaires Base EXFOR Applications Mesures (n_tof) Théorie Simulation Validation Expériences intégrales Données évaluées Bibliothèques de données (JEFF, ENDF/B) 25

26 Coopération internationale : WPEC = Working Party on International Nuclear Data Evaluation Cooperation WPEC a pour but de promouvoir la coopération entre les principaux projets de bibliothèque de données évaluées dans le but d améliorer leur qualité : précision, cohérence, exhaustivité. WPEC constitue un forum pour échanger des informations sur la mesure des données nucléaires, leur évaluation, leur validation, et l amélioration des modèles de structures et de réactions nucléaires. Les sous-groupes de WPEC constituent un cadre coopératif pour des activités communes ciblées et à court-terme (3 ans). 26

27 Coopération internationale : Coopération internationale mise en place en 1989 Coopération entre les principaux projets de bibliothèque : JEFF (AEN), ENDF/B (USA), JENDL (Japon), BROND (Russie), CENDL (Chine), FENDL (AIEA) Mandat de 3 ans renouvelable Pas d engagement formel des projets participants Pas de contribution financière des projets Programme de travail basé sur celui des projets Réunions annuelles avec des échanges techniques fréquents entre les participants aux sous-groupes 27

28 Coopération internationale : Points forts : Coopération naturelle et stable entre les projets participants Coopération très visible à l international Objectifs des sous-groupes bien définis (et communs) Masse critique disponible pour les activités des sous-groupes Difficultés : Contributions volontaires (et aléatoires) Financements aléatoires des participants pouvant affecter le potentiel collaboratif des sous-groupes 28

29 Travailler ensemble : WPEC (Sousgroupes) Bilan qualitatif/subjectif (Bien, Acceptable, Insuffisant) Définir des objectifs communs Formaliser un cadre commun S accorder sur le programme de travail, évaluer les risques S accorder sur le partage des tâches S accorder sur les ressources mises en commun Contributions humaines Contributions techniques Contributions financières Contributions en nature S accorder sur l organisation du travail Gouvernance, modes de communication, prise de décision Planification, coordination, suivi des actions, relations extérieures Créer un collectif, socialiser et motiver les participants 29

30 Quelques exemples de travail collectif Exemples de collaborations internationales CERN/n_TOF : Collaboration scientifique pour la mesure de données de réactions nucléaires AIEA/NRDC/EXFOR : Coopération internationale pour la compilation de données de réactions nucléaires expérimentales AEN/JEFF : Coopération internationale pour le développement d une bibliothèque de données nucléaires évaluées AEN/WPEC : Coopération internationale entre les principaux projets de bibliothèques de données évaluées Exemple d une coopération locale (d actualité) Création de l Université Paris-Saclay 30

31 Coopération locale : Université Paris-Saclay La création de l Université Paris-Saclay est l aboutissement : D une Opération d Intérêt National initiée en 2005 De la création en 2008 de la Fondation de Coopération Scientifique du Campus Paris-Saclay, en charge : Du projet de Campus Du projet de Cluster scientifique et technologique De l Initiative d Excellence (Idex) Paris-Saclay (depuis 2012) 31

32 Coopération locale : Université Paris-Saclay Territoire industriel 32

33 Coopération locale : Université Paris-Saclay 33

34 Coopération locale : Université Paris-Saclay ComUE Communauté d Universités et d Établissements Coopération entre 19 entités : 2 Universités Université Paris Sud, Université de Versailles Saint-Quentin 10 Grandes Écoles Polytechnique, Centrale Paris, Supélec, ENS Cachan, ENSTA, HEC 7 Organismes de recherche CEA, CNRS, IHES, INRIA, ONERA, INSERM L Université Paris-Saclay en quelques chiffres étudiants, 5700 doctorants, chercheurs 13% de la recherche publique française 8000 publications par an 2 prix Nobel (Physique), 6 médailles Fields (Mathématiques) 34

35 Coopération locale : Université Paris-Saclay Objectifs : Créer une université de recherche et d innovation, associant universités, grandes écoles et organismes de recherche Créer des parcours diversifiés, mutualisés et comportant de nombreuses passerelles entre établissements et parcours Enrichir l offre de formation appuyée sur la recherche Développer une recherche intégrée de premier niveau mondial Favoriser l émergence de domaines nouveaux, Rapprocher le monde académique et le monde de l entreprise, Répondre à de grands enjeux sociétaux. Créer un campus agréable pour y travailler et y vivre, facile d accès et intégré dans son territoire. Devenir une référence sur la scène internationale! 35

36 Coopération locale : Université Paris-Saclay Gouvernance et organisation 49 Masters communs 20 Écoles Doctorales 300 laboratoires 36

37 Coopération locale : Université Paris-Saclay La recherche et l innovation 10 départements fédérant : 300 unités de recherche, chercheurs, 5700 doctorants Une vingtaine de Labex ou Lidex (Laboratoire d excellence) Une vingtaine d Equipex (Équipement d excellence) «L université fédérera des établissements conservant leur identité et la gestion de leurs moyens, mais se transformant par la définition d une stratégie commune, la mise en place d une gouvernance scientifique conjointe, et la mutualisation progressive de diverses composantes.» 37

38 Coopération locale : Université Paris-Saclay Le département P2I (Physique des 2 infinis) 16 unités de recherche, 1500 personnes Institut de recherche sur les lois fondamentales de l univers Institut de physique nucléaire d Orsay Centre de Sciences Nucléaires et de Sciences de la Matière Service d étude des réacteurs et de mathématiques appliquées Etc. 38

39 Coopération locale : Université Paris-Saclay Les axes thématiques de P2I Lois et constituants de l univers Astroparticules, Astrophysique nucléaire et Cosmologie Physique hadronique et nucléaire Physique des particules Physique théorique Défis sociétaux Énergie (nucléaire) Santé Défis technologiques Accélérateurs et aimants Instrumentations et détecteurs Modélisation et simulations Traitement de données Les axes thématiques inter-départements Théorie, Énergie, Spatial, Matériaux, etc. «La stratégie de recherche scientifique de l'université Paris-Saclay s inscrit dans une dynamique articulée autour de grands domaines, de la recherche fondamentale aux sciences appliquées et d'intérêt industriel» 39

40 Coopération locale : Université Paris-Saclay Points forts : Coopération souhaitée et soutenue par l état Coopération très visible à l international Valeur ajoutée évidente en terme d infrastructure et de formation Potentiel énorme de recherche et d innovation Difficultés : Pas (encore) de stratégie commune de recherche (et encore moins de programme de travail) Pas (encore) de sentiment d appartenance à l Université Pas (encore) de financements pour la recherche 40

41 Travailler ensemble : Université Paris-Saclay Bilan qualitatif/subjectif et préliminaire (Bien, Acceptable, Insuffisant) Définir des objectifs communs (incl. recherche et innovation) Formaliser un cadre commun S accorder sur le programme de travail, évaluer les risques S accorder sur le partage des tâches S accorder sur les ressources mises en commun Contributions humaines Contributions techniques Contributions financières Contributions en nature S accorder sur l organisation du travail Gouvernance, modes de communication, prise de décision Planification, coordination, suivi des actions, relations extérieures Créer un collectif, socialiser et motiver les participants 41

42 En résumé Travailler ensemble ne s improvise pas Définir des objectifs communs Partager les tâches et assurer une bonne coordination Créer un collectif, socialiser et motiver les participant Travailler ensemble est complexe et contraignant Multiplication des interfaces (et des risques) Une partie importante des ressources est utilisée pour la mise en place des collaborations, la recherche de financements et la coordination entre les participants la compétition scientifique et les compétences associées s émoussent au profit de compétences plus administratives Travailler ensemble est aujourd hui incontournable (dans la recherche scientifique) : Pour atteindre une masse critique (en termes de créativité, compétences, équipements, visibilité, financements ) Pour réaliser des projets ambitieux 42

43 Merci de votre attention 43

44 Exemple de données mesurées et évaluées 44

L IDEX DE TOULOUSE EN BREF

L IDEX DE TOULOUSE EN BREF L IDEX DE TOULOUSE EN BREF Pourquoi des Initiatives D EXcellence (IDEX)? Depuis 18 mois, les universités, les grandes écoles et les organismes de recherche ont travaillé ensemble pour répondre à l appel

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Physique fondamentale et appliquée de l ENS Cahan Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

INSTITUT D OPTIQUE GRADUATE SCHOOL

INSTITUT D OPTIQUE GRADUATE SCHOOL INTÉGREZ LA LUMIÈRE INSTITUT D OPTIQUE GRADUATE SCHOOL UNE GRANDE ÉCOLE SCIENTIFIQUE TROIS DIPLÔMES POUR FORMER AU MEILLEUR NIVEAU INTERNATIONAL en partenariat avec les universités de Paris-Saclay, Saint-Étienne

Plus en détail

Compte rendu de l intervention de Jean-Louis LACOMBE. Rencontre européenne de la technologie du 23 mars 2005. La Fondation d entreprise EADS

Compte rendu de l intervention de Jean-Louis LACOMBE. Rencontre européenne de la technologie du 23 mars 2005. La Fondation d entreprise EADS Compte rendu de l intervention de Jean-Louis LACOMBE Rencontre européenne de la technologie du 23 mars 2005 La Fondation d entreprise EADS La fondation d entreprise créée par EADS est conçue comme une

Plus en détail

Communauté d Universités et Établissements. Stratégie Territoriale et Initiative d Excellence. Université Côte d Azur (UCA) - page 1

Communauté d Universités et Établissements. Stratégie Territoriale et Initiative d Excellence. Université Côte d Azur (UCA) - page 1 Communauté d Universités et Établissements Stratégie Territoriale et Initiative d Excellence Université Côte d Azur (UCA) - page 1 En 2015 le paysage français de l Enseignement supérieur et de la Recherche

Plus en détail

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Un leadership fort Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Le gouvernement Harper tient sa promesse de rétablir l équilibre budgétaire en 2015. Le Plan d action

Plus en détail

Université Paris Saclay De quoi parle t-on?

Université Paris Saclay De quoi parle t-on? Université Paris Saclay De quoi parle t-on? Présentation L Université Paris-Saclay regroupe un potentiel scientifique exceptionnel. 20 établissements : - 2 universités, - 10 grandes écoles, - 7 organismes

Plus en détail

Quelques liens entre. l'infiniment petit et l'infiniment grand

Quelques liens entre. l'infiniment petit et l'infiniment grand Quelques liens entre l'infiniment petit et l'infiniment grand Séminaire sur «les 2» au CNPE (Centre Nucléaire de Production d'électricité) de Golfech Sophie Kerhoas-Cavata - Irfu, CEA Saclay, 91191 Gif

Plus en détail

Energie nucléaire. Quelques éléments de physique

Energie nucléaire. Quelques éléments de physique Energie nucléaire Quelques éléments de physique Comment produire 1 GW électrique Nucléaire (rendement 33%) Thermique (38%) Hydraulique (85%) Solaire (10%) Vent : 27t d uranium par an : 170 t de fuel par

Plus en détail

Spécialité Sciences Mécaniques et Ingénierie

Spécialité Sciences Mécaniques et Ingénierie Master 2 Sciences, Technologies, Santé Mention Mécanique Spécialité Sciences Mécaniques et Ingénierie Parcours R&D en mécanique des fluides Parcours R&D en matériaux et structures Parcours Energétique

Plus en détail

8/10/10. Les réactions nucléaires

8/10/10. Les réactions nucléaires Les réactions nucléaires En 1900, à Montréal, Rutherford observa un effet curieux, lors de mesures de l'intensité du rayonnement d'une source de thorium [...]. L'intensité n'était pas la même selon que

Plus en détail

Mon métier, mon parcours

Mon métier, mon parcours Mon métier, mon parcours Les métiers de la Physique Le domaine Sciences, Technologies, Santé Alexis, chargé de recherche diplômé d un Master Physique du rayonnement et de la matière et d un Doctorat en

Plus en détail

Métriques, classements et politique scientifique des Etablissements

Métriques, classements et politique scientifique des Etablissements Métriques, classements et politique scientifique des Etablissements Michel Blanc Bayesté Leclaire Ecole polytechnique, Palaiseau Quelques références clés Rapport au Sénat sur le défi des classements dans

Plus en détail

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015 Energie Nucléaire Principes, Applications & Enjeux 6 ème - 2014/2015 Quelques constats Le belge consomme 3 fois plus d énergie que le terrien moyen; (0,56% de la consommation mondiale pour 0,17% de la

Plus en détail

L informatique à l IN2P3 et le rôle du Chargé de Mission

L informatique à l IN2P3 et le rôle du Chargé de Mission L informatique à l IN2P3 et le rôle du Chargé de Mission Giovanni Lamanna Réunion du comité des DUs 29 avril 2013 Plan - Présentation du Charge de Mission pour l Informatique - Lettre de mission: défis

Plus en détail

Charte d adhésion d un laboratoire au Mésocentre CIMENT

Charte d adhésion d un laboratoire au Mésocentre CIMENT Charte d adhésion d un laboratoire au Mésocentre CIMENT (Calcul Intensif, Modélisation, Expérimentation Numérique et Technologique) https://ciment.ujf-grenoble.fr Version 1 / Janvier 2013 Préambule Ce

Plus en détail

La Fusion Nucléaire (Tokamak) Nicolas Carrard Jonathan Carrier Guillomet 12 novembre 2009

La Fusion Nucléaire (Tokamak) Nicolas Carrard Jonathan Carrier Guillomet 12 novembre 2009 La Fusion Nucléaire (Tokamak) Nicolas Carrard Jonathan Carrier Guillomet 12 novembre 2009 La matière L atome Les isotopes Le plasma Plan de l exposé Réactions nucléaires La fission La fusion Le Tokamak

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - 1 Suite énoncé des exos du Chapitre 14 : Noyaux-masse-énergie I. Fission nucléaire induite (provoquée)

Plus en détail

Document propriété du CEA Reproduction et diffusion externes au CEA soumises à l autorisation de l émetteur CEA - Cadarache PAGE 1

Document propriété du CEA Reproduction et diffusion externes au CEA soumises à l autorisation de l émetteur CEA - Cadarache PAGE 1 PAGE 1 Cadarache : un centre au cœur de la région Préparer les réacteurs de demain Hautes-Alpes Soutenir le parc actuel Vaucluse Alpes-de-Haute-Provence Alpes-Maritimes Bouches-du-Rhône Cadarache Var Promouvoir

Plus en détail

L Institut National des Sciences Mathématique et de leurs. Premiers éléments d un bilan à deux ans.

L Institut National des Sciences Mathématique et de leurs. Premiers éléments d un bilan à deux ans. L Institut National des Sciences Mathématique et de leurs Interactions (INSMI) : Premiers éléments d un bilan à deux ans. 1. Mise en place de l INSMI Au CNRS, l année 2009 a été une année de transition

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Une calculatrice, une règle et du papier quadrillé sont nécessaires au bon fonctionnement

Plus en détail

Journées PERF-RV 14-15 Octobre 2004. B. Arnaldi http://www.perfrv.org

Journées PERF-RV 14-15 Octobre 2004. B. Arnaldi http://www.perfrv.org 1 Journées PERF-RV 14-15 Octobre 2004 B. Arnaldi http://www.perfrv.org Objectifs de PERF-RV Plate-forme exploratoire Début des travaux : février 2001 Fin des travaux : août 2004 La réalité virtuelle, contexte

Plus en détail

Démarche méthodologique pour la constitution des dossiers «LABEX»

Démarche méthodologique pour la constitution des dossiers «LABEX» Démarche méthodologique pour la constitution des dossiers «LABEX» Pour les porteurs de projets de l Université Joseph Fourier de Grenoble 24 Septembre 2010 Sommaire Quelques rappels sur LABEX Démarche

Plus en détail

Master Ingénierie Nucléaire Master of Science Nuclear Energy

Master Ingénierie Nucléaire Master of Science Nuclear Energy Master Ingénierie Nucléaire Master of Science Nuclear Energy Frederico Garrido et Bertrand Reynier Université Paris-Sud, Orsay Campus Ecole Nationale Supérieure des Techniques Avancées ParisTech frederico.garrido@u-psud.fr

Plus en détail

Chap 2 : Noyaux, masse, énergie.

Chap 2 : Noyaux, masse, énergie. Physique. Partie 2 : Transformations nucléaires. Dans le chapitre précédent, nous avons étudié les réactions nucléaires spontanées (radioactivité). Dans ce nouveau chapitre, après avoir abordé le problème

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Management public de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

UNIVERSITE DE BREST Référence GALAXIE : 4201

UNIVERSITE DE BREST Référence GALAXIE : 4201 UNIVERSITE DE BREST Référence GALAXIE : 4201 Numéro dans le SI local : 6300MCF0617 Référence GESUP : 0617 Corps : Maître de conférences Article : 26-I-1 Chaire : Non Section 1 : 63-Génie électrique, électronique,

Plus en détail

Faculté des Sciences d ORSAY

Faculté des Sciences d ORSAY Université Paris-Sud 11 Faculté des Sciences d ORSAY Personnes ressources des disciplines représentées : Département de Biologie Vice-Président : Hervé DANIEL Secrétaire : Malika DERRAS Université Paris-Sud

Plus en détail

Bourses internationales de master de l Université Paris-Saclay.

Bourses internationales de master de l Université Paris-Saclay. Bourses internationales de master de l Université Paris-Saclay. Appel à candidatures étudiants internationaux mobilité entrante - Année universitaire 2015-2016 L Université Paris-Saclay souhaite promouvoir

Plus en détail

Stage : "Développer les compétences de la 5ème à la Terminale"

Stage : Développer les compétences de la 5ème à la Terminale Stage : "Développer les compétences de la 5ème à la Terminale" Session 2014-2015 Documents produits pendant le stage, les 06 et 07 novembre 2014 à FLERS Adapté par Christian AYMA et Vanessa YEQUEL d après

Plus en détail

Master Audiovisuel, communication et arts du spectacle

Master Audiovisuel, communication et arts du spectacle Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Audiovisuel, communication et arts du spectacle Université Toulouse II - Jean Jaurès - UT2J Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes

Plus en détail

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 Comité préparatoire de la Conférence des Parties chargée d examiner le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires en 2010 NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 15 mai 2009 Français Original : anglais Troisième

Plus en détail

Rapprocher chercheurs et lycéens au quotidien

Rapprocher chercheurs et lycéens au quotidien Invitation presse Nice, le 22 mai 2015 Rapprocher chercheurs et lycéens au quotidien L académie de Nice et tous ses partenaires académiques et universitaires, notamment Inria (Institut National de Recherche

Plus en détail

FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE

FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE Séminaire de Xavier GARBET pour le FIP 06/01/2009 Anthony Perret Michel Woné «La production d'énergie par fusion thermonucléaire contrôlée est un des grands défis scientifiques

Plus en détail

Conception graphique : Nicolas Piroux - Photos : Campus communication - Camille Boulycault ; UPS mission Campus ; Florent Delaigue ; Gwenaël Le Garff

Conception graphique : Nicolas Piroux - Photos : Campus communication - Camille Boulycault ; UPS mission Campus ; Florent Delaigue ; Gwenaël Le Garff Polytech 3 volets V7.indd 3 27/10/12 19:11 Conception graphique : Nicolas Piroux - Photos : Campus communication - Camille Boulycault ; UPS mission Campus ; Florent Delaigue ; Gwenaël Le Garff ; Shutterstock

Plus en détail

Groupe Areva Usine de La Hague Métier CNP

Groupe Areva Usine de La Hague Métier CNP Groupe Areva Usine de La Hague Métier CNP Jean-Christophe Dalouzy ANP 17 Novembre 2014 Rencontres Jeunes Chercheurs Sommaire Présentation du groupe AREVA Présentation du cycle du combustible Présentation

Plus en détail

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX T ale S Introduction : Une réaction nucléaire est Une réaction nucléaire provoquée est L'unité de masse atomique est une unité permettant de manipuler aisément

Plus en détail

AA-SO5 KIDA/GSOV/VAMDC

AA-SO5 KIDA/GSOV/VAMDC AA-SO5 Centres de traitement et d archivage de données KIDA - 2 mars 2015 AA-SO5 KIDA/GSOV/VAMDC Contexte général L observation des molécules dans le milieu interstellaire, mais aussi dans les atmosphères

Plus en détail

Digiteo : Evolution 2011 et perspectives. Maurice ROBIN

Digiteo : Evolution 2011 et perspectives. Maurice ROBIN Digiteo : Evolution 2011 et perspectives Maurice ROBIN Evolution du projet Campus La «Fondation de Coopération Scientifique Campus Paris-Saclay» 20 fondateurs Le campus aujourd hui Le campus demain Structure

Plus en détail

Campus Paris Saclay. Enquête sur les usages, transports, logements et services. L enquête en ligne. Les bonnes pratiques identifiées par le benchmark

Campus Paris Saclay. Enquête sur les usages, transports, logements et services. L enquête en ligne. Les bonnes pratiques identifiées par le benchmark Campus Paris Saclay L enquête en ligne Les déplacements : des spécificités par statut L équipement : un intérêt marqué pour les transports doux et les services pratiques Le logement : des attentes et des

Plus en détail

la vocation de la fondation 1- Vocation Contribuer au développement de l Université de Bordeaux et ses partenaires Opérateur unique du mécénat

la vocation de la fondation 1- Vocation Contribuer au développement de l Université de Bordeaux et ses partenaires Opérateur unique du mécénat la vocation de la fondation 1- Vocation Contribuer au développement de l Université de Bordeaux et ses partenaires Opérateur unique du mécénat L ouverture sur le monde économique notre vision 1- Vocation

Plus en détail

La Chaire Accenture Strategic Business Analytics de l ESSEC

La Chaire Accenture Strategic Business Analytics de l ESSEC La Chaire Accenture Strategic Business Analytics de l ESSEC La création de nouvelles opportunités par l analyse des données Dans le monde numérique actuel, l analyse des données est au cœur des réseaux

Plus en détail

[ACTION COLLECTIVE] «Modélisation et intégration des technologies d identification et de traçabilité dans la supply chain»

[ACTION COLLECTIVE] «Modélisation et intégration des technologies d identification et de traçabilité dans la supply chain» [ACTION COLLECTIVE] «Modélisation et intégration des technologies d identification et de traçabilité dans la supply chain» Une aide financière et méthodologique CONVENTION Durée de l'action : jusqu'au

Plus en détail

L INRIA, institut français des STIC. (en Île-de-France) 24 septembre 2009

L INRIA, institut français des STIC. (en Île-de-France) 24 septembre 2009 1 L INRIA, institut français des STIC (en Île-de-France) 24 septembre 2009 Institut National de Recherche en Informatique et en Automatique 2 Institut dédié aux Sciences et Technologies de l Information

Plus en détail

DOCUMENT STRATEGIE SCIENTIFIQUE GANIL/SPIRAL2

DOCUMENT STRATEGIE SCIENTIFIQUE GANIL/SPIRAL2 1/34 DOCUMENT STRATEGIE SCIENTIFIQUE GANIL/SPIRAL2 Ind. Date Historique des modifications A 19/12/2012 Émission initiale Rédacteur Adjoint Direction à la Coordination scientifique SPIRAL2 H. SAVAJOLS Directeur

Plus en détail

Note de cadrage du PEPI MACS Mathématiques Appliquées & Calcul Scientifique

Note de cadrage du PEPI MACS Mathématiques Appliquées & Calcul Scientifique Note de cadrage du PEPI MACS Mathématiques Appliquées & Calcul Scientifique Périmètre Le périmètre du PEPI concerne les méthodes et outils utilisés pour le traitement informatisé des données scientifiques.

Plus en détail

La modernisation de la gestion publique au sein des EPSCP. Colloque des Agents Comptables. 05 juin 2015

La modernisation de la gestion publique au sein des EPSCP. Colloque des Agents Comptables. 05 juin 2015 La modernisation de la gestion publique au sein des Colloque des Agents Comptables 05 juin 2015 EPSCP Frédéric Dehan Directeur Général des Services Université de Strasbourg 1) Des éléments de contexte

Plus en détail

Note CUVIER 1 : L Idex Université Sorbonne Paris Cité. A- Les orientations stratégiques :

Note CUVIER 1 : L Idex Université Sorbonne Paris Cité. A- Les orientations stratégiques : 1 Note CUVIER 1 : L Idex Université Sorbonne Paris Cité A Les orientations stratégiques : Le projet Idex (Initiative d excellence) de notre regroupement a comme objectif de faire de l Université Sorbonne

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Etudes internationales de l Université Paris-Sud Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Semestre HPC. Violaine Louvet. Institut Camille Jordan - CNRS louvet@math.univ-lyon1.fr. Labex MILyon, Printemps 2016

Semestre HPC. Violaine Louvet. Institut Camille Jordan - CNRS louvet@math.univ-lyon1.fr. Labex MILyon, Printemps 2016 Semestre HPC Violaine Louvet Institut Camille Jordan - CNRS louvet@math.univ-lyon1.fr Labex MILyon, Printemps 2016 V. Louvet (ICJ) Semestre HPC Printemps 2016 1 / 9 Présentation du semestre Modélisation

Plus en détail

Recherche et relations internationales (RRI) Elisa Pylkkanen Directrice adjointe, partenariats internationaux

Recherche et relations internationales (RRI) Elisa Pylkkanen Directrice adjointe, partenariats internationaux Recherche et relations internationales (RRI) Elisa Pylkkanen Directrice adjointe, partenariats internationaux ADARUQ - Novembre 2013 RRI : Un aperçu «Habiliter, faciliter, créer des liens» Habiliter les

Plus en détail

FICHE DE POSTE. Gestionnaire des données du Portail des savoirs (H/F)

FICHE DE POSTE. Gestionnaire des données du Portail des savoirs (H/F) Paris Sciences et Lettres FICHE DE POSTE Intitulé du poste Gestionnaire des données du Portail des savoirs (H/F) Positionnement dans la structure Le gestionnaire des données du Portail des savoirs est

Plus en détail

Transformations nucléaires

Transformations nucléaires I Introduction Activité p286 du livre Transformations nucléaires II Les transformations nucléaires II.a Définition La désintégration radioactive d un noyau est une transformation nucléaire particulière

Plus en détail

Renouvellement à 50000MW étalé sur 20 ans (2020-2040) rythme de construction nucléaire: 2500MW/an

Renouvellement à 50000MW étalé sur 20 ans (2020-2040) rythme de construction nucléaire: 2500MW/an L uranium dans le monde 1 Demande et production d Uranium en Occident U naturel extrait / année 40.000 tonnes Consommation mondiale : 65.000 tonnes La différence est prise sur les stocks constitués dans

Plus en détail

Ondes gravitationnelles de basses fréquences et relativité

Ondes gravitationnelles de basses fréquences et relativité Ondes gravitationnelles de basses fréquences et relativité numérique Jérôme Novak LUTH : Laboratoire de l Univers et de ses THéories CNRS / Université Paris 7 / Observatoire de Paris F-92195 Meudon Cedex,

Plus en détail

CampusFrance. Classements internationaux : les impacts sur les établissements et la mobilité internationale

CampusFrance. Classements internationaux : les impacts sur les établissements et la mobilité internationale CampusFrance 23 ème Congrès Conférence des Grandes Écoles Classements internationaux : les impacts sur les établissements et la mobilité internationale 7 Octobre 2010 ESTP Paris Le contexte international

Plus en détail

Public. Débouchés. Les atouts du Master PIC. Statistiques des débouchés 22 % 16 % 10 % 14 % 38 % Entreprise Start-up Thèse.

Public. Débouchés. Les atouts du Master PIC. Statistiques des débouchés 22 % 16 % 10 % 14 % 38 % Entreprise Start-up Thèse. Contexte et enjeux Public Le management de l innovation, un champ en pleine mutation - Les thématiques des stratégies d innovation, de la conception des produits, de l organisation et de la conduite des

Plus en détail

Tout au long de votre cursus Quel métier futur? Dans quel secteur d activité? En fonction de vos goûts et aptitudes et du «niveau d emploi» dans ce

Tout au long de votre cursus Quel métier futur? Dans quel secteur d activité? En fonction de vos goûts et aptitudes et du «niveau d emploi» dans ce Tout au long de votre cursus Quel métier futur? Dans quel secteur d activité? En fonction de vos goûts et aptitudes et du «niveau d emploi» dans ce «profil» S orienter (éventuellement se réorienter) dans

Plus en détail

DM 10 : La fusion nucléaire, l énergie de l avenir? CORRECTION

DM 10 : La fusion nucléaire, l énergie de l avenir? CORRECTION Physique Chapitre 4 Masse, énergie, et transformations nucléaires DM 10 : La fusion nucléaire, l énergie de l avenir? CORRECTION Date :. Le 28 juin 2005, le site de Cadarache (dans les bouches du Rhône)

Plus en détail

Laboratoire franco-chinois. Physique atomique et moléculaire, optique quantique, information quantique, nano-photonique, métrologie, atomes froids

Laboratoire franco-chinois. Physique atomique et moléculaire, optique quantique, information quantique, nano-photonique, métrologie, atomes froids PHYSIQUE FONDAMENTALE 18 localisation*: physique fondamentale france chine Groupement manipulation quantique d atomes et de photons (QMAP) Physique atomique et moléculaire, optique quantique, information

Plus en détail

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE Le regroupement du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l industrie en un seul établissement apporte les atouts

Plus en détail

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Connaissances et savoir-faire exigibles : () () (3) () (5) (6) (7) (8) Définir et calculer un défaut de masse et une énergie de liaison. Définir et calculer l énergie

Plus en détail

A L ORIGINE DE CENTRALE CASABLANCA : L ENGAGEMENT DE CENTRALESUPELEC PARIS AU MAROC ET EN AFRIQUE

A L ORIGINE DE CENTRALE CASABLANCA : L ENGAGEMENT DE CENTRALESUPELEC PARIS AU MAROC ET EN AFRIQUE A L ORIGINE DE CENTRALE CASABLANCA : L ENGAGEMENT DE CENTRALESUPELEC PARIS AU MAROC ET EN AFRIQUE Centrale Casablanca n est pas une Ecole Centrale comme les autres ; véritable «fille» de CentraleSupélec

Plus en détail

La physique nucléaire et ses applications

La physique nucléaire et ses applications La physique nucléaire et ses applications I. Rappels et compléments sur les noyaux. Sa constitution La représentation symbolique d'un noyau est, dans laquelle : o X est le symbole du noyau et par extension

Plus en détail

APPRENDRE INNOVER ENTREPRENDRE

APPRENDRE INNOVER ENTREPRENDRE APPRENDRE INNOVER ENTREPRENDRE INSTITUT D OPTIQUE GRADUATE SCHOOL UNE GRANDE ECOLE SCIENTIFIQUE TROIS DIPLÔMES POUR FORMER AU MEILLEUR NIVEAU INTERNATIONAL Le cycle ingénieur SupOptique avec sa Filière

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Physique et applications de l Université Paris 6 Pierre et Marie Curie Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des

Plus en détail

MASTER ECONOMIE APPLIQUEE

MASTER ECONOMIE APPLIQUEE Le Master Economie Appliquée est destiné à des étudiants ayant reçu une formation universitaire solide en économie, statistiques, mathématiques et économétrie. Ce Master propose un cursus sur deux années

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

Professeur Rémi Quirion, Scientifique en chef

Professeur Rémi Quirion, Scientifique en chef 4 e rencontre thématique en vue du Sommet sur l enseignement supérieur La contribution de la recherche à la société québécoise Professeur Rémi Quirion, Scientifique en chef Université du Québec à Rimouski

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Ingénierie mathématique de l Université d Evry-Val-d Essonne - UEVE Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

a. Fusion et énergie de liaison des noyaux b. La barrière Coulombienne c. Effet tunnel & pic de Gamov

a. Fusion et énergie de liaison des noyaux b. La barrière Coulombienne c. Effet tunnel & pic de Gamov V. Les réactions r thermonucléaires 1. Principes a. Fusion et énergie de liaison des noyaux b. La barrière Coulombienne c. Effet tunnel & pic de Gamov 2. Taux de réactions r thermonucléaires a. Les sections

Plus en détail

Lycée Galilée Gennevilliers. chap. 6. JALLU Laurent. I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2

Lycée Galilée Gennevilliers. chap. 6. JALLU Laurent. I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2 Lycée Galilée Gennevilliers L'énergie nucléaire : fusion et fission chap. 6 JALLU Laurent I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2 II. Équivalence masse-énergie... 3 Bilan de masse de la

Plus en détail

Lycée français La Pérouse TS. L énergie nucléaire CH P6. Exos BAC

Lycée français La Pérouse TS. L énergie nucléaire CH P6. Exos BAC SVOIR Lycée français La Pérouse TS CH P6 L énergie nucléaire Exos BC - Définir et calculer un défaut de masse et une énergie de liaison. - Définir et calculer l'énergie de liaison par nucléon. - Savoir

Plus en détail

Rapport de l AERES sur la structure fédérative

Rapport de l AERES sur la structure fédérative Section des Unités de recherche Rapport de l AERES sur la structure fédérative Fédération Francilienne en Mécanique des Matériaux, Structures et Procédés F2M-msp sous tutelle des établissements et organismes

Plus en détail

TRIUMF ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES ENTREPRISES CANADIENNES GRÂCE AUX SCIENCES ET À L INNOVATION. Consultations prébudgétaires 2014

TRIUMF ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES ENTREPRISES CANADIENNES GRÂCE AUX SCIENCES ET À L INNOVATION. Consultations prébudgétaires 2014 Canada s national laboratory for particle and nuclear physics Laboratoire national canadien pour la recherche en physique nucléaire et en physique des particules TRIUMF ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES ENTREPRISES

Plus en détail

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir?

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? exposé UE SCI, Valence Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? Dominique Spehner Institut Fourier et Laboratoire de Physique et Modélisation des Milieux Condensés Université

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Marketing et vente de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne - UPEC Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section

Plus en détail

A retenir : A Z m n. m noyau MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE

A retenir : A Z m n. m noyau MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE CP7 MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE 1 ) Relation d'équivalence entre la masse et l'énergie -énergie de liaison 2 ) Une unité d énergie mieux adaptée 3 ) application 4

Plus en détail

«Management et Direction de Projets»

«Management et Direction de Projets» Centrale Paris & Cegos Vos partenaires pour un nouvel élan dans votre carrière MASTERE SPECIALISE «Management et Direction de Projets» Bienvenue! René PALACIN Responsable pédagogique MS Management et Direction

Plus en détail

Quel avenir pour l énergie énergie nucléaire?

Quel avenir pour l énergie énergie nucléaire? Quel avenir pour lénergie l énergie nucléaire? Origine de l énergie nucléaire État critique du réacteur Utilité des neutrons retardés Quel avenir pour le nucléiare? 2 Composant des centrales nucléaires

Plus en détail

Élargissez vos compétences en intégrant une formation Bac +6 répondant aux enjeux de l'éco-innovation

Élargissez vos compétences en intégrant une formation Bac +6 répondant aux enjeux de l'éco-innovation Mastère Spécialisé Économie circulaire : les outils de l Écologie industrielle et de l Éco-conception Bac +6 Élargissez vos compétences en intégrant une formation Bac +6 répondant aux enjeux de l'éco-innovation

Plus en détail

Présentation du projet Smart Electric Lyon

Présentation du projet Smart Electric Lyon . Présentation du projet Smart Electric Lyon 4/03/2014 EDF Les réseaux électriques deviendraient-ils intelligents? Décembre 2012 2 Consommation par marché et usages 2/3 pour le spécifique (Éclairage et

Plus en détail

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1re B et C 11 Réactions nucléaires, radioactivité et fission 129 Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1. Définitions a) Nucléides (= noyaux atomiques) Les nucléides renferment les

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

ISTEX, vers des services innovants d accès à la connaissance

ISTEX, vers des services innovants d accès à la connaissance ISTEX, vers des services innovants d accès à la connaissance Synthèse rédigée par Raymond Bérard, directeur de l ABES, à partir du dossier de candidature d ISTEX aux Initiatives d excellence et des réunions

Plus en détail

Parcours Conception, Modélisation et Architecture des Systèmes Informatiques Complexes mention Informatique Paris-Saclay

Parcours Conception, Modélisation et Architecture des Systèmes Informatiques Complexes mention Informatique Paris-Saclay 1 Parcours Conception, Modélisation et Architecture des Systèmes Informatiques Complexes mention Informatique Paris-Saclay Eric Goubault, Sylvie Putot, Alexandre Chapoutot, Laurent Pautet Eric.Goubault@polytechnique.edu,

Plus en détail

sentée e et soutenue publiquement pour le Doctorat de l Universitl

sentée e et soutenue publiquement pour le Doctorat de l Universitl Du rôle des signaux faibles sur la reconfiguration des processus de la chaîne de valeur de l organisation : l exemple d une centrale d achats de la grande distribution française Thèse présent sentée e

Plus en détail

Section des Unités de recherche. Rapport d évaluation. Unité de recherche : Institut d histoire du temps présent (IHTP) du CNRS

Section des Unités de recherche. Rapport d évaluation. Unité de recherche : Institut d histoire du temps présent (IHTP) du CNRS Section des Unités de recherche Rapport d évaluation Unité de recherche : Institut d histoire du temps présent (IHTP) du CNRS Mars 2009 Section des Unités de recherche Rapport d'évaluation Unité de recherche

Plus en détail

GRR EEM Réseau Matériaux

GRR EEM Réseau Matériaux GRR EEM Réseau LOMC GPM AMME LECAP SMS PBS ESITPA 100n m CRISMAT CIMAP... CRT A&S UMS = Le Havre + Caen IRMA = Rouen + Caen METSA = Rouen + Caen LABEX = Rouen + Caen 1 Réseau 2013 : 7 Laboratoires et CRT

Plus en détail

Appel à projets des Investissements d Avenir "Initiatives D'Excellence en Formations Innovantes" (IDEFI) ÉDIFICE

Appel à projets des Investissements d Avenir Initiatives D'Excellence en Formations Innovantes (IDEFI) ÉDIFICE Appel à projets des Investissements d Avenir "Initiatives D'Excellence en Formations Innovantes" (IDEFI) ÉDIFICE Préambule Le projet Édifice propose de construire le démonstrateur d un dispositif de formation

Plus en détail

Théorie des Jeux Et ses Applications

Théorie des Jeux Et ses Applications Théorie des Jeux Et ses Applications De la Guerre Froide au Poker Clément Sire Laboratoire de Physique Théorique CNRS & Université Paul Sabatier www.lpt.ups-tlse.fr Quelques Définitions de la Théorie des

Plus en détail

Pôles de compétitivité 2.0

Pôles de compétitivité 2.0 Pôles de compétitivité 2.0 Les plates-formes d innovation 4 ème Journée nationale des pôles de compétitivité - 1 er octobre 2008 Le groupe de travail interministériel riel Politique de soutien aux plates-formes

Plus en détail

Pôles de recherche et d enseignement supérieur (PRES) et reconfiguration des sites universitaires, IGAENR 1, mars 2010.

Pôles de recherche et d enseignement supérieur (PRES) et reconfiguration des sites universitaires, IGAENR 1, mars 2010. Pôles de recherche et d enseignement supérieur (PRES) et reconfiguration des sites universitaires, IGAENR 1, mars 2010. Les premiers PRES ont été créés en 2007, leur principale ambition était de développer

Plus en détail

La transmission et le renouvellement des compétences, priorité absolue pour le groupe EDF

La transmission et le renouvellement des compétences, priorité absolue pour le groupe EDF DOSSIER DE PRESSE MARS 2011 La transmission et le renouvellement des compétences, priorité absolue pour le groupe EDF L accord Défi Formation du 10 septembre 2010 Un geste simple pour l'environnement,

Plus en détail

Partenaire de votre entreprise

Partenaire de votre entreprise Partenaire de votre entreprise PROFESSIONNELS OFFRE DE FORMATIONS L IGR-IAE accueille plus de 1000 étudiants en formation initiale, apprentissage et continue : des spécialistes hautement qualifiés pour

Plus en détail

Retour d expérience en Astrophysique : utilisation du Cloud IaaS pour le traitement de données des missions spatiales

Retour d expérience en Astrophysique : utilisation du Cloud IaaS pour le traitement de données des missions spatiales Retour d expérience en Astrophysique : utilisation du Cloud IaaS pour le traitement de données des missions spatiales Cécile Cavet cecile.cavet at apc.univ-paris7.fr Centre François Arago (FACe), Laboratoire

Plus en détail

Évaluation de l AERES sur l unité :

Évaluation de l AERES sur l unité : Section des Unités de recherche Évaluation de l AERES sur l unité : Centre d'études et de Recherches Juridiques en Droit des Affaires CERJDA sous tutelle des établissements et organismes : Université des

Plus en détail

C3. Produire de l électricité

C3. Produire de l électricité C3. Produire de l électricité a. Electricité : définition et génération i. Définition La matière est constituée d. Au centre de l atome, se trouve un noyau constitué de charges positives (.) et neutres

Plus en détail

Présentation du programme. de physique-chimie. de Terminale S. applicable en septembre 2012

Présentation du programme. de physique-chimie. de Terminale S. applicable en septembre 2012 Présentation du programme de physique-chimie de Terminale S applicable en septembre 2012 Nicolas Coppens nicolas.coppens@iufm.unistra.fr Comme en Seconde et en Première, le programme mélange la physique

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Droit international général de l Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des

Plus en détail