COMPLICATIONS THROMBOTIQUES DES SYNDROMES MYÉLOPROLIFÉRATIFS: ÉVALUATION ET GESTION DU RISQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COMPLICATIONS THROMBOTIQUES DES SYNDROMES MYÉLOPROLIFÉRATIFS: ÉVALUATION ET GESTION DU RISQUE"

Transcription

1 COMPLICATIONS THROMBOTIQUES DES SYNDROMES MYÉLOPROLIFÉRATIFS: ÉVALUATION ET GESTION DU RISQUE D APRES «THROMBOTIC COMPLICATIONS OF MYELOPROLIFERATIVE NEOPLASMS : RISK ASSESSMENT AND RISK-GUIDED MANAGEMENT Journal of Thrombosis and Haemostasis, 11: /08/

2 Syndrome myeloproliferatifs Philadelphie négatifs : Thrombocythémie essentielle / maladie de Vaquez / Myélofibrose primitive Incidence = 1/ à 10 % de thromboses dans l année qui suit le diagnostique Mutation de JAK 2 V617 F = augmentation risque thrombotique? Parfois risques hémorragiques Scores prédictifs limités

3 But de l étude : Bilan des complications thrombotiques des syndromes myeloprolifératifs Recherche des facteurs de risques d évènements thrombotiques

4 EVENEMENTS THROMBOTIQUES Maladie de Vaquez > Thrombocytemie essentielle et Myelofibrose primitive 2/3 thromboses artérielles et 1/3 thromboses veineuses 1 à 10% d évènements thrombotiques par an 33% de récurrence de l événement thrombotique dans les 2 ans (majoritairement même localisation) Risque de récurrence X 1,7 si > 60ans

5 Récurrences / 2 si cytoréduction Intérêt démontré de la combinaison de la cytoréduction avec anti agrégants plaquettaires ou anticoagulants oraux 40% des récurrences concernent : Patients avec tt antithrombotique mal adapté Objectifs de cytoréduction non atteints

6 Sd myeloprolifératifs : thromboses atypiques Veines du système digestif (1 à 23%) et sd de Budd Chiari Jeunes femmes + (rôle hormonal? Contraceptifs?) JAK 2 V617F +++ (veines digestives + Budd Chiari) Thromboses des veines digestives => dépistage d un sd myeloprolifératif obligatoire

7 RISQUES DE THROMBOSES LIÉS AUX PATIENTS AVEC SMP FDR cardio vasculaires 1/3 des thromboses artériels ont > 1 FDR CV RR = 1,9 chez fumeurs RR = 4,7 chez dyslipidémiques Age et ATCD de Thromboses RR = 2,5 si < 65ans et pas d ATCD RR = 5 si > 65ans ou ATCD RR = 10,9 si > 65ans et ATCD Thromboses Artérielles >>> thrombosesveineuses

8 RISQUES DE THROMBOSES LIÉS AUX PATIENTS AVEC SMP Sexe Thromboses artérielles H > F Thromboses veineuses F > H Trait thrombophilique RR= 2,68 de récurrence si présent ( FV Leiden, Ac antipl ) Pas de recommandation pour dépistage systématique

9 RISQUES DE THROMBOSES LIÉS AUX PATIENTS AVEC SMP JAK 2 V617F Maladie de Vaquez : RR=3,56 si > 75% de mutations Non significatif sur < 50% mutations Thrombocythémie essentielle : RR> 1 Myelofibrose primitive : RR > 1

10 Risques de thromboses liés aux patients avec SMP NFS o Maladie de Vaquez : o Objectif = Hématocrite < 45% o Hyperleucocytose > 15000/mm3 o RR = 1,71 o Thrombocytémie essentielle o RR =0,42 dans les thrombocytoses extrèmes!!!! => par déficit en facteur Willebrand acquis Chirurgie et Grossesse augmentent le risque de thromboses

11 SCORE PRONOSTIC Score pronostic (IPSET thrombosis) pour Thrombocythémies essentielles Age > 60ans (RR = 1,5) 1 point ATCD de thrombose (RR = 1,9) 2 points FDR CV (RR = 1,6) 1 point JAK2 V617F (RR = 2) 2 points 1 point = risque faible (RR = 1,03) 2 points = intermédiaire (RR = 2,35) 3 à 6 points = risque fort (RR = 3,56)

12 Traitements Recommandations (peu d études) Prévention primaire : Aspirine seule si risque faible Aspirine + saignées (objectif < 45% Hematocrite) +/- cytoreduction (hydroxyurée) si risque élevé dans la Maladie de Vaquez IFN α en essai de phase 2 pour la maladie de Vaquez Intérêt de l Hydroxyurée pour la thrombocythemie essentielle Durée du traitement curatif non consensuelle

13 Conclusion Maladie de Vaquez : risque thrombose +++ Thromboses veineuses dans des sites atypiques (avec NFS normale) Age + atcd de thrombose: facteur de risque important Rôle de JAK 2 V617F à approfondir

: (1) ; PE. (1) ; G. (2) ; S. (3) ; H. (4) ; D. (5) ; P. (6) ; MH. (7) ; H. (8) ; D. (2) ; D. (2) ; D.

: (1) ; PE. (1) ; G. (2) ; S. (3) ; H. (4) ; D. (5) ; P. (6) ; MH. (7) ; H. (8) ; D. (2) ; D. (2) ; D. Evolution maternelle et fœtale des grossesses survenant chez des malades atteintes de thrombose chronique de la veine porte (TVP) : résultats d une étude européenne multicentrique A. Plessier (1) ; PE.

Plus en détail

GROSSESSE ET MALADIE THROMBO-EMBOLIQUE VEINEUSE ( MTEV)

GROSSESSE ET MALADIE THROMBO-EMBOLIQUE VEINEUSE ( MTEV) Communauté Périnatale de l Agglomération Versaillaise Association Loi 1901 n 0784014641 29 rue de Versailles 78150 Le Chesnay http : //www.nat78.com GROSSESSE ET MALADIE THROMBO-EMBOLIQUE VEINEUSE ( MTEV)

Plus en détail

Centre de Référence et d Education des AntiThrombotiques d Ile de France. Pour inclure un patient au sein du CREATIF

Centre de Référence et d Education des AntiThrombotiques d Ile de France. Pour inclure un patient au sein du CREATIF Centre de Référence et d Education des AntiThrombotiques d Ile de France Pour inclure un patient au sein du CREATIF Obtenir OBLIGATOIREMENT l accord du médecin traitant et le cas échéant du cardiologue

Plus en détail

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES Evaluation de l utilisation d un anticoagulant anti-xa direct oral, Apixaban, dans la prévention de la maladie thromboembolique veineuse chez les patients traités par IMiDs au cours du myélome : étude

Plus en détail

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY AUDIT MEDICAL Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY JUSTIFICATIONS ET BASES DE CE TRAVAIL Fréquence de prescription : 3 à 5% de la population française

Plus en détail

Risque thrombo-embolique chez l'obèse

Risque thrombo-embolique chez l'obèse Risque thrombo-embolique chez l'obèse Pierre Albaladejo Charles Marc SAMAMA pierre.albaladejo@hmn.aphp.fr Loi de santé publique du 09 août 2004 Recommandations pour la Pratique Clinique (RPC) Prévention

Plus en détail

Thrombocytoses réactionnelles et thrombocytémie essentielle

Thrombocytoses réactionnelles et thrombocytémie essentielle Thrombocytoses réactionnelles et thrombocytémie essentielle Sommaire : - principales étiologies des thrombocytoses réactionnelles : - thrombocytoses d entraînement - thrombocytose de la carence en fer

Plus en détail

Fiche mémo. Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire. Juillet 2013. Généralités. Critères d éligibilité des méthodes

Fiche mémo. Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire. Juillet 2013. Généralités. Critères d éligibilité des méthodes Fiche mémo Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire Juillet 2013 Cette fiche mémo fait partie d un ensemble de fiches mémo concernant la et complète plusieurs documents sur ce thème produits

Plus en détail

Principales pathologies à risque cardiovasculaire/facteurs de risque cardiovasculaires 1

Principales pathologies à risque cardiovasculaire/facteurs de risque cardiovasculaires 1 Fiche mémo Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire Juillet 2013 Cette fiche mémo fait partie d un ensemble de fiches mémo concernant la contraception et complète plusieurs documents sur ce

Plus en détail

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Généralités 20% de diabétiques parmi les AVC x 2 à lui seul le risque d AVC Encore plus chez les

Plus en détail

LE SYNDROME DE BUDD CHIARI

LE SYNDROME DE BUDD CHIARI CENTRE DE REFERENCE DES MALADIES VASCULAIRES DU FOIE (C.R.M.V.F.) Hôpital Beaujon 100 bd du Général Leclerc 92110 Clichy Service d Hépatologie Pavillon Abrami (consultation) Pavillon Sergent (hospitalisation)

Plus en détail

Maladie thrombo-embolique veineuse (MTEV) et grossesse Facteurs de risque

Maladie thrombo-embolique veineuse (MTEV) et grossesse Facteurs de risque Maladie thrombo-embolique veineuse (MTEV) et grossesse Facteurs de risque Jacqueline Conard Sce Hématologie Biologique Hôtel-Dieu, Paris Facteurs de risque de thrombose veineuse ATCD de thrombose veineuse

Plus en détail

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Recommandations en 2007 Yann le baleur DES Introduction 1 million de patients sous aspirine 300.000 patients sous anti-vitamine K (AVK)

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

Risque cardio-vasculaire de la contraception (hormonale)

Risque cardio-vasculaire de la contraception (hormonale) Risque cardio-vasculaire de la contraception (hormonale) Alexandre Fredenrich Diabétologie - Endocrinologie Hôpital Pasteur, CHU Nice 6ème JCE 16 Avril 2011 Conflit d intérêt Aucun pour cette présentation

Plus en détail

3 règles de prescriptions

3 règles de prescriptions 3 règles de prescriptions Quand une grossesse n est pas souhaitée, n importe quelle contraception vaut mieux que pas de contraception du tout! La meilleure contraception c est celle que l utilisatrice

Plus en détail

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Item 326. Prescription et surveillance des classes de médicaments les plus courantes chez l'adulte et chez l'enfant. Connaître

Plus en détail

Contraceptions orales chez la femme a risques de thrombo embolie veineuse. Christian Jamin Paris

Contraceptions orales chez la femme a risques de thrombo embolie veineuse. Christian Jamin Paris Contraceptions orales chez la femme a risques de thrombo embolie veineuse Christian Jamin Paris Liens d intérêt sur ce thème 2010-4 Crédit de recherche ou support financier (honoraires pour action de formation)

Plus en détail

FMC DINAN LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE «NEWS»

FMC DINAN LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE «NEWS» FMC DINAN LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE «NEWS» Dinan Port Lanvallay Jeudi 21 mai 2015 Professeur Patrick Jégo Service de Médecine Interne Professeur Patrick Jégo Service de Médecine Interne LA PRISE

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

TEST DE RÉSISTANCE À LA PROTÉINE C ACTIVÉE RECHERCHE DE LA MUTATION FACTEUR V LEIDEN RECHERCHE DE LA MUTATION G.20210G>A DE LA

TEST DE RÉSISTANCE À LA PROTÉINE C ACTIVÉE RECHERCHE DE LA MUTATION FACTEUR V LEIDEN RECHERCHE DE LA MUTATION G.20210G>A DE LA TEST DE RÉSISTANCE À LA PROTÉINE C ACTIVÉE RECHERCHE DE LA MUTATION FACTEUR V LEIDEN RECHERCHE DE LA MUTATION G.20210G>A DE LA PROTHROMBINE SEPTEMBRE 2006 Service évaluation des actes professionnels 2

Plus en détail

Immunologie et Fausses Couches spontanées précoces à Répétition. Dr Martine Uzan Néphrologue Hôpital de Poissy-St-Germain Journée GEMA 31mars 2007

Immunologie et Fausses Couches spontanées précoces à Répétition. Dr Martine Uzan Néphrologue Hôpital de Poissy-St-Germain Journée GEMA 31mars 2007 Immunologie et Fausses Couches spontanées précoces à Répétition Dr Martine Uzan Néphrologue Hôpital de Poissy-St-Germain Journée GEMA 31mars 2007 1 Introduction Pathologie mal connue et prise en charge

Plus en détail

DEPISTAGE DU CANCER DU SEIN ACTUALITES RADIOLOGIQUES. Dr Sébastien ERRERA, Médecin radiologue Lille

DEPISTAGE DU CANCER DU SEIN ACTUALITES RADIOLOGIQUES. Dr Sébastien ERRERA, Médecin radiologue Lille DEPISTAGE DU CANCER DU SEIN ACTUALITES RADIOLOGIQUES Dr Sébastien ERRERA, Médecin radiologue Lille EPIDEMIOLOGIE 1 K chez la femme : 50000 nouveaux cas / an 1 femme sur 8 concernée! K sein = 30 % des K

Plus en détail

Arrêt programmé. Arrêt prématuré nécessaire. Arrêt prématuré involontaire

Arrêt programmé. Arrêt prématuré nécessaire. Arrêt prématuré involontaire ACTUALITES SUR LES SYNDROMES CORONAIRES AIGUS Comment je (on) gère l arrêt du traitement antithrombotique? Pierre Aubry Centre Hospitalier de Gonesse 95400 Vendredi 27 novembre 2009 Arrêt programmé la

Plus en détail

Spécial : «ANTICOAGULANTS»

Spécial : «ANTICOAGULANTS» AMVF Septembre 2010 Spécial : «ANTICOAGULANTS» Cher Adhérent, Cher Donateur, Cher Correspondant, Le plus grand nombre des malades des vaisseaux du Foie est actuellement sous anticoagulants et ce pour un

Plus en détail

Pas de conflit d intérêt

Pas de conflit d intérêt Pas de conflit d intérêt Actualités dans la prévention secondaire de l AVC Dr S Debiais, Dr I Bonnaud, Dr D Saudeau Service de Neurologie, CHRU de Tours FMC septembre 2008 AVC : Pourquoi les prévenir?

Plus en détail

Bulletin n 10 2014. Cher adhérent, cher donateur,

Bulletin n 10 2014. Cher adhérent, cher donateur, Bulletin n 10 2014 Cher adhérent, cher donateur, La maladie crée souvent une situation de stress aussi il nous a semblé nécessaire de préciser les différentes étapes du parcours de soins afin de faciliter

Plus en détail

Faut-il encore modifier nos pratiques en 2013?

Faut-il encore modifier nos pratiques en 2013? Anti-agrégants, anticoagulants et Endoscopie digestive Faut-il encore modifier nos pratiques en 2013? Christian Boustière, Marseille ANGIOPAS Essai de phase II randomisé multicentrique évaluant l efficacité

Plus en détail

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation Livret des nouveaux anticoagulants oraux Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation DONNÉES DU PATIENT Nom Adresse Tél MÉDECIN TRAITANT Nom Adresse Tél SPÉCIALISTE Nom Hôpital Tél MÉDICAMENT

Plus en détail

Sources bibliographiques :

Sources bibliographiques : AP-HM LBM 00PREP01D004 Date d application: 2014-06-16 Version : 3 Rédaction : ALBANESE Brigitte, AILLAUD Marie Françoise, ARNOUX Dominique Validation : MORANGE Pierre, DIGNAT-GEORGE Françoise Approbation

Plus en détail

MTEV Stratégie Diagnostique

MTEV Stratégie Diagnostique MTEV Stratégie Diagnostique Pr Anne LONG, Médecine Vasculaire Faculté de Médecine et de Maïeutique Lyon Sud Charles Mérieux Hôpital Edouard Herriot Mars 2015 MTEV TVP et EP : les 2 manifestations aiguës

Plus en détail

ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE. Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux

ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE. Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux TA cible < 140/90 mmhg (grade A) Prévenir la variabilité tensionnelle

Plus en détail

Prévention secondaire des AVC

Prévention secondaire des AVC Prévention secondaire des AVC S.ZEKRI*, N. DAMMENE-DEBBIH** *Service de Médecine Interne Clinique Arezki Kehal Hôpital Birtraria El Biar Alger **Service de Médecine Interne Hôpital Central de l Armée Ain

Plus en détail

Les données présentées à l ACC concernant la rosuvastatine

Les données présentées à l ACC concernant la rosuvastatine CONGRES American College of Cardiology Mars 2009 F. DIEVART Clinique Villette, PARIS. Les études avec la rosuvastatine (AURORA et les analyses de JUPITER) et l étude ACTIVE A Les données présentées à l

Plus en détail

Pathologies rares et contraception Les maladies à risque thrombotique

Pathologies rares et contraception Les maladies à risque thrombotique Pathologies rares et contraception Les maladies à risque thrombotique Geneviève Plu-Bureau Gynécologie Endocrinologie, Hôpitaux universitaires Paris Centre, Port-Royal Unité d hémostase, Hôpital Cochin

Plus en détail

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014 Etude descriptive des accidents hémorragiques sous Nouveaux Anticoagulants Oraux au Service d Accueil des Urgences du CHU de Besançon entre janvier 2012 et janvier 2014 { Dr Claire KANY SAMU Besançon KEPKA

Plus en détail

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Anticoagulants I. Antiagrégants plaquettaires 1. Rappel Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Formation

Plus en détail

Contraception. La contraception a été un progrès médical et social qui a transformé la vie des femmes. But de la contraception

Contraception. La contraception a été un progrès médical et social qui a transformé la vie des femmes. But de la contraception Pilules contraceptives et risques thrombotiques Jacqueline Conard - Hématologie Biologique Hôtel-Dieu - Médecine Vasculaire, Hôpital Saint Joseph Paris Contraception La contraception a été un progrès médical

Plus en détail

Dossier n 1. Conférences d Internat 07-08 (DCEM 3) Révision Module 9 Mardi 30 octobre 07 Dr BURA-RIVIERE Alessandra

Dossier n 1. Conférences d Internat 07-08 (DCEM 3) Révision Module 9 Mardi 30 octobre 07 Dr BURA-RIVIERE Alessandra Dossier n 1 Madame A, 30 ans, primipare, a accouché par césarienne à 36 SA d un enfant en bonne santé. Elle a été hospitalisée deux semaines avant l accouchement pour une menace d accouchement. A son retour

Plus en détail

Forum Médical de Rangueil 19 Octobre 2006

Forum Médical de Rangueil 19 Octobre 2006 Forum Médical de Rangueil 19 Octobre 2006 Auto-immunité et Hémostase Modérateur : Dr M BINIASZ 1. Conduite à tenir devant une phlébite inopinée : Pr Daniel ADOUE, Service de Médecine Interne, Hôpital Purpan

Plus en détail

Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 22 questions.

Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 22 questions. Mis à jour le 23/01/2013 Questions/Réponses Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 22 questions. 1. Quelles sont les récentes recommandations émises par le Ministère de la Santé concernant

Plus en détail

Hémostase. Laboratoire d Hématologie Angers. Octobre 2012 Cours IFSI

Hémostase. Laboratoire d Hématologie Angers. Octobre 2012 Cours IFSI Hémostase Laboratoire d Hématologie Angers Octobre 2012 Cours IFSI Introduction (2) Activation simultanée de différentes fonctions biologiques spécifiques ayant des cinétiques différentes, et se succédant

Plus en détail

Prise en charge des nodules thyroïdiens. Dr Béatrice Godouet-Getti 21 Novembre 2013

Prise en charge des nodules thyroïdiens. Dr Béatrice Godouet-Getti 21 Novembre 2013 Prise en charge des nodules thyroïdiens Dr Béatrice Godouet-Getti 21 Novembre 2013 Recommandations Américaines 2009, Européennes 2010, Françaises 2011 Généralités sur les nodules thyroïdiens Nodules cliniques

Plus en détail

Bon usage des agents antiplaquettaires

Bon usage des agents antiplaquettaires RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE Bon usage des agents antiplaquettaires RECOMMANDATIONS Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé, juin 2012 1 PLAN PRINCIPAUX MESSAGES...4 INTRODUCTION...5

Plus en détail

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK.

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. FORGENI 17/09/2009 Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. Recommandation HAS avril 2008 P NAMBOTIN, R BOUSSAGEON, J L MAS, J M ORIOL, B SENEZ

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC)

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) Introduction Cette brochure est destinée à toute personne dont le traitement nécessite la prise d un médicament de la classe «nouveaux anticoagulants oraux». Elle

Plus en détail

Les syndromes myéloprolifératifs Dr Fatiha Boulmerka Laboratoire CHdN ETTELBRUCK 26 mars 2015 1 Hématopoïèse L hématopoïèse représente l ensemble des processus physiologiques qui concourent à la fabrication,

Plus en détail

Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires :

Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires : Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires : Gestion du TTT antithrombotique en péri-opératoire d une chirurgie carcinologique : Par an en France : _120 000 IDM _200 000 stents implantés : (110

Plus en détail

Jordan WM. Lancet 1961;i:1146

Jordan WM. Lancet 1961;i:1146 TRAITEMENTS HORMONAUX ET RISQUE DE M.T.E.V. Y. Dargaud DIU d Hémostase Clinique et Thrombose Lyon, 26.03.2015 Les Contraceptifs Oraux Combinés La contraception orale estro-progestative est le mode de contraception

Plus en détail

LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque?

LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque? LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque? Jean-Philippe BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Mourad DERGUINI Hôpital de Kouba - Alger SAERM, Alger 2015 Le risque

Plus en détail

LES EFFETS INDESIRABLES GRAVES DONNEURS

LES EFFETS INDESIRABLES GRAVES DONNEURS LES EFFETS INDESIRABLES GRAVES DONNEURS Données et réflexions r en 2010 Congrès de la SFH Jeudi 24 novembre 2011 Marion SIMONET Pôle Vigilances / Direction Médicale / EFS Siège www.etablissement-francais-du-sang.fr

Plus en détail

Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux

Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux Anne GODIER Service d Anesthésie-Réanimation Hopital Cochin Paris Table ronde anticoagulants 15 novembre 2013 Conflits

Plus en détail

Chap.3 L HEMOSTASEL. I- I- Les Mécanismes M l Hémostase. 2) 2) L Hémostase L Secondaire 3) 3) La La Fibrinolyse. II- Les Troubles de de l Hémostase

Chap.3 L HEMOSTASEL. I- I- Les Mécanismes M l Hémostase. 2) 2) L Hémostase L Secondaire 3) 3) La La Fibrinolyse. II- Les Troubles de de l Hémostase Chap.3 L HEMOSTASEL I- I- Les Mécanismes M de de l Hémostase 1) 1) L Hémostase L Primaire 2) 2) L Hémostase L Secondaire 3) 3) La La Fibrinolyse II- Les Troubles de de l Hémostase Quand le sang ne coagule

Plus en détail

Orthorisq journée de formation 2013. «Défaillance de la prise en charge d un patient sous anticoagulants ou sous antiagrégant plaquettaire»

Orthorisq journée de formation 2013. «Défaillance de la prise en charge d un patient sous anticoagulants ou sous antiagrégant plaquettaire» Orthorisq journée de formation 2013 «Défaillance de la prise en charge d un patient sous ou sous antiagrégant plaquettaire» Christel Conso Chirurgien orthopédiste Institut Mutualiste Montsouris Olivier

Plus en détail

Questions/Réponses. Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 18 questions.

Questions/Réponses. Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 18 questions. Questions/Réponses Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 18 questions. 1. Qu est-ce qu un contraceptif oral combiné? 2. De quelle génération est ma pilule? 1 ère, 2 ème, 3 ème ou 4 ème génération?

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

Atelier N 2. Consultation de patientes porteuses d une maladie générale

Atelier N 2. Consultation de patientes porteuses d une maladie générale Atelier N 2 Consultation de patientes porteuses d une maladie générale Contre indica,ons à la grossesse Hypertension artérielle pulmonaire >30mmHg Maladie de Marfan (dilatation aortique>4 cm) Rétrécissement

Plus en détail

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne.

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne. Pathologies chroniques et séjour en altitude : Recommandations pour le médecin généraliste D après la thèse du Dr Gilles de Taffin Les recommandations d usage à rappeler : Éviter l arrivée directe à des

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Christelle MARQUIE CHRU de Lille Clinique de Cardiologie L i l l e 2 Université du Droit et de la Santé Les NOAG: QCM 1. ont les mêmes indications que

Plus en détail

Section II. Examens génétiques.

Section II. Examens génétiques. - 1 - Section II. Examens génétiques. 1 er. Tests de biologie moléculaire sur du matériel génétique humain pour des affections acquises. A. "07.06.2007 + A.R. 04.05.2010 M.B. 07.06.2010 Application : 01.08.2010»

Plus en détail

Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes

Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes AIDE À LA PRATIQUE Cancer du sein Quelles modalités de dépistage, pour quelles femmes? Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes décèdent des suites de cette maladie.

Plus en détail

Hormones et thrombose veineuse

Hormones et thrombose veineuse Hormones et thrombose veineuse Jacqueline Conard Sce Hématologie Biologique Hôtel-Dieu, Paris Contraception hormonale Contraception hormonale CO estro-progestative (orale, classique) Estrogène : éthinyl-estradiol

Plus en détail

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES?

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? Chaque année, près de 49 000 cas de cancer du sein sont détectés et 11 900 femmes décèdent des suites de cette maladie. Pourtant, détecté

Plus en détail

INSUFFISANCE HEPATIQUE ESTIMATION DU RISQUE HEMORRAGIQUE PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE EN CONTEXTE CHIRURGICAL

INSUFFISANCE HEPATIQUE ESTIMATION DU RISQUE HEMORRAGIQUE PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE EN CONTEXTE CHIRURGICAL INSUFFISANCE HEPATIQUE ESTIMATION DU RISQUE HEMORRAGIQUE PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE EN CONTEXTE CHIRURGICAL DIU THROMBOSE ET HEMOSTASE CLINIQUE Lyon 23 Janvier 2015 Larbi BOUDAOUD PH Hématologie Biologique

Plus en détail

Maladie de Willebrand. Informations et conseils

Maladie de Willebrand. Informations et conseils Ministère de la Santé et des Solidarités Direction Générale de la Santé Informations et conseils Maladie de Willebrand Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec la carte de soins.

Plus en détail

MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE DU SUJET AGE. Dr I DEFOUILLOY CHU AMIENS

MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE DU SUJET AGE. Dr I DEFOUILLOY CHU AMIENS MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE DU SUJET AGE Dr I DEFOUILLOY CHU AMIENS DEFINITION FORMATION D UN THROMBUS DANS UNE VEINE DISTALE OU PROXIMALE (FEMORO-POPLITEE OU PELVIENNE) DONT LE RISQUE IMMEDIAT EST

Plus en détail

Prise en charge de l IDM ; Rôle infirmier

Prise en charge de l IDM ; Rôle infirmier Définition Prise en charge de l IDM ; Rôle infirmier Compétence 4 UE 2.8 Véronique Nédélec-Gimbert octobre 2012 L'infarctus du myocarde (IDM étant une abréviation courante) est une nécrose (mort de cellules)

Plus en détail

En France, l âge médian du premier

En France, l âge médian du premier Choix de la première contraception RÉSUMÉ : Proposer une contraception adéquate chez les adolescentes est primordial afin d éviter toute grossesse non désirée. Il est indispensable de conseiller les jeunes

Plus en détail

Contraception. Les recommandations HAS

Contraception. Les recommandations HAS Contraception Les recommandations HAS Recommandations HAS Recommandations pour la pratique clinique : stratégies de choix des méthodes contraceptives chez la femme. ANAES, 7 décembre 2004 Laisser les personnes

Plus en détail

Mémoire pour le DIU de Pédagogie Médicale

Mémoire pour le DIU de Pédagogie Médicale Valérie Bardet Service d Hématologie Biologique CHU Cochin-Port Royal valerie.bardet@cch.aphp.fr Mémoire pour le DIU de Pédagogie Médicale Septembre 2005 Titre du projet : Mise en place d un outil pédagogique

Plus en détail

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008 Les anticoagulants PM Garcia Sam Hamati sofomec 2008 1 Les anticoagulants sofomec 2008 point de vue HAS AVK = 13% des hospitalisations pour accidents iatrogènes 17 000 hospitalisations / an /France pas

Plus en détail

Liens d intérêt. Aucun

Liens d intérêt. Aucun U961 Traitement des TVP àla phase aiguëen 2012 Stéphane ZUILY MCU-PH Unité de Médecine Vasculaire CHU de Nancy Centre de compétence régional maladies vasculaires rares Université de Lorraine INSERM U961

Plus en détail

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP 83983 Volume 23 - Novembre 2013 - hors- série 6 Chirurgie ambulatoire en Urologie Cette recommandation de bonne pratique a reçu le label de la HAS. Ce label signifie que cette recommandation de bonne pratique

Plus en détail

Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage

Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Séminaire Dépistage organisé des cancers 23 juin 2014 Dr Olivier Scemama Adjoint au chef du service

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

Indications et modalités du traitement anticoagulant préventif pendant la grossesse et le post partum

Indications et modalités du traitement anticoagulant préventif pendant la grossesse et le post partum Indications et modalités du traitement anticoagulant préventif pendant la grossesse et le post partum RÉSUMÉ : La maladie thromboembolique est la troisième cause de décès maternel dont 23 % sont potentiellement

Plus en détail

Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral. - Aspects médicaux -

Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral. - Aspects médicaux - RECOMMANDATIONS POUR LA PRATIQUE CLINIQUE Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral - Aspects médicaux - Synthèse des recommandations SEPTEMBRE 2002 Service

Plus en détail

Intérêt. Intérêt. Réalisation pratique. Réalisation pratique. Application pratique. Application pratique RECHERCHE DE TVP

Intérêt. Intérêt. Réalisation pratique. Réalisation pratique. Application pratique. Application pratique RECHERCHE DE TVP DIUMUS 2014 2015 UNIVERSITE MONTPELLIER I / UNIVERSITE DE LA MEDITERRANEE / UNIVERSITE NICE SOPHIA ANTIPOLIS FACULTES DE MEDECINE DE MONTPELLIER NÎMES/ MARSEILLE / NICE ANNEE UNIVERSITAIRE 2014 2015 Techniques

Plus en détail

Prévention des cancers. Pr GANRY

Prévention des cancers. Pr GANRY Prévention des cancers Pr GANRY Pourquoi mettre en place une politique de prévention? Cancers de mauvais pronostic: ORL, œsophage, estomac. effet connu de l arrêt du tabagisme, de l alcoolisme Efficacité

Plus en détail

E03 - Héparines non fractionnées (HNF)

E03 - Héparines non fractionnées (HNF) E03-1 E03 - Héparines non fractionnées (HNF) Les héparines sont des anticoagulants agissant par voie parentérale. 1. Modalités d u tilisation Mode d action : l héparine est un cofacteur de l antithrombine

Plus en détail

DOSSIER SPECIAL : La contraception orale

DOSSIER SPECIAL : La contraception orale 31 La lettre de l Union Janvier 2014 Semestriel Union Régionale des Professionnels de Santé Franche-Comté, Médecins Libéraux Le supplément DOSSIER SPECIAL : La contraception orale La polémique > p. 2 Les

Plus en détail

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Dr A.Lillo-Le Louët, Centre Régional de Pharmacovigilance (CRPV) Paris-HEGP Avec avec Dr P.Lainé, CRPV - Angers Préambule Directeur du Centre Régional

Plus en détail

MTEV. La thrombophlébite (2) La thrombophlébite (1) Thrombophlébite 24/01/2010 PREVENTION DE LA MALADIE VEINEUSE THROMBO-EMBOLIQUE

MTEV. La thrombophlébite (2) La thrombophlébite (1) Thrombophlébite 24/01/2010 PREVENTION DE LA MALADIE VEINEUSE THROMBO-EMBOLIQUE MTEV PREVENTION DE LA MALADIE VEINEUSE THROMBO-EMBOLIQUE Dr Jean-Mathieu Pujalte Hôpital Saint-Louis TVP Risque d embolie pulmonaire 50% si TVP proximale Mortalité? 10 à 1% Laroche JP. JEMU 1995;16(4):

Plus en détail

Contraception en consultation. Nguyen Caroline

Contraception en consultation. Nguyen Caroline Contraception en consultation Nguyen Caroline Généralités 75% des femmes de 15 à 50 ans utilisent un moyen contraceptif 60% une contraception orale (88% des 20-24 ans) 24% un DIU Le préservatif est utilisé

Plus en détail

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Lépirudine REFLUDAN o Désirudine

Plus en détail

prévention et prise en charge

prévention et prise en charge Recommandation de bonne pratique - 15 juillet 2013 Thromboses artérielles et veineuses dans le cadre de l assistance médicale à la procréation (AMP) : prévention et prise en charge Méthode «Recommandations

Plus en détail

Item 105 : Surveillance des porteurs de valve et de prothèse vasculaire

Item 105 : Surveillance des porteurs de valve et de prothèse vasculaire Item 105 : Surveillance des porteurs de valve et de prothèse vasculaire Collège des Enseignants de Médecine vasculaire et Chirurgie vasculaire Date de création du document 2010-2011 Table des matières

Plus en détail

Drainage du LCR. Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile

Drainage du LCR. Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile Drainage du LCR Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile Service de Chirurgie Vasculaire Pôle Cardio-Thoracique et Vasculaire Hôpital de la Timone, Marseille Ischémie médullaire après TEVAR

Plus en détail

EPU.B. Contraception de l adolescente et de la femme de plus de 40 ans

EPU.B. Contraception de l adolescente et de la femme de plus de 40 ans EPU.B Contraception de l adolescente et de la femme de plus de 40 ans Contraception de l adolescente - Age moyen des premiers rapports : 15 16 ans - 20 % des adolescentes ont déjà eu des rapports avant

Plus en détail

Le bilan pré opératoire en gynécologie obstétrique

Le bilan pré opératoire en gynécologie obstétrique Le bilan pré opératoire en gynécologie obstétrique JC Mangin Anesthésiste réanimateur Centre Olympe de Gouges CHU Bretonneau Tours mardi_11_juin_2013 Recommandations formalisées d experts SFAR 2012 Le

Plus en détail

NODULES THYROIDIENS EN 2013. Dr Valérie Brulport Cerisier

NODULES THYROIDIENS EN 2013. Dr Valérie Brulport Cerisier NODULES THYROIDIENS EN 2013 Dr Valérie Brulport Cerisier Définition : hypertrophie localisée de la thyroide palpable et/ ou identifié Première manifestation d une dystrophie plurinodulaire avec le temps

Plus en détail

Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO. Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille

Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO. Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille ANTIVITAMINES K ANTIVITAMINES K Antidotes disponibles (CCP, vit

Plus en détail

SYNDRÔME CORONARIEN AIGU ST-

SYNDRÔME CORONARIEN AIGU ST- SYNDRÔME CORONARIEN AIGU ST- C est la forme la plus fréquente du syndrome coronarien aigu. En dépit des progrès réalisés, la mortalité globale reste élevée, équivalente à celle du SCA ST + à 6 mois. Il

Plus en détail

Thrombopénie et grossesse

Thrombopénie et grossesse Thrombopénie et grossesse Mehdi KHELLAF Service de Médecine Interne Centre de Référence des Cytopénies Auto Immunes CHU Henri Mondor, Créteil mehdi.khellaf@hmn.aphp.fr http://www.pti-ahai.fr Plan Les diagnostics

Plus en détail

Les anticoagulants. 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux

Les anticoagulants. 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux Les anticoagulants 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux Traitements I. Héparine et HBPM II. Antivitamines K (AVK) III. Hirudines recombinantes IV. Inhibiteurs sélectifs

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pr. Alessandra Bura-Rivière, Service de Médecine Vasculaire Hôpital Rangueil, 1 avenue Jean Poulhès, 31059 Toulouse cedex 9 INTRODUCTION Depuis plus de cinquante ans, les héparines

Plus en détail

quelques piäges en imagerie håpatique

quelques piäges en imagerie håpatique quelques piäges en imagerie håpatique 1- les troubles perfusionnels et autres anomalies vasculaires non tumorales 2- la ståatose et les låsions graisseuses les troubles perfusionnels effet tampon shunts

Plus en détail

Liste des collaborateurs... Note au lecteur... Correspondance des numéros d'items traités dans cet ouvrage... Abbréviations...

Liste des collaborateurs... Note au lecteur... Correspondance des numéros d'items traités dans cet ouvrage... Abbréviations... I Liste des collaborateurs.... Note au lecteur... Correspondance des numéros d'items traités dans cet ouvrage... Abbréviations... Hématologie cellulaire Oncohématologie 1 Introduction à l'hématologie....

Plus en détail