Police et contrôle social CRM 3705 A. Professeure Line Beauchesne Hiver 2014 PLAN DE COURS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Police et contrôle social CRM 3705 A. Professeure Line Beauchesne Hiver 2014 PLAN DE COURS"

Transcription

1 Département de criminologie Department of Criminology Université / University, Ottawa, ON K1N 6N5 Police et contrôle social CRM 3705 A Professeure Line Beauchesne Hiver 2014 PLAN DE COURS Horaire du cours : Disponibilité du professeur: Courrier électronique : Lundi, 13h à 14h30 Mercredi, 11h30 à 13h Salle LMX221 Bureau : FSS Assistant : Renaud Savage Sur campus virtuel (learn) : Oui <<Il n'y a que deux dangers qui menacent le monde actuel : l'ordre et le désordre. >> Valery

2 2 DESCRIPTION OFFICIELLE DU COURS CRM Police et contrôle social (3h.p.s.s.-3cr.) Examen des différents pouvoirs et pratiques de la police en regard des libertés civiles et du contrôle social. Préalable : 15 crédits CRM complétés. OBJECTIFS GÉNÉRAUX DU COURS 1.- Analyser la portée et les limites des contrôles institutionnels des opérations policières en matière de renseignements et de sécurité : contenu des grandes Commissions publiques d'enquête canadiennes à ce sujet, connaissance de l'évolution des pratiques et des changements organisationnels de la GRC et du SCRS. 2.- Analyser la portée et les limites des contrôles institutionnels des opérations policières en matière criminelle : distinction entre la déviance structurelle propre à certaines pratiques policières et la déviance individuelle propre aux écarts de certains policiers, connaissance des différents contrôles juridiques, administratifs, externes et internes mis en place pour contrôler la police 3.- Analyser la portée et les limites des contrôles institutionnels face à la croissance de la privatisation et de la multiplication des contrôles au nom de la sécurité. OBJECTIFS SPÉCIFIQUES Voir les descriptifs des thèmes du cours MÉTHODES PÉDAGOGIQUES Exposés magistraux, films, conférencier invité.

3 3 MODALITÉS D ÉVALUATION A- Il y aura un travail d une valeur de 35% sur le thème I à remettre à le 24 février : double interligne, (Calibri 11), 12 pages MAXIMUM si fait seul, 20 pages si fait à deux. B- Il y aura un examen avec des questions à court développement le 19 mars sur le thème II qui aura une valeur de 25%. À livre fermé. C- Il y aura un examen avec des questions à long développement sur le Thème II d une valeur de 30%. À livre fermé. Période d examens. D Présence (conférence, films) : 10% Les critères d'évaluation pour le travail écrit sont : -- la clarté (ce qui sous-entend une présentation adéquate et une orthographe soignée); -- la cohésion (les éléments et les arguments du travail ont une logique entre eux en fonction de l'hypothèse de départ); -- la capacité de synthèse sur la question. Pondération /Résumé Outil d évaluation Pondération Échéance Examen Thème I 35 % 24 février 2014 Examen Thème II 25 % 19 mars 2014 Travail final 30 % Avril Cas de discussion 10 % Tout au long de la session

4 4 Pour des conseils utiles sur la façon de rédiger des travaux universitaires, veuillez vous référer au site Web suivant : Absence à un examen ou remise tardive d un travail L absence à un examen ou à un test ou la remise tardive d un travail pour cause de maladie doit être justifiée dans les 5 jours MAXIMUM suivant l absence ou le retard, sinon la personne sera pénalisée. La Faculté se réserve le droit d accepter ou de refuser la raison avancée. Les raisons telles que les voyages, le travail et les erreurs commises dans la lecture de l horaire des examens ne sont pas acceptées. Attention à la fraude scolaire! La fraude scolaire est un acte commis par une étudiante 1 qui peut fausser l évaluation scolaire (c est-à-dire les travaux, tests, examens, etc.). Elle n est pas tolérée par l Université. Toute personne trouvée coupable de fraude est passible de sanctions sévères. On ne peut plaider l ignorance en cas de fraude. En cas de doute, il est de votre responsabilité de consulter l annuaire de votre faculté ou le site Web de l Université à l adresse suivante : sous la rubrique «Outils pour la rédaction des travaux». Au cours de la dernière session, la majorité des personnes trouvées coupables de fraude ont eu la note «F» dans le cours concerné et se sont vues imposé l ajout de trois à douze crédits supplémentaires dans les exigences de leur programme d études. Vous pouvez vous référer au règlement à l adresse suivante : 1 Dans ce syllabus, le féminin inclut le masculin.

5 5 CONSIGNES SUR LE COMPORTEMENT EN CLASSE Prière de faire preuve de respect à l égard des autres en éteignant la sonnerie de votre téléphone portable et en ne consultant pas votre téléphone durant les heures de classe. EN RESUME, PAS DE CELLULAIRE SUR LES BUREAUX. Les ordinateurs ne sont tolérés qu à condition qu ils ne soient pas branchés au réseau sans fil de l université. Les enregistrements audio ou vidéo sont strictement interdits sans une permission explicite de la part de la professeure. Les étudiantes qui ne suivent pas cette consigne seront invitées à quitter la salle de classe. S il y a des points de participation ce jour-là pour une activité, l étudiante perd ses points. Lectures à se procurer pour le cours. Le syllabus indique les liens vers les textes sur le WEB ou virtuels vers la bibliothèque. Pour d autres textes, le syllabus indique qu ils sont en PDF sur le Campus virtuel. Enfin, il y a un livre que l on peut se procurer (texte 25) à rabais (13$). J en ai quelques exemplaires que j amènerai en classe. DÉROULEMENT DU COURS

6 6 Thème I La responsabilité politique du contrôle des activités en matière de renseignements et de sécurité jusqu en 1990 Prélude : L histoire du service de renseignement jusqu à la 2 e Guerre mondiale (Notes de cours sur le Campus virtuel) INTRODUCTION : Les principes de fonctionnement de tout service de renseignement et de sécurité qui prêtent aisément à dérapage (Notes de cours sur le Campus virtuel) 1) L organisation du système de renseignement au lendemain de la 2 e Guerre mondiale et les problèmes que cela pose) (Notes de cours sur le Campus virtuel) 2) L'affaire Gouzenko en 1946 et les lacunes des directives politiques qui ont suivi en matière de renseignements et de sécurité. : abus à l égard des citoyens par la GRC qui ont mené à la Commission Mackenzie en (Notes de cours sur le Campus virtuel) 3) Recommandations de la Commission Mackenzie en 1968 pour éviter à l'avenir ces dérives juridiques et opérationnelles et assurer une responsabilité politique plus adéquate en matière de renseignements et de sécurité : la séparation des services de renseignements et de sécurité (SRS) de la GRC par la création d un service civil avec une formation appropriée à ce type d activités + une structure politique de contrôle qui définit clairement les cibles et analyse les activités en matière de renseignement et de sécurité. Le gouvernement n a pas suivi ces recommandations et a même encouragé la GRC à continuer son travail dans la même direction mais cette fois à l égard des séparatistes québécois. (Notes de cours sur le Campus virtuel) 4) La directive de Trudeau le 19 décembre 1969 (texte 1) et le rôle de la GRC suite à cette directive qui ont débouché sur les événements d Octobre 70 au Québec (voir annexe A du syllabus + textes 2,3)

7 7 5) Directive de 1971 (Texte 4) : exemples d opérations qui en ont découlé sur les séparatistes au Québec. (Pas de texte. Prendre des notes.) 6)Exemples d opérations sur d autres groupes au Québec ou à l extérieur du Québec. (texte 5) 7) Réaction politique fédérale pour éviter les enquêtes sur la GRC : le gouvernement fédéral, pour protéger la GRC qui commençait â être soupçonnée d'interventions illégales, a modifié les lois de manière à ce tout ce qui était fait au nom de la sécurité nationale par la GRC ne puisse plus être examiné par l'extérieur. (texte 6) 8) Tentative de dévoilement des activités abusives de la GRC au Québec par le Parti Québécois à l aide de la Commission Keable et neutralisation de cette commission par le fédéral à l aide la Commission Macdonald et leurs résultats en termes pénaux. (Texte 7) 9) de ces commissions en termes politiques : création du Service civil de renseignements et de sécurité avec plus de pouvoirs dans ses fonctions que la GRC et, pour la première fois, l accès au Centre de la sécurité des télécommunications (CST). (texte 8) Son implantation sous la gouverne de la GRC (Texte 9) et sa gestion sous la gouverne des Américains (Texte 10). 10) Les bagarres entre ce nouveau service civil et la GRC (Texte 11), la persistance à prioriser la chasse aux communistes et la désorganisation, non seulement nuiront à plusieurs opérations, mais auront des conséquences dramatiques : l explosion du vol d Air India le 23 juin 1985 tuant 329 passagers et membres d équipages. (texte 12) 11) Les difficultés en matière d habilitations de sécurité constituent également l illustration d une absence de contrôle politique adéquat prêtant non seulement à des difficultés d organisation, mais également à des abus. (texte 13-14) 11) Bilan du SCRS 5 ans après sa création. (texte 15)

8 8 Texte 1 CLÉROUX, R. (1993) Pleins feux sur les services secrets canadiens, Québec : Les éditions de l'homme. (N.B. Existe aussi en version anglaise) p Texte 2 PARIZEAU, A. (1980) L'Armée et la crise d'octobre Criminologie Vol.XX (1) Extrait : Texte 3 BRODEUR, J.P. (1980) La crise d'octobre et les commissions d'enquête idem Texte 4 CLÉROUX, R. op.cit. p.280. Texte 5 WHITAKER, R., G. S. KEALY et A. PARNABY (2012) Secret Service : Political Policing in Canada from the Fenians to Fortress America Toronto : University of Toronto Press. Extrait pp (PDF - Campus virtuel) Texte 6 LIGUE DES DROITS DE L'HOMME DU QUÉBEC (1978) La législation en matière de "sécurité nationale' au Canada dans La police secrète au Québec Québec : Québec/Amérique Texte 7 CLÉROUX, R. op.cit. pp

9 9 Texte 8 ROSEN, P. (1993) Le Centre de la sécurité des télécommunications L organisme de renseignement le plus secret du Canada, Ottawa : Gouvernement du Canada. Texte 9 CLÉROUX, R. op.cit. chap.iii Texte 10 CLÉROUX, R. op.cit. chap.iv. (extrait ) Texte 11 CLÉROUX, R. op.cit. chap.vi et p.329. Texte 12 WHITAKER, R. et al., op.cit., Texte 13 CLÉROUX, R. op.cit. chap.viii. Texte 14 WHITAKER, R. et al., op.cit., Texte 15 CLÉROUX, R. op.cit. chap.x.

10 10 THEME II La responsabilité politique de contrôle des activités de maintien de l ordre et sa complexification avec la multiplication des acteurs privés liés à la sécurité La gestion et la formation amènent une solidarité de protection qui se traduit en une Omerta policière à l égard de la déviance policière. (Texte 16-17) Il faut ajouter à ceci l opposition syndicale à tout contrôle extérieur de la police et son soutien fort tangible à cette Omerta policière, telle que l illustre l affaire Matticks (Annexe B du syllabus), qui amène un certain sentiment d impunité face à cette déviance. (texte 18) Au regard de cette situation, l Ontario a mis en place une Unité spéciale d enquête (USP) entièrement civile en 1990 afin d assurer son indépendance des policiers lors des enquêtes. Mais cela ne va pas sans mal car le politique est le plus grand obstacle au fonctionnement de l USP. (texte 19) Intégrant les apprentissages que l on peut faire de ce qui se passe en Ontario et ailleurs, la Protecteur du citoyen du Québec recommande un mécanisme de contrôle entièrement civil. (texte 20). Toutefois, ces mécanismes permettent peu de considérer une situation opérationnelle où même le politique peut être responsable de dérapages policiers, tel que l illustre le règlement 233/10 émis par le gouvernement lors du Sommet du G 20, (texte 21) et d envisager le suivi des situations problématiques sous l angle de la prévention plutôt que de la punition. Si l objectif des enquêtes sur des incidents problématiques était changé, cela faciliterait l amélioration des pratiques policières. (texte 22) Cette réflexion sur l objectif et le fonctionnement des mécanismes de contrôles est d autant plus nécessaire avec la montée de nouvelles formes de sécurité privée ces dernières années qui ont de plus en plus en interaction avec les citoyens tant au Canada (texte 23) qu à l échelle mondiale (texte 24). Et ceci est sans compter toute la technologie de contrôle fabriquée par le privé qui peut aisément prêter à des abus. (Annexe C)

11 11 Texte 16 ALAIN, M. (2004) Une mesure de la propension des policiers québécois à dénoncer des comportements dérogatoires, éléments de culture policière et cultures organisationnelles, Déviance et société Vol.28 (1) Texte 17 BEAUCHESNE, Line (2010) La police communautaire : un écran de fumée Montréal : Bayard Canada Livres. Extrait. Texte 18 MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ PUBLIQUE (1999) Sommaire des faits saillants du Rapport Poitras Québec. Texte 19 MARIN, A. Ombudsman of Ontario, Le sabordage de la surveillance, Décembre Texte 20 PROTECTEUR DU CITOYEN (2010) Pour un processus crédible, transparent et impartial qui inspire confiance et respect Rapport spécial sur la procédure d enquête appliqué au Québec lors d incidents impliquant des policiers Québec : Assemblée nationale, février. https://www.protecteurducitoyen.qc.ca/fileadmin/medias/pdf/rapports_speciaux/ _rapport_police_final.pdf Texte 21 MARIN, A. Ombudsman of Ontario, Pris au piège de la loi Décembre Texte 22 BEAUCHESNE, L. (2012) Le contrôle politique des activités de maintien de l ordre Réflexion. (PDF - Campus virtuel) Texte 23 MULONE, M. (2013) La sécurité privée au Canada : un avenir en pointillés Sécurité et Stratégie, no.13 (juin), Texte 24 HASSID, O. (2013) Entretien avec Stéphan Crétier, président de Garda Sécurité et Stratégie, no.13 (juin)

12 12 Thème III La responsabilité politique du contrôle des activités en matière de sécurité depuis 1990 A) Phénomènes dans les années 1990 qui ont amené le politique à orienter les SRS vers de nouvelles cibles (texte 25, 1 ière partie) Tableau de ce que sont les cibles aujourd hui en matière d espionnage : l exemple canadien. (Texte 26) Et l extension de leur travail sur la criminalité hybride et la criminalité transnationale : les nouvelles collaborations avec la police pour les SRS (Texte 27) B) La nouvelle implication du politique sur la gestion des SRS afin de résoudre ces problèmes et accroître leurs pouvoirs et la capacité de surveillance sera facilitée par les attentats de septembre 2001 aux États-Unis qui ont permis - de justifier l investissement massif dans les SRS suite à l adoption de lois antiterroristes qui étendent leur pouvoir de surveillance de ces derniers. Ce que fera le Canada en décembre 2001 en passant 4 mois seulement après les attentats une loi anti-terroriste qui, de toute évidence, avait été préparé bien avant ces attentats (texte 28). - un nouveau langage dans les politiques de sécurité qui justifie à la population l extension étatique des moyens de surveillance. Ce que fera le Canada en avril 2004, quand, pour la première fois, le gouvernement présente une politique d orientation en matière de sécurité nationale dans un document intitulé : Protéger une société ouverte : la politique canadienne de sécurité nationale, l État s excluant comme potentiel d abus dans ces pratiques et le risque étant déjà porteur dans sa définition d un profilage racial. (Texte 29) - La création de lois sur l appartenance à des groupes criminels ou terroristes qui permettent de diminuer les obstacles judiciaires que sont le droit à la vie privée et la présomption d innocence, facilitant la collaboration entre les SRS et la police (Texte 30) - La situation dans les aéroports montre le succès de cette opération politique, car la population subit les nouvelles mesures de surveillance sans protestation. (texte 31)

13 13 C) Conséquences de cet élargissement de la surveillance - Pourtant, il y a lieu de s inquiéter quand on considère, d une part, les problèmes institutionnels dans lesquels se déroule cette surveillance (compétition entre les agences texte 25, 2 e partie, données sans analyse), ce qu illustrent la surveillance dans les aéroports (texte 32), les échanges internationaux de données (texte 33) et certains certificats de sécurité émis au Canada qui ont donné lieu à des batailles judiciaires (texte 34). - Également, l usage de la torture devient de plus en plus légitime au nom de la lutte au terrorisme. (texte 35) - Les changements organisationnels dans les SRS afin de résoudre la compétition entre les agences et le manque d analyse (Textes 36) ont peu de succès. Mais ce qui en découle, soit les capacités nouvelles d interventions policières et même d agences privées de sécurité diminuent grandement les droits et libertés des citoyens. (texte 37). D) Qu est-ce qu une menace à la sécurité nationale? On peut se demander aujourd hui ce qui constitue une menace à la sécurité nationale. Le travail majeur des SRS n est probablement pas le terrorisme même si son articulation avec les droits et libertés en fait certainement l activité la plus délicate. Leur capacité d analyse est en fait de plus en plus cruciale pour augmenter la puissance économique et politique des pays qu ils desservent. Cela amène la formation nouvelle d agents spécialisés qui sauront participer plus activement à l utilisation de ces outils d information pour satisfaire à ces nouvelles visées de sécurité, surtout que l utilisation de ces moyens a l avantage juridiquement et politiquement ne pas être une véritable guerre même si les pays se font une véritable guerre économique et même politique par ces moyens. (Texte 38-39) Conclusion. Depuis les années 90, il y a une utilisation de plus en plus élargie des SRS pour accroître le pouvoir économique et politique des États qui se fait dans l augmentation des mécanismes de surveillance des populations et la diminution des garanties juridiques et judiciaires. Toutefois, comme l accroissement des contrôles fut aisément acheté par le discours sécuritaire de la lutte au terrorisme, il y a peu de réaction de la population même si de plus en plus ces contrôles sont l objet de l ensemble des acteurs de sécurité, publics et privés. Texte 25 BAUD, J. (2000) Défis du renseignement contemporain Éthique publique Vol.2(1) Texte 26 De PIERREBOURG, F. et M. JUNEAU-KATSUYA (2009) Ces espions venus d ailleurs, Enquêtes sur les activités d espionnage au Canada Montréal : Stanké. Extraits ,

14 14 (Livre qui peut être acheté sera amené en classe) Texte 27 BRODEUR, J.-P. (2003) Bleu et gris : L alliance méfiante dans Les visages de la police Montréal : PUM, Texte 28 WHITAKER, R., G. S. KEALY et A. PARNABY (2012) Secret Service : Political Policing in Canada from the Fenians to Fortress America Toronto : University of Toronto Press. Extrait pp (PDF Campus virtuel) Texte 29 BELL, C. (2006) Surveillance Strategies and Populations at Risk: Biopolitical Governance in Canada s National Security Policy Security Dialogue Vol.37 (2) Texte 30 MÉGIE, A. (2011) Surveillance et procédures pénales : l affirmation d un pouvoir judiciaire proactive Sphères de surveillance Montréal : PUM, pp Texte 31 LYON, D. (2006) Airport Screening, Surveillance, and Social Sorting: Canadian Responses to 9/11 in Context Canadian Journal of Criminology and Criminal Justice Vol.48 (3) Texte 32 ERICSON, R. V. (2006) Ten Uncertainties of Risk-Management Approaches to Security Canadian Journal of Criminology and Criminal Justice Vol.48 (3) Texte 33 BIGO, D. et P. PIAZZA (2011) La transnationalisation de l échange des données à caractère personnel à des fins de sécurité dans Sphères de surveillance Montréal : PUM,

15 15 Texte 34 WHITAKER, R., G. S. KEALY et A. PARNABY (2012) Secret Service : Political Policing in Canada from the Fenians to Fortress America Toronto : University of Toronto Press. Extrait pp PDF (Campus virtuel) Texte 35 WHITAKER, R., G. S. KEALY et A. PARNABY (2012) Secret Service : Political Policing in Canada from the Fenians to Fortress America Toronto : University of Toronto Press. Extrait pp PDF (Campus virtuel) Texte 36 BRODEUR, J.-P. (2007) Le Renseignement. L analyse en pratique : deux illustrations dans Traité de sécurité intérieure Montréal : Hurtubise, Texte 37 TAYLOR, W. et A. L. RUSSELL (2012) The failure of police fusion centers and the concept of a national intelligence sharing plan Police Practice and Research, Vol.13 (2) Texte 38 HUYGHE, F.-B. (2010) La cyberguerre et ses frontières dans Cyberguerre et guerre de l information : stratégies, règles, enjeux, sous la direction de Daniel Ventre Paris : Lavoisier, pp Texte 39 HARBULOT, C. (2002) Guerre par l information : la querelle des anciens et des modernes dans La guerre cognitive Paris : Lavauzelle, Extrait : 31 à 33.

16 16 Annexe A : rôle de la GRC en regard des autres acteurs lors des événements d octobre l'armée n'a joué à peu près aucun rôle dans les enquêtes, arrestations et abus commis contre des gens durant ces événements; elle fut appelée sous la déclaration <<d'insurrection appréhendée>>, tel que permis par la loi, et eût essentiellement un rôle de gardien de personnages publics et de propriétés privés; (texte 3) Par contre, - la police municipale de Montréal, qui voulait être la première à résoudre les enlèvements a eu l'idée de faire déclarer une <<insurrection appréhendée>> afin de justifier une extension de ses pouvoirs., elle n'avait que 15 à 20 noms de suspects qui pouvaient être reliés à l'affaire; difficile de définir que l'on appréhende une insurrection. (texte 4) - la Sûreté du Québec, qui voulait elle aussi être la première à résoudre les enlèvements, mais avait une bonne partie de son personnel affecté à la garde de personnes et biens publics à cause de la panique suite aux enlèvements, eût l'idée qu'avec la déclaration d'une insurrection appréhendée, elle pourrait faire appel à l'armée pour effectuer cette tâche, dégageant ainsi son personnel. Mais elle ne pouvait aider la police de Montréal dans son problème, elle n'avait aussi que 15 à 20 noms. (texte 4) - la GRC, qui avait reçu comme consigne de considérer les indépendantistes du Québec de la même manière qu'elle considérait les communistes, (texte 2) vit là une occasion de discréditer la gauche québécoise qui appuyait les indépendantistes, en les associant à la violence des felquistes. Elle donna des centaines de noms aux deux corps de police, leur permettant ainsi de réaliser leurs vœux. Pendant ce temps, elle s'est occupée de rédiger de faux communiqués qui maintenaient dans la population l'idée que les felquistes étaient très nombreux, puissants et armés. (texte 5) C'est ainsi qu'eût lieu tout un dérapage policier retardant la résolution des enquêtes sur les enlèvements et occasionnant des centaines d'arrestations, de perquisitions sans mandats, d'écoutes électroniques illégales, de mauvais traitements, etc.

17 17 24 mai 1994 SQ + GRC+SPCU M Saisie médiatisée de 26 tonnes de haschich au port de Montréal. Personne ne vient chercher la marchandis e Juin 1994 Procès des frères Matticks. on établit que la SQ a glissé dans les documents saisi chez eux de fausses attestions de douanes de ces conteneurs Juin 1994 Barbeau, alors directeur de la SQ a déclenché une enquête interne comme il se doit, suite au procès. Comme un officier inférieur ne peut interroger un officier supérieur que des hauts dirigeants de l escouade du crime organisé sont L Associatio n des policiers provinciaux du Québec (APPQ, syndicat de la SQ) se dépêche d informer ses policiers qu ils ont le droit de garder le silence. Enquête difficile et ce d autant plus que les trois enquêteurs sont mis en demeure par le syndicat de ne pas importuner des policiers en tentant de 12 mai 1995 Rapport de Michel Arcand qui explique qu il s agit d une erreur de bonne foi Ménard, pas satisfait, en saisit le Commissair e à la déontologi e policière pour qu il fasse enquête. 26 août 1995 Hilaire Isabelle, un des trois enquêteurs de Barbeau, participe à une rencontre sociale avec des policiers. Il se fait menacer par Arcand et d autres policiers de représailles s il ne soutient pas la conclusion de son rapport à l effet qu il s agit d une 21 septem bre policiers sont mis en accusation en rapport avec l enquête. On est en pleine négociation collective avec le syndicat. Annexe B Décemb re 1995 Ménard est mis au courant des menaces subies par Isabelle en août. Il est furieux que Barbeau n ait rien fait contre les policiers qui ont proféré ces menaces et ne donne pas de soutien supplémen taire aux enquêteurs Février 1996 Barbeau déclenche finalement une enquête administrat ive sur l incident du 26 août 22 mai 1996 Rencontre de Barbeau avec Perreault (qui a remplacé Ménard) Les 4 policiers accusés sont acquittés. Perreault considère que les enquêtes internes de Barbeau piétinent. 10 juin 1996 Le juge Bonin est nommé à la tête de la Commissio n externe. Mandat de cette commissio n : la bavure du 24 mai + tous les problèmes d enquête qui sont suivis dans la police. Les documents liés à l enquête entreposés dans les locaux de la Commissio n sont volés en octobre. Octobre 1996 Le même jour que le juge Bonin, Barbeau démissionn e. Son remplaçant se dépêche de nommer des officiers de la SQ pour faire une enquête disciplinair e contre les membres de l ancien Comité d enquête Mandat Enquêter sur les pratiques de la SQ en matière d enquêtes criminelles et d enquêtes internes. Durée 2 ans.

18 18 Fouilles et saisies, entre autres, chez les frères Matticks pour tenter de relier des gens à cette saisie de drogues Avortemen t du procès. Le ministre de la sécurité publique, Serge Ménard, demande au capitaine Michel Arcand de la SQ de lui faire rapport sur l affaire en cause. impliqués, il ne désigne pas les enquêteurs réguliers pour faire l enquête. Il nomme son directeur adjoint, un capitaine et un inspecteur dans un Comité d enquête ad hoc. Ces enquêteurs, au lieu d enterrer la bévue, décident de faire leur travail. les rencontrer. Mario Simard, un agent, suite à un témoignag e à ce comité d enquête reçoit des menaces de certains de ses collègues. Le Commissair e à la déontologi e a peu de moyens et peu se fait. erreur de bonne foi. Il informe Barbeau de ce fait. Ce dernier ne fait aucun suivi. En fait, il donnera des promotions aux policiers qui ont menacé l inspecteur. Barbeau ne soutient pas les enquêteurs et laisse le syndicat empêcher tout témoignag e auprès d eux même si ces derniers soutiennen t que la façon d opérer du 25 mai n est pas atypique dans le fonctionne ment de la SQ. tel que demandé. Barbeau nomme deux enquêteurs supplémen taires mais sans modifier la directive syndicale à l égard des policiers. Perreault, utilisant la Loi sur l organisati on policière déclenche une enquête externe. Bonin démissionn e disant que de toute manière, avec les pouvoirs de la Commissio n, il n a pas suffisamme nt de capacité pour obliger l es policiers à parler lors des audiences. ad hoc pour leur donner une leçon. Le Ministre décide de nommer une Commissio n publique d enquête pour faire le ménage à la SQ avec des pouvoirs beaucoup plus larges, la Commissio n POITRAS.

19 19 Annexe C LA SURVEILLANCE DES FOULES Cette photographie fut prise avec une caméra of 70,000 x 30,000 pixels (2100 MegaPixels). Elle permet d identifier n importe qui dans un rassemblement quelconque. Cette caméra n est pas vendue au public mais certains services de police en ont, les militaires et, bien sûr, les agents du SCRS. Cette photo fut prise lors de la Stanley Cup à Vancouver. Ouvrir le lien et placer le curseur sur la photo et double cliquer avec le bouton gauche de votre souris (ou utiliser la roulette) pour agrandir le plan jusqu à ce que vous identifiez les visages. <http://www.gigapixel.com/image/gigapan-canucks-g7.html>

CRM 3705-2015 Police et contrôle social

CRM 3705-2015 Police et contrôle social Département de criminologie Department of Criminology 120 Université, FSS14002 / 120 University, FSS14002, Ottawa, ON K1N 6N5 CRM 3705-2015 Police et contrôle social Session HIVER 2015 Lundi : 13h à 14h30

Plus en détail

La police dans la société moderne CRM 2705 A. Professeure Line Beauchesne Automne 2014 PLAN DE COURS

La police dans la société moderne CRM 2705 A. Professeure Line Beauchesne Automne 2014 PLAN DE COURS Département de criminologie Department of Criminology 14002-120 Université / 14002-120 University, Ottawa, ON K1N 6N5 La police dans la société moderne CRM 2705 A Professeure Line Beauchesne Automne 2014

Plus en détail

La police dans la société moderne CRM 2705 B. Professeure Line Beauchesne Automne 2015 PLAN DE COURS

La police dans la société moderne CRM 2705 B. Professeure Line Beauchesne Automne 2015 PLAN DE COURS Département de criminologie Department of Criminology 14002-120 Université / 14002-120 University, Ottawa, ON K1N 6N5 La police dans la société moderne CRM 2705 B Professeure Line Beauchesne Automne 2015

Plus en détail

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de :

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de : Service correctionnel Canada Correctional Service Canada Droit Le Service correctionnel du Canada : au cœur de la justice pénale Descriptif Le module Le Service correctionnel du Canada : au cœur de la

Plus en détail

CRI-3415 Mesures pénales communautaires 3 crédits

CRI-3415 Mesures pénales communautaires 3 crédits UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL FACULTÉ DES ARTS ET DES SCIENCES Secteur des sciences sociales et psychologie ÉCOLE DE CRIMINOLOGIE Mesures pénales communautaires 3 crédits Préalable : Aucun Session : Hiver 2015

Plus en détail

MÉMOIRE SUR LE PROJET DE LOI C-36

MÉMOIRE SUR LE PROJET DE LOI C-36 MÉMOIRE SUR LE PROJET DE LOI C-36 Loi modifiant le Code criminel, la Loi sur les secrets officiels, la Loi sur la preuve au Canada, la Loi sur le recyclage des produits de la criminalité et d autres lois,

Plus en détail

Présentation à la Commission d enquête sur l octroi et la gestion des contrats publics dans l industrie de la construction

Présentation à la Commission d enquête sur l octroi et la gestion des contrats publics dans l industrie de la construction Présentation à la Commission d enquête sur l octroi et la gestion des contrats publics dans l industrie de la construction Jacques Filion, ing., syndic adjoint et directeur adjoint Robert-C. Lalonde, ing.,

Plus en détail

BigBlueButton - une solution ouverte de webconférence à Carleton University

BigBlueButton - une solution ouverte de webconférence à Carleton University BigBlueButton - une solution ouverte de webconférence à Carleton University L occasion d innover Le programme de maîtrise Technology Innovation Management, ou TIM (gestion des innovations technologiques),

Plus en détail

JUM 452A. Groupe 30. Plan de cours

JUM 452A. Groupe 30. Plan de cours Université du Québec à Montréal Faculté de science politique et de droit Module des sciences juridiques Baccalauréat en droit TRIMESTRE : Automne 2013 Lundi de 18 heures à 21 heures Local : A-1642 Chargée

Plus en détail

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels RC4415(F) Avant-propos Le présent rapport annuel au

Plus en détail

Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion

Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion Adoptés par la Délégation des Commissions de gestion le 16 novembre 2005, soumis pour information aux Commissions de gestion le 20 janvier

Plus en détail

Guide de l élève. Cause # 5 : R. c. Cole. Programme citoyenneté et chartes

Guide de l élève. Cause # 5 : R. c. Cole. Programme citoyenneté et chartes Guide de l élève Cause # 5 : R. c. Cole Programme citoyenneté et chartes L EXERCICE DE PLAIDOIRIE LA PROTECTION CONSTITUTIONNELLE CONTRE LES FOUILLES ET LES SAISIES ABUSIVES R. c. Cole Cour suprême du

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

Security Service de Services sécurité. Protocole d utilisation de la télévision en circuit fermé

Security Service de Services sécurité. Protocole d utilisation de la télévision en circuit fermé Security Service de Services sécurité Protocole d utilisation de la télévision en circuit fermé TABLE DES MATIÈRES 1.0 BUT... Page 1 2.0 PORTÉE... Page 1 3.0 DÉFINITIONS Page 1 4.0 PROTOCOLE 4.1 Utilisation

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

Tribunal de la protection des fonctionnaires divulgateurs Canada

Tribunal de la protection des fonctionnaires divulgateurs Canada Tribunal de la protection des fonctionnaires divulgateurs Canada 2010-2011 Rapport ministériel sur le rendement L honorable James Moore, C.P., député Ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles

Plus en détail

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de :

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de : Service correctionnel Canada Correctional Service Canada Droit Le système correctionnel canadien : un travail d équipe Descriptif Le module Le système correctionnel canadien : un travail d équipe permet

Plus en détail

Procédures de traitement des plaintes relatives à la comptabilité et à la vérification

Procédures de traitement des plaintes relatives à la comptabilité et à la vérification Procédures de traitement des plaintes relatives à la comptabilité et à la vérification Secrétariat Corporate Service corporatif August 7, 2014 V1.0 7 août 2014 V9.0 Pour usage interne Table des matières

Plus en détail

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes.

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. 8 Le droit de la famille et les femmes immigrantes, réfugiées ou sans statut FR 008 LE DROIT DE LA FAMILLE ET LES FEMMES EN ONTARIO Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. Renseignez-vous sur

Plus en détail

L ACTION HUMANITAIRE DVM3508. Prof. Delphine Nakache Automne 2013 PLAN DE COURS

L ACTION HUMANITAIRE DVM3508. Prof. Delphine Nakache Automne 2013 PLAN DE COURS Faculté des sciences sociales Faculty of Social Sciences L ACTION HUMANITAIRE DVM3508 Prof. Delphine Nakache Automne 2013 PLAN DE COURS Horaire du cours : Mardi : 10:00-11:30 Jeudi : 08:30-10:00 Salle

Plus en détail

PLAN DE COURS MBA-8418A-19. Gestion des ressources humaines

PLAN DE COURS MBA-8418A-19. Gestion des ressources humaines Département d organisation et ressources humaines École des sciences de la gestion Université du Québec à Montréal «Créer de la valeur exige audace et engagement» PLAN DE COURS MBA-8418A-19 Gestion des

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN Recueil de gestion POLITIQUE Code : 1361-00-16 Nombre de pages : 8 POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

Plus en détail

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte?

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte? pratiques [comité d entreprise] Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Le comité d entreprise peut exercer un droit d alerte lorsqu il considère que la situation économique

Plus en détail

Dossier de candidature. «Middle management en sécurité privée»

Dossier de candidature. «Middle management en sécurité privée» 2011 2012 Dossier de candidature Cycle de spécialisation «Middle management en sécurité privée» fåëíáíìí k~íáçå~ä ÇÉë e~ìíéë íìçéë ÇÉ i^ p Åìêáí Éí ÇÉ ä~ àìëíáåé En complément de la sécurité publique,

Plus en détail

FICHE PEDAGOGIQUE. UE n 736: Eléments de législation appliquée au domaine de la communication. ECTS : 7 Déterminante? NON

FICHE PEDAGOGIQUE. UE n 736: Eléments de législation appliquée au domaine de la communication. ECTS : 7 Déterminante? NON FICHE PEDAGOGIQUE UE n 736: Eléments de législation appliquée au domaine de la communication Code EPS : 713005U32D1 Section(s) : RP Prérequis : CESS (français) ACTIVITE : Notions de droit appliqué au domaine

Plus en détail

FISCALITÉ II CTB-21507

FISCALITÉ II CTB-21507 FACULTÉ DES SCIENCES DE L ADMINISTRATION PLAN DE COURS Hiver 2005 Le 14 janvier 2005 FISCALITÉ II CTB-21507 Chargé de cours : Claude Tessier, CA, M.Fisc. 6242, pavillon Palasis-Prince Téléphone : (418)

Plus en détail

POLITIQUE VENTE ET SERVICE D ALCOOL À L UNIVERSITÉ

POLITIQUE VENTE ET SERVICE D ALCOOL À L UNIVERSITÉ Date d entrée en vigueur : 15 mars 2011 Origine : Vice-rectorat aux services Remplace/amende : 23 septembre 2002 Numéro de référence : VPS-3 Remarque : Le masculin est utilisé pour faciliter la lecture.

Plus en détail

«Security Manager» 2014

«Security Manager» 2014 Dossier de candidature Cycle d expertise «Security Manager» 2014 Institut National des Hautes Études de LA Sécurité et de la justice Cycle d expertise «Security Manager» 2014 C y c l e d expertise «Security

Plus en détail

fåëíáíìí=k~íáçå~ä=çéë=e~ìíéë= íìçéë=çé=i^=p Åìêáí =Éí=ÇÉ=ä~=àìëíáÅÉ

fåëíáíìí=k~íáçå~ä=çéë=e~ìíéë= íìçéë=çé=i^=p Åìêáí =Éí=ÇÉ=ä~=àìëíáÅÉ 2011 Dossier de candidature Cycle d expertise «Security Manager» fåëíáíìí=k~íáçå~ä=çéë=e~ìíéë= íìçéë=çé=i^=p Åìêáí =Éí=ÇÉ=ä~=àìëíáÅÉ L analyse de l environnement global de l activité des entreprises démontre

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

PROTOCOLE D ENTENTE ENTRE LA COMMISSION CANADIENNE DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE. (représentée par le président) LE MINISTÈRE DE LA DÉFENSE NATIONALE

PROTOCOLE D ENTENTE ENTRE LA COMMISSION CANADIENNE DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE. (représentée par le président) LE MINISTÈRE DE LA DÉFENSE NATIONALE MDN : 2011010001 CCSN : 3639875 PROTOCOLE D ENTENTE ENTRE LA COMMISSION CANADIENNE DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE (représentée par le président) ET LE MINISTÈRE DE LA DÉFENSE NATIONALE (représenté par le sous-ministre

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES Titre : POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES CODE : APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION RÉS. : CA-617-7747 10-12-2013 EN VIGUEUR : 10-12-2013 MODIFICATIONS : Note : Le texte que vous consultez est une

Plus en détail

Politique institutionnelle pour un milieu d étude et de travail exempt de harcèlement psychologique

Politique institutionnelle pour un milieu d étude et de travail exempt de harcèlement psychologique Politique institutionnelle pour un milieu d étude et de travail exempt de harcèlement psychologique Adoptée par le Conseil d administration Le 6 décembre 2011 1. PRINCIPES ET VALEURS Le Cégep de Saint-Jérôme

Plus en détail

La mission et les résultats en chiffres pour 2006-2007 1

La mission et les résultats en chiffres pour 2006-2007 1 La mission et les résultats en chiffres 1 La mission du Protecteur du citoyen Le Protecteur du citoyen a pour mandat, en vertu de la Loi sur le Protecteur du citoyen et, depuis le 1 er avril 2006, en vertu

Plus en détail

Conférence d ouverture de I Association internationale des commissaires linguistiques

Conférence d ouverture de I Association internationale des commissaires linguistiques Conférence d ouverture de I Association internationale des commissaires linguistiques Barcelone (Espagne) 21 mars 2014 François Boileau Commissaire Survol Bref historique de l Ontario français Réglementation

Plus en détail

Politique de gestion des plaintes et des commentaires

Politique de gestion des plaintes et des commentaires Politique de gestion des plaintes et des commentaires 03.01.0 Page 1 de 6 DATE DE LA MISE À JOUR 2010-11-03 RÉSUMÉ Cette politique vise à encadrer et harmoniser la gestion des plaintes et des commentaires

Plus en détail

Théories criminologiques II (CRM 3701)

Théories criminologiques II (CRM 3701) Département de criminologie Department of Criminology Richard DUBÉ Courrier électronique : rdube@uottawa.ca Téléphone au bureau : 562-5800 poste 8861 Disponibilités : mercredi de 14h30 à 16h30 (pavillon

Plus en détail

UNIVERSITÉ LAVAL. PLAN DE COURS PROGRAMME en GESTION du DÉVELOPPEMENT TOURISTIQUE. Titre et sigle du cours : Marketing touristique, MRK 20578

UNIVERSITÉ LAVAL. PLAN DE COURS PROGRAMME en GESTION du DÉVELOPPEMENT TOURISTIQUE. Titre et sigle du cours : Marketing touristique, MRK 20578 1 UNIVERSITÉ LAVAL FACULTÉ DES SCIENCES DE L'ADMINISTRATION Certificat en gestion du développement touristique PLAN DE COURS PROGRAMME en GESTION du DÉVELOPPEMENT TOURISTIQUE IDENTIFICATION Titre et sigle

Plus en détail

CHARGÉE DE COURS : Catherine Pelletier, MBA, chargée de communication, Service des communications et des relations avec le milieu, FSA

CHARGÉE DE COURS : Catherine Pelletier, MBA, chargée de communication, Service des communications et des relations avec le milieu, FSA MRK-20712 - MARKETING DIRECT Syllabus Automne 2008 Local 3307 PAP CHARGÉE DE COURS : Catherine Pelletier, MBA, chargée de communication, Service des communications et des relations avec le milieu, FSA

Plus en détail

L UTILISATION DE LA VIDÉOSURVEILLANCE AVEC ENREGISTREMENT

L UTILISATION DE LA VIDÉOSURVEILLANCE AVEC ENREGISTREMENT POLITIQUE DE GESTION concernant L UTILISATION DE LA VIDÉOSURVEILLANCE AVEC ENREGISTREMENT CONSULTATION ADOPTION ET RESPONSABILITÉ Conseils d établissement : entre le 2 février et le Adoptée le : 19 avril

Plus en détail

POLITIQUE VISANT À CONTRER LE HARCÈLEMENT ET LA VIOLENCE AU TRAVAIL

POLITIQUE VISANT À CONTRER LE HARCÈLEMENT ET LA VIOLENCE AU TRAVAIL POLITIQUE POLITIQUE VISANT À CONTRER LE HARCÈLEMENT ET LA VIOLENCE AU TRAVAIL # 61-03 Adoption le 14 juin 2005 Amendement le Mise en vigueur le 14 juin 2005 Résolution # C.C.-1865-06-05 Autorisation Susan

Plus en détail

1. Absence lors d une évaluation

1. Absence lors d une évaluation Pour des fins de lisibilité, le masculin neutre désigne les individus des deux sexes. Le Collège étant un lieu d apprentissage, l élève doit accomplir toutes les tâches requises et s abstenir de comportements

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION Siège Bureau de Montréal Bureau 1.10 Bureau 18.200 575, rue Saint-Amable 500, boulevard René-Lévesque Ouest Québec (Québec) G1R 2G4 Montréal (Québec) H2Z 1W7 Tél. : (418) 528-7741 Tél. : (514) 873-4196

Plus en détail

Téléphone : 416 326-3333 1 800 387-0073 Télécopieur : 416 325-9195 ATS : 416 325-7539 info@ipc.on.ca www.ipc.on.ca

Téléphone : 416 326-3333 1 800 387-0073 Télécopieur : 416 325-9195 ATS : 416 325-7539 info@ipc.on.ca www.ipc.on.ca Au sujet du CIPVP Le rôle du commissaire à l information et à la protection de la vie privée est décrit dans trois lois : la Loi sur l accès à l information et la protection de la vie privée, la Loi sur

Plus en détail

HORAIRE : Les lundis du 8 septembre au 8 décembre 2014 de 8h30 à 11h30

HORAIRE : Les lundis du 8 septembre au 8 décembre 2014 de 8h30 à 11h30 UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL École de criminologie Automne 2014 CRI 1151 Justice criminelle 1 CHARGÉ DE COURS: KEVIN MOUSTAPHA LOCAL: B-2285 PAVILLON JEAN BRILLANT NOMBRE DE CRÉDITS : 3 HORAIRE : Les lundis

Plus en détail

2. La police peut-elle m arrêter et m interroger sans raison?

2. La police peut-elle m arrêter et m interroger sans raison? Chapitre 2 : La police Partie 1: Contact avec la police 1. Quand puis-je être en contact avec la police? La police pourrait entrer en contact avec toi si elle a des motifs raisonnables de croire que tu

Plus en détail

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE Servir et protéger En bref Comité international de la Croix-Rouge 19, avenue de la Paix 1202 Genève, Suisse T +41 22 734 60 01 F +41 22 733

Plus en détail

Système fédéral de préparation et d intervention d urgence

Système fédéral de préparation et d intervention d urgence Annexe L Système fédéral de préparation et d intervention d urgence Date de la version la plus récente : octobre 2006 Sommaire des changements d importance : Reflète la création du nouveau ministère de

Plus en détail

Comment organiser, conduire, conclure et rendre compte des résultats d enquêtes en matière de corruption

Comment organiser, conduire, conclure et rendre compte des résultats d enquêtes en matière de corruption Comment organiser, conduire, conclure et rendre compte des résultats d enquêtes en matière de corruption UNE ÉTUDE DE CAS Mener des investigations efficaces en matière de corruption ---------- Une conception

Plus en détail

DES EXEMPLES DE SCÉNARIOS

DES EXEMPLES DE SCÉNARIOS Formation initiale en patrouille-gendarmerie Répartition détaillée des activités DES EXEMPLES DE SCÉNARIOS Conflit entre voisins lors d une intrusion de domicile Assistance à un agent de la paix qui abuse

Plus en détail

«Sécurité des usages numériques»

«Sécurité des usages numériques» Cycle de spécialisation «Sécurité des usages numériques» 2014 2015 Dossier de candidature L information est désormais au cœur des actifs immatériels de l entreprise et constitue un élément clé de sa performance.

Plus en détail

Plan d action pour les services de santé non assurés

Plan d action pour les services de santé non assurés Plan d action pour les services de santé non assurés Plan d action national des Premières Nations pour les services de santé non assurés (SSNA) Avec la participation et l orientation du Comité des Chefs

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans

Plus en détail

Les rapports d inspection

Les rapports d inspection Introduction Les rapports d inspection et la Loi sur l accès à l information municipale et la protection de la vie privée Projet conjoint de la ville de Newmarket et du Bureau du commissaire à l information

Plus en détail

VILLE DE JOLIETTE POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO

VILLE DE JOLIETTE POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO VILLE DE JOLIETTE POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO Adoptée à la séance du 21 janvier 2013 par la résolution G2013-00-18 TABLE DES MATIÈRES Page 1. INTRODUCTION... 3 2. CADRE JURIDIQUE... 3 3.

Plus en détail

Statistiques sur les armes à feu Tableaux mis à jour

Statistiques sur les armes à feu Tableaux mis à jour A U S E R V I C E D E S C A N A D I E N S Statistiques sur les armes à feu Tableaux mis à jour Statistiques sur les armes à feu Tableaux mis à jour Kwing Hung, Ph. D. Conseiller en statistique et méthodologie

Plus en détail

Table des matières. Sommaire 5. L expertise judiciaire comptable : aspects théoriques

Table des matières. Sommaire 5. L expertise judiciaire comptable : aspects théoriques Table des matières Sommaire 5 L expertise judiciaire comptable : aspects théoriques Introduction générale à la procédure civile et à l expertise 9 Dominique Mougenot I re partie Principes généraux de la

Plus en détail

!"#!$$%%%&% &''& Enseignant : Coordonnées : Courriel : Téléphone : Fax : Soutien technique : Site de soutien technique : Courriel : Téléphone :

!#!$$%%%&% &''& Enseignant : Coordonnées : Courriel : Téléphone : Fax : Soutien technique : Site de soutien technique : Courriel : Téléphone : !"#!$$%%%&% &''& Enseignant : Coordonnées : Courriel : Téléphone : Fax : Soutien technique : Site de soutien technique : Courriel : Téléphone : Kevin Lee, Chargé d enseignement Pavillon Palasis-Prince,

Plus en détail

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration Re sume de l e valuation pe riodique de la maı trise en administration: concentrations en finance, en intervention et changement organisationnel, en gestion du commerce e lectronique et en marketing Description

Plus en détail

Commission de l immigration et du statut de réfugié du Canada Section de l immigration

Commission de l immigration et du statut de réfugié du Canada Section de l immigration Enquêtes en matière d immigration Commission de l immigration et du statut de réfugié du Canada Section de l immigration ISBN : 0-662-49226-9 Numéro au catalogue : MQ21-34/2006 Produit par : la Direction

Plus en détail

Sécurité numérique 2013-2014. Cycle de spécialisation. Dossier de candidature. Institut National des Hautes Études de LA Sécurité et de la justice

Sécurité numérique 2013-2014. Cycle de spécialisation. Dossier de candidature. Institut National des Hautes Études de LA Sécurité et de la justice Dossier de candidature Cycle de spécialisation Sécurité numérique 2013-2014 Institut National des Hautes Études de LA Sécurité et de la justice L information est désormais au cœur des actifs immatériels

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : M. C. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 63 Appel n o : GE-14-466 ENTRE : M. C. Appelant Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU

Plus en détail

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Groupe de travail Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Les participants ont tous reçu une copie du rapport particulièrement riche du précédent groupe de travail. A l issue des rapports des représentantes

Plus en détail

MÉMOIRE DE L ASSOCIATION DES POLICIÈRES ET POLICIERS PROVINCIAUX DU QUÉBEC (APPQ)

MÉMOIRE DE L ASSOCIATION DES POLICIÈRES ET POLICIERS PROVINCIAUX DU QUÉBEC (APPQ) MÉMOIRE DE L ASSOCIATION DES POLICIÈRES ET POLICIERS PROVINCIAUX DU QUÉBEC (APPQ) RELATIVEMENT AU PROJET DE LOI C-391 LOI MODIFIANT LE CODE CRIMINEL ET LA LOI SUR LES ARMES À FEU PRÉSENTÉ À LA CHAMBRE

Plus en détail

CRM 3717 Crime et médias d information. Professeure: Colette Parent Session : Hiver 2011 Département de Criminologie Université d'ottawa

CRM 3717 Crime et médias d information. Professeure: Colette Parent Session : Hiver 2011 Département de Criminologie Université d'ottawa CRM 3717 Crime et médias d information Professeure: Colette Parent Session : Hiver 2011 Département de Criminologie Université d'ottawa Disponibilité : mercredi, Bureau : THM 116 de 16h à 17h 30 ou sur

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Lignes directrices Conseil national des secteurs du SCFP

Lignes directrices Conseil national des secteurs du SCFP Lignes directrices Conseil national des secteurs du SCFP 1. But Le travail par secteur s effectue de nombreuses façons au SCFP, mais les structures des secteurs ne profitent pas d un forum national qui

Plus en détail

Vérification de la fonction de trésorerie

Vérification de la fonction de trésorerie Vérification de la fonction de trésorerie La fonction de trésorerie est conforme à l ensemble des dispositions législatives et des politiques Ottawa, le 28 novembre 2013 Le vérificateur général Alain Lalonde

Plus en détail

Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019

Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019 Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019 Date de la rencontre : le 25 novembre 2014 Heure : 9 h Lieu : Terrebonne Local : Salle du conseil Présentateur : Marcel Côté, directeur général

Plus en détail

Réintégrer son logement

Réintégrer son logement Accès au logement interdit illégalement Mon locateur peut-il m empêcher d entrer dans Aux termes de la loi, qui peut m obliger à quitter mon logement? Il est illégal pour votre locateur de vous empêcher

Plus en détail

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE)

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) 1 Table des matières Introduction... 3 À propos du Plan pluriannuel d accessibilité de l OQRE... 3

Plus en détail

COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL BEAUCE-APPALACHES POLITIQUE

COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL BEAUCE-APPALACHES POLITIQUE COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL BEAUCE-APPALACHES POLITIQUE DE SÉCURITÉ SUR LES TECHNOLOGIES DE L INFORMATIQUE ET DES TÉLÉCOMMUNICATIONS 1055, 116 e Rue Ville Saint-Georges (Québec) G5Y

Plus en détail

MRK-66728 : Marketing pharmaceutique

MRK-66728 : Marketing pharmaceutique Université Laval MBA Laval Faculté des sciences de l administration Gestion pharmaceutique Département de marketing Hiver 2006 MRK-66728 : Marketing pharmaceutique Chargé de cours : 450-622-5725 1 OBJECTIFS

Plus en détail

11 janvier 2003. DÉCRET-LOI n 003-2003 portant création et organisation de l Agence nationale de renseignements.

11 janvier 2003. DÉCRET-LOI n 003-2003 portant création et organisation de l Agence nationale de renseignements. 11 janvier 2003. DÉCRET-LOI n 003-2003 portant création et organisation de l Agence nationale de renseignements. TITRE Ier DE LA CRÉATION ET DE LA MISSION Art. 1er. Il est créé un service public doté de

Plus en détail

Le droit pénal et la non-divulgation du VIH

Le droit pénal et la non-divulgation du VIH Le droit pénal et la non-divulgation du VIH Comprendre le droit pénal canadien Les sources du droit Au Canada, les crimes sont principalement définis par le Code criminel et, dans une moindre mesure, par

Plus en détail

DATE NAISSANCE : N.A.S : Sexe: F M. CODE POSTAL : Tél. résidence : Tél. autre :

DATE NAISSANCE : N.A.S : Sexe: F M. CODE POSTAL : Tél. résidence : Tél. autre : ANNÉE-SESSION : CODE PERMANENT : NOM : PRÉNOM : DATE NAISSANCE : N.A.S : Sexe: F M ADRESSE : Ville : CODE POSTAL : Tél. résidence : Tél. autre : COURRIEL : Langue Français Anglais Autre Langue Français

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, lutter contre le sentiment d insécurité, la ville de CASTRES a décidé de

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 2ème journée Compte-rendu de l atelier 3 : Surveillance et lutte contre la criminalité en ligne Thème de la journée de

Plus en détail

CADRE DE GESTION SUR L UTILISATION DE LA VIDÉOSURVEILLANCE

CADRE DE GESTION SUR L UTILISATION DE LA VIDÉOSURVEILLANCE Direction de la gestion des espaces et des services auxiliaires CADRE DE GESTION SUR L UTILISATION DE LA VIDÉOSURVEILLANCE 1. OBJECTIF Le présent cadre de gestion a pour objet de définir des règles minimales

Plus en détail

Dossier de presse «LUTTER ENSEMBLE CONTRE LA FRAUDE ET L ÉVASION FISCALES»

Dossier de presse «LUTTER ENSEMBLE CONTRE LA FRAUDE ET L ÉVASION FISCALES» Dossier de presse «LUTTER ENSEMBLE CONTRE LA FRAUDE ET L ÉVASION FISCALES» MARDI 15 DÉCEMBRE 2015 --- Evénement présidé par Christiane TAUBIRA, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice et Michel SAPIN,

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI APPROUVÉ PAR : COMMISSION DES ÉTUDES RÉS. : CE-360-3601 12-12-00 EN VIGUEUR : 12-12-00

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI APPROUVÉ PAR : COMMISSION DES ÉTUDES RÉS. : CE-360-3601 12-12-00 EN VIGUEUR : 12-12-00 TITRE : POLITIQUE DE RECONNAISSANCE DE LA PARTICIPATION ÉTUDIANTE AUX ACTIVITÉS UNIVERSITAIRES CODE : APPROUVÉ PAR : COMMISSION DES ÉTUDES RÉS. : CE-360-3601 12-12-00 EN VIGUEUR : 12-12-00 MODIFICATIONS

Plus en détail

Réclamations de la Clientèle

Réclamations de la Clientèle Réclamations de la Clientèle Fiche processus: Traitement des réclamations de la clientèle Vue d'ensemble Domaine Gestion de fortune et gestion de la société Nom du processus Traitement des réclamations

Plus en détail

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie DIRECTION GENERALE DES DROITS DE L HOMME ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DIRECTION DES MONITORINGS Strasbourg, 11 juin 2010 Public Greco RC-II (2008) 4F Addendum Deuxième Cycle d Evaluation Addendum au Rapport

Plus en détail

Lignes directrices sur la surveillance vidéo au moyen d appareils non dissimulés dans le secteur privé Mars 2008

Lignes directrices sur la surveillance vidéo au moyen d appareils non dissimulés dans le secteur privé Mars 2008 FEDERAL Commissaire à la protection de la vie privée du Canada PROVINCIAL Commissaire à l'information et à la protection de la vie privée de l'alberta Commissaire à l'information et à la protection de

Plus en détail

J ai des idées pourquoi plagier?! Campagne de sensibilisation sur le plagiat

J ai des idées pourquoi plagier?! Campagne de sensibilisation sur le plagiat J ai des idées pourquoi plagier?! Campagne de sensibilisation sur le plagiat Qu est-ce que le plagiat? Voici la définition de la Politique institutionnelle d évaluation des apprentissages (PIÉA) du collège

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE

POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE ATTENDU : A. que le paragraphe 83(1) de la Loi sur les Indiens reconnaît le pouvoir des Premières nations de

Plus en détail

Bulletin de l ACFM. Principe directeur. Aux fins de distribution aux parties intéressées dans votre société

Bulletin de l ACFM. Principe directeur. Aux fins de distribution aux parties intéressées dans votre société Association canadienne des courtiers de fonds mutuels Mutual Fund Dealers Association of Canada 121 King Street W., Suite 1600, Toronto (Ontario) M5H 3T9 Tél. : (416) 361-6332 Téléc. : (416) 943-1218 SITE

Plus en détail

Direction des services d hébergement Description de fonction

Direction des services d hébergement Description de fonction Direction des services d hébergement Description de fonction ASSISTANT(E)-INFIRMIER(ÈRE)-CHEF SUPÉRIEUR IMMÉDIAT : STATUT : QUART DE TRAVAIL : CHEF D UNITÉ ET/OU CHEF D ACTIVITÉS EN SERVICE POSTE SYNDIQUÉ

Plus en détail

SÉMINAIRE DE RECHERCHE MDG5522A. Jean-Philippe Leblond Hiver 2013 PLAN DE COURS

SÉMINAIRE DE RECHERCHE MDG5522A. Jean-Philippe Leblond Hiver 2013 PLAN DE COURS École de développement international et mondialisation School of International Development and Global Studies Faculté des sciences sociales Faculty of Social Sciences SÉMINAIRE DE RECHERCHE MDG5522A Jean-Philippe

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET

POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET LA BANQUE DE NOUVELLE ÉCOSSE POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET PROCÉDURES Y AFFÉRENTES Supplément au Code d éthique Octobre 2015 BANQUE SCOTIA Table des matières SECTION 1 INTRODUCTION... 3 SECTION 2 RAISON

Plus en détail

Le présent document se trouve dans le site du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport [http://www.mels.gouv.qc.ca/dgfj/de/docinfosec.htm].

Le présent document se trouve dans le site du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport [http://www.mels.gouv.qc.ca/dgfj/de/docinfosec.htm]. Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2012 ISSN : 1927-8527 (en ligne) Dépôt légal - Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2012 Le présent document se trouve

Plus en détail

Protocole d accès général

Protocole d accès général TABLE DES MATIÈRES 1.0 BUT... Page 1 2.0 PORTÉE.. Page 1 3.0 DÉFINITIONS Page 1 4.0 PROTOCOLE 4.1 Accès général Page 4 4.2 Accès par carte aux immeubles pendant les heures de fermeture Page 5 4.3 Contrôle

Plus en détail

Charte des usages acceptables de [établissement]

Charte des usages acceptables de [établissement] Introduction En l espace de quelques années, l Internet est devenu sans nul doute une source d information et un outil de communication sans égal. Etant donné qu il n existe aucun mécanisme de régulation

Plus en détail

Principes de bonne pratique :

Principes de bonne pratique : Principes de bonne pratique : Recommandations en vue de la création de bases de données génétiques nationales Le présent document a été élaboré par le Groupe d experts d INTERPOL sur le suivi des techniques

Plus en détail

TJX Canada. Politiques sur les Normes d accessibilité intégrées. Plan d accessibilité pluriannuel

TJX Canada. Politiques sur les Normes d accessibilité intégrées. Plan d accessibilité pluriannuel TJX Canada Politiques sur les Normes d accessibilité intégrées et Plan d accessibilité pluriannuel 2014 Table des matières 1. Objet.. 3 2. Champ d application et responsabilités... 3 3. Énoncé de politique

Plus en détail