LA POLITIQUE DE PRIX AU SERVICE DE LA POLITIQUE STRATÉGIQUE DE L ENTREPRISE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA POLITIQUE DE PRIX AU SERVICE DE LA POLITIQUE STRATÉGIQUE DE L ENTREPRISE"

Transcription

1 LA POLITIQUE DE PRIX AU SERVICE DE LA POLITIQUE STRATÉGIQUE DE L ENTREPRISE

2 DES CHOIX LOURDS DE CONSÉQUENCE Déterminent la rentabilité de l entreprise Influent sur l image Une politique étroitement liée à la segmentation, au positionnement, à la stratégie concurrentielle et à la stimulation des ventes

3 LES POLITIQUES DE DISCRIMINATION PAR LES PRIX Raison: une même offre n a pas la même valeur perçue pour tous les clients Discrimination: Individuelle Par segment de clients

4 SEGMENTATION PAR LE PRIX Démarche Chercher des segments de consommateurs qui diffèrent concernant leur volonté à payer et leur relation prix-valeur préférée Ciblage de segments sélectionnés par rapport à la différenciation des prix Donner la priorité aux segments de clients profitables Effets possibles des segments de prix Une compétition basée sur le prix dans des marchés de masse occuper des marchés de niche; Accroître la fidélité du client à travers des solutions individualisées.

5 SEGMENTATION PAR LE PRIX Différences de prix observées es dans quelques secteurs Secteur Différentiel de prix Principales caractéristiques de différenciation Automobile 50% Zone géographique Transports ferroviaires 300% Transports aériens 1000 % Classe, conditions tarifaires, restrictions (non remboursable, non échangeable, ) Hôtels, tourisme 300% Saison, localisation Produits industriels % Rabais, quantité Biens de % Canal de distribution consommation Télécoms 500 % Horaire, opérateur Produits pharmaceutiques 500 % Zone géographique

6 LA STRATÉGIE DE PRIX DIFFÉRENCI RENCIÉS Elle revient à proposer le même produit, mais à des prix différents, sans que ces différences soient justifiées par des écarts de coûts. On parle alors de stratégie discriminatoire. Objectifs Compenser les marges unitaires réduites par des quantités vendues plus importantes à plus ou moins long terme

7 Résultat obtenu avec un prix unique (cas général) Volume des ventes Résultat potentiel perdu Ventes réalisées A Résultat Résultat potentiel perdu Coût unitaire Prix pratiqué B Prix

8 Exemple transport aériena 1000 passagers par jour entre deux villes Volonté de payer répartie de façon uniforme entre 1 er 1000, non prise en compte des coûts variables Prix unique optimal de 500 A ce prix, 500 passagers prennent l avion Nombre de passagers 500 B 500 A Prix Une seule classe Prix unique Marge totale: 500 x 500 =

9 Exemple transport aériena Deux classes différentes: affaires et loisirs Deux prix optimaux: 667 et 333 Chaque classe comprend 333 passagers Nombre de passagers Deux classes Affaires/Loisirs Deux prix proposés Prix

10 Exemple transport aériena Trois classes différentes: première, affaires et loisirs Trois prix optimaux: 250, 500 et 750 Chaque classe comprend 250 passagers Nombre de passagers Trois classes Première/Affaires/Loisirs Trois prix proposés Prix

11 SEGMENTATION PAR LE PRIX Les gains potentiels liés à la différenciation de prix sont considérables Il est important de différencier de façon identique vers le haut comme vers le bas Il ne faut pas nécessairement modifier le niveau moyen de prix avec une différenciation de prix, mais plutôt cibler de façon plus efficace des clients différents Dans la pratique, la différenciation de prix ne fonctionne réellement que lorsqu il est possible de «cloisonner» efficacement les segments

12 PRATIQUE DE LA DIFFÉRENCIATION DE PRIX Il faut observer les quatre points suivants: Pertinence des critères de comportement d achat: elle doit reposer sur des critères exploitables (ex: différence de la volonté de payer) Visibilité Ils doivent être observables. En général, les critères facilement observables (ex: âge, sexe) sont peu pertinents et les critères pertinents sont difficilement observables (ex: volonté de payer) Accessibilité Il faut être en mesure d atteindre les segments et de les démarcher Stabilité temporelle Les objectifs de différenciation prix doivent être pensés à long terme

13 DISCRIMINATION INDIVIDUELLE Les enchères En fonction de ce que le client veut payer: «Pay what you want» Sur la base du CRM

14 LA DISCRIMINATION PAR SEGMENT DE CLIENTS La stratégie d écrémage

15 LA STRATÉGIE D ÉD ÉCRÉMAGE Elle consiste à vendre le produit à un prix élevé de façon à toucher uniquement les acheteurs prêts à payer ce prix. L entreprise cherche à dégager des marges unitaires importantes au détriment des quantités vendues. Avantages recherchés Rentabiliser plus rapidement les frais de recherche et de lancement Limiter par la sélection du nombre de clients les actions promotionnelles à une cible réduite Facteurs de réussite La clientèle visée est peu sensible au prix : la demande est inélastique Le client recherche dans le produit un élément de distinction sociale Le client est prêt à payer pour bénéficier en priorité d une innovation

16 LA DISCRIMINATION PAR SEGMENT DE CLIENTS La stratégie d écrémage La discrimination selon le réseau de distribution

17 SEGMENTATION PAR LE PRIX Prix de vente d une canette de Coca-Cola dans une même ville Variation de 397% par rapport au prix le plus bas 2,5 2 1,5 1 0,5 0 Magasin d'alimentation Hypermarché Université Boulangerie Station-service Métro Kiosque Gare Aéroport Prix ( )

18 LA DISCRIMINATION PAR SEGMENT DE CLIENTS La stratégie d écrémage La discrimination selon le réseau de distribution La discrimination selon l endroit: Place Lieu d achat (location véhicule à l aéroport, la gare, sur Internet ) La discrimination en fonction du temps

19 DIFFÉRENCIATION DE PRIX TEMPORELLE

20 LA DISCRIMINATION PAR SEGMENT La stratégie d écrémage DE CLIENTS La discrimination selon le réseau de distribution La discrimination selon l endroit La discrimination en fonction du temps La différenciation grand public et clientèle d affaires Ex: vol aller-retour Paris - New York Charter-Billet Air France classe éco-classe affaires-first: de 300 à plus de 8000

21 LA DISCRIMINATION PAR SEGMENT La stratégie d écrémage DE CLIENTS La discrimination selon le réseau de distribution La discrimination selon l endroit La discrimination en fonction du temps La différenciation grand public et clientèle d affaires La différenciation par âge, sexe, en faveur de publics fragiles La différenciation en faveur de la population locale Stratégies internationales et risque de marché gris

22 SELON LE CYCLE DE VIE Un paramètre stratégique dans l industrie automobile Dépenses Chiffre d affaires Profit 10000,0 8000, ca. 4 ans ca. 7 ans 6000, , , , ,0 Pour calculer la profitabilité d un modèle, des prévisions précoces et exactes du prix, des remises et des unités vendues sont nécessaires.

23 CYCLE DE VIE ET FORMATION DES PRIX Sources de création de valeur pour le fournisseur Le prix moyen que le client paye dans une catégorie de produits est le prix moyen du cycle de vie. Des variations de prix durant ce cycle de vie permettent d optimiser le profit À travers le temps, des ventes additionnelles (pièces de rechange, matériel d usage, etc.) et des ventes croisées contribuent à la création de valeur Une fois le consommateur a effectué son premier achat, il peut être amené durant son cycle de vie en tant que client d acheter des produits de valeur supérieure (up-selling). En ouvrant de nouveaux canaux de distribution ou des points de contacts avec le client, des ventes additionnelles peuvent être atteintes (side-selling)

24 PRIX ET POSITIONNEMENT Haut de gamme et luxe Prenium price (prix supérieur) Bas prix ou discount

25 CONCEPT PRIX VALEUR Prix en France des hôtels du groupe Accor Sofitel Mercure Switchotel Formule1 Prix ( )

26 CONCEPT PRIX-VALEUR Le positionnement par le prix est une décision clé dans la stratégie de prix Positionnements prix traditionnels situés dans la zone de cohérence Positionnements prix cohérents occupent les positions de prix bas, médium et premium Concurrents agressifs occupent la zone de discount Concurrents innovants ne respectent pas les positionnements traditionnels Positionnement prix idéal dépend de la perception des clients élevé medium bas Prix Zone de désavantage Position intermédiaire Prix bas position Premium position Zone de cohérence Discount zone bas medium élevé Valeur

27 CONCEPT PRIX-VALEUR Relation prix-valeur perçue par les consommateurs de pneus (2005) 12 (91,8 ) Perception du prix (63,5 ) (65,1 ) (64,3 ) (64,4 ) (73,1 ) (57,3 ) Average market prices in brackets Perceived price Linear (Perceived price) Source: facit Markenführungsbarometer (84,7 ) (75,8 ) (71,3 ) (76,8 ) (89,0 ) Valeur perçue PVR

28 CONCEPT PRIX-VALEUR Le positionnement prix est construit sur des concepts issus de la perception prix-valeur d un d produit/service Une stratégie prix-valeur permet de : Mettre en place des solutions pour les problèmes de prix des clients Définir une UPP (= Unique Price Proposition) Se différencier par rapport aux concurrents Fournir la base pour la fidélité des clients La valeur client c est: La différence entre la valeur reçue par un client et le montant d argent qu il paye en échange Aspects clés Facile à communiquer Créativité et singularité Segmentation des clients (segmentation par le prix)

29 VALEUR: Elements pour constituer le positionnement prix CONCEPT PRIX-VALEUR: Price tool box Customer club Price guarantee Added services Price mix Auctions Price labelling Price negotiations Price ads Base price Price displays Flat rates Price advice Price image Coupons Special offers Price bundling Bonus programs Rebates / discounts Free supplement Price points

30 CONCEPT PRIX-VALEUR Typologie des concepts prix-valeur (2) Concept orienté vers la transaction Caractéristiques Politique de prix active Promotions prix Différenciation par le prix Offres groupées (price bundling) Tarifs en deux parties Vente aux enchères Focus sur Bonnes occasions de prix Intelligence Orienté bonnes affaires

31 CONCEPT PRIX-VALEUR Typologie des concepts prix-valeur (3) Fairness Concept Caractéristiques Transparence des prix et de la valeur Boîte à outils des prix Labels de prix sincères Garanties des prix Éthique des prix Focus sur Sécurité des prix Individualisation des prix

32 CONCEPT PRIX-VALEUR Typologie des concepts prix-valeur (4) Concept Valeur Caractéristiques Qualité des produits unique et élevée Confiance en la marque Assortiment Dernières technologies produits Service Flexibilité Focus sur Prix justifiés Valeur unique Confiance dans les prix

33 CONCEPT PRIX-VALEUR Typologie des concepts prix-valeur (5) Premium Concept Caractéristiques Top Qualité Marques premium Design Luxe / prestige Haute couture,. Focus sur Effet Snob (exclusivité) Plaisir Purisme

34 CONCEPT PRIX-VALEUR Typologie des concepts prix-valeur Brand image and prestige Styling and emotion Technology and innovation Quality Security Comfort Reliability Points Nr. 1 in the premium segment! Advance Differentiation POSITIONNEMENT PREMIUM Exemple Mercedes-Benz: Premium strategy is inseperable from Mercedes brand identity! Price Premium Driving performance Stable value Sum of disciplines Decathlon Service Price premium as the result of performance in the value decathlon

35 LE PRIX AU SERVICE DE LA STRATÉGIE CONCURRENTIELLE Le client compare les prix Besoin de connaître les prix actuels des produits concurrents mais aussi d en prévoir leur évolution

36 FIXATION À PARTIR DES CONCURRENTS Alignement Revendication d un prix supérieur Bataille sur les prix Guerre des prix

37 LA STRATÉGIE D ALIGNEMENT D SUR LA CONCURRENCE Elle revient pour l entreprise à se placer dans une fourchette de prix dans laquelle se situent les prix des concurrents Avantages recherchés Ecarter les risques d une guerre des prix préjudiciable aux marchés oligopolistiques Si l entreprise est leader, cette stratégie permet d empêcher la montée des challengers

38 Limites: AUGMENTATION DU PRIX Impact sur l image prix Acceptation par les concurrents Possibilités: Tarification différenciée Clauses d indexation Tarification séparée Restructuration des remises Réduction de la quantité de produit Remplacement de composants ou d ingrédients Réduction de la durée ou de l amplitude des services Réduction du nombre et de la variété des modèles de la gamme

39 BAISSE DES PRIX: OUI MAIS Visibilité Annulation rapide des avantages Sensibilité épidermique de la concurrence Difficulté à revenir en arrière Pas de «timidité» Risque de surestimation de l élasticité Risque de dégradation de l image

40 GUERRE DES PRIX Prix de prédation Fonction du marché Forte croissance: si économies d échelle et élasticité de la demande Marché mature: le gagnant est le client Internet: estimation de la demande

41 LA STIMULATION DES VENTES La politique de pénétration Le yield management

42 LA STRATÉGIE DE PÉNÉTRATIONP Elle consiste à pratiquer des prix bas pour attirer un maximum d acheteurs. L entreprise cherche à compenser de faibles marges commerciales unitaires par d importantes quantités vendues, en faisant jouer le phénomène l élasticité-prix. Avantages recherchés Pénétrer de nouveaux marchés Lutter contre la concurrence Empêcher l arrivée de nouveaux concurrents Réduire les coûts unitaires par les économies d échelle procurées par la production de masse Facteurs de réussite L entreprise doit disposer de moyens nécessaires à la production et à la commercialisation à grande échelle La demande doit être sensible au prix pour un écoulement conséquent de la production

43 LE YIELD MANAGEMENT Système le plus abouti de discrimination par le temps Nécessité d un système d information sophistiqué et une modélisation importante Attention: le prix n est pas ici la variable d action Repose sur 4 principes: anticiper, segmenter, communiquer et ne pas créer d insatisfaction majeure chez les clients

44 LES GRANDES OPTIONS DE FORMULATION DU PRIX Le prix de vente producteur et le prix de vente final L ajustement à la marge du prix de vente Règlement comptant et différé du prix Location, leasing ou abonnement Prix du produit principal et prix des options Prix d équipement et prix de complément Prix d achat et coût pour le client

45 LA FIXATION DES PRIX

46 LA FIXATION D UN D PRIX Les différentes étapes dans la fixation d un prix 1. Déterminer l objectif 2. Évaluer la demande 3. Estimer les coûts 4. Analyser les prix et les offres des concurrents 5. Choisir une méthode de tarification 6. Fixer le prix final P. Kotler, K. L. Keller, B. Dubois, D. Manceau 2006 Pearson Education France

47 ETAPE 1: DÉTERMINER D L OBJECTIFL Cinq objectifs possibles La survie: couvrir simplement les coûts La maximisation du profit Prix maximisant le profit: revenu total (quantité x prix) Coûts totaux La maximisation de la part de marché Prix de pénétration Nécessite 3 conditions: le marché est sensible au prix, les coûts de production et de distribution à l unité baissent fortement lorsque le volume s accroît, prix bas décourage la concurrence d entrer ou se de maintenir sur le marché

48 ETAPE 1: DÉTERMINER D L OBJECTIFL L écrémage Prix d écrémage Ex: en 1990, lancement par Sony de la 1ère TV haute définition au prix de : 6000 pour un écran de 70cm, 2004: 1200 pour un écran d 1m. Se justifie si: Un nombre substantiel d acheteurs éprouvent un réel besoin pour le produit, les coûts de fabrication ne sont pas rédhibitoires en cas de faibles volumes Un prix élevé n a pas pour effet d attirer les concurrents sur le marché Il confère au produit une image de haute qualité La recherche d image Autres objectifs: vente par des organismes public et associations sans but lucratif à prix coûtant

49 ÉTAPE 2: ÉVALUER LA DEMANDE La sensibilité au prix Les méthodes d estimation de la courbe de demande L analyse statistique des prix passés et des quantités vendues L expérimentation L interrogation des consommateurs L élasticité de la demande par rapport au prix

50 ÉTAPE 2: ÉVALUER VALUER LA DEMANDE Représente la relation qui existe entre le volume des ventes et le prix proposé Deux situations d achat: Achat/non-achat: posséder une unité du bien considéré rend superflu l achat d une autre unité du même bien Quantité variable: la valeur perçue décroît à chaque nouvelle unité vendue

51 CAS ACHAT / NON-ACHAT Volume des ventes 3 Consommateur A Prix (Chf) Volume des ventes 3 Consommateur C Prix (Chf) Volume des ventes 3 Consommateur B Prix (Chf) Volume des ventes 3 Volume des ventes 2 cumulées Prix (Chf)

52 CAS QUANTITÉ VARIABLE Volume des ventes 3 Consommateur A Prix (Chf) Volume des ventes 3 2 Consommateur C Prix (Chf) Volume des ventes Volume des ventes 3 2 Consommateur B Prix (Chf) Volume des ventes cumulées Prix (Chf)

53 ÉTAPE 2: ÉVALUER LA DEMANDE 1. Les estimations d experts 2. Les enquêtes des clients 3. Les tests de prix 4. L analyse des données historiques du marché

54 1. Les estimations d expertsd Exemple: secteur des compagnies aériennes Leader du marché Eurolinea: 345 en Classe Affaires Concurrent Nordic: 270 en classe unique Part de marché (%) 60% (sans réaction des concurrents) 25% (avec réaction des concurrents) 25% 14% 12% Prix ( )

55 1. Les estimations d expertsd Méthodologie: Élaborer un questionnaire spécifique au produit et au contexte Interroger au moins 10 experts séparément et d attendre é de fortes divergences entre les réponses Discuter de ces divergences lors d une réunion avec tous les participants pour dégager un consensus Intégrer le point de vue d experts provenant de fonctions et de niveaux hiérarchiques différents

56 2. Les enquêtes de clients Mesures conjointes Exemple: industrie automobile Introduction d un nouveau modèle, «Sixtine» sur le marché. Plusieurs questions se posent: Quelle est la valeur de notre marque pour les clients? Combien sont-ils prêts à payer pour un moteur plus puissant? Comment sont jugés la consommation d essence et le respect de l environnement et quelles sont les implications en termes de prix?

57 MESURES CONJOINTES Identification des attributs clés du produit: La marque La puissance La consommation d essence Le respect de l environnement Le prix Pour chaque attribut, trois niveaux réalistes sont définis Pour l analyse de la valeur de la marque, deux concurrents sont ajoutés

58 MESURES CONJOINTES Attribut Niveau Marque Sixtine Concurrent allemand Concurrent japonais Puissance (CV) Consommation (l pour 100km) Prix ( ) Respect de l environnement Respect des normes minimales Au dessus des normes Définit de nouvelles normes

59 MESURES CONJOINTES Offre A Marque: Sixtine Emissions: respect des normes minimales Consommation: 16 litres Puissance: 250 CV Prix: Offre B Marque: Japonaise Emissions: au dessus des normes Consommation: 12 litres Puissance: 150 CV Prix: Forte préférence pour l offre A Indifférent Forte préférence pour l offre B

60 MESURES CONJOINTES On obtient la pondération suivante: Marque : 30% Puissance: 28% Prix: 20% Consommation: 12% Respect de l environnement: 10% Place le client face à une situation de choix réaliste qui révèle ses véritables priorités

61 MESURES CONJOINTES On obtient une valorisation des différents niveaux de chaque attribut Valeur perçue 150 Marque Valeur perçue Puissance (CV) Sixtine Allemande Japonaise

62 MESURES CONJOINTES Valeur perçue Respect de l environnement Prix ( ) Valeur perçue Satisfait au-dessus définit

63 MESURES CONJOINTES Valeur perçue Consommation (litres)

64 MESURES CONJOINTES Attribut Modèle A Modèle B Modèle C Niveau Valeur Niveau Valeur Niveau Valeur Marque Sixtine 85 Allemande 150 Japonaise 0 Puissance Consommatio n Environneme nt Nouvelles normes 50 Normes respectées 0 Normes respectées Prix Valeur totale

65 MESURES CONJOINTES Deux règles classiques: Le client achète la voiture offrant la plus grande valeur totale. il choisirait la voiture C La probabilité que le client achète l une des trois voitures est proportionnelle à la valeur totale perçue pour cette voiture

66 3. LES TESTS DE PRIX Faire varier les prix et observer l effet sur les parts de marché ou sur le volume des ventes Ex: magasin fictif, vente sur Internet, Exemple: vente du logiciel Xetra-X sur Internet. Les prix furent modifiés pendant trois mois et les ventes mesurées Part de marché 25 22% 20 17% 15 12% Prix

67 4. L ANALYSE L DES DONNÉES HISTORIQUES DE MARCHÉ À chaque prix proposé dans le passé correspond un volume des ventes pendant une période donnée Ex: lecteurs de codes barres

68 ÉTAPE 3 : ESTIMER R LES COÛTS Valeur perçue par les clients Clients Valeur perçue par les clients Entreprise Avantages concurrentiels Concurrents Développement d avantages concurrentiels: Il doit porter sur une caractéristique importante pour le client Il doit être perçu par le client Il doit être durable, c est-à-dire qu il ne doit pas être facilement imitable par les concurrents

69 ÉTAPE 3 : ESTIMER R LES COÛTS Satisfaire ces trois conditions simultanément est difficile La gestion des prix dans une perspective concurrentielle est inséparable de la gestion des coûts Généralement, le développement d un avantage concurrentiel procède de l une des deux démarches suivante: Offrir une performance comparable à celle de la concurrence, mais à un prix inférieur Offrir aux clients une plus grande valeur (meilleure performance, qualité du service, )

70 ÉTAPETAPE 4 : ANALYSER LES PRIX ET LES OFFRES DES CONCURRENTS Comment? Les relevés de prix dans les points de vente L analyse des tarifs catalogue Les enquêtes auprès des consommateurs Quoi? Analyse des éléments de différenciation (analyse du positionnement concurrentiel du produit) Analyse des coûts des concurrents Analyse des réactions probables au prix adopté

71 ÉTAPE TAPE 5 : CHOISIR UNE METHODE DE TARIFICATION Les variables-clés de la fixation d un prix P. Kotler, K. L. Keller, B. Dubois, D. Manceau 2006 Pearson Education France

72 ÉTAPE TAPE 5 : CHOISIR UNE METHODE DE TARIFICATION La valeur perçue Le jugement des responsables de l entreprise La valeur accordée aux produits équivalents Les enquêtes auprès des clients La méthode d évaluation La méthode des sommes constantes La méthode des attributs L expérimentation L analyse conjointe

73 ÉTAPE TAPE 5 : CHOISIR UNE METHODE DE TARIFICATION Le prix à la valeur Un prix bas pour un produit de haute qualité Réingénierie de l entreprise et des procédures «Prix bas tous les jours» Le prix du marché Se basant sur la concurrence Les enchères Les enchères classiques (ascendantes) Les enchères descendantes ou inversées Les procédures par appel d offre ou adjudication

74 ÉTAPE 6 : FIXER LE PRIX FINAL L influence des autres variables du marketingmix Marques Réseaux de distribution Effort de communication La politique générale de tarification Le partage gain/risque Les autres intervenants du marché

Coûts de production et de distribution

Coûts de production et de distribution Le prix Coûts de production et de distribution Coûts directs et indirects Clés de répartition Coûts fixes et coûts variables Fixes : indépendants du volume de vente : amortissement des machines, salaires

Plus en détail

Vers le 7 ème ciel du Revenue Management

Vers le 7 ème ciel du Revenue Management LETTRE CONVERGENCE Vers le 7 ème ciel du Revenue Management Les stratégies tarifaires dans les services N 25 To get there. Together. A PROPOS DE BEARINGPOINT BearingPoint est un cabinet de conseil indépendant

Plus en détail

Optims Revenue Management

Optims Revenue Management Optims Revenue Management Février 2007 Philippe GOUTELLE Responsable Commercial Revenue Management System Amadeus Hospitality Business Group 1 Présentation Division RMS La Division RMS est basée à Sophia

Plus en détail

10 Yield Management. Figure 1. Système de Yield Management (d après [JON 00]) Enquêtes de consommateurs. Processus de

10 Yield Management. Figure 1. Système de Yield Management (d après [JON 00]) Enquêtes de consommateurs. Processus de INTRODUCTION Le Yield Management est apparu lors de la déréglementation des transports aériens aux Etats-Unis, à la fin des années 1970. Dans un contexte de concurrence exacerbée, les compagnies aériennes

Plus en détail

Définition des objectifs Caractéristiques de l offre définitive Marché cible positionnement. Evaluation du potential de vente

Définition des objectifs Caractéristiques de l offre définitive Marché cible positionnement. Evaluation du potential de vente Chapitre 3 Lancement et développement de la jeune entreprise Une fois, l étude de marché réalisée, le créateur doit maintenant l explorer, c'est-à-dire en tirer les éléments qui serviront à la rédaction

Plus en détail

MARKETING MIX. Politique Produit. Les composantes d un produit POLITIQUE PRODUIT

MARKETING MIX. Politique Produit. Les composantes d un produit POLITIQUE PRODUIT MARKETING MIX POLITIQUE PRODUIT Sandrine Monfort Politique Produit! Les composantes d un produit! Les classifications produit! Lancement produit! Politique de gamme! Politique de marque Les composantes

Plus en détail

Mix Distribution : où vendre ses produits?

Mix Distribution : où vendre ses produits? 28/07/2010 Confidentiel - Tous droits de reproduction réservés 1 mondirecteurmarketing N attendez pas d être grand pour croître! Mix Distribution : où vendre ses produits? 28/07/2010 Confidentiel - Tous

Plus en détail

" La démarche stratégique :

 La démarche stratégique : ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES Module : Marketing Fondamental Année Académique : 2014/2015 Niveau : 1 ère année Master (TC) Enseignant : KHERRI Abdenacer Groupes : 12, 13, 14, 15 et 16 Site web :

Plus en détail

Marketing Management, 11 e éd.

Marketing Management, 11 e éd. Marketing Management, 11 e éd. Philip Kotler, Bernard Dubois & Delphine Manceau Table des matières détaillée Les innovations de cette nouvelle édition De nouveaux thèmes et une nouvelle structure De nouveaux

Plus en détail

Tous droits réservés

Tous droits réservés Tous droits réservés Dans le contexte actuel, l optimisation des revenus est devenue incontournable pour les acteurs touristiques. Cette rencontre avait pour objectifs : De familiariser les participants

Plus en détail

Chap 3 : La connaissance du client. I. Les fondements de la connaissance du client. Les principales évolutions sont résumées dans le tableau suivant :

Chap 3 : La connaissance du client. I. Les fondements de la connaissance du client. Les principales évolutions sont résumées dans le tableau suivant : Chap 3 : La connaissance du client I. Les fondements de la connaissance du client A. D une société de consommation à une société de consommateurs Depuis les années 1980, les mutations sociales ont eu d

Plus en détail

L interchange. Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa.

L interchange. Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa. L interchange Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa. Il n y a pas si longtemps, les consommateurs n avaient d autre choix que d utiliser

Plus en détail

UV207 - Promotion des Ventes

UV207 - Promotion des Ventes UV207 UV207 - Promotion des Ventes 1. Introduction Master MARKETING & STRATEGIE (M1) 1 Plan de la séance 1. Présentation du cours 2. La promotion des ventes 3. La place de la promotion dans le budget marketing

Plus en détail

La segmentation et le ciblage : principaux piliers de la stratégie Marketing de l entreprise Par M.B

La segmentation et le ciblage : principaux piliers de la stratégie Marketing de l entreprise Par M.B La segmentation et le ciblage : principaux piliers de la stratégie Marketing de l entreprise Par M.B Pour bien servir son marché, une entreprise doit mettre en œuvre une démarche en trois temps : segmentation,

Plus en détail

QLIKVIEW POUR SALESFORCE

QLIKVIEW POUR SALESFORCE QLIKVIEW POUR SALESFORCE Exploiter rapidement et facilement les données issues de votre CRM QlikView simplifie l intégration de la Business Discovery à une Plate-forme PaaS (Platform as a Service) éprouvée

Plus en détail

LE MARKETING DU CINEMA et de l AUDIOVISUEL. Présentation du Marketing appliqué au cinéma & à l audiovisuel

LE MARKETING DU CINEMA et de l AUDIOVISUEL. Présentation du Marketing appliqué au cinéma & à l audiovisuel LE MARKETING DU CINEMA et de l AUDIOVISUEL Présentation du Marketing appliqué au cinéma & à l audiovisuel Sommaire PRESENTATION GENERALE DU MARKETING: Qu est-ce que le Marketing? Introduction et définition

Plus en détail

1 Questionnaire à choix multiples

1 Questionnaire à choix multiples EXAMEN FINAL mercredi 19 janvier 2011, Durée h00 Pierre Fleckinger Une attention particulière doit être portée à la rédaction et à l explication des calculs faits. Utiliser un feuillet simple pour le QCM

Plus en détail

FORMULES DE CALCUL. Prix = PV TTC = PV HT x (1 + taux de TVA) TVA = PV HT x taux de TVA PV HT = PV TTC 1 + taux de TVA

FORMULES DE CALCUL. Prix = PV TTC = PV HT x (1 + taux de TVA) TVA = PV HT x taux de TVA PV HT = PV TTC 1 + taux de TVA FORMULES DE CALCUL Le prix : Prix = PV TTC = PV HT x (1 + taux de TVA) TVA = PV HT x taux de TVA PV HT = PV TTC 1 + taux de TVA Ex : PV TTC = 250 x 1,196 = 299. TVA = 250 x 19,6 % = 49. PV HT = 299 = 250.

Plus en détail

Section C et D. Abdellah HOUSSAINI

Section C et D. Abdellah HOUSSAINI INTRODUCTION AU MARKETING Cours Semestre 4 Section C et D Abdellah HOUSSAINI 1 Introduction au Marketing Première Partie: Le marketing classique I: Les concepts II: Le marketing stratégique III: Le marketing

Plus en détail

Chapitre 2 Marketing (Mercatique)

Chapitre 2 Marketing (Mercatique) Introduction Chapitre 2 Marketing (Mercatique) Définition : «Le marketing consiste à prévoir tous les changements qui peuvent survenir sur un marché et à déterminer la manière dont l'entreprise pourra

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING 1. La notion de marché 2. La définition du Marketing et du Marketing - Mix 3. Les fonctions de l entreprise 4. La stratégie push ( fonction de production ) 5. La stratégie

Plus en détail

CHAPITRE 1 : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ

CHAPITRE 1 : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ CHAPITRE : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ..Introduction.2. Le point de départ de l analyse micro-économique du consommateur.3. La fonction de demande individuelle.4. Effets

Plus en détail

Mercator 8 e édition, 2006, Cinquième partie - Chapitre 19 : Je me teste sur Le marketing des services

Mercator 8 e édition, 2006, Cinquième partie - Chapitre 19 : Je me teste sur Le marketing des services Mercator 8 e édition, 2006, Cinquième partie - Chapitre 19 : Je me teste sur Le marketing des services Ce chapitre comporte un quiz de 35 questions de difficulté variable, disponible sur le CD-ROM des

Plus en détail

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit PCI -TD _ Centres Resp et Profit_Correction CAS.doc 1 / 28 CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit INTRODUCTION SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 1 NOTIONS

Plus en détail

LE DISPLAY RÉVOLUTION. De l achat d espace publicitaire classique à la gestion d audience ciblée. Janvier 2012 LIVRE BLANC ACXIOM.

LE DISPLAY RÉVOLUTION. De l achat d espace publicitaire classique à la gestion d audience ciblée. Janvier 2012 LIVRE BLANC ACXIOM. LIVRE BLANC ACXIOM LE DISPLAY EN PLEINE RÉVOLUTION De l achat d espace publicitaire classique à la gestion d audience ciblée Janvier 2012 Frédéric GRELIER Directeur Europe développement produits Acxiom

Plus en détail

Jour 1. Origines et évolution du marketing

Jour 1. Origines et évolution du marketing Jour 1 Origines et évolution du marketing Origines et évolution du marketing Jour 1 Cette journée est consacrée à la présentation de la discipline au travers de trois sous-thèmes : l histoire du marketing,

Plus en détail

Le Display En Pleine Révolution

Le Display En Pleine Révolution Le Display En Pleine Révolution De l achat d espace publicitaire classique à la gestion d audience ciblée Better connections. Better results. Livre Blanc Acxiom Le Display En Pleine Révolution De l achat

Plus en détail

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise Etude de marché Selon l Agence Pour la Création d Entreprise (APCE), 70% des cas de défaillance ont pour origine la mauvaise qualité des études de marché, que celles-ci soient mal réalisées ou de manière

Plus en détail

Pratique des options Grecs et stratégies de trading. F. Wellers

Pratique des options Grecs et stratégies de trading. F. Wellers Pratique des options Grecs et stratégies de trading F. Wellers Plan de la conférence 0 Philosophie et structure du cours 1 Définitions des grecs 2 Propriétés des grecs 3 Qu est ce que la volatilité? 4

Plus en détail

Table des matières. Partie I Les différents contextes du marketing BtoB... 7. Avant-propos... 1

Table des matières. Partie I Les différents contextes du marketing BtoB... 7. Avant-propos... 1 Avant-propos........................................................................ 1 Partie I Les différents contextes du marketing BtoB.................... 7 Chapitre 1 Les spécificités du marketing

Plus en détail

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos»)

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Sommaire Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Novembre 2013 Table des matières 1. CONTEXTE ET OBJECTIFS... 3 2. MÉTHODES DE RECHERCHE...

Plus en détail

Master de Recherche : Stratégie STRATEGIE. Table des matières

Master de Recherche : Stratégie STRATEGIE. Table des matières STRATEGIE Table des matières 1 INTRODUCTION : l impact de l environnement sur la performance S appuyer sur une étude 1970 dans une entreprise Générale Electrice avec le thème : «performance driven» en

Plus en détail

Pricing : la technique ne suffit pas

Pricing : la technique ne suffit pas Pricing : la technique ne suffit pas Par Frédéric Milgrom Vice President, Estin & Co Optimiser les prix recèle un potentiel d amélioration des résultats significatif et plus aisé à atteindre que des réductions

Plus en détail

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES CORRIGÉ TYPE DE L EXAMEN

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES CORRIGÉ TYPE DE L EXAMEN ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES Module : Marketing Fondamental Niveau : 1 ère Année Master Enseignant : KHERRI Abdenacer Date : 13/04/2015 Site web : www.mf-ehec.jimdo.com Durée : 1 heure 30 minutes

Plus en détail

SYNERGIE Associés Confidentiel Reproduction interdite sans autorisation préalable Page 1 de 44

SYNERGIE Associés Confidentiel Reproduction interdite sans autorisation préalable Page 1 de 44 SYNERGIE Associés Confidentiel Reproduction interdite sans autorisation préalable Page 1 de 44 Le CRM (GRC) est la clef de votre succès Les Principes généraux de la Gestion de la Relation Clients Confidentiel

Plus en détail

MiniKonf 2007 Marketing: Passer d un produit technologique à un produit marketing

MiniKonf 2007 Marketing: Passer d un produit technologique à un produit marketing MiniKonf 2007 Marketing: Passer d un produit technologique à un produit marketing Stéphanie MICHEL AMATO Consultante AJEM Consultants Avec le témoignage de François CHALUMEAU Directeur GlobaWare International

Plus en détail

SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection

SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection La prospection est une activité indispensable pour développer le nombre de clients, mais aussi pour contrecarrer la perte de clients actuels. Elle coûte

Plus en détail

Les critères de segmentation Critères Variables retenues Description Exemple Pays, région, ville, Chauffage,

Les critères de segmentation Critères Variables retenues Description Exemple Pays, région, ville, Chauffage, SYNTHÈSE DU CHAPITRE 11 : LA SEGMENTATION DE LA DEMANDE. La segmentation. La segmentation de la demande consiste à définir des groupes de clients (des segments de clientèle) ayant des comportements homogènes

Plus en détail

Chapitre I : Introduction

Chapitre I : Introduction Chapitre I : Introduction 1.1) Problématique A partir des années soixante, l environnement des entreprises a connu une mutation capitale, sans précédant historique dans le climat des affaires. Ces changements

Plus en détail

La gestion de la relation client. Le terme de la Gestion de la Relation Client ou de marketing "One to one"

La gestion de la relation client. Le terme de la Gestion de la Relation Client ou de marketing One to one La gestion de la relation client Introduction Le terme de la Gestion de la Relation Client ou de marketing "One to one" apparaît en France en 1997. Mais le concept est né au début des années 1990, pour

Plus en détail

Hôtellerie & Tourisme

Hôtellerie & Tourisme SALARY SURVEY 2014 & & Sélection et approche directe de cadres confirmés www.michaelpage.fr INTRODUCTION Michael Page & est une division de Michael Page, leader du conseil en recrutement, spécialiste de

Plus en détail

LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT

LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT CCI TOURAINE, pour le Colloque Techniloire, le 09/07/2009 Une bonne stratégie à l export ne s improvise pas CCI TOURAINE, pour le Colloque Techniloire, le 09/07/2009

Plus en détail

L Elasticité Concept et Applications Chapitre 4

L Elasticité Concept et Applications Chapitre 4 L Elasticité Concept et Applications Chapitre 4 L Elasticité...... est une mesure de la réaction des acheteurs et vendeurs aux changements dans les conditions du marché...... nous permet d analyser les

Plus en détail

«COMMENT PROSPECTER ET FIDÉLISER VOS CLIENTS GRÂCE À LA COMMUNICATION ET AU MARKETING DIRECT?»

«COMMENT PROSPECTER ET FIDÉLISER VOS CLIENTS GRÂCE À LA COMMUNICATION ET AU MARKETING DIRECT?» «COMMENT PROSPECTER ET FIDÉLISER VOS CLIENTS GRÂCE À LA COMMUNICATION ET AU MARKETING DIRECT?» Sommaire 1. Introduction : les clients, les Médias et la Publicité 2. Construire une Stratégie de Communication

Plus en détail

Schéma du plan d affaires

Schéma du plan d affaires Plan d affaires Schéma du plan d affaires SOMMAIRE EXÉCUTIF DESCRIPTION DU PROJET OBJECTIFS FORME JURIDIQUE ÉQUIPE DIRIGEANTE MARKETING PRODUCTION SOUTIEN ADMINISTRATIF ANALYSE MARCHÉ ANALYSE MARKETING

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

.Next. Advanced Customer Service Intelligent Pricing & Promotion

.Next. Advanced Customer Service Intelligent Pricing & Promotion .Next Demand Forecasting Open to buy Assortment Sourcing Optimisation Procurement & Production Planning Advanced Replenishment In store HR Optimisation Mobile Point Of Service CRM & Loyalty Advanced Customer

Plus en détail

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE BUSINESS PLAN Partie 1 : Présentation de votre projet 1 Vous êtes prêt à créer votre entreprise? Ce dossier va vous permettre de préciser et de mettre en forme votre projet

Plus en détail

Concurrence et marchés. Cours SEGF - ENPC 2004. Barrières à l entrée

Concurrence et marchés. Cours SEGF - ENPC 2004. Barrières à l entrée Concurrence et marchés Cours SEGF - ENPC 2004 Barrières à l entrée PLAN Barrières à l entrée définitions et oligopole naturel dissuasion / accomodation à l entrée: modèle de Stackelberg en quantités Stackelberg

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT

LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier 1 Pour les investisseurs, le risque de taux d intérêt est celui : - d une dévalorisation du patrimoine - d

Plus en détail

DDH Pierre Casanova Chun-Chun Garbit

DDH Pierre Casanova Chun-Chun Garbit Combien vaut mon Entreprise? Pierre Casanova Chun-Chun Garbit Introduction Organisation Une structure créée fin 2004 sur Marseille, après 10 ans d expérience chez General Electric, basée sur un fort réseau

Plus en détail

L adoption des nouvelles technologies dans les grandes entreprises françaises. Novembre 2007

L adoption des nouvelles technologies dans les grandes entreprises françaises. Novembre 2007 L adoption des nouvelles technologies dans les grandes entreprises françaises Novembre 2007 Sommaire Analyse des taux d adoption des différents outils Présentation des spécificités par outil Les nouvelles

Plus en détail

Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing

Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing Ce que vous allez apprendre Définir le marketing et comprendre son rôle Comprendre les différentes évolutions du marketing Comprendre les nouveaux enjeux

Plus en détail

Cas de l électricité

Cas de l électricité Régulation incitative des industries de réseaux : quels enseignements pour améliorer la performance de la gestion de l infrastructure ferroviaire? Cas de l électricité Cécile George Conférence ARAF 26

Plus en détail

FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX

FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX 1. L effet d une variation du revenu. Les lois d Engel a. Conditions du raisonnement : prix et goûts inchangés, variation du revenu (statique comparative) b. Partie

Plus en détail

Consumer. Fiche Synthètique. Journey. Enquête sur les parcours d achat Secteur Fournisseurs d accès à internet (FAI)

Consumer. Fiche Synthètique. Journey. Enquête sur les parcours d achat Secteur Fournisseurs d accès à internet (FAI) Fiche Synthètique Consumer Journey Enquête sur les parcours d achat Secteur Fournisseurs d accès à internet (FAI) Juillet 2013 1 Le secteur des télécommunications a subi des modifications qui ont permis

Plus en détail

STRATEGIES MARKETING. Licence 3 2010-2011. Introduction au marketing

STRATEGIES MARKETING. Licence 3 2010-2011. Introduction au marketing STRATEGIES MARKETING Licence 3 2010-2011 Introduction au marketing Professeur : Alain Debenedetti Alain.debenedetti@univ-mlv.fr Objectifs de la séance Présenter le déroulement de l UE «Stratégies Marketing»

Plus en détail

La nouvelle offre commerciale HOP! Air France. Vente à partir du 24 mars Transport à partir du 29 mars

La nouvelle offre commerciale HOP! Air France. Vente à partir du 24 mars Transport à partir du 29 mars La nouvelle offre commerciale HOP! Air France Vente à partir du 24 mars Transport à partir du 29 mars Le réseau HOP! Air France Un vaste réseau de 130 lignes (été 2015) 4 lignes «La Navette» : BOD / TLS

Plus en détail

SOMMAIRE. Présentation 3. Marketing de l offre 15 Marketing de la demande 16 Marketing de l échange 16

SOMMAIRE. Présentation 3. Marketing de l offre 15 Marketing de la demande 16 Marketing de l échange 16 Présentation 3 Chapitre 1 Le concept de marketing 15 1 Définitions 15 Marketing de l offre 15 Marketing de la demande 16 Marketing de l échange 16 2 Principaux outils du marketing 16 3 Les critiques envers

Plus en détail

Véhicule d'occasion Un indicateur clé de la performance économique du marché automobile

Véhicule d'occasion Un indicateur clé de la performance économique du marché automobile Véhicule d'occasion Un indicateur clé de la performance économique du marché automobile Christophe Michaëli Directeur du Marché Automobile France 1 Méthodologie Etude réalisée avec le BIPE - Recueil historique

Plus en détail

Marchés oligopolistiques avec vente d un bien non homogène

Marchés oligopolistiques avec vente d un bien non homogène Marchés oligopolistiques avec vente d un bien non homogène Partons de quelques observations : 1. La plupart des industries produisent un grand nombre de produits similaires mais non identiques; 2. Parmi

Plus en détail

Le succès du multicanal intégré en assurance auto Séminaire innovation CHEA 5 mai 2011

Le succès du multicanal intégré en assurance auto Séminaire innovation CHEA 5 mai 2011 Le succès du multicanal intégré en assurance auto Séminaire innovation CHEA 5 mai 2011 Véronique Brionne Marilyn Faugas Karine Paul Jean-Christophe Boccon-Gibod Sommaire 1. Pourquoi avons-nous choisi Progressive?

Plus en détail

8 Certifications Minergie

8 Certifications Minergie 8 Chapitre 8 Être Minergie, est-ce aussi être «autrement»? Pour de nombreux acteurs du marché immobilier, un label de durabilité devrait s accompagner d une appréciation de la valeur de leur immeuble,

Plus en détail

S422-1-3 LA CLIENTELE DE L UNITE COMMERCIALE : APPROCHE STRUCTURELLE

S422-1-3 LA CLIENTELE DE L UNITE COMMERCIALE : APPROCHE STRUCTURELLE S422-1-3 LA CLIENTELE DE L UNITE COMMERCIALE : APPROCHE STRUCTURELLE S422 La relation commerciale et son marché S42 La relation commerciale la clientèle de l unité commerciale Définir la notion de zone

Plus en détail

Calcul et gestion de taux

Calcul et gestion de taux Calcul et gestion de taux Chapitre 1 : la gestion du risque obligataire... 2 1. Caractéristique d une obligation (Bond/ Bund / Gilt)... 2 2. Typologie... 4 3. Cotation d une obligation à taux fixe... 4

Plus en détail

Evry - M2 MIAGE Entrepôt de données

Evry - M2 MIAGE Entrepôt de données Evry - M2 MIAGE Entrepôt de données Introduction D. Ploix - M2 Miage - EDD - Introduction 1 Plan Positionnement du BI dans l entreprise Déclinaison fonctionnelle du décisionnel dans l entreprise Intégration

Plus en détail

Stratégies marketing. Augmenter sa créativité en période de changement. Journée d information sur les cultures ornementales en serre Novembre 2009

Stratégies marketing. Augmenter sa créativité en période de changement. Journée d information sur les cultures ornementales en serre Novembre 2009 Stratégies marketing Augmenter sa créativité en période de changement Journée d information sur les cultures ornementales en serre Novembre 2009 La présentation Marketing en temps de crise Quelques principes

Plus en détail

Dotez-vous des moyens de communication d une grande entreprise au prix d une petite entreprise. Avaya vous aide à atteindre vos objectifs.

Dotez-vous des moyens de communication d une grande entreprise au prix d une petite entreprise. Avaya vous aide à atteindre vos objectifs. Avaya vous aide à atteindre vos objectifs. Toute TPE-PME est à la recherche de solutions pour réduire ses coûts et améliorer son mode de fonctionnement. Comme n importe quelle entreprise, vous souhaitez

Plus en détail

«Théoriquement, si je peux couper les coûts suffisamment, on devrait pouvoir devenir profitable sans plus rien vendre»

«Théoriquement, si je peux couper les coûts suffisamment, on devrait pouvoir devenir profitable sans plus rien vendre» «Théoriquement, si je peux couper les coûts suffisamment, on devrait pouvoir devenir profitable sans plus rien vendre» Stratégie Marketing et CRM: Le Client Est Un Capital Jean - Charles Neau La croissance

Plus en détail

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions OBJECTIF 1 L objectif de la présente Norme

Plus en détail

Présentation des résultats annuels 2007. 4 avril 2008 Page 1

Présentation des résultats annuels 2007. 4 avril 2008 Page 1 Présentation des résultats annuels 2007 4 avril 2008 Page 1 Sommaire I. Un intervenant sur le marché du marketing de fidélisation II. III. IV. Un exercice 2007 de qualité Une nette amélioration de la profitabilité

Plus en détail

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION Depuis quelques années, on constate une grande évolution de la fonction vente ; avec le passage de la notion de l acte de vente à

Plus en détail

Introduction à la solution Business Intelligence (BI) pour l industrie automobile

Introduction à la solution Business Intelligence (BI) pour l industrie automobile Introduction à la solution Business Intelligence (BI) pour l industrie automobile Votre bulletin d information quotidien. Votre solution pour chaque service. Prenez des décisions plus avisées pour développer

Plus en détail

LE MARKETING : INTRODUCTION. Dominique Roux, IUT de Sceaux Membre du PESOR

LE MARKETING : INTRODUCTION. Dominique Roux, IUT de Sceaux Membre du PESOR LE MARKETING : INTRODUCTION Dominique Roux, IUT de Sceaux Membre du PESOR INTRODUCTION AU MARKETING Définitions Champs d application Démarche et mise en oeuvre Evolution et extensions du champ Définitions

Plus en détail

Plan de commercialisation

Plan de commercialisation Plan de commercialisation Plan de commercialisation Organigramme VAliDATiON Du POSiTiONNEMENT ET DE la MiSSiON STrATÉGiES MArKETiNG MESSAGE PuBliciTÉ relations PuBliQuES PrOMOTiONS radio AcTiViTÉS SOciAlES

Plus en détail

Tirer parti des renseignements sur les clients : leçons tirées des réalisations en matière de services bancaires au consommateur

Tirer parti des renseignements sur les clients : leçons tirées des réalisations en matière de services bancaires au consommateur La force de l engagement MD ÉTUDE TECHNIQUE Tirer parti des renseignements sur les clients : leçons tirées des réalisations en matière de services bancaires au consommateur Les entreprises de commerce

Plus en détail

Les Conditions Générales De Vente

Les Conditions Générales De Vente Les Conditions Générales De Vente Les CGV: visent à encadrer les relations entre cocontractants ; interviennent aussi bien dans les relations contractuelles entre professionnels (le plus souvent fournisseur-

Plus en détail

Agenda de la présentation

Agenda de la présentation Le Data Mining Techniques pour exploiter l information Dan Noël 1 Agenda de la présentation Concept de Data Mining ou qu est-ce que le Data Mining Déroulement d un projet de Data Mining Place du Data Mining

Plus en détail

COMPETENCE , PMO. Compétence. Notre offre de service en structuration de PMO et gestion de programme JUIN 2013

COMPETENCE , PMO. Compétence. Notre offre de service en structuration de PMO et gestion de programme JUIN 2013 Compétence Notre offre de service en structuration de PMO et gestion de programme Nous avons le plaisir de vous transmettre notre offre de services en matière de gestion de programme complexe ou structuration

Plus en détail

MATURITÉ MARKETING Comment interpréter vos résultats

MATURITÉ MARKETING Comment interpréter vos résultats MATURITÉ MARKETING Comment interpréter vos résultats Introduction L année dernière, votre entreprise a répondu à un sondage portant sur la «Maturité marketing» et les résultats, contenus dans le courriel

Plus en détail

CRM MANAGER LES SOLUTIONS POUR BOOSTER VOTRE RELATION CLIENT

CRM MANAGER LES SOLUTIONS POUR BOOSTER VOTRE RELATION CLIENT CRM MANAGER S SOLUTIONS POUR BOOSTER VOTRE RELATION CLIENT CRM MANAGER plus que jamais, un outil d actualité et de conquête Votre connaissance du et de vos clients est fondamentale pour assurer vos succès.

Plus en détail

Générer du trafic payant. Laurent BIZOT, Oxatis Lucile Chanel, ebay

Générer du trafic payant. Laurent BIZOT, Oxatis Lucile Chanel, ebay Générer du trafic payant Laurent BIZOT, Oxatis Lucile Chanel, ebay 13 et 14 mai 2011 Trouvez des nouveaux clients Adaptez-vous aux évolutions du E-Commerce Allez chercher les clients où ils se trouvent

Plus en détail

PLAN. --> PDV (Promotion de ventes) et PLV (Publicité sur lieu de vente)

PLAN. --> PDV (Promotion de ventes) et PLV (Publicité sur lieu de vente) COURS N 4 : LA POLITIQUE DE DISTRIBUTION COURS DE MARKETING / Cours n 4 : La politique de distribution --> MSG / IAE --> Novembre 2005 1 --> Introduction --> Les fonctions de la distribution --> Canal

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Sciences économiques et sociales - Terminale ES Enseignement de spécialité Economie approfondie Thème n 2 : Stratégies d entreprises et politique

Plus en détail

Séminaire CRM Les directions de recherche et les perspectives du Customer Relationship Management 1

Séminaire CRM Les directions de recherche et les perspectives du Customer Relationship Management 1 Faculté des Sciences économiques et sociales de l Université de Fribourg Séminaire CRM Les directions de recherche et les perspectives du Customer Relationship Management 1 Séminaire présenté auprès de

Plus en détail

«Communication et promotion de votre hébergement»

«Communication et promotion de votre hébergement» «Communication et promotion de votre hébergement» Sommaire Quelle stratégie, pour qui?... 2 Hébergement d 1 à 2 chambres/gîtes :... 3 La carte de visite... 3 Hébergement de 2 à 3 chambres/gîtes : Cartes

Plus en détail

QUEL EST LE JOUR D ENVOI LE PLUS PERFORMANT EN EMAIL MARKETING EN BtoC?

QUEL EST LE JOUR D ENVOI LE PLUS PERFORMANT EN EMAIL MARKETING EN BtoC? QUEL EST LE JOUR D ENVOI LE PLUS PERFORMANT EN EMAIL MARKETING EN BtoC? Evolution des principaux indicateurs par secteur d activité 1 ère édition V1.0 - Septembre 2008 Cabestan 4-6 rue Gambetta 93583 Saint-Ouen

Plus en détail

Comment développer vos missions paie?

Comment développer vos missions paie? Comment développer vos missions paie? La performance des cabinets ne repose pas seulement sur une course à la productivité mais sur une stratégie de croissance fondée sur : Le savoir La qualité du service

Plus en détail

Règlement des remboursements de frais établi sur la base du modèle de la Fédération patronale vaudoise (FPV)

Règlement des remboursements de frais établi sur la base du modèle de la Fédération patronale vaudoise (FPV) Règlement des remboursements de frais établi sur la base du modèle de la Fédération patronale vaudoise (FPV) (Indiquer la raison sociale juridiquement valable de la société/de l entreprise) 2. Table des

Plus en détail

Table des matières PARTIE I : LES FONDAMENTAUX DU MARKETING DIGITAL

Table des matières PARTIE I : LES FONDAMENTAUX DU MARKETING DIGITAL Introduction... IX Auteurs.... XIX Liste des Mini-cas.... XXI Liste des Zoom Recherche.... XXIII Liste Digital marketing insight... XXV Liste des figures... XXVII Liste des tableaux... XXXI PARTIE I :

Plus en détail

1. DÉFINITION DU MARKETING

1. DÉFINITION DU MARKETING 1. DÉFINITION DU MARKETING 1.1 DÉFINITIONS 1.2 PRÉDOMINANCE DU CLIENT 1.3 ÉLARGISSEMENT DU CHAMP D APPLICATION 1.4 SATISFACTION DU CLIENT ET CRM 1 1.1 DÉFINITIONS 1. Marketing 2. Acteurs du marketing 3.

Plus en détail

CHAPITRE IV. 4.1 Stratégies d internationalisation des enseignes françaises

CHAPITRE IV. 4.1 Stratégies d internationalisation des enseignes françaises 72 CHAPITRE IV 1. La grande distribution française 4.1 Stratégies d internationalisation des enseignes françaises La distribution française est une des plus importantes au niveau mondial, en raison de

Plus en détail

Expérimentation sur la valorisation des effacements de consommation sur les marchés de l'énergie (dispositif "NEBEF 1"): synthèse des propositions de

Expérimentation sur la valorisation des effacements de consommation sur les marchés de l'énergie (dispositif NEBEF 1): synthèse des propositions de Expérimentation sur la valorisation des effacements de consommation sur les marchés de l'énergie (dispositif "NEBEF 1"): synthèse des propositions de RTE 16 octobre 2013 Expérimentation sur la valorisation

Plus en détail

Tableau synoptique du chapitre 7

Tableau synoptique du chapitre 7 Tableau synoptique du chapitre 7 Le rôle du superviseur dans le processus de rémunération Le superviseur peut être appelé à : participer à l évaluation des postes de ses employés. prendre des décisions

Plus en détail

S84-1 LA GRC ET LE SI (Système d Information) 841 - Qualification des données clientèle. 842 - La segmentation de la clientèle

S84-1 LA GRC ET LE SI (Système d Information) 841 - Qualification des données clientèle. 842 - La segmentation de la clientèle S84-1 LA GRC ET LE SI (Système d Information) 841 - Qualification des données clientèle 842 - La segmentation de la clientèle 843 - Les actions personnalisées utilisation des procédures de consultation

Plus en détail

Asymétries d information

Asymétries d information cours Asymétries d information Département Économie HEC Automne 2015 cours Asymétrie d information Il est des contextes où des agents économiques en position de contracter ne disposent pas de la même information

Plus en détail

Votre outil pour vous démarquer sur le terrain de l interactivité. www. Moteurs de recherche. Médias Sociaux. Web. Mobilité. Assurance automobile

Votre outil pour vous démarquer sur le terrain de l interactivité. www. Moteurs de recherche. Médias Sociaux. Web. Mobilité. Assurance automobile Votre outil pour vous démarquer sur le terrain de l interactivité. www Web Mobilité Médias Sociaux Moteurs de recherche Assurance automobile Votre nouveau terrain de concurrence: l interactivité On parle

Plus en détail

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France?

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? (DGTrésor) 1. Indépendamment de facteurs d offre et de demande, qui jouent indéniablement sur les prix,

Plus en détail

Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi

Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi Version 4.7 Simulation d Entreprise «Artemis» Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi p. 1 1. Objectifs et Contexte Général L objectif de la simulation d entreprise «Artemis» est

Plus en détail

BAX MC Contrats à terme sur acceptations bancaires canadiennes de trois mois

BAX MC Contrats à terme sur acceptations bancaires canadiennes de trois mois BAX MC Contrats à terme sur acceptations bancaires canadiennes de trois mois Groupe TMX Actions Bourse de Toronto Bourse de croissance TSX Equicom Produits dérivés Bourse de Montréal CDCC Marché climatique

Plus en détail