FLUX DES ELEMENTS NPK DANS DES SYSTEMES PLURISPECIFIQUES A BASE DE CULTURES PERENNES DANS LES FORETS HUMIDES DU SUD OUEST CAMEROUN

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FLUX DES ELEMENTS NPK DANS DES SYSTEMES PLURISPECIFIQUES A BASE DE CULTURES PERENNES DANS LES FORETS HUMIDES DU SUD OUEST CAMEROUN"

Transcription

1 FLUX DES ELEMENTS NPK DANS DES SYSTEMES PLURISPECIFIQUES A BASE DE CULTURES PERENNES DANS LES FORETS HUMIDES DU SUD OUEST CAMEROUN 1 E. E. EHABE 1, P. SAMALANG 1, A. BIKOI 1, I. de BARROS 2, F. ENJALRIC 3 1 Institut de Recherche Agricole pour le Développement (IRAD), Centre Régional de Recherche d Ekona, B.P. 25 Buea, Cameroun. 2 INRA Antilles-Guyana, URAPC, Guadeloupe (FWI). 3 Unité Mixte de Recherche Système, CIRAD Cultures Pérennes, 2 Place Viala, 34 Montpellier, France. RESUME La gestion de la fertilité des sols est devenue cruciale dans les exploitations paysannes plurispécifiques où certains processus influençant leur durabilité sont ignorés. Une étude a été menée dans certaines parcelles à base de cultures pérennes implantées dans la forêt humide du sud ouest Cameroun afin de mieux comprendre la gestion de cette fertilité et identifier les facteurs qui contribuent à l épuisement des macros éléments. Les données collectées ont été modélisées avec l outil NUTMON. Les résultats ont montrés que les systèmes de cultures influencent les stratégies globales d exploitation. Tandis que le flux des éléments nutritifs dans les parcelles est confirmé, les mouvements en N, P et K étaient différents selon la culture pérenne principale. Le bilan complet en élément nutritif moyen de chaque parcelle a été négatif largement pour l azote et positif pour potassium et phosphore. Le bilan partiel, ignorant les flux biophysiques (fixation d azote, lessivage, érosion), était positif pour les trois éléments, indiquant ainsi que ces facteurs étaient responsables en majeure partie pour l épuisement en N. Mots clés : sols fertilité épuisement - NUTMON forets humides Cameroun ABSTRACT Soil fertility is a survival issue in multi-cropped peasant farms where long-term processes affecting sustainability are often ignored. A study was conducted in some perennial crop-based farms in the humid forests of South West Cameroon to better understand soil fertility management in such cropping systems and identify factors contributing to major nutrient depletion trends. Collected data were modelled using the farm NUTrient MONitoring (NUTMON) tool. Results showed that the farming systems played key roles in the overall exploitation strategies. Whereas nutrient flows in separate farm units and between associated crops were confirmed, the net flows in soil N, P and K nutrient balances differed with the main perennial crop. The average nutrient balance of each farm was markedly negative for N but positive for P and K. The partial balance, ignoring biophysical flows (N-fixation, leaching, erosion), was however positive for the three nutrients indicating that N depletion was mostly as a result of biophysical flows in these farming systems. Key words : soils fertility depletion - NUTMON humid forests Cameroon

2 2 Introduction Les pratiques de production au sein des exploitations paysannes en Afrique sub-saharienne progressent au dépend de leur durabilité puisque les planteurs sont plus concernés par la production dans le court terme (de la saison actuelle et suivante). Les processus influençant la production à long terme, tels que la diminution des stocks d éléments nutritifs, sont peu visible et reçoivent ainsi une faible priorité. Ces sols sont donc progressivement dépourvus de leurs éléments nutritifs [1]. Afin de sécuriser la productivité actuelle et assurer la durabilité des systèmes de productions, ces planteurs gèrent la fertilité des sols en manipulant les mouvements des éléments nutritifs à l entrée, à l intérieur et à la sortie de leurs exploitations. Les décisions sur la gestion de la fertilité des sols sont conditionnées par les objectifs du ménage (sécurité alimentaire, maximisation du revenu, diminution des risques, etc.), les ressources disponibles (main d œuvre, argent, outils, ressources naturelles, etc.) et l environnement socio-économique. La fertilité des sols est devenue une affaire de survie, surtout dans les exploitations paysannes plurispécifiques à base de cultures pérennes dans les forets humides du Cameroun. Sans un contrôle adéquat pour maintenir cette fertilité à travers des pratiques actuelles de gestion de l exploitation, la sécurité alimentaire et l importance économique du secteur agricole dans cette région seront menacés [1]. Cependant, la complexité de l exploitation paysanne ne facilite pas la quantification des entrées, sorties et stocks. La méthode NUTMON (NUTrient MONitoring) est une approche multi-échelle qui permet d évaluer les fluxes de N, P et K dans une unité géographique donnée et cela sur la base des intrants (engrais minéraux, fumures, dépôts atmosphériques, sédimentation) et sorties (récoltes, résidus, lessivage, dénitrification, érosion) [2]. Ce logiciel contient quatre modules donnent les directives pour la collecte et saisie des données, le calcul et interprétation du bilan des fluxes d éléments nutritifs, stocks et des indicateurs de performance économique des exploitations. Le logiciel permet donc d obtenir une analyse complète des éléments nutritifs entre les différentes activités au sein d une exploitation ainsi qu entre l exploitation et ses environs. Ce projet a été mené pour assurer une meilleur compréhension et amélioration de la gestion de la fertilité des systèmes d exploitations et à déterminer le rôle d une gestion intégrée des éléments nutritifs pour renverser les tendances actuelles d épuisement au sein de chaque parcelle. Les objectifs spécifiques ont donc été d évaluer les variations des stocks d éléments nutritifs des sols, et identifier les facteurs clés influençant la gestion de la fertilité des exploitations agricoles afin d identifier certains causes fondamental de l épuisement de la fertilité des sols des parcelles à base des cultures pérennes dans les forets humides du sud ouest du Cameroun. 1. Méthodologie 1.1. Localité de l étude L étude a été menée sur des exploitations agricoles mixtes mais à base de cultures pérennes. Ces exploitations étaient situées dans deux localités de la forêt humide du sud ouest du Cameroun (Figure 1). Cette zone est caractérisée par des températures moyennes à élevées (~ 23 C) uniformément reparties toute au long de l année, d humidité relative élevée (76-9%), de pluviométrie annuelle élevée (> 25 mm) repartie dans deux saisons pluvieuses et sèche distinctes, et des sols fertiles et profonds avec des poches de sols ferrugineux et volcaniques très fertiles [3]. La région est également caractérisée par différents types d exploitations agricoles allant de petites exploitations paysannes avec essentiellement des cultures vivrières (banane-plantain, macabo, manioc, igname, maïs, etc.), des plantations industrielles pour la production des cultures de rentes (palmier à huile, Hevea, cacaoyer, caféier, etc.), et des champs mixtes avec différentes combinaisons de cultures pérennes et vivrieres [4].

3 3 Figure 1. Carte du Cameroun montrant les grandes zones agro-écologique et les forets humides du sud ouest du Cameroun 1.2. Caractérisation des parcelles L inventaire et données quotidiennes ont été collectées sur 19 exploitations à base de cultures pérennes (Table 1) situées dans les localités de Bombe Bakundu et Malende, lesquelles ont été préalablement jugée suffisamment homogènes en termes des activités agricoles et non-agricoles ainsi que la présence des plantations de petites et moyennes tailles sur lesquelles étaient cultivées l hévéa (Hevea brasiliensis), le palmier à huile (Elaeis guineensis) ou le cacaoyer (Theobroma cacao) comme culture principale en association avec d autres cultures vivrieres ou de rentes. Deux approches ont été adoptées pour identifier les exploitations («farm section units» ou FSU) une basée sur l évaluation traditionnelle des terres et l autre sur l analyse statistiques multi-variées des données de chaque parcelle : localité, altitude, pluviométrie, superficie, topographie, morphologie du sol (profondeur, texture ou teneur en argile, couleur, roche mère) et sa composition (humidité, état des racines, etc.). Les détails de cette méthodologie qui ont menée à la définition des FSUs sont d une légère modification de celles proposées par de Jager et al. [5] déjà décrites ailleurs [6].

4 4 Plot Localité Teneur en argile (%) Roche mère Pente (%) FSU 23 Bombe 4 5 Volcanique/Base complexe 5 (a) 25 Bombe 4 5 Volcanique/Base complexe 5 (a) P 26 Bombe 4 5 Volcanique/Base complexe 5 (a) 38 Bombe 4 5 Volcanique/Base complexe > 1 (c) 27 Bombe 4 5 Volcanique/Base complexe > 1 (c) R 18 Bombe 2 35 Volcanique/Base complexe 5 (a) 21 Bombe 2 35 Volcanique/Base complexe 5 (a) 3 Bombe 2 35 Volcanique/Base complexe 5 (a) 31 Bombe 2 35 Volcanique/Base complexe 5 (a) 32 Bombe 2 35 Volcanique/Base complexe 5 (a) 33 Bombe 2 35 Volcanique/Base complexe 5 (a) 34 Bombe 2 35 Volcanique/Base complexe 5 (a) J 35 Bombe 2 35 Volcanique/Base complexe 5 (a) 36 Bombe 2 35 Volcanique/Base complexe 5 (a) 37 Bombe 2 35 Volcanique/Base complexe 5 (a) 22 Malende 2 35 Volcanique/Base complexe 5 (a) 24 Malende 2 35 Volcanique/Base complexe 5 (a) 29 Malende 2 35 Volcanique/Base complexe 5 (a) 28 Malende 2 35 Volcanique/Base complexe > 1 (c) L Table 1. Exploitations agricoles couvertes par cette étude 1.3. Analyses des éléments nutritifs du sol Les échantillons de sol ont été analysés pour leurs propriétés physiques et chimiques en utilisant des techniques standards : La texture a été déterminée par la méthode de pipette, la teneur en phosphore disponible par la methode de Bray-2, l azote total avec la methode semi-micro de Kjeldahl, des bases échangeable (K, Ca, Mg) avec de l acétate d ammonium neutre à ph de 7, acidité échangeable (AlH + ) par de KCl normal, le carbone organique par la technique de Walkley- Black et le ph dans de l eau. La densité de masse a été déterminée par la méthode du cylindre [7]. Cela a impliqué l utilisation des noyaux cylindrique en acier (~ 75 mm de long, 75 mm diamètre interne, 3 mm d épaisseur du mur, biseauté d un bout à 15 mm) lubrifié à l intérieur et à l extérieur en essuyant avec un chiffon contenant un filme mince d huile végétale pour diminuer la friction et l adhésion sans pour autant affecter de façon significative la précision de la mesure [8]. Des échantillons acceptables ont été séchés à 15 C et puis pesé. La densité de masse a été enregistrée comme étant le rapport entre la masse du sol séché (en mg) au volume interne du noyau cylindrique (en cm 3 ) Collection des données et analyse avec la méthodologie Nutmon Le logiciel Nutmon, appliqué aux niveaux de l exploitation et des activités, a inclus un questionnaire structuré, une base de données, et deux modèles statiques simples - NUTCAL pour le calcul des flues d éléments nutritifs et ECCAL pour le calcul des paramètres économique. Une interface facilite la saisie des données, leur manipulation et l extrait des données pour produire des intrants pour les deux modèles [9]. Un inventaire initial de la composition du ménage, la disposition de l exploitation, les activités agricoles et éléments nutritifs a été complété pour chaque exploitation. Cet inventaire a été

5 succédé par un suivi mensuel des activités agricoles affectant le mouvement des éléments nutritifs. Les activités des individus du ménage, leurs revenues et la répartition du temps de travail ont été également étudié. Le bilan en éléments nutritifs (intrants moins sorties) a été calculé pour toutes les exploitations ainsi que pour leurs champs séparés. La sortie d éléments nutritifs a inclue les produits récoltés et résidus, les éléments lessivés en dessous de la zone des racines, des pertes gazeuses de la surface des sols, l érosion et les excréta humains perdues qui se termine dans les latrines profonds hors de la zone des racines. Les entrées étaient des engrais minéraux, intrants organiques (fumure, résidus des plantes importées et aliments), déposition aérienne, fixation biologiques d azote par les plantes, sédimentation et éléments extraits du sous sol par les racines profondes. 2. Résultats et discussion 2.1. Caractérisation des unités d exploitation («farm section units») L évaluation initial, présentée dans la Figure 2, montre que le banane-plantain et le manioc ont été les cultures vivrières (annuelles) les plus intercalées tandis que le cacaoyer, et à une moindre mesure le palmier à huile ont été les cultures pérennes les plus intercallees dans la zone de l étude. En effet, ces deux cultures respectives dans chaque catégorie ont été impliquées a plus de 5% des fréquences observées d intercalée. Des interviews ont confirmés que les planteurs étaient conscients du déclin progressif de la productivité des terres au cours des ans, un phénomène attribué à l utilisation continuelle des mêmes champs, l érosion des sols et surtout la baisse des apports en fumure. Ils n étaient pas, cependant, conscients du rôle majeur que joue les éléments nutritifs dans ces processus ou comment ils affectent la productivité des sols a 5 4 b Frequency (%) Figure 2. Plantain Cassava Pumpkin Maize Maize Rice Pineapple Taro/Cocoyam Yam Banana Bean Frequency (%) Fréquence d apparition des principales (a). cultures annuelles et (b). cultures pérennes associées dans les exploitations agricoles à base des cultures pérennes Cocoa Oil palm Rubber Avocado Njansang Papaya Cashew Guava Mango Oranges Plum 2.2. Fluxes d éléments nutritifs dans les exploitations agricoles Le flux complet de N-P-K a montré que ces mouvements ont variés avec les éléments nutritifs et les facteurs de distribution considérés (Figure 3). L entrée des éléments N, P et K a paru uniformément repartie entre l engrais organique importé (IN1a), la déposition atmosphérique humide et sèche (IN3), la fixation d azote (IN4) et a une moindre mesure les minéraux dans les produits récoltés. Ceci, cependant, n était pas le cas avec les sorties puisque les proportions variaient de façon considérable avec les éléments nutritifs

6 considérés. Premièrement, l élément le plus grandement perdu a été l azote, et cela a été attribué essentiellement au lessivage (~7%), pertes gazeuses (~2%), et aux produits et résidus exportés. En ce qui concerne les autres minéraux, très peu de P et K ont été perdus des exploitations. Au lieu de cela, les éléments nutritifs ont été obtenus des engrais organiques importés et la déposition atmosphérique. Ces chiffres ont confirmés par les plutôt différents bilans complets d azote, négatif pour l azote et positif pour le phosphore et le potassium (Figure 3a). En ignorant toutes pertes dûes au lessivage (bilan nutritif partiel), les chiffres globaux deviennent positif pour les trois éléments, surtout pour l azote (Figure 3, insérer). Ceci, en général, les planteurs arrive à compenser cet épuisement provoqué par l export des produits récoltés Mineral fertiliser, IN1 Imported organic fertiliser, IN2a Imported manure, IN2b Atmospheric deposition, IN3 N-fixation, IN4 Harvests, OUT1 Exported crop residues, OUT2a Manure excretion outside farm, OUT2b Quantity of nutrients transferred, g Nutrients transferred (kg/ha) Leaching, OUT3 Gaseous loss, OUT4 Erosion, OUT Full balance Partial balance N P K Figure 3. Flux globaux de N-P-K pour les exploitations étudiées, ainsi que les bilans complets et partiels spécifiques des N-P-K transférés (insert) 2.3. Flux d éléments nutritifs entre exploitations agricoles Des bilans complets et partiels des éléments nutritifs ont montré des différences énormes entre les unités d une exploitation (Figure 4). Tandis que toutes les exploitations ont présentées des bilans complets négatifs pour l azote (Figure 4a), seul environ un quart de ces exploitations ont présentées des bilans partiels négatifs for cet élément (Figure 4b). Cette situation était légèrement différent pour le K transféré, mais beaucoup plus différent pour P. En effet, presque toutes les unités d exploitation ont présentées des bilans complets et partiels positif pour P tandis qu une petite proportion de ce dernier ont continué à avoir des valeurs négatives pour K pour les bilans complets et partiels. Ces résultats indiquent clairement que le lessivage est le facteur le plus important contribuant à l épuisement des éléments nutritifs des sols, surtout l azote.

7 7 Full balance of nutrients transferred, kg/ha Partial balance of nutrients transferred, kg/ha a - N - - P - - K b - N - - P - - K Figure 4. Bilans spécifiques complets et partiels des N-P-K globaux transférés pour les différentes exploitations agricoles En considérant toutes les exploitations agricoles comme une FSU, la contribution des différents facteurs modelés au statut global d éléments nutritifs (Figure 5) ainsi qu aux bilans complets et partiels (Figure 5, insérer) ont considérablement changé. De ceux-ci, on trouve que la déposition atmosphérique a été responsable pour la plupart d azote transféré dans le FSU, suivi par la fixation d azote et d engrais organique importés. Une fois de plus, le lessivage et la perte gazeuse ont contribué pour la plupart d azote perdus tandis que les produits récoltés et leurs résidus exportés ont contribués pour les pertes de P et K.

8 8 3 Nutrient balance, g/ha N P K Full Partial N K P 75 N and P transferred, g/ha K transferred, g/ha Mineral fertiliser, IN1 Imported organic fertiliser, IN2a Atmospheric deposition, IN3 N-fixation, IN4 Harvests, OUT1 Exported crop residues, OUT2a Leaching, OUT3 Gaseous loss, OUT4 Erosion, OUT5 Figure 5. Contribution de divers facteurs aux bilans en N-P-K dans le FSU et leurs contributions au bilan nutritif total (insérer) Les pertes nettes du sol en N, P et K ont été plus prononcées dans les exploitations à base de cacaoyer et palmier à huile que dans les exploitations d hévéa. Ceci serait certainement lié à la multiplicité des produits récoltés des deux premières cultures pérennes. L analyse économique, qui formait une partie de cette étude mais présentée ailleurs, a montré que les cultures de rente peut être plus profitable que les cultures vivrières et pourtant souvent associée avec les bilans nutritifs moins négatifs (Table 3). Au niveau de l exploitation, une perte plus sérieuse a été enregistrée pour les parcelles qui ont été lourdement intercalées (plus de cultures) notamment le palmier à huile et le cacaoyer. En effet, ces parcelles ont subi le plus grand épuisement d éléments nutritifs à cause des formes multiples des produits récoltés. Comme le montre le Tableau 2, les champs d Hevea ont perdus les éléments nutritifs par la saignée et le drainage du latex tandis que le palmier à huile perdait par les régimes récoltés (graines et feuilles). Les fluxes par unité à l extérieure des exploitations pour toutes les FSUs a). Champ d hévéa Mouvement Matériel Fraiche, kg/ha Sèche, kg/ha N, kg/ha P, kg/ha K, kg/ha OUT Caoutchouc coagulé ,8,3,8 OUT Fruits d ananas 4 1,,, IN Acide formique 4 4,,, IN Ethrel 1 1,,,

9 9 b). Champ de palmier à huile Mouvement Matériel Fraiche, kg/ha Sèche, kg/ha N, kg/ha P, kg/ha K, kg/ha OUT Tubercules manioc ,7,1,7 OUT Fruits palmier à huile ,7 15,6 2,9 OUT Huile de palme ,1 16,2 12,7 OUT Graines de pumpkin 8 72,6,1,2 IN Fongicides 1 1,,, IN Engrais 2/1/ ,,2,4 IN Graines de maïs 4 3,1,, IN Graines de gombo,,, IN Rejets de plantain 7 7,3,3,1 IN Rejets d ignames 23 6,,, IN Graines de pumpkin 11 1,1,, IN Insecticides 1 1,,, IN Régimes de plantain 23 4,,, IN Epis de maïs 3 26,4,1,1 IN Tubercules macabo 15 15,1,1,2 c). Champ cacaoyère Mouvement Matériel Fraiche, kg/ha Sèche, kg/ha N, kg/ha P, kg/ha K, kg/ha OUT Fèves/graines cacao , 5,6,4 OUT Fruit d ananas 3 1,,, OUT Régime de plantain ,8,2 2,8 OUT Graines de riz 6 54,6,2,2 OUT Manioc transformé 7 27,1,,1 OUT Graines d arachides ,8 1,3 1,7 IN Tubercules de patates 1 2,,, IN Plantules de cacao , 2,1 1,5 IN Grains de riz 68 61,7,2,2 IN Tubercules manioc 78 29,1,,1 IN Epis maïs ,9 1,2 1,4 IN Rejet de plantain ,4 1,8,7 IN Graines de cacao ,5 25,8 2, IN Tubercules macabo 5 5,2,3,6 3. Conclusions La majorité des sols dans les tropiques humides du Cameroun sont en train de perdre de façon progressive leurs éléments nutritifs, compromettant ainsi leur productivité dans l avenir et la survie de ces systèmes d exploitation, surtout dans des exploitations mixtes des paysannes à base de cultures pérennes. Cette étude a été menée pour mieux comprendre la gestion de la fertilité dans ces systèmes de cultures et d identifier les facteurs clés qui influencent les fluxes en elements nutritifs N-P-K dans ces exploitations. Les fluxes N-P-K globaux ont variées avec les éléments nutritifs et des facteurs de distributions considérées. Les entrées d éléments a été uniformément reparties entre des engrais inorganiques importées, les dépôts atmosphériques secs, la fixation d azote et les produits récoltées. L azote a été l élément épuisé dans les plus grandes quantités, essentiellement a cause du lessivage, pertes sous forme gazeux, et aux produits et déchets des récoltes. Les quantités moins importantes de P

10 et K ont été perdues puisqu il y a eu des apports substantielle des engrais organiques importes et les dépôts atmosphériques. Des grandes écarts ont été observés entre les exploitations agricoles, en termes leur bilans nutritifs pleins et partiels. Toutes les exploitations ont présentées des bilans négatifs pour N et presqu aucune pour P, et a une moindre ampleur, le K. Le lessivage a été le facteur le plus important contribuant à la perte des elements nutritifs, surtout d azote. Les pertes nettes des sols en N, P et K ont été plus prononcées dans les exploitations à base des cacaoyers et palmier à huile que dans les champs à base d hévéa. Ceci serait probablement dû à la multiplicité des produits récoltés dans les palmiers. 4. Remerciements Ce travail a été mené dans le cadre du Projet ATP CARESYS financé par le Centre International de Coopération en Recherche Agronomique pour le Développement (CIRAD). Le soutien logistique de la Direction Régionale du CIRAD pour l Afrique Central est hautement apprécié Références [1] Kanmegne, J. (24). Slash and Burn Agriculture in the Humid Forest Zone of Southern Cameroon: Soil Quality Dynamics, Improved Fallow Management and Farmers' Perceptions. PhD thesis Thesis, Wageningen University and Research Centre, Wageningen, The Netherlands, 18 pp. [2] Bosch, H. V. d., de Jager, A. and Vlaming, J., Agriculture, Ecosystems and Environment, 71, 49 (1998). [3] Ehabe, E. E., Besong, M. T. and Almy, S. W., Trop Sci, 41, 137 (21). [4] Plaza, C. (23). Situation de l'hévéaculture villageoise dans une filière en évolution : Cas de la région d'ekona, province du Sud-Ouest Cameroun. M.Sc. Thesis, Universite Montpellier I, France, Montpellier, 8 pp. [5] De Jager, A., Nandwa, S. M. and Okoth, P. F., Agriculture, Ecosystems and Environment, 71, 39 (1998). [6] Ehabe, E. E., Gobina, S. M., Samalang, P., Bikoi, A. and Enjalric, F. (27). Statistical validation of traditional land evaluation for definition of farm section units in perennial cropbased farm holdings,. Technical Report, Institute of Agricultural Research for Development (IRAD), Ekona, Cameroon. [7] Tisdall, A. L., Australian Journal of Agricultural Research, 2, 349 (1951). [8] Brasher, B. R., Franzmeier, D. P., Valassis, V. and Davidson, S. E., Soil Science, 11, 18 (1966). [9] Envista, L. E. I. and Alterra (26). Nutmon Toolbox - Data Background, Data Entry, and Data Processing Modules, v "Atambua". Downloadable at

Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes?

Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes? Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes? Un producteur agricole peut-il en même temps protéger l environnement, améliorer les relations avec ses voisins et sauver de l argent? La réponse

Plus en détail

La ferme expérimentale de l ADRAO

La ferme expérimentale de l ADRAO La ferme expérimentale de l ADRAO ADRAO/WARDA 01 B.P. 2551 Bouaké 01 Côte d Ivoire Téléphone : (225) 31 63 45 14 Télécopie : (225) 31 63 47 14 Page web: http://www.warda.cgiar.org/ Création et localisation

Plus en détail

Restauration et gestion de la fertilité des sols du bassin versant de Maniandro sur les Hautes Terres Centrales de Madagascar

Restauration et gestion de la fertilité des sols du bassin versant de Maniandro sur les Hautes Terres Centrales de Madagascar Restauration et gestion de la fertilité des sols du bassin versant de Maniandro sur les Hautes Terres Centrales de Madagascar Simone R. RATSIVALAKA 1, N. ANDRIAMAMPIANINA 2, M. ANDRIAMIHAMINA 3, J-C. RANDRIAMBOAVONJY

Plus en détail

Agroforesterie et rôle des arbres dans les agricultures du Sud (en particulier, biofertilité)

Agroforesterie et rôle des arbres dans les agricultures du Sud (en particulier, biofertilité) Agroforesterie et rôle des arbres dans les agricultures du Sud (en particulier, biofertilité) Valentin Beauval, agronome membre d Avsf, Vacataire ESA Angers Master agroécologie Octobre 2012 L agroforesterie,

Plus en détail

PROTOCOLE DE RECHERCHE

PROTOCOLE DE RECHERCHE PROTOCOLE DE RECHERCHE ESSAIS D ADAPTATION DE LA PLANTE NEPETA CATARIA AU BURUNDI La Nepeta cataria est une plante originaire de l Europe et l Asie, qui s est également bien établie en Amérique du Nord.

Plus en détail

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Colloque sur la pomme de terre Une production à protéger 13 novembre 2009, Québec Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Marc F. CLÉMENT., agronome, conseiller

Plus en détail

GÉNÉRALITÉS. La chlordécone

GÉNÉRALITÉS. La chlordécone FICHE N GÉNÉRALITÉS La chlordécone Cet insecticide organochloré a été utilisé de 1972 à 1993 contre le charançon du bananier en application sous forme de poudre en cercle au pied du tronc. La molécule

Plus en détail

CONTRIBUTION EN AZOTE EN PROVENANCE DES ENGRAIS VERTS DE LÉGUMINEUSES

CONTRIBUTION EN AZOTE EN PROVENANCE DES ENGRAIS VERTS DE LÉGUMINEUSES CONTRIBUTION EN AZOTE EN PROVENANCE DES ENGRAIS VERTS DE LÉGUMINEUSES Les systèmes de production végétale en régie biologique font souvent appel aux engrais verts dans la rotation des cultures. Ces plantes

Plus en détail

Mireille Navarrete INRA Unité Ecodéveloppement Avignon

Mireille Navarrete INRA Unité Ecodéveloppement Avignon Mireille Navarrete INRA Unité Ecodéveloppement Avignon Objectif: mettre au point des SdC alternatifs sous tunnels plastiques Pour contrôler les bioagresseurs du sol sur le long-terme: nématodes à galles;

Plus en détail

Annuaire des Statistiques du Secteur Agricole Campagnes 2009 et 2010

Annuaire des Statistiques du Secteur Agricole Campagnes 2009 et 2010 REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix Travail Patrie ------------- MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL -------------- REPUBLIC O CAMEROON Peace Work atherland ------------ MINISTRY O AGRICULTURE

Plus en détail

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Mise en contexte Résultats des essais du CETAB+ Méthodologie; Biomasse et facteurs de variation; Rendements en maïs et corrélations avec l azote apporté;

Plus en détail

Moyens de production. Engrais

Moyens de production. Engrais Engrais Moyens de production Lors de la campagne 2012-2013, les tonnages d engrais livrés diminuent de près de 17% en et représentent à peine plus de 1% des livraisons françaises. Cette évolution est principalement

Plus en détail

Contexte : Objectif : Expérimentation :

Contexte : Objectif : Expérimentation : Estimation de la valeur fertilisante de digestats issus de la biométhanisation. Résultat de 3 années d expérimentation en culture de maïs (2009 à 2011). (JFr. Oost 1, Marc De Toffoli 2 ) 1 Centre pilote

Plus en détail

Des innovations pour les enjeux multiples des productions vivrières et maraîchères des Antilles.

Des innovations pour les enjeux multiples des productions vivrières et maraîchères des Antilles. Des innovations pour les enjeux multiples des productions vivrières et maraîchères des Antilles. F. Bussière, Y.M. Cabidoche, D. Pétro, J. Sierra, D. Cornet, S. Guyader, H. Ozier-Lafontaine, R. Tournebize,

Plus en détail

Sable grossier Argile différentes. On peut distinguer : le sable grossier et les petits cailloux ; le sable fin ; le limon ; l argile.

Sable grossier Argile différentes. On peut distinguer : le sable grossier et les petits cailloux ; le sable fin ; le limon ; l argile. Référence 3 Résumé Le sol est souvent le capital principal pour les producteurs en Afrique subsaharienne. Cette référence technique présente les différents types de sol, leurs caractéristiques et des indicateurs

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE SÉCURITÉ ALIMENTAIRE DU NORD EST (OSANE) BULLETIN D INFORMATION

OBSERVATOIRE DE SÉCURITÉ ALIMENTAIRE DU NORD EST (OSANE) BULLETIN D INFORMATION OBSERVATOIRE DE SÉCURITÉ ALIMENTAIRE DU NORD EST (OSANE) BULLETIN D INFORMATION CNSA/DDANE Vol.1 # 1 Période couverte : Mai Août 2010 Publication : Septembre 2010 Résumé de la situation de sécurité alimentaire

Plus en détail

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3 Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire Groupe 3 Plan de l exposl exposé Introduction Méthodologie Résultats : Présentation de l Union paysanne Diagnostic sur les changements

Plus en détail

Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence de clôture OUI Biomasse. www.oui-biomasse.info 1 26.06.2015

Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence de clôture OUI Biomasse. www.oui-biomasse.info 1 26.06.2015 Umweltauswirkungen durch Biomassenutzung Etude d impact de l utilisation de la biomasse sur l environnement 26.Juni 2015 / 26 juin 2015 Akademiehotel Karlsruhe Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. En Côte d Ivoire, le palmier à Huile fait vivre environ 2 000 000 de personnes

DOSSIER DE PRESSE. En Côte d Ivoire, le palmier à Huile fait vivre environ 2 000 000 de personnes DOSSIER DE PRESSE SIFCA au Salon International de l Agriculture de Paris Du 21 Février au 01 er mars 2015 En Côte d Ivoire, le palmier à Huile fait vivre environ 2 000 000 de personnes 1 Le palmier à huile

Plus en détail

Informations techniques sur la culture de l ananas

Informations techniques sur la culture de l ananas Informations techniques sur la culture de l ananas Conditions de culture favorables (choix de la parcelle) : Sol drainant et plutôt acide. Terrain exposé au soleil. Accès à l eau pour l irrigation durant

Plus en détail

Analyses agronomiques

Analyses agronomiques 4 C H A P I T R E Analyses agronomiques De nombreux moyens existent pour analyser et décrire les sols et les matières organiques. Les résultats des analyses agronomiques permettent d évaluer leurs caractéristiques

Plus en détail

Grappe agro-scientifique canadienne pour l'horticulture 2

Grappe agro-scientifique canadienne pour l'horticulture 2 Grappe agro-scientifique canadienne pour l'horticulture 2 Rapport sur les progrès avril 2015 Activité 17, Pomme de terre 16 L azote pour l amélioration de la récolte, de la qualité et de la rentabilité

Plus en détail

Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN. Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr.

Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN. Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr. Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr., MAPAQ Contenu de la présentation o Recommandations o Connaissances o

Plus en détail

FORMATIONS CATALOGUE 2015 GESTION PAR L'ANALYSE DU SOL ET DU VÉGÉTAL CONDUITE DE LA NUTRITION EN CULTURES PÉRENNES

FORMATIONS CATALOGUE 2015 GESTION PAR L'ANALYSE DU SOL ET DU VÉGÉTAL CONDUITE DE LA NUTRITION EN CULTURES PÉRENNES FORMATIONS CATALOGUE 2015 GESTION PAR L'ANALYSE DU SOL ET DU VÉGÉTAL CONDUITE DE LA NUTRITION EN CULTURES PÉRENNES VALORISATION DES ANALYSES DE SOL EN CULTURES PLEIN CHAMP RÉGLEMENTATION ET RELIQUATS AZOTÉS

Plus en détail

LA MATIERE ORGANIQUE

LA MATIERE ORGANIQUE ITV France FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations FICHE 3 LA MATIERE ORGANIQUE L objectif général est la conservation ou l amélioration du patrimoine sol, en évitant l appauvrissement

Plus en détail

Le suivi des écosystèmes forestiers, une démarche indispensable à l approche écosystémique

Le suivi des écosystèmes forestiers, une démarche indispensable à l approche écosystémique Le suivi des écosystèmes forestiers, une démarche indispensable à l approche écosystémique Atelier Aménagement écosystémique : s inspirer des perturbations naturelles - Gaspésie Rock Ouimet, Ing.f., Ph.D.

Plus en détail

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005 Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques 21 et 23 février 2005 Marc F. Clément, agronome Qui a bonnes plantes a bonnes vaches!

Plus en détail

Agriculture et changement climatique au Sénégal : les réponses de la recherche. Dr Mbaye DIOP ISRA

Agriculture et changement climatique au Sénégal : les réponses de la recherche. Dr Mbaye DIOP ISRA Agriculture et changement climatique au Sénégal : les réponses de la recherche Dr Mbaye DIOP ISRA 1 Comprendre le changement climatique Définition des changement climatiques (CC) La variabilité naturelle

Plus en détail

Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote

Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote BOUTHIER Alain 1, TROCHARD Robert 2, PARNAUDEAU Virginie 3, NICOLARDOT

Plus en détail

SERRICULTURE MARAÎCHÈRE BIOLOGIQUE QUE SE PASSE-T-IL DANS LE SOL? Par : ANDRÉ CARRIER, agronome LE SOL IDÉAL?! Les livres de pédologie parlent souvent en ces termes : 45% de matières minérales; 5% de matière

Plus en détail

PEDOLOGIQUE DE LA COMMUNE DE MADIAMA

PEDOLOGIQUE DE LA COMMUNE DE MADIAMA ETUDE MORPHO-PEDOLOGIQUE PEDOLOGIQUE DE LA COMMUNE DE MADIAMA Dioni Lassana 1 et Oumar Badini 2 1 Institut d Economie Rurale (IER), Sotuba, Mali 2 Washington State University, Pullman, Washington, USA

Plus en détail

Valeur ajoutée de la modélisation en agriculture dans la chaine de transformation céréalière

Valeur ajoutée de la modélisation en agriculture dans la chaine de transformation céréalière Valeur ajoutée de la modélisation en agriculture dans la chaine de transformation céréalière Philippe Lehrmann, PhD Axéréal Axéréal: structuration en Business Units Groupe coopératif agro-industriel, leader

Plus en détail

Le NITRATEST OUTIL DE CONDUITE DE LA FERTILISATION AZOTÉE

Le NITRATEST OUTIL DE CONDUITE DE LA FERTILISATION AZOTÉE Réactualisation octobre 2004 Le NITRATEST OUTIL DE CONDUITE DE LA FERTILISATION AZOTÉE Le sol est-il pauvre, bien pourvu ou riche en nitrates? La plante montre-t-elle un manque ou un excès de vigueur?

Plus en détail

Fiches de synthèse AGRICULTURE. Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali

Fiches de synthèse AGRICULTURE. Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali CERCAM Fiches de synthèse AGRICULTURE Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali Mars 2014 3- Secteur agricole Présentation générale Le couvert forestier du Gabon couvre 22 millions de ha (FAO

Plus en détail

Comité Régional d Orientation et de Suivi du plan Ecophyto. 23 février 2015

Comité Régional d Orientation et de Suivi du plan Ecophyto. 23 février 2015 Comité Régional d Orientation et de Suivi du plan Ecophyto 23 février 2015 Présentation des RITA Définition et périmètre : Réseau d Innovation et de Transfert Agricole Présent dans les 5 DOM Créés en 2011

Plus en détail

Gestion de la matière organique des sols en parcelle viticole

Gestion de la matière organique des sols en parcelle viticole Gestion de la matière organique des sols en parcelle viticole Nathalie Goma-Fortin, Sitevi, 1 décembre 2009 Rôles de la matière organique dans les sols Réseau régional de sites d expérimentations Faible

Plus en détail

NUMÉRO DU PROJET : CETA-1-LUT-11-1538

NUMÉRO DU PROJET : CETA-1-LUT-11-1538 Rapport final réalisé dans le cadre du programme Prime-Vert, sousvolet 11.1 Appui à la Stratégie phytosanitaire québécoise en agriculture TITRE DU PROJET : Développement de deux méthodes de lutte contre

Plus en détail

Institut de recherche pour le développement. Journée Palmier - CIRAD 9 / 07 / 2012 Patrice Levang

Institut de recherche pour le développement. Journée Palmier - CIRAD 9 / 07 / 2012 Patrice Levang Institut de recherche pour le développement Le développement du palmier à huile au Cameroun: entre accaparements massifs, agro industries, élites et petits planteurs Texte Elaeis guineensis est originaire

Plus en détail

IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS

IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS Introduction 4 Collecte des données 5 Méthodologie 5 Principaux problèmes

Plus en détail

Mariane ALLEAUME-BENHARIRA Sylvie ODDOU-MURATORIO François LEFEVRE. Ecologie des forêts méditerranéennes INRA AVIGNON - FRANCE

Mariane ALLEAUME-BENHARIRA Sylvie ODDOU-MURATORIO François LEFEVRE. Ecologie des forêts méditerranéennes INRA AVIGNON - FRANCE MODELISER L IMPACT DES CHANGEMENTS DEMOGRAPHIQUES ET ENVIRONNEMENTAUX SUR L EVOLUTION DES ARBRES Le module Luberon Version 2010 Mariane ALLEAUME-BENHARIRA Sylvie ODDOU-MURATORIO François LEFEVRE Ecologie

Plus en détail

UN CONSTAT, UNE ÉVIDENCE,, UNE CERTITUDE : COUVRIR LE SOL POUR PRODUIRE DE L EAU PROPRE

UN CONSTAT, UNE ÉVIDENCE,, UNE CERTITUDE : COUVRIR LE SOL POUR PRODUIRE DE L EAU PROPRE UN CONSTAT, UNE ÉVIDENCE,, UNE CERTITUDE : COUVRIR LE SOL POUR PRODUIRE DE L EAU PROPRE Konrad Schreiber Institut de l Agriculture Durable 1 2 LA MISE À NU DES SOLS POSE D ÉNORMES PROBLÈMES ENVIRONNEMENTAUX

Plus en détail

Une image des sols de France à travers la Base de Données d'analyse de Terre.

Une image des sols de France à travers la Base de Données d'analyse de Terre. Une image des sols de France à travers la Base de Données d'analyse de Terre. Walter C. 1, Arrouays D. 2, Lemercier B. 1, Pachot P. 1, Saby N. 2, Schvartz C., B. Toutain 2 1. INRA Agrocampus Ouest, UMR

Plus en détail

MA. 100 S.T. 1.1. Détermination des solides totaux et des solides totaux volatils : méthode gravimétrique

MA. 100 S.T. 1.1. Détermination des solides totaux et des solides totaux volatils : méthode gravimétrique Centre d'expertise en analyse environnementale du Québec MA. 100 S.T. 1.1 Détermination des solides totaux et des solides totaux volatils : méthode gravimétrique 2015-05-14 (révision 4) Comment fonctionne

Plus en détail

Théme 1: matière organique et biodiversité

Théme 1: matière organique et biodiversité Théme 1: matière organique et biodiversité Jan Valckx Provincie Limburg (B) Union européenne - Europese Unie Fonds Européen de Développement Régional Europees Fonds voor Regionale Ontwikkeling Interreg

Plus en détail

Prospection de zones pour la production de Semence de Pomme de Terre Projet SAGRODEV

Prospection de zones pour la production de Semence de Pomme de Terre Projet SAGRODEV Prospection de zones pour la production de Semence de Pomme de Terre Projet SAGRODEV Introduction Cette étude de diagnostic a été réalisée suite à une demande exprimée par le Président Directeur Général

Plus en détail

Fiche Technique. sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre. (Solanum tuberosum L.) au Cameroon

Fiche Technique. sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre. (Solanum tuberosum L.) au Cameroon Fiche Technique sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre (Solanum tuberosum L.) au Cameroon I. JUSTIFICATION La pomme de terre est une culture importante qui participe à la sécurité alimentaire

Plus en détail

Devenir de pesticides organochlorés persistants dans les sols antillais : le cas de la chlordécone

Devenir de pesticides organochlorés persistants dans les sols antillais : le cas de la chlordécone Devenir de pesticides organochlorés persistants dans les sols antillais : le cas de la chlordécone Coordonnateur : Yves-Marie Cabidoche INRA Antilles-Guyane APC Participants : Claridge Clermont-Dauphin,

Plus en détail

Cartographie du risque de pollution des sols de Martinique par les organochlorés

Cartographie du risque de pollution des sols de Martinique par les organochlorés Cartographie du risque de pollution des sols de Martinique par les organochlorés Rapport phase 3 BRGM/RP53262-FR septembre 2004 Cartographie du risque de pollution des sols de Martinique par les organochlorés

Plus en détail

La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr.

La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr. La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr. Physique vs chimie des sols Avant, l état de santé des sols était trop souvent basé sur le résultat d analyse chimique (ph, P, K, ). Maintenant,

Plus en détail

1 Institut et Observatoire de Géophysique d Antananarivo Université d Antananarivo 2 Département Mines, ESPA - Université d Antananarivo

1 Institut et Observatoire de Géophysique d Antananarivo Université d Antananarivo 2 Département Mines, ESPA - Université d Antananarivo ÉTUDE DE SITE À LAVAKA PAR PROSPECTION ÉLECTRIQUE ET MÉTHODE GÉOTECHNIQUE À AMPANGABE, RN7 MADAGASCAR RANDRIAMASINATREHINA Mbolatiana. 1, RASOLOMANANA Eddy 1, 2, RAKOTOZAFY Claudine 1 1 Institut et Observatoire

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008 Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Mais doux Septembre 2008 Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Potentiel

Plus en détail

ÉTUDE DE FAISABILITÉ POUR LA MISE EN ŒUVRE D UN PROGRAMME D ASSURANCE RÉCOLTE DANS LES PAYS DE L UEMOA

ÉTUDE DE FAISABILITÉ POUR LA MISE EN ŒUVRE D UN PROGRAMME D ASSURANCE RÉCOLTE DANS LES PAYS DE L UEMOA ÉTUDE DE FAISABILITÉ POUR LA MISE EN ŒUVRE D UN PROGRAMME D ASSURANCE RÉCOLTE DANS LES PAYS DE L UEMOA ATELIER DE VALIDATION DES RÉSULTATS DE LA PHASE II 20 ET 21 JUILLET 2011 . Introduction La BOAD a

Plus en détail

Projets de biomasse en Ontario

Projets de biomasse en Ontario Projets de biomasse en Ontario Projets de biomasse en Ontario Charles Lalonde CJ Agren Consulting Inc. Guelph, ON Juin 2014 5/29/2014 1 5/29/2014 2 Les politiques de l Ontario touchant la biomasse «éliminer

Plus en détail

INDICATEURS ECONOMIQUES ALIMENTATION, NUTRITION ET SECURITE ALIMENTAIRE. Cameroun: Aide alimentaire envoyée. Quantité [1000 t] ...

INDICATEURS ECONOMIQUES ALIMENTATION, NUTRITION ET SECURITE ALIMENTAIRE. Cameroun: Aide alimentaire envoyée. Quantité [1000 t] ... INDICATEURS ECONOMIQUES ALIMENTATION, NUTRITION ET SECURITE ALIMENTAIRE : Nourriture disponible par personne Quantité [kcal/personne/jour] 1996 2001 2006 Disponibilité alimentaire 2033 2162 2354 2586 Source:

Plus en détail

Un nouveau modèle d agriculture

Un nouveau modèle d agriculture Un nouveau modèle d agriculture Produire plus avec moins Guide à l intention des décideurs sur l intensification durable de l agriculture paysanne L intensification durable des cultures peut se résumer

Plus en détail

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Prévoir la fertilisation en sortie d hiver à l échelle de l exploitation Charlotte Glachant, Claude Aubert, Chambre d

Plus en détail

Passer du conventionnel à l économe en 3 ans. Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur

Passer du conventionnel à l économe en 3 ans. Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur Passer du conventionnel à l économe en 3 ans Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur Contexte & Système d exploitation CONTEXTE Localisation Climat Beauce. Au sud de l Eure-et-Loir.

Plus en détail

L entretien des. gazon. Salon DEMO VERT 15 septembre 2010 - L'entretien des gazons sportifs - Paulo Seixas

L entretien des. gazon. Salon DEMO VERT 15 septembre 2010 - L'entretien des gazons sportifs - Paulo Seixas L entretien des terrains sportifs en gazon INTRODUCTION Les sports de gazon Gazon naturel < > Gazon synthétique L entretien est essentiel : - Esthétique -Sécurité -Qualité de jeux -Longévité LA TONTE

Plus en détail

Comment développer les métiers agroalimentaires en Afrique subsaharienne? Extraits d étude

Comment développer les métiers agroalimentaires en Afrique subsaharienne? Extraits d étude Note d information / Politiques agricoles n 13 Comment développer les métiers agroalimentaires en Afrique subsaharienne? Extraits d étude 27 mai 2013 / Sélection par l équipe technique RECA RECA Réseau

Plus en détail

La Côte d Ivoire: Carrefour régional du commerce. Les solutions d une banque panafricaine. Etat des lieux, Opportunités et Défis

La Côte d Ivoire: Carrefour régional du commerce. Les solutions d une banque panafricaine. Etat des lieux, Opportunités et Défis La Côte d Ivoire: Carrefour régional du commerce Les solutions d une banque panafricaine Etat des lieux, Opportunités et Défis Edward George, Directeur de Recherche des Matières Premières Agricoles 26

Plus en détail

Migration des substances

Migration des substances CHAPITRE 14 Migration des substances 14.1 INTRODUCTION L application d engrais minéraux ou organiques apportent des quantités d azote qui se transforment en nitrates. Ces nitrates sont prélevés par les

Plus en détail

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Amélioration de la productivité et de la qualité Publication juin 2013 Sommaire : Introduction...

Plus en détail

vous propose UNE FUMURE OPTIMALE la solution de l avenir!

vous propose UNE FUMURE OPTIMALE la solution de l avenir! vous propose UNE FUMURE OPTIMALE la solution de l avenir! Les principaux objectifs et avantages L agronomie En étudiant scientifiquement les critères biologiques, physiques et chimiques, elle joue un rôle

Plus en détail

La régie du canola. Par Benoit Bérubé Dans le cadre du Stage professionnel en agronomie, AGN-3500 Université Laval Chez Société Majéco Inc.

La régie du canola. Par Benoit Bérubé Dans le cadre du Stage professionnel en agronomie, AGN-3500 Université Laval Chez Société Majéco Inc. La régie du canola Par Benoit Bérubé Dans le cadre du Stage professionnel en agronomie, AGN-3500 Université Laval Chez Société Majéco Inc. Mai 2015 Introduction Caractéristique de la plante Stade de croissances

Plus en détail

RAPPORT EVALUATION RAPIDE : Beni Centre, Territoire de Beni, NK

RAPPORT EVALUATION RAPIDE : Beni Centre, Territoire de Beni, NK 1 f o r m a t d u r a p p o r t d é v a l u a t i o n S E C A L DATE : 26 mai 2015 DATE DE L EVALUATION : 22-23 mai 2015 RAPPORT EVALUATION RAPIDE : Beni Centre, Territoire de Beni, NK 1. METHODOLOGIES

Plus en détail

Effet du seigle roulé-crêpé sur la production biologique du brocoli

Effet du seigle roulé-crêpé sur la production biologique du brocoli Effet du seigle roulé-crêpé sur la production biologique du brocoli C. Leyva Mancilla 1, M. Leblanc 2, J. Boisclair 2 et J. C. Bede 1 1 Université McGill; 2 IRDA L agriculture biologique et ses défis Mauvaises

Plus en détail

Annexe 2: Région des Savanes Caractéristiques et bas fonds identifiés

Annexe 2: Région des Savanes Caractéristiques et bas fonds identifiés Annexe 2: Région des Savanes Caractéristiques et bas fonds identifiés La mise en valeur des bas fonds en saison des pluies est intense et est l œuvre des femmes qui y pratiquent essentiellement la culture

Plus en détail

Résultats d essais récents sur la culture du canola

Résultats d essais récents sur la culture du canola Résultats d essais récents sur la culture du canola ETIENNE TARDIF agr 1, Dr. DONALD L. SMITH 2 1 Bunge ETGO, 555 Boul. Alphonse-Deshaies, Bécancour Québec G9H 2Y8; 2 McGill University, 21,111 Lakeshore,

Plus en détail

«Les sols agricoles : un atout pour la sécurité alimentaire et le climat»

«Les sols agricoles : un atout pour la sécurité alimentaire et le climat» «Les sols agricoles : un atout pour la sécurité alimentaire et le climat» Catherine Geslain-Laneelle Ministère de l agriculture, de l agroalimentaire et de la forêt de France L agriculture fait aujourd

Plus en détail

Les motivations à l'adoption d'innovations agroécologiques. Application de la méthode du choix contingent à la banane antillaise

Les motivations à l'adoption d'innovations agroécologiques. Application de la méthode du choix contingent à la banane antillaise Les motivations à l'adoption d'innovations agroécologiques. Application de la méthode du choix contingent à la banane antillaise Jean-Marc Blazy, INRA, UR 135, Petit-Bourg (Guadeloupe) Alain Carpentier,

Plus en détail

RAPPORT DE RECHERCHE

RAPPORT DE RECHERCHE GESTION EFFICACE ET INTÉGRÉE DES ROTATIONS, DU TRAVAIL DU SOL, DES FUMIERS ET DES COMPOSTS POUR UNE RENTABILITÉ ACCRUE EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE RAPPORT DE RECHERCHE Demandeur : Institut de recherche et

Plus en détail

Assurance Récolte Sahel

Assurance Récolte Sahel Assurance Récolte Sahel L ASSURANCE INDICIELLE EN AFRIQUE DE L OUEST EXPÉRIENCE DU BURKINA Conference FARM - Pluriagri 18 décembre 2012 Contents I. Contexte II. Eléments clés d ARS III. L Expérience au

Plus en détail

Raisonnement de la fertilisation des prairies

Raisonnement de la fertilisation des prairies Raisonnement de la fertilisation des prairies Un outil de caractérisation des pratiques de fertilisation : les indices de nutrition (analyses d herbe) Mise au point de l outil : l équipe ORPHEE de l INRA

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. LES SUPERFICIES ET PRODUCTIONS DES CULTURES VIVRIERES DE 2001 à 2005... 8

TABLE DES MATIERES. LES SUPERFICIES ET PRODUCTIONS DES CULTURES VIVRIERES DE 2001 à 2005... 8 TABLE DES MATIERES LES ERFICIES ET UCTIONS DES CULTURES VIVRIERES DE 2001 à 2005... 8 RESULTATS DEFINITIFS 1999 2004... 9 L ANANAS... 9 L'ARACHIDE... 10 LA BANANE DOUCE... 13 LA BANANE-PLANTAIN... 15 LE

Plus en détail

Le sol. Contenu. Le sol - Page 1

Le sol. Contenu. Le sol - Page 1 Le sol Contenu I. Différence entre la culture bio et la culture conventionnelle... 2 II. Structure du sol... 2 1. Horizon zéro ou «O» comme organique... 2 2. Horizon A, horizon lessivé... 3 3. Horizon

Plus en détail

Cartographie des moyens d existence dans les zones rurales. Cartographie de la pauvreté, de l eau et de l agriculture en Afrique subsaharienne

Cartographie des moyens d existence dans les zones rurales. Cartographie de la pauvreté, de l eau et de l agriculture en Afrique subsaharienne Figure 5 Répartition de la pauvreté rurale en Afrique subsaharienne Pauvreté rurale personnes/km 2 aucune donnée < 5 5-10 10-25 25-50 50-75 > 75 Frontières nationales Rivières Formations aquatiques Cartographie

Plus en détail

Le traitement alternatif des déchets ménagers pour les petites et moyennes communes au Maroc

Le traitement alternatif des déchets ménagers pour les petites et moyennes communes au Maroc Le traitement alternatif des déchets ménagers pour les petites et moyennes communes au Maroc «D une expérience locale de compostage prometteuse à la construction d une offre technique aux multiples avantages

Plus en détail

Chapitre 8 Raisonner l apport d un produit organique

Chapitre 8 Raisonner l apport d un produit organique Chapitre 8 Raisonner l apport d un produit organique Les produits organiques sont utilisés soit en amendement pour apporter de l humus au sol afin d améliorer ses propriétés (physiques, chimiques et biologiques),

Plus en détail

Economie de l'environnement

Economie de l'environnement Economie de l'environnement Fatih Karanl Département d'economie, EconomiX-CNRS, Université Paris Ouest Nanterre la Défense E-mail: fkaranl@u-paris10.fr Web: http://economix.fr/fr/membres/?id=1294 2013-2014

Plus en détail

Expérience de la mise en œuvre du système CountrySTAT en Côte D Ivoire GROUPE TECHNIQUE DE TRAVAIL

Expérience de la mise en œuvre du système CountrySTAT en Côte D Ivoire GROUPE TECHNIQUE DE TRAVAIL MTF/GLO/345/BMG «Renforcement du système CountrySTAT dans 17 pays d Afrique sub-saharienne UTF/UEM/002/UEM «Appui a la mise en œuvre et au développement du système CountrySTAT en Guinée Bissau, au Niger,

Plus en détail

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS Le compostage est un processus de dégradation biologique maîtrisé de matières organiques en présence d air. Il aboutit à la production d un produit stable : le compost, utilisable

Plus en détail

Quelle forme d ENGRAIS MINÉRAL choisir?

Quelle forme d ENGRAIS MINÉRAL choisir? FICHE N 50 avril 2003 Quelle forme d ENGRAIS MINÉRAL choisir? La juste dose, c est mieux L analyse de sol est le préalable à tout raisonnement de l utilisation des nombreuses formes d engrais minéraux

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE

FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE 2 I- JUSTIFICATION La consommation de la pastèque est en nette expansion en réponse à une forte demande nationale et régionale ; Cependant la production

Plus en détail

ETUDE SUR L ECONOMIE DES MENAGES, ZONE URBAINE DE BANGUI, RCA HOUSEHOLD ECONOMY APPROACH (HEA)

ETUDE SUR L ECONOMIE DES MENAGES, ZONE URBAINE DE BANGUI, RCA HOUSEHOLD ECONOMY APPROACH (HEA) ETUDE SUR L ECONOMIE DES MENAGES, ZONE URBAINE DE BANGUI, RCA HOUSEHOLD ECONOMY APPROACH (HEA) Ce rapport préliminaire présente une partie des résultats de l étude HEA menée par ACF à Bangui entre le 25

Plus en détail

LE DAAL BAHT. Plat complet : un plat de riz, une soupe de lentilles et un curry de légumes (en fonction de la saison) Daal : Soupe de Lentilles

LE DAAL BAHT. Plat complet : un plat de riz, une soupe de lentilles et un curry de légumes (en fonction de la saison) Daal : Soupe de Lentilles LE DAAL BAHT Plat complet : un plat de riz, une soupe de lentilles et un curry de légumes (en fonction de la saison) Daal : Soupe de Lentilles Pour 4 personnes Préparation : 10 min Cuisson : 40 min Ingrédients

Plus en détail

LE POTASSIUM DANS LES SOLS DE TUNISIE

LE POTASSIUM DANS LES SOLS DE TUNISIE LE POTASSIUM DANS LES SOLS DE TUNISIE Ali MHIRI Institut National Agronomique de Tunisie Atelier Gestion de la fertilisation potassique, Acquis et perspectives de la recherche Tunis 10 Décembre 2002 1.

Plus en détail

Cours de physique du sol

Cours de physique du sol Logo optimisé par J.-D.Bonjour, SI-DGR 13.4.93 ÉCOLE POLYTECHNIQUE FÉDÉRALE DE LAUSANNE Cours de physique du sol G E N E R A L I T E S Copie des transparents Version provisoire Prof. A. Mermoud Janvier

Plus en détail

Comportement de Miscanthus cultivé sur des sols fortement contaminés en Cd, Pb et Zn

Comportement de Miscanthus cultivé sur des sols fortement contaminés en Cd, Pb et Zn 25 & 26 septembre 2014 Cité scientifique - Villeneuve d Ascq Gestion et requalification durable des sites et sols pollués: Expériences en Nord - Pas de Calais Comportement de Miscanthus cultivé sur des

Plus en détail

L analphabétisme: un frein

L analphabétisme: un frein Réseau de connaissances Consortium Néerlandais pour la Réhabilitation Note de recherche # 6 L analphabétisme: un frein à l évolution socio- économique des ménages? Influence du niveau d alphabétisme des

Plus en détail

Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux?

Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux? Avec la participation i de l Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux? Philippe EVEILLARD UNIFA Union des Industries de la Fertilisation Le développement durable et l agriculture :

Plus en détail

La valorisation du digestat

La valorisation du digestat La valorisation du digestat EREP SA Chemin du Coteau 28 CH - 1123 Aclens Tél. : +41 21 869 98 87 Fax : +41 21 869 01 70 Courriel : info@erep.ch www.erep.ch Le traitement et la gestion du digestat 1. Propriétés

Plus en détail

PROJET DONATA TECHNIQUE DE MULTIPLICATION RAPIDE DES BOUTURES DE MANIOC : LES MINI-BOUTURES

PROJET DONATA TECHNIQUE DE MULTIPLICATION RAPIDE DES BOUTURES DE MANIOC : LES MINI-BOUTURES PROJET DONATA TECHNIQUE DE MULTIPLICATION RAPIDE DES BOUTURES DE MANIOC : LES MINI-BOUTURES 1 RESUME L adoption des variétés améliorées de manioc peut être facilitée si elles sont aisément disponibles

Plus en détail

Etat des lieux du développement de l Agriculture à Madagascar

Etat des lieux du développement de l Agriculture à Madagascar «50 ans d excellence au service du développement» L AGRICULTURE À MADAGASCAR: COMMENT RÉALISER LA RÉVOLUTION DANS LE SECTEUR AGRICOLE? Conférence Internationale organisée par la FRIEDRICH-EBERT-STIFTUNG

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES

GUIDE DE BONNES PRATIQUES Janvier 2013 GUIDE DE BONNES PRATIQUES Pour la valorisation des produits du karité Manuel N 3 La fabrication du savon au beurre de karité SNV BURKINA FASO Bureau de Ouagadougou / Direction nationale 01

Plus en détail

La diversification de la mise en valeur traditionnelle des bas-fonds en zone de savane humide du Togo et les conséquences sur l environnement

La diversification de la mise en valeur traditionnelle des bas-fonds en zone de savane humide du Togo et les conséquences sur l environnement La diversification de la mise en valeur traditionnelle des bas-fonds en zone de savane humide du Togo et les conséquences sur l environnement Soklou Worou To cite this version: Soklou Worou. La diversification

Plus en détail

environnement architecture

environnement architecture architecture environnement les fonctions du paillis organique 1 la définition du paillis organique L e paillis organique est une couche de matériaux naturels protecteurs posés sur le sol dans le but d

Plus en détail

Atelier régional de réflexion sur les PNIA et le PRIA Niamey, les 27, 28 et 29 Avril 2011. Dr Bio Goura SOULE Soule_goura@yahoo.fr

Atelier régional de réflexion sur les PNIA et le PRIA Niamey, les 27, 28 et 29 Avril 2011. Dr Bio Goura SOULE Soule_goura@yahoo.fr Revue analytique des stratégies nationales d investissement et de politiques agricoles en vue de la promotion des filières de base en Afrique de l Ouest Atelier régional de réflexion sur les PNIA et le

Plus en détail

Impacts des modifications des pratiques de la fertilisation azotée sur l évolution de la qualité de l eau

Impacts des modifications des pratiques de la fertilisation azotée sur l évolution de la qualité de l eau Nitrates et qualité de l eau Impacts des modifications des pratiques de la fertilisation azotée sur l évolution de la qualité de l eau Programme régional d études sur sites bougies poreuses 1999-25 Contexte

Plus en détail

ENTRETIEN DE LA PELOUSE

ENTRETIEN DE LA PELOUSE Source : Fafard Savoir vert ENTRETIEN DE LA PELOUSE C est naturel de vouloir une belle pelouse. Saviez-vous que le secret d une belle pelouse repose sur un sol riche et équilibré? En effet, cette richesse

Plus en détail

Faites plaisir à votre jardin!

Faites plaisir à votre jardin! Communes de: Bech Berdorf Consdorf Junglinster Waldbillig Le centre de recyclage Junglinster informe Faites plaisir à votre jardin! Heures d ouverture: Lundi: Mardi: Mercredi: fermé 07.00-13.00 hrs fermé

Plus en détail