FLUX DES ELEMENTS NPK DANS DES SYSTEMES PLURISPECIFIQUES A BASE DE CULTURES PERENNES DANS LES FORETS HUMIDES DU SUD OUEST CAMEROUN

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FLUX DES ELEMENTS NPK DANS DES SYSTEMES PLURISPECIFIQUES A BASE DE CULTURES PERENNES DANS LES FORETS HUMIDES DU SUD OUEST CAMEROUN"

Transcription

1 FLUX DES ELEMENTS NPK DANS DES SYSTEMES PLURISPECIFIQUES A BASE DE CULTURES PERENNES DANS LES FORETS HUMIDES DU SUD OUEST CAMEROUN 1 E. E. EHABE 1, P. SAMALANG 1, A. BIKOI 1, I. de BARROS 2, F. ENJALRIC 3 1 Institut de Recherche Agricole pour le Développement (IRAD), Centre Régional de Recherche d Ekona, B.P. 25 Buea, Cameroun. 2 INRA Antilles-Guyana, URAPC, Guadeloupe (FWI). 3 Unité Mixte de Recherche Système, CIRAD Cultures Pérennes, 2 Place Viala, 34 Montpellier, France. RESUME La gestion de la fertilité des sols est devenue cruciale dans les exploitations paysannes plurispécifiques où certains processus influençant leur durabilité sont ignorés. Une étude a été menée dans certaines parcelles à base de cultures pérennes implantées dans la forêt humide du sud ouest Cameroun afin de mieux comprendre la gestion de cette fertilité et identifier les facteurs qui contribuent à l épuisement des macros éléments. Les données collectées ont été modélisées avec l outil NUTMON. Les résultats ont montrés que les systèmes de cultures influencent les stratégies globales d exploitation. Tandis que le flux des éléments nutritifs dans les parcelles est confirmé, les mouvements en N, P et K étaient différents selon la culture pérenne principale. Le bilan complet en élément nutritif moyen de chaque parcelle a été négatif largement pour l azote et positif pour potassium et phosphore. Le bilan partiel, ignorant les flux biophysiques (fixation d azote, lessivage, érosion), était positif pour les trois éléments, indiquant ainsi que ces facteurs étaient responsables en majeure partie pour l épuisement en N. Mots clés : sols fertilité épuisement - NUTMON forets humides Cameroun ABSTRACT Soil fertility is a survival issue in multi-cropped peasant farms where long-term processes affecting sustainability are often ignored. A study was conducted in some perennial crop-based farms in the humid forests of South West Cameroon to better understand soil fertility management in such cropping systems and identify factors contributing to major nutrient depletion trends. Collected data were modelled using the farm NUTrient MONitoring (NUTMON) tool. Results showed that the farming systems played key roles in the overall exploitation strategies. Whereas nutrient flows in separate farm units and between associated crops were confirmed, the net flows in soil N, P and K nutrient balances differed with the main perennial crop. The average nutrient balance of each farm was markedly negative for N but positive for P and K. The partial balance, ignoring biophysical flows (N-fixation, leaching, erosion), was however positive for the three nutrients indicating that N depletion was mostly as a result of biophysical flows in these farming systems. Key words : soils fertility depletion - NUTMON humid forests Cameroon

2 2 Introduction Les pratiques de production au sein des exploitations paysannes en Afrique sub-saharienne progressent au dépend de leur durabilité puisque les planteurs sont plus concernés par la production dans le court terme (de la saison actuelle et suivante). Les processus influençant la production à long terme, tels que la diminution des stocks d éléments nutritifs, sont peu visible et reçoivent ainsi une faible priorité. Ces sols sont donc progressivement dépourvus de leurs éléments nutritifs [1]. Afin de sécuriser la productivité actuelle et assurer la durabilité des systèmes de productions, ces planteurs gèrent la fertilité des sols en manipulant les mouvements des éléments nutritifs à l entrée, à l intérieur et à la sortie de leurs exploitations. Les décisions sur la gestion de la fertilité des sols sont conditionnées par les objectifs du ménage (sécurité alimentaire, maximisation du revenu, diminution des risques, etc.), les ressources disponibles (main d œuvre, argent, outils, ressources naturelles, etc.) et l environnement socio-économique. La fertilité des sols est devenue une affaire de survie, surtout dans les exploitations paysannes plurispécifiques à base de cultures pérennes dans les forets humides du Cameroun. Sans un contrôle adéquat pour maintenir cette fertilité à travers des pratiques actuelles de gestion de l exploitation, la sécurité alimentaire et l importance économique du secteur agricole dans cette région seront menacés [1]. Cependant, la complexité de l exploitation paysanne ne facilite pas la quantification des entrées, sorties et stocks. La méthode NUTMON (NUTrient MONitoring) est une approche multi-échelle qui permet d évaluer les fluxes de N, P et K dans une unité géographique donnée et cela sur la base des intrants (engrais minéraux, fumures, dépôts atmosphériques, sédimentation) et sorties (récoltes, résidus, lessivage, dénitrification, érosion) [2]. Ce logiciel contient quatre modules donnent les directives pour la collecte et saisie des données, le calcul et interprétation du bilan des fluxes d éléments nutritifs, stocks et des indicateurs de performance économique des exploitations. Le logiciel permet donc d obtenir une analyse complète des éléments nutritifs entre les différentes activités au sein d une exploitation ainsi qu entre l exploitation et ses environs. Ce projet a été mené pour assurer une meilleur compréhension et amélioration de la gestion de la fertilité des systèmes d exploitations et à déterminer le rôle d une gestion intégrée des éléments nutritifs pour renverser les tendances actuelles d épuisement au sein de chaque parcelle. Les objectifs spécifiques ont donc été d évaluer les variations des stocks d éléments nutritifs des sols, et identifier les facteurs clés influençant la gestion de la fertilité des exploitations agricoles afin d identifier certains causes fondamental de l épuisement de la fertilité des sols des parcelles à base des cultures pérennes dans les forets humides du sud ouest du Cameroun. 1. Méthodologie 1.1. Localité de l étude L étude a été menée sur des exploitations agricoles mixtes mais à base de cultures pérennes. Ces exploitations étaient situées dans deux localités de la forêt humide du sud ouest du Cameroun (Figure 1). Cette zone est caractérisée par des températures moyennes à élevées (~ 23 C) uniformément reparties toute au long de l année, d humidité relative élevée (76-9%), de pluviométrie annuelle élevée (> 25 mm) repartie dans deux saisons pluvieuses et sèche distinctes, et des sols fertiles et profonds avec des poches de sols ferrugineux et volcaniques très fertiles [3]. La région est également caractérisée par différents types d exploitations agricoles allant de petites exploitations paysannes avec essentiellement des cultures vivrières (banane-plantain, macabo, manioc, igname, maïs, etc.), des plantations industrielles pour la production des cultures de rentes (palmier à huile, Hevea, cacaoyer, caféier, etc.), et des champs mixtes avec différentes combinaisons de cultures pérennes et vivrieres [4].

3 3 Figure 1. Carte du Cameroun montrant les grandes zones agro-écologique et les forets humides du sud ouest du Cameroun 1.2. Caractérisation des parcelles L inventaire et données quotidiennes ont été collectées sur 19 exploitations à base de cultures pérennes (Table 1) situées dans les localités de Bombe Bakundu et Malende, lesquelles ont été préalablement jugée suffisamment homogènes en termes des activités agricoles et non-agricoles ainsi que la présence des plantations de petites et moyennes tailles sur lesquelles étaient cultivées l hévéa (Hevea brasiliensis), le palmier à huile (Elaeis guineensis) ou le cacaoyer (Theobroma cacao) comme culture principale en association avec d autres cultures vivrieres ou de rentes. Deux approches ont été adoptées pour identifier les exploitations («farm section units» ou FSU) une basée sur l évaluation traditionnelle des terres et l autre sur l analyse statistiques multi-variées des données de chaque parcelle : localité, altitude, pluviométrie, superficie, topographie, morphologie du sol (profondeur, texture ou teneur en argile, couleur, roche mère) et sa composition (humidité, état des racines, etc.). Les détails de cette méthodologie qui ont menée à la définition des FSUs sont d une légère modification de celles proposées par de Jager et al. [5] déjà décrites ailleurs [6].

4 4 Plot Localité Teneur en argile (%) Roche mère Pente (%) FSU 23 Bombe 4 5 Volcanique/Base complexe 5 (a) 25 Bombe 4 5 Volcanique/Base complexe 5 (a) P 26 Bombe 4 5 Volcanique/Base complexe 5 (a) 38 Bombe 4 5 Volcanique/Base complexe > 1 (c) 27 Bombe 4 5 Volcanique/Base complexe > 1 (c) R 18 Bombe 2 35 Volcanique/Base complexe 5 (a) 21 Bombe 2 35 Volcanique/Base complexe 5 (a) 3 Bombe 2 35 Volcanique/Base complexe 5 (a) 31 Bombe 2 35 Volcanique/Base complexe 5 (a) 32 Bombe 2 35 Volcanique/Base complexe 5 (a) 33 Bombe 2 35 Volcanique/Base complexe 5 (a) 34 Bombe 2 35 Volcanique/Base complexe 5 (a) J 35 Bombe 2 35 Volcanique/Base complexe 5 (a) 36 Bombe 2 35 Volcanique/Base complexe 5 (a) 37 Bombe 2 35 Volcanique/Base complexe 5 (a) 22 Malende 2 35 Volcanique/Base complexe 5 (a) 24 Malende 2 35 Volcanique/Base complexe 5 (a) 29 Malende 2 35 Volcanique/Base complexe 5 (a) 28 Malende 2 35 Volcanique/Base complexe > 1 (c) L Table 1. Exploitations agricoles couvertes par cette étude 1.3. Analyses des éléments nutritifs du sol Les échantillons de sol ont été analysés pour leurs propriétés physiques et chimiques en utilisant des techniques standards : La texture a été déterminée par la méthode de pipette, la teneur en phosphore disponible par la methode de Bray-2, l azote total avec la methode semi-micro de Kjeldahl, des bases échangeable (K, Ca, Mg) avec de l acétate d ammonium neutre à ph de 7, acidité échangeable (AlH + ) par de KCl normal, le carbone organique par la technique de Walkley- Black et le ph dans de l eau. La densité de masse a été déterminée par la méthode du cylindre [7]. Cela a impliqué l utilisation des noyaux cylindrique en acier (~ 75 mm de long, 75 mm diamètre interne, 3 mm d épaisseur du mur, biseauté d un bout à 15 mm) lubrifié à l intérieur et à l extérieur en essuyant avec un chiffon contenant un filme mince d huile végétale pour diminuer la friction et l adhésion sans pour autant affecter de façon significative la précision de la mesure [8]. Des échantillons acceptables ont été séchés à 15 C et puis pesé. La densité de masse a été enregistrée comme étant le rapport entre la masse du sol séché (en mg) au volume interne du noyau cylindrique (en cm 3 ) Collection des données et analyse avec la méthodologie Nutmon Le logiciel Nutmon, appliqué aux niveaux de l exploitation et des activités, a inclus un questionnaire structuré, une base de données, et deux modèles statiques simples - NUTCAL pour le calcul des flues d éléments nutritifs et ECCAL pour le calcul des paramètres économique. Une interface facilite la saisie des données, leur manipulation et l extrait des données pour produire des intrants pour les deux modèles [9]. Un inventaire initial de la composition du ménage, la disposition de l exploitation, les activités agricoles et éléments nutritifs a été complété pour chaque exploitation. Cet inventaire a été

5 succédé par un suivi mensuel des activités agricoles affectant le mouvement des éléments nutritifs. Les activités des individus du ménage, leurs revenues et la répartition du temps de travail ont été également étudié. Le bilan en éléments nutritifs (intrants moins sorties) a été calculé pour toutes les exploitations ainsi que pour leurs champs séparés. La sortie d éléments nutritifs a inclue les produits récoltés et résidus, les éléments lessivés en dessous de la zone des racines, des pertes gazeuses de la surface des sols, l érosion et les excréta humains perdues qui se termine dans les latrines profonds hors de la zone des racines. Les entrées étaient des engrais minéraux, intrants organiques (fumure, résidus des plantes importées et aliments), déposition aérienne, fixation biologiques d azote par les plantes, sédimentation et éléments extraits du sous sol par les racines profondes. 2. Résultats et discussion 2.1. Caractérisation des unités d exploitation («farm section units») L évaluation initial, présentée dans la Figure 2, montre que le banane-plantain et le manioc ont été les cultures vivrières (annuelles) les plus intercalées tandis que le cacaoyer, et à une moindre mesure le palmier à huile ont été les cultures pérennes les plus intercallees dans la zone de l étude. En effet, ces deux cultures respectives dans chaque catégorie ont été impliquées a plus de 5% des fréquences observées d intercalée. Des interviews ont confirmés que les planteurs étaient conscients du déclin progressif de la productivité des terres au cours des ans, un phénomène attribué à l utilisation continuelle des mêmes champs, l érosion des sols et surtout la baisse des apports en fumure. Ils n étaient pas, cependant, conscients du rôle majeur que joue les éléments nutritifs dans ces processus ou comment ils affectent la productivité des sols a 5 4 b Frequency (%) Figure 2. Plantain Cassava Pumpkin Maize Maize Rice Pineapple Taro/Cocoyam Yam Banana Bean Frequency (%) Fréquence d apparition des principales (a). cultures annuelles et (b). cultures pérennes associées dans les exploitations agricoles à base des cultures pérennes Cocoa Oil palm Rubber Avocado Njansang Papaya Cashew Guava Mango Oranges Plum 2.2. Fluxes d éléments nutritifs dans les exploitations agricoles Le flux complet de N-P-K a montré que ces mouvements ont variés avec les éléments nutritifs et les facteurs de distribution considérés (Figure 3). L entrée des éléments N, P et K a paru uniformément repartie entre l engrais organique importé (IN1a), la déposition atmosphérique humide et sèche (IN3), la fixation d azote (IN4) et a une moindre mesure les minéraux dans les produits récoltés. Ceci, cependant, n était pas le cas avec les sorties puisque les proportions variaient de façon considérable avec les éléments nutritifs

6 considérés. Premièrement, l élément le plus grandement perdu a été l azote, et cela a été attribué essentiellement au lessivage (~7%), pertes gazeuses (~2%), et aux produits et résidus exportés. En ce qui concerne les autres minéraux, très peu de P et K ont été perdus des exploitations. Au lieu de cela, les éléments nutritifs ont été obtenus des engrais organiques importés et la déposition atmosphérique. Ces chiffres ont confirmés par les plutôt différents bilans complets d azote, négatif pour l azote et positif pour le phosphore et le potassium (Figure 3a). En ignorant toutes pertes dûes au lessivage (bilan nutritif partiel), les chiffres globaux deviennent positif pour les trois éléments, surtout pour l azote (Figure 3, insérer). Ceci, en général, les planteurs arrive à compenser cet épuisement provoqué par l export des produits récoltés Mineral fertiliser, IN1 Imported organic fertiliser, IN2a Imported manure, IN2b Atmospheric deposition, IN3 N-fixation, IN4 Harvests, OUT1 Exported crop residues, OUT2a Manure excretion outside farm, OUT2b Quantity of nutrients transferred, g Nutrients transferred (kg/ha) Leaching, OUT3 Gaseous loss, OUT4 Erosion, OUT Full balance Partial balance N P K Figure 3. Flux globaux de N-P-K pour les exploitations étudiées, ainsi que les bilans complets et partiels spécifiques des N-P-K transférés (insert) 2.3. Flux d éléments nutritifs entre exploitations agricoles Des bilans complets et partiels des éléments nutritifs ont montré des différences énormes entre les unités d une exploitation (Figure 4). Tandis que toutes les exploitations ont présentées des bilans complets négatifs pour l azote (Figure 4a), seul environ un quart de ces exploitations ont présentées des bilans partiels négatifs for cet élément (Figure 4b). Cette situation était légèrement différent pour le K transféré, mais beaucoup plus différent pour P. En effet, presque toutes les unités d exploitation ont présentées des bilans complets et partiels positif pour P tandis qu une petite proportion de ce dernier ont continué à avoir des valeurs négatives pour K pour les bilans complets et partiels. Ces résultats indiquent clairement que le lessivage est le facteur le plus important contribuant à l épuisement des éléments nutritifs des sols, surtout l azote.

7 7 Full balance of nutrients transferred, kg/ha Partial balance of nutrients transferred, kg/ha a - N - - P - - K b - N - - P - - K Figure 4. Bilans spécifiques complets et partiels des N-P-K globaux transférés pour les différentes exploitations agricoles En considérant toutes les exploitations agricoles comme une FSU, la contribution des différents facteurs modelés au statut global d éléments nutritifs (Figure 5) ainsi qu aux bilans complets et partiels (Figure 5, insérer) ont considérablement changé. De ceux-ci, on trouve que la déposition atmosphérique a été responsable pour la plupart d azote transféré dans le FSU, suivi par la fixation d azote et d engrais organique importés. Une fois de plus, le lessivage et la perte gazeuse ont contribué pour la plupart d azote perdus tandis que les produits récoltés et leurs résidus exportés ont contribués pour les pertes de P et K.

8 8 3 Nutrient balance, g/ha N P K Full Partial N K P 75 N and P transferred, g/ha K transferred, g/ha Mineral fertiliser, IN1 Imported organic fertiliser, IN2a Atmospheric deposition, IN3 N-fixation, IN4 Harvests, OUT1 Exported crop residues, OUT2a Leaching, OUT3 Gaseous loss, OUT4 Erosion, OUT5 Figure 5. Contribution de divers facteurs aux bilans en N-P-K dans le FSU et leurs contributions au bilan nutritif total (insérer) Les pertes nettes du sol en N, P et K ont été plus prononcées dans les exploitations à base de cacaoyer et palmier à huile que dans les exploitations d hévéa. Ceci serait certainement lié à la multiplicité des produits récoltés des deux premières cultures pérennes. L analyse économique, qui formait une partie de cette étude mais présentée ailleurs, a montré que les cultures de rente peut être plus profitable que les cultures vivrières et pourtant souvent associée avec les bilans nutritifs moins négatifs (Table 3). Au niveau de l exploitation, une perte plus sérieuse a été enregistrée pour les parcelles qui ont été lourdement intercalées (plus de cultures) notamment le palmier à huile et le cacaoyer. En effet, ces parcelles ont subi le plus grand épuisement d éléments nutritifs à cause des formes multiples des produits récoltés. Comme le montre le Tableau 2, les champs d Hevea ont perdus les éléments nutritifs par la saignée et le drainage du latex tandis que le palmier à huile perdait par les régimes récoltés (graines et feuilles). Les fluxes par unité à l extérieure des exploitations pour toutes les FSUs a). Champ d hévéa Mouvement Matériel Fraiche, kg/ha Sèche, kg/ha N, kg/ha P, kg/ha K, kg/ha OUT Caoutchouc coagulé ,8,3,8 OUT Fruits d ananas 4 1,,, IN Acide formique 4 4,,, IN Ethrel 1 1,,,

9 9 b). Champ de palmier à huile Mouvement Matériel Fraiche, kg/ha Sèche, kg/ha N, kg/ha P, kg/ha K, kg/ha OUT Tubercules manioc ,7,1,7 OUT Fruits palmier à huile ,7 15,6 2,9 OUT Huile de palme ,1 16,2 12,7 OUT Graines de pumpkin 8 72,6,1,2 IN Fongicides 1 1,,, IN Engrais 2/1/ ,,2,4 IN Graines de maïs 4 3,1,, IN Graines de gombo,,, IN Rejets de plantain 7 7,3,3,1 IN Rejets d ignames 23 6,,, IN Graines de pumpkin 11 1,1,, IN Insecticides 1 1,,, IN Régimes de plantain 23 4,,, IN Epis de maïs 3 26,4,1,1 IN Tubercules macabo 15 15,1,1,2 c). Champ cacaoyère Mouvement Matériel Fraiche, kg/ha Sèche, kg/ha N, kg/ha P, kg/ha K, kg/ha OUT Fèves/graines cacao , 5,6,4 OUT Fruit d ananas 3 1,,, OUT Régime de plantain ,8,2 2,8 OUT Graines de riz 6 54,6,2,2 OUT Manioc transformé 7 27,1,,1 OUT Graines d arachides ,8 1,3 1,7 IN Tubercules de patates 1 2,,, IN Plantules de cacao , 2,1 1,5 IN Grains de riz 68 61,7,2,2 IN Tubercules manioc 78 29,1,,1 IN Epis maïs ,9 1,2 1,4 IN Rejet de plantain ,4 1,8,7 IN Graines de cacao ,5 25,8 2, IN Tubercules macabo 5 5,2,3,6 3. Conclusions La majorité des sols dans les tropiques humides du Cameroun sont en train de perdre de façon progressive leurs éléments nutritifs, compromettant ainsi leur productivité dans l avenir et la survie de ces systèmes d exploitation, surtout dans des exploitations mixtes des paysannes à base de cultures pérennes. Cette étude a été menée pour mieux comprendre la gestion de la fertilité dans ces systèmes de cultures et d identifier les facteurs clés qui influencent les fluxes en elements nutritifs N-P-K dans ces exploitations. Les fluxes N-P-K globaux ont variées avec les éléments nutritifs et des facteurs de distributions considérées. Les entrées d éléments a été uniformément reparties entre des engrais inorganiques importées, les dépôts atmosphériques secs, la fixation d azote et les produits récoltées. L azote a été l élément épuisé dans les plus grandes quantités, essentiellement a cause du lessivage, pertes sous forme gazeux, et aux produits et déchets des récoltes. Les quantités moins importantes de P

10 et K ont été perdues puisqu il y a eu des apports substantielle des engrais organiques importes et les dépôts atmosphériques. Des grandes écarts ont été observés entre les exploitations agricoles, en termes leur bilans nutritifs pleins et partiels. Toutes les exploitations ont présentées des bilans négatifs pour N et presqu aucune pour P, et a une moindre ampleur, le K. Le lessivage a été le facteur le plus important contribuant à la perte des elements nutritifs, surtout d azote. Les pertes nettes des sols en N, P et K ont été plus prononcées dans les exploitations à base des cacaoyers et palmier à huile que dans les champs à base d hévéa. Ceci serait probablement dû à la multiplicité des produits récoltés dans les palmiers. 4. Remerciements Ce travail a été mené dans le cadre du Projet ATP CARESYS financé par le Centre International de Coopération en Recherche Agronomique pour le Développement (CIRAD). Le soutien logistique de la Direction Régionale du CIRAD pour l Afrique Central est hautement apprécié Références [1] Kanmegne, J. (24). Slash and Burn Agriculture in the Humid Forest Zone of Southern Cameroon: Soil Quality Dynamics, Improved Fallow Management and Farmers' Perceptions. PhD thesis Thesis, Wageningen University and Research Centre, Wageningen, The Netherlands, 18 pp. [2] Bosch, H. V. d., de Jager, A. and Vlaming, J., Agriculture, Ecosystems and Environment, 71, 49 (1998). [3] Ehabe, E. E., Besong, M. T. and Almy, S. W., Trop Sci, 41, 137 (21). [4] Plaza, C. (23). Situation de l'hévéaculture villageoise dans une filière en évolution : Cas de la région d'ekona, province du Sud-Ouest Cameroun. M.Sc. Thesis, Universite Montpellier I, France, Montpellier, 8 pp. [5] De Jager, A., Nandwa, S. M. and Okoth, P. F., Agriculture, Ecosystems and Environment, 71, 39 (1998). [6] Ehabe, E. E., Gobina, S. M., Samalang, P., Bikoi, A. and Enjalric, F. (27). Statistical validation of traditional land evaluation for definition of farm section units in perennial cropbased farm holdings,. Technical Report, Institute of Agricultural Research for Development (IRAD), Ekona, Cameroon. [7] Tisdall, A. L., Australian Journal of Agricultural Research, 2, 349 (1951). [8] Brasher, B. R., Franzmeier, D. P., Valassis, V. and Davidson, S. E., Soil Science, 11, 18 (1966). [9] Envista, L. E. I. and Alterra (26). Nutmon Toolbox - Data Background, Data Entry, and Data Processing Modules, v "Atambua". Downloadable at

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Colloque sur la pomme de terre Une production à protéger 13 novembre 2009, Québec Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Marc F. CLÉMENT., agronome, conseiller

Plus en détail

Contexte : Objectif : Expérimentation :

Contexte : Objectif : Expérimentation : Estimation de la valeur fertilisante de digestats issus de la biométhanisation. Résultat de 3 années d expérimentation en culture de maïs (2009 à 2011). (JFr. Oost 1, Marc De Toffoli 2 ) 1 Centre pilote

Plus en détail

Moyens de production. Engrais

Moyens de production. Engrais Engrais Moyens de production Lors de la campagne 2012-2013, les tonnages d engrais livrés diminuent de près de 17% en et représentent à peine plus de 1% des livraisons françaises. Cette évolution est principalement

Plus en détail

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Mise en contexte Résultats des essais du CETAB+ Méthodologie; Biomasse et facteurs de variation; Rendements en maïs et corrélations avec l azote apporté;

Plus en détail

Informations techniques sur la culture de l ananas

Informations techniques sur la culture de l ananas Informations techniques sur la culture de l ananas Conditions de culture favorables (choix de la parcelle) : Sol drainant et plutôt acide. Terrain exposé au soleil. Accès à l eau pour l irrigation durant

Plus en détail

Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence de clôture OUI Biomasse. www.oui-biomasse.info 1 26.06.2015

Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence de clôture OUI Biomasse. www.oui-biomasse.info 1 26.06.2015 Umweltauswirkungen durch Biomassenutzung Etude d impact de l utilisation de la biomasse sur l environnement 26.Juni 2015 / 26 juin 2015 Akademiehotel Karlsruhe Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence

Plus en détail

SERRICULTURE MARAÎCHÈRE BIOLOGIQUE QUE SE PASSE-T-IL DANS LE SOL? Par : ANDRÉ CARRIER, agronome LE SOL IDÉAL?! Les livres de pédologie parlent souvent en ces termes : 45% de matières minérales; 5% de matière

Plus en détail

Fiches de synthèse AGRICULTURE. Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali

Fiches de synthèse AGRICULTURE. Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali CERCAM Fiches de synthèse AGRICULTURE Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali Mars 2014 3- Secteur agricole Présentation générale Le couvert forestier du Gabon couvre 22 millions de ha (FAO

Plus en détail

LA MATIERE ORGANIQUE

LA MATIERE ORGANIQUE ITV France FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations FICHE 3 LA MATIERE ORGANIQUE L objectif général est la conservation ou l amélioration du patrimoine sol, en évitant l appauvrissement

Plus en détail

Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote

Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote BOUTHIER Alain 1, TROCHARD Robert 2, PARNAUDEAU Virginie 3, NICOLARDOT

Plus en détail

Fiche Technique. sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre. (Solanum tuberosum L.) au Cameroon

Fiche Technique. sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre. (Solanum tuberosum L.) au Cameroon Fiche Technique sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre (Solanum tuberosum L.) au Cameroon I. JUSTIFICATION La pomme de terre est une culture importante qui participe à la sécurité alimentaire

Plus en détail

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3 Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire Groupe 3 Plan de l exposl exposé Introduction Méthodologie Résultats : Présentation de l Union paysanne Diagnostic sur les changements

Plus en détail

La diversification de la mise en valeur traditionnelle des bas-fonds en zone de savane humide du Togo et les conséquences sur l environnement

La diversification de la mise en valeur traditionnelle des bas-fonds en zone de savane humide du Togo et les conséquences sur l environnement La diversification de la mise en valeur traditionnelle des bas-fonds en zone de savane humide du Togo et les conséquences sur l environnement Soklou Worou To cite this version: Soklou Worou. La diversification

Plus en détail

Mariane ALLEAUME-BENHARIRA Sylvie ODDOU-MURATORIO François LEFEVRE. Ecologie des forêts méditerranéennes INRA AVIGNON - FRANCE

Mariane ALLEAUME-BENHARIRA Sylvie ODDOU-MURATORIO François LEFEVRE. Ecologie des forêts méditerranéennes INRA AVIGNON - FRANCE MODELISER L IMPACT DES CHANGEMENTS DEMOGRAPHIQUES ET ENVIRONNEMENTAUX SUR L EVOLUTION DES ARBRES Le module Luberon Version 2010 Mariane ALLEAUME-BENHARIRA Sylvie ODDOU-MURATORIO François LEFEVRE Ecologie

Plus en détail

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Amélioration de la productivité et de la qualité Publication juin 2013 Sommaire : Introduction...

Plus en détail

Comment développer les métiers agroalimentaires en Afrique subsaharienne? Extraits d étude

Comment développer les métiers agroalimentaires en Afrique subsaharienne? Extraits d étude Note d information / Politiques agricoles n 13 Comment développer les métiers agroalimentaires en Afrique subsaharienne? Extraits d étude 27 mai 2013 / Sélection par l équipe technique RECA RECA Réseau

Plus en détail

Chapitre 8 Raisonner l apport d un produit organique

Chapitre 8 Raisonner l apport d un produit organique Chapitre 8 Raisonner l apport d un produit organique Les produits organiques sont utilisés soit en amendement pour apporter de l humus au sol afin d améliorer ses propriétés (physiques, chimiques et biologiques),

Plus en détail

Annexe 2: Région des Savanes Caractéristiques et bas fonds identifiés

Annexe 2: Région des Savanes Caractéristiques et bas fonds identifiés Annexe 2: Région des Savanes Caractéristiques et bas fonds identifiés La mise en valeur des bas fonds en saison des pluies est intense et est l œuvre des femmes qui y pratiquent essentiellement la culture

Plus en détail

Le traitement alternatif des déchets ménagers pour les petites et moyennes communes au Maroc

Le traitement alternatif des déchets ménagers pour les petites et moyennes communes au Maroc Le traitement alternatif des déchets ménagers pour les petites et moyennes communes au Maroc «D une expérience locale de compostage prometteuse à la construction d une offre technique aux multiples avantages

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008 Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Mais doux Septembre 2008 Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Potentiel

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE

FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE 2 I- JUSTIFICATION La consommation de la pastèque est en nette expansion en réponse à une forte demande nationale et régionale ; Cependant la production

Plus en détail

L analphabétisme: un frein

L analphabétisme: un frein Réseau de connaissances Consortium Néerlandais pour la Réhabilitation Note de recherche # 6 L analphabétisme: un frein à l évolution socio- économique des ménages? Influence du niveau d alphabétisme des

Plus en détail

Economie de l'environnement

Economie de l'environnement Economie de l'environnement Fatih Karanl Département d'economie, EconomiX-CNRS, Université Paris Ouest Nanterre la Défense E-mail: fkaranl@u-paris10.fr Web: http://economix.fr/fr/membres/?id=1294 2013-2014

Plus en détail

Conception d un préleveur destiné à quantifier les banques de graines des sols

Conception d un préleveur destiné à quantifier les banques de graines des sols Le Cahier des Techniques de l INRA 2014 (81) n 1 Conception d un préleveur destiné à quantifier les banques de graines des sols Sylvie Niollet 1, Maya Gonzalez 2, Laurent Augusto 1 Résumé. Les banques

Plus en détail

Pertes et gaspillages alimentaires

Pertes et gaspillages alimentaires Pertes et gaspillages alimentaires Un phénomène aux multiples facettes Barbara REDLINGSHÖFER Mission d anticipation Recherche&Société Pour le développement durable (MaR/S) de l INRA Plan de la présentation

Plus en détail

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS Le compostage est un processus de dégradation biologique maîtrisé de matières organiques en présence d air. Il aboutit à la production d un produit stable : le compost, utilisable

Plus en détail

IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS

IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS Introduction 4 Collecte des données 5 Méthodologie 5 Principaux problèmes

Plus en détail

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires?

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Louis Robert, agronome, M. Sc. Conseiller régional en grandes cultures Même s ils ne sont pas nouveaux sur le marché, les engrais de démarrage liquides

Plus en détail

Quelle forme d ENGRAIS MINÉRAL choisir?

Quelle forme d ENGRAIS MINÉRAL choisir? FICHE N 50 avril 2003 Quelle forme d ENGRAIS MINÉRAL choisir? La juste dose, c est mieux L analyse de sol est le préalable à tout raisonnement de l utilisation des nombreuses formes d engrais minéraux

Plus en détail

Taille des basses tiges et arbustes fruitiers Les fraisiers. Contenu LES FRAISIERS... 2. Types de fraisiers... 2. Culture... 3. Choix du site...

Taille des basses tiges et arbustes fruitiers Les fraisiers. Contenu LES FRAISIERS... 2. Types de fraisiers... 2. Culture... 3. Choix du site... 1 Contenu LES FRAISIERS 2 Types de fraisiers 2 Culture 3 Choix du site 3 Comment planter les jeunes plants? 3 Maladies 4 Oïdium 4 Botrytis 5 Multiplication des fraisiers 6 Entretien 8 (à suivre ) 8 2 LES

Plus en détail

François Affholder Aymeric Ricome, Françoise Gérard, Bertrand Muller, Charlotte Poeydebat, Philippe Quirion, Moussa Sall

François Affholder Aymeric Ricome, Françoise Gérard, Bertrand Muller, Charlotte Poeydebat, Philippe Quirion, Moussa Sall Gérer le risque climatique : les instruments de crédit et d'assurance agricoles sont-ils adaptés aux systèmes de production de l'agriculture sahélienne François Affholder Aymeric Ricome, Françoise Gérard,

Plus en détail

Assurance Récolte Sahel

Assurance Récolte Sahel Assurance Récolte Sahel L ASSURANCE INDICIELLE EN AFRIQUE DE L OUEST EXPÉRIENCE DU BURKINA Conference FARM - Pluriagri 18 décembre 2012 Contents I. Contexte II. Eléments clés d ARS III. L Expérience au

Plus en détail

Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux?

Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux? Avec la participation i de l Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux? Philippe EVEILLARD UNIFA Union des Industries de la Fertilisation Le développement durable et l agriculture :

Plus en détail

Résumé des Observations tirées de Décaféiné? Situation, Tendances et Perspectives pour la Production du Café au Rwanda

Résumé des Observations tirées de Décaféiné? Situation, Tendances et Perspectives pour la Production du Café au Rwanda Note de Synthèse Agro-Economique Rwanda Food Security Research Project/ MINAGRI Downloadable at: http://www.aec.msu.edu/agecon/fs2/rwanda/index.htm Number 5F Février 2003 Résumé des Observations tirées

Plus en détail

République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION

République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION Investir pour le futur Anticiper - Innover 01 BP 3726 ABIDJAN

Plus en détail

Comment utilisons-nous notre argent?

Comment utilisons-nous notre argent? Comment utilisons-nous notre argent? L'alimentation et le logement constituent les deux dépenses les plus importantes des ménages antillo-guyanais. C'est pour leur logement que les ménages dépensent le

Plus en détail

Optimiser la dose de semis du maïs

Optimiser la dose de semis du maïs Optimiser la dose de semis du maïs La moyenne des taux de semis de maïs utilisés par les producteurs aux États-Unis et au Canada a augmenté de 23 000 grains/acre en 1985 à plus de 30 000 grains/acre aujourd

Plus en détail

4. Résultats et discussion

4. Résultats et discussion 17 4. Résultats et discussion La signification statistique des gains et des pertes bruts annualisés pondérés de superficie forestière et du changement net de superficie forestière a été testée pour les

Plus en détail

CURRICULUM VITAE. Profession : Géologue, spécialiste en pédologie appliquée et assainissement-dépollution des sols

CURRICULUM VITAE. Profession : Géologue, spécialiste en pédologie appliquée et assainissement-dépollution des sols CURRICULUM VITAE Nom : NYAMA ATIBAGOUA Bienvenu Employeur actuel : Depuis août 2002 à ce jour, MINRESI / Institut de Recherches Géologiques et Minières (IRGM) / Centre de Recherches Géologiques et Minières

Plus en détail

De GenoSol à GenoBiome, mise en place d une structure analytique pour évaluer l état biologique du sol

De GenoSol à GenoBiome, mise en place d une structure analytique pour évaluer l état biologique du sol De GenoSol à GenoBiome, mise en place d une structure analytique pour évaluer l état biologique du sol Lionel RANJARD, Samuel Dequiedt, Pierre-Alain Maron, Anne-Laure Blieux. UMR Agroécologie-plateforme

Plus en détail

Prix Pierre Potier L innovation en chimie au bénéfice de l environnement

Prix Pierre Potier L innovation en chimie au bénéfice de l environnement Prix Pierre Potier L innovation en chimie au bénéfice de l environnement A l initiative de François Loos Ministre délégué à l Industrie Page 1 Prix Pierre Potier L innovation en chimie au bénéfice de l

Plus en détail

Qualités nutritives des salades. DOSSIER SPéCIAL BIO F R C magazine FéVRIER 2010 N O 25. Quand la météo s en mêle

Qualités nutritives des salades. DOSSIER SPéCIAL BIO F R C magazine FéVRIER 2010 N O 25. Quand la météo s en mêle DOSSIER SPéCIAL BIO F R C magazine FéVRIER 2010 N O 25 Laitues d hiver Moins de pe Les laitues pommées bio se révèlent exemptes de pesticides. Plus «Bonne nouvelle: toutes les salades sont conformes et

Plus en détail

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE Exploiter le Potentiel de la Science, de la Technologie et de l Innovation dans les chaînes Agro-alimentaires en Afrique : Créer emplois et richesse

Plus en détail

L échelle du ph est logarithmique, c està-dire

L échelle du ph est logarithmique, c està-dire Le ph Qu est-ce que le ph? Le ph mesure l acidité d un liquide. Sa valeur s exprime sur une échelle graduée de 0 à 14 où 1 désigne une substance fortement acide, 7, une substance neutre, et 14, une substance

Plus en détail

Rapport de Voyage d etude (Le projet de PROSA, Xieng Kouang province, le 22 a 25 Sep 2009) <<<<>>>>

Rapport de Voyage d etude (Le projet de PROSA, Xieng Kouang province, le 22 a 25 Sep 2009) <<<<>>>> Rapport de Voyage d etude (Le projet de PROSA, Xieng Kouang province, le 22 a 25 Sep 2009) Photo no. 1: La delegation de Voyage d etude a Xieng Khouang province Introduction: Dans le bassin versant

Plus en détail

Adaptation Aux changements climatiques. Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso

Adaptation Aux changements climatiques. Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso Adaptation Aux changements climatiques Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso Sommaire Le Le contexte Notion Notion d adaptation Stratégies Stratégies et techniques d adaptation Les Les

Plus en détail

Œuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté au Bénin. La pauvreté rurale à Bénin

Œuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté au Bénin. La pauvreté rurale à Bénin FIDA/E. Piquion Œuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté au Bénin La pauvreté rurale à Bénin Situé en Afrique de l Ouest, le Bénin couvre une superficie d environ 110

Plus en détail

CLIQUEZ ET MODIFIEZ LE TITRE

CLIQUEZ ET MODIFIEZ LE TITRE IUFRO International Congress, Nice 2015 Global challenges of air pollution and climate change to the public forest management in France Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque Manuel Nicolas

Plus en détail

Fertiliser le maïs autrement

Fertiliser le maïs autrement Fertiliser le maïs autrement Dans un contexte de renchérissement des ressources en azote organique et de recherche de plus d autonomie, les agriculteurs biologiques picards et leurs conseillers au sein

Plus en détail

Du plan à la réalisation : l aventure pour le choix d un terreau performant EXPO-FIHOQ - Sainte-Hyacinthe 16 novembre 2011

Du plan à la réalisation : l aventure pour le choix d un terreau performant EXPO-FIHOQ - Sainte-Hyacinthe 16 novembre 2011 Du plan à la réalisation : l aventure pour le choix d un terreau performant EXPO-FIHOQ - Sainte-Hyacinthe 16 novembre 2011 André Nadeau, architecte paysagiste, membre agréé de l Association des architectes

Plus en détail

1. INTRODUCTION TITRE DE LA PRÉSENTATION : Adrien N Dayegamiye, Ph.D., agronome Chercheur senior, IRDA Professeur associé, Université Laval Québec

1. INTRODUCTION TITRE DE LA PRÉSENTATION : Adrien N Dayegamiye, Ph.D., agronome Chercheur senior, IRDA Professeur associé, Université Laval Québec TITRE DE LA PRÉSENTATION : La contribution en azote du sol reliée à la minéralisation de la MO : facteur climatique et régies agricoles influençant les taux de minéralisation d azote AUTEUR : Adrien N

Plus en détail

Factsheet sur le programme de développement rural 2014-2020 de Mayotte (France)

Factsheet sur le programme de développement rural 2014-2020 de Mayotte (France) Factsheet sur le programme de développement rural 2014-2020 de Mayotte (France) La Commission européenne a formellement adopté le Programme de développement rural (PDR) de Mayotte le 13 février 2015 qui

Plus en détail

Gérer définitivement les problèmes de mousse

Gérer définitivement les problèmes de mousse Gérer définitivement les problèmes de mousse Tuer la mousse n est pas un problème mais pour l éliminer définitivement, il faudra identifier la ou les origines de sa présence et y remédier Quelles sont

Plus en détail

VILLE DE SAINTRY SUR SEINE. Faire son compost chez soi...

VILLE DE SAINTRY SUR SEINE. Faire son compost chez soi... Faire son compost chez soi... Le compostage individuel Pourquoi? Moins de déchets dans nos poubelles : Détourner les déchets verts et de la collecte et du traitement Limiter les nuisances liées à la gestion

Plus en détail

Les sols, terreau fertile pour l EDD Fiche activité 3 Que contient un sol?

Les sols, terreau fertile pour l EDD Fiche activité 3 Que contient un sol? Les sols, terreau fertile pour l EDD Fiche activité 3 Que contient un sol? Introduction La vie végétale et animale, telle que nous la connaissons, n'existerait pas sans la terre fertile qui forme à la

Plus en détail

Anne Vanasse, agr., Ph.D. Université Laval. Le chapitre 3. Les rédacteurs

Anne Vanasse, agr., Ph.D. Université Laval. Le chapitre 3. Les rédacteurs La gestion du ph du sol Anne Vanasse, agr., Ph.D. Université Laval Le chapitre 3 Les rédacteurs Anne Vanasse (responsable) Marc Hébert Lotfi Khiari Sébastien Marchand Abdo Badra Hélène Moore 1 Introduction

Plus en détail

La campagne 2004/05 a vu des livraisons globalement stables:

La campagne 2004/05 a vu des livraisons globalement stables: Conférence de presse UNIFA - 23 septembre 2005 Sommaire Le marché des engrais : campagne 2004-2005 La hausse des prix de l énergie pèse sur la nouvelle campagne Le contexte réglementaire : la nouvelle

Plus en détail

Présenté par : Dr Asmae Nouira. Novembre Hanoi -2007. Journées Scientifiques Inter-Réseaux AUF

Présenté par : Dr Asmae Nouira. Novembre Hanoi -2007. Journées Scientifiques Inter-Réseaux AUF Efficacité du semis direct à contrer l érosion hydrique en milieu agricole : mise en évidence à l'aide des techniques de radioéléments, de modélisation et de mesures aux champs (MAROC-CANADA) Présenté

Plus en détail

à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. s impose afin d adapter le système retenu

à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. s impose afin d adapter le système retenu Dans tous les cas, une étude préalable s impose afin d adapter le système retenu à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. FICHE N 1 Pour les effluents avec une réelle

Plus en détail

Implications pour la conception et la mise en œuvre de la politique et pour la recherche: une étude de cas

Implications pour la conception et la mise en œuvre de la politique et pour la recherche: une étude de cas Jour 20 Implications pour la conception et la mise en œuvre de la politique et pour la recherche: une étude de cas Par François Kamajou, Université de Dschang Table des matières Introduction 1. L'impact

Plus en détail

CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1

CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1 Réf. : 13CSFL35 CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1 Mis à jour en Décembre 2012 Préambule Ce document a pour objet de fournir les caractéristiques générales des levures fraîches de

Plus en détail

C est dans ce contexte que le CIRDES organise une formation régionale sur le thème cité en titre.

C est dans ce contexte que le CIRDES organise une formation régionale sur le thème cité en titre. TERMES DE REFERENCES Cours régional de formation sur la gestion des risques dans les systèmes de production de polycultures-élevage en Afrique sub-saharienne du 12 au 22 mai 2014 1. CONTEXTE L une des

Plus en détail

Notes d adaptation des sous-tâches : Sous-tâche #1

Notes d adaptation des sous-tâches : Sous-tâche #1 Notes d adaptation des sous-tâches : Sous-tâche #1 1) - Discussion de l aspect physique de votre région (Y-a-t-il des collines, des lacs, des rivières etc.?) - À l aide d un atlas identifiez les formes

Plus en détail

RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008

RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008 C.R.E.A.B. MIDI-PYRENEES CENTRE REGIONAL DE RECHERCHE ET D EXPERIMENTATION EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE MIDI-PYRENEES RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008

Plus en détail

Par Akoété Ega AGBODJI FASEG/Université de Lomé

Par Akoété Ega AGBODJI FASEG/Université de Lomé CSI- Afrique Renforcement des interventions dans le domaine de la politique économique et sociale Atelier de développement des compétences des chercheurs des syndicaux Session 6 Les méthodes et procédures

Plus en détail

CRITERES D EXAMEN DE VARIETES EN VUE DE LEUR ADMISSION AU CATALOGUE POMMES DE TERRE (Solanum tuberosum L.) - 13/12/2013

CRITERES D EXAMEN DE VARIETES EN VUE DE LEUR ADMISSION AU CATALOGUE POMMES DE TERRE (Solanum tuberosum L.) - 13/12/2013 1/9 CRITERES D EXAMEN DE VARIETES EN VUE DE LEUR ADMISSION AU CATALOGUE POMMES DE TERRE (Solanum tuberosum L.) - 13/12/2013 I. EXAMEN DE LA DISTINCTION, L HOMOGENEITE ET DE LA STABILITE (D.H.S.). L examen

Plus en détail

Semis direct du maïs

Semis direct du maïs Département fédéral de l'économie DFE Station de recherche Agroscope Reckenholz-Tänikon ART Semis direct du maïs Etude comparative de différents semoirs pour semis direct Bernhard Streit Journée d information

Plus en détail

Réseau Africain des Organismes de Bassin RAOB African Network of Basin Organizations - ANBO ASSEMBLEE GENERALE GENERAL ASSEMBLY

Réseau Africain des Organismes de Bassin RAOB African Network of Basin Organizations - ANBO ASSEMBLEE GENERALE GENERAL ASSEMBLY Réseau Africain des Organismes de Bassin RAOB African Network of Basin Organizations - ANBO ASSEMBLEE GENERALE GENERAL ASSEMBLY Johannesburg (Afrique du Sud) 4 au 7 mars 2007 Johannesburg (South Africa)

Plus en détail

PIC Meeting, 9 et 10 juin 2015 à Angers

PIC Meeting, 9 et 10 juin 2015 à Angers PIC Meeting, 9 et 10 juin 2015 à Angers Saisissez l opportunité du PIC Meeting pour participer à des groupes de travail internationaux, intégrer les projets européens et rencontrer vos futurs partenaires.

Plus en détail

Une conférence-débat proposée par l Institut National de la Recherche Agronomique

Une conférence-débat proposée par l Institut National de la Recherche Agronomique Economies d'énergies dans les procédés agro-alimentaires : l'optimisation coût/qualité, un équilibre pas si facile à maîtriser Une conférence-débat proposée par l Institut National de la Recherche Agronomique

Plus en détail

L entretien du gazon simplement

L entretien du gazon simplement GAZON L entretien du gazon simplement Pour un gazon bien vert et dense, une fumure adaptée et une tonte régulière sont les mesures d entretien les plus importantes. Un gazon bien nourri sera dense et résistant.

Plus en détail

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO INADES-Formation Togo B.P. 12 472 Lomé TEL. (228) 225-92-16 FAX : (228) 225-92-17 inadesformation@if-togo.net EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO Présentée par N Key Kwami AMONA Directeur

Plus en détail

La base de données régionale sur les sols. d Alsace. La base de données régionale sur les sols d Alsace

La base de données régionale sur les sols. d Alsace. La base de données régionale sur les sols d Alsace 3 outils complémentaires pour connaître les sols en Alsace La base de données régionale sur les sols d Alsace Le guide des sols d Alsace La base de données régionale sur les sols Le réseau de mesure de

Plus en détail

«Suivi d un projet Livelihoods» Medan, Indonésie 7 au 11 octobre 2013

«Suivi d un projet Livelihoods» Medan, Indonésie 7 au 11 octobre 2013 «Suivi d un projet Livelihoods» Medan, Indonésie 7 au 11 octobre 2013 Mangroves, Sénégal Hellio-Vaningen En octobre 2013, dans le cadre d un partenariat entre la Convention de Ramsar et le Groupe Danone,

Plus en détail

Matériels et méthodes Résultats

Matériels et méthodes Résultats Réseau PRO, référencement des Produits Résiduaires Organiques dans un système d information mutualisé Bell Alix 1, Michaud Aurélia 1, Schaub Anne 2, Trochard Robert 3, Sagot Stéphanie 4, Dumont Solène

Plus en détail

Note récapitulative : culture de Taillis à très Courte Rotation (TtCR) de saules

Note récapitulative : culture de Taillis à très Courte Rotation (TtCR) de saules Convention de production et de vente de TtCR de saule Note récapitulative : culture de Taillis à très Courte Rotation (TtCR) de saules 1. Généralités Le taillis à très courte rotation (TtCR) est une culture

Plus en détail

La réduction des pertes et gaspillages alimentaires : une nécessité face au changement climatique

La réduction des pertes et gaspillages alimentaires : une nécessité face au changement climatique Séminaire Alimentation et Changement climatique DIM Astréa et DIM R2DS 4 décembre 2014 La réduction des pertes et gaspillages alimentaires : une nécessité face au changement climatique Barbara REDLINGSHÖFER,

Plus en détail

Quelques éléments de bibliographie :

Quelques éléments de bibliographie : Quelques éléments de bibliographie : La plupart des données et schémas sont issus des travaux de recherche du Laboratoire d Ecologie du Sol et de Biologie des Populations, Université de Rennes 1 (Cluzeau

Plus en détail

Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars

Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars Agriculture et industrie Consommations d énergie finale et émissions de GES Industrie : ¼ des consommations d énergie Plus de 30% si l on cumule

Plus en détail

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Introduction INTRODUCTION La mise en décharge, dans le respect de l environnement, de certains types de déchets est un complément important

Plus en détail

DAIRYMAN aux Pays-Bas

DAIRYMAN aux Pays-Bas DAIRYMAN aux Pays-Bas Frans Aarts, Wageningen-UR 15 October 2013 Le secteur laitiers Néerlandais: Une place importante Une production intensive 65% des surfaces agricoles dédiées à la production laitière

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET SESSION 2011 France métropolitaine BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE ÉPREUVE N 2 DU PREMIER GROUPE ÉPREUVE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE Option : Génie des équipements agricoles Durée : 3 heures 30 Matériel(s)

Plus en détail

diffusion externe les services d'orange pour l agriculture en Afrique

diffusion externe les services d'orange pour l agriculture en Afrique les services d'orange pour l agriculture en Afrique ce catalogue a pour objectif d éclairer sur les méthodes développées par Orange pour améliorer la productivité dans le monde rural 2 sommaire 1 2 3 l'apport

Plus en détail

Lettre de rappel sur HODUFLU

Lettre de rappel sur HODUFLU Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche DEFR Office fédéral de l agriculture Secteur Paiements directs - Programmes Département fédéral de l environnement, des transports,

Plus en détail

Panorama de la RDC. La situation économique générale en RDC Les principaux indicateurs conjoncturels L activité bancaire

Panorama de la RDC. La situation économique générale en RDC Les principaux indicateurs conjoncturels L activité bancaire Panorama de la RDC La situation économique générale en RDC Les principaux indicateurs conjoncturels L activité bancaire La situation économique générale en RDC ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL SUR LE PLAN ÉCONOMIQUE

Plus en détail

Mois d approvisionnement alimentaire adéquat (MAHFP) pour la mesure de l accès alimentaire des ménages: Guide d indicateurs VERSION 4

Mois d approvisionnement alimentaire adéquat (MAHFP) pour la mesure de l accès alimentaire des ménages: Guide d indicateurs VERSION 4 Mois d approvisionnement alimentaire adéquat (MAHFP) pour la mesure de l accès alimentaire des ménages: Guide d indicateurs VERSION 4 Juin 2010 Paula Bilinsky Anne Swindale FANTA FHI 360 1825 Connecticut

Plus en détail

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE CONCEVOIR ET GÉRER DES AMAS DE FUMIER SOLIDE AU CHAMP UNE MEILLEURE CONNAISSANCE pour un meilleur environnement En 2002, le Règlement sur les exploitations agricoles (REA) prévoyait l échéance des dispositions

Plus en détail

MULTI-LEVEL ASSESSMENT OF LAND DEGRADATION: THE CASE OF VIETNAM

MULTI-LEVEL ASSESSMENT OF LAND DEGRADATION: THE CASE OF VIETNAM DISS. ETH NO. 21980 MULTI-LEVEL ASSESSMENT OF LAND DEGRADATION: THE CASE OF VIETNAM A thesis submitted to attain the degree of DOCTOR OF SCIENCES of ETH ZURICH (Dr. Sc. ETH Zurich) presented by MANH QUYET

Plus en détail

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN ATELIER REGIONAL AFRIQUE SUR LE FONDS POUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES: POUR UNE MEILLEURE INTEGRATION DES COMMUNAUTES VULNERABLES BÉNIN ATLANTIQUE BEACH HÔTEL, COTONOU, 29 ET 30 AVRIL 2012

Plus en détail

10 en agronomie. Domaine. Les engrais minéraux. Livret d autoformation ~ corrigés. technologique et professionnel

10 en agronomie. Domaine. Les engrais minéraux. Livret d autoformation ~ corrigés. technologique et professionnel 10 en agronomie Les engrais minéraux Livret d autoformation ~ corrigés 8 Domaine technologique et professionnel Collection dirigée par Madeleine ASDRUBAL Ingénieur d agronomie ENESAD Département des Sciences

Plus en détail

PRESENTATION DES PROGRAMMES

PRESENTATION DES PROGRAMMES REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE UNION DISCIPLINE - TRAVAIL PROGRAMME NATIONAL D INVESTISSEMENT AGRICOLE (PNIA 2010 2015) PRESENTATION DES PROGRAMMES ((Documentt proviissoiire)) Mai 2010 Table des matières

Plus en détail

CLIMAGRI : Guide méthodologique et guide des facteurs d émissions et références utilisées Facteurs Juin 2011

CLIMAGRI : Guide méthodologique et guide des facteurs d émissions et références utilisées Facteurs Juin 2011 CLIMAGRI : Guide méthodologique et guide des facteurs d émissions et références utilisées Facteurs Juin 2011 Guide réalisé par : Sylvain Doublet, SOLAGRO (sylvain.doublet@solagro.asso.fr) Contact ADEME

Plus en détail

Image 1 : Récolte de l arachide à maturité et dans de bonnes conditions

Image 1 : Récolte de l arachide à maturité et dans de bonnes conditions Q: Que voyez-vous sur l image? La plante d arachide se déracine facilement et la gousse est bien sèche à l intérieur. L arachide est mure. Q: Quels sont les critères de maturité de l arachide? L arachide

Plus en détail

ExPost. Aménagements de bas-fonds. septembre 2007. Division Évaluation et capitalisation Série Note de Synthèse

ExPost. Aménagements de bas-fonds. septembre 2007. Division Évaluation et capitalisation Série Note de Synthèse Division Évaluation et capitalisation Série Note de Synthèse n 02 septembre 2007 expost ExPost Aménagements de bas-fonds en Guinée forestière ExPost est une note de synthèse qui présente sur un thème ou

Plus en détail

Typologie à dire d expert des systèmes de production agricole du district de Cho Don, province de Bac Kan

Typologie à dire d expert des systèmes de production agricole du district de Cho Don, province de Bac Kan Typologie à dire d expert des systèmes de production agricole du district de Cho Don, province de Bac Kan Jean-Christophe Castella Institut de Recherche pour le Développement (IRD) et International Rice

Plus en détail

LES PLATEFORMES MULTI-ACTEURS, UNE ALTERNATIVE POUR L ACCES DES FEMMES AUX PARCS A KARITE : CAS D E L U N I O N D E S

LES PLATEFORMES MULTI-ACTEURS, UNE ALTERNATIVE POUR L ACCES DES FEMMES AUX PARCS A KARITE : CAS D E L U N I O N D E S LES PLATEFORMES MULTI-ACTEURS, UNE ALTERNATIVE POUR L ACCES DES FEMMES AUX PARCS A KARITE : CAS D E L U N I O N D E S G R O U P E M E N T S D E P R O D U C T R I C E S D E S P R O D U I T S D U K A R I

Plus en détail

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO-

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- ALIMENTAIRE AU QUÉBEC RÉSULTATS D UNE CONSULTATION DES ACTEURS DU SECTEUR AGROALIMENTAIRE AU SUJET DE LEUR CONFIANCE ENVERS LEURS PERSPECTIVES FUTURES Préparé pour l Union

Plus en détail

Essais sur l apport de différents types de matières organiques appliquées en bande à l implantation d un verger de cassis.

Essais sur l apport de différents types de matières organiques appliquées en bande à l implantation d un verger de cassis. Programme d appui pour un secteur agroalimentaire innovateur Essais sur l apport de différents types de matières organiques appliquées en bande à l implantation d un verger de cassis. Rapport final n 11-321

Plus en détail

LIVRET D AMENAGEMENT. VetAgro Sup, agro campus de Clermont Ferrand

LIVRET D AMENAGEMENT. VetAgro Sup, agro campus de Clermont Ferrand 22 09 2010 VetAgro Sup, agro campus de Clermont Ferrand Mathieu BOOGHS Guillaume COUEPEL Caroline COUFFIGNAL Aurore DESGROUX Morgane GRASSELLY Estelle PAULHIAC LIVRET D AMENAGEMENT Vulgarisation d une

Plus en détail