GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO"

Transcription

1 GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Janvier Module : Gérer les conflits Modifié en décembre 2010 Révisé en décembre 2012 Révisé en décembre

2 Objectif du guide L objectif du guide est de vous aider, votre équipe et vous, à mieux comprendre les processus et à trouver des façons d améliorer les soins axés sur le travail d équipe dans votre organisation de soins primaires. Le guide est divisé en dix modules indépendants. Chaque module contient des renseignements généraux et du contenu théorique liés au sujet (partie A). Certains modules (modules 3, 4, 7 et 10) contiennent aussi des outils et des ressources complémentaires sur le sujet (partie B). Les modules ne se suivent pas. Choisissez un module qui aborde le problème que vous avez ciblé et servez-vous des outils qui s appliquent le mieux à votre cas. Le module d introduction contient des renseignements généraux sur les équipes interdisciplinaires, la collaboration interprofessionnelle en soins de santé et les types d équipes. Il contient aussi des remerciements et des notices bibliographiques. Avant d entamer une des activités proposées, on recommande à l animateur ou au chef d équipe ainsi qu aux participants de passer en revue l ensemble du module. Cette lecture leur permettra d avoir pris connaissance de toute l information nécessaire pour participer aux discussions. Chaque organisation de soins primaires désigne qui sera responsable de superviser la constitution de l équipe et de régler les problèmes qui se poseront. Cette tâche incombe généralement à l équipe de leadership actuelle ou à une nouvelle équipe d amélioration de la qualité ou de leadership. De temps en temps, vous pourrez aussi faire appel à une consultante ou à un consultant externe pour animer les activités de consolidation d équipe, bien que de l animation externe ne soit pas nécessaire pour ces modules. L ensemble des modules se trouve sur notre site Web à soit les modules suivants : Introduction Module 1 : Qu est-ce qu une équipe efficace? Module 2 : Consolider une équipe Module 3 : Clarifier les rôles et les attentes Module 4 : Tirer le meilleur des réunions Module 5 : Évaluer le rendement de l équipe Module 6 : Comprendre le changement Module 7 : Améliorer la collaboration Module 8 : Améliorer la communication Module 9 : Leadership et prise de décisions Module 10 : Gérer les conflits L expression «organisation de soins primaires» renvoie à un groupe de fournisseurs, de professionnels paramédicaux et d autre personnel au sein d une équipe de santé familiale (ESF), d un centre de santé communautaire (CSC), d une clinique dirigée par du personnel infirmier praticien (clinique DPIP) ou d un autre modèle de pratique à plusieurs fournisseurs. Plusieurs équipes peuvent faire partie d une seule organisation. Dans le cas d un modèle de pratique à un seul fournisseur, «organisation» peut renvoyer à un fournisseur individuel et au personnel. 2

3 Gérer les conflits Partie A Qu est-ce qu on entend par «conflit»? Un conflit surgit quand au moins une partie croit que les gestes posés ou les gestes prévus par l autre partie menacent de porter atteinte à ses intérêts. Il peut surgir entre deux personnes ou au sein de toute une équipe. Des sources de conflit surgissent quotidiennement. Des réactions provoquées par les circonstances ou les gestes d autrui peuvent entraîner un conflit. Les valeurs apprises, les préjugés et les expériences de vie sont à l origine de telles réactions. Le perfectionnement des compétences en communication interpersonnelle peut grandement faciliter le processus de résolution de conflits. Voici des sources de conflits : des ressources limitées; les besoins humains; une incompatibilité des valeurs et des croyances; des structures à l extérieur de l équipe ou de l organisation de soins primaires; des intérêts divergents et apparemment incompatibles. Apprendre à connaître les styles de gestion des conflits peut être utile à n importe quelle étape de la constitution d une équipe, notamment pendant la rébellion. Les exercices suivants peuvent être animés par une personne à l interne qui se sent à l aise à l idée d animer des discussions sur le conflit. L animation par une personne de l extérieur est recommandée si les conflits sont nombreux ou si personne ne se sent à l aise à l idée d animer des discussions sur le sujet. Dans la mesure du possible, il est avantageux d avoir un groupe suffisamment gros comportant un éventail de disciplines et de professions. Ainsi, il y aura également un éventail de styles de gestion des conflits. Liste de contrôle pour systèmes de gestion des conflits La liste de contrôle suivante, adaptation de celle de Conbere 1, présente les mécanismes possibles pour reconnaître, désamorcer ou résoudre des conflits au sein d une équipe. Utilisezla pour évaluer le rendement de votre organisation de soins primaires en la matière. Elle peut aussi servir de sondage pour recueillir les divers points de vue de membres de l équipe et constituer une vue d ensemble des stratégies à mettre en place. En outre, chaque question peut servir à entamer une discussion sur des sujets précis dans une réunion d équipe. Avons-nous des solutions pour prévenir, reconnaître et résoudre des problèmes en tous genres? Avons-nous une culture qui appuie la résolution des conflits à leur plus simple expression par la négociation directe, et qui favorise la discussion sur les conflits? Avons-nous une culture qui permet de croire que les erreurs et les problèmes sont des occasions d apprendre? Avons-nous des politiques clairement établies sur la manière de résoudre les conflits? Avons-nous fait participer divers intervenants de l organisation à la conception de notre système? 1 J. CONBERE, «Theory Building for Conflict Management System Design», Conflict Resolution Quarterly, vol. 19, n o 2, 2001, p

4 Les personnes responsables d appliquer les politiques connaissent-elles leurs rôles et leurs responsabilités? Notre système est-il suffisamment flexible pour répondre aux différents besoins tout en respectant la diversité? Quels sont les documents que nous devons revoir pour appuyer la résolution de conflits (descriptions d emploi, manuels, politiques relatives au personnel, etc.)? Existe-t-il plusieurs solutions pour aborder les conflits avec les personnes ayant un pouvoir décisionnel? Dans notre organisation, est-ce que les chefs en font assez pour favoriser la résolution des conflits? Avons-nous un organisme constitué de divers groupes d intervenants qui supervise le système? Existe-t-il des possibilités de formation pour le perfectionnement des compétences nécessaires à la résolution de conflits? Les ressources sont-elles suffisantes pour appuyer le système que nous avons conçu? Existe-t-il des incitatifs organisationnels pour prévenir et résoudre les conflits? Avons-nous une stratégie de communication permettant à chaque personne de l organisation de savoir à quoi s attendre? Évaluons-nous notre système? S il y a lieu, apportons-nous les changements nécessaires? Les styles de gestion des conflits Le tableau suivant dresse une liste de différents styles de gestion des conflits 2 : Style de conflit L évitement L adaptation Le compromis La compétition La collaboration Description On espère que le problème disparaîtra et qu on évitera le conflit. Aucune attention n est portée sur ses propres besoins ni sur ceux de l autre. Pour éviter le conflit, on peut laisser tomber la question, choisir la diplomatie ou simplement se retirer d une situation menaçante. Cet outil est efficace si le moment, le lieu ou la santé personnelle sont tels qu il est inopportun de poursuivre la discussion. On répond aux préoccupations et aux besoins de l autre tout en ignorant les nôtres. On se range au point de vue de l autre. Ce style est utilisé pour coopérer avec l autre sans faire valoir ses propres préoccupations. On cherche une solution acceptable qui satisfera d une certaine façon les deux parties. Chacune des parties cède quelque chose pour trouver une solution acceptable pour les deux parties. La méthode du compromis peut fonctionner lorsque les deux parties souhaitent la même chose, mais qu une seule peut l obtenir. Il s agit d un style autoritaire où la personne se sert de son contrôle sur les ressources pour faire valoir ses propres besoins. La compétition peut se traduire par la tentative de gagner, d obtenir ce que l on veut. Elle est utilisée lorsqu aucune importance n est accordée aux intérêts de l autre. Ce style est pratique lorsqu un principe ou un besoin important est en jeu. On cherche une solution qui répond aux besoins et aux préoccupations des deux parties. La collaboration demande du temps, il faut tenir compte des enjeux et des intérêts à l origine de la position des deux parties. Cette méthode combine la recherche de nouvelles solutions et la création de solutions gagnantes pour tous. 2 P.B. KESTNER et L. RAY, The Conflict Resolution Training Program: Leaders Manual,

5 La partie B contient ces exercices et activités qui abordent les thèmes du module : 10.1 : Comprendre les comportements dans les discussions, les débats et les conflits 10.2 : Systèmes de gestion des conflits 10.3 : Définir les styles de gestion des conflits 10.4 : Analyser un cas de conflit 5

6 Gérer les conflits Partie B Activité 10.1 : Comprendre les comportements dans les discussions, les débats et les conflits Préparation : Revoir la partie A du module 10 Temps requis pour l activité : De 30 à 40 minutes Matériel : Document à distribuer Stylos Le document suivant doit être distribué au groupe : Feuille de travail L objectif de l activité est d élaborer des normes sur la manière d entamer une discussion, de débattre d une question et de gérer un conflit. Marche à suivre : 1. Demandez à chacun d écrire ses préférences personnelles en matière de comportements acceptables et inacceptables dans une discussion, un débat et un conflit. o Ces comportements peuvent avoir trait au langage utilisé, au ton de la voix, au contenu émotif, aux attentes en matière d engagement et de participation, aux distractions et à la durée d une intervention. 2. Chaque membre de l équipe expose ses préférences au reste de l équipe tandis qu une personne prend note des similitudes et des différences. 3. Discutez ensemble des préférences en accordant une attention particulière aux éléments qui diffèrent. o Concertez-vous sur les comportements acceptables et inacceptables. Chaque membre doit pouvoir y adhérer. o Le chef peut avoir un rôle important à jouer pour faciliter l entente. 6

7 Activité 10.1 : Comprendre les comportements dans les discussions, les débats et les conflits Feuille de travail L objectif de l activité est d élaborer des normes sur la manière d entamer une discussion, de débattre d une question et de gérer un conflit. 1 ère étape : Quelles sont vos préférences personnelles en matière de comportements acceptables et inacceptables dans une discussion, un débat et un conflit? (Songez à des choses comme le langage utilisé, le ton de la voix, le contenu émotif, les attentes en matière d engagement et de participation, les distractions, la durée d une intervention, etc.) 2 e étape : Exposez vos préférences au reste de l équipe. Est-ce qu il y a des similitudes ou des différences dans les préférences des membres de l équipe. 3 e étape : Est-ce qu il y a : des préférences communes? des différences? 4 e étape : Concertez-vous sur les comportements acceptables et inacceptables. Chaque membre doit pouvoir y adhérer. 7

8 Activité 10.2 : Systèmes de gestion des conflits Préparation : Revoir la partie A du module 10 Temps requis pour l activité : De 20 à 30 minutes Matériel : Document à distribuer Stylos Les documents suivant doit être remis aux participants : Sondage sur les systèmes de gestion des conflits La «Liste de contrôle pour systèmes de gestion des conflits» de la partie A (module sur la gestion des conflits) définit des mécanismes possibles pour reconnaître, désamorcer ou résoudre des conflits au sein d une équipe. Elle peut servir à évaluer le rendement de votre organisation de soins primaires en la matière. Utilisez la liste de contrôle comme un sondage 1. Elle peut aussi servir de sondage pour recueillir les divers points de vue de membres de l équipe. Ainsi, vous aurez une vue d ensemble de ce qu il faut mettre en place. 2. Chaque membre de l équipe remplit le sondage de façon anonyme, puis la remet à une seule personne. 3. Ensuite, un petit groupe représentatif de l équipe analyse et résume les données. 4. À la prochaine réunion, communiquez les constatations tirées du sondage à l équipe et entamez une discussion. Utilisez la liste de contrôle dans une discussion 1. Chaque question peut servir à entamer une discussion sur des sujets précis dans une réunion d équipe. Choisissez une série de questions que vous aimeriez approfondir (s il y a lieu, utilisez les données recueillies et analysées après vous être servi de la liste de contrôle comme un sondage). 8

9 Activité 10.2 : Systèmes de gestion des conflits Sondage sur les systèmes de gestion des conflits 3 Le sondage suivant présente les mécanismes possibles pour reconnaître, désamorcer ou résoudre des conflits au sein d une équipe. Répondez au sondage en utilisant une échelle de 1 à 5, où 1 signifie que vous êtes complètement en désaccord avec l énoncé et 5, que vous être complètement d accord. Énoncé Nous avons une culture qui appuie la résolution des conflits à leur plus simple expression par la négociation directe, et qui favorise la discussion sur les conflits. Nous avons une culture qui permet de croire que les erreurs et les problèmes sont des occasions d apprendre. Nous avons des politiques clairement établies sur la manière de résoudre les conflits. Nous avons fait participer divers intervenants de l organisation à la conception de notre système. Notre système est suffisamment flexible pour répondre aux différents besoins tout en respectant la diversité. Il existe plusieurs solutions pour aborder les conflits avec les personnes ayant un pouvoir décisionnel. Dans notre organisation, les chefs en font assez pour favoriser la résolution des conflits. Nous avons un organisme constitué de divers groupes d intervenants qui supervise le système. Il existe des possibilités de formation pour le perfectionnement des compétences nécessaires à la résolution de conflits. Les ressources sont suffisantes pour appuyer le système que nous avons conçu. Il existe des incitatifs organisationnels pour prévenir et résoudre les conflits. Nous avons une stratégie de communication permettant à chaque personne de l organisation de savoir à quoi s attendre. L évaluation du système se fait. S il y a lieu, nous apportons les changements nécessaires. En désaccord Degré d accord D accord 3 J. CONBERE, «Theory Building for Conflict Management System Design», Conflict Resolution Quarterly, vol. 19, no 2, 2001, p

10 Questions ouvertes : Avons-nous des solutions pour prévenir, reconnaître et résoudre des problèmes en tous genres? Les personnes responsables d appliquer les politiques connaissent-elles leurs rôles et leurs responsabilités? Quels sont les documents que nous devons revoir pour appuyer la résolution de conflits (descriptions d emploi, manuels, politiques relatives au personnel, etc.)? 10

11 Activité 10.3 : Les styles de gestion des conflits 4 Préparation : Revoir la partie A du module 10 Temps requis pour l activité : De 20 à 30 minutes Matériel : Documents à distribuer Stylos Les documents suivant doit être remis aux participants : Styles personnels de gestion des conflits Les styles de gestion des conflits Marche à suivre : 1. Demandez au groupe de lire le document Styles de gestion des conflits. 2. Ensuite, demandez à chacun de répondre aux questions suivantes concernant leurs styles personnels de gestion des conflits : o o o o o Décrivez le style de gestion des conflits que vous utilisez le plus souvent au travail. Décrivez le style de gestion des conflits que vous utilisez le plus souvent à la maison. Décrivez le style de gestion des conflits que vous utilisez le plus souvent avec vos amis. Décrivez un style de gestion des conflits qui vous agace. Pourquoi? Décrivez un style de gestion des conflits que vous admirez chez les autres. Pourquoi? 4 K.W. THOMAS et R.K. KILMANN, Conflict Mode Instrument, New York, XICOM,

12 Activité 10.3 : Les styles de gestion des conflits Définir les styles de gestion des conflits 5 Directives : veuillez revoir les renseignements suivants, puis répondez aux cinq questions à débattre qui suivent. L évitement On espère que le problème disparaîtra et qu on évitera le conflit. Aucune attention n est portée sur ses propres besoins ni sur ceux de l autre. Pour éviter le conflit, on peut laisser tomber la question, choisir la diplomatie ou simplement se retirer d une situation menaçante. Cet outil est efficace si le moment, le lieu ou la santé personnelle sont tels qu il est inopportun de poursuivre la discussion. L adaptation On répond aux préoccupations et aux besoins de l autre tout en ignorant les nôtres. On se range au point de vue de l autre. Ce style est utilisé pour coopérer avec l autre sans faire valoir ses propres préoccupations. Le compromis On cherche une solution acceptable qui satisfera d une certaine façon les deux parties. Chacune des parties cède quelque chose pour trouver une solution acceptable pour les deux parties. La méthode du compromis peut fonctionner lorsque les deux parties souhaitent la même chose, mais qu une seule peut l obtenir. La compétition Il s agit d un style autoritaire où la personne se sert de son contrôle sur les ressources pour faire valoir ses propres besoins. La compétition peut se traduire par la tentative de gagner et d obtenir ce que l on veut. Elle est utilisée lorsqu aucune importance n est accordée aux intérêts de l autre. Ce style est pratique lorsqu un principe ou un besoin important est en jeu. La collaboration On cherche une solution qui répond aux besoins et aux préoccupations des deux parties. La collaboration demande du temps, il faut tenir compte des enjeux et des intérêts à l origine de la position des deux parties. Cette méthode combine la recherche de nouvelles solutions et la création de solutions gagnantes pour tous. 5 P.B. KESTNER et L. RAY, The Conflict Resolution Training Program: Leaders Manual,

13 Activité 10.3 : Les styles de gestion des conflits Styles personnels de gestion des conflits 6 Après la lecture du document Définir les styles de gestion des conflits, répondez aux questions ci-dessous à l aide des différents styles de gestion des conflits. 1. Décrivez le style de gestion des conflits que vous utilisez le plus souvent au travail. 2. Décrivez le style de gestion des conflits que vous utilisez le plus souvent à la maison. 3. Décrivez le style de gestion des conflits que vous utilisez le plus souvent avec vos amis. 4. Décrivez un style de gestion des conflits qui vous agace. Pourquoi? 5. Décrivez un style de gestion des conflits que vous admirez chez les autres. Pourquoi l admirez-vous? 6 K.W. THOMAS et R.K. KILMANN, Conflict Mode Instrument, New York, XICOM,

14 Activité 10.4 : Analyser un cas de conflit 7 Préparation : Revoir la partie A du module 10 Temps requis pour l activité : 30 minutes par scénario Matériel : Documents à distribuer Stylos Les documents suivant doit être remis aux participants : Scénarios de conflit Outil d analyse des conflits Feuille de travail 1 ère étape : Demandez au groupe de lire les scénarios du document Scénarios de conflit. * Remarque : vous pouvez choisir d utiliser un ou plusieurs scénarios pendant une réunion. Chaque scénario dure environ 30 minutes. 2 e étape : Entamez une discussion sur les scénarios en posant les questions suivantes (cela devrait fonctionner comme un exercice de remue-méninges pour connaître la diversité de points de vue sur le conflit) : 1. Énumérez les facteurs qui alimentent le conflit. 2. Qui sont les intéressés? Directement ou indirectement? 3. Quels sont les effets du conflit sur les personnes? Sur le travail? 4. Quels sont les intérêts de chacune des parties (préoccupations, espoirs, attentes, craintes, croyances, présupposés, priorités)? 1 er scénario : Une travailleuse sociale a eu la directive de faire un travail dans un délai serré pour l administrateur de la Clinique Touteville. Le travail a été effectué dans le délai prévu. Le chef d équipe l a ensuite retourné avec une note qui disait : «Veuillez recommencer, il manque beaucoup d éléments.» En réalité, il ne manquait aucun élément. La travailleuse sociale est allée voir le chef d équipe et lui a demandé de lui consacrer quelques minutes pour discuter à un moment qui lui conviendrait. La réponse a été la suivante : «Ce n est pas le moment, mais asseyez-vous quand même». Il a ensuite dit à la travailleuse sociale à quel point il a été déçu du travail qu elle avait effectué. Lorsque la travailleuse sociale a tenté de préciser que les éléments manquants se trouvaient au verso de la page, elle ne s est pas sentie écoutée. Le chef d équipe a continué en soulignant d autres erreurs. Son langage non verbal continuait d être dédaigneux et il ne montrait aucune gratitude pour le travail qu elle avait effectué dans le court délai. 2 e scénario : Plusieurs personnes ont été embauchées pour un poste à la Clinique Touteville puis sont parties au courant de l année en raison de difficultés à travailler avec un médecin en particulier, bien que ces problèmes aient rarement été rendus publics. Des membres du personnel ont remarqué ce roulement et ont commencé à se demander si ces personnes avaient été renvoyées et ce qu elles pouvaient avoir fait. Un sentiment d appréhension régnait dans la Clinique 7 ASSOCIATION DES CENTRES DE SANTÉ DE L ONTARIO. Bâtir de meilleures équipes : des outils pour consolider le travail des équipes interdisciplinaires dans les Centres de santé communautaires, Toronto, Association des centres de santé de l Ontario,

15 Touteville. Des rumeurs se sont mises à circuler et des membres du personnel ont commencé à dire du mal les uns des autres à leur insu. Des personnes se sont senties menacées et moins en mesure de parler librement. 3 e scénario : La petite équipe de la Clinique Touteville offre des services dans diverses disciplines. Le personnel a le sentiment d être traité de manière équitable, sauf dans un cas. Le centre a conçu un programme éducatif pour aborder le problème de la forte incidence de diabète dans la communauté. Le promoteur de la santé, la diététiste, l infirmière praticienne et le médecin avaient tous un rôle à jouer dans l atelier. Toutefois, le temps du médecin et de l infirmière praticienne semblait avoir davantage de valeur que celui des autres. Le promoteur de la santé et la diététiste étaient ceux qui devaient faire toute la publicité, la préparation de la salle, la préparation des boissons et le nettoyage après l atelier. Le médecin et l infirmière praticienne se présentaient pour animer leur partie de l atelier puis s en allaient. Ni le médecin ni l infirmière praticienne ne s étaient portés volontaires pour effectuer les tâches habituelles. Personne ne leur a directement demandé d aide non plus. 15

16 Activité 10.4 : Analyser un cas de conflit Scénarios de conflit 8 1 ère étape : Lisez le scénario du document Scénarios de conflit. 2 e étape : Discuter des questions suivantes avec vos collègues : 1 er scénario On a demandé à une travailleuse sociale de faire un travail dans un délai serré pour l administrateur de la Clinique Touteville. Le travail a été effectué dans le délai prévu. Le chef d équipe l a ensuite retourné avec une note qui disait : «Veuillez recommencer, il manque beaucoup d éléments.» En réalité, il ne manquait aucun élément. La travailleuse sociale est allée voir le chef d équipe et lui a demandé de lui consacrer quelques minutes pour discuter à un moment qui lui conviendrait. La réponse a été la suivante : «Ce n est pas le moment, mais asseyez-vous quand même». Il a ensuite dit à la travailleuse sociale à quel point il a été déçu du travail qu elle avait effectué. Lorsque la travailleuse sociale a tenté de préciser que les éléments manquants se trouvaient au verso de la page, elle ne s est pas sentie écoutée. Le chef d équipe a continué en soulignant d autres erreurs. Son langage non verbal continuait d être dédaigneux et il ne montrait aucune gratitude pour le travail qu elle avait effectué dans le court délai. 2 e scénario Plusieurs personnes ont été embauchées pour un poste à la Clinique Touteville puis sont parties au courant de l année en raison de difficultés à travailler avec un médecin en particulier, bien que ces problèmes aient rarement été rendus publics. Des membres du personnel ont remarqué ce roulement et ont commencé à se demander si ces personnes avaient été renvoyées et ce qu elles pouvaient avoir fait. Un sentiment d appréhension régnait dans l équipe. Des rumeurs se sont mises à circuler et des membres du personnel ont commencé à dire du mal les uns des autres à leur insu. Des personnes se sont senties menacées et moins en mesure de parler librement. 3 e scénario La petite équipe de la Clinique Touteville offre des services dans diverses disciplines. Le personnel a le sentiment d être traité de manière équitable, sauf dans un cas. Le centre a conçu un programme éducatif pour aborder le problème de la forte incidence de diabète dans la communauté. Le promoteur de la santé, la diététiste, l infirmière praticienne et le médecin avaient tous un rôle à jouer dans l atelier. Toutefois, le temps du médecin et de l infirmière praticienne semblait avoir davantage de valeur que celui des autres. Le promoteur de la santé et la diététiste étaient ceux qui devaient faire toute la publicité, la préparation de la salle, la préparation des boissons et le nettoyage après l atelier. Le médecin et l infirmière praticienne se présentaient pour animer leur partie de l atelier puis s en allaient. Ni le médecin ni l infirmière praticienne ne s étaient portés volontaires pour effectuer les tâches habituelles. Personne ne leur a directement demandé d aide non plus. 8 ASSOCIATION DES CENTRES DE SANTÉ DE L ONTARIO. Bâtir de meilleures équipes : des outils pour consolider le travail des équipes interdisciplinaires dans les Centres de santé communautaires, Toronto, Association des centres de santé de l Ontario,

17 Activité 10.4 : Analyser un cas de conflit Outil d analyse des conflits Feuille de travail 9 1 ère étape : Lisez le scénario du document Scénarios de conflit. 2 e étape : Discuter des questions suivantes avec vos collègues : 1. Énumérez les facteurs qui alimentent le conflit. 2. Qui sont les intéressés? Directement ou indirectement? 3. Quels sont les effets du conflit sur les personnes? Sur le travail? 4. Quels sont les intérêts de chacune des parties (préoccupations, espoirs, attentes, craintes, croyances, présupposés, priorités)? 5. Quels sont les styles de gestion des conflits utilisés? 6. Quels styles de gestion des conflits seraient plus appropriés? 7. Énumérez toutes les façons possibles de résoudre ce conflit. 9 ASSOCIATION DES CENTRES DE SANTÉ DE L ONTARIO. Bâtir de meilleures équipes : des outils pour consolider le travail des équipes interdisciplinaires dans les Centres de santé communautaires, Toronto, Association des centres de santé de l Ontario,

18 Références ASSOCIATION DES CENTRES DE SANTÉ DE L ONTARIO. Bâtir de meilleures équipes : des outils pour consolider le travail des équipes interdisciplinaires dans les Centres de santé communautaires, Toronto, Association des centres de santé de l Ontario, CONBERE, J. «Theory Building for Conflict Management System Design», Conflict Resolution Quarterly, vol. 19, no 2, 2001, p KESTNER P.B. et L. RAY. The Conflict Resolution Training Program: Leaders Manual, THOMAS, K.W. et R.K. KILMANN. Conflict Mode Instrument, New York, XICOM,

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 2 : Consolider une équipe

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 2 : Consolider une équipe GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 2 : Consolider une équipe Révisé en décembre 2012 Objectif du guide L objectif du guide est de vous aider, votre

Plus en détail

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 5 : Évaluer le rendement de l équipe

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 5 : Évaluer le rendement de l équipe GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 5 : Évaluer le rendement de l équipe Révisé en décembre 2012 Objectif du guide L objectif du guide est de vous aider,

Plus en détail

PROCESSUS DE RECONNAISSANCE. Programme de reconnaissance des fournisseurs de services de formation en santé et en sécurité au travail

PROCESSUS DE RECONNAISSANCE. Programme de reconnaissance des fournisseurs de services de formation en santé et en sécurité au travail PROCESSUS DE RECONNAISSANCE Programme de reconnaissance des fournisseurs de services de formation en santé et en sécurité au travail INTRODUCTION Travail sécuritaire NB offre un programme de reconnaissance

Plus en détail

Guides d introduction sur l amélioration de la qualité. Guide d introduction sur le travail d équipe

Guides d introduction sur l amélioration de la qualité. Guide d introduction sur le travail d équipe Guides d introduction sur l amélioration de la qualité Guide d introduction sur le travail d équipe REMERCIEMENTS Ce manuel est le résultat des efforts de Qualité des services de santé Ontario (QSSO).

Plus en détail

COMPORTEMENT ET DISCIPLINE

COMPORTEMENT ET DISCIPLINE COMPORTEMENT ET DISCIPLINE Le comportement des enfants a plusieurs origines. Il n est pas attendu qu une semaine de camp peut régler tous les problèmes de comportement. En tant que moniteurs, vous devez

Plus en détail

direction de l éducation conseil en matière de gouvernance Partie A : L évaluation du rendement de la Partie B : L autoévaluation du rendement du

direction de l éducation conseil en matière de gouvernance Partie A : L évaluation du rendement de la Partie B : L autoévaluation du rendement du CORPORATION DES SERVICES EN ÉDUCATION DE L ONTARIO Programme de perfectionnement professionnel des membres des conseils scolaires Modules 5 Partie A : L évaluation du rendement de la direction de l éducation

Plus en détail

Activités - Mon Journal

Activités - Mon Journal Activités - Mon Journal Volume 64 Les cinq tâches ainsi que les activités d'apprentissage explorent les six grandes compétences énoncées dans le cadre du curriculum en littératie des adultes en Ontario

Plus en détail

Structure établie pour les cours approuvés par le registrateur

Structure établie pour les cours approuvés par le registrateur Structure établie pour les cours approuvés par le registrateur Relativement aux décisions du comité de discipline et du comité d aptitude professionnelle et Exigences applicables aux fournisseurs des cours

Plus en détail

LES OUTILS DU COACHING (partie 2) Par Robert Gingras, CRHA, ACC

LES OUTILS DU COACHING (partie 2) Par Robert Gingras, CRHA, ACC LES OUTILS DU COACHING (partie 2) Par Robert Gingras, CRHA, ACC Voici une série de courts articles que j ai eu le plaisir de rédiger pour le journal La Voix de l Est sur le thème du COACHING : une profession

Plus en détail

Politique : RH-B1 TITRE : Bénévoles. Adopté : 17 avril 2007. CATÉGORIE : Ressources humaines. Dernière révision : 25 janvier 2013

Politique : RH-B1 TITRE : Bénévoles. Adopté : 17 avril 2007. CATÉGORIE : Ressources humaines. Dernière révision : 25 janvier 2013 Politique : RH-B1 TITRE : Bénévoles CATÉGORIE : Ressources humaines SURVEILLANCE : juin 2014 Adopté : 17 avril 2007 Dernière révision : 25 janvier 2013 Révisée le : 20 septembre 2013 Le Centre de santé

Plus en détail

RÈGLES du COMITÉ D AUDIT (le «comité») du CONSEIL D ADMINISTRATION de YELLOW MÉDIA LIMITÉE

RÈGLES du COMITÉ D AUDIT (le «comité») du CONSEIL D ADMINISTRATION de YELLOW MÉDIA LIMITÉE RÈGLES du COMITÉ D AUDIT (le «comité») du CONSEIL D ADMINISTRATION de YELLOW MÉDIA LIMITÉE AUTORITÉ La responsabilité principale de la communication de l information financière et des contrôles et procédures

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

Lignes directrices de pratique - Personnel de soutien

Lignes directrices de pratique - Personnel de soutien Lignes directrices de pratique - Personnel de soutien O r d r e d e s e r g o t h é r a p e u t e s d e l O n t a r i o Sept 2004 Introduction La position de l Ordre sur le personnel de soutien L Ordre

Plus en détail

LE TRAITEMENT DES PLAINTES DANS LES MAISONS DE RETRAITE

LE TRAITEMENT DES PLAINTES DANS LES MAISONS DE RETRAITE LE TRAITEMENT DES PLAINTES DANS LES MAISONS DE RETRAITE Cet article a été initialement publié dans l édition du printemps/été 2013 du bulletin de nouvelles d ACE Disponible à www.acelaw.ca Les différends

Plus en détail

LA PRISE DE DÉCISIONS AU NOM D AUTRUI EN MATIÈRE DE SOINS DE SANTÉ

LA PRISE DE DÉCISIONS AU NOM D AUTRUI EN MATIÈRE DE SOINS DE SANTÉ BUREAU DU TUTEUR ET CURATEUR PUBLIC LA PRISE DE DÉCISIONS AU NOM D AUTRUI EN MATIÈRE DE SOINS DE SANTÉ LE RÔLE DU TUTEUR ET CURATEUR PUBLIC 2 Bureau du Tuteur et curateur public La prise de décisions au

Plus en détail

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE PENSÉE ET VISION STRATÉGIQUE Avoir une perspective globale des enjeux actuels et futurs du client ainsi que de définir des orientations visant

Plus en détail

Communication. Description. Marche à suivre. Activités en ligne et les deux tâches de consolidation. Notions étudiées. Tâche de consolidation

Communication. Description. Marche à suivre. Activités en ligne et les deux tâches de consolidation. Notions étudiées. Tâche de consolidation Communication Description La capacité de communiquer efficacement est une compétence très importante pour réussir au travail. Une bonne communication en milieu de travail permet aux gens de recevoir et

Plus en détail

Prendre l intimidateur par les cornes Cahier d exercices

Prendre l intimidateur par les cornes Cahier d exercices Page # 1 Vitae Dynamics Inc. Prendre l intimidateur par les cornes Cahier d exercices Introduction Le cahier d exercice qui suit est conçu pour vous aider à clarifier les émotions que vous ressentez à

Plus en détail

Travailler efficacement avec votre avocate ou avocat

Travailler efficacement avec votre avocate ou avocat Travailler efficacement avec votre avocate ou avocat (Traduction du webinaire www.lawhelpontario.org/videos/webcast.132633- Working_Effectively_With_Your_Lawyer) Travailler avec une avocate ou un avocat

Plus en détail

Créer un Profil de l apprenant

Créer un Profil de l apprenant Créer un Profil de l apprenant Notes à l enseignant... 5 Outil n o 1 : Profil de l apprenant... 7 Outil n o 2 : Exemple de table des matières du Profil de l apprenant... 8 Outil n o 3 : Cher enseignant

Plus en détail

LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE

LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE Dans ce document, les mots de genre féminin appliqués aux personnes désignent les femmes et les hommes, et vice-versa, si le contexte s y prête. LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE POSITION DE L AIIC

Plus en détail

2 heures. n Les annexes 1.1, 1.2 et 2.1. n Le fichier audio 3.2.1_Fr.mp3 (Activité 2)

2 heures. n Les annexes 1.1, 1.2 et 2.1. n Le fichier audio 3.2.1_Fr.mp3 (Activité 2) Plan de leçon n o 3 Chercher du travail Niveaux NCLC: 2-3 Habiletés langagières NCLC: Expression orale, Compréhension orale, Compréhension écrite Compétences essentielles: Communication verbale, Lecture

Plus en détail

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP.

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. MOBILIS PERFORMA PRÉSENTE LE PROGRAMME DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN, UNE FORMATION ÉLABORÉE

Plus en détail

SYSTÈME D ENCADREMENT DES ÉLÈVES

SYSTÈME D ENCADREMENT DES ÉLÈVES SYSTÈME D ENCADREMENT DES ÉLÈVES OBJECTIFS : Développer des comportements de non-violence et de respect. Amener l élève à développer des habiletés dans la résolution de ses conflits interpersonnels. Assurer

Plus en détail

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Compétences pour les intervenants canadiens en toxicomanie SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Cette documentation est publiée

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION ~ ~ Superviser la qualité et l intégrité de l information financière de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Assurer

Plus en détail

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau. Politique pour contrer le harcèlement

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau. Politique pour contrer le harcèlement Centre de la petite enfance Le Petit Réseau Politique pour contrer le harcèlement Février 2008 2 A- Énoncé et application L objectif premier de cette politique est de consacrer notre souci de prévenir

Plus en détail

Que devez-vous faire à titre de mentor et de moniteur de formation?

Que devez-vous faire à titre de mentor et de moniteur de formation? : Le Guide du compagnon sur la formation d un apprenti Que devez-vous faire à titre de mentor et de moniteur de formation? Soyez d abord fier. Vous êtes sur le point d accomplir un travail exceptionnel

Plus en détail

Faire parvenir les documents suivants à l agent de soutien du programme

Faire parvenir les documents suivants à l agent de soutien du programme Reconnaissances des acquis Crédits d équivalence et exemptions Prendre note : Il n y a aucun frais associés au processus d évaluation du dossier Tous les participants au programme doivent obtenir des crédits

Plus en détail

Questions à se poser pour concevoir, tenir et évaluer une activité de formation en milieu de travail

Questions à se poser pour concevoir, tenir et évaluer une activité de formation en milieu de travail Questions à se poser pour concevoir, tenir et évaluer une activité de formation en milieu de travail Présentation en soutien au webinaire réalisé dans le cadre de la Semaine québécoise des adultes en formation

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE ET DES RESSOURCES HUMAINES

MANDAT DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE ET DES RESSOURCES HUMAINES MANDAT DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE ET DES RESSOURCES HUMAINES 1. Interprétation «administrateur indépendant» désigne un administrateur qui n entretient pas avec la Compagnie ou avec une entité reliée,

Plus en détail

AQAssurance de la qualité

AQAssurance de la qualité AQAssurance de la qualité Guide d Évaluation de l exercice Assurance de la qualité : Guide de l Évaluation de l exercice Pub. No. 54046 Copyright Ordre des infirmières et infirmiers de l Ontario, 2014.

Plus en détail

Toute l équipe du CASC s est engagée à réaliser notre vision et notre mission. Notre vision : Des soins exceptionnels offerts à tous, chaque jour.

Toute l équipe du CASC s est engagée à réaliser notre vision et notre mission. Notre vision : Des soins exceptionnels offerts à tous, chaque jour. Notre CASC en bref Toute l équipe du CASC s est engagée à réaliser notre vision et notre mission. Notre vision : Des soins exceptionnels offerts à tous, chaque jour. Notre mission : Dispenser des services

Plus en détail

PROFIL DE COMPÉTENCES DU GROUPE DE SOUTIEN ADMINISTRATIF

PROFIL DE COMPÉTENCES DU GROUPE DE SOUTIEN ADMINISTRATIF PROFIL DE COMPÉTENCES DU GROUPE DE SOUTIEN ADMINISTRATIF 00 Introduction Qu est-ce qu un profil de compétences? Les compétences sont des manifestations comportementales spécifiques des connaissances, des

Plus en détail

Déroulement de l activité

Déroulement de l activité Enseignement des habiletés sociales au primaire Groupe 4 : Solutions de rechange à l agression Habileté 42 : Accepter des conséquences Chantal Thivierge Fiche de planification Habileté sociale : ACCEPTER

Plus en détail

Domaine : Le management CATALOGUE DE FORMATION 2011-2015

Domaine : Le management CATALOGUE DE FORMATION 2011-2015 Domaine : Le management CATALOGUE DE FORMATION 2011-2015 Sous -domaine : Le management stratégique Sous-domaine : Le management Management : concept, définitions et outils -Connaitre les principes, les

Plus en détail

Comment répondre aux questions d un examen en droit qui sont basées sur des faits

Comment répondre aux questions d un examen en droit qui sont basées sur des faits Comment répondre aux questions d un examen en droit qui sont basées sur des faits Types de questions d examen Un examen en droit peut comporter plusieurs types de questions : à réponse courte, à développement,

Plus en détail

LA PRISE DE DÉCISIONS AU NOM D AUTRUI EN MATIÈRE DE SOINS DE SANTÉ

LA PRISE DE DÉCISIONS AU NOM D AUTRUI EN MATIÈRE DE SOINS DE SANTÉ BUREAU DU TUTEUR ET CURATEUR PUBLIC LA PRISE DE DÉCISIONS AU NOM D AUTRUI EN MATIÈRE DE SOINS DE SANTÉ LE RÔLE DU TUTEUR ET CURATEUR PUBLIC 1 2 Bureau du Tuteur et curateur public La prise de décisions

Plus en détail

Le présent outil est conçu pour aider les employeurs à cerner les problèmes

Le présent outil est conçu pour aider les employeurs à cerner les problèmes Les gens Les partenariats Le savoir Compétences en milieu de travail Compétences essentielles Sondage sur le lieu de travail Le présent outil est conçu pour aider les employeurs à cerner les problèmes

Plus en détail

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes.

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. 1 Règlement extrajudiciaire des différends et droit de la famille FR 001 LE DROIT DE LA FAMILLE ET LES FEMMES EN ONTARIO Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. Renseignez-vous sur vos droits.

Plus en détail

DEMANDE DE RECONNAISSANCE : GUIDE À L INTENTION DES FOURNISSEURS 1

DEMANDE DE RECONNAISSANCE : GUIDE À L INTENTION DES FOURNISSEURS 1 DEMANDE DE RECONNAISSANCE : GUIDE À L INTENTION DES FOURNISSEURS 1 Présenter une demande de reconnaissance pour une activité de formation continue destinée aux travailleurs sociaux et aux thérapeutes conjugaux

Plus en détail

Guide d élaboration du plan d activités et du plan opérationnel

Guide d élaboration du plan d activités et du plan opérationnel Équipes de santé familiale Améliorer les soins de santé familiale Guide d élaboration du plan d activités et du plan opérationnel Mise à jour : juillet 2009 Version 3.0 Table des matières Introduction...3

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Musique instrumentale (deuxième partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Mai 2005 This document is available

Plus en détail

PARTENARIAT CANADIEN POUR LE PROGRÈS

PARTENARIAT CANADIEN POUR LE PROGRÈS PARTENARIAT CANADIEN POUR LE PROGRÈS DANS LES RESSOURCES HUMAINES EN SANTÉ SOMMAIRE DE LA CONFÉRENCE INAUGURALE TENUE LES 8 ET 9 OCTOBRE 2009 À OTTAWA Discussions en panel plénier sur l interprofessionnalisme

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Approuvée par le Conseil d administration le 28 août 2012 CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Le Comité est chargé d aider le Conseil à s acquitter de ses responsabilités

Plus en détail

Feuille d orientation sur la rémunération des fournisseurs de soins interprofessionnels

Feuille d orientation sur la rémunération des fournisseurs de soins interprofessionnels Numéro 3 Feuille d orientation sur la rémunération des fournisseurs de soins interprofessionnels Novembre 2009 Version 1.0 Objet Une série de feuilles d orientation pour la création de cliniques dirigées

Plus en détail

Questions de soins infirmiers : Formation

Questions de soins infirmiers : Formation Questions de soins infirmiers : Formation Introduction La présente fiche d information analyse la formation des infirmières et infirmiers des catégories suivantes : Infirmières et infirmiers autorisés

Plus en détail

Plan de cours. Comportement organisationnel

Plan de cours. Comportement organisationnel ÉCOLE NATIONALE D ADMINISTRATION PUBLIQUE Plan de cours ENP 7106 Comportement organisationnel Hanoi Avril 2011 Joanne Greene, M. Ps. joanne.greene@enap.ca Ce cours permet à l étudiant d approfondir sa

Plus en détail

Code de conduite APPRENDRE ET GRANDIR ENSEMBLE

Code de conduite APPRENDRE ET GRANDIR ENSEMBLE Références PROGSAE-28A Éducation et Enseignement supérieur Manitoba Écoles sûres et accueillantes Code de conduite provincial Interventions et mesures disciplinaires, janvier 2014 Éducation, Citoyenneté

Plus en détail

PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien 2014-2015

PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien 2014-2015 1. Contexte PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien 2014-2015 Dans le passé, on recherchait des superviseurs compétents au plan technique. Ce genre d expertise demeurera toujours

Plus en détail

S ENGAGER DANS UN PROCESSUS DE

S ENGAGER DANS UN PROCESSUS DE Service de psychologie et d orientation S ENGAGER DANS UN PROCESSUS DE CONSULTATION PSYCHOLOGIQUE Ce feuillet a pour but de vous renseigner sur le processus d aide que vous allez entreprendre au Service

Plus en détail

Contenu du Guide du parent

Contenu du Guide du parent Guide des parents Contenu du Guide du parent Introduction du Guide du parent... 3 Les activités avec les parents.... 4 Rencontres personnelles avec le coach... 4 Petites rencontres entre parents et coach....

Plus en détail

Guide de l évaluateur pour les bourses de recherche des IRSC

Guide de l évaluateur pour les bourses de recherche des IRSC Guide de l évaluateur pour les bourses de recherche des IRSC Juin 2015 Table des matières INTRODUCTION... 3 ÉVALUATION PAR LES PAIRS AUX IRSC... 3 RÉSUMÉ DU PROCESSUS D ÉVALUATION PAR LES PAIRS... 3 PHASE

Plus en détail

PRODUITS FORESTIERS RÉSOLU INC. RÈGLES DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION/ DES CANDIDATURES ET DE LA GOUVERNANCE

PRODUITS FORESTIERS RÉSOLU INC. RÈGLES DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION/ DES CANDIDATURES ET DE LA GOUVERNANCE PRODUITS FORESTIERS RÉSOLU INC. RÈGLES DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION/ DES CANDIDATURES ET DE LA GOUVERNANCE En vigueur en date du 1er avril 2014 1. Objet Le comité des ressources

Plus en détail

Les méthodes alternatives de règlement des conflits et le droit de la famille

Les méthodes alternatives de règlement des conflits et le droit de la famille FR001 1 Les méthodes alternatives de règlement des conflits et le droit de la famille Un seul droit de la famille pour toutes les femmes Renseignez-vous sur vos droits fodf Femmes ontariennes et droit

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION

MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION Les règles du comité de vérification qui suivent ont été mises à jour en juin 2009 après un examen annuel de toutes les règles des comités du conseil. I. OBJET Le comité

Plus en détail

La collaboration avec les prestataires de soins non réglementés

La collaboration avec les prestataires de soins non réglementés DIRECTIVE PROFESSIONNELLE La collaboration avec les prestataires de soins non réglementés Mise à jour : 2013 Table des matières Introduction 3 Responsabilités générales des infirmières qui collaborent

Plus en détail

Guide de référence rapide pour la recherche au collégial

Guide de référence rapide pour la recherche au collégial Guide de référence rapide pour la recherche au collégial Daniel Puche, Ph.D., CEGEP de St-Hyacinthe, 2012 Ce guide se veut une référence pratique pour les enseignants-chercheurs dans leurs démarches de

Plus en détail

PROGRAMME DE MENTORAT

PROGRAMME DE MENTORAT CONSEIL SCOLAIRE ACADIEN PROVINCIAL PROGRAMME DE MENTORAT ÉNONCÉ PRATIQUE Le Conseil scolaire acadien provincial désire promouvoir un programme de mentorat qui servira de soutien et d entraide auprès des

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE CORPORATIVE Date de publication 2005-11-17 Date de révision 2015-03-10 Émise et approuvée par Conseil d administration de Uni-Sélect inc. CHARTE DU COMITÉ D AUDIT PARTIE I. STRUCTURE DU COMITÉ 1.

Plus en détail

LA GESTION ET L ENCADREMENT DES BÉNÉVOLES

LA GESTION ET L ENCADREMENT DES BÉNÉVOLES LA GESTION ET L ENCADREMENT DES BÉNÉVOLES Bonjour! Bienvenue à l atelier : «La gestion et l encadrement de bénévoles» Cet atelier a pour but de vous familiariser avec divers éléments de base liés à la

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION ~ ~ Superviser la qualité et l intégrité de l information financière de la Banque ~ ~ Principales responsabilités assurer

Plus en détail

GUIDE D IMPLANTATION D UN PROGRAMME D APPRENTISSAGE EN MILIEU DE TRAVAIL (PAMT)

GUIDE D IMPLANTATION D UN PROGRAMME D APPRENTISSAGE EN MILIEU DE TRAVAIL (PAMT) GUIDE D IMPLANTATION D UN PROGRAMME D APPRENTISSAGE EN MILIEU DE TRAVAIL (PAMT) MARS 2011 Conseil québécois des ressources humaines en tourisme 1 AVANT-PROPOS Ce guide d implantation s adresse spécifiquement

Plus en détail

Ce que les parents devraient savoir

Ce que les parents devraient savoir Renvoi : Ce que les parents devraient savoir Un climat positif à l école et un milieu d apprentissage et d enseignement sécuritaire sont indispensables à la réussite scolaire des élèves. Un climat positif

Plus en détail

RECUEIL DES POLITIQUES PER21-DA PERSONNEL Prévention et règlement du harcèlement/discrimination en milieu de travail

RECUEIL DES POLITIQUES PER21-DA PERSONNEL Prévention et règlement du harcèlement/discrimination en milieu de travail RÉSOLUTION 61-03 17-12 Date d adoption : 25 mars 2003 31 janvier 2012 En vigueur : 25 mars 2003 31 janvier 2012 À réviser avant : RECUEIL DES POLITIQUES PRÉAMBULE 1. La présente directive administrative

Plus en détail

Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales. Nos valeurs. Notre fierté.

Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales. Nos valeurs. Notre fierté. Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales Nos valeurs. Notre fierté. 2 Table des matières Pages 1. But du code 4 2. Champ d application 4 3. Durée d application du code 4 4. Interprétation

Plus en détail

Se Série d apprentissages en ligne LGMA-ACAM automne 2012

Se Série d apprentissages en ligne LGMA-ACAM automne 2012 Planification en 10 étapes faciles pour une participation citoyenne réussie Jeudi 11 et vendredi 12 octobre Le service à la clientèle dans le secteur publicr Mardi 16 et mercredi 17 octobre Introduction

Plus en détail

PROJET DE STAGE I et II

PROJET DE STAGE I et II PROJET DE STAGE I et II Le projet de stage demandé dans le cadre du stage de formation pratique I comprend 10 pages et celui du stage de formation pratique II comprend 12 pages. Ce nombre de page inclut

Plus en détail

Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Cadre de formation de la profession enseignante

Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Cadre de formation de la profession enseignante Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Cadre de formation de la profession enseignante Table des matières Cadre de formation de la profession enseignante... 1 Normes d exercice, normes

Plus en détail

STAGE EN PSYCHOPHARMACOLOGIE CATÉGORIE : STAGE À OPTION

STAGE EN PSYCHOPHARMACOLOGIE CATÉGORIE : STAGE À OPTION STAGE EN PSYCHOPHARMACOLOGIE CATÉGORIE : STAGE À OPTION Responsable: Dr Pierre Landry, professeur agrégé de clinique Membres de l équipe professorale Dr Pierre Landry, professeur agrégé de clinique Autres

Plus en détail

La présente politique s applique à tous les clients, les membres du personnel et les bénévoles de SDT.

La présente politique s applique à tous les clients, les membres du personnel et les bénévoles de SDT. Timiskaming Home Support/Soutien à domicile) POLITIQUE Titre : Politique de traitement des Date d entrée en vigueur : le 7 juillet 2010 plaintes Approuvée par le : Conseil Date de révision : le 7 juillet

Plus en détail

Formation de management pour cadres de proximité du CHUV Programme 2015-2016

Formation de management pour cadres de proximité du CHUV Programme 2015-2016 24-25 septembre 24-25.9. Développer et affirmer son leadership Développer sa cohérence et son authenticité dans ses actions et dans ses relations avec son entourage professionnel. Déterminer les caractéristiques

Plus en détail

«Ce n est pas correct!»

«Ce n est pas correct!» Pour de plus amples renseignements Pour vous renseigner sur ce que fait le gouvernement du Canada pour les aînés ou pour trouver des services et des programmes de soutien offerts dans votre province ou

Plus en détail

Analyse des compétences selon la méthode du feedback 360

Analyse des compétences selon la méthode du feedback 360 Analyse des compétences selon la méthode du feedback 360 Comptes rendus experts des compétences et guide de développement Paul Durand 21 Boulevard Haussmann 75009 PARIS T 01 80956881 I www.groupehumanmobility.fr

Plus en détail

Bureau du vérificateur général. Vérification du processus de planification des activités du Bureau des objets perdus d OC Transpo.

Bureau du vérificateur général. Vérification du processus de planification des activités du Bureau des objets perdus d OC Transpo. Bureau du vérificateur général Vérification du processus de planification des activités du Bureau des objets perdus d OC Transpo Résumé Déposé devant le Comité de la vérification - le 12 mars 2015 Cette

Plus en détail

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique BUT : Découvrir ton profil préférentiel «Visuel / Auditif / Kinesthésique» et tu trouveras des trucs

Plus en détail

Normes d admissibilité des agents en hypothèques (NAAH) Droits d auteur Imprimeur de la Reine pour l Ontario

Normes d admissibilité des agents en hypothèques (NAAH) Droits d auteur Imprimeur de la Reine pour l Ontario A. Applications A1. Analyser le cadre contextuel des opérations hypothécaires en Ontario. A1.1 Expliquer le rôle des divers participants au sein de l industrie du courtage hypothécaire. A1. Débattre des

Plus en détail

Titre du poste Poste du superviseur Code fin. : Directeur des programmes de. Santé. Ministère Division/Région Collectivité Lieu

Titre du poste Poste du superviseur Code fin. : Directeur des programmes de. Santé. Ministère Division/Région Collectivité Lieu 1. IDENTIFICATION N o de poste Titre du poste Poste du superviseur Code fin. : Superviseur des programmes de santé Directeur des programmes de santé Ministère Division/Région Collectivité Lieu Santé Baffin

Plus en détail

Vous êtes. visé. Comment diminuer les risques et les impacts d une agression en milieu bancaire

Vous êtes. visé. Comment diminuer les risques et les impacts d une agression en milieu bancaire Vous êtes visé Comment diminuer les risques et les impacts d une agression en milieu bancaire Prévenir les vols ou les effets d un vol sur les employés Rôle de la direction de la succursale Désigner un

Plus en détail

CHAPITRE 7 RELATIONS DE TRAVAIL

CHAPITRE 7 RELATIONS DE TRAVAIL Les relations de travail sont révélatrices de l atmosphère qui règne au sein de votre entreprise. Le gestionnaire désirant obtenir de saines relations de travail se doit d être proactif dans ses actions.

Plus en détail

arbitres et entraîneurs de haut niveau

arbitres et entraîneurs de haut niveau La gestion des conflits arbitres et entraîneurs de haut niveau A quel type de conflits entraîneurs et arbitres sont-ils confrontés? Les Conflits CONSTATS La plupart du temps se sont les mêmes situtations

Plus en détail

Accompagner le personnel scolaire vers un engagement qui favorise le réinvestissement

Accompagner le personnel scolaire vers un engagement qui favorise le réinvestissement Accompagner le personnel scolaire vers un engagement qui favorise le réinvestissement Leadership et travail en équipe de collègues 2008 Louise Lafortune Université du Québec à Trois-Rivières Téléphone

Plus en détail

Règlement extrajudiciaire des différends et droit de la famille

Règlement extrajudiciaire des différends et droit de la famille LE DROIT DE LA FAMILLE ET LES FEMMES EN ONTARIO Règlement extrajudiciaire des différends et droit de la famille Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. Renseignez-vous sur vos droits. Le Conseil

Plus en détail

V É R I F I C A T I O N D E S R É F É R E N C E S - G U I D E D U G E S T I O N N A I R E -

V É R I F I C A T I O N D E S R É F É R E N C E S - G U I D E D U G E S T I O N N A I R E - V É R I F I C A T I O N D E S R É F É R E N C E S - G U I D E D U G E S T I O N N A I R E - + P O U R Q U O I V É R I F I E R L E S R É F É R E N C E S + A S P E C T S J U R I D I Q U E S + P R O C E S

Plus en détail

Attitude à l égard des étudiants, intérêt pour l enseignement, disponibilité et commentaires

Attitude à l égard des étudiants, intérêt pour l enseignement, disponibilité et commentaires Catégories/Questions Attitude à l égard des étudiants, intérêt pour l enseignement, disponibilité et commentaires Le professeur témoignait de l intérêt envers les étudiants. Le professeur semblait se soucier

Plus en détail

Guide de Préparation

Guide de Préparation Guide de Préparation au Webinaire animé par Jean-Guy Perraud Découvrez la Pyramide du Leadership du Dr. Thomas D. Zweifel Jean-Guy Perraud & Thomas D. Zweifel Webinaire Leadership 1 3 VERTUS FONDAMENTALES

Plus en détail

L image corporelle : Influence des médias

L image corporelle : Influence des médias L image corporelle : Influence des médias Alberta Education, Santé et préparation pour la vie, Programmes d études, Résultats d apprentissage L élève pourra: B 7.2 examiner les aspects de la propreté et

Plus en détail

Indicateurs de la compétence. de l infirmière et infirmier auxiliaire Juin 2003

Indicateurs de la compétence. de l infirmière et infirmier auxiliaire Juin 2003 Indicateurs de la compétence de l infirmière et infirmier auxiliaire Juin 2003 Indicateurs de la compétence de l infirmière et infirmier auxiliaire Édité par : L Ordre des infirmières et des infirmiers

Plus en détail

Formation professionnelle initiale Employée en restauration AFP Employé en restauration AFP

Formation professionnelle initiale Employée en restauration AFP Employé en restauration AFP Formation professionnelle initiale Employée en restauration AFP Employé en restauration AFP Support de formation pour l'entreprise formatrice Hotel & Gastro formation, Eichistrasse 20, 6353 Weggis, www.hotelgastro.ch

Plus en détail

Aspects déontologiques en santé mentale

Aspects déontologiques en santé mentale Aspects déontologiques en santé mentale Nancy Guilbeault Conseillère en soins infirmiers France Ouellet Conseillère clinicienne en soins infirmiers, Santé mentale Juin 2012 Plan de la présentation Introduction

Plus en détail

Application provisoire des traités. Déclaration du Président du comité de rédaction, M. Mathias Forteau 4 août 2015

Application provisoire des traités. Déclaration du Président du comité de rédaction, M. Mathias Forteau 4 août 2015 COMMISSION DU DROIT INTERNATIONAL Soixante-septième session Genève, 4 mai 5 juin et 6 juillet 7 août 2015 La version prononcée fait foi Application provisoire des traités Déclaration du Président du comité

Plus en détail

4 e escale : Évaluation (ou bilan)

4 e escale : Évaluation (ou bilan) 4 e escale : Évaluation (ou bilan) Dernière escale avant d arriver à bon port : l évaluation! Cette étape peut paraître bien anodine en terme d impact sur votre action (puisque celle-ci est déjà passée!),

Plus en détail

Démystifier les aspects déontologiques liés à la pratique professionnelle

Démystifier les aspects déontologiques liés à la pratique professionnelle Démystifier les aspects déontologiques liés à la pratique professionnelle France Ouellet, conseillère clinicienne en soins infirmiers, Santé mentale Nancy Guilbeault, conseillère en soins infirmiers Octobre

Plus en détail

EN SAVOIR PLUS SUR LE COACHING (partie 1) Par Robert Gingras, CRHA, ACC

EN SAVOIR PLUS SUR LE COACHING (partie 1) Par Robert Gingras, CRHA, ACC EN SAVOIR PLUS SUR LE COACHING (partie 1) Par Robert Gingras, CRHA, ACC Voici une série de courts articles que j ai eu le plaisir de rédiger pour le journal La Voix de l Est sur le thème du COACHING :

Plus en détail

Planification financière

Planification financière Planification financière Introduction La planification financière couvre un large éventail de sujets et dans le meilleur des cas, elle les regroupe d une manière ordonnée et intégrée. Toutefois, vu qu

Plus en détail

Diriger une association dans le secteur culturel

Diriger une association dans le secteur culturel Diriger une association dans le secteur culturel une affaire de compétence et d'engagement Les faits saillants du résultat de l analyse de la profession Dirigeante ou dirigeant d association Avec la collaboration

Plus en détail