La représentation familiale dans la gouvernance de la Sécurité sociale

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La représentation familiale dans la gouvernance de la Sécurité sociale"

Transcription

1 La représentation familiale dans la gouvernance de la Sécurité sociale Intervention de Michel LAGRAVE Président du comité d Histoire de la Sécurité sociale page 1 sur 9

2 Table des matières La place de la démocratie sociale dans la sécurité sociale de I- les principales dates de l évolution de la Sécurité sociale depuis Les avancées des droits individuels...3 L'émergence des préoccupations économiques...4 Un nouveau glissement s'opère cette fois en faveur de l'etat...4 La seconde étape est, au contraire, délibérée et marque la rupture de fond avec l'esprit des ordonnances de Cette réforme radicale de la gouvernance et du financement n'a pas empêché des réformes structurelles des droits des assurés...5 La généralisation... 5 La distinction assurance-solidarité... 6 L'harmonisation...6 La simplification...6 II- La démocratie sociale en page 2 sur 9

3 La place de la démocratie sociale dans la sécurité sociale de 1945 Michel LAGRAVE, conseiller-maître à la Cour des Comptes, président du Comité d'histoire de la Sécurité sociale, ancien Directeur de la Sécurité sociale, ancien viceprésident de l'unaf. I- les principales dates de l évolution de la Sécurité sociale depuis L'évolution de la sécurité sociale après les textes fondateurs de 1945 / 1946 fut erratique. Au lieu de suivre l'ordre chronologique, il est préférable de présenter des catégories de réformes dont les dates se chevauchent parfois. On peut distinguer trois catégories de mesures: Les avancées des droits individuels, L'intrusion de préoccupations économiques et ses conséquences, Les réformes structurelles Les avancées des droits individuels Les droits individuels se sont développés pendant une période d'une vingtaine d'années après les textes fondateurs. Les uns sont des accords collectifs créant les régimes de retraite complémentaires des salariés, AGIRC et ARRCO, en 1947 et 1961, rendus obligatoires par la loi du 29 décembre 1972, Les autres concernent les travailleurs indépendants. Il s'est agi à la fois des non agricoles et des exploitants agricoles. Les premiers (artisans, commerçants, professions libérales) se dotent en 1948 de régimes spécifiques et éclatés d'assurance vieillesse. Tous ont opté pour une protection prioritaire en matière de retraite en s'en remettant à leurs mutuelles pour la couverture maladie. Les exploitants agricoles suivent la même démarche. Le 10 juillet 1952 intervient la loi créant le régime d'assurance vieillesse obligatoire des exploitants agricoles géré par la Mutualité sociale agricole (MSA). La couverture par l'assurance maladie intervient ensuite pour tous les travailleurs page 3 sur 9

4 indépendants : loi du 21 janvier 1961 pour le régime d'assurance maladie-maternitéinvalidité des exploitants agricoles, suivie par la loi du 12 juillet 1966 pour les nonagricoles, appelée loi des «non-non». Cette loi est le poisson pilote, le terrain d'essai utilisé par M. JEANNENEY, ministre en charge de la Sécurité sociale, qui voulait réformer le régime général en limitant le remboursement du «petit risque» à 50 %. Cet objectif ne fut pas atteint et c'est l'inverse qui devait se produire: le régime des non-non s'est calqué sur le régime général. L'émergence des préoccupations économiques En , les commissions du 5e Plan sont alarmistes. Les rapports DOBLER et FRIEDEL prévoient un doublement décennal de la charge de l'assurance maladie et préconisent un changement de structures. Surtout le rapport PICKETTY du CNPF de 1965 est déterminant: il propose l'éclatement de la sécurité sociale en branches autonomes financièrement et contraintes à maintenir leur équilibre. On passe ainsi de l'ère des droits à l'ère économique. Le changement de donne connaît deux grandes phases: le transfert du pouvoir financier aux partenaires sociaux, puis, par défaut, au Parlement. Les ordonnances JEANNENEY de 1967 créent trois branches, maladie, vieillesse, famille avec une caisse nationale spécifique pour chacune d'entre elles. La Caisse nationale initiale disparaît, ainsi que les grands satellites, la FNOSS avec CLÉMENT MICHEL et l'uncaf avec ROLAND LEBEL, qui deviendra par la suite directeur de la CNAF, puis administrateur à l UNAF. L'ambition est d'assurer l'équilibre financier par branche. Les administrateurs ne sont plus élus, mais désignés par les organisations patronales et syndicales, à parité. C'est l'anti plan français de 1945, une «entreprise de démolition» comme l'a qualifiée PIERRE LAROQUE. La démocratie sociale se réduit comme une peau de chagrin. L'unité de la Sécurité sociale disparaît, sauf en trésorerie, par commodité avec la création de l'acoss chargée de centraliser la trésorerie de l'ensemble. Un nouveau glissement s'opère cette fois en faveur de l'etat. Un premier pas est franchi par la mise en place, en 1990, de la CSG par MICHEL ROCARD. Un impôt s'introduit dans le dispositif avec un virage significatif. MICHEL ROCARD voulait que ce soit une opération bas salaires avec neutralité financière en réduisant, par un mécanisme compliqué, la cotisation salariale. Mais la CSG, qui est assise sur l'ensemble des revenus, est détournée de cet objectif initial par le gouvernement BALLADUR qui en fait un impôt de rendement d'abord au profit de la branche Famille, puis de l'assurance maladie où elle se substitue à la cotisation salariale. Ce changement de cap est, en quelque sorte, conjoncturel et expliqué par le besoin de financement. La seconde étape est, au contraire, délibérée et marque la rupture de fond avec l'esprit des ordonnances de Les partenaires sociaux sont soupçonnés de ne pas savoir remplir leur mission financière et le glissement s'opère cette fois vers le Parlement, c'est-à-dire vers la démocratie page 4 sur 9

5 politique. Dès 1987, la proposition de la loi organique D'ORNANO, pourtant prudente, met le feu aux poudres chez les partenaires sociaux, jaloux de leurs prérogatives. La proposition de loi se borne à prévoir, tous les ans, un vote sur la masse financière de la sécurité sociale. La loi est adoptée mais invalidée pour des raisons formelles par le Conseil constitutionnel. L'enjeu du pouvoir financier est repris dans la loi de 1994 qui se borne à instituer un débat sans vote au Parlement avec l'appui d'un rapport de la Cour des Comptes. Cette avant-première se prolonge, en 1996, par l'institution des lois de financement de la Sécurité sociale, votées chaque année, avec un rapport du gouvernement et un autre de la Cour des Comptes. Le chemin se poursuit par la loi organique du 2 août 2005 sur la certification des comptes de la sécurité sociale par la Cour des comptes à compter de La juridiction a tenu l'engagement et a publié son premier rapport. Elle a précisé qu'elle n'était pas en mesure de certifier les comptes de la branche familiale qui est la seule à être défaillante. On assiste ainsi à un étatisme croissant qui concerne à la fois le législatif et l'exécutif. L'illustration la plus remarquable peut être pris dans la branche maladie. La loi du 13 août 2004 marque le changement de gouvernance. Cette loi est bâtie sur le modèle des grands groupes d'assurance comme l'a montré M. GUILLAUME SARKOZY, membre du MEDEF. Le conseil de surveillance donne lieu à un conseil d'orientation. Le terme d'administrateur est banni. Le directoire est confié au directeur général de la CNAMTS et de l'union des Caisses nationales d'assurance maladie (UNCAM). Or, le directeur général est nommé par l'etat Celui-ci verrouille donc entièrement l'assurance maladie. Cette réforme radicale de la gouvernance et du financement n'a pas empêché des réformes structurelles des droits des assurés La généralisation Au 1er janvier 1978, les prestations familiales sont étendues à l ensemble de la population. Tout lien avec une activité professionnelle disparaît. Désormais, les prestations familiales sont un droit territorial lié à la résidence régulière en France, y compris pour les familles étrangères. La loi du 27 juillet 1999 crée la couverture maladie universelle bientôt suivie de la couverture maladie universelle complémentaire, mise sous condition de ressources, pour accorder la gratuité intégrale aux plus démunis. La mesure est généreuse mais se heurte aux effets de seuil comme toutes les prestations sous condition de ressources. Les couches modestes situées juste au-dessus du seuil sont page 5 sur 9

6 exclues. La distinction assurance-solidarité La distinction assurance-solidarité est l'une de ces idées transversales reprises par plusieurs gouvernements successifs, mais dont l'histoire est inaboutie. C'est d'abord M. BÉRÉGOVOY qui en 1992, dans son discours de politique générale comme Premier Ministre, annonce la mise en oeuvre de ces deux blocs : l'assurance, à base de cotisations, et la solidarité financée par la solidarité nationale c'est à-dire par l'etat pour le noncontributif. L'idée est reprise par ALAIN JUPPÉ en 1995, également dans son discours de politique générale, avec l'annonce d'une extension du principe à l'assurance maladie. Mais la seule réalisation concrète se trouve dans la loi du 22 juillet 1993, sous le gouvernement BALLADUR, uniquement en matière de vieillesse. La branche vieillesse est «dégraissée» du non-contributif par la création du fonds de solidarité vieillesse (FSV) qui, depuis lors, sert plutôt de variable d'ajustement. Voilà une expérience déçue. M. VASSELLE, rapporteur au Sénat, pensait que c'était la première étape d'une réforme en profondeur. L'harmonisation L'harmonisation est au cœur de la réforme des retraites, tant par la loi BALLADUR de 1993 que par la loi FILLON du 21 août 2003: harmonisation progressive de la durée d'assurance pour bénéficier d'une retraite au taux plein dans les différents régimes, indexation sur les prix et non plus sur les salaires, possibilité d'un départ anticipé pour ceux qui ont commencé à travailler jeunes. Reste la question des régimes spéciaux qui devraient être alignés sur le régime des retraites de la fonction publique. Il faut bien voir que le principe de la retraite à 60 ans, posé par l'ordonnance BÉRÉGOVOY en 1982, subsiste mais sous la forme d'un droit plus théorique qu'effectif. La simplification La mise en place du régime social des indépendants (RSI) par ordonnance du 31 mars 2005 regroupe les régimes d'assurance maladie et d'assurance vieillesse des commerçants et des artisans. Seules, les professions libérales restent volontairement à l'écart. C'est une avancée qui n'était même pas envisageable dans les années 90. L'évolution des mentalités est très nette. Ce survol conduit à plusieurs observations finales : Le plan français de 1945 n'a pas disparu, mais la gestion par les assurés a basculé du côté de l'etat au mépris également des ordonnances de Les critères d'accès aux soins et aux prestations familiales se sont simplifiés mais la condition de ressources n'a pas disparu pour la moitié des prestations familiales et pour la CMU complémentaire. Bien entendu, la question de ce critère de revenus reviendra si page 6 sur 9

7 l'on crée une nouvelle caisse pour la prise en charge des personnes dépendantes. D ailleurs, ce critère existe déjà pour l'attribution de l'apa (Allocation Personnalisée d Autonomie) par les conseils généraux. La période qui s'ouvre sera celle des contraintes: pour l'assurance maladie avec les franchises, pour les régimes spéciaux de salariés qui devront perdre leur spécificité ou leurs privilèges. Seule la branche Famille devrait y échapper: la PAJE, florissante et génératrice d'un déficit temporaire dans la branche, ne devrait pas être remise en cause. Il y a une sorte de scrupule à l'égard des prestations familiales, longtemps utilisées comme variable d'ajustement. Enfin, et c'est le plus grave, la sécurité sociale n'a plus de doctrine. Le rêve de la démocratie sociale s'est évanoui. A défaut d'éthique, il ne reste que la technique: une assurance collective publique. Pourra-t-elle éviter la concurrence du secteur privé? La jurisprudence de la Cour de Justice des communautés européennes met la sécurité sociale à l'abri depuis les arrêts POUCET-PISTRE et COREVA. Elle n'est pas considérée comme une entreprise et échappe de ce fait à la concurrence. Mais pour combien de temps? II- La démocratie sociale en 1945 A titre liminaire, il faut tenter une définition de la démocratie sociale. Elle prolonge la démocratie politique. Son ambition est de créer un «ordre social nouveau, qui dépasse le clivage des classes et qui serait axé sur la participation des travailleurs à la vie économique, à la gestion des entreprises et d'autre part à réaliser la sécurité sociale». La démocratie sociale participe d'une ambition éthique. La Sécurité sociale est l'un des instruments pour parvenir à cette fin ; il n'est pas le seul. C'est dans ce contexte qu'il faut situer le plan français de sécurité sociale de Certes, il y eut des prémices: La Déclaration de Philadelphie du 10 mai 1944 se prononce pour «l'extension des mesures de sécurité sociale en vue d'assurer un revenu de base à tous ceux qui ont besoin d'une telle protection» ; les termes restent très vagues. Surtout, le Conseil National de la Résistance prévoyait dans son programme du 15 mars 1944 «un plan complet de sécurité sociale» visant à assurer à tous les citoyens des moyens d'existence dans tous les cas où ils sont incapables de se les procurer par le travail, avec une gestion appartenant aux représentants des assurés et de l'etat». C'était le tripartisme que l'on retrouvera dans les nationalisations. Ce sont des textes annonciateurs, mais non des projets précis. Le plan de 1945 de PIERRE LAROQUE veut aboutir à «une transformation sociale» autour de deux idées: «La sécurité et la dignité des travailleurs». C'est une affaire d'éthique, non de technique. page 7 sur 9

8 A propos de la sécurité, PIERRE LAROQUE cite MONTESQUIEU: «La liberté consiste dans la sécurité de chaque citoyen et la conscience qu'il en a : La démarche vers la Sécurité sociale apparaît ainsi comme une étape nouvelle dans les efforts pour la libération de l'homme en le débarrassant de «l'insécurité du lendemain». La Sécurité sociale devait lui permettre de s'épanouir. Il s'agit du travailleur et de sa famille, et non de l'individu isolé. «La sécurité familiale, dira PIERRE LAROQUE, c'est la sécurité sociale elle-même». La deuxième idée force repose sur la dignité des travailleurs en leur donnant la responsabilité de gérer eux-mêmes les nouvelles institutions. La démocratie sociale implique un effort constant, continu d'éducation pour permettre aux administrateurs d'accomplir au mieux leur tâche mais aussi d'en faire bénéficier les assurés. «C'est une révolution que nous voulons faire et c'est une révolution que nous ferons» concluait PIERRE LAROQUE dans son discours du 23 mars 1945 à i'ecole nationale d'organisation économique et sociale. Ce sont ces deux idées essentielles qui portent le plan français de 1945 et lui confèrent son originalité. Ce plan est différent dans son esprit et son objectif du rapport BEVERIDGE qui a «très peu servi» écrit PIERRE LAROQUE. Le plan britannique a été un élément déclencheur mais non un modèle. On ne parlait que de lui à Londres pendant la guerre. La Grande-Bretagne était en plein chômage et les assurances sociales ont été conçues comme une garantie de ressources uniforme pour tous. C'est en quelque sorte une «assurance-chômage généralisée». Elles étaient complétées par un système de santé centralisé et étatisé financé par l'etat, système qui a subsisté jusqu à présent. Le plan français reposait sur des bases différentes. Il ne couvrait pas le chômage parce que la France était en situation de plein emploi. Tous les autres risques sont concernés: maladie, famille, vieillesse, accidents du travail. Sur le plan de l'organisation, PIERRE LAROQUE a choisi l'économie des moyens. Il a réuni en une seule organisation les assurances sociales des lois gérées par la mutualité, les accidents du travail placés sous la responsabilité patronale et les prestations familiales qui relevaient également des caisses de compensation administrées par les employeurs. Les transferts de compétences se firent sans heurts inutiles et au 1er juillet 1946, toutes les caisses étaient en place, comme prévu, dix mois à peine après l'ordonnance fondatrice du 4 octobre Certes, il y eut des résistances de la part des structures qui se sont senties spoliées : la mutualité, le patronat dont les pouvoirs reculaient, les médecins qui redoutaient de perdre leur liberté. L'ordonnance du 19 octobre 1945 sur les conventions médicales et les tarifs opposables fut très mal reçue par le corps médical, alors qu'elle avait été rédigée avec leurs représentants. Mais PIERRE LAROQUE a bénéficié de deux appuis: la CGT, le principal syndicat ouvrier de l'époque, la CFTC pour les aspects familiaux. C'était, en quelque sorte, la revanche du page 8 sur 9

9 Front populaire de 1936 sur le gouvernement de Vichy. Certes, les objectifs que s'était fixé le plan de 1945 ne furent pas tous atteints. Par commodité, on les regroupe sous le terme des 3 «U» emprunté à Beveridge. C'est un emprunt purement méthodologique : Unité, Universalité, Uniformité. L'unité ne fut pas obtenue faute de recueillir les régimes spéciaux de salariés qui tenaient à leur spécificité. Ils n'ont guère changé d'attitude (SNCF, RATP, EDF, GDF, marins du commerce, danseurs de l'opéra et bien d'autres). Comme on le sait, le plan JUPPÉ de 1995 a buté sur la question. Le gouvernement actuel doit présenter une solution pour la fin de l'année L'universalité, c'est-à-dire l'extension à toute la population, ne fut pas réalisée malgré la loi de généralisation de Les travailleurs indépendants n'ont pas voulu se mélanger aux salariés : ils ont refusé le régime général. L'uniformité, c'est-à-dire les mêmes prestations pour tous, sans considération de ressources, fut battue en brèche par les prestations familiales soumises à condition de ressources : un tiers en 1970, la moitié aujourd'hui. C'est une forme d'impôt négatif qui se substitue au rôle que devrait jouer la fiscalité. Sur le plan du dispositif lui-même, l'organisation unique voulue par l'ordonnance du 4 octobre 1945 connut une brèche. C'était une conception organique. Les caisses d'allocations familiales ont voulu être indépendantes car elles redoutaient que les intérêts familiaux ne soient pas défendus dans des caisses uniques. La CFTC et le MRP obtinrent cette dérogation qui subsiste. Quoi qu'il en soit, les premières élections auront lieu en 1947, après une période transitoire de désignation, avec une représentation majoritaire des syndicats des salariés par rapport aux organisations professionnelles d'employeurs. La démocratie sociale était lancée dans la sécurité sociale. Elle a étendu ses effets au domaine fondamental de la représentation familiale. A la Libération, la protection de la famille est placée au rang de priorité nationale. Le préambule de la constitution de 1946 pose un principe: «La nation assure à l'individu et à sa famille les conditions nécessaires à leur développement». L'ordonnance du 3 octobre 1945 crée I'UNAF et les UDAF en suivant une route parallèle à celle de la sécurité sociale. Elle ne part pas de zéro. Les associations familiales préexistantes sont regroupées dans I'UNAF qui a le monopole de la représentation de la famille auprès des pouvoirs publics. Le professeur JEAN RIVERO soulignait que c'était là une situation paradoxale puisque la démocratie politique est censée représenter tous les citoyens et leur famille mais légitime parce que la famille forge la société. C'est une idée nouvelle. On a longtemps pensé le contraire. Ainsi s'installe en 1945 la démocratie sociale, l'éthique précédant toujours la technique. La société française a-t-elle été fidèle à ses promesses? page 9 sur 9

Introduction historique : de l assistance à l assurance. - Moyen-âge : l assistance

Introduction historique : de l assistance à l assurance. - Moyen-âge : l assistance Introduction historique : de l assistance à l assurance - Moyen-âge : l assistance 1. C est le premier mécanisme de garantie 2. Elle est l héritière de la charité chrétienne : idée morale de générosité.

Plus en détail

Qui dirige la Sécurité sociale?

Qui dirige la Sécurité sociale? Qui dirige la Sécurité sociale? 1. Pourquoi se poser la question? «La tradition française en matière de Sécurité sociale n est pas une tradition d étatisme bureaucratique [ ] C est pourquoi la législation

Plus en détail

Santé publique - Protection sociale -

Santé publique - Protection sociale - 26-1-05 1 Santé publique - Protection sociale - Système très complexe qui couvre : - des risques déterminés - des catégories particulières de population Protection sociale SS protection de base obligatoire

Plus en détail

Les Grands Risques Sociaux. Historique et organisation générale de la Sécurité Sociale et de l Assurance Maladie

Les Grands Risques Sociaux. Historique et organisation générale de la Sécurité Sociale et de l Assurance Maladie Les Grands Risques Sociaux Historique et organisation générale de la Sécurité Sociale et de l Assurance Maladie Santé publique 1ere année du 2eme cycle de la Faculté d Odontologie Janvier 2016 Direction

Plus en détail

CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS)

CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS) CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS) La Contribution Sociale Généralisée (CSG) sur les revenus d'activité et de remplacement a été instituée par

Plus en détail

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Indicateur n 4 : Évolution de la structure des recettes du régime général et des régimes d assurances sociales des administrations de sécurité sociale

Plus en détail

LA SECURITE SOCIALE EN FRANCE

LA SECURITE SOCIALE EN FRANCE LA SECURITE SOCIALE EN FRANCE La Sécurité sociale française, créée en 1945, repose sur le principe de la solidarité nationale où chacun est aidé pour faire face aux aléas de la vie. Ainsi, elle couvre

Plus en détail

Le financement des soins de santé en France

Le financement des soins de santé en France Le financement des soins de santé en France Présenté par Hans-Martin Späth Maître de Conférences en Economie de la Santé Département pharmaceutique de Santé Publique Plan La protection sociale en France

Plus en détail

Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques sociaux.

Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques sociaux. R4 = SÉCURITÉ SOCIALE, CMU, ABUS ET FRAUDES R4 = SÉCURITÉ SOCIALE, CMU, ABUS ET FRAUDES DÉFINITION : Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques

Plus en détail

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Indicateur n 4 : Évolution de la structure des recettes du régime général et des régimes d assurance sociale des administrations de sécurité sociale

Plus en détail

Décision n 2014-246 L. Dossier documentaire

Décision n 2014-246 L. Dossier documentaire Décision n 2014-246 L Nature juridique de l article L. 723-23 du code rural et de la pêche maritime Dossier documentaire Source : services du Conseil constitutionnel 2014 Sommaire I. Normes de référence...

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

À quoi servent les cotisations?

À quoi servent les cotisations? À quoi servent les cotisations? [ Le réseau Urssaf vous rend des comptes À quoi servent les cotisations? ] Depuis 1945, la France a fait le choix d une Sécurité sociale protégeant solidairement l ensemble

Plus en détail

Protection sociale. 1 Les différents régimes de protection sociale en France

Protection sociale. 1 Les différents régimes de protection sociale en France Protection sociale La multiplicité des régimes de protection sociale conduit les pluriactifs à des situations administratives complexes : chacune de leurs activités les rattache à une caisse spécifique.

Plus en détail

Les retraites en France

Les retraites en France Les retraites en France Les principales dispositions légales relatives à l âge de la retraite sont liées aux seuils de 60 ans et 65 ans et une retraite à taux plein est obtenue lorsque le nombre de trimestres

Plus en détail

dans le système de protection sociale les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier 2011

dans le système de protection sociale les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier 2011 www.inami.be www.coopami.org L assurance maladie obligatoire dans le système de protection sociale en Belgique. Quels enseignements peut on en tirer pour les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier

Plus en détail

QUELLES PERSPECTIVES POUR LES RETRAITES EN France?

QUELLES PERSPECTIVES POUR LES RETRAITES EN France? QUELLES PERSPECTIVES POUR LES RETRAITES EN France? Janvier 2007, par Charles MBENGUE MATANGA À moyen et long terme la situation des retraites en France sera de plus en plus préoccupante, compte tenu notamment

Plus en détail

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille!

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale est un terme générique qui recouvre, la Sécurité Sociale (régime général obligatoire solidaire, géré

Plus en détail

PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE. Santé Prévoyance & Retraite

PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE. Santé Prévoyance & Retraite PRÉVOYANCE - RETRAITE PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE Santé Prévoyance & Retraite Matinale de l entrepreneur CCI 11 JUIN 2013 LE REGIME SOCIAL DES INDEPENDANTS

Plus en détail

Protection sociale en France. Mireille Matrat Université Paris-Est Créteil 18/11/2014

Protection sociale en France. Mireille Matrat Université Paris-Est Créteil 18/11/2014 Protection sociale en France Mireille Matrat Université Paris-Est Créteil 18/11/2014 Définition Ensemble des mécanismes de financement des risques sociaux Comprend l ensemble des systèmes de financement

Plus en détail

Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Boite à outils - Juridique Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations

Plus en détail

Introduction de la couverture maladie universelle (CMU) en France

Introduction de la couverture maladie universelle (CMU) en France Conférence internationale de recherche en sécurité sociale an 2000 Helsinki, 25-27 septembre 2000 La sécurité sociale dans le village global Introduction de la couverture maladie universelle (CMU) en France

Plus en détail

Les évolutions du financement de la sécurité sociale

Les évolutions du financement de la sécurité sociale Les évolutions du financement de la sécurité sociale A la différence de l assurance chômage et des retraites complémentaires, l évolution du financement de la sécurité sociale est marquée par une forte

Plus en détail

Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail

Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail En principe, l ensemble des sommes versées aux salariées en contrepartie ou à l occasion du travail sont considérées comme une

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Alors que les concertations sur la réforme des retraites sont actuellement en cours, l Assurance retraite, premier

Plus en détail

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION DOSSIER RETRAITES: MAI 2003 SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION 1. LE SYSTEME DE RETRAITES PAR REPARTITION 1.1. INTRODUCTION Les régimes de retraites des travailleurs

Plus en détail

FINANCEMENT DES RISQUES PROFESSIONNELS. CHU de la TIMONE UE «ORGANISATION DE LA SECURITE SOCIALE»

FINANCEMENT DES RISQUES PROFESSIONNELS. CHU de la TIMONE UE «ORGANISATION DE LA SECURITE SOCIALE» FINANCEMENT DES RISQUES PROFESSIONNELS CHU de la TIMONE UE «ORGANISATION DE LA SECURITE SOCIALE» Intervenant : Jean-Jacques LANTONNET Expert Tarification AT-MP Direction des Risques Professionnels Caisse

Plus en détail

Conférence Débat AFTA. Conférence

Conférence Débat AFTA. Conférence Conférence Conférence Débat AFTA PRÉVOYANCE SANTÉ DES SALARIES DES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF Vos interlocuteurs : Alexandra REPIQUET Jean-Philippe FERRANDIS : 01 49 64 45 15 : 01 49 64 12 88 : 01 49

Plus en détail

Dossier de presse 30 mars 2012. Création de la Carsat Alsace-Moselle www.carsat-alsacemoselle.fr

Dossier de presse 30 mars 2012. Création de la Carsat Alsace-Moselle www.carsat-alsacemoselle.fr Dossier de presse 30 mars 2012 Création de la Carsat Alsace-Moselle www.carsat-alsacemoselle.fr Création de la Carsat Alsace-Moselle La démarche de fusion de la CRAM et de la CRAV trouve son origine dans

Plus en détail

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration 1 1/ Qu est ce qu un accord de branche? Un accord de branche est un acte juridique issu d'une négociation

Plus en détail

Système de protection sociale en France. STAFF du 26 janvier 2011

Système de protection sociale en France. STAFF du 26 janvier 2011 Système de protection sociale en France STAFF du 26 janvier 2011 Plan 1. Les deux conceptions historiques de la protection sociale 2. La notion de protection sociale 3. Histoire de la protection sociale

Plus en détail

Fiche n 4 - La Protection sociale

Fiche n 4 - La Protection sociale Janvier 2004 Fiche n 4 - La Protection sociale 1 Définition de la Protection sociale La protection sociale désigne tous les mécanismes de prévoyance collective qui permettent aux individus ou aux ménages

Plus en détail

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Guide juridique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations de sécurité sociale

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

Sur quels grands principes repose le système de retraites en France?

Sur quels grands principes repose le système de retraites en France? Chapitre 2 Sur quels grands principes repose le système de retraites en France? Tous les systèmes de retraites appliqués actuellement dans le monde sont fondés sur quelques grands principes. Le système

Plus en détail

Salon des transfrontaliers mars 2015. Caisse d assurance retraite et de la santé au travail

Salon des transfrontaliers mars 2015. Caisse d assurance retraite et de la santé au travail Salon des transfrontaliers mars 2015 Caisse d assurance retraite et de la santé au travail La retraite du régime général La Sécurité Sociale Maladie - AT/MP Maternité - Invalidité Vieillesse Décès Charges

Plus en détail

L évolution des paramètres du régime de la CNAV. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

L évolution des paramètres du régime de la CNAV. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différents modes d acquisition des droits à la retraite en répartition : description et analyse comparative des techniques

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084

LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084 Montreuil, le 03/11/2009 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION, DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084 OBJET : Loi de simplification et clarification du droit et d allègement des procédures

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Décret n o 2014-1531 du 17 décembre 2014 relatif au taux des cotisations d allocations familiales et d assurance

Plus en détail

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1 ROYAUME-UNI Les dépenses de protection sociale au Royaume-Uni représentent 26,8% du PIB. Le système britannique est de logique beveridgienne. La principale réforme récente concerne le système de retraite

Plus en détail

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle...

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... MODE D EMPLOI Valérie Coutteron LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... LA LOI N 2008-111 DU 8 FÉVRIER 2008 pour le pouvoir

Plus en détail

Pour COMPRENDRE ET ANTICIPER LA Généralisation de la complémentaire santé dans votre entreprise

Pour COMPRENDRE ET ANTICIPER LA Généralisation de la complémentaire santé dans votre entreprise Si vous avez déjà un contrat santé dans votre entreprise vérifiez bien votre conformité avec nos conseils du chapitre 6 Pour éviter un eventuel redressement urssaf votre PASS ANI Pour COMPRENDRE ET ANTICIPER

Plus en détail

N 1619 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

N 1619 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI Document mis en distribution le 21 avril 2009 N 1619 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 15 avril 2009. PROJET

Plus en détail

ACTUALITE SOCIALE Avril 2015

ACTUALITE SOCIALE Avril 2015 ACTUALITE SOCIALE Avril 2015 EDITORIAL Des réformes fractionnées : restons vigilants! Plusieurs chantiers sociaux sont en cours et des revirements ou modifications sont nombreux en 2015 : nouvelles contraintes

Plus en détail

Emmanuel Jacques Almosnino

Emmanuel Jacques Almosnino Emmanuel Jacques Almosnino LE NOUVEAU REGIME DES COTISATIONS ET PRELEVEMENTS SOCIAUX SUR LES REMUNERATIONS La loi n 2012-1404 du 17 décembre 2012 de financement de la sécurité sociale pour 2013 augmente

Plus en détail

La protection sociale des salariés

La protection sociale des salariés La protection sociale des salariés Joël Bienassis Directeur des Accords Collectifs Bruno de la Porte Directeur Associé 03 février 2011 Sommaire! 1 La protection sociale en France Bruno de la Porte! Définition!

Plus en détail

CHARGES SOCIALES DES TRAVAILLEURS INDÉPENDANTS

CHARGES SOCIALES DES TRAVAILLEURS INDÉPENDANTS CHARGES SOCIALES DES TRAVAILLEURS INDÉPENDANTS Paiement des cotisations : précisions sur les nouvelles modalités de calcul et d appel de cotisations des indépendants Circulaire RSI n 2007-91 du 20 juillet

Plus en détail

MUTUALITE DES EMPLOYEURS STATUTS

MUTUALITE DES EMPLOYEURS STATUTS Adresse postale: L-2975 Luxembourg Fax: 404481 www.mde.lu MUTUALITE DES EMPLOYEURS STATUTS Chapitre I : Champ d application Art. 1 er Sont affiliés obligatoirement à la Mutualité tous les employeurs occupant

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable et Commissaire aux Comptes DESS en Banques et Finances GUIDE PRATIQUE DE LA SARL et de l EURL Création et gestion de la SARL, de l EURL, de la SELARL, de la SELU

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS

TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS CET épargne salariale TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS Sommaire Compte épargne temps 3 Historique 4 Mise en place 6 Alimentation 8 Utilisation 10 Optimiser le CET 14 COMPTE ÉPAR- GNE TEMPS Le Compte

Plus en détail

LES NOUVEAUTES DU PLAN DE PAIE SAGE Juin 2010

LES NOUVEAUTES DU PLAN DE PAIE SAGE Juin 2010 LES NOUVEAUTES DU PLAN DE PAIE SAGE Juin 2010 Version v19.00 NOUVELLES NORMES SOCIALES JUIN 2010... 4 TABLEAU RECAPITULATIF DES CHARGES SOCIALES ET FISCALES AU 01/06/2010... 4 SUPPRESSION DU RACHAT DES

Plus en détail

Déductibilité des cotisations «Madelin» pour les agents généraux d assurance aux traitements et salaires

Déductibilité des cotisations «Madelin» pour les agents généraux d assurance aux traitements et salaires Déductibilité des cotisations «Madelin» pour les agents généraux d assurance aux traitements et salaires La cour administrative d'appel de Lyon 1 a fait une lecture pénalisante des articles du Code général

Plus en détail

ORA Consultants 30/06/2009 OBJECTIFS. - Faire le point sur les règles en la matière. - Les nouveautés au 1 er janvier 2016

ORA Consultants 30/06/2009 OBJECTIFS. - Faire le point sur les règles en la matière. - Les nouveautés au 1 er janvier 2016 Programme 2 ATELIER RH PAIE 2015 MUTUELLE PREVOYANCE : NOUVEAUTES 2016 OBJECTIFS - Faire le point sur les règles en la matière - Les nouveautés au 1 er janvier 2016 - Mettre en place les différents régimes

Plus en détail

Dirigeants : quelles solutions de retraite, après la réforme, pour vous et vos salariés?

Dirigeants : quelles solutions de retraite, après la réforme, pour vous et vos salariés? Dirigeants : quelles solutions de retraite, après la réforme, pour vous et vos salariés? La réforme des retraites, au delà de la problématique du financement, consacre un titre entier à l'épargne retraite

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE PROTECTION SOCIALE ASSURANCE MALADIE, MATERNITÉ, DÉCÈS MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION

Plus en détail

Les Contrats Collectifs face aux nouvelles normes sociales et fiscales

Les Contrats Collectifs face aux nouvelles normes sociales et fiscales En clair COMPLÉMENTAIRES SANTÉ / PRÉVOYANCE Les Contrats Collectifs face aux nouvelles normes sociales et fiscales Quand la Prévoyance vous appartient. Sommaire Exonération des cotisations Sociales...

Plus en détail

Que retenir de la réforme des retraites 2010?

Que retenir de la réforme des retraites 2010? Réunion cabinet Que retenir de la réforme des retraites 2010? Réunion SOGEX 23 JUIN 2011 Pôle Conseils 25/02/2011 INTRODUCTION Pôle Conseils 25/02/2011 2 Présentation du cabinet SOGEX: Cabinet d expertise

Plus en détail

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33 F I C H E P R A T I Q U E N 2 R E M U N E R A T I O N E T A I D E S L I E E S A U C O N T R A T D A P P R E N T I S S A G E L apprenti est titulaire d un contrat de travail de type particulier : il est

Plus en détail

Mise au point du RSI au moment de manifestations annoncées de travailleurs indépendants

Mise au point du RSI au moment de manifestations annoncées de travailleurs indépendants Note aux rédactions La Plaine Saint-Denis, le 29 janvier 2015 Mise au point du RSI au moment de manifestations annoncées de travailleurs indépendants Des manifestations de travailleurs indépendants sont

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle

ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle COUVERTURE SOCIALE AU MAROC COUVERTURE SOCIALE AU MAROC - Régime de sécurité sociale; - Régime du RCAR; - Code de la couverture

Plus en détail

La protection sociale des professions indépendantes

La protection sociale des professions indépendantes La protection sociale des professions indépendantes Artisan Commerçant Industriel Janvier 2009 1 SOMMAIRE 1. L organisation des Régimes 2. Les cotisations 3. Les cas particuliers 4. Les formalités 5. Les

Plus en détail

DESCRIPTIF DU DOCUMENT. Déploiement Nouveau système de rémunération au 01.01.2009-13 ème salaire

DESCRIPTIF DU DOCUMENT. Déploiement Nouveau système de rémunération au 01.01.2009-13 ème salaire 13 EME SALAIRE 13 EME SALAIRE - ETAT DE GENEVE Confidentiel Etat de Genève 23/01/2009 DESCRIPTIF DU DOCUMENT Phase du projet Domaine État du document Version actuelle Déploiement Nouveau système de rémunération

Plus en détail

Fiche Portabilité des droits des salariés

Fiche Portabilité des droits des salariés Fiche Portabilité des droits des salariés L article 14 de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008 avait mis en place un mécanisme de portabilité des droits pour les anciens salariés

Plus en détail

L essentiel. sur le financement des régimes de prévoyance complémentaire. fiscalité cotisations de Sécurité sociale

L essentiel. sur le financement des régimes de prévoyance complémentaire. fiscalité cotisations de Sécurité sociale L essentiel sur le financement des régimes de prévoyance complémentaire fiscalité cotisations de Sécurité sociale La protection sociale professionnelle est une création continue Souhaitant encourager le

Plus en détail

Sal a on o d es e s se s r e v r i v ce c s e s à à la a personne Fps/2009

Sal a on o d es e s se s r e v r i v ce c s e s à à la a personne Fps/2009 Salon des services à la personne Groupe IRCEM - emplois de la famille - Entreprises privées et associations prestataires : Tout savoir sur vos obligations en matière de protection sociale Salon des services

Plus en détail

destinataires in fine Pour information : destinataires in fine

destinataires in fine Pour information : destinataires in fine MINISTERE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTE ET DES DROITS DES FEMMES Direction de la sécurité sociale Sous-direction des retraites et des institutions de

Plus en détail

LIVRET D EPARGNE SALARIALE, Livret individuel à l entrée dans l entreprise

LIVRET D EPARGNE SALARIALE, Livret individuel à l entrée dans l entreprise LIVRET D EPARGNE SALARIALE, Livret individuel à l entrée dans l entreprise ARTICLE L.3341-6 DU CODE DU TRAVAIL Conformément à l'article L. 3341-6 du Code du travail «Tout salarié d'une entreprise proposant

Plus en détail

La soirée du social Les grands dossiers de l année 2009. Marie-Pierre Holtzmann Laurent Ménager Alice Fages Bruno Denkiewicz

La soirée du social Les grands dossiers de l année 2009. Marie-Pierre Holtzmann Laurent Ménager Alice Fages Bruno Denkiewicz La soirée du social Les grands dossiers de l année 2009 Marie-Pierre Holtzmann Laurent Ménager Alice Fages Bruno Denkiewicz Programme Première partie : les dossiers «chauds» La rupture conventionnelle

Plus en détail

La prise en compte du travail à temps partiel dans les droits à retraite des différents régimes

La prise en compte du travail à temps partiel dans les droits à retraite des différents régimes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 juillet 2014 à 9 h 30 «Carrières précaires, carrières incomplètes et retraite» Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil La prise

Plus en détail

Revenus de remplacement : modalités déclaratives

Revenus de remplacement : modalités déclaratives Revenus de remplacement : modalités déclaratives Les revenus de remplacement sont destinés à compenser la perte de rémunération pendant une période d inactivité partielle ou totale. Sont notamment considérés

Plus en détail

Convention Collective du Golf du 13 juillet 1998

Convention Collective du Golf du 13 juillet 1998 Convention Collective du Golf du 13 juillet 1998 Avenant n 51 du 22 juin 2010 portant modification de l article 11.1 «Prévoyance» du Chapitre 11 «Prévoyance Mutuelle Retraite» de la Convention Collective

Plus en détail

Quels sont les bénéficiaires de ce contrat?

Quels sont les bénéficiaires de ce contrat? Quels sont les bénéficiaires de ce contrat? Quelles employeurs peuvent bénéficier de ce dispositif? Forme et contenu du contrat Rémunération minimale du salarié Formation Avantages pour l'employeur Comment

Plus en détail

Demande. d intervention sociale. 1 - le demandeur (écrire en lettres majuscules et en noir) 2 - le conjoint actuel

Demande. d intervention sociale. 1 - le demandeur (écrire en lettres majuscules et en noir) 2 - le conjoint actuel Demande d intervention sociale Confidentiel Cadre réservé au service 1 - le demandeur (écrire en lettres majuscules et en noir) actif chômeur (1) retraité autre, précisez : nom de naissance : prénom :

Plus en détail

Titre CIRCULAIRE N 2011-02 du 17 janvier 2011

Titre CIRCULAIRE N 2011-02 du 17 janvier 2011 Titre CIRCULAIRE N 2011-02 du 17 janvier 2011 Objet - RÈGLES RELATIVES À L ASSURANCE CHÔMAGE APPLICABLES AUX EMPLOYEURS PUBLICS - CONSÉQUENCES POUR L ASSURANCE CHÔMAGE DES DISPOSITIONS DE L ARTICLE 26

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Observatoire de l économie de Seine-et-Marne Melun, le 16 juin 2014

Pacte de responsabilité et de solidarité. Observatoire de l économie de Seine-et-Marne Melun, le 16 juin 2014 Pacte de responsabilité et de solidarité Observatoire de l économie de Seine-et-Marne Melun, le 16 juin 2014 1 2 Le Pacte : quels bénéficiaires? Les entreprises Toutes les entreprises, quelle que soit

Plus en détail

N 3 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1978-1979. Annexe au procès-verbal de la séance du 2 octobre 1978. PROJET DE LOI

N 3 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1978-1979. Annexe au procès-verbal de la séance du 2 octobre 1978. PROJET DE LOI N 3 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1978-1979 Annexe au procès-verbal de la séance du 2 octobre 1978. PROJET DE LOI relatif à l'institution d'un régime complémentaire d'assurance vieillesse et survivants

Plus en détail

Les conséquences du décret du 9 janvier 2012 relatif au caractère collectif et obligatoire des garanties de protection sociale complémentaire

Les conséquences du décret du 9 janvier 2012 relatif au caractère collectif et obligatoire des garanties de protection sociale complémentaire Les conséquences du décret du 9 janvier 2012 relatif au caractère collectif et obligatoire des garanties de protection sociale complémentaire 0 Contributions patronales de prévoyance complémentaire et

Plus en détail

Réunion d experts sur les droits sociaux des migrants et leur portabilité dans un cadre transnational

Réunion d experts sur les droits sociaux des migrants et leur portabilité dans un cadre transnational Soutien au Processus de Rabat sur la Migration et le Développement Réunion d experts sur les droits sociaux des migrants et leur portabilité dans un cadre transnational Rabat, (Maroc) 31 mars 1 er avril

Plus en détail

Le compte épargne-temps (CET)

Le compte épargne-temps (CET) Le compte épargne-temps (CET) Comment mettre en place le compte épargne-temps? Le compte épargne temps est mis en place par convention ou accord collectif de branche, de groupe, d'entreprise ou d'établissement

Plus en détail

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE SOYEZ PRO ACTIF! Anticipez et transformez cette contrainte en opportunité SALON DES ENTREPRENEURS 2015 5 février 2015 LA GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE DANS

Plus en détail

le financement de la couverture du risque maladie a connu La cotisation maladie aux prises avec la CSG et les mutuelles

le financement de la couverture du risque maladie a connu La cotisation maladie aux prises avec la CSG et les mutuelles La cotisation maladie aux prises avec la CSG et les mutuelles Bernard Friot Laurence Poinsart IDHE, université Paris X Depuis le rapport Chadelat, l habitude est prise de dire «assurance-maladie obligatoire»

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-301 QPC du 5 avril 2013. Mme Annick D. épouse L.

Commentaire. Décision n 2013-301 QPC du 5 avril 2013. Mme Annick D. épouse L. Commentaire Décision n 2013-301 QPC du 5 avril 2013 Mme Annick D. épouse L. (Cotisations et contributions sociales des travailleurs non salariés non agricoles outre-mer) La Cour de cassation a renvoyé

Plus en détail

Réforme de la formation professionnelle

Réforme de la formation professionnelle MEDEF Social mars 2015 Réforme de la formation professionnelle Compétitivité Mobilité Employabilité Edito En 2030, près de 30 % de nos métiers auront évolué. Pour relever ce défi, la formation des femmes

Plus en détail

LES GARANTIES DU REGIME CONVENTIONNEL DES CADRES DE LA PRODUCTION AGRICOLE

LES GARANTIES DU REGIME CONVENTIONNEL DES CADRES DE LA PRODUCTION AGRICOLE LES GARANTIES DU REGIME CONVENTIONNEL DES CADRES DE LA PRODUCTION AGRICOLE Dernière mise à jour : avril 2010 CPCEA 1 2 Préambule Le régime conventionnel des cadres de la production agricole est institué

Plus en détail

NEWSLETTER DU SOCIAL

NEWSLETTER DU SOCIAL NEWSLETTER DU SOCIAL Les chiffres clés La Garantie Minimale de Points 2014 : Les cotisations minimales annuelles de retraite complémentaire AGIRC sont fixées à 796,08. Ces cotisations correspondent à un

Plus en détail

et les mutations technologiques qui vont profondément affecter la manière de produire des richesses.

et les mutations technologiques qui vont profondément affecter la manière de produire des richesses. SECURITE SOCIALE : Le financement en débat... Dans ses vœux de nouvel An 2006, Jacques Chirac a évoqué la possibilité de l'élargissement de l'assiette des cotisations sociales dites patronales à la valeur

Plus en détail

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 CDD : COTISATIONS SUPPLEMENTAIRES POUR LES CDD DE COURTE DUREE À partir du 1er juillet 2013, la cotisation patronale d assurance

Plus en détail

Le statut de votre conjoint

Le statut de votre conjoint Artisans, commerçants, industriels Le statut de votre conjoint Édition janvier 2012 Sommaire 03 Un statut obligatoire 04 Quel statut pour votre conjoint? 06 Quelles cotisations? 08 Calcul des cotisations

Plus en détail

La sécurité sociale. Introduction : la notion de risque. Vocabulaire

La sécurité sociale. Introduction : la notion de risque. Vocabulaire CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 13 novembre 2014 à 11:31 La sécurité sociale Introduction : la notion de risque Vocabulaire Sécurité sociale : système de protection sociale contre les risques santé,

Plus en détail

La retraite IRCANTEC. A. La retraite complémentaire IRCANTEC

La retraite IRCANTEC. A. La retraite complémentaire IRCANTEC Mémento des droits des personnels des EPST Sntrs-Cgt E4 La retraite IRCANTEC A. La retraite complémentaire IRCANTEC I. Acquisition des droits II. Montant de la retraite IRCANTEC III. En cas de décès IV.

Plus en détail

Le créateur d entreprise

Le créateur d entreprise Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points n o 1 Guide entreprises avril 2014 Le créateur d entreprise Sommaire La retraite, en bref... 3 Points clés... 4 Points de repères...

Plus en détail

PARTICIPATION DES EMPLOYEURS AU FINANCEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE

PARTICIPATION DES EMPLOYEURS AU FINANCEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE PARTICIPATION DES EMPLOYEURS AU FINANCEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE CV Réf. : II-13-1-5 Pôle des services Date : 15.09.2012 services@cdg81.fr Ref : 7-9 Références : - Loi n 83-634 du 13

Plus en détail

Créateurs d Entreprises

Créateurs d Entreprises 6 Régime Social des Travailleurs Indépendants Créateurs d Mise à jour Octobre 2011 RETRAITE PRÉVOYANCE SANTÉ ÉPARGNE 1 Historique Valeurs du Groupe Implantations Un métier : la protection sociale Chiffres

Plus en détail

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI)

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) 1 Définition du CDDI un contrat de travail à durée déterminée dont le motif de recours est spécifique : favoriser le recrutement de certaines catégories

Plus en détail

Loi sur la sécurisation de l emploi

Loi sur la sécurisation de l emploi Dossier de presse JUIN 2013 Loi sur la sécurisation de l emploi contact presse : cab-tef-presse@cab.travail.gouv.fr Tél. 01 49 55 31 02 1 Sommaire Les origines du texte page 3 De la grande conférence à

Plus en détail

La fiscalité de l épargne salariale Entreprise

La fiscalité de l épargne salariale Entreprise Epargne Entreprise DOSSIER SPÉCIAL Juridique et Fiscalité La fiscalité de l épargne salariale Entreprise Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l entreprise Les versements de l entreprise

Plus en détail

Réforme des retraites : Les fonctionnaires coeur de cible

Réforme des retraites : Les fonctionnaires coeur de cible Réforme des retraites : Les fonctionnaires coeur de cible Les fonctionnaires sont les salariés qui paient le plus lourd tribut à la réforme des retraites, qui pourtant n'apparaît que comme un deuxième

Plus en détail

Table des matières. Partie 1 L organisation de la sécurité sociale 21. Chapitre 1 L organisation administrative 23

Table des matières. Partie 1 L organisation de la sécurité sociale 21. Chapitre 1 L organisation administrative 23 Introduction La place de sa sécurité sociale dans le système de protection sociale 5 I. La construction du système de protection sociale 5 1. Les influences de Bismarck et de Beveridge 6 2. La structuration

Plus en détail