Editorial. Le mot du Recteur. Editorial. Le mot du Recteur Dossier : Interreg III Poclha Re Trai DEQUAL Lorsque les TIC s en mêlent...

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Editorial. Le mot du Recteur. Editorial. Le mot du Recteur Dossier : Interreg III Poclha Re Trai DEQUAL Lorsque les TIC s en mêlent..."

Transcription

1 14e année -juillet - août - sept N 32 Editorial Le mot du Recteur Dossier : Interreg III Poclha Re Trai DEQUAL Lorsque les TIC s en mêlent... Recherche Séminaire: Projets 4Gradio et Marquis Crédits de Recherche La FPMs publie Séquestration géologique du CO2 Thèse de doctorat Enseignement Stratégies d insertion de l étudiant Risques, techno-sciences, éthique et Société Les activités du CDS «TICE: quels usages dans l enseignement supérieur?» Liaisons En bref... Ingénieur du bout du monde: Yael Nazé De la mongolfière à la fusée Ariane Mons, il y a 70 millions d années Créamons à votre service Nos étudiants se distinguent Le mot du CI Vie estudiantine: Ruben Hervé Um Nyobe Nyobe: In memoriam Farewell, Hervé... e.learning Editorial Username: EUROPE / Password: INTERREG III Il y a à peine vingt ans, passer la frontière française était un acte volontaire et chargé d émotion (et donc finalement assez rare). On passait d un coup à une autre monnaie, à des gens que nous percevions comme impliqués dans des systèmes d organisation différents des nôtres, même si la langue et une partie de la culture nous réunissaient. On parlait très peu alors d échanges d étudiants Aujourd hui, on freine à peine Prof. Thierry Dutoit en franchissant la frontière, et même si nos deux régions restent fort Rédacteur en chef différentes en bien des points, nous avons pris l habitude de travailler ensemble. L Europe, et en particulier les projets INTERREG, y sont pour quelque chose. Interreg III est l initiative communautaire du Fonds européen de développement régional (FEDER) en faveur de la coopération entre régions de l Union européenne pour la période L objectif de la nouvelle phase d INTERREG est de renforcer la cohésion économique et sociale dans l Union européenne en promouvant la coopération transfrontalière, transnationale et interrégionale ainsi que le développement équilibré du territoire. A la FPMs, plusieurs services sont impliqués dans cette action, et il était normal que PN32 leur donne la parole, dans notre dossier. Langues, traitement des polluants, technologies en matière de communication transfrontalière, démarche «qualité en formation continue», pédagogie et management par projets, insertion de l étudiant, sont les principaux thèmes couverts par la FPMs et présentés ici. Il ne faudrait pas oublier pour autant de lire le résumé de la leçon inaugurale du Prof. C. Delvosalle : «Risques, techno-sciences, éthique et société», ou l article sur les activités fort médiatiques de nos collègues du GeSC (Geological Storage of Carbon) en matière de séquestration du CO 2. Enfin, PN32 rend hommage à Ruben Hervé Um Nyobe Nyobe, étudiant de première Bachelier décédé à la suite d un tragique accident de voiture. Prof. S. Boucher Recteur Le mot du Recteur La Faculté Polytechnique de Mons, conformément à sa mission de service à la société, est un partenaire à part entière du développement régional. Tout un pan d activités s est développé autour de la recherche appliquée et de sa valorisation économique. Elle a participé à la création de Centres de Recherche (MULTITEL, MATERIA NOVA, INISMa, CETIC, ) et elle soutient la création d entreprises. Une vingtaine de telles PME ont ainsi vu le jour en quelques années. Elle a récemment créé deux nouveaux Pôles de Recherche, l un axé sur l Energétique et l autre intitulé «Fiabilité, Sécurité et Environnement». Toutes ces actions entrent dans le cadre des Actions Prioritaires pour l Avenir wallon, mieux connues sous le nom de Plan Marshall. La FPMs collaborera activement à ce Plan qui permettra de «booster» notre Région Wallonne. Toutes ces actions et d autres semblables dans la Communauté Européenne, nécessiteront le recrutement de nombreux ingénieurs civils pour occuper des emplois variés, aux multiples facettes, où chacun pourra trouver sa place. C est une des conditions pour que la Wallonie, et au delà l Europe, reste compétitive par rapport à des pays émergents, comme la Chine ou l Inde, et assure son avenir. Nul doute que de nombreux jeunes gens et jeunes filles aborderont les études d ingénieur civil d un œil nouveau et auront à cœur de gagner ce pari sur leur futur.

2 Polytech-News 2 Dossier Interreg III: Actions transfrontalières de la FPMs Interreg III, POCLHA ou le défi des langues dans les entreprises du Hainaut belge et français Jean-Marc Hilson Viviane Grisez Le Pôle de Compétences Linguistiques du Hainaut (POCLHA), élaboré dans le cadre du programme INTERREG III, est le fruit d une collaboration entre, d une part, l Interuniversitaire Hennuyère (IUH), les Facultés Universtaires Catholiques de Mons (FUCaM) et la Faculté Polytechnique de Mons (FPMs) et, d autre part, l Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis (UVHC) et la Chambre de Commerce et d Industrie du Valenciennois (CCIV).(voir PolytechNews n 28). Le service Langues nous retrace son historique et ses perspectives : enquête sur les pratiques linguistiques La première phase du programme proposait de réaliser une enquête dans plus de 100 entreprises du Hainaut belge et de la région du Valenciennois et Sambre-Avesnois, afin de mettre en lumière les pratiques linguistiques en entreprise et de cibler ainsi les besoins de formations. Cette enquête a révélé les compétences linguistiques qui étaient disponibles et celles qui étaient particulièrement recherchées. Conclusion étonnante pour la région du Hainaut belge: à côté de l anglais, la maîtrise du néerlandais s avère indispensable pour la plupart des entreprises hennuyères. 2004: opération formations Suite aux résultats de l enquête, des formations de néerlandais et d anglais sont mises sur pied à la FPMs et aux FUCaM en septembre Depuis lors, diverses formules sont proposées: modules entre 30h et 100h, cours à horaire décalé (trois soirées par semaine ou le samedi matin), etc. Les participants ont pour la plupart un profil de gestionnaire. Leur fonction à responsabilités les motive à réactiver leurs connaissances linguistiques en faisant le choix d une démarche souvent personnelle. Car si la connaissance active de l anglais leur permet de se positionner sur la scène internationale, la maîtrise du néerlandais est une clé qui ouvre de nombreuses portes sur le marché belge. La réceptionniste ou la secrétaire de direction ont beau connaître quelques formules d accueil en néerlandais, trop d entreprises wallonnes manquent de personnel qualifié et de cadres bilingues, voire trilingues. Or, dans toute négociation avec le client, il importe de saisir les finesses de la langue de son interlocuteur. Sans parler de la culture de l autre, car qui dit langue, dit culture, et inversement. 2005: L ELAO ou comment les TICE servent la cause des langues L accès aisé aux ressources multimédia permet de dynamiser l enseignement des langues pour diverses raisons. Le multimédia permet un apprentissage des langues attrayant et personnalisé : étude en autonomie ou semi-autonomie, consolidation des acquis à son propre rythme de travail. Dans ce cadre, l apprenant devient l acteur principal de son apprentissage personnel, car il s approprie la langue de façon progressive et individuelle. Néanmoins, le multimédia ne remplace aucunement l enseignant, qui Séminaires Projets 4G-radio et Marquis Le workshop Medea+ qui se tiendra le 23 de novembre au CTTC à Barcelone, Espagne, présentera les résultats obtenus par les projets 4G-radio et Marquis en matière de recherche et développement en technologie des Prof. C. Valderrama semi-conducteurs, en circuits et en architectures pour les systèmes de communication sans fil, actuels et futurs. Le workshop se concentrera sur des technologies RF pour des circuits CMOS ou SOI, la conception en mode mixte, les architectures en bande de base, et les techniques d augmentation de la bande passante des réseaux locaux sans fil. Pendant le workshop, les partenaires des deux projets, parmi lesquels se trouve la FPMs représentée par le Service d Electronique, présenteront les résultats les plus importants en relation avec les systèmes de communication sans fil 2G, 3G, WLAN, DVBT et GPS. Pour plus d information : voit au contraire son rôle de tuteur et de communicateur renforcé. Dans cet esprit de complémentarité entre la machine et l homme, il convient de choisir le meilleur outil pour chaque activité, en ciblant de façon appropriée les quatre compétences langagières, à savoir comprendre, parler, lire et écrire. Produits fermés (didacticiels de langues), programmes-auteurs, ressources libres, l internet et le courrier électronique, autant de ressources au service du professeur de langues, qui est souvent submergé de matériel dont il soupçonne à peine l usage, voire l implémentation pédagogique qu il peut en faire. 2006: le Guide des bonnes pratiques C est pourquoi plusieurs journées de sensibilisation à l enseignement des langues assisté par ordinateur (ELAO) ont été dispensées au laboratoire multimédia de langues de la FPMs. Jusqu à ce jour, plus de 60 enseignants du secondaire et du supérieur ont participé aux séances qui avaient pour but de faire le tour de l existant dans le domaine de l ELAO, en donnant des pistes pour l utilisation de l ordinateur et d Internet dans le cadre des cours de langues. Les langues et l entreprise : un couple uni pour le meilleur et pour le pire? Souvent pour le pire, hélas Car non seulement l entreprise manque de personnel multilingue, mais elle ne perçoit pas toujours la portée d une bonne maîtrise des langues dans sa stratégie publicitaire. Forme et contenu du message qu elle diffuse, tous deux sont de grande importance. Ainsi, garantir une traduction de son site Web qui respire l authenticité, rédiger des modes d emploi clairs et linguistiquement corrects, lancer des campagnes publicitaires qui tiennent compte non seulement de la langue, mais aussi de la culture du destinataire, enregistrer un message irréprochable sur le répondeur; tous ces éléments contribuent à donner une image positive et attrayante de l entreprise! Les partenaires du POCLHA vont diffuser prochainement un guide des bonnes pratiques qui contient une mine de trucs et d astuces à l intention des entreprises désireuses de conquérir et de séduire le marché international. Le texte initial est rédigé en français et traduit partiellement en anglais, en néerlandais, en allemand et en espagnol. Prochaines formations linguistiques organisées par le POCLHA «Comprendre et parler le néerlandais» Niveau : intermédiaire (B1) Formule : deux sessions de 30h pour mettre en pratique vos connaissances passives du néerlandais. 1ère session : les mardis et jeudis de 18h à 21h, du 11 octobre au 17 novembre ème session : les mardis et jeudis de 18h à 21h, du 22 novembre au 22 décembre 2005 Les 2 sessions ne sont pas identiques. Vous pouvez donc participer à plusieurs sessions. Formations «sur mesure» Niveau : avancé (C1) Formule : tables de conversation autour de sujets d actualité dans la langue cible Plus d infos : Contact :Jean-Marc Hilson

3 Polytech-News 3 Dossier Interreg III: Actions transfrontalières de la FPMs Récupération et traitement de polluants industriels (ReTrai) Le Service de Thermodynamique de la Faculté et 3 autres laboratoires collaborent dans un projet concernant la mise au point de techniques permettant la dépollution des rejets de Composés Organiques Volatils (COV). La plus utilisée de ces techniques, l adsorption, est plus particulièrement étudiée par le Service de Thermodynamique. ReTrai est un projet Interreg III qui regroupe les compétences de quatre laboratoires: le laboratoire de catalyse et environnement de l Université du littoral Côte d Opale, le laboratoire de catalyse de l Université des Sciences et des Techniques de Lille, le laboratoire des matériaux inorganiques des FUNDP et le laboratoire de thermodynamique de la FPMs. Il est financé par le FEDER, la Région Wallonne et le Service de Thermodynamique de la FPMs. Ce projet vise à développer une gestion et une préservation concertées de l environnement par la mise au point d adsorbants et de catalyseurs performants permettant la dépollution des rejets de Composés Organiques Volatils (COV). Il contribue également au rapprochement des acteurs économiques et à l amélioration de l environnement des entreprises par la mise en réseau et le développement de services d appui aux entreprises et la promotion des collaborations scientifiques, techniques et universitaires transfrontalières. Les COV sont des polluants dangereux pour la santé et pour l environnement naturel. Sous ce vocable est regroupé un grand nombre de composés: alcanes, aromatiques, composés oxygénés ou chlorés, etc. Parmi ceux-ci, les composés aromatiques et chlorés posent des problèmes particuliers. Les premiers sont quantitativement très présents dans beaucoup d émissions et possèdent des caractères mutagènes; les seconds sont non seulement néfastes pour la santé mais aussi, de par leur longévité, ils s accumulent dans l environnement et participent au dépeuplement de la couche d ozone. Il faut signaler qu une très grande variété de COV aromatiques (benzène, toluène, etc.) et chlorés (chloro-benzènes, -éthylènes et méthanes, etc.) est émise chaque jour dans la région transfrontalière (région Nord-Pas-de-Calais et région Wallonne). Pour la région Wallonne, les rejets de COV anthropiques s élèvent à T/an. De plus, leurs sources sont multiples et spécifiques et demandent donc une dépollution appropriée aux problèmes des rejets régionaux. Quant à la région Nord-Pas-de-Calais, les rejets de COV s élèvent à T/an. Pour l inter-région concernée, les rejets les plus significatifs proviennent du transport routier avec environ 50% des rejets, et des procédés industriels utilisant des solvants avec environ 30%. Les principaux secteurs d activité concernés sont les suivants: raffinage et pétrochimie, industries chimique et pharmaceutique, construction automobile, peintures, imprimerie, dégraissage, pressing, etc. De grandes entreprises aussi bien que de nombreuses PME sont confrontées à ces polluants. Les méthodes de traitement des COV se regroupent en deux familles: les techniques récupératives et les techniques destructives qui peuvent dans certains cas se compléter. Le choix d une technique dépend de différents paramètres tels que le débit, la concentration et la nature de l effluent gazeux. Les techniques récupératives font appel à l absorption, l adsorption, la condensation et la séparation sur membrane; Prof. G. De Weireld si elles sont séduisantes, elles ont chacune leur domaine d application et leurs inconvénients. De plus, elles doivent dans de nombreux cas être complétées par des techniques destructives faisant appel à l oxydation thermique et catalytique ou au traitement biologique pour respecter les normes d émissions de COV. La technique d adsorption sur laquelle travaille le laboratoire de thermodynamique dans le cadre de ce projet est actuellement la plus utilisée des techniques récupératives mais ne représente qu environ 10% des procédés en fonction. De nombreuses améliorations ont été apportées et devront encore l être pour garantir une utilisation plus large de cette technique. Lors de ce projet différents matériaux ont été développés afin de permettre la récupération et/ou la destruction (ou la valorisation) des COV aromatiques ou chlorés: des zéolithes et des matériaux mésoporeux hautement structuré pour la récupération ou la séparation (adsorption), des catalyseurs métalliques ou bimétalliques à base de métaux précieux supportés sur matériaux poreux nanostructurés pour la destruction catalytique (oxydation ou hydrodéchloration). Structure en cage d une zéolite, permettant de piéger les COV Le projet ReTrai a permis la mise en place d un atelier d experts transfrontalier basé sur les connaissances pointues et complémentaires des différents partenaires en termes de dépollution des rejets de COV chlorés et aromatiques. Il a également permis la prise de contacts avec le tissu des entreprises interrégionales concernées par ces problèmes d environnement afin de pouvoir développer ultérieurement des techniques de dépollution directement en partenariat avec ces entreprises et qui seront adaptées de façon plus spécifique à leur type de rejets (composition, flux, conditions, etc.). Enfin, une unité mobile a été créée pour permettre la prise d échantillons et des analyses sur site. Le 29 juin 2005, le Service de Thermodynamique a participé et coorganisé un workshop sur le thème «Récupération et traitement des rejets industriels de COV» qui s est déroulé à l Université du littoral Côte d Opale (Dunkerque). Ce workshop a été organisé dans le cadre d une Action Concertée Incitative (CNRS - Ministère de la Recherche) «RemediaCOV» regroupant 5 laboratoires français et les 4 laboratoires du projet ReTrai. A cette occasion, Le prof Diane Thomas a fait une présentation, très appréciée par les industriels, sur les procédés physiques pour la réduction des émissions de COV. Cette manifestation a permis aux chercheurs de la FPMs présents (Services de Génie chimique et de Thermodynamique) de présenter leurs recherches à environ 90 personnes dont une vingtaine d industriels français et belges et a permis de prendre des contacts avec des industriels du Hainaut intéressés par les techniques d abattement des COV. Pour en savoir plus : inte_cov.htm DEQUAL: Démarche Qualité appliquée aux systèmes de formation continue Ce projet INTERREG III réunit l Université de Mons-Hainaut (UMH), la Faculté Polytechnique de Mons (FPMs) et l Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis (UVHC) Le projet DEQUAL s inscrit dans la continuité d un projet INTERREG II «Démarche Qualité appliquée à l accompagnement des adultes en formation continue». Cette démarche qualité privilégiait un travail sur les pratiques des universités, indépendamment des contenus pédagogiques. Elle se centrait sur l accompagnement des adultes. Son public cible était le personnel des établissements universitaires ayant la charge de la formation continue et à travers lui les adultes bénéficiaires de cette prestation. Pour les institutions montoises, le travail à réaliser était de l ordre du diagnostic. A l Université de Valenciennes et du Hainaut- Cambrésis, il s agissait d aller plus loin et d entreprendre une analyse, une formalisation et une systématisation de ses pratiques d accompagnement des adultes en reprise d études. La démarche de transfert méthodologique a été initiée grâce à la collaboration entre les partenaires et demande une poursuite dans ce sens. Le projet INTERREG III intitulé «Démarche Qualité appliquée aux systèmes de formation continue» met l accent sur la poursuite l amélioration de l accompagnement de l adulte en reprise d études et de l environnement de formation. L autre but poursuivi est l organisation et la mise en place de la Validation des Acquis de l Expérience (VAE). Un autre Prof. C. Delvosalle et P. Lorent objectif de ce projet est la modularisation et la création de «modules d accès» et la mise en œuvre de l espace universitaire européen dans le cadre des crédits transférables d un diplôme à un autre, d un pays à un autre. Les études effectuées lors du projet INTERREG II ayant pris en compte la dimension «ECTS», il s agit ici d étudier l application des normes européennes. La phase 1 du projet INTERREG III a été acceptée par le Comité de Pilotage INTERREG du 26 avril Sa période de réalisation court du 1 er janvier 2002 au 31 décembre Un avenant de prolongation jusqu au 31 août 2005 a été proposé en juillet 2004 et a été accepté. La phase 2 du projet a été déposée fin juillet 2004, revue fin décembre Elle a été acceptée en Comité de Pilotage INTERREG du 20 mai Les actions ont démarré le 1 er septembre 2005 et se prolongeront jusqu au 31 décembre Responsables du projet : Professeur Pol THIRY (UMH); Professeur Christian DELVOSALLE (FPMs); Monsieur Bernard BLIN, Chargé de Mission Qualité (UVHC)

4 Polytech-News 4 Dossier Interreg III: Actions transfrontalières de la FPMs Lorsque les TIC s en mêlent Parmi les différentes initiatives estampillées Interreg III, un des projets a pour objectif E. Fascilla, A. Amorison, P. Manneback, R. Potdevin. de stimuler le rapprochement des populations et le développement des services transfrontaliers. «Pôle TIC : pôle de compétences et de développement des TIC en transfrontalier» vise à constituer, comme son nom l indique, un pôle de compétences et de services en Technologies de l Information et de la Communication et à développer les usages de ces nouvelles technologies dans le cadre d actions de coopération transfrontalière allant de la formation au développement scientifique. Ce projet s inscrit dans une trilogie initiée en A l époque, Interreg I a permis la mise en place de fibres optiques entre l université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis et les trois universités montoises (FPMs Fucam UMH) représentées par l Interuniversitaire Hennuyère comme chef de file. Interreg II a pris le relais fin des années 90 pour mettre en place le matériel d interconnexion et les premiers usages. Chargé de cet historique, le pôle TIC d Interreg III se tourne résolument vers les services et les utilisateurs avec une attention particulière pour l accessibilité et la pédagogie. Les enseignants se sont donc logiquement associés aux centres informatiques afin que la technique évolue à la mesure de leurs besoins pédagogiques. Dans le domaine de l éducation, le projet Pôle TIC poursuit plusieurs objectifs. Il tend d abord à favoriser le développement et l acquisition d une «culture numérique» et à améliorer les capacités de notre public étudiant à utiliser les technologies pour apprendre à travailler. Il s efforce ensuite de développer l accès aux réseaux d information et d échange et d encourager l utilisation de nouveaux supports dans la démarche pédagogique et l accès à des ressources didactiques en ligne. Du point de vue de l infrastructure, les moyens matériels et logiciels mis en œuvre sont développés dans un schéma global assurant la cohérence, l optimisation et l interopérabilité des plates-formes des différents partenaires. A la Polytech, les actions réalisées dans le cadre de ce projet sont nombreuses. Tous les étudiants ont accès à un environnement numérique de travail qui leur fournit un point d entrée unique vers les informations et services dont ils ont besoin comme le programme des cours, la plate-forme d enseignement, leur site personnel, le WebMail, etc. On y retrouve également une information plus dynamique et personnalisable proposant des annonces diverses, des valves électroniques, des enquêtes et forums de discussion. D autre part, le travail depuis son domicile est rendu possible en offrant à l étudiant la possibilité de se connecter via son navigateur Internet à un bureau virtuel où il retrouvera ses documents personnels, les logiciels dont il a besoin et l ensemble des accès aux services de l Intranet facultaire. La collaboration entre étudiants est également un élément important, c est pourquoi des portails projets ont été créés afin de permettre l encadrement de travaux de groupe. On y retrouve notamment des outils de communications (forum, chat), de collaboration (édition en ligne, historique de version) et de gestion (planning, tâche). Du point de vue multimédia, une médiathèque centralise des collections de vidéos et de photos exploitables à des fins pédagogiques et dans le cadre de cours transfrontaliers. Les vidéos disponibles sont proposées en streaming plutôt qu en téléchargement, afin de faciliter l accès via une connexion à faible débit. La vidéoconférence est également mise à profit dans le cadre de certains cours, elle permet ainsi d inviter des spécialistes dont l éloignement rend le déplacement impensable ou au contraire de faire profiter notre public local d exposés dispensés à distance. Bien que l essor de cette pratique ait un impact positif sur la culture pédagogique, les travers de l enseignement traditionnel sont toujours présents, auxquels s ajoute le manque d interactivité entre orateur et étudiants causé par le critère de distance. La réflexion au sujet de ce manque d interaction a mené dans un premier temps à améliorer la situation «locale» en acquérant un système de vote électronique. Au cours de son exposé, le professeur est à même de poser des questions à son public qui y répond en votant à l aide de son boîtier. Cette technique lui offre non seulement la possibilité de tester le niveau de compréhension de son audience afin d adapter la cadence de son exposé, mais également de la stimuler tout au long du cours. Une autre solution plus adaptée à la vidéoconférence consiste en un système de vote électronique par PDA, ordinateur portable ou tout autre support informatique approprié qui fonctionne suivant la même logique mais qui d une part, offre la possibilité de poser d autres types de questions (réponse courte, réponse numérique, glisser/déplacer, ) que ceux possibles avec un simple boîtier à touches (QCM, classement) et d autre part permet la participation de tous les publics, qu ils soient locaux ou distants, tout en apportant une dimension interactive. Les partages d expériences et de réalisations en TIC entre les institutions partenaires et notamment nos voisins d Outre- Quiévrain sont bénéfiques pour tous. Elles nous permettent de proposer aux étudiants un système d information et des environnements numériques de travail de pointe, favorisant les échanges transfrontaliers et l utilisation des TIC dans les Hainaut belges et français. C est d ailleurs dans cette optique que le 24 novembre prochain se déroulera le Forum du Pôle TIC du Hainaut transfrontalier où seront abordés sous forme de présentations, de démonstrations et de débat : les réseaux de communication, les systèmes d information et leurs contenus pédagogiques, les plates-formes transfrontalières d enseignement à distance et de télé-enseignement par visioconférence. Les informations relatives à cet événement sont disponibles sur

5 Polytech-News 5 Enseignement Stratégies d insertion de l étudiant: baliser le parcours de bout en bout! Les études universitaires constituent un temps fort de la vie du jeune adulte. Les étapes charnières que sont l entrée en première année et l insertion dans la vie professionnelle ont retenu l attention des partenaires du projet SIE. C est en effet à ces moments clefs qu il doit être possible de développer des actions facilitant la transition. Bien sûr, tant Dr M. Delforge l Université de Valenciennes que les institutions de l Interuniversitaire (outre la FPMs, l Université de Mons Hainaut, Les Facultés Universitaires Catholiques de Mons et la Faculté universitaire des Sciences agronomiques de Gembloux participent également au projet) proposent déjà des activités ayant pour finalités le soutien à l insertion et l aide à la réussite. De la même manière, au terme des études, toutes les institutions possèdent des structures d appui à la recherche d emploi. Néanmoins, il semblait intéressant de partager nos «bonnes pratiques» dans ces matières. C est l objet du projet Stratégies d Insertion de l Etudiant. S agissant de la Faculté, les deux axes du projet qui nous concernent sont le module Education aux choix et la création d une base de données commune transfrontalière. Le module Education aux choix, initialement développé par le Service d Insertion professionnelle de l Université de Valenciennes Hainaut Cambrésis, propose à l étudiant de première année un module (facultatif dans certaines facultés, obligatoire dans d autres) susceptible d éclairer son choix professionnel. Mais si tel est effectivement le but affiché, les objectifs de l activité sont en fait bien plus nombreux: on relèvera, en vrac, la concrétisation des insertions professionnelles envisageables ainsi que des contenus d enseignement dans leurs usages professionnels, la mise en relation avec le monde de l industrie, Au total, on espère ainsi développer et entretenir la culture de la prise d initiative. Il faut remarquer que la réalisation même du projet permet la mise en jeu de compétences poursuivies par la formation universitaire: la recherche documentaire, la rédaction de rapports, la réalisation et la présentation de posters scientifiques sont au nombre de celles-ci. Voilà pour l apport valenciennois. De leur côté, les institutions de l Interuniversitaire contribuent au projet par la mise en partage de leurs pratiques d accompagnement des étudiants. A la FPMs, si les actions liées à l entrée à l université sont du ressort de la Cellule de Pédagogie universitaire, c est en revanche l AIMs, en la personne de M. Claude JUSSIANT, qui participe à la création de la base de données transfrontalière. Cette ressource, actuellement en construction, devrait comporter, à terme, des informations à l usage de différents types d utilisateurs. Les entreprises y trouveront la liste des formations dispensées dans les institutions concernées accompagnées des aptitudes correspondantes acquises par le diplômé. Sans doute les recruteurs y trouveront-ils une offre plus «lisible» leur permettant la recherche de profils pointus. A un autre niveau, les entreprises pourront également trouver sur ce site les curriculum vitae des jeunes diplômés à la recherche de leur premier emploi. A l usage des diplômés, la base de données offrira un fichier d offres d emplois proposés par des opérateurs implantés, projet Interreg oblige, de part et autre de la frontière. Ajoutons que, si ce qui précède concerne le premier emploi, l ambition est de s étendre à la recherche de stages en entreprise. Sont également envisagés l organisation de séminaires thématiques portant sur les spécificités de la recherche d emploi en France et en Belgique (organismes compétents, attentes particulières,.). Bien sûr, des plus values transfrontalières sont attendues par les opérateurs: dans le cas qui nous occupe, une meilleure connaissance mutuelle des formations d une part, et du marché de l emploi d autre part est espérée. La dernière manifestation en date est le Forum de l Emploi qui s est tenu en nos murs le 19 octobre dernier. En bref... Un prix GSK en ingénierie du vivant Comme la tradition le veut, plusieurs prix offerts par des entreprises implantées en Belgique viennent récompenser des étudiants de 5 ème année terminant leurs études avec succès. Un nouveau prix de 1000 Euros sera ainsi offert par la société Glaxo- SmithKline (GSK) à l étudiant ayant réalisé le meilleur travail de fin d études dans le domaine de l ingénierie du vivant (rappelons qu un certificat tentant d établir une passerelle entre les univers - a priori éloignés mais en fait très proches sous certains aspects de la médecine, de la biologie et de l ingénierie est proposé aux étudiants de 5 ème année de la spécialité Electricité depuis l année académique ). Crédits de recherche F.N.R.S. Mandats : Mme Fanny Descamps (Génie Minier) a reçu un nouveau mandat d aspirant; M. Johan Yans (Géologie fondamentale et appliquée) a reçu un mandat d un an en qualité de collaborateur scientifique. Crédits aux chercheurs : M. Marc Wuilpart (Electromagnétisme et Télécommunications) a reçu un crédit de 8.000,- EUR; M. Yves Quinif (Géologie fondamentale et appliquée) a reçu un crédit de 5.900,-EUR. F.R.F.C.-Initiative des chercheurs : MM Alain Vande Wouwer et Guy De Weireld ont reçu ensemble ,-EUR devant servir à l achat conjoint par la FPMs et l ULB d un appareillage scientifique. M. Christian Dupuis ( ) a reçu 2.500,-EUR, partie d un subside global de 7.500,-EUR devant servir à une étude conjointe FPMs/ULg/I.R.S.N.D. PROJETS FIRST FIRST DEI : Les projets PROACTIF, KNMAD et MOSAIC déposés par nos collègues J. Hancq et B. Gosselin (TCTS) ont été retenus. FIRST SPIN-OFF : Le projet IP FUNDRY déposé par le Prof. C. Valderrama (Electronique) a été accepté. Le projet CEXTRA du Prof. J. Hancq (TCTS) a été retenu.

6 Polytech-News 6 Enseignement Risques, techno-sciences, éthique et Société Prof. C. Delvosalle Depuis plus de vingt-cinq années, le «risque» est à la mode! Pas un jour ne passe sans qu on nous cite la longue litanie de tous les risques auxquels nous serions continuellement soumis. Mais que faut-il retenir de ces discours alarmistes? Le Prof. C. Delvosalle a donné des pistes de réflexion sur ce sujet lors de sa leçon inaugurale, ce le 29 septembre. En voici un résumé, de la main de l auteur. La notion de risque, apparue à la fin du Moyen-Âge, désignait tout événement de la nature, à l exclusion des dommages provenant du fait de l homme. L émergence du «risque moderne» date de l industrialisation massive de la fin du 19 ème siècle, quand la prise en compte des accidents du travail dans les manufactures posa un problème juridique sans précédent. C est ainsi que naquit la notion de «risque professionnel», un risque qu engendre normalement toute activité et qui doit être encouru pour le bien collectif. Tout au long du 20 ème siècle, la notion de risque va ainsi se développer continuellement. Le risque professionnel va s étendre au «risque social» conduisant à toute la protection sociale telle que nous la connaissons aujourd hui. Naît ainsi ce qu en 1986, François Ewald appelle «l Etat Providence», une société fondée sur un nouveau principe : c est le Principe de Solidarité. Cette approche a conduit au développement d un nouveau d o m a i n e scientifique, celui des «spécialistes du risque» qui impose un nouveau concept : la Maîtrise des Risques. Mais la maîtrise des risques a aussi induit, particulièrement dans la sphère politique, le discours du «Risque Zéro», sous-entendu : «tout est sous contrôle, rien ne peut arriver!» Discours à l évidence irresponsable et dont l échec programmé a, encore aujourd hui, des conséquences incalculables car la notion de risque a connu une extension continue de son usage. Toutes les catastrophes imaginables, toutes les crises possibles mais aussi tous les problèmes du quotidien sont «mis en risque». L histoire récente montre que cette attitude se transforme en une croisade due surtout à un individualisme forcené qui s apparente souvent à un discours idéologique, d autant qu il concerne, à la fois, une forme évidente de faillite de «l Etat Providence» mais aussi une remise en cause du principe de solidarité et de l apport positif des sciences à la Société. Les techno-sciences sont aujourd hui mal aimées et transformées en «boucs-émissaires» responsables de presque toutes les difficultés de la Société. Pourtant, dans les pays développés tout au moins, la vie n a probablement jamais été aussi douce et que l espérance de vie n a jamais été aussi longue. Et les progrès technico-scientifiques, sous toutes leurs formes, en sont une des causes principales. Mais force est de reconnaître que cette réalité est de plus en plus ignorée et que les critiques fusent de toutes parts, y compris de la sphère scientifique elle-même (par exemple «l appel de PARIS», 2004). Comme le soulignait Ewald, en 1986: «On peut se livrer aux calculs de risques les plus complexes, on en arrivera, en fin de compte, à cette conclusion qu un risque acceptable est un risque accepté». Ceci explique l explosion «sociologique» de la perception des risques dans une société qui ne paraît plus guère se satisfaire des approches scientifiques. C est dans ce contexte que s est développé un nouveau et aujourd hui célèbre principe: le «Principe de Précaution». On peut cependant s interroger sur la réelle opérationnabilité de ce principe car, si le désir de prendre des précautions est louable, il ne peut servir de règle d où seraient déduites systématiquement les bonnes décisions. Néanmoins, il faut admettre que, plus que jamais, l homme de science et l ingénieur se doivent d agir avec prudence, comme le préconisait, il y a plus de deux mille ans, Aristote, «en ces domaines de l éthique où la règle ne peut donner de détermination précise» (Ethique de Nicomaque V, X, 7). «Scientia vincere tenebras», rien n est moins sûr finalement et certains philosophes, dans la foulée de Hans Jonas (1979), en déduisent un besoin de redécouverte de l éthique, du sens moral voire du mysticisme. L éthique devrait donc secourir la science! Malheureusement, même en terme d éthique, il faut admettre qu il demeure un Principe d Incertitude fondamental. Il demeurera toujours un hiatus entre l intention et le résultat de l action qui s en suit. Il y aura toujours des contradictions éthiques entre deux «biens» à promouvoir ou deux «maux» à éviter, dont on ne sait finalement quel sera le meilleur ou le pire. Si une certaine incertitude est la règle de cet univers et si, malgré cette incertitude, les techno-sciences ont largement contribué aux progrès récents de l humanité, pourquoi toute la cohorte des nouveaux «risques» occupe-elle aujourd hui le devant la scène médiatique et sociale? C est dans les évolutions récentes de la Société qu il faut chercher, à la fois des réponses et des explications. La Société que nous qualifierons de «moderne» est le fruit de la révolution industrielle. Au nom d une rationalité toute puissante, elle a tenté de réunir l individuel et le collectif en bâtissant la logique du Principe de Solidarité. Mais ces temps se désintègrent sous nos yeux, c est de plus en plus contre ces principes que se développe notre société. La confiance et la foi dans l avenir, dans le progrès, l o p t i m i s m e s c i e n t i f i q u e se dissolvent dans le Principe d individualisme. Désormais, on veut vivre tout de suite, ici et maintenant, se conserver jeune et même se vouloir immortel : la fin de l ère de l homme social et l avènement de l ère de l homo individualis, à l affût de son seul bien-être égoïste. Corrélativement, cette recherche du bonheur immédiat se double de la peur constante de vivre un âge apocalyptique si largement médiatisé que tout le monde finit par y croire. Les risques et la peur envahissent la Société «Post-moderne». En outre l émergence des nouvelles peurs conduit à des développements imprévus et inquiétants. Qui n a entendu parler de «facteurs de risque», de «comportements à risque» voire même de «gènes à risque». Par rapport à l homme moyen, «normal», apparaissent donc des individus «anormaux». Désigner ainsi des segments spécifiques de la population comme étant hors norme n est pas anodin. Cette attitude fait le lit de pratiques néo-sécuritaires et des pires extrémistes. A-t-on déjà oublié les leçons de l histoire récente??? Mais le problème est plus global! Il est dans la Société et le pouvoir politique de plus en plus incapable d administrer le «Principe de Solidarité» et le «Principe d individualisme». Car ce sont ces principes qui se heurtent de front et qui se traduisent particulièrement dans l émergence des risques modernes. On veut du bien-être, du pouvoir d achat et du plein emploi, mais à condition que les usines soient loin de chez soi. On veut les bienfaits de la médecine mais il n est presque plus de médicament qui ne fasse l objet de suspicion, voire de procès. En fait, on veut tout et son contraire. Mais, tant comme ingénieurs que comme citoyens, nous devons réagir car le doute n empêche pas l action même si l action n exclut pas le doute. Et, comme le disait Edwards DEMING, il y a plus de cinquante ans: «Il n y a pas d alternative à la CONNAISSANCE! «Bibliographie Ewald François, L Etat Providence, Grasset, Jonas Hans, Das Prinzip Verantwortung : Versuch einer Ethik für die technologische Zivilisation, Francfort s.m., Insel, Association française pour la recherche thérapeutique anti-cancéreuse, Appel de Paris, 2004.

7 Polytech-News 7 Ingénieurs du bout du monde Yael Nazé : Le bout du monde à travers un téléscope! Le bout du monde n est pas toujours celui qu on croit. Yaël Nazé fait partie de ces ingénieurs qui se sont fixés très tôt un objectif professionnel ambitieux et qui s y tiennent. Mordue d astronomie, membre fondatrice du cercle d astronomie TYCHO, elle a réalisé son TFE en 1999 en traitement du signal, sur l analyse de la réponse instrumentale du télescope spatial XMM-Newton. Son parcours l a menée à Liège, où elle a terminé récemment un doctorat en Astrophysique en mars Elle donne aujourd hui libre cours à sa passion à l Institut d Astrophysique et de Géophysique de Liège. PN : Dis, m fil, avec é patronyme pareil, tu d vise wallon au moins? (ndlr : Géo Nazé est un artiste connu dans la région du borinage, notamment pour ses pièces de théâtre en wallon). Je n su nié seur d parler comme y faut, mais j me débrouille! Je suis effectivement en principe parente avec Géo Nazé : Nazé est un nom typiquement borain, au départ écrit «Nazet» mais un employé a la commune s est trompé au 19e siecle, donc tous les Nazé sont parents. PN : Comment t est venue l idée devenir ingénieur à la FPMs et de faire ensuite une carrière universitaire? Dr Yael Nazeé Pour le moment, j ai un contrat de 3 ans comme chargé de recherches FNRS j espère trouver un emploi permanent qui combinerait mes différentes passions : recherche, vulgarisation et éducation, histoire des sciences...on verra bien! PN : Quel message voudrais-tu faire passer à nos étudiants ou à nos chercheurs? Faire ce que l on aime est très important ne pas choisir une option simplement parce qu elle est plus porteuse. Ne pas se décourager, non plus, car même après des années d efforts, il se peut que l on n arrive pas à ce que l on désire : la société ne fait pas de cadeaux et faire une carrière universitaire est encore plus difficile... Ici, nous sommes quinze astronomes, et un seul sera nommé! NDLR : comme on dit par chez nous : Yaël Nazé, «c est nié l dernière petotte du chin d kilo»! Yaël Nazé: - Depuis que j ai eu 12 ans, j ai toujours voulu faire de l astronomie... Bien sûr, puisqu il s agissait à l époque d études de 3e cycle, il fallait faire quelque chose avant, et ce ne pouvait être qu ingénieur : j ai toujours beaucoup embêté mes profs en demandant «comment ça marche? À quoi ça sert?» PN : Comment t est venue l idée de partir à Liège après tes études à Mons? L institut d Astrophysique de Liège est le plus grand centre d astronomie en Belgique : il était donc évident de s y rendre pour étudier le ciel et ses mystères...pour faire la passerelle entre Mons et Liège, j ai fait mon stage et mon mémoire au Centre Spatial de Liège (CSL) : le mémoire concernait la calibration de XMM-Newton, et c est ainsi que j ai glissé vers la recherche, puisque j ai ensuite étudié les données en provenance de ce satellite. PN : L aventure a-t-elle été facile? A quelles portes a-t-il fallu frapper? Facile, certainement pas, mais les gens ont été très gentils avec moi je pense à Claude Jamar, directeur du CSL, ou à Jean-Pierre Swings, alors directeur de l Institut, qui ont vraiment été de seconds pères pour moi. PN : Avec le recul que tu as maintenant par rapport aux diverses institutions universitaires que tu as fréquentées, comment situerais-tu ta formation à la FPMs? Mons procure une très bonne formation : très générale, elle permet de s adapter à tout, même à l astrophysique : ) - très dure, elle nous donne les armes pour nous «battre». PN : Comment vois-tu ton avenir professionnel? Les couleurs de l univers De Yael Nazé A quoi ressemble la Voie lactée dans l infrarouge? Que cachent les nuages de poussière qui voilent des parties entières du ciel? Avec la découverte des ondes électromagnétiques (ondes radio, ultraviolet, infrarouge, rayons X, gamma), le ciel s est teinté de nouvelles couleurs, changeant totalement d aspect, jusqu à révéler des phénomènes d une violence insoupçonnée. Les télescopes du monde entier obtiennent maintenant des images d un univers inconnu que l auteur nous apprend à comprendre. Riche en anecdotes parfois cocasses sur des découvertes qui doivent parfois au hasard ou à la persévérance obstinée de chercheurs, le livre invite le lecteur à découvrir un monde invisible à l œil. Des mystérieux quasars au rayonnement cosmologique, c est à un voyage au fil de ce nouvel arc-en-ciel que nous convie l auteur. 2005, 18,5 x 24,5 cm, 224 pages, impression en quadrichromie, nombreuses illustrations en couleurs, code Belin , ISBN , page.asp?path=isci-iscibib-tscibib Liaisons De la Montgolfière à la fusée Ariane Du 21 au 25 septembre au château de Seneffe A l initiative de M. Philippe Busquin, l équipe du Château et le Centre de Didactique des Sciences de l UMH ont transformé ce magnifique domaine de 22 hectares qu est le château de Seneffe en un théâtre de l art, des sciences et de l histoire. La FPMs y a joué un rôle actif tant du côté des conférences que du côté des animations. Côté conférence, deux orateurs de choix se sont brillamment illustrés : le jeudi 22 septembre, le Prof. Yves Quinif a emmené le public en voyage au pays des mosasaures, cousins nageurs et les recherches en cours sur ce phénomène naturel fantastique qu est la foudre. Dominique Wynsberghe Côté animations, les animateurs du stand de la FPMs ont été honorés par la visite du prince Philippe de Belgique. des dinosaures et a ainsi permis la découverte de la paléontologie du XVIIIe siècle à nos jours ; le dimanche 25 septembre, Monsieur le pro-recteur Christian Bouquegneau a éclairé le public sur les connaissances actuelles Durant ce week-end, bon nombre d enfants ont défilé et sont repartis avec leur fusée à eau, construite de leurs mains et testée sur la base de lancement FPMs; d autres ont décroché une très belle photo prouvant qu ils avaient réalisé un pont solide sans clou ni vis. Grands et petits ont pu assister à un concert de gant musical, tester leur connaissance/réflexe, regarder les plans originaux de la tour Eiffel, s instruire sur les arcs. Bref, il y en a eu pour tous les goûts.

8 Polytech-News 8 Liaisons Mons, il y a 70 millions d années L Espace Terre et Matériaux de la Faculté Polytechnique de Mons présente en ce moment une exposition axée sur les fossiles et la reconstitution du milieu naturel de la région au Crétacé. Les régions de Mons et de Visé, riches en craies et phosphates, ont livré une abondante faune de reptiles nageurs. Ce sont les vedettes de cette exposition. Nous abritons des squelettes et Prof. Y. Quinif carapaces de ces reptiles, pièces paléontologiques de l Institut Royal des Sciences Naturelles de Belgique qui nous a confié une partie importante de leurs trésors géologiques. Le premier mobilier de l exposition replacera le visiteur dans le paysage actuel de la région de Mons. Un «tunnel du temps» le fera ensuite plonger dans un voyage de 70 millions d années. Il en sortira «sous le niveau de la mer» qui recouvrait à l époque une grande partie du Hainaut. C est dans cette mer que se formaient les couches de craie et de La vedette de l exposition : le crâne d Hainausaurus phosphate, sarcophage des restes des grands reptiles. Comment le géologue peut-il retrouver les conditions qui existaient sur la Terre au Crétacé? Comment sait-il que le climat y était tropical? Plusieurs mobiliers exposeront de manière simple, à l aide de maquette, grands posters, échantillons, animations les méthodes de la géologie. Elles partent de la nature des roches, de leur disposition géométrique sur le terrain, des fossiles qu elles renferment. Une salle est exclusivement consacrée à la scénographie des grands fossiles : mosasaures et autres plioplathecarpus des collections uniques de l Institut Royal des Sciences Naturelles de Belgique. Au terme de cette exposition, vous aurez ainsi un aperçu des paysages et de Squelette d un mosasaure la faune de notre région il y a quelques 70 millions d années. De plus, dans un but didactique, nous nous attacherons à présenter, dans un style simple et illustré, les méthodes du géologue qui lui permettent de faire ces reconstitutions d un passé lointain de notre planète. Roches et fossiles, posters et animation, scénographie pédagogique vous feront pénétrer agréablement dans ce monde scientifique qui apparaît trop souvent, mais injustement très hermétique. Enfin, un livre regroupe les principales notions développées dans l exposition. Cet ouvrage, tout en aidant la compréhension LA FPMs publie... Le Service d Automatique de la Faculté Polytechnique mène depuis plusieurs années maintenant des recherches dans le domaine de la simulation dynamique des systèmes décrits par des équations aux dérivées partielles (EDPs), ainsi que dans le domaine de la modélisation, la supervision et la commande des bioprocédés. Ces deux thèmes font l objet de deux numéros spéciaux de revues internationales. La première, co-éditée par Alain Vande Wouwer et William Schiesser (Lehigh University, USA) est consacrée à la «méthode des lignes» (méthode numérique de solution des EDPs basée sur l usage de techniques de discrétisation spatiale et d intégrateurs temporels) et est dédiée au Prof. Keith Miller (Berkeley, USA) pour son œuvre scientifique (il est notamment l inventeur de la célèbre méthode MFE Moving Finite Elements). Deux numéros spéciaux de revues internationales des notions développées à l exposition et en permettant de les approfondir, constitue un livre à part entière dont la lecture peut se faire sans visiter l exposition. Calendrier de l exposition: Du 3 septembre au 23 décembre Ouverture les jeudi et vendredi de 13 à 16 H, les samedi et dimanche de 12 à 18 H, sauf les jours fériés. L exposition sera guidée pour des groupes d au moins 10 personnes, sur rendez-vous. Entrées: 2 euros, 3x1 euros pour le combiné avec la Malogne et le Jardin géologique, gratuit pour les écoles. Séminaires Les craies déposées au Crétacé renferment une importante richesse naturelle pour le Hainaut: l eau. Ici, le lac souterraine des carrières de la Malogne. La FPMs est partenaire de Creawal Les 15 et 16 novembre Aula Magna - Louvain-la-Neuve - Belgique La FPMs est partenaire de CréaWal 2005, le rendez-vous de toutes les forces économiques de la Région wallonne et des régions avoisinantes. Creawal, le Forum de la Création et du Financement de l Entreprise. Une initiative du Ministre de l Economie et de l Emploi de la Région wallonne. La seconde, co-éditée par Alain Vande Wouwer et Philippe Bogaerts (ULB) passe en revue une série de développements récents dans des domaines aussi variés que la modélisation des schémas réactionnels, la synthèse d observateurs d état pour la reconstruction de variables non mesurées, et les techniques de commande des systèmes biologiques. A. Contino, V. Feldheim, P. Lybaert, B. Deweer, H. Cornil, Modelling of continuous steel coating by self-induced ion plating (SIIP), Surface and Coatings Technology, Vol. 200, Issue 1-4, pp , 2005 Origin and enhancement of the second-order nonlinear optical susceptibility induced in bismuth borate glasses by thermal poling, O. Deparis, F. Mezzapesa, C. Corbari, P. G. Kazansky, Sakaguchi, Journal of Non Crystalline Solids, vol. 351, pp , Evolution of poling-assisted bleaching of metal-doped nanocomposite glass with poling conditions, O. Deparis, P. G. Kazansky, A. Podlipensky, A. Abdolvand, G. Seifert, H. Graener, Applied Physics Letters, vol. 86, n /1-3, C. MANCAS-THILLOU, S. FERREIRA, B. GOSSELIN, 2005, «An Embedded Application for Degraded Text Recognition», Eurasip Journal on Applied Signal Processing, Special Issue on Advances in Intelligent Vision Systems: methods and applications, vol.13, August 2005, pp

9 Polytech-News 9 Nouvelles des Services de Recherche La séquestration géologique du CO2 ou quand un gaz met les industries sous pression et les scientifiques en effervescence La situation. Il est maintenant admis par la communauté scientifique que le réchauffement planétaire est directement lié à l augmentation de la teneur en gaz à effet de serre (GES) dans l atmosphère. Le CO 2 est en tête devant le CH 4 et le N 2 O, avec une quantité émise qui avoisine les 25 milliard de tonnes par an! L augmentation de la concentration atmosphérique en CO 2 est surtout due à l emploi massif des combustibles fossiles, mais aussi à la déforestation et à certaines pratiques agricoles qui diminuent la capacité de régulation des systèmes naturels («puits de carbone»). La situation est préoccupante car les rejets de CO 2 ne cessent d augmenter et il n est pas impossible de voir la teneur atmosphérique de ce GES doubler dans quelques décennies par rapport à sa valeur de référence (280 ppm), ce qui augmenterait fortement le risque de voir le climat se modifier. Les moyens pour lutter. L utilisation plus rationnelle de l énergie et l augmentation du recours aux énergies renouvelables, voire au nucléaire, apparaissent d emblée comme les meilleures solutions pour lutter contre les rejets atmosphériques massifs de CO 2. Ces solutions touchent cependant les fondements même de notre économie et leur mise en œuvre nécessitera une modification profonde des habitudes et des modèles de développement économique. Les difficultés que rencontrent les pays ayant ratifié le Protocole de Kyoto sont à cet égard particulièrement éloquentes. Alors que les scientifiques s accordent pour nous avertir que les mesures prévues dans le protocole ne sont pas suffisantes pour pallier au problème climatique qui s annonce (voir rapport 2001 et 2003 du Groupe d Experts Intergouvernemental de l ONU sur l Evolution du Climat (GIEC)), la majorité des pays signataires ne pourra que difficilement atteindre les objectifs fixés, parfois seulement par l intermédiaire des fameux «permis d émission», véritables «droits de polluer» achetés par les pays riches aux pays en développement. Capturer et séquestrer le CO 2 afin d en réduire significativement les émissions à court terme apparaît donc comme une nécessité. Cette solution ne doit évidemment pas encourager la poursuite des émissions irréfléchies de CO 2. Elle doit être considérée comme une étape transitoire en attendant le déploiement généralisé des mesures de réduction directe. La séquestration géologique a la cote. Vu les quantités gigantesques de CO 2 qu on se propose de soustraire aux émissions, il est nécessaire de trouver des réservoirs d une capacité considérable et à l épreuve du temps, autrement dit: des réservoirs naturels. Le stockage en océan profond semble de moins en moins populaire, principalement en raison des risques sur les écosystèmes marins. Le dernier rapport du GIEC se montre par contre favorable au stockage géologique dans des réservoirs dont on extrait déjà le contenu en eau, pétrole et gaz. Cette solution offre de multiples avantages: capacité suffisante pour séquestrer une part importante de nos émissions de CO 2 jusque 2050 au moins, pérennité du stockage (qui reste néanmoins à être correctement évaluée), technologies connues et éprouvées et possibilité de récupération accrue du fluide naturellement présent (p.ex. récupération assistée du pétrole ou de gaz naturel par chassage au CO 2 ). Trois types de réservoirs géologiques sont concernés: les gisements de pétrole et de gaz épuisés ou en voie d épuisement, les nappes phréatiques profondes et les veines de charbon. La capacité des réservoirs géologiques dépend du volume de roches déterminé par les barrières naturelles d étanchéité et de la quantité de CO 2 que ces roches peuvent emmagasiner. Ce dernier paramètre est déduit essentiellement à partir de la porosité dans les deux premiers types de réservoir et à partir de la capacité d adsorption du charbon dans le troisième. Un autre paramètre fondamental qui conditionnera la faisabilité technique est la perméabilité des roches-magasin. La gamme de profondeur visée par la technique de séquestration, à savoir m, est d ailleurs déterminée par l injectivité du CO 2, qui est optimale à l état supercritique (environ 7 MPa pour une température de 30 C), et par la perméabilité générale des roches, qui diminue en profondeur suite à la fermeture des fractures. Principe de base de la séquestration géologique du CO 2 en veines de charbon avec récupération du méthane désorbé. Jean-Marc Baele, Hughes Legrain et Guy de Weireld surtout en ce qui concerne les nappes phréatiques profondes, qui n ont jamais présenté d intérêt économique justifiant une reconnaissance à grande échelle. Bien que globalement satisfaisante pour se lancer dans une première évaluation, l état actuel de la connaissance des gisements belges de charbon reste insuffisante, particulièrement dans le bassin houiller wallon, qui est beaucoup moins bien connu que son homologue flamand car son exploitation a cessé plus tôt et sa structure géologique est beaucoup plus compliquée. En parallèle, le premier chantier expérimental de séquestration du CO 2 en veine de charbon en Europe (projet RECOPOL) s est achevé l année dernière et les résultats obtenus sont globalement encourageants. Les difficultés rencontrées (et surmontées) révèlent également certains aspects particuliers auxquels il faut être attentif, comme la perméabilité du réservoir et son évolution au cours de l injection. Les recherches à la FPMs. Sous l impulsion du Prof. Dupuis et de l expert M. Mostade, la FPMs bénéficie du retour d expérience du projet européen RECOPOL grâce au soutien financier de la Région Wallonne. Une équipe de recherche FPMs s est rapidement créée dans ce cadre : le GeSC (Geological Storage of Carbon). Elle allie les différentes compétences scientifiques absolument nécessaires pour aborder la séquestration géologique du CO 2 et que l on trouve dans trois services FPMs: Géologie, Génie Minier et Thermodynamique. Le GeSC compte également sur l expérience de chacun des services dans des domaines précis qui concernent directement le problème posé. Citons par exemple: la connaissance géologique du bassin houiller wallon, l évaluation du potentiel méthane du charbon borain, le stockage de gaz naturel en mine abandonnée, l expérience de gazéification souterraine à Thulin et la connaissance des propriétés d adsorption des gaz sur les matériaux carbonés. L équipe entreprend l évaluation du potentiel de séquestration du CO 2 en RW en collaboration avec, entre autres, le Service Géologique de Belgique et des industriels. Le coût et les risques. Naturellement, la séquestration du CO 2 coûte cher dans l absolu mais son prix diminue considérablement en tenant compte des taxes actuelles imposées pour l émission des GES. Plus en détail, le coût des différentes étapes de l opération, c est-à-dire la capture du CO 2, son transport et son stockage proprement dit, varie respectivement en fonction du choix technologique, de la distance et de la possibilité de valoriser le fluide initialement présent dans le réservoir. La Région Wallonne offre des avantages qui méritent d être soulignés. Premièrement, elle compte quelques gros émetteurs ponctuels de CO 2 (> 1 Mt/an), c est-à-dire des sources d émission à partir desquelles la capture peut être envisagée dans des conditions économiques et techniques acceptables. Ensuite, ces émetteurs sont situés à une distance faible des réservoirs potentiels que sont les gisements de charbon wallons. Enfin, les couches de charbon contiennent du méthane que l on peut récupérer une fois qu il sera chassé (désorbé) par le CO 2 injecté. Il faut signaler que le charbon est capable d adsorber environ deux fois plus de CO 2 que de méthane en termes de nombre de moles. Valoriser, c est-à-dire brûler le méthane produit ne ruine donc pas l opération... Il n en va pas de même pour les défauts d étanchéité du réservoir qui permettraient au CO 2 de migrer lentement vers l atmosphère. Le problème est que, actuellement, il n existe pas de méthodologie unanimement reconnue pour évaluer ce type de risque ainsi que le risque de dégagement massif et soudain du gaz séquestré. Les experts de l ONU sont cependant formels : la fiabilité et la sécurité des réservoirs géologiques devront être déterminées à partir d une caractérisation géologique approfondie de chaque cas en particulier et d une meilleure évaluation des dégâts que l injection de CO 2 est susceptible de provoquer au réservoir (corrosion et fracturation). L évaluation des risques fait d ailleurs spécifiquement l objet de l appel à projets de recherche du 6 e Programme Cadre. Encouragée par le feu vert des experts de l ONU, l Europe veut visiblement franchir le dernier obstacle menant à l inauguration des premiers chantiers de séquestration géologique du CO 2. Quelles possibilités pour la Belgique? Notre pays dispose de gisements de charbon inexploités et des nappes phréatiques profondes dont les caractéristiques sont à première vue favorables à la séquestration géologique du CO 2. Actuellement, le potentiel de ces deux types de réservoir ne peut malheureusement pas être chiffré avec certitude, Voir aussi: - Reportage télévisé JT (RTBF1) Reportages%20FPMs/Stockage%20CO2.asx - Reportage radio «Matin Première» (RTBF1)

10 Polytech-News 10 Liaisons CREAMONS à votre service Simple comme une bonne idée: vous rejoignez des personnes qui veulent s entraider pour innover. C est agréable et efficace. CREAMONS est un Cercle d Innovation pour créer des nouveautés et les valider. Cela fonctionne en deux temps: 1. Une phase de créativité qui démultiplie vos idées d innovation. 2. Une phase de tests d acceptation qui vérifient l intérêt de votre innovation. Prof. M. Vankerkem Le Prof. Michel Vankerkem, chef du service d Economie et de Management de l Innovation, donne un large éventail de cours de management à la FPMs. Il coordonne le Mastère en Management de l Innovation. Il donne des séminaires pour les entreprises, notamment pour le cercle des dirigeants «Association Progrès du Management». Récemment, il a réalisé la recherche de la FPMs sur le Projet de ville, la signature et le logo de Mons. A l initiative du Bourgmestre de Mons, il a créé le Cercle d Innovation CREAMONS. Il nous en livre ici le principe de fonctionnement. Vous pouvez bénéficier dès demain d un brainstorming qui sera organisé pour vous. En échange, vous vous engagerez à participer à un brainstorming organisé pour un autre membre du Cercle. De la même façon, vous pouvez bénéficier d un test d acceptation d une de vos innovations. En échange, vous donnerez votre avis sur l innovation d un autre membre du Cercle. Actuellement, le Cercle CREAMONS comprend plus de 160 membres prêts à vous aider à innover. Cette méthode convient pour inventer et tester tout type de nouveautés: nouveaux produits ou services, nouvelles activités, nouvelles marques, nouveaux slogans, nouveaux logos Le Cercle CREAMONS offre ses services aux dirigeants et cadres de PME, aux commerçants, aux indépendants, aux responsables et membres des services de recherche ainsi qu aux étudiants. Thèse de doctorat Le Cercle d Innovation CREAMONS est issu du projet de Ville de Mons centré sur l alliance de la Créativité et de l Affectivité exprimée par la signature «Des idées et du cœur». Vous verrez, en effet, en faisant appel au Cercle qu aux cœurs créatifs rien n est impossible! Pour obtenir des informations complémentaires, contactez le professeur Michel Vankerkem Tél: ou ) Old-time basic problems finding new solutions Starting from the 60 s, speech processing has attracted many researchers. Due to its contributions in speech research in the last 20 years, TCTS Lab has reached a respectful position in the international speech research community and had the chance to collaborate with universities and research centers from all around the world. One example of such collaborations is the thesis study of Baris Bozkurt held partially in Limsi-CNRS/Orsay/France and in most parts in the TCTS Lab of FPMs. The public presentation of this thesis was held on October 27 th Oct in Salle Academique, FPMs. The speech research community and the literature have grown largely in the last 40 years. Today, yearly conferences are dedicated to speech processing (ICSLP and Eurospeech) which gather thousands of researchers from all around the world. For single speakerlanguage settings, very high quality speech synthesis and recognition are achieved. With existing tools and large speech corpora available to many people, even small research labs can develop high quality systems. It is interesting to note that the tools and approaches multiplied in time but most of today s high quality systems have high similarity in terms of structure and performance. We seem to have reached a plateau in technology for many speech processing problems where break-through paradigm changes are necessary for further development. For that purpose, we need to re-ask our selves the fundamental questions, try to find gaps in our understanding of the speech phenomenon, try to have access to the unused information available in our data. This thesis research followed such a direction and mainly deals with very basic speech processing issues which are still considered to be very important and difficult to solve: source-tract separation, speech modelling, phase processing. It proposes new ways out of the mainstream to tackle these old problems. Source-tract separation is one of the problems that have been most extensively cited in speech research. It mainly refers to decomposing speech signals into an excitation signal created at the vocal folds and a vocal tract system function. The importance of this operation comes from the fact that being able to extract information from these components separately, we would be more equipped to: filter out redundant information when necessary in speech recognition systems, control/modify Dr. Baris Bozkurt the characteristics of the two components for higher quality speech synthesis. This thesis proposes a new spectral r e p r e s e n t a t i o n called the Zeros of Z-Transform (ZZT), which is an all-zero representation of the z- transform of the signal. Such a representation facilitates design of new methodologies for the source-tract decomposition since the ZZT of various components in a signal are unified on the z- plane in such a way that they can be easily grouped and decomposition can be achieved. In addition, new phase/group delay processing techniques are developed for analysis of resonances of a signal. It is shown through a systematic study of the ZZT of signals that windowing lies at the heart of the phase estimation problem and most of the problems in phase processing can be avoided by just performing the windowing operation appropriately. The combination of the ZZT representation with the group delay processing algorithms provides a useful domain to study resonance characteristics of source and filter components of speech. Using the two representations, effective algorithms are developed in this thesis for: source-tract decomposition of speech, glottal flow parameter estimation, formant tracking and feature extraction for speech recognition. This PhD was supported by Région Wallonne, Projet FIRST Europe NUMBROLA. It has led to a EU patent proposal.

11 Polytech-News 11 Nos étudiants se distinguent European Awards for Innovation Dans PN 31, un article était consacré au projet de deux étudiants qui avaient remporté le premier prix du concours «Esprit es-tu là?». Leur projet consistait en l automatisation d un procédé de culture cellulaire (le cytostat perfusé) permettant la mise culture de nouvelles lignées de cellules. Ces étudiants ont eu l honneur de voir leur projet récompensé par un prix Européen de l innovation. Ce prix leur à été remis lors du salon Innovact à Reims. Chaque année, Innovact souhaite grâce à ces Trophées promouvoir l esprit d entreprise auprès des étudiants d universités et de grandes écoles européennes. Ce prix, présidé par le Commissaire européen à la recherche, est soutenu par des partenaires prestigieux (Commission européenne, L Etudiant, L Expansion, L Express) et permet chaque année d identifier les meilleurs projets d étudiants à l esprit d entreprise. Chaque année, près de 150 projets innovants européens et 4000 participants professionnels viennent de 18 pays pour se rendre à l un des plus importants forums pour entreprises. Ils ont été invités à aller chercher leur prix (1500 ) lors du salon ce 4 et 5 octobre. Ce fut pour eux l occasion de rencontrer des personnes intéressées de ce domaine ainsi que quelques journalistes ( Le Soir 11/10/05 p20 ; L Echo 12/ 10/05 p16). Afin de mener à bien la réalisation de ce projet, ils ont entré auprès de la Région Wallonne une demande de bourse de pré activité, qui leur a été octroyée. Du 16 au 20 novembre, ils seront présents au salon Euréka à Bruxelles afin de présenter au plus grand nombre leur projet. Quatre étudiants ingénieurs architectes se distinguent au «Prix Acier Etudiant 2005» Ce 5 octobre, à Bruxelles, avait lieu la proclamation Laurent Van Parys des résultats de l édition 2005 du «Prix Acier Etudiant», le concours national organisé par Infosteel à destination des étudiants ingénieurs et architectes. Cette année, le jury constitué de professionnels du secteur, s est prononcé sur 27 projets de construction, de recherche ou de développement dans lequel l acier a été appliqué de manière innovante. L équipe de la Faculté Polytechnique s est vue attribuer la 3 ème place de sa catégorie. Encadrés par le staff du service Génie Civil & Mécanique des Structures, les étudiants Jeremy Brakel, Marny Di Pietrantonio, Julie Lambion et Benoit Quevrin se sont penchés sur la création d une passerelle piétonne reliant les pôles culturel et commerçant de la ville de Tamines. La ligne arquée et la structure en treillis confèrent au projet fluidité, légèreté et dynamisme. Le jury a été sensible à la globalité de la réflexion : la créativité du projet repose sur une étude complète de la structure (simulation numérique et note de calcul selon la norme européenne Eurocode 3). La reconnaissance de cette synthèse entre élégance et stabilité au sein d une réflexion complexe illustre à merveille la pertinence de la formation dispensée aux ingénieurs civils architectes à la FPMs. Plus de détails : et Le mot du CI Après la rénovation du site Intranet du personnel, c est au tour de celui des étudiants de subir un lifting et quel lifting Plus qu un site intranet ou même qu un portail, c est un environnement numérique de travail complet qui est maintenant à la disposition de Dr A. Amorison nos étudiants pour leur fournir un point d accès unique à toutes les ressources informatiques mises à leur disposition: courrier électronique, télétravail, site personnel, abonnement à divers canaux d information, valves électroniques, outil mes cours, site personnel... Par ailleurs, il bénéficie d une exploitation directe du système d information. Chaque cours du programme de cours y dispose en effet d un site propre et individuel qui présente les informations de base du cours (titulaire, détail, pré-requis, ) mais aussi une bibliothèque de ressources téléchargeables et une liste de liens que l enseignant peut très facilement alimenter. Le portail intranet des membres du personnel n est pas en reste puisqu il héberge depuis peu de nouvelles statistiques du système d information et les premières procédures administratives électroniques que sont le bon de commande en ligne, l enregistrement de mouvements de personnel ou encore la modification d informations administratives. Séminaires Les activités du CDS «TICE: quels usages dans l enseignement supérieur?» Créé au sein de l Académie Wallonie Bruxelles Dr M. Delforge pour initier, encourager et soutenir les initiatives p é d a g o g i q u e s, le Centre de D i d a c t i q u e supérieure, après une première expérience réussie à l occasion de la mise en partage des pratiques pédagogiques le 9 mai dernier, nous propose cette fois de nous pencher sur l utilisation des technologies de l information et de la communication. A cette occasion, nous recevrons, le 30 novembre prochain à dans les locaux de l Université Libre de Bruxelles la Professeur Robin MASON. Cette dernière enseigne à l Institute of Educational Technology de l Open University où elle s est spécialisée dans l enseignement et l apprentissage en ligne. Elle mène actuellement ses recherches dans le domaine de la construction de cours on line et des méthodes d évaluation recourant au Web. L exposé qu elle proposera s intitule «Technologies for a studentcentred learning environment». A la suite de son intervention, chacune des institutions partenaires de l Académie nous présentera l une de ses réalisations recourant aux TICE. Pour notre Faculté, le Professeur Calogero CONTI présentera l utilisation des boîtiers de vote en amphithéâtre.plus d informations sur cette manifestation vous parviendront sous peu.

12 Polytech-News 12 Vie estudiantine Ruben Hervé Um Nyobe Nyobe In memoriam Blaise Nkuitang A l issue de son année en scientifique spéciale à l Athénée à Namur, Um Nyobe Nyobe Ruben Hervé opte pour la Faculté Polytechnique de Mons qu il ambitionnait particulièrement. Son succès à la première session de l examen d admission qu organise la Faculté lui permet de s inscrire en première Bachelier Général, caressant ainsi son rêve d antan. C est avec beaucoup d enthousiasme qu il commence son année. S installant à Mons non loin de la Faculté, il s engage très tôt dans la vie sociale et culturelle de l Université. Dans un souci d intégration, en tant qu étudiant étranger, il s engage dès les premières semaines de la rentrée 2004 à faire sa «Bleusaille». Hervé y prend part activement et y reste fidèle, rêvant d être cette année au rang des parrains. Sportif, c est avec beaucoup de zèle qu il participe aux matches de Basket Ball entre camarades, et de football les vendredis à la fin des cours. Il répond présent au tournoi de football pour le Télévie en partenariat avec l UECE (Union des Etudiants et Chercheurs Etrangers). Pour l été 2005, Hervé choisit de passer les vacances à Mons, et se trouve un job d étudiant qu il effectuerait en septembre, comme la plupart de ses compatriotes, tout en préparant sa session. En ce soir du vendredi 2 septembre, vers 22h30, dans un virage à hauteur d Ath à près de 10 minutes de l entrepôt de Gislenghien où nous travaillions tous, le véhicule ratant légèrement le virage va finir sa course à 50 mètres environ plus loin contre un pylône électrique en béton. Parmi les 5 étudiants à bord, parmi les 3 étudiants que les secours trouvent expulsés figure Hervé, tué sur le coup. Sa copie est restée vierge sur le banc de l amphi, pour l examen de Chimie Générale qu il passait le samedi matin. La joie de retrouver sa maman, venue du Cameroun pour lui, sa bleusaille et son rêve d Ingénieur Civil, tout s est envolé d un coup. M. le Recteur Boucher lui a rendu hommage à la messe solennelle organisée à la paroisse St Elisabeth de Mons dans un élan de solidarité aux familles des 5 victimes et a organisé une souscription destinée à récolter des fonds pour aider la famille d Hervé. Et son corps sans vie a été rapatrié dans son Cameroun natal laissant inconsolable sa famille, ses amis et connaissances Fare well, Hervé On the initiative of the society of foreign students and researchers, the members of our faculty community were kindly invited to meet over coffee and sandwiches at the restaurant of the Residence Hall on Thursday, October 13 th. In a warm setting, relatives, students, academics, members of the staff of diverse institutions and friends coming from all horizons joined in paying a whole-hearted tribute to Hervé and his friends, who untimely died in a tragic car accident. Marinette Leroy Diligently attended to by the representatives of the UECE and the FPMs Catering team, we listened to the words of sympathy to the family and people of Cameroon expressed by Prof. Boucher, who announced that substantial funds to help the families in mourning could be raised following the effort of solidarity in Mons and within our Faculty. He was heartfully thanked by the president of the UECE, Mr. Léo Armel Tchoudjang Nzoutchoum and by the brother of Hervé, Mr. Evrald Um Nyobé. Then came the words of grief and support of those who had known and appreciated Hervé. Séverin told about his sense of loss, now that he has to cope with living and studying without his room-and soul-mate. Benoît said Hervé, who was always cheerful, would not like his friends to be crying, and that the best way to honour his memory was to keep smiling. Thomas added how much he enjoyed teamwork in practicals and English classes and would miss his partner. As Hervé s teacher of English, I told the audience that Hervé had the drive to learn and enthusiasm that brighten a teacher s class and concluded by quoting the words of the artists Paul Mc Cartney and Stevie wonder : Ebony and Ivory, side by side on my piano keyboard, live in perfect harmony. Indeed, at the Faculty of Engineering, Mons, we can assert: we do. Enseignement e.learning Le meilleur du Web pédagogique RESPEL RESPEL : le dépôt d objets d apprentissage de la Belgique. Plus de 2200 objets pédagogiques et références. Mécanique industrielle Un très beau site gratuit à l utilisation et portant sur la mécanique industrielle, l électromécanique, l électricité, la pneumatique, l hydraulique, l ingénierie, Wikilivres Wikilivres est un ensemble de textes pédagogiques au contenu libre et gratuit. Collecte de sang Le jeudi 10 novembre 2005 de 11h à 14h30 Salle ping-pong de la cité Houzeau de Lehaie N hésitez pas à venir nombreux, c est sans risque et ça peut sauver des vies! Rudy Potdevin Cours animé sur PowerPoint Site personnel d un enseignant désirant former ses étudiants à PowerPoint. Utile et accessible pour les débutants. Polytech- News Paraît quatre fois l an Editeur Responsable Serge Boucher Recteur de la FPMs Comité de Rédaction Thierry Dutoit Rédacteur en chef Alexandre Amorison Jean-Marc Baele Jean-Marc Carpentier Anne-Marie Decoster Fabienne Delaunois Eric Dumont Véronique Feldheim Viviane Grisez Frédéric Lavis Paul Lybaert Christine Martens Julie Rommelaere Robert Viseur Rédacteurs Baris Bozkurt Muriel Delforge Christian Delvosalle Guy De Weireld Elena Fascilla Jean-Marc Hilson Marinette Leroy Patricia Lorent Pierre Manneback Blaise Nkuitang Rudy Potdevin Yves Quinif Carlos Valderrama Michel Vankerkem Laurent Van Parys Dominique Wynsberghe Rédacteurs invités Joëlle Tilmant Secrétaire de rédaction La plupart des photos disponibles dans ce numéro ont été prises par la cellule UAVM de la FPMs. Si vous désirez contribuer aux articles parus dans ce journal, envoyez-nous un Ce journal est édité sous forme électronique, à l adresse Web :

Capture et stockage du CO2 (CCS)

Capture et stockage du CO2 (CCS) European Technology Platform for Zero Emission Fossil Fuel Power Plants (ZEP) Capture et stockage du CO2 (CCS) Une solution majeure pour combattre le changement climatique 50% de réduction des émissions

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Génie électrique et informatique industrielle de l Université d Artois Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des

Plus en détail

2 ANNÉES intensives pour un Bachelor (BAC + 3) en management

2 ANNÉES intensives pour un Bachelor (BAC + 3) en management 2 ANNÉES intensives pour un Bachelor (BAC + 3) en management Double-diplôme INSEEC BACHELOR/FACulté DE PHARMACIE Bachelor en Management Un double-diplôme inseec bachelor / faculté de pharmacie CAleNDRieR

Plus en détail

Licence professionnelle Ingénierie de la communication imprimée industrielle européenne

Licence professionnelle Ingénierie de la communication imprimée industrielle européenne Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Ingénierie de la communication imprimée industrielle européenne Institut polytechnique de Grenoble Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague

Plus en détail

AIDE AU CHOIX. 1 er degré. Etat des lieux Numériques : Analyser l existant. Opération Chèque. Ressources. Viser la complémentarité

AIDE AU CHOIX. 1 er degré. Etat des lieux Numériques : Analyser l existant. Opération Chèque. Ressources. Viser la complémentarité AIDE AU CHOIX Opération Chèque 1 er degré Ressources Etat des lieux Numériques : Analyser l existant Avant d arrêter un choix définitif et afin d influencer de manière critique l intégration des ressources

Plus en détail

Projet d établissement Collège Eugène BELGRAND 10130 Ervy-Le_Châtel

Projet d établissement Collège Eugène BELGRAND 10130 Ervy-Le_Châtel Projet d établissement Collège Eugène BELGRAND 10130 Ervy-Le_Châtel Présentation. Axe 1 : Les élèves, leur scolarité (Axe 2 du projet académique) : Garantir une réussite scolaire pour tous, Prendre en

Plus en détail

Rapport final d'évaluation Fernstudien Schweiz FS-CH Avril 2004, Annexe 1, page 1/5

Rapport final d'évaluation Fernstudien Schweiz FS-CH Avril 2004, Annexe 1, page 1/5 $QQH[H,QIRUPDWLRQVFRQFHUQDQWO pydoxdwlrqgho HQVHLJQHPHQWXQLYHUVLWDLUHj GLVWDQFH,QWURGXFWLRQ L enseignement à distance de niveau universitaire est d apparition récente en Suisse, où il est soutenu par des

Plus en détail

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET?

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? 61 POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? L école de Pinay est connectée depuis deux ans et demi à l Internet. Cela laisse suffisamment de recul pour une réflexion sur cette pratique. Il convient pour

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Qualité, hygiène, sécurité, environnement (QHSE) de l Université de Valenciennes et du Hainaut Cambrésis - UVHC Vague E 2015-2019 Campagne

Plus en détail

ENTRE TICE ET PAPIER, IL EST URGENT DE NE PAS CHOISIR!

ENTRE TICE ET PAPIER, IL EST URGENT DE NE PAS CHOISIR! Collège ENTRE TICE ET PAPIER, IL EST URGENT DE NE PAS CHOISIR! par Sébastien HACHE, IREM de Strasbourg Co-responsable de projet «Mathenpoche papier» Modestement mais résolument, Sésamath fait son Manuel

Plus en détail

9HUV XQH SODWHIRUPH LQGXVWULHOOH SRXU OHVQDQRWHFKQRORJLHV

9HUV XQH SODWHIRUPH LQGXVWULHOOH SRXU OHVQDQRWHFKQRORJLHV 63((&+ 3KLOLSSH%XVTXLQ Commissaire européen chargé de la Recherche 9HUV XQH SODWHIRUPH LQGXVWULHOOH SRXU OHVQDQRWHFKQRORJLHV Conférence "Production durable : le rôle des nanotechnologies" &RSHQKDJXHRFWREUH

Plus en détail

Les langues étrangères en travail social : Qu en est-il des étudiants en formation de niveau 3 et des cadres pédagogiques?

Les langues étrangères en travail social : Qu en est-il des étudiants en formation de niveau 3 et des cadres pédagogiques? Les langues étrangères en travail social : Qu en est-il des étudiants en formation de niveau 3 et des cadres pédagogiques? Quel est le cadre législatif? Quelles réticences? Est-ce un frein à la mobilité?

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Chargé de clientèle de la bancassurance de l Université de Lille1 - Sciences et technologies - USTL Vague E 2015-2019

Plus en détail

Métiers d études, recherche & développement dans l industrie

Métiers d études, recherche & développement dans l industrie Les fiches Métiers de l Observatoire du Travail Temporaire Emploi, compétences et trajectoires d intérimaires cadres Métiers d études, recherche & développement dans l industrie R&D Production Ingénieur

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Langues étrangères appliquées de l Université Lille 3 - Sciences humaines et sociales - Charles de Gaulle Vague E 2015-2019 Campagne

Plus en détail

l économie se mobilise pour une protection active du climat

l économie se mobilise pour une protection active du climat 23 OCTOBRE 2011 FICHES THEMATIQUES: POLITIQUE CLIMATIQUE l économie se mobilise pour une protection active du climat La loi sur le CO 2 est la base de référence pour l application du Protocole de Kyoto

Plus en détail

Licence professionnelle Logistique globale

Licence professionnelle Logistique globale Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Logistique globale Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

Guide du centre de ressources

Guide du centre de ressources Guide du centre de ressources Guide du centre de ressources Nous avons établi ce guide à l intention des enseignants qui souhaitent aborder les thèmes de la sécurité routière et de la mobilité durable

Plus en détail

PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES

PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES ANNÉE 2010-2011 TABLE DES MATIÈRES Page I. PRÉAMBULE 3 II. ANALYSE DE LA SITUATION 3 III. LES OBJECTIFS QUANTITATIFS 5 IV. LES MESURES ENVISAGÉES

Plus en détail

Je travaille à la Télé-université ou la TÉLUQ. Je crois que c est bien là toujours son nom officiel.

Je travaille à la Télé-université ou la TÉLUQ. Je crois que c est bien là toujours son nom officiel. Permettez-moi de me présenter brièvement. Je travaille à la Télé-université ou la TÉLUQ. Je crois que c est bien là toujours son nom officiel. J appartiens à la direction des Services d édition. J y ai

Plus en détail

Évaluation en vue de l accréditation

Évaluation en vue de l accréditation Évaluation en vue de l accréditation Programme Master of Advanced Studies in Children s Rights (MCR) de l Université de Fribourg et l Institut Universitaire Kurt Bösch Rapport final du Comité de visite

Plus en détail

Projet d Etablissement 2013-2016

Projet d Etablissement 2013-2016 Projet d Etablissement 2013-2016 L organisation pédagogique d un établissement scolaire doit être conçue en fonction d un projet d établissement. Le dernier projet (2007-2010) est arrivé à son terme. Le

Plus en détail

Place du site d actualité Regards sur l évolution du climat 1 dans l ERTé ACCES : extraits du texte fondateur

Place du site d actualité Regards sur l évolution du climat 1 dans l ERTé ACCES : extraits du texte fondateur Place du site d actualité Regards sur l évolution du climat 1 dans l ERTé ACCES : extraits du texte fondateur Transfert de connaissances qui font l actualité Définition et mise en place d un dispositif

Plus en détail

L UNIVERSITE NUMERIQUE TUNISIENNE A L ERE DU SOMMET MONDIAL DES SCIENCES DE L INFORMATION : MYTHE OU REALITE?

L UNIVERSITE NUMERIQUE TUNISIENNE A L ERE DU SOMMET MONDIAL DES SCIENCES DE L INFORMATION : MYTHE OU REALITE? L UNIVERSITE NUMERIQUE TUNISIENNE A L ERE DU SOMMET MONDIAL DES SCIENCES DE L INFORMATION : MYTHE OU REALITE? Sofiane BOUHDIBA Université de Tunis INTRODUCTION Le secteur de l éducation et de la formation

Plus en détail

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule La société doit faire face à de nouveaux défis pour satisfaire les

Plus en détail

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE Le regroupement du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l industrie en un seul établissement apporte les atouts

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Systèmes de sécurité et télésurveillance de l Université de Valenciennes et du Hainaut- Cambrésis - UVHC Vague

Plus en détail

Evaluation du cursus «Information et communication» 2009-2010

Evaluation du cursus «Information et communication» 2009-2010 Evaluation du cursus «Information et communication» 2009-2010 RAPPORT FINAL DE SYNTHÈSE Université de Liège (ULg) Comité des experts : M. Pascal LARDELLIER, président, M. Mihai COMAN, M. Frank PEETERS,

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Management des connaissances et innovation de l Université Paris 6 Pierre et Marie Curie Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013

Plus en détail

Mastère spécialisé. «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché»

Mastère spécialisé. «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché» Mastère spécialisé «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché» I- Présentation détaillée du programme d enseignement Répartition par modules et crédits ECTS : Intitulé

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Développement durable de l Université de Valenciennes et du Hainaut- Cambrésis - UVHC Vague E 2015-2019 Campagne

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

GENERALISATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION (TIC) DANS L ENSEIGNEMENT AU ROYAUME DU MAROC

GENERALISATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION (TIC) DANS L ENSEIGNEMENT AU ROYAUME DU MAROC GENERALISATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION (TIC) DANS L ENSEIGNEMENT AU ROYAUME DU MAROC Dossier de présentation générale Avril 2005 Réf. : ICTEI/2/27042005 Page 1 sur 10 SOMMAIRE

Plus en détail

COLLECTION COMPRENDRE LE CIMENT. Quoi de neuf? RÉDUCTION DES ÉMISSIONS DE CO 2 LA CONTRIBUTION DE L INDUSTRIE CIMENTIÈRE

COLLECTION COMPRENDRE LE CIMENT. Quoi de neuf? RÉDUCTION DES ÉMISSIONS DE CO 2 LA CONTRIBUTION DE L INDUSTRIE CIMENTIÈRE COLLECTION COMPRENDRE LE CIMENT Quoi de neuf? RÉDUCTION DES ÉMISSIONS DE CO 2 LA CONTRIBUTION DE L INDUSTRIE CIMENTIÈRE Le matériau de construction le plus utilisé au monde Dès 1990, l industrie cimentière

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Education, travail et formation de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne - UPEC Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014

Plus en détail

Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé

Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé Axe 1 Objectif Thématique 1 : Renforcer la recherche, le développement technologique et l innovation Investissement prioritaire B : Promotion

Plus en détail

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience «Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience UNIVERSITE PARIS 8 ENTREPRISE FNAIM Monter les salariés

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Electronique, informatique et communication embarquées appliquées aux transports de l Université de Valenciennes

Plus en détail

La contribution de l industrie cimentière à la réduction des émissions de CO 2

La contribution de l industrie cimentière à la réduction des émissions de CO 2 La contribution de l industrie cimentière à la réduction des émissions de CO 2 Photo : J. Van Hevel Membre de Fortea Partenaire d infobeton.be La fabrication des ciments, les matériaux de construction

Plus en détail

Académie mondiale de l OMPI

Académie mondiale de l OMPI PROGRAMME PRINCIPAL 14 WO/PBC/4/2 page 134 Académie mondiale de l OMPI 14.1 Enseignement à distance et sensibilisation du public 14.2 Formation professionnelle 14.3 Élaboration des politiques Résumé 215.

Plus en détail

S engager à agir pour le développement durable dans une période de changement

S engager à agir pour le développement durable dans une période de changement Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 13 avril 2015 Français Original: anglais E/ECE/1471/Rev.1 Commission économique pour l Europe Soixante-sixième session Genève, 14-16 avril 2015

Plus en détail

II. POLITIQUE MEDIATIQUE

II. POLITIQUE MEDIATIQUE II. POLITIQUE MEDIATIQUE 2.1 Développement et structuration des radios et médias d'expression occitane Bon nombre de radios Midi-Pyrénéennes sont intéressées par une structuration et une augmentation de

Plus en détail

La pédagogie de projet : un exemple d expérience réussie

La pédagogie de projet : un exemple d expérience réussie Rencontres Pédagogiques du Kansaï 2008 Hors-Thèmes La pédagogie de projet : un exemple d expérience réussie Thomas LAPEN Centre Franco-Japonais Alliance Française d Osaka tlapen?yahoo.fr Au sein de la

Plus en détail

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Référence : Circulaire n 2010-037 du 25 février 2010 relative au dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants

Plus en détail

RESULTATS, MOYENS ESTIMES ET IMPACT 1 RESULTATS ET MOYENS ESTIMES

RESULTATS, MOYENS ESTIMES ET IMPACT 1 RESULTATS ET MOYENS ESTIMES RESULTATS, MOYENS ESTIMES ET IMPACT 1 RESULTATS ET MOYENS ESTIMES LES PARTENAIRES SOUHAITENT CONSTRUIRE UNE STRATÉGIE TRANSNATIONALE POUR DEVELOPPER ET OPTIMISER LE ROLE DES TUTEURS, SURTOUT EN PETITE

Plus en détail

DOCUMENT DE POLITIQUE EN MATIERE DE FORMATION Institut Catholique de Toulouse

DOCUMENT DE POLITIQUE EN MATIERE DE FORMATION Institut Catholique de Toulouse DOCUMENT DE POLITIQUE EN MATIERE DE FORMATION Institut Catholique de Toulouse La politique de l ICT en matière de formation s articule autour de plusieurs axes : 1. Elargissement de l offre de formation

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011 Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement 1. La présente note d orientation a pour objet d exposer l approche plus vaste

Plus en détail

BILAN GAZ A EFFET DE SERRE DE L UNIVERSITÉ DU LITTORAL CÔTE D OPALE

BILAN GAZ A EFFET DE SERRE DE L UNIVERSITÉ DU LITTORAL CÔTE D OPALE BILAN GAZ A EFFET DE SERRE DE L UNIVERSITÉ DU LITTORAL CÔTE D OPALE Année de référence : 2014 Edition 2015 LE BILAN GES DE L ULCO Dans le cadre de la législation, le Pôle de Recherche et d Enseignement

Plus en détail

PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS

PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS Version du 01/10/ à 16:07:40 PROGRAMME 866 : PRÊTS AUX PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Philosophie de l Université Lille 3 Sciences humaines et sociales Charles de Gaulle Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014

Plus en détail

MARAGNANI Alain, inspecteur de l enseignement agricole (Ministère de l Agriculture, l Alimentation, la Pêche et des Affaires Rurales) RESUME

MARAGNANI Alain, inspecteur de l enseignement agricole (Ministère de l Agriculture, l Alimentation, la Pêche et des Affaires Rurales) RESUME 1 6060 MARAGNANI Alain, inspecteur de l enseignement agricole (Ministère de l Agriculture, l Alimentation, la Pêche et des Affaires Rurales) RESUME FORMATION PROFESSIONNELLE AGRICOLE ET COOPERATION INTERNATIONALE

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Droit international de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Licence professionnelle Chef de projet en automatismes industriels

Licence professionnelle Chef de projet en automatismes industriels Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Chef de projet en automatismes industriels Université Claude Bernard Lyon 1 - UCBL Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations

Plus en détail

Rapport d'évaluation Formation conduisant à un diplôme conférant le grade de master

Rapport d'évaluation Formation conduisant à un diplôme conférant le grade de master Formations et diplômes Rapport d'évaluation Formation conduisant à un diplôme conférant le grade de master Diplôme national supérieur d expression plastique (DNSEP) option design Ecole nationale supérieure

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL POUR L ÉVALUATION INSTITUTIONNELLE DES ÉTABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE RECHERCHE DANS LES ÉTATS MEMBRES DU CAMES

RÉFÉRENTIEL POUR L ÉVALUATION INSTITUTIONNELLE DES ÉTABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE RECHERCHE DANS LES ÉTATS MEMBRES DU CAMES CONSEIL AFRICAIN ET MALGACHE POUR L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR (C. A. M. E. S.) 01 B.P. 134 OUAGADOUGOU 01 (BURKINA FASO) Tél. : (226) 50.36.81.46/72 80 74 34 - Fax : (226) 50.36.85.73 Email : cames@bf.refer.org

Plus en détail

MASTER 2 MENTION «INGENIERIE DU DEVELOPPEMENT DURABLE» SPECIALITE «INGENIERIE DURABLE DE L ENVIRONNEMENT»

MASTER 2 MENTION «INGENIERIE DU DEVELOPPEMENT DURABLE» SPECIALITE «INGENIERIE DURABLE DE L ENVIRONNEMENT» MASTER 2 MENTION «INGENIERIE DU DEVELOPPEMENT DURABLE» SPECIALITE «INGENIERIE DURABLE DE L ENVIRONNEMENT» Le Master Mention «Ingénierie du Développement Durable» (I.D.D.) est destiné à former des spécialistes

Plus en détail

L objectif de cette intervention est d expliquer la construction intellectuelle ayant mené à l élaboration du nouveau parcours de formation et de

L objectif de cette intervention est d expliquer la construction intellectuelle ayant mené à l élaboration du nouveau parcours de formation et de 1 L objectif de cette intervention est d expliquer la construction intellectuelle ayant mené à l élaboration du nouveau parcours de formation et de décrire les points forts de la réforme. 2 Le référentiel

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Audit, contrôle, finance de l Université Montpellier 1 UM1 Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Marketing et vente de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne - UPEC Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section

Plus en détail

Résumé: Perceptions des étudiants universitaires au sujet des carrières du secteur communautaire

Résumé: Perceptions des étudiants universitaires au sujet des carrières du secteur communautaire Résumé: Perceptions des étudiants universitaires au sujet des carrières du secteur communautaire Mars 2010 Le Conseil RH fait progresser les enjeux relatifs à la main-d œuvre communautaire. En tant que

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestionnaire de projets en ressources humaines de l Université de Valenciennes et du Hainaut- Cambrésis - UVHC

Plus en détail

Fiche entreprise : E10

Fiche entreprise : E10 Fiche entreprise : E10 FONCTION ET CARACTÉRISTIQUES / PERSONNE INTERVIEWÉE La personne interviewée est le directeur de la mutuelle de formation 1 dans le secteur des entreprises adaptées dont 95 % gèrent

Plus en détail

Attendus du mémoire de Master 2 en Droit

Attendus du mémoire de Master 2 en Droit Attendus du mémoire de Master 2 en Droit Le mémoire de Master 2 doit permettre au lecteur d apprécier la maîtrise d ensemble des compétences pratiques et théoriques attendues d un(e) diplômé(e), et la

Plus en détail

E Learning Campus. Introduction et offre de formation

E Learning Campus. Introduction et offre de formation E Learning Campus Offre faite par : Private International Institute of Management & Technology (PIIMT) Introduction et offre de formation Qu'est ce que le e learning? Principe Le E Learning est le terme

Plus en détail

L Algérie est honorée d accueillir, à cette occasion, les éminents experts venus partager avec nous leurs expériences en la matière.

L Algérie est honorée d accueillir, à cette occasion, les éminents experts venus partager avec nous leurs expériences en la matière. Mesdames et Messieurs, Je suis particulièrement heureux de prendre part à ce séminaire organisé, sous le haut patronage de Son Excellence le Président de la République, Monsieur Abdelaziz BOUTEFLIKA, par

Plus en détail

Cultiver le goût d entreprendre à l école

Cultiver le goût d entreprendre à l école DÉFI DE L ENTREPRENEURIAT JEUNESSE OFFRE DE SERVICE Cultiver le goût d entreprendre à l école Le Carrefour jeunesse-emploi de Shawinigan vous présente son Guide d ateliers pédagogiques pour les élèves

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Génie industriel et logistique de l Université d Artois Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations et

Plus en détail

Rapport d évaluation des masters réservés aux établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur diplômé

Rapport d évaluation des masters réservés aux établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur diplômé Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation des masters réservés aux établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur diplômé Grenoble INP ENSE Campagne d évaluation 2013-2014 Section

Plus en détail

Circulaire n 108. OBJET: Régulation des travaux à domicile dans l enseignement fondamental

Circulaire n 108. OBJET: Régulation des travaux à domicile dans l enseignement fondamental Bruxelles, le 13 mai 2002 Circulaire n 108 OBJET: Régulation des travaux à domicile dans l enseignement fondamental En sa séance du 27 mars 2001, le Parlement de la Communauté française a adopté le décret

Plus en détail

Licence Administration Economique et Sociale

Licence Administration Economique et Sociale 1 - Objectifs de formation de la Licence AES La Licence AES est pluridisciplinaire et permet aux étudiants d acquérir une solide culture dans des disciplines aussi diverses que le droit privé, le droit

Plus en détail

Tout ton profil pro. [e-portfolio] Crée ton e-portfolio! sur ton. > Compétences > Projets > Réseau social > Blog professionnel.

Tout ton profil pro. [e-portfolio] Crée ton e-portfolio! sur ton. > Compétences > Projets > Réseau social > Blog professionnel. Crée ton e-portfolio! Guide utilisateur Blog, professionnel Réseau social Photos, vidéos Compétences professionnelles Connaissances, expériences Promotion personnelle Centres d intérêt CV Lettre de motivation

Plus en détail

Rapport sur l offre de formation «licence»

Rapport sur l offre de formation «licence» Section des Formations et des diplômes Rapport sur l offre de formation «licence» de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne - UPEC Vague E - 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

Masters préparant aux concours de l enseignement

Masters préparant aux concours de l enseignement Masters préparant aux concours de l enseignement Contexte national Commission pédagogique de la CPU Le document (Eléments du référentiel sur la formation des enseignants) du 17 février 2010 donne les indications

Plus en détail

Conquérir une autonomie en communication. Une plateforme de formation à distance. pour des publics en difficulté en lecture et écriture

Conquérir une autonomie en communication. Une plateforme de formation à distance. pour des publics en difficulté en lecture et écriture Conquérir une autonomie en communication. Une plateforme de formation à distance pour des publics en difficulté en lecture et écriture Yves Ardourel Laboratoire : CEMIC/GRESIC, Bordeaux, France Etablissement

Plus en détail

Appel à communications

Appel à communications Appel à communications Clôture le 31 mai 2015 Seconde édition des dialogues de la recherche : «Prévention et gestion des risques climatiques dans les politiques territoriales» 17 ET 18 SEPTEMBRE 2015.

Plus en détail

Ecole de français langue étrangère. 84 L enseignement 89 Adresses utiles

Ecole de français langue étrangère. 84 L enseignement 89 Adresses utiles 81 Ecole de français langue étrangère 84 L enseignement 89 Adresses utiles (82) ÉCOLE DE FRANÇAIS LANGUE ÉTRANGÈRE ÉCOLE DE FRANÇAIS LANGUE ÉTRANGÈRE WWW.UNIL.CH /FLE L Ecole de français langue étrangère

Plus en détail

Présentation du Pacte (support Prezi) Texte à l intention des directions Septembre 2015

Présentation du Pacte (support Prezi) Texte à l intention des directions Septembre 2015 Présentation du Pacte (support Prezi) Texte à l intention des directions Septembre 2015 Préambule Ce document a pour objectif de fournir un outil aux directions, en vue de présenter le processus du Pacte

Plus en détail

Généralités. L informatique couvre des secteurs d activités de plus en plus larges.

Généralités. L informatique couvre des secteurs d activités de plus en plus larges. Généralités L informatique couvre des secteurs d activités de plus en plus larges. Requiert une certaine créativité et des facultés d adaptation. Il est possible de changer de nombreuses fois de postes

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Information et communication de l Université Paris 13 - Paris-Nord Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

Devenir ingénieur. Faculté des Sciences, de la Technologie et de la Communication. Faculté des Sciences, de la Technologie et de la Communication

Devenir ingénieur. Faculté des Sciences, de la Technologie et de la Communication. Faculté des Sciences, de la Technologie et de la Communication Faculté des Sciences, de la Technologie et de la Communication Devenir ingénieur Faculté des Sciences, de la Technologie et de la Communication Notre offre de formations Devenir ingénieur Fascination pour

Plus en détail

HEC Montréal. Politique de développement durable. Présenté par la Direction du développement durable de HEC Montréal

HEC Montréal. Politique de développement durable. Présenté par la Direction du développement durable de HEC Montréal HEC Montréal Politique de développement durable Présenté par la Direction du développement durable de HEC Montréal Adoptée au Conseil pédagogique, le 27 mars 2013 1 HEC MONTRÉAL Politique de développement

Plus en détail

La chimie atmosphérique

La chimie atmosphérique La chimie atmosphérique Régions et caractéristiques de l atmosphère Multitude de composés chimiques sont présents dans la troposphère La composition de l air de la troposphère Les gaz O 2, N 2, Ar gaz

Plus en détail

Passer à l action. Plan climat: Changement climatique: nous pouvons agir! Pierre Radanne

Passer à l action. Plan climat: Changement climatique: nous pouvons agir! Pierre Radanne Passer à l action Pierre Radanne Plan climat: Changement climatique: nous pouvons agir! Deux hypothèses : - Des émissions stables à partir de 2000 - Parvenir à stabiliser le climat Emissions de CO 2 Concentration

Plus en détail

La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche

La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche I - Un historique du modèle de la compétence II - Les enjeux de la GPEC III - Une démarche reliant stratégie/compétences/organisation

Plus en détail

En partenariat avec N 172 - AVRIL 2014

En partenariat avec N 172 - AVRIL 2014 En partenariat avec N 172 - AVRIL 2014 En partenariat avec N 172 - AVRIL 2014 Editorial Editorial Par François PAULUS (1989), Président du Jury Quand vous lirez ces lignes nous serons en avril 2014, et

Plus en détail

METTRE LE NUMÉRIQUE AU SERVICE D UN NOUVEAU MODÈLE DE BIBLIOTHÈQUE

METTRE LE NUMÉRIQUE AU SERVICE D UN NOUVEAU MODÈLE DE BIBLIOTHÈQUE 1 METTRE LE NUMÉRIQUE AU SERVICE D UN NOUVEAU MODÈLE DE BIBLIOTHÈQUE Architectures Numériques d'informations. Usages, Contenus et Technologies. Paris, 2 juillet 2010 L emprunteur se fait rare 2 Evolution

Plus en détail

la plateforme des engagements

la plateforme des engagements la plateforme des engagements Index La plateforme des engagements Les 35 engagements de la COMPAGNIE électrique de bretagne Les retombées économiques L emploi local Les partenariats écoles-entreprises

Plus en détail

FORMATION ET ACCOMPAGNEMENT DES FUTURS RESPONSABLES DE L INRA

FORMATION ET ACCOMPAGNEMENT DES FUTURS RESPONSABLES DE L INRA Jérôme GUERIF Formation permanente nationale Vocal : +33 (0)4 32 72 2951 E-mail : Jerome.Guerif@avignon.inra.fr CAHIER DES CHARGES FORMATION ET ACCOMPAGNEMENT DES FUTURS RESPONSABLES DE L INRA Contact

Plus en détail

Rôle des services nationaux de statistique concernant la mesure du développement durable

Rôle des services nationaux de statistique concernant la mesure du développement durable Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 27 mars 2015 Français Original: anglais ECE/CES/2015/19 Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Soixante-troisième

Plus en détail

ECOLE secondaire DES FRERES INSTITUT NOTRE-DAME DE TOURNAI

ECOLE secondaire DES FRERES INSTITUT NOTRE-DAME DE TOURNAI 1 er degré d observation 1 ère et 2 ème années communes (1C/2C) 1 ère 2 ème Français 6h 5h Mathématique 4h 5h Etude du milieu 4h 4h Sciences 3h 3h Education physique 3h 3h Education par la technologie

Plus en détail

jeudi 8 octobre 2009 La CTP pari tenu pour les deux ans de présidence de la Région Languedoc-Roussillon CTP-DossierPresse 8p.indd 1 7/10/09 18:01:23

jeudi 8 octobre 2009 La CTP pari tenu pour les deux ans de présidence de la Région Languedoc-Roussillon CTP-DossierPresse 8p.indd 1 7/10/09 18:01:23 www.laregion.fr jeudi 8 octobre 2009 La CTP pari tenu pour les deux ans de présidence de la Région Languedoc-Roussillon CTP-DossierPresse 8p.indd 1 7/10/09 18:01:23 Territoire de la Communauté de Travail

Plus en détail

Classes virtuelles : Un nouvel avantage concurrentiel pour les organismes de formation professionnelle. Rédigé par. Contact : didierb@akuter.

Classes virtuelles : Un nouvel avantage concurrentiel pour les organismes de formation professionnelle. Rédigé par. Contact : didierb@akuter. Classes virtuelles : Un nouvel avantage concurrentiel pour les organismes de formation professionnelle Rédigé par Didier Bourgeot Président du groupe Akuter Technologies Contact : didierb@akuter.com Révisé

Plus en détail

Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014

Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014 Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014 Le sens de notre action Les questions relatives à l amélioration du cadre de vie et au bien-être des hommes sont des préoccupations sociétales

Plus en détail

La Formation des Enseignants. Contribution dans le cadre de la concertation «Refondons l Ecole»

La Formation des Enseignants. Contribution dans le cadre de la concertation «Refondons l Ecole» La Formation des Enseignants Contribution dans le cadre de la concertation «Refondons l Ecole» 1 Avant-propos Le président de la République a fait de la refondation de l Ecole une priorité de son action.

Plus en détail

Le système scolaire finlandais

Le système scolaire finlandais Le système scolaire finlandais Législation des années 1970 Particularités du système Résultats obtenus Statistiques Avant les années 1970: jardin d enfants école primaire obligatoire gratuite enseignement

Plus en détail

DISCOURS de Sylvia PINEL Séminaire de lancement de la programmation des fonds européens 2014-2020 Montpellier

DISCOURS de Sylvia PINEL Séminaire de lancement de la programmation des fonds européens 2014-2020 Montpellier Cabinet de la Ministre du Logement, de l Egalité des territoires et de la Ruralité Seul le prononcé fait foi Paris, le vendredi 14 novembre DISCOURS de Sylvia PINEL Séminaire de lancement de la programmation

Plus en détail

Master Droit de l entreprise

Master Droit de l entreprise Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Droit de l entreprise Institut catholique de Lille - ICL Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin,

Plus en détail

Champ "Science politique"

Champ Science politique Formations et diplômes Synthèse des évaluations Champ "Science politique" Université Toulouse 1 Capitole - UT1 (déposant) Institut d'études politiques de Toulouse Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague

Plus en détail