ATELIER «GESTION DE CONFLITS»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ATELIER «GESTION DE CONFLITS»"

Transcription

1 ATELIER «GESTION DE CONFLITS» Quand un problème à résoudre devient un conflit : l ABC pour résoudre une telle situation. Animateurs : Gilles Girard et Pierre-Denis Simard Département de Médecine de Famille, Faculté de Médecine, Université de Sherbrooke, Octobre 2009.

2 Faculté de médecine et des sciences de la santé Département de médecine de famille OBJECTIFS DE L ATELIER «GESTION DE CONFLITS» Quand un problème à résoudre devient un conflit : l ABC pour résoudre une telle situation. Il vous est arrivé de vous sentir prisonnier d un conflit et impuissant à agir? Vous auriez bien voulu savoir comment aider des collègues aux prises avec une situation conflictuelle? Cet atelier a pour but d outiller les professionnels qui veulent prendre l initiative de résoudre un conflit avec un(e) collègue dans un esprit visant la collaboration. À la fin de l atelier, le participant pourra : Reconnaître la naissance d un conflit (en différenciant un problème et un conflit) et les réactions qui en découlent; Identifier son style habituel de gestion de conflit, incluant ses propres difficultés à être à la fois souple et ferme dans certaines situations; Envisager diverses modalités de désamorcer ou de composer avec un conflit et s ajuster au niveau de collaboration de son interlocuteur. Les méthodes pédagogiques suivantes seront utilisées au cours de l atelier : courte capsule théorique, exercice individuel, jeu de rôle collectif permettant d appliquer les outils de résolution. Références : Cormier S. Dénouer les conflits relationnels en milieu de travail. Sainte-Foy : Presses de l Université du Québec, Robert M. Conflict-Management Style Survey, San Diego, CA :University Associates, PLAN DE L ATELIER 1. Introduction : Présentation des objectifs et du plan de l atelier (1) 2. Bref exposé : Différence entre un problème et un conflit (2) 3. Exercice en groupe «Comment composer avec un conflit?» (3,4)) 4. «Mon style de gestion de conflits» (5-9) a) Quiz individuel; b) Partage sur les impacts de nos styles individuels. 5. Exercice «Premiers pas vers une résolution de problème» en 2 sous-groupes de travail (10) 6. Debriefing en plénière des discussions en sous-groupes et intégration des données de l atelier à votre expérience personnelle. 7. Conclusion (11) et évaluation de l atelier 1

3 Différences entre un «Problème à résoudre» et un «Conflit relationnel»? Gilles Girard, Pierre-Denis Simard Problème à résoudre: Il n y a évidence de problème que pour celui ou ceux qui le perçoivent. Définition : Lorsque 2 personnes perçoivent un problème en commun et qu elles sont disposées à collaborer ensemble à le résoudre. Dimensions du problème : 1. Quand faut-il prendre une décision? S entendre sur l échéancier. 2. Qui aura le pouvoir de décision : toi, moi, ensemble (nous)? 3. Quoi? Position de chacun? Mettre clair ce que je veux. Écouter l autre. Nous donner le temps. 4. Pourquoi? Intérêt, motif? Comprendre la position de l autre. 5. Comment? Trouver une solution qui tient compte de la perspective de chacun. Processus de résolution : L efficacité du processus de résolution repose sur l intégration des différences de points de vue et sur la qualité du lien entre les personnes. Il importe de créer et maintenir le dialogue en vue de trouver un terrain d entente. Précaution : Soigner la manière dont on pose le problème, car elle définit : a) les limites à l intérieur desquelles on pourra le résoudre (son cadre) et b) le type de solutions qui seront jugées pertinentes. D où il est utile de générer au moins deux formulations différentes des problèmes relativement importants. Logique de regroupements de type «et / et». Conflit relationnel : Symptôme d un problème à régler où l autre est perçu comme responsable de la situation. Définition : Lorsque les 2 personnes ont des visions opposées de la situation au point que chacune a le sentiment que l autre ne veut pas collaborer : ça devient une «bataille à gagner». Évolution du conflit dans la relation : 1. Amorce : maladresse, malentendu, accrochage avec blessures d ego, vexation : le processus de collaboration est bloqué; 2. Blâme de l autre (on prête une mauvaise intention): réactions émotionnelles, escalade, lutte de pouvoir; 3. Cul-de-sac : impasse, opposition, rupture du dialogue et guerre éventuelle Processus de désamorçage (trêve): Un conflit ne persiste que dans la mesure où il est maintenu par le comportement des personnes concernées et leurs interactions avec l entourage. D où la pertinence de procéder à une analyse des interactions dans le présent (qqs incidents récents) et des réponses qui renforcent les comportements (causalité circulaire). Pour sortir du cercle de l interaction conflictuelle : considérer qu il existe diverses pistes de solution, et non pas une seule (la sienne), changer d abord sa manière d agir au lieu de tenter vainement de changer l autre, diminuer ses attentes envers l autre. Logique d oppositions de type «ou bien / ou bien». 2

4 Exercice en groupe Consigne aux observateurs : Temps 1 : Les animateurs vont jouer devant vous une situation conflictuelle. Une moitié du groupe agira comme coach auprès du Dr Pierre-Denis Legrand et l autre moitié auprès du Dr Gilles Petit. Notez la contribution de la personne que vous observez dans l éclosion et l éclatement du conflit et préparez une suggestion que vous lui formulerez personnellement au moment du feedback. Temps 2 : Feedback des deux sous-groupes : on suppose que Drs Legrand et Petit ne sont pas satisfaits de leur rencontre et qu ils souhaitent un feedback pour dénouer leur conflit. Temps 3 : Ils reprendront le dialogue en tentant d intégrer vos suggestions. Contexte de l entretien: Une consigne écrite a été adressée à ces deux enseignants de l UMF à l effet qu ils partageront dorénavant le même bureau où sont disposés deux tables de travail, deux bibliothèques et deux filières. Auparavant, Dr Legrand occupait seul le bureau. Au fil des années, il a envahi tout l espace avec des livres, cartables et divers documents papiers disposés pêle-mêle sur le plancher et également sur le bureau et la chaise attribués récemment au Dr Petit. L entretien débute au moment où Dr Petit entre pour la première fois dans le bureau. Dr Gilles Petit, 20 ans d expérience nouvellement recruté d un autre milieu Vos observations et votre feedback Dr Pierre-Denis Legrand, 30 ans d expérience à l UMF Vos observations et votre feedback 3

5 Initiative d intervention d un des protagonistes pour dénouer ou, tout au moins, circonscrire un conflit afin de pouvoir le mettre de côté et collaborer dans l exécution d une tâche ou la résolution d un problème Gilles Girard TOI Comprendre l émotion (et / ou la croyance) de l autre La nommer et la valider en fonction de son contexte de vie pour désamorcer leur impact négatif dans la relation. Ex. : PD : fâché de se sentir non-considéré et envahi. MOI Reconnaître notre propre émotion La reconnaître pour éviter de l agir et de réagir à l autre de façon automatique : on risque une escalade de réponses émotives. Ex. : G : frustré de se sentir intrus et rejeté. Contexte de vie de l autre L explorer brièvement en vue de percevoir son impact sur l impasse actuelle. Ex. : PD : ancienneté ignorée. Notre contexte de vie Reconnaître les dimensions de notre contexte de vie qui interviennent dans la relation. Ex. : G : nouveau dans l UMF, besoin d un lieu de travail. Lorsqu on tente de régler un problème concret et qu on rencontre une réticence de la part de l autre, il est utile : 1. de mettre temporairement de côté le processus de résolution de problème et 2. de procéder à une brève intervention pour créer ou maintenir le dialogue et désamorcer les éléments conflictuels qui nuisent à la recherche d un terrain d entente: en nommant et légitimant l émotion de l autre à l aide d une ou deux contraintes liées au contexte, en vérifiant si l autre est d accord et plus accessible suite à notre énoncé, en partageant, au besoin, notre propre malaise ou inconfort dans la situation et en affirmant notre désir de trouver ensemble une solution au problème. Vérifier si l autre est maintenant prêt à mettre de côté ce qui le dérange dans la situation pour chercher ensemble une solution au problème. Une fois l accord obtenu, on peut s attaquer à la résolution du problème. Lorsque ça accroche à nouveau, on peut répéter le processus et / ou décider de faire appel à un tiers. 4

6 Questionnaire «Style de gestion des conflits» (Robert, 1982, Cormier, 1995) Consigne : Encerclez la lettre devant l énoncé qui correspond à votre façon habituelle d agir. 1. Quand quelqu un que j estime se montre hostile à mon endroit, j ai tendance à : A. Répondre de la même manière. B. Tenter de le persuader de cesser d être hostile. C. Écouter le plus longtemps possible. D. M en aller. 2. Quand quelqu un qui m est relativement indifférent se montre hostile à mon endroit, j ai tendance à : A. Répondre de la même manière. B. Tenter de le persuader de cesser d être hostile. C. Écouter le plus longtemps possible. D. M en aller. 3. Quand je suis témoin de personnes qui manifestent de la colère, de l agressivité, qui font des menaces et expriment leur opinion avec véhémence, j ai tendance à : A. M impliquer et à prendre position. B. Tenter de les réconcilier. C. Observer pour voir l issue de l interaction. D. Quitter la scène dès que possible. 4. Quand je me rends compte qu une personne m exploite, je suis capable de : A. Tenter par tous les moyens de changer le comportement de cette personne. B. M appuyer sur des «faits» pour amener des changements. C. Investir beaucoup d énergie pour changer ma relation. D. Me résigner. 5. Quand je suis engagé dans un conflit interpersonnel, mon mode habituel de réaction est de : A. Amener l autre à voir le problème tel qu il est. B. Analyser avec l autre la situation d un point de vue logique. C. Investir beaucoup d énergie pour trouver un compromis viable D. Laisser le temps faire son œuvre. 6. La qualité que je voudrais le plus posséder quand j ai à résoudre un conflit, serait d être : A. Fort et en sécurité du point de vue émotif. B. Très intelligent et imaginatif. C. Chaleureux et ouvert. D. Patient. 7. À la suite d une altercation sérieuse avec quelqu un que j estime beaucoup, je : A. M arrange pour en reparler le plus tôt possible, car j ai une idée de la façon dont ça peut se régler. B. Tiens à régler cette situation, peu importe ce que j y gagnerai. C. M en fais beaucoup, j y pense souvent, mais je ne prends pas l initiative du contact. D. Attends que les choses s arrangent sans avoir à en reparler de façon explicite. 8. Quand je suis témoin d un conflit sérieux survenant entre deux personnes qui me sont chères, j ai tendance à : A. Exprimer ma déception de ce qui leur arrive. B. Essayer de les persuader de résoudre leur différend. C. Observer l issue du conflit. D. Quitter les lieux. 5

7 9. Quand je suis témoin d un conflit sérieux survenant entre deux personnes qui me sont plutôt indifférentes, j ai tendance à : A. Exprimer ma déception de ce qui leur arrive. B. Essayer de les persuader de régler leur différend. C. Observer l issue du conflit. D. Quitter les lieux. 10. Le feedback que je reçois généralement concernant mon comportement face à un conflit ou à une vive opposition, est que : A. J essaie le plus possible d en sortir gagnant. B. J essaie d intégrer les différences avec une attitude de collaboration. C. Je suis très conciliant. D. J évite autant que possible les conflits. 11. Quand je communique avec quelqu un dans une situation conflictuelle, : A. J essaie de gagner avec la valeur de mes arguments. B. Je parle un peu plus que je n écoute pour trouver une solution mutuellement satisfaisante. C. Je fais de l écoute active en reformulant ce que dit l autre. D. J écoute attentivement, mais sans reformuler. 12. Quand je suis engagé dans un conflit désagréable : A. Je peux devenir sarcastique. B. Je peux faire des blagues au sujet de la situation ou de la relation. C. Je ne me prends pas au sérieux; je peux rire de moi. D. Je ne trouve pas cette situation propice à faire de l humour. 13. Quand une personne fait quelque chose qui m irrite, ma tendance en communiquant avec elle est de : A. Insister pour qu elle me regarde dans les yeux. B. La regarder directement et maintenir le contact. C. Maintenir un contact visuel intermittent. D. Éviter de la regarder directement. 14. Quand une personne fait quelque chose qui m irrite, ma tendance en communiquant avec elle est de : A. Me tenir près et la toucher. B. Utiliser mes mains et mon corps pour exprimer ce que je veux dire. C. Me tenir près sans la toucher. D. Me tenir en retrait et garder mes mains fermées. 15. Quand une personne fait quelque chose qui m irrite, ma tendance en communiquant avec elle est de : A. Utiliser un langage direct et lui demander d arrêter. B. Essayer de la persuader de cesser ce comportement. C. Lui parler gentiment6 et lui exprimer mes sentiments face à son comportement. D. Ne rien faire et ne rien dire. Quand vous avez complété les 15 énoncés, additionnez le nombre d énoncés A, B, C et D que vous avez choisis : A, B, C, D. Puis, transcrivez-les à la page 7 pour percevoir votre style de gestion de conflits sous forme d un éventail de cartes à jouer en présence d un conflit. 6

8 ACCOMMODEMENT (C) Score : COLLABORATION (B) Score : Légende : AS : score de 7 et +, ROI : score 6, DAME : score 5, DIX : score 4, HUIT : score 3, SIX : score 2, QUATRE : score 1, DEUX : score 0. ÉVITEMENT (D) Score : COMPÉTITION (A) Score : 7

9 Styles de gestion de conflits Les quatre styles de gestion de conflits peuvent s avérer pertinents selon le contexte. Compte tenu des exigences qui le caractérisent, le style collaborateur, bien que souvent bénéfique, n est pas à utiliser en toute occasion, car il exige plus de temps. De même, il n est pas toujours approprié d atténuer un conflit. Aussi, il existe des styles mixtes où deux styles sont dominants. A. Compétition a. Tendance à «prendre le taureau par les cornes». b. Fort besoin de contrôler les situations et les personnes c. Ceux qui utilisent cette approche croient savoir qu elle est la solution au conflit et sont souvent directifs en position d autorité. B. Collaboration a. Tendance «à se tenir debout», à défendre son point de vue sans être provocant, ni écrasant. b. Ceux qui utilisent cette approche sont disposés à collaborer de façon proactive. c. Ils comptent beaucoup sur leurs habiletés verbales et leur force de persuasion. C. Accommodement a. Tendance à observer les autres et à analyser ses propres réactions lors de situations conflictuelles. b. Ces personnes adoptent spontanément un comportement d écoute active et se remettent souvent en question. c. Elles sont conciliantes et valorisent l harmonie. D. Évitement a. Tendance à se retirer afin d éviter toute forme de conflit ou de confrontation. b. Ceux qui utilisent ce style sont habituellement acceptants et patients, souvent au prix de la suppression de leurs réactions et sentiments personnels. 8

10

11 Exercice en sous-groupes Objectif : Mettre l accent sur le processus de désamorçage du conflit (versus trouver une solution hâtive, partielle et source d insatisfactions) : passer d une position conflictuelle à la recherche commune d une entente. Vous êtes membre d une équipe de médecins de famille impliqués depuis quelques années dans l enseignement auprès des résidents 2 en médecine de famille. Il y a eu des bons et des moins bons moments comme c est le cas avec l enseignement! Dans votre équipe, certains médecins sont très intéressés par l enseignement et d autres moins. Toutefois, l esprit d équipe est très bon; l entraide et le respect sont bien présents. Comme les cohortes d étudiants augmentent, le département demande à votre groupe de vous impliquer aussi avec des résidents 1 en médecine de famille et avec des externes pour certaines activités cliniques. Lors de cette annonce au groupe, plusieurs collègues sont prêts à tenter l expérience, mais pour certains c est difficile à envisager. Le projet est entériné par la majorité de l équipe. La tension monte. Une certaine division commence à s installer dans votre équipe. Un collègue (joué par un animateur) est très critique par rapport à cette décision qui a des répercussions sur le groupe et demande à en discuter en groupe. Vous aimez bien ce collègue et travaillez avec lui depuis des années. Vous avez des pressions de la faculté, du département et de votre organisation pour augmenter vos activités d enseignement Vous tenez à la bonne entente et à l esprit de collaboration qui ont toujours existé dans votre équipe C est aujourd hui que se tient la rencontre d équipe demandée par votre collègue résistant à la décision d intégrer les résidents 1 et les externes à vos activités d enseignement. Comme membre de l équipe, votre tâche est de consolider la cohésion de votre groupe en aidant votre collègue résistant à évoluer dans sa position. Vous avez quelques minutes pour amorcer cette tâche. Position 1 du type «non, mais» (Gilles) «Moi, je ne suis pas venu travailler dans notre milieu pour enseigner aux résidents 1 et aux externes.» Position 2 du type «non, non» (Pierre-Denis) «Je vous annonce que, moi, l enseignement aux résidents 1 et aux externes, je n en fais pas.» Déroulement de l exercice en sous-groupe: - consignes : 3 minutes, - jeu collectif : 10 minutes. Debriefing de l exercice en plénière. 10

12 Conclusion : Messages de l atelier : Quand un problème à résoudre devient un conflit, Arrêter temporairement de chercher des solutions au problème, Bien comprendre la réalité de l autre et partager avec lui votre compréhension, Connaître votre propre style de réaction face au conflit et l ajuster à la situation présente, Désamorcer, si possible, le conflit : o C est important d intervenir tôt afin d éviter l escalade. o Suite à une trêve ou un moment de réflexion, la démarche de réconciliation est initiée par l un et acceptée par l autre. o Par la suite, une solution satisfaisante du problème émerge souvent assez facilement. 11

13 Animateurs Exercice en groupe Consigne aux observateurs : Temps 1 : Les animateurs vont jouer devant vous une situation conflictuelle. Une moitié du groupe agira comme coach auprès du Dr Legrand et l autre moitié auprès du Dr Petit. Notez la contribution de la personne que vous observez dans l éclosion et l éclatement du conflit et préparez une suggestion que vous lui formulerez personnellement au moment du feedback. Temps 2 : Feedback des deux sous-groupes : on suppose que Dr Legrand et Petit sont insatisfaits de leur rencontre et souhaite un feedback pour y remédier. Temps 3 : Ils reprendront le dialogue en tentant d intégrer vos suggestions. Contexte de l entretien: Une consigne écrite a été adressée à ces deux enseignants de l UMF à l effet qu ils partageront dorénavant le même bureau où sont disposés deux tables de travail, deux bibliothèques et deux filières. Auparavant, Dr Legrand occupait seul le bureau. Au fil des années, il a envahi tout l espace avec des livres, cartables et divers documents papiers disposés pêle-mêle sur le plancher et également sur le bureau et la chaise attribués récemment au Dr Petit. L entretien débute au moment où Dr Petit entre dans le bureau. Dr Gilles Petit, 20 ans d expérience nouvellement recruté d un autre milieu 1a. Bonjour Dr Legrand, je m excuse d interrompre votre travail. Mon nom est Gilles Petit, je suis nouveau à l UMF. 2a. Avez-vous reçu la consigne à savoir que nous partageons désormais le même bureau? 3a. Je ne sais pas où placer vos documents. C est à vous de faire le ménage. 4a. On ne m a pas recruté pour travailler dans le corridor. Ça fait 6 mois que mon contrat est signé. Je n aime pas être traité comme un intrus. 5a. Pour qui vous vous prenez pour me traiter de la sorte? On m a prévenu à l effet que vous n étiez pas facile à vivre, mais y é pas question que je me laisse traité comme un moins que rien. Dr Pierre-Denis Legrand, 30 ans d expérience à l UMF 1b. Bonjour Gilles, entre. Fais comme chez toi. 2b. Oui, pas de problème. Installe-toi. Libère la chaise et le bureau. 3b. Y é pas question que je fasse du «ménage». J ai toujours demandé d être seul dans mon bureau. C est rien de spécial après 30 ans dans le même milieu! 4b. Tu peux accrocher ton manteau sur un des crochets près de la porte et aller travailler dans une des salles de réunion. 5b. Du calme! Du calme!! Je veux pas entendre tes frustrations. Vas te plaindre ailleurs ; moi, j ai du travail à faire. 6. Dr Petit sort fâché du bureau.

14 Animateurs Interventions possibles de part et d autre pour désamorcer l éventualité d un conflit Gilles 3. Je constate que vous avez l habitude d occuper seul le bureau et que vous avez beaucoup de documents. Ça n est sûrement pas facile de partager votre espace. Mais il semble que les espaces soient restreints à l UMF et qu on doive partager à deux tous les bureaux. Je suis mal à l aise de vous imposer cela. Même si je suis nouveau, j ai quand même besoin d un espace pour travailler. 4. (Nous comprenons que vous vous sentiez de trop. Ce n est pas dirigé contre vous personnellement ; évitez donc de contre-attaquer) Aujourd hui j irai travailler dans une salle de réunion, mais dès demain, je m attends à ce que ma table, ma chaise et mon espace soient libérés de manière à ce que je puisse y travailler normalement (=prendre position fermement sans agressivité). Pierre-Denis 2. J ai bien reçu la consigne de la direction à l effet que je dois partager mon bureau avec vous. C est difficile pour moi de l accepter. Ça n a rien de personnel. Comme vous le constatez, je suis déjà à l étroit et j estime que je devrais occuper seul le bureau. (J en discuterai avec la direction pour trouver une autre solution. En attendant, j aimerais que vous trouviez un autre endroit pour travailler? Supposons que la direction maintient sa position.) Ce serait intéressant d illustrer dans la discussion les différentes cartes (évitement, accommodement, compétition et collaboration) qui peuvent être jouées et leurs conséquences.

15 Animateurs Exercice en sous-groupes Arguments souvent mis de l avant pour refuser l intégration des R1 et des externes dans un milieu de stage : 1. C est encore un surplus de travail. On est déjà débordé; on manque d effectifs. 2. Ça exige plus de temps pour la supervision que les R2. 3. C est pas payant. Les R1 et les externes voient peu de patients, on doit souvent revoir leurs patients et on voit moins de patients dans nos cliniques. 4. Je n aime pas confier mes patients à quelqu un de peu habitué et peu formé. 5. Ça me rend insécure au niveau légal de confier ma tâche à un étudiant en formation. 6. Je n aime pas être observé pendant que j effectue une consultation. C est souvent nécessaire avec les R1 et les externes. 7. Je ne me sens pas compétent au niveau pédagogique. Je n ai pas la formation des Diane Clavet et Richard Boulé. 8. On se fait encore imposer des tâches d enseignement par la faculté et le département. NB : À moins d y être forcé, «évitez la recherche de la solution rapide lorsqu il y a conflit». Une solution prématurée divise le groupe et augmente l insatisfaction. Suggestions : Entendre les positions de chacun, identifier ce qui les sous-tend, porter attention aux possibilités d ouverture à d autres points de vue, encourager le dialogue et le partage de nouvelles informations.

arbitres et entraîneurs de haut niveau

arbitres et entraîneurs de haut niveau La gestion des conflits arbitres et entraîneurs de haut niveau A quel type de conflits entraîneurs et arbitres sont-ils confrontés? Les Conflits CONSTATS La plupart du temps se sont les mêmes situtations

Plus en détail

La gestion d une équipe vie scolaire. Quelques petits conseils pour être un super manager!

La gestion d une équipe vie scolaire. Quelques petits conseils pour être un super manager! La gestion d une équipe vie scolaire Quelques petits conseils pour être un super manager! Les facteurs de stress Dans une équipe, on peut repérer différents facteurs de stress Une direction trop autoritaire

Plus en détail

LA FORMATION CONTINUE DES SOIGNANTS EN EHPAD

LA FORMATION CONTINUE DES SOIGNANTS EN EHPAD LA FORMATION CONTINUE DES SOIGNANTS EN EHPAD Renato SAIU (2009). En ligne sur detour.unice.fr Master 2 de psychologie clinique et gérontologique Résumé : La formation professionnelle du personnel en EHPAD

Plus en détail

GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS

GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS Dans des organisations en constante évolution, un manager doit pouvoir devenir une base de sécurité pour l équipe qu il dirige. Il doit pouvoir être une source de

Plus en détail

Les 5 clés pour gérer les conflits au travail

Les 5 clés pour gérer les conflits au travail Les 5 clés pour gérer les conflits au travail Illustration : Olivier Prime Dunod, 2015 5 rue Laromiguière, 75005 Paris www.dunod.com ISBN 978-2-10-073858-8 Avant- propos Dunod - Toute reproduction non

Plus en détail

Regroupement CPE / Intervention Gestion de conflit 1 et 2 décembre 2014

Regroupement CPE / Intervention Gestion de conflit 1 et 2 décembre 2014 Regroupement CPE / Intervention Gestion de conflit 1 et 2 décembre 2014 Objectifs : 1. Echanger en groupe autour de situations vécues de conflits 2. Eclairer les pratiques par des apports conceptuels et

Plus en détail

Vous êtes. visé. Comment diminuer les risques et les impacts d une agression en milieu bancaire

Vous êtes. visé. Comment diminuer les risques et les impacts d une agression en milieu bancaire Vous êtes visé Comment diminuer les risques et les impacts d une agression en milieu bancaire Prévenir les vols ou les effets d un vol sur les employés Rôle de la direction de la succursale Désigner un

Plus en détail

Divorce et séparation en situation conflictuelle. offert par

Divorce et séparation en situation conflictuelle. offert par Divorce et séparation en situation conflictuelle offert par IMPORTANT Tous les renseignements juridiques contenus dans cette présentation sont offerts à titre d information générale. Ils ne peuvent en

Plus en détail

Déroulement de l activité

Déroulement de l activité Enseignement des habiletés sociales au primaire Groupe 4 : Solutions de rechange à l agression Habileté 42 : Accepter des conséquences Chantal Thivierge Fiche de planification Habileté sociale : ACCEPTER

Plus en détail

Accompagner le changement et mieux communiquer

Accompagner le changement et mieux communiquer Accompagner le changement et mieux communiquer Catalogue Formations 2009/2010 Dédiées aux acteurs du monde de la communication Management opérationnel des équipes de communication Manager efficacement

Plus en détail

Posséder les habiletés pour établir une relation aidante

Posséder les habiletés pour établir une relation aidante 6. 7. Faites une mise en commun en partageant le résultat de votre travail avec le reste de la classe. Remplissez la fi che Regard sur l exercice (fi gure 3.13). Figure 3.13 Regard sur l exercice Autoévaluation

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

Le trouble oppositionnel avec. provocation ou par réaction?

Le trouble oppositionnel avec. provocation ou par réaction? Le trouble oppositionnel avec provocation ou par réaction? Emmanuelle Pelletier, M.Ps., L.Psych. Psychologue scolaire Octobre 2004 Trouble oppositionnel avec provocation ou par réaction? La personne oppositionnelle

Plus en détail

Tu as des droits.. Document original d Annie Simard TES

Tu as des droits.. Document original d Annie Simard TES Pourquoi dire non? Savoir dire non est indispensable pour me protéger, poser mes limites face aux autres et éviter de me laisser envahir par des demandes abusives. Quand les autres envahissent mon territoire

Plus en détail

LES OUTILS DU COACHING (partie 2) Par Robert Gingras, CRHA, ACC

LES OUTILS DU COACHING (partie 2) Par Robert Gingras, CRHA, ACC LES OUTILS DU COACHING (partie 2) Par Robert Gingras, CRHA, ACC Voici une série de courts articles que j ai eu le plaisir de rédiger pour le journal La Voix de l Est sur le thème du COACHING : une profession

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Guide d enseignement et Feuilles d activité de l élève DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Qu est-ce que l intimidation (bullying)? L intimidation est le fait de tourmenter de façon

Plus en détail

La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E

La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E Pour qu un enfant se «laisse» encadrer ou discipliner, il faut d abord que ses besoins affectifs soient satisfaits : Mon enfant est-il sécurisé par quelques règles

Plus en détail

Formation Certifiante à l Ennéagramme

Formation Certifiante à l Ennéagramme Formation Certifiante à l Ennéagramme formation 2015 2016 Ressources Humaines Relation d Aide - Coaching - Management qui débouche sur un diplôme de coach, en fin de troisième cycle. Seul diplôme français

Plus en détail

Comprendre les différentes formes de communication

Comprendre les différentes formes de communication Chapitre 2 Communiquer de façon professionnelle 2. Lisez la mise en situation ci-dessous. Ensuite, nommez les attitudes favorisant la communication qui n ont pas été mises en pratique et expliquez votre

Plus en détail

Formations. Gestionnaires

Formations. Gestionnaires Formations Gestionnaires 2015 Cette édition de notre catalogue d activités pour les gestionnaires inclut plusieurs nouveautés. De nouveaux thèmes de formation ont été élaborés et une nouvelle section présente

Plus en détail

Gestion des conflits (C.Marsan «Gérer les conflits»)

Gestion des conflits (C.Marsan «Gérer les conflits») Gestion des conflits (C.Marsan «Gérer les conflits») Définition du Larousse : «un conflit c est une opposition d intérêts entre deux ou plusieurs parties dont la solution peut être recherchée soit par

Plus en détail

Programme des Activités

Programme des Activités Ecole de Coaching 1er semestre 2015 Programme des Activités Attitude Coach Devenir Coach Formations continuées Supervision Conférences Soirées Positives Sonia Piret 0486 707 496 - w w w. e c o l e d e

Plus en détail

5172, des Ramiers Québec QC G1G 1L3 (418) 622-1593 c.sanfacon@videotron.ca

5172, des Ramiers Québec QC G1G 1L3 (418) 622-1593 c.sanfacon@videotron.ca 5172, des Ramiers Québec QC G1G 1L3 (418) 622-1593 LES TECHNIQUES D INTERVENTION Accepter mes propres émotions, éviter l affrontement, respecter l image du jeune. Ce n est pas toujours évident d intervenir

Plus en détail

L affirmation de soi. Docteur Dominique Servant Unité stress et anxiété CHRU de Lille

L affirmation de soi. Docteur Dominique Servant Unité stress et anxiété CHRU de Lille L affirmation de soi Docteur Dominique Servant Unité stress et anxiété CHRU de Lille S affirmer «Communiquer de façon affirmée, c est exprimer ses sentiments et ses façons de voir, par des mots, des gestes,

Plus en détail

Conférence Les deuils situationnels

Conférence Les deuils situationnels Conférence Les deuils situationnels Sylvie Dufresne, psychothérapeute Les étapes de résolution du deuil Choc Négation déni Expression des émotions Prise en charge des tâches liées au deuil Découverte d

Plus en détail

Rapport de la médiatrice 2009

Rapport de la médiatrice 2009 Rapport de la médiatrice 2009 Rapport de la médiatrice 1 er janvier 31 décembre 2009 Le présent rapport passe en revue les activités menées durant l année civile 2009. Le corps du rapport comprend des

Plus en détail

Bilan des activités Séguin, R., Barsalou-Verge, X., Gagnon M.M., & Dagenais, C.

Bilan des activités Séguin, R., Barsalou-Verge, X., Gagnon M.M., & Dagenais, C. Les communautés rencontrées dans le cadre du projet Bilan des activités Séguin, R., Barsalou-Verge, X., Gagnon M.M., & Dagenais, C. LE PROGRAMME DE FORMATIONS Le programme de s vise à contribuer au développement

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

OUTILS DE GESTION ET D EVALUATION AU POSTE : Collecte/réparation/vente d électroménager. Assistant(e) secrétaire commercial(e)

OUTILS DE GESTION ET D EVALUATION AU POSTE : Collecte/réparation/vente d électroménager. Assistant(e) secrétaire commercial(e) OUTILS DE GESTION ET D EVALUATION AU POSTE : Collecte/réparation/vente d électroménager Assistant(e) secrétaire commercial(e) Référentiel d activités+analyse d activités Référentiel de compétences Référentiel

Plus en détail

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 PASI Collège Claude Le Lorrain NANCY L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 1. Présentation de l aide aux devoirs pour les 5èmes page 2 2. Enquête menée auprès des élèves de 5 ème page 3 a.

Plus en détail

Grille d identification de risques psychosociaux au travail : un levier pour l action dans le milieu

Grille d identification de risques psychosociaux au travail : un levier pour l action dans le milieu Gatineau, 19 juin 2012 Grille d identification de risques psychosociaux au travail : un levier pour l action dans le milieu Carole Chénard, MBA Chargée de projet Promotion de la santé des travailleurs

Plus en détail

Formation Team Building entre Managers. Formation Team Building entre Managers

Formation Team Building entre Managers. Formation Team Building entre Managers 1/6 Accueil du Public Six Sigma opérationnel Gestion du stress et préservation de soi Pratique de la Médiation Gestion du temps Négociation Pratique Prise de parole en public Coaching individuel Préparation

Plus en détail

Atelier n 4n. Mise en pratique de la gestion des conflits par le référentr

Atelier n 4n. Mise en pratique de la gestion des conflits par le référentr Atelier n 4n Mise en pratique de la gestion des conflits par le référentr rent Docteur Agnès Riché Référente en antibiothérapie, CH Angoulême Docteur Remy Gauzit Anesthesiste Réanimateur, Hôtel Dieu, AP-HP

Plus en détail

Ateliers de formation

Ateliers de formation Ateliers de formation Donnez de la hauteur à vos managers et commerciaux! Efficacité managériale Efficacité individuelle Intelligence relationnelle Efficacité commerciale Efficacité managériale S ADAPTER

Plus en détail

NTRODUCTION. Guide de gestion des ressources humaines

NTRODUCTION. Guide de gestion des ressources humaines NTRODUCTION Dans le contexte actuel où la main-d œuvre qualifiée se fait plus rare, où les employés connaissent leur valeur et sont mobiles, le modèle de gestion autoritaire n est plus approprié. De nos

Plus en détail

CPE La Grande Ourse, Intégration d enfants à besoins particuliers, 2006. Révisée par l administration provisoire, Avril 2011.

CPE La Grande Ourse, Intégration d enfants à besoins particuliers, 2006. Révisée par l administration provisoire, Avril 2011. POLITIQUE D INTÉGRATION DES ENFANTS AVEC DES BESOINS PARTICULIERS OU HANDICAPÉS CENTRE DE LA PETITE ENFANCE LA GRANDE OURSE INTÉGRATION D ENFANTS À BESOINS PARTICULIERS Le centre de la petite enfance La

Plus en détail

PRÉPOSÉ AUX BÉNÉFICIAIRES INDICATEURS PRÉVUS POUR DÉTERMINER SI LES CANDIDATS SONT EN MESURE D AFFICHER LES COMPÉTENCES REQUISES

PRÉPOSÉ AUX BÉNÉFICIAIRES INDICATEURS PRÉVUS POUR DÉTERMINER SI LES CANDIDATS SONT EN MESURE D AFFICHER LES COMPÉTENCES REQUISES GREENE PRÉPOSÉ AUX BÉNÉFICIAIRES POUR DÉTERMINER SI LES CANDIDATS SONT EN MESURE D AFFICHER LES COMPÉTENCES REQUISES Dans le présent document, chacune des compétences associées au poste de préposé aux

Plus en détail

L ART DU COACH PROGRAMME 2015-2016

L ART DU COACH PROGRAMME 2015-2016 L ART DU COACH PROGRAMME 2015-2016 FORMATION GÉNÉRALE À L ART DU COACH Coaching individuel www.coaching-services.ch info@coaching-services.ch Ch. des Tines 9, 1260 Nyon La formation à l art du Coach est

Plus en détail

Nouer des relations saines : Apprendre à écouter

Nouer des relations saines : Apprendre à écouter Nouer des relations saines : Apprendre à écouter Résultats d apprentissage du programme Santé et préparation pour la vie, Alberta Education Les élèves vont : R 7.5 examiner les caractéristiques inhérentes

Plus en détail

8 formations. carrément commerciales. Catalogue 2015

8 formations. carrément commerciales. Catalogue 2015 8 formations carrément commerciales Catalogue 2015 8 formations pour : vendre plus et mieux Vendre ses prestations intellectuelles page 4 La relation client dans la gestion de projet page 5 Apprendre à

Plus en détail

CATALOGUE DES ACTIVITÉS DE FORMATION POUR LES ORGANISMES ÉDUCATION POPULAIRE CREP

CATALOGUE DES ACTIVITÉS DE FORMATION POUR LES ORGANISMES ÉDUCATION POPULAIRE CREP CATALOGUE DES ACTIVITÉS DE FORMATION POUR LES ORGANISMES ÉDUCATION POPULAIRE CREP 1 CATALOGUE DES ACTIVITÉS DE FORMATION pour les organismes ÉDUCATION POPULAIRE Le catalogue des activités de formation

Plus en détail

COMMUNIQUER ET ANIMER EFFICACEMENT UNE RÉUNION

COMMUNIQUER ET ANIMER EFFICACEMENT UNE RÉUNION AUTEURES Josée Latendresse Nathalie St-Pierre COORDINATION Ghislaine Poirier Centre 1,2,3 GO! Ce feuillet a été développé par le Toute reproduction partielle ou complète de ce document doit avoir reçu

Plus en détail

Indicateurs de la compétence. de l infirmière et infirmier auxiliaire Juin 2003

Indicateurs de la compétence. de l infirmière et infirmier auxiliaire Juin 2003 Indicateurs de la compétence de l infirmière et infirmier auxiliaire Juin 2003 Indicateurs de la compétence de l infirmière et infirmier auxiliaire Édité par : L Ordre des infirmières et des infirmiers

Plus en détail

Exprimer sa reconnaissance

Exprimer sa reconnaissance Atelier - le 30 juin 2010 dans le management au quotidien :, consultante RH Une rencontre organisée par Les principaux besoins par rapport au travail 1 TABLEAU RÉCAPITULATIF SUR LES SIGNES DE RECONNAISSANCE

Plus en détail

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE http://mastermop.unblog.fr http://sciencespomanagement.unblog.fr Auteur : Lionel Honoré Professeur des Universités en Management Institut d Etupes Politiques de Rennes lionel.honore@sciencespo-rennes.fr

Plus en détail

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique BUT : Découvrir ton profil préférentiel «Visuel / Auditif / Kinesthésique» et tu trouveras des trucs

Plus en détail

Communiquer à l Ecole. Corinne ROUX-LAFAY Professeur de philosophie ESPE - Université LYON 1.

Communiquer à l Ecole. Corinne ROUX-LAFAY Professeur de philosophie ESPE - Université LYON 1. Communiquer à l Ecole. Corinne ROUX-LAFAY Professeur de philosophie ESPE - Université LYON 1. DÉFINITION GÉNÉRALE. La communication est l ensemble des processus physiques et psychologiques par lesquels

Plus en détail

DYNAMISER SON MANAGEMENT D ÉQUIPE

DYNAMISER SON MANAGEMENT D ÉQUIPE 1 2 3 4 Développer sa posture managériale : s affirmer dans tous les rôles de manager Définition du rôle et fonction du manager : donner du sens, épauler, accompagner, écouter... Encadrer plus efficacement

Plus en détail

Bienvenue au centre de réadaptation. Table des matières

Bienvenue au centre de réadaptation. Table des matières vie Table des matières 3 Bienvenue au centre de réadaptation 4 Loi sur la protection de la jeunesse 5 Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents 7 La réadaptation, pour t aider à évoluer

Plus en détail

PROGRAMME VI-SA-VI VIvre SAns VIolence. Justice alternative Lac-Saint-Jean

PROGRAMME VI-SA-VI VIvre SAns VIolence. Justice alternative Lac-Saint-Jean PROGRAMME VI-SA-VI VIvre SAns VIolence Justice alternative Lac-Saint-Jean Printemps 2013 OBJECTIFS Démystifier la problématique violence. Promouvoir les solutions pacifiques en matière de résolution de

Plus en détail

PRÉVENTION DE L AGRESSION SEXUELLE AU PRÉSCOLAIRE : «Les petits découvreurs de la sexualité!»

PRÉVENTION DE L AGRESSION SEXUELLE AU PRÉSCOLAIRE : «Les petits découvreurs de la sexualité!» PRÉVENTION DE L AGRESSION SEXUELLE AU PRÉSCOLAIRE : «Les petits découvreurs de la sexualité!» L activité pédagogique Les petits découvreurs de la s exualité! comporte quatre capsules, chacune abordant

Plus en détail

Dossier complémentaire pour l analyse de cas

Dossier complémentaire pour l analyse de cas Niveaux d analyse Les facteurs à prendre en compte : L institution Les valeurs de l Institution sont éloignées/proches des valeurs de l étudiant L enseignant pense qu il est possible de faire évoluer les

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité Documentation C Autoévaluation des compétences sociales et personnelles Vous avez rempli le justificatif des prestations fournies pour l année relatif à votre travail concernant la prise en charge de votre

Plus en détail

Influencer avec intégrité

Influencer avec intégrité Influencer avec intégrité 1 Les objectifs généraux d une communication. Aider (conseils, directives) Apprendre (acquérir habiletés, connaissance de soi et du monde) Créer des liens (amitiés, formation

Plus en détail

L expérience de parents séparés dans le système judiciaire: implications pour l accès à la justice

L expérience de parents séparés dans le système judiciaire: implications pour l accès à la justice L expérience de parents séparés dans le système judiciaire: implications pour l accès à la justice ARUC - colloque BILAN du 14 au 16 octobre Michael Saini, professeur, Université de Toronto Francine Cyr,

Plus en détail

www.provincedeliege.be/pse Photo langage

www.provincedeliege.be/pse Photo langage www.provincedeliege.be/pse 1 Photo langage Le photo langage Durée : Une heure pour le groupe classe ou 20 minutes par Technique : Expression orale sur base de supports visuels. atelier. Matériel : 30 photographies.

Plus en détail

PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT

PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT L enfant a besoin d apprendre, et, en premier lieu, d apprendre à parler pour échanger et vivre en société. Ce sont

Plus en détail

Comment exprimer et tenir une position sans être débordé par l émotion? L ASSERTIVITÉ

Comment exprimer et tenir une position sans être débordé par l émotion? L ASSERTIVITÉ Comment exprimer et tenir une position sans être débordé par l émotion? L ASSERTIVITÉ 1 Laurie LAUFER laurie.laufer@wanadoo.fr L ASSERTIVITÉ : le "JE" qui prend place Assertivité vient du verbe anglo-saxon

Plus en détail

Encourager les comportements éthiques en ligne

Encourager les comportements éthiques en ligne LEÇON Années scolaire : 7 e à 9 e année, 1 re à 3 e secondaire Auteur : Durée : HabiloMédias 2 à 3 heures Encourager les comportements éthiques en ligne Cette leçon fait partie de Utiliser, comprendre

Plus en détail

Les bases du modèle systémique de Palo-Alto

Les bases du modèle systémique de Palo-Alto Les bases du modèle systémique de Palo-Alto Notre objectif dans cet article est d éclairer nos visiteurs sur ce modèle de façon synthétique. Nous sommes disponibles pour répondre aux questions que vous

Plus en détail

IFIP Conseil. «Une formation opérationnelle des agents de terrain en relation sociale de proximité avec les habitants pour» :

IFIP Conseil. «Une formation opérationnelle des agents de terrain en relation sociale de proximité avec les habitants pour» : FORMATION : MIEUX GERER LES RELATIONS AUX HABITANTS Finalité de la formation : Réduire le stress. Communiquer et gérer les relations, anticiper. Agir de manière appropriée lors des situations délicates

Plus en détail

Se réaliser dans les relations entre associés Fiche 6 : Un système de communication qui fonctionne

Se réaliser dans les relations entre associés Fiche 6 : Un système de communication qui fonctionne Se réaliser dans les relations entre associés Fiche 6 : Un système de communication qui fonctionne Fiche 6 : Un système de communication qui fonctionne. - 2009 1 Rappel des points de vigilance pour de

Plus en détail

Des messages clairs pour prévenir les conflits

Des messages clairs pour prévenir les conflits Apprentissage de la communication : Fiche n 15 Des messages clairs pour prévenir les conflits Objectifs : - Apprendre à exprimer un message qui exprime ce qu un comportement donné éveille comme sentiment

Plus en détail

Activité : L'île déserte

Activité : L'île déserte CPS : Problèmes, Décisions Thème : Prise de décision collective Type d'activités : Exploration Activité : L'île déserte Niveau : 8-12 ans Participants : 25 Durée : 45 45 mn Objectifs : S inscrire en groupe

Plus en détail

Difficultés de comportement et Prévention des troubles du comportement

Difficultés de comportement et Prévention des troubles du comportement Difficultés de comportement et Prévention des troubles du comportement En primaire DDEC 56 Document inter-services Services Ecoles et Psychologie - 2010 - Sommaire Doc 1 : Faire la connaissance avec son

Plus en détail

MANAGEMENT 360. Durée de la formation : 21 heures

MANAGEMENT 360. Durée de la formation : 21 heures MANAGEMENT 360 Nous proposons une approche dynamique initiant une logique de compétence fondée sur l identification de ses propres ressources internes et ses points de résistance : Apport sur l intelligence

Plus en détail

Scénarios sociaux Pour faciliter mon parcours aux études supérieures

Scénarios sociaux Pour faciliter mon parcours aux études supérieures Scénarios sociaux Pour faciliter mon parcours aux études supérieures Ces scénarios sociaux ont été préparés depuis l automne 2008 par Jézabel Parent du Cégep Saint-Hyacinthe, Lyne Picard, du CRDI Normand-Laramée,

Plus en détail

22 octobre 2009 Climat social dans les entreprises françaises en 2009. Résultats de l enquête de l Observatoire Cegos

22 octobre 2009 Climat social dans les entreprises françaises en 2009. Résultats de l enquête de l Observatoire Cegos 22 octobre 2009 Climat social dans les entreprises françaises en 2009 Résultats de l enquête de l Observatoire Cegos Méthodologie 2 Enquête menée entre le 7 et le 18 septembre 2009 auprès : D un échantillon

Plus en détail

A1 Parler avec quelqu un Je peux dire qui je suis, où je suis né(e), où j habite et demander le même type d informations à quelqu un. Je peux dire ce que je fais, comment je vais et demander à quelqu un

Plus en détail

Communiquer avec assurance

Communiquer avec assurance MINTO PREVENTION & REHABILITATION CENTRE CENTRE DE PREVENTION ET DE READAPTATION MINTO Communiquer avec assurance Aperçu de la trousse Une communication inefficace est souvent à l origine des mauvaises

Plus en détail

L accompagnement à 360 avec Rhesoe!

L accompagnement à 360 avec Rhesoe! L accompagnement à 360 avec Rhesoe! L Accompagnement professionnel Groupe d échange et de développement des Talents Prévention et gestion des risques psychosociaux L Accompagnement au recrutement Communication

Plus en détail

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Janvier Module 2009 10 : Gérer les conflits Modifié en décembre 2010 Révisé en décembre 2012 Révisé en décembre 2012 1 Objectif

Plus en détail

Questionnaire pour les enseignant(e)s

Questionnaire pour les enseignant(e)s info@educatout123.fr www.educatout123.fr +31 614303399 L enfant qui bouge beaucoup! C est un fait, un enfant bouge beaucoup, il a besoin de se dépenser. Il arrive même parfois qu on n arrive plus à tenir

Plus en détail

Stratégie de gestion du stress :

Stratégie de gestion du stress : Le stress est une fonction normale de l être humain qui fait face à un danger. C est une réaction d alerte contre une menace psychologique. Une perturbation des habitudes, de l équilibre force l individu

Plus en détail

Repenser les procédures d expulsion des coopératives d habitation

Repenser les procédures d expulsion des coopératives d habitation Repenser les procédures d expulsion des coopératives d habitation Rapport du Conseil de l Ontario sur la résolution N R3 de l assemblée membres de l Ontario Avril 2003 Fédération de l habitation coopérative

Plus en détail

Programmes (ouverts à tous) Bien-être et Développement personnel appliqué

Programmes (ouverts à tous) Bien-être et Développement personnel appliqué Programmes (ouverts à tous) Bien-être et Développement personnel appliqué FORMATION DÉVELOPPEMENT PERSONNEL APPLIQUÉ Mieux GERER son stress (fondamentaux) Acquérir ses propres réflexes et habitudes pour

Plus en détail

Guide Calgary-Cambridge de l entrevue médicale les processus de communication #

Guide Calgary-Cambridge de l entrevue médicale les processus de communication # Guide Calgary-Cambridge de l entrevue médicale les processus de communication # Ce document est couvert par les lois et règles touchant les droits des auteurs. Sur toute reproduction, mentionnez les auteurs

Plus en détail

L anxiété à l école. Présentation au colloque des TES 31 mai 2013

L anxiété à l école. Présentation au colloque des TES 31 mai 2013 L anxiété à l école Présentation au colloque des TES 31 mai 2013 Par Jacinthe Beaulieu Conseillère pédagogique en adaptation scolaire Commission scolaire des Samares Objectifs de la rencontre Comprendre

Plus en détail

CONTENU DES SÉMINAIRES HEC MONTRÉAL

CONTENU DES SÉMINAIRES HEC MONTRÉAL CONTENU DES SÉMINAIRES HEC MONTRÉAL Programme de formation des professionnels, cadres et dirigeants année 2015 Partenariat Et L Ordre National des Médecins du Sénégal Organisé par : Le Cabinet AOB Consulting,

Plus en détail

S ENGAGER DANS UN PROCESSUS DE

S ENGAGER DANS UN PROCESSUS DE Service de psychologie et d orientation S ENGAGER DANS UN PROCESSUS DE CONSULTATION PSYCHOLOGIQUE Ce feuillet a pour but de vous renseigner sur le processus d aide que vous allez entreprendre au Service

Plus en détail

Enquête de PSMT ENQUÊTE DE PSMT 1

Enquête de PSMT ENQUÊTE DE PSMT 1 Enquête de PSMT Qu est-ce que PSMT? Protégeons la santé mentale au travail est un ensemble exhaustif de ressources uniques, fondées sur des données probantes, qui ont été conçues dans le but d évaluer

Plus en détail

Parinet Formation Pour Humaniser les Relations

Parinet Formation Pour Humaniser les Relations Parinet Formation Pour Humaniser les Relations Stages de développement personnel Formation à la relation d aide & Consultations individuelles Adultes, adolescents, enfants, couples Programme 2012-2013

Plus en détail

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec MON PORTRAIT Ce portrait, obtenu à partir du questionnaire en ligne, permet de structurer l échange avec le jeune en vue de planifier les actions à entreprendre. Il procure à celui-ci un bilan de ses réponses

Plus en détail

QE comportemental PROFIL À PLUSIEURS ÉVALUATEURS. Préparé pour: Par: Session: 22 juil. 2014. Madeline Bertrand. Sample Organization

QE comportemental PROFIL À PLUSIEURS ÉVALUATEURS. Préparé pour: Par: Session: 22 juil. 2014. Madeline Bertrand. Sample Organization QE comportemental PROFIL À PLUSIEURS ÉVALUATEURS Préparé pour: Madeline Bertrand Par: Sample Organization Session: Improving Interpersonal Effectiveness 22 juil. 2014 Behavioral EQ (QE comportemental),

Plus en détail

Amorcer la réconciliation

Amorcer la réconciliation AMORCER LA RÉCONCILIATION PROGRÈS RÉALISÉS DEPUIS L ÉTAPE PRÉCÉDENTE Posez-vous les questions suivantes avant d aborder le cinquième sujet : 1. Est-ce que vous atteignez votre but de traitement? Oui En

Plus en détail

ACQUERIR LES BASES DU MANAGEMENT

ACQUERIR LES BASES DU MANAGEMENT ACQUERIR LES BASES DU MANAGEMENT Clarifier les différents aspects de la fonction d encadrement Diagnostiquer son propre style de management Acquérir les savoirs facilitant la prise de fonction de manager

Plus en détail

COMPÉTENCES RELIÉES AUX ENTREVUES. Entrevue béhavioriste

COMPÉTENCES RELIÉES AUX ENTREVUES. Entrevue béhavioriste COMPÉTENCES RELIÉES AUX ENTREVUES Entrevue béhavioriste Comprendre l approche d une entrevue béhavioriste. Détecter d éventuelles questions-sondes et réagir adéquatement. Table des matières COMPÉTENCES

Plus en détail

Catalogue des formations intra entreprise 2015/2016 ****************

Catalogue des formations intra entreprise 2015/2016 **************** Catalogue des formations intra entreprise 2015/2016 ****** Communication /Efficacité professionnelle AF1 - S affirmer dans ses relations professionnelles : Initiation à l assertivité Durée AF2 Maîtriser

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

Interaction. Partie B : Présentation des stratégies d interaction. Planification (optionnelle) QUOI POURQUOI QUAND. Gestion COMMENT.

Interaction. Partie B : Présentation des stratégies d interaction. Planification (optionnelle) QUOI POURQUOI QUAND. Gestion COMMENT. Partie B : Présentation des stratégies d interaction Planification (optionnelle) QUOI Gestion Interaction Évaluation POURQUOI QUAND COMMENT Mise en situation Modelage 83 Introduction L interaction est

Plus en détail

PRESENTATION DE NOS PRESTATIONS 2014/2015 Bien-être et efficacité au travail

PRESENTATION DE NOS PRESTATIONS 2014/2015 Bien-être et efficacité au travail MANAGEMENT - CONSEIL - COACHING - THERAPIE Une expertise unique en Psychologie et Communication PRESENTATION DE NOS PRESTATIONS 2014/2015 Bien-être et efficacité au travail Corinne Allouche Dirigeante

Plus en détail

RECADRER UN COLLABORATEUR

RECADRER UN COLLABORATEUR RECADRER UN COLLABORATEUR Le recadrage du collaborateur s effectue en entretien individuel. Ses objectifs sont nombreux : Il permet au manager d exprimer son désaccord afin de faire évoluer positivement

Plus en détail

FORMATIONS AUTOMNE/HIVER 2014

FORMATIONS AUTOMNE/HIVER 2014 FORMATIONS AUTOMNE/HIVER 2014 Projets de formation validés par la Commission Paritaire Nationale Emploi Formation et financés par Uniformation au titre du projet de branche des Régies de Quartier et de

Plus en détail

3. Comment traiter. un conflit?

3. Comment traiter. un conflit? Conflits d équipes et crises institutionnelles 3. Comment traiter Comment traiter un conflit? un conflit? On demande On un jour demanda à Henri IV un : jour à He «Sire, comment se débarrasser de ses ennemis?»

Plus en détail

ÉPARGNER POUR UN PROJET FUTUR

ÉPARGNER POUR UN PROJET FUTUR Activités éducatives pour les 8 à 9 ans ÉPARGNER POUR UN PROJET FUTUR HABILETÉS FINANCIÈRES ÉPARGNER UTILISER UN COMPTE DANS UNE INSTITUTION FINANCIÈRE FAIRE UN BUDGET SOMMAIRE DE L ACTIVITÉ Apprendre

Plus en détail

La démarche du message clair

La démarche du message clair La démarche du message clair Au fil des mois passés à la maternelle, l enfant prend de plus en plus conscience des liens qui le lient aux autres et de l importance de développer une saine interdépendance

Plus en détail

PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien 2014-2015

PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien 2014-2015 1. Contexte PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien 2014-2015 Dans le passé, on recherchait des superviseurs compétents au plan technique. Ce genre d expertise demeurera toujours

Plus en détail

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage 00 : 00 ANIMATEUR : Bienvenue à cette série de quatre vidéos portant sur l évaluation du rendement. Depuis de nombreuses

Plus en détail