Bulletin de l Association Française d Epargne et de Retraite juin édito. Chère Adhérente, Cher Adhérent,

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Bulletin de l Association Française d Epargne et de Retraite juin 2005. édito. Chère Adhérente, Cher Adhérent,"

Transcription

1 La lettre de l Bulletin de l Association Française d Epargne et de Retraite juin 2005 édito n 68 Numéro spécial Assemblée Générale du 31 mai 2005 Bénédicte Coste Présidente de l AFER > Repères + 4,75 % Taux net 2004 du Fonds Garanti (hors prélèvements sociaux) + 2,93 % FCP DYNAFER (créé en juillet 2004) progression du 01/01/2005 au 15/06/ ,96 % SICAV AFER-SFER progression du 01/01/2005 au 15/06/ ,39 % FCP PLANISFER (créé en juillet 2004) progression du 01/01/2005 au 15/06/ ,68 % FCP EUROSFER progression du 01/01/2005 au 15/06/ ,50 % Indice CAC 40* du 01/01/2005 au 15/06/ ,65 % Indice DJ EURO STOXX 50* du 01/01/2005 au 15/06/2005 * dividendes non réinvestis sommaire > Edito : Bénédicte Coste 1 > Le résultat de vote de l'ag 3 > Présentation du nouveau Conseil d'administration 4 > Questions réponses 5/6 > Aviva Gestion d'actifs 7 > Rapport spécial des Commissaires aux Comptes 10 > Rapport financier 10 > Le nouveau système des avances 11 > Questions-réponses 12 Association Française d Epargne et de Retraite La référence Chère Adhérente, Cher Adhérent, Comme vous le savez sans doute, l AFER a été créée en 1976 et repose sur quatre piliers, l Association que je préside, et qui représente les adhérents ; l Assureur qui protège et gère votre argent ; le GIE, cheville ouvrière de l ensemble, qui assure le lien administratif avec les adhérents que vous êtes ; les Conseillers qui sont vos interlocuteurs naturels. Les fondateurs de l AFER ont permis la constitution du produit d épargne retraite le moins cher et le plus souple du marché, ce qui fait aujourd hui de l AFER la première Association de France avec adhérents et 33 milliards d'euros gérés. Tout allait bien jusqu au jour où il est apparu que les fondateurs avaient bénéficié d un accord d intéressement, non rendu public, avec l assureur. Un certain nombre d administrateurs de l époque n ont eu alors de cesse de poursuivre trois objectifs : Obtenir la condamnation des fondateurs ; S opposer systématiquement au GIE et à l assureur pour assurer la suprématie de leur ligne de conduite dans la procédure pénale ; S appuyer sur ce différend pour prendre le pouvoir dans les instances dirigeantes de votre Association. Pour ce faire, ils ont donc poussé Gérard Athias à démissionner en 2001; nommé Pierre-Marie Guillon en 2001 puis révoqué ce dernier en 2003 ; nommé Jean-Pierre Bégon-Lours en 2003 et révoqué celui-ci en 2004 ; procédé à mon élection en 2004, cherché à me révoquer en mars Que s est-il vraiment passé depuis l an dernier? J ai été élue le 8 avril 2004 à la tête de l Association tandis que Jean-Pierre Bégon-Lours demeurait à la tête du GIE AFER car il apparaissait préférable que les fonctions à la tête de l Association et du GIE soient séparées. J ai formé un tandem avec Jean-Pierre Bégon-Lours comme je m y étais engagée devant vous l année dernière ici-même. Depuis qu avons-nous fait? Qu ai-je entrepris? Tout d abord, le rétablissement de liens de confiance au long de l année, tant avec le GIE qu avec l Assureur et le réseau des conseillers. Cela s est traduit par une augmentation très forte du nombre d adhérents et des versements. Le lancement de deux nouveaux supports d investissement l été dernier. Une affirmation de notre indépendance lors du PERP à l automne dernier. La création d un comité de surveillance de la gestion des fonds sous l égide du Conseil d Administration, essentiel pour assurer le contrôle permanent de la gestion des fonds. Le lancement d un audit. Une ouverture vers plus de multi-gestion. Un travail important de refonte de nos statuts ainsi que des autres textes fondateurs précisant le rôle des uns et des autres. Une campagne de lobbying, c est-à-dire de discussion systématique avec les Pouvoirs Publics, rôle essentiel d une Association telle que la nôtre. Enfin, un travail permanent de renforcement de l image de l Association. J ai donc largement tenu ma feuille de route. Pourtant, à la suite des difficultés nées lors de l Assemblée Générale d AFER Europe en octobre dernier, au cours de laquelle certains administrateurs amis de la liste opposée ont été battus par une liste concurrente, on m a reproché tout et son contraire : j étais soidisant manipulée par les fondateurs ; trop indulgente à l égard d AVIVA, notre partenaire assureur, j étais corrompue par le GIE et trop proche de Jean-Pierre Bégon-Lours, son Président ; j étais influençable ; j étais même trop jeune juridiquement ; trop intéressée par le développement de l AFER, par la gestion du contrat, par les questions d assurance, par les questions d épargne et pas assez par la gouvernance. Bref, je n étais plus la bonne personne parfaitement intègre, parfaitement indépendante, comme on avait trouvé que je l étais >> 1

2 huit mois plus tôt. En réalité, je n étais plus la personne qui pourrait à coup sûr faire condamner les fondateurs car seul ce sujet avait de l importance. Je posais trop de questions, je laissais percer des doutes sur la façon dont le dossier pénal avait été construit, en quelque sorte j étais gênante. Il fallait m écarter et nommer quelqu un qui serait plus soumis. Pourtant, j ai été confirmée à mon poste de Présidente et nous avons réussi avec les administrateurs de ma liste, grâce à un travail d équipe quotidien, efficace, et malgré les multiples embûches, à maintenir l Assemblée Générale à la date prévue, en vous permettant pour la première fois, comme nous l'avions promis, d élire en direct vos administrateurs grâce au vote par correspondance. C est une formidable ouverture démocratique, c est un futur renforcement de la légitimité du Conseil d Administration et de celle de votre Association. Notre victoire, c est déjà cela et j en suis fière. 2 Aujourd hui, quel est l essentiel et quel est l objectif? Il faut que le contrat AFER continue à être bien géré et pour cela il faut que l AFER se développe. Etre "gros" pour une Association est un plus, pas un moins, le développement est le moyen de renforcer la légitimité de l Association tant vis-à-vis de la compagnie d Assurance que des Pouvoirs Publics. Le développement va dans le sens de vos intérêts et vous savez tous qu une bicyclette qui s arrête d avancer, tombe. Pour que le contrat AFER reste un bon contrat, reste dans les meilleurs et redevienne le leader qu il a toujours été, il faut absolument préserver un climat de confiance, aussi bien avec la compagnie d Assurance qu avec les conseillers. Ce climat, avec nous, vous l aurez car nous l avions restauré et nous le maintiendrons. Nous sommes conscients qu il s agit de votre épargne, ce n est pas de l idéologie, c est du concret et cela mérite mieux que des querelles de cour de récréation. Pour remplir le rôle d administrateur de l AFER, il est nécessaire de savoir trouver des compromis avec la compagnie d Assurance, avec les conseillers, mais compromis ne signifie pas compromission, la culture du compromis s oppose à la culture du grand soir à la Française. Le grand soir, on sait ce que cela donne, le lendemain il y a des grincements de dents, des déceptions. Le compromis permet d avancer dans la sérénité. Notre équipe est composée d hommes et de femmes pragmatiques, conscients des réalités économiques, c est cela qui compte pour vous. Notre équipe présente plusieurs avantages, nous savons travailler ensemble, c est un gain de temps et un gage d efficacité. Nous savons ce qui est améliorable, ce qui peut être obtenu vite, moins vite, et avec qui il faut parler pour tel ou tel sujet, c est essentiel. Nous savons qui est qui dans la galaxie AFER. Nous nous sommes fait connaître des Pouvoirs Publics et des parlementaires, notre organisation est en place. Ce que nous voulons est logique et s inscrit dans le droit fil de l action entreprise cette année. Tout d'abord, pour en finir avec l histoire pénale, la constitution de l Association en tant que partie civile a été admise dans le cadre de la procédure d instruction. Elle est envisageable devant le tribunal correctionnel bien que la nature du préjudice éventuellement subi par l Association elle-même ne soit pas très claire. Nous prendrons très rapidement une décision sur ce dossier. Cette décision sera argumentée, raisonnable et nous vous en informerons. Cette bagarre sur l affaire pénale a occupé trop de temps, trop de terrain médiatique. Ce combat exclusif que mènent les opposants est un combat d arrière-garde, nous ne voulons pas nous tromper de combat car les combats qui vous intéressent sont autres. Ensuite, nous voulons - et cela concerne tous les épargnants français - préserver les avantages fiscaux de l assurance-vie, faire accréditer l idée que le sujet central de notre société est l allongement de la durée de vie, qu il faut en tirer des conséquences au niveau fiscal. Nous voulons aussi obtenir plus de fluidité sur les frais de versement, introduire plus de multi-gestion dans les supports actions, obtenir plus de participation de l Association au calcul du taux. Enfin, nous voulons instaurer une plus grande stabilité des instances de direction de l Association, ainsi que finaliser la refonte de nos statuts. Nous ne tiendrons pas de discours démagogique en vous promettant de multiples nouveaux avantages parce que nous savons que ce n est pas si facile de mettre tout le monde d accord, nous ne sommes pas des vendeurs d illusions. Nous travaillerons énergiquement à défendre vos intérêts. Nous représentons une force de 3 millions de personnes, conjoints et ayants droit compris, et notre épargne représente 3 % de la dette de l Etat Français, voilà le vrai sujet, comment faire mieux entendre la voix des épargnants Français? Et peu importe qu ils soient petits ou gros car ce débat, digne d une lutte des classes primaire, est stérile, n a pas de sens, l essentiel est que notre Association est puissante, qu elle va encore se renforcer et qu elle doit parler plus haut pour se faire mieux entendre auprès des Pouvoirs Publics sur des sujets nationaux qui nous concernent tous. Les peuples, comme les individus, connaissent des moments de vérité, ce qui dans nos vies paraissait aller de soi demande soudain à être fondé, refondé ou abandonné. Aujourd hui notre Association est sortie renforcée de cette Assemblée Générale car pour la première fois, un nombre substantiel d adhérents a pu s exprimer directement grâce au vote par correspondance. En désignant un Conseil d Administration composé d hommes et de femmes qui se connaissent, savent travailler ensemble et qui m ont soutenue dans les moments difficiles, les adhérents ont recherché l efficacité et la cohésion au sein du Conseil, gage d un climat serein propre à restaurer notre image. Merci à toutes et à tous. Pour contacter Bénédicte Coste :

3 Le résultat des votes de l Assemblée Générale de l AFER du 31 mai 2005 (comptage réalisé sous contrôle d huissier) Plus de votes ont été exprimés cette année. Les 11 membres de la liste représentée par Bénédicte Coste ont été élus avec une très forte majorité. Les candidats des autres listes n ont pas remporté suffisamment de voix «pour» pour être élus. Les trois résolutions relatives aux comptes ont été adoptées. Le vote électronique 3

4 Présentation de votre nouveau Conseil d Administration Le nouveau Conseil d Administration de l AFER est donc composé comme suit : Bénédicte COSTE : Présidente Née en Diplômée d HEC. Droit. Débute sa carrière à la Direction Financière d Elf Aquitaine au sein du département «Bourse et Portefeuille», de 1980 à Puis crée et dirige depuis lors la Financière Lamartine, société de gestion de portefeuille agissant sous mandat pour compte d une clientèle privée. Administrateur de la SLPS, holding de tête du Groupe Wendel. Administrateur de l AFER depuis Élue Présidente de l AFER le 8 avril Monique THÉPAUT : Secrétaire Générale Née en Docteur en Droit. Diplômée du Centre des Hautes Etudes d Assurances. Effectue toute sa carrière professionnelle dans les assurances, dans des fonctions à dominante juridique puis à des postes de direction (Contentieux et Production) et dans la bancassurance (réseaux des Caisses d Épargne-Prévoyance et des Banques Populaires). Expert près la Cour d Appel de Paris depuis Administrateur de l AFER depuis André NOËL : Trésorier Né en Ingénieur et Actuaire Carrière dans l Assurance et la Finance Adhérent depuis 1986, entre au Comité Consultatif en 1996 puis au Conseil d Administration en 2003 où il seconde Maurice ALLEGRE dans les négociations de l accord d octobre 2003 mettant fin aux litiges avec AVIVA. Membre du Comité Financier de l AFER, administrateur de la SICAV SFER, supervise l audit sur le taux 2004 décidé par le Conseil d Administration. Michel-Alexandre BAILLY : Administrateur Né en Docteur ès Sciences Économiques. MBA de l Institut d Études Politiques de Paris. MS Intelligence Marketing d HEC. Commence sa carrière comme ingénieur électronicien à la CEDVEE, puis Directeur Commercial et du Marketing d AMP multinationale nord-américaine, puis Directeur Général d ANDON ELECTRONICS. Il est désormais professeur et consultant en management et stratégie, chercheur au laboratoire de recherches sur l industrie et l innovation, et expert en économie et sécurité internationale pour le Ministère de la Défense. Ancien membre du Comité Consultatif. Administrateur de l AFER depuis 2001 Jean-Pierre BÉGON-LOURS : Administrateur et Président du GIE AFER Né en Ancien élève de l Ecole Polytechnique et de l Institut d Études Politiques de Paris. Commence sa carrière comme Commissaire Contrôleur des Assurances, puis entre en 1971 à la Garantie Mutuelle des Fonctionnaires (GMF) où il devient, en 1979, Directeur de GMF-Vie. Rejoint de 1985 à 1999 le groupe AXA comme Président Directeur Général d Axiva (assurance-vie). Il est associé-gérant de BLBF, société de conseil et de participation et Président de la Maison des Polytechniciens. Administrateur de l AFER depuis Président de l AFER d octobre 2003 à avril Président du GIE AFER. Gérard BEKERMAN : Administrateur Né en Marié. 3 enfants. Adhérent depuis Directeur du DESS de techniques Financières et Bancaires et du Magister Banque Finance de l université de Paris 2. Il a créé le concours international des grands amateurs de piano dont il est Président. Il est l auteur de nombreux ouvrages économiques dont le «Que Sais-je» paru sur l Euro. Michèle LECONTE BARJOU : Administrateur Née en Adhérente depuis Formation Droit et Sciences Economiques. A animé et dirigé la structure de courtage d assurances d un grand groupe bancaire et immobilier. Par ailleurs, au sein de Conseils de Surveillance, elle a participé au suivi de la gestion de l épargne des particuliers, qu il s agisse d investissements immobiliers (SCPI) ou d épargne salariale (PEE). Marcel NICOLAÏ : Administrateur Né en Maîtrise en Sciences Économiques. Effectue toute sa carrière professionnelle dans la gestion de portefeuille. Pendant très longtemps ( ) à l U.A.P. où ses responsabilités sont croissantes et où il occupe les fonctions de Directeur des Placements Financiers. Rejoint ensuite le Groupe Victoire comme Président du Directoire de Victoire Asset Management ( ) qui gère le fonds AFER. Associé-gérant de Rothschild et Cie. Gestion depuis Administrateur de l AFER depuis Jacques PILON : Administrateur Né en Officier de marine marchande au long cours, Capitaine de remorqueur et Secrétaire du Comité Central de la société «les Abeilles» (assistance et protection du littoral sur les côtes de France) Officier de l ordre du Mérite Maritime. Membre du Comité Consultatif depuis 1995 Jean-Claude TALBOT : Administrateur Né en Adhérent depuis Ingénieur en agriculture. Diplômé de l Institut de Contrôle de Gestion et de l Institut Français de Gestion. Il a dirigé une coopérative agricole et ses filiales à l étranger avant de créer un cabinet de conseil en développement et de devenir gérant associé d une SARL. Vincent VANDIER : Administrateur Né en Diplômé d HEC. Sciences Économiques. C.P.A. Administrateur de l AFER depuis Le nouveau Conseil d'administration

5 Questions réponses Le point sur la procédure engagée à l encontre des fondateurs L AFER va-t-elle se constituer partie civile devant le tribunal correctionnel? Les fondateurs ont été renvoyés devant le tribunal correctionnel par le juge d instruction Philippe Courroye par une ordonnance du 23 février C est une nouvelle étape intervenue à l issue d une instruction particulièrement longue. Le procès devrait démarrer au début de l année prochaine. Le Conseil d Administration décidera avant l été de l opportunité d une constitution de partie civile devant le tribunal correctionnel. Sa décision sera guidée par l argumentation juridique élaborée par un spécialiste et développée ci-dessous : NOTE DE SYNTHESE SUR LA PROCEDURE PENALE ENGAGEE A L ENCONTRE DES FONDATEURS Conformément aux termes de l ordonnance rendue par le Juge Courroye, Gérard Athias et André Le Saux sont renvoyés devant le tribunal correctionnel. La date du procès sur le fond n est pas encore fixée. Le fait que la constitution de partie civile de l AFER ait été déclarée recevable durant la procédure d instruction ne signifie pas que cette recevabilité sera automatiquement reconnue devant la juridiction pénale. Les critères de recevabilité, pour la phase juridictionnelle, tiennent à l existence d un préjudice découlant directement de l infraction, dont l Association pourrait personnellement se prévaloir, ce préjudice personnel devra être apprécié, en particulier au regard du contenu des statuts de l AFER. Aux termes de ces statuts, le rôle de l AFER se limite à : défendre l épargne à vocation sociale ; informer et conseiller sur les possibilités existantes d épargne institutionnelle ainsi que les régimes professionnels de retraite et de prévoyance ; faciliter les démarches auprès des caisses de retraite ou des organismes de prévoyance ; mener toutes actions publiques ou collectives nécessaires pour atteindre ces objectifs. L AFER n a donc pas vocation à prospecter pour le compte de l assureur ni à gérer les fonds recueillis. Il en résulte que l AFER n a jamais eu un droit quelconque à percevoir une commission aussi bien d apport que de gestion. Elle ne peut donc prétendre avoir subi, à titre personnel, un préjudice pécuniaire, n ayant aucune rémunération sous quelle que forme que ce soit. Par ailleurs elle n a aucun droit pour intervenir pour le compte de ses adhérents, l AFER n ayant d autre objectif que de faciliter la négociation de contrats avantageux au profit exclusif de ces derniers. Elle-même n est pas l'assurée. En ce qui concerne «la diffusion d informations susceptibles d induire en erreur», le juge retient que «Gérard Athias doit être considéré comme le responsable pénal en tant que Président de l Association AFER jusqu en Juin 2001». Et il conclut : «les éléments constitutifs du délit de publicité de nature à induire en erreur sont ainsi établis à l encontre de Gérard Athias. Renvoi sera donc prononcé à son encontre du chef de publicité de nature à induire en erreur» (article L 216.1, L216.2, L du code de la consommation. L image de l AFER ayant été mise en cause, sans toutefois entraîner un ralentissement notable des adhésions et du montant des dépôts, l AFER pourrait éventuellement se constituer partie civile en limitant sa constitution à la demande d une condamnation au paiement d un euro symbolique pour réparation du préjudice moral. >> 5

6 L intéressement des fondateurs, a-t-il lésé les adhérents? C est la question que le procès aura à juger, mais cela n empêche pas le Conseil d Administration d avoir une opinion Avant toute chose, il faut savoir que le contrat AFER est très spécifique, voire même unique en France. Il y a deux comptes totalement séparés : A/ le compte financier, c est-à-dire celui du fonds, dans lequel est votre épargne. Son résultat dans son intégralité est reversé aux adhérents, B/ Le compte technique regroupant les frais de versements et de gestion annuels, diminué des commissions versées aux conseillers ainsi que des coûts de fonctionnement du GIE. Son résultat est acquis à l assureur. La gestion de ces deux comptes est totalement séparée. L intégralité des rémunérations versées par le GIE et des commissions versées aux courtiers a toujours été supportée par le compte technique sans aucun dépassement, donc intégralement payée par l assureur. C est la marge de l assureur qui se trouve impactée par ces rémunérations et ces versements, et ce sont les actionnaires de la compagnie d Assurance qui auraient pu éventuellement considérer que leurs dividendes n étaient pas assez importants. Cela ne concerne pas le bénéfice financier qui est toujours revenu intégralement aux adhérents. De surcroît, ce bénéfice financier versé à 100% a toujours été largement supérieur aux minima légaux imposés par la législation en matière de participation aux bénéfices dans les contrats d assurance (85% du bénéfice financier et 90% du bénéfice technique). Le Contrat AFER est donc largement plus favorable aux adhérents que ne l aurait été un contrat classique respectant les minima légaux. Il découle de ce mécanisme, identique aujourd hui à ce qu il était dans le passé, que les rémunérations versées aux fondateurs ont été financées sur la marge bénéficiaire de l assureur. Est-ce que l activité des fondateurs a nui aux adhérents ou est-ce qu elle leur a profité? Est-ce que sans cette activité, les adhérents auraient eu un meilleur contrat? Est-ce qu ils auraient perdu quelque chose si cette activité n avait pas eu lieu? La réponse est double : Depuis l origine, les adhérents ont bénéficié d une excellente rentabilité grâce au mécanisme du contrat AFER élaboré par les fondateurs et à sa remarquable gestion. Ils n ont payé que le montant des frais annoncés dans le contrat. Les frais d entrée ont été fixés en 1976 à 4, 525 % et les frais de gestion annuels à 0,475 % de l épargne gérée. Ces taux ont toujours été rigoureusement respectés. En revanche, d un point de vue moral, il est vrai que les administrateurs et les adhérents ont été tenus dans l ignorance du fait que les fondateurs, mandataires de l Association, demeuraient en quelque sorte ce qu ils étaient à l origine depuis 1976, des intermédiaires. C est cette absence de transparence qui peut légitimement choquer. Je pense, pour ma part, qu il faut s attacher à répondre sérieusement, sereinement, objectivement à toutes ces questions sans partipris, ni arrière-pensée. Les adhérents peuvent-ils prétendre à être indemnisés? Certains adhérents pensent qu ils pourront être indemnisés. Mais pour ce faire, il faut justifier avoir subi un préjudice. C est l objet du procès que de juger de l existence, de la nature et de l étendue du préjudice. S'il était établi que les adhérents ont subi un préjudice, ceux qui se sont constitués partie civile pourraient réclamer une réparation. Il relève du droit de chaque adhérent individuellement de se constituer partie civile, s il s estime lésé. En aucun cas, ce n est l Association qui peut le faire pour eux. Il faut que ce soit bien clair. Le script complet de l Assemblée Générale est disponible. Si vous souhaitez en obtenir un exemplaire, écrivez au : GIE AFER - Service Communication 74 rue Saint Lazare Paris 6 Trois adhérents, Michèle Leconte Barjou, Jean-Claude Talbot et Jacques Pilon, viennent de quitter le Comité Consultatif pour rejoindre le Conseil d Administration. Trois postes sont donc à pourvoir aujourd hui. Par ailleurs, pour assurer le dynamisme du Comité, nous allons prochainement demander à chaque membre actuel de bien vouloir représenter sa candidature. Nous procédons donc aujourd hui à un nouvel appel à candidats. Comité Consultatif Pour faire partie du Comité Consultatif, adressez un courrier motivé accompagné d un CV à l attention de Nicole Darque, au siège de l Association AFER - 74 rue St Lazare Paris. Le Conseil d Administration étudiera avec attention l ensemble des candidatures afin d être en mesure de former un groupe de 30 à 35 membres dès le mois de septembre. Nous vous remercions à l'avance de l intérêt que vous portez à la vie de l Association.

7 AVIVA GESTION D ACTIFS récompensé une fois encore par les victoires des SICAV décernées par La Tribune et Standard & Poor s, avec pour la quatrième année consécutive, le grand prix sur un an et pour la seconde année consécutive, le grand chelem avec le grand prix sur un an, trois ans et cinq ans. Eric Duval de La Guierce Président du directoire d'aviva Gestion d'actifs La situation actuelle de l'économie et des marchés : L économie mondiale est en passe de ralentir, le pouvoir d achat des consommateurs occidentaux étant en partie confisqué par le prix des matières premières, essentiellement celui du pétrole. Ce ralentissement est différent selon les pôles géographiques. > Aux Etats-Unis : L économie américaine reste sur une croissance de l ordre de 3,5 %, avec des déficits commerciaux très importants et des déficits budgétaires qui ont maintenu cette reprise économique. Ceci se traduit par une dette qui augmente de façon très importante, d où une remontée des taux d intérêt. Les marchés de taux Les taux courts ont été négatifs pendant de nombreuses années (inflation déduite) pour financer les effets de la récession. Le fonds en euro Une fois l économie sortie de la zone de risques, la Réserve Fédérale les a progressivement remontés, ils sont aujourd hui à 3 % (en taux réel nul). Les taux d intérêt long terme ont commencé à remonter. Il y a un énorme déficit américain qu il faut financer. Le taux 10 ans est aujourd hui autour de 4,20 %. Cette remontée est cependant limitée car l émetteur obligataire américain n est pas risqué, et parce que les banques centrales, notamment asiatiques ont recyclé leurs excédents commerciaux en achetant la dette américaine. Les marchés actions Le potentiel de gain est limité, le marché est en effet remonté à son niveau, les fondamentaux de l économie américaine étant relativement bons et les résultats des sociétés étant dans l ensemble remarquables. Une grosse partie des espérances de gain paraît être derrière nous, nous restons donc prudents sur le marché américain. > Sur la partie européenne Un certain nombre de pays sont en fort ralentissement, on parle de récession technique en Italie, en France la croissance serait autour de 1 %, la Hollande a également une croissance très faible, enfin l Allemagne s en tire un peu mieux, sa capacité d exportation s est réveillée et compense l absence de consommation. Les marchés de taux Les taux longs sont actuellement autour de 3,30%. Plusieurs raisons expliquent ces niveaux historiquement faibles : l euro, relativement fort, a empêché une importation de l inflation, la croissance est faible (2 %) et enfin les banques centrales asiatiques ont acheté la dette européenne pour recycler leurs excédents et diversifier le risque. Les marchés actions L économie européenne ne progresse pas au même rythme que l économie américaine. Les dettes des grandes sociétés européennes ont mis un peu plus de temps à se réduire, il y a donc encore un peu de potentiel. Les marchés actions sont donc peu chers, notamment les grandes valeurs. Depuis douze à dix-huit mois, nous sommes revenus sur une pente naturelle de croissance qui est de l ordre de 8 % bon an, mal an. Nos estimations pour l année 2005 tournent aujourd hui autour de 8 % de croissance, nous y sommes presque sur le CAC 40, et pas encore sur les indices européens généraux. > Le reste du monde L économie chinoise enregistre plus de 9 % de croissance et le Japon, un peu à la traîne en ce moment, est quand même sorti du marasme qu il enregistrait. Cette situation influe sur 3 thèmes majeurs : La Chine, avec un coût de production à bas prix, déprime le prix des produits finis achetés par les consommateurs occidentaux. Ceci crée une forme de déflation ou de maintien de l inflation à un niveau très bas. Le dynamisme du pôle économique chinois, de celui de l Inde et de tout le bassin Pacifique provoque une remontée des prix des matières premières. Ces pays ne sont pas autosuffisants, ils importent notamment du pétrole, cet accroissement de la demande crée une inflation sur les prix des matières premières. Enfin leur rôle d atelier du monde contribue à creuser l énorme déficit de la balance commerciale des Etats-Unis, si ce déficit se creuse encore plus, le dollar s affaiblira et deviendra trop compétitif par rapport à l euro. >> 7

8 L'ouverture des portes est imminente La remise des boîtiers de vote électronique La gestion f inancière > L'actif général Notre gestion a été pragmatique, s efforçant de délivrer un rendement toujours supérieur à l inflation et aux taux à dix ans. Cela a été le cas sur de longues périodes et nous avons même réussi à avoir en moyenne autour de 3 points de taux réel de rémunération supérieure à l inflation, ce qui est assez unique pour ce type de produits proposés. L essentiel du portefeuille est constitué d obligations à taux fixe : 70,4 % (75 % au début de l année). Les taux actuels étant très bas, de l ordre de 3,30 %, nous continuons à réduire cette proportion en évitant d investir. Sur la partie «émetteurs privés», l écart de rémunération s étant réduit avec les obligations d Etat, nous arbitrons au cas par cas des positions. Graduellement, nous avons renforcé les taux variables pour protéger le portefeuille contre une hausse des taux. L offre de taux variables est cependant moins intéressante car la demande pour ce type de produits est forte, beaucoup d institutionnels cherchant à se protéger contre une éventuelle hausse des taux, nous refusons donc d investir lorsque le rendement in fine n est pas satisfaisant. Une partie significative du portefeuille est investie sur les obligations liées à l inflation, c est une protection mais nous ne l avons pas renforcée car l inflation ne semble pas reprendre. Le pourcentage des obligations convertibles n a pas varié. Nous avons saisi l opportunité, au moment où le marché se repliait fin avril/début mai, pour commencer à acheter sur le marché actions. Nous sommes aujourd hui à un peu plus de 3 % en actions contre 2,5 % il y a un mois et demi. Enfin, concernant les liquidités, l absence d opportunités véritables nous incite à garder beaucoup de liquidités. Lorsque ces opportunités se présenteront à des coûts satisfaisants nous les utiliserons pour réinvestir. > Les unités de compte Par définition, un contrat en euro n a pas de risque et une performance honorable sur la durée. Nous offrons dans la gamme complémentaire d unités de compte, à travers deux approches patrimoniales distinctes, une diversification avec une prise de risque, qui, sur la durée, doit assurer un meilleur rendement. DYNAFER Ce produit a été créé comme un fonds patrimonial, avec l ambition de faire mieux que le taux de l actif général. Avec une allocation réactive sur les actions, les obligations et les liquidités, nous cherchons au maximum de maîtriser le risque en choisissant les meilleures classes d actifs possible sur la base de nos hypothèses et de notre analyse des marchés. 8 Multigestion Dynafer et Planisfer ont été créés également pour donner la possibilité d accéder à des fonds de renommée qui ont assuré des bonnes performances. Ces fonds sont sélectionnés par nos soins avec l aide de sociétés extérieures.

9 SFER SFER est un produit d approche patrimoniale, complémentaire à DYNAFER, avec une appréciation du risque plus importante (60 % d actions françaises). La partie actions a été bien gérée, elle est toujours légèrement sur-performante. Sur la partie taux nous pensions que les taux allaient remonter et étions donc couverts et moins sensibles sur la baisse du taux d intérêt, nous avons donc perdu un peu de terrain. SFER a contribué aux trois victoires qui ont été décernées par La Tribune à AVIVA Gestion d Actifs sur un an, trois ans et cinq ans, et ce produit a également été récompensé dans la classe diversifiée mixte. PLANISFER PLANISFER est un produit pur actions, créé il y a un an comme DYNAFER, il est investi sur les marchés actions hors de la zone euro. Lors de sa création le dollar était en perte de vitesse, il s est renforcé légèrement au début de l année, mais nous n avions pas couvert entièrement la position, nous avons donc pris une petite pénalité au départ. Par ailleurs une partie des investissements sur le Japon à travers les OPCVM n ont pas eu la performance de l indice car ne comportant pas de valeur bancaire japonaise alors que ces dernières ont sur-performé sur la période. Ce retard s est un peu comblé depuis et nous espérons rattraper cet écart prochainement. EUROSFER EUROSFER est un excellent produit pour acquérir une sensibilité par rapport à l indice actions. Il est calé sur l indice EURO STOXX 50 et trouve sa place en complément de la gamme des UC du contrat. FLORE AFER-FLORE, réservé aux titulaires de contrats DSK, est le seul produit investi en petites valeurs cotées. C est un support extrêmement sensible mais qui a toujours été bien géré, avec toujours une approche pragmatique de stock picking sur la durée. Ses performances sont bonnes depuis plusieurs années, elles sont de trois points supérieures aux performances de l indice. Conclusion Sur tous ces supports d investissement présentés, la maîtrise du risque est la clef d un bon investissement à long terme, il faut être capable, en fonction de son appétence aux risques et surtout son horizon de placement, de diversifier son portefeuille et ne pas rester uniquement, même avec ses mérites indiscutables, dans le contrat euro. Les informations sur les unités de compte sont disponibles sur ou auprès de vos conseillers habituels. 9

10 Rapport spécial du Commissaire aux Comptes sur les conventions règlementées Exercice clos le 31 decembre 2004 En notre qualité de commissaire aux comptes de votre Association, nous vous présentons notre rapport sur les conventions réglementées. En application de l article 25-2 du décret du 1 er mars 1985, nous avons été avisés des conventions visées à l article L du Code de commerce qui sont intervenues au cours de l exercice. Il ne nous appartient pas de rechercher l existence éventuelle d autres conventions mais de vous communiquer, sur la base des informations qui nous ont été données, les caractéristiques et les modalités essentielles de celles dont nous avons été avisés, sans avoir à nous prononcer sur leur utilité et leur bien-fondé. Il vous appartient, selon les termes de l article 25-1 du décret du 1 er mars 1985, d apprécier l intérêt qui s attachait à la conclusion de ces conventions en vue de leur approbation. Nous avons effectué nos travaux selon les normes professionnelles applicables en France ; ces normes requièrent la mise en œuvre de diligences destinées à vérifier la concordance des informations qui nous ont été données avec les documents de base dont elles sont issues. Rémunération de Monsieur Jean-Pierre Bégon-Lours Monsieur Jean-Pierre Bégon-Lours est membre du conseil d administration de votre Association. Il en a été le Président jusqu au 8 avril 2004 et a été Président du GIE AFER pendant toute l année Votre conseil d administration dans sa séance du 4 décembre 2003 a fixé la rémunération annuelle de Monsieur Jean-Pierre Bégon-Lours, à compter de cette date, à 3 fois le plafond de la sécurité sociale soit pour 2004, en prévoyant une répartition de la charge avec le GIE AFER. Cette rémunération a été confirmée par le conseil d administration du 16 juin 2004, à la condition que 90 % de ce montant soient refacturés au GIE AFER à compter du 8 avril Au titre de l exercice 2004, une rémunération brute de a été prise en charge par votre Association. Du 1 er janvier au 31 mars 2004, 50 % de cette rémunération ont été refacturées au GIE AFER ; le taux de refacturation a été porté à 90 % à compter du 1 er avril Jean-François Magat et Jean-Philippe Bohringer Rémunération de Madame Bénédicte Coste Madame Bénédicte Coste est Présidente de votre Association depuis le 8 avril Votre conseil d administration du 16 juin 2004 a fixé sa rémunération brute annuelle à Au titre de l exercice 2004, une rémunération brute de a été prise en charge par votre Association. Rémunération de Monsieur Gérard Perrin Monsieur Gérard Perrin, administrateur, est Trésorier de votre Association. Votre conseil d administration du 16 juin 2004 a fixé sa rémunération brute annuelle, en tant que Trésorier, pour l exercice 2004, au montant du plafond de la Sécurité Sociale. Au titre de l exercice 2004 une rémunération brute de a été prise en charge par votre Association. Versement d honoraires de conseil à L EURL Maurice Allègre CONSEILS Votre conseil d administration dans sa séance du 4 décembre 2003 a autorisé la réalisation de prestations de conseil en 2004 (dans le cadre de l assistance de l Association dans la mise en œuvre du protocole d accord avec AVIVA), par Monsieur Maurice Allègre, administrateur, pour un montant de HT ( TTC). Au titre de l exercice 2004, le montant pris en charge par votre Association s est élevé à TTC. Paris, le 18 avril 2005 FIDUCIAIRE EXPERTISES CONSEILS Commissaire aux Comptes inscrit auprès de la compagnie de Paris Rapport f inancier sur les opérations de l année Mesdames, Messieurs, Nous vous avons réunis en Assemblée Générale annuelle pour vous rendre compte de l activité de l Association au cours de l année 2004, des résultats de cette activité et des perspectives d avenir et soumettre à votre approbation le bilan et les comptes de ladite année. Les convocations prescrites par la Loi vous ont été régulièrement adressées et tous les documents prévus par la réglementation en vigueur vous ont été communiqués et tenus à votre disposition dans les délais impartis. Après une année 2003 marquée par la signature d un protocole d accord qui avait redéfini les relations entre l Association AFER et l Assureur AVIVA, l année 2004 s est inscrite dans ce contexte budgétaire clairement défini. Comme cela avait été annoncé en Assemblée Générale, l Association a fait réexaminer son statut fiscal. Notre Association a été reconnue comme devant être assimilée à une structure à but lucratif. A ce titre, elle est soumise à l impôt sur les sociétés et à la taxe professionnelle. En matière de TVA, il y a lieu, de considérer que les produits propres à l Association (cotisations et droit d entrée) sont la contrepartie d opérations bénéficiant de l exonération de TVA prévue à l article 261 C-1-c du CGI. A ce titre, les régularisations suivantes ont été effectuées au titre des exercices antérieurs : Dépôt des liasses fiscales au titre de et Constatation d un impôt sur les sociétés à payer au titre de et 2003, pour un montant de Constatation d une provision de en matière de taxe professionnelle au titre de 2003 Constatation d une provision complémentaire en matière de taxe sur les salaires au titre de 2002 et 2003 Quant aux comptes annuels, les fonds propres s élèvent au 31 décembre 2004 à contre en Sur un total bilan de , les principaux postes : d actif sont : Valeurs mobilières de placement de passif sont : Dettes fiscales et sociales Disponibilités (dont I.S et 2004 pour ) Les principaux fl ux de l exercice sont : Droit d entrée Dotations d audit et de fonctionnement Au titre de cette année, les charges s élèvent à se décomposant comme suit : Autres achats Dotation aux amortissements Charges externes Impôt sur les sociétés Impôts et taxes assimilées Autres charges 2 Frais de personnel TOTAL

11 Le nouveau système des avances : précisions Le nouveau règlement des avances est applicable depuis le 1 er juin 2005, à toutes les avances, nouvelles et en cours. Si vous aviez un solde d avances non remboursé le 27 mai sur votre adhésion, nous avons basculé ce solde sur le compte des avances qui a été créé spécifiquement. Pour ce faire, nous avons remboursé votre solde d avance sur le Fonds Garanti de votre adhésion et avons créé une avance d un montant équivalent sur le compte des avances. 1/ Les dates de valeur Un versement nouveau est enregistré en priorité en remboursement d avance. La date de valeur de ce remboursement d avance est le premier jour de la quinzaine en cours de sa réception au siège du GIE AFER. Si le versement effectué est supérieur au solde du compte d avance, le surplus sera considéré comme un versement complémentaire qui aura une date de valeur au premier jour de la quinzaine suivant la date de réception au siège du GIE AFER. Il en est de même si vous avez demandé avec votre remboursement d avance, un arbitrage en unité de compte. Cet arbitrage aura une date de valeur au premier jour de la quinzaine suivant la date de réception au siège du GIE AFER. Cet arbitrage en U.C. se fera sans frais. Exemple : d avance du 1 er juin au 9 septembre 2005 soit au 1 er septembre ,42 à rembourser. L adhérent verse et demande un arbitrage de en DYNAFER. Remboursement total du compte d avance pour ,42 > date de valeur : 1 er septembre 2005 Versement complémentaire de 8 712,58 > date de valeur : 16 septembre 2005 Arbitrage sans frais de vers DYNAFER > date de valeur : 16 septembre / Le montant disponible pour une avance Dans le nouveau système des avances, les intérêts au taux forfaitaire de l année en cours sont pris en compte pour calculer l épargne disponible sous forme d avance. Si vous n avez pas d avance en cours, vous avez un montant disponible sous forme d avance plus important qu avec l ancien système. Par contre, si vous possédez déjà une avance en cours, le montant du compte des avances diminue le disponible sur le Fonds Garanti. Exemple : Adhérent sans avance en cours > Epargne sur le Fonds Garanti au 1 er juin 2005 : > Epargne sur le Fonds Garanti au 1 er novembre 2005 : ,93 > Avance disponible le 7 novembre 2005 = ,93 x 80 % = ,74 Adhérent ayant demandé une avance de > Epargne sur le Fonds Garanti au 1 er juin 2005 : > Epargne sur le Fonds Garanti au 1 er novembre 2005 : ,93 > Compte des avances au 1 er novembre 2005 : ,90 (Avance de et 2 154,90 d intérêts du 1 er juin au 31 octobre 2005) > Avance disponible le 7 novembre 2005 = ,93 x 80 % ,90 = ,84 3/ Le coût de l avance Pour calculer le coût de l avance, nous vous rappelons que le montant de l avance n est plus déduit de l épargne et donc, continue à porter intérêts (toujours selon la méthode des intérêts composés). Les avances sont, désormais, gérées dans un compte spécifique dénommé compte des avances figurant au dos des relevés. A chaque quinzaine, les intérêts calculés suivant la méthode des intérêts composés viennent augmenter le solde. Exemple : Un adhérent a fait une avance de en date de valeur du 1 er juin. Le compte des avances totalise le 1 er décembre 2005 : ,71. Parallèlement, ces qui n ont pas quitté le Fonds Garanti, sont rémunérés au taux provisoire (4,20 % brut) et représentent une épargne sur le Fonds Garanti de : ,13. 4/ Questions fréquentes : Pourquoi avoir créé un compte séparé pour les avances avec un coût plus élevé que le rendement annuel? Nous étions confrontés à deux risques, l un fiscal, l autre économique. Le premier résulte d une réponse ministérielle confirmant que les avances ne pouvaient diminuer les provisions mathématiques (ou épargne) sous peine d être assimilées à un rachat partiel. Or, dans l ancien système, l avance venait en diminution de l épargne disponible et les intérêts n étaient crédités que sur le solde de l adhésion. >> (suite p.12) Le résultat bénéficiaire de 2004 ressort à (après impôt sur les sociétés) contre un résultat également positif de au titre de l année Le script complet de l Assemblée Générale est disponible. Si vous souhaitez en obtenir un exemplaire, écrivez au : GIE AFER. Les comptes annuels de l année 2004 que nous soumettons à votre approbation, ont été établis conformément aux règles de présentation et aux méthodes d évaluations prévues par la réglementation en vigueur. Excepté l impact de l impôt sur les sociétés, les règles de présentation et les méthodes d évaluations retenues sont identiques à celles de l année précédente. Nous espérons que ce qui précède recevra votre agrément et que vous voudrez bien voter les résolutions qui vous sont soumises. De plus, le budget prévisionnel pour 2005 prévoit un total de produits à avec un résultat positif de Autres services extérieurs (charges externes) Principaux postes Réalisé 2004 Réalisé 2003 % Honoraires divers % Publicités NA Location salons, audio, hôtesses % Voyages, réceptions, séminaires % Affranchissement, téléphone % Recettes previsionnelles 2005 : Droit d entrée Dotations d audit et de fonctionnement Produits financiers Dépenses previsionnelles 2005 : Achats Charges externes Charges fiscales Charges de personnel Autres charges Fait à Paris, le huit avril deux mille cinq. Le Trésorier Gérard Perrin 11

12 >> Les impôts et prélèvements sociaux étant dus également sur les intérêts des avances, un calcul spécifique devait être effectué pour déterminer l assiette de ces prélèvements. Il y avait donc un risque pour les adhérents de voir leurs avances requalifiées en rachat partiel. Le risque économique est lié à une éventuelle remontée des taux. Nous serions alors dans la situation de créditer sur l adhésion un montant d intérêts supérieur aux intérêts de l avance. Il était donc nécessaire de fixer un taux de prêt supérieur au taux de rendement définitif du Fonds Garanti. Ce taux annuel est désormais fixé par le Conseil d Administration, en accord avec les assureurs, dans la limite du taux brut de rémunération du Fonds Garanti AFER de l année précédente majoré au maximum d un point. L objectif étant d être le plus proche possible du taux définitif qui n est connu qu en fin d année. Pour l année 2005 aucune majoration n a été retenue, le coût de l avance étant égal au taux brut définitif de l année 2004 soit 5,25 %. Cette réforme du mode de gestion des avances, votée lors de l Assemblée Générale 2004, était nécessaire pour protéger les adhérents d une éventuelle requalification fiscale. Elle est, également, une protection pour l avenir. Si vous avez d autres interrogations, votre conseiller habituel est à votre disposition pour tout complément d information. A qui profite l écart d intérêts entre le compte des avances et l épargne? L écart pouvant résulter de l application au compte d avance du taux d intérêt forfaitaire et de l application au Fonds Garanti du taux de rendement définitif, sera ajouté aux produits dégagés par la Direction Financière d AVIVA Gestion d Actifs. Ainsi, la différence profitera à l ensemble des adhérents. Questions? Réponses! Le contrat d Assurance Vie d un enfant majeur, rattaché fiscalement au foyer de ses parents, est-il à déclarer dans l ISF de ces derniers? Non, seuls les biens des enfants mineurs sont à intégrer dans la déclaration ISF des parents qui en ont l administration légale. Si ceux-ci font l objet d une imposition distincte et qu ils sont conjointement administrateurs légaux, afin d éviter la double imposition, les biens des enfants mineurs sont à ajouter pour moitié à chaque déclaration. Quant aux enfants majeurs, ils sont tenus, si nécessaire, de faire une déclaration ISF à leur nom. Devenez parrain Vous contribuez fortement au développement de notre Association en parrainant vos proches. Pour recevoir un dossier de parrainage, vous pouvez vous adresser à votre conseiller habituel ou bien téléphoner au GIE AFER au , utiliser le serveur vocal ou encore vous connecter sur notre site 12 Sur une adhésion multisupport, comment sont perçus les prélèvements sociaux par l Administration fiscale? Sur une adhésion multisupport, les prélèvements sociaux sont calculés lors du rachat. Le paiement de ces prélèvements sociaux suit l option choisie par l adhérent en matière de taxation des intérêts sur son rachat : > en cas de prélèvement libératoire, les prélèvements sociaux sont retenus par le GIE AFER qui se chargera de les reverser à l Administration Fiscale, > en cas de soumission au barème de l impôt sur le revenu, l adhérent devra reporter dans sa déclaration les intérêts soumis aux prélèvements sociaux. L Administration Fiscale lui adressera, séparément, un avis de paiement pour ceux-ci. Lors d un rachat, partiel ou total, sur une adhésion multisupport de plus de 8 ans et dont les versements ont été effectués avant le 25/09/1997, les intérêts sont totalement exonérés de fi scalité. Dans ce cas, le paiement des prélèvements sociaux ne peut se faire que par la retenue sur le rachat. Jusqu à quelle date est-il possible de faire une donation «SARKOZY»? L exonération de droits de mutation à titre gratuit sur les dons exceptionnels qui devait prendre fi n le 31 mai 2005, a été prolongée jusqu au 31 décembre de cette même année (date limite du transfert des sommes données et déclaration au plus tard le 31/01/06). Le montant de la donation a été également modifi é pour passer à (au lieu de ). Il est donc possible, pour ceux qui ont déjà effectué une donation de , de procéder à une donation complémentaire jusqu à par donataire. Nous vous rappelons que cette exonération concerne des sommes d argent données à des enfants, petits-enfants, arrière-petits-enfants ou, à défaut d une telle descendance, à des neveux et nièces, âgés de 18 ans révolus. Les rendez-vous également sur Assemblée Régionale LA RÉUNION > Jeudi 15 septembre 2005 La Halle des manifestations du Port Réunion Départementale CARCASSONNE > MARDI 20 septembre 2005 Salle du Dôme CARCASSONNE Assemblée Régionale LA ROCHELLE > Jeudi 22 septembre 2005 Espace ENCAN - Quai Louis Prunier LA ROCHELLE Réunion Départementale SAINT BRIEUC > Mardi 4 octobre 2005 Centre Equinoxe - Espace Brézillet Rue Paul de Coubertin SAINT BRIEUC Réunion Départementale DAX > 11 octobre 2005 Casino de DAX - 8 Avenue Milliès Lacroix DAX Assemblée Régionale ARRAS > 13 octobre 2005 Artois Expo 50, avenue Roger Salengro Saint-Laurent-Blangy Réunion Départementale LAON > 18 octobre 2005 Maison des Arts et Loisirs - Grand Théâtre Place Aubry LAON Assemblée Régionale COLMAR > 19 octobre 2005 Salle des Catherinettes Eglise du Couvent des Catherinettes Rue Kleber (entrée place Ste Catherine) COLMAR Bulletin d information de l Association Française d Epargne et de Retraite AFER 74 rue St Lazare Paris Lettre n 68 Directeur de la publication : Bénédicte Coste Dépôt légal à la parution : ISSN Association sans but lucratif régie par la loi du 1 er juillet 1901 GIE AFER (SIEGE) 74, rue Saint-Lazare Paris Cedex 09 Tél. : Fax : Serveur vocal Site web Association Française d Epargne et de Retraite La référence

«Comment et pourquoi. avec l assurance vie?»

«Comment et pourquoi. avec l assurance vie?» «Comment et pourquoi diversifier son patrimoine avec l assurance vie?» Car dans «ASSURANCE VIE», il y a le mot «PLACEMENT» «Pourquoi vous intéresser dès aujourd hui à ce mode de placement?» Parce que :

Plus en détail

Concordances PERP Advance. Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence

Concordances PERP Advance. Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence Concordances PERP Advance 2014 Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence Sommaire Le PERP, pour préparer sa retraite en bénéficiant d une déduction fiscale immédiate...p3-4 Concordance PERP

Plus en détail

EN BREF. Ressources Sélection Vie II. Offrez à vos salariés une retraite plus sereine tout en optimisant votre politique sociale.

EN BREF. Ressources Sélection Vie II. Offrez à vos salariés une retraite plus sereine tout en optimisant votre politique sociale. Ressources Sélection Vie II Offrez à vos salariés une retraite plus sereine tout en optimisant votre politique sociale. EN BREF Ressources Sélection Vie II est un contrat collectif d assurance sur la vie

Plus en détail

Concordances PERP Advance. Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence

Concordances PERP Advance. Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence Concordances PERP Advance Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence Sommaire Le PERP, pour préparer sa retraite en bénéficiant d une déduction fiscale immédiate...p3-4 Concordance PERP Advance,

Plus en détail

«Alerte sur la rémunération des gérants majoritaires»

«Alerte sur la rémunération des gérants majoritaires» 11 juin 2013 Les matinales de l entrepreneur : «Alerte sur la rémunération des gérants majoritaires» Intervenants : - Mrs Jean François GANNE, Maxime RICHARD et Jean Luc BLACHON (cabinet d expertise Comptable

Plus en détail

Gérer son patrimoine. Édition. Organiser son épargne pour réussir ses projets

Gérer son patrimoine. Édition. Organiser son épargne pour réussir ses projets Gérer son patrimoine Édition 2013 Organiser son épargne pour réussir ses projets Gérer son patrimoine 1 2 Placer son épargne pour financer ses projets 05 Se constituer une épargne de précaution Acquérir

Plus en détail

ADOPTER UNE STRATÉGIE PATRIMONIALE SUR MESURE AVEC PIERRE DE SOLEIL

ADOPTER UNE STRATÉGIE PATRIMONIALE SUR MESURE AVEC PIERRE DE SOLEIL PIERRE DE SOLEIL ADOPTER UNE STRATÉGIE PATRIMONIALE SUR MESURE AVEC PIERRE DE SOLEIL PARCE QUE VOUS SOUHAITEZ Accéder à une gestion financière sur mesure Optimiser la fiscalité de votre patrimoine Préparer

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013.

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013. 36 rue de Monceau 75008 Paris 62 rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone.fr NOTE D INFORMATION Date : 20 janvier 2014 Objet : Loi de finances pour 2014 Loi de finances rectificative pour 2013 Madame,

Plus en détail

ME CONSTITUER UNE ÉPARGNE POUR MES PROJETS

ME CONSTITUER UNE ÉPARGNE POUR MES PROJETS Cler Assurance-vie ME CONSTITUER UNE ÉPARGNE POUR MES PROJETS Document à caractère publicitaire S associer pour l essentiel avec AGIPI est une association d assurés qui conçoit des solutions pour préparer

Plus en détail

Radiance Humanis Vie

Radiance Humanis Vie ÉPARGNE Radiance Humanis Vie Et votre avenir prend des forces Taux du fonds en euros de Radiance Humanis Vie : 3,50 %* * Taux de rémunération 2013 du fonds en euros Apicil Euro Garanti. Taux net de frais

Plus en détail

Epargne Retraite. vous avez plus d un avantage à cultiver votre épargne au sein de votre entreprise

Epargne Retraite. vous avez plus d un avantage à cultiver votre épargne au sein de votre entreprise Si, si vous avez plus d un avantage à cultiver votre épargne au sein de votre entreprise Epargne Retraite Solutions PME-PMI Aujourd hui avec votre Interlocuteur AXA, construisez votre retraite! Pourquoi

Plus en détail

OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR. portant sur 365.600 actions 1000mercis. en vue de la réduction de son capital social

OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR. portant sur 365.600 actions 1000mercis. en vue de la réduction de son capital social OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR portant sur 365.600 actions 1000mercis en vue de la réduction de son capital social Prix de l offre : 25 par action 1000mercis Durée de l offre : du 16 avril

Plus en détail

Assurance-vie MACSF PERFORMANCES 2015

Assurance-vie MACSF PERFORMANCES 2015 @groupe_macsf #PerfMACSF2015 Assurance-vie MACSF PERFORMANCES 2015 Communiqué de presse 12 janvier 2016 La MACSF a présenté aujourd hui lors de sa conférence de presse annuelle, les performances pour son

Plus en détail

ASSURANCE VIE CARDIF MULTI-PLUS. Les meilleurs Sicav et FCP dans un seul contrat

ASSURANCE VIE CARDIF MULTI-PLUS. Les meilleurs Sicav et FCP dans un seul contrat ASSURANCE VIE Les meilleurs Sicav et FCP dans un seul contrat M. X, 45 ans, avocat, deux enfants de 11 et 15 ans Je m intéresse de très loin à la Bourse et préfère consacrer mon temps libre à ma famille.

Plus en détail

SPP, ou plan d achat d actions

SPP, ou plan d achat d actions SPP, ou plan d achat d actions destiné aux salariés permanents du groupe Randstad France Au sein du Groupe Randstad, nous avons la conviction que notre personnel est notre atout le plus précieux. C est

Plus en détail

Donation et Assurance Vie. Et si vous profitiez des avantages de l assurance vie pour aider vos proches à préparer leur avenir?

Donation et Assurance Vie. Et si vous profitiez des avantages de l assurance vie pour aider vos proches à préparer leur avenir? Donation et Assurance Vie Et si vous profitiez des avantages de l assurance vie pour aider vos proches à préparer leur avenir? Profitez des avantages fiscaux de la donation pour transmettre votre patrimoine

Plus en détail

Multisupport. Préparer efficacement votre retraite tout en profitant dès aujourd hui de déductions fiscales

Multisupport. Préparer efficacement votre retraite tout en profitant dès aujourd hui de déductions fiscales PERP Multisupport Préparer efficacement votre retraite tout en profitant dès aujourd hui de déductions fiscales Pourquoi est-il indispensable de préparer dès aujourd hui votre retraite? Aujourd hui, 10

Plus en détail

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE Qu est ce qu une prime ou une cotisation d assurance? C est la somme à payer périodiquement à l assureur en contrepartie des garanties qu il accorde. Les primes (ou

Plus en détail

PERP D AXA : Pour réduire vos impôts tout en préparant votre retraite.

PERP D AXA : Pour réduire vos impôts tout en préparant votre retraite. PERP D AXA : Pour réduire vos impôts tout en préparant votre retraite. Aujourd hui, épargnez sans effort : vos versements sont fiscalement déductibles. Vous épargnez sans bouleverser votre budget Vous

Plus en détail

La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi

La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi La Loi n 2011-894 du 28 juillet 2011 de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2011 institue une prime de partage des profits, ou

Plus en détail

actionnariat salarié

actionnariat salarié actionnariat salarié L Actionnariat Salarié est un outil d épargne collective permettant aux salariés d acquérir directement ou indirectement des actions de leur entreprise au travers du Plan d Épargne

Plus en détail

EXAMENS DE CERTIFICATION CORRIGE. Unité de valeur 5. Synthèse - Diagnostic et conseil patrimonial global. Durée : 4 heures.

EXAMENS DE CERTIFICATION CORRIGE. Unité de valeur 5. Synthèse - Diagnostic et conseil patrimonial global. Durée : 4 heures. Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Affiliée au Certified Financial Planner Board of Standards et à l'international Certified Financial Planners Council Association

Plus en détail

Comment me constituer une épargne pour préparer l avenir et assurer celui de mes proches?

Comment me constituer une épargne pour préparer l avenir et assurer celui de mes proches? Assurance Vie Comment me constituer une épargne pour préparer l avenir et assurer celui de mes proches? Une solution combinée Epargne, Retraite et Prévoyance AXA Prévoyance & Patrimoine : un contrat d

Plus en détail

Guide d information sur les OPCVM

Guide d information sur les OPCVM Guide d information sur les OPCVM 1. Les OPCVM : Définition et types. 2. Les Avantages d un placement en OPCVM. 3. L a constitution d un OPCVM. 4. Le fonctionnement d un OPCVM. 5. Les frais de gestion

Plus en détail

ACCORD SUR LA CREATION D UN COMPTE EPARGNE TEMPS (CET)

ACCORD SUR LA CREATION D UN COMPTE EPARGNE TEMPS (CET) ACCORD SUR LA CREATION D UN COMPTE EPARGNE TEMPS (CET) ENTRE LES SOUSSIGNES : L'Office International de l'eau, Association loi 1901, dont le siège social est situé 21 rue de Madrid 75008 PARIS, immatriculée

Plus en détail

Comment préparer ma retraite en tant que non salarié?

Comment préparer ma retraite en tant que non salarié? Assurance Vie Comment préparer ma retraite en tant que non salarié? Novial Avenir Une solution Retraite adaptée à vos besoins AXA Prévoyance & Patrimoine Novial Avenir : un contrat adapté à vos besoins

Plus en détail

Réponses aux questions fréquemment posées

Réponses aux questions fréquemment posées Le 6 avril 2012 Contribution pour frais de contrôle due par les courtiers en assurance ou réassurance et les intermédiaires en opérations de banque et en services de paiement au titre de l année 2012 Réponses

Plus en détail

Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points. n o 9. Majorations pour enfants et retraite complémentaire

Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points. n o 9. Majorations pour enfants et retraite complémentaire Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points Guide salariés n o 9 avril 2014 Majorations pour enfants et retraite complémentaire Sommaire La retraite, en bref... 3 Points clés...

Plus en détail

Vous conseiller pour les démarches clés

Vous conseiller pour les démarches clés Vous conseiller pour les démarches clés Les principales formalités DANS LES 48 H DANS LA SEMAINE DANS LE MOIS DANS LES 6 MOIS Faire la déclaration de décès au service de l Etat Civil de la mairie pour

Plus en détail

Concordances 3 Génération

Concordances 3 Génération Concordances 3 Génération Capitalisation et Assurance vie Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence Sommaire La donation ou comment transmettre son patrimoine de son vivant... p3 Avantages

Plus en détail

Plan d'epargne Retraite Populaire

Plan d'epargne Retraite Populaire Plan d'epargne Retraite Populaire Préparez votre retraite en bénéficiant d une fiscalité avantageuse (1) grâce au Plan d Épargne Retraite Populaire. EN BREF Le Plan d Épargne Retraite Populaire est un

Plus en détail

Cardif Multiplus Perspective

Cardif Multiplus Perspective Cardif Multiplus Perspective CONTRAT D ASSURANCE VIE DIVERSIFIÉ Composez le futur de votre épargne BNP Paribas Cardif, La référence en partenariat d assurance Yves Durand 10 e assureur européen*, BNP Paribas

Plus en détail

Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail

Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail En principe, l ensemble des sommes versées aux salariées en contrepartie ou à l occasion du travail sont considérées comme une

Plus en détail

Convention ou accord collectif

Convention ou accord collectif ENGAGEMENT INTERNE A L ENTREPRISE DIFFERENTES METHODES DE MISE EN PLACE UN CONTRAT L article L.911-1 du Code de la sécurité sociale précise que les garanties collectives relevant de la protection sociale

Plus en détail

STATUTS de l'association Bureau des Doctorants de Paris 3

STATUTS de l'association Bureau des Doctorants de Paris 3 STATUTS de l'association Bureau des Doctorants de Paris 3 TITRE PREMIER : Constitution et Buts Article 1 : Création et Dénomination sociale Il est fondé le 11 juin 2008 entre les adhérents aux présents

Plus en détail

Construisez votre projet en toute sécurité

Construisez votre projet en toute sécurité Construisez votre projet en toute sécurité arez et p é r P roj hui p e r vot ujourd' dès a ENTRE NOUS, C EST FACILE DE SE COMPRENDRE Toutes les garanties de Vous constituez votre épargne à votre rythme

Plus en détail

Année 2016. Dossier de demande de subvention de fonctionnement et/ou exceptionnelle

Année 2016. Dossier de demande de subvention de fonctionnement et/ou exceptionnelle Année 2016 Dossier de demande de subvention de fonctionnement et/ou exceptionnelle Pour les subventions de fonctionnement : date limite de dépôt : 31 Octobre 2015 Pour les subventions exceptionnelles :

Plus en détail

LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES

LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES SERVICE DES RETRAITES DE l ETAT - 0810 10 33 35 - www.pensions.bercy.gouv.fr - Edition du 1 er mai 2013 En application de l article L. 40 du code des

Plus en détail

CONVOCATIONS ALES GROUPE

CONVOCATIONS ALES GROUPE CONVOCATIONS ASSEMBLÉES D'ACTIONNAIRES ET DE PORTEURS DE PARTS ALES GROUPE Société Anonyme au capital de 29 044 208 Euros. Siège social : 99, rue du Faubourg Saint Honoré Paris (75008) 399 636 323 R.C.S.

Plus en détail

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 Micro -entreprises L option pour l année 2009 pour le versement forfaitaire libératoire des cotisations et contributions sociales des travailleurs indépendants relevant

Plus en détail

groupama modulation L assurance vie qui fait grandir vos projets

groupama modulation L assurance vie qui fait grandir vos projets groupama modulation L assurance vie qui fait grandir vos projets groupama.fr Pourquoi choisir Groupama Modulation? Avec le contrat d assurance vie multisupport Groupama Modulation, Groupama vous accompagne

Plus en détail

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL 1. Le budget communal est l acte fondamental de la gestion municipale car il détermine chaque année l ensemble des actions qui seront entreprises.

Plus en détail

LE SAVIEZ-VOUS? en 2013. risque de l allongement de la durée de la vie. 1,65 cotisant pour 1 retraité. 1,40 cotisant pour 1 retraité

LE SAVIEZ-VOUS? en 2013. risque de l allongement de la durée de la vie. 1,65 cotisant pour 1 retraité. 1,40 cotisant pour 1 retraité PRÉPAREZ VOTRE RETRAITE EN TOUTE LIBERTÉ Le Livret RM : la solution retraite qui POURQUOI PRÉPARER SA RETRAITE? Choisir le Livret RM de La France Mutuali dans les conditions avantageuses de l ass Le régime

Plus en détail

Si vous avez réalisé des retraits sur votre PEA «classique», vous pourrez bénéficier d une nouvelle enveloppe fiscale pour de nouveaux versements

Si vous avez réalisé des retraits sur votre PEA «classique», vous pourrez bénéficier d une nouvelle enveloppe fiscale pour de nouveaux versements Le PEA PME-ETI Création d un nouveau PEA-PME permettant d investir dans des PME et des ETI EN BREF Dispositif adopté par le Parlement dans le cadre de la Loi de finances pour 2014, le PEA «PME- ETI» est

Plus en détail

FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER

FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER ANNEXE DU REGLEMENT INTERIEUR ARTICLE 88 Validé par le Comité Directeur du 5 Novembre 2005 Adopté par l Assemblée Générale du 18 mars 2006

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

DU CONTRAT ARÉAS ASSURANCES, EN QUELQUES MOTS RACHAT DU CAPITAL

DU CONTRAT ARÉAS ASSURANCES, EN QUELQUES MOTS RACHAT DU CAPITAL PERP Multisupport Pourquoi est-il indispensable de préparer dès aujourd hui votre retraite? AUJOURD HUI, 10 ACTIFS FINANCENT DÉJÀ PLUS DE 5 RETRAITES. EN 2036, ILS INTERVIENDRONT POUR CELLES DE 8 PERSONNES.

Plus en détail

A l attention des porteurs de parts français du fonds commun de placement «EasyETF Stoxx Europe 600»

A l attention des porteurs de parts français du fonds commun de placement «EasyETF Stoxx Europe 600» Paris, le 8 août 2013 A l attention des porteurs de parts français du fonds commun de placement «EasyETF Stoxx Europe 600» Madame, Monsieur, Vous êtes détenteurs de parts du fonds commun de placement (FCP)

Plus en détail

LES AP INVEST CONDITIONS GÉNÉRALES. Référence IT26-05/2005 QUELLE SIGNIFICATION ACCORDONS-NOUS AUX NOTIONS SUIVANTES?

LES AP INVEST CONDITIONS GÉNÉRALES. Référence IT26-05/2005 QUELLE SIGNIFICATION ACCORDONS-NOUS AUX NOTIONS SUIVANTES? LES AP INVEST CONDITIONS GÉNÉRALES Référence IT26-05/2005 Article 1 QUELLE SIGNIFICATION ACCORDONS-NOUS AUX NOTIONS SUIVANTES? 1. Qu entendons-nous par «NOUS»? Les AP, une marque et un nom commercial de

Plus en détail

N 50729#02. L invention. REPèREs. de salarié. Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié

N 50729#02. L invention. REPèREs. de salarié. Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié N 50729#02 L invention de salarié REPèREs Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié titre chapitre L invention de salarié Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de

Plus en détail

SwissLife Liberté Plus. Tous les avantages de l assurance vie, l accompagnement en plus

SwissLife Liberté Plus. Tous les avantages de l assurance vie, l accompagnement en plus SwissLife Liberté Plus Tous les avantages de l assurance vie, l accompagnement en plus Swiss Life, un groupe solide expert de la gestion de patrimoine Swiss Life est un groupe d origine suisse, dont la

Plus en détail

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Paris, le 12 juin 2014 Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Délibération n CONS. 13 12 juin 2014 Projet de loi de financement rectificative de la

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

SÉNAT PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE

SÉNAT PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE N 22 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2008-2009 Annexe au procès-verbal de la séance du 15 octobre 2008 PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE pour le financement de l économie, ADOPTÉ PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE,

Plus en détail

MODELE DE STATUTS D UNE ASSOCIATION SPORTIVE OU D UNE ASSOCIATION DE JEUNESSE ET D EDUCATION POPULAIRE

MODELE DE STATUTS D UNE ASSOCIATION SPORTIVE OU D UNE ASSOCIATION DE JEUNESSE ET D EDUCATION POPULAIRE MODELE DE STATUTS D UNE ASSOCIATION SPORTIVE OU D UNE ASSOCIATION DE JEUNESSE ET D EDUCATION POPULAIRE OBJET ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Article 1 : constitution, dénomination, objet Il est fondé entre

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 OBJECTIF DE LA NORME 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

COMPTES DE L EXERCICE 2010 DU REGIME DE RETRAITE DES AGENTS TITULAIRES

COMPTES DE L EXERCICE 2010 DU REGIME DE RETRAITE DES AGENTS TITULAIRES 2. Les comptes 2009 du régime de retraite des agents titulaires de la Banque de France établis conformément aux dispositions des articles L.114-5 et suivants du Code de la sécurité sociale Banque de France

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 23 septembre 2014 MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 1. Introduction La Banque du Canada (la «Banque») est l administrateur du Régime de pension de la Banque du Canada (le «Régime de pension»)

Plus en détail

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer»

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer Avec le soutien de LOI DE FINANCES 2013 Revue des principales mesures

Plus en détail

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 :

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : I.S.F. Patrimoine taxable Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : Vous êtes redevable de l ISF si votre patrimoine net taxable excède 1,3 million au 1 er janvier

Plus en détail

GUIDE DE L ACTIONNAIRE AU NOMINATIF AOUT 2015

GUIDE DE L ACTIONNAIRE AU NOMINATIF AOUT 2015 GUIDE DE L ACTIONNAIRE AOUT 2015 SEPTEMBRE 2015 SOMMAIRE Les différents modes de détention des titres... p.3 Les avantages d'une inscription au nominatif pur... p.4 Les caractéristiques détaillées du nominatif...

Plus en détail

LA VIE DE VOTRE CONTRAT DSK

LA VIE DE VOTRE CONTRAT DSK ASSURANCE VIE CAPITALISATION LA VIE DE VOTRE CONTRAT DSK Demande de modifications La vie de votre contrat DSK Demande de modifications (compléter ce document en lettres capitales) Correspondant Cardif

Plus en détail

UNION FÉDÉRALE DES CONSOMMATEURS - QUE CHOISIR Association de la région de Versailles STATUTS

UNION FÉDÉRALE DES CONSOMMATEURS - QUE CHOISIR Association de la région de Versailles STATUTS UNION FÉDÉRALE DES CONSOMMATEURS - QUE CHOISIR Association de la région de Versailles STATUTS Article 1 er : formation Sous le régime de la loi du premier juillet mille neuf cent neuf, il est créé entre

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances

La revue financière. Publication du ministère des Finances Publication du ministère des Finances Faits saillants 2009 : excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars a été dégagé en février 2009, comparativement

Plus en détail

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014)

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières 2 SOMMAIRE PAGES INTRODUCTION 3 I) Schéma illustratif

Plus en détail

Allianz Retraite Entreprise

Allianz Retraite Entreprise Allianz Retraite Entreprise Un supplément de retraite grâce à l entreprise. www.allianz.fr Avec vous de A à Z Vous souhaitez motiver vos salariés tout en bénéficiant d un cadre fiscal et social avantageux?

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION ENFANTAISIES

STATUTS DE L ASSOCIATION ENFANTAISIES STATUTS DE L ASSOCIATION ENFANTAISIES Article 1er - Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

Primopierre Société Civile de Placement Immobilier

Primopierre Société Civile de Placement Immobilier Primopierre Société Civile de Placement Immobilier IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI Facteurs de risques L investissement en parts de SCPI est un placement dont la rentabilité

Plus en détail

ANNEXE N 5. Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif. Description

ANNEXE N 5. Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif. Description ANNEXE N 5 Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif À l instar du dispositif de médiation de la FFSA, celui du GEMA, dans sa forme actuelle, découle

Plus en détail

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F9. ETRE ASSISTE D UN AVOCAT : OUI MAIS COMMENT?

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F9. ETRE ASSISTE D UN AVOCAT : OUI MAIS COMMENT? Comme vous le savez, vous êtes libre de choisir l avocat que vous désirez. Attention! Il est conseillé de trouver un avocat spécialisé dans le type de droit qui intéresse, selon votre affaire (exemple

Plus en détail

Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical

Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical Page 1 Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical Le Conseil Syndical existe de plein droit dans toutes les copropriétés en vertu de la loi. --> Il est chargé d

Plus en détail

L essentiel sur. L assurance vie

L essentiel sur. L assurance vie L essentiel sur L assurance vie Qu est-ce que c est? Un produit d épargne à moyen et long terme L assurance vie sert à épargner et faire fructifier votre capital, pour vous-même ou vos proches. A la fin

Plus en détail

Copropriété JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL?

Copropriété JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL? Copropriété Le Conseil Syndical en 10 Questions JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL? Association des Responsables de Copropriété 29, rue Joseph Python 75020 PARIS Tél. : 01 40 30 12

Plus en détail

STATUTS de l ASSOCIATION NATIONALE des PROFESSIONNELS DE LA SECURITE DES PISTES A.N.P.S.P

STATUTS de l ASSOCIATION NATIONALE des PROFESSIONNELS DE LA SECURITE DES PISTES A.N.P.S.P STATUTS de l ASSOCIATION NATIONALE des PROFESSIONNELS DE LA SECURITE DES PISTES A.N.P.S.P 1 ARTICLE 1 er Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet

Plus en détail

Profitez d un maximum d atouts pour dynamiser votre capital

Profitez d un maximum d atouts pour dynamiser votre capital JANVIER 2007 Profitez d un maximum d atouts pour dynamiser votre capital PREDISSIME 9 VOUS SOUHAITEZ PRÉPARER UN PROJET OU VALORISER UN CAPITAL. VOUS RECHERCHEZ LES MEILLEURES POSSIBILITÉS POUR UNE DIVERSIFICATION

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

assurance-vie creditfoncier.fr FONCIER CAPITAL VIE La solution pour épargner simplement

assurance-vie creditfoncier.fr FONCIER CAPITAL VIE La solution pour épargner simplement assurance-vie creditfoncier.fr FONCIER CAPITAL VIE La solution pour épargner simplement LA SOLUTION POUR ÉPARGNER SIMPLEMENT Vous souhaitez vous construire progressivement un patrimoine, transmettre votre

Plus en détail

(613) 889-9491 (819) 243-6497 x 3421 Lucie.malette@groupeinvestors.com

(613) 889-9491 (819) 243-6497 x 3421 Lucie.malette@groupeinvestors.com Vos options pour votre indemnité Research council employees association Association des employés du conseil de recherche (613) 889-9491 (819) 243-6497 x 3421 Lucie.malette@groupeinvestors.com Lucie Malette,

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE 65 TABLEAU COMPARATIF Texte du projet de loi Texte adopté par l Assemblée nationale Propositions de la Commission PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE CONDITIONS GÉNÉRALES DE L ÉQUILIBRE FINANCIER

Plus en détail

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES CREDIT SUISSE AG

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES CREDIT SUISSE AG PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES (COMPTES ANNUELS) CREDIT SUISSE AG (Succursale) Dotation : 60 244 902 Adresse de la succursale en France : 25, avenue Kléber, 75784 Paris

Plus en détail

LE COMPTE EPARGNE TEMPS

LE COMPTE EPARGNE TEMPS STATUT LE COMPTE EPARGNE TEMPS Références : Décret 2004-878 du 26 août 2004, modifié par le décret 2010-531 du 20 mai 2010 ; Circulaire ministérielle N10-007135-D du 31 mai 2010 (annexe 1). Les règles

Plus en détail

PRÊTS IMMOBILIERS. Concrétisez vos projets immobiliers!

PRÊTS IMMOBILIERS. Concrétisez vos projets immobiliers! PRÊTS IMMOBILIERS Concrétisez vos projets immobiliers! TOUTES UNIVERS NOS BANQUE SOLUTIONS POUR VOTRE IMMOBILIER PROJET IMMOBILIER Vous prévoyez l achat d un bien immobilier? Avec Groupama Banque, vous

Plus en détail

Votre assurance sur l avenir

Votre assurance sur l avenir Un système d épargne original pour un rendement unique LA TONTINE Votre assurance sur l avenir Esprit mutualiste et expertise financière Un régime juridique unique Les Associations Mutuelles Le Conservateur

Plus en détail

«PROWEBCE» Société anonyme au capital de 397.485,20 Siège social : LEVALLOIS PERRET (92300) 14, rue Chaptal 421 011 875 RCS NANTERRE (la «Société»)

«PROWEBCE» Société anonyme au capital de 397.485,20 Siège social : LEVALLOIS PERRET (92300) 14, rue Chaptal 421 011 875 RCS NANTERRE (la «Société») «PROWEBCE» Société anonyme au capital de 397.485,20 Siège social : LEVALLOIS PERRET (92300) 14, rue Chaptal 421 011 875 RCS NANTERRE (la «Société») RAPPORT DE GESTION AU TITRE DE L EXERCICE CLOS LE 31

Plus en détail

Cardif Multiplus Perspective

Cardif Multiplus Perspective Cardif Multiplus Perspective CONTRAT D ASSURANCE VIE DIVERSIFIÉ Mon futur à composer Cardif Multiplus Perspective Mon assurance vie diversifiée aujourd hui pour mes projets de demain Cardif propose Cardif

Plus en détail

N e w s l e t t e r. Conseil & Gestion de Portefeuille. J. de DEMANDOLX & ASSOCIES. M a r s 2 0 0 8. Et de 8!!

N e w s l e t t e r. Conseil & Gestion de Portefeuille. J. de DEMANDOLX & ASSOCIES. M a r s 2 0 0 8. Et de 8!! M a r s 2 0 0 8 N e w s l e t t e r J. de DEMANDOLX & ASSOCIES J. de DEMANDOLX Conseil en Gestion de Patrimoine GESTION S.A. Conseil & Gestion de Portefeuille Et de 8!! C est en effet la 8ème correction

Plus en détail

Compagnie nationale des biologistes et analystes experts assemblée générale du 19 janvier 2012

Compagnie nationale des biologistes et analystes experts assemblée générale du 19 janvier 2012 Compagnie nationale des biologistes et analystes experts assemblée générale du 19 janvier Economie de l expertise (janvier ) Bruno DUPONCHELLE Secrétaire général du Conseil national des compagnies d experts

Plus en détail

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES»

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» Le système interprofessionnel de Sécurité Sociale est obligatoire : le

Plus en détail

TOTAL S.A. 2 place Jean Millier La Défense 6 92400 COURBEVOIE 542 051 180 RCS Nanterre

TOTAL S.A. 2 place Jean Millier La Défense 6 92400 COURBEVOIE 542 051 180 RCS Nanterre TOTAL S.A. 2 place Jean Millier La Défense 6 92400 COURBEVOIE 542 051 180 RCS Nanterre Assemblée Générale Mixte du 17 mai 2013 Rapport du Conseil d'administration sur les résolutions présentées à l'assemblée

Plus en détail

Statuts. de la Chambre de commerce, d industrie et des services de Genève

Statuts. de la Chambre de commerce, d industrie et des services de Genève Statuts de la Chambre de commerce, d industrie et des services de Genève Avril 2010 1 I. DÉNOMINATION, SIÈGE, BUT Article 1 er : Dénomination Il est constitué, sous la dénomination «Chambre de commerce,

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Comité d audit 1.1 Membres et quorom Au moins quatre administrateurs, qui seront tous indépendants. Tous les membres du comité d audit doivent posséder des compétences financières

Plus en détail

Avenir + PrévoiRetraite. Investissez l esprit libre. Préparez votre retraite dès aujourd'hui. Mon capital avenir en toute sécurité

Avenir + PrévoiRetraite. Investissez l esprit libre. Préparez votre retraite dès aujourd'hui. Mon capital avenir en toute sécurité PrévoiRetraite Avenir + Mon capital avenir en toute sécurité Investissez l esprit libre Préparez votre retraite dès aujourd'hui ENTRE NOUS, C EST FACILE DE SE COMPRENDRE Toutes les garanties de Vous épargnez

Plus en détail

Assurez votre avenir et celui de vos proches! SwissLife Référence Retraite

Assurez votre avenir et celui de vos proches! SwissLife Référence Retraite Assurez votre avenir et celui de vos proches! SwissLife Référence Retraite Assurance Retraite Multisupport des Particuliers SwissLife Référence Retraite Préparez votre retraite La retraite se prépare tôt

Plus en détail

Retraite. ExistE-t-il une solution. qui m assure des revenus garantis à vie? Assurance vie Arpèges formule Accumulator Retraite

Retraite. ExistE-t-il une solution. qui m assure des revenus garantis à vie? Assurance vie Arpèges formule Accumulator Retraite Retraite ExistE-t-il une solution qui m assure des revenus garantis à vie? Assurance vie Arpèges PouRquoi AujouRd hui est-il vital de PRéPAReR sa RetRAite? 7 Français sur 10 ne savent pas ce qu ils toucheront

Plus en détail

Cardif Multi-Plus PERP CONTRAT ÉPARGNE - RETRAITE. Constituez votre retraite pas à pas

Cardif Multi-Plus PERP CONTRAT ÉPARGNE - RETRAITE. Constituez votre retraite pas à pas Cardif Multi-Plus PERP CONTRAT ÉPARGNE - RETRAITE Constituez votre retraite pas à pas BNP Paribas Cardif La référence en partenariat d assurance 90 millions de personnes dans le monde ont un point commun

Plus en détail

SARL CONCEPT & STRATEGIE

SARL CONCEPT & STRATEGIE BILAN PATRIMONIAL SARL CONCEPT & STRATEGIE Siège social: 29 boulevard de la Ferrage Résidence Cannes 2000 06400 CANNES SARL Cap. 10 000 - Siret 504 714 122 00034 - Code APE 6622 Z 1 Les informations recueillies

Plus en détail

CONSTITUTION DE L ENTREPRISE

CONSTITUTION DE L ENTREPRISE CONSTITUTION DE L ENTREPRISE en Nom Collectif A Nombre d associés L entrepreneur seul. Au moins 2 associés. Tous commerçants. Un associé unique, personne physique ou personne morale (mais qui ne peut être

Plus en détail

Patrimoine Mutex Plus. Nous répondons à vos questions. Assurance-vie multisupport. Patrimoine Mutex Plus. Donnez du mouvement à votre épargne!

Patrimoine Mutex Plus. Nous répondons à vos questions. Assurance-vie multisupport. Patrimoine Mutex Plus. Donnez du mouvement à votre épargne! Nous répondons à vos questions C est un contrat d assurance-vie qui vous permet de placer votre épargne dans des supports d investissement variés (actions, obligations, euros ). Vous pouvez choisir un

Plus en détail

S informer sur. La protection de mes titres en cas de faillite de mon intermédiaire financier

S informer sur. La protection de mes titres en cas de faillite de mon intermédiaire financier S informer sur La protection de mes titres en cas de faillite de mon intermédiaire financier Octobre 2011 Autorité des marchés financiers La protection de mes titres en cas de faillite de mon intermédiaire

Plus en détail

Vous devez vous rendre sur les différents sites qui offrent se service et suivre les instructions.

Vous devez vous rendre sur les différents sites qui offrent se service et suivre les instructions. Foire aux questions 1) Où dois-je m inscrire? Pour être demandeur de la bourse régionale, il vous suffit d aller sur le site Internet de la région https://bourses-saso.picardie.fr dans la période des rentrées

Plus en détail