Perturbations de la conscience de soi et de l identité personnelle dans la schizophrénie. Jean-Marie Danion

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Perturbations de la conscience de soi et de l identité personnelle dans la schizophrénie. Jean-Marie Danion"

Transcription

1 Perturbations de la conscience de soi et de l identité personnelle dans la schizophrénie Jean-Marie Danion

2 Plan La schizophrénie Contexte scientifique Perturbations de l expérience de soi et schizophrénie Sentiment même de soi Représentations de soi Perspectives

3 La schizophrénie, un enjeu majeur de santé publique 1 % de la population générale Début à l'adolescence et évolution chronique Associe des symptômes positifs (délire et hallucinations) et négatifs (apathie, retrait) S accompagne de troubles de l adaptation et d'une désinsertion sociale et professionnelle majeure Souffrance personnelle +++

4 Kraepelin L expérience de soi dans la schizophrénie Dissolution fondamentale de l expérience de soi Bleuler Perte de l unité et de la cohérence de la personnalité Psychiatrie existentielle (Laing) et phénoménologique (Ey) Perturbation du sentiment même de soi et du rapport au monde Angoisse +++ Psychanalyse Expérience de vacuité subjective Incapacité à créer du sens Comment explorer expérimentalement l expérience de soi?

5 Self et identité personnelle William James ( ) «Me self» ensemble des images et représentations de soi, pensées, croyances stockées en mémoire autobiographique permettant de répondre à la question «qui suis-je?» «I self» éprouvé subjectif d être soi-même Modèles cognitifs actuels Self conceptuel sens abstrait du self et de l identité personnelle ensemble des images et représentations de soi (traits et rôles), des valeurs et des croyances Sentiment même de soi corrélatif des souvenirs autobiographiques

6 Sentiment même de soi : phénoménologie des souvenirs autobiographiques Souvenirs très spécifiques et riches en détails conviction de la réalité de l événement Fortement chargés affectivement Vécus en perspective acteur conscience que c est bien soi-même qui a été impliqué Permettent de revivre mentalement l événement passé et de voyager dans le temps éprouvé de soi-même au cours du temps (conscience autonoétique) Prennent sens dans une histoire personnelle qui relie le passé, le présent et le futur dans un récit de vie cohérent Expression des objectifs de vie, attentes et désirs de la personne

7 Le modèle de Conway (2000, 2005) self exécutif / self conceptuel Base de connaissances autobiographiques Définition et hiérarchisation des objectifs de vie / Représentations de soi, valeurs, croyances Construction des souvenirs Sentiment même de soi

8 Le modèle de Conway (2000, 2005) Self exécutif / self conceptuel Périodes de vie Événements généraux Evénements spécifiques

9 Le sentiment même m me de soi

10 Le sentiment même m me de soi : méthodes d explorationd Questionnaires autobiographiques Approche en première personne 0-9 ANS ANS 20 ANS AGE-1 Souvenir lié à une personne Souvenir lié à un voyage Souvenir lié à un événement familial Souvenir lié à une personne Souvenir lié à un voyage Souvenir lié à un événement familial Souvenir lié à une personne Souvenir lié à un voyage Souvenir lié à un événement familial ANNEE EN COURS Souvenir lié à une personne Souvenir lié à un voyage Souvenir lié à un événement familial

11 Détails Perspective visuelle Etat subjectif de conscience Remémoration consciente Simple sentiment de savoir

12 Altération du sentiment même de soi Richesse en détails Remémoration consciente Perspective «acteur» Altération de la capacité de s éprouver soi-même au cours du temps Danion et al. Cons Cog, 2005 Cuervo-Lombard et al. JINS, 2007

13 Capacité de donner sens à l événement Blagov & Singer, 2004 SELF CONCEPTUEL HISTOIRE PERSONNELLE Attribution d un sens à l événement Souvenirs définissant le self Souvenirs définissant le self Souvenirs définissant le self

14 Souvenirs définissant d le self J avais 12 ans, c était avec mon ami Max. Nous avions trouvé un bidon d essence. On s amusait à faire du feu quand le bidon s est enflammé. Max a été gravement brûlé au visage. J ai pratiqué les quelques gestes de secours que je connaissais ( ) J ai choisi ce souvenir marquant parce qu aujourd hui je suis pompier et parce que c était une aventure assez forte à gérer. Elle m a aidé à me forger et m a prouvé que j ai un caractère assez fort.

15 Souvenirs définissant d le self : méthodem Donnez 5 souvenirs particulièrement marquants => Attribution spontanée d un sens En quoi cet événement a-t-il été marquant et en quoi permet-il de vous définir en tant que personne? => Attribution d un sens après incitation

16 Attribution d un d sens *** *** Berna, Bennouna, Potheegadoo, Verry, Danion. Cons Cog, in press

17 Sentiment même de soi et schizophrénie : conclusions Appauvrissement du sentiment même de soi Altération de la capacité de s éprouver soi-même au cours du temps (conscience autonoétique) Altération de la capacité d attribuer un sens aux souvenirs Suggère l existence d un défaut d intégration de ces souvenirs pour former des représentations de soi cohérentes au sein du self conceptuel

18 Le self conceptuel : Les représentations de soi

19 Souvenirs liés s aux représentations de soi : la méthode m des «je suis» (Kuhn et McPartland) Exemple d une patiente de 44 ans Identification des 4 «je suis» les plus importants

20 Souvenirs liés s aux représentations de soi Je suis un père de famille Je suis fidèle Je suis heureux Je suis aventurier

21 Souvenirs liés s aux représentations de soi Je suis père Je suis fidèle Je suis heureux Je suis aventurier Date Remémoration consciente Lien thématique Caractère distinctif Emotions Organisation des souvenirs Bennouna, Berna, Danion. Soumis

22 Organisation élémentaire : similarité des souvenirs au sein des «je suis» Analyses multi-niveaux Sujet 1 Variance partagée variable ijk = v k + u jk + e ijk k = niveau sujet j = niveau «je suis» i = niveau événement père fidèle E1 E2 E1 E2 E6 E6 heureux «je suis» E1 E2 E6

23 Souvenirs liés s aux représentations de soi : Remémoration moration consciente et spécificit cificité ** **

24 Similarité des souvenirs au sein des «je suis» Part de la variance expliquée par le niveau «je suis» Témoins n=25 Patients n=25 Date 30 % < % <0.001 Thème 21,0 % < ,4 % NS Caractère distinctif 23,2 % < ,8 % NS Émotions 19,2 % < ,7 % <0.001 Déséquilibre Emotions / Cognition

25 Altérations des représentations de soi : conclusions Les représentations de soi reposent sur des souvenirs Associés à un sentiment même de soi appauvri Dont l organisation est moins cohérente Altération de l organisation reposant sur des facteurs cognitifs En revanche, l organisation reposant sur des facteurs émotionnels est préservée Perspectives : modèle cognitif du délire de persécution Le délire comme croyance Dont la construction repose sur un processus dynamique

26 Modèle cognitif de Freeman (2007) l expérience délirante primaire Facteur précipitant Émotions Croyances sur soi et le monde Expérience anormale Recherche d une signification Biais cognitifs associés à la psychose Sélection d une explication Croyance menaçante Anxiogène +++ Pérennisation et chronicisation du délire?

27 Chronicisation du délire Self conceptuel Self délirant Autres self Périodes de vie Événements généraux Événement spécifique délirante 1 ère expérience

28 Modèle autobiographique de délire d de persécution Événement initial Forte charge émotionnelle Événements répétés Sémantisation des souvenirs Déséquilibre entre émotions et cognition Evt associé à un sentiment de persécution Croyance délirante

29 Conclusion générale g : altération de l expérience de soi dans la schizophrénie Intérêt des approches en première personne Altérations de la capacité de s éprouver soi-même de la capacité de donner sens aux expériences personnelles des représentations de soi Implications cliniques Meilleure compréhension du vécu subjectif des patients Implications thérapeutiques Renforcer le sentiment même de soi Donner sens aux expériences personnelles Renforcer la cohérence des représentations de soi

MODÈLES COGNITIFS DE LA SCHIZOPHRÉNIE DR DAVIGNON CCA PSYCHIATRIE CHL POITIERS

MODÈLES COGNITIFS DE LA SCHIZOPHRÉNIE DR DAVIGNON CCA PSYCHIATRIE CHL POITIERS MODÈLES COGNITIFS DE LA SCHIZOPHRÉNIE DR DAVIGNON CCA PSYCHIATRIE CHL POITIERS De nombreuses perturbations cognitives existent chez le schizophrène. L approche de la schizophrénie en tant que pathologie

Plus en détail

Bases théoriques de la relation d aide

Bases théoriques de la relation d aide Bases théoriques de la relation d aide UE 4.2 S3 Soins relationnels Promotion 2012-2015 mercredi 18 septembre 13 1 1. La relation d aide: origine et développement 2. Définition de la relation d aide 3.

Plus en détail

Risque suicidaire de l adulte : identification et prise en charge Q44. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année Universitaire

Risque suicidaire de l adulte : identification et prise en charge Q44. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année Universitaire Risque suicidaire de l adulte : identification et prise en charge Q44 Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année Universitaire 2002-2003 Plans et objectifs Épidémiologie : suicide et tentatives

Plus en détail

1. INTRODUCTION 2. LEGISLATION 3. DEFINITION 4. CATEGORISATION DES ENTRETIENS 5. LE CADRE DE L ENTRETIEN 6. LES PHASES DE L ENTRETIEN

1. INTRODUCTION 2. LEGISLATION 3. DEFINITION 4. CATEGORISATION DES ENTRETIENS 5. LE CADRE DE L ENTRETIEN 6. LES PHASES DE L ENTRETIEN 1. INTRODUCTION 2. LEGISLATION 3. DEFINITION 4. CATEGORISATION DES ENTRETIENS 5. LE CADRE DE L ENTRETIEN 6. LES PHASES DE L ENTRETIEN 1.LEGISLATION n Dans le cadre du rôle propre infirmier n Dans le domaine

Plus en détail

Les rapports des Français avec la famille

Les rapports des Français avec la famille Les rapports des Français avec la famille Octobre 0 Nobody s Unpredictable 0 Ipsos Fiche technique Sondage effectué pour : Échantillon : 009 Français âgés de à ans. Date de terrain Du au octobre 0. Méthode

Plus en détail

Efficacité d un programme de remédiation cognitive chez des jeunes patients présentant une schizophrénie ou un trouble associé

Efficacité d un programme de remédiation cognitive chez des jeunes patients présentant une schizophrénie ou un trouble associé Efficacité d un programme de remédiation cognitive chez des jeunes patients présentant une schizophrénie ou un trouble associé Collaborations : 1. Fondation Santé des Etudiants de France, clinique des

Plus en détail

La dépression et les proches par le Dr Guido Bondolfi

La dépression et les proches par le Dr Guido Bondolfi La dépression et les proches par le Dr Guido Bondolfi 30 avril 2012 Cette conférence a été donnée par le Dr Guido Bondolfi, responsable du Programme spécialisé» Dépression» des HUG, et par plusieurs membres

Plus en détail

FORMATION. Accompagnateur en psychiatrie de l âge avancé. pour les aides et les détenteurs de CFC dans les soins*, l animation, et le secteur hôtelier

FORMATION. Accompagnateur en psychiatrie de l âge avancé. pour les aides et les détenteurs de CFC dans les soins*, l animation, et le secteur hôtelier Cours FAP 1 à 11 Programme 2009 FORMATION Accompagnateur en psychiatrie de l âge avancé pour les aides et les détenteurs de CFC dans les soins*, l animation, et le secteur hôtelier VOUS soignez ou accompagnez,

Plus en détail

L art thérapie. Adaptée à la personne âgée et atteinte de la maladie d Alzheimer. EHPAD du Groupe Languedoc Mutualité

L art thérapie. Adaptée à la personne âgée et atteinte de la maladie d Alzheimer. EHPAD du Groupe Languedoc Mutualité L art thérapie Adaptée à la personne âgée et atteinte de la maladie d Alzheimer. EHPAD du Groupe Languedoc Mutualité Prise en charge non médicamenteuse développée au sein des EHPAD de Languedoc Mutualité

Plus en détail

L intérêt du binôme aide soignant infirmière

L intérêt du binôme aide soignant infirmière L intérêt du binôme aide soignant infirmière INTRODUCTION Nécessité d appliquer de manière stricte la liste d acte Travail pluridisciplinaire Dans le cadre théorique suivant: Le rétablissement La Thérapie

Plus en détail

Julie Bertrand Bureau 215 du Pôle AAFE -

Julie Bertrand Bureau 215 du Pôle AAFE - Julie Bertrand Bureau 215 du Pôle AAFE - juliebertrand21@gmail.com But : psychopathologie développementale? Méthodo? Questions scientifiques? Autisme Syndrome de Down (SD =T21) Syndrome de Williams (SW)

Plus en détail

6 ème rencontres Solipam

6 ème rencontres Solipam 6 ème rencontres Solipam ESPACE PSYCHIQUE DU SOIN EN SITUATION DE PRÉCARITÉ PSYCHIQUE ALESSIA PERIFANO PSYCHOLOGUE PALIPED Introduction Psychologue au sein de l Equipe Ressource en Soins Palliatifs Pédiatriques

Plus en détail

Le schéma décisionnel de prise en compte d un candidat au titre de psychothérapeute

Le schéma décisionnel de prise en compte d un candidat au titre de psychothérapeute Le schéma décionnel de prise en compte d un candidat au titre de psychothérapeute 1 Psychiatre? Oui Non sans formation complémentaire Expérience de + de 5 ans? (avec ou sans formation) Oui Non soumise

Plus en détail

Le retour aux études:

Le retour aux études: Le retour aux études: comment y trouver un sens? AQISEP 2013 Sara Savoie, M.A.,M.Ed., orthopédagogue, Université du Québec à Montréal et conseillère d'orientation Lyne Rhéaume, Baccalauréat en relations

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION «EDUCATION THERAPEUTIQUE DU PATIENT» Niveau 1 (40h) PREVART FORMATION. Commanditaire : Organisme Formateur : PREVART FORMATION

PROGRAMME DE FORMATION «EDUCATION THERAPEUTIQUE DU PATIENT» Niveau 1 (40h) PREVART FORMATION. Commanditaire : Organisme Formateur : PREVART FORMATION PROGRAMME DE FORMATION «EDUCATION THERAPEUTIQUE DU PATIENT» Niveau 1 (40h) Commanditaire : Organisme Formateur : PREVART FORMATION Formateur : Dr Guillaume DERVAUX PREVART FORMATION CONTEXTE Le rapport

Plus en détail

Le plaisir dans le soin gériatrique. Dr Christophe Bouché Psychiatre des hôpitaux Unité de psychiatrie du sujet âgé François Rabelais.

Le plaisir dans le soin gériatrique. Dr Christophe Bouché Psychiatre des hôpitaux Unité de psychiatrie du sujet âgé François Rabelais. Le plaisir dans le soin gériatrique Dr Christophe Bouché Psychiatre des hôpitaux Unité de psychiatrie du sujet âgé François Rabelais. Quimperlé Affect fondamental. Un des deux pôles de la vie affective

Plus en détail

I - Première partie : Présentation du service et des éléments de cadrage des activités

I - Première partie : Présentation du service et des éléments de cadrage des activités I - Première partie : Présentation du service et des éléments de cadrage des activités I.1- Descriptif du service Le SSIAD a ouvert ses portes en 1992. La création du service découle d un projet gérontologique

Plus en détail

Les troubles spécifiques des apprentissages

Les troubles spécifiques des apprentissages Les troubles spécifiques des apprentissages 13 Octobre 2012 13 rue de l est 21000 DIJON tél. 03 80 50 09 48 - contact@pluradys.org - www.pluradys.org Siège Social : 7 rue de volnay 21000 DIJON SIRET :

Plus en détail

AGIR SUR SOI, ACQUERIR DES CLES POUR REUSSIR. Vous êtes : Cette formation concerne Chefs, cadres dirigeants, managers.

AGIR SUR SOI, ACQUERIR DES CLES POUR REUSSIR. Vous êtes : Cette formation concerne Chefs, cadres dirigeants, managers. STAGE MANAGER LEADER AGIR SUR SOI, ACQUERIR DES CLES POUR REUSSIR Vous êtes : Cette formation concerne Chefs, cadres dirigeants, managers. Pré-requis : Ressentir le besoin de faire un travail sur soi pour

Plus en détail

La complexité administrative vue par les Français Enquête 2014 Volet Particuliers Présentation globale. Mars 2015

La complexité administrative vue par les Français Enquête 2014 Volet Particuliers Présentation globale. Mars 2015 La complexité administrative vue par les Français Enquête 2014 Volet Particuliers Présentation globale Mars 2015 1 Contexte et objectifs Le SGMAP a confié à l institut BVA la réalisation du terrain d enquête

Plus en détail

APPEL A COMMUNICATION

APPEL A COMMUNICATION APPEL A COMMUNICATION Le GDR Psychiatrie et le GDR Vision co-organisent une conférence scientifique sur le thème : Lille les 5 et 6 juin 2014 Présentation La séméiologie psychiatrique classique est particulièrement

Plus en détail

Traitement de l information et processus de mémorisation

Traitement de l information et processus de mémorisation Traitement de l information et processus de mémorisation Dans traitement de l information on entend ; mémorisation, raisonnement, conceptualisation, imagination. Le traitement de l info est connu sous

Plus en détail

aptitudes fondamentales, lesquelles traversent à la fois les domaines d apprentissage et l ensemble de la scolarité» (p. 6). Catégoriser permet de

aptitudes fondamentales, lesquelles traversent à la fois les domaines d apprentissage et l ensemble de la scolarité» (p. 6). Catégoriser permet de Introduction Enseigner c est «faire apprendre une science, un art, une discipline à quelqu un, à un groupe, le lui expliquer en lui donnant des cours, des leçons» ( Enseigner, s.d.). Apprendre, toujours

Plus en détail

Dynamique des entreprises apprenantes et apprentissage organisationnel (cas du modèle «Lean Management»)

Dynamique des entreprises apprenantes et apprentissage organisationnel (cas du modèle «Lean Management») 1 Dynamique des entreprises apprenantes et apprentissage organisationnel (cas du modèle «Lean Management») Auteur Zahir MESSAOUDENE Version 1.0 Date 24/01/2012 CERSYL Centre d'etudes & de Recherche du

Plus en détail

Le Programme MBCT. Par Nancy Poirier, M.Ps Programme des Troubles Bipolaires Hôpital Douglas

Le Programme MBCT. Par Nancy Poirier, M.Ps Programme des Troubles Bipolaires Hôpital Douglas Le Programme MBCT Par Nancy Poirier, M.Ps Programme des Troubles Bipolaires Hôpital Douglas Définitions MBCT: Mindfulness-Based Cognitive Therapy for Depression Ou La Thérapie Cognitive Basée sur la Pleine

Plus en détail

De la complexité dans la relation thérapeutique : l approche autopoïétique

De la complexité dans la relation thérapeutique : l approche autopoïétique De la complexité dans la relation thérapeutique : l approche autopoïétique David Tordeurs Docteur en Psychologie Cliniques universitaires UCL Mont-Godinne Introduction Psychologie Psychothérapie Complexité

Plus en détail

les enfants avec autisme Isabelle TOULLEC AUTISME LANDES

les enfants avec autisme Isabelle TOULLEC AUTISME LANDES les enfants avec autisme Isabelle TOULLEC AUTISME LANDES MORCENX, LE 17 FEVRIER 2012 DESCRIPTION DE L AUTISME Léo Kanner (Etats-Unis, 1943) : 1ère description de l autisme Etude portant sur 11 enfants

Plus en détail

INTERVENTION PRÉVENTIVE

INTERVENTION PRÉVENTIVE INTERVENTION PRÉVENTIVE Par Michel Oligny MSS Travailleur social Toute reproduction d une partie quelconque de ces textes par quelque procédé que ce soit, est strictement interdite sans l autorisation

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALITES DEFINITION. Difficultés dans les apprentissages scolaires

INTRODUCTION GENERALITES DEFINITION. Difficultés dans les apprentissages scolaires Apprendre au collège Quelles souffrances? Quelles solutions? TROUBLES PSYCHOAFFECTIFS DANS LES TROUBLES DES APPRENTISSAGES. Le point de vue du pédopsychiatre. Dr S. SERRET Pédopsychiatre Service de Psychiatrie

Plus en détail

LA FIBROMYALGIE VOYAGE DANS LE CERVEAU 1 ère partie

LA FIBROMYALGIE VOYAGE DANS LE CERVEAU 1 ère partie LA FIBROMYALGIE VOYAGE DANS LE CERVEAU 1 ère partie NO BRAIN = NO PAIN Douleurs chroniques rebelles Bretagne douleurchronique.bretagne@laposte.net http://douleurchronique.canalblog.com TROUBLE SOMATOFORME

Plus en détail

CONSIGNES POUR LE CHOIX DES TEMOINS (La présente notice accompagne la présentation du même nom)

CONSIGNES POUR LE CHOIX DES TEMOINS (La présente notice accompagne la présentation du même nom) CONSIGNES POUR LE CHOIX DES TEMOINS (La présente notice accompagne la présentation du même nom) Sélection du témoin : Le témoin doit être en mesure de parler de sa propre expérience sur le sujet et bien

Plus en détail

12 octobre De la Fragilité de la Personne Agée à l Evaluation Gérontologique

12 octobre De la Fragilité de la Personne Agée à l Evaluation Gérontologique 12 octobre 2010 De la Fragilité de la Personne Agée à l Evaluation Gérontologique Concept de fragilité Approche psychique Intervention du Docteur FREDET Psychiatre Fédération de Géronto-Psychiatrie Centre

Plus en détail

FORMATION AU DEBRIEFING DANS LE CADRE DE LA SIMULATION

FORMATION AU DEBRIEFING DANS LE CADRE DE LA SIMULATION 1 FORMATION AU DEBRIEFING DANS LE CADRE DE LA SIMULATION 2 La simulation se définit comme une pratique pédagogique confrontant les étudiants ou professionnels de santé à une situation de soins reconstituée

Plus en détail

MEX.B001CM La méthode expérimentale 27/03/06

MEX.B001CM La méthode expérimentale 27/03/06 MEX.B001CM La méthode expérimentale 27/03/06 PREMIERE PARTIE : INTRODUCTION _ Place importante de l enseignement des méthodes dans la formation de la psychologie _ En tant que pratique professionnelle,

Plus en détail

Le travail de re-socialisation. un exemple : la Visite à Domicile

Le travail de re-socialisation. un exemple : la Visite à Domicile Le travail de re-socialisation un exemple : la Visite à Domicile Remarques à propos de la psychopathologie... la psychopathologie - particulièrement lorsqu il s agit du domaine des psychoses, génère chez

Plus en détail

Evaluation neuropsychologique et de l humeur chez les traumatisés crâniens

Evaluation neuropsychologique et de l humeur chez les traumatisés crâniens 11èmes Rencontres Inter régionales de Médecine Physique, Nice, 27.03.09 Evaluation neuropsychologique et de l humeur chez les traumatisés crâniens Dr Michel BENOIT Service de Psychiatrie Pole des Neurosciences

Plus en détail

Formation à la psychothérapie cognitive et comportementale : quels processus pour quels résultats? Perspectives de recherche

Formation à la psychothérapie cognitive et comportementale : quels processus pour quels résultats? Perspectives de recherche Valentino Pomini, Diana Ortega Formation à la psychothérapie cognitive et comportementale : quels processus pour quels résultats? Perspectives de recherche 1. Introduction La formation en TCC en Europe

Plus en détail

Outil d observation, d évaluation et de structuration d activités de groupe OOESAG FICHE 2

Outil d observation, d évaluation et de structuration d activités de groupe OOESAG FICHE 2 1 Outil d observation, d évaluation et de structuration d activités de groupe OOESAG FICHE 2 Présentation et mode d emploi de l outil FICHE 1 : description du groupe FICHE 2 : suivi du groupe Date : Cliquez

Plus en détail

Ma Mairie et Moi. Objectifs opérationnels. Une démarche globale qui peut être séquencée. Moyens pédagogiques. Les effets attendus

Ma Mairie et Moi. Objectifs opérationnels. Une démarche globale qui peut être séquencée. Moyens pédagogiques. Les effets attendus Ma Mairie et Moi Intervenante(s) : Un intervenant d ANI et un animateur de la structure d accueil Connaître la mairie et son fonctionnement Identifier les acteurs institutionnels de la mairie Identifier

Plus en détail

L approche pédagogique Reggio Emilia. Au quotidien

L approche pédagogique Reggio Emilia. Au quotidien L approche pédagogique Reggio Emilia Au quotidien «Les enfants sont des êtres forts, riches et compétents. Tous ont la capacité, le potentiel, la curiosité et le désir de construire leur apprentissage

Plus en détail

5 prestations RH. ð Recrutement. ð Pré-recrutement. ð Mise en relation de candidatures. ð Evaluation de vos salariés permanents

5 prestations RH. ð Recrutement. ð Pré-recrutement. ð Mise en relation de candidatures. ð Evaluation de vos salariés permanents Nos prestations RH 5 prestations RH Recrutement Pré-recrutement Mise en relation de candidatures Evaluation de vos salariés permanents Fidélisation de vos salariés non permanents Recrutement Process d

Plus en détail

LA FIDÉLISATION DES COLLABORATEURS ENJEUX ET PISTES DE RÉFLEXION

LA FIDÉLISATION DES COLLABORATEURS ENJEUX ET PISTES DE RÉFLEXION LA FIDÉLISATION DES COLLABORATEURS ENJEUX ET PISTES DE RÉFLEXION Turn Over : chiffres et enjeux L intégration, première étape de la fidélisation Le développement professionnel, levier de motivation et

Plus en détail

Et si l objectif d une formation était de rendre "compétent"?

Et si l objectif d une formation était de rendre compétent? Et si l objectif d une formation était de rendre "compétent"? Autour de l article de D NGUYEN et JG BLAIS de l Université de Montréal : «Approche par Objectifs ou approche par Compétences? Repères conceptuels

Plus en détail

PROJET «TOP DEPART» Une semaine de coaching professionnel intensif pour se lancer. Projet TOP DEPART INFREP Drôme /5.

PROJET «TOP DEPART» Une semaine de coaching professionnel intensif pour se lancer. Projet TOP DEPART INFREP Drôme /5. PROJET «TOP DEPART» Une semaine de coaching professionnel intensif pour se lancer 2016 Projet TOP DEPART INFREP Drôme 2016 1/5 www.infrep.org 1/ Contexte «En ou hors périodes de crises, le taux d emploi

Plus en détail

Description des cours : Éducation à la petite enfance 0-6 ans (AEC) L éducateur et sa profession. Numéro de cours : 322-E04-NF Session : 1

Description des cours : Éducation à la petite enfance 0-6 ans (AEC) L éducateur et sa profession. Numéro de cours : 322-E04-NF Session : 1 L éducateur et sa profession Numéro de cours : 322-E01-NF Session : 1 Ce cours permet de découvrir et de distinguer les différentes réalités de la profession d éducatrice ou éducateur, les types de services

Plus en détail

Evaluateur du projet : UMR EFTS, Université de Toulouse

Evaluateur du projet : UMR EFTS, Université de Toulouse Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ÉTAPE SUR L EVALUATION AU 31 DÉCEMBRE 2010 RÉDIGÉE PAR

Plus en détail

Les études de massokinésithérapie

Les études de massokinésithérapie IRFSS LIMOUSIN Les études de massokinésithérapie Annexe V de l arrêté du Le portfolio Bruno ROUILLON. 1 Le portfolio Généralités L organisation des stages (p1 à 8) Le rôle des acteurs (p9) L évaluation

Plus en détail

LIVRET du PARTICIPANT. Action de formation nationale DÉMARCHE PALLIATIVE ET ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES EN FIN DE VIE Services Non Spécialisés

LIVRET du PARTICIPANT. Action de formation nationale DÉMARCHE PALLIATIVE ET ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES EN FIN DE VIE Services Non Spécialisés LIVRET du PARTICIPANT Action de formation nationale 2014 DÉMARCHE PALLIATIVE ET ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES EN FIN DE VIE Services Non Spécialisés Responsable de la formation : Axelle BARDIN Référent

Plus en détail

Virginie Montagnino - MV3 - L accès de l homme au parfum Sous la direction de M. Ladwein, directeur de mémoire RESUME

Virginie Montagnino - MV3 - L accès de l homme au parfum Sous la direction de M. Ladwein, directeur de mémoire RESUME Virginie Montagnino - MV3 - L accès de l homme au parfum Sous la direction de M. Ladwein, directeur de mémoire RESUME Longtemps ignoré par les entreprises de parfumerie-cosmétique, l homme surgit, à la

Plus en détail

LA PEUR DE LA RÉCIDIVE DU

LA PEUR DE LA RÉCIDIVE DU LA PEUR DE LA RÉCIDIVE DU CANCER: COMMENT VIVRE AVEC UNE ÉPÉE DE DAMOCLÈS AU-DESSUS DE LA TÊTE? Aude Caplette-Gingras, Ph.D., psychologue spécialisée en oncologie, Centre des maladies du sein Deschênes-Fabia,

Plus en détail

Consultation d Annonce en cancérologie (CsA) Ph Rougier

Consultation d Annonce en cancérologie (CsA) Ph Rougier Consultation d Annonce en cancérologie (CsA) Ph Rougier Sce HépatoGastroentérologie, Oncologie Digestive Fédération des Spécialités Digestives Hop Ambroise Paré, Boulogne PRINCIPES CONDITIONS Consultation

Plus en détail

L évaluation des postes

L évaluation des postes L évaluation des postes Plan L évaluation des postes : Définition Les principaux objectif d une évaluation des postes Le processus d évaluation Les finalités d une évaluation des postes Les méthodes d

Plus en détail

La chambre des erreurs, intérêts et limites dans le développement de la culture qualité et sécurité des soins

La chambre des erreurs, intérêts et limites dans le développement de la culture qualité et sécurité des soins La chambre des erreurs, intérêts et limites dans le développement de la culture qualité et sécurité des soins 1 er octobre 2015 Dr Valérie VALOT, Frédéric MELINE Cellule Qualité / Gestion des risques associés

Plus en détail

la Composition (d histoire)

la Composition (d histoire) la Composition (d histoire) Définition : la composition est une démonstration. l'épreuve se décompose en trois temps : 1- l'analyse du sujet. 2- la Construction du plan. 3- la Rédaction du devoir. l'analyse

Plus en détail

Catalogue. Formation

Catalogue. Formation Catalogue de Formation Pôle régional de compétences en éducation et Promotion de la Santé En Limousin Notre mission Soutenir les acteurs de terrain dans la mise en oeuvre de projets et de programmes en

Plus en détail

DEPRESSION DE LA PERSONNE AGEE COLLOQUE DU 26 MAI 2016 DR DURAND

DEPRESSION DE LA PERSONNE AGEE COLLOQUE DU 26 MAI 2016 DR DURAND DEPRESSION DE LA PERSONNE AGEE COLLOQUE DU 26 MAI 2016 DR DURAND MESSAGE N 1 LA DEPRESSION DU SUJET AGEE EST DIFFICILE A REPERER CAR ELLE PEUT SE PRESENTER SOUS DES FORMES DIVERSES ET ATYPIQUES MESSAGE

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DU DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL. DISCOURS DE M. Christophe BOUCHARD Directeur des Français à l étranger

MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DU DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL. DISCOURS DE M. Christophe BOUCHARD Directeur des Français à l étranger 1 MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DU DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL DISCOURS DE M. Christophe BOUCHARD Directeur des Français à l étranger A L OCCASION DE LA RENCONTRE SUR «Les relations entre les conseils

Plus en détail

La simulation globale, pourquoi faire? Comment faire. Gilles Bitard CP FLS académie de la Guyane

La simulation globale, pourquoi faire? Comment faire. Gilles Bitard CP FLS académie de la Guyane La simulation globale, pourquoi faire? Comment faire Gilles Bitard CP FLS académie de la Guyane Qu est ce que c est? Tableau extrait de la conférence d Evelyn ROSEN, Lille 3 : source Eduscol JEUX DE RÔLE

Plus en détail

Laura Beltran Marie Hélène Lemonnier. L accompagnement psychologique des adolescentes enceintes

Laura Beltran Marie Hélène Lemonnier. L accompagnement psychologique des adolescentes enceintes Laura Beltran Marie Hélène Lemonnier L accompagnement psychologique des adolescentes enceintes Un accompagnement spécifique de l'adolescente enceinte (1) Selon l Organisation mondiale de la santé (OMS),

Plus en détail

Vivre en équilibre dans l entreprise Gérer ses émotions de façon efficace

Vivre en équilibre dans l entreprise Gérer ses émotions de façon efficace Vivre en équilibre dans l entreprise Gérer ses émotions de façon efficace Cours du 12 novembre 2012 Philippe BARAN «N oublions pas que les petites émotions sont les grands capitaines de nos vies et qu

Plus en détail

FORMATIONS PROFESSIONNELLES SYNTHESE

FORMATIONS PROFESSIONNELLES SYNTHESE FORMATIONS PROFESSIONNELLES SYNTHESE A l occasion de son 40 ème anniversaire dans le domaine du soin en addictologie, le Centre ADAJE a mis au point deux formations liées à l approche culturelle. En effet,

Plus en détail

Le pouvoir d agir. La participation des habitants ; de quoi parle-t-on? Comment s y prendre?

Le pouvoir d agir. La participation des habitants ; de quoi parle-t-on? Comment s y prendre? Offre de formation 2013 Le pouvoir d agir Appui à la vie associative Projets sociaux des collectivités locales Projet associatif Actions citoyennes Bénévolat Développement social local La participation

Plus en détail

L évolution des systèmes de management ISO 9001 et ISO

L évolution des systèmes de management ISO 9001 et ISO L évolution des systèmes de management ISO 9001 et ISO 14 001 9 Décembre 2014 AGENDA 1. Pourquoi réviser ces normes? Contexte, enjeux et calendrier 2. Les principales évolutions 2.1 Nouvelle structure

Plus en détail

Canevas pour les bonnes pratiques

Canevas pour les bonnes pratiques Canevas pour les bonnes pratiques Juillet 2015 Canevas pour les bonnes pratiques Ce canevas contient des informations essentielles sur les bonnes pratiques ainsi qu un formulaire à remplir (page 3) afin

Plus en détail

AIRES FONCTIONNELLES

AIRES FONCTIONNELLES AIRES FONCTIONNELLES Sommaire : LOBES et AIRES LOBE FRONTAL : aires motrices LOBE TEMPORAL : aires auditives, aires olfactives LOBE OCCIPITAL : aires visuelles LOBE PARIÉTAL : aires tactiles, aires gustatives

Plus en détail

De la naissance àl adolescence, Le. trajet de la confiance

De la naissance àl adolescence, Le. trajet de la confiance De la naissance àl adolescence, Le DE LA NAISSANCE A L ADOLESCENCE, LE TRAJET DE LA CONFIANCE trajet de la Véronique DEBOUNY Sabine GENOT Sylvie HASTIR 20/9/2012 «Soigner en toute» Debouny Véronique, Genot

Plus en détail

CQP ANIMATEUR PERISCOLAIRE 2015

CQP ANIMATEUR PERISCOLAIRE 2015 CEMEA Poitou-Charentes 34 boulevard François Albert 86000 POITIERS 05-49-88-07-61 accueil@cemea-poitou-charentes.org CQP ANIMATEUR PERISCOLAIRE 2015 Le contenu de la formation Module de positionnement

Plus en détail

La Gestalt-thérapie. Conférence organisée par L Association des Psychologues de l Enfance et de l Adolescence

La Gestalt-thérapie. Conférence organisée par L Association des Psychologues de l Enfance et de l Adolescence La Gestalt-thérapie Conférence organisée par L Association des Psychologues de l Enfance et de l Adolescence Mardi 16 février 2016 Nanterre Université Intervenants : Arnaud Sébal, directeur de l IFAS-

Plus en détail

Séminaires Développement & Carrières. Connaissance de soi >> Evaluation >> Positionnement

Séminaires Développement & Carrières. Connaissance de soi >> Evaluation >> Positionnement P R O G R A M M E D E S S É M I N A I R E S Séminaires Développement & Carrières 2008 2009 Connaissance de soi >> Evaluation >> Positionnement > 2 L expertise de spécialistes au service de votre développement

Plus en détail

Classification des démences

Classification des démences Démences Définition La démence se caractérise principalement par une altération de la mémoire à court terme et à long terme, associées à une altération du jugement et à d autres altérations des fonctions

Plus en détail

QUESTIONS / RÉPONSES

QUESTIONS / RÉPONSES La dépression de l adolescent comment repérer et prendre en charge? QUESTIONS / RÉPONSES SOMMAIRE En quoi la dépression de l adolescent est-elle spécifique par rapport aux autres tranches d'âge?... 2 Quelle

Plus en détail

PROJET DE RECUEIL DE RÉCITS

PROJET DE RECUEIL DE RÉCITS PROJET DE RECUEIL DE RÉCITS La coconstruction de récit : jumelage entre des élèves d adaptation scolaire et des élèves de classe ordinaire Émilie Lapointe, Congrès ITA 2016 (v1. 7) IDÉE DE DÉPART Souhait

Plus en détail

Présentation d un protocole d évaluation systématique dans les situations de négligence

Présentation d un protocole d évaluation systématique dans les situations de négligence Présentation d un protocole d évaluation systématique dans les situations de négligence Robert Pauzé, directeur scientifique Myriam Girouard, travailleuse sociale Mai 2014 Déroulement de la présentation

Plus en détail

Recrutement d un Coordinateur en ETP

Recrutement d un Coordinateur en ETP ! 2012 : Souhait de développer une culture éducative commune à tous les professionnels de la santé afin de permettre à tout patient du territoire un accès au soin éducatif " «L Educ attitude» au quotidien

Plus en détail

Modèle Cognitif du Stress

Modèle Cognitif du Stress LE STRESS Modèle Cognitif du Stress Expérience Entraînement Exigences liées à la situation Fatigue Méconnaissance Ressources perçues Exigences perçues Il y a réaction de stress lorsque les exigences perçues

Plus en détail

Charte de l alternance. Les clés d un apprentissage réussi dans le réseau CCCA-BTP

Charte de l alternance. Les clés d un apprentissage réussi dans le réseau CCCA-BTP Charte de l alternance Les clés d un apprentissage réussi dans le réseau CCCA-BTP ENTREPRISE Je soussigné(e) représentant(e) de l entreprise en qualité de Accueil Je fais connaître l organisation de mon

Plus en détail

REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES CAHIER DES CHARGES D UN PARCOURS EDUCATIF

REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES CAHIER DES CHARGES D UN PARCOURS EDUCATIF REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES CAHIER DES CHARGES D UN PARCOURS EDUCATIF L activité est la succession d actions qui est fondée sur un besoin, qui répond à un intérêt, qui est déclenchée par un choix, qui

Plus en détail

Master of Science en Sciences de l éducation Programme d études approfondies : Pédagogie/Psychologie (60 crédits ECTS)

Master of Science en Sciences de l éducation Programme d études approfondies : Pédagogie/Psychologie (60 crédits ECTS) Master of Science en Sciences de l éducation Programme d études approfondies : Pédagogie/Psychologie (60 crédits ECTS) Ce programme vise à approfondir les concepts, notions et théories scientifiques de

Plus en détail

La fiche de poste Mode d emploi

La fiche de poste Mode d emploi Outils et repères La fiche de poste Mode d emploi Définition La fiche de poste est un outil dans la gestion du personnel. Il s agit d une «carte d identité du poste occupé par un agent». Elle décrit les

Plus en détail

L infirmière libérale et le Gestionnaire de cas Chantal FIECHTER - I.D.E. libérale

L infirmière libérale et le Gestionnaire de cas Chantal FIECHTER - I.D.E. libérale L infirmière libérale et le Gestionnaire de cas Sommaire Rappel de ce qu est et ce que fait l infirmière libérale Rappel du rôle de l infirmière libérale Présentation de la DSI Comment et pourquoi les

Plus en détail

«Je souffre de psychose, est-ce dangereux?»

«Je souffre de psychose, est-ce dangereux?» «Je souffre de psychose, est-ce dangereux?» Journée de sensibilisation à la détection et au traitement précoce des premières psychoses Rivière-du-Loup, le 10 octobre 2014 Dre Sophie L Heureux Membre du

Plus en détail

Nancy Huston L espèce fabulatrice

Nancy Huston L espèce fabulatrice «Devenir soi ou plutôt se façonner un soi c est activer, à partir d un contexte familial et culturel donné, toujours particulier, le mécanisme de la narration.» Nancy Huston L espèce fabulatrice 1 GROUPE

Plus en détail

Adaptations et applications de la thérapie d acceptation et d engagement en psychopathologie de l enfant et de l adolescent

Adaptations et applications de la thérapie d acceptation et d engagement en psychopathologie de l enfant et de l adolescent Adaptations et applications de la thérapie d acceptation et d engagement en psychopathologie de l enfant et de l adolescent Mehdi LIRATNI Docteur en Psychologie Psychologue Université Lyon II Laboratoire

Plus en détail

AIDE MEDICO-PSYCHOLOGIQUE ANNEXE 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.3 DOMAINES DE COMPETENCES

AIDE MEDICO-PSYCHOLOGIQUE ANNEXE 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.3 DOMAINES DE COMPETENCES DOMAINE DE COMPETENCES COMPETENCES INDICATEURS DE COMPETENCES DC1 : CONNAISSANCE DE LA PERSONNE 1/1 Situer la personne aidée au stade de son développement - Connaissance générale des différentes étapes

Plus en détail

Les effets du stress sur les enseignants du secondaire et les conséquences sur la performance attendue

Les effets du stress sur les enseignants du secondaire et les conséquences sur la performance attendue Les effets du stress sur les enseignants du secondaire et les conséquences sur la performance attendue FOURNIER Sandrine Docteure en sciences de gestion Qualifiée Maître de conférences Groupe 4 : La gestion

Plus en détail

KURT LEWIN : (9Septembre Février 1947)

KURT LEWIN : (9Septembre Février 1947) KURT LEWIN : (9Septembre 1890-12Février 1947) Psychologue et sociologue Américain, Kurt est né dans une famille juive en Allemagne ; il fut le deuxième d une famille de quatre enfants ses parents étaient

Plus en détail

Accord collectif national de la branche Caisse d Epargne sur l amélioration des Conditions de Travail.

Accord collectif national de la branche Caisse d Epargne sur l amélioration des Conditions de Travail. Accord collectif national de la branche Caisse d Epargne sur l amélioration des Conditions de Travail. 1 ère partie :! Evaluation de la charge! Mesure et maitrise du temps de travail! Espaces d autonomie!

Plus en détail

Autrem handi : peins moi mon avenir, je suis carencé et alors!

Autrem handi : peins moi mon avenir, je suis carencé et alors! Isabelle Lefauqueur Autrem handi : peins moi mon avenir, je suis carencé et alors! L accompagnement vers un mieux être 2 2 Remerciements A mon époux et mes enfants qui ont participé malgré eux à cette

Plus en détail

Le modèle psychanalytique. Le modèle humaniste

Le modèle psychanalytique. Le modèle humaniste Le modèle psychanalytique Le modèle humaniste «Le deuil est régulièrement la réaction à la perte d une personne aimée ou d une abstraction mise à sa place, la patrie, la liberté, un idéal etc. L action

Plus en détail

ANALYSE DE L ENQUETE SUR LES DEMARCHES D EVALUATION

ANALYSE DE L ENQUETE SUR LES DEMARCHES D EVALUATION ANALYSE DE L ENQUETE SUR LES DEMARCHES D EVALUATION ETAT DES LIEUX SUR LES DEMARCHES D EVALUATION INTERNE ET EXTERNE DES STRUCTURES DU SECTEUR SOCIAL / MEDICO-SOCIAL ADHERENTES A L URIOPSS DES PAYS DE

Plus en détail

L autisme en Rhône-Alpes : personnes sont prises en charge par les établissements médico-sociaux

L autisme en Rhône-Alpes : personnes sont prises en charge par les établissements médico-sociaux N 2009-09- L - Mai 2009 Au 31 décembre 2006, environ 1 100 adultes et autant d enfants souffrant d autisme ou d une pathologie apparentée sont pris en charge par un établissement ou service médico-social

Plus en détail

Bilan d orientation jeune

Bilan d orientation jeune BGL CONSEIL Bilan d orientation jeune Brigitte Guerci-Leroux 06.88.82.19.06 01.34.83.25.73 bri.guerci@gmail.com 1 BGL Conseil SOMMAIRE A NOTRE COMPRÉHENSION DE VOS BESOINS P.3 B POURQUOI NOTRE CABINET?

Plus en détail

Le but de l outil Présentation de l outil

Le but de l outil Présentation de l outil Outil - Photolangage PRÉSENTATION PRESENTATIE PRESENTATION LE PROJET HET PROJECT THE PROJECT TABLEAU DE BORD DASHBOARD Le but de l outil Présentation de l outil Sources Forces Faiblesses RAPPORT FINAL

Plus en détail

BATIR ET AMELIORER SON SYSTEME D APPRECIATION

BATIR ET AMELIORER SON SYSTEME D APPRECIATION BATIR ET AMELIORER SON SYSTEME D APPRECIATION Bâtir et faire évoluer son système d'appréciation. Se doter de critères pertinents pour son entreprise. Se positionner en tant que conseil dans l'entretien

Plus en détail

Logement et déficience intellectuelle au Québec : un état de situation

Logement et déficience intellectuelle au Québec : un état de situation Logement et déficience intellectuelle au Québec : un état de situation Par Lucie Dumais et Jean Proulx LAREPPS, UQAM Comité national de recherche sur le logement Groupe de travail sur les besoins particuliers

Plus en détail

Dr N.GOLOVKINE CRA CHAMPAGNE ARDENNE

Dr N.GOLOVKINE CRA CHAMPAGNE ARDENNE Dr N.GOLOVKINE CRA CHAMPAGNE ARDENNE 1944 : Hans Asperger : psychopathie autistique 1981 : Lorna Wing : le Syndrome d Asperger 1988 : First International Conference on Asperger Syndrom à Londres 1989 :

Plus en détail

LES ENFANTS ET ADOLESCENTS

LES ENFANTS ET ADOLESCENTS LES ENFANTS ET ADOLESCENTS SOUFFRANT DE TOC À GENÈVE Immersion en Communauté 2010 Joëlle Bonin, Clare Fischer, Claudia Martins, Elise Thomet TABLE DES MATIÈRES Axes développés Définition Prévalence et

Plus en détail

Cadre général. C Belio JM Caire P Sureau

Cadre général. C Belio JM Caire P Sureau Handicap : Concept et historique Cadre général C Belio JM Caire P Sureau «HAND IN CAP» HANDICAP Terme récent, remplace les termes d infirme dinfirme, d invalide. De l anglais «hand in cap» (la main dans

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir pour exercer le métier de wedding planner. FORMATION WEDDING PLANNER en 10 modules

Tout ce qu il faut savoir pour exercer le métier de wedding planner. FORMATION WEDDING PLANNER en 10 modules Tout ce qu il faut savoir pour exercer le métier de wedding planner FORMATION WEDDING PLANNER en 10 modules Pourquoi se former au métier de wedding planner? Le métier de wedding planner est encore un métier

Plus en détail

École de la SEP PRO 2013 Mme SANCHEZ Ariane, Psychologue clinicienne RRASEP, HCL

École de la SEP PRO 2013 Mme SANCHEZ Ariane, Psychologue clinicienne RRASEP, HCL École de la SEP PRO 2013 Mme SANCHEZ Ariane, Psychologue clinicienne RRASEP, HCL Troubles psychocomportementaux et SEP Une intrication complexe entre: Des phénomènes neuropsychobiologiques (troubles cognitifs

Plus en détail