RENOUVELLEMENT DU PROJET DE TERRITOIRE DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES VALLEE DE L HERAULT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RENOUVELLEMENT DU PROJET DE TERRITOIRE DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES VALLEE DE L HERAULT"

Transcription

1 RENOUVELLEMENT DU PROJET DE TERRITOIRE DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES VALLEE DE L HERAULT COMPTE RENDU DE LA REUNION DE RESTITUTION DES ENJEUX DU TERRITOIRE GIGNAC, 20 NOVEMBRE 2013 p. 1

2 SOMMAIRE Rappel du processus... 3 La concertation du projet de territoire... 3 Le projet de territoire et l agenda 21 LOCAL... 3 Genèse des enjeux présentés lors de la réunion... 4 Objectifs et déroulement de la réunion... 4 Objectifs... 4 Déroulement... 4 Participants... 5 Echanges, résultats des votes et retours écrits des participants par enjeu... 7 Présentation globale des enjeux... 8 Développement économique... 9 Agriculture Tourisme et loisirs Services à la population Culture Patrimoine Environnement Habitat Urbanisme Cohérence territoriale Mobilité Gouvernance et participation Evolution de la vision des enjeux globaux Evaluation Questionnaire de satisfaction Un point essentiel qui n a pas été abordé selon vous pour le futur projet de territoire Une recommandation pour la suite Propositions de réorganisation des enjeux à la suite de la réunion Annexe - liste des participants (par ordre alphabétique du nom) p. 2

3 RAPPEL DU PROCESSUS LA CONCERTATION DU PROJET DE TERRITOIRE Le processus de concertation du projet de territoire se déroule sur deux ans. Durant cette période, plusieurs temps de concertation sont dédiés à alimenter le projet de territoire de la Communauté de communes Vallée de l Hérault. Réunions de concertation Réunion de lancement (juin 2013) Réunions diagnostic et enjeux (juinoctobre 2013) Réunion élus (diagnostic, enjeux, actions) (printemps 2014) Réunions sur les actions (été 2014) Réunions de restitution Réunion de restitution diagnostic et enjeux (novembre 2013) Réunion de restitution des actions (automne 2014) LE PROJET DE TERRITOIRE ET L AGENDA 21 LOCAL Cette concertation va nourrir un projet de territoire qui demandera la reconnaissance Agenda 21 local au Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie. Cela signifie que le territoire désire s engager plus clairement vers un développement économique respectueux de l environnement et permettant l épanouissement des personnes, autrement dit un «développement durable». Pour se faire, le projet devra répondre aux 5 finalités du 21 ème siècle : La lutte contre le changement climatique et la protection de l atmosphère La préservation de la biodiversité et la protection des milieux et des ressources La cohésion sociale et la solidarité entre territoires et entre générations L épanouissement de tous les êtres humains et la qualité de vie Des dynamiques de développement suivant des modes de production et de consommation responsables Il devra également suivre les 5 modalités d actions suivantes : La participation des acteurs L organisation du pilotage La transversalité des approches Une évaluation partagée Une stratégie d amélioration continue p. 3

4 GENESE DES ENJEUX PRESENTES LORS DE LA REUNION Durant les 3 ateliers des différents groupes (acteurs-usagers, élus, services de la communauté de communes), un diagnostic a été réalisé. Ceci a permis de faire émerger les forces et faiblesses du territoire ainsi que des enjeux et leurs composantes (qui font consensus ou non). Nous avons dans un premier temps regroupé ces composantes au sein d enjeux plus larges (ex. développement économique). Puis pour chacun de ces enjeux généraux, nous avons formulé une courte explication qui donne l orientation générale de cet enjeu qui ressort des 3 groupes de travail. De ce fait, certaines composantes se retrouvent parfois dans un enjeu alors qu elles mériteraient peut être d être traitées de manière plus transversale. Il est également à noter que l hétérogénéité des composantes fait que parfois des éléments très particuliers et d autres plus larges se retrouvent ensemble. Une fois ce travail réalisé, nous l avons pré-validé avec le groupe de suivi du projet (acteurs du territoire qui suivent et donnent leurs avis sur la méthodologie avec le service Prospective territoriale au sein de la collectivité), afin de nous assurer que nous n avions pas dénaturé le travail des participants et que cette organisation faisait sens. OBJECTIFS ET DEROULEMENT DE LA REUNION OBJECTIFS Le premier objectif de la réunion était de présenter à l ensemble des participants la synthèse du résultat des 3 groupes de travail (Acteurs-usagers, élus, techniciens de la communauté de communes), et de pouvoir s accorder sur leur formulation, leur pertinence, leur cohérence. La suite du processus consistera à définir des objectifs et des actions pour répondre aux enjeux formulés. Chacun des groupes de travail aura à travailler sur ces enjeux, probablement en petits groupes thématiques suivant les choix des participants. Il est donc nécessaire de pouvoir s entendre au préalable sur une priorisation commune de ces enjeux pour que chacun puisse travailler sur les thèmes de son choix tout en sachant que la priorité collective pourrait être donnée à d autres sujets. Le deuxième objectif de cette réunion était donc de prioriser les différents enjeux sortis des groupes de travail. Evidemment, le vote effectué par les participants n est pas un vote formel mais plutôt une photographie des tendances à l instant T avec les participants en présence. Ce vote pourra tout de même éclairer les choix futurs. Il ne s agit pas de dire à l issue de cette priorisation que les enjeux ayant reçu le moins de vote ne seront pas traités, mais bien qu ils sont jugés comme moins prioritaires pour le moment et pour les personnes présentes. DEROULEMENT La réunion s est tenue entre 9h30 et 13h30 le mercredi 20 novembre et s est déroulée comme suit : 1. Introduction par M. Jover (Maire de Gignac) et M. Villaret (Président de la Communauté de communes Vallée de l Hérault) 2. Rappel des différentes réunions et du processus 3. Explication du système de boitiers de vote électronique et tests 4. Présentation et hiérarchisations par vote électronique des enjeux généraux 5. Présentation des composantes d enjeu sur le développement économique, l agriculture, le tourisme et les loisirs. Les composantes d enjeu étaient présentées à 3 voix : Clément Geney de Lisode pour les exprimer, Samuel Jaulmes de la communauté de communes pour proposer une perception du territoire qui explique ces composantes (en se basant sur le travail des forces et p. 4

5 faiblesses formulées par les participants à la concertation), et Florian Cezard d équinéo pour faire le lien avec l Agenda Discussion entre les participants (les participants étaient invités à discuter avec leurs voisins immédiats sur leurs réactions à la présentation) 7. Recueil des réactions des participants (les participants étaient invités à faire remonter les réactions qu ils avaient à la suite des discussions avec leurs voisins) 8. Priorisation des composantes par vote électronique (les participants votaient sur les composantes d enjeu avec un nombre de choix déterminé en fonction du nombre de composantes) 9. Réactions sur la priorisation (les participants pouvaient réagir à la priorisation affichée à l écran) 10. Présentation des composantes de l enjeu services à la population 11. Discussion entre les participants 12. Recueil des réactions des participants 13. Priorisation des composantes par vote électronique 14. Réactions sur la priorisation 15. Présentation des composantes des enjeux culture, patrimoine et environnement 16. Discussion entre les participants 17. Recueil des réactions des participants 18. Priorisation des composantes par vote électronique 19. Réactions sur la priorisation 20. Présentation des composantes pour les enjeux habitat, urbanisme et cohérence territoriale 21. Discussion entre les participants 22. Recueil des réactions des participants 23. Priorisation des composantes par vote électronique 24. Réactions sur la priorisation 25. Présentation des composantes des enjeux mobilité, gouvernance et participation citoyenne 26. Discussion entre les participants 27. Recueil des réactions des participants 28. Priorisation des composantes par vote électronique 29. Réactions sur la priorisation 30. Nouveau vote de priorisation sur les enjeux généraux (les participants ont été invité à prioriser de nouveau ces enjeux au regard des composantes de chacun) 31. Evaluation par les participants de la réunion (les participants ont pu remplir un questionnaire pour faire remonter leurs appréciations écrites de chaque enjeu et de leurs composantes mais aussi de leur appréciation de l atelier) 32. Conclusion par M. Villaret, Président de la Communauté de communes Vallée de l Hérault. PARTICIPANTS Les participants des 3 groupes de travail étaient invités à cette réunion, ainsi que ceux qui étaient intéressés par la démarche et étaient venus au séminaire de lancement du 20 juin Chaque participant était muni d un boitier de vote électronique. La liste des participants se trouve en annexe. Nous avons pu en savoir un peu plus sur les participants et leurs motivations grâce aux boitiers de vote. Nous avons voulu connaitre la représentation des différents groupes dans la salle. Le résultat est présenté cidessous. p. 5

6 Elus du territoire 23% Acteurs institutionnels 33% Usagers et professionnels du territoire Services de la CCVH 17% 20% Autres 6% On peut noter que ces proportions sont plutôt satisfaisantes, puisqu elles montrent un réel intérêt des élus et techniciens de la collectivité (respectivement presque un quart et un cinquième des participants), mais également la présence non négligeable de ses partenaires (un tiers de la salle) et de ses usagers (un cinquième environ des personnes présentes). Nous avons ensuite posé la question de la représentativité de l ensemble des groupes d âges dans l assemblée des participants (nous verrons plus loin que ce point peut influer sur certains enjeux et composantes). La pyramide d âges des participants est présentée ci-dessous. On note une claire sous-représentation de la tranche d âge la plus jeune. Moins de 30 ans Entre 31 et 45 ans Entre 45 et 60 ans Plus de 60 ans 6 % 23 % 34 % 37 % Nous avons également voulu savoir quelles étaient les attentes des participants vis-à-vis de cet atelier, parmi une liste de possibilités (ils pouvaient voter sur 2 options). p. 6

7 Pour avoir les premiers résultats des ateliers 37% Pour continuer à travailler sur les enjeux du territoire 46% Pour continuer d échanger avec les autres acteurs Pour rencontrer les autres acteurs 11% 21% Parce que vous vous souciez de l avenir de ce territoire 64% Pour les temps conviviaux (repas, pause-café, ) Autre s 5% 2% On note une majorité de participants concernés par l avenir du territoire de la vallée de l Hérault, ce qui montre qu ils ont compris l intérêt du projet de territoire pour encadrer ce futur. De plus, presque une moitié de la salle désirait continuer à travailler avec la collectivité sur les enjeux du territoire : le travail effectué leur parait probablement utile et pas désagréable. Un cinquième des personnes présentes ont également trouvé important de rencontrer les autres acteurs, avec qui elles avaient pu ou non travailler précédemment. ECHANGES, RESULTATS DES VOTES ET RETOURS ECRITS DES PARTICIPANTS PAR ENJEU Nous présentons ici les résultats des échanges de ce temps de restitution. Pour chaque enjeu, nous donnons d abord les résultats du vote de priorisation de ses composantes (pour rappel les pourcentages correspondent au pourcentage de personnes parmi les participants qui ont choisi de mettre la composante comme prioritaire). Puis sont rédigés les avis émis par les participants (à l oral avant le vote et après le vote, ainsi qu à l écrit sur les feuilles d évaluation de la réunion). Enfin, nous présentons le pourcentage d adhésion à la formulation de l orientation sous-tendue derrière chaque enjeu, ainsi que les propositions de reformulation, d après les questionnaires rendus à l issue de la réunion ou par mail. Nous avons également ajouté un cadre de réflexion sur la pertinence de cet enjeu au regard de l Agenda 21. p. 7

8 PRESENTATION GLOBALE DES ENJEUX Avant de détailler chaque enjeu et ses composantes, nous avons présenté aux participants les enjeux généraux ainsi que les orientations sous-tendues derrière chacun de ceux-ci. Les participants ont pu prioriser ces enjeux au moyen des boitiers de vote (chaque participant pouvait choisir 4 enjeux prioritaires). Il en ressort la priorisation présentée dans le tableau ci-dessous. Nombre de votants : 98. Enjeux 1 - Développement économique : Un développement économique créateur d'emplois, mieux articulé avec l agglomération de Montpellier et plus centré sur le terroir et son économie 2 - Agriculture : Une agriculture durable, de qualité, à haute valeur paysagère et économiquement viable 3 - Tourisme et loisirs : Un tourisme et des loisirs de qualité, équilibrés et permettant l'accueil de séjours sur plusieurs jours 4 - Services à la population : Des services à la population de qualité, accessibles et adaptés aux besoins du territoire 5 - Culture : Une offre culturelle de qualité, coordonnée et équilibrée sur le territoire Pourcentage de votants considérant l enjeu comme prioritaire 78% 43% 24% 47% 14% 6 - Patrimoine : Un patrimoine valorisé et transmis aux plus jeunes 11% 7 - Environnement : Une gestion durable de toutes les ressources du territoire 31% 8 - Habitat : Un habitat accessible à tous, durable, créateur de lien social et au service du cadre de vie 9 - Urbanisme : Un urbanisme maitrisé et équilibré qui prenne en compte les paysages, les patrimoines et les habitants 10 - Cohérence territoriale : Une cohérence territoriale à l'échelle de la CCVH et au-delà 11 - Mobilité : Des déplacements fluides et adaptés à tous les usages et usagers, une mobilité alternative au véhicule personnel 12 - Gouvernance et participation : Une gouvernance intercommunale faisant une place aux citoyens et répondant à leurs besoins 22% 42% 20% 31% 26% p. 8

9 DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE «Un développement économique créateur d'emplois, mieux articulé avec l agglomération de Montpellier et plus centré sur le terroir et son économie» COMPOSANTES DE L ENJEU ET HIERARCHISATION PAR LES PARTICIPANTS REACTIONS DES PARTICIPANTS EN PLENIERE «Est-ce pertinent de placer le développement économique comme premier point à aborder? Ne partons-nous pas un peu à l envers? Le développement économique n est-il pas plutôt une composante qui découle de tous les autres enjeux? Les premières questions à se poser seraient alors : Quels types d entreprises souhaite-t-on? Quels sont les besoins locaux?» Cédric PARINELLO, AD POPULUM «Il manque une composante sur l économie solidaire et associative.» Sylvie CARPIER, Secours Populaire «Il manque une composante sur l insertion.» Jérôme CASSEVILLE, Maison de l Emploi Cœur d Hérault «Il faut considérer deux choses : les ressources et les usages c'est-à-dire les services publiques proposés et les entreprises réceptacles. Je retrouve mal ses deux composantes dans ce qui est proposé. Il y a besoin de créer des passerelles entre les besoins des entreprises et ce que l on peut amener en termes de services publiques. Notamment, la notion de temps est très différente entre ses deux entités: il faudrait travailler sur ce point (en l intégrant à la composante 2).» Jacques BEAUCLAIR, Embouteillage services «Où trouve-t-on quelque chose sur l utilisation des ressources naturelles? Veut-on uniquement parler de filière bois? Je pense qu il faut étendre ce point.» Vincent MONTEL, DDTM «Il y a un besoin d équilibrer les implantations économiques sur l ensemble du territoire. Cela doit se retrouver aussi dans l enjeu cohérence territoriale» Johan PORCHER, DDTM «Il serait bon d étendre ce travail aux autres communautés de communes voisines.» Jacques BEAUCLAIR, Embouteillages service REACTIONS DES PARTICIPANTS PAR RETOURS ECRITS La formulation de l enjeu vous convient-elle? Développement économique PROPOSITION DE REFORMULATION DE L ENJEU Nombre de réponses Pourcentage des questionnaires Sans réponse 7 18% Pas du tout 2 5% Pas vraiment 8 20% Un peu 6 15% Absolument 17 43% Un développement économique créateur d emplois, mieux articulé avec l agglomération de Montpellier et plus centré sur le terroir et son économie. Il ne faut pas oublier le lien avec les autres communautés de communes du pays sur la dimension économique. Il faut une complémentarité (pôle d équilibre) avec l agglomération de Montpellier. Il y a nécessité de travailler en synergie avec la métropole. L aspect de Montpellier est trop prépondérant. Il faudrait l enlever de cet enjeu. Montpellier n a rien à faire dans le titre, il s agit ici du territoire de la CCVH. La référence à l agglomération de Montpellier n a rien à faire dans le titre car il s agit du projet de territoire de la vallée de l Hérault et cette notion ne ressort pas dans tous les items présentés. Il s agit plus de vœux, avec quelques propositions justifiées d orientations. L articulation avec l agglomération de Montpellier n apparait pas dans les développements. Notre territoire est en lien avec le bassin de Montpellier, nous ne pouvons le nier, il faut jouer la complémentarité et le local : répondre aux besoins locaux, appuyer sur les ressources et les compétences locales (à développer). Le lien économique ne doit pas être pensé uniquement avec le lien vers Montpellier. Le territoire s inscrit dans une dynamique plus large avec des échanges sur le pays, le biterrois, le piscénois etc. Toutes les activités sont vectrices de production économique. Il est important de le poser comme cela et de penser le champ économique de façon très large. Il semble nécessaire d aller vers un accompagnement des porteurs de projets pour faciliter les initiatives entrepreneuriales Il faut insister sur la formation scolaire et professionnelle en donnant les moyens de consolider l existant (Lycée agricole) et créer des filières débouchant sur des métiers plus actuels, telles la domotique, les énergies nouvelles, la climatisation Il manque une mention au soutien à l artisanat d art dans le cadre de label Ville et Métiers d Art. PERTINENCE AGENDA 21 Cette thématique est un enjeu essentiel de tout projet de territoire et donc d un Agenda 21, puisqu une finalité sur les 5 lui est entièrement consacrée. Si l on retrouve dans les composantes le souci du développement et du maintien d activités économiques «durables» et l ouverture aux questions d accès à la formation, les aspects liés à l économie sociale et solidaire, à l insertion par le travail ou encore à l accompagnement des acteurs économiques vers la responsabilité sociétale des entreprises ne doivent pas être oubliés. p. 9

10 AGRICULTURE Une agriculture durable, de qualité, à haute valeur paysagère et économiquement viable. COMPOSANTES DE L ENJEU ET HIERARCHISATION PAR LES PARTICIPANTS REACTIONS DES PARTICIPANTS EN PLENIERE «J ai le sentiment qu on parle beaucoup de viniculture et qu on laisse peu de place à d autres types d agriculture» Cédric PARINELLO, AD POPULUM «Il manque une composante sur comment gérer les terres incultes de nos territoires» Michel COUSTOL, Maire de Saint-Bauzille-de-la-Sylve «Il faut prendre en compte le changement climatique notamment avec la composante sur le besoin d irrigation agricole.» Jacques BEAUCLAIR, Embouteillage services «Il y a besoin d expliciter si l on parle de l agriculture bio ou au moins raisonnée à travers le terme «agriculture de qualité» Danielle MORALES, Mairie de Plaissan «Il faut ajouter une composante maraichage et circuits-courts. Concernant la viticulture, il suffit de poursuivre dans la lancée. Mais en termes de maraichage, on est en train de baisser la garde. Notre territoire possède des terres à l arrachage, arrosables, ensoleillées : il y a donc les ressources nécessaires. Le problème est qu on est en train de perdre les travailleurs. Dans le cadre de l A21, il faudrait en effet réfléchir à promouvoir la production et la consommation sur place. Il faudrait imaginer en ce sens des partenariats avec les grosses enseignes, restaurants, cantines.» Claude CARCELLER, Maire de Montpeyroux «Il faut appuyer la composante en direction de la jeunesse, c est l aspect le plus important. En ce sens, nous avons besoin de créer des nouveaux outils : bourses, tutorats, mutualisation entre plusieurs prestataires pour permettre l installation en commun.» Bernadette GAZEL, Cave coopérative de St Saturnin «Il faudrait ajouter une composante sur l analyse de la consommation des sols.» Monique PETARD, Conseil Général de l Hérault «Le maintien de la viticulture renvoi au besoin de fixer le foncier agricole. Une possibilité serait de mobiliser l outil PAEN.» Monique PETARD, Conseil Général de l Hérault REACTIONS DES PARTICIPANTS APRES LE VOTE «Je suis étonné par le faible taux de vote pour la composante viticulture : ce n est sans doute pas moins important mais cela signifie plutôt qu on a déjà avancé sur ce point, qu il faut maintenir nos efforts, et qu en parallèle il faut à présent s investir sur d autres chantiers qui, eux, ont été pour le moment moins regardés (ceux qui sont ressortis avec beaucoup de vote).» Samuel JAULMES, CCVH REACTIONS DES PARTICIPANTS PAR RETOURS ECRITS La formulation de l enjeu vous convient-elle? Agriculture PROPOSITION DE REFORMULATION DE L ENJEU Nombre de réponses Pourcentage des questionnaires Sans réponse 7 18% Pas vraiment 2 5% Un peu 6 15% Absolument 25 63% Il faut favoriser la commercialisation des circuits. La notion de proximité, de circuits-courts doit être affichée plus clairement. S approprier «économiquement viable» (sous-entendu dans «durable»). Que veut dire «économiquement viable»? La variable économique doit intégrer les conséquences à long terme, par exemple la monoculture de la vigne et ses conséquences sur l appauvrissement des sols. L importance du pastoralisme dans la région pour les rotations, les sols, les paysages Il faut favoriser l installation de nouvelles exploitations et le lancement d initiatives Bio, de mutualisation des moyens. Il faut développer la communication et l événementiel «VIN». La pastoralisme a façonné le paysage de ce «pays» et a permis au sol d alimenter vignes et céréales. Une collectivité peut décider d aider certaines productions afin d intégrer et de penser des «services à la collectivité» donnés et non valorisés économiquement (ouverture des paysages, désherbage, fumure des sols ). Il faut mettre en parallèle à l agriculture, la sylviculture, et pas simplement la production agricole, la sylviculture étant une composante très importante des paysages. La viticulture est toujours promue au détriment d autres productions agricoles tant végétales qu animales, alors qu un enjeu réside dans la diversification et la recherche d une satisfaction des besoins locaux. PERTINENCE AGENDA 21 Une agriculture durable, de qualité, à haute valeur environnementale et économiquement viable. Si les composantes économiques, paysagères, humaines et environnementales sont présentes et mises en avant dans cet enjeu, le lien avec le changement climatique aura toute pertinence à être souligné (vulnérabilité et adaptation des territoires et activités). À ce titre, l irrigation est une des problématiques amenées à s intensifier mais ne doit pas être vue seulement par un problème d accès : elle soulève les questions de conflits d usage, de pratiques viticoles, d adaptation des cépages et plus largement, de la diversification de l agriculture. p. 10

11 TOURISME ET LOISIRS Un tourisme et des loisirs de qualité, équilibrés et permettant l'accueil de séjours sur plusieurs jours COMPOSANTES DE L ENJEU ET HIERARCHISATION PAR LES PARTICIPANTS REACTIONS DES PARTICIPANTS APRES LE VOTE : «Je me demande si le faible taux de la composante 5 n est pas le fait que les participants juge ce point mois important, mais plutôt que la communauté de communes a déjà avancé sur ce point et qu il faut mettre la priorité sur les autres composantes ressorties en tête.» Samuel JAULMES, CCVH «La question de la fiscalité locale doit être posée. Elle est trop faible pour entretenir les patrimoines locaux des petites communes. Il y a besoin d une politique intercommunale d aide au financement de l entretien de ce patrimoine.» Jean-Marcel JOVER, Maire de Gignac «Si nous comparons les scores des composantes 6 et 7 de l enjeu Tourisme, on peut noter une résistance à aller vers une entraide globale, le choix semble plutôt de rester centré sur chaque village. J aimerai entendre s il y a d autre lecture que celle-là?» Monique PETARD, Conseil Général de l Hérault «Se limiter à promouvoir un équilibre de développement Nord-Sud est un peu restrictif. Il faut aussi considérer l aspect Est-Ouest. Mais le Grand site reste en effet la locomotive sur lequel il reste à accrocher les wagons.» Gérard CABELLO, Maire de Montarnaud REACTIONS DES PARTICIPANTS PAR RETOURS ECRITS La formulation de l enjeu vous convient-elle? Tourisme et loisirs PROPOSITIONS DE REFORMULATION DE L ENJEU Nombre de réponses Pourcentage des questionnaires Sans réponse 9 23% Pas vraiment 4 10% Un peu 11 28% Absolument 16 40% Il faut mobiliser les acteurs privés dans les discussions et surtout privilégier le tourisme local en lien avec les territoires limitrophes. Le tourisme local est trop ignoré dans les services proposés. Il faut aller vers une mise en synergie des différents sites. L accueil sur plusieurs jours n est pas abordé dans les composantes. Il faut mieux formuler «séjours sur plusieurs jours». La gestion de l accueil sur plusieurs jours doit être un sous-thème. Pourquoi le tourisme est-il un enjeu à lui tout seul? Ne faut-il pas réduire la question du tourisme à une simple composante du développement économique ou/et agricole? Il faut créer et aider la politique d hébergement. Il y a des passerelles à faire entre tourisme, culture et patrimoine. La question de la desserte en transport collectif devrait être dans la mobilité (composante 7 sur le diaporama). Il manque une composante à part entière sur la question de l hébergement touristique : qualité, diversité et offre insuffisante. Regrouper dans un même enjeu ce qui relève du tourisme et ce qui relève des loisirs pour les habitants ne permet pas d aborder la question des loisirs de façon autre que celle des équipements et de l accès aux équipements. Manque une offre systématique de supports touristiques et d information en occitan, des visites en langue occitane, des visites du patrimoine occitan local. La notion d accueil sur plusieurs jours ne ressort nulle part et on est dans le détail. Il s agit d une thématique à l intérieur de l enjeu tourisme. Le mélange du tourisme et des loisirs amène à des propositions irréalistes : oui à l équilibrage du territoire en matière de loisirs par rapport aux habitants, mais le développement touristique se focalise sur des sites ou des équipements exceptionnels. Faire croire le contraire sera générateur de déceptions et de rancœur. Plutôt que de stigmatiser le «tourisme de masse», mieux vaut simplement parler d un accueil touristique de qualité respectant les individus et les sites. Mieux vaut parler d un soutien aux professionnels du secteur plutôt que d une professionnalisation. Préférer «l association» des acteurs privés à la définition des politiques du tourisme a leur «implication», qui viendra alors naturellement. Un tourisme et des loisirs de qualité, équilibrés, permettant l accueil sur plusieurs jours et tenant compte / mettant en avant le patrimoine culturel et linguistique de la région. Un tourisme et des loisirs (++!) de qualité, équilibrés, permettant l accueil sur plusieurs jours et répondant aux besoins de la population locale. Un tourisme et des loisirs de qualité, équilibrés et permettant l accueil sur plusieurs jours. Un tourisme et des loisirs de qualité, équilibrés et permettant l accueil sur plusieurs jours. PERTINENCE AGENDA 21 Si les définitions d un tourisme durable sont nombreuses et diverses, une base commune reste certainement la nécessité d un tourisme cohérent, au service des atouts du territoire (ici la culture, l agriculture, l environnement et les paysages notamment) et qui profite à ses habitants dans le respect du cadre de vie actuel. Toutefois, ici comme pour de nombreux enjeux, les composantes sur l adaptation au changement climatique manquent certainement, ne serait-ce qu en commençant à s interroger sur les effets potentiels à terme. p. 11

12 SERVICES A LA POPULATION Des services à la population de qualité, accessibles et adaptés aux besoins du territoire. COMPOSANTES DE L ENJEU ET HIERARCHISATION PAR LES PARTICIPANTS REACTIONS DES PARTICIPANTS EN PLENIERE «L accessibilité aux droits (Composante 5) me semble être un sujet transversal et concerner toute la population» Josiane LIGONNIERE, Conseil de développement Cœur d Hérault «Il est fait ici une grande place aux politiques enfance/petite enfance, il faudrait peut-être prendre en compte une politique plus globale en termes de services.» Gilbert RIEU, CG34 «N a-t-on pas oublié les adolescents? C est la tranche d âges qui pose le plus de "problèmes"» Michel COUSTOL, Maire de Saint-Bauzille de-la- Sylve «Il faut ajouter une composante : lutte contre l exclusion, la pauvreté» Wanda FANTINO, Sous-préfecture de Lodève «L accueil périscolaire concerne-t-il la réforme des rythmes scolaires?» Gérard CABELLO, Maire de Montarnaud «Le re-questionnement des rythmes scolaires ne peut pas faire l objet d un débat au sein du projet de territoire mais des réponses pourraient être apportées aux bouleversements engendrés.» Samuel JAULMES, CCVH «Notre territoire est composé de bourgs-centres et de petits villages autours : il faut travailler dans ce cadre sur l accessibilité aux droits. On a besoin d apporter du professionnalisme en terme de réponse, les amener (ces petits villages) vers l autonomie et la prise de responsabilités. Cela peut passer par la création de CIAS.» Bernard FABREGUETES, Communauté de communes du Clermontais REACTIONS DES PARTICIPANTS PAR RETOURS ECRITS La formulation de l enjeu vous convient-elle? Services à la population Nombre de réponses Pourcentage des questionnaires Sans réponse 10 25% Pas vraiment 2 5% Un peu 7 18% Absolument 21 53% Il faudrait préciser ce qu on entend par service à la personne qui reste un terme flou. Il faut que cela réponde surtout aux besoins des habitants!! Il n y a rien pour les plus de 14 ans et les adolescents. Près de 20% de la population de la vallée de l Hérault se situe entre 15 et 29ans ; les différentes composantes ne prennent pas en compte cette population! Il y a nécessité de réfléchir et mettre en œuvre une politique jeunesse au niveau du territoire. La formulation est trop restrictive par public et se "limite" quasiment à la petite enfance. Il faut prendre en considération tous les acteurs et leurs besoins en lien avec les ressources existantes. Il y a des sous-enjeux à rajouter comme «développer l intergénérationnel» ; «Les ados» ; «Lutte contre l exclusion, la pauvreté, la délinquance» Il est important de le faire en ayant en tête la lutte contre les exclusions et les inégalités. Pourquoi réduire à des services, pourquoi ne pas travailler sur le «bien vivre» en Cœur d Hérault et donc sur les besoins de la population en terme de services, mais aussi de liens sociaux, de lieux et de moyens de rencontre, de solidarité de social. Les transports et l embellissement des villages ne doivent pas être conçus que pour le tourisme! Il faut créer des pôles attractifs. PROPOSITIONS DE REFORMULATION DE L ENJEU PERTINENCE AGENDA 21 Des services à la population de qualité, accessibles et adaptés aux besoins des habitants. Des services à la population de qualité, accessibles à tous et adaptés aux besoins du territoire. Des services de qualité à la population, accessibles et adaptés aux besoins du territoire. Des services à la population de qualité, accessibles et adaptés aux besoins du territoire. L enjeu sur les services est certainement celui où la porte d entrée vers les finalités plus sociales de l Agenda 21 peut logiquement se faire : création de liens, aide aux plus démunis, qualité de vie Si celles-ci sont bien présentes, il semble tout de même manquer une partie plus générale sur les questions de solidarités, d entraides et de liens et ce, à tous les âges. p. 12

13 CULTURE Une offre culturelle de qualité, coordonnée et équilibrée sur le territoire COMPOSANTES DE L ENJEU ET HIERARCHISATION PAR LES PARTICIPANTS REACTIONS DES PARTICIPANTS EN PLENIERE «Il faudrait ajouter une composante pour favoriser la pratique en plus de l offre» Daniel OUSTRAIN, Demain la terre «La culture est à considérer comme un outil de valorisation du patrimoine, elle peut ainsi être également reliée au tourisme. Il faut promouvoir une vision globale de cet ensemble.» Luca FRANCESCHI, CIE dell Improvviso «Le même exercice est en train d être fait au Pays : restitution prévue le 6 décembre. Je note des échos très fort entre ces 2 travaux, notamment sur le fait d affirmer que le territoire est porteur d une culture forte.» Thierry LANIESSE, Pays Cœur d Hérault «Il faut défendre la vision d un développement culturel irrigant le territoire. Le mot clé pour cela est la coordination. Il existe beaucoup de compagnies sur le territoire. Les différents acteurs du territoire ne pourront pas répondre tous à toute cette offre (il y en a trop). La sortie par le haut serait de se coordonner pour que chacun trouve au moins une réponse. Trois grands pôles sont proposés pour organiser cette coordination : Lodève, Gignac et Clermont l Hérault.» Monique PETARD, Conseil Général de l Hérault «Il y aurait des besoins de mutualisation et coordination sur les équipements sportifs et culturels, notamment pour favoriser leur accès.» Jean-Marcel JOVER, Maire de Gignac «La représentativité de la salle en termes d âges nous permet-elle de répondre à la place de personnes (les jeunes) qui ne sont pas forcément présentes?» Ludovic LECLERC, Pôle emploi Agence de Clermont l Hérault REACTIONS DES PARTICIPANTS APRES LE VOTE «Je suis un peu surpris que la composante 2 (valorisation des initiatives culturelles locales) n est pas récoltée plus de suffrages car c est le cœur du territoire!» Gérard CABELLO, Maire de Montarnaud «Il faut faire attention d expliciter si la culture locale c est la culture traditionnelle. On nous dit qu il y a beaucoup de nouveaux arrivants qui ont des envies de pratiques nouvelles (locales mais pas forcément traditionnelles) : est-ce que cela pourrait expliquer le faible score de cette composante 2?» Monique PETARD, Conseil Général de l Hérault «Une autre lecture pourrait être, comme précédemment pour la viticulture, que la culture locale a déjà été beaucoup mise en avant ; qu il y a le souhait de poursuivre cet effort mais en parallèle de s engager davantage sur de nouveaux chantiers (ceux qui auraient récoltés plus de suffrage).» Clément GENEY, Lisode REACTIONS DES PARTICIPANTS PAR RETOURS ECRITS La formulation de l enjeu vous convient-elle? Culture PROPOSITIONS DE REFORMULATION DE L ENJEU Nombre de réponses Pourcentage des questionnaires Sans réponse 5 13% Pas vraiment 5 13% Un peu 11 28% Absolument 19 48% Une offre culturelle de qualité qui met en valeur le patrimoine et développe sa compétence d échanges, due à sa spécificité. Une vie culturelle qui met en valeur les nombreux acteurs culturels professionnels du Cœur d Hérault. Une pratique culturelle de qualité, coordonnée et équilibrée sur le territoire. Une action culturelle de qualité, coordonnée et équilibrée sur le territoire. Une offre culturelle de qualité, coordonnée et équilibrée sur le territoire, ayant le souci d intégrer une programmation culturelle en occitan (théâtre, musique, spectacle de rue ). Il faut renforcer la prise en compte des acteurs associatifs. Il faut étudier le principe des coopérations entre privé et public. Il faut préciser ce qu on entend par culture. Il faut intégrer une programmation occitane. L offre culturelle doit être aussi accessible en termes de contenu de l offre. Il faut une coordination des structures existantes et une mutualisation des lieux de diffusion. Il faut préserver le milieu associatif et ne pas lancer de politiques de centralisation. La coordination doit être portée par une «coopérative» culturelle de différents acteurs plutôt que par un acteur institutionnel. Certaines composantes ne sont pas claires. A préciser, détailler chaque item pour une meilleure compréhension. Il faudrait créer un Pays d Art et d Histoire. Il faut parler de «pratiques» culturelles, sportives ou de loisirs plutôt que «d offre» : on offre un spectacle ou un enseignement et on favorise une pratique La notion d offre est réductrice, il faut parler d une action culturelle. Il faut se poser la question de la prise en charge financière du fonctionnement. L accompagnement / l aide aux métiers d art (artisans céramistes notamment, mais pas seulement) n apparait pas alors que c est un enjeu important du territoire! Là aussi peut-être, l angle Métiers d Art sous le volet de la création contemporaine. Dans la liste des enjeux n apparait pas la nécessité de travailler en complémentarité avec les établissements déjà sur le territoire, avant même de voir dans les territoires voisins! Dans les composantes de l enjeu, il ne faut pas parler de coordination mais de soutien à l offre culturelle. PERTINENCE AGENDA 21 Pour certains, la culture est considérée comme le 4 ème pilier du développement durable, et il existe même des Agenda 21 de la culture. En faire ici un enjeu à part entière dans cette réflexion sur le projet de territoire traduit une réelle particularité locale. Toutefois, il faut être attentif à ce que cette particularité ne fasse pas oublier l importance des loisirs et du sport dans l épanouissement, qui sont peu abordés ou uniquement sous l angle de l équipement. p. 13

14 PATRIMOINE Un patrimoine valorisé et transmis aux plus jeunes. COMPOSANTES DE L ENJEU ET HIERARCHISATION PAR LES PARTICIPANTS REACTIONS DES PARTICIPANTS EN PLENIERE «Le patrimoine ne concerne pas que les jeunes, il ne faut pas oublier les «autochtones» moins jeunes et les nouveaux arrivants de tous âges.» Daniel OUSTRAIN, Demain la terre «La culture est à considérer comme un outil de valorisation du patrimoine, elle peut ainsi être également reliée au tourisme. Il faut promouvoir une vision globale de cet ensemble.» Luca FRANCESCHI, CIE dell Improvviso «Il faut dynamiser la politique patrimoniale, c'est-à-dire voir le patrimoine comme vivant et non figé» Bernard FABREGUETES, Communauté de communes du Clermontais «L occitan pourrait être une composante irriguant tous les enjeux et non pas limité à sa simple valorisation» Sylvie CARPIER, Secours Populaire (Saint André de Sangonis) REACTIONS DES PARTICIPANTS APRES LE VOTE «Je ne comprends pas bien la lecture des 29% (faible score) de la composante 2 (transmission aux jeunes). On a beaucoup dit avant qu il était important d intégrer les jeunes. Il me semble que si cela ne passe pas par la culture alors par où cela passe-t-il?» Josiane LIGONNIERE, Conseil de développement Cœur d Hérault REACTIONS DES PARTICIPANTS PAR RETOURS ECRITS La formulation de l enjeu vous convient-elle? Patrimoine PROPOSITIONS DE REFORMULATION DE L ENJEU Nombre de réponses Pourcentage des questionnaires Sans réponse 7 18% Pas vraiment 11 28% Un peu 10 25% Absolument 12 30% Un patrimoine valorisé et transmis à la population (jeunes, nouveaux arrivants ). Un patrimoine (culturel, bâti, naturel ) valorisé et transmis aux plus jeunes. Un patrimoine matériel et immatériel valorisé et transmis aux plus jeunes. Des patrimoines préservés, valorisés et transmis aux plus jeunes. Un patrimoine valorisé et transmis à tous. Un patrimoine identitaire préservé, valorisé et transmis aux plus jeunes. Un patrimoine naturel, culturel et linguistique valorisé et transmis aux plus jeunes. Des patrimoines valorisés, transmis et mis à disposition des publics. Il faut incarner le Patrimoine, le rendre vivant et en mouvement. Il ne faut pas être sur une vision passéiste, conservatrice, mais plutôt sur la rencontre des cultures, l ouverture à l Autre qui nous est différent. Pourquoi seulement aux plus jeunes? Ne serait-il pas plus intéressant de favoriser l appropriation par les habitants (nouveaux, jeunes, adultes ) de leur patrimoine? «Patrimoine et jeune»? La transmission aux jeunes doit être plus clairement définie. La transmission ne doit pas s arrêter aux jeunes. La question de la transmission aux jeunes doit être un sous-thème. Il ne faut pas voir la jeunesse comme seulement un groupe de personnes à «former» mais plutôt comme une source de dynamisme et de devenir pour le territoire. Il faut préciser la nature du patrimoine (culturel, bâti, naturel ) («identité»). L ajout de mots signifiants parait souhaitable (exemple «matériel et immatériel») Il faut rajouter la notion de préservation car mettre en valeur sans restaurer, ni préserver, est parfois difficile Il faut rajouter les notions de «préservation» et «d identité». Pour «la préservation du patrimoine naturel (dont la biodiversité) et paysager» : plutôt que de préservation, parler de gestion. C est un thème à intégrer plus fortement dans l enjeu «culture». L accompagnement / l aide aux métiers d art (artisans céramistes notamment, mais pas seulement) n apparait pas alors que c est un enjeu important du territoire! En particulier la langue de la région à laquelle tous les habitants de la CCVH ont droit. La transmission aux plus jeunes ne ressort pas dans les thématiques présentées. Pourquoi transmis aux plus jeunes? Cela semble restrictif, la transmission doit être à l égard de tous, et pas que sur une cible. Il vaudrait mieux parler de transmission des patrimoines, car on entend actuellement par patrimoine autant le patrimoine bâti que le patrimoine paysager ou le patrimoine immatériel, comme les savoir-faire ou la littérature orale par exemple. Le patrimoine peut aussi avoir été pendant longtemps fermé au public (résultats de fouilles archéologiques par exemple) et l objectif est alors son ouverture. Valorisation des savoir-faire et du patrimoine artisanal et industriel (Métiers d Art) manquante. PERTINENCE AGENDA 21 Ouvrant sur les questions d identité locale, de transmission et d intergénérationnel, ou encore de protection de l environnement et du paysage, cet enjeu est transverse et important dans un projet de territoire durable. p. 14

15 ENVIRONNEMENT Une gestion durable de toutes les ressources du territoire. COMPOSANTES DE L ENJEU ET HIERARCHISATION PAR LES PARTICIPANTS REACTIONS DES PARTICIPANTS EN PLENIERE «Il faut diminuer l aspect conservation de l environnement (mise sous cloche) et permettre l accès au site (ce qui va dans le sens de la sensibilisation plutôt que de l interdiction). Et au-delà de sensibiliser et communiquer, il faut aussi former et permettre l appropriation.» Daniel OUSTRAIN, Demain la terre «Il faut parler de gestion plutôt que de conservation. La qualité d un site est très liée aux usages.» Sophie GIRAUD, La Boissière environnement «Concernant l état de la ressource en eau, une analyse prospective serait nécessaire (évaluer l évolution des besoins pour adapter la gestion)» Sophie GIRAUD, La Boissière environnement «Voir affiché une volonté de politique globale de développement des énergies renouvelables sur le territoire est une bonne chose» Jean- Claude CROS, maire La Boissière «Sur l aspect énergétique, les réflexions présentées ici feront échos au plan climat qui est en train d être défini à l échelle du Pays. Les termes de dépendance énergétique/précarité énergétique, sont des termes qui reviennent également souvent dans les débats au Pays, mais qui apparaissent peu ici : il serait bon d ajouter une composante en ce sens.» Thierry LANIESSE, Pays Cœur d Hérault REACTIONS DES PARTICIPANTS APRES LE VOTE «J entends bien la volonté de favoriser une politique énergétique globale plutôt que par filières (ce qui pourrait expliquer le faible score de la composante bois énergie).» Samuel JAULMES, CCVH «Je note que la gestion économique du foncier à un rôle assez bas. Peut-on l analyser comme le fait que cela a déjà été traité dans d autres enjeux?» Monique PETARD, Conseil Général de l Hérault REACTIONS DES PARTICIPANTS PAR RETOURS ECRITS La formulation de l enjeu vous convient-elle? Environnement Nombre de réponses Pourcentage des questionnaires Sans réponse 9 23% Pas vraiment 1 3% Un peu 8 20% Absolument 22 55% Il faut recenser, préparer l avenir, multiplier les actions : énergies renouvelables, eau La gestion durable et économe est peut-être en opposition avec le développement! Il faut préciser la gestion durable de la ressource en eau. Il faut développer les économies d eau, de déchets, d énergie. Consommons moins, consommons mieux. Il faut conserver les atouts de la «ruralité». Cela passe par l urbanisme et la gestion de l eau. Mais que veut dire «durable? Il faut confronter cet enjeu avec tous les autres pour vérifier s il y a des compatibilités ou des contradictions dans les différentes affirmations. Ajouter «la protection» à «la préservation» du fleuve Hérault. Préciser «sans oublier les ressources immatérielles comme la langue occitane». PROPOSITIONS DE REFORMULATION DE L ENJEU PERTINENCE AGENDA 21 Une gestion durable de toutes les ressources du territoire par le grand public et les professionnels. Une gestion durable et économe de toutes les ressources du territoire. Une gestion durable de toutes les ressources matérielles et immatérielles du territoire. Volet souvent considéré comme central dans un Agenda 21, l environnement est un enjeu complexe au cœur de représentations et d attentes parfois contradictoires. Les composantes soulevées traduisent bien cette diversité et balayent ici les principaux points auxquels on peut s attendre pour le territoire. Malgré tout, plusieurs termes demandent sans doute à être précisés (politique énergétique globale, gestion économe ). La sensibilisation des acteurs locaux reste un élément fondamental à élargir à tous les enjeux. p. 15

16 HABITAT Un habitat accessible à tous, durable, créateur de lien social et au service du cadre de vie. COMPOSANTES DE L ENJEU ET HIERARCHISATION PAR LES PARTICIPANTS REACTIONS DES PARTICIPANTS EN PLENIERE «A propos du logement social, on ne pense pas aux personnes âgées qui vivent dans les centres anciens, dans des habitats à la limite de l insalubrité. Il faudrait ajouter une composante en ce sens.» Michel COUSTOL, Maire de Saint-Bauzille-de-la-Sylve «Il est difficile de choisir entre les 6 composantes d enjeu proposées car elles sont absolument à prendre en compte simultanément» Gérard CABELLO, Maire de Montarnaud «Il faut ajouter une composante sur l habitat locatif. En tant que locataire, on a des difficultés à améliorer l état énergétique de son logement. Des initiatives existent sur le territoire mais elles sont pour le moment accessibles uniquement aux propriétaires.» Cédric PARINELLO, AD POPULUM «Il manque une composante sur la lutte contre l habitat indigne» Jérôme CASSEVILLE, Maison de l Emploi du Cœur d Hérault «On peut aussi penser à d autres formes d habitats plus modernes, pas forcément collectif : il y a aussi des innovations au niveau de l habitat individualiste autre que le recours aux lotissements.» Jérôme CASSEVILLE, Maison de l Emploi du Cœur d Hérault «On parle peu du patrimoine bâti ancien : quelle rénovation, quelle mise aux normes? Il faut faire le lien avec la composante 3 de l enjeu urbanisme (revitalisation et rénovation des centres anciens).» Josiane LIGONNIERE, Conseil de développement Cœur d Hérault «Il faut penser aux jeunes également dans la diversification de l offre de logement. Il y a actuellement peu de T1 / T2 dans les nouvelles constructions.» Jean-Marcel JOVER, Maire de Gignac REACTIONS DES PARTICIPANTS PAR RETOURS ECRITS La formulation de l enjeu vous convient-elle? Habitat PROPOSITIONS DE REFORMULATION DE L ENJEU Nombre de réponses Pourcentage des questionnaires Sans réponse 9 23% Pas vraiment 1 3% Un peu 9 23% Absolument 21 53% Il faut faire apparaitre la lutte contre l habitat «indigne» et la notion de rénovation du bâti ancien. Il ne faut pas oublier l habitat indigne. La déclinaison des items ne reprend pas l aspect : L accessibilité à tous : notion de type de publics (personnes âgées, jeunes ) L entretien et les travaux des maisons par les propriétaires occupants et les bailleurs Le manque de petits logements. Il faudrait privilégier les nouvelles (différentes) formes d habitats. Peut-être fallait-il ajouter les aides, en parlant des programmes en liaison avec l ANAH? Que signifient «durable» et «au service du cadre de vie»? Le lien social et le cadre de vie font partie de la notion d urbanisme car en soi, l habitat ne crée pas du lien social : c est une composante d un projet urbain. PERTINENCE AGENDA 21 Un habitat digne accessible à tous, durable, créateur de lien social et au service du cadre de vie. Un habitat accessible à tous, durable, créateur de lien social et au service du cadre de vie économe sur les ressources (eau, énergie etc ). Un habitat accessible à tous, durable et de qualité, créateur de lien social et au service du cadre de vie. En termes d énergie et de climat, mais aussi de qualité de vie et d accès aux besoins essentiels, urbanisme et habitat font certainement partie des leviers majeurs. À ce titre, la composante sur l éco-construction mériterait d être précisée pour y intégrer les notions d énergie et de changement climatique (sur la construction mais également sur la rénovation). De plus, la lutte contre l habitat indigne (et les notions plus ou moins proches comme la précarité énergétique) semblent clairement manquer. p. 16

17 URBANISME Un urbanisme maitrisé et équilibré qui prenne en compte les paysages, les patrimoines et les habitants. COMPOSANTES DE L ENJEU ET HIERARCHISATION PAR LES PARTICIPANTS REACTIONS DES PARTICIPANTS EN PLENIERE «Je regrette que les politiques actuelles déshabillent complètement la DDTM, qui apportait une aide de qualité et gratuite aux communes.» Gérard CABELLO, Maire de Montarnaud «La composante «un habitat facilitant les liens sociaux» qui est dans l enjeu habitat devrait plutôt être dans cet enjeu urbanisme.» Luca FRANCESCHI, CIE dell Improvviso «Il y a une régulation automatique sur la maitrise du foncier dû à l augmentation des prix. En tout cas, les petites communes n ont pas les moyens de gérer le devenir de ces terrains» Jean-Marcel JOVER, Maire de Gignac REACTIONS DES PARTICIPANTS APRES LE VOTE «La maitrise de l étalement urbain est une composante plus ou moins obligatoire lorsqu on rédige un PLU.» Michel COUSTOL, Maire de Saint- Bauzille de-la-sylve REACTIONS DES PARTICIPANTS PAR RETOURS ECRITS La formulation de l enjeu vous convient-elle? Urbanisme PROPOSITION DE REFORMULATION DE L ENJEU Nombre de réponses Pourcentage des questionnaires Sans réponse 12 30% Pas vraiment 0 0% Un peu 6 15% Absolument 22 55% Un urbanisme maitrisé, équilibré et cohérent qui prenne en compte les paysages, les patrimoines et les habitants. Un urbanisme maitrisé et équilibré Et surtout cohérent. Ne pas oublier d évoquer, au-delà de la lutte contre l étalement urbain, l enjeu de la densité et des formes urbaines associées. Il faut de «nouvelles formes urbaines» limitant l étalement urbain et la consommation des sols. il faut faciliter l information aux décisionnaires lors de la prise de décision. Rendre obligatoire les SCoT. Attention! Il faut lutter contre l étalement urbain. Il faudrait créer un document cadre. La question des aspects sociaux fait plutôt partie de l enjeu habitat. Faire ressortir la question de la maitrise foncière. Un urbanisme à l échelle du territoire, voire du pays. L enjeu est important, mais se pose la question de la gouvernance! Que peut la CCVH? On trouve une certaine redondance entre les propositions 1, 5, 6 et 8. Il semble qu il manque une remarque sur l urbanisme commercial, qui peut être un levier intéressant et important par rapport aux orientations proposées dans les composantes de cet enjeu. Il semble important d indiquer dans le titre «un urbanisme durable», ce qui permet de prendre en compte les thématiques sociales, environnementales et économiques. Patrimoines matériels et immatériels (comme la langue avec un effort fait entre autre en toponymie). Prendre en compte les spécificités de chaque commune. PERTINENCE AGENDA 21 Sur un territoire rural, touristique et attractif comme la CCVH, l urbanisme est certainement un enjeu essentiel notamment par sa capacité à agir de façon très transverse sur l ensemble des finalités d un Agenda 21 (qualité de vie, développement économique, réduction des gaz à effet de serre et des consommations d énergie, lien social, intégration des plus démunis ou des publics isolés ). Les composantes traduisent bien cette diversité mais devront intégrer les notions de vulnérabilité au changement climatique. p. 17

18 COHERENCE TERRITORIALE Une cohérence territoriale à l'échelle de la Communauté de communes Vallée de l Hérault et au-delà. COMPOSANTES DE L ENJEU ET HIERARCHISATION PAR LES PARTICIPANTS REACTIONS DES PARTICIPANTS APRES LE VOTE «Les composantes 4 et 5 de l enjeu cohérence territoriale semblent contradictoires. On choisit un développement polaire ou multipolaire mais pas les deux.» Gérard CABELLO, Maire de Montarnaud «Le binôme des composantes 4 et 5 n est pas antinomique. Gignac et Saint-André-de-Sangonis ont un travail de communication à faire à ce sujet. La première raison de leur regroupement aujourd hui est économique. Il y a un intérêt à mutualiser nos moyens. Ce type de réflexion est déjà ancien. Mais il y a toujours eu la peur que les plus gros mangent les plus petits. Je ne pense pas que cela soit à l ordre au jour. La communauté de communes y veillera.» Jean-Luc CROIZIER, Premier adjoint de Saint-André de-sangonis «Je n ai pas voté pour la composante 4 car la formulation ne me plait pas : je préfèrerais parler de «rôle fédérateur».» Jean-Marcel JOVER, Maire de Gignac REACTIONS DES PARTICIPANTS PAR RETOURS ECRITS La formulation de l enjeu vous convient-elle? Cohérence territoriale PROPOSITION DE REFORMULATION DE L ENJEU Nombre de réponses Pourcentage des questionnaires Sans réponse 11 28% Pas du tout 2 5% Pas vraiment 2 5% Un peu 9 23% Absolument 16 40% Une cohérence territoriale à l échelle de la CCVH et avec les territoires voisins. Il faudra nécessairement trancher entre «un développement centralisé» et «multipolarité». Il faut créer des pôles attractifs. Il faut mettre l accent sur la superposition des échelles territoriales qui pose la question de la gouvernance. Il faut mieux expliquer l enjeu et ses composantes car sans explications leurs formulations ne sont pas claires. Pas clair du tout!! C est indispensable. C est plutôt à l échelle du pays que cela doit se faire. Il faut aussi conserver les particularités de chaque commune. Il semble que les points énoncés révèlent que la CCVH n est pas (encore?) perçue comme légitime pour assurer la cohérence du territoire en termes de développement et d aménagement, alors que ce sont deux compétences obligatoires. Il faut tenir compte des spécificités de chaque commune. Les avancées effectuées doivent évidemment être partagées, au moins au niveau du pays. OK pour la cohérence territoriale mais le «au-delà» est un peu flou. Les formulations paraissent un peu abstraites et juxtaposées. C est par l organisation du bi-pôle Gignac St André que commence l organisation du territoire avec des complémentarités et des subsidiarités d équipement dans les autres communes. Avec un enjeu transport essentiel dans ce cadre. PERTINENCE AGENDA 21 L approche d un Agenda 21 est celle d un projet de territoire, à savoir que si les deux doivent permettre d identifier les marges d action de la collectivité porteuse, ils doivent également s intéresser à ce qui peut être fait en partenariat, voire porté par d autres acteurs dans l intérêt du développement durable du territoire et de ses acteurs. D où l importance de cet enjeu «cohérence territoriale». À ce titre, il est aussi important de rattacher les coopérations avec des territoires plus lointains, comme la coopération décentralisée et le travail déjà amorcé par la Communauté de communes Vallée de l Hérault avec le Liban par exemple. p. 18

19 MOBILITE Des déplacements fluides et adaptés à tous les usages et usagers, une mobilité alternative au véhicule personnel. COMPOSANTES DE L ENJEU ET HIERARCHISATION PAR LES PARTICIPANTS REACTIONS DES PARTICIPANTS EN PLENIERE «L accent est mis ici sur la qualité des transports plus que sur la quantité. Or je pense qu il y a un vrai manque en terme de quantité. Vis-à-vis des jeunes notamment : on voit beaucoup d ados autostoppeurs sur les routes, cela est peut être dû en partie à ce manque.» Cédric PARINELLO, AD POPULUM «Il faut faire attention au terme. Le transport collectif, c est pour tous. Du coup les points 1 et 4 ne sont-ils pas antinomiques?» Josiane LIGONNIERE, Conseil de développement Cœur d Hérault «A priori non, car l enjeu de la composante 1 n est pas sur le terme collectif mais sur la seconde partie de la phrase : «à l'intérieur et vers l'extérieur de l'intercommunalité». C est un point très important.» Monique PETARD, Conseil Général de l Hérault REACTIONS DES PARTICIPANTS PAR RETOURS ECRITS Il faut trouver des pôles d inter-modalité. On observe un manque cruel de transport collectif hors scolaire. Il faut faire des aires de covoiturage ou un site local faisant le lien entre covoitureurs. Il faut développer les pédibus pour les écoles. Il faut aussi privilégier l interconnexion. Il faudrait développer des pistes cyclables? Il faut préciser la notion géographique de cet enjeu. Au sein même de notre territoire, le transport fonctionne bien. Le problème, c est la liaison entre le Cœur d Hérault et l entrée de Montpellier. Un grand nombre de personnes de notre territoire travaillent sur l agglomération. Est-ce possible d agir? Pouvons-nous accélérer le processus de désengorgement? Connait-on le calendrier du lien Bel Air / Vendargues et Bel Air / A9? Les «enjeux» sont bien identifiés, mais ils ne sont pas mis en perspective, justement par rapport à leur rôle fondamental dans la structuration du territoire : c est l organisation interne des transports qui peut, par un rabattement vers Gignac St André, améliorer la mobilité vers l extérieur. Il faudrait des pistes cyclables joignant les différentes villes du pays. La formulation de l enjeu vous convient-elle? Mobilité PROPOSITION DE REFORMULATION DE L ENJEU Nombre de réponses Pourcentage des questionnaires Sans réponse 9 23% Pas vraiment 1 3% Un peu 10 25% Absolument 20 50% PERTINENCE AGENDA 21 Il s agit ici aussi d un enjeu particulièrement transversal : la mobilité et les transports ont un impact sur l atmosphère, les gaz à effet de serre et la qualité de l environnement, mais ont aussi des effets sur les inégalités (accessibilité des lieux d emploi par exemple), la création de liens sociaux, le développement d activités économiques, l accessibilité aux besoins essentiels et aux loisirs, etc. Cela est d autant plus vrai pour un territoire rural. Le réel enjeu sur la mobilité porte donc probablement sur la prise en compte de toutes ses facettes et impacts. Des déplacements fluides et adaptés à tous les usages et usagers, une mobilité alternative à la voiture personnelle. p. 19

20 GOUVERNANCE ET PARTICIPATION Une gouvernance intercommunale faisant une place aux citoyens et répondant à leurs besoins. COMPOSANTES DE L ENJEU ET HIERARCHISATION PAR LES PARTICIPANTS REACTIONS DES PARTICIPANTS PAR RETOURS ECRITS Il faut impliquer directement le citoyen que ce soit par le biais d associations, d entreprises, de conseils municipaux des enfants, de Maisons des Jeunes Il faut organiser des concertations à équité collège privé / public. Concernant la cohérence de l action publique, il faut faire attention aux croisements / chevauchements des actions. Il faut continuer les échanges pour éclairer les décisions publiques. Veiller à ce que l on ne se recoupe pas avec la notion de cohérence territoriale et de services à la population. PERTINENCE AGENDA 21 La participation (et donc la citoyenneté et la démocratie participative) est un élément déterminant de l Agenda 21, c est-à-dire qu il s agit d un élément méthodologique essentiel pour être reconnu comme ayant réellement respecté l esprit de la démarche. Sans une participation et une gouvernance adaptée, un projet de territoire ne saurait être approprié par les acteurs locaux et serait donc vidé de son sens. Un élément tout de même pourrait être ajouté comme composante : l exemplarité des collectivités et institutions, qui est aussi un élément à mettre au cœur d un projet de territoire durable crédible et légitime. La formulation de l enjeu vous convient-elle? Gouvernance et participation Nombre de réponses Pourcentage des questionnaires Sans réponse 9 23% Pas vraiment 0 0% Un peu 11 28% Absolument 20 50% PROPOSITIONS DE REFORMULATION DE L ENJEU Une gouvernance faisant place aux usagers du territoire et répondant à leurs besoins. Une gouvernance efficiente faisant place aux citoyens et répondant à leurs besoins. Une gouvernance faisant une place privilégiée aux habitants et répondant à leurs besoins. Une gouvernance intercommunale et communale faisant une place aux citoyens et répondant à leurs besoins. p. 20

Le Conseil général élabore un agenda 21

Le Conseil général élabore un agenda 21 J e u d i 1 7 n o v e m b r e 2 0 1 1 dossier de presse Le Conseil général élabore un agenda 21 pour le département de la Loire Par Bernard BONNE, Président du Conseil général et Jean GILBERT, Conseiller

Plus en détail

APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE

APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE 1 APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE Nous, signataires, acteurs culturels en Bretagne, individuels et associations, demandons aux élus et institutionnels de soutenir

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

DE LA STRATEGIE LEADER. Appel d offres Novembre 2014

DE LA STRATEGIE LEADER. Appel d offres Novembre 2014 CAHIER DES CHARGES ACCOMPAGNEMENT A LA DEFINITION DE LA STRATEGIE LEADER DU PNR DE LA BRENNE Appel d offres Novembre 2014 Parc naturel régional de la Brenne Maison du Parc Le Bouchet - 36300 ROSNAY 02

Plus en détail

COMPTES-RENDUS DES ATELIERS THÉMATIQUES AGENDA 21 COMMUNAUTÉ DE COMMUNES PAYS AUBENAS VALS JUIN 2010 - PHASE DE DIAGNOSTIC

COMPTES-RENDUS DES ATELIERS THÉMATIQUES AGENDA 21 COMMUNAUTÉ DE COMMUNES PAYS AUBENAS VALS JUIN 2010 - PHASE DE DIAGNOSTIC COMPTES-RENDUS DES ATELIERS THÉMATIQUES JUIN 2010 - PHASE DE DIAGNOSTIC AGENDA 21 COMMUNAUTÉ DE COMMUNES PAYS AUBENAS VALS ATELIER N 1 «STRATÉGIE TERRITORIALE ET AMÉNAGEMENT» Animateur des ateliers thématiques

Plus en détail

Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services

Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services 1 Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services Pays Cœur de Flandre I Phase II La formulation de la stratégie Région Nord Pas de Calais Avril 2013 Région Communauté Nord Pas de

Plus en détail

Un Territoire de Projets

Un Territoire de Projets Un Territoire de Projets La Vallée de la Drôme, une base préservée entre RHÔNE et ALPES, à la transition du VERCORS et de la PROVENCE, avec comme élément naturel fédérateur la rivière DRÔME. Une vallée

Plus en détail

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF :

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : Complément au chapitre VII «Valorisation du Patrimoine Régional et Projets Innovants» du cadre d intervention régional sur l habitat et le logement, adopté par délibération

Plus en détail

AGENDA 21 VILLE D AURILLAC NOTE DE SYNTHESE

AGENDA 21 VILLE D AURILLAC NOTE DE SYNTHESE DIAGNOSTIC PREALABLE A LA DEMARCHE AGENDA 21 VILLE D AURILLAC NOTE DE SYNTHESE AVRIL 2007 LES BASES DE LA MISE EN PLACE DE L AGENDA 21 DE LA VILLE D AURILLAC : DEVELOPPEMENT DURABLE ET CONCERTATION POUR

Plus en détail

AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE. BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015

AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE. BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015 AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015 La conscience qu il faut agir autrement? Une conscience inscrite dans le projet de la nouvelle équipe municipale Un acte fondateur avec la délibération

Plus en détail

L immobilier d entreprise artisanale

L immobilier d entreprise artisanale e s c a L immobilier d entreprise artisanale n l B e E n j e u x L i v r S t r a t é g i P r o p o s i t i o n s Ile-de-France Rhône-Alpes Le Livre Blanc de l immobilier d entreprise artisanale Pourquoi?

Plus en détail

Guide Leader + 16 pages 12/07/05 11:20 Page 1. En Pays Portes de Gascogne l Europe est partenaire de vos projets LEADER +

Guide Leader + 16 pages 12/07/05 11:20 Page 1. En Pays Portes de Gascogne l Europe est partenaire de vos projets LEADER + Guide Leader + 16 pages 12/07/05 11:20 Page 1 En Pays Portes de Gascogne l Europe est partenaire de vos projets LEADER + Guide Leader + 16 pages 12/07/05 11:20 Page 2 LEADER + Qu est-ce que c est? Liaison

Plus en détail

Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée

Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée Strasbourg, le 14 novembre 2014. Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée Philippe Richert, Président du Conseil Régional d Alsace, Ancien Ministre, a ouvert

Plus en détail

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire PROJET D ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE OCTOBRE 2014 TABLE DES MATIÈRES POURQUOI UN ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE?...

Plus en détail

La Charte des jardins collectifs du Pays de Grasse

La Charte des jardins collectifs du Pays de Grasse La Charte des jardins collectifs du Pays de Grasse Auribeau-sur-Siagne Grasse Mouans-Sartoux Pégomas La Roquette-sur-Siagne Préambule... Le besoin de retrouver ses racines, une alimentation plus sûre,

Plus en détail

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT Introduction Frédéric PETITBON Directeur général délégué, IDRH Les collectivités doivent à la fois respecter des engagements vis-à-vis des citoyens, poursuivre des démarches managériales et tenir compte

Plus en détail

Objet : Appel à participation / Festival 2 Pays, Samedi 14 et Dimanche 15 septembre 2013, à Baccarat

Objet : Appel à participation / Festival 2 Pays, Samedi 14 et Dimanche 15 septembre 2013, à Baccarat Objet : Appel à participation / Festival 2 Pays, Samedi 14 et Dimanche 15 septembre 2013, à Baccarat Madame, Monsieur, «Territoires 2 vie, territoires d initiatives» est un projet de coopération lancé

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

Compte Rendu Journée de lancement PCT Cœur de Flandre. Michel GILLOEN (Président Pays Cœur de Flandre)

Compte Rendu Journée de lancement PCT Cœur de Flandre. Michel GILLOEN (Président Pays Cœur de Flandre) Compte Rendu Journée de lancement PCT Cœur de Flandre 103 participants au matin Introduction de la journée de lancement Michel GILLOEN (Président Pays Cœur de Flandre) Le Plan Climat Territorial s intègre

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

Groupe d Action Local (G.A.L) «Pays SUD : une terre d accueil, des montagnes de Services»

Groupe d Action Local (G.A.L) «Pays SUD : une terre d accueil, des montagnes de Services» Groupe d Action Local (G.A.L) «Pays SUD : une terre d accueil, des montagnes de Services» PROGRAMME LEADER 2007-2013 2013 LEADER 2007-2013 : une terre d accueil, des montagnes de services 1 Présentation

Plus en détail

Séminaire «L éducation non formelle, un projet pour les habitants dans la cité»

Séminaire «L éducation non formelle, un projet pour les habitants dans la cité» Séminaire «L éducation non formelle, un projet pour les habitants dans la cité» Organisé dans le cadre du IX Congrès International des Villes Educatrices Le Mercredi 13 septembre 2006 A l Ecole Normale

Plus en détail

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme)

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) 1) Les modalités de la Concertation 2) Plan de situation 3) Contexte 4) Les études

Plus en détail

Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP

Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP Capacités d accueil, aménagements commerciaux, mutabilité foncière : des outils concrets pour construire un SCOT intégrant les vulnérabilités énergétiques et climatique Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Le nouveau programme national de renouvellement urbain. CRDSU septembre 2014

Le nouveau programme national de renouvellement urbain. CRDSU septembre 2014 Le nouveau programme national de renouvellement urbain CRDSU septembre 2014 Un nouveau programme de renouvellement urbain! Un projet à l échelle de l agglomération, un projet intégré : le contrat de ville!

Plus en détail

Réalisation 1. Réalisation 2. Réalisation 3. Réalisation 4. 3 formations internes. visites chez les locataires

Réalisation 1. Réalisation 2. Réalisation 3. Réalisation 4. 3 formations internes. visites chez les locataires L évaluation des actions Agenda 21 Mardi 22 mai 2012 Définition des indicateurs d évaluation «Indicateur de suivi» - «Indicateur de Réalisation» : vérifier si les actions sont réalisées, et dans quelle

Plus en détail

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes :

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes : Le questionnaire ci dessous a pour objectif de faire le point sur le RESSOL, sur notre dernière action à savoir le mois de l Economie Sociale et Solidaire et sur nos pistes d évolution. Ce questionnaire

Plus en détail

Stratégie et priorités communales. YLP/COM1/Buts-Vision/Long terme communal/val-de-charmey Vision 1

Stratégie et priorités communales. YLP/COM1/Buts-Vision/Long terme communal/val-de-charmey Vision 1 Stratégie et priorités communales 1 Val-de-Charmey : Stratégie et priorités communales 1) Introduction: contexte communal 2) Diagnostic stratégique 3) Préoccupations et attentes de la Communauté 4) Vision

Plus en détail

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion?

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion? Chantier sur la cohésion sociale et l inclusion dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés JUIN 2013 1) Mise en contexte Dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés à Saint-Camille, 4 chantiers

Plus en détail

Opinion de l Association Européenne des élus de Montagne sur l Acte pour le Marché Unique

Opinion de l Association Européenne des élus de Montagne sur l Acte pour le Marché Unique Opinion de l Association Européenne des élus de Montagne sur l Acte pour le Marché Unique Positif 1. Quel regard portez-vous sur l Acte pour le Marché Unique? «L acte pour le marché unique est une démarche

Plus en détail

Montvalezan La Rosière

Montvalezan La Rosière Montvalezan La Rosière Elaboration du Plan Local d Urbanisme Réunion publique n 2 Synthèse du diagnostic Février 2015 1 Déroulement 1. Rappel de la démarche 2. Les enjeux identifiés par thématique 3. Synthèse

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

Cahier des charges. Décembre 2012 MAPA 2013-001. Parc naturel régional du Haut-Jura. Maison du Parc du Haut-Jura. 29, le village 39 310 LAJOUX

Cahier des charges. Décembre 2012 MAPA 2013-001. Parc naturel régional du Haut-Jura. Maison du Parc du Haut-Jura. 29, le village 39 310 LAJOUX Accompagnement dans l élaboration de la stratégie de communication du Parc naturel régional du Haut-Jura Marché de Prestation de Service Marché A Procédure Adaptée MAPA 2013-001 Cahier des charges Décembre

Plus en détail

Elaboration des Ad AP COTITA 27 janvier 2015

Elaboration des Ad AP COTITA 27 janvier 2015 Ville de Grenoble STRATÉGIE PATRIMONIALE DE MISE EN ACCESSIBILITÉ DES ERP Elaboration des Ad AP COTITA 27 janvier 2015 Ville de Grenoble COTITA 30-01-15-1 Contexte La Ville de Grenoble : 300 équipements

Plus en détail

Règlement intérieur. Document de travail non mis en forme GRAND GENEVE FORUM D AGGLOMERATION FRANCO-VALDO-GENEVOIS

Règlement intérieur. Document de travail non mis en forme GRAND GENEVE FORUM D AGGLOMERATION FRANCO-VALDO-GENEVOIS Règlement intérieur Introduction Document de travail non mis en forme Le 28 juin 2012 a été signé le Projet d agglomération 2012 au travers duquel les partenaires français, genevois et vaudois ont renforcé

Plus en détail

LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015

LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015 LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015 Institués dès 2000 par l AdCF, au lendemain de la naissance des premières communautés d agglomération issues de la loi Chevènement, le Club des agglomérations et la

Plus en détail

Pays Vallée de la Sarthe

Pays Vallée de la Sarthe PLAN D ACTIONS POUR LE CLIMAT ET LA TRANSITION ENERGÉTIQUE Contact Adeline Charré - 0 43 94 80 80 energie@vallee-de-la-sarthe.com Pourquoi se mobiliser contre le changement climatique? Une charte : pourquoi?

Plus en détail

Principaux résultats du questionnaire «Les Villes-Santé : quels enjeux pour les politiques urbaines?»

Principaux résultats du questionnaire «Les Villes-Santé : quels enjeux pour les politiques urbaines?» Nombre de réponses Principaux résultats du questionnaire «Les Villes-Santé : quels enjeux pour les politiques urbaines?» Erwan Le Goff Doctorant en Géographie aménagement de l espace UMR 9 CNRS Espaces

Plus en détail

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Laval PAYS-DE- LA-LOIRE VILLE DE LAVAL Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Renouer avec la mémoire pour envisager le futur L action culturelle dans la ville / Culture & Proximité 1 VILLE DE LAVAL

Plus en détail

Des Murs aux toits, dispositif d auto-réhabilitation accompagnée

Des Murs aux toits, dispositif d auto-réhabilitation accompagnée Le réseau francilien de lutte contre les précarités énergétiques Fiche Action Des Murs aux toits, dispositif d auto-réhabilitation accompagnée Territoire concerné >> Ville des Mureaux (78) Date de mise

Plus en détail

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience «Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience UNIVERSITE PARIS 8 ENTREPRISE FNAIM Monter les salariés

Plus en détail

Gestion durable de l espace : quelle animation des territoires franc-comtois? Septembre 2009

Gestion durable de l espace : quelle animation des territoires franc-comtois? Septembre 2009 CAUE de Haute Saône Gestion durable de l espace : quelle animation des territoires franc-comtois? Septembre 2009 Chambres d Agriculture de Franche-Comté CAUE de Franche Comté 1. Contexte : L objectif de

Plus en détail

ATELIER 1: Tourisme et territoires

ATELIER 1: Tourisme et territoires COMMERCE ET TERRITOIRES ATELIER 1: Tourisme et territoires Quels leviers d action pour développer, maintenir et ensuite maîtriser le développement touristique d un territoire? 16 octobre 2014 Animation

Plus en détail

Jeunesse Loisirs Sport - Social

Jeunesse Loisirs Sport - Social Jeunesse Loisirs Sport - Social Renforcer les dynamiques de professionnalisation et de structuration des filières de la jeunesse, des loisirs, du sport et du social sur les territoires ruraux de la Région

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

Identifier les enjeux. de recul car un diagnostic sans enjeux serait un diagnostic sans conclusion!

Identifier les enjeux. de recul car un diagnostic sans enjeux serait un diagnostic sans conclusion! Liens vers d'autres fiches A quel moment de la démarche? Fiche 5 «Structurer le diagnostic» Fiche 6 «Inclure une dimension transversale» Fiche 9 «Mobiliser les acteurs» A la fin du diagnostic, en conclusion

Plus en détail

Développer sa commune

Développer sa commune N 18 juin 2008 Développer sa commune Les documents d urbanisme (1) quel document pour quel projet de territoire? Imaginer l avenir d un territoire communal ou intercommunal dans une vision durable de son

Plus en détail

NOUVEAUX CONTRATS. Le Conseil général, 1 er partenaire de vos projets

NOUVEAUX CONTRATS. Le Conseil général, 1 er partenaire de vos projets NOUVEAUX CONTRATS Le Conseil général, 1 er partenaire de vos projets L Essonne au service des territoires et des Essonniens Des contrats plus simples pour une action concertée Le Conseil général, face

Plus en détail

Présentation du Programme INTERREG V A France-Suisse 2014-2020 1 er juillet 2014

Présentation du Programme INTERREG V A France-Suisse 2014-2020 1 er juillet 2014 1 Présentation du Programme INTERREG V A France-Suisse 2014-2020 1 er juillet 2014 Partie 1 Le programme INTERREG V France-Suisse 2014-2020 2 3 Carte du territoire INTERREG France-Suisse 2014-2020 Gouvernance

Plus en détail

LISTE DES 11 CHANTIERS / 53 ATELIERS

LISTE DES 11 CHANTIERS / 53 ATELIERS LISTE DES 11 CHANTIERS / 53 ATELIERS Pour construire ensemble des propositions concrètes et pour faire avancer l EEDD. 11 chantiers Construits à partir des échanges avec les acteurs de l EEDD, des programmes

Plus en détail

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014 Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville Août 2014 2014, année de la nouvelle loi de programmation pour la ville et la cohésion

Plus en détail

Discours de Marylise LEBRANCHU. Echanges avec les étudiants du master collectivités locales de. l Université de Corse, à Corte en Haute-Corse

Discours de Marylise LEBRANCHU. Echanges avec les étudiants du master collectivités locales de. l Université de Corse, à Corte en Haute-Corse Discours de Marylise LEBRANCHU Echanges avec les étudiants du master collectivités locales de l Université de Corse, à Corte en Haute-Corse Jeudi 17 octobre 2013 Je suis heureuse de pouvoir commencer,

Plus en détail

Sommaire SOMMAIRE 3 UN CADRE DE VIE ET UN ENVIRONNEMENT PRESERVE ET VALORISE 13 INTRODUCTION 5

Sommaire SOMMAIRE 3 UN CADRE DE VIE ET UN ENVIRONNEMENT PRESERVE ET VALORISE 13 INTRODUCTION 5 Sommaire SOMMAIRE 3 INTRODUCTION 5 UN CENTRE BOURG REDYNAMISE 7 CONFORTER LA VOCATION D HABITAT 7 METTRE EN PLACE UNE POLITIQUE DE STATIONNEMENT AMBITIEUSE ET COHERENTE 7 RENFORCER L OFFRE EN EQUIPEMENTS,

Plus en détail

Référence à l Axe de la Charte du Pays : Faire de la qualité de vie un atout du développement durable

Référence à l Axe de la Charte du Pays : Faire de la qualité de vie un atout du développement durable Contrat de territoire2007 203 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour le logement et lutter globalement contre la vacance FICHE

Plus en détail

CONSTRUCTION DU PROGRAMME OPERATIONNEL PLURIRE GIONAL PLAN RHO NE 2014-2020

CONSTRUCTION DU PROGRAMME OPERATIONNEL PLURIRE GIONAL PLAN RHO NE 2014-2020 Contribution CCI de région PACA CONSTRUCTION DU PROGRAMME OPERATIONNEL PLURIRE GIONAL PLAN RHO NE 2014-2020 Le Plan Rhône un projet de territoire intégré La CCIR PACA soutient cet outil de cohésion économique,

Plus en détail

Appel à projets Oenotourisme. co-financé par le FEADER. Document Régional de Développement Rural du Languedoc-Roussillon

Appel à projets Oenotourisme. co-financé par le FEADER. Document Régional de Développement Rural du Languedoc-Roussillon Appel à projets Oenotourisme co-financé par le FEADER Document Régional de Développement Rural du Languedoc-Roussillon 5 mars au 11 mai 2012 Sommaire Sommaire.... 2 1- Le contexte et les objectifs de l

Plus en détail

Synthèse du diagnostic territorial Stratégique

Synthèse du diagnostic territorial Stratégique CE2 Synthèse du diagnostic territorial Stratégique Instance de concertation 14 mars 2013 Diapositive 1 CE2 Cabinet E.C.s.-AC; 06/12/2012 I DYNAMISME, VOLONTARISME ET AMBITION D UNE REGION ULTRA MARINE

Plus en détail

Brou-sur-Chantereine Elaboration du PLU Compte-rendu de la réunion publique de présentation du diagnostic 20 janvier 2011 1

Brou-sur-Chantereine Elaboration du PLU Compte-rendu de la réunion publique de présentation du diagnostic 20 janvier 2011 1 1. Avant-propos de Monsieur Bréhaux (adjoint au maire en charge de l urbanisme) : L importance du P.L.U. en tant qu outil législatif permettant une maîtrise de l urbanisme de la commune est rappelée aux

Plus en détail

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes)

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes) Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

Journée 2 de la Fabrique du Projet à La Châtre Ci T Lycée. Productions La Châtre le 22 janvier 2013

Journée 2 de la Fabrique du Projet à La Châtre Ci T Lycée. Productions La Châtre le 22 janvier 2013 Journée 2 de la Fabrique du Projet à La Châtre Ci T Lycée Productions La Châtre le 22 janvier 2013 1- Transport participatif 2 2- Pôle de création «Georges Sound» 3 3- S ouvrir au monde par la Visioconférence

Plus en détail

En avant pour les chantiers!

En avant pour les chantiers! En avant pour les chantiers! Mise en place des Groupes de Préparation des Chantiers - 30 octobre 2012 Ils sont 11 un parcours à travers les différentes étapes de ces 3 jours : ouvrir le regard, ouvrir

Plus en détail

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc? Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?» Le Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) de la baie

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR VOISINS LATINS

TOUT SAVOIR SUR VOISINS LATINS TOUT SAVOIR SUR VOISINS LATINS Mai 2014 L association p.2 Le projet «Voisins Latins» p.5 1 Qu est-ce que l association Vivre le Quartier Latin? LA GENESE Lorsque Johanna et Quentin, des amoureux du Quartier

Plus en détail

Promouvoir la Rive droite Stratégie et plan communication 2009-2011. Plan de communication 2009-2011 1

Promouvoir la Rive droite Stratégie et plan communication 2009-2011. Plan de communication 2009-2011 1 Promouvoir la Rive droite Stratégie et plan communication 2009-2011 Plan de communication 2009-2011 1 PREALABLES Pour bâtir ce plan de communication, le GIP GPV s est appuyé sur : - l étude sociologique

Plus en détail

La nouvelle stratégie foncière régionale : un enjeu collectif

La nouvelle stratégie foncière régionale : un enjeu collectif Compte-rendu La nouvelle stratégie foncière régionale : un enjeu collectif Présentation par Gérard LERAS Vice-président de la région Rhône-Alpes délégué à la politique foncière Ambilly, 18 janvier 2012

Plus en détail

APFP. Les Pays, moteurs de stratégies de développement territorial et de gouvernance locale. Contribution de l Association de

APFP. Les Pays, moteurs de stratégies de développement territorial et de gouvernance locale. Contribution de l Association de Mars 2012 cahier d acteurs Association de Promotion et de Fédération des Pays APFP APFP Pays / Territoires de projet Contribution de l Association de Promotion et de Fédération des Pays dans le cadre des

Plus en détail

AGENDA 21 de Morne-à-l eau

AGENDA 21 de Morne-à-l eau AGENDA 21 de Morne-à-l eau Compte-rendu du COPIL 2 Vendredi 12 juillet 2013 Introduction M. Edmond Marcel : Bonjour mesdames et messieurs, ce comité de pilotage est un comité de préparation du Forum 21

Plus en détail

Démarche & ses étapes (information) III. Présentation des orientations et des actions du schéma de développement culturel d Alsace Bossue 2014-2016

Démarche & ses étapes (information) III. Présentation des orientations et des actions du schéma de développement culturel d Alsace Bossue 2014-2016 SCHÉMA DE DÉVELOPPEMENT CULTUREL D ALSACE BOSSUE 2014-2016 RESTITUTION AUX ACTEURS MARDI 26 NOVEMBRE 2013 à LORENTZEN DÉROULÉ DE LA SOIRÉE I. Introduction II. Démarche & ses étapes (information) III. Présentation

Plus en détail

Contribuer au Développement de Territoires Solidaires

Contribuer au Développement de Territoires Solidaires Contribuer au Développement de Territoires Solidaires des entreprises en mouvement! Les 500 adhérents* COORACE défendent depuis 1985 le droit au travail pour tous. Ils participent sur l ensemble du territoire

Plus en détail

Préparation des contrats de ville. Réunions Chefs de projet Novembre 2014

Préparation des contrats de ville. Réunions Chefs de projet Novembre 2014 Préparation des contrats de ville Réunions Chefs de projet Novembre 2014 Contenu des contrats de ville 3 piliers Cohésion sociale Cadre de vie et renouvellement urbain (y compris hors NPNRU) Développement

Plus en détail

L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon

L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon Debate 7. Muriel Nivert-Boudou DG Cress LR www.cresslr.org www.coventis.org Bref historique de l ESS en France L Economie sociale est née et a pris son essor

Plus en détail

Renforcer la mobilisation du droit commun

Renforcer la mobilisation du droit commun Dossier ressources Comprendre le droit commun pour le renforcer dans les quartiers Dans son article 1 er, la loi pour la ville et la cohésion urbaine précise : «La politique de la ville mobilise et adapte,

Plus en détail

Finalité 1 : Lutte contre le changement climatique et protection de l atmosphère

Finalité 1 : Lutte contre le changement climatique et protection de l atmosphère Finalité 1 : Lutte contre le changement climatique et protection de l atmosphère Favoriser les déplacements alternatifs à la voiture Mettre en place un pédibus Sensibiliser les habitants sur la thématique

Plus en détail

Présentation et proposition d engagement. Conseil Municipal de Courtry 13/06/2013

Présentation et proposition d engagement. Conseil Municipal de Courtry 13/06/2013 COMMUNAUTE D AGGLOMERATION MARNE ET CHANTEREINE AGENDA 21 - DEVELOPPEMENT DURABLE PLAN CLIMAT ENERGIE TERRITORIAL Présentation et proposition d engagement Conseil Municipal de Courtry 13/06/2013 DE QUOI

Plus en détail

LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE. Réunion du 28 mars 2014

LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE. Réunion du 28 mars 2014 LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE Réunion du 28 mars 2014 SOMMAIRE PARTIE 1 : Le Cadre de travail Pourquoi réaliser un Projet d Etablissement? Qu est-ce qu un Projet d Etablissement? Un

Plus en détail

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 1 Les partis pris méthodologiques Privilégier la participation active pour une co-production Sont privilégiées les approches et méthodologies

Plus en détail

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Lucile Manoury Chargée d études, Collège coopératif, Aix-en-Provence Bonjour à tous. Je vais vous faire une présentation un peu théorique

Plus en détail

PROTECTION JURIDIQUE DES PAYSAGES VITICOLES

PROTECTION JURIDIQUE DES PAYSAGES VITICOLES PROTECTION JURIDIQUE DES PAYSAGES VITICOLES Dorothée FRANJUS Comité National des Interprofessions des Vins à Appellation d Origine Contrôlée (C.N.I.V.) 12, Rue Sainte Anne 75001 PARIS Tèl : 01 53 29 92

Plus en détail

SYNTHESE DE L EVALUATION FINALE DU PROGRAMME LEADER

SYNTHESE DE L EVALUATION FINALE DU PROGRAMME LEADER SYNTHESE DE L EVALUATION FINALE DU PROGRAMME LEADER I. BILAN QUANTITATIF A. Evolution de la programmation Un taux de programmation de 73,73%, en progression forte depuis le mi parcours mais à poursuivre

Plus en détail

Plan Local d Urbanisme

Plan Local d Urbanisme Département du Morbihan Commune de l Ile aux Moines Plan Local d Urbanisme Pièce n 2 : Projet d Aménagement et de Développement Durable Vu pour être annexé à la délibération du 19 mars 2014 Le Maire, Dossier

Plus en détail

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Déposé à la Commission de l aménagement du territoire de l Assemblée nationale du Québec Dans le cadre

Plus en détail

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015 Maison de l Enfance et de la Jeunesse 2 route de Keroumen 29480 Le Relecq Kerhuon 02 98.28.38.38 02.98.28.41.11 E-Mail : mej@mairie-relecq-kerhuon.fr Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans)

Plus en détail

Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques

Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques 1. Contexte et enjeux de l enquête L état des lieux des collectifs d agriculteurs en PACA (Trame / FRGEDA PACA - 2010) Intérêt grandissant

Plus en détail

Ministère des sports. Le ministre des sports

Ministère des sports. Le ministre des sports Ministère des sports Direction des sports Mission sport et développement durable Personnes chargées du dossier : Arnaud JEAN Tél. : 01 40 45 96 74 Mel: arnaud.jean@jeunesse-sports.gouv.fr Fabienne COBLENCE

Plus en détail

L Académie des Dalons

L Académie des Dalons L L est un projet expérimental d insertion sociale et professionnelle dans un dispositif global de soutien de jeunes en difficulté. Il s adresse aux volontaires âgés de 18 à 25 ans qui, sans formation

Plus en détail

éco-construction bâtiments d élevage

éco-construction bâtiments d élevage éco-construction bâtiments d élevage Jacques Capdeville, service Bâtiment-Environnement, Institut de l Elevage Michel Colache, Maison Régionale de l Elevage SIMA février 2011 un contexte Des préoccupations

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE Emploi et développement des Hommes

DOSSIER DE CANDIDATURE Emploi et développement des Hommes DOSSIER DE CANDIDATURE Emploi et développement des Hommes Date limite de renvoi des dossiers complétés : 6 novembre 2013, par mail à l adresse contact@grandprix-distributionresponsable.com Nom de l initiative:

Plus en détail

Maréchal Ardans-Vilain. Denis. "Nos priorités : la jeunesse, la solidarité et le développement économique." Programme. Michel Petiot.

Maréchal Ardans-Vilain. Denis. Nos priorités : la jeunesse, la solidarité et le développement économique. Programme. Michel Petiot. Canton Meudon - Chaville élections départementales Denis Cécile Maréchal Ardans-Vilain Alice Carton Michel Petiot Programme "Nos priorités : la jeunesse, la solidarité et le développement économique."

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Direction de la ville et de la cohésion urbaine CONTRATT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Proposition d architecture Novembre 2014 Les contrats de ville de nouvelle génération qui succèderont, à compter

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L économie sociale et solidaire désigne une manière d entreprendre qui place l être Humain au cœur de la démarche économique - Elle regroupe des milliers d initiatives pour

Plus en détail

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 Document créé le 22/02/2011 Direction de l Education RHONE ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 En proposant aux collectivités territoriales de négocier et de signer les Contrats

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CESER

CONTRIBUTION DU CESER CONTRIBUTION DU CESER à l élaboration du Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles Cette contribution a été élaborée par la Commission «Éducation Formation» qui a tenu quatre

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES : CERTIFICATION NF X 50 770 PEPINIERE D ENTREPRISES

CAHIER DES CHARGES : CERTIFICATION NF X 50 770 PEPINIERE D ENTREPRISES Communauté de Communes de la Lomagne Gersoise CAHIER DES CHARGES : CERTIFICATION NF X 50 770 PEPINIERE D ENTREPRISES 1 Février 2012 PRESENTATION MAITRE D OUVRAGE ET CONTEXTE Présentation Communauté de

Plus en détail

3 ème année. Cet appel à proposition s inscrit dans la continuité du travail engagé en année 1 et 2.

3 ème année. Cet appel à proposition s inscrit dans la continuité du travail engagé en année 1 et 2. Appel à proposition Projet Alimen terre Un système d'alimentation local sur le Pays de Vannes 3 ème année Avec près de 60 % de surfaces agricoles, l agriculture demeure prépondérante sur notre territoire.

Plus en détail

Atelier : Quel management pour réussir une coopération européenne? Jeudi 13 novembre de 16h00 à 18h00

Atelier : Quel management pour réussir une coopération européenne? Jeudi 13 novembre de 16h00 à 18h00 JOBS FOR NATURE LA NATURE POUR METIER Atelier : Quel management pour réussir une coopération européenne? Jeudi 13 novembre de 16h00 à 18h00 Equal Départ, France, Site Internet : http://equal-depart.source.asso.fr

Plus en détail

RÉGION AUVERGNE GRAINES D EMPLOIS. Document support d animation des réunions territoriales Bassin AMBERT

RÉGION AUVERGNE GRAINES D EMPLOIS. Document support d animation des réunions territoriales Bassin AMBERT Lyon : Le Jardin suédois - 11, rue Guilloud - F 69003 LYON - Tél. +33 (0)4 72 68 08 08 - Fax +33 (0)4 72 68 03 66 - katalyselyon@katalyse.com Nantes : Les Salorges 1-15, quai Ernest Renaud - F 44100 NANTES

Plus en détail

Texte préparatoire. Conférence téléphonique sur un sujet de fond : «Urbanisme rural durable?» le 23 novembre 2010

Texte préparatoire. Conférence téléphonique sur un sujet de fond : «Urbanisme rural durable?» le 23 novembre 2010 Paysage rural : vers un urbanisme durable Réseau de Territoires www.mairieconseilspaysage.net Texte préparatoire Conférence téléphonique sur un sujet de fond : «Urbanisme rural durable?» le 23 novembre

Plus en détail