OBJET : GERER LES CESSIONS ET LES OPPOSITIONS DANS BFC

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "OBJET : GERER LES CESSIONS ET LES OPPOSITIONS DANS BFC"

Transcription

1 DOMAINE DEPENSE PROCESSUS REGLEMENT OBJET : GERER LES CESSIONS ET LES OPPOSITIONS DANS BFC date N de version Auteur Stade Novembre C.BRETELLE Transmis le 12 janvier 2007 DEFINITIONS ET PRINCIPALES CATEGORIES Cession de créances = convention par laquelle un créancier cédant (le fournisseur du CNRS) transfère à un cessionnaire -en général un établissement financier- la créance qu il détient sur son client (débiteur cédé = CNRS). Opposition = acte par lequel un créancier du fournisseur (ou de l agent) revendique auprès du CNRS le paiement entre ses mains de tout ou partie des sommes dues à ce fournisseur ou à cet agent par le CNRS. Dans les deux cas, le CNRS ne règlera pas tout ou partie de sa dette entre les mains de son créancier d origine (tiers fournisseur ou tiers facturant) mais entre les mains d une autre personne (= tiers bénéficiaire). Les cas de cessions et oppositions les plus fréquemment rencontrées au CNRS sont : pour les Cessions : 1. Affacturage (ou factoring), 2. Cessions de créances professionnelles de la «Loi DAILLY». pour les oppositions : 3. avis à tiers détenteurs (procédure de saisie spécifique au recouvrement de l'impôt et des amendes et "simplifiée" puisque l'atd est notifié par voie postale), 4. saisies de droit commun : saisie-attribution des créances en argent, saisie de rémunérations. GESTION DES TIERS BENEFICIAIRES DANS BFC SAP gère le règlement des sommes dues à un tiers bénéficiaire au moyen de la notion de tiers divergents. La gestion des tiers divergents peut s effectuer de deux manières: 1 le «tiers divergent fixe» géré sur le tiers : cette possibilité ne pourrait être utilisée que dans des cas très limités puisqu elle a pour effet de diriger automatiquement tous les règlements de toutes les délégations régionales concernant un fournisseur considéré sur son tiers divergent fixe ; elle devrait donc être réservée à des situations très spécifiques pour 1

2 lesquelles il pourrait être certain que l ensemble des paiements puissent être systématiquement dérivés sur un tiers particulier (ex / administrateur judiciaire dans le cas d une entreprise en redressement sur laquelle n existerait aucune cession ou opposition antérieure au jugement d ouverture de la procédure collective ou liquidateur - cf. instruction DGCP n B du 24 juillet 1987).(cf. annexe 3 écran n 1) 2 le «tiers divergent autorisé» géré sur le poste de la pièce qui devra être communément utilisé pour la gestion des cessions et oppositions (cf. annexe 3 écran n 2) RECAPITULATION DES ACTIONS A CONDUIRE 1. réceptionner la cession ou l opposition, 2. vérifier sa validité, 3. positionner le témoin «Cess/Op» sur le tiers fournisseur, 4. si la cession concerne un marché, vérifier la présence de l exemplaire unique, ou du certificat de cessibilité (cf. article 106 du CMP), 5. créer le tiers bénéficiaire dans le référentiel tiers de BFC, s il n existe pas déjà, 6. modifier le tiers facturant pour autoriser un paiement vers le tiers bénéficiaire, 7. servir le registre des cessions et oppositions (excel ou autre - hors BFC), 8. vérifier le rang des cessions et oppositions en cas de pluralité d oppositions afin de déterminer le bon bénéficiaire du règlement, 9. comptabiliser et exécuter le paiement de la dette au profit du bénéficiaire de la cession ou de l opposition, 10. solder ou apurer la cession ou l opposition (hors BFC).! Réceptionner la cession ou l opposition Les cessions de créances «Loi Dailly» et les oppositions se caractérisent par le fait qu elles doivent obligatoirement être notifiées ou signifiées à l agent comptable assignataire de la dépense. Ce sont des pièces justificatives du règlement de la dépense. En ce qui concerne l affacturage, les factors recourent principalement soit à la technique des cessions «loi Dailly», soit à la technique de la subrogation prévue par le code civil 1. Mais, dans tous les cas, la signification de la demande de paiement est faite directement auprès des services gestionnaires (et non pas auprès du comptable assignataire) par la simple apposition sur la facture ou le mémoire d une mention subrogative Cas où les factures sont reçues et traitées par l unité - Si la cession ou l opposition est notifiée ou signifiée au laboratoire, le gestionnaire d unité doit immédiatement informer le cessionnaire d avoir à la notifier à l agent comptable de la délégation dont dépend l unité. - S il s agit d un affacturage, le gestionnaire du laboratoire transmet la facture ou le mémoire au SFC de la délégation en appelant son attention sur l existence d une mention subrogative afin de 1 cf. fiche technique réglementaire dans PRAGMA bibliothèque pratique) 2

3 lui permettre d une part de créer le bénéficiaire dans le référentiel tiers et de modifier le destinataire du paiement sur la facture à intégrer Cas d une organisation en service facturier Passer directement à l étape 2. " Le SFC de la délégation vérifie la validité de la cession ou de l opposition - Il s'assure de la bonne assignation de l'opposition ou de la cession de créances (comptable assignataire) - Il contrôle le mode de signification ou de notification : - par tout moyen pour les cessions de la loi Dailly - envoi simple pour les avis à tiers détenteur (ou lettre recommandée pour les créances supérieures à ) - signification par voie d huissier pour les saisies attributions, pour les cessions de droit commun - Il vérifie la présence des mentions requises : cf. annexe 1 # Positionner le témoin «Cess/Op» sur le tiers fournisseur Le SFC saisit immédiatement la valeur «002» dans la zone «Cess/op» du tiers fournisseur, la présence de ce témoin sur la fiche tiers entraîne lors de la saisie d un poste sur le tiers (via entrée de facture dans MM ou, dans quelques cas particuliers, saisie directe de facture dans FI) un message d avertissement en pop up à l écran même si le positionnement du bénéficiaire en tant que payeur divergent sur le fournisseur n a pas encore eu le temps d être mis en place faute de temps ou de renseignements suffisants pour créer rapidement le bénéficiaire dans le référentiel (SIRET, etc.). $ Vérifier la présence de l exemplaire unique ou du certificat de cessibilité (action qui ne concerne que les cessions de créances professionnelles, loi Dailly ou affacturage intervenant par voie de cession, portant sur les marchés). La production de l exemplaire unique ou du certificat de cessibilité concerne les marchés formalisés ainsi que les marchés passés sans formalités préalables revêtant la forme d un contrat écrit. Si la cession est opposable au comptable dès sa notification, le règlement au profit du cessionnaire ne pourra intervenir qu après production de l exemplaire unique ou du certificat de cessibilité. Pour les marchés passés sans formalités préalables ne revêtant pas la forme d un contrat écrit, la notification de la cession et la facture constituent des pièces justificatives suffisantes pour régler le cessionnaire. % Créer le bénéficiaire dans le référentiel tiers de BFC Vérifier que le tiers bénéficiaire n est pas déjà présent dans le référentiel tiers 1. Si le bénéficiaire est déjà présent dans le référentiel tiers, vérifier que les coordonnées bancaires du compte du bénéficiaire à créditer déjà ouvertes sont conformes aux 3

4 informations apparaissant dans la mention subrogative ou l acte de notification ou de cessions ; sinon créer les coordonnées bancaires adéquates. 2. Si le bénéficiaire n est pas présent dans le référentiel tiers, créer le bénéficiaire comme un fournisseur normal dans référentiels tiers BFC «référentiels» & gestion des tiers & gestion des fournisseurs, activez la transaction<créer fournisseur (central)> et effectuer la création des vues achats pour l ensemble des délégations, conformément à la procédure de création des tiers (compte collectif ). ' Modifier le fournisseur facturant dans le référentiel tiers afin d ouvrir la possibilité de diriger le paiement de sa créance sur le tiers bénéficiaire Cela implique de définir le tiers bénéficiaire dans la liste des tiers divergents autorisés pour ce tiers facturant. Afficher le numéro du tiers facturant & modifier fournisseur & dans la zone «destinataires du paiement divergent dans pièce» cliquer sur «Destin.pmt autor» et renseigner le numéro de fournisseur attribué au tiers bénéficiaire (cf. étape 5) ( Servir le registre des cessions et oppositions (registre hors BFC) Chaque cession ou opposition reçoit un numéro d ordre dans une série continue sur ce «registre» (fichier excel ou autre) qui doit être partagé entre tous les gestionnaires de la délégation et qui comportent les renseignements suivants : date de la cession ou de l opposition, nom et SIRET du fournisseur cédant ou saisi, nom et SIRET du bénéficiaire, nature, montant et référence de la créance saisie ou arrêtée, date d apurement, de mainlevée ou de radiation. Si le créancier du CNRS fait l objet déjà d une cession ou opposition antérieure sur la même créance, mentionner son n d ordre dans une colonne observation Cette obligation de suivi sur le registre des oppositions ne concerne pas les affacturages réalisés par subrogation conventionnelle. )Lors du traitement de la facture et en cas de pluralité d opposition, vérifier quel bénéficiaire doit être réglé Dans l hypothèse où la créance est frappée de plusieurs oppositions et/ou cessions de créances, le comptable hiérarchise les oppositions et cessions réceptionnées afin de déterminer l'ordre de paiement (comparaison de la date des bordereaux de cession et/ou de la date de notification des actes d'opposition ; rang des opposants ou des cessionnaires) et opère éventuellement une répartition de la créance entre les opposants et/ou cessionnaires. Cf. exemples en annexe 4 de l Instruction DGCP n B1-MO-M9 du 8 juin La gestion du rang des cessions et oppositions étant relativement complexe, en cas de pluralités d oppositions, examiner le dossier avec le chef des services financiers et comptables de la délégation régionale. Si la créance à payer est d un montant supérieur au montant total des cessions et oppositions enregistrées, le surplus sera bien entendu réglé au fournisseur facturant. 4

5 * Comptabiliser et effectuer le règlement au profit du bénéficiaire 9.1. Prise en charge de la facture Au moment de la prise en charge il faut positionner le tiers divergent, qui doit être réglé au final, sur le poste facture à payer. L écriture de prise en charge débite le et crédite le compte pour le tiers d origine de la facture Si la facture a été saisie par l Unité Il faut commencer par intégrer le document de facturation pré-enregistré dans BFC. Avant de valider la facture, vérifier dans l onglet «paiement» que la zone «Dest.paiement» soit correctement renseignée. Rappel : la zone «Dest.paiement» de l onglet «paiement» ne peut être renseignée que s il existe un (ou plusieurs) tiers divergent autorisé au niveau du tiers ou bien un divergent fixe également au niveau du tiers. Sélectionner le tiers divergent à positionner sur le poste et, pour le cas où ce fournisseur divergent possède plusieurs coordonnées bancaires référencées dans sa fiche tiers, les coordonnées bancaires à créditer dans la zone «Bque part.». (cf. annexe 3 écrans n 3) Si la facture est créée par la délégation en service facturier Créer la facture dans MM prise en charge des dépenses (ou le cas échéant dans FI comptabilité générale, écritures comptables manuelles, saisie facture directe FI). Avant de valider la facture, vérifier dans l onglet «paiement» que la zone «Dest.paiement» soit renseignée. Rappel : la zone «Dest.paiement» de l onglet «paiement» ne peut être renseignée que s il existe un (ou plusieurs) tiers divergent autorisé au niveau du tiers ou bien un divergent fixe. Sélectionner le tiers divergent à positionner sur le poste et, pour le cas où ce fournisseur divergent possède plusieurs coordonnées bancaires référencées dans sa fiche tiers, les coordonnées bancaires à créditer dans la zone«bque part.» Règlement de la facture Le règlement d une cession ou d une opposition peut, dans la plupart des cas, s effectuer immédiatement (cf.9.2.1) mais peut aussi devoir être décalé dans le temps (cf ). C est, par exemple, le cas des saisies-attributions, car la procédure de saisie-attribution se déroule en plusieurs phases et le comptable doit être en possession du certificat de non-contestation pour pouvoir régler le saisissant (se reporter à l annexe 2). Il peut aussi arriver, même dans les cas où le règlement pourrait intervenir immédiatement, que le SFC soit contraint de différer le paiement faute d éléments d information complets sur le tiers divergent (exemple : manque SIREN ou RIB pour compléter la fiche tiers dans le référentiel). Deux procédures doivent donc être décrites. 5

6 Cas où le paiement peut intervenir immédiatement Le paiement est comptabilisé sur le destinataire de paiement divergent précédemment positionné sur le poste. L écriture de paiement débite le compte et crédite le compte de banque correspondant au mode de paiement Cycle de paiement automatique Toutes les factures prises en charge et ayant un mode de paiement V, T ou H sont automatiquement entraînées par le programme de paiement automatique dès le lendemain du jour de leur prise en charge. Le cycle de paiement génère automatiquement les écritures de comptabilisation du paiement sur le tiers positionné en tiers divergent lors de la prise en charge. L édition générée lors du paiement présente dans un cadre «fournisseur» le fournisseur d origine de la facture et dans un cadre «Paiement» le tiers divergent. Le troisième cadre présente les coordonnées bancaires qui sont dans le cas d un paiement à un tiers divergent celles du divergent Paiements manuels Les modes de paiement A, C, N doivent faire l objet d un paiement manuel via la transaction dédiée (cf. manuel utilisateur BFC, sur les paiements manuels). A l issue de ce paiement manuel, le système comptabilise l écriture de décaissement sur le tiers positionné en tiers divergent lors de la prise en charge Cas où le paiement doit être différé Il faut alors utiliser la procédure dite de «transfert de créances». A l issue de la prise en charge, et avant tout règlement, le gestionnaire peut dans BFC choisir d effectuer un transfert de créance entre deux tiers en utilisant le compte (ou dans le cas d une immobilisation). Les étapes suivantes doivent alors être effectuées : 1. La facture prise en charge, dans la Composante MM ou FI, doit être tout d abord bloquée en paiement à l aide du code blocage B Code blocage paiement. 2. Une écriture doit être saisie en utilisant la transaction de comptabilisation avec rapprochement dans la Composante FI : sélection du type de pièce KR sur la ligne en débit sélection du poste à transférer (celui précédemment bloqué au paiement) avec le tiers d origine sur la ligne en crédit saisie du tiers vers lequel transférer la créance et du code CGS dédié C ou T L écriture obtenue est la suivante : Débit / Montant dette d origine et Tiers Facturant Crédit / Montant dette d origine et Tiers Cessionnaire 3. Quand le paiement peut intervenir, il faut lever le code blocage puis effectuer le paiement (cf ci-dessus). 6

7 + Suivre le solde ou l apurement au fichier des cessions et oppositions (hors BFC). 1. la cession/opposition est soldée dans les cas suivants : - le montant cumulé des paiements effectués au bénéficiaire est égal au montant de la cession/opposition, - réception d une mainlevée totale ou égale au montant restant à payer (paiement direct du débiteur au créancier cessionnaire saisissant...) La mainlevée prend effet à compter du 2 ème jour ouvrable suivant celui de sa réception par le comptable. 2. la cession/opposition n est pas soldée : - elle intervient par péremption quinquennale : les cessions/oppositions se prescrivent au bout de 5 ans. Si elles n'ont pas été réglées à l issue de ce délai, elles doivent être renouvelées par le créancier saisissant, afin que le comptable puisse continuer à les exécuter. - ou sur décision expresse du comptable qui informe le créancier saisissant du motif d apurement (ex : cas de fin de fonction d un agent du CNRS pour lequel le comptable a enregistré des cessions/oppositions qui ne pourraient jamais être soldées). Le SFC doit annoter le fichier de suivi des cessions et oppositions des dates de solde ou d apurement. ANNEXE 1 - VERIFICATION DES MENTIONS REQUISES - Affacturage : Se reporter à la fiche technique réglementaire présente dans PRAGMA Bibliothèque pratique - Cessions de créances de la Loi Dailly cf. instruction DGCP n B1-MO-M9 du 8 juin 1999 relative au financement bancaire des commandes publiques La cession ou le nantissement de créances s effectue par la seule remise d un bordereau dénommé " acte de cession de créances professionnelles" Ce bordereau signé par le cédant et remis par celui-ci à l établissement de crédit cessionnaire doit comporter les énonciations prévues à l article L du Code Monétaire et Financier : 1. La dénomination, selon le cas, " acte de cession de créances professionnelles " (ou " acte de nantissement de créances professionnelles") 2. La mention que l'acte est soumis aux dispositions des articles L à L ; 3. Le nom ou la dénomination sociale de l'établissement de crédit bénéficiaire ; 4. La désignation ou l'individualisation des créances cédées ou données en nantissement ou des éléments susceptibles d'effectuer cette désignation ou cette individualisation, notamment par l'indication du débiteur, du lieu de paiement, du montant des créances ou de leur évaluation et, s'il y a lieu, de leur échéance. - Oppositions : Le comptable ne dispose que d'un délai de vingt quatre heures pour s'assurer de la régularité des actes de saisie qui lui sont signifiés., Effectuer les contrôles spécifiques aux actes signifiés par huissier : Les oppositions signifiées par acte d'huissier, doivent mentionner à peine de nullité : - l'indication des noms et domicile du débiteur ou, s'il s'agit d'une personne morale, de sa dénomination et de son siège social, l'énonciation du titre exécutoire en vertu duquel la saisie est pratiquée, ou l'indication de l'autorisation du juge s'il s'agit d'une saisie conservatoire - le décompte distinct des sommes réclamées en principal, frais et intérêts échus 7

8 - l'indication qu'il est fait défense au tiers saisi de disposer des sommes réclamées dans la limite de ce qu'il doit au débiteur,effectuer les contrôles généraux sur les oppositions : Contrôler que l'acte comporte la désignation précise de la créance saisie (article 3 du décret du 31 juillet 1993) et de l organisme public concerné. - Avis à tiers détenteur : L avis par lequel le redevable doit être informé de l opposition pratiquée n est pas soumis au formalisme des actes de procédure civile. Il suffit que cet avis se réfère à l article L.262 du livre des procédures fiscales et qu il mentionne la date de notification de l avis, le comptable saisissant, le redevable saisi et le tiers détenteur, ainsi que la nature et le montant de la créance privilégiée pour le recouvrement de laquelle la saisie de deniers est pratiquée. Dans la pratique, les comptables du Trésor utilisent des formulaires types. 8

9 ANNEXE 2 DEROULEMENT DE LA PROCEDURE DE SAISIE-ATTRIBUTION La saisie-attribution est l acte par lequel un créancier (le saisissant), muni d un titre exécutoire constatant une créance liquide et exigible, saisit entre les mains d un tiers (le tiers saisi) les créances de son débiteur (le saisi) portant sur une somme d argent. L acte de saisie emporte, à concurrence des sommes pour lesquelles elle est pratiquée, attribution immédiate au profit du saisissant de la créance saisie disponible entre les mains du tiers saisi, en l occurrence le CNRS. Cette procédure se déroule en trois phases : - Signification de l acte de saisie au tiers saisi qui est tenu de déclarer au créancier l étendue de ses obligations à l égard du débiteur (article 44 de la loi du 9 juillet 1991). Cette déclaration doit en principe être faite sur le champ (article 59 du décret du 31 juillet 1992). Par dérogation, le comptable public dispose d un délai de 24 heures (article 5 du décret du 31 juillet 1993). - Dénonciation de la saisie au débiteur, par acte d huissier de justice, dans un délai de huit jours, sous peine de caducité. - Paiement par le tiers saisi, sur présentation d un certificat délivré par le secrétariat-greffe attestant qu aucune contestation n a été formée dans le mois suivant la dénonciation de la saisie. 9

10 ANNEXE 3 COPIES D ECRAN Ecran n 1 tiers divergent fixe sur le poste tiers Cette technique du tiers divergent fixe ne doit en principe pas être utilisé 10

11 Ecran n 2 tiers divergent autorisé sur la pièce 1 pop up apparaît, il faut renseigner le n fourn divergent Cliquer sur destination pmt autor 11

12 Ecran n 3 Prise en compte d un tiers divergent autorisé sur une facture 12

13 écran n 3 suite Cliquer sur l aide à la recherche, le tiers divergent est récupéré automatiquement 13

DES MEUBLES INCORPORELS

DES MEUBLES INCORPORELS de meubles incorporels (aussi appelée saisie-arrêt) est une procédure au moyen de laquelle il est possible pour un créancier d appréhender les biens dématérialisés constituant le patrimoine de son débiteur

Plus en détail

TITRE 3 LA SAISIE DES BIENS PLACES DANS UN COFFRE-FORT

TITRE 3 LA SAISIE DES BIENS PLACES DANS UN COFFRE-FORT 158 TITRE 3 LA SAISIE DES BIENS PLACES DANS UN COFFRE-FORT 159 LA SAISIE DES BIENS PLACES DANS UN COFFRE-FORT...en bref... Cette procédure permet d'appréhender les biens placés dans un coffre-fort appartenant

Plus en détail

DES MEUBLES INCORPORELS

DES MEUBLES INCORPORELS Un bien meuble incorporel est un bien qui n a pas d existence matérielle. C est un bien impalpable (ex : une somme d argent, les parts d une société). En France, il existe différents types de saisies de

Plus en détail

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE A QUI INCOMBE LE RECOUVREMENT DES CHARGES? Le rôle du syndic : Le non-paiement des charges par un ou plusieurs copropriétaires oblige

Plus en détail

Une saisie européenne des avoirs bancaires Éléments de procédure

Une saisie européenne des avoirs bancaires Éléments de procédure Une saisie européenne des avoirs bancaires Éléments de procédure Ce projet est cofinancé par l Union européenne 2 Europe Une saisie européenne des avoirs bancaires Éléments de procédure Prise de position

Plus en détail

Schéma de la procédure de poursuite

Schéma de la procédure de poursuite Schéma de la procédure de poursuite Acteur responsable pour l'étape Créancier Débiteur Office compétent Juge S A I S I E P O U R S U I T E Paiement Avis de saisie Exécution de la saisie Réquisition de

Plus en détail

Article 6 Article 7 Article 8

Article 6 Article 7 Article 8 Loi n 98-4 du 2 février 1998, relative aux sociétés de recouvrement des créances telle que modifiée par les textes subséquents et notamment la loi n 2003-42 du 9 juin 2003. Article premier- La présente

Plus en détail

SEQUESTRE ET DISTRIBUTION DU PRIX DE VENTE DE FONDS DE COMMERCE

SEQUESTRE ET DISTRIBUTION DU PRIX DE VENTE DE FONDS DE COMMERCE SEQUESTRE ET DISTRIBUTION DU PRIX DE VENTE DE FONDS DE COMMERCE Le séquestre obligatoire du prix d une vente de fonds de commerce est extrêmement important pour : - l acquéreur, afin de lui garantir qu

Plus en détail

LES RECOURS EN CAS DE NON PAIEMENT DE LA PENSION ALIMENTAIRE

LES RECOURS EN CAS DE NON PAIEMENT DE LA PENSION ALIMENTAIRE LES RECOURS EN CAS DE NON PAIEMENT DE LA PENSION ALIMENTAIRE Le cadre général Lorsque le juge aux affaires familiales a fixé la pension alimentaire pour un époux ou pour les enfants, cette décision s'impose

Plus en détail

Partie III INSTRUMENTS DE PAIEMENT ET DE CREDITS Section 1 - Instruments de paiement

Partie III INSTRUMENTS DE PAIEMENT ET DE CREDITS Section 1 - Instruments de paiement Partie III INSTRUMENTS DE PAIEMENT ET DE CREDITS Section 1 - Instruments de paiement Sous section 1 Le chèque bancaire Fonctions Retrait Crédit Preuve Garantie Avantages et inconvénients Bénéficiaire Créancier

Plus en détail

Guide des maniements de fonds clients à l usage des avocats. Gestion par le cabinet d avocats...et ses relations avec la Carpa

Guide des maniements de fonds clients à l usage des avocats. Gestion par le cabinet d avocats...et ses relations avec la Carpa Guide des maniements de fonds clients à l usage des avocats Gestion par le cabinet d avocats...et ses relations avec la Carpa Depuis le décret du 10 avril 1954, modifié par le décret du 30 novembre 1956,

Plus en détail

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part,

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part, CONVENTION D INTERMEDIAIRE D ASSURANCES. Entre les soussignés, ci-après dénommés «les Parties» : a) IBS Europe s.a. dont le siège social est situé au N 68 de la Route de Luxembourgà L-4972 DIPPACH (Grand

Plus en détail

CONVENTION DE COMPTE DE DEPOT EN DEVISES

CONVENTION DE COMPTE DE DEPOT EN DEVISES La convention de compte de dépôt en devise, ci-après dénommée la «Convention», se compose des présentes Conditions Générales, des Conditions Particulières et des Conditions tarifaires applicables à la

Plus en détail

MARCHES PUBLICS DE TECHNIQUES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION

MARCHES PUBLICS DE TECHNIQUES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION MARCHES PUBLICS DE TECHNIQUES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION REGION ALSACE DIRECTION DE L ENVIRONNEMENT ET DE L AMENAGEMENT 1 place Adrien Zeller BP 91006 67070 Strasbourg Cedex DEPLOIEMENT, PARAMETRAGE

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE SERVICES. MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE Passé en application de l article 28 du code des marchés publics ACTE D ENGAGEMENT

MARCHE PUBLIC DE SERVICES. MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE Passé en application de l article 28 du code des marchés publics ACTE D ENGAGEMENT PREFET DU HAUT-RHIN MARCHE PUBLIC DE SERVICES MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE Passé en application de l article 28 du code des marchés publics ACTE D ENGAGEMENT ASSURANCE DE LA FLOTTE AUTOMOBILE DE LA PREFECTURE

Plus en détail

INFOGREFFE.FR LE PORTAIL DE L INFORMATION LÉGALE DES ENTREPRISES ET DE TOUTES VOS FORMALITÉS

INFOGREFFE.FR LE PORTAIL DE L INFORMATION LÉGALE DES ENTREPRISES ET DE TOUTES VOS FORMALITÉS INFOGREFFE.FR LE PORTAIL DE L INFORMATION LÉGALE DES ENTREPRISES ET DE TOUTES VOS FORMALITÉS Extrait Kbis L extrait Kbis : la «carte d identité» de l entreprise L obtenir et disposer en permanence d un

Plus en détail

OHADA Acte uniforme portant organisation des procédures simplifiées de recouvrement et des voies d exécution

OHADA Acte uniforme portant organisation des procédures simplifiées de recouvrement et des voies d exécution Acte uniforme portant organisation des procédures simplifiées de recouvrement et des voies d exécution Acte adopté le 10 avril 1998 et paru au JO n 6 du 1 er juillet 1998 Index [NB - les chiffres renvoient

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2005-10

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2005-10 Tunis, le 14 juillet 2005 CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2005-10 Objet : Tenue et administration des comptes de certificats de dépôt et des comptes de billets de trésorerie. Le Gouverneur de

Plus en détail

D) Un pouvoir spécial si le déclarant n est pas le responsable légal de l entreprise (Cf. modèle en annexe 7)

D) Un pouvoir spécial si le déclarant n est pas le responsable légal de l entreprise (Cf. modèle en annexe 7) DEMANDE D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE REDRESSEMENT JUDICIAIRE ou de LIQUIDATION JUDICIAIRE (anciennement dénomée «dépôt de bilan» ou «déclaration de cessation des paiements») Votre dossier doit être déposé

Plus en détail

D)- un pouvoir spécial si le déclarant n'est pas le responsable légale de l'entreprise (Cf. modèle en annexe 7)

D)- un pouvoir spécial si le déclarant n'est pas le responsable légale de l'entreprise (Cf. modèle en annexe 7) DEMANDE D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE REDRESSEMENT JUDICIAIRE ou DE LIQUIDATION JUDICIAIRE (anciennement dénommée «dépôt de bilan» ou «déclaration de cessation des paiements») Votre dossier doit être

Plus en détail

Procédure de recouvrement d impayés

Procédure de recouvrement d impayés Procédure de recouvrement d impayés En cas de facture non payée à échéance, on engage ce que l on appelle une procédure de recouvrement d impayés. Afin d optimiser vos chances d obtenir le paiement, il

Plus en détail

Conditions Générales

Conditions Générales ADHESION AUX SYSTEMES DE PAIEMENT PAR CARTES BANCAIRES Conditions Générales BANQUE DE SAVOIE SOMMAIRE : ADHESION AU SYSTEME RESEAU CB A AUTOMATE Chapitre A-1 : Condition Générales d adhésion au système

Plus en détail

VERONE. Cependant les sûretés sont régies par le Code Civil et le Code de Commerce.

VERONE. Cependant les sûretés sont régies par le Code Civil et le Code de Commerce. Thème N 4 LES VOIES D EXECUTION VERONE Les voies d exécution sont régies en France par la loi du 9 juillet 1991 portant réforme des procédures civiles d exécution et du décret du 18 décembre 1992. Rares

Plus en détail

COMMUNE DE ROCHEMAURE (07) NETTOYAGE DE LOCAUX COMMUNAUX

COMMUNE DE ROCHEMAURE (07) NETTOYAGE DE LOCAUX COMMUNAUX 2 Place de la Mairie BP19 07400 ROCHEMAURE Maître d ouvrage COMMUNE DE ROCHEMAURE (07) NETTOYAGE DE LOCAUX COMMUNAUX ACTE D ENGAGEMENT Le présent acte d engagement comporte 17 pages Acte d engagement -

Plus en détail

Convention de Compte de Dépôt et de. de la Banque BCP. Conditions générales (clientèle des particuliers)

Convention de Compte de Dépôt et de. de la Banque BCP. Conditions générales (clientèle des particuliers) Convention de Compte de Dépôt et de Services Bancaires de la Banque BCP Conditions générales (clientèle des particuliers) En vigueur à partir du 1 er janvier 2014 SOMMAIRE LE COMPTE DE DÉPÔT ET LES SERVICES

Plus en détail

OBJECTIFS : SAVOIR - Appréhender les principes juridiques concernant le chèque impayé. TEMPS PREVU : 0 h 30

OBJECTIFS : SAVOIR - Appréhender les principes juridiques concernant le chèque impayé. TEMPS PREVU : 0 h 30 ACTIVITE: ASSURER LES TRAVAUX COMPTABLES COURANTS Module 1 : Maîtriser les techniques de base de la comptabilité Séquence 2: Comptabiliser les documents bancaires et effectuer le suivi de la trésorerie

Plus en détail

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes 13 septembre 2005 GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes Ce glossaire a été élaboré sous l égide du CCSF. Il est conçu à des fins purement informatives, et destiné à vous aider à comprendre les termes

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE Décret n o 2014-736 du 30 juin 2014 pris pour l application de l ordonnance n o 2014-326 du 12 mars 2014 portant réforme de la prévention

Plus en détail

Date de notification... Montant T.T.C...

Date de notification... Montant T.T.C... MARCHE DE PRESTATION INTELLECTUELLE N. Du. ACTE D'ENGAGEMENT Objet du marché : Etablissement d une méthodologie d évaluation de l écotoxicité des sédiments marins et fluviaux dans le cadre de la démarche

Plus en détail

Guide des maniements de fonds clients à l usage des avocats A jour de la législation et de la réglementation au 1 er décembre 2012

Guide des maniements de fonds clients à l usage des avocats A jour de la législation et de la réglementation au 1 er décembre 2012 Guide des maniements de fonds clients à l usage des avocats A jour de la législation et de la réglementation au 1 er décembre 2012 Gestion par le cabinet d avocats...et ses relations avec la Carpa JANVIER

Plus en détail

CIRCULAIRE N 06/00 RELATIVE A LA GESTION INDIVIDUELLE DE PORTEFEUILLE EN VERTU D UN MANDAT PAR UNE SOCIETE DE BOURSE

CIRCULAIRE N 06/00 RELATIVE A LA GESTION INDIVIDUELLE DE PORTEFEUILLE EN VERTU D UN MANDAT PAR UNE SOCIETE DE BOURSE Rabat, le 25 décembre 2000 CIRCULAIRE N 06/00 RELATIVE A LA GESTION INDIVIDUELLE DE PORTEFEUILLE EN VERTU D UN MANDAT PAR UNE SOCIETE DE BOURSE Aux termes de l'article premier du Dahir portant loi n 1-93-212

Plus en détail

JURISINFO FRANCO-ALLEMAND Octobre 2012 LE RECOUVREMENT DE CREANCES EN ALLEMAGNE

JURISINFO FRANCO-ALLEMAND Octobre 2012 LE RECOUVREMENT DE CREANCES EN ALLEMAGNE LES NOTES D'INFORMATION ION JURIDIQUE SERVICE JURIDIQUE JURISINFO FRANCO-ALLEMAND Octobre 2012 Avertissement : Cette note a pour but de donner une information générale et ne peut remplacer une étude juridique

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES

CONDITIONS GENERALES CONDITIONS GENERALES 1. Sauf stipulation contraire écrite, toutes offres et toutes conventions (même celles à venir) sont régies par les présentes conditions, lesquelles en font partie intégrante et priment

Plus en détail

MARCHE PUBLIC A PROCEDURE ADAPTEE DE SERVICES ACTE D ENGAGEMENT

MARCHE PUBLIC A PROCEDURE ADAPTEE DE SERVICES ACTE D ENGAGEMENT POUVOIR ADJUDICATEUR : PETR DU PAYS DE LA DEODATIE OPERATION : REFERENT ENERGIE Marché n : 012015 MARCHE PUBLIC A PROCEDURE ADAPTEE DE SERVICES ACTE D ENGAGEMENT Conseil et accompagnement des hébergeurs

Plus en détail

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon www.facdedroit-lyon3.com

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon www.facdedroit-lyon3.com La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon www.facdedroit-lyon3.com Fiche à jour au 1 er octobre 2006 FIICHE PEDAGOGIIQUE VIIRTUELLE Diplôme : Master 1

Plus en détail

Annexe à l arrêté portant visa du Règlement du Conseil du Marché Financier relatif à la tenue et à l administration des comptes en valeurs mobilières

Annexe à l arrêté portant visa du Règlement du Conseil du Marché Financier relatif à la tenue et à l administration des comptes en valeurs mobilières Annexe à l arrêté portant visa du Règlement du Conseil du Marché Financier relatif à la tenue et à l administration des comptes en valeurs mobilières Le collège du Conseil du Marché Financier, Vu la loi

Plus en détail

Position du CNC relative au traitement comptable applicable aux cessions de créances futures dans le cadre de contrats de partenariats publics-privés

Position du CNC relative au traitement comptable applicable aux cessions de créances futures dans le cadre de contrats de partenariats publics-privés CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ 5 MARS 2009 Position du CNC relative au traitement comptable applicable aux cessions de créances futures dans le cadre de contrats de partenariats publics-privés 1/11

Plus en détail

BANCAIRES DANS LES ETATS- PARTIES AU TRAITE DE L'OHADA Par Maître Mathieu SOME, Avocat au barreau du Burkina Faso

BANCAIRES DANS LES ETATS- PARTIES AU TRAITE DE L'OHADA Par Maître Mathieu SOME, Avocat au barreau du Burkina Faso Sous-thème N 3 : LA SAISIE DES COMPTES BANCAIRES DANS LES ETATS- PARTIES AU TRAITE DE L'OHADA Par Maître Mathieu SOME, Avocat au barreau du Burkina Faso La saisie des comptes bancaires est réglementée

Plus en détail

MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX

MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX Mairie de Saint-Sébastien-sur-Loire Service Marchés Publics Place Marcellin Verbe BP 63329 44233 SAINT SEBASTIEN SUR LOIRE Tél: 02 40 80 85 67 MISE EN PLACE D UNE ALARME INTRUSION

Plus en détail

Comores Décret relatif aux marques

Comores Décret relatif aux marques Comores Décret relatif aux marques Décret n 65-621 du 27 juillet 1965 [NB - Décret n 65-621 du 27 juillet 1965 portant application de la loi du 31 décembre 1964 sur les marques de fabrique, de commerce

Plus en détail

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Direction des Affaires Juridiques MARCHES PUBLICS ET ACCORDS-CADRES DECLARATION DE SOUS-TRAITANCE

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Direction des Affaires Juridiques MARCHES PUBLICS ET ACCORDS-CADRES DECLARATION DE SOUS-TRAITANCE MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Direction des Affaires Juridiques MARCHES PUBLICS ET ACCORDS-CADRES DECLARATION DE SOUS-TRAITANCE NOTICE EXPLICATIVE DC4 NOTICE Le formulaire DC4 peut être utilisé

Plus en détail

Formation 12. Lutter contre les impayés. Formation + modèle de contrat. Module 1 : LES OUTILS POUR CONNAITRE LA SOLVABILITE DES CLIENTS

Formation 12. Lutter contre les impayés. Formation + modèle de contrat. Module 1 : LES OUTILS POUR CONNAITRE LA SOLVABILITE DES CLIENTS Formation 12 Lutter contre les impayés. Formation + modèle de contrat. Module 1 : LES OUTILS POUR CONNAITRE LA SOLVABILITE DES CLIENTS A - LES OUTILS INTERNES DE L'ENTREPRISE 1 - Le service commercial

Plus en détail

ARISTOPHIL GUIDE DE SAISIE EN LIGNE. Référencement

ARISTOPHIL GUIDE DE SAISIE EN LIGNE. Référencement ARISTOPHIL Par jugement en date du 16 février 2015, le Tribunal de Commerce de Paris a ouvert une procédure de redressement judiciaire à l égard de la SAS ARISTOPHIL, ayant pour numéro de siren 445214430,

Plus en détail

Telle est, Monsieur le Président de la République, l économie du présent projet de décret que j ai l honneur de soumettre à votre signature.

Telle est, Monsieur le Président de la République, l économie du présent projet de décret que j ai l honneur de soumettre à votre signature. REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un but - Une Foi ----------------- DECRET N 83-423 du 21 AVRIL 1983 RELATIF AUX ACTIVITES DE TRANSACTION ET DE GESTION IMMOBILIERES RAPPORT DE PRESENTATION La loi n 82-07

Plus en détail

CONDITIONS SPÉCIALES

CONDITIONS SPÉCIALES ASSURANCE-CRÉDIT POLICE INDIVIDUELLE D ASSURANCE-CRÉDIT CONDITIONS SPÉCIALES ETABLISSEMENTS DE CREDIT Garantie d un crédit acheteur - DGP 507 A - SOMMAIRE Article 1 Prise d effet de la garantie 5 Article

Plus en détail

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée La loi n 2010-658 du 15 juin 2010 relative à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée (EIRL) : l essentiel à retenir pour procéder au dépôt de la déclaration d affectation du patrimoine auprès

Plus en détail

ordre 1 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE PREMIER CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES ET PRINCIPES Section I Définition et législation Rôle du notaire

ordre 1 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE PREMIER CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES ET PRINCIPES Section I Définition et législation Rôle du notaire ordre 1 TABLE DES MATIÈRES Inhoud.............................................................. 9 Table alphabétique.................................................... 17 Zaakregister..........................................................

Plus en détail

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES Objectif: Examiner la réglementation des rapports entre le client et le banquier à travers l étude des contrats bancaires. LES CONTRATS BANCAIRES : La banque, comme

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Traitement comptable de contrats de factoring. Projet d avis

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Traitement comptable de contrats de factoring. Projet d avis COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Traitement comptable de contrats de factoring Projet d avis Introduction Le factoring peut être défini comme une technique qui, en vertu d un contrat conclu avec un organisme

Plus en détail

CONVENTION DE COMPTE DE DÉPÔT ET SERVICES ASSOCIÉS DE LA CAISSE D EPARGNE

CONVENTION DE COMPTE DE DÉPÔT ET SERVICES ASSOCIÉS DE LA CAISSE D EPARGNE CONVENTION DE COMPTE DE DÉPÔT ET SERVICES ASSOCIÉS DE LA CAISSE D EPARGNE Conditions Générales en vigueur à compter du 1 er février 2014 (Clientèle des particuliers) CONVENTION DE COMPTE DE DÉPÔT ET SERVICES

Plus en détail

CIRCULAIRE N 01/02 (annule et remplace la circulaire n 01/00)

CIRCULAIRE N 01/02 (annule et remplace la circulaire n 01/00) Rabat, le 11 mars 2002 CIRCULAIRE N 01/02 (annule et remplace la circulaire n 01/00) RELATIVE A LA RELATION ENTRE LES SOCIETES DE BOURSE ET LEUR CLIENTELE DANS LE CADRE DE L ACTIVITE D INTERMEDIATION Aux

Plus en détail

LIVRE I - PROCÉDURES SIMPLIFIÉES DE RECOUVREMENT

LIVRE I - PROCÉDURES SIMPLIFIÉES DE RECOUVREMENT ACTE UNIFORME PORTANT ORGANISATION DES PROCÉDURES SIMPLIFIÉES DE RECOUVREMENT ET DES VOIES D'EXÉCUTION Date d adoption : 10 avril 1998 Date d entrée en vigueur : 10juillet 1998 Le Conseil des Ministres

Plus en détail

Nouvel agent comptable les indispensables à la prise de poste

Nouvel agent comptable les indispensables à la prise de poste Nouvel agent comptable les indispensables à la prise de poste Cette fiche ne se prétend pas exhaustive, elle permettra toutefois à un nouvel agent comptable de prendre un poste dans les meilleures conditions

Plus en détail

ANNEXE N 3 : CREDIT-BAIL ET LOCATION-VENTE

ANNEXE N 3 : CREDIT-BAIL ET LOCATION-VENTE ANNEXE N 3 : CREDIT-BAIL ET LOCATION-VENTE Les schémas d écritures n 1, 2 et 3 se rapportent à deux formules de location-vente qui devraient être les plus couramment utilisées dans les contrats de ce type

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION DE COMPTE DE DEPOT

CONVENTION DE GESTION DE COMPTE DE DEPOT CONVENTION DE GESTION DE COMPTE DE DEPOT Entre les soussignés : BANQUE ATTIJARI DE TUNISIE, société anonyme au capital de 150 Millions de dinars, dont le siége social est à Tunis 95 Avenue de la liberté,

Plus en détail

Budget Finances Comptabilité. Manuel d utilisation

Budget Finances Comptabilité. Manuel d utilisation Budget Finances Comptabilité Manuel d utilisation Dépenses - Tome 5 Carte Achat Version 1.5 Février 2015 Mises à jour du document Ce qui est nouveau Thème Chapitre Page Ce qui a évolué Thème Chapitre Page

Plus en détail

Mode d emploi. des services en ligne. Tiers déclarants - Experts-comptables

Mode d emploi. des services en ligne. Tiers déclarants - Experts-comptables Mode d emploi des services en ligne Tiers déclarants - Experts-comptables Après authentification sur www.urssaf.fr vous naviguez dans un espace sécurisé VOUS ACCÉDEZ À L'ENSEMBLE DES SERVICES : Panorama

Plus en détail

CONTRAT DE DOMICILIATION

CONTRAT DE DOMICILIATION Entre les soussignés OPSI INFORMATIQUE 31-33, Rue Etienne RICHERAND 69003 Lyon Désignée ci-après sous la dénomination «CENTRAL OFFICE» et représenté par Monsieur Philippe SCHEIN. d une part, Et, Forme

Plus en détail

des sûretés Jean-Jacques LECAT Avocat Associé E-mail : jean-jacques.lecat@cms-bfl.com Pierre Marly Avocat Associé E-mail : pierre.marly@cms-bfl.

des sûretés Jean-Jacques LECAT Avocat Associé E-mail : jean-jacques.lecat@cms-bfl.com Pierre Marly Avocat Associé E-mail : pierre.marly@cms-bfl. Le nouveau droit OHADA des sûretés Jean-Jacques LECAT Avocat Associé E-mail : jean-jacques.lecat@cms-bfl.com Pierre Marly Avocat Associé E-mail : pierre.marly@cms-bfl.com Juin 2011 Sommaire Introduction

Plus en détail

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER DROITS DES CREANCIERS 23/07/2012 Lorsqu une entreprise éprouve des difficultés financières telles qu elle se trouve en état de cessation des paiements, il y a lieu d ouvrir une procédure judiciaire. Cette

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX ACTE D'ENGAGEMENT (AE)

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX ACTE D'ENGAGEMENT (AE) REMPLACEMENT D UN DES GROUPES DE PRODUCTION D EAU GLACEE DU RECTORAT DE TERREVILLE MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX ACTE D'ENGAGEMENT (AE) Pouvoir adjudicateur exerçant la maîtrise d'ouvrage Madame la Rectrice

Plus en détail

Chapitre 8. Les règlements et le rapprochement bancaire

Chapitre 8. Les règlements et le rapprochement bancaire Chapitre 8 et le rapprochement bancaire Les opérations financières Le rapprochement bancaire Les moyens de règlement sont divers : espèces, chèque, virement, carte bancaire, lettre de change, etc. Ils

Plus en détail

D exia CLF Banque. Conditions et Tarifs

D exia CLF Banque. Conditions et Tarifs D exia CLF Banque Conditions et Tarifs Mise à jour au 1 er octobre 2010 Sommaire Le compte bancaire... p. 3 Les règlements et encaissements... p. 3 Les opérations sur effets de commerce et Loi Dailly...

Plus en détail

Mode d emploi. des services en ligne. Employeurs régime général. Après authentification sur www.urssaf.fr vous naviguez dans un espace sécurisé

Mode d emploi. des services en ligne. Employeurs régime général. Après authentification sur www.urssaf.fr vous naviguez dans un espace sécurisé Mode d emploi des services en ligne Employeurs régime général Après authentification sur www.urssaf.fr vous naviguez dans un espace sécurisé VOUS ACCÉDEZ À L'ENSEMBLE DES SERVICES : Panorama des comptes

Plus en détail

LA PRIME. Date FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE. contact : soutienpme@medef.fr

LA PRIME. Date FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE. contact : soutienpme@medef.fr Date 2009 FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE QU EST-CE QUE LA PROCEDURE DE SAUVEGARDE ET QUELS AVANTAGES POUR L ENTREPRISE EN DIFFICULTE? LA PRIME La procédure de sauvegarde est une procédure

Plus en détail

RECOUVREMENT DES CHEQUES SANS PROVISION 23/08/2010 Il y a émission de chèque sans provision dès lors qu un débiteur remet en paiement au créancier un chèque bancaire ou postal alors qu'il ne possède pas

Plus en détail

LOI N 2004-045 du 14 janvier 2005. (JO n 2966 du 25.04.05, p.3450) CHAPITRE PREMIER DE LA PREVENTION DES INFRACTIONS

LOI N 2004-045 du 14 janvier 2005. (JO n 2966 du 25.04.05, p.3450) CHAPITRE PREMIER DE LA PREVENTION DES INFRACTIONS LOI N 2004-045 du 14 janvier 2005 relative à la prévention et la répression des infractions en matière de chèques (JO n 2966 du 25.04.05, p.3450) CHAPITRE PREMIER DE LA PREVENTION DES INFRACTIONS Article

Plus en détail

DHB BANQUE CONDITIONS GENERALES DES OPERATIONS BANCAIRES

DHB BANQUE CONDITIONS GENERALES DES OPERATIONS BANCAIRES DHB BANQUE CONDITIONS GENERALES DES OPERATIONS BANCAIRES Article 1 : Domaine d application - amendements 1.1. Toutes les relations entre les agences belges de la DHB BANQUE («la Banque») et le client sont

Plus en détail

«Management de la paie et gestion du contentieux de la sécurité sociale»

«Management de la paie et gestion du contentieux de la sécurité sociale» SEMINAIRE INTERNATIONAL DU CADEV Thème : «Management de la paie et gestion du contentieux de la sécurité sociale» KRIBI, Cameroun, 7 9 Octobre 2009 Mieux comprendre la saisie-attribution des rémunérations

Plus en détail

Direction Générale des Services du Trésor 12/03/2012 2

Direction Générale des Services du Trésor 12/03/2012 2 Direction Générale des Services du Trésor 12/03/2012 2 SÉMINAIRE DE FORMATION SUR LA COMPTABILITÉ AUXILIAIRE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX, DES INSTITUTIONS CONSTITUTIONNELLES, DES ADMINISTRATIONS

Plus en détail

Mission d appui au déploiement du décret du 7 novembre 2012 relatif à la comptabilité budgétaire et la comptabilité publique GBCP-

Mission d appui au déploiement du décret du 7 novembre 2012 relatif à la comptabilité budgétaire et la comptabilité publique GBCP- MARCHE PUBLIC DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES Direction financière et technique Service des marchés publics Dossier suivi par : Service des marchés publics Ligne directe : 01 49 77 38 71 Fax direct : 01

Plus en détail

Éléments juridiques sur la carte d achat

Éléments juridiques sur la carte d achat Annexe 2 Éléments juridiques sur la carte d achat Définition et champ d application. La carte d achat est une [art. 1.] modalité d exécution des marchés publics. C est donc à la fois une modalité de commande

Plus en détail

REUNIONS GESTIONNAIRES AVRIL 2005 Sujets traités

REUNIONS GESTIONNAIRES AVRIL 2005 Sujets traités REUNIONS GESTIONNAIRES AVRIL 2005 Sujets traités 1- Exécution du budget 2005 : mise en place des crédits / Consommation 2 - Evolution du code des marchés publics : nouveaux seuils pour les marchés en procédure

Plus en détail

Glossaire. Pour bien comprendre le vocabulaire de la banque

Glossaire. Pour bien comprendre le vocabulaire de la banque Glossaire Pour bien comprendre le vocabulaire de la banque A COMME... AGIOS Également appelés «intérêts débiteurs», les agios sont les intérêts dus à la banque, lorsqu un compte présente un solde débiteur

Plus en détail

CONVENTION DE COMPTE PROFESSIONNELS CONVENTION DE COMPTE PROFESSIONNELS. Conditions Générales

CONVENTION DE COMPTE PROFESSIONNELS CONVENTION DE COMPTE PROFESSIONNELS. Conditions Générales CONVENTION DE COMPTE PROFESSIONNELS CONVENTION DE COMPTE PROFESSIONNELS Conditions Générales Sommaire ARTICLE 1 LE COMPTE COURANT : GENERALITES 03 ARTICLE 2 L OUVERTURE DU COMPTE COURANT 2.1. Les formalités

Plus en détail

MARCHE DE L ESPCI PARISTECH n b110275 Etabli en application du décret n 2006-975 du 01 août 2006 Portant code des marchés publics

MARCHE DE L ESPCI PARISTECH n b110275 Etabli en application du décret n 2006-975 du 01 août 2006 Portant code des marchés publics ÉCOLE SUPÉRIEURE DE PHYSIQUE ET DE CHIMIE INDUSTRIELLES DE LA VILLE DE PARIS MARCHE DE L ESPCI PARISTECH n b110275 Etabli en application du décret n 2006-975 du 01 août 2006 Portant code des marchés publics

Plus en détail

DESCRIPTION GENERALE DU FONCTIONNEMENT FISCAL DU SYSTEME DE LIQUIDATION X/N

DESCRIPTION GENERALE DU FONCTIONNEMENT FISCAL DU SYSTEME DE LIQUIDATION X/N Annexe 3.0. DESCRIPTION GENERALE DU FONCTIONNEMENT FISCAL DU SYSTEME DE LIQUIDATION X/N Modalités fiscales du fonctionnement du système de liquidation mentionné à l'article 1er, 1 de la loi du 6 août 1993

Plus en détail

NOM-PRÉNOM : RAISON SOCIALE : NUMÉRO DE COMPTE :

NOM-PRÉNOM : RAISON SOCIALE : NUMÉRO DE COMPTE : NOM-PRÉNOM : RAISON SOCIALE : NUMÉRO DE COMPTE : CONVENTION DE COMPTE COURANT PERSONNES MORALES ET ENTREPRENEURS Conditions générales - Version octobre 2010 SOMMAIRE TITRE PRÉLIMINAIRE (page 3) CHAPITRE

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2011/23 - Traitement comptable de contrats de factoring. Avis du 5 octobre 2011

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2011/23 - Traitement comptable de contrats de factoring. Avis du 5 octobre 2011 COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2011/23 - Traitement comptable de contrats de factoring Avis du 5 octobre 2011 Introduction Le factoring peut être défini comme une technique qui, en vertu d un

Plus en détail

CONVENTION DE COMPTE ENTREPRISES. conditions générales de fonctionnement du compte courant

CONVENTION DE COMPTE ENTREPRISES. conditions générales de fonctionnement du compte courant E N T R E P R I S E S CONVENTION DE COMPTE ENTREPRISES conditions générales de fonctionnement du compte courant Sommaire Les présentes Conditions Générales définissent les principales modalités d ouverture,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE Décret n o 2012-783 du 30 mai 2012 relatif à la partie réglementaire du code des procédures civiles d exécution NOR : JUSC1206298D

Plus en détail

Table des matières. Chapitre 2 Les réglementations européennes de lutte contre les retards et les défauts de paiement 25

Table des matières. Chapitre 2 Les réglementations européennes de lutte contre les retards et les défauts de paiement 25 Table des matières Présentation du guide 7 Contenu du guide 7 Adresses utiles 8 Chapitre 1 Les retards de paiement en Europe 15 Section I La crise économique et les retards de paiement 15 Section II Cartographie

Plus en détail

FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE

FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE Les règles de gestion posées par la loi du 10 juillet 1965 fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis sont à compléter

Plus en détail

Fiche n 11. Les ressources affectées

Fiche n 11. Les ressources affectées DGOS / DGFiP BureauPF1 / CL1B Mise à jour Septembre 2013 Fiche n 11 Les ressources affectées Objet de la fiche La présente fiche a pour objet : de définir la notion de ressources affectées. Cette définition

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES

CONDITIONS GENERALES CONDITIONS GENERALES Applicables aux produits d épargne proposés par VTB Bank (France) SA (31/03/2014) Dispositions générales Article 1 : Offre de VTB Bank (France) SA VTB Bank (France) SA (la Banque)

Plus en détail

F I C H E 57: L A RÉCUPÉRATION DES CRÉANCES D AIDE SOC I ALE

F I C H E 57: L A RÉCUPÉRATION DES CRÉANCES D AIDE SOC I ALE F I C H E 57: L A RÉCUPÉRATION DES CRÉANCES D AIDE SOC I ALE Code de l action sociale et des familles Articles L 132-8 et suivant Articles L 132-9 R 132-13 à R 132-16 Article L 344-5 Article L 351-1 Code

Plus en détail

OPERATIONS NON BUDGETAIRES

OPERATIONS NON BUDGETAIRES OPERATIONS NON BUDGETAIRES 1 Dotation ou apport 2 Affectation services non dotés de la personnalité morale 3 Affectation services dotés de la personnalité morale 4 Désaffectation ou retour d un bien affecté

Plus en détail

Projet de loi Q 6 9 cdmiliétant la loi n 15.95. formant code de commerce

Projet de loi Q 6 9 cdmiliétant la loi n 15.95. formant code de commerce Royaume du Maroc Ministère de l'industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies..: (L C I j

Plus en détail

PIECES COMPTABLES ET DOCUMENTS DE PAIEMENT

PIECES COMPTABLES ET DOCUMENTS DE PAIEMENT PIECES COMPTABLES ET DOCUMENTS DE PAIEMENT 1. Les pièces comptables A. La facture Définition : Etat détaillé des biens et services vendus que le fournisseur remet ou envoie à l acheteur. C est un document

Plus en détail

Ordonnance concernant la convention de double imposition américano-suisse du 2 octobre 1996

Ordonnance concernant la convention de double imposition américano-suisse du 2 octobre 1996 Ordonnance concernant la convention de double imposition américano-suisse du 2 octobre 1996 672.933.61 du 15 juin 1998 (Etat le 30 novembre 2011) Le Conseil fédéral suisse, vu l arrêté fédéral du 22 juin

Plus en détail

Convention de compte de dépôt et services associés

Convention de compte de dépôt et services associés Convention de compte de dépôt et services associés Conditions Générales (Version 17 en vigueur au 1 er février 2014) Clientèle des particuliers 1 2 SOMMAIRE : LE COMPTE DE DEPÔT ET LES SERVICES ASSOCIES

Plus en détail

Le recouvrement de créances

Le recouvrement de créances Le recouvrement de créances 008 Note Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi qu à leurs conseillers. Les termes abordés ont été volontairement vulgarisés

Plus en détail

1. Définition des composantes de la trésorerie

1. Définition des composantes de la trésorerie Avis n 2015-06 du 3 juillet 2015 relatif à la norme 10 «Les composantes de la trésorerie» du Recueil des normes comptables de l Etat Le Conseil de normalisation des comptes publics a adopté le 3 juillet

Plus en détail

Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de

Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de DELEGATION DE CREANCE D UN CONTRAT D ASSURANCE VIE RACHETABLE Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Ci-après dénommé «le Délégant», Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de Ci-après

Plus en détail

INSTRUMENTS DE PAIEMENT ET DE CRÉDIT

INSTRUMENTS DE PAIEMENT ET DE CRÉDIT INSTRUMENTS DE PAIEMENT ET DE CRÉDIT MISE À JOUR OCTOBRE 2009 Christian Gavalda Jean Stoufflet Agrégé des facultés de droit Professeur émérite de l Université de Clermont-Ferrand I Doyen honoraire de

Plus en détail

ACTE D ENGAGEMENT MISE EN ŒUVRE DE UN «NRA ZONE D OMBRE» SUR LE TERRITOIRE DE LA COMMUNE D OPPEDE

ACTE D ENGAGEMENT MISE EN ŒUVRE DE UN «NRA ZONE D OMBRE» SUR LE TERRITOIRE DE LA COMMUNE D OPPEDE ACTE D ENGAGEMENT Pouvoir adjudicateur Mairie d Oppede (84086) Objet de la consultation MISE EN ŒUVRE DE UN «NRA ZONE D OMBRE» SUR LE TERRITOIRE DE LA COMMUNE D OPPEDE Date d envoi de l avis à la publication

Plus en détail

LE CHAMP D APPLICATION

LE CHAMP D APPLICATION LES TEXTES Loi n 2001-420 du 15 mai 2001 relative aux nouvelles régulations économiques (art. 54 et 55) Décret n 2002-231 du 21 février 2002 modifiant le décret du 7 mars 2001 portant code des marchés

Plus en détail

BMCE Direct SOLUTION DE BANQUE A DISTANCE

BMCE Direct SOLUTION DE BANQUE A DISTANCE BMCE Direct SOLUTION DE BANQUE A DISTANCE Guide d utilisateur 080 100 8100 www.bmcebank.ma 140 Avenue Hassan II - Casablanca, Maroc Bienvenue dans BMCE Direct, votre service de Banque à Distance de BMCE

Plus en détail

Les partenaires du projet EJE, qui réunit les organisations représentatives de la profession

Les partenaires du projet EJE, qui réunit les organisations représentatives de la profession Commentaires sur la Proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil portant création d'une ordonnance européenne de saisie conservatoire des comptes bancaires, destinée à faciliter le recouvrement

Plus en détail