Réponse des rapporteurs luxembourgeois au questionnaire sur la saisie sur comptes bancaires (Etude JAI A3/02/2002)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Réponse des rapporteurs luxembourgeois au questionnaire sur la saisie sur comptes bancaires (Etude JAI A3/02/2002)"

Transcription

1 Réponse des rapporteurs luxembourgeois au questionnaire sur la saisie sur comptes bancaires (Etude JAI A3/02/2002) Dr. Thierry Hoscheit / Dr. Patrick Kinsch 1. Compétence des organes d exécution 1.1. Quel organe d exécution est compétent sur le fond? La saisie-arrêt sur comptes bancaires intervient par une suite d exploits d huissier de justice (exploit de saisie-arrêt signifié au tiers saisi, exploit de dénonciation de la saisie-arrêt avec assignation en validité signifié au saisi, exploit de contre-dénonciation de la saisie-arrêt signifié au tiers saisi). Seuls les huissiers de justice sont compétents pour signifier ces actes nécessaires à la validité de la saisie-arrêt Quels sont le statut juridique et la formation (professionnelle) du fonctionnaire chargé de l exécution? Les huissiers de justice sont des officiers ministériels (profession indépendante organisée par la loi, détentrice d une délégation de la puissance publique autorisant les huissiers de justice à exécuter certains actes de contrainte). La loi détermine le nombre d huissiers de justice et fixe le lieu de leur établissement. Ils sont nommés par décision du Grand-Duc. Pour être nommé aux fonctions d huissier de justice, il faut actuellement être détenteur du certificat de fin d études secondaires et avoir suivi un stage dans une étude d huissier de justice de trois années au moins. Les personnes ayant acquis les qualifications nécessaires pour accéder à la profession d avocat peuvent devenir huissier de justice après un stage de 6 mois Quel rapport lie l organe d exécution à la juridiction de l exécution? Aucun Compétence locale/internationale Il n y a pas de différence entre les règles de compétence internes et internationales Se réfère-t-on au domicile/siège du tiers débiteur? Lorsque le domicile du défendeur ne coïncide pas avec la localisation de ses avoirs et ne permet donc pas d appréhender efficacement ses avoirs, le domicile/siège du tiers saisi fixe la compétence du tribunal appelé à statuer sur la validité de la saisie-arrêt. La compétence de ce 1

2 tribunal est toutefois limitée à la question de la validité de la saisie-arrêt en tant que voie d exécution, et elle ne s étend pas à la connaissance du fond du litige. Le fond du litige doit être examiné et décidé par la juridiction compétente sur base des règles de compétence normales Lorsque le compte est tenu par une filiale (succursale) est-ce l organe d exécution du lieu de la filiale ou celui du lieu de l établissement principal/de la maison mère qui est compétent? Les huissiers de justice sont nommés auprès d un tribunal d arrondissement déterminé (il en existe deux dans le Grand-Duché de Luxembourg) et ils ne peuvent officier que sur le territoire affecté à ce tribunal d arrondissement. C est toujours le lieu auquel doit s effectuer la signification qui détermine la compétence de l huissier de justice. La saisie-arrêt opérée auprès de la maison mère située au Luxembourg affecte également les avoirs détenus auprès de toutes les succursales situées au Luxembourg. S il est admis en certaines circonstances d opérer une signification au lieu d établissement d une succursale (présence d un représentant qualifié pour traiter avec les tiers, litige né dans le ressort d activité de cette succursale), il faut cependant admettre qu une telle signification n affecte que les comptes tenus auprès de cette succursale, à l exclusion de ceux tenus auprès d autres succursales Quel est l organe d exécution compétent lorsque le compte est tenu par une filiale/un établissement secondaire doté(e) d une personnalité juridique propre? Si la signification est faite à la filiale ou à l établissement juridiquement autonome, c est le siège de cette filiale ou de cet établissement qui détermine l huissier de justice compétent Le lieu de situation du patrimoine du tiers débiteur est-il déterminant? Au stade de la procédure de saisie-arrêt bancaire contre le défendeur, seul l endroit auquel est tenu le compte du défendeur est déterminant La compétence, est-elle restreinte au patrimoine situé sur le territoire de l organe d exécution? La saisie-arrêt produit ses effets, et partant la compétence de l huissier de justice comme organe d exécution et de la juridiction en tant que juridiction de l exécution s étend, sur tous les avoirs que le tiers saisi auquel la saisie-arrêt a été signifiée détient au profit du défendeur La compétence dépend-elle du domicile/siège du débiteur? 2

3 Le domicile/siège du défendeur détermine la compétence de la juridiction pour examiner le fond du litige. Cette compétence emporte la compétence pour examiner la validité de la saisiearrêt si le domicile/siège du tiers saisi coïncide avec celui du défendeur. Dans le cas contraire, le domicile/siège du tiers saisi détermine la compétence pour examiner la validité de la saisiearrêt La compétence, est-elle restreinte au patrimoine situé sur le territoire de l organe d exécution? cf L organe d exécution compétent est-il déterminé en fonction de la juridiction du principal (c est-à-dire chargée de la délivrance du titre)? Seuls les tribunaux d arrondissement et les tribunaux de paix sont compétents, en fonction de la valeur de la créance à recouvrir (tribunal de paix si la créance est inférieure ou égale à , tribunal d arrondissement si la créance est supérieure à ), pour examiner la validité de la saisie-arrêt. aucune autre juridiction ne peut apprécier la validité d une saisie-arrêt, et ces deux juridictions ne peuvent pas examiner le fond du litige si la compétence à ce sujet est attribuée à une autre juridiction L organe d exécution compétent est-il déterminé en fonction de la juridiction chargée de l action contre le tiers débiteur? La juridiction qui a statué sur la validité de la saisie-arrêt a par la suite compétence pour examiner un éventuel litige avec le tiers saisi Existe-il des règles de compétence particulières en cas d exécution à fin de garantie? 2. La procédure d obtention de l acte d exécution 2.1. Quelles conditions le créancier doit-il remplir? Conditions générales de l exécution Le créancier doit justifier d une créance qui paraît certaine en son principe. Il ne doit pas disposer au début de la procédure d une créance certaine, liquide et exigible. 3

4 Cette apparence peut être établie à l aide d un titre, judiciaire ou autre, qui lui permet de procéder immédiatement à la signification de l exploit de saisie-arrêt. S il ne dispose pas d un quelconque titre, le créancier doit s adresser au juge (président du tribunal d arrondissement ou juge de paix, en fonction de la valeur de la créance à recouvrir) et lui exposer la situation, sur base de pièces, pour permettre à ce magistrat d apprécier si la créance paraît suffisamment certaine. Dans l affirmative, il autorise la saisie-arrêt. On constate qu en pratique, les saisissants qui ne disposent pas d un titre judiciaire ont pour habitude de solliciter cette autorisation judiciaire, alors même qu ils disposent d un titre non-judiciaire Conditions spéciales de l exécution (délais)? Aucune Quelles pièces doit-il fournir? Il doit fournir les pièces nécessaires pour démontrer sa créance : titre judiciaire de condamnation, acte authentique, facture, reconnaissance de dette, Doit-on avoir recours à un formulaire? (si oui, prière de joindre en annexe le formulaire prescrit ou communément utilisé) 2.2. Avec quelle précision le compte à saisir doit-il être désigné? Aucune. Il suffit au créancier de se référer d une façon générale aux avoirs que le tiers saisi détient pour compte du défendeur L indication générale du nom du débiteur et des coordonnées de la banque suffit-elle? Oui Si oui, des saisies fondées sur un simple soupçon (search orders) sont-elles admises? Oui, sauf que le créancier poursuivant doit supporter les frais si la procédure reste infructueuse Doit-on éventuellement (en cas de pluralité de comptes) préciser la succursale où le compte est tenu ou bien le numéro de compte exact? D autres éléments d information peuvent-ils suffire? De telles précisions ne sont pas requises. 4

5 2.3. A quels types de contrôle procède l organe d exécution: au regard des conditions de l exécution forcée? L huissier de justice en tant qu organe d exécution ne procède à aucun contrôle. Il doit seulement en cas de contestation justifier de l existence même du créancier saisissant, sous peine d engager sa propre responsabilité. Seul le juge appelé à autoriser la saisie-arrêt lorsque pareille autorisation est requise contrôle si la créance alléguée par le saisissant paraît suffisamment certaine au regard de la créance à saisir? Ni l huissier de justice, ni le juge appelé à autoriser la saisie-arrêt ne vérifient l existence de la créance à saisir Le créancier peut-il apporter des compléments à sa demande d exécution? En pratique, lorsque le juge appelé à autoriser la saisie-arrêt rencontre des problèmes, il sollicite des informations supplémentaires auprès du créancier saisissant. Lorsque la procédure est lancée par la signification des différents exploits d huissier, une procédure judiciaire contradictoire s engage entre le créancier-saisissant et le débiteur saisi. Au cours de celle-ci, le créancier peut apporter tous les compléments nécessaires pour contredire les contestations du défendeur Le débiteur est-il entendu avant que ne soit arrêtée la mesure d exécution? Si non : existe-il éventuellement des exceptions pour des comptes spéciaux (compte de salaires)? Il n existe pas de comptes spéciaux, tel que les comptes de salaires. Il existe une procédure particulière pour la saisie des salaires auprès des employeurs, au cours de laquelle le défendeur n est pas non plus entendu au début de la procédure Le débiteur peut-il demander des mesures de protection par anticipation avant le début de l exécution (protective orders) / éventuellement déposer un écrit protecteur? 5

6 La saisie-arrêt n a qu un caractère conservatoire jusqu au jugement de validation de la saisiearrêt en ce sens que le poursuivant ne peut pas appréhender les avoirs du défendeur tant que la saisie-arrêt n est pas validée. Ce n est que suite au jugement de validation que la procédure entre dans la phase d exécution qui permet au poursuivant d obtenir paiement de la part du tiers saisi. Comme ce jugement de validation fait suite à une procédure contradictoire au cours de laquelle le défendeur a pu exposer tous ses arguments, il n y a plus place à ce moment pour des mesures de protection du défendeur. Pendant la phase conservatoire, le défendeur dispose de quatre possibilités pour protéger ses droits : - la tierce opposition contre l autorisation de saisir-arrêter : si la jurisprudence a toujours refusé au défendeur le droit d interjeter appel contre l ordonnance d autorisation de saisirarrêter, au motif qu il n était pas partie à cette ordonnance, la doctrine a soulevé la possibilité pour lui de former tierce opposition. Cette possibilité n a cependant pas été appliquée ne pratique - l annulation de la saisie-arrêt par voie de référé parce qu elle constitue une voie de fait : la jurisprudence admet en principe que le défendeur peut contester la validité de la saisiearrêt lorsqu elle porte manifestement atteinte à un droit indiscutable et constitue ainsi une voie de fait commise par le poursuivant qu il convient de faire cesser. A cet effet, il saisit le juge des référés d une procédure rapide. En pratique cependant, ces demandes n aboutissent pas - la rétractation de l autorisation de saisir-arrêter : si la jurisprudence a toujours refusé au défendeur le droit d interjeter appel contre l ordonnance d autorisation de saisir-arrêter, elle admet depuis peu que le défendeur dispose sur base de l article 66 du Nouveau Code de Procédure Civile («Lorsque la loi permet ou la nécessité commande qu une mesure soit ordonnée à l insu d une partie, celle-ci dispose d un recours approprié contre la décision qui lui fait grief») d un recours autonome contre cette ordonnance qualifié de recours en rétractation. Il peut saisir le juge des référés d une demande par laquelle il demande à voir rétracter l autorisation de saisir-arrêter en exposant que la créance alléguée par le demandeur n est pas certaine - le cantonnement des effets de la saisie-arrêt : la signification de l exploit de saisie-arrêt a pour effet de bloquer entre les mains du tiers saisi tous les avoirs du défendeur qu il détient, même s ils dépassent notablement la valeur de la créance dont le recouvrement est poursuivi. Il peut alors saisir le juge des référés d une demande en cantonnement, qui a 6

7 pour effet que seul une partie de ses avoirs restent bloqués entre les mains du tiers saisi en attendant une décision sur la validité de la saisie-arrêt, et qu il peut disposer du surplus La réglementation ne prévoit pas de procédure qui permettrait au débiteur de s opposer à une saisie-arrêt dont il supposerait qu elle serait imminente. Mais dans les cas de figure où la procédure doit passer par une autorisation judiciaire, on peut imaginer qu il prend les devants et qu il informe le magistrat qui risque d être saisi de la demande en autorisation des moyens qui s opposeraient à l octroi de l autorisation. On peut penser que ce magistrat prendrait pour le moins connaissance de ces informations et sollicite le cas échéant des informations complémentaires de la part du demandeur à la saisie Combien de temps faut-il pour obtenir un acte d exécution? L obtention de l autorisation de saisir-arrêter dépend de la charge de travail du juge appelé à la délivrer, mais ne dépasse pas en règle générale un à deux jours. La signification de l exploit de saisie-arrêt par l huissier de justice dépend de la charge de travail de celui-ci, mais intervient en règle générale rapidement après la transmission de l acte à l huissier. Dans tous les cas, il est possible pour le poursuivant d intervenir auprès du juge ou de l huissier pour le rendre attentif à l urgence particulière (p. ex. s il soupçonne le défendeur de vouloir prélever ses avoirs) afin de faire avancer la procédure plus rapidement De quelle voie de recours le créancier dispose-t-il si sa demande est rejetée? Le créancier peut interjeter appel contre l ordonnance qui refuse l autorisation de saisirarrêter. Il peut aussi interjeter appel contre le jugement qui refuse de valider la saisie-arrêt Quel est l organe de contrôle compétent? Lorsque l autorisation doit être délivrée par le juge de paix ou que l instance en validation est soumise au juge de paix (créance inférieure ou égale à ), l organe de contrôle est le tribunal d arrondissement. 7

8 Lorsque l autorisation doit être délivrée par le président du tribunal d arrondissement ou que l instance en validation est soumise au tribunal d arrondissement (créance supérieure à ), l organe de contrôle est la Cour d appel Le débiteur est-il entendu durant la procédure de recours? Le débiteur n est pas entendu en cas d appel contre le refus d autoriser la saisie-arrêt. La procédure en cas d appel contre le jugement rejetant la demande en validation est contradictoire Le créancier doit-il verser une provision? Si oui, de quel montant? Comment les frais sont-ils pris en charge? Le jugement de validation de la saisie-arrêt statue sur les frais de la procédure qui peuvent être recouverts sur le perdant Applique-t-on des règles particulières au cas où le créancier ne sollicite que des mesures de sûreté? 3. La prise d effet de l acte d exécution 3.1. A qui l ordonnance/acte de saisie est-elle/il notifié(e): au débiteur? Oui, par l exploit de dénonciation avec assignation en validité (2 ième acte de la procédure) au tiers débiteur? Oui, par l exploit de saisie-arrêt (1 ier acte de la procédure). 8

9 des notifications alternatives sont-elles admises? Toutes les significations/notifications sont faites soit à personne, peu importe l endroit où se trouve la signifié/notifié, soit à domicile, où la remise peut être faite à toute personne âgée de plus de 15 ans qui accepte de réceptionner l acte. En cas de signification/notification à une personne morale, l acte peut être remis à toute personne habilitée à cet effet. Si aucune personne ne peut ou ne veut réceptionner l acte, information en est laissée dans la boîte à lettre, avec avertissement de l endroit auquel il peut être retiré et du délai endéans duquel il peut être retiré Qui est responsable de la notification : l organe d exécution? L huissier de justice en tant qu organe d exécution est responsable de la signification/notification le créancier? Quelle personne/quel organe accomplit l acte de notification? Pour les procédures tendant au recouvrement d une valeur supérieure à (emportant la compétence du tribunal d arrondissement), l huissier de justice accomplit matériellement la remise de l acte de signification/notification au défendeur en se déplaçant auprès de lui ou de son domicile. Lorsque la créance est d une valeur inférieure ou égale à (emportant la compétence du tribunal de paix), l huissier de justice vérifie l exactitude de l adresse du destinataire et procède à l envoi de l acte par voie de courrier recommandé avec accusé de réception. Dans ce cas, la remise matérielle de l acte est effectuée par l agent des postes Quelles sont les conséquences d une notification défectueuse : au tiers débiteur? La saisie-arrêt ne produit pas d effets en cas d irrégularité de l exploit de saisie-arrêt au débiteur? 9

10 La saisie-arrêt perd les effets qu elle a produits suite à la signification/notification de l exploit de saisie-arrêt au tiers saisi. 4. Objet de l acte d exécution 4.1. Quelles sont les créances visées sur le compte : La saisie-arrêt affecte la créance du défendeur à l égard de la banque telle qu elle existe au jour de la signification/notification de l exploit de saisie-arrêt, en tenant compte des écritures engendrées par des créances futures certaines au jour de la saisie-arrêt le solde de notification? cf les soldes à venir? cf les arrêtés de compte à venir? cf les versement futurs sur le compte? la ligne de crédit? 4.2. L accès au compte est-il limité au montant du titre exécutoire? Si oui, doit-on prendre en compte d éventuelles créances annexes? Si oui, les coûts de l exécution sont-ils pris en considération? Si non, y a-t-il un seuil à ne pas dépasser? 10

11 Non (sauf la procédure du cantonnement cf ) Comment s effectue la mainlevée de la saisie (le dessaisissement du tiers)? Lorsque le jugement de validation est coulé en force de chose jugée, le créancier peut s adresser au tiers saisi pour que celui-ci lui paye les sommes du défendeur qu il détient Quel est l organe d exécution compétent? Le jugement de validation est prononcé par le tribunal de paix ou le tribunal d arrondissement (en fonction de la valeur de la créance à recouvrir) Le créancier est-il entendu? Oui D autres personnes (ex. : la famille du débiteur) sont-elles entendues? Le défendeur est entendu Effets de l accord d opération en compte courant Remarque : les questions traitées sous ce point 4.3. ne font pas l objet d une réglementation par la loi et ont fait l objet de très peu de, sinon d aucune, jurisprudence. Les réponses reflètent partant en grande partie les opinions des auteurs sur des questions qui prêtent à controverse Les comptes bancaires sont-ils normalement des comptes courants? Oui Veuillez décrire sommairement les bases et les effets juridiques du compte courant: Base juridique du compte courant? Le compte courant n est pas régi par des dispositions légale spécifiques. Il s agit d un accord de nature contractuelle entre la banque et le client Effets juridiques du compte courant? L argent est une chose de genre, c est-à-dire non individualisée. Par l effet de la remise des fonds par le client à la banque, cette dernière devient propriétaire de l argent, et le client devient titulaire d un droit de créance en restitution contre la banque. 11

12 Par leur mise en compte, les créances respectives réciproques perdent leur individualité et se fondent dans un solde global, dont la valeur définitive n est établie qu au jour de la clôture du compte L accord d opération en compte courant a-t-il la priorité par rapport à l acte d exécution? L acte d exécution forcée est-il limité par l accord d opération en compte courant? Le créancier peut-il éventuellement résilier le compte? La banque peut-elle résilier le compte en raison de la saisie? Non, sauf stipulation contractuelle contraire Quels sont les effets d opérations antérieures par lesquelles le débiteur dispose des sommes présentes sur son compte (cession de créance)? La question est de savoir si au jour de la signification/notification de l acte de saisie-arrêt, la banque est toujours débitrice du défendeur, auquel cas la saisie-arrêt produit ses effets, ou si par l effet d une opération antérieure, le défendeur ne peut plus faire valoir de droit de créance contre la banque, auquel cas la saisie-arrêt ne peut plus produire d effets Peut-il efficacement disposer de ces sommes même lorsque l opération qui en résulte concerne des créances futures? cf Quelles sont les conditions à remplir pour que l efficacité ne soit pas remise en cause? cf L efficacité de telles opérations est-elle limitée dans le temps (délais)? cf Existe-il des règles spéciales qui sont applicables dans le cas des comptes communs/joints (Oder-Konten)? 12

13 L autre titulaire (p.ex. le conjoint), est-il encore habilité à faire des virements de ce compte? Limites de ce pouvoir? Est-ce l organe d exécution qui en décide? 4.5. Existe-il des règles spéciales dans le cas où le «véritable» détenteur du compte (du point de vue économique) est «camouflé» (p.ex. comptes fiduciaires ; compte d un prête-nom/appartenant à un homme de paille)? En l état actuel, les effets de la saisie-arrêt sont limités dans la mesure de l identité entre le défendeur poursuivi et le titulaire du compte dans les livres de la banque. Si le créancier veut saisir le compte ouvert pour compte de son débiteur au nom d un prête-nom, il peut demander l autorisation en ce sens, mais pour obtenir les fonds déposés sur ce compte, il doit obtenir une condamnation à l encontre du prête-nom La banque, est-elle obligée de rechercher l existence des tels comptes? Le titre exécutoire dressé contre le débiteur, suffit-il pour saisir des tels comptes? 5. L effet de l acte d exécution 5.1. Le débiteur peut-il effectuer un paiement? 5.2. Le débiteur peut-il recevoir un paiement? Oui. 13

14 5.3. Situation juridique du créancier Le créancier obtient-il un droit de gage sur la créance qui lui octroie une priorité? Lorsque le jugement de validation est coulé en force de chose jugée et que ce jugement est signifié au tiers saisi, il s opère une cession de créance au profit du créancier poursuivant qui fait qu il devient personnellement le créancier de la banque, en lieu et place du défendeur. A partir de ce moment, aucun autre créancier ne peut contester son droit en ce sens que les saisies-arrêts signifiées après cette date n influent pas sur les droits du créancier. Mais le créancier saisissant n a pas de droit de priorité ou de préférence sur tous les autres créanciers saisissants qui ont fait signifier une saisie-arrêt avant que la cession de créance ne produise ses effets et dont la saisie-arrêt est validée par la suite Des saisies concurrentes d autres créanciers doivent-elles être prises en considération? cf Si oui, dans quels délais les saisies concurrentes doivent-elles être mises en œuvres? cf Le créancier obtient-il le transfert de la créance pour le recouvrement? Oui (cf ) 6. La situation juridique du tiers débiteur 6.0. La notification du titre exécutoire au tiers débiteur, constitue-t-elle un élément constitutif d une saisie valable? L exploit de saisie-arrêt (1 ier acte de la procédure) signifié au tiers saisi doit contenir soit le titre sur lequel se base la créancier, soit l autorisation du juge compétent. Le jugement de validation de la saisie-arrêt doit être signifié au tiers saisi pour que la cession de créance puisse opérer au profit du créancier saisissant La déclaration du tiers débiteur Qui demande au tiers débiteur de délivrer des informations sur la créance/le compte? 14

15 Après le jugement de validation de la saisie-arrêt, le tiers saisi doit faire une déclaration dite déclaration affirmative dans laquelle il expose sa situation à l égard du défendeur : cause et montant de sa dette envers le défendeur, faits libératoires intervenus. En pratique, cette déclaration est faite volontairement sur la demande qui lui est faite par le saisissant. Lorsque le tiers saisi ne fait pas volontairement la déclaration, il doit être assigné par le saisissant devant le tribunal qui a connu de l instance en validité de la saisie-arrêt (assignation en déclaration affirmative). Il doit alors faire la déclaration au greffe du tribunal. S il ne le fait pas, la loi prévoit qu il est condamné comme débiteur pur et simple à payer au saisissant le montant correspondant aux causes de la saisie-arrêt. en pratique, les tribunaux lui accordent un délai supplémentaire pour faire la déclaration. Si la saisie-arrêt est faite sur base d un titre judiciaire pleinement exécutoire dès le début de l instance, le tiers saisi peut être assigné en déclaration affirmative en même temps que le défendeur est assigné en validation de la saisie-arrêt l organe d exécution? cf le créancier? cf La déclaration est-elle soumise à un délai? Durée? La déclaration peut être faite aussi longtemps que le tiers saisi n est pas condamné définitivement en tant que débiteur pur et simple pour avoir omis de faire la déclaration affirmative Objet de la déclaration du tiers débiteur La déclaration du tiers saisi doit porter sur tous les avoirs que le défendeur saisi détient auprès de lui, ainsi qu auprès de ses succursales pour autant qu elles sont situées au Luxembourg. L effet territorial de la saisie-arrêt s oppose à ce que la déclaration doive porter sur des avoirs localisés en dehors du territoire luxembourgeois. La déclaration ne doit pas porter sur des avoirs que le défendeur détient dans d autres établissements juridiquement distincts du tiers saisi (Trib. arr. Luxembourg 2 décembre 1999, Bulletin Droit et Banques, N 30, page 65, note J-J. Rommes). 15

16 La déclaration doit être accompagnée de toutes les pièces justificatives. Cette obligation a son importance surtout lorsque le tiers saisi déclare qu il a été débiteur du saisi, mais qu il est entre-temps libéré. Il faut alors pouvoir vérifier la justification de la cause de libération invoquée Solde actuel du compte? Oui Autres comptes du débiteur? Dans la même succursale? cf Dans l établissement principal? cf A travers toutes les succursales ainsi que l établissement principal? cf Existence et montant de la créance? La déclaration doit porter sur tous les avoirs : créances en argent avec leurs accessoires, titres, coffres forts, Accessoires éventuels de la créance? cf Contestations de la créance? La déclaration doit fournir toutes les indications sur les faits qui pourraient la faire disparaître (contestations) ou qui ont pu faire disparaître une créance existante dans le passé (causes libératoires : paiement au défendeur ou à un tiers, compensation, ) Saisies de créanciers en concours? La déclaration doit renseigner toutes les autres saisies-arrêts qui ont été opérées auprès de ce tiers saisi contre le même défendeur (identité du saisissant, montant et cause de la créance), ainsi que le cas échéant sur le stade d avancement de ces procédures Effets juridiques de la déclaration du tiers débiteur 16

17 La déclaration affirmative permet au saisissant d apprécier dans quelle mesure il peut recouvrir sa créance auprès du tiers saisi. Elle ne fixe pas de façon définitive les rapports entre parties, car le saisissant peut contester le contenu de la déclaration affirmative (en démontrant qu elle est fausse et que par exemple le défendeur détient d autres avoirs auprès du tiers saisi : cette preuve est cependant difficile à rapporter) ou le caractère justifié des causes de libération dont a fait état le tiers saisi (en démontrant par exemple que c est à tort qu il a effectué un paiement ou qu il invoque une compensation à son profit). Le tribunal doit alors trancher cette discussion pour déterminer sur quel montant la saisie-arrêt peut produire ses effets et donc à concurrence de quel montant le tiers saisi doit payer le saisissant Effet juridique d une reconnaissance de créance? cf Absence de déclaration vaut reconnaissance (fictive)? La loi prévoit que lorsque le tiers saisi ne fait pas la déclaration affirmative, il est condamné en tant que débiteur pur et simple à payer au saisissant les causes de la saisie. La jurisprudence ne s est pas prononcée sur la nature juridique de cette modalité. On ne peut pas dire qu il s agisse de la sanction au plan de la responsabilité civile de la violation par le tiers saisi d une obligation légale Si non: effets dans la procédure opposant le créancier au tiers débiteur (renversement de la charge de la preuve)? La sanction contre le tiers saisi n intervient de façon définitive que par le jugement qui constate l absence de déclaration affirmative et qui par voie de conséquence condamne le tiers saisi en tant que débiteur pur et simple. Comme la déclaration affirmative peut toujours être faite aussi longtemps que ce jugement n est pas intervenu définitivement, l absence de déclaration affirmative ne produit pas d effets directs au cours de la procédure elle-même La sanction de la déclaration du tiers débiteur L inexactitude/l absence de déclaration conduit-elle à la reconnaissance de la créance? 17

18 En l absence de déclaration ou lorsque le tiers saisi ne produit pas les pièces justificatives pour étayer le caractère véridique de son affirmation, le tiers saisi est condamné en tant que débiteur pur et simple des causes de la saisie-arrêt (cf ). Les textes ne prévoient pas de sanction s il devait s avérer que la déclaration est inexacte. On peut admettre que dans ce cas de figure, le tiers saisi engage sa responsabilité civile s il est résulté de cette déclaration inexacte un dommage pour le saisissant L absence de contestations engendre-t-elle leur exclusion par la suite? Si le créancier entend contester la déclaration affirmative, il lui appartient d en saisir le tribunal. La loi ne prévoit pas de délai endéans duquel il doit faire valoir ces contestations. En l absence de contestations, il n y a pas d autre procédure Existe-il une obligation de dommages et intérêts pesant sur le tiers débiteur? cf Veuillez citer les éléments constitutifs de l obligation de dommages et intérêts, en précisant en particulier si une faute du tiers débiteur est requise? La condamnation prononcée contre le tiers saisi consiste à le condamner à payer au créancier sur ses deniers personnels le montant pour lequel la saisie-arrêt a été validée. Sa faute consiste dans le fait d avoir omis d exécuter une obligation légale (faire la déclaration affirmative), respectivement d avoir fait une déclaration qui a été reconnue par le tribunal comme étant incomplète ou fausse Étendue de l obligation de dommages et intérêts? cf Comment peut-on faire valoir l obligation de dommages et intérêts? Le tiers saisi est condamné par le tribunal par un jugement dans le cadre de la procédure dirigée contre lui et qui est commencée par l assignation en déclaration affirmative. Ce jugement constitue un titre exécutoire contre le tiers saisi qui peut être exécuté contre lui dans les mêmes conditions que tout autre jugement La protection du tiers débiteur Quelles objections le tiers débiteur peut-il faire valoir? 18

19 Si le tiers saisi affirme n avoir jamais été débiteur du saisi, une présomption d exactitude est attachée à cette déclaration et il appartient au saisissant qui met en doute la véracité de cette déclaration d en démontrer le contraire. Si le tiers saisi affirme être libéré d une dette qu il avait à l encontre du saisi, il peut démontrer par tous moyens que sa déclaration est exact et complète Existe-il une protection en cas de paiements effectués par erreur au profit du débiteur? Dans le cadre de la protection de la bonne foi? Sur la base de l enrichissement sans cause contre le créancier? Le tiers débiteur peut-il exiger l indemnisation de ses frais? Si oui, du créancier? cf Si oui, du débiteur? cf La protection du débiteur (immunités/insaisissabilités) 7.1. La saisie de créance peut-elle porter également sur le compte dit «de salaire» (dans le sens large, y sont inclus les indemnités de sécurité sociale, des pensions etc.) du débiteur? La saisie-arrêt des salaires (et au sens large des revenus de remplacement) est soumise à un régime particulier pour autant que la saisie-arrêt est effectuée auprès de l employeur (ou de l organisme payeur du revenu). A partir du moment où le salaire est transféré par l employeur sur un compte en banque, la somme d argent perd son individualité et ne bénéficie plus d une 19

20 protection particulière. On y applique alors le régime de la saisie-arrêt des comptes en banque, sans aucune limitation ou protection. Nous exposons par la suite les règles applicables à la saisie-arrêt sur salaire (indemnités de maladie, indemnités de chômage, pensions de vieillesse, rentes d invalidité) pratiquée entre les mains de l employeur (des organismes compétents) Si non, veuillez décrire la procédure d exécution sur les comptes de salaire 7.2. Si oui, existe-il des dispositions particulières pour la protection du débiteur et de sa famille? La saisie-arrêt est faite sur un revenu qui vient à échéance périodique tous les mois. La protection consiste à assurer au salarié un revenu minimum qui doit lui permettre d assurer sa subsistance Y a-t-il des limites à l étendue de la saisie en considération de la situation du débiteur lui-même? Les limites des effets de la saisie-arrêt sur salaire interviennent par le fait même que la saisiearrêt opère sur une créance de salaire. A l heure actuelle, ses limites sont identiques pour tout salarié, peu importe son revenu ou sa situation personnelle (comme par exemple le nombre de personnes à charge dans sa famille. Un projet de loi est actuellement en cours pour parvenir à une prise en compte de la situation personnelle des salariés) Sont-elles prévues par la loi? La loi prévoit que le salaire est réparti en cinq tranches, et que chaque tranche ne peut être saisie qu à concurrence d un certain pourcentage. Sur base de cette loi, un règlement d exécution détermine la valeur nominale des cinq tranches. Actuellement, la situation se présente comme suit : Partie saisissable Partie insaisissable 1 e tranche 0 à % 100 %, i.e e tranche 550 à %, i.e %, i.e e tranche 850 à %. i.e %, i.e e tranche à %, i.e %, i.e e tranche Au delà de % 0 % Toutefois, lorsque le créancier poursuit le paiement d une dette alimentaire payable tous les mois, le terme courant de cette dette alimentaire qui vient à échéance tous les mois est retenue en plus sur la partie insaisissable du salaire. 20

Questionnaire sur la saisie sur comptes bancaires

Questionnaire sur la saisie sur comptes bancaires Prof. Dr. Burkhard Hess Study JAI A3/02/2002 Questionnaire sur la saisie sur comptes bancaires 1. Compétence des organes d exécution 2. La procédure d obtention de l acte d exécution 3. La prise d effet

Plus en détail

Questionnaire sur la saisie sur comptes bancaires

Questionnaire sur la saisie sur comptes bancaires Prof. Dr. Burkhard Hess Study JAI A3/02/2002 Questionnaire sur la saisie sur comptes bancaires 1. Compétence des organes d exécution 2. La procédure d obtention de l acte d exécution 3. La prise d effet

Plus en détail

La saisie-arrêt conservatoire Suite à une facture non contestée

La saisie-arrêt conservatoire Suite à une facture non contestée La saisie-arrêt conservatoire Suite à une facture non contestée Note Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi qu à leurs conseillers. Les termes abordés

Plus en détail

DES MEUBLES INCORPORELS

DES MEUBLES INCORPORELS de meubles incorporels (aussi appelée saisie-arrêt) est une procédure au moyen de laquelle il est possible pour un créancier d appréhender les biens dématérialisés constituant le patrimoine de son débiteur

Plus en détail

Transparence du patrimoine : réponses belges au questionnaire

Transparence du patrimoine : réponses belges au questionnaire Transparence du patrimoine : réponses belges au questionnaire (Frédéric Georges, assistant et maître de conférences à l Université de Liège, avocat) 1. La localisation du débiteur 1.1. Les personnes physiques

Plus en détail

On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main!

On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! Finances Achats e-commerce Santé Tourisme Véhicules Shutterstock Immobilier énergie Justice On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! brochure réalisée

Plus en détail

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure COUR NATIONALE DE L INCAPACITÉ ET DE LA TARIFICATION DE L ASSURANCE DES ACCIDENTS DU TRAVAIL RÉPUBLIQUE FRANÇAISE 17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure L inopposabilité a pour

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 09DA01584 Inédit au recueil Lebon 2e chambre - formation à 3 (bis) M. Mortelecq, président M. Vladan Marjanovic, rapporteur M. Minne, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 13/10/2011 Cour Administrative d Appel de Versailles N 08VE00008 Inédit au recueil Lebon 5ème chambre M. MOUSSARON, président M. Frédéric MARTIN, rapporteur M. DAVESNE, commissaire du gouvernement

Plus en détail

Entre: appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Jean-Lou THILL de Luxembourg du 16 août 2007,

Entre: appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Jean-Lou THILL de Luxembourg du 16 août 2007, Exempt- appel en matière de droit du travail Audience publique du dix juillet deux mille huit. Numéro 32992 du rôle. Composition: Romain LUDOVICY, premier conseiller; Roger LINDEN, conseiller; Jean-Paul

Plus en détail

Arrangement administratif. relatif aux modalités d application de la convention. entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg

Arrangement administratif. relatif aux modalités d application de la convention. entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg Arrangement administratif relatif aux modalités d application de la convention entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg sur la sécurité sociale En application du paragraphe (2), a) de

Plus en détail

BELGIQUE. Mise à jour de la contribution de novembre 2005

BELGIQUE. Mise à jour de la contribution de novembre 2005 Mars 2013 BELGIQUE Mise à jour de la contribution de novembre 2005 1. Résumé de l arrêt Arrêt définitif de la Cour d appel de Bruxelles du 26 juin 2012 Etat belge (SPF AFFAIRES ETRANGERES) c/ INTERNATIONAL

Plus en détail

On vous doit de l argent en Europe...

On vous doit de l argent en Europe... On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! Centre Européen des Consommateurs France Réseau européen ECC-Net en coopération avec le Ministère de la Justice,

Plus en détail

RÈGLE 60 DÉPENS. (1) Si une partie a droit, en vertu des présentes règles ou d une ordonnance, à des dépens payables :

RÈGLE 60 DÉPENS. (1) Si une partie a droit, en vertu des présentes règles ou d une ordonnance, à des dépens payables : Mode général de liquidation des dépens RÈGLE 60 DÉPENS (1) Si une partie a droit, en vertu des présentes règles ou d une ordonnance, à des dépens payables : Dépens raisonnables a) par une autre partie;

Plus en détail

DES MEUBLES CORPORELS

DES MEUBLES CORPORELS Un bien meuble corporel est un bien qui a une existence matérielle et qui peut être déplacé (ex : un téléviseur, une voiture). Les procédures civiles d exécution, et notamment les saisies de meubles corporels,

Plus en détail

Pas d inscription possible (R.532-6)

Pas d inscription possible (R.532-6) 1 er cas : Le créancier dispose d un titre exécutoire (L.511-2) Cas : Décision d une juridiction de l ordre judiciaire ou administratif ayant force exécutoire acte notarié revêtu de la formule exécutoire

Plus en détail

Les procédures de recouvrement de créances au niveau européen

Les procédures de recouvrement de créances au niveau européen Les procédures de recouvrement de créances au niveau européen Séminaire 12.10.2012 - Les outils essentiels de l UE pour soutenir l internationalisation des PME Des factures impayées à l étranger? L objectif:

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

MEMORANDUM RECOUVREMENT D UNE CREANCE EN SUISSE (27-3-2007)

MEMORANDUM RECOUVREMENT D UNE CREANCE EN SUISSE (27-3-2007) MEMORANDUM RECOUVREMENT D UNE CREANCE EN SUISSE (27-3-2007) Recommandation préalable: il est recommandé de faire signer le mandat de traduction par le donneur d ouvrage. Le mandat doit fixer les modalités

Plus en détail

Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de

Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de DELEGATION DE CREANCE D UN CONTRAT D ASSURANCE VIE RACHETABLE Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Ci-après dénommé «le Délégant», Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de Ci-après

Plus en détail

I. Pourquoi le code mondial est-il un outil d excellence pour renforcer l efficacité de l exécution?

I. Pourquoi le code mondial est-il un outil d excellence pour renforcer l efficacité de l exécution? 1 Premier forum mondial sur l exécution : l efficacité des procédures civiles d exécution en Europe Des outils pour renforcer l efficacité de l exécution Les nouveaux outils : le Code mondial de l exécution

Plus en détail

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée La loi n 2010-658 du 15 juin 2010 relative à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée (EIRL) : l essentiel à retenir pour procéder au dépôt de la déclaration d affectation du patrimoine auprès

Plus en détail

Références LEXIQUE JURIDIQUE A FICHE 19. Références Juridiques 318

Références LEXIQUE JURIDIQUE A FICHE 19. Références Juridiques 318 FICHE 19 Références LEXIQUE JURIDIQUE A ACTE EXTRA-JUDICIAIRE Acte établi généralement par un huissier. Par exemple, un commandement de payer. ACTION EN JUSTICE Pouvoir de saisir la justice. ACTION PUBLIQUE

Plus en détail

On vous réclame une dette : ce qu il faut savoir

On vous réclame une dette : ce qu il faut savoir Dessins : Gérard Gautier - Création et réalisation : Esprit Graphique F. Fullenwarth - Impression : Hauts de Vilaine On vous réclame une dette : ce qu il faut savoir Maison de la consommation et de l environnement

Plus en détail

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES Objectif: Examiner la réglementation des rapports entre le client et le banquier à travers l étude des contrats bancaires. LES CONTRATS BANCAIRES : La banque, comme

Plus en détail

Réponse des rapporteurs luxembourgeois au questionnaire sur l exécution provisoire (Etude JAI A3/02/2002) Dr. Thierry Hoscheit / Dr.

Réponse des rapporteurs luxembourgeois au questionnaire sur l exécution provisoire (Etude JAI A3/02/2002) Dr. Thierry Hoscheit / Dr. Réponse des rapporteurs luxembourgeois au questionnaire sur l exécution provisoire (Etude JAI A3/02/2002) Dr. Thierry Hoscheit / Dr. Patrick Kinsch Préambule: dispositions légales régissant le prinicpe

Plus en détail

CHARTE CONTRÔLE & QUALITÉ

CHARTE CONTRÔLE & QUALITÉ CHARTE CONTRÔLE & QUALITÉ X La présente charte est établie par l OPCAIM afin de définir les conditions de son intervention conformément à sa mission, tant vis-à-vis des entreprises adhérentes que des organismes

Plus en détail

VERONE. Cependant les sûretés sont régies par le Code Civil et le Code de Commerce.

VERONE. Cependant les sûretés sont régies par le Code Civil et le Code de Commerce. Thème N 4 LES VOIES D EXECUTION VERONE Les voies d exécution sont régies en France par la loi du 9 juillet 1991 portant réforme des procédures civiles d exécution et du décret du 18 décembre 1992. Rares

Plus en détail

DES MEUBLES INCORPORELS

DES MEUBLES INCORPORELS Un bien meuble incorporel est un bien qui n a pas d existence matérielle. C est un bien impalpable (ex : une somme d argent, les parts d une société). En France, il existe différents types de saisies de

Plus en détail

Une saisie européenne des avoirs bancaires Éléments de procédure

Une saisie européenne des avoirs bancaires Éléments de procédure Une saisie européenne des avoirs bancaires Éléments de procédure Ce projet est cofinancé par l Union européenne 2 Europe Une saisie européenne des avoirs bancaires Éléments de procédure Prise de position

Plus en détail

LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES

LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES SERVICE DES RETRAITES DE l ETAT - 0810 10 33 35 - www.pensions.bercy.gouv.fr - Edition du 1 er mai 2013 En application de l article L. 40 du code des

Plus en détail

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER DROITS DES CREANCIERS 23/07/2012 Lorsqu une entreprise éprouve des difficultés financières telles qu elle se trouve en état de cessation des paiements, il y a lieu d ouvrir une procédure judiciaire. Cette

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie En application de l article L 316-1 du Code Monétaire et Financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différents avec ses clients

Plus en détail

Cour de cassation. Chambre civile 2. Audience publique du 13 novembre 2014. N de pourvoi: 13-15.642 ECLI:FR:CCASS:2014:C201726. Publié au bulletin

Cour de cassation. Chambre civile 2. Audience publique du 13 novembre 2014. N de pourvoi: 13-15.642 ECLI:FR:CCASS:2014:C201726. Publié au bulletin Cour de cassation Chambre civile 2 Audience publique du 13 novembre 2014 N de pourvoi: 13-15.642 ECLI:FR:CCASS:2014:C201726 Publié au bulletin Rejet Mme Flise (président), président SCP Garreau, Bauer-Violas

Plus en détail

Les différents recours et leurs délais (Contrôle de Légalité)

Les différents recours et leurs délais (Contrôle de Légalité) Les différents recours et leurs délais (Contrôle de Légalité) Présentation : Réunion ADS du 10 avril 2008 1 Les recours à l égard des permis (permis de construire, permis de démolir, permis d aménager)

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Marseille N 09MA02599 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre-formation à 3 Mme FELMY, président M. Dominique REINHORN, rapporteur M. GUIDAL, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE

MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE Evoquer le rôle du juge dans une matière transfrontalière suppose que soit préalablement abordée la double question de la compétence

Plus en détail

La saisie et le solde bancaire insaisissable

La saisie et le solde bancaire insaisissable FÉVRIER 2014 N 35 DIFFICULTÉS LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent La saisie et le solde bancaire insaisissable Ce mini-guide vous est offert

Plus en détail

METTRE EN ŒUVRE UNE MESURE D EXÉCUTION FORCÉE

METTRE EN ŒUVRE UNE MESURE D EXÉCUTION FORCÉE Quelles sont les étapes obligées qu un justiciable doit franchir pour pouvoir contraindre un débiteur au paiement de sa dette? Si chaque État européen doit veiller à ce que tout justiciable bénéficie du

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, premier décembre deux mille onze.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, premier décembre deux mille onze. N 66 / 11. du 1.12.2011. Numéro 2897 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, premier décembre deux mille onze. Composition: Marie-Paule ENGEL, présidente

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Marseille N 09MA00702 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre-formation à 3 Mme FELMY, président Mme Elydia FERNANDEZ, rapporteur M. GUIDAL, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

DES MEUBLES INCORPORELS

DES MEUBLES INCORPORELS Un bien meuble incorporel est un bien qui n a pas d existence matérielle. C est un bien impalpable (ex: une somme d argent). Au Luxembourg, il 2 types de saisies de meubles incorporels. (I) -arrêt de droit

Plus en détail

Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE

Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE Définitions (1) Les définitions qui suivent s appliquent à la présente règle. Champ d application «demande de réparation» Sont comprises parmi les demandes de réparation

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 14 OCTOBRE 2011 C.11.0035.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.11.0035.F T. R. N, demanderesse en cassation, représentée par Maître John Kirkpatrick, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet

Plus en détail

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES ASSURANCES : - PREVENTION ET INFORMATION JURIDIQUES - DEFENSE AMIABLE DES INTERETS - DEFENSE JUDICIAIRE DES INTERETS Les présentes conditions particulières

Plus en détail

LA PROCÉDURE PRUD HOMALE

LA PROCÉDURE PRUD HOMALE LA PROCÉDURE PRUD HOMALE Le conseil de Prud hommes est compétent pour juger des litiges nés à l occasion du contrat de travail. La procédure comprend deux phases distinctes : la tentative de conciliation

Plus en détail

F I C H E 57: L A RÉCUPÉRATION DES CRÉANCES D AIDE SOC I ALE

F I C H E 57: L A RÉCUPÉRATION DES CRÉANCES D AIDE SOC I ALE F I C H E 57: L A RÉCUPÉRATION DES CRÉANCES D AIDE SOC I ALE Code de l action sociale et des familles Articles L 132-8 et suivant Articles L 132-9 R 132-13 à R 132-16 Article L 344-5 Article L 351-1 Code

Plus en détail

La collectivité (nom de la collectivité, adresse) représentée par (nom du Président de la collectivité), dûment habilité.

La collectivité (nom de la collectivité, adresse) représentée par (nom du Président de la collectivité), dûment habilité. 2MODELE DE CONVENTION GENERALE ENTRE UNE COLLECTIVITE ET UNE ASSOCIATION (Convention obligatoire lorsque le montant de la subvention dépasse 23 000 ) (Suivant la nature du cosignataire de la convention,

Plus en détail

Directive sur les services de paiement

Directive sur les services de paiement Directive sur les services de paiement Les principales dispositions - Novembre 2009 La Directive sur les Services de Paiement (DSP) est entrée en vigueur le 1er novembre dernier conformément à l Ordonnance

Plus en détail

FICHE JURIDIQUE N 5 LES DOMMAGES ET INTERETS. Les dommages et intérêts L indemnisation de la victime

FICHE JURIDIQUE N 5 LES DOMMAGES ET INTERETS. Les dommages et intérêts L indemnisation de la victime Association Réflexion Action Prison et Justice FICHE JURIDIQUE N 5 LES DOMMAGES ET INTERETS L indemnisation de la victime La partie civile dispose des règles du droit civil et des voies d exécution de

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. LA COUR DES COMPTES a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. LA COUR DES COMPTES a rendu l arrêt suivant : COUR DES COMPTES ------ SIXIEME CHAMBRE ------ PREMIERE SECTION ------ Arrêt n 59668 FONDS DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION COMPLEMENTAIRE DE LA COUVERTURE UNIVERSELLE DU RISQUE MALADIE (FONDS CMU) Exercices

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Versailles N 11VE01445 Inédit au recueil Lebon 5ème chambre Mme COROUGE, président Mme Elise COROUGE, rapporteur Mme COURAULT, rapporteur public COIN, avocat(s) lecture du

Plus en détail

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans

Plus en détail

L'exécution des peines correctionnelles

L'exécution des peines correctionnelles L'exécution des peines correctionnelles I) L application des peines Le juge de l application des peines est chargé de déterminer les modalités d exécution des peines prononcées par les juridictions pénales

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. LA COUR DES COMPTES a rendu l arrêt suivant :

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. LA COUR DES COMPTES a rendu l arrêt suivant : COUR DES COMPTES PREMIERE CHAMBRE PREMIERE SECTION Arrêt n 46690 RECEVEURS DES IMPOTS DE MEURTHE-ET-MOSELLE RECETTE PRINCIPALE DES IMPOTS DE NANCY SUD-OUEST Exercices 1999 à 2003 Rapport n 2006-144-2 Audience

Plus en détail

Procédure d injonction de payer européenne Règlement CE n 1896/2006

Procédure d injonction de payer européenne Règlement CE n 1896/2006 Procédure d injonction de payer européenne Règlement CE n 1896/2006 Note de Synthèse réalisée par le réseau Enterprise Europe Network de la CCI de Lyon Avec le concours de Mademoiselle Camille Brauer Stagiaire

Plus en détail

CONDITONS GENERALES DE LOCATION

CONDITONS GENERALES DE LOCATION CONDITONS GENERALES DE LOCATION Toute commande passée à COLOS implique de la part du locataire, et ce sans restriction aucune, l acceptation de nos conditions générales de location qui prévalent sur tout

Plus en détail

Conditions générales pour les prêts chirographaires. Du 20 mars 2014 (état au 21 mars 2014)

Conditions générales pour les prêts chirographaires. Du 20 mars 2014 (état au 21 mars 2014) pour les prêts chirographaires Du 0 mars 04 (état au mars 04) du 0.0.04 (état au.0.04) TABLE DES MATIERES Article Principes généraux Article Décision d octroi ou de refus du prêt Article Documents à signer

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

Organisation et fonctionnement des Tribunaux administratifs

Organisation et fonctionnement des Tribunaux administratifs S O M M A I R E Organisation et fonctionnement des Tribunaux administratifs Page 1 CHAPITRE I Dispositions générales page 1 CHAPITRE II Organisation et compétence page 1 CHAPITRE III Procédures page 2

Plus en détail

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE Tribunal de grande instance de Paris 5 ème Chambre 2 ème Section Jugement du 7 avril 2011 Melle X c/ M. Y RG n 09/15353 Références de publication : - http://www.lexbase.fr/ EXPOSÉ DU LITIGE Monsieur Y,

Plus en détail

ACTEURS DE L EXÉCUTION

ACTEURS DE L EXÉCUTION Au Luxembourg, le principal acteur de l exécution est l huissier de justice. Muni d un titre exécutoire qui remplit les conditions de son exécution (voir fiche 1), le créancier pourra s adresser à l huissier

Plus en détail

Table des matières. Chapitre 2 Les réglementations européennes de lutte contre les retards et les défauts de paiement 25

Table des matières. Chapitre 2 Les réglementations européennes de lutte contre les retards et les défauts de paiement 25 Table des matières Présentation du guide 7 Contenu du guide 7 Adresses utiles 8 Chapitre 1 Les retards de paiement en Europe 15 Section I La crise économique et les retards de paiement 15 Section II Cartographie

Plus en détail

LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC

LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC Les fiches consacrées aux agents non titulaires de droit public ne concernent que les actes de recrutement (contrats

Plus en détail

Note de présentation du projet de loi relative au nantissement des marchés publics

Note de présentation du projet de loi relative au nantissement des marchés publics ROYAUME DU MAROC TRESORERIE GENERALE DU ROYAUME Note de présentation du projet de loi relative au nantissement des marchés publics Dans le cadre de la poursuite de la rénovation et de la modernisation

Plus en détail

Exécution des décisions judiciaires Portugal

Exécution des décisions judiciaires Portugal Exécution des décisions judiciaires Portugal 3. Objet et nature des mesures d exécution 3.1. Quels types de biens peuvent être soumis à l exécution? Sont soumis à l exécution tous les biens du débiteur

Plus en détail

Le règlement (CE) N 1896/2006 du parlement européen et du conseil du 12 décembre 2006 instituant une procédure européenne d injonction de payer

Le règlement (CE) N 1896/2006 du parlement européen et du conseil du 12 décembre 2006 instituant une procédure européenne d injonction de payer Le règlement (CE) N 1896/2006 du parlement européen et du conseil du 12 décembre 2006 instituant une procédure européenne d injonction de payer Par Michelle POESS, étudiante en droit et Karl H. BELTZ,

Plus en détail

Références. Conditions d admission (en plus des conditions générales d admission à l aide sociale) :

Références. Conditions d admission (en plus des conditions générales d admission à l aide sociale) : C14 Allocation compensatrice tierce personne (ACTP) Depuis la mise en œuvre au 01/01/2006 de la loi du 11 février 2005 instaurant la Prestation de Compensation du Handicap (PCH) remplaçant l Allocation

Plus en détail

L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES

L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES 1/ La mention de l indemnité sur les conditions générales de vente (CGV) et les factures et son versement en cas de retard sont-ils

Plus en détail

RECOUVREMENT DES CHEQUES SANS PROVISION 23/08/2010 Il y a émission de chèque sans provision dès lors qu un débiteur remet en paiement au créancier un chèque bancaire ou postal alors qu'il ne possède pas

Plus en détail

Convention entre la Suisse et la Belgique sur la reconnaissance et l exécution de décisions judiciaires et de sentences arbitrales

Convention entre la Suisse et la Belgique sur la reconnaissance et l exécution de décisions judiciaires et de sentences arbitrales Texte original Convention entre la Suisse et la Belgique sur la reconnaissance et l exécution de décisions judiciaires et de sentences arbitrales Conclue le 29 avril 1959 Approuvée par l Assemblée fédérale

Plus en détail

TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN GUIDE DES PROCEDURES DEVANT LE TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN. 1.1. Modes de saisine communs à tous les tribunaux

TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN GUIDE DES PROCEDURES DEVANT LE TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN. 1.1. Modes de saisine communs à tous les tribunaux TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN GUIDE DES PROCEDURES DEVANT LE TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN I. MODES DE SAISINE 1.1. Modes de saisine communs à tous les tribunaux 1.1.1. Assignation (articles 33 et S

Plus en détail

«J ai un impayé, que faire?»

«J ai un impayé, que faire?» «J ai un impayé, que faire?» Fiche technique proposée par le Cabinet CFO FRANCE, votre expert en recouvrement de créances civiles & commerciales Www.cfo-france.com S Introduction Malgré les prévisions

Plus en détail

Comores. Décret d application de la loi fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis

Comores. Décret d application de la loi fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis Décret d application de la loi fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis Décret n 67-223 du 17 mars 1967 [NB - Décret n 67-223 du 17 mars 1967 portant règlement d administration publique pour

Plus en détail

Conditions générales d assurance (CGA)/

Conditions générales d assurance (CGA)/ Conditions générales d assurance (CGA)/ Assurance de garantie de loyer Edition 01.2014 8054253 09.14 WGR 759 Fr Table des matières Votre assurance en bref................. 3 Conditions générales d assurance...........

Plus en détail

Assurer mon cre dit immobilier

Assurer mon cre dit immobilier Assurer mon cre dit immobilier Pour concrétiser votre projet immobilier, vous avez besoin d obtenir un crédit immobilier ainsi qu une assurance emprunteur. L assurance emprunteur sera mise en jeu lorsqu

Plus en détail

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Article 1 : Objet Les présentes conditions générales de vente ont pour objet de définir les conditions de mise à disposition par Free au profit d un annonceur

Plus en détail

L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics

L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics FICHE 19 L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics 1. Qu est ce qu une entreprise en difficulté financière? 1.1. L entreprise en procédure de sauvegarde Les articles L. 620-1 et suivants

Plus en détail

CONSEIL DE DISCIPLINE PROCEDURE DISCIPLINAIRE COMMISSION DES RECOURS

CONSEIL DE DISCIPLINE PROCEDURE DISCIPLINAIRE COMMISSION DES RECOURS DOCUMENTATION DISCIPLINE 05 49 44 57 96 http://www.cgtlaborit.fr CONSEIL DE DISCIPLINE PROCEDURE DISCIPLINAIRE COMMISSION DES RECOURS DOCUMENT EDITE PAR LE SYNDICAT CGT DU C.H Henri LABORIT Année 2006

Plus en détail

ELECTIONS MUNICIPALES 2014 LISTE ELECTORALE

ELECTIONS MUNICIPALES 2014 LISTE ELECTORALE ELECTIONS MUNICIPALES 2014 LISTE ELECTORALE Un candidat vient demander copie de la liste électorale. Quelle liste électorale doit-on lui fournir : celle qui est arrêtée au 10 janvier ou la liste avec les

Plus en détail

N 12 / 08. du 6.3.2008. Numéro 2485 du registre.

N 12 / 08. du 6.3.2008. Numéro 2485 du registre. N 12 / 08. du 6.3.2008. Numéro 2485 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, six mars deux mille huit. Composition: Marc SCHLUNGS, président de la Cour,

Plus en détail

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE A QUI INCOMBE LE RECOUVREMENT DES CHARGES? Le rôle du syndic : Le non-paiement des charges par un ou plusieurs copropriétaires oblige

Plus en détail

Conditions générales de prestation de services, de vente et de location.

Conditions générales de prestation de services, de vente et de location. Conditions générales de prestation de services, de vente et de location. Article 1. Généralité. 1.1. Sauf dérogation expresse écrite convenue entre parties, les relations entre la Sprl SON EXCENTRIQUE,

Plus en détail

JUGEMENT N 2012-0030 REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'AQUITAINE, POITOU- CHARENTES

JUGEMENT N 2012-0030 REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'AQUITAINE, POITOU- CHARENTES Maison de retraite «Séguin» à Cestas Rapport n 2012-0358 Audience publique du 12 décembre 2012 Lecture en séance publique du 06 février 2013 Trésorerie de Pessac (033 041 976) (département de la Gironde)

Plus en détail

Le recouvrement judiciaire des créances

Le recouvrement judiciaire des créances «Le Salon Indépendant de la Copropriété» 6 ème édition du salon de l ARC et de l UNARC CONDITIONS PREALABLES : 1/ DEFINIR LE MONTANT PRECIS DE LA CREANCE (de quand à quand? 2/ AVOIR UNE CRÉANCE QUI RÉPONDE

Plus en détail

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la DROIT ECONOMIQUE LE DROIT DE L AGENT COMMERCIAL AU VERSEMENT D UNE INDEMNITE DE RUPTURE : REVUE DE LA JURISPRUDENCE RECENTE Stéphanie YAVORDIOS Février 2011 En préambule, le versement d une indemnité de

Plus en détail

Informations aux clients et Conditions générales d assurances (CGA) Assurance de garantie locative pour les baux à usage d habitation

Informations aux clients et Conditions générales d assurances (CGA) Assurance de garantie locative pour les baux à usage d habitation Informations aux clients et (CGA) Assurance de garantie locative pour les baux à usage d habitation Edition 01.2011 Informations aux clients Informations aux clients Ce que vous devriez savoir à propos

Plus en détail

PROCEDURE D ADMISSION A L AIDE SOCIALE DES PERSONNES AGEES ET DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP

PROCEDURE D ADMISSION A L AIDE SOCIALE DES PERSONNES AGEES ET DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP PROCEDURE D ADMISSION A L AIDE SOCIALE DES PERSONNES AGEES ET DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP Instances concourant à l admission à l aide sociale Procédures d admission à l aide sociale Obligation

Plus en détail

Ch. 4. Les risques et les garanties du commerce international!

Ch. 4. Les risques et les garanties du commerce international! Ch. 4. Les risques et les garanties du commerce international! Ch. 4. Les risques et les garanties du commerce international Introduction Garantie = assurance d être payé Difficulté accrue dans l ordre

Plus en détail

Exempt - appel en matière de droit du travail.

Exempt - appel en matière de droit du travail. Exempt - appel en matière de droit du travail. Audience publique du vingt-six avril deux mille douze. Numéro 37191 du rôle Présents: Edmond GERARD, président de chambre, Ria LUTZ, conseiller, Brigitte

Plus en détail

LE MEDECIN ET LES ADMINISTRATIONS / INSTITUTIONS

LE MEDECIN ET LES ADMINISTRATIONS / INSTITUTIONS DECISIONS DE Lorsqu un cotisant a un retard de paiement, l URSSAF procède au recouvrement des cotisations, des pénalités et des majorations dues. Pour se faire, l URSSAF dispose d abord de la procédure

Plus en détail

N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE

N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LIMOGES if N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE M. S. C/ Ministre de la culture et de la communication et autre Mme Ozenne Rapporteur AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le tribunal administratif

Plus en détail

Le contrat de prêt immobilier

Le contrat de prêt immobilier Le contrat de prêt immobilier samedi 8 septembre 2007, par Gabriel Neu-Janicki (Date de rédaction antérieure : 8 septembre 2007). LE CONTRAT DE PRET IMMOBILIER I. Les documents à fournir pour une demande

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

N EMETTEZ PAS DE CHEQUE SANS PROVISION

N EMETTEZ PAS DE CHEQUE SANS PROVISION DIRECTION GENERALE 08, Bd Ernesto Che Guevara-16000 Alger. Tél: (021) 43.95.19/26/40/42/43/77-43.96.40 43.97.19/48/49/54/59/97. Email: dg@bna.dz DIRECTION MARKETING ET COMMUNICATION «DMC» 08, rue Amar

Plus en détail

LOGO. BENNANI Mohammed. Réalisé par: Sous l encadrement de M. LARHZAL Redouan

LOGO. BENNANI Mohammed. Réalisé par: Sous l encadrement de M. LARHZAL Redouan Réalisé par: BENNANI Mohammed Sous l encadrement de M. LARHZAL Redouan Introduction LOGO Notion et les éléments du fonds de commerce La vente du FdC L apport du FdC Le nantissement du FdC Le contrat de

Plus en détail

CONDITIONS SPÉCIALES

CONDITIONS SPÉCIALES ASSURANCE-CRÉDIT POLICE INDIVIDUELLE D ASSURANCE-CRÉDIT CONDITIONS SPÉCIALES ETABLISSEMENTS DE CREDIT Garantie de la confirmation d un crédit documentaire - DGP 508 A - SOMMAIRE Article 1 Prise d effet

Plus en détail

«Management de la paie et gestion du contentieux de la sécurité sociale»

«Management de la paie et gestion du contentieux de la sécurité sociale» SEMINAIRE INTERNATIONAL DU CADEV Thème : «Management de la paie et gestion du contentieux de la sécurité sociale» KRIBI, Cameroun, 7 9 Octobre 2009 Mieux comprendre la saisie-attribution des rémunérations

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 259385 Publié au recueil Lebon 1ère et 6ème sous-sections réunies Mme Hagelsteen, président Mlle Anne Courrèges, rapporteur M. Devys, commissaire du gouvernement SCP WAQUET, FARGE, HAZAN,

Plus en détail