Utilisation des modules de vote en cours de Sciences Physiques au Lycée

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Utilisation des modules de vote en cours de Sciences Physiques au Lycée"

Transcription

1 Utilisation des modules de vote en cours de Sciences Physiques au Lycée Marc NEISS Professeur de Physique Chimie Lycée Koeberlé Sélestat.

2 Introduction ou «les TICE peuvent-elles apporter du nouveau dans l'enseignement d'aujourd'hui?» En période de questionnement sur les évolutions du système éducatif français, alors que les nouveaux programmes de Physique Chimie sont mis en œuvre à la rentrée 2008 en troisième, faisant apparaître des éléments du socle commun 1, les expérimentations pédagogiques visent parfois à apporter des solutions à un des problèmes posés aux enseignants d'aujourd'hui: comment concilier enseignement de qualité à la portée de chacun et hétérogénéité du public? Si les acteurs et penseurs de la pédagogie sont nombreux à mettre en avant l'intégration de la culture numérique, à l'image de Marc Prensky 2, spécialiste des TICE, certaines sociétés ont déjà développé des outils intéressants, outils que certaines équipes d'enseignants se sont appropriés dans leur quotidien. Le «module de vote» est de ceux-ci, et son arrivée en France 3 a quelque peu modifié les pratiques au sein de certaines classes, sans pour autant remettre en question les pratiques classiques des cours de physique-chimie que sont la démarche expérimentale ou la démarche d'investigation. Mais pour combien de temps encore? L'outil: un boîtier émetteur, un module récepteur, un logiciel et un peu d'imagination... Le principe est simple: A chaque élève est attribué un boîtier composé de boutons comportant des lettres (de A à F sur notre exemple) que l'élève peut presser au choix et à la demande du professeur. A chaque pression, le boîtier envoie un signal radio (868MHz) au récepteur correspondant à la réponse de l'élève. Le logiciel pilotant le système enregistre les données de chaque élève (réponse, temps de réponse) et les affiche au gré de l'enseignant, sous forme anonyme ou non, en histogramme, diagramme en secteurs... etc. Le module de vote (boîtier émetteur) Les réponses données par l'élève se résument pour l'instant à des lettres, ce qui suppose que le professeur se restreint à ne poser que des QCM. La rédaction, les schémas et autres modes de restitution sont donc exclus, mais cette restriction n'est que passagère et peu handicapante 4 et le traitement des résultats en est facilité puisqu'il peut être présenté sous forme de tableau. 1 Voir 2 Le Monde de l'education, n 368, avril 2008, p Le module de vote cité ici est développé par la société anglaise Promethean 4 Un nouveau dispositif est en cours de commercialisation, permettant une plus grande diversité de réponses.

3 Le Questionnaire à Choix Multiples (QCM) remis au goût du jour... Le processus d'apprentissage pour un élève passe par des phases d'évaluation. Ces évaluations, même si elles font l'objet de réflexions et de formations spécifiques aux nouveaux enseignants 5, se résument souvent encore à des «devoirs sur table» (ou encore appelés «tests» par les élèves). Outre leur caractère «sommatif», ces devoirs permettent à l'enseignant de juger des capacités de ses élèves à lire un énoncé, effectuer un raisonnement, voire un calcul, puis à synthétiser ses éléments de réponse sous forme écrite. La rédaction, le soin et toutes les autres formes d'expression sont mises en jeu à ce moment là. Le QCM, largement utilisé dans certains concours ou examens pour ses facilités de traitement des réponses, peut également trouver sa place dans le processus d'apprentissage d'un groupe d'élèves. Il n'est plus question de rédaction ni de soin, mais d'autres qualités apparaissent et peuvent apporter bon nombre d'informations à l'évalué (l'élève) et l'évaluant (l'enseignant, voire l'élève lui-même). Une question posée, des réponses adaptées... Le jugement d'un professeur - tout comme celui d'un élève - face à un problème, est souvent binaire: l'élève sait y répondre (dans ce cas, on attribue un point à l'élève, ou on valide une compétence...) ou il ne sait pas (dans ce cas, pas de point ni de compétence validée). Le système de notation largement répandu dans nos établissements implique des résultats chiffrés, même dans des situations (l'évaluation formative par exemple) où ils ne se justifient pas. La note, le jugement binaire, apporte une réponse à la question «l'élève est-il capable de...?», mais il ne renseigne pas le professeur sur la cause éventuelle de l'échec, sauf si ce dernier dispose des éléments pour analyser la réponse de l'élève. C'est sur ce dernier point que le QCM, associé au module de vote, peut s'avérer utile. L'intégration du QCM en classe devient systématique et familière. En effet, si les réponses proposées par l'enseignant à une question unique sont judicieusement choisies afin de correspondre chacune à un type d'erreur donné, le choix de l'élève portera alors vers la bonne réponse (compétence validée) ou une des «mauvaises réponses» pointant directement vers l'erreur effectuée par l'élève. L'enseignant connaît alors la démarche de son élève et peut la corriger si nécessaire, en lui proposant des solutions adaptées, voire individualisées. L'erreur n'est plus une sanction mais devient une aide. La systématisation de l'usage du QCM permet alors à l'enseignant de recueillir un grand nombre d'informations sur la progression de ses élèves. Informations nominatives sur les erreurs effectuées, qui lui permettent de mettre en place une stratégie individualisée de remédiation. 5 Le thème de l'évaluation est systématiquement proposé aux professeurs néo-titulaires lors de leurs formations au cours de leurs deux premières années d'enseignement.

4 L'objectif étant d'adapter les solutions à chaque élève, ces derniers prennent alors conscience de l'aide précieuse que constitue ce duo QCM-module de vote dans leur travail. Le rapport à l'outil d'évaluation en est complètement changé. On introduit le «droit à l'erreur», condition nécessaire à une prise de confiance en soi dans l'apprentissage. Un exemple: la force d'interaction gravitationnelle: L'expression mathématique la plus complexe rencontrée par un élève de seconde en cours de physique est bien celle des forces d'interaction gravitationnelle. Sa simple lecture par un néophyte laisse présager des erreurs de calcul, si ce n'est des migraines... Donnons-en l'expression (sans commentaire, l'objet de cet article n'étant pas de faire un cours de physique): F =G. ma.mb d 2 F s'exprime en newton (N), ma et mb sont des masses en kg, d une distance en m et G une constante de valeur 6, N.m 2.kg -2. Posons alors la question suivante, associée aux réponses a) à f): Quelle est la valeur de la force F (en N) existant entre les corps A (de masse ma=100 kg) et B ( de masse mb=5,0 kg) séparés de la distance d=10 km? a) F=3,3,10-10 N b) F=3, N c) F=3, N d) F=3, N e) F=3, N f) F=3, N Si l'on analyse maintenant les différentes réponses proposées, on s'aperçoit qu'à chacune (sauf la bonne) est associée une erreur, à savoir: a) oubli de convertir les km en m b) oubli de convertir les km en m et oubli du carré c) bonne réponse d) oubli du carré e) erreur de chiffres significatifs et d'arrondi f) erreur de chiffres significatifs, oubli de convertir les km en m et oubli du carré.

5 Les habitués verront que bien d'autres erreurs donc résultats sont possibles, mais un trop grand nombre de réponses risque de troubler l'élève, donc un choix s'avère nécessaire. Répartition des exercices en fonction des résultats On remarque cependant qu'avec les résultats de cette question, l'enseignant peut instantanément exposer à l'élève la source de son erreur et lui proposer d'y remédier, soit en recommençant le calcul (le module de vote permet de reprendre à l'infini la question), soit en le dirigeant vers un exercice approprié portant sur la notion non maitrisée par l'élève. Suivi des élèves et livret de compétences Depuis la rentrée 2007, le Collège expérimente les livrets de compétences. Ces derniers sont conçus dans l'esprit suivant: Un livret personnel permet à l'élève, à sa famille et aux enseignants de suivre l'acquisition progressive des compétences ; il est expérimenté au cours de l'année scolaire Les élèves éprouvant des difficultés dans l'acquisition du socle commun se voient proposer un programme personnalisé de réussite éducative. 6 Dans le même esprit, sans non plus transposer aveuglément les méthodes du collège au lycée, l'idée de repérer les compétences disciplinaires et transversales acquises au cours de la scolarité semble motrice dans l'aide aux élèves en difficulté. En effet, le simple fait de montrer à l'élève les points qu'il a acquis et le chemin qu'il lui reste à parcourir peut être vécu comme plus encourageant qu'un simple échec aux devoirs, souvent ressenti comme une injustice face au travail - certes inefficace la plupart du temps effectué à la maison lors de «révisions». Le caractère systématique et instantané de l'évaluation par les modules de vote permet la multiplication des situations de confrontation de l'élève face à son cheminement et face aux concepts abordés en classe. De ce fait, il devient possible de dresser une «carte» des compétences acquises par chacun et de procéder ainsi à une «évaluation positive» qui met en valeur ce que l'élève sait faire. Le travail individuel (à la maison le plus souvent) peut être plus efficace si les compétences et les lacunes sont clairement identifiées et si, par exemple, des exercices adaptés y sont associés. Dans cet esprit, les grilles des programmes servent de point de départ pour définir les «connaissances et savoir-faire exigibles». Reste à l'enseignant à décliner ces derniers en compétences, disciplinaires ou transversales, pour y associer des évaluations. 6 «Le socle commun de connaissances et de compétences»

6 Exemple en chimie, programme de seconde: Chapitre 8: La classification périodique des éléments 8_1 En utilisant la classification périodique, 8_2 Localiser, dans la classification périodique, retrouver la charge des ions les familles des alcalins, des halogènes et monoatomiques et le nombre de liaisons que des gaz nobles (ou rares ). peuvent établir les éléments de chacune des familles de la colonne du carbone, de l azote, de l oxygène et du fluor. A partir de la classification périodique: 8_1_1 Donner le nombre d'électrons sur la couche externe 8_2_1 Distinguer famille et période d'éléments 8_1_2 Donner le nombre de couches électroniques remplies 8_2_2 Savoir que les éléments d'une même colonne ont des propriétés chimiques analogues 8_1_3 Prévoir si l'ion monoatomique sera positif ou négatif Trouver tous les ions ayant une même structure électronique En vert, les extraits du référentiel (B.O. Programmes de seconde) comprenant deux «connaissances et savoir-faire exigibles» (8_1 et 8_2) déclinés en compétences 8_1_1 à 8_2_2. Ces dernières ont été élaborées par le professeur en fonction des notions qu'il juge nécessaire de maitriser pour pouvoir atteindre les points 8_1 et 8_2. Lors d'une séance en classe, des questions portant sur les points 8_1 et 8_2 sont posées en début d'heure aux élèves. Le professeur réalise alors une «évaluation diagnostique» afin d'apprécier l'état initial des savoirs de ses élèves. A partir de ce résultat, il peut engager une stratégie d'apprentissage adaptée, évitant d'insister sur les points déjà acquis par les élèves et développant ceux qui posent problème. S'en suivent donc toute une série de phases de remédiations en décomposant les points 8_1 et 8_2 et en évaluant les compétences 8_1_1 à 8_2_2. Les résultats à ces évaluations sont mentionnés dans le tableau ci-après. Une évaluation de chaque compétence est réalisée pendant la séquence pédagogique. En fin d'heure sont reposées deux questions portant à nouveau sur les points 8_1 et 8_2 afin de mesurer le cheminement de l'élève ainsi que les progrès et les échecs de chacun:

7 Compétences évaluées et résultats NOM, Prénom % T total 8_1 8_2 8_1_1 8_2_1 8_2_3 8_1_3 8_1_3 8_1_2 8_1 8_2 AAA 40 00:03:56 B A D A C A A A B A B A C B BBB 80 00:02:05 C A C A C C A A C A D A C B CCC 20 00:03:05 C A D A C C A B C A D A C B DDD 60 00:03:30 B A C A C B A B C D D A C B EEE 80 00:04:00 C C C A D C A A C A D A C D FFF 60 00:01:33 B A C A C B A B A D D A C B GGG 40 00:04:46 C B C B C C B A C A D B B B HHH 60 00:03:24 B A C A C B A B A D A A C B III 40 00:02:45 F A B A C B A B A D A A C B JJJ 60 00:04:15 F A C A C F A B C A D A C B KKK 40 00:04:25 D C C C C D C B C A D C C D LLL 60 00:03:37 C A C A C C A C C D D A C B MMM :02:26 B A C A C B A A C A D A C B NNN 60 00:02:55 D A C A C D A B C D D A C B OOO 40 00:05:10 B A C A C D A B B D B A C B PPP 60 00:02:28 C A C A C C A C C E D A C B QQQ 20 00:03:07 A E C E A A E B C A D E E B RRR 60 00:02:34 B A C A C B A C C D D A C B SSS 60 00:03:07 B A C A C B A B C C D A C B TTT 80 00:02:03 B A C A C B A B C A D A C B UUU 80 00:04:25 C A C A C C A A C A D A C B VVV 40 00:04:00 B D A A B C A B C D D A C B WWW 40 00:05:27 E A C A C E A B A F A A C B XXX 60 00:02:54 C A C A C C A B C D D A C B YYY 60 00:02:44 A A C A C C A B C A D A C B ZZZ :01:01 B A C A C B A A C A D A C B AAB 60 00:04:04 B A A A C B A A C A D A C B AAC 80 00:04:16 B A C A C B A B C A D A C B AAD 80 00:03:42 B A C A C B A A C A D A C B AAE 20 00:05:45 B E D E A B E C C D D E C A AAF 40 00:02:30 A A C A C C A B B D B A C B 60 00:02:55 D A C A C C A B C D D A C B Résultats des différentes évaluations. En vert: les bonnes réponses. Les noms des élèves ont été volontairement remplacés par des lettres. A l'aide de ce tableau, il est à la fois possible de repérer l'impact de la remédiation sur chacun des élèves mais aussi de connaître ceux pour qui une compétence peut être «validée» ou non (ce jugement reste le rôle du professeur). Présenté à l'élève (sous une autre forme, plus individuelle par exemple), le tableau lui donne une vision plus positive de son état dans la multitude des connaissances qu'il est amené à acquérir. Apport du module de vote dans le QCM: Cette démarche ne nécessite aucunement le nouvel outil que représente le module de vote, tant qu'elle n'est appliquée que quelques fois dans l'année. Mais à partir du moment où l'enseignant veut évaluer un grand nombre de fois par séance la totalité de ses élèves, il se heurte à un problème à la fois matériel, temporel et organisationnel. Le traitement par module de vote permet, de par son caractère instantané, rapide et surtout exhaustif, de toucher tous les élèves dans des intervalles de temps très courts. Ces derniers, amenés à «prendre la parole» bien plus souvent que dans une séance ordinaire, sont plus captifs, voire motivés, et mieux accompagnés puisqu'ils font chacun l'objet d'un traitement individualisé.

8 Perspectives Comme chaque nouvelle technologie à maitriser, le module de vote apporte avec ses atouts son lot de nuits blanches à celui qui souhaite en faire un usage intensif. La construction des séquences en y introduisant les QCM, l'élaboration des QCM et enfin le traitement des résultats demandent un investissement conséquent dont il faut être conscient. Et à part l'intérêt pour les nouveautés, seule la motivation d'un résultats positif pour les élèves permet de surmonter ces heures de travail parfois entachées de moments de découragement face à des problèmes techniques pas toujours résolus. Mais la plus grosse tache qui attend l'enseignant dans cette démarche est celle de la réflexion autour du programme et des compétences qui en découlent. La dichotomie de chacun des points du référentiel et la recherche des compétences disciplinaires et surtout transversales qui s'y rattachent ne peuvent se faire qu'en harmonisant les travaux de plusieurs équipes, à l'échelle académique par exemple, et sur une durée conséquente (une année scolaire au minimum afin d'expérimenter chaque partie du programme, mais une deuxième année, voire une troisième sont préférables). Dans l'académie de Strasbourg, un Groupe Recherche Formation (GRF) vient d'être mis en place afin d'entamer ce travail à l'échelle du bassin de Centre Alsace / Strasbourg. Les effets sur les élèves, s'ils commencent à se faire sentir au point de vue de la motivation, ne prendront de vraie valeur qu'en fin d'année scolaire 2007/2008 une fois les bilans annuels effectués et les orientations choisies. Mais il est évident qu'il faut attendre bien plus longtemps encore pour connaître l'évolution de cet outil et de son implantation dans les salles de classe. L'investissement est conséquent, au niveau pécuniaire comme temporel, mais n'en vaut-il pas la peine? Liens sur: rubrique «Presse» L'extrait du journal sur France 2 (Stéphanie Lafuente) Le reportage en images de Fanny Lothaire L'article des DNA sur la visite de M. le Recteur de l'académie de Strasbourg Le site de Promethean:

ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015?

ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015? ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015? Introduction Tour de table rapide : Établissement, discipline et thème du projet envisagée

Plus en détail

PROJET ÉDUCATIF ÉCOLE ASSOMPTION

PROJET ÉDUCATIF ÉCOLE ASSOMPTION PROJET ÉDUCATIF ÉCOLE ASSOMPTION Titre de notre projet : L'estime de soi la clé de la réussite de nos jeunes (adultes en devenir). L'école Assomption se familiarise avec le concept de l'estime de soi.

Plus en détail

Culture scientifique et technologique

Culture scientifique et technologique Socle commun de connaissances et de compétences Collège Culture scientifique et technologique - Banque de situations d apprentissage et d évaluation - Ce document peut être utilisé librement dans le cadre

Plus en détail

PRISES DE VUE MUSEALES

PRISES DE VUE MUSEALES Les Ateliers de l Image REFERENTIEL DE FORMATION REFERENTIEL DE FORMATION PRISES DE VUE MUSEALES Objectif de la formation Perfectionner les techniques de prise de vues nécessaires à la réalisation de photographies

Plus en détail

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN ET PROGRAMMES La référence pour la rédaction

Plus en détail

FORMATION L ÉVALUATION

FORMATION L ÉVALUATION FORMATION L ÉVALUATION Economie-gestion en lycée professionnel Académie de la Guyane 2014-2015 Formation Date : vendredi 05 Décembre 2014 Lieu : LP Raymond TARCY / Saint Laurent du Maroni Public : professeurs

Plus en détail

Baccalauréat technologique

Baccalauréat technologique Baccalauréat technologique Épreuve relative aux enseignements technologiques transversaux, épreuve de projet en enseignement spécifique à la spécialité et épreuve d'enseignement technologique en langue

Plus en détail

ANALYSER / COMMUNIQUER

ANALYSER / COMMUNIQUER Les Ateliers de l Image REFERENTIEL DE FORMATION REFERENTIEL DE FORMATION ANALYSER / COMMUNIQUER Objectif de la formation Rendre les stagiaires capables de communiquer plus efficacement dans le domaine

Plus en détail

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Référence : Circulaire n 2010-037 du 25 février 2010 relative au dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants

Plus en détail

UTILISATION D'UNE PLATEFORME DE TRAVAIL COLLABORATIF AVEC DES ELEVES DE TERMINALE STG

UTILISATION D'UNE PLATEFORME DE TRAVAIL COLLABORATIF AVEC DES ELEVES DE TERMINALE STG UTILISATION D'UNE PLATEFORME DE TRAVAIL COLLABORATIF AVEC DES ELEVES DE TERMINALE STG LE CONTEXTE Les élèves de terminale STG doivent réaliser pendant leur année de terminale sur une durée de 16 heures,

Plus en détail

Conférence - Débat. «Notes ou pas notes?» «Quelle évaluation pour les élèves?» vendredi 29 mai 2015 Montauban FCPE 82

Conférence - Débat. «Notes ou pas notes?» «Quelle évaluation pour les élèves?» vendredi 29 mai 2015 Montauban FCPE 82 Conférence - Débat «Notes ou pas notes?» «Quelle évaluation pour les élèves?» vendredi 29 mai 2015 Montauban FCPE 82 1/50 Brève présentation 2/50 Thomas CRESPIN 3/50 professeur de mathématiques en collège

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

Utilisation des boîtiers de vote et logiciels de sondage pour la gestion d'une classe hétérogène.! Nicolas Declochez Margny-lès-Compiègne

Utilisation des boîtiers de vote et logiciels de sondage pour la gestion d'une classe hétérogène.! Nicolas Declochez Margny-lès-Compiègne Utilisation des boîtiers de vote et logiciels de sondage pour la gestion d'une classe hétérogène Nicolas Declochez Margny-lès-Compiègne S Les boîtiers de vote électronique «Ces boîtiers de vote se présentent

Plus en détail

N 167 - BOEY Cédric, BAIRY Emmanuel, ROBERT Frédéric, MATHYS Pierre

N 167 - BOEY Cédric, BAIRY Emmanuel, ROBERT Frédéric, MATHYS Pierre N 167 - BOEY Cédric, BAIRY Emmanuel, ROBERT Frédéric, MATHYS Pierre UN DISPOSITIF D ÉVALUATION MIXTE (FORMATIVE/SOMMATIVE) EFFICACE ET PERÇU POSITIVEMENT PAR LES ÉTUDIANTS DANS LE CADRE DE LABORATOIRES

Plus en détail

L'EXEMPLE BELGE. Comme le note Valérie Létard, dans son rapport sur l'évaluation du plan autisme 2008-2010 remis au Gouvernement en décembre dernier1:

L'EXEMPLE BELGE. Comme le note Valérie Létard, dans son rapport sur l'évaluation du plan autisme 2008-2010 remis au Gouvernement en décembre dernier1: L'EXEMPLE BELGE La scolarisation des enfants autistes en Belgique Grande Cause Nationale 2012, l'autisme touche près de 440 000 personnes en France. Chaque année, ce sont 5 000 à 8 000 enfants qui naissent

Plus en détail

Le document final comporte 13 pages et balaye les notions info-documentaires de la fin de l'école primaire à la première année universitaire.

Le document final comporte 13 pages et balaye les notions info-documentaires de la fin de l'école primaire à la première année universitaire. Projet : création d'un outil disposant à la fois de l'ensemble des notions infodocumentaires présentées sous forme de fiche et par cycle ainsi que d'une capsule pédagogique de type «classe inversée» pour

Plus en détail

FORMATIONS D'INITIATIVE DEPARTEMENTALE. hors R3

FORMATIONS D'INITIATIVE DEPARTEMENTALE. hors R3 FORMATIONS D'INITIATIVE DEPARTEMENTALE hors R3 Dispositifs avec candidature individuelle 7 DISPOSITIF : 09D0640014 - SCOLARISER UN ELEVE EN SITUATION DE HANDICAP EN MILIEU ORDINAIRE - BEARN Module : 1031

Plus en détail

Programme "Collège Numérique Rural"

Programme Collège Numérique Rural JEUNESSE DOSSIER DE PRESSE Programme "Collège Numérique Rural" Stéphanie RENAUX Attachée de presse 04 71 46 22 78 srenaux@cg15.fr Sommaire CyberCantal Education : une implication historique du Département

Plus en détail

Note de Service spéciale "Les modalités d'inspection des enseignants" Année 2014-2015. Classes Nom et émargement Classes Nom et émargement

Note de Service spéciale Les modalités d'inspection des enseignants Année 2014-2015. Classes Nom et émargement Classes Nom et émargement Note de Service spéciale "Les modalités d'inspection des enseignants" Année 2014-2015 Tableau d'émargement Classes Nom et émargement Classes Nom et émargement 1 8 2 9 3 10 4 11 5 12 6 13 7 14 Je demande

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À L EMPLOI ET À LA QUALITÉ DE LA LANGUE FRANÇAISE

POLITIQUE RELATIVE À L EMPLOI ET À LA QUALITÉ DE LA LANGUE FRANÇAISE POLITIQUE RELATIVE À L EMPLOI ET À LA QUALITÉ DE LA LANGUE FRANÇAISE (Adoptée par le Conseil d administration lors de son assemblée régulière du 2 juin 2004) 1. PRINCIPE DIRECTEUR LE COLLÈGE, UN MILIEU

Plus en détail

Projet d établissement

Projet d établissement Projet d établissement Le Lycée Expérimental de Saint-Nazaire est un établissement public assurant une formation de second cycle de l enseignement secondaire. Il regroupe des enseignants volontaires qui

Plus en détail

Les compétences visées se réfèrent au programme E.P.S. du cycle 2. Compétences spécifiques liées à l'activité. Objectifs

Les compétences visées se réfèrent au programme E.P.S. du cycle 2. Compétences spécifiques liées à l'activité. Objectifs 1 Les compétences visées se réfèrent au programme E.P.S. du cycle 2 -- s'opposer individuellement avec les jeux d'oppositions duelles Compétences spécifiques liées à l'activité -- rencontrer un partenaire

Plus en détail

Organiser des séquences pédagogiques différenciées. Exemples produits en stage Besançon, Juillet 2002.

Organiser des séquences pédagogiques différenciées. Exemples produits en stage Besançon, Juillet 2002. Cycle 3 3 ème année PRODUCTION D'ECRIT Compétence : Ecrire un compte rendu Faire le compte rendu d'une visite (par exemple pour l'intégrer au journal de l'école ) - Production individuelle Précédée d'un

Plus en détail

Depuis 2009, l'éducation nationale s'est déjà mobilisée pour développer des banques de stages et des outils associés.

Depuis 2009, l'éducation nationale s'est déjà mobilisée pour développer des banques de stages et des outils associés. Pôles de stages Mise en place dans les académies de pôles de stages NOR : MENE1505070C circulaire n 2015-035 du 25-2-2015 MENESR - DGESCO A2-2 Texte adressé aux rectrices et recteurs d'académie Que ce

Plus en détail

SERVICE D ACCOMPAGNEMENT PEDAGOGIQUE DE L UNIVERSITE SORBONNE PARIS CITE

SERVICE D ACCOMPAGNEMENT PEDAGOGIQUE DE L UNIVERSITE SORBONNE PARIS CITE SERVICE D ACCOMPAGNEMENT PEDAGOGIQUE DE L UNIVERSITE SORBONNE PARIS CITE CATALOGUE DE FORMATION POUR LES ENSEIGNANTS DE USPC 2014-2015 Le service SAPIENS créé en janvier 2014 propose durant l année 2014-2015

Plus en détail

RDP : Emission de CO 2 d'une voiture

RDP : Emission de CO 2 d'une voiture 1S Thème : AGIR RDP : Emission de CO 2 d'une voiture DESCRIPTIF DE SUJET DESTINE AU PROFESSEUR Objectif exigibles du B.O. Initier les élèves de première S à la démarche de résolution de problème telle

Plus en détail

Charte Les projets pédagogiques / éducatifs au LEAP

Charte Les projets pédagogiques / éducatifs au LEAP Lycée d Enseignement Agricole Privé de St Maximin Chemin du Prugnon 83470 SAINT MAXIMIN Tel : 04 94 86 52 93 Fax : 04 94 59 78 91 E Mail : st-maximin@cneap.scolanet.org Fait à St Maximin, le 2 janvier

Plus en détail

Décret définissant la formation initiale des instituteurs et des régents D. 12-12-2000 M.B. 19-01-2001

Décret définissant la formation initiale des instituteurs et des régents D. 12-12-2000 M.B. 19-01-2001 Lois 25501 p.1 Décret définissant la formation initiale des instituteurs et des régents D. 12-12-2000 M.B. 19-01-2001 modifications : D. 20-12-01 (M.B. 31-01-02) D. 17-07-02 (M.B. 24-08-02) D. 27-02-03

Plus en détail

LA TABLETTE TACTILE, UN OUTIL AU SERVICE DES SCIENCES

LA TABLETTE TACTILE, UN OUTIL AU SERVICE DES SCIENCES PASI NANCY-METZ LA TABLETTE TACTILE, UN OUTIL AU SERVICE DES SCIENCES Académie de Nancy-Metz PASI- CARDIE http://www4.ac-nancy-metz.fr/pasi/ ACTION CANDIDATE AU PRIX ACADEMIQUE DE L INNOVATION 2014 FICHE

Plus en détail

BREVET INFORMATIQUE ET INTERNET

BREVET INFORMATIQUE ET INTERNET connaissances et capacités exigibles pour le B2i NOR : MENE0601490A RLR : 549-2 ARRÊTÉ DU 14-6-2006 JO DU 27-6-2006 MEN DGESCO A1-4 Vu code de l'éducation, not. articles L. 122-1-1, L. 311-1, L. 311-2,

Plus en détail

CAP Préparation et Réalisation d Ouvrages Electriques

CAP Préparation et Réalisation d Ouvrages Electriques ministère Éducation nationale DEFINITION DES EPREUVES PONCTUELLES ET DES SITUATIONS D'EVALUATION EN COURS DE FORMATION CAP Préparation et Réalisation d Ouvrages Electriques DIRECTION DE L'ENSEIGNEMENT

Plus en détail

Expérimentation de l usage du smartphone dans l enseignement technologique S.T.M.G.

Expérimentation de l usage du smartphone dans l enseignement technologique S.T.M.G. Expérimentation de l usage du smartphone dans l enseignement technologique S.T.M.G. Enseignant : Christine BOLIN, professeur d économie et de gestion lycée Koeberlé Selestat (67) Descriptif : Classes concernées

Plus en détail

POLITIQUE DE PROMOTION ET DE CLASSEMENT DES ÉLÈVES

POLITIQUE DE PROMOTION ET DE CLASSEMENT DES ÉLÈVES POLITIQUE DE PROMOTION ET DE CLASSEMENT DES ÉLÈVES SERVICES ÉDUCATIFS Adoptée par l'ordonnance 92-068 TABLE DES MATIÈRES 1. OBJECTIFS DE LA POLITIQUE.... 1 1.1 Objectif général.... 1 1.2 Objectifs spécifiques......

Plus en détail

Bilan pédagogique et actions du projet pour 2009 2010 Collège Maurice RAVEL

Bilan pédagogique et actions du projet pour 2009 2010 Collège Maurice RAVEL Bilan pédagogique et actions du projet pour 2009 2010 Collège Maurice RAVEL 1 >>> 2 >>> 3 >>> 4 >>> page AXE 1... 2 AXE 2... 4 AXE 3... 7 AXE 4... 9 1 Favoriser la continuité et la réussite des parcours

Plus en détail

Thème 5. Proposition d'une activité d'exploration élève : Micro-trottoir «Qu'est-ce qu'une entreprise?»

Thème 5. Proposition d'une activité d'exploration élève : Micro-trottoir «Qu'est-ce qu'une entreprise?» Thème 5. Proposition d'une activité d'exploration élève : Micro-trottoir «Qu'est-ce qu'une entreprise?» Propriétés Description Intitulé court Proposition d'une activité d'exploration élève de type Micro-trottoir

Plus en détail

B2i et GiBii dans l'académie de Bordeaux. B2i et GiBii 2007-2008 jm - CATICE

B2i et GiBii dans l'académie de Bordeaux. B2i et GiBii 2007-2008 jm - CATICE B2i et GiBii dans l'académie de Bordeaux Le B.O. Du 20 juillet 2006 Article 2 - L'évaluation des connaissances, capacités et attitudes des élèves s'effectue dans le cadre des horaires et des programmes

Plus en détail

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes Les 3 objectifs sont poursuivis aussi bien à l'école maternelle, qu'à l école primaire MATERNELLE * Favoriser la construction des actions motrices

Plus en détail

Solutions numériques d'apprentissage et de collaboration interactive

Solutions numériques d'apprentissage et de collaboration interactive Solutions numériques d'apprentissage et de collaboration interactive Chez Promethean, nous nous engageons à libérer le potentiel humain en révolutionnant les méthodes d'apprentissage et de collaboration

Plus en détail

Le livret du délégué 2011/2012. LYCEE JEAN MOULIN 1 Rue Maréchal Foch B.P. 515 27705 LES ANDELYS. Tél. : 02 32 54 09 31 FAX : 02 32 54 53 43

Le livret du délégué 2011/2012. LYCEE JEAN MOULIN 1 Rue Maréchal Foch B.P. 515 27705 LES ANDELYS. Tél. : 02 32 54 09 31 FAX : 02 32 54 53 43 Le livret du délégué 2011/2012 LYCEE JEAN MOULIN 1 Rue Maréchal Foch B.P. 515 27705 LES ANDELYS Tél. : 02 32 54 09 31 FAX : 02 32 54 53 43 Mail : www.lycee-jeanmoulin.fr 1 Vous avez été élu(e) par vos

Plus en détail

La tâche complexe, un enjeu de l'enseignement des mathématiques

La tâche complexe, un enjeu de l'enseignement des mathématiques La tâche complexe, un enjeu de l'enseignement des mathématiques Frédéric Barôme page 1 La tâche complexe, un enjeu de l'enseignement des mathématiques Enseigner en accord avec l'activité scientifique Pratiquer

Plus en détail

Manuel du gestionnaire

Manuel du gestionnaire Manuel du gestionnaire ENT MESTEK v.2010 Ce manuel s adresse à l équipe administrative d un établissement scolaire : principal, principal adjoint, secrétaires dans un collège, proviseur, proviseur adjoint,

Plus en détail

Université de Haute Alsace. Domaine. Sciences Humaines et Sociales. MASTER Mention Éducation, Formation, Communication UHA, ULP, Nancy 2

Université de Haute Alsace. Domaine. Sciences Humaines et Sociales. MASTER Mention Éducation, Formation, Communication UHA, ULP, Nancy 2 Centre Universitaire de Formation des Enseignants & des Formateurs Laboratoire Interuniversitaire de Sciences de l Education et de la Communication Université de Haute Alsace Domaine Sciences Humaines

Plus en détail

Procédure de bascule annuelle des Serveurs SE3 / LCS

Procédure de bascule annuelle des Serveurs SE3 / LCS Procédure de bascule annuelle des Serveurs SE3 / LCS FRANCK MOLLE - MISSION TICE Septembre 2012 Table des matières Objectifs 5 Introduction 7 I - Export des données utiles depuis un poste administratif

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

A l'intention des collègues dont les élèves vont tester le sujet "prospectif" de bac ES.

A l'intention des collègues dont les élèves vont tester le sujet prospectif de bac ES. A l'intention des collègues dont les élèves vont tester le sujet "prospectif" de bac ES. Le sujet proposé s'inscrit dans le cadre du texte d'orientation ci-joint. L'exercice I est du type "compréhension

Plus en détail

Travail individuel en autonomie : test de positionnement, activités, cours et ressources, test d'évaluation finale

Travail individuel en autonomie : test de positionnement, activités, cours et ressources, test d'évaluation finale Domaine 3 : Pédagogie Fiche signalétique Présentation (sujet et objectifs pédagogiques) Sujet : utilisations pédagogiques des TIC en situation Objectifs: Objectif-1 : préparer les travaux des modules compétences

Plus en détail

MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D'EXAMEN BASE DE DONNÉES CONSULTATION INF-5060-1

MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D'EXAMEN BASE DE DONNÉES CONSULTATION INF-5060-1 MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D'EXAMEN BASE DE DONNÉES CONSULTATION INF-5060-1 OCTOBRE 1996 MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D'EXAMEN BASE DE DONNÉES CONSULTATION INF-5060-1 OCTOBRE

Plus en détail

Dossier d autorisation à mettre en oeuvre le C2i2e

Dossier d autorisation à mettre en oeuvre le C2i2e Extrait du Dossier d autorisation à mettre en oeuvre le C2i2e déposé auprès de la Mission Numérique pour l'enseignement Supérieur par l Institut Catholique de Paris (ICP) - Mars 2011 Au cours du semestre,

Plus en détail

Plan de réussite 2013-2014 Villemaire(101)

Plan de réussite 2013-2014 Villemaire(101) Plan de réussite 2013-2014 Villemaire(101) I. LES OBJECTIFS VISÉS ET LES MOYENS MIS EN OEUVRE Objectif : Augmenter de 50%, d'ici juin 2016, les capacités attentionnelles face à une tâche des élèves 4-5

Plus en détail

Programme de travail académique des inspecteurs 2009-2010 INSPECTION. novembre 2009. Rectorat 3, boulevard de Lesseps Versailles www.ac-versailles.

Programme de travail académique des inspecteurs 2009-2010 INSPECTION. novembre 2009. Rectorat 3, boulevard de Lesseps Versailles www.ac-versailles. novembre 2009 Programme de travail académique des inspecteurs 2009-2010 Rectorat 3, boulevard de Lesseps Versailles www.ac-versailles.fr INSPECTION COMMUNICATION Sommaire Les finalités du Programme de

Plus en détail

QUELQUES IDEES POUR UNE FORMATION DANS LE CADRE DE LA MAFPEN EN DIRECTION DES HISTORIENS/GEOGRAPHES.

QUELQUES IDEES POUR UNE FORMATION DANS LE CADRE DE LA MAFPEN EN DIRECTION DES HISTORIENS/GEOGRAPHES. 83 QUELQUES IDEES POUR UNE FORMATION DANS LE CADRE DE LA MAFPEN EN DIRECTION DES HISTORIENS/GEOGRAPHES. I. ORGANISATION MATÉRIELLE DU STAGE : 1. Durée : 4 jours de formation, répartis de la manière suivante

Plus en détail

L IMPACT DES N.T.I.C. DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES CADRES DE L INSTITUTION MILITAIRE

L IMPACT DES N.T.I.C. DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES CADRES DE L INSTITUTION MILITAIRE N 198 PETREIN Olivier L IMPACT DES N.T.I.C. DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES CADRES DE L INSTITUTION MILITAIRE Introduction L'emploi des Nouvelles Technologies de l'information et de la Communication

Plus en détail

Collège (3DP). Le texte du programme -Mathématiques- :

Collège (3DP). Le texte du programme -Mathématiques- : L évaluation des Mathématiques en Lycée Professionnel Quelle est la place de l évaluation dans une séquence de mathématiques en Lycée professionnel? Collège (3DP). Le texte du programme -Mathématiques-

Plus en détail

proposant des formations et enseignements professionnels

proposant des formations et enseignements professionnels proposant des formations et enseignements professionnels proposant des formations et enseignements professionnels Sommaire Introduction 5 Le contexte et les enjeux 5 La cible du guide 6 La valeur-ajoutée

Plus en détail

POLITIQUE : PASSAGE CODE : PS-17

POLITIQUE : PASSAGE CODE : PS-17 POLITIQUE : PASSAGE CODE : PS-17 Origine : Services pédagogiques Autorité : Résolution 02-06-26-12 Référence(s) : Loi sur l instruction publique, (L.R.Q., c.1-13.3); Régime pédagogique (L.R.Q. c.1-13.3,

Plus en détail

Formation Août 2013 Michèle Garello, IEN économie gestion Caroline Natta, professeur

Formation Août 2013 Michèle Garello, IEN économie gestion Caroline Natta, professeur Formation Août 2013 Michèle Garello, IEN économie gestion Caroline Natta, professeur Déroulement des deux journées Mardi 26 Matin : Intervention des IEN Jeudi 29 Matin : Production en binôme. Après-midi

Plus en détail

Exemples de différenciations pédagogiques en classe. Elémentaires Collèges. Ordinaires & ASH

Exemples de différenciations pédagogiques en classe. Elémentaires Collèges. Ordinaires & ASH Exemples de différenciations pédagogiques en classe. Elémentaires Collèges Ordinaires & ASH PRESENTATION ESPRIT DES OUTILS PRESENTES L objectif de cette plaquette est de proposer des tours de mains aux

Plus en détail

LIVRET DE SUIVI DE PROFESSIONNALISATION

LIVRET DE SUIVI DE PROFESSIONNALISATION LIVRET DE SUIVI DE PROFESSIONNALISATION 1 MASTER 2 MEEF en ALTERNANCE PRESENTATION GENERALE 2 La professionnalisation en alternance que vous allez vivre cette année vous permettra d entrer dans le métier

Plus en détail

Grilles d évaluations

Grilles d évaluations Grilles d évaluations 1) Quelques définitions Evaluer (De Ketele 1 ) signifie : Recueillir un ensemble d informations suffisamment pertinentes, valides et fiables Et examiner le degré d adéquation entre

Plus en détail

Technicien / Technicienne de l'automobile

Technicien / Technicienne de l'automobile Projet : Ecole Compétences Entreprise SECTEUR : 2 INDUSTRIE ORIENTATION D'ETUDES : Technicien / Technicienne de l'automobile COMPETENCE PARTICULIERE VISEE Diagnostiquer et réparer avec ou sans appareil

Plus en détail

Groupe de travail d enseignants SEGPA : LA GESTION DES ELEVES DIFFICILES

Groupe de travail d enseignants SEGPA : LA GESTION DES ELEVES DIFFICILES Groupe de travail d enseignants SEGPA : LA GESTION DES ELEVES DIFFICILES Année scolaire 2005-06 Coordinateurs : Jean Luc Bourdeau CP AIS, Stéphane André secrétaire CCSD et Christian Gazzano, enseignant

Plus en détail

Languedoc - Roussillon

Languedoc - Roussillon Master Métiers de l enseignement, de l éducation et de la formation 1 er degré MEEF Concours préparés : Concours de recrutement des professeurs des écoles (CRPE) Lieu : Carcassonne - Mende - Montpellier

Plus en détail

FORMATION CONTINUE SUR L UTILISATION D EXCEL DANS L ENSEIGNEMENT Expérience de l E.N.S de Tétouan (Maroc)

FORMATION CONTINUE SUR L UTILISATION D EXCEL DANS L ENSEIGNEMENT Expérience de l E.N.S de Tétouan (Maroc) 87 FORMATION CONTINUE SUR L UTILISATION D EXCEL DANS L ENSEIGNEMENT Expérience de l E.N.S de Tétouan (Maroc) Dans le cadre de la réforme pédagogique et de l intérêt que porte le Ministère de l Éducation

Plus en détail

I. Compte-rendu groupe 1 II. Compte-rendu groupe 2 III. Compte-rendu groupe 4

I. Compte-rendu groupe 1 II. Compte-rendu groupe 2 III. Compte-rendu groupe 4 JOURNEE D'ANIMATION SUR LA LIAISON BAC PRO/BTS DANS LE SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL MME GANDON IEN-ET SBSSA MME CAPRA IA-IPR SMS BSE MERCREDI 19 FEVRIER 2014 LYCEE VOLTAIRE ORLEANS LIAISON BAC PRO ASSP/BTS

Plus en détail

COMMENTAIRE ARGUMENTE : Du café sans caféine!

COMMENTAIRE ARGUMENTE : Du café sans caféine! Seconde Thème : La santé MENTAIRE ARGUMENTE : Du café sans caféine! DESCRIPTIF DE SUJET DESTINE AU PROFESSEUR Objectif Initier les élèves de seconde à l argumentation scientifique telle qu elle peut être

Plus en détail

Questionnaire sur les Antécédents Linguistiques. (Version 2.0, 2012)

Questionnaire sur les Antécédents Linguistiques. (Version 2.0, 2012) Questionnaire sur les Antécédents Linguistiques (Version 2.0, 2012) Voyez http://cogsci.psu.edu/ pour l usage et crédit en ligne Veuillez fournir vos coordonnées ci-dessous: Nom: Email: Téléphone: Veuillez

Plus en détail

MODELE: MX-FXX1 Guide facsimilé

MODELE: MX-FXX1 Guide facsimilé MODELE: MX-FXX Guide facsimilé TABLE DES MATIERES A PROPOS DU MANUEL....................... 4 MANUELS FOURNIS AVEC LA MACHINE...... 4 AVANT D'UTILISER LA MACHINE COMME TELECOPIEUR ECRAN INITIAL DU MODE

Plus en détail

ANNEXE I RÈGLEMENT D'EXAMEN

ANNEXE I RÈGLEMENT D'EXAMEN ANNEXE I RÈGLEMENT D'EXAMEN 3 RÈGLEMENT D'EXAMEN Certificat d'aptitude professionnelle Serrurier métallier Scolaires (établissements publics et privés sous contrat) Apprentis (CFA et sections d'apprentissage

Plus en détail

PLAN DE COURS 18288IFM Outils informatiques en relations publiques Section 10. S.O. Étape 1. X Stage : Coordonnées:

PLAN DE COURS 18288IFM Outils informatiques en relations publiques Section 10. S.O. Étape 1. X Stage : Coordonnées: PLAN DE COURS Session : automne 2014 Section 10 Programme d'études École affiliée Profil scolaire 51068 Relations publiques Médias, arts et communication Postsecondaire Cours crédité: Oui Nombre de semaines:

Plus en détail

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Le projet de socle de connaissances, de compétences et de culture,

Plus en détail

Une définition de l évaluation. Les types d évaluation des apprentissages. Les types d évaluation. Les types d évaluation. Les types d'évaluation

Une définition de l évaluation. Les types d évaluation des apprentissages. Les types d évaluation. Les types d évaluation. Les types d'évaluation Une définition de l évaluation Les types d évaluation des apprentissages Pr Marc Gogny Unité de Pharmacologie et Toxicologie Ecole Nationale Vétérinaire de Nantes Jugement outillé, en vue d une prise de

Plus en détail

MASTER MEEF Mention Premier Degré. Livret de stage M2 étudiants. Année universitaire 2015/2016

MASTER MEEF Mention Premier Degré. Livret de stage M2 étudiants. Année universitaire 2015/2016 MASTER MEEF Mention Premier Degré Livret de stage M2 étudiants Année universitaire 2015/2016 Ce livret a pour objet de vous guider dans la réalisation et le suivi de votre stage en milieu professionnel

Plus en détail

Spécialité auxiliaire en prothèse dentaire du brevet d études professionnelles. ANNEXE IIb DEFINITION DES EPREUVES

Spécialité auxiliaire en prothèse dentaire du brevet d études professionnelles. ANNEXE IIb DEFINITION DES EPREUVES ANNEXE IIb DEFINITION DES EPREUVES 51 Epreuve EP1 : ANALYSE ET COMMUNICATION TECHNOLOGIQUES UP1 Coefficient 4 Finalité et objectifs de l épreuve L épreuve vise à évaluer la capacité du candidat à mobiliser

Plus en détail

et internationalisation".

et internationalisation. Le projet - s inscrit dans le cadre donné par la loi d orientation et de programme du 23 avril 2005 et prend en compte les exigences, en termes d efficience et de performance, liées à l entrée en application

Plus en détail

Plan d accompagnement personnalisé

Plan d accompagnement personnalisé Logo de l académie et/ou du département Plan d accompagnement personnalisé Vu la loi n 2013-595 du 8 juillet 2013 d orientation et de programmation pour la refondation de l École de la République ; vu

Plus en détail

LÉA, plateforme pédagogique

LÉA, plateforme pédagogique LÉA, plateforme pédagogique 16/10/2008 Collège Gérald-Godin Marie-Josée Desrochers Conseillère pédagogique TIC Gilles Boulanger Conseiller pédagogique TIC Table des matières En savoir plus sur Léa......

Plus en détail

UN EXEMPLE D EVALUATION DISCIPLINAIRE : EN ECONOMIE-GESTION (Droit)

UN EXEMPLE D EVALUATION DISCIPLINAIRE : EN ECONOMIE-GESTION (Droit) UN EXEMPLE D EVALUATION DISCIPLINAIRE : EN ECONOMIE-GESTION (Droit) Apportant un complément indispensable aux enseignements d'économie, de management des organisations et de sciences de gestion, l enseignement

Plus en détail

D. 12-01-2007 M.B. 20-03-2007. Le Parlement de la Communauté française a adopté et Nous, Gouvernement, sanctionnons ce qui suit :

D. 12-01-2007 M.B. 20-03-2007. Le Parlement de la Communauté française a adopté et Nous, Gouvernement, sanctionnons ce qui suit : Lois 31723 p.1 Décret relatif au renforcement de l'éducation à la citoyenneté responsable et active au sein des établissements organisés ou subventionnés par la Communauté française D. 12-01-2007 M.B.

Plus en détail

PRÉPARER LA PREMIÈRE ÉPREUVE ORALE D ADMISSION OPTION EPS. DEVOIRS SUPPLÉMENTAIRES 1 et 2

PRÉPARER LA PREMIÈRE ÉPREUVE ORALE D ADMISSION OPTION EPS. DEVOIRS SUPPLÉMENTAIRES 1 et 2 CONCOURS DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS DES ÉCOLES PRÉPARER LA PREMIÈRE ÉPREUVE ORALE D ADMISSION OPTION EPS DEVOIRS SUPPLÉMENTAIRES 1 et 2 Rédaction Jean-Pierre GUICHARD Conseiller pédagogique en EPS Ministère

Plus en détail

COMMUNICATION AUX ENSEIGNANTS n 2

COMMUNICATION AUX ENSEIGNANTS n 2 Périgueux, le 23 septembre 2013 L Inspecteur de l Education nationale, à Mesdames et Messieurs les Directeurs d école et Mesdames et Messieurs les enseignants de la circonscription de Périgueux II COMMUNICATION

Plus en détail

LIVRET DE SUIVI DE SCOLARITE EN SEGPA RELEVE DE COMPETENCES

LIVRET DE SUIVI DE SCOLARITE EN SEGPA RELEVE DE COMPETENCES Académie d Aix-Marseille Année scolaire LIVRET DE SUIVI DE SCOLARITE EN SEGPA RELEVE DE COMPETENCES NOM : Prénom : Livret de suivi de scolarité en SEGPA Préambule à l attention des enseignants L objectif

Plus en détail

O b s e r v a t o i r e E V A P M. Taxonomie R. Gras - développée

O b s e r v a t o i r e E V A P M. Taxonomie R. Gras - développée O b s e r v a t o i r e E V A P M É q u i p e d e R e c h e r c h e a s s o c i é e à l ' I N R P Taxonomie R. Gras - développée Grille d'analyse des objectifs du domaine mathématique et de leurs relations

Plus en détail

b) Fiche élève - Qu est-ce qu une narration de recherche 2?

b) Fiche élève - Qu est-ce qu une narration de recherche 2? Une tâche complexe peut-être traitée : Gestion d une tâche complexe A la maison : notamment les problèmes ouverts dont les connaissances ne sont pas forcément liées au programme du niveau de classe concerné

Plus en détail

Réunion de présentation. Avril 2015

Réunion de présentation. Avril 2015 Réunion de présentation Avril 2015 Points abordés 1. L environnement 2. L équipe 3. La pédagogie et le fonctionnement de l établissement 4. Après la 3 ème? 5. Questions L environnement 12, chaussée Jules

Plus en détail

Commission de la Formation et de la Vie Universitaire

Commission de la Formation et de la Vie Universitaire Commission de la Formation et de la Vie Universitaire Séance du 11 mars 2014 Point 5 de l ordre du jour Règles générales relatives aux modalités d évaluation des étudiants en Licence et en Master pour

Plus en détail

Département de l'éducation, de la culture et des sports

Département de l'éducation, de la culture et des sports Département de l'éducation, de la culture et des sports Règlement concernant la formation de Designer dipl. ES, orientation Design de produit, spécialisation Objets horlogers Le conseiller d Etat, chef

Plus en détail

TABLEAU A DOUBLE ENTREE

TABLEAU A DOUBLE ENTREE TABLEAU A DOUBLE ENTREE Grande Section Instructions officielles Ecole maternelle (découvrir le monde) : «À l école maternelle, l enfant découvre le monde proche ; il apprend à prendre et à utiliser des

Plus en détail

1. Absence lors d une évaluation

1. Absence lors d une évaluation Pour des fins de lisibilité, le masculin neutre désigne les individus des deux sexes. Le Collège étant un lieu d apprentissage, l élève doit accomplir toutes les tâches requises et s abstenir de comportements

Plus en détail

LE CARNET DE BORD INFORMATISE (CBI)

LE CARNET DE BORD INFORMATISE (CBI) LE CARNET DE BORD INFORMATISE (CBI) 1. L'utilisation du CBI vous est apparue 1. complexe 2. -3 3. -2 4. -1 5. 1 6. 2 7. 3 8. simple 2. Une formation à l'utilisation du CBI est 1. inutile 2. -3 3. -2 7.

Plus en détail

Parcours de découverte des métiers et des formations

Parcours de découverte des métiers et des formations Parcours de découverte des métiers et des formations Objectifs Acteurs Contenu Ressources OBJECTIFS GENERAUX (et pédagogiques) Acquérir une culture sur les métiers, le monde économique et les voies de

Plus en détail

2'223 4'257 (2'734 Équivalent temps plein ETP) 1'935 4'514 (3'210 ETP) 37'126. 1 540 Compris dans l'enseignement obligatoire Enseignement spécialisé

2'223 4'257 (2'734 Équivalent temps plein ETP) 1'935 4'514 (3'210 ETP) 37'126. 1 540 Compris dans l'enseignement obligatoire Enseignement spécialisé af DE VAUD Département de la formation et de la jeunesse DFJ Projet : «Ecole et informatique» 1 Introduction Près de deux décennies après l introduction des premiers ordinateurs dans l École obligatoire,

Plus en détail

PLAN DE COURS. TITRE DU COURS : Mise à niveau pour mathématique 536

PLAN DE COURS. TITRE DU COURS : Mise à niveau pour mathématique 536 100, rue Duquet, Sainte-Thérèse (Québec) J7E 3G6 Téléphone : (450) 430-3120 Télécopieur : (450) 971-7883 Internet : http://www.clg.qc.ca SESSION : H-2009 NO DE COURS : 201-009-50 PRÉALABLE(S) : Math 436

Plus en détail

LIVRET DE PRESENTATION DE LA FORMATION

LIVRET DE PRESENTATION DE LA FORMATION Règlement du diplôme Livret de présentation de la formation Livret de suivi de formation LIVRET DE PRESENTATION DE LA FORMATION ACCOMPAGNATEUR - ANIMATEUR MONITEUR Fédération Française de Vol Libre 2014

Plus en détail

RÉFÉRENCES OFFICIELLES FINALITÉS DE L EPS

RÉFÉRENCES OFFICIELLES FINALITÉS DE L EPS - 6 e BO n 29 du 18 juillet 1996 - Cycle central BO n 5 du 30 janvier 1997 et BO hors série n 1 du 13 février 1997-3 e BO n 10 du 15 octobre 1998 RÉFÉRENCES OFFICIELLES - Arrêté du 8 juillet 2008 - J.O.

Plus en détail

RAPPORT D'EXPERTISE : SYNERGIE GLOBALE DU PROJET POUR LA FRANCE

RAPPORT D'EXPERTISE : SYNERGIE GLOBALE DU PROJET POUR LA FRANCE RAPPORT D'EXPERTISE : SYNERGIE GLOBALE DU PROJET POUR LA FRANCE par Olivier Mauco, docteur en science politique, consultant et game designer de serious games 1 Sommaire 1. Analyse de chaque items / working

Plus en détail

LES FONDEMENTS METHODOLOGIQUES

LES FONDEMENTS METHODOLOGIQUES Partie 1 LE TEST «LE STAGIAIRE EN CLASSE : PERCEPTION DES ÉLÈVES» LES FONDEMENTS METHODOLOGIQUES La position du problème Jean D. Bélanger, professeur Mario Labbé, assistant de recherche Outre l'enseignant

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE

BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE MARS 2010 BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE Septembre 2010 La France possède un réseau d établissements scolaires des plus importants pour ses ressortissants établis à l étranger. Avec plus de 460 établissements

Plus en détail

Management - Ressources humaines Exemples de formations

Management - Ressources humaines Exemples de formations Management - Ressources humaines Exemples de formations Management - Ressources humaines - Animation d'équipes - Les entretiens professionnels d'évaluation - L'intégration de nouveaux salariés - Anticiper

Plus en détail

La différenciation pédagogique comment faire?

La différenciation pédagogique comment faire? La différenciation pédagogique comment faire? 1 AT E L I E R E N C AD R É C Y C L E S 2 & 3 2 0 11-2012 C I R C O N S C R I P T I O N G R E N O B L E 4 E V E LY N E T O U C H A R D C P C Objectifs de l

Plus en détail