LE SERVICE PUBLIC D EDUCATION,

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE SERVICE PUBLIC D EDUCATION,"

Transcription

1 Groupes de liaison, de réflexion et de propositions LE SERVICE PUBLIC D EDUCATION, UNE MISSION A PARTAGER Journées nationales d Education et Devenir Saint Etienne 21,22, 23 Janvier 2011 En partenariat avec la ligue de l enseignement, l AFAE, les CRAP, la FCPE, la PEEP Cahier d Éducation & Devenir - Numéro 11 - Avril 2011

2 SOMMAIRE LE SERVICE PUBLIC D ÉDUCATION, Groupes de liaison, de réflexion et de propositions UNE MISSION A PARTAGER LE SERVICE PUBLIC D EDUCATION, UNE MISSION A PARTAGER Journées nationales d Education et Devenir PROBLEMATIQUE Pour un renouvellement de la réflexion sur le service public Le conseil scientifique, E&D... p. 03 Saint Etienne 21,22, 23 Janvier 2011 En partenariat avec la ligue de l enseignement, l AFAE, les CRAP, la FCPE, la PEEP Cahier d Éducation & Devenir - Numéro 11 - Avril 2011 OUVERTURE, Claude Rebaud, Président d E&D p. 05 Allocution de Monsieur L Inspecteur d académie, IA-DSDEN... p. 07 I - LA TABLE RONDE, animation : Gérard Moreau, transcription : Alain Boulineau Education & Devenir N SIRET Code APE/NAF 913E Siège social: 30, rue du Rhône Marseille Présidente : Marie-Claude Cortial Secrétariat général : Pascal Martinez Collège Le Palais Allée du château Feurs Tél : Fax : Trésorerie : Jean-François Delporte Lycée Les Bruyères Sotteville Lès Rouen Site : HTTP: // educationetdevenir.fr Coordonnatrice des Cahiers : Martine Tauszig Responsables du cahier N 11 Le Bureau E&D Mise en page et graphisme : José Fouque Alain Bouvier, Philippe Joutard, Bernard Toulemonde... p. 10 II - LES CONFERENCES Espace public/service public, Marc Bigarnet... p. 20 L éducation répond-elle aux principes fondamentaux du service public? Bernard Toulemonde... p. 29 Petit historique -L éducation nationale : une institution et/ou une service public? Bernard Lelièvre... p. 34 L école démocratique, la fin d un horizon? Choukri Ben Ayed... p. 42 La Maison des savoirs : un levier puissant de notre service d éducation Philippe Joutard... p. 50 Partenariats et réseaux d éducation, César Birzéa... p. 55 III - LES ATELIERS Les syndicats enseignants et le service public, Jean Yves Séguy, André D. Robert... p. 59 Les familles et le service public d éducation. Quelle contribution? Quelle place? Claudine Claux, Patrice Partula... p. 70 Regard sur les ateliers 1 et 4, Philippe Watrelot... p. 76 Les entreprises et la formation professionnelle, Agnès Paon, Françoise Clerc... p. 79 Le partage des responsabilités entre l Etat et les collectivités territoriales Bernard Toulemonde... p. 82 Regard sur les ateliers 3 et 5, Françoise Sturbaut... p. 83 L enseignement privé sous contrat dans le service public, Paul Malartre... p. 86 La carte scolaire : enjeux d une controverse et perspectives, Choukri Ben Ayed... p. 88 Regard sur les ateliers 2 et 6, Jean Claude Emin... p. 91 SYNTHESE Service public d éducation : la voie étroite, Françoise Clerc... p. 94 CLÔTURE Marie-Claude Cortial, Présidente d E&D p. 101 Groupes de liaison, de réflexion et de propositions Les Cahiers d Éducation & Devenir - Numéro 11 - Avril

3 PROBLEMATIQUE POUR UN RENOUVELLEMENT DE LA RÉFLEXION SUR LE SERVICE PUBLIC D ÉDUCATION Le Comité scientifique Les représentations et les attentes à l égard des services publics ont considérablement évolué depuis la loi Rolland. Face à ces évolutions, le colloque va tenter de répondre à un besoin de clarification, par un retour sur l histoire pour retrouver les principes et les valeurs qui les fondent, par une analyse de la répartition des responsabilités entre l État et les collectivités territoriales dans une organisation plus décentralisée de le France, par un questionnement, à la lumière des comparaisons internationales, sur les domaines couverts par les services publics et sur la manière dont ils assurent les missions qui leur sont confiées. Les débats du colloque s organiseront autour de cinq axes. Les principes fondateurs des services publics, le principe d égalité notamment, ne sont pas respectés La tradition sur laquelle se fonde l idée de service public d éducation, pose comme allant de soi la convergence des valeurs du savoir et de la raison avec celles de la République. La mise en question de cette convergence par les pratiques et les fonctionnements sociaux contribue à obscurcir la notion de service public. Le colloque cherchera à clarifier les rapports entre les services rendus à la population et un projet national démocratique, conforme à l idéal républicain. De ce point de vue, le problème n est pas tant la diversification de l offre éducative au travers du territoire, que les différences dans la qualité du service rendu. L expérience récente, semble indiquer que la libéralisation de l offre éducative ne constitue pas une réponse adaptée à la diversité des besoins, dans la mesure où elle accentue la mise en concurrence des établissements sans forcément créer une émulation. À l émergence d un marché du soutien scolaire, l école répond par une offre d aide qui ne remet pas fondamentalement en cause le fonctionnement pédagogique des établissements. Enfin, l un des problèmes majeurs est l existence de la compétition au cœur de nos traditions et du système scolaire lui-même. La nécessaire adaptation des services publics à de nouveaux besoins et à de nouveaux comportements des usagers Les hésitations de vocabulaire pour désigner les bénéficiaires des services publics citoyen, usager, client - sont révélatrices d une évolution dans les mentalités mais aussi d un risque de dérive. Les attitudes et les stratégies des usagers sont ambiguës. Même si de fait, un certain nombre de services rendus par l école se sont améliorés, notamment en raison de l investissement accru des collectivités territoriales, les évolutions de l organisation du système éducatif, sont souvent vécues, paradoxalement comme des régressions et le signe d un désengagement de l État. Globalement, les services publics peinent à anticiper les changements dans les besoins et à déployer une offre cohérente ajustée à la demande. Ces difficultés nous conduirons à poser la question de la réévaluation de la place du Parlement et du rôle de l État et à tenter de repérer les processus complexes à l œuvre dans les évolutions actuelles. Une nouvelle répartition des missions de service public : des missions à partager, de nouvelles régulations à inventer Les services publics subissent l influence d une double série de facteurs : ceux qui résultent des Les Cahiers d Éducation & Devenir - Numéro 11 - Avril

4 PROBLEMATIQUE accords, recommandations et directives européens selon le service concerné - et ceux qui sont induits par la décentralisation. Le périmètre et le fonctionnement des services publics dans les pays européens varient. Les comparaisons peuvent nous conduire à nous interroger sur la pertinence de dispositions traditionnelles en France. Par exemple, l école française plaçant la transmission du savoir au centre de ses missions, tend à se limiter à l enseignement, alors que dans certains pays européens le service rendu s étend à l ensemble des fonctions éducatives, de la petite enfance à l adolescence. La décentralisation a entraîné un réajustement des domaines de responsabilités de l État et des collectivités territoriales. Au-delà de la question de savoir s il y a ou non affaiblissement de l État, se pose celle du partage des responsabilités, de leur capacité à s adapter à de nouveaux besoins. Nous observons une tendance de l État à verrouiller les évolutions et à multiplier les contrôles (cf. la mise en œuvre de la LOLF à l Éducation nationale), tandis que les collectivités territoriales font preuve d une plus grande adaptabilité, s engagent de plus en plus dans le domaine pédagogique et proposent une offre de qualité. Les divergences sur un certain nombre de points prennent un caractère conflictuel. À quelles conditions et de quelle manière le partage des responsabilités et des moyens affectés aux services publics peut-il se réaliser dans une plus grande transparence et plus grande équité? Il importe donc de préciser les règles de la négociation et les missions. Une nécessaire clarification des principes de la gestion des ressources humaines et des questions de déontologie Le colloque devra également s interroger sur les représentations que les personnels et notamment les syndicats - se font du service public et de ses missions. En particulier, l apparition d une contestation des pratiques éducatives et des compétences des personnels par les usagers contestation qui concerne d autres services publics que l éducation ébranle les personnels. Mais ce n est pas le seul facteur de déstabilisation. Dans les mêmes espaces de travail, se mettent en place des politiques éducatives relevant d autorités différentes avec des modalités et des visées souvent différentes. L accompagnement éducatif est un exemple de la superposition localement de plusieurs orientations politiques, qui si elles ne sont pas forcément divergentes, offrent cependant une complexité telle que les usagers et les personnels impliqués peinent à les coordonner. Les différences d orientation et la multiplicité des projets et des parties prenantes peuvent induire des fractures dans la conduite des établissements qui déstabilisent également les cadres intermédiaires. L une des évolutions nécessaires concerne la gestion des ressources humaines et la conduite des relations entre les différents niveaux de responsabilité à l intérieur de l institution. La question de l évaluation des services publics ne peut être éludée La recherche d efficacité ne doit pas être confondue avec l imposition de critères économiques. Une réflexion approfondie sur les indicateurs, les critères et les méthodes d une évaluation des services publics et des politiques auxquelles ils contribuent est nécessaire. L autonomie des établissements scolaires n est pas incompatible avec la notion de service public. Bien au contraire, les comparaisons internationales montrent que l évaluation des établissements permet de renforcer la dimension collective du travail et de la responsabilité. Nous nous poserons également la question de l usage des résultats des évaluations dans la conduite d une politique d ajustement. Repenser les services publics, en particulier le service public d éducation, ne se borne pas à remettre en cause des règles de fonctionnement ou à évaluer les moyens qui doivent y être investis. Ce sont les fondements mêmes de la société qui sont interrogés. * * * Les Cahiers d Éducation & Devenir - Numéro 11 - Avril

5 INTRODUCTION OUVERTURE Claude Rebaud, Président d E&D C est à partir de leurs conférences et de leurs interventions tenues lors du colloque de Saint Etienne les 21 au 23 janvier 2011, sur le thème «le service public d éducation, une mission à partager» que les auteurs de ce cahier ont rédigé leurs textes. Un vif merci pour cette double participation à notre réflexion. Qu il me soit permis de remercier aussi ceux qui nous ont aidés, à des titres divers, dans l organisation matérielle et le financement de cette importante manifestation: le Crédit mutuel enseignant, le lycée Etienne Mimard, le Centre des congrès de St Etienne, le conseil Régional Rhône Alpes et, en premier lieu, la mairie de Saint Etienne. La réussite de ce colloque et la qualité de cette publication doivent beaucoup à la méthode que nous avons mise en œuvre pour le réaliser, à notre souci d interroger la notion de service public d éducation dans un esprit d ouverture et de rester fidèles aux valeurs qui nous rassemblent. Ce colloque est l aboutissement d un partenariat que notre association Education et Devenir a mis en place avec les deux grandes fédérations de parents d élèves, la PEEP et la FCPE, l Association française des administrateurs de l Education nationale, le CRAP-cahiers pédagogiques et la Ligue de l enseignement, à laquelle nous sommes désormais affiliés. Ces partenaires ont constitué, avec un groupe d experts, le Comité scientifique chargé d élaborer la problématique qui a fondé nos travaux ; celui-ci a aussi établi le programme de la manifestation et sollicité conférenciers et intervenants. Il est aussi le prolongement de la journée d études que nous avions organisée en 2010 sur le thème «autonomie et décentralisation : l unité du service public en cause». Il nous était alors apparu essentiel d approfondir ce concept -spécifiquement français- de service public, parce que son contenu a considérablement évolué pour des raisons multiples que nous tentons d analyser ici : évolution de l organisation administrative et politique de notre pays avec l entrée en jeu, dans le domaine éducatif, des collectivités territoriales, évolution de l Etat tant sur le plan de ses compétences propres que sur celui des politiques économiques et financières mises en place, crise du modèle politique bureaucratique et vertical, émergence des réseaux, multiplication et complexification des besoins et des demandes des bénéficiaires des services publics qui agissent autant en citoyens qu en usagers et en clients Dans une période où l on remet souvent en cause les services publics et où les critiques fusent à son encontre, il nous semblait nécessaire, à nous qui y sommes spontanément très attachés, de nous poser la question de leur pertinence et de leur défense. Conformément à nos pratiques et à nos valeurs, nous avons évité les approches dogmatiques, sources de positions conservatrices, en cherchant à croiser les regards: la présence de nos partenaires qui interviennent à des titres divers dans le domaine de l éducation a favorisé cette démarche. Nos conférenciers ont ainsi abordé le problème à partir de champs disciplinaires divers : Bernard Toulemonde a interrogé la complexité de la notion de service public en tant que juriste, Claude Lelièvre a dressé l histoire de cette notion pour en éclairer le sens, Choukri Ben Ayed a souligné les évolutions actuelles en tant que sociologue spécialiste des sciences de l éducation Marc Bigarnet et Florent Pigeon ont élargi notre horizon en montrant comment l urbaniste et le politique unissent leurs compétences pour donner une réalité concrète, dans Les Cahiers d Éducation & Devenir - Numéro 11 - Avril

6 PROBLEMATIQUE l espace public urbain, à la notion de service public La diversité de ces approches est complétée par les interventions des personnes ressources qui donnent le point de vue de l entreprise, de l enseignement privé, des syndicats, des parents d élèves Enfin, la relation faite ici, par nos grands témoins, des ateliers correspond aussi souci de croiser le regard des spécialistes ou des experts avec celui des femmes et des hommes du terrain, qui agissent au quotidien, à des places diverses dans les établissements. Notre souci d aborder le problème de façon la plus objective possible n est pas antinomique d une démarche militante soucieuse de faire vivre dans le contexte d aujourd hui le service public et les valeurs républicaines qu il incarne: nos conférenciers sont aussi des militants: ainsi Choukri Ben Ayed nous présente ses propositions de mise en œuvre d une autre politique de sectorisation des établissements, Bernard Toulemonde prend sa double casquette d universitaire et de haut fonctionnaire dans sa conclusion pour donner quelques pistes de progrès possibles, Philippe Joutard s appuie lui aussi sur sa double expérience d historien et de recteur pour proposer un autre type d établissement scolaire, la maison des savoirs et de la formation tout au long de la vie, qui ferait de l établissement scolaire un outil pertinent du service public sur son territoire. La table ronde, «évolution du système éducatif» réunit trois de nos conférenciers Claude Lelièvre, Bernard Toulemonde et Philippe Joutard et Alain bouvier, ancien recteur et membre du Haut Conseil de l Ecole. Elle illustre bien ce souci d une réflexion à la fois ouverte à la diversité des approches disciplinaires et des expériences et militante au service de la mise en œuvre d un service public mieux adapté aux besoins de nos concitoyens et conforme aux principes de notre projet politique. * * * Les Cahiers d Éducation & Devenir - Numéro 11 - Avril

7 Allocution de Monsieur l inspecteur d académie ACCUEIL DES PARTICIPANTS PAR Jean-Paul Vignoux, Inspecteur d académie, Directeur des services départementaux de l éducation nationale, Saint Etienne Madame la présidente, Monsieur le président, Messieurs les inspecteurs généraux de l'éducation nationale, Messieurs les inspecteurs d'académie, Madame le maire adjoint, représentant monsieur le maire de Saint-Etienne, Mesdames et messieurs les personnels de direction, Mesdames et messieurs les enseignants, Mesdames et messieurs, Monsieur le recteur de l'académie de Lyon, retenu par des obligations qu'il ne pouvait différer dans une période où l'activité académique est dense, m'a demandé de le représenter. Je le fais avec plaisir, même si moi-même, contraint par un emploi du temps qui s'est brutalement chargé ces derniers jours, je ne pourrai demeurer que quelques instants avec vous. Sachez que je le regrette. Le sujet de vos journées nationales est particulièrement intéressant : «Le service public d'éducation, une mission à partager». Je souhaite parcourir avec vous les grandes évolutions de notre système, mises en Œuvre ces dernières années de l'école aux lycées. La loi du 23 avril 2005 d orientation et de programme pour l avenir de l école a fixé des objectifs ambitieux aux termes desquels la totalité d une classe d âge doit être qualifiée au niveau V, 80 % d une classe d âge doit être conduite au baccalauréat et 50 % d une classe d âge doit accéder à un diplôme de l enseignement supérieur. Ces objectifs, en cohérence avec ceux de la Stratégie de Lisbonne «Éducation et formation 2010», visent à : Ramener la proportion de jeunes quittant prématurément l école sans qualification à 9,5 % en 2020, contre 11,8 % en 2008, Porter à 87 % en 2013 le pourcentage de jeunes de 20 à 24 ans ayant obtenu un diplôme du second cycle de l enseignement secondaire. L objectif principal des programmes 140 et 141 «enseignement scolaire public des premier et second degrés» est de permettre à chaque élève d acquérir les connaissances et les compétences indispensables afin de favoriser son insertion professionnelle, la poursuite de ses études dans l enseignement supérieur court ou long, sa capacité à se former tout au long de la vie ainsi que l exercice de la citoyenneté. La réforme de l enseignement primaire, initiée à la rentrée scolaire 2008, est naturellement le fondement de la réussite de tous les élèves. La maîtrise de la langue est un facteur essentiel de leur réussite car elle conditionne l ensemble des apprentissages. Elle doit être un objectif prioritaire de tous les niveaux d'enseignement, quelle que soit la matière ou discipline enseignée. L enrichissement du langage dès la maternelle, du vocabulaire, le développement des automatismes et l encouragement à la lecture font l objet d une attention particulière afin de prévenir l apparition de phénomènes d illettrisme chez les jeunes au terme de leur scolarité obligatoire. Nous engageons une expérimentation sur l'apprentissage de la lecture dans l'académie de Lyon. Les résultats des évaluations nationales montrent aussi la nécessité d une forte mobilisation autour des mathématiques, qui fournissent aux élèves des outils pour agir, choisir et décider dans la vie quotidienne, mais aussi pour penser et conceptualiser. La progression dans Les Cahiers d Éducation & Devenir - Numéro 11 - Avril

8 Allocution de Monsieur l inspecteur d académie l apprentissage des mathématiques doit être soigneusement organisée, structurée méthodiquement en fonction des programmes et vérifiée à chaque palier de validation du socle commun de compétences. Les élèves doivent recevoir toutes les aides nécessaires dès qu une difficulté apparaît, dès qu'une fragilité est repérée et tous les enseignants disponibles doivent se mobiliser pour leur garantir la réussite à laquelle ils ont droit. Nous nous attachons à un dialogue constant avec les municipalités pour faire évoluer positivement le réseau scolaire, pour améliorer de manière cohérente et programmée les équipements des écoles. Au collège, la mise en place du socle commun de connaissances et de compétences, au-delà de la mise en œuvre des nouveaux programmes, est en phase d'achèvement. L évaluation par compétences complètera les strictes évaluations disciplinaires et se réalisera dans un cadre associant tous les membres de l équipe enseignante. Cette démarche favorise un meilleur savoirêtre des élèves et en conséquence contribue à une meilleure envie d'apprendre. La généralisation du «livret personnel de compétences» permet de recenser pour chaque élève, tout au long de sa scolarité, les compétences acquises. L attestation de compétences pour chaque élève qui permet de valider les connaissances et compétences acquises, est prise en compte pour le Brevet Pour les collèges, je travaille régulièrement avec le conseil général pour harmoniser nos approches, veiller à leur complémentarité au service des élèves dans le respect des compétences respectives, mutualiser nos initiatives en particulier dans le domaine culturel, les approches relatives au développement durable. Au lycée, la rentrée 2010 a été la première étape de la mise en œuvre de la réforme du lycée d enseignement général et technologique avec l évolution de la classe de seconde. A la rentrée 2011, le cycle terminal du lycée sera concerné aussi bien pour la voie générale que pour la voie technologique. Nous sommes attentifs à la mise en œuvre de ces réformes et veillons avec les chefs d'établissement au respect des objectifs initiaux : La classe de seconde, une année de détermination pour l élève, qui bénéficiera d une offre plus étendue d enseignements d exploration au sein de son établissement ou dans un établissement proche, lui permettant des choix d orientation plus pertinents, Un suivi personnalisé des élèves - au travers du dispositif d accompagnement personnalisé, du tutorat et des stages de remise à niveau - pour l ensemble des élèves, ceux en situation de difficulté scolaire comme ceux qu il s agit d encourager dans des parcours d excellence, Une nouvelle organisation des enseignements permettant une spécialisation progressive et autorisant une plus grande flexibilité des parcours, en ouvrant des passerelles entre les différentes voies, Une réflexion collective sur l utilisation des moyens d enseignement et leur efficacité, encouragée. Les premiers résultats de la rénovation de la voie professionnelle sont très encourageants et seront objectivés à la fin de la présente année scolaire. Au-delà de ces premiers résultats, une réflexion est conduite pour offrir aux bacheliers des choix de poursuite d études supérieures. Par ailleurs, les travaux prospectifs sur l adéquation de l offre de formation avec les débouchés professionnels sont poursuivis avec les Régions et les branches professionnelles. Enfin, la politique de prévention du décrochage scolaire et de prise en charge des jeunes n étant plus inscrits dans un parcours de formation initiale mobilisera conjointement tous les acteurs de la formation initiale et de l insertion professionnelle. Nous œuvrons avec les acteurs de la cohésion sociale, les missions locales. Afin de nous permettre de répondre à tous ces objectifs, la formation des enseignants est portée au niveau master. La formation dispensée, tout en préparant les étudiants à leur future Les Cahiers d Éducation & Devenir - Numéro 11 - Avril

9 Allocution de Monsieur l inspecteur d académie profession, leur offre une initiation à la recherche, caractéristique de tout master, qui fait partie du bagage du futur professionnel afin de lui donner les moyens d analyser et de faire évoluer ses pratiques tout au long de sa carrière par la prise en compte des évolutions scientifiques. En réponse aux questionnements, nous saurons apporter les aides et ajustements qui s'imposent afin de permettre à nos jeunes collègues de trouver plaisir dans ce métier passionnant de l'enseignement, de garantir la réussite des élèves qui leur sont confiés. Je terminerai mon propos en rappelant notre mobilisation et celle de notre institution pour une scolarisation adaptée et réussie des élèves à besoins éducatifs particuliers, dont ceux en situation de handicap. Les progrès de ces dernières années sont considérables par la mobilisation des personnels de direction et des enseignants, grâce aux accompagnements divers mis en place, même si nous sommes conscients qu'il nous faudra certainement encore les améliorer, grâce à la multiplication des dispositifs collectifs favorisant des scolarisations adaptées, grâce à l'évolution des établissements spécialisés qui installent des unités d'enseignements. Il nous reste beaucoup à faire, en particulier au niveau du lycée général et technologique, afin de nous ouvrir à la diversité. Ces nouvelles approches déscolarisation supposent de profonds changements de culture. Nous en sommes conscients et pour les réussir, il nous faut rassurer, encourager, accompagner, mieux former. Il nous faut professionnaliser l acte, en particulier dans ce milieu où les élèves à besoins éducatifs particuliers, si l on n y prend garde, favorisent la prédominance affective. Il nous faut favoriser les capacités d analyse en provoquant, lorsque cela est nécessaire, «des arrêts sur image». Dans ce domaine aussi il nous revient de partager nos initiatives, nos engagements. Nous le faisons en particulier avec le Conseil Général et la Maison Départementale des Personnes Handicapées. Je vous souhaite d'excellentes journées de travail et vous remercie. * * * Les Cahiers d Éducation & Devenir - Numéro 11 - Avril

10 I - TABLE RONDE «EVOLUTION DU SYSTÈME ÉDUCATIF» Alain Bouvier, membre du Haut conseil de l école Philippe Joutard, Recteur honoraire Bernard Toulemonde, Inspecteur général honoraire Animateur : Gérard Moreau, ligue de l enseignement Transcription : Alain Boulineau, Education et Devenir Gérard Moreau Pour aborder la question de l évolution du service public d éducation, quatre pistes sont possibles. Quelle est l influence de la déconcentration dans la gestion par l Etat du système éducatif? Peut-on en améliorer le fonctionnement en renforçant le rôle de pilotage de l Etat, dont on a dit qu il était incertain? Faut-il aller vers un allègement de l administration de l Etat, ce que certains appellent sa bureaucratie? Quelle est l influence de la décentralisation sur l évolution du système éducatif? Faut-il en prévoir un acte trois, et si oui dans quel sens? A partir de ces deux entrées, comment peut-on évoquer la place de l établissement? Quelle autonomie doit-on lui accorder dans un système en pleine évolution? Sur quelle valeur s appuyer pour assurer cette évolution, en particulier dans ce qu Alain Bouvier appelle «la gouvernance du système»? Quels sont les comportements, les valeurs, les approches qui devraient être privilégiés? Quelle place faire en particulier à la notion de confiance, qu on évoque très souvent mais qu on ne voit pas très présente. Premier volet donc : Etat et déconcentration, comment à partir d une situation très jacobine évoluer doucement vers d autres formules? Alain Bouvier Je vais prendre le problème autrement. Les activités que j ai menées, je les ai menées d abord pendant la période fortement centralisée qui va de la première moitié de la Ve République aux lois de décentralisation. J ai commencé à prendre quelques responsabilités au moment de la mise en place de la décentralisation. Et c est la logique de décentralisation qui est le point essentiel, plus que la déconcentration qui n est qu un moyen pour l Etat de maintenir le pouvoir qu il exerçait. Il prétend céder, mais ne cède pas, ou cède à peine, et à défaut de pouvoir conserver au niveau national, il transfert à des acteurs sur lesquels il pèse. Dans cette évolution un point est frappant, notamment ces derniers mois, à moins de se tromper : on peut observer au niveau national une évolution assez nette vers une tâche plus affirmée du Parlement. La Constitution a récemment modifié son rôle et lui donne des prérogatives, en particulier en termes d évaluation des politiques publiques. Dans le même domaine la responsabilité de la Cour des Comptes s est également accrue. Et on voit ces derniers temps le Parlement et ses commissions, notamment celle de la culture et de l éducation, travailler autrement et de façon intense, interpeller beaucoup le ministre de l Education Nationale. Les ministres auront de plus en plus de peine dans les mois qui viennent à satisfaire les députés et sénateurs! Quels que soient les partis au pouvoir. Les commissions parlementaires ont une longue vie et une mémoire que les ministres n ont pas car ils n ont en moyenne que dix huit mois de vie. Les Cahiers d Éducation & Devenir - Numéro 11 - Avril

11 I - TABLE RONDE Le Parlement et l Etat sont là davantage dans leur rôle, à savoir déterminer les grandes orientations. Le socle commun, c est le Parlement qui l a décidé et qui se préoccupe maintenant de ce que l Education Nationale met en place. En même temps, on observe sur le terrain que l organisation territoriale de l Etat se diversifie à l extrême. Mais l Education Nationale fonctionne toujours avec des textes nationaux et des règles nationales qui obligent au niveau territorial et au niveau local de faire preuve d une habileté démoniaque pour adapter aux particularités locales les grandes intentions nationales qui s y traduisent difficilement. C est le péché mignon de notre superstructure nationale : des circulaires en nombre toujours croissant, avec un nombre de pages véritablement effrayant. Il en résulte une tension facilement observable entre d une part un Etat d une certaine façon renforcé pour les grandes orientations avec un rôle plus important du Parlement et d autre part, en ce qui concerne l Education Nationale, une organisation territoriale qui n en est qu à ses prémices et qui reste à mette en place alors que les préfets de région sur le terrain ont pris quelque avance. Philippe Joutard La qualité des rapports parlementaires est extrêmement frappante. Par exemple ceux de la législature précédente, et celui fait par Grosperrin qui va très loin puisqu il a l idée d une «école du socle commun», qui a fait d ailleurs réagir très violemment certains groupes. Sur une question qui a beaucoup agité, les fameuses lois mémorielles des années 2005 à 2007, le travail fait et dirigé par Accoyer est remarquable, que ce soient les interventions qui ont été faites ou les conclusions qui en ont été tirées. Voilà un élément extrêmement positif et on est frappé par la montée d un - quel est le mot le plus approprié - peut être pas «consensus», mais au moins «accord» sur un certain nombre de points. C est en contraste très fort avec ce qui se passe à la Centrale : excepté les inspecteurs généraux qui sont un peu détachés, ou les directeurs, les sous-directeurs et même d autres, dès qu ils entrent dans un cabinet n ont pas encore compris les lois Defferre. Et ce n est pas exagéré! Un secrétaire général d académie sait à quel point, à plusieurs reprises, la Centrale donne des ordres qui ne sont plus de sa compétence. Voici un exemple que j ai connu moi-même. La conjoncture était bonne : nous étions en alternance au moment du deuxième ministère Lang, toutes les personnes concernées étaient ouvertes à la question (ce qui montre qu il y a des tendances lourdes), je n étais pas a priori contre. Appelé à diriger le travail sur les programmes 2002 de l école primaire, je savais qu il y avait forcément des implications pour les municipalités, comme tout programme. D entrée de jeu, en tant qu ancien recteur, j ai alerté le cabinet à plusieurs reprises sur la nécessité,- ce n était pas à moi de le faire -, d entrer en rapport avec l association des maires. Les programmes ont été publiés, le ministère Lang a disparu sans que l association des maires ait été saisie, alors que nous avions la meilleure des conjonctures possibles. On reproche souvent au système éducatif d être conservateur, mais le conservatisme maximal se trouve à la Centrale. Il y eut des propositions faites en 1994, cela s appelait «Centrale 2000», selon lesquelles il était modestement suggéré qu un certain nombre de personnes fasse obligatoirement des mutations, comme d ailleurs on le fait dans la préfectorale, du système central au système régional. Et il n en est rien sorti. Le recul est d autant plus fort à l Education Nationale qu il y a vraiment une distorsion entre les éléments de terrain, que ce soit les établissements, les académies, les rectorats, et la rue de Grenelle. Et cela transcende tous les clivages politiques. Tant que cette question ne sera pas réglée, des obstacles extrêmement forts subsisteront. Les Cahiers d Éducation & Devenir - Numéro 11 - Avril

12 I - TABLE RONDE Bernard Toulemonde Nous sommes tous d accord sur ce constat accablant : le ministère est très largement impuissant par incapacité depuis quelques années à définir une politique à long terme, de s y tenir et de l imposer éventuellement, et on sait très bien combien de ministres, quels qu ils soient, sont partis devant les mouvements de protestation. On est dans une impuissance absolument terrible. Les circulaires de rentrée sont devenues quelque chose à pleurer. Elles sortent beaucoup trop tard pour pouvoir être utiles : on est en janvier et la circulaire de la prochaine rentrée n est toujours pas là, elle se prépare. Celle de la rentrée dernière comporte dix objectifs, tous prioritaires! Ce que sait faire le ministère, c est réagir pour des raisons médiatico-politiques que nous connaissons bien. Quand il se passe quelque chose dans un établissement, immédiatement il faut que le ministre apparaisse à la télévision : «je vais prendre des mesures» Et immédiatement il faut faire une circulaire. J ai plus d une fois essayé de dissuader Monsieur le Ministre en lui disant «on peut faire une circulaire, bien entendu, mais sachez que cette circulaire ne sera pas vraiment lue partout, et encore moins appliquée.» Cela ne fait rien, car tous les médias sont la, et on est sous urgence immédiate. Le ministère est aussi dans une espèce de cocon qui fait qu il ne connaît pas le monde extérieur. C est une sorte de principauté indépendante de l Education Nationale. Je l ai vu quand j étais encore auprès d un président de région : le ministère a sorti le baccalauréat professionnel en trois ans sans prévenir une seule seconde les présidents de région, alors que c est la région qui paie le matériel et les locaux. Il y a une instance de concertation prévue, théoriquement. Je n ai rien contre les internats d excellence, mais la compétence du service d hébergement est passée aux collectivités territoriales, c est la loi. Quelqu un au ministère en a l idée, et on sort la mesure sans en parler aux régions ni aux départements qui gèrent les internats. On pourrait continuer longtemps sur ces exemples, mais ce n est pas la peine. Il y a une notion que l on ne se lasse pas de répéter : essayons de situer le ministère de l Education Nationale sur ce qu il devrait faire, sur ce qu il devrait savoir faire, à savoir la définition des grands objectifs nationaux, l allocation des moyens et l évaluation globale du système. Comme cela a été dit fort justement précédemment, le ministère ne peut le faire seul, il doit s appuyer sur le Parlement, être en relation de coopération avec lui et d une certaine manière en être un exécutif sur ces sujets. C est cela qui lui donnera la puissance nécessaire. On pourra trancher la question du socle commun si derrière il y a le Parlement. D ailleurs notre Président de la République a pris une décision très importante du point de vue des structures : on a ajouté une commission parlementaire à l Assemblée Nationale et au Sénat, la commission de la culture et de l éducation. Ces deux commissions tiennent à se rendre utiles et elles sortent des rapports. Voilà un excellent moyen d appui pour le ministère de l Education nationale. Si l administration centrale se positionne effectivement sur ce qu elle devrait faire, la définition des grands objectifs nationaux, l allocation des moyens et l évaluation globale du système, cela signifie qu elle arrête de s engluer dans les questions de gestion des personnels. Le ministère passe un temps fou sur la gestion des personnels, par exemple pour faire passer un chef d établissement ou un adjoint de collège du collège de Conches en Ouche à celui de Breteuil sur Iton, à vingt kilomètres de distance. Il faut que le dossier remonte à Paris avec les avis de quarante personnes, comme s il y avait une moindre plus-value que pouvait donner l administration centrale. Et c est pareil pour la gestion des personnels enseignants. C est tellement mieux si on est géré à Paris! Il faut arrêter ce système absolument aberrant de gestion centralisée. Pour les personnels hospitaliers on a créé une agence qui les gère, qui n est plus au ministère de Les Cahiers d Éducation & Devenir - Numéro 11 - Avril

13 I - TABLE RONDE la santé, le libérant de cette gestion. Essayons de trouver des idées dans les modèles étrangers, au lieu de rester franco-français et de ne pas voir ce qui se passe de l autre côté des frontières. Par exemple, l hypocrisie est totale sur les programmes : les programmes du collège, si étendus, sont-ils effectivement appliqués? Vaste question, tout le monde le sait. Essayons de nous inspirer de ce qui se passe à l étranger sur les curricula. Il existe des spécialistes au ministère de l Education Nationale qui connaissent très bien la question, c est-à-dire comment fixer des objectifs et laisser une grande marge de liberté aux établissements dans le cadre de leur projet. Enfin, je perds mon temps à le dire, nous sommes à l Education Nationale sur-administrés et en même temps sous-encadrés. Au niveau local, cette sur-administration charrie circulaires et textes, mais il y a un sous-encadrement qui fait se demander comment chefs d établissement et enseignants sont informés, comment ils sont managés. C est là qu il faudrait investir. Jean- Claude Emin l a bien montré à propos du ministère de l Agriculture. Dans les lycées agricoles existe un management totalement différent de celui que nous connaissons à l Education Nationale, qui tient beaucoup plus compte de la rencontre entre chefs d établissement ou enseignants, du travail en commun, de la mutualisation. Gérard Moreau De ce qui vient d être dit, on peut retenir que le Parlement apparaît dans le paysage avec un rôle qui s affirme de manière très positive pour définir la politique d éducation de la nation, politique mise en œuvre par un ministère se consacrant surtout aux grandes orientations. On a également cité le rapport de la Cour des Comptes, qui mérite vraiment d être lu. C est un document très intéressant, tout à fait abordable, pas du tout technocratique où l on trouve des remarques d une grande pertinence sur le fonctionnement du système éducatif. La sur-administration paraît particulièrement étouffante pour les structures de terrain que sont les établissements et les équipes pédagogiques, avec trop souvent peu de souci des élèves et des personnels. C est là un enjeu majeur de l évolution. Est-ce que la décentralisation et l action des collectivités territoriales peuvent être un levier pour faire bouger l ensemble dans un sens positif? Bernard Toulemonde L acte Un de la décentralisation a eu des effets très positifs, l acte Deux aussi. Les collectivités territoriales ont su prendre des initiatives plutôt efficaces pour les établissements scolaires. La question qui se pose maintenant est : comment est-il possible d aller plus loin? On connaît bien les revendications des collectivités territoriales, mais aussi les reprises par l Etat de certaines compétences. Sur l orientation par exemple, les régions en réclament la compétence, en liaison avec l emploi et la formation continue qu elles ont déjà. Et le gouvernement de son côté essaie de mettre en place un nouveau système sur l orientation. Ce qui me préoccupe à ce sujet, ce sont deux choses totalement iconoclastes. Premier point : le budget actuel des rectorats est impressionnant. Le recteur de l académie de Versailles, sur les quatre BOP comme on dit, les budgets opérationnels de programme (premier degré public, second degré public, vie de l élève et soutien à l action administrative), dispose de quatre milliards d euros, alors que le budget du ministère de la culture se monte au total à trois milliards d euros. Le recteur de Versailles a un budget supérieur d un milliard à celui du ministre de la culture. A Montpellier, le budget du recteur est de deux milliards et demi d euros. Or, aujourd hui, qui contrôle de telles sommes? Le recteur tout seul. Personnage certes intelligent et responsable, mais cette immense déconcentration du ministère de l Education Nationale ne pourrait-elle pas être l occasion d insuffler un peu plus de concertation et de Les Cahiers d Éducation & Devenir - Numéro 11 - Avril

14 I - TABLE RONDE décentralisation? Il faut s orienter vers la création d établissements publics régionaux d enseignement qui absorberaient les services académiques. Le responsable en serait bien évidemment le recteur, mais entouré d un conseil d administration avec les présidents de région, de département, les parents d élève, les représentants des enseignants, toutes les parties prenantes. Il y aurait alors une vraie discussion sur les orientations du système et l utilisation du pactole. Deuxième point : une idée que je défends depuis peu concernant le lycée professionnel. Finalement, depuis 1981, en vingt cinq ans, on entend parler de la revalorisation de l enseignement professionnel, avec de grands mots, et en dépit de ce que l on a essayé de faire, le résultat reste le même : en gros l orientation vers le lycée professionnel se fait par l échec et les élèves qui s y trouvent sont les plus malheureux et les moins bien lotis du système éducatif. Comment sortir de cette situation? Il faut casser le système, il faut décrocher le lycée professionnel de l Education nationale et le donner aux régions. On aura alors des lycées professionnels gérés par les régions qui ont déjà l emploi et la formation continue et pourront en faire ce qu elles peuvent. Alain Bouvier Je vais aller exactement dans le même sens. Au niveau parisien, national, on voit bien que le ministère est tenu de travailler avec le Parlement, les services de l Etat, les autres ministères. Mais, comme on l a fait remarquer tout à l heure, il ignore complètement les régions, les départements, les municipalités, les communautés de communes, les métropoles Ce qui a été vrai pour l association des maires, l a été aussi pour l association des régions. En revanche, sur le terrain, c est l inverse. Il n est pas possible pour un recteur, pour un rectorat, d ignorer la région, d ignorer les conseils généraux, d ignorer les municipalités, d ignorer les élus locaux. Dans l emploi du temps d un recteur une place importante est consacrée à son travail avec toutes les collectivités territoriales et avec les élus même quand ils sont nationaux, députés et sénateurs, car ils commencent par intervenir pour leurs écoles, leurs collèges et leurs lycées, au niveau territorial. Quand je dirigeais un établissement public d Etat j avais une instance où les vrais débats pouvaient être posés, pouvaient être tranchés et sur les questions financières on pouvait voter un budget. C était un travail plutôt intéressant. Mais au rectorat j ai été frappé de voir que des masses financières très importantes arrivaient et qu ensuite on allait les répartir selon une mécanique qui était techniquement bien contrôlée mais politiquement pas assurée. Le rôle du recteur me semblait faire en sorte que les conflits locaux si possible ne remontent pas jusqu-à Paris. Dans les réunions de recteurs apparaissait chaque fois un souci du type «chaque année il y a des problèmes, l essentiel est que cela ne démarre pas dans mon académie». Alors au moment de l acte Deux de la décentralisation j ai suivi comme Bernard Toulemonde le débat sur la création éventuelle d établissements publics régionaux à la tête desquels le ministre aurait placé un recteur. Le recteur aurait bien été choisi par le ministre et aurait représenté le ministre, mais il aurait eu un instrument pour piloter son académie et une instance au sein de laquelle auraient pu intervenir régulièrement la région, les départements, etc. Le débat a été tranché par la négative. Le ministre Luc Ferry n en voulait pas car il craignait de perdre la main sur le système. J étais convaincu du contraire et il me semblait que nous pouvions mieux servir le gouvernement et nos ministres si nous avions eu un tel outil pour le faire. Au lieu de cela, tous les recteurs sont des champions de godille, chacun craignant que derrière la bosse il y ait une falaise et qu il tombe dans la trappe. Les Cahiers d Éducation & Devenir - Numéro 11 - Avril

15 I - TABLE RONDE Gérard Moreau Le fait de ne pas avoir retenu la solution évoquée plus haut ne risque-t-il pas d entretenir, comme au niveau de l administration d Etat, une sur-administration de la part des collectivités territoriales? Il faudra aborder l autonomie des établissements qui se plaignent d avoir maintenant une espèce de double tutelle très lourde qui vient perturber le quotidien. Philippe Joutard Revenons sur le modèle dominant à la Centrale, sur-administration et sous-encadrement. Son effet dramatique est que ce modèle se reproduit au niveau du rectorat, et parfois au niveau de l inspection d académie. Et certaines administrations territoriales, il ne faut pas l oublier, ont aussi ce réflexe. Si ce modèle reste dominant, on risque de substituer à une sur-administration de l Etat une sur-administration des collectivités territoriales. Il faut y être extrêmement attentif. Je suis totalement d accord sur la suggestion faite d un établissement public régional. C est une proposition très intéressante et le ministre a eu tord de la repousser. En revanche, je suis totalement opposé à la suggestion concernant le lycée professionnel. Pourquoi? Parce que je dis très clairement que c est le lycée professionnel qui pourra nous sauver, et ce n est pas un propos démagogique. La notion de compétence a été empruntée au lycée professionnel, et plus largement à la formation professionnelle. Globalement, il ne faut pas généraliser, le souci de l élève au centre du système éducatif, on le trouve dans les lycées professionnels beaucoup plus que dans les lycées généraux. Il serait désastreux de laisser les lycées généraux s enfoncer dans leur petit train-train. Au contraire l intérêt de l établissement «maison des savoirs» est de permettre l introduction d un nouvel élément, la formation tout au long de la vie. Ce que quelques-uns font dans les GRETA serait un peu généralisé. Le drame des enseignants, au bout de vingt cinq ans, c est de n avoir toujours eu que des enfants ou des adolescents, et comme l âge des adolescents évolue, cela crée un vrai problème. Le fait d avoir très tôt des adultes à gérer améliorerait les choses. Gérard Moreau Passons au troisième point prévu. Comment définir et améliorer l autonomie des établissements dans le contexte que nous venons d évoquer, en ayant plus le souci du bien être des élèves et des personnels à travers un mode de gestion différent? Philippe Joutard Le terrain, ce sont les établissements et les écoles, point à la ligne. Je signe la formule de la loi d orientation Jospin «l élève est au centre du système éducatif». Si l élève est au centre du système, l établissement doit être au centre de l administration dans le cadre bien évidemment, comme le disait Bernard Toulemonde, d un pilotage national. Donc on n a pas le choix, de même qu on n a pas le choix dans l autonomie de l établissement. Cela n est pas une position idéologique, mais relève d éléments de bon sens comme toutes les évaluations internationales le montrent. Il faut donc considérer comme acquise la nécessité de s appuyer sur l autonomie de l établissement, à condition qu il y ait un pilotage très fort. J ai envie de reprendre l excellente formule de Bernard Toulemonde : «les circulaires doivent fixer les bornes de l inacceptable», quelques grandes orientations et puis les bornes de l inacceptable. Dans l état actuel des choses,- mais ce sont les chefs d établissement qui pourraient réagir-, le fait d avoir une double tutelle est loin d être une gêne, même si cela pose divers problèmes. C est une chance d une certaine façon, car on peut en jouer. En effet, le chef d établissement, à la différence du rectorat, dispose d un conseil d administration, même si c est par fois difficile. Les Cahiers d Éducation & Devenir - Numéro 11 - Avril

16 I - TABLE RONDE Mais il y a un problème de taille qui se pose : c est évident que certains établissements n ont pas la taille critique nécessaire. Et cette question qui n est pas simple. De même qu il y a un sousencadrement en général, il y a un sous-encadrement et une aide insuffisante apportée aux équipes de direction des établissements. On a beaucoup parlé de l encadrement scolaire à tous les niveaux, et peu de l accompagnement, qui n est pas l inspection, mais du côte à côte. On peut s interroger enfin sur la notion du statut du chef d établissement, en regrettant qu il n y ait pas possibilité pour un certain nombre en particulier d enseignants un peu comme dans le supérieur, y compris des militants syndicaux, d assumer pour un temps limité cette fonction. Avoir connu une fonction de gestion pourrait se révéler utile pour faire progresser les choses. En tout cas, on ne pourra faire évoluer fortement le système que par une influence assez grande du Parlement, on l a déjà dit, et en jouant complètement les cartes de la décentralisation et de l autonomie de l établissement. Alain Bouvier Récemment à la suite de la publication de PISA 2009, le HCE (Haut conseil de l éducation) a invité des experts de PISA pour expliquer ce que PISA 2009 avait appris de plus que PISA 2006, 2003 et C était l occasion de leur poser un certain nombre de questions, et en particulier ce que tout le monde se demande : y a-t-il des éléments communs entre les pays qui semblent plus performants que d autres, au-delà des lieux communs que l on entend ici ou là par ceux qui n ont pas lu PISA? Ils ont répondu qu ils en discernaient au moins trois : La formation des enseignants (ce qui n est pas repris dans le communiqué ministériel), Le traitement des difficultés des élèves immédiatement et en situation de classe (c est un point fondamental), L autonomie des établissements scolaires. Ce dernier point pose question, car l autonomie des établissements scolaires, on fait semblant de croire que l on sait de quoi on parle, mais si on fait une petite interrogation, on s aperçoit qu il y a autant de significations du terme que de personnes interrogées. Quand on prend les études d Eurydice sur la situation des établissements scolaires européens au regard des indicateurs d autonomie, il n y a pas deux pays où les établissements bénéficient du même type d autonomie et aucun pays n a accordé l autonomie sur la totalité des indicateurs. Mais la France est l un des pays où les établissements scolaires ont le moins d autonomie. Dans le fond, sur quoi se fonde cette différence? Comment se fait-il que par rapport à tous les pays qui nous entourent nous ayons moins revendiqué, voulu, agi pour que nos établissements scolaires bénéficient de plus d autonomie? C est une question importante, car dans les discussions que l on a ici ou là avec un mouvement, un syndicat, une association, l interlocuteur s empare d un ou deux de ces critères, fait comme si toute l autonomie se réduisait à cela et lance un débat complètement biaisé car il n aborde qu une petite partie du sujet. Si vraiment accorder plus de responsabilités au niveau individuel ou collectif bénéficie aux élèves, ce serait dommage de ne pas exploiter cette piste. Gérard Moreau Peut-être est-ce fondamentalement une question culturelle. D une certaine manière l administration déconcentrée accorde d une main, ou incite d une main, par exemple à utiliser l article 34 de la loi d avril 2005 sur l expérimentation, et de l autre main renforce les contrôles et demande sans arrêt des comptes aux établissements qui se sont lancés dans l expérimentation, ce qui est totalement contradictoire. Président d une association départementale, j ai eu connaissance d un principal de collège qui a été convoqué par l inspecteur d académie pour se Les Cahiers d Éducation & Devenir - Numéro 11 - Avril

17 I - TABLE RONDE voir interdire de travailler avec une association qui se proposait d accompagner l établissement dans l accompagnement qu il mettait en place. J ai fait remarquer à l inspecteur d académie que c était un abus de pouvoir caractérisé. Philippe Joutard C est très grave ce genre de chose car cela intériorise une tendance trop répandue, y compris chez les chefs d établissement, à ne pas utiliser les petits éléments d autonomie. Combien de fois ils demandent l autorisation pour des choses pour lesquelles ils n ont pas à la demander! Chaque fois qu en 2011 il y a encore ce genre de chose, c est catastrophique. Gérard Moreau Quand on incite les collègues, je l ai vécu sur le terrain, à avancer, ils se demandent quelles sont les intentions réelles, si on ne leur tend pas quelque piège. Il faut donc générer de la confiance à l intérieur du système, et c est notre dernier point. Sans cette confiance entre l administration déconcentrée et les collègues qui sont sur le terrain, qui représentent la vie du système, comment peut-on faire progresser l ensemble? Bernard Toulemonde Que faire sur l autonomie? On voit assez bien les problèmes, et surtout les compromis qui ont été nécessaires en Le SNPDEN a organisé un colloque pour les 25 ans de l EPLE. On y a bien vu que c était le fruit de compromis et de savants dosages entre centralisation (avec le chef d établissement qui représente l Etat), déconcentration et parties décentralisées ; Je suis admiratif que les chefs d établissement arrivent à piloter un engin aussi baroque que l EPLE tel qu il a été constitué. Alors, quelles sont les pistes possibles pour le faire évoluer? D abord il faut faire en sorte que le chef d établissement soit situé là où il doit l être. Il n est pas celui qui fait le TRMD, qui passe ses soirées devant l informatique pour transférer des trucs au rectorat. Il est le porteur du projet d établissement, l animateur des équipes, le lien avec l extérieur. Or aujourd hui les chefs d établissement sont absorbés par des tâches pour lesquelles ils devraient être assistés. On l a dit dans la commission Blanchet : il faudrait créer des secrétaires généraux dans les lycées et les collèges de sorte que, comme le recteur ou l inspecteur d académie, le chef d établissement soit déchargé de certaines tâches, avec quelqu un qui l assiste et l aide. C est un premier point. Deuxième point : le conseil d administration. Honnêtement, il faudrait essayer de le rénover, de l ouvrir. Troisième piste : les corps intermédiaires. Il faut aider les chefs d établissement à constituer des équipes, des corps intermédiaires à l intérieur de l établissement scolaire. Paul Mallard, ancien secrétaire de l enseignement catholique avait présenté à l un de nos colloques un petit collège privé, très pauvre où, je me souviens très bien, le chef d établissement était entouré de séries d enseignants responsables de ceci, de cela, de niveaux, de projets, et il se débrouillait pour leur donner une indemnité. Il avait ainsi constitué une équipe qui faisait que la fluidité entre les enseignants, disons «de base» et lui était très grande dans les deux sens : il était très bien informé des problèmes rencontrés par les enseignants à l intérieur de l établissement et en même temps ses propres préoccupations étaient parfaitement prises en compte. A propos de la gestion des personnels et de la façon dont le chef d établissement est mis dans le coup, il est impossible de rester dans le système parallèle d aujourd hui. Un dernier point : la Cour des Comptes a sorti récemment un rapport sur la gestion du système Les Cahiers d Éducation & Devenir - Numéro 11 - Avril

18 I - TABLE RONDE éducatif. Monsieur Migaud, son nouveau président, s est plaint de la monnaie en vigueur dans l Education nationale, l heure d enseignement. Tout est en heures d enseignement : la DHG, le service des enseignants Il proposait (il faudrait qu on réfléchisse aux incidences) de passer au système monétaire normal, l euro. Une heure d enseignement vaut tant d euros. On verrait enfin que pour les ZEP, lorsqu on dit qu on fait plus, on fait en réalité moins, calculé en monétaire. On verrait ce qu on fait de plus pour certains et de moins pour les autres. Un dernier petit mot. Je comprends les chefs d établissement qui ont des difficultés lorsque leur recteur et leur président de collectivité territoriale se sentent mal. Il faut quand même trouver le moyen d un pilotage partagé, ce qui suppose un effort des uns et des autres pour garder un peu de dignité en face des chefs d établissement et des personnels, même si l on n est pas d accord sur tout. On peut essayer de faire bonne figure et il n est pas normal de s insulter dans la presse ou autre comme cela arrive parfois. Gérard Moreau Un dernier mot, puisque nous arrivons au terme de notre table ronde. Alain Bouvier Tout ce qu on a dit aujourd hui concernait le service public d éducation, c est à dire tout ce qui est sous la responsabilité de l Etat, payé par l Etat, y compris l enseignement privé sous contrat qui applique les mêmes programmes, les mêmes horaires et où le contrôle est effectué par les IPR au nom de l Etat. Mais à côté de cette école étatique on assiste aujourd hui à un développement considérable de l école du marché, celle qui est payée par les élèves et les familles, où tout se décide par les élèves et les familles. En 2008, le chiffre d affaire était de deux milliards et demi d euros, chiffre d affaire qui augmente de 20% par an. Cela signifie qu à l heure actuelle cohabitent et s articulent une école formelle, une école non formelle, sinon une école informelle. Une plus grande partie d élèves, notamment dans la classe moyenne, bénéficie de possibilités multiples et variées d apprentissage. En France comme à l étranger, l école va évaluer les résultats de ces apprentissages, décerner des certifications ou des diplômes, mais les apprentissages se font de plus en plus ailleurs. Je regrette beaucoup, sauf erreur de ma part, que pour l instant la communauté éducative française, c est à dire les professionnels du système éducatif, ne se soit pas emparée de ce problème qui la concerne très directement et pour lequel elle pourrait apporter son concours. Il n est pas normal que cette articulation relève de non professionnels que sont les élèves et les familles. Philippe Joutard Le problème de la confiance est le problème majeur de notre système éducatif. Et il faudrait commencer par donner confiance aux élèves. On sait déjà depuis plusieurs années que les Français sont les plus pessimistes, or cela commence dès l école, dès l école maternelle. C est étroitement lié à notre élitisme républicain, à notre système de notation qui dès le départ note et classe les individus. C est aussi lié au fait qu on prépare Polytechnique dès la maternelle, enfin pratiquement. Le problème de confiance des chefs d établissement n est qu un exemple parmi beaucoup d autres. Mais je ne veux pas céder à la tentation du manque de confiance et je terminerai par une vision assez positive, en constatant qu on est assez d accord sur le diagnostic et que si on peut diverger sur tel ou tel type de solution, globalement il y a quelque chose qui transcende les organisations, qui permet d aller au-delà de certains types de clivages. Ce n est pas une conclusion «rad-soc» : une telle prise de conscience ne peut pas ne pas se traduire à un moment donné. Il faut faire le pari, et ce colloque le montre bien, que l on va arriver à faire bouger un peu le système, grâce à Les Cahiers d Éducation & Devenir - Numéro 11 - Avril

19 I - TABLE RONDE l influence du Parlement, et parce qu on n a pas le choix. Gérard Moreau Merci à vous trois. A vous de jouer mes chers collègues, participants à ces journées de réflexion et de propositions. Croyez bien que nous avons totalement confiance en vous pour le faire! * * * Les Cahiers d Éducation & Devenir - Numéro 11 - Avril

20 II - LES CONFERENCES «ESPACE PUBLIC / SERVICE PUBLIC» Marc Bigarnet, architecte Obras Architectes Marc Bigarnet et Frédéric Bonnet, nés en 1965, ont fait ensemble leurs études d architecture à Saint-Etienne. Ils gagnent en 1994 le concours Europan 3 à Alicante, pour une aventure de dix ans qui fonde leur expérience commune : paysage, architecture, urbanisme. L agence «Obras» né de ce projet est créée en 2003, année où elle est lauréate du parc portuaire des docks du Havre (Grand prix Auguste Perret 2009). Les deux associés enseignent depuis plus Obras, implantée à Paris et à Lyon, est lauréat du Palmarès des Jeunes Urbanistes en Douze architectes y collaborent. Le travail porte sur des grands territoires, des espaces, des constructions de logements, de l urbanisme opérationnel sur plusieurs quartiers. Obras figure parmi les cinq équipes nominées au Grand prix d urbanisme 2010 Service Public et Cité Pour un architecte la notion de service public s exprime par l urbanité. Vivre ensemble, partager des lieux, échanger, se déplacer, suppose une structure, toujours adaptée à une géographie, une histoire, une économie, une culture Toujours, bien évidemment, «au service» de l ensemble de ses habitants, en relation avec ses voisins, avec son milieu. Aussi, la structure de la ville n est jamais étrangère à la structure politique qui la fonde. (ville royale (Versailles) ville militaire (Rochefort), religieuse, commerçante La ville contemporaine se construit ainsi en fonction de l idée que l on se fait du «vivre ensemble». Et à l inverse, «La ville fait société» précise Laurent Théry, grand prix d urbanisme «Service Public» et «cité» dépendent bien l un de l autre. Le dictionnaire (TLF) défini la cité comme «Communauté politique indépendante» et l on peut aisément affirmer que l espace public en est le premier Service. De l agora grecque à la rue contemporaine, l expression populaire s exerce bien dans l espace public, en témoignent encore violemment les événements récents en Tunisie ou en Egypte par exemple. Et quand le droit d accès à l espace public, le lieu ou s exerce la «libre communication des pensées et des opinions», l un des droits les plus précieux de l Homme selon la déclaration des Droits de l Homme et du Citoyen est interdit, cela s appelle «le couvre-feu». Penser et construire l Espace Public La ville se construit avec un Maître d Ouvrage et un Maître d Œuvre. Nous représentons aujourd hui ce couple : Florent Pigeon, adjoint à l urbanisme de la ville de Saint-Etienne, représente le Maître d Ouvrage par lequel l expression de la commande publique se formule, remplissant ainsi une mission de service public. Je représente le Maître d Œuvre privé, prestataire de services, la Sarl d Architecture Obras. La ville, en l occurrence le «cœur de ville» de Saint-Etienne, se pense donc, fondamentalement sur les bases d une relation «Public / Privé», entre un prestataire et son client. Le projet sera finalement l expression de cette relation, celle d une commande et de son interprétation négociée. Gilles Deleuze exprime clairement cette relation, qui n est pas seulement fondée sur un rapport «Public/Privé», mais bien plutôt inhérente à l exercice d une discipline : «L écrivain écrit pour les autres, c est à dire «à la place de», celui qui ne sait pas ou ne peut pas» (L abécédaire de Gilles Deleuze avec Claire Parnet) L écrivain met au service de l autre sa discipline, la littérature, à celui qui n y a pas accès. On pourrait le dire aussi du peintre ou même du boulanger par exemple, mais cette «formule» s applique aussi à l architecte et à l urbaniste. En tous cas, c est dans ce cadre que nous exerçons notre propre discipline, persuadés que c est la qualité de la relation entre l architecte et son 20

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Les 3 objectifs de la formation 1 - La construction des compétences et des capacités qui relèvent du : cœur de métier ; cadre

Plus en détail

é d u c a t i on n a t i o n a l e ÉVALUATIONS NATIONALES CM2 Des résultats aux perspectives pédagogiques

é d u c a t i on n a t i o n a l e ÉVALUATIONS NATIONALES CM2 Des résultats aux perspectives pédagogiques é d u c a t i on n a t i o n a l e ÉVALUATIONS NATIONALES CM2 Des résultats aux perspectives pédagogiques Evaluation des des élèves en CM2 Constats et perspectives pédagogiques pour les écoles de l Hérault

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES conférence de presse lundi 23 avril 2007 I. La revalorisation de l enseignement

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

Discours de Marylise LEBRANCHU. Echanges avec les étudiants du master collectivités locales de. l Université de Corse, à Corte en Haute-Corse

Discours de Marylise LEBRANCHU. Echanges avec les étudiants du master collectivités locales de. l Université de Corse, à Corte en Haute-Corse Discours de Marylise LEBRANCHU Echanges avec les étudiants du master collectivités locales de l Université de Corse, à Corte en Haute-Corse Jeudi 17 octobre 2013 Je suis heureuse de pouvoir commencer,

Plus en détail

GUIDE POUR L ENTRETIEN

GUIDE POUR L ENTRETIEN GUIDE POUR L ENTRETIEN PROFESSIONNEL 1 Ce guide s inscrit dans le cadre du décret du 17 septembre 2007 : il vise à faciliter la réalisation de l entretien professionnel, à la fois pour les agents et pour

Plus en détail

SEMINAIRE «Réussir la modernisation de la fonction publique»

SEMINAIRE «Réussir la modernisation de la fonction publique» SEMINAIRE «Réussir la modernisation de la fonction publique» CLÔTURE DES TRAVAUX PAR MADAME CYNTHIA LIGEARD PRESIDENTE DU GOUVERNEMENT DE LA NOUVELLE-CALEDONIE 6 novembre 2014 1 Mesdames, Messieurs les

Plus en détail

La formation interministérielle

La formation interministérielle 1 La formation interministérielle La formation interministérielle mise en œuvre par la DGAFP s organise autour des trois axes suivants : La formation interministérielle déconcentrée dont les acteurs principaux

Plus en détail

CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE

CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE INTRODUCTION Les CPE d aujourd hui s interrogent légitimement sur le rôle, sur leur positionnement dans l établissement et sur les relations dans lesquelles

Plus en détail

BASSE-NORMANDIE RELATIF A LA LUTTE CONTRE L ILLETTRISME ET A L ACCES AUX COMPETENCES DE BASE PREFECTURE DE REGION BASSE-NORMANDIE

BASSE-NORMANDIE RELATIF A LA LUTTE CONTRE L ILLETTRISME ET A L ACCES AUX COMPETENCES DE BASE PREFECTURE DE REGION BASSE-NORMANDIE PROTOCOLE D ACCORD ETAT- REGION BASSE-NORMANDIE RELATIF A LA LUTTE CONTRE L ILLETTRISME ET A L ACCES AUX COMPETENCES DE BASE PREFECTURE DE REGION BASSE-NORMANDIE LE 20 MARS 2007 PROTOCOLE D ACCORD ETAT-

Plus en détail

Délégation interministérielle à la famille

Délégation interministérielle à la famille Délégation interministérielle à la famille Circulaire Interministérielle DIF/DGAS/DGS/DGESCO/ DGER/DGEFP No 2006-556 du 22 décembre 2006 relative à la mise en place de plates-formes de formation aux métiers

Plus en détail

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Association Rhône Alpes des professionnels des Développeurs Economiques Locaux 14 rue Passet 69007 Lyon Tél. : 04

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France Refondation de l Ecole De la République Contribution des CCI de France Octobre 2012 Etablissements publics dirigés par des chefs d entreprises élus par leurs pairs, les CCI de France assurent globalement

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Accueil et formation des professeurs et CPE stagiaires du 2 nd degré «mi-temps» Sommaire : 1. Affectation

Accueil et formation des professeurs et CPE stagiaires du 2 nd degré «mi-temps» Sommaire : 1. Affectation Accueil et formation des professeurs et CPE stagiaires du 2 nd degré «mi-temps» 2015 2016 Sommaire : 1. Affectation 2. Principes généraux de la formation L alternance intégrative Formation disciplinaire

Plus en détail

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER 1 DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER A L OCCASION DE LA RENCONTRE SUR «L ARRIVEE DE L ENFANT EN FRANCE : LA FIN DU PROCESSUS D ADOPTION?» (Centre

Plus en détail

Le directeur et ses missions Référentiels de compétences

Le directeur et ses missions Référentiels de compétences Le directeur et ses missions Référentiels de compétences Le directeur d école doit être en mesure d assurer des missions de trois ordres : missions pédagogiques, missions administratives, missions sociales.

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE D ACCUEIL DES PROFESSEURS D ECOLE STAGIAIRES EN STAGE FILE

GUIDE PRATIQUE D ACCUEIL DES PROFESSEURS D ECOLE STAGIAIRES EN STAGE FILE GUIDE PRATIQUE D ACCUEIL DES PROFESSEURS D ECOLE STAGIAIRES EN STAGE FILE ENSEIGNANTS STAGIAIRES IUFM CIRCONSCRIPTIONS DIRECTEURS D ECOLE Cadre de référence : Arrêté du 19/12/2006 ( BOEN n 1 du 04 janvier

Plus en détail

CONSEIL INGENIERIE FORMATION MANAGEMENT

CONSEIL INGENIERIE FORMATION MANAGEMENT CONSEIL MANAGEMENT Assurer la responsabilité opérationnelle d une équipe Développer son leadership au sein d une équipe Pratiquer la délégation Conduire une réunion Conduire un entretien individuel-professionnel

Plus en détail

Séminaire des cadres de l administration centrale. Université René- Descartes lundi 3 juin 2013

Séminaire des cadres de l administration centrale. Université René- Descartes lundi 3 juin 2013 Séminaire des cadres de l administration centrale Université René- Descartes lundi 3 juin 2013 Allocution de Manuel VALLS, ministre de l Intérieur Monsieur le Secrétaire Général, Messieurs les Directeurs

Plus en détail

SEMINAIRE DE LANCEMENT DE LA RÉVISION GENERALE DES POLITIQUES PUBLIQUES. Centre de conférences internationales mardi 10 juillet 2007

SEMINAIRE DE LANCEMENT DE LA RÉVISION GENERALE DES POLITIQUES PUBLIQUES. Centre de conférences internationales mardi 10 juillet 2007 SEMINAIRE DE LANCEMENT DE LA RÉVISION GENERALE DES POLITIQUES PUBLIQUES Centre de conférences internationales mardi 10 juillet 2007 Discours de M. Eric WOERTH Messieurs les Ministres, Madame et Messieurs

Plus en détail

RAPPORT D ETAPE DU GARANT CNDP (08 avril 2013)

RAPPORT D ETAPE DU GARANT CNDP (08 avril 2013) 1 CONCERTATION POUR LE PROJET DE RECONSTRUCTION DE LA LIGNE DE GRAND TRANSPORT D ELECTRICITE ENTRE ARRAS ET LILLE RAPPORT D ETAPE DU GARANT CNDP (08 avril 2013) RAPPEL Le débat public pour ce projet dont

Plus en détail

NOTE DE SERVICE DGER/SDEPC/N2005-2064 SG/SRH/GESPER/N2005-1248 Date: 20 septembre 2005

NOTE DE SERVICE DGER/SDEPC/N2005-2064 SG/SRH/GESPER/N2005-1248 Date: 20 septembre 2005 MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DE LA PECHE Direction Générale de l'enseignement et de la Recherche 1 ter, av. de Lowendal, 75700 Paris 07 SP Sous-direction des établissements et de la politique contractuelle

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Economie - Gestion de l Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des

Plus en détail

Historique du coaching en entreprise

Historique du coaching en entreprise Historique du coaching en entreprise Aux Etats-Unis dans les années 80, le coaching des sportifs a beaucoup de succès. L entreprise, soucieuse d une plus grande performance va adapter le coaching afin

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Conduire un projet d organisation Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe 75015 Paris Adresse de correspondance : La

Plus en détail

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement INTRODUCTION : Le constat Le principe d une école destinée à former tous les magistrats

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

L importance du volet comptable de la loi organique

L importance du volet comptable de la loi organique Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire Journée d études des trésoriers-payeurs-généraux, relative à la nouvelle fonction comptable - 3 octobre 2003 - Mesdames et

Plus en détail

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège LASNIER, Monique. Plan institutionnel d'aide à la réussite et à la persistance.collège

Plus en détail

Cartographie des dispositifs existants

Cartographie des dispositifs existants Les décrocheurs Cartographie des dispositifs existants Les établissements scolaires et institutions publiques se sont saisis depuis plusieurs années déjà de la question du décrochage scolaire. AlphaOmega

Plus en détail

-Monsieur le Représentant de la Coopération Néerlandaise, chef de file des Partenaires Techniques et Financiers du PRODESS ;

-Monsieur le Représentant de la Coopération Néerlandaise, chef de file des Partenaires Techniques et Financiers du PRODESS ; ALLOCUTION DU MDSSPA A L OUVERTURE DES TRAVAUX DES JOURNEES DE CONCERTATION SUR UNE STRTATEGIE D EXTENSION DE LA MUTUALITE AU MALI (21 au 23 janvier 2010) --------------------------------------------------

Plus en détail

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE Formation des Chefs d Etablissement d Affectation Management adaptatif et délégations Support participants SOMMAIRE La formation dans son contexte p.3 Les facteurs

Plus en détail

PROGRAMME DE TRAVAIL DES CORPS D INSPECTION L ACADEMIE DE CAEN

PROGRAMME DE TRAVAIL DES CORPS D INSPECTION L ACADEMIE DE CAEN 2011-2013 PROGRAMME DE TRAVAIL DES CORPS D INSPECTION DE L ACADEMIE DE CAEN 1 PREAMBULE Le programme de travail académique des corps d inspection (PTA), inspecteurs d académie inspecteurs pédagogiques

Plus en détail

Accessibilité handicapés. Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées

Accessibilité handicapés. Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées Accessibilité handicapés Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées Introduction Les établissements de l Enseignement catholique

Plus en détail

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la 1 Mon stage en résumé Je dois avouer avoir de la difficulté à faire un bilan qui va au-delà du déjà dit dans mes rapports antérieurs, parce que j ai l impression d y avoir presque tout écrit. Par contre,

Plus en détail

Comment présenter le livret de compétences aux familles?

Comment présenter le livret de compétences aux familles? Séminaire Évaluation Comment présenter le livret de compétences aux familles? Introduction Dans la perspective d une acquisition effective des compétences attendues à la fin de l école maternelle relatives

Plus en détail

CIRCULAIRE N DHOS/E1/2006/550 du 28 décembre 2006 relative à la mise en place de maisons des usagers au sein des établissements de santé

CIRCULAIRE N DHOS/E1/2006/550 du 28 décembre 2006 relative à la mise en place de maisons des usagers au sein des établissements de santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Sous-direction de la qualité et du fonctionnement des établissements de santé - Bureau E1 Dossier suivi par : Annick Van Herzèle Téléphone

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement?

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? L organisation Livre blanc Objectif du document : Ce document a pour objectif de présenter les principaux éléments de choix d un cabinet de reclassement

Plus en détail

Appel à projets. Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire. Développer la connaissance

Appel à projets. Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire. Développer la connaissance Appel à projets 2011 Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire En partenariat avec le ministère de l Éducation nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative Avec

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse PLAN AUTISME 2013-2017 Synthèse Plan d actions régional Océan Indien En adoptant le 3ème Plan Autisme en mai 2013, la ministre des affaires sociales et de la santé répondait à une attente forte des personnes

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Enseignement de la langue des signes française en milieu scolaire de l Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION APRÈS LA FORMATION 2.3. APRÈS LA FORMATION Lorsque la formation est terminée, l organisation doit finalement s assurer que l apprenant puisse utiliser de manière concrète les nouveaux apprentissages. Cette

Plus en détail

Le web dans la formation des enseignants

Le web dans la formation des enseignants Fatiha Mamache amamache@ushb.dz USTHB Avril 2013 Plan Introduction Pourquoi parle-t-on de formation des enseignants du supérieur? Comment accueillir et encadrer les enseignants débutants? L université

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Langues du monde et formation appliquée en relations internationales de l Institut National des Langues et Civilisations Orientales

Plus en détail

Assises de l éducation prioritaire Collège BARBUSSE-VAULX EN VELIN Document 6 : Demi-journée de concertation, partie 2 : leviers d évolution proposés

Assises de l éducation prioritaire Collège BARBUSSE-VAULX EN VELIN Document 6 : Demi-journée de concertation, partie 2 : leviers d évolution proposés Assises de l éducation prioritaire Collège BARBUSSEVAULX EN VELIN Document 6 : Demijournée de concertation, partie 2 : leviers d évolution proposés Synthèse des échanges sur la mise en œuvre des leviers

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

Mille et Une Question

Mille et Une Question Mille et Une Question Accès dans les écoles Etes-vous une école privée? Oui, sous contrat avec l état et le ministère de l Agriculture. Nous sommes une école professionnelle qui a été créée par l Institution

Plus en détail

Pour un dialogue réussi enseignant parent parent enseignant

Pour un dialogue réussi enseignant parent parent enseignant Pour un dialogue réussi enseignant parent parent enseignant le mot du médiateur de l éducation nationale Madame, monsieur, Parent, enseignant, vous aurez l occasion, au long de l année scolaire, de vous

Plus en détail

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Consultant-Formateur Elu local Une question bien embarrassante! Parce qu elle renvoie à la capacité d une organisation

Plus en détail

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Groupe de travail Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Les participants ont tous reçu une copie du rapport particulièrement riche du précédent groupe de travail. A l issue des rapports des représentantes

Plus en détail

ESPACE DE RENCONTRE AVEC L OEUVRE D ART. Cahier des charges relatif à l aménagement et au fonctionnement. Préambule

ESPACE DE RENCONTRE AVEC L OEUVRE D ART. Cahier des charges relatif à l aménagement et au fonctionnement. Préambule ESPACE DE RENCONTRE AVEC L OEUVRE D ART Cahier des charges relatif à l aménagement et au fonctionnement Préambule Le rectorat de l académie de Lille et la direction régionale des affaires culturelles du

Plus en détail

Programme des experts associés des Nations Unies

Programme des experts associés des Nations Unies Programme des experts associés des Nations Unies Descriptif de poste Expert associé INT-150-13-P099-01-V I. Généralités Titre : Expert associé en ressources humaines Secteur d affectation : Service du

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

http://www.economie.gouv.fr

http://www.economie.gouv.fr PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES http://www.economie.gouv.fr Discours de Pierre MOSCOVICI, Ministre de l Economie et des Finances Conférence de presse pour le lancement de la Banque

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

évolution des politiques et pratiques

évolution des politiques et pratiques Parcours scolaires et parcours d insertion : évolution des politiques et pratiques Intervention à l ESEN Novembre 2009 Jean-Marie Lenzi 1- Orientation et insertion professionnelle Service public de l éducation

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1 Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008 Synthèse de l atelier 1 Comment, dans le cadre du CDIAE, mobiliser les acteurs du territoire pour réaliser un diagnostic, définir les orientations et élaborer

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX o Les enjeux du système de formation. o Que peut apporter la formation à votre vie professionnelle? o Les formations que vous

Plus en détail

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR Les séminaires et la continuité à assurer Il est essentiel qu au terme de chaque séminaire, le bilan établi et mis en ligne soit examiné dans chaque lycée par l ensemble

Plus en détail

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis Version 2 : 20 juillet 2012 L expérimentation conduite par l Agence nationale de lutte contre l illettrisme

Plus en détail

Évaluation des apprentissages en formation professionnelle

Évaluation des apprentissages en formation professionnelle Évaluation des apprentissages en formation professionnelle L évaluation des apprentissages fait partie intégrante de l enseignement. L APEQ vous propose ici un document qui devrait vous permettre de clarifier

Plus en détail

Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle

Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle Repères revendicatifs Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle La CGT propose Un droit à l éducation permanente pour une formation émancipatrice tout au long de la vie. Ce droit

Plus en détail

Inspection de l Education Nationale Circonscription de Chinon. Celui dont on a besoin Qui nous rassemble Qui nous ressemble

Inspection de l Education Nationale Circonscription de Chinon. Celui dont on a besoin Qui nous rassemble Qui nous ressemble Inspection de l Education Nationale Circonscription de Chinon Celui dont on a besoin Qui nous rassemble Qui nous ressemble Sommaire Introduction I. Projet, enjeu de réussite II. Problématique 1. Un outil

Plus en détail

GRAF Groupe de Recherche Action Formation Des outils de formation Co-construits

GRAF Groupe de Recherche Action Formation Des outils de formation Co-construits GRAF Groupe de Recherche Action Formation Des outils de formation Co-construits AEFTI I. Fiche technique Domaine : Thème(s) abordé(s) Public visé Objectifs poursuivis Méthode(s) mise(s) en œuvre Co-construction

Plus en détail

Guide. méthodologique. Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti

Guide. méthodologique. Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti Guide méthodologique Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti mieux prendre en compte le risque naturel dans l urbanisation et l aménagement du territoire Préface Monsieur Yves Germain

Plus en détail

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein France 2010 - DIVJEUSEIN10 Arguments pour convaincre TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein Arguments pour convaincre Le cancer du sein touche autour de 50 000

Plus en détail

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici.

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici. Introduction Cet ouvrage a été conçu à partir de sollicitations exprimées par des managers de terrain soucieux de donner une dimension plus opérationnelle à leur management au quotidien. Il rassemble des

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2 Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré ESPE Lille Nord de France Année 2014-2015 Cette note de cadrage a pour but d aider les collègues

Plus en détail

1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère

1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère Sommaire 1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère 1. Contexte et enjeux du PPE 1.1 Une loi et des orientations départementales 1.2 Les enjeux du PPE 2. La démarche

Plus en détail

CONVENTION POUR LE TRINOME ACADEMIQUE DE NICE

CONVENTION POUR LE TRINOME ACADEMIQUE DE NICE CONVENTION POUR LE TRINOME ACADEMIQUE DE NICE Convention de partenariat entre L Académie de Nice La zone de Défense Sud L Association Régionale des anciens auditeurs de l Institut des Hautes Etudes de

Plus en détail

Conférence Nationale du Sport. 20 novembre 2008. Discours de Guy Drut, Membre du CIO. Bravo Henri et encore merci pour cette belle initiative.

Conférence Nationale du Sport. 20 novembre 2008. Discours de Guy Drut, Membre du CIO. Bravo Henri et encore merci pour cette belle initiative. 1 Conférence Nationale du Sport 20 novembre 2008 Discours de Guy Drut, Membre du CIO Bravo Henri et encore merci pour cette belle initiative. L occasion qui est donnée aujourd hui de rassembler les différents

Plus en détail

MME LE MAIRE : Madame OUFKIR. MME OUFKIR :

MME LE MAIRE : Madame OUFKIR. MME OUFKIR : Préambule du rapport n 12 Madame OUFKIR. MME OUFKIR : Ce rapport vous propose d autoriser la signature d une convention de groupement de commandes entre CHAMBERY METROPOLE et la Ville de CHAMBERY afin

Plus en détail

Discours d Abdel Achache Adjoint aux sport. représentant Thierry Philip, Maire du 3 e arrondissement. Samedi 14 novembre 2009

Discours d Abdel Achache Adjoint aux sport. représentant Thierry Philip, Maire du 3 e arrondissement. Samedi 14 novembre 2009 Discours d Abdel Achache Adjoint aux sport représentant Thierry Philip, Maire du 3 e arrondissement Samedi 14 novembre 2009 Congrès départemental du Comité du Rhône de la Fédération sportive et culturelle

Plus en détail

Le financement de l enseignement privé par les collectivités territoriales

Le financement de l enseignement privé par les collectivités territoriales www.jeanclaudegaudin.net Juillet 2006 Le financement de l enseignement privé par les collectivités territoriales Une polémique a récemment surgi à propos du financement de l enseignement privé par les

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

La CFDT préconise de négocier dans ce cas précis, dans un premier temps, des accords dits «de méthode».

La CFDT préconise de négocier dans ce cas précis, dans un premier temps, des accords dits «de méthode». Fiche outil 6 CONTENU DE L ACCORD Introduction «Agir contre les troubles psychosociaux, c est agir pour un travail de qualité. Il s agit de regarder la situation de travail telle qu elle est pour les salariés

Plus en détail

Actualiser, développer et valoriser les compétences des seniors

Actualiser, développer et valoriser les compétences des seniors Actualiser, développer et valoriser les compétences des seniors Fiche 6 Enjeux Face aux changements importants que connaissent les entreprises : évolution du contenu des métiers, des technologies et des

Plus en détail

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux ASSEMBLÉE NATIONALE Suite à l Audition du 20 juillet 2010 de la FÉDÉRATION CFDT SANTÉ-SOCIAUX Représentée par Nathalie CANIEUX, Secrétaire générale

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Je vous souhaite la bienvenue à la Cité des Sciences pour ces deux journées de colloque consacré à la sécurité alimentaire dans le monde.

Je vous souhaite la bienvenue à la Cité des Sciences pour ces deux journées de colloque consacré à la sécurité alimentaire dans le monde. Note à Eléments de langage Chers amis, Je vous souhaite la bienvenue à la Cité des Sciences pour ces deux journées de colloque consacré à la sécurité alimentaire dans le monde. Des colloques sur ce sujet,

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Droit de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations et

Plus en détail

DISCOURS de Sylvia PINEL. Installation du Conseil supérieur de la Construction et de l Efficacité énergétique

DISCOURS de Sylvia PINEL. Installation du Conseil supérieur de la Construction et de l Efficacité énergétique Cabinet de la Ministre du Logement, de l Egalité des territoires et de la Ruralité Paris, le lundi 15 juin 2015 Seul le prononcé fait foi DISCOURS de Sylvia PINEL Installation du Conseil supérieur de la

Plus en détail

CHARTE DE L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS A L ETRANGER (EFE)

CHARTE DE L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS A L ETRANGER (EFE) 1 CHARTE DE L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS A L ETRANGER (EFE) Préambule Les établissements scolaires membres du réseau de l enseignement français à l étranger dispensent un enseignement à programme français ouvert

Plus en détail

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES La réalisation d un PCS doit être l occasion de travailler avec différents partenaires et de créer un réseau. L objectif est de faire en sorte de bien définir qui

Plus en détail

actualités institutionnelles de la rentrée 2015-2016

actualités institutionnelles de la rentrée 2015-2016 Mercredi 16 septembre 2015 SEGPA du Collège Clemenceau actualités institutionnelles de la rentrée 2015-2016 Réunion de rentrée des DACS Intervention de Mme MEILLER Inspecteur référente académique SEGPA

Plus en détail

AIDE FAMILIAL : STAGE D INTEGRATION

AIDE FAMILIAL : STAGE D INTEGRATION MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L'ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION AIDE

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail