La récupération des seringues et des aiguilles usagées : une responsabilité à partager

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La récupération des seringues et des aiguilles usagées : une responsabilité à partager"

Transcription

1 Bulletin d information de santé publique MAURICIE ET CENTRE-DU-QUÉBEC VOLUME 15, NUMÉRO 2 JUIN 2006 La récupération des seringues et des aiguilles usagées : une responsabilité à partager Afin de réduire le nombre de seringues et d'aiguilles qui se retrouvent à des endroits inappropriés (ordures ménagères, bacs de recyclage, parcs, etc.) et pour réduire, par conséquent, l'inquiétude, les accidents et les risques d'infections, le MSSS invite les professionnels de la santé à collaborer à un vaste programme de récupération des seringues usagées. Ce projet, qui découle du Programme national de santé publique , est proposé à l'échelle du Québec. Dans le cadre de ce système intégré de récupération de seringues usagées, qui débutera le 1 er juin, les personnes qui s'injectent des médicaments à la maison et les utilisateurs de drogues injectables pourront recevoir des contenants sécuritaires gratuitement, à deux endroits : à la pharmacie et aux CSSS. Elles pourront retourner leurs contenants remplis à la pharmacie, dans un CSSS, dans une clinique spécialisée (diabète, sclérose en plaques, hémodialyse) ou dans un site de distribution et d'échange de seringues. Nous vous invitons à faire connaître ce service à votre clientèle ainsi qu'à vos collaborateurs et à inciter toutes les personnes concernées à se prévaloir de ce service. Pour obtenir des informations supplémentaires, vous pouvez consulter le site WEB du MSSS à l'adresse suivante : ou contacter Johanne Milette, responsable régionale de l'implantation du système intégré de récupération de seringues usagées au numéro de téléphone suivant : Johanne Milette, infirmière-conseil en maladies infectieuses, Direction de santé publique Surveillance intensifiée au Canada Les oreillons encore d'actualité Actuellement, une épidémie d'oreillons sévit dans le Centre-Nord des Etats-Unis, particulièrement dans l'état d'iowa. Plus de 1000 cas (cliniques ou confirmés) ont été déclarés depuis décembre Au Canada, en avril 2006, un cas d'oreillons (IgM positifs) a été signalé en Ontario (Hamilton) chez un individu ayant récemment voyagé en Iowa. Il serait probablement lié à cette même éclosion. Au 1

2 Québec, une seule épidémie importante a été rapportée depuis Survenue entre novembre 1988 et juillet 1989 dans la région du Bas St-Laurent, celle-ci a impliqué 440 cas. Depuis janvier 2006, 2 cas confirmés d'oreillons ont fait l'objet d'une déclaration au fichier MADO, lesquels seraient en lien avec l'éclosion récente d'halifax. Même si depuis 1996, l'incidence des oreillons a diminué au Québec, la recrudescence d'une forte activité aux Etats-Unis pourrait avoir un impact sur notre population. Une vigilance accrue doit être assurée dans toutes les régions du Québec. Il est donc important : de signaler à la Direction de santé publique tous les cas d'oreillons (suspectés ou confirmés); de confirmer les cas par des épreuves de laboratoire 1. Voici la définition d'un cas confirmé : Présence d'une des trois conditions suivantes en l'absence d'immunisation récente contre les oreillons : 1.isolement du virus des oreillons dans un échantillon clinique approprié; ou 2.détection sérologique d'igm contre le virus des oreillons 2 ; ou 3.détection d'une augmentation significative du taux d'anticorps spécifiques contre le virus des oreillons entre le sérum prélevé en phase aiguë et celui prélevé en phase de convalescence; ou Manifestations cliniques compatibles (ex. : fièvre, tuméfaction douloureuse d'une ou plusieurs glandes salivaires) et lien épidémiologique avec un cas confirmé par un des tests de laboratoire susmentionnés. Nul doute que cette situation d'éclosion rappelle l'importance de la vaccination dans la prévention de la maladie sur le plan individuel et celle des épidémies sur le plan populationnel. L'efficacité reconnue du vaccin RRO après 2 doses s'élève à 99 %. Vaccination antipneumocoque La saison d'influenza est maintenant derrière nous et la vaccination des groupes visés est complétée depuis la fin de 2005 ou début Plusieurs vaccinateurs profitaient de la vaccination contre l'influenza pour mettre à jour la vaccination antipneumococcique de leurs patients. Ce dernier vaccin ne se donne généralement qu'une seule fois à vie, à moins que le patient ne souffre de conditions particulières telles une asplénie (anatomique ou fonctionnelle) ou une immunosuppression. Dans ces cas, une seule revaccination sera administrée. Nous désirons vous rappeler que la vaccination antipneumococcique peut s'effectuer tout au long de l'année : nul besoin d'attendre à l'automne pour faire vacciner un patient à risque et non protégé. N'hésitez pas à recommander à vos patients de se faire vacciner en communiquant avec leur CLSC. En effet, l'appui du médecin traitant à la vaccination est l'élément le plus important dans le processus de décision du patient pour accepter la vaccination. Fernand Guillemette Médecin-conseil Odette Meunier, Infirmière-conseil. 1 Tous les cas cliniques d'oreillons doivent avoir une confirmation en laboratoire à moins d'avoir un lien épidémiologique avec un cas confirmé. 2 Dosage IgM possible à compter de 2 jours mais plus fiable 3 jours post parotidite jusqu'à maximum 6 à 8 semaines (apparition IgM dans le sang 2 jours post symptômes avec pic maximal à 7 jours puis diminution graduelle). 2

3 Éclosions de rougeole Il y a actuellement une recrudescence de l'activité de la rougeole à travers le monde. En plus des 47 pays où la rougeole est endémique en Afrique, au Moyen Orient, en Asie du Sud-Est et dans le Pacifique Ouest, les pays suivants ont rapporté, depuis le début de janvier, soit une activité accrue, soit des éclosions ou des cas importés : l'ukraine, l'allemagne, la Grèce, les îles Fiji, le Vénézuéla, l'espagne, l'angleterre et le Pays de Galles, l'australie, l'écosse, le Danemark, la Suède et les États-Unis. Le Canada a rapporté un cas de rougeole en Ontario, importé du Bangladesh, et trois cas en Colombie Britannique. En Allemagne, cas ont été déclarés de début janvier au 3 mai Parmi les régions les plus touchées, on trouve la ville de Duisburg, la ville de Mönchengladbach et le district de Wesel. Contrairement aux poussées précédentes, où sont pour la plupart de jeunes enfants qui étaient atteints, dans le cas présent, plus de 60% des cas sont survenus chez des enfants d'âge scolaire. Seulement 25 (2.5 %) des patients avaient reçu le vaccin. Recommandations : Pour tout voyageur, on s'assurera que l'immunisation de base contre la rougeole est en conformité avec les recommandations du Protocole d'immunisation du Québec. En particulier, on s'assurera que les adultes nés après le 1er janvier 1970 auront reçu 2 doses du vaccin avant leur départ. Pour certains groupes particuliers de voyageurs se rendant dans les pays où le risque de rougeole est modéré ou élevé : Envisager, avant leur départ, la vaccination des enfants âgés de 6 à 12 mois, surtout s'ils doivent être en contact avec d'autres enfants. Si la 1ère dose est administrée avant l'âge de 12 mois, on n'en tiendra pas compte par la suite : l'enfant devra quand même recevoir les 2 doses recommandées dans le calendrier habituel après l'âge de 12 mois; Si un enfant de plus de 12 mois a reçu sa 1 ère dose, lui administrer une seconde dose avant le départ si un intervalle d'un mois entre les doses peut être respecté. En présence d'un cas suspect, s'enquérir d'un voyage récent en pays endémique ou en éclosion, confirmer le diagnostic par sérologie (il est essentiel d'inclure les renseignements cliniques sur la demande d'analyse; deux échantillons à au moins 10 jours d'intervalle seront nécessaires) et/ou culture virale (il est préférable de communiquer au préalable avec le laboratoire de microbiologie) et déclarer à la Direction de santé publique tout cas confirmé. Sources : PIQ Agence de santé publique du Canada. Actualités en bref pour maladies infectieuses (21 avril et 5 mai 2006) Eurosurveillance Weekly (13 avril et 11 mai 2006) Centers for Disease Control and Prevention Guide d'intervention en santé voyage, 1999, mise à jour 2003 À un clic de souris Des réponses aux problématiques de santé environnementale Une nouvelle mine d'informations en santé environnementale a été mise en ligne dernièrement sur le site de l'agence de la santé et des services sociaux de la Mauricie et du Centre-du-Québec. Cette section aborde les risques que peuvent représenter des agents physiques, chimiques et biologiques pour la santé de la population. Les thématiques concernent, entre autres, les moisissures dans les habitations, la qualité de l'eau potable, l'herbe à poux et l'herbe à puce, les eaux récréatives, le monoxyde de carbone, la chaleur accablante, le smog, l'usage domestique des pesticides, les inondations et le bruit. 3 En plus de présenter les sources de contamination, les fiches santé disponibles expliquent les effets sur la santé, les groupes et personnes à risques ainsi que les solutions et mesures de protection. Plusieurs liens utiles sont disponibles pour chaque problématique. Nous vous invitons à consulter ce site régulièrement afin de connaître les actualités en santé environnementale. Notez bien l'adresse dans vos «Favoris» : documents/fiches/liste.html ou section santé et environnement.

4 Des chiffres et des lettres. Le programme Pour une Maternité Sans Danger, en 2004, c'est : 2152 demandes d'étude de poste de travail en 2004, pour la région de la Mauricie et du Centre-du-Québec. 40 % augmentation depuis 10 ans (1994). 990 demandes en 2004 pour les territoires de Drummondville,Victoriaville et les environs. 40 % demandes de travailleuses pour les secteurs des services médicaux et sociaux et de l'enseignement. 198 serveuses ont fait une demande d'étude de poste de travail durant leur grossesse, pour la région de la Mauricie et du Centre-du-Québec. 3,5 fois plus d'éducatrices en garderie qu'en 1994 (196 demandes pour la région de la Mauricie et du Centre-du-Québec) 27 âge moyen de la travailleuse au moment de la demande (années) 10 âge moyen de la grossesse au moment de la demande (semaines) dans 88 % des cas, l'étude du poste de travail a identifié des risques de nature ergonomique : 35 % des risques de nature chimique ; 35 % des risques de nature biologique ; 21 % des risques de nature physique ; 63 % des risques portant atteinte à la sécurité. 55 demandes concernant des risques durant l'allaitement maternel, pour la région de la Mauricie et du Centre-du-Québec. 28 demandes où un risque chimique a été identifié pour l'allaitement. 1 gros merci à Marlène Tremblay,conseillère en recherche à l'équipe régionale de Santé au travail, sans qui ces chiffres seraient restées enfouis dans notre banque de données. Danièle Donaldson, médecin-conseil pour le PMSD Région de la Mauricie et du Centre-du-Québec Pour joindre la santé publique Déclaration urgente : Service de garde en maladies infectieuses en tout temps ou , pagette # Déclaration dans les 48 h : Par la poste : Secrétariat des MADO Direction de santé publique 550, rue Bonaventure Trois-Rivières, G9A 2B5 Par téléphone : Secrétariat des MADO Par télécopieur : Nouveau numéro unique : DSP-MADO Responsable : René Lord Collaborateurs : Danièle Donalson médecin-conseil pour le PMSD, Santé au travail Fernand Guillemette, médecin-conseil, maladies infectieuses Odette Meunier, infirmière-conseil, maladies infectieuses Johanne Milette, infirmière-conseil, maladies infectieuses Maude-Amie Tremblay, Santé et environnement La Santé contagieuse est une publication de la Direction de santé publique de l Agence de santé et de services sociaux de la Mauricie et du Centre-du-Québec. Elle s adresse particulièrement aux médecins et aux partenaires en maladies infectieuses des établissements de la région. Elle est publiée cinq fois par année. Dépôt légal : Bibliothèque nationale du Québec Bibliothèque nationale du Canada ISSN

5 Info-PMSD (Pour une maternité sans danger) Mauricie et Centre-du-Québec Certificat visant le retrait préventif et l'affectation de la travailleuse enceinte ou qui allaite Plusieurs acteurs, un seul but : un travail sécuritaire pour la travailleuse enceinte ou qui allaite - rôles et rédaction du certificat - en bref. Qui fait quoi? Travailleuse enceinte ou qui allaite : elle initie la démarche en demandant «de faire une demande de retrait préventif» à son médecin traitant. La travailleuse enceinte est libre de faire une demande ; la demande peut être faite à tout moment durant sa grossesse (ou la période d'allaitement). Médecin traitant : il joue un rôle de toute première importance dans l'exercice du droit au programme Pour une Maternité Sans Danger (PMSD) puisqu'il délivre le certificat visant le retrait préventif de la travailleuse enceinte ou qui allaite. Les principales étapes sont : demander la consultation (obligatoire selon la loi) au médecin en santé au travail ; tenir compte des conditions médicales personnelles de la travailleuse ; déterminer l'aptitude de la travailleuse à occuper un emploi ; émettre le certificat de retrait préventif. Médecin désigné en santé au travail : il est désigné par le directeur de santé publique et agit en tant que consultant. Il dispose d'une équipe (hygiéniste industriel, technicien en hygiène industrielle, infirmière) et du dossier de l'établissement. Il recherche la présence des contaminants par les moyens appropriés, identifie les dangers, documente les risques à la santé et la probabilité de survenue des effets appréhendés. Enfin, il se base sur les avis d'experts en santé au travail et grossesse pour émettre les recommandations appropriées. Employeur : il reçoit le certificat et les recommandations émis par le médecin traitant et voit à modifier le poste de travail de façon à le rendre sécuritaire (affectation préventive). En cas d'impossibilité, l'employeur avise la CSST ; la travailleuse peut alors être retirée du travail. CSST : indemnise la travailleuse enceinte ou allaitante. Comment rédiger le certificat? et demander la consultation en santé au travail? Une bonne façon de procéder : faire remplir à la travailleuse les sections A (identification de la travailleuse) et B (identification du lieu de travail) du certificat : exiger la signature de la travailleuse à la section A ; télécopier ces informations au service en santé au travail du Centre de santé et de services sociaux (CSSS) où se situe le lieu de travail ; le médecin désigné étudiera le poste de travail et vous fera part de ses recommandations ; après réception des recommandations, le médecin traitant inscrit à la section C du certificat le nom du médecin consulté en santé au travail et coche la case «médecin désigné». Il inscrit ses recommandations à la section D ; il peut aussi joindre au certificat une photocopie des recommandations du médecin désigné ; le médecin traitant produit l'attestation dans la section E : le certificat est maintenant complété.

6 Quoi faire de tous ces papiers? Les trois premières feuilles du document peuvent être confiées à la travailleuse : elle conserve la feuille blanche ; elle apporte la feuille verte à son employeur ; elle achemine la feuille jaune au bureau régional de la CSST (en personne ou par la poste). Quoi faire en cas de litige? Une travailleuse insatisfaite de la décision d'affectation préventive de son employeur doit contacter la CSST qui vérifiera si les recommandations émises sont respectées. Le bureau du médecin poste la feuille bleue au CSSS qui a fourni la consultation (et non pas au directeur de santé publique comme inscrit sur la feuille) ; il est possible de faire un seul envoi hebdomadaire. On garde la rose au dossier de la travailleuse. Les adresses Services en Santé au travail Centre de santé et de services sociaux de Trois-Rivières 50, rue Toupin, 2e étage Trois-Rivières (Québec) G8T 3Y5 Fax : Centre de santé et de services sociaux Drummond 350, rue Sant-Jean Drummondville (Québec) J2B 5L4 Fax : Point de service - Victoriaville 355, boulevard Bois-Francs Sud, bureau 205 Victoriaville (Québec) G6P 4T2 Fax. : Centre de santé et de services sociaux de l'énergie 1265, rue Trudel Shawinigan (Québec) G9N 8T3 Fax : Point de service - La Tuque 885, boulevard Ducharme La Tuque (Québec) G9X 3C1 Fax : CSST 1055, boulevard des Forges, bureau 200 Trois-Rivières (Québec) G8Z 4J9 Tél. : Fax : Internet : Districts sociosanitaires Trois-Rivières Cap-de-la-Madeleine Nicolet-Yamaska Bécancour Maskinongé Des Chenaux Drummond Arthabaska De l'érable Centre-de-la-Mauricie Haut St-Maurice Mékinac Région Mauricie et Centre-du-Québec Produit par l'équipe régionale en Santé au travailmai 2006

Campagne de vaccination contre l influenza 2006-2007

Campagne de vaccination contre l influenza 2006-2007 Bulletin d information de santé publique MAURICIE ET CENTRE-DU-QUÉBEC VOLUME 15, NUMÉRO 3 NOVEMBRE 2006 Campagne de vaccination contre l influenza 2006-2007 Voici quelques informations concernant la campagne

Plus en détail

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION DIRECTIVE ADMINISTRATIVE CONCERNANT LA VACCINATION DES EMPLOYÉS ET DES ÉTUDIANTS EN MILIEU DE STAGE (D 19) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION DIRECTIVE ADMINISTRATIVE CONCERNANT

Plus en détail

Le guide de la travailleuse enceinte secteur des centres de la petite enfance (CPE)

Le guide de la travailleuse enceinte secteur des centres de la petite enfance (CPE) Le guide de la travailleuse enceinte secteur des centres de la petite enfance (CPE) Le retrait préventif Pour appuyer vos démarches visant à obtenir un retrait préventif, un congé de maternité ou les prestations

Plus en détail

RÉPERTOIRE DES MÉDIAS

RÉPERTOIRE DES MÉDIAS RÉPERTOIRE DES MÉDIAS MÉDIAS ÉCRITS - Quotidiens / Centre-du-Québec Le Nouvelliste 1920, rue Bellefeuille Trois-Rivières (Qc) G9A 3Y2 Téléphone: 819.376.2501 Télécopieur: 819.376.0946 Courriel: information@lenouvelliste.qc.ca

Plus en détail

P o u r u n e g r o s s e s s e e n t o u t e s é c u r i t é. B é b é e n r o u t e, q u e f a i r e?

P o u r u n e g r o s s e s s e e n t o u t e s é c u r i t é. B é b é e n r o u t e, q u e f a i r e? P o u r u n e g r o s s e s s e e n t o u t e s é c u r i t é B é b é e n r o u t e, q u e f a i r e? P o u r u n e g r o s s e s s e e n t o u t e s é c u r i t é I n t r o d u c t i o n La grossesse

Plus en détail

Pour une grossesse en toute sécurité

Pour une grossesse en toute sécurité Pour une grossesse en toute sécurité Comité de santé et sécurité Introduction La grossesse est un moment privilégié dans la vie d une femme. C est un événement magique qui transforme sa vie et son corps.

Plus en détail

TROUSSE D INFORMATION DES OUTILS FACILITANT LA RECHERCHE. Rapport Recherche. Évaluation. Santé

TROUSSE D INFORMATION DES OUTILS FACILITANT LA RECHERCHE. Rapport Recherche. Évaluation. Santé TROUSSE D INFORMATION DES OUTILS FACILITANT LA RECHERCHE Site Internet Portrait de santé Rapport Ouvrages Surveillance Recherche Santé Publications Monographies Évaluation Thèmes Information Guides Plan

Plus en détail

LA VACCINATION PROFESSIONNELLE

LA VACCINATION PROFESSIONNELLE F I C H E P R E V E N T I O N N 1 1 «H Y G I E N E S E C U R I T E» LA VACCINATION PROFESSIONNELLE INTRODUCTION La vaccination en milieu professionnel a un intérêt individuel dans le sens où elle protège

Plus en détail

La Grippe en questions

La Grippe en questions 1 La Grippe en questions Qu est ce que la grippe? Que sont les virus grippaux? La grippe est une infection virale respiratoire aiguë contagieuse. Les virus grippaux se répartissent entre différents types

Plus en détail

Bulletin d information hebdomadaire sur l influenza 14 janvier 2014

Bulletin d information hebdomadaire sur l influenza 14 janvier 2014 Veille médiatique Bulletin d information hebdomadaire sur l influenza 14 janvier 2014 Nombre d échantillons positifs pour la grippe du virus influenza A H1N1 : Semaine 22 déc.- 28 Semaine 29 déc.-4jan.

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA DIARRHÉE DU VOYAGEUR

TRAITEMENT DE LA DIARRHÉE DU VOYAGEUR ORDONNANCE COLLECTIVE Nº 02 TRAITEMENT DE LA DIARRHÉE DU VOYAGEUR en vigueur à la clinique Priva Santé La révision du contenu de la présente ordonnance est sous la responsabilité de : Dominique Landry

Plus en détail

RÉPERTOIRE DES RESSOURCES CS DES BOIS-FRANCS PARTENAIRES POTENTIELS À LA TRANSITION ÉCOLE/VIE ACTIVE (TÉVA)

RÉPERTOIRE DES RESSOURCES CS DES BOIS-FRANCS PARTENAIRES POTENTIELS À LA TRANSITION ÉCOLE/VIE ACTIVE (TÉVA) RÉPERTOIRE DES RESSOURCES CS DES BOIS-FRANCS PARTENAIRES POTENTIELS À LA TRANSITION ÉCOLE/VIE ACTIVE (TÉVA) N.B. LES INFORMATIONS FOURNIES PEUVENT AVOIR ÉTÉ MODIFIÉES DEPUIS LA DERNIÈRE MISE À JOUR. CE

Plus en détail

La grippe, ça dévaste! Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2011-2012 Présentation à la direction 2011-2012

La grippe, ça dévaste! Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2011-2012 Présentation à la direction 2011-2012 La grippe, ça dévaste! Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2011-2012 1 Qu est-ce que la grippe? Infection virale aiguë des voies respiratoires Se propage facilement d un personne à l autre

Plus en détail

LA MEDECINE PREVENTIVE ET PROFESSIONNELLE

LA MEDECINE PREVENTIVE ET PROFESSIONNELLE LA MEDECINE PREVENTIVE ET PROFESSIONNELLE Les collectivités territoriales doivent veiller à l'état de santé des agents territoriaux en ayant comme préoccupation d'empêcher toute altération de leur état

Plus en détail

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON 20-14 Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON Chaque personnel navigant est responsable de la mise à jour des ses vaccins. 1 - VACCINATION OBLIGATOIRE La vaccination contre la fièvre jaune (vaccination anti-amarile)

Plus en détail

VOUS ÊTES MÉDECIN GÉNÉRALISTE. ON VOUS APPORTE LES CARNETS DE VACCINATION D UNE

VOUS ÊTES MÉDECIN GÉNÉRALISTE. ON VOUS APPORTE LES CARNETS DE VACCINATION D UNE CAS CLINIQUE N 2 VOUS ÊTES MÉDECIN GÉNÉRALISTE. ON VOUS APPORTE LES CARNETS DE VACCINATION D UNE FAMILLE DE 5 : MÈRE ASSISTANTE DE DIRECTION / PÈRE STEWARD AIR FRANCE, LONGS COURRIERS CARAÏBES. 3 ENFANTS

Plus en détail

Les vaccinations du personnel hospitalier

Les vaccinations du personnel hospitalier Les vaccinations du personnel hospitalier Isabelle Buisson-Vallès Service de médecine du travail du personnel hospitalier Pr Brochard - CHU de Bordeaux 7ème JNI - Bordeaux 9 juin 2006 Introduction La majorité

Plus en détail

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Les vaccinations Même si, heureusement, les épidémies sont rares de nos jours en France, les vaccins sont utiles car ils permettent de prévenir un ensemble

Plus en détail

ATTESTATION DE VALIDATION DU STAGE D ORIENTATION PROFESSIONNELLE. Nom :... Nom marital éventuel :... Adresse :... Code postal :... Ville :...

ATTESTATION DE VALIDATION DU STAGE D ORIENTATION PROFESSIONNELLE. Nom :... Nom marital éventuel :... Adresse :... Code postal :... Ville :... INSTITUT DE FORMATION DES AMBULANCIERS Centre Hospitalier - 133 rue de la Forêt CS 20 606 35 306 FOUGERES CEDEX : 02 99 17 71 24 / Fax : 02 99 17 72 15 Annexe 1 ATTESTATION DE VALIDATION DU STAGE D ORIENTATION

Plus en détail

INFECTIEUSE VOLUME 3 NUMÉRO 2 OCTOBRE 2015

INFECTIEUSE VOLUME 3 NUMÉRO 2 OCTOBRE 2015 DIRECTION DE SANTÉ PUBLIQUE CENTRE INTÉGRÉ UNIVERSITAIRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX DE LA CAPITALE-NATIONALE ACTIVITÉ GRIPPALE ET BILAN DE LA CAMPAGNE DE VACCINATION, SAISON 2014-2015 ACTIVITÉ GRIPPALE

Plus en détail

Version 2.0 : 17 décembre 2014

Version 2.0 : 17 décembre 2014 Gestion de la santé au travail : mesures à prendre pour le traitement des travailleurs de la santé qui ont eu des contacts ou des contacts étroits avec la maladie à virus Ebola (MVE) Version 2.0 : 17 décembre

Plus en détail

RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR

RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR Menveo MC Vaccin oligosaccharidique contre le méningocoque des groupes A, C, W-135 et Y conjugué au CRM 197 Le présent dépliant constitue la troisième et dernière partie

Plus en détail

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DE LA TRAVAILLEUSE ENCEINTE OU QUI ALLAITE ET DU GESTIONNAIRE

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DE LA TRAVAILLEUSE ENCEINTE OU QUI ALLAITE ET DU GESTIONNAIRE GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DE LA TRAVAILLEUSE ENCEINTE OU QUI ALLAITE ET DU GESTIONNAIRE PROGRAMME POUR UNE MATERNITÉ SANS DANGER SERVICE DE SANTÉ DIRECTION DU DÉVELOPPEMENT ORGANISATIONNEL ET DES RESSOURCES

Plus en détail

Vaccination du personnel de santé. Beat Cartier, Marcel Jost, Martin Rüegger, Alois Gutzwiller

Vaccination du personnel de santé. Beat Cartier, Marcel Jost, Martin Rüegger, Alois Gutzwiller Vaccination du personnel de santé Beat Cartier, Marcel Jost, Martin Rüegger, Alois Gutzwiller Table des matières Les vaccinations: une méthode efficace de prévention des maladies infectieuses........................................

Plus en détail

GUIDE DU GESTIONNAIRE

GUIDE DU GESTIONNAIRE GUIDE DU GESTIONNAIRE INFORMATIONS SUR LES CONDITIONS DE TRAVAIL RELATIVES À LA MATERNITÉ Section Dotation et gestion de l'absentéisme Mai 2005 Droits de reproduction réservés à la section Dotation et

Plus en détail

IMPORTANT : VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT

IMPORTANT : VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT PARTIE III : RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR Vaccin bivalent contre l hépatite A et l hépatite B Le présent dépliant constitue la troisième et dernière partie de la «monographie de produit» publiée

Plus en détail

Procé duré sur lé suivi dés contacts d'un patiént attéint d'uné fié vré hé morragiqué viralé

Procé duré sur lé suivi dés contacts d'un patiént attéint d'uné fié vré hé morragiqué viralé Procé duré sur lé suivi dés contacts d'un patiént attéint d'uné fié vré hé morragiqué viralé Validé par le RMG le 18 / 12 / 2014 Table des matières Table des matières...2 Objectif...3 Rédaction d une liste

Plus en détail

tières Services infirmiers Services médicaux Services aux enfants, aux parents et aux familles Services aux jeunes Services aux aînés

tières Services infirmiers Services médicaux Services aux enfants, aux parents et aux familles Services aux jeunes Services aux aînés Table des matières Services infirmiers 2 Services médicaux 4 Services aux enfants, aux parents et aux familles 5 Services aux jeunes 7 Services aux aînés 8 Services de soutien à domicile 9 Services pour

Plus en détail

Prévenir... par la vaccination

Prévenir... par la vaccination Prévenir... par la vaccination 6 La vaccination...... Soit c est OBLIGATOIRE (2)... Les vaccinations obligatoires pour l ensemble de la population et dont les lois sont inscrites dans le Code de la Santé

Plus en détail

GRIPPE A /H1N1 ASMT TARBES 2009

GRIPPE A /H1N1 ASMT TARBES 2009 GRIPPE A /H1N1 ASMT TARBES 2009 GENERALITE La grippe est une infection respiratoire aiguë très contagieuse, les virus grippaux se répartissent entre différents types : A,B,C ; Seul le virus A est responsable

Plus en détail

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport Service d ambulance Normes de soins aux patients et de transport Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Direction des services de santé d urgence Avril 2000 (Mise à jour : octobre 2002) Soins

Plus en détail

L inspecteur de la CSST : Quels sont ses pouvoirs en matière d enquête et d inspection à la ferme?

L inspecteur de la CSST : Quels sont ses pouvoirs en matière d enquête et d inspection à la ferme? L inspecteur de la CSST : Quels sont ses pouvoirs en matière d enquête et d inspection à la ferme? Me Éric Latulippe et Me François Bouchard, avocats Firme Langlois, Kronström, Desjardins www.langloiskronstromdesjardins.com/latulippe-eric/voir-details.html

Plus en détail

Résumé des discussions du Comité consultatif national de l immunisation (CCNI) Les 3, 4 et 5 octobre 2012, à Ottawa (Ontario) RÉSUMÉ

Résumé des discussions du Comité consultatif national de l immunisation (CCNI) Les 3, 4 et 5 octobre 2012, à Ottawa (Ontario) RÉSUMÉ Mot d ouverture La présidente, D re Bryna Warshawsky, souhaite la bienvenue aux participants à la réunion. D r John Spika, directeur général (DG), Centre de l immunisation et des maladies respiratoires

Plus en détail

UNICEF/97-0627/Lemoyne

UNICEF/97-0627/Lemoyne UNICEF/97-0627/Lemoyne Pourquoi il est important de communiquer et d utiliser les informations sur LA VACCINATION La vaccination Chaque année, 1,7 million d enfants meurent de maladies qui auraient pu

Plus en détail

Vous et votre bébé. Hépatite B

Vous et votre bébé. Hépatite B Vous et votre bébé Hépatite B Si vous avez l'hépatite B et êtes enceinte, si vous souhaitez avoir un bébé, si vous venez d'avoir un bébé ou si vous avez des enfants plus âgés, ce prospectus est fait pour

Plus en détail

Le dépistage du VIH. technologies et approches. Présenté par : Marc André LeBlanc Date : jeudi 21 novembre 2013, 13 h à 14 h HNE

Le dépistage du VIH. technologies et approches. Présenté par : Marc André LeBlanc Date : jeudi 21 novembre 2013, 13 h à 14 h HNE Le dépistage du VIH au Canada : technologies et approches Présenté par : Marc André LeBlanc Date : jeudi 21 novembre 2013, 13 h à 14 h HNE Objectifs 1. Discuter des différentes technologies servant au

Plus en détail

Éditeur officiel du Québec À jour au 1er août 2015 Ce document a valeur officielle.

Éditeur officiel du Québec À jour au 1er août 2015 Ce document a valeur officielle. Éditeur officiel du Québec À jour au 1er août 2015 Ce document a valeur officielle. chapitre S-2.2, r. 1 Règlement d'application de la Loi sur la santé publique Loi sur la santé publique (chapitre S-2.2,

Plus en détail

CONGE MATERNITE Vous êtes enceinte : votre grossesse A. La déclaration de grossesse B. Comment déclarer votre grossesse : À noter

CONGE MATERNITE Vous êtes enceinte : votre grossesse A. La déclaration de grossesse B. Comment déclarer votre grossesse : À noter CONGE MATERNITE Vous êtes enceinte : votre grossesse Pensez à déclarer votre grossesse à votre caisse d Assurance Maladie dans les trois premiers mois. Cette démarche permettra à l Assurance Maladie de

Plus en détail

Épidémie d infections cutanées à virus cowpox en France. Décembre 2008 Février 2009

Épidémie d infections cutanées à virus cowpox en France. Décembre 2008 Février 2009 Épidémie d infections cutanées à virus cowpox en France Décembre 2008 Février 2009 Journées Nationales d Infectiologie Lyon 10-11-12 juin 2009 Alerte et contexte : signalement et premières investigations

Plus en détail

CONSULAT GENERAL DE FRANCE A TANANARIVE INFORMATIONS SANITAIRES GRIPPE A, CHIKUNGUNYA ET DENGUE

CONSULAT GENERAL DE FRANCE A TANANARIVE INFORMATIONS SANITAIRES GRIPPE A, CHIKUNGUNYA ET DENGUE CONSULAT GENERAL DE FRANCE A TANANARIVE INFORMATIONS SANITAIRES GRIPPE A, CHIKUNGUNYA ET DENGUE 1 INFORMATIONS SUR PANDEMIE GRIPPALE Une pandémie grippale frappe le monde depuis quelques semaines. Il s

Plus en détail

Vaccinations pour les professionnels : actualités

Vaccinations pour les professionnels : actualités Vaccinations pour les professionnels : actualités Dominique Abiteboul Service de Santé au Travail Hôpital Bichat - Claude Bernard Paris GERES Les vaccins A (H1N1)v 4QUESTIONS +++++ Pas assez de recul???

Plus en détail

Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires

Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires A) GENERALITES SUR LA NOUVELLE GRIPPE A (H1N1) v. Qu est-ce que la nouvelle grippe A (H1N1) v? La nouvelle grippe A(H1N1) est une infection

Plus en détail

Les vaccins contre le H1N1 et la grippe saisonnière

Les vaccins contre le H1N1 et la grippe saisonnière Les vaccins contre le H1N1 et la grippe saisonnière Ce que vous devez savoir sur les vaccins antigrippaux offerts cette année L influenza, qu on appelle communément la grippe, est une infection respiratoire

Plus en détail

OBJECTIFS DE FORMATION. INCLUANT LES COMPÉTENCES CanMEDS

OBJECTIFS DE FORMATION. INCLUANT LES COMPÉTENCES CanMEDS OBJECTIFS DE FORMATION EN SANTÉ COMMUNAUTAIRE, ANNÉES R4 ET R5 INCLUANT LES COMPÉTENCES CanMEDS COMITÉ CONJOINT DES PROGRAMMES DE RÉSIDENCE EN SANTÉ COMMUNAUTAIRE DES UNIVERSITÉS McGILL, DE MONTRÉAL ET

Plus en détail

MARS Message d Alerte Rapide Sanitaire

MARS Message d Alerte Rapide Sanitaire MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE DIRECTION GENERALE DE LA SANTE DEPARTEMENT DES URGENCES SANITAIRES DATE : 06/08/2014 REFERENCE : MARS 06.08.14-1 OBJET : ACTUALISATION DES INFORMATIONS SUR

Plus en détail

RÉPERTOIRE DES MÉDIAS

RÉPERTOIRE DES MÉDIAS RÉPERTOIRE DES MÉDIAS MÉDIAS ÉCRITS - Quotidiens / Centre-du-Québec Le Nouvelliste 1920, rue Bellefeuille Trois-Rivières (Qc) G9A 3Y2 Téléphone: 819.693.5464 Télécopieur: 819.376.0946 Courriel: information@lenouvelliste.qc.ca

Plus en détail

Cyberlettre de la Bibliothèque Centre intégré de santé et de services sociaux de Laval

Cyberlettre de la Bibliothèque Centre intégré de santé et de services sociaux de Laval Danielle Rose/CSSS Laval/Reg13/SSSS 2015-09-01 07:55 A Danielle Rose/CSSS Laval/Reg13/SSSS@SSSS cc ccc Josée Noël/CSSS Laval/Reg13/SSSS Objet Cyberlettre Septembre 2015 Septembre 2015 Cyberlettre de la

Plus en détail

Une déclaration d un comité consultatif (DCC) Groupe de travail pour l élimination de la rougeole et de la rubéole (GTERR)

Une déclaration d un comité consultatif (DCC) Groupe de travail pour l élimination de la rougeole et de la rubéole (GTERR) RELEVÉ DES MALADIES TRANSMISSIBLES AU CANADA RMTC OCTOBRE 2013 VOLUME 39 DCC-3 ISSN 1481-8531 Une déclaration d un comité consultatif (DCC) Groupe de travail pour l élimination de la rougeole et de la

Plus en détail

Le 4 février 2013 DES ENFANTS EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ Un manuel sur la santé et la sécurité destiné aux fournisseurs de services de garde

Le 4 février 2013 DES ENFANTS EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ Un manuel sur la santé et la sécurité destiné aux fournisseurs de services de garde Section 3 : Parfois, s occuper de la paperasse semble être complètement au bas de votre liste de priorités. Quand il y a déjà à peine suffisamment d heures dans la journée à passer avec les enfants, les

Plus en détail

INTERVENANTS ET MÉCANISMES DE PARTICIPATION

INTERVENANTS ET MÉCANISMES DE PARTICIPATION FICHE TECHNIQUE #38 LÉGISLATION ET INTERVENANTS EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ DU TRAVAIL INTERVENANTS ET MÉCANISMES DE PARTICIPATION L efficacité en prévention passe inévitablement par l implication et la concertation

Plus en détail

Procédure # 1 (1999)

Procédure # 1 (1999) Procédure # 1 (1999) Gestion du dossier «Demandes de dérogation» 1.0 OBJET DE LA PROCÉDURE Demande de dérogation en vertu des articles 96 et 241 de la Loi sur l instruction publique. 1.1 Admissibilité

Plus en détail

Les vaccinations en milieu professionnel

Les vaccinations en milieu professionnel Les vaccinations en milieu professionnel Mise à jour Août 2008 Dans le cadre de la prévention du risque biologique, le code du travail précise, aux articles R.4421-1 et suivants, la démarche d'analyse

Plus en détail

Prévention de la coqueluche. Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE

Prévention de la coqueluche. Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE Prévention de la coqueluche Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE La coqueluche : question d actualité? Epidémiologie Nouvelles recommandations vaccinales et leur application Rôle des professionnels

Plus en détail

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales :

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales : HYGIENE HOSPITALIERE INFECTIONS NOSOCOMIALES OU INFECTIONS LIEES OU ASSOCIEES AUX SOINS? Par Monsieur Diène BANE, Ingénieur qualité et Gestion des Risques, Master en Ingénierie des Systèmes de Santé et

Plus en détail

Besoins des intervenants en santé publique concernant la prévention des TMS

Besoins des intervenants en santé publique concernant la prévention des TMS Besoins des intervenants en santé publique concernant la prévention des TMS Résultats d un sondage auprès des représentants régionaux en ergonomie Louis Gilbert, DSP de Québec Susan Stock, DSP de Montréal-Centre

Plus en détail

Contenu. Politiques de remboursement Lieux des sessions Calendrier Descriptions des formations Formulaires d inscription

Contenu. Politiques de remboursement Lieux des sessions Calendrier Descriptions des formations Formulaires d inscription Contenu Politiques de remboursement Lieux des sessions Calendrier Descriptions des formations Formulaires d inscription INSCRIPTION - FORMATION Nom de la formation : Date de la formation : Endroit : Nom

Plus en détail

Droits et obligations des travailleurs et des employeurs

Droits et obligations des travailleurs et des employeurs Droits et obligations des travailleurs et des employeurs La Loi sur la santé et la sécurité du travail (LSST) vise à assurer des conditions de santé et de sécurité minimales dans les entreprises québécoises.

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR CAP SPORT - PASS'ETE

REGLEMENT INTERIEUR CAP SPORT - PASS'ETE REGLEMENT INTERIEUR CAP SPORT - PASS'ETE Le présent règlement intérieur définit les modalités pratiques de fonctionnement des accueils de loisirs de La Ville de SAINT-BRIEUC. Il s'inscrit fortement dans

Plus en détail

INFORMATIONS AUX ETUDIANTS de la Faculté de biologie et de médecine de l Université de Lausanne

INFORMATIONS AUX ETUDIANTS de la Faculté de biologie et de médecine de l Université de Lausanne Programme de vaccination pour les étudiants de médecine INFORMATIONS AUX ETUDIANTS de la Faculté de biologie et de médecine de l Université de Lausanne 1) Introduction Le personnel de santé est exposé

Plus en détail

La vaccination de l adulte

La vaccination de l adulte et R La vaccination de l adulte Trop souvent négligée! Karl Weiss, MD, MSc, FRCPC Présenté dans le cadre de la conférence : Les journées de pharmacologie, Université de Montréal, juin 2007 Une étude canadienne

Plus en détail

Procédure pour la prescription d une analyse de laboratoire pour les pharmaciens sur le territoire du CIUSSS de l Estrie CHUS

Procédure pour la prescription d une analyse de laboratoire pour les pharmaciens sur le territoire du CIUSSS de l Estrie CHUS Référence : 4504-20-04 Procédure pour la prescription d une analyse de laboratoire pour les pharmaciens sur le territoire du CIUSSS de l Estrie CHUS 1. OBJECTIF Uniformiser le processus de prescription

Plus en détail

Registre des résidences pour personnes âgées

Registre des résidences pour personnes âgées RÉGIE RÉGIONALE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE LA MAURICIE ET DU CENTRE-DU-QUÉBEC Registre des résidences pour personnes âgées en Mauricie et au Centre-du-Québec Rapport régions HV 1454.2 L664

Plus en détail

Vers une prévention durable

Vers une prévention durable Vers une prévention durable Commission de la santé et de la sécurité du travail Mise à jour 2013 Plan d action de développement durable 2008-2015 Parce que le Québec a besoin de tous ses travailleurs www.csst.qc.ca

Plus en détail

Les maladies à déclaration obligatoire (MADO) évitables par la vaccination

Les maladies à déclaration obligatoire (MADO) évitables par la vaccination Les maladies à déclaration obligatoire (MADO) évitables par la vaccination INTRODUCTION Numéro 19, février 2015 Les maladies évitables par la vaccination (MEV) dont il est question dans ce numéro du bulletin

Plus en détail

Clinique de micropuçage : questions fréquentes

Clinique de micropuçage : questions fréquentes Clinique de micropuçage : questions fréquentes 1. Qu est-ce qu une micropuce? Une micropuce est une très petite capsule de la taille d'un grain de riz comprenant une puce informatique qui retient un code

Plus en détail

7. La gestion des risques : en pratique

7. La gestion des risques : en pratique 7. La gestion des risques : en pratique L'identification des risques L'identification des risques est un processus permettant de trouver, lister, et caractériser les éléments du risque. L'identification

Plus en détail

Samoa Américaines - Informations générales

Samoa Américaines - Informations générales Samoa Américaines - Informations générales Langue: samoan et anglais. Régime politique: Sous administration américaine. Habitants: 62.000 Décalage horaire: GMT -11 Indicatif Tél: 00 684 Réseau Tél: correct.

Plus en détail

DIRECTION GENERALE DE LA SANTE AVIS DU CONSEIL SUPÉRIEUR D'HYGIÈNE PUBLIQUE DE FRANCE SECTION MALADIES TRANSMISSIBLES

DIRECTION GENERALE DE LA SANTE AVIS DU CONSEIL SUPÉRIEUR D'HYGIÈNE PUBLIQUE DE FRANCE SECTION MALADIES TRANSMISSIBLES MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE AVIS DU CONSEIL SUPÉRIEUR D'HYGIÈNE PUBLIQUE DE FRANCE SECTION MALADIES TRANSMISSIBLES Relatif à la conduite à tenir autour d'un

Plus en détail

DISPOSITIONS GÉNÉRALES

DISPOSITIONS GÉNÉRALES CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR VOTRE ASSURANCE SANTÉ Professeurs Dentistes cliniciens enseignants Médecins cliniciens enseignants Responsables de formation pratique Chargés d enseignement en médecine Q1.

Plus en détail

POLITIQUES ET PROCÉDURES EN SANTÉ ET SÉCURITÉ DU TRAVAIL GLOSSAIRE

POLITIQUES ET PROCÉDURES EN SANTÉ ET SÉCURITÉ DU TRAVAIL GLOSSAIRE POLITIQUES ET PROCÉDURES EN SANTÉ ET SÉCURITÉ DU TRAVAIL GLOSSAIRE Politiques et procédures en santé et sécurité du travail Ce glossaire est complémentaire au document Politiques et procédures en santé

Plus en détail

Vaccination coqueluche et maternité. G Picherot YOPI 2010

Vaccination coqueluche et maternité. G Picherot YOPI 2010 Vaccination coqueluche et maternité G Picherot YOPI 2010 Groupe Avancées Vaccinales 2010 Très inspiré de «AVANT, PENDANT et APRES Vaccinations autour de la grossesse» Dr Marc Valdiguié Pédiatre Unité de

Plus en détail

Guide pour le modèle de cautionnement

Guide pour le modèle de cautionnement Guide pour le modèle de cautionnement Le formulaire de cautionnement qui accompagne ce guide est le fruit d une collaboration entre l Association canadienne de caution et le ministère du Développement

Plus en détail

Oreillons à l école ou dans l entreprise: fiche d information

Oreillons à l école ou dans l entreprise: fiche d information Maladies infectieuses - Oreillons 1/8 Oreillons à l école ou dans l entreprise: fiche d information Certaines maladies infectieuses sont plus fréquentes à l âge d enfant qu à l âge adulte. C est pourquoi

Plus en détail

2 avril 2004 Vol. 17 N o 14. Sommaire

2 avril 2004 Vol. 17 N o 14. Sommaire ISSN 1012-5310 2 avril 2004 Vol. 17 N o 14 Sommaire Peste bovine en République Centrafricaine : le Délégué déclare son pays «provisoirement indemne de peste bovine» 97 Influenza aviaire hautement pathogène

Plus en détail

Transfusion sanguine UHN. Information destinée aux patients sur les avantages, les risques et les autres options

Transfusion sanguine UHN. Information destinée aux patients sur les avantages, les risques et les autres options Transfusion sanguine Blood Transfusion - French Information destinée aux patients sur les avantages, les risques et les autres options UHN Quels sont les avantages d'une transfusion sanguine? La transfusion

Plus en détail

Situation, prise en charge

Situation, prise en charge Grippe pandémique A(H1N1) Situation, prise en charge DAUMAS Aurélie HIA LAVERAN COURS IFSI Des grippes pandémiques Groupe A Secondaires à une cassure (rôle animal) Absence d immunité collective Létalité

Plus en détail

DEMANDE DE RÉCLAMATION D'INVALIDITÉ DE COURTE DURÉE

DEMANDE DE RÉCLAMATION D'INVALIDITÉ DE COURTE DURÉE Siège social Service des réclamations d'invalidité de l'assurance collective One Westmount Road North P.O. Box 1603 Stn. Waterloo, Waterloo (Ontario) N2J 4C7 Tél. S.F. 1 800 265-4556 Tél. 519 886-5210

Plus en détail

Surveillance de la santé. Brochure d information dans la cadre du "bien-être au travail"

Surveillance de la santé. Brochure d information dans la cadre du bien-être au travail Surveillance de la santé Brochure d information dans la cadre du "bien-être au travail" Sommaire Sommaire 1 1. Introduction 2 2. Analyse des risques 3 2.1. Etablissement de la liste des risques 3 2.2.

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME Département des situations d urgence sanitaire Personne chargée du dossier : Evelyne FALIP/Nicole BOHIC Tél : 01 40 56 59 65/02 32 18 31 66 evelyne.falip@sante.gouv.fr MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Semaine européenne de la vaccination du 2 au 6 mai 2011. Agence Régionale de Santé du Nord Pas-de-Calais Lille, le 02 mai 2011

DOSSIER DE PRESSE. Semaine européenne de la vaccination du 2 au 6 mai 2011. Agence Régionale de Santé du Nord Pas-de-Calais Lille, le 02 mai 2011 DOSSIER DE PRESSE Semaine européenne de la vaccination du 2 au 6 mai 2011 Agence Régionale de Santé du Nord Pas-de-Calais Lille, le 02 mai 2011 Contact presse Béatrice Degrugillers - 03.62.72.86.10 - Beatrice.DEGRUGILLERS@ars.sante.fr

Plus en détail

LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT

LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT PAS SEULEMENT LES PATIENTS Monica Attinger Unité HPCI VD SSSH -16 mars 2013 /CHUV Rappel Infection : envahissement de l organisme par des germes capables de provoquer une maladie

Plus en détail

SECTION II RELATIVE AU PRÉLEVEUR

SECTION II RELATIVE AU PRÉLEVEUR SECTION II RELATIVE AU PRÉLEVEUR II-0 INDEX SECTION II Pages Section relative au préleveur Heures d ouvertures des laboratoires pour clients externes Requête régionale II-2 II-2 II-3 Informations requises

Plus en détail

La vaccination pour les adultes Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? i m m u n i z e. c a

La vaccination pour les adultes Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? i m m u n i z e. c a La vaccination pour les adultes Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? i m m u n i z e. c a Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? La vaccination n est pas seulement pour les enfants. Les adultes

Plus en détail

LA TRANSMISSION DES ORDONNANCES DE MÉDICAMENTS PAR TÉLÉCOPIEUR. Énoncé de position Collège des médecins du Québec Ordre des pharmaciens du Québec

LA TRANSMISSION DES ORDONNANCES DE MÉDICAMENTS PAR TÉLÉCOPIEUR. Énoncé de position Collège des médecins du Québec Ordre des pharmaciens du Québec LA TRANSMISSION DES ORDONNANCES DE MÉDICAMENTS PAR TÉLÉCOPIEUR Énoncé de position Collège des médecins du Québec Ordre des pharmaciens du Québec MAI 2007 Table des matières Avantages et inconvénients de

Plus en détail

Parlons assurance. Taux de prime

Parlons assurance. Taux de prime Parlons assurance Taux de prime 2010 La Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST) fournit un service d assurance essentiel aux entreprises établies au Québec. Cette assurance obligatoire

Plus en détail

PARTIE III : RENSEIGNEMENTS À L INTENTION DES PARENTS/DU TUTEUR

PARTIE III : RENSEIGNEMENTS À L INTENTION DES PARENTS/DU TUTEUR PARTIE III : RENSEIGNEMENTS À L INTENTION DES PARENTS/DU TUTEUR PR SYNAGIS (poudre lyophilisée) palivizumab Ce document constitue la troisième et dernière partie de la «monographie du produit» publiée

Plus en détail

Amiante Protection des travailleurs

Amiante Protection des travailleurs P/DN/IJ 7/7/2006 Amiante Protection des travailleurs Le décret n 2006-761 du 30 juin 2006 modifie le Code du travail et introduit de nouvelles règles pour la protection des travailleurs contre les risques

Plus en détail

LA GRIPPE SAISONNIÈRE

LA GRIPPE SAISONNIÈRE LA GRIPPE SAISONNIÈRE Pourquoi vous devez vous faire vacciner La grippe. Protégez-vous et protégez les autres. LA GRIPPE SAISONNIÈRE : POURQUOI VOUS DEVEZ VOUS FAIRE VACCINER Ces derniers temps, vous avez

Plus en détail

TUBERCULOSE MADO INFORMATIONS GÉNÉRALES

TUBERCULOSE MADO INFORMATIONS GÉNÉRALES TUBERCULOSE MADO INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition La tuberculose est une maladie contagieuse causée par le Mycobacterium tuberculosis aussi appelé bacille de Koch. Au moment de l inhalation du bacille

Plus en détail

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire Vaccination des étudiants du Baccalauréat en Médecine de Lausanne INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire La vaccination du personnel de santé est recommandée par l Office fédéral

Plus en détail

tières Services infirmiers Services médicaux Services aux enfants, aux parents et aux familles Services aux jeunes Services aux aînés

tières Services infirmiers Services médicaux Services aux enfants, aux parents et aux familles Services aux jeunes Services aux aînés Table des matières Services infirmiers 2 Services médicaux 4 Services aux enfants, aux parents et aux familles 5 Services aux jeunes 7 Services aux aînés 8 Services de soutien à domicile 9 Services pour

Plus en détail

RAPPORT DE MISSION SANTÉ À TOGBOTA

RAPPORT DE MISSION SANTÉ À TOGBOTA RAPPORT DE MISSION SANTÉ À TOGBOTA centre de santé en milieu rural au Bénin Novembre 2011 Annie FROC Médecin généraliste 1.Objectifs de la mission 2 Les missions principales qui m'étaient confiées par

Plus en détail

Des réponses. Vaccination

Des réponses. Vaccination Des réponses à vos questions sur la Vaccination Vacciner permet de réduire considérablement le nombre de malades et de décès par maladies infectieuses. C est un geste médical à part entière, sur lequel

Plus en détail

gratuite de vaccination Programmes en 4 e année du primaire Contre l hépatite B pour les garçons et les filles

gratuite de vaccination Programmes en 4 e année du primaire Contre l hépatite B pour les garçons et les filles «Programmes de vaccination gratuite en 4 e année du primaire» Contre l hépatite B pour les garçons et les filles (incluant une protection contre l hépatite A ) Contre le virus du papillome humain (VPH)

Plus en détail

Personne/s-ressource : Mesure proposée: Titre/s d emploi visé/s pour l application de la mesure: FORMULAIRE

Personne/s-ressource : Mesure proposée: Titre/s d emploi visé/s pour l application de la mesure: FORMULAIRE FORMULAIRE PROPOSITION POUR L APPLICATION DE MESURES ADMINISTRATIVES PERSONNEL DE LA CATÉGORIE IV TECHNICIENS ET PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX NOM DE / DES ÉTABLISSEMENT/S : Centre

Plus en détail

La planification stratégique

La planification stratégique 1 Ordre du jour Mot de bienvenue A. La planification stratégique B. La population du territoire C. Les programmes 0-18 ans et jeunes en difficultés: validation de l état de situation D. Les enjeux et les

Plus en détail

Assistance-voyage mondiale et service de conseils-santé

Assistance-voyage mondiale et service de conseils-santé Assistance-voyage mondiale et service de conseils-santé ManuAssistance Assistance-voyage mondiale Votre couverture collective vous suit partout Lorsque vous voyagez au Canada ou dans un autre pays, vous

Plus en détail

FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE 6, rue d e l Ang e 6 6 9 0 1 PERPIG N A N CEDEX

FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE 6, rue d e l Ang e 6 6 9 0 1 PERPIG N A N CEDEX C E N T R E d e G E S T I O N D e s P y r é n é e s O r i e n t a l e s FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE 6, rue d e l Ang e 6 6 9 0 1 PERPIG N A N CEDEX 04 68 34 87 21-04 68 34 37 24 - beringuier.medprev@cdg66.fr

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE LA CANTINE SCOLAIRE

REGLEMENT INTERIEUR DE LA CANTINE SCOLAIRE REGLEMENT INTERIEUR DE LA CANTINE SCOLAIRE Durant l'année scolaire, la cantine fonctionne dans la salle communale de Cheviré le Rouge, sise au 18, rue Saint-Médard (49) Le moment du repas est un temps

Plus en détail