LA SÉCURITÉ DES SYSTÈMES DE VOTE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA SÉCURITÉ DES SYSTÈMES DE VOTE"

Transcription

1 UNIVERSITÉ PANTHÉON-ASSAS PARIS II Droit - Économie - Sciences sociales École doctorale de droit public Régime de 1984 Arrêté du 7 août 2006 Discipline : Droit Frédéric CONNES LA SÉCURITÉ DES SYSTÈMES DE VOTE Thèse dirigée par Monsieur le Professeur Jean MORANGE Soutenue le 4 février 2009 Jury M. Guillaume DRAGO, professeur à l Université Panthéon-Assas Paris II M. Jean-Éric GICQUEL, professeur à l Université Rennes I, rapporteur M. Claude GOYARD, professeur émérite de l Université Panthéon-Assas Paris II M. Jean-François LACHAUME, professeur émérite de l Université de Poitiers M. Jean MORANGE, professeur à l Université Panthéon-Assas Paris II, directeur M. Dominique ROUSSEAU, professeur à l Université Montpellier I, membre de l Institut universitaire de France, rapporteur

2

3 LA SÉCURITÉ DES SYSTÈMES DE VOTE

4

5 AV E R T I S S E M E N T L Université Panthéon-Assas (Paris II) Droit-Économie-Sciences sociales n entend donner aucune approbation ni improbation aux opinions émises dans les thèses. Ces opinions devront être considérées comme propres à leurs auteurs.

6

7 S O M M A I R E Introduction LA FORCE TRADITIONNELLE DU PRINCIPE DE SÉCURITÉ L EXTENSION PROGRESSIVE DU VOTE SECRET L émergence du vote secret dans l Antiquité L introduction hésitante du vote secret en France L adoption du vote secret au Royaume-Uni et en Australie La conversion tardive des États américains au vote secret LA MISE EN ŒUVRE DU PRINCIPE DE SÉCURITÉ EN DROIT POSITIF Les impératifs quasi absolus de disponibilité et d intégrité Le principe de secret du vote et ses limites LE PRINCIPE DE SÉCURITÉ À L ÉPREUVE DE L AUTOMATISATION L AFFAIBLISSEMENT DU PRINCIPE DE SÉCURITÉ PAR L AUTOMATISATION. 233 Le développement et l attrait du vote automatisé Les atteintes à la disponibilité et à l intégrité La disparition du secret du vote LA NÉCESSAIRE RESTAURATION DU PRINCIPE DE SÉCURITÉ La recherche de protocoles de vote sécurisés Proposition de protocole de vote Conclusion

8

9 R E M E R C I E M E N T S Je tiens tout particulièrement à exprimer ma reconnaissance au professeur Jean Morange, qui a accepté de diriger cette thèse, pour son aide et ses conseils si précieux. Je remercie le professeur Ronald Rivest pour l intérêt qu il a porté à ma proposition de protocole de vote automatisé et pour les commentaires et suggestions qu il a bien voulu formuler. Je remercie également Thierry Vedel et Gérard Loiseau, qui m ont permis de suivre les travaux du réseau Démocratie électronique locale. Toute ma gratitude va à Julien Le Bonheur, pour ses nombreux conseils et ses relectures attentives, à Jean-Baptiste Marchand, qui m a transmis plusieurs documents relatifs au vote électronique, à Sandrine Lalain, pour ses explications sur les traces A.D.N., ainsi qu à Catherine Colliot-Thélène et Francine Gugliero pour leurs indications bibliographiques. Par ailleurs, je n aurais pas pu avoir accès aux documents allemands sans l intervention de Jim Woods et de Marc-André Schmachtel. Je remercie enfin tous ceux qui, proches et amis, ont relu mon travail et m ont toujours soutenu.

10

11 L I S T E D E S A B R É V I A T I O N S, S I G L E S E T A C R O N Y M E S A.C.M. A.C.T. A.F.P. A.I.S. A.J.D.A. al. A.N. art. Ass. A.V.M. B.J.C.L. B.L. Bull. crim. C.C. C.D. C.E. chap. chron. circ. Civ. CNIL COFRAC col. coll. Coll. terr. Comm. com. électr. concl. CRII-Vote Crim. Association for Computing Machinery American college testing program Agence France-Presse American Information Systems Actualité juridique Droit administratif (Dalloz) alinéa(s) Assemblée nationale article(s) Assemblée du contentieux du Conseil d État Automatic Voting Machines Bulletin juridique des collectivités locales Bulletin des lois Bulletin des arrêts de la chambre criminelle de la Cour de cassation Conseil constitutionnel Chambre des députés Conseil d État chapitre(s) chronique circonscription Chambre civile de la Cour de cassation Commission nationale de l informatique et des libertés Comité français d accréditation colonne(s) collection Collectivités territoriales-intercommunalité Communication Commerce électronique conclusions Commission de recherche et d information indépendantes sur le vote Chambre criminelle de la Cour de cassation D. Recueil Dalloz D.E.A. Diplôme d études approfondies dir. sous la direction de

12 xii LISTE DES ABRÉVIATIONS, SIGLES ET ACRONYMES DISSI doc. Dr. adm. D.R.E. éd. ENIAC EPROM E.S.&S. et al. Fig. Gaz. Pal. GEMS Hansard s parl. deb. HAVA H.T.T.P. Ibid. I.B.M. I.E.E.E. I.G.B. INSEE I.P. I.R. J.C.P. J.C.P. adm. J.O. J.O.A.N. J.O.C.D. J.O.D.P. J.O.S. jurispr. L.G.D.J. M.I.T. n o(s) Délégation interministérielle pour la sécurité des systèmes d information document Droit administratif Direct recording electronic édition ou éditeur(s) Electronic numerical integrator and computer Erasable programmable read-only memory Election Systems and Software et alii Figure Gazette du Palais Global election management system Hansard s parliamentary debates Help America Vote Act Hypertext transfer protocol Ibidem International Business Machines Institute of Electrical and Electronics Engineers Instruction générale du Bureau Institut national de la statistique et des études économiques Internet protocol Informations rapides (Recueil Dalloz) Juris-classeur périodique (Semaine juridique) Semaine juridique Administration et collectivités territoriales Journal officiel de la République française, Lois et décrets Journal officiel de la République française, Assemblée nationale Journal officiel de la République française, Chambre des députés Journal officiel de la République française, Documents parlementaires Journal officiel de la République française, Sénat jurisprudence Librairie générale de droit et de jurisprudence Massachusetts Institute of Technology numéro(s)

13 LISTE DES ABRÉVIATIONS, SIGLES ET ACRONYMES xiii N.F. NIST N.S.A. obs. op. cit. O.S.C.E. Norme française National Institute of Standards and Technology National Security Agency observations opere citato Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe p. page(s) Pan. Panorama Petites affiches Les petites affiches préc. précité PUF Presses Universitaires de France Quot. jur. R.D. publ. Rec. C.E. Rec. Cons. const. R.F.D. adm. R.F.D. const. R.S.A. rubr. rép. min. SAT S.C.S.S.I. Sect. sect. SERVE S.G.D.N. Somm. S.S.L. Quotidien juridique Revue de droit public et de la science politique Recueil des arrêts du Conseil d État (Lebon) (Sirey) Recueil des décisions du Conseil constitutionnel Revue française de droit administratif (Sirey) Revue française de droit constitutionnel Rivest, Shamir, Adleman rubrique réponse ministérielle Scholastic achievement test Service central de la sécurité des systèmes d information Section du contentieux du Conseil d État section(s) Secure electronic registration and voting experiment Secrétariat général de la défense nationale Sommaire(s) Secure sockets layer t. tome(s) T.A. Tribunal administratif TEMPEST Telecommunications electronics material protected from emanating spurious transmissions T.G.D.C. Technical Guidelines Development Committee T.L.S. Transport layer security TOR The onion routing U.S. vol. United States volume(s)

14 xiv LISTE DES ABRÉVIATIONS, SIGLES ET ACRONYMES

15 I N T R O D U C T I O N 1. Procédure de vote. Dans les démocraties contemporaines, les normes juridiques applicables à l occasion des scrutins sont nombreuses. Elles déterminent en particulier les modalités de convocation des électeurs, les conditions requises pour être électeur, les conditions d établissement des listes et des cartes électorales, l organisation de la propagande, le financement et le plafonnement des dépenses électorales, la réalisation de sondages, la procédure de vote, les règles applicables en matière contentieuse et les sanctions pénales. Pour les élections, elles précisent également le nombre de postes à pourvoir, le découpage des circonscriptions, les conditions d éligibilité et les cas d inéligibilité, les formes de la déclaration de candidature, les modes de scrutin, les incompatibilités, la durée des mandats et l organisation de la suppléance. Ces thèmes forment l essentiel du droit électoral tel qu il est généralement étudié. Or, un aspect est souvent traité relativement succinctement, car il connaît une grande stabilité et ne soulève guère de difficultés : il s agit de la procédure de vote, autrement dit des règles qui encadrent l émission et la comptabilisation des suffrages. C est que les techniques ont été perfectionnées au cours des siècles et semblent avoir atteint une certaine maturité. Cependant, depuis le début des années 2000, la procédure de vote connaît, dans de nombreux États, une évolution majeure liée au développement de l utilisation de machines à voter, qui n ont pas encore fait leurs preuves. Dès lors, il nous est apparu intéressant d étudier les principes qui gouvernent cette procédure et de nous interroger sur leur éventuelle remise en cause par les techniques nouvelles. 2. Sécurité des systèmes de vote. Sur un plan conceptuel, nous souhaitons montrer que la procédure de vote peut être vue comme un système cohérent, dont tous les éléments sont interdépendants. Il existe ainsi de nombreux systèmes de vote, qui correspondent aux différentes procédures d émission et de comptabilisation des suffrages prévues par les normes juridiques des États. Nous défendons l idée que le principe général devant gouverner, dans les démocraties, les systèmes de vote est celui de sécurité, de sorte que les règles de droit tendent à garantir la sécurité des systèmes de vote. 3. Plan de l introduction. Après avoir défini les notions essentielles de vote, de système et de sécurité ( I), nous verrons que la sécurité des systèmes de vote regroupe trois principes : la disponibilité du système, le secret du vote et l intégrité des suffrages ( II). Nous évoquerons ensuite le renouveau actuel de l intérêt pour le sujet ( III), puis présenterons la problématique retenue ( IV) et donnerons quelques éléments méthodologiques ( V).

16 2 INTRODUCTION I. Notions essentielles 4. Vote, système et sécurité. Avant de présenter les principes que recouvre la sécurité des systèmes de vote, il importe de préciser les notions essentielles que sont le vote (A), un système (B) et la sécurité (C). A) Le vote, technique de choix collectif 5. Première approche. Le vote est une technique permettant à un groupe de personnes de faire, parmi plusieurs propositions, un choix collectif en agrégeant des préférences individuelles. Les choix personnels sont additionnés, soit en les traitant à égalité, soit en les pondérant, c est-à-dire en leur affectant un poids variable en fonction de critères déterminés, et ils contribuent ainsi à la formation d un résultat brut associant une valeur numérique à chaque proposition. Ce résultat fait ensuite l objet de règles d interprétation, qui déterminent si un choix collectif a été valablement exprimé et, si oui, quel choix a été fait. Lorsque ce dernier correspond à la désignation d une ou plusieurs personnes, on parle d élection. 6. Origines du vote. Le vote est très certainement une technique ancienne, mais les travaux des archéologues et des ethnologues ne permettent pas véritablement d en dater les origines. Plusieurs théories ont été élaborées sur le sujet 1, mais aucune n est pleinement satisfaisante. Tout juste peut-on supposer que le vote s est développé, dans un contexte familial ou tribal, à partir de l apparition du langage 2, puisque des choix purent alors être formulés et soumis à un groupe. Toutefois, les premières civilisations, en Égypte, en Mésopotamie, en Inde, en Chine, mais aussi en Amérique centrale et du Sud, ne semblent pas avoir eu recours au vote, car elles étaient très fortement hiérarchisées : les décisions étaient vraisemblablement prises de façon autoritaire par les responsables religieux, militaires, financiers ou politiques. De fait, il n existe aucun exemple avéré de scrutin antérieur à la civilisation grecque. Ainsi, c est Homère qui, le premier, décrivit, au IX e siècle avant notre ère, le processus de décision dans les assemblées militaires et les commissions consultatives, qui reposait sur les réactions des participants, qu il s agisse d applaudissements ou de murmures réprobateurs 3. Il semble néanmoins que l on ne puisse parler véritablement de vote organisé et précis qu avec l élection des archontes par l Aréopage, à Athènes, au VIII e siècle avant notre ère. Les techniques électorales se sont ensuite 1. Voir notamment : J. A. O. Larsen, «The Origin and Significance of the Counting of Votes», Classical Philology, n o 44, 1949, p. 172 ; U. Hall, «Voting Procedures in Roman Assemblies», Historia, n o 13, 1964, p La datation des premières langues élémentaires est controversée, mais il semble probable que le langage se soit développé lors du big-bang culturel du paléolithique supérieur (W. Noble et I. Davidson, Human Evolution, Langage and Mind, Cambridge University Press, 1996), vers ans avant notre ère, qui a vu l apparition de l art et des techniques. 3. Homère, L Iliade, IX.

17 INTRODUCTION 3 progressivement perfectionnées, et l on peut signaler que la première utilisation d un bulletin en papier semble remonter à l élection du pape Innocent III en Vote et démocratie. Le vote entretient des liens étroits avec la démocratie. Avant de les préciser, il faut rappeler que cette dernière peut se définir comme le gouvernement du peuple par lui-même, et qu ainsi elle s oppose à la fois à la monarchie, gouvernement d un seul, et à l oligarchie, gouvernement de quelquesuns, selon une distinction héritée d Aristote 5. Dès lors, se pose, en démocratie, la question de la technique employée par le peuple souverain pour se gouverner, c està-dire pour prendre des décisions collectives. Une première solution peut consister à laisser certaines personnes décider pour la collectivité en les désignant par tirage au sort, c est-à-dire en ne laissant personne les choisir, tous les individus étant alors égaux devant le hasard. Cette technique était notamment employée à Athènes dans l Antiquité. En effet, les proèdres, les bouleutes, l épistate, les juges de l Héliée et la plupart des fonctionnaires étaient tirés au sort 6. Aujourd hui, en France, les jurés d assises sont également choisis au hasard 7, et il en va de même dans de nombreux États. Cependant, certaines fonctions exigent des compétences particulières, et le tirage au sort ne permet pas de prendre directement des décisions. Par conséquent, lorsque les sociétés se sont engagées sur la voie de la démocratisation, elles ont recherché une technique de choix collectif permettant l expression du peuple, et le vote s est naturellement imposé comme le principal moyen permettant d y parvenir. Grâce à lui, les citoyens peuvent prendre eux-mêmes des décisions, par l intermédiaire du référendum, et peuvent, par l élection, nommer et contrôler, à intervalles réguliers, leurs représentants. Le vote apparaît alors comme un modèle d accès au bien commun 8, et il est d ailleurs significatif que l usage du mot se soit développé, en France, à partir de la Révolution de Aujourd hui, on peut affirmer que si le vote ne peut à lui seul rendre démocratiques les institutions d un État, tous les régimes démocratiques modernes ont recours à lui, sous la forme du suffrage universel, libre et égal. Ainsi, comme le souligne Dominique Rousseau, la crédibilité des démocraties pluralistes repose, pour une large part, sur les qualités du pouvoir de suffrage 10. Le vote peut donc être appréhendé comme un droit fondamental du citoyen 11, et Thomas Paine le considérait même comme le principal droit par 4. J.-J. Urvoas, «Bulletin», dans P. Perrineau et D. Reynié (dir.), Dictionnaire du vote, PUF, Paris, 1 re éd., 2001, p Aristote, Les politiques, 1279a2. 6. Voir : Aristote, Constitution d Athènes, XLIII, 2, ainsi que le premier chapitre de la première partie. 7. Articles 261, 263, et 296 du code de procédure pénale. 8. O. Ihl, Le vote, Montchrestien, Paris, coll. «Clefs», 2 e éd., 2000, p A. Rey (dir.), Dictionnaire historique de la langue française, Dictionnaires Le Robert, Paris, 1998, art. Vote. 10. D. Rousseau, Droit du contentieux constitutionnel, Montchrestien, Paris, 8 e éd., 2008, p D. Rousseau, «Liberté politique et droit de vote», dans R. Cabrillac, M.-A. Frison-Roche et T. Revet (dir.), Libertés et droits fondamentaux, Dalloz, coll. «CRFPA», 12 e éd., 2006, p

18 4 INTRODUCTION lequel les autres droits sont protégés Sacralisation du vote. Comme le faisait remarquer le député Joseph Ruau en 1901, le vote est pour le citoyen l acte le plus considérable de sa vie politique 13. Il s agit d un geste hautement symbolique, d une sorte de rite civique 14, presque sacré, par lequel un individu marque son appartenance à une communauté. De nombreux immigrants ne s estiment d ailleurs intégrés qu après avoir obtenu le droit de vote. Le rapprochement peut même être fait avec la religion, puisqu en France les scrutins sont organisés le dimanche, jour de la messe, et qu au Portugal ils se sont pendant longtemps déroulés dans les églises, les électeurs ne déposant leur bulletin qu après s être agenouillés et avoir récité une prière 15. Certains ont par conséquent pu voir dans le vote une liturgie politique 16. Dès lors, il ne faut pas s étonner que l émission d un suffrage soit souvent source d émotion de la part des citoyens. Ainsi l abbé Lemire pouvait-il évoquer la gaucherie de l électeur qui est toujours plus ou moins ému quand il vote 17, le sénateur Flaissières faisant quant à lui remarquer : Ne vous est-il pas apparu, d une façon très évidente que la plupart des électeurs, même des électeurs lettrés ayant habituellement toute la liberté de leur entendement et leur sang-froid, ne vous est-il pas arrivé de constater que, devant l urne électorale, ils sont considérablement émus, à tel point qu ils ne savent plus s ils doivent présenter la carte électorale ou le bulletin de vote pour être introduit dans l urne? Intérêt des citoyens. L intérêt des citoyens pour un scrutin semble dépendre directement des enjeux de ce dernier. Pourtant, force est de constater que, malgré quelques contre-exemples ponctuels, la participation électorale tend globalement à diminuer dans les démocraties modernes, le vote étant de plus en plus perçu, non comme un droit, mais comme un devoir social 19, une obligation politique 20 souvent invoquée par les candidats aux élections. Il faut ici reconnaître qu une analyse rationnelle de l intérêt individuel à voter se heurte au constat qu une voix n a généralement aucune influence sur le résultat global. Ce problème a notamment été abordé par Hegel en 1831 dans sa critique du projet de loi de réforme britannique (Reform Bill) 21, qui tendait à démontrer que l extension du droit de suffrage diminue[rait] encore l influence de chaque individu et affaibli[rai]t en conséquence son intérêt à user de ce droit 22. Le fait que de nombreux citoyens 12. T. Paine, Dissertation on First Principles of Government, Daniel Isaac Eaton, Londres, J.O.C.D., 23 décembre 1901, p O. Ihl, op. cit., p Ibid., p F. Bon, «Le vote. Fragment d un discours électoral», dans Y. Schemeil (éd.), Les discours de la politique, Economica, 1991, p J.O.C.D., 1908, p J.O.S., 12 décembre 1907, p S. M. Lipset, L homme et la politique, Le Seuil, 1963, p O. Ihl, op. cit., p G. W. F. Hegel, «Über die englische Reformbill», dans Werke in 20 Bänden, Berliner Schriften, Francfort, vol. 11, 1970, p Ibid., p. 115.

19 INTRODUCTION 5 continuent malgré tout à se rendre aux urnes peut donc apparaître paradoxal, les inconvénients étant objectivement supérieurs aux avantages. Cependant, on peut avancer ici que l appartenance à une communauté joue un rôle déterminant, les électeurs ayant conscience que la volonté du groupe ne peut s exprimer pleinement qu à la condition que tous les individus qui le composent émettent un vote. B) Le concept de système et son application au vote 10. Système. Le terme système dérive du grec sôsthma (sustêma), qui signifie assemblage. Son usage s est peu à peu répandu depuis l Antiquité, et de nombreux domaines ont commencé à y faire référence à partir du XIX e siècle, chacun lui attribuant un sens particulier. On parle par exemple aussi bien de système d équations en mathématiques que de système métrique en physique, de système formel en logique, de système d exploitation en informatique, ou encore de système philosophique, juridique, politique, économique ou financier. Il existe dès lors une multitude de définitions, ce qui ne rend pas l analyse aisée. Cependant, dans l entre-deux-guerres, le biologiste autrichien Ludwig von Bertalanffy remarqua que les différentes approches systémiques qui étaient en cours d élaboration présentaient des points communs, et il proposa en 1937, lors d une conférence donnée à l Université de Chicago, une théorie générale des systèmes visant à unifier le concept. Il développa cette idée dans deux articles publiés en 1950 et Commentant ces avancées théoriques, le vice-amiral Grace Hopper déclara, en 1987, que la vie était simple avant la Seconde Guerre mondiale. Après, nous avions les systèmes 24. De nombreux chercheurs contribuèrent à la théorie systémique, notamment à l occasion d une série de conférences organisées chaque année sur le sujet au début des années 1950, sous l égide de la fondation Josiah Macy. Les recherches se poursuivirent 25 et, aujourd hui, un système peut être défini comme tout ensemble d éléments présentant une unité globale du fait des interactions que ses composants entretiennent entre eux. On peut ainsi estimer que la pensée humaine a eu recours, sans la nommer, à la notion de système depuis, au minimum, la civilisation égyptienne et la construction des pyramides. Le concept de système permet désormais de rendre compte de réalités complexes, et donc de faciliter le travail d analyse. Il n est par conséquent pas 23. L. von Bertalanffy, «An Outline of General System Theory», British Journal for the Philosophy of Science, vol. 1, n o 2, 1950, p ; L. von Bertalanffy, «General system theory. A new approach to unity of science», Human Biology, vol. 23, décembre 1951, p Conférence donnée à l Université de l Ohio le 5 février Voir : C. W. Churchman, The systems approach, Laurel, New York, 1968 ; G. J. Klir, An Approach to General Systems Theory, Van Nostrand Reinhold Company, New York, 1969 ; C. W. Churchman, The design of inquiring systems, Basic Books, New York, 1971 ; E. László, The Systems View of the World, George Brazilier, New York, 1972 ; G. Weinberg, An Introduction to General Systems Thinking, Wiley, 1975 ; P. Checkland, Systems thinking, Systems practice, Wiley, New York, 1981 ; G. Minati et A. Collen, Introduction to Systemics, Eagleye Books, 1997.

20 6 INTRODUCTION surprenant que son usage se soit répandu dans de très nombreux domaines Système d information. Avec le développement, à partir de la Seconde Guerre mondiale, des instruments de traitement de l information, au premier rang desquels se trouvent les ordinateurs, la notion de système d information a progressivement été développée, et connaît un véritable succès depuis les années De nombreuses définitions ont été proposées par les experts, et nous ne retenons ici que la plus générale, qui prévaut chez les théoriciens des systèmes. Un système d information peut ainsi être envisagé comme tout système organisé pour collecter, traiter et fournir de l information, qu il utilise des moyens manuels ou automatisés. Il existe donc aujourd hui un très grand nombre de systèmes d information, la notion ne se limitant pas aux seuls systèmes informatiques. 12. Système de vote. En ce qui concerne le vote, l application de la notion de système a été réalisée depuis longtemps sous la forme de ce que l on a coutume d appeler les systèmes électoraux, c est-à-dire les modes de scrutin 27. Ceux-ci correspondent à un ensemble de règles permettant, à partir du résultat brut d une élection, de déterminer les candidats qui seront proclamés élus. Chaque mode de scrutin présente une cohérence interne forte, les règles à mettre en œuvre se justifiant toutes par rapport à l objectif à atteindre, et l appellation de système apparaît donc opportune. Cependant, les modes de scrutin ne sont plus les seuls systèmes pouvant être identifiés en matière électorale. On observe en effet, depuis quelques années, l émergence de la notion de système de vote, qui est notamment utilisée en référence aux machines à voter, souvent désignées par l expression systèmes de vote électronique 28. Nous pensons qu il est possible de généraliser la notion au-delà des dispositifs automatisés. À cette fin, nous proposons de définir un système de vote comme une procédure particulière d émission et de comptabilisation des suffrages, présentant une cohérence interne et tournée vers la production d un résultat brut à partir de préférences individuelles. Le système recueille ainsi en entrée des choix, les agrège et fournit en sortie un résultat, qui pourra ensuite être interprété à l aide de modes de scrutin. Le système inclut la phase préalable d autorisation de voter, l émission des suffrages proprement dite et le dépouillement, jusqu à 26. Voir notamment : W. Buckley, Sociology and Modern Systems Theory, Englewood Cliffs, 1967 ; A. W. Steiss, Urban Systems Dynamics, Lexington Books, Toronto, 1967 ; D. L. Hull, «Systemic Dynamic Social Theory», Sociological Quarterly, vol. 11, n o 3, 1970, p ; R. Mattessich, Instrumental Reasoning and Systems Methodology: An Epistemology of the Applied and Social Sciences, Reidel, Boston, 1978 ; B. Bánáthy, A Systems View of Education, Englewood Cliffs, Educational Technology Publications, 1992 ; K. D. Bailey, Sociology and the New Systems Theory: Toward a Theoretical Synthesis, State of New York Press, New York, 1994 ; H. Odum, Ecological and General Systems: An introduction to systems ecology, Colorado University Press, 1994 ; M. C. Jackson, Systems Approaches to Management, Springer, Londres, 2000 ; K. C. Bausch, The Emerging Consensus in Social Systems Theory, Kluwer Academic, New York, 2001 ; D. Hinrichsen et A. J. Pritchard, Mathematical Systems Theory, Springer, New York, Voir notamment : J. Gicquel et J.-É. Gicquel, Droit constitutionnel et institutions politiques, Montchestien, Paris, 22 e éd., 2008, p ; P. Pactet et F. Mélin-Soucramanien, Droit constitutionnel, Dalloz, Paris, 26 e éd., 2007, p Voir par exemple : CNIL, délibération n o du 1 er juillet 2003 portant adoption d une recommandation relative à la sécurité des systèmes de vote électronique.

21 INTRODUCTION 7 ce que les résultats bruts soient définitivement arrêtés. Les moyens utilisés par le système sont indifférents, la procédure pouvant faire appel à des bulletins papier, à des machines plus ou moins sophistiquées, ou à tout autre instrument jugé pertinent. Si l on admet qu un vote est une information comme une autre, il apparaît ici clairement que le système de vote est un système d information, puisqu il collecte des suffrages, les traite et fournit un résultat. Par ailleurs, la cohérence d ensemble du système est fondamentale, et il existe autant de systèmes de vote qu il existe de combinaisons entre des procédures d émission et de comptabilisation des suffrages. La loi peut autoriser la mise en œuvre simultanée de plusieurs systèmes de vote, y compris au sein d un même bureau, ce qui ne pose aucune difficulté d analyse si les procédures restent clairement disjointes. Le système de vote apparaît ainsi comme l élément central d un scrutin, celui qui permet matériellement aux citoyens d exprimer leur volonté. Il varie généralement peu au fil du temps, ce qui explique qu un faible nombre d études lui aient été consacrées. De fait, seules les personnes responsables de l organisation d un scrutin doivent s y intéresser en détail. Il est enfin à noter qu un système de vote doit présenter un certain nombre de garanties, afin de préserver la confiance et la liberté des citoyens, tout en limitant les contestations. À cet égard, nous prétendons que le principe général devant gouverner les systèmes de vote dans une démocratie est celui de sécurité. C) La sécurité, objectif inaccessible 13. État. Au premier abord, la sécurité peut être perçue comme un état. Elle se définit alors comme la situation dans laquelle une personne ou une chose est à l abri du danger. Cependant, cet état demeure théorique, car pour être concrètement réalisé il supposerait que l homme maîtrise l ensemble des événements pouvant se produire dans l Univers. Dès lors, l état de sécurité ne peut être qu imaginaire. On parle ainsi de sentiment de sécurité, qui est un état d esprit propre aux personnes ayant une certaine confiance dans le fait que des choses ou des individus sont correctement protégés, même si la réalité est différente. 14. Processus. L approche de la sécurité en tant qu état reste statique et ne rend pas directement compte des moyens mis en œuvre pour renforcer la protection face au danger. C est pourquoi une autre conception consiste à envisager la notion de façon dynamique, comme un processus. La sécurité se définit alors comme l ensemble des moyens, techniques et humains, tendant à la réalisation de l état de sécurité. Comme nous l avons vu, cet état reste théorique, et l objectif apparaît donc inaccessible, mais cela ne signifie pas pour autant qu il ne doive pas être poursuivi. En pratique, le travail des experts consiste à identifier les vulnérabilités et les menaces, puis à rechercher les contre-mesures les plus efficaces pour réduire les risques. Les solutions proposées doivent être réévaluées en permanence, car les dangers évoluent sans cesse. Ainsi, chaque situation est spécifique, et il n existe pas un ensemble fini de

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES RÉPUBLIQUE DU BÉNIN COUR CONSTITUTIONNELLE REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er : Le présent Règlement Intérieur est pris en application des dispositions de la Loi n 90-032

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 61 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 25 octobre 2010 PROPOSITION DE LOI sur les sondages visant à mieux garantir la sincérité du débat politique et électoral,

Plus en détail

La Constitution et l exercice des pouvoirs

La Constitution et l exercice des pouvoirs Thème La Constitution et l exercice des pouvoirs Instituée par le général de Gaulle en 958, et toujours en vigueur aujourd hui grâce à la souplesse des institutions qui ont su s adapter au fil du temps,

Plus en détail

Vote par Internet : quel avenir?

Vote par Internet : quel avenir? Journée de la sécurité des systèmes d information du 22 mai 2008 Proposition d intervention Thème général : anonymat, vie privée et gestion d'identité Vote par Internet : quel avenir? Le 22 mai 2008 Benoit

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI ORGANIQUE

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI ORGANIQUE TEXTE ADOPTE n o 181 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2002-2003 24 juillet 2003 PROJET DE LOI ORGANIQUE relatif au référendum

Plus en détail

L organisation des pouvoirs de la Vème République

L organisation des pouvoirs de la Vème République L organisation des pouvoirs de la Vème République I. Comment fonctionne la Vème République? A. La constitution P. 105 : Préambule de la Constitution de la Vème République : Qu est-ce qu une constitution?

Plus en détail

ÉLECTIONS MUNICIPALES 2014 MODE D'EMPLOI

ÉLECTIONS MUNICIPALES 2014 MODE D'EMPLOI Supplément spécial ÉLECTIONS MUNICIPALES 2014 MODE D'EMPLOI Mairie-conseils décrypte pour vous les principaux changements apportés par la loi électorale du 17 mai 2013 : abaissement du seuil du scrutin

Plus en détail

COMMISSION LOCALE DE L EAU (CLE)

COMMISSION LOCALE DE L EAU (CLE) COMMISSION LOCALE DE L EAU (CLE) DU SAGE DE LA DOLLER - * REGLES DE FONCTIONNEMENT * - ADOPTE PAR LA CLE LE JOUR MOIS ANNEE MODIFIEE LE Remarque préliminaire : le décret d application de la Loi sur l Eau

Plus en détail

CIRCULAIRE CDG90 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE

CIRCULAIRE CDG90 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE CIRCULAIRE CDG90 11/12 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée, portant droits et obligations

Plus en détail

Le rôle du Tribunal fédéral suisse comme autorité de recours dans le processus électoral

Le rôle du Tribunal fédéral suisse comme autorité de recours dans le processus électoral Troisième séminaire des correspondants nationaux de l ACCPUF Paris, 17 19 novembre 2003 Le rôle du Tribunal fédéral suisse comme autorité de recours dans le processus électoral par Robert Zimmermann, Docteur

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL COMMUNAUTAIRE

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL COMMUNAUTAIRE REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL COMMUNAUTAIRE 1 SOMMAIRE Titre I Organisation et déroulement des séances du Conseil Communautaire P.3 A- Organisation des séances B- Déroulement des séances Titre II Police

Plus en détail

N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992

N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992 N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992 Rattache pour ordre au procès-verbal de la séance du 8 juillet 1992. Enregistre a la Présidence du Senat le 28 septembre 1992. PROPOSITION DE LOI

Plus en détail

Élections municipales de 2014. Communes de moins de 1000 habitants

Élections municipales de 2014. Communes de moins de 1000 habitants Élections municipales de 2014 Communes de moins de 1000 habitants Introduction présentation générale de la réforme Importantes modifications du code électoral introduites par la loi du 17 mai 2013 et son

Plus en détail

Outsourcing : la sauvegarde en ligne des données de l entreprise.

Outsourcing : la sauvegarde en ligne des données de l entreprise. Outsourcing : la sauvegarde en ligne des données de l entreprise. Sur quels marchés votre entreprise de Sauvegarde en Ligne évolue t elle? Dans un contexte de montée en puissance de l insécurité, les solutions

Plus en détail

TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES

TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES Article 1 er CONSTITUTION Il est fondé entre les personnes physiques adhérant aux présents statuts un parti politique dénommé «L Union pour un Mouvement Populaire» (UMP),

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE

RÈGLEMENT INTÉRIEUR RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE RÈGLEMENT INTÉRIEUR Règlement intérieur de la Croix-Rouge française adopté par l assemblée générale extraordinaire du 20 janvier 2012 et approuvé par le ministre de l Intérieur RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA

Plus en détail

RÈGLEMENTINTÉRIEUR MAI 2015. Éditions de l Union

RÈGLEMENTINTÉRIEUR MAI 2015. Éditions de l Union RÈGLEMENTINTÉRIEUR Éditions de l Union TITRE I ADHÉRENTS Article 1 er DEMANDE D ADHÉSION 1. Toute personne physique souscrivant à l objet et aux valeurs du Mouvement peut adresser une demande d adhésion,

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

NOR : MENS1504165A. La ministre de l éducation nationale, de l enseignement supérieur et de la recherche et la ministre des outre-mer, Arrêtent :

NOR : MENS1504165A. La ministre de l éducation nationale, de l enseignement supérieur et de la recherche et la ministre des outre-mer, Arrêtent : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l Education nationale, de l enseignement supérieur et de la recherche Arrêté du Fixant les modalités d élection au Conseil national de l enseignement supérieur et de la

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Commentaire de la décision n 2007-557 DC du 15 novembre 2007 Loi relative à la maîtrise de l immigration, à l intégration et à l asile Déposé sur le bureau

Plus en détail

Le Livret du Citoyen

Le Livret du Citoyen Le Livret du Citoyen Bienvenue à l âge de la majorité! Vous venez d avoir 18 ans et à l occasion de la remise de votre carte d électeur, l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-405 QPC du 20 juin 2014. Commune de Salbris

Commentaire. Décision n 2014-405 QPC du 20 juin 2014. Commune de Salbris Commentaire Décision n 2014-405 QPC du 20 juin 2014 Commune de Salbris (Répartition des sièges de conseillers communautaires entre les communes membres d une communauté de communes ou d une communauté

Plus en détail

SYNERGIE Société Anonyme au capital de 121.810.000 euros 11 Avenue du Colonel Bonnet 75016 PARIS 329 925 010 RCS PARIS

SYNERGIE Société Anonyme au capital de 121.810.000 euros 11 Avenue du Colonel Bonnet 75016 PARIS 329 925 010 RCS PARIS SYNERGIE Société Anonyme au capital de 121.810.000 euros 11 Avenue du Colonel Bonnet 75016 PARIS 329 925 010 RCS PARIS REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA SOCIETE SYNERGIE Approuvé par

Plus en détail

L ARCHIVAGE LEGAL : CE QU IL FAUT SAVOIR

L ARCHIVAGE LEGAL : CE QU IL FAUT SAVOIR L ARCHIVAGE LEGAL : CE QU IL FAUT SAVOIR INTRODUCTION A la suite de grands scandales financiers qui ont ébranlés le monde des affaires, les instances législatives et réglementaires des Etats Unis ont remis

Plus en détail

LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée

LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée (JO n 4984 p. 13) L assemblée nationale à délibéré et adopté, Le président de la république promulgue la loi dont la teneur suit

Plus en détail

N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 25 mai 2005. PROPOSITION DE LOI abrogeant l article 434-7-2 du code

Plus en détail

Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information

Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information (Questionnaire) 1. Décrivez brièvement le soutien institutionnel administratif de l accès à

Plus en détail

CC, Décision n 2012-284 QPC du 23 novembre 2012

CC, Décision n 2012-284 QPC du 23 novembre 2012 Version pré-print pour citer cet article : «Les droits de celui qui décide de se défendre seul et le principe d égalité» (Cons. Const. 23 nov. 2012), Rev. Pén. Dr. Pén. 2012, p. 917, Les droits de celui

Plus en détail

Le fonctionnement du CHSCT

Le fonctionnement du CHSCT Le fonctionnement du CHSCT La personnalité civile du CHSCT La qualité à agir du CHSCT La capacité d ester en justice La prise en charge des frais de justice La capacité d acquérir et de contracter La responsabilité

Plus en détail

La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité. Marie Pierre ROUSSEAU

La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité. Marie Pierre ROUSSEAU La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité Marie Pierre ROUSSEAU Avec l existence du seul contrôle a priori des lois l ordre juridique français n a jusqu à présent

Plus en détail

Procédure DSP normale. 1. La décision de principe de la délégation

Procédure DSP normale. 1. La décision de principe de la délégation Procédure DSP normale 1. La décision de principe de la délégation Les assemblées délibérantes des collectivités territoriales, de leurs groupements et de leurs établissements publics se prononcent sur

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

CODE DE BONNE CONDUITE

CODE DE BONNE CONDUITE HAUT CONSEIL DE LA COMMUNICATION HCC CODE DE BONNE CONDUITE POUR LES ACTEURS POLITIQUES, SOCIAUX ET LES MEDIAS A L OCCASION DES ELECTIONS PRESIDENTIELLE ET LEGISLATIVES DE 2011 -*-*-*-*-*-*- Bangui, décembre

Plus en détail

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE Nicolae Cochinescu Juge à la Cour constitutionnelle de la Roumanie CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE 1. Conformément à l article 146 de la Constitution de la

Plus en détail

Votre voix. Votre vote. Votre tour! Réforme démocratique. 1. Une loi sur les référendums pour le Nouveau-Brunswick. Types de démocratie directe

Votre voix. Votre vote. Votre tour! Réforme démocratique. 1. Une loi sur les référendums pour le Nouveau-Brunswick. Types de démocratie directe GUIDE DE PARTICIPATION DU CITOYEN 1 Réforme démocratique 1. Une loi sur les référendums pour le Nouveau-Brunswick Notre mandat : nous devons examiner et proposer une loi sur les référendums au Nouveau-Brunswick,

Plus en détail

NOUVEAUXSTATUTS MAI 2015. Éditions de l Union

NOUVEAUXSTATUTS MAI 2015. Éditions de l Union NOUVEAUXSTATUTS Éditions de l Union TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES ARTICLE 1 ER CONSTITUTION Il est fondé entre les personnes physiques adhérant aux présents statuts un parti politique dénommé «Les Républicains»,

Plus en détail

LE PROTOCOLE D ACCORD PREELECTORAL (PAP)

LE PROTOCOLE D ACCORD PREELECTORAL (PAP) LE PROTOCOLE D ACCORD PREELECTORAL (PAP) Le protocole d accord se négocie entre le chef d entreprise ou son représentant (dument mandaté à cet effet) et les organisations syndicales (OS) représentatives.

Plus en détail

Règlement intérieur Ville inventive Association loi 1901

Règlement intérieur Ville inventive Association loi 1901 Règlement intérieur Ville inventive Association loi 1901 Modifié et voté en CA le 21/11/2013 Article 1er : Entrée en vigueur et modification du règlement intérieur Le présent règlement intérieur entrera

Plus en détail

Statuts : Etoile Saint Amandoise.

Statuts : Etoile Saint Amandoise. Statuts : Etoile Saint Amandoise. Sommaire : Présentation But et composition Affiliation Ressources Administration et fonctionnement o Comité de direction o Le bureau o Assemblée générale Ordinaire o Assemblée

Plus en détail

Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C

Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C Secret de la défense nationale Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C Textes source : Articles 413-5, 413-7, 413-9 à 413-12,

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2013-46

Décision du Défenseur des droits MLD-2013-46 Décision du Défenseur des droits MLD-2013-46 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à un refus de location d un appartement du secteur privé fondé sur l âge (Recommandation/Rappel à la loi)

Plus en détail

Renouvellement du conseil d administration du CCAS/CIAS

Renouvellement du conseil d administration du CCAS/CIAS Renouvellement du conseil d administration du CCAS/CIAS Actes-types : 1 / Fixation du nombre d administrateurs 2 / Délibération portant élections des représentants élus 3 / Affichage pour publicité aux

Plus en détail

De la nécessité des logiciels libres dans l application de la démocratie en Suisse. Stéphane Magnenat et Julien Pilet

De la nécessité des logiciels libres dans l application de la démocratie en Suisse. Stéphane Magnenat et Julien Pilet De la nécessité des logiciels libres dans l application de la démocratie en Suisse Stéphane Magnenat et Julien Pilet 10 Juin 2002 2 Chapitre 1 Introduction Toute démocratie impose des contraintes à ses

Plus en détail

La garde des sceaux, ministre de la justice,

La garde des sceaux, ministre de la justice, Arrêté de la DPJJ du 17 décembre 2008 fixant la date et les modalités d organisation des élections des représentants du personnel au sein des commissions administratives paritaires instituées à la direction

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

Paris, le 7 avril 2015. Procès verbal de l Assemblée Générale Extraordinaire de l Association Française d Histoire Economique (AFHE)

Paris, le 7 avril 2015. Procès verbal de l Assemblée Générale Extraordinaire de l Association Française d Histoire Economique (AFHE) ASSOCIATION FRANÇAISE D HISTOIRE ÉCONOMIQUE Paris, le 7 avril 2015 Procès verbal de l Assemblée Générale Extraordinaire de l Association Française d Histoire Economique (AFHE) Le 7 avril 2015 à 14h00,

Plus en détail

PRESENTATION DE L AFAPDP

PRESENTATION DE L AFAPDP PRESENTATION DE L AFAPDP PLAN I - Coopération du RECEF avec l AFAPDP II - Importance de la protection des données et rôle d une Autorité de protection des données III - Expérience du BF : coopération entre

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 11 mars 2015 relative à la communication aux administrations publiques et aux organismes exerçant une prérogative de puissance publique d informations ou copies de pièces issues des procédures

Plus en détail

DIPLOMES UNIVERSITAIRES

DIPLOMES UNIVERSITAIRES ALEXANDRE DESRAMEAUX MAÎTRE DE CONFERENCES EN DROIT PUBLIC (depuis 2009) Titulaire du Certificat d Aptitude à la Profession d Avocat (CAPA) DIPLOMES UNIVERSITAIRES 2006 Doctorat en droit de l Université

Plus en détail

Département intercommunalité et territoires 18 mars 2013 MCG-HG. Principales dispositions concernant les communes et les intercommunalités

Département intercommunalité et territoires 18 mars 2013 MCG-HG. Principales dispositions concernant les communes et les intercommunalités Département intercommunalité et territoires 18 mars 2013 MCG-HG Principales dispositions concernant les communes et les intercommunalités Projet de loi relatif à l élection des conseillers départementaux,

Plus en détail

GUIDE DE SENSIBILISATION DES ELECTEURS

GUIDE DE SENSIBILISATION DES ELECTEURS 1 République de Guinée Commission Electorale Nationale Indépendante GUIDE DE SENSIBILISATION DES ELECTEURS Election Présidentielle, octobre 2015 Conakry, Août 2015 1 2 Introduction Les organisations de

Plus en détail

Qui peut être élu conseiller municipal, devenir maire ou adjoint? Les règles d inéligibilités et d incompatibilités

Qui peut être élu conseiller municipal, devenir maire ou adjoint? Les règles d inéligibilités et d incompatibilités Département Administration et gestion communale JM/JR/MK Note n 78 Affaire suivie par : Judith MWENDO (tél. 01 44 18 13 60) et Julie ROUSSEL (tél. 01 44 18 51 95) Paris, le 8 août 2013 Qui peut être élu

Plus en détail

Activités d enseignement

Activités d enseignement Activités d enseignement Depuis septembre 2007 : Maître de conférences à l Université de Nice Sophia-Antipolis Directeur du M2 Juriste du sport o Année universitaire 2014-2015 : - Police administrative

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-444 QPC du 29 janvier 2015. Association pour la recherche sur le diabète

Commentaire. Décision n 2014-444 QPC du 29 janvier 2015. Association pour la recherche sur le diabète Commentaire Décision n 2014-444 QPC du 29 janvier 2015 Association pour la recherche sur le diabète (Acceptation des libéralités par les associations déclarées) Le Conseil constitutionnel a été saisi le

Plus en détail

5. Lors du processus électoral, le secrétaire, le comité. 6. Lorsque, entre le 100 e jour précédant la date de

5. Lors du processus électoral, le secrétaire, le comité. 6. Lorsque, entre le 100 e jour précédant la date de 1038 GAZETTE OFFICIELLE DU QUÉBEC, 12 mars 2008, 140 e année, n o 11 Partie 2 Avis de dépôt Code des professions (L.R.Q., c. C-26) Ingénieurs Élections au Bureau de l Ordre Prenez avis que le Bureau de

Plus en détail

Paris, le 14 décembre 2011. AFF : SMAI / publications concours N/réf. : 2011/071/PR. Madame la Présidente,

Paris, le 14 décembre 2011. AFF : SMAI / publications concours N/réf. : 2011/071/PR. Madame la Présidente, Mme Maria J. ESTEBAN Présidente Société de Mathématiques Appliquées et Industrielles Institut Henri Poincaré 11, rue Pierre et Maire Curie 75231 PARIS Cedex 05 Paris, le 14 décembre 2011 AFF : SMAI / publications

Plus en détail

TITRE II : DES ORGANES DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D'INDUSTRIE DU MALI

TITRE II : DES ORGANES DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D'INDUSTRIE DU MALI DECRET N 98-228/P-RM Fixant l organisation et les modalités de fonctionnement de la chambre de commerce et d industrie du Mali. Le Président de la République, Vu la Constitution ; Vu la Loi n 94-009 du

Plus en détail

Législation et droit d'un administrateur réseaux

Législation et droit d'un administrateur réseaux Législation et droit d'un administrateur réseaux Réalisé par : GUENGOU Mourad OULD MED LEMINE Ahmedou 1 Plan de présentation I. Introduction générale II. L Administrateur Réseaux 1) Mission de l administrateur

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 24/10/2012 Cour Administrative d Appel de Bordeaux N 07BX02490 Inédit au recueil Lebon 3ème chambre (formation à 3) Mme FLECHER-BOURJOL, président Mme Françoise LEYMONERIE, rapporteur M. VIE, commissaire

Plus en détail

Procédure pénale. Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut

Procédure pénale. Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut Procédure pénale Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut Corrigé : Dissertation Le jugement de la personne poursuivie en son absence Indications de méthodologie : Sur la

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation Chambre criminelle Audience publique du 30 avril 2014 N de pourvoi: 13-88162 ECLI:FR:CCASS:2014:CR02211 Publié au bulletin Rejet M. Louvel, président Mme Chaubon, conseiller apporteur

Plus en détail

Kit pédagogique Les semaines de l engagement lycéen. du 21 septembre au 8 octobre 2015. # vielyceenne. la vie des lycées

Kit pédagogique Les semaines de l engagement lycéen. du 21 septembre au 8 octobre 2015. # vielyceenne. la vie des lycées Les rendez-vous Les rendez-vous la de vie la lycéenne vie lycéenne Kit pédagogique Les semaines de l engagement lycéen Séance de découverte de la vie lycéenne Séance de découverte de la vie associative

Plus en détail

Statuts de l Association des Anciens du Master Conseil Editorial, Paris-Sorbonne (Paris IV)

Statuts de l Association des Anciens du Master Conseil Editorial, Paris-Sorbonne (Paris IV) Statuts de l Association des Anciens du Master Conseil Editorial, Paris-Sorbonne (Paris IV) I. But et composition de l Association Article 1 : Nom Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts

Plus en détail

Le principe de la légalité Fiche des incriminations et des peines

Le principe de la légalité Fiche des incriminations et des peines Le principe de la légalité Fiche des incriminations et des peines 1 I. L existence d un texte II. Un texte devant respecter la hiérarchie des normes Textes de référence L article 111-1 du code pénal dispose

Plus en détail

Les outils «cloud» dédiés aux juristes d entreprises. Cadre juridique

Les outils «cloud» dédiés aux juristes d entreprises. Cadre juridique Les outils «cloud» dédiés aux juristes d entreprises Cadre juridique Présenté par Béatrice Delmas-Linel et Céline Mutz Cabinet De Gaulle Fleurance & Associés 29 juin 2012 1 Introduction La dématérialisation

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de Cassation Chambre criminelle Audience publique du 26 janvier 2005 Rejet N de pourvoi : 04-84805 Inédit Président : M. COTTE REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA COUR DE CASSATION,

Plus en détail

ANNEXE 1 ARRÊTÉ N 2014-168 LE BUREAU,

ANNEXE 1 ARRÊTÉ N 2014-168 LE BUREAU, ANNEXE 1 SÉNAT ARRÊTÉ N 2014-168 LE BUREAU, - Vu l article 4 quater de l ordonnance n 58-1100 du 17 novembre 1958 relative au fonctionnement des assemblées parlementaires, - Vu la lettre du Président du

Plus en détail

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR Enquête sur la responsabilité sociale du scientifique Résultats détaillés Février 2007 Annexes La publication des données qui fondent

Plus en détail

Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel. (Université de Nancy 21 octobre 2010)

Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel. (Université de Nancy 21 octobre 2010) Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel (Université de Nancy 21 octobre 2010) Le Conseil constitutionnel a fêté, il y a deux ans, son cinquantième anniversaire. Cet événement

Plus en détail

STATUTS-TYPES D ASSOCIATION DEPARTEMENTALE ENFANCE & FAMILLES D ADOPTION. Titre I - BUTS ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION

STATUTS-TYPES D ASSOCIATION DEPARTEMENTALE ENFANCE & FAMILLES D ADOPTION. Titre I - BUTS ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION STATUTS-TYPES D ASSOCIATION DEPARTEMENTALE ENFANCE & FAMILLES D ADOPTION Titre I - BUTS ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Article Premier : 1.1. Titre : Il est formé entre les adhérents aux présents statuts

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-009

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-009 Décision du Défenseur des droits MSP-2014-009 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à l annulation des rachats des cotisations arriérées présentation observations Cour d Appel Domaine(s) de

Plus en détail

Protection des renseignements personnels, publicité ciblée et médias sociaux : Ampleur du problème : certaines observations déconcertantes

Protection des renseignements personnels, publicité ciblée et médias sociaux : Ampleur du problème : certaines observations déconcertantes Protection des renseignements personnels, publicité ciblée et médias sociaux : Ampleur du problème : certaines observations déconcertantes Avner Levin * * Professeur agrégé et directeur, Privacy and Cyber

Plus en détail

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Les relations entre les Cours constitutionnelles et les autres juridictions nationales, y compris l interférence, en cette matière, de

Plus en détail

Décret 2002-628 du 25 Avril 2002 modifié pris pour l application de la loi 2002-5 du 4 Janvier 2002 relative aux musées de France

Décret 2002-628 du 25 Avril 2002 modifié pris pour l application de la loi 2002-5 du 4 Janvier 2002 relative aux musées de France Décret 2002-628 du 25 Avril 2002 modifié pris pour l application de la loi 2002-5 du 4 Janvier 2002 relative aux musées de France TITRE I er : HAUT CONSEIL DES MUSEES DE FRANCE Art. 1 er. - Le Haut Conseil

Plus en détail

Le ministre de l intérieur et de l aménagement du territoire Le ministre de l outre-mer. Mesdames et Messieurs les maires

Le ministre de l intérieur et de l aménagement du territoire Le ministre de l outre-mer. Mesdames et Messieurs les maires MINISTERE DE L INTERIEUR ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE MINISTERE DE L OUTRE-MER Paris, le 10 mai 2007 Le ministre de l intérieur et de l aménagement du territoire Le ministre de l outre-mer à Mesdames

Plus en détail

TITRE I : LES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS

TITRE I : LES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS STATUTS MISE A JOUR APRES LE 115EME CONGRES 5 ET 6 SEPTEMBRE 2015 TITRE I : LES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS Article 1 er - Le Parti Dans le cadre de l article 4 de la Constitution, le Parti républicain radical

Plus en détail

Communication sur l'obligation faite aux banques d'établir une convention de compte au bénéfice de leur clientèle

Communication sur l'obligation faite aux banques d'établir une convention de compte au bénéfice de leur clientèle Commission nationale de l informatique et des libertés Communication présentée en séance plénière le 3 juin 2004 Communication sur l'obligation faite aux banques d'établir une convention de compte au bénéfice

Plus en détail

Annexe VI au Protocole au Traité sur l Antarctique relatif à la protection de l environnement

Annexe VI au Protocole au Traité sur l Antarctique relatif à la protection de l environnement MESURE 1 - ANNEXE Annexe VI au Protocole au Traité sur l Antarctique relatif à la protection de l environnement Responsabilité découlant de situations critiques pour l environnement Les Parties, Préambule

Plus en détail

Elections simultanées du 25 mai 2014 - Circulaire concernant la désignation des membres de bureaux électoraux.

Elections simultanées du 25 mai 2014 - Circulaire concernant la désignation des membres de bureaux électoraux. Service public fédéral Intérieur Direction générale Institutions et Population Service Elections Madame, Monsieur le Président du Bureau Principal de Canton, Madame, Monsieur le Bourgmestre, Votre correspondant

Plus en détail

Contrôle parlementaire d Europol. Communication et proposition de résolution de Mme Alima Boumediene-Thiery

Contrôle parlementaire d Europol. Communication et proposition de résolution de Mme Alima Boumediene-Thiery - 1 - Réunion du mardi 24 mai 2011 Justice et affaires intérieures Contrôle parlementaire d Europol Communication et proposition de résolution de Mme Alima Boumediene-Thiery M. Denis Badré, vice-président

Plus en détail

Droit constitutionnel de la Vème République

Droit constitutionnel de la Vème République Droit constitutionnel de la Vème République Auteur(s) : Bertrand Mathieu et Michel Verpeaux Présentation(s) : Professeurs à l'université Paris 1 Panthéon Sorbonne Leçon 1 : La mise en place de la 5ème

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

Section : SCIENCES ECONOMIQUES ET SOCIALES

Section : SCIENCES ECONOMIQUES ET SOCIALES CAPES CONCOURS EXTERNE ET CAFEP Section : SCIENCES ECONOMIQUES ET SOCIALES EPREUVES D ADMISSIBILITE EPREUVES D ADMISSION Ministère de l Education nationale > www.education.gouv.fr - Sujet de dissertation

Plus en détail

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE UEMOA OUEST AFRICAINE ----------- CONFERENCE DES CHEFS D ETAT ET DE GOUVERNEMENT

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE UEMOA OUEST AFRICAINE ----------- CONFERENCE DES CHEFS D ETAT ET DE GOUVERNEMENT UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE UEMOA OUEST AFRICAINE ----------- CONFERENCE DES CHEFS D ETAT ET DE GOUVERNEMENT TRAITE PORTANT CREATION DU PARLEMENT DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE PREAMBULE

Plus en détail

ASSOCIATION INFORMATIQUE POUR LA DISTRIBUTION, LE PARTAGE ET L ÉCHANGE DES CONNAISSANCES DES LOGICIELS LIBRES SUR MÉRIGNAC

ASSOCIATION INFORMATIQUE POUR LA DISTRIBUTION, LE PARTAGE ET L ÉCHANGE DES CONNAISSANCES DES LOGICIELS LIBRES SUR MÉRIGNAC UNBEE ASSOCIATION INFORMATIQUE POUR LA DISTRIBUTION, LE PARTAGE ET L ÉCHANGE DES CONNAISSANCES DES LOGICIELS LIBRES SUR MÉRIGNAC Association à but non lucratif et apolitique Fondée par les adhérents aux

Plus en détail

RÈGLEMENT GÉNÉRAL DES ACTIONS DE FORMATION NATIONALES

RÈGLEMENT GÉNÉRAL DES ACTIONS DE FORMATION NATIONALES RÈGLEMENT GÉNÉRAL DES ACTIONS DE FORMATION NATIONALES Préambule Le présent règlement général des formations fixe les conditions générales et spécifiques notamment pour la mise en œuvre de procédures d

Plus en détail

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 (Peine d annulation du permis de conduire pour conduite en état alcoolique en récidive et

Plus en détail

S I E T SYNDICAT DES INDUSTRIELS DES EQUIPEMENTS DU TRAITEMENT DE L EAU S T A T U T S C H A P I T R E P R E M I E R

S I E T SYNDICAT DES INDUSTRIELS DES EQUIPEMENTS DU TRAITEMENT DE L EAU S T A T U T S C H A P I T R E P R E M I E R S I E T SYNDICAT DES INDUSTRIELS DES EQUIPEMENTS DU TRAITEMENT DE L EAU S T A T U T S C H A P I T R E P R E M I E R ARTICLE PREMIER CONSTITUTION Conformément au chapitre premier du titre premier du Livre

Plus en détail

Réunion téléphonique du 20 mars 2014. L installation du conseil municipal et les premières mesures à prendre en début de mandat

Réunion téléphonique du 20 mars 2014. L installation du conseil municipal et les premières mesures à prendre en début de mandat Réunion téléphonique du 20 mars 2014 L installation du conseil municipal et les premières mesures à prendre en début de mandat Le terme du mandat Fin de mandat des conseillers municipaux : le 23 mars 2014,

Plus en détail

CE : comment obtenir vos budgets

CE : comment obtenir vos budgets Droit en du pratique CE Pour fonctionner ou proposer des ASC aux salariés, le CE a forcément besoin de moyens financiers! Or sa principale ressource en la matière, c est l employeur, puisque c est lui

Plus en détail

FICHE N 10 SÉCURITÉ DES DONNÉES

FICHE N 10 SÉCURITÉ DES DONNÉES L article 34 de la loi «Informatique et Libertés» impose à un responsable de traitement de prendre toutes les précautions utiles pour préserver la sécurité des données dont il est responsable, en fonction

Plus en détail

DOSSIER D INSCRIPTION

DOSSIER D INSCRIPTION O R D R E D E S A V O C A T S D U B A R R E A U D E P A R I S DOSSIER D INSCRIPTION EN application DE l article 100 du Décret 91-1197 du 27 novembre 1991 NOM : Prénom : Réservé à l Ordre des Avocats de

Plus en détail

DÉLIBÉRATION N 2014-13 DU 4 FÉVRIER 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE

DÉLIBÉRATION N 2014-13 DU 4 FÉVRIER 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DÉLIBÉRATION N 2014-13 DU 4 FÉVRIER 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISÉ D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

Cahier n 29. Les Cahiers du Conseil constitutionnel. Commentaire de la décision n 2010-607 DC 10 juin 2010

Cahier n 29. Les Cahiers du Conseil constitutionnel. Commentaire de la décision n 2010-607 DC 10 juin 2010 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 29 Commentaire de la décision n 2010-607 DC 10 juin 2010 Loi relative à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée Le projet de loi relatif à l entrepreneur

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

(Document adopté par la Commission le 19 janvier 2006)

(Document adopté par la Commission le 19 janvier 2006) Bilan de l application de la recommandation de la Commission nationale de l informatique et des libertés du 29 novembre 2001 sur la diffusion de données personnelles sur Internet par les banques de données

Plus en détail

Règlement intérieur de l Université Sorbonne Paris Cité

Règlement intérieur de l Université Sorbonne Paris Cité Règlement intérieur de l Université Sorbonne Paris Cité (adopté par le Conseil d administration du 8 octobre 2014) * Chapitre 1. Dispositions électorales communes aux instances de gouvernance Article 1.

Plus en détail

La prise illégale d intérêts

La prise illégale d intérêts La prise illégale d intérêts Valeurs sociales protégées : Il s agit simplement de préserver, d une part, la probité dans la gestion des affaires publiques en respectant le vieil adage " nul ne peut servir

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE ASSURANCE BANQUE - FINANCE

LICENCE PROFESSIONNELLE ASSURANCE BANQUE - FINANCE LICENCE PROFESSIONNELLE ASSURANCE BANQUE - FINANCE Spécialité: Gestion Clientèle Particuliers Arrêté d habilitation : 20090979 REGLEMENT DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES 2013-2015 VU la loi 84-52 du 26 janvier

Plus en détail

Mesdames et Messieurs les Secrétaires généraux,

Mesdames et Messieurs les Secrétaires généraux, R É P U B L IQ U E FR A N Ç A IS E LIBERTÉ - ÉGALITÉ - FRATERNITÉ SERVICE DES AFFAIRES EUROPÉENNES Le Directeur Paris, le 24 janvier 2014 Discours de M. Jean-Pierre BLOCH, Directeur du Service des Affaires

Plus en détail