RAPPORT D ACTIVITE 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT D ACTIVITE 2013"

Transcription

1 ESPACE MEDIATION SECRETARIAT GÉNÉRAL RAPPORT D ACTIVITE 2013 «Ecoute et dialogue au service des patients et de leurs proches» Mars 2014 VÉRONIQUE KOLLY & CORINNE HÉRITIER-CASTELLA 1

2 TABLE DES MATIERES REMERCIEMENTS... 3 PRÉSENTATION DU RAPPORT ÈRE PARTIE... 4 PRÉAMBULE... 5 HISTORIQUE ET STRUCTURE... 6 ORGANISATION DE L ESPACE MÉDIATION... 6 STATISTIQUES D ACTIVITÉ DESCRIPTION GÉNÉRALE CARACTÉRISTIQUES DES PATIENTS FRÉQUENTATION EN FONCTION DES HORAIRES DE PERMANENCE FRÉQUENTATION SELON LE SITE HOSPITALIER ORIENTATION À L EM ÈME PARTIE RÔLES TENUS À L EM ETAPES D UN ENTRETIEN TYPE TYPES DE DEMANDES CLASSIFICATION DES DEMANDES EVOLUTION DE LA DEMANDE CONTENU DES DEMANDES MÉTHODE RÉSULTATS ABOUTISSEMENT TYPES DE DÉMARCHES CONTACT AVEC LES PROFESSIONNELS ÈME PARTIE CARTE «VOS IDÉES COMPTENT» GESTION ET ANALYSE ENSEIGNEMENT ACCUEIL DE STAGIAIRES SUPERVISION COLLABORATION AVEC D AUTRES HÔPITAUX CONCLUSION

3 Remerciements A tous les patients ou les proches venus à l Espace médiation partager leur expérience hospitalière. A tous les professionnels des Hôpitaux universitaires de Genève, pour leur compréhension et leur disponibilité dans les situations que nous leur soumettons et de manière plus générale, pour leur précieuse collaboration. A notre hiérarchie pour la confiance qu elle nous témoigne et le soutien qu elle nous apporte. Présentation du rapport Pour des raisons de clarté et de facilité de lecture, le rapport comporte trois parties. La première partie traite de l historique et de l organisation de l Espace médiation. Elle présente également une description générale des activités de 2008 à La deuxième partie s attache à décrire, de façon détaillée, les différents rôles de l Espace médiation, les types de demandes traitées, leur évolution au fil de la relation avec le demandeur, et leur contenu. La troisième partie décrit les autres activités de l Espace médiation. 3

4 1 ère partie Historique et description générale des activités de l Espace médiation 4

5 Préambule L existence de plaintes et d une certaine insatisfaction des patients est bien réelle ; elles sont en émergence depuis une vingtaine d années dans un contexte général de crise institutionnelle touchant par ailleurs de nombreux autres domaines (enseignement, police, justice ). Dans le monde de la santé, elles se manifestent par une crise de confiance entre les malades et les soignants avec une montée en force de nouvelles revendications auxquelles on doit faire face 1. Cependant, il est important de relever que le nombre de plaintes reçues dans un établissement n est pas forcément un bon indicateur de la qualité des soins car les facteurs influençant la variabilité de ce nombre sont très nombreux 2 : la définition de la plainte, qui peut être large ou restrictive, la publicité et l information donnée au public et aux patients à propos de la procédure de gestion des plaintes qui va les encourager ou pas à exprimer leur mécontentement, la simplicité de cette procédure, la qualité réelle des soins.etc. De nombreux articles décrivent les plaintes des patients comme le «sommet de l iceberg» de l insatisfaction. Dans la grande majorité des cas, sur tous les patients insatisfaits, très peu font la démarche de se plaindre ou de déposer une plainte. Ces derniers par contre, vont faire part de leur mécontentement à une vingtaine de personnes autour d eux D après Bendall-Lyon et Cie, seul 5 à 10% des patients se plaignent suite à une expérience insatisfaisante dans le domaine de la santé. La peur d avoir des retombées négatives lors de futures hospitalisations suite à une plainte explique en partie ces chiffres 7. F. Quinche, qui a examiné toutes les plaintes des patients d un CHU de la région parisienne, de 1993 à 1998 nous dit que la grande majorité des plaintes ont pour souhait que les faits ne se reproduisent pas ou demande des explications ou des justifications. Plus rarement, certaines demandent réparation d un préjudice (financières, excuses, soins ) et d autres un blâme envers la personne responsable du préjudice 8. La politique de chaque institution en matière de gestion des plaintes peut prendre plusieurs formes : celles-ci peuvent être vues comme une charge ou au contraire, comme un outil donnant une opportunité de s améliorer. Le fait d encourager le patient à exprimer son insatisfaction et de présenter cela comme un outil qui va contribuer à améliorer le système, donne de l importance au rôle potentiel de ce dernier. Au travers de sa plainte, le patient contribue à quelque chose et évite que les mêmes problèmes ne se reproduisent pour lui dans le futur, mais également pour tous les autres patients. De plus, la majorité des patients insatisfaits qui ont fait la démarche de se plaindre reviendra avec confiance dans l établissement s ils perçoivent que la plainte été prise au sérieux et résolue 9. 1 Guillaume-Hoffnung M. DIR, Colloque «Hôpital et médiation», Harmattant, 2001, page 82 2 Van de Wal G., Lens P. «Handling complaints in Hospitals» Health Policy 31 (1995) Laurence R., Schwartz. «The management of patient complaints and dissatisfaction» 4 Secrétariat du Trésor du Canada. «Service de qualité Gestion efficace des plaintes (Guide XI)» 5 Garbutt J. «Solliciting patient complaint to improve perfomance» 6 Bendall-Lyon D., Powers T.L. «The role of complaint management in the service recovery process». Journal on Quality Improvement 2001 vol. 27 (5) Ibidem 8 F. Quinche «Analyse textuelle des plaintes de patient en milieu hospitalier», Revue médicale de la Suisse romande, n 121, 2001, p Laurence R., Schwartz. «The management of patient complaints and dissatisfaction» 5

6 Historique et structure En août 2007, le comité de direction et le conseil d administration des Hôpitaux universitaires de Genève ont décidé de mettre à la disposition des patients et de leurs proches un espace d écoute et de parole, l Espace médiation (ci-après l EM), suite à une proposition de projet de deux collaboratrices (auteurs du présent rapport). Ce lieu est destiné à : - Offrir aux patients et à leurs proches la possibilité d exprimer les difficultés ou problèmes rencontrés lors de leur passage à l hôpital - Faciliter la communication orale entre les patients et l institution - Renouer le dialogue / Restaurer la confiance - Impliquer les patients dans l amélioration de la qualité des soins / Partenariat patient - Sensibiliser les professionnels de la santé et les organes de direction à la perception qu ont les patients ou les proches du vécu hospitalier / Se mettre à la place de Un bureau situé à l entrée Cluse-Roseraie a été construit et aménagé de manière conviviale afin de pouvoir accueillir, dès le 5 novembre 2007, les premiers visiteurs. Organisation de l Espace médiation Cet «espace d écoute et de parole» est animé par deux collaboratrices des HUG, les coordinatrices de l EM (1,5 ETP) qui disposent également d un bureau «back office». Les coordinatrices reçoivent sans rendez-vous pendant les heures de permanence et/ou sur rendez-vous en dehors de celles-ci. Certains cas sont traités par téléphone uniquement. Si un patient ne peut pas se déplacer, la coordinatrice se rend au lit du patient, sur les différents sites des HUG. Les permanences sont assurées toute l année pendant les jours ouvrables. Les horaires d ouverture de l Espace médiation, choisis en fonction des disponibilités des patients et des proches, sont les suivants : lundi, jeudi et vendredi : de 13h00 à 16h00 ; mardi : de 10h00 à 13h00 ; mercredi: de 16h00 à 19h00. Sauf situation particulière, chaque patient ou demandeur est reçu par une seule coordinatrice. Ceci implique qu elles doivent se tenir informées de tous les cas et du suivi de chaque demande. Pour cela, les médiatrices ont créé une base de données, sous forme de «formulaire patient», qu elles mettent à jour après chaque entretien. 6

7 Statistiques d activité 1. Description générale Tableau 1 : Description et comparaison de l activité de l Espace médiation de 2008 à 2012 et à 2012 (N=1892) 2013 (N=407) Demandeur % % Patient Famille et proches Autres (IRU, Médecin, physiothérapeute, AS ) 7 8 Contact initial % % Contact par téléphone Contact direct à l espace médiation Via questionnaire de satisfaction (guide, picker) 5 1 Via carte de suggestion (guide d accueil) 1 3 Traitement délégué de la Direction générale 1 1 Courrier Suite donnée au premier contact % % Entretien immédiat Planification d un rendez-vous 10 9 Autre (courrier envoyé, transmis au service.) Nombre d entretien par situation (avec le % % demandeur)* Situation ayant nécessité 1 entretien Situation ayant nécessité 2 entretiens Situation ayant nécessité 3 entretiens 6 5 Situation ayant nécessité 4 entretiens et plus 4 3 Situation ayant nécessité 0 entretien** 9 10 Nombre total d entretiens avec les demandeurs* N Entretiens 503 * N=405 Au moment de cette analyse, deux situations ne sont pas terminées. ** Les situations avec «0» entretien concernent celles via les questionnaires de satisfaction, et courrier et où la gestion s est faite uniquement par écrit et qui ne débouche pas forcément sur un entretien. Du 1 er janvier 2008 au 31 décembre 2013, l Espace médiation a ouvert 2299 dossiers. Le nombre de situations traitées a augmenté en 2011, 2012 et 2013 pour atteindre plus de 400 dossiers. Chaque dossier se rapporte à un patient, même si c est un membre de la famille, un proche ou un tiers professionnel qui est «demandeur». Dans un peu plus de la moitié des cas, c est le patient qui est demandeur. Les situations dans lesquelles le demandeur est un tiers professionnel (soignant, médecin, assistante sociale, administration ) ont régulièrement augmenté de 2008 à 2012 (4% vs 12%) pour diminuer en 2013 (8%). Cela montre, malgré tout le développement, au fil des années, d une meilleure connaissance, compréhension et confiance dans les activités de notre service, avec pour résultat l appel de ces professionnels soit pour nous adresser un patient, soit pour une demande d aide concernant des situations difficiles avec des patients. 7

8 Un entretien a souvent lieu à la suite du premier contact (80% en 2013); la catégorie «autre» comprend la gestion par écrit des doléances via les questionnaires de satisfaction, s ou courriers. Les situations, dans leur grande majorité, sont réglées après un, voire deux entretiens avec le demandeur (82% en 2013). Celles ayant nécessité un nombre d entretiens plus élevé sont toujours peu nombreuses. Le nombre total d entretiens avec les demandeurs s élève à 503 pour l année Ce chiffre permet d avoir une meilleure idée du volume que cela peut représenter dans le travail quotidien des médiatrices. Ces résultats ne comprennent pas les différents contacts avec les professionnels de la santé qui sont eux décrits dans la 2 ème partie de ce rapport. 2. Caractéristiques des patients Tableau 2 : Caractéristiques des patients pour lesquels un dossier a été ouvert et comparaison selon les années 2008 à % % Stade du séjour au moment de la visite (N=1892) (N=407) Après une hospitalisation Pendant une hospitalisation Ambulatoire Avant une hospitalisation 5 3 Pas connu 4 4 Entre deux séjours 2 3 Sexe* (N=1882) (N=401) Homme Femme Catégorie d âge* (N=1440) (N=338) < 25 ans ans ans ans > 85 ans 8 11 * L âge et le sexe n étant pas toujours connus, le N est donc inférieur au N total pour ces deux items. Le «stade du séjour au moment de la visite» révèle que plus de la moitié des situations sont traitées pendant le séjour (hospitalisation ou ambulatoire). Cela démontre un réel besoin d aide au moment de l hospitalisation ou d une consultation et confirme l importance d avoir un service au sein de l institution pouvant réagir rapidement. En ce qui concerne le sexe et les catégories d âge des patients pour lesquels un dossier a été ouvert, les résultats depuis 2008 sont pratiquement similaires. En effet, il y a toujours quasi parité entre hommes et femmes. Lorsque l âge est connu, il est, pour les trois-quarts des situations, au-dessus de 45 ans. 8

9 3. Fréquentation en fonction des horaires de permanence Tableau 3 : Distribution des horaires de permanence en 2012 et 2013 Horaire de permanence N=407 N=407 % % Permanence du mardi matin 10h-13h / 1x/semaine Permanences du lundi, jeudi et vendredi après-midi h00-16h00 / 3/x par semaine Permanence du mercredi soir 16h00-19h00 / 1/x par semaine Hors-permanence Réaménagées en 2008 à la demande du Comité de direction (une le matin, deux l aprèsmidi et deux le soir), les permanences sont à nouveau modifiées en octobre En effet, les résultats de 2009 montraient que la fréquentation des permanences était plus élevée l après midi que celles du soir. Les permanences couvrent actuellement une matinée, trois après-midi et un soir. La comparaison des résultats pour les années 2012 et 2013 montrent une stabilité étonnante dans la fréquentation des permanences ; ils sont pratiquement similaires. Ce sont toujours les permanences de l après-midi qui sont le plus fréquentées (39% pour le total ce qui équivaut à 13% par après-midi) malgré une légère diminution de fréquentation par rapport à 2011 (45%). Il est à noter également le nombre important de demandes «hors permanence», en augmentation constante depuis 2008 (31% en 2008, 38% en 2011 et 40% en 2012 et 2013) et qui représente plus du tiers des personnes s étant adressées à l Espace médiation. 4. Fréquentation selon le site hospitalier Graphique 1 : Distribution des situations reçues en fonction des sites hospitaliers et par année (%) * Seules les situations concernant des services de soins ont été incluses. La distribution des situations selon le site hospitalier (lieu géographique) indique que plus des trois-quarts d entre elles proviennent de l Hôpital, bâtiment D. Cela est probablement 9

10 associé aux nombreuses et diverses activités générées sur ce site, ainsi qu à la présence physique du bureau de l Espace médiation à l entrée du bâtiment D. Ce constat fait, les coordinatrices ont décidé de réactiver une campagne d information (fin 2011) en se rendant sur chaque site pour rencontrer le personnel d accueil et y déposer le kit «affichette + flyers» aux diverses réceptions. Les résultats de 2013 dénotent une légère augmentation à l hôpital de Loëx et une stabilité ou une diminution en ce qui concerne les autres sites. Ce constat fait, une nouvelle réflexion est prévue courant 2014 concernant la visibilité de l EM au sein des différents sites autre que Cluse-Roseraie. 5. Orientation à l EM En 2013, nous avons documenté, quand cela était possible, la manière dont les personnes avaient eu connaissance de l existence de l EM. Le graphique ci-dessous décrit les principaux modes d orientation. Graphique 2 : Distribution des différents modes d orientation à l EM (%) A déjà sollicité l'em (entre 2007 et 2013) Service accueil et centrale téléphonique Connaissance, amis, proches Collaborateur des HUG au sens large Vu en passant Médecin de ville Internet Organisation suisse des patients 2013 (N=326*) Livret d'accueil Affiche EM campagne de communication Flyer EM Travaille aux HUG Autre * Seules les situations où la question a pu être posée ont été incluses. Les résultats montrent que plus d un quart des demandeurs (28%) connaissent l EM, étant déjà venu précédemment. Ce résultat nous indique que les personnes ayant eu affaire à notre service dans le passé reviennent naturellement à l EM quand de nouvelles difficultés surviennent, dénotant ainsi une certaine confiance envers ce dernier. Mais ce chiffre englobe également des patients chroniques venant régulièrement à l EM nous faire part des difficultés rencontrées aux HUG lors de leurs fréquents séjours. Ils y trouvent une écoute, des conseils, un espace de partage, un lieu pour exprimer leurs difficultés. A noter que certains de ces patients viennent régulièrement depuis notre ouverture en Par ailleurs, nous observons que 26% des personnes nous sont adressées par la centrale téléphonique des HUG (13%) et par les services d accueil (13%). En effet, lorsqu un patient 10

11 ou un proche exprime des problèmes ou des difficultés en lien avec les HUG ou qu il souhaite parler à la direction (etc.), ils sont très souvent orientés à l EM afin de leur offrir une réelle écoute et une aide à la résolution de leur problématique. Le «bouche à oreille» fonctionne, lui, dans 13% des cas. Les collaborateurs des HUG sont, quant à eux, à l origine de l orientation dans 12% des cas. Enfin, 8 % des patients ou des proches découvrent d eux-mêmes l EM en passant devant. Ce résultat démontre l importance d avoir un EM visible et facile d accès. Finalement, nous voyons que la part d orientation découlant de moyens publicitaires tels que les affiches, le site internet, le flyer EM, le livret d accueil, n est que peu représentée dans l ensemble. 11

12 2 ème partie Analyse détaillée du fonctionnement de l EM et du type de demandes 12

13 Rôles tenus à l EM 1. Etapes d un entretien type 1.1 Accueillir, écouter, valider Dans un premier temps et pour tous les types de situations, le rôle des médiatrices se résume à accueillir, écouter, valider, en laissant les patients ou leurs proches s exprimer, sans contrainte de temps. C est une étape très importante qui permet de ventiler les émotions. En effet, ce qui caractérise la grande partie des situations traitées à l EM, c est l expression d une souffrance souvent manifestée par des émotions telles que la colère, la révolte ou l indignation. Cet espace de parole, un peu «hors du temps» permet, en quelque sorte, de légitimer la souffrance ressentie, d évacuer un trop plein d émotions et de prendre du recul. 1.2 Identifier les problèmes Dans un deuxième temps, lorsque la tension émotionnelle baisse, il est alors possible d identifier, dans le processus de soins, ce qui a amené le patient ou ses proches à venir à l EM. Il s agit souvent d accumulations de «petites choses», de malentendus, d incompréhensions, de problèmes d attitude qui peuvent conduire à un sentiment d injustice, d abandon, de ne pas se sentir considéré ou respecté. Il faut alors prendre le temps de poser les bonnes questions : qu est-ce qui les a particulièrement blessés, mis en colère ou indignés, indépendamment d une pathologie donnée? C est un peu comme reconstituer un film à partir d une image arrêtée. 1.3 Clarifier la demande et chercher des solutions aux problèmes et/ou au conflit Il devient alors plus facile et surtout important de faire émerger les éventuelles inquiétudes sous-jacentes, les besoins (rarement exprimés au premier abord) et les attentes ou objectifs recherchés, afin d obtenir, au final, une demande plus claire. En effet, rares sont les personnes qui viennent avec des demandes précises, elles ont même souvent de la difficulté à dire précisément ce qu elles demandent ou attendent. Cette partie de l entretien est essentielle, elle facilite la phase suivante qui va être d élaborer, avec les patients ou les proches une «stratégie» permettant d apporter une solution ou des réponses à leur demande. La stratégie choisie est adaptée aux besoins des patients ou des proches et se décline de différentes manières. Ils sont décrits plus précisément dans la suite de ce rapport. 1.4 Aider le patient à comprendre le fonctionnement d un hôpital universitaire En arrière-plan de chaque situation, les coordinatrices occupent d autres rôles montrant ainsi la diversité de leurs actions. Par exemple, expliquer la complexité du travail des médecins et des soignants ainsi que le fonctionnement, souvent méconnu, d un hôpital universitaire. Les coordinatrices connaissent bien l institution, son fonctionnement, les contraintes et difficultés des professionnels mais aussi les projets d amélioration de la qualité, les projets institutionnels. Ces informations, lorsqu elles sont partagées avec les patients ou la famille, sont reçues avec intérêt et permettent d instaurer un climat de confiance envers l hôpital. Les coordinatrices tentent aussi de mettre en évidence avec le patient ou ses proches les points positifs qu ils ont pu observer. Cela permet de replacer les problèmes vécus dans un contexte plus global de prise en charge. 13

14 1.5 Encourager le rôle du patient partenaire Les coordinatrices encouragent aussi le rôle du patient partenaire. S ils avaient le pouvoir de changer les choses, que feraient-ils, comment s y prendraient-ils? Comment leur vécu peutil servir à d autres? Les patients ou les proches ont souvent des idées ou des propositions d améliorations qui peuvent être ensuite relayées auprès des professionnels. 14

15 Types de demandes 1. Classification des demandes Pour définir aussi précisément que possible le type de demandes traitées à l EM, nous avons établi la classification suivante : Souhait de plainte : cette catégorie comprend toutes les situations dans lesquelles les demandeurs sont très insatisfaits et parlent spontanément d un dépôt de plainte à un niveau juridique, menacent d alerter la presse ou exigent de parler au Directeur général, etc. Il s agit souvent de situations où la colère est très présente. Réclamation : cette catégorie comprend toutes les situations dans lesquelles les demandeurs nous font part de difficultés ou d incompréhensions se traduisant par une insatisfaction. Celle-ci sont dites «expressive» lorsque le demandeur a simplement besoin de les exprimer, ne demandant qu une écoute et que cela serve éventuellement à d autres et «avec demande» si elle est accompagnée d une requête (p. ex : intervention auprès du service concerné) Par ailleurs, certaines situations qui se présentent à l EM ne comprennent pas d insatisfactions et témoignent par là-même, de la diversité des demandes : Eloges : cette catégorie comprend les situations ou les patients ou proches viennent pour nous faire part de leurs félicitations, de leurs remerciements ou de leur reconnaissance. Ils expriment le fait qu il est aussi important de dire ce qui va bien et pas seulement ce qui va mal. Besoin de soutien moral : cette catégorie comprend les situations où les patients ou les proches viennent nous parler de leurs difficultés et de leur souffrance face à la maladie, l hôpital étant inhérent à ce genre de situations. En effet, face à une maladie, souvent grave, ces derniers peuvent ressentir le besoin d un soutien psychologique. Ces moments de partage permettent au patient ou à la famille d exprimer toutes sortes de sentiments. Il n est pas rare qu il y ait des pleurs. Il ne s agit bien entendu pas d une prise en charge thérapeutique et cela se limite, bien souvent, à une seule rencontre. Si nécessaire, les patients ou leurs proches sont orientés vers une personne plus adaptée (psychologue, médecin traitant, association ). Question / Conseils : cette catégorie comprend toutes les situations ou les patients ou les proches viennent simplement poser une question ou demander un conseil, sans que des aspects problématiques quant à la prise en charge ne soient relevés. Ces différentes catégories de demandes sont classifiées dans le tableau ci-après. 15

16 Tableau 4 : Comparaison des demandes reçues à l Espace médiation selon leur classification et les années 2008 à N=1892 N=407 Type de demande % % Réclamation avec «demande» Réclamation «expressive» Soutien moral 6 10 Question / Conseils 10 9 Félicitations 2 2 Souhait de plainte 2 1 Suggestions - 1 Autre* 6 6 * La catégorie «autre» comprend les situations où il n y a pas eu de suite (très brève prise de contact téléphonique mais qui n a pas eu de suite, c est-à-dire qu un plus long entretien n a pas eu lieu (rdv annulé.) ou celles où la ou les plaintes ont été difficiles à comprendre et à éclaircir, restant incohérentes et confuses malgré des tentatives d éclaircissement, monologue du demandeur ou rejet des propositions apportées en cours d entretien, agressivité se terminant avec l impossibilité d aboutir...etc. Ce tableau représente la classification des demandes à la fin du 1 er entretien, lorsque la demande est bien comprise. Les insatisfactions ou réclamations représentent environ troisquarts des situations depuis 2008 ce qui n est pas surprenant car répondant à l une des missions première de l EM, qui pour rappel est : «( ) la mise en place d une structure propre à recueillir les doléances, plaintes, critiques et remarques des patients, de leur famille et de leurs proches ( )». Par rapport aux années précédentes, le nombre des réclamations «avec demande» diminue alors que celui des réclamations «expressives» augmente. Il est intéressant de relever que seul 1% des situations concerne un souhait de plainte explicite en fin d entretien en Une nouvelle catégorie a été introduite en 2013, les suggestions. En effet, le nouveau guide d accueil met à disposition des patients une carte intitulée : «Vos idées comptent» qui est gérée par les coordinatrices de l EM. L analyse de ces dernières est explicitée dans la troisième partie de ce rapport. Enfin, nous pouvons observer que dans la catégorie «autre», une moyenne de 6% des situations ne peut réellement aboutir. Cela est parfois dû à la présence d une pathologie psychiatrique ou d un type de personnalité ne permettant pas à la personne d entrer dans une démarche qui est basée sur une certaine capacité à dialoguer, à écouter, ou à comprendre et à s ouvrir à l autre. Différents auteurs nous éclairent à ce sujet. A. Pekar Lempereur & Cie disent qu il existe des «pathologies du conflit 10.» Ce sont des personnes qui «n existent que dans l opposition systématique à tel autre groupe ou personne, affirmant leur identité dans la confrontation, la négation, le nihilisme même. La perpétuation du conflit devient leur raison de vivre 11.» Certaines pathologies psychiatriques comme la schizophrénie ou la dépression, empêchent «la personne de faire face 12.» A. Stimec parle de l existence de personnalités difficiles : «structurellement difficiles ou simplement de manière temporaire ou contextuelle 13.» Il nous rend attentif au fait que le médiateur ne doit pas se transformer en thérapeute et que l orientation de la situation vers d autres voies plus adaptées est parfois nécessaire. 10 A. Pekar Lempereur & Cie, «Méthode de médiation», Dunod, 2008, p Ibidem 12 Ibidem 13 A. Stimec, «La médiation en entreprise», Dunod, 2011, p

17 2. Evolution de la demande L évolution de la demande durant le premier entretien a été examinée. En effet, dans le cadre de notre activité, nous avons observé que la demande à l arrivée du plaignant pouvait évoluer en cours d entretien. Dans les cas où un entretien a eu lieu (N=2083), nous avons essayé de capter cette évolution avec un premier codage en début d entretien et un second en fin d entretien. Tableau 5 : Classification des situations en type de demande en début d entretien et en fin d entretien de 2008 à 2013 (N=2083) Début d entretien Fin d entretien % % Type de demande Réclamations avec «demande» Réclamations «expressive» Questions Souhaits de plainte 9 2 Soutien moral 6 7 Félicitations 1 2 Autre* - 5 * La catégorie «autre» comprend les situations où les plaintes ont été difficiles à comprendre et à éclaircir, restant incohérentes et confuses malgré des tentatives d éclaircissement, monologue du demandeur ou rejet des propositions apportées en cours d entretien, agressivité se terminant avec l impossibilité d aboutir...etc. Sur les 6 années, l évolution la plus importante concerne toujours le «souhait de plainte». Cette catégorie représente 9% (186 cas) des situations en début d entretien et 2% (44 cas) seulement en fin d entretien. Les analyses détaillées montrent que près des deux-tiers (65%) des «souhaits de plainte» en début d entretien évoluent vers une «réclamation avec demande ou expressive». Ces chiffres montrent à quel point la menace de plainte est une manière de se faire entendre qui disparaît dès le moment où le plaignant se sent écouté et pris en considération. En ce qui concerne les autres classifications, elles varient peu entre le début et la fin de l entretien. 17

18 Contenu des demandes 1. Méthode Seules les situations comprenant une plainte ou une insatisfaction ont fait l objet de cette analyse. Toutes les problématiques exprimées durant un entretien sont relevées et codées, sans priorisation particulière. Par exemple, un problème de nourriture ayant été exprimé au cours d un entretien sera codé de la même manière que le fait de n avoir jamais réussi à voir le chirurgien pour avoir des explications sur une intervention chirurgicale, même si cette dernière est celle ayant amené le patient à venir à l EM. Cela permet de faire ressortir de manière exhaustive toutes les problématiques relevées par les patients. Cette analyse nous renseigne sur les raisons pour lesquelles les patients viennent nous voir, montrant par là ce qui est important pour eux. Les faits rapportés par les patients comportent, évidemment, une part subjective mais pas seulement. De nombreux éléments restent très factuels. Il est important cependant de préciser que les problématiques relevées ne sont pas pour autant toujours le reflet de ce qui se passe au quotidien dans un service, ces données n étant pas représentatives de l activité totale et les problèmes rapportés ne concernant qu un petit nombre de patients sur l ensemble de ceux traités dans un service. Ce type d exploitation est surtout utile pour «détecter les problèmes récurrents dont les usagers se plaignent» et aussi pour être «approfondis (au sein de groupes qualités par exemple) afin de définir des actions correctrices adéquates.», comme le soulignent les auteurs français d un guide méthodologique pour la gestion des plaintes et des réclamations 14. Mais, d après eux, il est essentiel de pouvoir croiser ce type de données avec d autres sources (enquêtes de satisfaction p. ex) pour en augmenter la représentativité. Cependant, ce type d analyse ne remplace pas la force des témoignages individuels et les contacts fréquents avec les services pour chaque cas particulier, aboutissant dans certains cas sur des changements concrets de pratiques. 14 Usagers, vos droits : Guide méthodologique. 18

19 2. Résultats Pour ce rapport, les catégories ont été calculées pour les 6 années. Graphique 3: Distribution des problématiques relevées (N=1849*) 2008 à 2013 Aspects relationnels Qualité des soins Explication et information au patient Coordination des soins et suivi des informations Pré et post hospitalisation Dimensions les plus souvent signalées depuis 2008 Pertinence diagnostic et traitement Confort et environnement 2008 à 2013 Disponibilité et attente Organisation de la sortie Explication information et place de la famille Sécurité des biens et des personnes Accueil, arrivée à l'hôpital * Ce chiffre comprend le nombre total de réclamations et de souhaits de plaintes de 2008 à Les situations peuvent contenir une ou plusieurs problématiques et concerner plusieurs services. Il est important de rappeler que pris indépendamment, la plupart des problèmes relevés par le patient ou la famille sont considérés comme acceptables. Cela devient problématique lorsqu il y a un enchaînement d évènements indésirables et pas ou peu d explications. C est à ce moment là que le patient, ou sa famille, vient à l Espace médiation. C est un peu comme «je viens poser ce que j ai sur le cœur pour continuer d avancer. Et tant mieux si cela peut vous aider à améliorer certaines choses». De manière générale et depuis l ouverture de l EM, les analyses montrent que ce sont les problématiques liées aux relations interpersonnelles et à la communication au sens large ainsi qu à la qualité des soins prodigués qui viennent en première place. En effet, les catégories les plus souvent relevées de 2008 à 2013 concernent : - Les aspects relationnels (413) - la qualité des soins (410) - les explications et informations données aux patients (395) - la coordination des soins et suivi des informations (392) Nous avons choisi, pour ce rapport, de détailler les résultats de ces 4 catégories seulement. 19

20 Aspects relationnels (413) Malgré le fait que les signalements liés à cette catégorie ont régulièrement diminué depuis 2008, passant de 83 en 2008 à 66 en 2013 (excepté une petite augmentation en 2012 (72)), ceux-ci restent importants. Ces résultats nous rappellent que la relation médecin-patient, qui est bien sûr avant tout «thérapeutique» est également «relationnelle», c'est-à-dire «une rencontre entre deux acteurs (le patient et le médecin), tous deux membres de groupes sociaux divers et engagés dans une action réciproque 15.» D après D. Razavi et N. Delavaux, elle serait même triple : «un dialogue social avec des interlocuteurs en situation inégale utilisant le langage ordinaire, un dialogue médical, à propos des symptômes et des traitements et un dialogue souterrain où se rencontrent le non-dit, le présupposé, l implicite et l affectif 16.». C est l articulation entre ces différents niveaux qui peut être problématique, chacun accordant une importance variable à ceux-ci. De facto, ces problématiques existeront toujours. Il s agit simplement de ne pas les nier, de les accueillir, les considérer et les traiter avec tout le sérieux que cela implique. Il n y a pas une victime et un méchant. Souvent, cela est bien plus complexe. Mettre ensemble les points de vue, s écouter mutuellement, dialoguer permet de dépasser les difficultés. C est le travail quotidien de l EM. Qualité des soins (410) Cette catégorie comprend tout ce qu observe le patient ou la famille par rapport à un soin, un examen, une intervention chirurgicale (etc.) et représente 410 signalements. Néanmoins, il est important de relever que la comparaison des résultats par année montre une diminution depuis 2012 (77 en 2008 vs 64 en 2012 et 54 en 2013). Souvent, les patients n ont pas osé l exprimer directement au médecin ou aux soignants, restant seuls avec leurs inquiétudes. Au travers des témoignages, il est surprenant de voir ce que peut provoquer chez eux des situations qui sont, pour les soignants, courantes et banales. Cela montre aussi à quel point les patients sont attentifs à ce qui se passe autour d eux durant le séjour. Explications et les informations données au patient (395) La comparaison par année montre que cette catégorie a augmenté entre 2011 et 2012 (85 et 88) pour diminuer à nouveau en 2013 (55). Elle comprend toute l information, qu elle soit strictement médicale (traitement, diagnostic, opération, résultat...), ou plus générale comme le consentement, la confidentialité, le dossier médical, le décès d un proche, la demande d autopsie et les directives anticipées ainsi que celles liées aux aspects financiers et économiques (traitement, intervention, honoraires non-couvert...), les problèmes de langue et de traduction etc. Les problèmes d'information sont souvent la conséquence d un manque d information plutôt que de clarté d information. Celui-ci peut être très anxiogène pour les patients ou les proches comme le souligne C. Curchod : «L information omise se révèle (...) une source d anxiété importante, (...)». D après lui, une information, même élémentaire suffit à diminuer l anxiété : «(...)des renseignements très simples peuvent interrompre des interprétations erronées ou permettre l adhésion au projet thérapeutique 17.» 15 Sarradon-Eck A. «La rencontre médecin-patient est aussi le lieu d une médiation du lien social», Revue de Praticien, Médecine générale, 2002, 16(578) : C. Curchod «Relations soignants-soignés, prévenir et dépasser le conflit», Elsevier Masson, 2009, p.5 17 C. Curchod «Relations soignants-soignés, prévenir et dépasser le conflit», Elsevier Masson, 2009, p

Information aux patients et à leurs proches. Espace médiation. Lieu d écoute et de dialogue pour les patients et leurs proches

Information aux patients et à leurs proches. Espace médiation. Lieu d écoute et de dialogue pour les patients et leurs proches Information aux patients et à leurs proches Espace médiation Lieu d écoute et de dialogue pour les patients et leurs proches Quand solliciter l espace médiation? Vous rencontrez un problème à l hôpital

Plus en détail

L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU

L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU Michèle WOLF, MCU-PH, Direction de la qualité, de la coordination des risques et des relations avec les usagers,

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

Unité Hospitalière de Psychiatrie de la Personne Âgée (UHPG)

Unité Hospitalière de Psychiatrie de la Personne Âgée (UHPG) Unité Hospitalière de Psychiatrie de la Personne Âgée (UHPG) Filière : SANTE MENTALE Carte d'identité Nom de l'institution : FONDATION DE NANT- SECTEUR PSYCHIATRIQUE DE L EST VAUDOIS Nom du service : UNITE

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

Enquête qualité séjours été 2010 Eléments d'analyse et pistes de développement

Enquête qualité séjours été 2010 Eléments d'analyse et pistes de développement Enquête qualité séjours été 2010 Eléments d'analyse et pistes de développement Introduction A l'issue des séjours d été, Wakanga a lancé une enquête qualité à destination des familles. Cette enquête avait

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANÇAISE. REGLEMENT DES SERVICES PERISCOLAIRES 2013/2014 (RESTAURANT SCOLAIRE et GARDERIE et CENTRE D ANIMATION)

REPUBLIQUE FRANÇAISE. REGLEMENT DES SERVICES PERISCOLAIRES 2013/2014 (RESTAURANT SCOLAIRE et GARDERIE et CENTRE D ANIMATION) REPUBLIQUE FRANÇAISE M A I R I E DE P O N T H E V R A R D 5, PLACE DE LA MAIRIE 78730 PONTHEVRARD TELEPHONE : 01.30.41.22.13 - TELECOPIE : 01.30.88.20.26 EMAIL : PONTHEVRARD@ORANGE.FR REGLEMENT DES SERVICES

Plus en détail

Le dossier médical. du médecin libéral. Patrice MARIE LE GUIDE DE L ENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE

Le dossier médical. du médecin libéral. Patrice MARIE LE GUIDE DE L ENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE du médecin libéral Patrice MARIE, c est l ensemble des documents concernant la santé d un patient donné que le médecin garde, en temps que médecin traitant. La loi, promulguée le 4 mars 2002, réaffirme

Plus en détail

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant Vivre avec un trouble dépressif Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin

Plus en détail

Vous êtes proche d une personne qui souffre d un trouble psychique?

Vous êtes proche d une personne qui souffre d un trouble psychique? rfsm fnpg fribourgeois de santé mentale er Netzwerk für psychische Gesundheit Vous êtes proche d une personne qui souffre d un trouble psychique? Vous vivez des moments difficiles : Nous sommes là pour

Plus en détail

NOM:.. PRENOM:... CLASSE:.. STAGE EN ENTREPRISE. des élèves de...ème Du../../.. au./../.. Collège...

NOM:.. PRENOM:... CLASSE:.. STAGE EN ENTREPRISE. des élèves de...ème Du../../.. au./../.. Collège... NOM:.. PRENOM:... CLASSE:.. STAGE EN ENTREPRISE des élèves de...ème Du../../.. au./../.. Collège......... SOMMAIRE Avant le stage Le cahier de stage. 2 Conseil au stagiaire. 3 Fiche d identité de l élève

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs LIVRET D ACCUEIL le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs 23, rue du docteur potain 75019 Paris 01 53 38 62 50 Portraits des membres du groupe d expression du SAVS par Catel

Plus en détail

Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise.

Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise. Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise. Docteur David ATTAL. Psychiatre. Praticien Hospitalier. Centre Hospitalier Régional Universitaire de Marseille.

Plus en détail

Droit du travail - Jurisprudence. Inaptitude médicale résultant de faits de harcèlement moral

Droit du travail - Jurisprudence. Inaptitude médicale résultant de faits de harcèlement moral Inaptitude médicale résultant de faits de harcèlement moral Cour de cassation - chambre sociale Audience publique du 14 septembre 2010 N de pourvoi: 09-66762 Cassation partielle sans renvoi Dans un arrêt

Plus en détail

Comprendre les différentes formes de communication

Comprendre les différentes formes de communication Chapitre 2 Communiquer de façon professionnelle 2. Lisez la mise en situation ci-dessous. Ensuite, nommez les attitudes favorisant la communication qui n ont pas été mises en pratique et expliquez votre

Plus en détail

PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL

PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL Actualisation 07/2009 PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL Partie 1 : LE CADRE GENERAL I. OBJECTIFS DE L INSTITUTION DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE Participer à l effort

Plus en détail

L AUTO-ÉVALUATION HAP : KIT METHODOLOGIQUE PARTIE 2 : OUTILS D AUTO-ÉVALUATION

L AUTO-ÉVALUATION HAP : KIT METHODOLOGIQUE PARTIE 2 : OUTILS D AUTO-ÉVALUATION L AUTO-ÉVALUATION HAP : KIT METHODOLOGIQUE PARTIE 2 : OUTILS D AUTO-ÉVALUATION À L USAGE DES ORGANISATIONS HUMANITAIRES ET DE DEVELOPPEMENT REALISANT UNE AUTO-EVALUATION SUR LA BASE DE LA NORME HAP 2010

Plus en détail

Accompagner le changement et mieux communiquer

Accompagner le changement et mieux communiquer Accompagner le changement et mieux communiquer Catalogue Formations 2009/2010 Dédiées aux acteurs du monde de la communication Management opérationnel des équipes de communication Manager efficacement

Plus en détail

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Dans cet atelier, nous verrons plusieurs façons d intervenir en tant que pair aidant. Anne-Marie Benoit présentera son travail

Plus en détail

Code d éthique de l ATTrueQ

Code d éthique de l ATTrueQ Code d éthique de l ATTrueQ Version 2009 Table des matières Introduction..3 1. Devoirs et obligations..4 1.1 Déclarations du travailleur de rue...4 1.2 Dispositions générales du travailleur de rue...6

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

L expérience patient : lorsque le rationnel rencontre l émotion Le cas du CSSS Richelieu-Yamaska

L expérience patient : lorsque le rationnel rencontre l émotion Le cas du CSSS Richelieu-Yamaska Le cas du CSSS Richelieu-Yamaska Écrit par Jocelyn Théoret, directeur en gestion de l expérience client, Groupe-conseil en stratégie et performance de Raymond Chabot Grant Thornton, en collaboration avec

Plus en détail

GROUPE DE CONFIANCE protection de la personnalité MEDIATION INFORMATIONS

GROUPE DE CONFIANCE protection de la personnalité MEDIATION INFORMATIONS GROUPE DE CONFIANCE protection de la personnalité INFORMATIONS MEDIATION La médiation fait partie du dispositif de protection de la personnalité des membres du personnel de l'etat de Genève et des institutions

Plus en détail

NOTRE Code d éthique. S engager dans le respect de tous

NOTRE Code d éthique. S engager dans le respect de tous NOTRE Code d éthique S engager dans le respect de tous Notre Code d éthique S engager dans le respect de tous Le présent code d éthique a été adopté par le conseil d administration du Centre de santé et

Plus en détail

LES MATINALES DE LA FONDATION

LES MATINALES DE LA FONDATION LES MATINALES DE LA FONDATION «Point du vue d un pédopsychiatre sur l autisme aujourd hui» Conférence du Professeur Pierre DELION, Pédopsychiatre, Chef du Service Psychiatrie de l Enfant et de l Adolescent,

Plus en détail

La politique de l entreprise (esprit et incitation au challenge) implique :

La politique de l entreprise (esprit et incitation au challenge) implique : Introduction Image classique = Cadre supérieur + grande responsabilité Mais aussi le bas de l échelle Zéro défauts, l excellence a un prix = Le Stress I Définition Interaction entre un environnement et

Plus en détail

Les grandes fonctions du tuteur

Les grandes fonctions du tuteur Agence Erasmus+ Jeunesse & Sport Les grandes fonctions du tuteur Ce document rend compte de travaux effectués en ateliers par les participants lors des sessions de formation de tuteurs SVE organisées depuis

Plus en détail

Révélatrice de talents. Développement personnel

Révélatrice de talents. Développement personnel Révélatrice de talents Développement personnel Révélatrice de talents Une entreprise à votre écoute pour vous accompagner de manière professionnelle dans tous vos projets Le développement personnel Notre

Plus en détail

Conseils sur la conduite à tenir en cas de suicide d un salarié sur le lieu de travail

Conseils sur la conduite à tenir en cas de suicide d un salarié sur le lieu de travail Conseils sur la conduite à tenir en cas de suicide d un salarié sur le lieu de travail Document réalisé avec l aide de Philippe BIELEC, Ingénieur Conseil à la Direction des risques professionnels de la

Plus en détail

Consultation pour une mutuelle santé pour les habitants de Lagord

Consultation pour une mutuelle santé pour les habitants de Lagord 1 Centre Communal d Action Sociale Consultation pour une mutuelle santé pour les habitants de Lagord DOCUMENT UNIQUE VALANT : ACTE D ENGAGEMENT CAHIER DES CHARGES TECHNIQUES REGLEMENT DE CONSULTATION Date

Plus en détail

Maison du droit et de la médiation www.ville-stains.fr

Maison du droit et de la médiation www.ville-stains.fr www.ville-stains.fr SOMMAIRE page 4 INFORMATION ET ORIENTATION page 6 ACCES AU DROIT page 8 AIDE AUX VICTIMES page 10 MEDIATION page 12 ECRIVAIN PUBLIC page 14 LEXIQUE + NOS PARTENAIRES EDITO Pour la Municipalité,

Plus en détail

Sauvegarde de justice - Curatelle - Tutelle Loi du 5 mars 2007 portant réforme de la protection des Majeurs

Sauvegarde de justice - Curatelle - Tutelle Loi du 5 mars 2007 portant réforme de la protection des Majeurs Sauvegarde de justice - Curatelle - Tutelle Loi du 5 mars 2007 portant réforme de la protection des Majeurs Sauvegarde de justice : Pour qui : o patient majeur ayant besoin d une représentation temporaire

Plus en détail

Exprimer sa reconnaissance

Exprimer sa reconnaissance Atelier - le 30 juin 2010 dans le management au quotidien :, consultante RH Une rencontre organisée par Les principaux besoins par rapport au travail 1 TABLEAU RÉCAPITULATIF SUR LES SIGNES DE RECONNAISSANCE

Plus en détail

RECO. Définition des bonnes pratiques de prévention dans les centres d appels téléphoniques R.470

RECO. Définition des bonnes pratiques de prévention dans les centres d appels téléphoniques R.470 RECO DU COMITE TECHNIQUE NATIONAL DES ACTIVITES DE SERVICES 1 Définition des bonnes pratiques de prévention dans les centres d appels téléphoniques Yves Cousson - INRS Pour vous aider à : réduire le bruit

Plus en détail

Créé le : 24.11.2004 En vigueur à partir du : 02.11.2004

Créé le : 24.11.2004 En vigueur à partir du : 02.11.2004 1. Objet Nombre de pages: 1/6 La présente directive fixe les modalités de la gestion administrative et financière des études cliniques conduites dans les HUG dans un souci de transparence, notamment financière.

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Connaître son évolution pour mieux la vivre Guide d accompagnement destiné au patient et ses proches Table des matières L évolution habituelle de l insuffisance cardiaque 5 Quelles

Plus en détail

Violence au travail Un organisme national

Violence au travail Un organisme national Violence au travail Un organisme national Violence au travail : prévention, protocoles et sanctions Politique La Société s engage à offrir un milieu de travail sécuritaire. Elle reconnaît que la violence

Plus en détail

DEVENIR INTERVENANT CERTIFIE WELLSCAN

DEVENIR INTERVENANT CERTIFIE WELLSCAN DEVENIR INTERVENANT CERTIFIE WELLSCAN Vous êtes un professionnel consultant, coach, formateur et vous accompagnez les individus ou les entreprises dans leurs enjeux de performance sociale, managériale

Plus en détail

Professionnalisation des responsables de secteur 25 jours

Professionnalisation des responsables de secteur 25 jours Professionnalisation des responsables de secteur 25 jours Les responsables occupent un «poste clé» autant dans l organisation et la gestion des activités que dans l animation de leur équipe et la qualité

Plus en détail

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes Questionnaire Université du Luxembourg, Version novembre 2013 Ulla Peters, Julia A. Jäger, Danielle Lellinger sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes

Plus en détail

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite Guide à l intention des familles AU COEUR du trouble de personnalité limite À propos du trouble de personnalité limite Ce document a été élaboré en 2001 par madame France Boucher, infirmière bachelière,

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

DÉFINITION DES TERMES Pour une compréhension commune, voici quelques définitions. Usager Toute personne qui reçoit des soins ou des services du CSSS

DÉFINITION DES TERMES Pour une compréhension commune, voici quelques définitions. Usager Toute personne qui reçoit des soins ou des services du CSSS DÉFINITION DES TERMES Pour une compréhension commune, voici quelques définitions. Usager Toute personne qui reçoit des soins ou des services du CSSS d Ahuntsic et Montréal-Nord. Lorsque le processus de

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

Brève présentation de la consultation de Médecine 2 et des missions des infirmières psycho-sociales Objectifs de l atelier Quizz VIH/SIDA :

Brève présentation de la consultation de Médecine 2 et des missions des infirmières psycho-sociales Objectifs de l atelier Quizz VIH/SIDA : Brève présentation de la consultation de Médecine 2 et des missions des infirmières psycho-sociales Objectifs de l atelier Quizz VIH/SIDA : Constats de départ Objectifs du projet Présentation de l outil

Plus en détail

Problèmes d accès aux soins?

Problèmes d accès aux soins? Problèmes d accès aux soins? Une étude exploratoire par entretiens avec des professionnels (Synthèse) Beat Sottas, Adrienne Jaquier, Sarah Brügger 1. Contexte : qui est «socialement défavorisé»?... 2 2.

Plus en détail

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Nom : Prénom :.. MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Récapitulatif pour la validation du Diplôme National du Brevet (Attestation du Niveau A2 en Langue Vivante) : ACTIVITES

Plus en détail

Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux

Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE ÉDITION 2014 Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux OUTILS DE LA GRH 1/ La présente annexe propose une

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE Emploi et développement des Hommes

DOSSIER DE CANDIDATURE Emploi et développement des Hommes DOSSIER DE CANDIDATURE Emploi et développement des Hommes Date limite de renvoi des dossiers complétés : 6 novembre 2013, par mail à l adresse contact@grandprix-distributionresponsable.com Nom de l initiative:

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ ET DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS 1. Introduction Placer la «bonne personne au bon endroit» représente

Plus en détail

Présentation de la MDA d EURE ET LOIR

Présentation de la MDA d EURE ET LOIR Présentation de la MDA d EURE ET LOIR 1 MDA d EURE et LOIR Date de création : Décembre 2007 Date d ouverture au public : 21 juin 2010 2 MDA d EURE et LOIR Structure juridique porteur : Centre Hospitalier

Plus en détail

La protection de vos données médicales chez l assureur

La protection de vos données médicales chez l assureur La protection de vos données médicales chez l assureur Brochure 2009 2 Questions & Réponses fréquentes FAQ 2009 La communication de données est le point de passage obligé pour le bon fonctionnement de

Plus en détail

ASSOCIATION DES ACCIDENTÉS DE LA VIE. Guide de bonnes pratiques. Pour les médecins conseils experts

ASSOCIATION DES ACCIDENTÉS DE LA VIE. Guide de bonnes pratiques. Pour les médecins conseils experts ASSOCIATION DES ACCIDENTÉS DE LA VIE Guide de bonnes pratiques Pour les médecins conseils experts 2011 SOM MAIRE Avant l expertise p. 4 - la mission d expertise et acceptation de la mission p. 4 - la lettre

Plus en détail

Comité permanent du droit des marques, des dessins et modèles industriels et des indications géographiques

Comité permanent du droit des marques, des dessins et modèles industriels et des indications géographiques F SCT/30/4 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 12 AOUT 2013 Comité permanent du droit des marques, des dessins et modèles industriels et des indications géographiques Trentième session Genève, 4 8 novembre 2013

Plus en détail

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire -

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Juin 2009 1 Objectifs Réalisée par CROP pour le compte de l Association québécoise d établissements

Plus en détail

LES SOINS DE SANTÉ POUR LES MIGRANTS SANS PAPIERS EN SUISSE SERVICES

LES SOINS DE SANTÉ POUR LES MIGRANTS SANS PAPIERS EN SUISSE SERVICES LES SOINS DE SANTÉ POUR LES MIGRANTS SANS PAPIERS EN SUISSE SERVICES UN CONTEXTE PLEIN DE CONTRASTES Dans la plupart des pays analysés, un écart peut être observé entre les normes définies par les droits

Plus en détail

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement.

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. Centre - Pays de Loire CHRU Tours COMMUNICATION «Conflits internes et Cohérence personnelle» SOMMAIRE Introduction page 3 Communication Page 4 Les paramètres d

Plus en détail

RESTAURATION SCOLAIRE

RESTAURATION SCOLAIRE RESTAURATION SCOLAIRE REGLEMENT INTERIEUR L admission à la cantine ne constitue pas une obligation pour la commune, mais un service rendu aux familles dans le cadre de l organisation arrêtée par la collectivité

Plus en détail

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris)

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) 1. Contexte local Géographie La psychiatrie adulte de l hôpital Sainte-Anne est orientée vers 7 secteurs psychiatriques adultes, que ce soit pour les hospitalisations,

Plus en détail

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre Avril 2011 La longue expérience de la Mutualité Française dans la mise en œuvre d actions de prévention,

Plus en détail

Le guide du bon usage des médicaments

Le guide du bon usage des médicaments Le guide du bon usage des médicaments Les médicaments sont là pour vous aider mais......ils ont parfois du mal à vivre ensemble. Votre médecin et votre pharmacien peuvent adapter votre traitement pour

Plus en détail

Enquêtes réalisées auprès des chirurgiens dentistes et des personnes vivant avec le VIH

Enquêtes réalisées auprès des chirurgiens dentistes et des personnes vivant avec le VIH Enquêtes réalisées auprès des chirurgiens dentistes et des personnes vivant avec le VIH 1 2 VIH/SIDA La prise en charge dentaire en Haute-Normandie Le COREVIH Haute-Normandie, comité de COordination RÉgionale

Plus en détail

Quoi Besoin identifié Comment faire? Comment lever les freins? Statut Déclarer l'aide aux aidants «grande cause nationale»

Quoi Besoin identifié Comment faire? Comment lever les freins? Statut Déclarer l'aide aux aidants «grande cause nationale» Méthode : Tester et déployer sur la base de l évaluation du rapport : impact social / coût Reconnaître Faciliter Les aidants Les associations d'aidants / en faveur des aidants Les initiatives en faveur

Plus en détail

SOIGNER ET TEMOIGNER. Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la prévention et de la lutte contre le SIDA

SOIGNER ET TEMOIGNER. Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la prévention et de la lutte contre le SIDA IRG-Université de Virginie 21 au 23 mars 2010 Acteurs non étatiques et politiques de santé publique SOIGNER ET TEMOIGNER Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la

Plus en détail

L engagement en pratique des gestionnaires de cas

L engagement en pratique des gestionnaires de cas L engagement en pratique des gestionnaires de cas Cyrille Lesenne Président de l'association Française des Gestionnaires de Cas (AFGC) Samuel Lesplulier Vice Président de l AFGC La gestion des cas La gestion

Plus en détail

Guide méthodologique de mise en place d une enquête de satisfaction

Guide méthodologique de mise en place d une enquête de satisfaction Guide méthodologique de mise en place d une enquête de satisfaction Dans ce guide, vous trouverez 4 étapes qui vous permettront de réaliser, pas à pas, votre enquête de satisfaction. Ce guide : Contient

Plus en détail

les télésoins à domicile

les télésoins à domicile Hiver 2013 Innovation en matière de prestation des soins de santé : les télésoins à domicile Innovation en matière de prestation des soins de santé : les télésoins à domicile Au Canada comme ailleurs dans

Plus en détail

Brochure d information destinée aux parents. Bienvenue à Clairival. Informations utiles sur la prise en soins de votre enfant

Brochure d information destinée aux parents. Bienvenue à Clairival. Informations utiles sur la prise en soins de votre enfant Brochure d information destinée aux parents Bienvenue à Clairival Informations utiles sur la prise en soins de votre enfant Présentation Le service de psychiatrie de l enfant et de l adolescent des Hôpitaux

Plus en détail

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada MARS 2014 ÉCHEC ET MAT! LES RÉGIMES D ÉPARGNE EN MILIEU DE TRAVAIL : UNE SOLUTION GAGNANTE POUR LES CANADIENS EN VUE DE LA RETRAITE Notre 6 e sondage annuel Indice canadien de report de la retraite montre

Plus en détail

Comment la proposer et la réaliser?

Comment la proposer et la réaliser? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment la proposer et la réaliser? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les professionnels de santé dans la mise en œuvre d un programme

Plus en détail

la maladie d Alzheimer

la maladie d Alzheimer Prévenir... les difficultés de vie avec un proche atteint de la maladie d Alzheimer 27 La maladie d Alzheimer n est pas la maladie d une seule personne 800 000 français sont atteints par la maladie d Alzheimer

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

Fédération Nationale des Syndicats d Internes en Pharmacie et en Biologie Médicale

Fédération Nationale des Syndicats d Internes en Pharmacie et en Biologie Médicale Fédération Nationale des Syndicats d Internes en Pharmacie et en Biologie Médicale president@fnsip.fr Tél : 06.10.28.39.18 5, rue Frederick Lemaître 75020 Paris www.fnsip.fr Twitter : @fnsip Fédération

Plus en détail

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Colloque de Dublin, vendredi 19 Mars 2010 ASPECTS PRATIQUES DE L INDEPENDANCE DE LA JUSTICE Rapport Introductif Partie III Relations

Plus en détail

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Guide d enseignement et Feuilles d activité de l élève DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Qu est-ce que l intimidation (bullying)? L intimidation est le fait de tourmenter de façon

Plus en détail

Mme Catherine Malki - enseignante STMS - Lycée J Jaurès- Châtenay-Malabry

Mme Catherine Malki - enseignante STMS - Lycée J Jaurès- Châtenay-Malabry PRE-REQUIS DES BACHELIERS ST2S Pôle méthodologie : Comment les organisations sanitaires et sociales mettent en place un plan d action pour améliorer la santé ou le bien être social des populations? Notion

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011 2011-R-05 du 15 décembre 2011 1. Contexte L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font l objet de plusieurs textes, notamment de nature

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL CRUQPEC 2014

RAPPORT ANNUEL CRUQPEC 2014 RAPPORT ANNUEL CRUQPEC 2014 Etablissement : Centre Hospitalier Le Quesnoy Adresse : 90 rue, du 8 mai 1945 59530 LE QUESNOY Nom de l auteur du rapport de la CRUQPEC : Françoise MOURA Qualité de l auteur

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations

Recommandation sur le traitement des réclamations Recommandation sur le traitement des réclamations 1. Contexte 2015-R-03 du 26 février 2015 L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT Handicap, Dépendance, Invalidité REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT HANDIVIE 1 Boulevard de Compostelle - 13012 Marseille : 04 91 44 07 73 - : 09 70 62 08 48 ssiad-handivie@wanadoo.fr TABLE DES MATIERES I.LE

Plus en détail

CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI

CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI Comprendre ses propres stratégies d échec et de réussite Mettre à jour ses freins, ses propres croyances Développer son potentiel et repousser ses

Plus en détail

Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais

Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais Introduction Ce document est un complément au Code d Éthique et de Conduite Professionnelle

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L organisation, que ce soit une association, une administration ou une entreprise, ne peut pas fonctionner sans la mise en œuvre de processus de gestion assurant la coordination

Plus en détail

Etude Harris Interactive pour la Chambre Nationale des Services d Ambulances (CNSA)

Etude Harris Interactive pour la Chambre Nationale des Services d Ambulances (CNSA) Note détaillée L image des ambulanciers Etude Harris Interactive pour la Chambre Nationale des Services d Ambulances (CNSA) Enquête réalisée en ligne du 17 au 19 septembre 2013. Echantillon de 985 personnes

Plus en détail

La gestion des situations de crise

La gestion des situations de crise agir sur le climat scolaire La gestion des situations de crise Enjeux et procédures Daniel Simon EMS Académie de Montpellier 06 32 82 73 73 daniel.simon@ac-montpellier.fr Sommaire Propos liminaires Avant

Plus en détail

RESPONS. Info Mail 3 Janvier 2015 RESPONS SHURP ENSEMBLE. Lettre d information de l étude RESPONS

RESPONS. Info Mail 3 Janvier 2015 RESPONS SHURP ENSEMBLE. Lettre d information de l étude RESPONS RESPONS RESPONS RESidents Perspectives Of Living in Nursing Homes in Switzerland est un projet du Domaine santé de la Haute école spécialisée bernoise. RESPONS étudie la qualité des soins du point de vue

Plus en détail

Bien-être et Performance Collective Des risques psychosociaux au modèle de management et au bien vivre ensemble

Bien-être et Performance Collective Des risques psychosociaux au modèle de management et au bien vivre ensemble Des risques psychosociaux au modèle de management et au bien vivre ensemble Comment concilier «bienêtre» et «performance collective»? Comment aider les opérationnels à assumer leur responsabilité managériale,

Plus en détail

M2S. Formation Développement personnel. formation. La confiance en soi Gestion du stress

M2S. Formation Développement personnel. formation. La confiance en soi Gestion du stress Formation Développement personnel M2S formation La confiance en soi Gestion du stress Gestion du temps et gestion du stress Gestion des tensions et des conflits Gestion des conflits et de l agressivité

Plus en détail

Adopté à l automne 2006

Adopté à l automne 2006 Adopté à l automne 2006 PRÉAMBULE Un code d éthique pour l AQEM Notre mission Mise en perspectives Nos principales valeurs Application du code d éthique Chapitre 1 : Deux valeurs fondatrices de l AQEM

Plus en détail

Dossier statistiques

Dossier statistiques Dossier statistiques Fréquentation touristique de l Office de Tourisme de Gardanne en Pays d Aix Sommaire I. Détail des procédures pour les questionnaires de satisfaction et pour les statistiques de fréquentation.

Plus en détail

Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux

Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux Livret 5 MINISTÈRE DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE 5 Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux OUTILS DE LA GRH 1/ La présente annexe propose une liste non exhaustive d indicateurs

Plus en détail

Livret d accueil. Edition : Août 2015 UNITÉ PÉDOPSYCHIATRIQUE D ACCUEIL ET D HOSPITALISATION. Psychiatrie infanto-juvénile U.P.A.H

Livret d accueil. Edition : Août 2015 UNITÉ PÉDOPSYCHIATRIQUE D ACCUEIL ET D HOSPITALISATION. Psychiatrie infanto-juvénile U.P.A.H Psychiatrie infanto-juvénile UNITÉ PÉDOPSYCHIATRIQUE D ACCUEIL ET D HOSPITALISATION Edition : Août 2015 Franck RENAUDIN U.P.A.H Pavillon «l Orme» 20 avenue du 19 mars 1962 72703 ALLONNES Cédex 02.43.43.51.20

Plus en détail

ÊTRE MANAGER D UNE ÉQUIPE OPÉRATIONNELLE

ÊTRE MANAGER D UNE ÉQUIPE OPÉRATIONNELLE ÊTRE MANAGER D UNE ÉQUIPE OPÉRATIONNELLE DANS LE SECTEUR SANITAIRE OU MÉDICO-SOCIAL Formation permettant l obtention d un certificat professionnel CPFFP SPÉCIALISATION EN MANAGEMENT D ÉQUIPE OPÉRATIONNELLE

Plus en détail

Chap 14 : La fidélisation de la clientèle et la mercatique après-vente. I. La fidélisation. A. Les enjeux de la fidélisation

Chap 14 : La fidélisation de la clientèle et la mercatique après-vente. I. La fidélisation. A. Les enjeux de la fidélisation Chap 14 : La fidélisation de la clientèle et la mercatique après-vente I. La fidélisation A. Les enjeux de la fidélisation B. La mesure de la satisfaction des clients dans les unités commerciales physiques

Plus en détail