FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D'ASSURANCES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D'ASSURANCES"

Transcription

1 FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D'ASSURANCES 26, boulevard Haussmann Paris Cedex 09 Téléphone : Télécopie : Internet : 12 juillet 2007 Observations de la FFSA sur le Livre Vert de la Commission européenne sur les services financiers de détail dans le marché unique La FFSA approuve la Commission européenne d avoir voulu engager un débat concret sur le marché européen des services d assurance. La FFSA partage l analyse de la Commission sur l'importance économique croissante des services financiers et d assurance (considérant 5). En particulier, la FFSA approuve la Commission lorsqu elle affirme que des règles d'un caractère "exhaustif" ont été instituées afin de protéger les clients dans des secteurs comme les services d'investissement et l'assurance vie (considérant 6). Les marchés restent cependant régulés par des législations nationales différentes. La FFSA constate en effet que si des entreprises d assurance sont présentes sur plusieurs marchés nationaux, la construction d un marché intérieur intégré de l Union européenne pour les produits d assurance a fait peu de progrès significatifs. Pour avancer vers un réel marché européen des services d assurance, il faudrait donner une portée réelle au caractère exhaustif de ces règles adoptées par l Union européenne. Seule une harmonisation maximale et l identification dans les secteurs harmonisés des quelques dispositions nationales qui sont effectivement justifiées par l intérêt général, ainsi que le recensement de celles-ci sur une liste accessible à tous, permettrait des progrès significatifs. Cela participerait à la nécessaire réduction des contraintes qui se sont accumulées du fait des transpositions des directives d harmonisation minimales aboutissant à une complexité excessive des législations nationales. La Commission entend accorder une grande attention à l'adaptation des plans d'épargne à long terme et de retraite aux besoins des consommateurs sur la base d'une évaluation correcte de ces besoins. Les entreprises d assurance rappellent qu elles ont prouvé qu elles respectent des engagements à long terme et disposent du savoir faire pour répondre à ce défi. L expérience a démontré que les directives spécifiques à l assurance ont constitué jusqu à présent le cadre le plus fiable et performant dont dispose le consommateur pour préparer sa cessation d activité professionnelle. Les entreprises d assurance comptent bien pouvoir continuer à répondre à l évolution des besoins des consommateurs dans le cadre du nouveau référentiel prudentiel que constitue Solvabilité II. Cette réforme qui vise à moderniser les règles de solvabilité applicables à l ensemble des entreprises d assurance afin de maintenir un haut degré de protection des assurés, en incitant les entreprises à améliorer la connaissance et la gestion de leurs risques, doit comporter une architecture prudentielle et une formule standard en adéquation avec la réalité des impératifs de la gestion des engagements à long terme des entreprises d assurance à l égard des assurés. Or, en l état actuel des réflexions, l architecture retenue nécessite encore des adaptations importantes pour permettre d assumer des engagements à long terme. La conception et la diffusion de contrats individuels d assurance retraite à l échelle du marché européen est possible mais suppose un fort engagement politique de l Union européenne pour réaliser un cadre européen de ces contrats apportant un haut niveau de protection, sans régression réelle par rapport aux législations nationales, mais suffisamment souple pour ne pas étouffer l offre dans l intérêt des consommateurs.

2 1 Un besoin d harmonisation maximale La FFSA partage l opinion de la Commission sur la complexité croissante des législations nationales dont toutes les dispositions ne peuvent être considérées comme étant des règles d intérêt général. Cette complexité croissante a d ailleurs été favorisée par les directives d harmonisations minimales qui ont suscité de nouvelles différences entre les législations nationales. C est pourquoi la FFSA réaffirme avec vigueur la nécessité absolue d une harmonisation maximale ou pleine «ciblée». La FFSA partage l avis de la Commission sur l utilité d un recensement des dispositions d intérêt général des Etats membres. Cet exercice d identification des réelles dispositions d intérêt général sera en effet utile si la Commission obtient que dans les domaines harmonisés les Etats membres suppriment ou rendent facultatives les parties des législations nationales qui ne sont pas d intérêt général. La Commission a prévu de demander au Comité européen des contrôleurs d identifier les clauses qui ne sont pas d intérêt général en se référant à la jurisprudence de la Cour de Justice des Communautés Européennes (CJCE). Ce Comité pourra notamment constater que certaines dispositions très complexes relatives à l information du consommateur ne peuvent être justifiées par un impératif d intérêt général. A cet égard, la Commission peut déjà constater que la notification faite aux autorités des Etats d accueil dans le cadre de la procédure prévue en cas d exercice de la libre prestation de service (LPS) donne lieu à communication de listes de dispositions d intérêt général de natures nettement différentes selon les Etats. Par ailleurs, il est regrettable d obscurcir la compréhension du consommateur par une accumulation d informations détaillées qui nuit à l efficacité de l ensemble du cadre juridique actuel de l assurance alors que ses principes sont sains et confèrent un haut degré de protection. En effet, par rapport à la mise en oeuvre des articles 35 et 36 de la directive du 5 novembre 2002 relative à l assurance vie, les informations précontractuelles prévues en droit français s écartent très nettement par leur volume et par leur détail de l annexe III de cette directive (voir annexe 1). La complexité et la répétition de l information prévue par les législations nationales dépassent manifestement les besoins du consommateur. Par ailleurs, ces obligations inutilement précises et techniques ne devraient pas non plus être imposées par des autorités de contrôle. En effet, il convient de souligner que si des codes de bonne conduite sont imposés par une autorité nationale, ces codes de bonne conduite font partie de la réglementation et il ne servirait à rien de simplifier d un côté la législation et la réglementation directement élaborées par un Etat membre si les entreprises étaient obligées d appliquer d un autre côté des codes de bonne conduite très détaillés approuvés par une autorité nationale. En outre, le réexamen de la directive sur la vente à distance de services financiers a commencé et devrait aboutir à un rapport en 2008 (considérant 38). Cet examen est en effet absolument nécessaire car la transposition de cette directive a donné lieu à des transpositions divergentes selon les pays sur des questions essentielles et a entraîné un accroissement très substantiel de la complexité de la législation française (voir annexe 2). Enfin, la directive sur l'intermédiation en assurance sera réexaminée afin de la réviser au besoin en La FFSA considère que la réflexion engagée par la Commission au sujet des critères de la libre prestation de service des intermédiaires d assurances doit être menée avec l objectif de ne pas entraver les possibilités de commercialisation des réseaux par des contraintes excessives, notamment à l égard des résidents d un pays qui séjournent dans un autre pays où ils devraient pouvoir conclure des contrats d assurance sans que cela relève d un régime de libre prestation de services. De plus cette définition doit être en cohérence avec celle retenue pour les entreprises d assurances. Pour l assurance vie, la mobilité croissante des personnes justifie une réflexion car la souscription sur le territoire d un Etat ou est immatriculé un intermédiaire et agréé une entreprise d assurance ne devrait

3 pas constituer un cas d exercice de la libre prestation de service tant pour cet intermédiaire qui propose le contrat d assurance que pour cette entreprise d assurance avec laquelle le contrat est conclu, même quand le souscripteur a sa résidence habituelle dans un autre Etat. 2 Une nécessaire réduction des contraintes 2.1 En assurance vie La transposition des directives d assurance a favorisé une évolution vers une législation complexe qui devient difficile à maîtriser. La FFSA considère que le développement des services d assurance proposés aux consommateurs passe en priorité par la réduction des contraintes de régulation à des proportions raisonnables. A cet égard, l exercice d analyse trans-sectorielle de l ensemble des solutions d épargne à long terme sera l occasion pour la Commission de constater qu il serait préjudiciable au développement de services performants aux consommateurs d ajouter à l encadrement actuel du secteur de l assurance vie de nouvelles règles comme celles récemment adoptées pour la commercialisation d instruments financiers. Il convient en effet d éviter un alourdissement de la régulation qui pourrait pénaliser les services d assurance par rapport à d autres produits et détourner les consommateurs des services les plus fiables. Dans le domaine de l'épargne et de l'investissement à long terme l'information du consommateur avec ses variantes selon les approches sectorielles donnera lieu à une étude trans-sectorielle en 2008 (considérant 39). La Commission estime que l'adaptation des produits d'épargne retraite aux besoins du consommateur sur la base de conseils qualifiés et indépendants pose la question d'une généralisation de la démarche prévue par la directive du 21 avril 2004 relative aux instruments financiers (MIF) (considérant 40). La FFSA comprend que la Commission accorde une attention particulière aux conditions dans lesquelles les consommateurs achètent des instruments financiers. Les consommateurs qui concluent des contrats d assurance vie sont depuis de nombreuses années protégés par un droit de la consommation adapté à ce secteur et constamment modernisé. Il était normal que la commercialisation des instruments financiers et leurs opérateurs soient eux aussi dotés d un cadre adapté à cette forme d épargne. Néanmoins, la nouveauté du dispositif issu de la directive MIF ne doit pas faire oublier que l assurance vie reste la voie la plus sûre pour le consommateur pour constituer un complément de retraite ou protéger son patrimoine sur le long terme en cas de vie, ou en cas de décès au bénéfice de ses ayant droits. L expérience confirme d ailleurs que l application de l encadrement législatif spécifique à l assurance vie permet d obtenir des prestations performantes et apporte une sécurité qui n a pas d équivalent, sans que l assuré ait à s impliquer dans des décisions relevant de techniques financières. Cet encadrement spécifique qui favorise à la fois l innovation et la sécurité repose sur des principes connus (notamment par des techniques de mutualisation et un cadre prudentiel exigeant adapté aux engagements à long terme) qui permettent une adaptation à la situation personnelle de l assuré, son âge, sa situation familiale, ses objectifs. Ce cadre doit rester suffisamment souple afin que les conditions de commercialisation soient proportionnées aux enjeux. Le cadre actuel relatif à l information de l assuré prévu notamment par l annexe III de la directive 2002/83 du 5 novembre 2002 apporte déjà des solutions éprouvées et adaptées au secteur de l assurance vie. Ainsi par exemple l indication des valeurs de rachat permet à l assuré de connaître le montant de sa créance sur l assureur et ainsi le montant total des frais qui grèvent la prime.

4 2.2 En assurance automobile La Commission demande aux entreprises d assurance si davantage devrait être fait au niveau européen pour remédier à la fragmentation des marchés de produits d'assurance de détail, par exemple en matière d'assurance automobile. La FFSA approuve naturellement l engagement politique de la Commission pour réduire progressivement les obstacles qui entravent la conception d une offre à l échelle européenne en assurance automobile et se déclare prête à participer à un dialogue constructif sur la clarification et la simplification progressive du contexte législatif de l assurance automobile même s il s agit d une perspective à long terme. Toutefois, la FFSA reste très dubitative sur cet exercice. En effet, la difficulté de comparaison entre produits d'assurance habitation et entre produits d'assurance automobile tient aux différences des conditions liées au contexte local (page 6). Les éléments de tarification et les besoins de garantie sont fonctions de données locales propres à l environnement du client ce qui a priori diminue la portée d un éventuel instrument communautaire applicable dans tous les pays membres. De plus, si les régimes fiscaux, l étendue des garanties obligatoires et les modalités de contribution aux fonds de garantie restent soumis à des législations nationales différentes, la conception d un produit européen risque de constituer un exercice académique. 2.3 Vers des instruments communautaires ciblés d utilisation facultative La Commission indique qu elle est prête à recourir à des vingt-huitièmes régimes facultatifs si des mesures ciblées s'avèrent appropriées. La Commission demande d une part si la création d'un régime légal facultatif européen (28 ème régime) de l'épargne et des produits de retraite relevant du 3ème pilier pourrait être envisagée et d autre part quelle devrait être son action pour un marché ouvert de l'épargne à long terme et des produits de retraite. Le choix de recourir probablement à un règlement et les décisions à prendre pour instituer un régime juridique et technique commun à des contrats d assurance retraite individuels impliquent une volonté politique forte de l Union européenne tant pour l élaboration et l adoption de cet éventuel règlement que pour son application. Le développement de l offre de produits européens est une évolution inéluctable qui semble cependant réalisable plus rapidement dans le domaine des services d assurance souscrits par des entreprises. Cela impliquerait la mise en place d un environnement juridique et fiscal favorable et compatible en ce qui concerne le droit social et le droit du travail. L éventuelle élaboration d un projet de régime européen des contrats collectifs d assurance retraite, et a fortiori des contrats individuels, entraînerait des réactions prévisibles qu il faut anticiper. Ainsi un débat sur un éventuel régime facultatif européen du contrat d assurance retraite collectif ou individuel aboutirait nécessairement à un alignement par le haut avec la plupart des dispositions nationales les plus protectrices des assurés actuellement en vigueur. Ces contraintes seraient la contrepartie nécessaire d un ensemble de règles applicables aux contrats d assurance retraite complémentaire dans tous les Etats membres de l Union européenne. L utilisation à grande échelle du droit de l Etat d origine de l assureur pour diffuser un même contrat dans plusieurs pays ne semble pas réaliste même pour les contrats d assurance souscrits par des professionnels. En effet, les entreprises clientes ne peuvent envisager à ce jour de proposer des programmes de retraite complémentaire à l échelle de l Europe sans décliner ces programmes cadres en autant de contrats nationaux correspondant aux différents Etats dans lesquels résident leurs salariés. La gestion de ces programmes serait simplifiée si une offre européenne de contrats d assurance retraite complémentaire était possible. La mobilité croissante des salariés devrait accroître le besoin de simplifier les conséquences de cette mobilité.

5 Par ailleurs, l offre de prestations d assurance retraite complémentaire à l échelle européenne serait facilitée si un droit du contrat adapté à ces prestations pouvait être utilisé dans tous les Etats de l Union européenne, même si une adaptation au droit du travail et au droit social des salariés assurés sera toujours indispensable. Avant d engager l examen d un corps de règles applicable à une offre européenne de services d assurance retraite complémentaire, il semble nécessaire d établir la liste des avantages et des contraintes, ainsi que les limites prévisibles d un éventuel règlement communautaire définissant ces règles. La volonté politique de la Commission et des Etats membres est le facteur déterminant, car les entreprises sont pour leur part prêtes à concevoir une offre de contrats d assurance retraite complémentaire à l échelle européenne si l Union Européenne décide de mettre en place un cadre adapté.

6 Annexe 1 Informations précontractuelles en assurance La lecture de l annexe à l article A du code des assurances sur la formule de calcul de la valeur de transfert pour les contrats d assurance vie en unité de compte permet de constater que l assuré est protégé par un régime nettement plus protecteur que celui dont il bénéficie lorsqu il achète un instrument financier. On constate également que si les principes de ce régime de protection sont pertinents, le détail de ce régime est parfois manifestement exagéré et inadapté à l information du consommateur. En effet, par rapport à la mise en oeuvre des articles 35 et 36 de la directive 2002/83/CE relative à l assurance vie : l Etat français proroge le délai de rétractation jusqu à la fourniture effective de tous les documents et informations précontractuels dans la limite de 8 années (jusqu en 2005 la durée de la prorogation était illimitée). les informations précontractuelles prévues en droit français s écartent très nettement par leur volume et par leur détail de l annexe III de la directive du 5 novembre 2002 (voir articles L et A du Code des assurances). Cette liste ne semble pas respecter le principe de l article 36 3 selon lequel «L'Etat membre de l'engagement ne peut exiger des entreprises d'assurance la fourniture d'informations supplémentaires par rapport à celles énumérées à l'annexe III que si ces informations sont nécessaires à la compréhension effective par le preneur des éléments essentiels de l'engagement». La complexité et la répétition de l information prévue par la législation nationale française dépassent manifestement les besoins d information du preneur d assurance. Mais ce qui est le plus frappant, c est l accumulation de règles différentes dans les Etats membres avec un même objectif de protection des consommateurs. L harmonisation a donc nettement reculé du fait de ces dispositifs nationaux qui procurent des niveaux de protection sensiblement équivalents mais avec un formalisme de plus en plus détaillé propre à chaque pays (voir le contenu de l article A du Code des assurances en France, les imprimés types réglementaires d information précontractuelle selon les catégories ou contrats d assurance-vie dans les autres pays qui constituent les principaux marchés). Dans le même esprit, en ce qui concerne la fiche d information relative au fonctionnement des garanties de responsabilité civile dans le temps qui figure en annexe à l article A.112 du code des assurances, celle-ci excède manifestement l attention et la disponibilité que l on peut demander raisonnablement à un consommateur. Un tel niveau de détail au stade de l information précontractuelle est manifestement excessif.

7 Annexe 2 Vente à distance des services financiers Les dispositions françaises de transposition de la directive du 23 septembre 2002 relative à la vente à distance des services financiers, dont l assurance, sont peu lisibles et d une mise en œuvre complexe. Il en est ainsi à propos des questions suivantes : L opposabilité de la rétractation aux tiers victimes, en assurance de responsabilité, semble très incertaine. Incertitudes sur la possibilité d appliquer la législation française sur la vente à distance du fait de l exigence d un écrit (papier ou électronique) signé du client pour les opérations de faibles montants (cf. législation sur le commerce électronique) et du fait des conditions incertaines de la preuve des informations données par téléphone. Possibilité incertaine de conserver les enregistrements téléphoniques selon la législation française (article R du Code de la consommation). Divergences constatées sur le champ d application du droit de rétractation malgré le fait que la directive soit d harmonisation maximale : Espagne : pas de rétractation en cas de sinistre et en cas d assurance obligatoire ; France : pas de rétractation en cas de d assurance automobile obligatoire (mais cela laisse entière la question pour les contrats comportant des garanties facultatives), en cas de contrat d assurance de courte durée et lorsque le contrat est exécuté intégralement. Grande Bretagne, Danemark et Luxembourg : pas de rétractation pour les contrats d assurance-vie en unité de comptes. Concernant l assurance vie, la législation française prévoit pour la vente à distance une application cumulative de l information précontractuelle prescrite par la législation spécifique de la vente à distance et l information précontractuelle prescrite par la législation nationale pour la vente en face à face (article L L et suivants du Code des assurances). NOTA : La FFSA relève (cf considérant le 26) que le délai minimum pour exercer le droit de rétractation serait de 14 jours alors que ce délai pour l assurance vie a été porté à 30 jours par l article 17 de la directive vente à distance du 23 septembre Cet article 17 avait modifié l article 15 de la directive 90/169, intégrée dans la directive 2002/83 (article 35) du 5 novembre Ce délai de trente jours semble d ailleurs raisonnable et la prolongation, en cas d information incomplète, du délai pour exercer un droit de rétractation devrait elle aussi rester raisonnable (sans préjudice du droit à réparation de l éventuel préjudice qu aurait pu causer le non respect d une obligation d information).

MARKT/2094/01 FR Orig. EN COMMERCE ÉLECTRONIQUE ET SERVICES FINANCIERS

MARKT/2094/01 FR Orig. EN COMMERCE ÉLECTRONIQUE ET SERVICES FINANCIERS MARKT/2094/01 FR Orig. EN COMMERCE ÉLECTRONIQUE ET SERVICES FINANCIERS Finalité du document Le présent document dresse un état des lieux du dossier commerce électronique et services financiers, avec une

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie

Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie 2014-R-01 du 3 juillet 2014 1. Contexte L analyse des pratiques et des conventions observées sur le marché de

Plus en détail

Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie

Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie 2013-R-01 du 8 janvier 2013 1 Contexte Pour la commercialisation

Plus en détail

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 mai 2011 à 9 h 30 «Les redistributions au sein du système de retraite» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil Les droits familiaux

Plus en détail

Accord-cadre CES, UNICE et CEEP sur le travail à durée déterminée

Accord-cadre CES, UNICE et CEEP sur le travail à durée déterminée Accord-cadre CES, UNICE et CEEP sur le travail à durée déterminée Préambule Le présent accord illustre le rôle que les partenaires sociaux peuvent jouer dans la stratégie européenne pour l emploi, adoptée

Plus en détail

Le compte épargne temps

Le compte épargne temps Le compte épargne temps La loi n 2008 789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail procède à une profonde clarification des modalités de mise en place

Plus en détail

Fondation pour la Sécurité des Patients: une contribution concrète à l assurance qualité dans le domaine de la santé

Fondation pour la Sécurité des Patients: une contribution concrète à l assurance qualité dans le domaine de la santé Fondation pour la Sécurité des Patients: une contribution concrète à l assurance qualité dans le domaine de la santé Conférence de presse 2 juillet 2007 Conseiller d Etat Dr Markus Dürr, président de la

Plus en détail

Intitulé du texte : projet de décret relatif à la suspension du contrat de crédit renouvelable

Intitulé du texte : projet de décret relatif à la suspension du contrat de crédit renouvelable FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPT1418083D Intitulé du texte : projet de décret relatif à la suspension du contrat de crédit renouvelable Ministère à l origine de la mesure : Ministère

Plus en détail

REFLEXIONS DE LA CGPME

REFLEXIONS DE LA CGPME DROIT DE LA CONSOMMATION REFLEXIONS DE LA CGPME Réponse à la consultation publique sur le Livre Vert relatif à la révision de l acquis communautaire en matière de protection des consommateurs Le 8 février

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

A S S O C I A T I O N L U X E M B O U R G E O I S E D E S F O N D S D E P E N S I O N, A S B L

A S S O C I A T I O N L U X E M B O U R G E O I S E D E S F O N D S D E P E N S I O N, A S B L A S S O C I A T I O N L U X E M B O U R G E O I S E D E S F O N D S D E P E N S I O N, A S B L FLASH n 19 juillet 2014 LA PROCHAINE REFONTE DE LA DIRECTIVE IORP La directive 2003/41/CE a marqué une première

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPE1409747D Intitulé du texte : Décret [n XXX du XX/XX/2014] relatif aux obligations déclaratives des entreprises d assurance et organismes assimilés.

Plus en détail

Observations générales

Observations générales Luxembourg, le 9 décembre 2010. Objet: Projet de loi n 6216 portant : transposition, pour le secteur de l assurance, de la directive 2009/49/CE du Parlement européen et du Conseil du 18 juin 2009 modifiant

Plus en détail

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ Rue Saint-Jean 32-38 à 1000 Bruxelles Table des matières 1. Introduction 3 2. Réglementation 3 3. Rappel

Plus en détail

Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs

Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs Les notaires d Europe réunis au sein du CNUE suivent avec grand intérêt les travaux des

Plus en détail

Thème I Qu est-ce que le droit?

Thème I Qu est-ce que le droit? Objectifs du chapitre : - Identifier les sources de droit - Comprendre la hiérarchie des sources de droit Découverte 1 : les sources communautaires du droit Les femmes paieront bientôt leur assurance auto

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : INTD1502632D, INTD1502633A, Intitulé des textes : - Projet de décret modifiant l article D.321-13 du code de la sécurité intérieure INTD1502632D, - Projet

Plus en détail

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers présenté à l Autorité des marchés financiers dans le cadre de la consultation relative à la distribution de produits d assurance par les concessionnaires et autres marchands d automobiles Octobre 2006

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : ERNI1408943D Intitulé du texte : projet de décret relatif à la mise à disposition du public, pour un usage de réutilisation, d informations publiques

Plus en détail

AVIS A.1231 SUR LES AVANT- PROJETS DE DÉCRETS CONJOINTS RELATIFS À LA RÉUTILISATION DES INFORMATIONS DU SECTEUR PUBLIC

AVIS A.1231 SUR LES AVANT- PROJETS DE DÉCRETS CONJOINTS RELATIFS À LA RÉUTILISATION DES INFORMATIONS DU SECTEUR PUBLIC AVIS A.1231 SUR LES AVANT- PROJETS DE DÉCRETS CONJOINTS RELATIFS À LA RÉUTILISATION DES INFORMATIONS DU SECTEUR PUBLIC ADOPTÉ PAR LE BUREAU DU CESW LE 7 SEPTEMBRE 2015 2015/A.1231 I. Introduction Le 4

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 99 -

TABLEAU COMPARATIF - 99 - - 99 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Vu la proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil sur les exigences prudentielles applicables aux établissements

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011 2011-R-05 du 15 décembre 2011 1. Contexte L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font l objet de plusieurs textes, notamment de nature

Plus en détail

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance (Articles L.533-18 du code monétaire et financier et 314-75 du règlement général de l Autorité des Marchés Financiers) I Présentation

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

Avis de la Chambre des Métiers

Avis de la Chambre des Métiers CdM/09/12/11 87-11 Projet de loi modifiant la loi modifiée du 1er août 2007 relative à l organisation du marché de l électricité Avis de la Chambre des Métiers Par sa lettre du 29 juillet 2011, Monsieur

Plus en détail

NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES

NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES Paris, 23 mars 2016 NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES Objet : Réponse au livre vert de la Commission européenne sur les services financiers de détail. Réf. : COM(2015) 630 final P. J. : Réponse des autorités

Plus en détail

COMMISSION EUROPEENNE

COMMISSION EUROPEENNE COMMISSION EUROPEENNE Bruxelles, 12.10.2011 C(2011)7309 final Sujet: Aide d'etat SA.32206 (2011/N) France Prolongation du Régime temporaire de prêts bonifiés pour les entreprises fabriquant des produits

Plus en détail

F Planificateur financier A2 Bruxelles, le 27 mars 2014 MH/SL-EDJ/JP 717-2014 AVIS. sur

F Planificateur financier A2 Bruxelles, le 27 mars 2014 MH/SL-EDJ/JP 717-2014 AVIS. sur F Planificateur financier A2 Bruxelles, le 27 mars 2014 MH/SL-EDJ/JP 717-2014 AVIS sur UN PROJET DE LOI RELATIF AU STATUT ET AU CONTRÔLE DES PLANIFICATEURS FINANCIERS INDEPENDANTS ET A LA FOURNITURE DE

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : PRMX1427006D Intitulé du texte : Décret relatif aux modalités d organisation des délibérations à distance des instances administratives à caractère collégial

Plus en détail

Dématérialisation et protection des données

Dématérialisation et protection des données Colloque de l AJAR 4 décembre 2012 Dématérialisation et protection des données Philippe POIGET, Directeur des affaires juridiques, fiscales et de la concurrence Fédération Française des Sociétés d Assurances

Plus en détail

ARGUMENTAIRE JURIDIQUE EN FAVEUR DU STATUT DE LA MUTUELLE EUROPEENNE

ARGUMENTAIRE JURIDIQUE EN FAVEUR DU STATUT DE LA MUTUELLE EUROPEENNE ARGUMENTAIRE JURIDIQUE EN FAVEUR DU STATUT DE LA MUTUELLE EUROPEENNE Sommaire du document 1. OBSERVATIONS GENERALES 1.1. Le SME est indispensable, les instruments juridiques actuels étant insuffisants.

Plus en détail

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la DROIT ECONOMIQUE LE DROIT DE L AGENT COMMERCIAL AU VERSEMENT D UNE INDEMNITE DE RUPTURE : REVUE DE LA JURISPRUDENCE RECENTE Stéphanie YAVORDIOS Février 2011 En préambule, le versement d une indemnité de

Plus en détail

L ENVIRONNEMENT JURIDIQUE ET FISCAL

L ENVIRONNEMENT JURIDIQUE ET FISCAL 3 L ENVIRONNEMENT JURIDIQUE ET FISCAL SUR LES GRANDS SUJETS AYANT CONCERNÉ L ASSURANCE ET LA FFSA EN 2010 ( LA FISCALITÉ DE L ASSURANCE VIE, SOLVABILITÉ II, LA MISE EN PLACE DE L ACP, LA CONVENTION AERAS

Plus en détail

Global Network. La meilleure approche en matière de protection sociale pour les multinationales

Global Network. La meilleure approche en matière de protection sociale pour les multinationales Employee Benefits Global Network La meilleure approche en matière de protection sociale pour les multinationales À l heure actuelle, les multinationales doivent relever des défis notables en matière de

Plus en détail

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale des entreprises et de l industrie Document d orientation 1 Bruxelles, le 1 er février 2010 - L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures

Plus en détail

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006 AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.371 Liège, le 06 avril 2006 Objet : - Avant-projet de décret portant transposition de la Directive 2003/98/CE du Parlement européen et du Conseil du 17 novembre 2003 concernant

Plus en détail

Position AMF n 2013-02 Le recueil des informations relatives à la connaissance du client

Position AMF n 2013-02 Le recueil des informations relatives à la connaissance du client Position AMF n 2013-02 Le recueil des informations relatives à la connaissance du client Textes de référence : articles 314-44, 314-46, 314-47, 314-51 à 314-53 et 325-7 du règlement général de l AMF 1.

Plus en détail

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs»

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» Conseil National de la Consommation 12 mai 2015 Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» N NOR : EINC1511480V Trouver un produit, comparer

Plus en détail

Règlement pour la mise en œuvre du compte épargne temps à compter du 15 décembre 2010

Règlement pour la mise en œuvre du compte épargne temps à compter du 15 décembre 2010 Règlement pour la mise en œuvre du compte épargne temps à compter du 15 décembre 2010 Préambule : La mise en œuvre du compte épargne-temps correspond à l application de l article 1 er du décret 2004-878

Plus en détail

PARTIE 3 Impact total sur le capital des modifications proposées inclues dans l ébauche de la ligne directrice sur le TCM

PARTIE 3 Impact total sur le capital des modifications proposées inclues dans l ébauche de la ligne directrice sur le TCM Résumé de l impact sur le capital des modifications que l on propose d apporter au cadre de capital réglementaire 2015 des sociétés d assurances multirisques Le présent rapport, qui expose l impact total

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section Sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section Sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section Sécurité sociale CSSS/11/025 DÉLIBÉRATION N 11/020 DU 1 ER MARS 2011 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL DE LA BANQUE

Plus en détail

L encadrement du crédit par la loi Française

L encadrement du crédit par la loi Française L encadrement du crédit par la loi Française Le législateur a, depuis les années 70, mis en place des dispositions visant à mieux protéger les emprunteurs et les personnes en situation de fragilité financière,

Plus en détail

Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens

Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Solvabilité II, contrats responsables, normes IFRS, fiscalité : conséquences de ces normes sur le devenir des opérateurs et des couvertures

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1422780L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT. I- Situation de référence et objectifs de l Avenant

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1422780L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT. I- Situation de référence et objectifs de l Avenant RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et du développement international PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant n 6 entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

DIRECTIVE 2007/16/CE DE LA COMMISSION

DIRECTIVE 2007/16/CE DE LA COMMISSION 20.3.2007 Journal officiel de l Union européenne L 79/11 DIRECTIVES DIRECTIVE 2007/16/CE DE LA COMMISSION du 19 mars 2007 portant application de la directive 85/611/CEE du Conseil portant coordination

Plus en détail

GUIDE EUROPÉEN DE BONNE PRATIQUE DES OPÉRATIONS D ASSURANCE SUR INTERNET

GUIDE EUROPÉEN DE BONNE PRATIQUE DES OPÉRATIONS D ASSURANCE SUR INTERNET GUIDE EUROPÉEN DE BONNE PRATIQUE DES OPÉRATIONS D ASSURANCE SUR INTERNET 2001 COMITÉ EUROPÉEN DES ASSURANCES Ce document est également disponible en allemand et en anglais. Objectifs Le guide de bonne

Plus en détail

EVOLUTION DE L'ÂGE DE LA RETRAITE : IMPACT SUR LES RÉGIMES PRÉVOYANCE (Régimes collectifs de salariés)

EVOLUTION DE L'ÂGE DE LA RETRAITE : IMPACT SUR LES RÉGIMES PRÉVOYANCE (Régimes collectifs de salariés) EVOLUTION DE L'ÂGE DE LA RETRAITE : IMPACT SUR LES RÉGIMES PRÉVOYANCE (Régimes collectifs de salariés) Journées d études de l Institut des Actuaires et du SACEI Deauville 20 septembre 2012 par Anne DECREUSEFOND

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 04.04.2002 SEC(2002) 335 final 2000/0213 (COD) COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN conformément à l'article 251, paragraphe 2, deuxième

Plus en détail

La limitation des actifs éligibles en Branche 23 Article 20 de la loi du 4 avril 2014

La limitation des actifs éligibles en Branche 23 Article 20 de la loi du 4 avril 2014 La limitation des actifs éligibles en Branche 23 Article 20 de la loi du 4 avril 2014 EBP - Congrès Assurance vie 22 septembre 2014 Marc GOUDEN Avocat associé Barreaux de et de Quentin de THYSEBAERT Avocat

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/09/128 DÉLIBÉRATION N 09/067 DU 3 NOVEMBRE 2009 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL DES REGISTRES

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJETS DE TEXTES REGLEMENTAIRES

FICHE D IMPACT PROJETS DE TEXTES REGLEMENTAIRES FICHE D IMPACT PROJETS DE TEXTES REGLEMENTAIRES NOR : FCPT 1502723 D et FCPT 1425918 A Intitulé des textes : projets de décret relatif à la remise d une fiche standardisé d information concernant l assurance

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Décret n o 2004-486 du 28 mai 2004 relatif aux règles prudentielles applicables aux mutuelles et unions pratiquant

Plus en détail

MiFID Markets in Financial Instruments Directive

MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Les principales dispositions de la directive Les objectifs de la Directive MiFID L objectif de l Union européenne en matière de services financiers

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION DU SERVICE DE RESERVATION DE PLACE DE PARKING

CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION DU SERVICE DE RESERVATION DE PLACE DE PARKING CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION DU SERVICE DE RESERVATION DE PLACE DE PARKING Les présentes conditions générales de vente définissent les conditions et modalités de l utilisation du service

Plus en détail

REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE

REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE Contexte : Loi FILLON du 23 Août 2003 : - modification des limites d exonération, - fixation de nouvelles caractéristiques

Plus en détail

de tarification de l assurance en cas de décès et de l assurance en cas d incapacité de gain dans le cadre de la prévoyance professionnelle

de tarification de l assurance en cas de décès et de l assurance en cas d incapacité de gain dans le cadre de la prévoyance professionnelle PRINCIPES de tarification de l assurance en cas de décès et de l assurance en cas d incapacité de gain dans le cadre de la prévoyance professionnelle Avec ces principes, l Office fédéral des assurances

Plus en détail

Leçon 2. La formation du contrat

Leçon 2. La formation du contrat Objectifs : Connaître les différentes étapes de la formation du contrat de crédit à la consommation. Leçon 2 La formation du contrat Afin de responsabiliser l emprunteur la loi a voulu apporter à ce dernier

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/08/199 DELIBERATION N 08/076 DU 2 DECEMBRE 2008 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL DE LA

Plus en détail

Avenir Épargne Retraite

Avenir Épargne Retraite Avenir Épargne Retraite Le contrat Avenir Épargne Retraite est un contrat d assurance-vie individuel à capital différé. Il offre comme garanties un capital ou une rente viagère en cas de vie du souscripteur-assuré

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations

Recommandation sur le traitement des réclamations Recommandation sur le traitement des réclamations 1. Contexte 2015-R-03 du 26 février 2015 L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font

Plus en détail

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires:

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: - A quelles conditions une convention de forfait en jours annuels est elle valable? - Les manquements de

Plus en détail

Datagest, une entité de

Datagest, une entité de Datagest, une entité de Datagest en quelques mots Entité informatique de BDO à Luxembourg Gestion de l informatique du groupe Société informatique pour les clients externes Nos activités : Éditeur de logiciel

Plus en détail

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 1 Obligation de négocier au niveau des branches... 3 2 Durée minimale de travail... 3 2.1 Dérogations...

Plus en détail

Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs

Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs Les notaires d Europe réunis au sein du CNUE suivent avec grand intérêt les travaux des

Plus en détail

Qu est-ce qu un marché public?

Qu est-ce qu un marché public? Qu est-ce qu un marché public? Fiche 1 Objectifs Définir le marché public. Différencier les marchés publics d autres montages contractuels. Appréhender la forme d un marché public. Prérequis Aucun. Mots

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 02.III.2005 C (2005) 434 fin

COMMISSION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 02.III.2005 C (2005) 434 fin COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 02.III.2005 C (2005) 434 fin Objet : Aide d État n E 20/2004 - France Proposition de mesures utiles concernant les dispositions fiscales applicables aux mutuelles et

Plus en détail

Européanisation des systèmes de santé nationaux

Européanisation des systèmes de santé nationaux Européanisation des systèmes de santé nationaux Impact national et codification européenne de la jurisprudence en matière de mobilité des patients Rita Baeten Groupe de travail de la FSESP sur les services

Plus en détail

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 25.11.2011 COM(2011) 832 final 2007/0229 (COD) COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN conformément à l'article 294, paragraphe 6, du traité sur le fonctionnement

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : INTB1404278A Intitulé du texte : Arrêté actualisant pour 2015 les tarifs maximaux de la taxe locale sur la publicité extérieure Ministère à l origine

Plus en détail

Bienvenue chez Private Estate Life

Bienvenue chez Private Estate Life Bienvenue chez Private Estate Life Introduction à Private Estate Life La compagnie Private Estate Life est une compagnie d assurance-vie établie à Luxembourg depuis 1991 dont l objectif est de devenir

Plus en détail

Introduction à la réforme MiFID*

Introduction à la réforme MiFID* Introduction à la réforme MiFID* Pour Pour obtenir obtenir la la présentation complète, écrire écrire à à :: finance@sia-conseil.com Janvier 2007 * Markets in Financial Instruments Directive Sommaire Introduction

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

Entreprises étrangères travaillant en France

Entreprises étrangères travaillant en France Entreprises étrangères travaillant en France QUELLES SONT LEURS OBLIGATIONS? Si les entreprises sont établies sur le territoire de l Union européenne, elles peuvent «librement» effectuer des travaux en

Plus en détail

RAPPORT SUR LES RESULTATS DE LA CONSULTATION PUBLIQUE «TVA EXAMEN DE LA LEGISLATION EXISTANTE SUR LA FACTURATION»

RAPPORT SUR LES RESULTATS DE LA CONSULTATION PUBLIQUE «TVA EXAMEN DE LA LEGISLATION EXISTANTE SUR LA FACTURATION» COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE FISCALITÉ ET UNION DOUANIÈRE Fiscalité indirecte et administration fiscale TVA et autres taxes sur le chiffre d'affaires Bruxelles, novembre 2008 TAXUD/D1/GW/mve

Plus en détail

ASSEMBLEE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIEME LEGISLATURE. Enregistrée à la Présidence de l'assemblée nationale le PROPOSITION DE LOI

ASSEMBLEE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIEME LEGISLATURE. Enregistrée à la Présidence de l'assemblée nationale le PROPOSITION DE LOI ASSEMBLEE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIEME LEGISLATURE Enregistrée à la Présidence de l'assemblée nationale le PROPOSITION DE LOI portant réforme de l organisation du temps de travail

Plus en détail

Accord-cadre sur le congé parental

Accord-cadre sur le congé parental (14 décembre 1995) Préambule L accord-cadre ci-joint représente un engagement de l UNICE, du CEEP et de la CES à mettre en place des prescriptions minimales sur le congé parental, en tant que moyen important

Plus en détail

DECISION UNILATERALE Instituant un Régime de Prévoyance Complémentaire «FRAIS DE SANTE»

DECISION UNILATERALE Instituant un Régime de Prévoyance Complémentaire «FRAIS DE SANTE» DECISION UNILATERALE Instituant un Régime de Prévoyance Complémentaire «FRAIS DE SANTE» Document remis à chaque salarié, pour la mise en place de garanties collectives couvrant les frais médicaux. Préambule

Plus en détail

%,,,, DECISION UNILATERALE INSTITUANT UN REGIME COLLECTIF «FRAIS DE SANTE» A ADHESION OBLIGATOIRE. Etreprnru s ARTICLE 1 OBJET

%,,,, DECISION UNILATERALE INSTITUANT UN REGIME COLLECTIF «FRAIS DE SANTE» A ADHESION OBLIGATOIRE. Etreprnru s ARTICLE 1 OBJET lél ASSOCIATION INTERMEDIAIRE DU PAYS VOIRONNAIS TÉL 04 76 32 72 80 FAX 04 76 32 98 95 MAIL adequation@paysvoironnaiscom de compétences GROUPE ECONOMQUE SOUDAEE DECISION UNILATERALE INSTITUANT UN REGIME

Plus en détail

LA DIRECTIVE EUROPÉENNE SUR LES MARCHÉS D INSTRUMENTS FINANCIERS (MIFID)

LA DIRECTIVE EUROPÉENNE SUR LES MARCHÉS D INSTRUMENTS FINANCIERS (MIFID) LA DIRECTIVE EUROPÉENNE SUR LES MARCHÉS D INSTRUMENTS FINANCIERS (MIFID) POUR UNE MEILLEURE PROTECTION DE L INVESTISSEUR SOMMAIRE DES SERVICES FINANCIERS PLUS TRANSPARENTS 3 LES PRINCIPAUX THÈMES VISÉS

Plus en détail

Lettre uniforme aux établissements de crédit et aux sociétés de bourse

Lettre uniforme aux établissements de crédit et aux sociétés de bourse Politique prudentielle Bruxelles, le 24 octobre 2005 PPB/154 Lettre uniforme aux établissements de crédit et aux sociétés de bourse Madame, Monsieur, Dans sa lettre du 3 juin 2005 (PPB/57), la Commission

Plus en détail

La Présidence luxembourgeoise

La Présidence luxembourgeoise La Présidence luxembourgeoise Outre la conférence du 2 mai 2005, la Direction de la Consommation a assuré la présidence du groupe Conseil Protection et Information du consommateur dont les dossiers ont

Plus en détail

Date : Août 2015. L engagement individuel de pension I QU EST UN ENGAGEMENT INDIVIDUEL DE PENSION?

Date : Août 2015. L engagement individuel de pension I QU EST UN ENGAGEMENT INDIVIDUEL DE PENSION? boulevard du Souverain 280-1160 Bruxelles - Belgique T +32 2 761 46 00 F +32 2 761 47 00 info@claeysengels.be Avocats Date : Août 2015 Sujet : L engagement individuel de pension I QU EST UN ENGAGEMENT

Plus en détail

PREMIÈRE PARTIE La coopération judiciaire face à la «souveraineté pénale» étatique

PREMIÈRE PARTIE La coopération judiciaire face à la «souveraineté pénale» étatique TABLE DES MATIÈRES 717 PAGES Préface........................................................... 5 Introduction générale............................................... 13 1. La lente émergence d un espace

Plus en détail

MiFID pour les assurances

MiFID pour les assurances MiFID pour les assurances Une première analyse Loi du 2 août 2002 relative à la surveillance du secteur financier et aux services financiers (= loi de 2002) Arrêté royal du 3 juin 2007 (= AR de 2007) Loi

Plus en détail

AVIS SUR UNE CLAUSE PORTANT MODIFICATION UNILATÉRALE D UNE PRIME DE POLICE D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE

AVIS SUR UNE CLAUSE PORTANT MODIFICATION UNILATÉRALE D UNE PRIME DE POLICE D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE C.C.A. 12 COMMISSION DES CLAUSES ABUSIVES AVIS SUR UNE CLAUSE PORTANT MODIFICATION UNILATÉRALE D UNE PRIME DE POLICE D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE Bruxelles, le 21 octobre 2003 2 Avis sur une clause

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : JUSC1506186D Intitulé du texte : Décret relatif à l obligation d assurance de la responsabilité civile professionnelle des agents commerciaux immobiliers

Plus en détail

Bruxelles, le 18 novembre 2004 CIRCULAIRE D. 249 AUX ENTREPRISES D ASSURANCES. Objet : transposition des directives :

Bruxelles, le 18 novembre 2004 CIRCULAIRE D. 249 AUX ENTREPRISES D ASSURANCES. Objet : transposition des directives : Contrôle prudentiel des entreprises d'assurances Bruxelles, le 18 novembre 2004 CIRCULAIRE D. 249 AUX ENTREPRISES D ASSURANCES Objet : transposition des directives : - 2002/12/CE du Parlement européen

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT) OMPI PCT/R/1/23 ORIGINAL : anglais DATE : 18 mai 2001 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT) COMITÉ SUR LA

Plus en détail

C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE. Titre II Article 6

C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE. Titre II Article 6 C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE Assurances vie et non vie. La Directive 92/49/CEE du Conseil du 18 juin 1992 porte coordination des dispositions législatives,

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE 22.2.2014 Journal officiel de l Union européenne C 51/3 III (Actes préparatoires) BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 19 novembre 2013 sur une proposition de directive du

Plus en détail

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire Avoirs dormants L assureur réveille le bénéficiaire 2 Avoirs dormants Table des matières Table des matières... 2 1 Introduction... 3 1.1 Avoirs dormants... 3 1.2 Nouvelle législation... 3 2 Procédures

Plus en détail

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Janvier 2007 La convention AERAS s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé Fédération française des sociétés d assurances Centre

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Sommaire 1. CHAMP D APPLICATION... 2 2. CHANGEMENTS DE METHODES

Plus en détail

Avis du CCRE. Sur le plan d action européen 2011-2015 pour l administration en ligne

Avis du CCRE. Sur le plan d action européen 2011-2015 pour l administration en ligne COUNCIL OF EUROPEAN MUNICIPALITIES AND REGIONS CONSEIL DES COMMUNES ET REGIONS D EUROPE Inscrit au registre des représentants d intérêts de la Commission européenne. Numéro d inscription : 81142561702-61

Plus en détail

Historique de la législation européenne sur l'égalité dans l'accès aux biens et aux services

Historique de la législation européenne sur l'égalité dans l'accès aux biens et aux services L'égalité de traitement en dehors du travail : l'accès aux biens et aux services Rossen Grozev Commission européenne Historique de la législation européenne sur l'égalité dans l'accès aux biens et aux

Plus en détail

Un nouveau régime de qualifications professionnelles pour l Europe

Un nouveau régime de qualifications professionnelles pour l Europe Un nouveau régime de qualifications professionnelles pour l Europe L UE pour la croissance et l emploi Marché intérieur et services Michel Barnier Membre de la Commission européenne en charge du marché

Plus en détail