Le risque infectieux La colonisation, l infection Bactéries multirésistantes aux antibiotiques (BMR)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le risque infectieux La colonisation, l infection Bactéries multirésistantes aux antibiotiques (BMR)"

Transcription

1 Le risque infectieux La colonisation, l infection Bactéries multirésistantes aux antibiotiques (BMR) Corinne FREMOND-LEJEUNE Resclin-Champagne-Ardenne Les ateliers du Resclin 2008/2009 Gestion du risque infectieux associé aux soins Module correspondants en hygiène des établissements de santé 1

2 Quelle différence entre Colonisation et infection? 2

3 La colonisation Simple portage d un micro organisme sur un hôte (animal, végétal, autre ( microorganisme Aucun symptôme 3

4 L infection Conflit entre un microorganisme et un hôte (animal, végétal, autre ( microorganisme..aux dépends de hôte!!! Symptômes: Boutons, ulcérations, douleur, pus. Fièvre, fatigue Déshydratation, dénutrition.. 4

5 Exemple d une plaie chronique: Colonisation Conséquence naturelle de l exposition des tissus à l air ambiant et/ou à la flore de contiguité Présence de bactéries Pas d invasion des tissus Pas de réponse immunitaire locale ou générale 5

6 Exemple d une plaie chronique : Colonisation EQUILIBRE - Les réactions de l organisme - Le pouvoir pathogène des bactéries 6

7 Exemple d une plaie chronique : Infection Multiplication bactérienne Invasion des tissus cutanés et souscutanés voire musculaires et osseux Réponse immunitaire locale ou générale ( douleur Inflammation (rougeur, oedème, ( pus ) Recrutement de polynucléaires Fièvre 7

8 Exemple d une plaie chronique : Equilibre entre colonisation et infection La colonisation bactérienne est indispensable à la cicatrisation Lacolonisation précède l infection L infection empêche la cicatrisation De cet équilibre dépend la réduction du risque infectieux 8

9 Mais où sont les microorganismes? 9

10 Sur la peau :10 12 Dans le tube Digestif :10 14 Xf<s Cellules du corps : Air/m3: chambre : 200 toilettes : 500 ville : Eau/ml: < 10 10

11 L écologie microbienne du corps humain milliards de cellules milliards de bactéries??? milliards de virus??? milliards de??? Les bactéries vivent avec nous au sein de flores commensales constituant des écosystèmes 11

12 Quels sont ces microorganismes? 12

13 Flore aérodigestive supérieure Flore cutanée Streptocoques Anaérobies Corynébactéries, etc Streptocoques Staphylocoque epidermidis Espèces résidentes Flore intestinale Flore vaginale 95 % bactéries anaérobies 5 % aéro-anaérobies : - entérobactéries - entérocoques 90 % bacille de Döderlein (lactobacillus) 10 % flore intestinale Constituent notre flore permanente 13

14 Flore aérodigestive supérieure Espèces transitoires Staphylocoque aureus Pseudomonas aeruginosa Levures Flore cutanée Flore intestinale Flore vaginale Staphylocoque aureus Levures Staphylocoque aureus P.aeruginosa Levures Staphylocoque aureus Pseudomonas aeruginosa Levures Constituent notre flore acquise (au contact de notre environnement) 14

15 Bacilles gram (-) famille des entérobactéries Ex : Escherichia coli 15

16 Bacilles au microscope électronique 16

17 Quelle est l origine de la contamination? 17

18 Contamination à partir de sa propre flore = Contamination endogène +++ Exemple : escarre sacrée colonisée ou infectée à Escherichia Coli en provenance du tube digestif du patient lui même. 18

19 Contamination à partir de la flore extérieure = Contamination exogène Flore extérieure en provenance Autre patient Soignant Environnement (surfaces, eau, (, air alimentation, TRANSMISSION CROISEE 19

20 Quelles sont les voies de transmission? 20

21 Les microorganismes sont transmis (1): Par contact Contact direct de personne à personne Contact indirect vecteur : personne, objet, environnement. 21

22 La main : le vecteur par excellence (Empreinte de main sur boîte de Pétri) 22

23 Les microorganismes sont transmis (2): Salive Par gouttelettes Sécrétions des voies aériennes supérieures émises lors de la toux, éternuement et de la parole 23

24 Les microorganismes sont transmis (3): Par l air Sécrétions des voies aériennes inférieures 24

25 Qu en est-il des pathologies suivantes? La grippe saisonnière La gale Les diarrhées La tuberculose pulmonaire 25

26 Cas particulier des bactéries multirésistantes aux ( BMR ) antibiotiques 26

27 BMR les plus fréquentes : SARM (staphylocoque doré résistant à ( méticilline la EBLSE (entérobactérie productrice de ( élargi B lactamase à spectre Ex : Escherichia coli producteur de BLSE ABRM (acinetobacter baumanii résistant à la méticilline) ERG (entérocoque résistant aux glycopeptides) 27

28 Risques liés à la présence de BMR Risques: pour le patient si microorganisme est en situation de pathogénicité pour la collectivité (diffusion du ( microorganisme 28

29 Stratégie pour la maîtrise de la diffusion des BMR Equilibre précaire Respect strict des précautions «standard» Repenser le concept d isolement Isoler le germe et non le patient «Précautions complémentaires» 29

30 La présence de BMR ne doit pas conduire à une perte de chance médicale ou affective 30

Web-mémoire LES FONDAMENTAUX. de la gestion du risque infectieux associé aux soins en établissements médico-sociaux. Le risque spécifique en gériatrie

Web-mémoire LES FONDAMENTAUX. de la gestion du risque infectieux associé aux soins en établissements médico-sociaux. Le risque spécifique en gériatrie Le risque spécifique en gériatrie CONTEXTE ALTÉRATION DES CAPACITÉS Personnes âgées de plus de 85 ans - En 2005 : un million - En 2015 : deux millions Motrices Intellectuelles Secteur médico-social - Création

Plus en détail

Prévention de la transmission croisée, rappel sur les précautions standard en Hygiène et

Prévention de la transmission croisée, rappel sur les précautions standard en Hygiène et Prévention de la transmission croisée, rappel sur les précautions standard en Hygiène et Journées médecins coordonnateurs et cadres des EHPAD 2010 ARLIN Lorraine arlin@chu-nancy.fr Niveau 1: Le risque

Plus en détail

COMMENSALISME ET INFECTION

COMMENSALISME ET INFECTION COMMENSALISME ET INFECTION I -Les réservoirs bactériens L environnement Bactéries saprophytes L homme, les animaux Bactéries commensales 1 - Flore environnementale Réservoir de micro-organisme : Eau Surface

Plus en détail

Laboratoire de microbiologie, CHR Orléans

Laboratoire de microbiologie, CHR Orléans Ecologie Bactérienne et Nosocomialité Dr Laurent tbret Laboratoire de microbiologie, CHR Orléans INTRODUCTION Flore cutané Flore ORL 10 13 Cellules 10 14 à 10 15 Bactéries Flore digestive i Flore génitale

Plus en détail

La chaîne de transmission des micro-organismes

La chaîne de transmission des micro-organismes Les agents infectieux Les agents infectieux conventionnels (ATC) La chaîne de des micro-s Les bactéries Les virus les champignons microscopiques Les parasites IADE-Octobre 2011 1 Les agents transmissibles

Plus en détail

Lu#e contre les bactérie mul2 résistantes aux an2bio2ques (BMR)

Lu#e contre les bactérie mul2 résistantes aux an2bio2ques (BMR) Lu#e contre les bactérie mul2 résistantes aux an2bio2ques (BMR) APHAL Mardi 15 septembre 2015 Dr E. POIRIER ARLIN Lorraine La résistance aux antibiotiques o existait bien avant leur utilisation chez l

Plus en détail

Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque

Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque l Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque lue 2.10 - C3 le.doyen-brunet lpromotion 2010-2013 IFSI - C.Foix l11 l PLAN 1 La fore bactérienne 1 Les défenses de l hôte 1 Réservoirs et mode

Plus en détail

Infections nosocomiales ou Infections associées aux soins et bactéries multirésistantes

Infections nosocomiales ou Infections associées aux soins et bactéries multirésistantes Cours PCEM 2 Infections nosocomiales ou Infections associées aux soins et bactéries multirésistantes Anne-Laure Michon, AHU Laboratoire de Bactériologie, CHU de Montpellier, Université Montpellier I Objectifs

Plus en détail

Dr E. Lafeuille AHU Laboratoire de Bactériologie-Hygiène Hôpital de la Pitié-Salpétrière

Dr E. Lafeuille AHU Laboratoire de Bactériologie-Hygiène Hôpital de la Pitié-Salpétrière Dr E. Lafeuille AHU Laboratoire de Bactériologie-Hygiène Hôpital de la Pitié-Salpétrière Mécanisme de résistance bactérienne: moyen de lutte mis en œuvre par la bactérie pour empêcher l action de l antibiotique

Plus en détail

GENERALITES EN HYGIENE ECOLOGIE BACTERIENNE DES PLAIES

GENERALITES EN HYGIENE ECOLOGIE BACTERIENNE DES PLAIES GENERALITES EN HYGIENE ECOLOGIE BACTERIENNE DES PLAIES Journée du RIPHH Nîmes 18/11/2016 Noël LECERF Différents types de micro-organismes VIRUS Taille 0,03 à 0,1 µm BACTERIES Taille 1 à 3 µm CHAMPIGNONS

Plus en détail

MICRO-ORGANISMES NÉCESSITANT LA MISE EN ŒUVRE DE PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES DE TYPE CONTACT

MICRO-ORGANISMES NÉCESSITANT LA MISE EN ŒUVRE DE PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES DE TYPE CONTACT MICRO-ORGANISMES NÉCESSITANT LA MISE EN ŒUVRE DE PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES DE TYPE CONTACT en établissements de santé Selon les recommandations 2009 de la SFHH «Prévention de la transmission croisée

Plus en détail

Mécanismes de résistances des microorganismes aux antibiotiques

Mécanismes de résistances des microorganismes aux antibiotiques Mécanismes de résistances des microorganismes aux antibiotiques Dr Gérald Vallet Centre Hospitalier de VERDUN 16èmes Journées Régionales d'hygiène et de Lutte contre les Infections Nosocomiales 12 et 13

Plus en détail

«Flore digestive le bien et le mal»

«Flore digestive le bien et le mal» «Flore digestive le bien et le mal» Frédérique Beuhorry-Sassus Céline Cabrérizo 18 ème JIP Romans sur Isère 19 juin 2014 Précision réglementaire : Nous n avons aucun conflit d intérêt 2 Appareil digestif

Plus en détail

Les Précautions Complémentaires

Les Précautions Complémentaires Les Précautions Complémentaires Version IADE Mai 2012 Les précautions complémentaires en établissement de soins Les précautions complémentaires, associent des mesures géographiques et techniques. Elles

Plus en détail

Plaies chroniques. Prélèvements, interprétation. Dr DECRUCQ Krystel, microbiologiste LABORATOIRE BIOLILLE

Plaies chroniques. Prélèvements, interprétation. Dr DECRUCQ Krystel, microbiologiste LABORATOIRE BIOLILLE Plaies chroniques Prélèvements, interprétation Dr DECRUCQ Krystel, microbiologiste LABORATOIRE BIOLILLE Quelques définitions Plaie: rupture de la continuité de l enveloppe corporelle généralement associée

Plus en détail

Précautions complémentaires, Place réciproque des PS et des PC. Journée Hôpital propre, Mai 2012 X. BERTRAND

Précautions complémentaires, Place réciproque des PS et des PC. Journée Hôpital propre, Mai 2012 X. BERTRAND Précautions complémentaires, Place réciproque des PS et des PC Journée Hôpital propre, Mai 2012 X. BERTRAND Historique Depuis l antiquité «mise en quarantaine» des patients contagieux pour éviter les épidémies

Plus en détail

SYNTHESE HYGIENEINFECTIOLOGIE LES INFECTIONS AUX SOINS

SYNTHESE HYGIENEINFECTIOLOGIE LES INFECTIONS AUX SOINS SYNTHESE HYGIENEINFECTIOLOGIE LES INFECTIONS AUX SOINS INFECTION ASSOCIÉE AUX SOINS (IAS) Infection qui survient : au cours ou au décours d une prise en charge diagnostique, thérapeutique, palliative,

Plus en détail

Hygiène en Centre de Réadaptation Cardiaque. Ph Meurin Les Grands Prés

Hygiène en Centre de Réadaptation Cardiaque. Ph Meurin Les Grands Prés Hygiène en Centre de Réadaptation Cardiaque Ph Meurin Les Grands Prés Septembre 2014 Je ne déclare pas de conflit d intérêt à propos de cette présentation Enquête Hygiène GERS Etat des lieux Les CRC accueillent

Plus en détail

RISQUE INFECTIEUX ET ENVIRONNEMENT L LEGOUT, SERVICE DE MALADIES INFECTIEUSES CH ALPES LÉMAN

RISQUE INFECTIEUX ET ENVIRONNEMENT L LEGOUT, SERVICE DE MALADIES INFECTIEUSES CH ALPES LÉMAN RISQUE INFECTIEUX ET ENVIRONNEMENT L LEGOUT, SERVICE DE MALADIES INFECTIEUSES CH ALPES LÉMAN AUCUN CONFLIT D INTERETS AVEC LA PRÉSENTATION RISQUE INFECTIEUX ET ENVIRONNEMENT Environnement = air; eau non

Plus en détail

les infections nosocomiales Les pathogènes opportunistes

les infections nosocomiales Les pathogènes opportunistes Principaux microorganismes impliqués dans les infections nosocomiales Les pathogènes opportunistes Micro-organisme pathogène Tout micro-organisme capable de provoquer une infection : Se multiplier chez

Plus en détail

GENERALITES SUR LES INFECTIONS NOSOCOMIALES

GENERALITES SUR LES INFECTIONS NOSOCOMIALES GENERALITES SUR LES INFECTIONS NOSOCOMIALES 1 1. Rappel Définitions de l infection 2 Infection (1) Maladie d origine infectieuse Signes cliniques douleur au niveau du site d infection rougeur chaleur présence

Plus en détail

Des germes et des hommes...

Des germes et des hommes... Des germes et des hommes... Infection / Colonisation / Transmission INFECTION 1. Pénétration et développement dans un être vivant de microorganisme qui peuvent provoquer des lésions en se multipliant,

Plus en détail

Le risque infectieux

Le risque infectieux Le risque infectieux I- Définitions Risque : probabilité de survenue d un événement indésirable causant un préjudice au patient, au soignant, au visiteur. Contamination : processus entraînant la présence

Plus en détail

RELATION HOTE BACTERIE, FLORES NORMALES. Dr. HENNICHE HCA novembre 2008

RELATION HOTE BACTERIE, FLORES NORMALES. Dr. HENNICHE HCA novembre 2008 RELATION HOTE BACTERIE, FLORES NORMALES Dr. HENNICHE HCA novembre 2008 INTRODUCTION Les bactéries qui concernent l homme: les bactéries saprophytes: vivent dans l environnement immédiat (air, sol) les

Plus en détail

BMR et BHRe. Dr I. MARTIN Unité d hygiène inter-hospitalière Formation des Correspondants en Hygiène 2 Avril 2015

BMR et BHRe. Dr I. MARTIN Unité d hygiène inter-hospitalière Formation des Correspondants en Hygiène 2 Avril 2015 BMR et BHRe Dr I. MARTIN Unité d hygiène inter-hospitalière Formation des Correspondants en Hygiène 2 Avril 2015 Rappel : mise en évidence bactéries Prélèvements : hémocultures, LBA, LCR, prélèvements

Plus en détail

Infection Colonisation Bactéries multirésistantes aux antibiotiques (BMR)

Infection Colonisation Bactéries multirésistantes aux antibiotiques (BMR) Infection Colonisation Bactéries multirésistantes aux antibiotiques (BMR) Les ateliers du Resclin Gestion du risque infectieux associé aux soins Module encadrement EOHH des établissements de santé 4ème

Plus en détail

INFECTION DU PIED DIABETIQUE (hors ostéite) : QUELS PRELEVEMENTS A VISEE MICROBIOLOGIQUE?

INFECTION DU PIED DIABETIQUE (hors ostéite) : QUELS PRELEVEMENTS A VISEE MICROBIOLOGIQUE? INFECTION DU PIED DIABETIQUE (hors ostéite) : QUELS PRELEVEMENTS A VISEE MICROBIOLOGIQUE? Journée régionale sur l infection du pied diabétique 1er juin 2007 Anne Vachée Fédération de biologie CH de Roubaix

Plus en détail

Infections Nosocomiales : un problème d actualité. O. Traoré Hygiène Hospitalière CHU Clermont-Fd 21/11/2014

Infections Nosocomiales : un problème d actualité. O. Traoré Hygiène Hospitalière CHU Clermont-Fd 21/11/2014 Infections Nosocomiales : un problème d actualité O. Traoré Hygiène Hospitalière CHU Clermont-Fd 21/11/2014 Infections Nosocomiales / Infections Associées aux Soins: définitions Evolution : IN (acquise

Plus en détail

Peut-on recommander l eau du robinet pour la détersion d une plaie? Docteur Fabien SQUINAZI Laboratoire d hygiène de la ville de Paris

Peut-on recommander l eau du robinet pour la détersion d une plaie? Docteur Fabien SQUINAZI Laboratoire d hygiène de la ville de Paris Peut-on recommander l eau du robinet pour la détersion d une plaie? Docteur Fabien SQUINAZI Laboratoire d hygiène de la ville de Paris Les plaies chroniques plaies ouvertes évoluant depuis plusieurs semaines

Plus en détail

Résistances aux antibiotiques en Nouvelle Calédonie : état des lieux et perspectives

Résistances aux antibiotiques en Nouvelle Calédonie : état des lieux et perspectives Résistances aux antibiotiques en Nouvelle Calédonie : état des lieux et perspectives S. Chalmin, R. Goursaud, E. d Ortenzio Institut Pasteur de Nouvelle Calédonie Journée Médicale Calédonienne 22 juin

Plus en détail

RELATIONS HOTE BACTERIES Introduction : 1- Micro-organismes symbiotiques : 2- Micro-organismes commensaux : 3- Micro-organismes pathogènes : FLORES

RELATIONS HOTE BACTERIES Introduction : 1- Micro-organismes symbiotiques : 2- Micro-organismes commensaux : 3- Micro-organismes pathogènes : FLORES RELATIONS HOTE BACTERIES Introduction : 1- Micro-organismes symbiotiques : 2- Micro-organismes commensaux : 3- Micro-organismes pathogènes : FLORES NORMALES DE L ORGANISME 1) Introduction : 2) Implantation

Plus en détail

Précautions complémentaires. mentaires

Précautions complémentaires. mentaires Précautions complémentaires mentaires Champ de l interventionl Historique Pourquoi des précautions complémentaires en plus des précautions standards? L application stricte des précautions «standard» pour

Plus en détail

22/11/2012. Notions générales. Modes de transmission. Transmission = transfert de microorganismes

22/11/2012. Notions générales. Modes de transmission. Transmission = transfert de microorganismes Prise en charge du patient à risque particulier au bloc opératoire (BMR ectoparasites tuberculose pulmonaire Clostridium difficile) Béatrice CROZE Infirmière hygiéniste Service d hygiène et d épidémiologie

Plus en détail

BIOCONTAMINANTS A L HOPITAL

BIOCONTAMINANTS A L HOPITAL BIOCONTAMINANTS A L HOPITAL I. INTRODUCTION Biocontaminant Contaminant d origine biologique Biocontamination Présence d un élément biologique indésirable dans un produit ou dans l environnement du produit

Plus en détail

Procédés de traitement des dispositifs médicaux PROFESSIONNELS DE SANTÉ

Procédés de traitement des dispositifs médicaux PROFESSIONNELS DE SANTÉ Procédés de traitement des dispositifs médicaux PROFESSIONNELS DE SANTÉ Contexte HAD = alternative à l hospitalisation (article R.6121-4du CSP) Eviter une hospitalisation à temps complet ou en diminuer

Plus en détail

L hygiène corporelle et la transmission croisée: quelle prévention en collectivité

L hygiène corporelle et la transmission croisée: quelle prévention en collectivité L hygiène corporelle et la transmission croisée: quelle prévention en collectivité Journée de formation hygiène Colines St-Brévin les Pins 26 janvier 2016 Ivana Novakova Infirmière Hygiéniste Arlin Ile-de-France

Plus en détail

HYGIENE HOSPITALIERE. Sept 2012

HYGIENE HOSPITALIERE. Sept 2012 HYGIENE HOSPITALIERE Sept 2012 PLAN Historique Définitions et généralités Rappel microbiologie Modes de transmissions Notions de résistance Facteurs de risque et prévention HISTORIQUE Historique Moyen-âge:

Plus en détail

PRÉCAUTIONS STANDARD, PRÉCAUTIONS

PRÉCAUTIONS STANDARD, PRÉCAUTIONS PRÉCAUTIONS STANDARD, PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES, LES NOUVEAUTÉS, SPÉCIFICITÉS EN CANCEROLOGIE ET HEMATOLOGIE (isolement protecteur). Soirée thématique régionale ONCOLIE 25 juin 2015 Véronique DENIZOT

Plus en détail

Bactéries Hautement Résistantes et Bactéries multirésistantes aux antibiotiques Place des Précautions Complémentaires au bloc opératoire

Bactéries Hautement Résistantes et Bactéries multirésistantes aux antibiotiques Place des Précautions Complémentaires au bloc opératoire 32èmes Journées d Etude et de Perfectionnement de l UNAIBODE, Lyon, mai 2015 Bactéries Hautement Résistantes et Bactéries multirésistantes aux antibiotiques Place des Précautions Complémentaires au bloc

Plus en détail

UE8 De l agent infectieux à l hôte Olivier BELMONTE. Les Entérocoques

UE8 De l agent infectieux à l hôte Olivier BELMONTE. Les Entérocoques UE8 De l agent infectieux à l hôte Olivier BELMONTE Date: 22/02/2017 Promo: 2016/2017 Plage horaire: 8h30 10h30 Enseignant: Dr O. Belmonte Ronéistes: APPAVOUPOULLE Bharath SALAUN-PENQUER Manu Ce ronéo

Plus en détail

Bactériologie générale

Bactériologie générale Bactériologie générale I- Qu est ce qu une bactérie? C est un micro-organisme (0,5 à 5 microm) unicellelulaire C est un procaryote puisqu elle n a pas de noyau, le matériel génétique est libre dans le

Plus en détail

Dr L. SIMON PH Coordonnateur- Responsable-adjoint CCLIN EST- Hôpitaux de Brabois - Vandoeuvre-les-Nancy

Dr L. SIMON PH Coordonnateur- Responsable-adjoint CCLIN EST- Hôpitaux de Brabois - Vandoeuvre-les-Nancy Journée Régionale de Formation et d Information ARLIN Champagne Ardenne Reims le 14 avril 2016 Dr L. SIMON PH Coordonnateur- Responsable-adjoint CCLIN EST- Hôpitaux de Brabois - Vandoeuvre-les-Nancy Selon

Plus en détail

Notions fondamentales en hygiène

Notions fondamentales en hygiène Notions fondamentales en hygiène UE 2.10 S1, Infectiologie, Hygiène 07/09/2012 IFSI CHU ANGERS NC- CV -JFB REPRESENTATIONS du mot HYGIENE Associer 3 mots au mot «hygiène» Hygiène _ Hygiène physique Hygiène

Plus en détail

Mesures préventions. Avant. Pendant. Après

Mesures préventions. Avant. Pendant. Après Module 3 Mesures préventions Avant Pendant Après AVANT: Vaccination Immunité acquise soit soit Active Passive est De longue durée S effectue Par intervention du système immunitaire C est à dire que Lymphocyte

Plus en détail

Mécanismes de résistance

Mécanismes de résistance Prise en charge des patients porteurs de bactéries multirésistantes (BMR) en soins aigus / EMS / CMS Formation continue HPCI 2017 Dr C. Petignat Médecin responsable Unité HPCI Mécanismes de résistance

Plus en détail

Portage de bactéries potentiellement pathogènes chez les personnes âgées

Portage de bactéries potentiellement pathogènes chez les personnes âgées Portage de bactéries potentiellement pathogènes chez les personnes âgées Pr. Jacques Fabry Lyon contre les Infections Nosocomiales Sud-Est 1 Rôle du portage dans les infections Pas de portage acquises

Plus en détail

Gestion à domicile des infections acquises à l hôpital. Les bactéries multi-résistantes et leur gestion au quotidien

Gestion à domicile des infections acquises à l hôpital. Les bactéries multi-résistantes et leur gestion au quotidien Gestion à domicile des infections acquises à l hôpital Les bactéries multi-résistantes et leur gestion au quotidien Beaucoup de rouge Peu de Vert «bactérie multirésistante» Screening Beaucoup de rouge

Plus en détail

Les infections associées aux soins: Quelle est l ampleur du problème?

Les infections associées aux soins: Quelle est l ampleur du problème? Les infections associées aux soins: Quelle est l ampleur du problème? Geneviève Christiaens Médecin coordinateur de l équipe d hygiène hospitalière Présidente du Comité d Hygiène Hospitalière Direction

Plus en détail

Résistance aux antibiotiques

Résistance aux antibiotiques Résistance aux antibiotiques Dossier réalisé en collaboration avec le Pr Laurent Gutmann, Service de microbiologie de l Hôpital Européen Georges Pompidou, Unité 872 Inserm/UPMC/Université Paris Descartes

Plus en détail

Prise en charge d un patient porteur d une Bactérie Multi-résistante (BMR) en hospitalisation à domicile

Prise en charge d un patient porteur d une Bactérie Multi-résistante (BMR) en hospitalisation à domicile Prise en charge d un patient porteur d une Bactérie Multi-résistante (BMR) en hospitalisation à domicile Rencontres de Prévention du Risque Infectieux Nosocomial de l Océan Indien Béatrice ADJAMAGBO &

Plus en détail

Prise en charge de l infection locale d une plaie

Prise en charge de l infection locale d une plaie Prise en charge de l infection locale d une plaie Dr JF Cuny Dermatologie CHU Nancy 26/05/09 1 Généralités Sujet difficile, controversée Plaie: Aiguë, traumatique (nettoyage, parage) Morsure Brûlure Plaie

Plus en détail

LA FLORE BACTKRIENNE

LA FLORE BACTKRIENNE Dr Bousselham.A ép. Aissani Maitre assistante en microbiologie Faculté de médecine de Tlemcen Module: Bactériologie médicale LA FLORE BACTKRIENNE 1/lntroduction : A la naissance, le nouveau né, alors qu'il

Plus en détail

Prévention du risque infectieux en EMS pour enfants et adultes handicapés IDF

Prévention du risque infectieux en EMS pour enfants et adultes handicapés IDF Prévention du risque infectieux en EMS pour enfants et adultes handicapés IDF Parcours de Mr B. Une petite histoire vraie pour qu une BMR ne devienne pas une barrière Ivana Novakova Antenne Régionale de

Plus en détail

Hygiène des mains et port de gants

Hygiène des mains et port de gants Hygiène des mains et port de gants Dr Agnès VINCENT 2 e Journée de Prévention du Risque Infectieux en FAM, MAS et IME 2 Octobre 2014 -Lyon Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales

Plus en détail

BMR, BHRe: définitions et implications pour la prise en charge des patients. Laurent Cavalié CHU Toulouse CCLIN SO 12/05/2016

BMR, BHRe: définitions et implications pour la prise en charge des patients. Laurent Cavalié CHU Toulouse CCLIN SO 12/05/2016 BMR, BHRe: définitions et implications pour la prise en charge des patients Laurent Cavalié CHU Toulouse CCLIN SO 12/05/2016 Définitions des BMR Bactéries résistantes à de nombreux ATB (littéralement plus

Plus en détail

Les précautions complémentaires

Les précautions complémentaires Les précautions complémentaires Réunion des enseignants en instituts de formation des professionnels de santé Mardi 9 avril 2013 Amphithéâtre - Faculté de Médecine - Nancy De l isolement Aux précautions

Plus en détail

Plan local de gestion d une situation épidémique

Plan local de gestion d une situation épidémique Plan local de gestion d une situation épidémique CONTEXTE Le plan stratégique national de prévention des infections associées aux soins 2009-2013 prévoit que les établissements de santé intègrent aux plans

Plus en détail

Faut-il isoler des BMR comme :

Faut-il isoler des BMR comme : Faut-il isoler des BMR comme : - les entérobactéries hyperproductrices de céphalosporinase, - les acinetobacter, - les pyocyaniques - et les germes porteurs de BLSE???? Dr O. BELLON Hôpital d Aixd Aix-en-Provence

Plus en détail

Gestion des excréta. Réunion annuelle du Réseau FAM et MAS. 20 mars 2015

Gestion des excréta. Réunion annuelle du Réseau FAM et MAS. 20 mars 2015 Gestion des excréta Réunion annuelle du Réseau FAM et MAS 20 mars 2015 Les excréta : c est quoi? Les excréta : (Mot latin n. m. pl.xixème siècle. participe passé de excernere (voir Excrément) excrementum)

Plus en détail

RISQUES INFECTIEUX. Infections liées aux soins

RISQUES INFECTIEUX. Infections liées aux soins 1 RISQUES INFECTIEUX Infections liées aux soins 2 Quels sont les objectifs? Evaluer les risques infectieux Mettre en place les mesures préventives adaptées Le risque infectieux est lié à 3 éléments indissociables

Plus en détail

Recommandations pour la prévention de la transmission croisée des «Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes» (BHRe)

Recommandations pour la prévention de la transmission croisée des «Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes» (BHRe) Recommandations pour la prévention de la transmission croisée des «Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes» (BHRe) Rencontre régionale des correspondants en hygiène du Limousin 28

Plus en détail

LES PLAIES CHRONIQUES du sujet âgé. Règles d hygiène. Prévention du risque infectieux lors des soins de plaies chroniques

LES PLAIES CHRONIQUES du sujet âgé. Règles d hygiène. Prévention du risque infectieux lors des soins de plaies chroniques LES PLAIES CHRONIQUES du sujet âgé Règles d hygiène Prévention du risque infectieux lors des soins de plaies chroniques Objectifs du soin Appliquer les bonnes pratiques afin de réduire le risque infectieux

Plus en détail

Prélèvement de plaie : pourquoi? quand? comment? Dr Sylvie Meaume, dermatologue gériatre Hôpital Rothschild

Prélèvement de plaie : pourquoi? quand? comment? Dr Sylvie Meaume, dermatologue gériatre Hôpital Rothschild Prélèvement de plaie : pourquoi? quand? comment? Dr Sylvie Meaume, dermatologue gériatre Hôpital Rothschild sylvie.meaume@rth.aphp.fr Pourquoi faire un prélèvement bactériologique? Pour faire le diagnostic

Plus en détail

EBLSE. Epidémiologie Prévention du risque. Didier Hocquet

EBLSE. Epidémiologie Prévention du risque. Didier Hocquet EBLSE Epidémiologie Prévention du risque Didier Hocquet Journée Hôpital Propre en Franche-Comté 20 juin 2013 Objectifs Qu est ce qu une EBLSE? Son épidémiologie Comment prévenir le risque EBLSE? EBLSE

Plus en détail

Prise en charge des résidents porteurs de BMR/BHReen EMS. Réunion annuelle des Correspondants en Hygiène des EMS 28 avril 2016 ARLIN Martinique

Prise en charge des résidents porteurs de BMR/BHReen EMS. Réunion annuelle des Correspondants en Hygiène des EMS 28 avril 2016 ARLIN Martinique Prise en charge des résidents porteurs de BMR/BHReen EMS Réunion annuelle des Correspondants en Hygiène des EMS 28 avril 2016 ARLIN Martinique BHRe: recommandations du HCSP Les recommandations du HCSP

Plus en détail

Précautions complémentaires au sein de l Hôpital Privé. Formation, Mise en place, Vérification, Evaluation et Traçabilité : Une autre expérience

Précautions complémentaires au sein de l Hôpital Privé. Formation, Mise en place, Vérification, Evaluation et Traçabilité : Une autre expérience Précautions complémentaires au sein de l Hôpital Privé Formation, Mise en place, Vérification, Evaluation et Traçabilité : Une autre expérience «BMR, BHR, Virus, Transmissions croisées: Comment améliorer

Plus en détail

Bon usage des antibiotiques en EHPAD

Bon usage des antibiotiques en EHPAD Bon usage des antibiotiques en EHPAD Docteur Monique DUVIQUET Gériatre Hôpital Vaugirard Gabriel Pallez AP-HP 1ere Journée sur le Risque infectieux en EHPAD dans la région Île de France CCLIN Paris Nord

Plus en détail

Infections nosocomiales en gériatrie. Xavier Bertrand, CHU Besançon, février 2010

Infections nosocomiales en gériatrie. Xavier Bertrand, CHU Besançon, février 2010 Infections nosocomiales en gériatrie Xavier Bertrand, CHU Besançon, février 2010 Définition générale de l'infection nosocomiale Infection acquise à l'hôpital ni en incubation ni présente à l'admission

Plus en détail

Isolements : mesures générales et mesures spécifiques pour chaque type d'isolement et exemple de germe

Isolements : mesures générales et mesures spécifiques pour chaque type d'isolement et exemple de germe QUESTIONS HYGIENE Isolements : mesures générales et mesures spécifiques pour chaque type d'isolement et exemple de germe Question 10: Dans un service un patient est porteur de la gale, des précautions

Plus en détail

Conclusion CONCLUSION

Conclusion CONCLUSION 117 CONCLUSION L infection nosocomiale d une manière générale et surtout en milieu Chirurgical constitue un grave problème de santé publique dans les pays en voie de développement. C est dans le but d

Plus en détail

Partie : Monde microbien et notre organisme

Partie : Monde microbien et notre organisme Partie : Monde microbien et notre organisme Quelles sont les relations qu entretient l être humain avec le monde microbien? Chapitre : Un contact permanent avec les microbes. Les microorganismes par leur

Plus en détail

Hygiène et Prévention du risque infectieux en EHPAD

Hygiène et Prévention du risque infectieux en EHPAD Hygiène et Prévention du risque infectieux en EHPAD Hygiène des mains : La place des solutions hydro-alccoliques 1 «Outil de contact» Outil de travail Richesse en germes Vecteur d infections Transmission

Plus en détail

Suppurations- Plaies. Maryse ARCHAMBAUD, Danielle CLAVE. Bactériologie-Hygiène Institut Fédératif de Biologie CHU-Toulouse

Suppurations- Plaies. Maryse ARCHAMBAUD, Danielle CLAVE. Bactériologie-Hygiène Institut Fédératif de Biologie CHU-Toulouse Suppurations- Plaies Maryse ARCHAMBAUD, Danielle CLAVE Bactériologie-Hygiène Institut Fédératif de Biologie CHU-Toulouse Flore de la peau saine Flore résidente: - stable - 10 3 bact/cm 2 de peau (10 6-7

Plus en détail

LA FLORE CUTANEE. Pierre-Edouard Fournier. Année universitaire

LA FLORE CUTANEE. Pierre-Edouard Fournier. Année universitaire LA FLORE CUTANEE Pierre-Edouard Fournier Année universitaire 2013-2014 Unité de Recherche sur les Maladies Infectieuses et Tropicales Emergentes Institut Hospitalo-Universitaire Méditerranée-Infection

Plus en détail

Fiche d information (grand public)

Fiche d information (grand public) Fiche d information (grand public) Définitions Qu est-ce qu un antibiotique? Les antibiotiques, également appelés médicaments antimicrobiens, sont des médicaments capables d'inhiber la croissance des bactéries

Plus en détail

REVÊTEMENT CUTANÉ La Flore Cutanée. La Flore Cutanée

REVÊTEMENT CUTANÉ La Flore Cutanée. La Flore Cutanée 11/02/2014 SEGOND Nicolas L2 Revêtement Cutané Pr Fournier 6 Pages Relecteur n 3 La Flore Cutanée Plan : A. Introduction I. La flore commensale humaine II. La peau normale : un écosystème complexe B. Epiderme

Plus en détail

Durée de l étude : une semaine complète au cours de la période allant du 1 er mars au 13 juin 2014

Durée de l étude : une semaine complète au cours de la période allant du 1 er mars au 13 juin 2014 Micro-organismes multirésistants et soins de santé : enquête mondiale de l OMS sur la base de données de laboratoire FORMULAIRE POUR LA COLLECTE DE DONNÉES Durée de l étude : une semaine complète au cours

Plus en détail

L infection urinaire associée au soin Le point de vue du bactériologiste Olivier Barraud

L infection urinaire associée au soin Le point de vue du bactériologiste Olivier Barraud L infection urinaire associée au soin Le point de vue du bactériologiste Olivier Barraud MCU-PH UMR Inserm 1092 Faculté de Médecine Université de Limoges Laboratoire de Bactériologie-Virologie-Hygiène

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Cette présentation a été effectuée le 9 décembre 2015, au cours de la journée «5 es JAPI Au-delà des crises, la gestion des risques infectieux pour la santé des travailleurs et des patients (jour 2)» dans

Plus en détail

Précautions standard et complémentaires

Précautions standard et complémentaires 12 ème journée de formation continue de Prévention du Risque Infectieux Nosocomial de l Océan Indien Précautions standard et complémentaires Vendredi 24 avril 2015 Catherine Avril Jessy Clavier Léa Bruneau

Plus en détail

MODULE 6 HYGIENE. Microbiologie et Immunité AP 2014 ER MAJ CJ

MODULE 6 HYGIENE. Microbiologie et Immunité AP 2014 ER MAJ CJ MODULE 6 HYGIENE Microbiologie et Immunité AP 2014 ER MAJ CJ Historique: Hygiène hospitalière 1846: Semmelweis (obstétricien autrichien) : importance du lavage de mains 1860: Pasteur ( biologiste): découverte

Plus en détail

Guide pratique de prévention et de traitement des infections en Établissement Médico-Social

Guide pratique de prévention et de traitement des infections en Établissement Médico-Social Guide pratique de prévention et de traitement des infections en Établissement Médico-Social Monica Attinger Infirmière Unité HPCI-VD / Suisse XVème rencontres Internationales Francophones des infirmier(e)s

Plus en détail

Qu est-ce qu une BMR?

Qu est-ce qu une BMR? QUE FAIRE LORS D UNE DÉCOUVERTE D UN RÉSIDENT BMR? Yann Ollivier IDE hygiéniste ARLIN Nord Pas de Calais Qu est-ce qu une BMR? Une bactérie est multirésistante lorsqu elle n est plus sensible qu à un petit

Plus en détail

Des précautions standard aux précautions complémentaires d hygiène. N. Khouider

Des précautions standard aux précautions complémentaires d hygiène. N. Khouider Des précautions standard aux précautions complémentaires d hygiène N. Khouider Des précautions standard aux précautions complémentaires d hygiène Les précautions complémentaires d hygiène Transmission

Plus en détail

Les infections. Schéma de mécanisme des infections de manière générale : TRANSMISSION CONTAMINATION

Les infections. Schéma de mécanisme des infections de manière générale : TRANSMISSION CONTAMINATION Les infections. I : MECANISME DES S Les infections sont les compagnes constantes et parfois fatales de notre vie ;leur importance vient du fait qu elles sont fréquentes, parfois graves ou épidémiques avec

Plus en détail

Les nouveaux antibiotiques : quelles indications? quelle surveillance?

Les nouveaux antibiotiques : quelles indications? quelle surveillance? Les nouveaux antibiotiques : quelles indications? quelle surveillance? Hervé Dutronc Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Pellegrin - Bordeaux Journée Infirmières -JNI- 12 juin 2014 Déclaration

Plus en détail

BMR: faut il avoir peur?

BMR: faut il avoir peur? BMR: faut il avoir peur? Journée annuelle 9 février 2012 «Prévention du risque infectieux en EHPAD d Ile-de-France» Un résident porteur d une BMR: que faire en EHPAD? BMR = Bactéries Multi Résistantes

Plus en détail

LES PLAIES CHRONIQUES du sujet âgé. Plaies et infection

LES PLAIES CHRONIQUES du sujet âgé. Plaies et infection LES PLAIES CHRONIQUES du sujet âgé Plaies et infection Sommaire La peau saine Le risque infectieux Les différentes plaies Les complications infectieuses Comment établir le diagnostic d infection? Traitement

Plus en détail

Cas clinique. Guyen, L.Legout des Maladies Infectieuses CH de Tourcoing

Cas clinique. Guyen, L.Legout des Maladies Infectieuses CH de Tourcoing Cas clinique Dr E. Senneville,, S. N GuyenN Guyen, L.Legout Service Régional R des Maladies Infectieuses CH de Tourcoing 2 ème JRIPD, 1 er Juin 2007 Cas? Mrs H. Kimberly, 64 ans? Diabète connu depuis plus

Plus en détail

QUIZZ N 1. Lire les questions attentivement, puis choisir la lettre correspondant à la ou les bonne(s) réponse(s)

QUIZZ N 1. Lire les questions attentivement, puis choisir la lettre correspondant à la ou les bonne(s) réponse(s) QUIZZ N 1 Madame E. Talonasarm, suite à une fracture, présente une escarre talonnière colonisée par un staphylocoque doré résistant à la méticilline (SARM). Lire les questions attentivement, puis choisir

Plus en détail

sujets âgés Altération des mécanismes de défense du fait

sujets âgés Altération des mécanismes de défense du fait Infections nosocomiales en gériatrie Les infections chez les sujets âgés Altération des mécanismes de défense du fait Processus de vieillissement Altération de la fonction immunitaire Achlorhydrie gastrique

Plus en détail

Prévention de la transmission croisée e par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes»

Prévention de la transmission croisée e par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes» Prévention de la transmission croisée e par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes» Journée du CCLIN PN 25 juin 2013 Paris Dr Anne Berger-Carbonne Pour le groupe de travail Recommandations pour la pratique

Plus en détail

1/31/2017. Généralités sur l infection: Plan de la séquence: Etude de cas: Introduction: Statistiques sur les maladies infectieuses :

1/31/2017. Généralités sur l infection: Plan de la séquence: Etude de cas: Introduction: Statistiques sur les maladies infectieuses : Plan de la séquence: Etude de cas Introduction Statistiques sur les maladies infectieuses Les deux catégories d agents infectieux Généralités sur l infection: Les compétences de l AS Définitions CIDC IFAS

Plus en détail

de prévalence des infections nosocomiales et des traitements

de prévalence des infections nosocomiales et des traitements Enquête nationale de prévalence des infections nosocomiales et des traitements anti-infectieux en établissement de santé France, mai - juin 2012 Les principaux chiffres clés En 2012, l enquête nationale

Plus en détail

En mode diaporama, cliquez sur le sujet à traiter

En mode diaporama, cliquez sur le sujet à traiter Animé par Le «Le groupe projet tient à remercier plus particulièrement le Docteur Didier Armaingaud, Directeur médical et qualité du Groupe Médica, ainsi que Madame Valérie Margueritte, Directrice de l'ehpad

Plus en détail

La prise en charge du patient infecté au bloc opératoire. O Traoré Service d Hygiène hospitalière CHU Clermont-Ferrand

La prise en charge du patient infecté au bloc opératoire. O Traoré Service d Hygiène hospitalière CHU Clermont-Ferrand La prise en charge du patient infecté au bloc opératoire O Traoré Service d Hygiène hospitalière CHU Clermont-Ferrand Journée IBORAL, Royat, 8 octobre 2016 De Lister aux recos de 2013 Mortalité post opératoire

Plus en détail

Prévalence des infections nosocomiales, France, 2006 (résultats définitifs)

Prévalence des infections nosocomiales, France, 2006 (résultats définitifs) Prévalence des infections nosocomiales, France, 2006 (résultats définitifs) Institut de veille sanitaire (InVS), pour le Réseau d alerte, d investigation et de surveillance des infections nosocomiales

Plus en détail

3. Les infections nosocomiales

3. Les infections nosocomiales 3. Les infections nosocomiales 3.1. Fréquence des infections nosocomiales Parmi les patients, 21 010 avaient une ou plusieurs infections nosocomiales le jour de l enquête soit un taux de prévalence de

Plus en détail

REDACTION VERIFICATION APPROBATION. C. BOUCHET-EHRET C. BOUCHET-EHRET Sophie GEAY. Responsable qualité Pour la cellule Hygiène

REDACTION VERIFICATION APPROBATION. C. BOUCHET-EHRET C. BOUCHET-EHRET Sophie GEAY. Responsable qualité Pour la cellule Hygiène 1- OBJET : Décrire l ensemble des recommandations et pratiques d hygiène à respecter pour : - assurer la qualité des soins dispensés - améliorer la sécurité des patients et des soignants - diminuer le

Plus en détail